Vous êtes sur la page 1sur 41

Année Universitaire : 2015-2016

Licence Sciences et Techniques : Géoressources et Environnement

DE FIN D’ETUDES
Pour l’obtention du Diplôme de Licence Sciences et Techniques

Titre :

Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des


déchets ménagers et assimilés dans le bassin de Sebou
Présenté par:

Amal EL AZZOUZI

Nouha EL MEBROUK

Encadré par:

Pr. Abdel-Ali CHAOUNI, FST-Fès


Ing. Oussama CHEDDADI, ABHS- Fès

Soutenu Le 11 Juin 2016, devant le jury composé de:

Pr. Lahcen BENAABIDATE


Pr. Abderrahim LAHRACH
Pr. Abdel-Ali CHAOUNI

Stage effectué à : ABHS, Fès

1
Dédicaces
Nous dédions ce projet de fin d’étude d’abord
avec un énorme plaisir, un cœur ouvert et une
immense joie, à nos très chère respectueux et
magnifiques parents qui nous ont soutenus tout
au long de notre vie. Ainsi à nos sœurs et nos
frères et à notre grande famille.
Nous le dédions à tous les amis qui pendant
des moments d’indécision, allaient nous prendre
en haute mer et vague par vague, nous ramener
au rivage de la confiance et de l’espoir.

Amal&Nouha

2
Remerciements
Avant toute chose, nous remercions Dieu tout puissant de
nous avoir aidées et éclairées pour la réalisation de ce
travail.
Nous remercions nos encadrants Mr. Chaouni Abdel-Ali,
Professeur à la Faculté des Sciences et Techniques,
Université Sidi Mohammed Ben Abdallah Fès et Mr.
Cheddadi Oussama, dans le service de qualité des eaux à
l’ABHS.
Ainsi que les membres du jury : Mr. Ghfir Y., Lahrach A.,
et Benabdelhadi M. Pour nous accorder de leur précieux
temps afin de juger notre modeste travail.
Et nos sincères remerciements à Pr. A. El Garouani et à
nos frères pour ses aides à utiliser le logiciel de l’ArcGis.
Nos remerciements s’adressent également aux personnes
ayant contribués au bon déroulement de notre stage. Nous
tenons également à remercier tous ceux qui ont participés
de prés ou de loin.

3
Table des matières
Introduction ......................................................................................................................................................... 6
CHAPITRE I : Présentation de la zone d’étude ....................................................................................................... 8
1- Présentation de la zone d’étude ................................................................................................................... 8
2- Cadre général de la zone d’étude ............................................................................................................... 9
2-1 Géologie et classification des sols ....................................................................................................... 9
2-2 Climat ............................................................................................................................................ 10
2-3 Hydrologie ...................................................................................................................................... 13
2-4 Hydrogéologie ................................................................................................................................. 14
Chapitre II : Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilées au niveau du
bassin de Sebou .................................................................................................................................................. 15
1- Diagnostic de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilées au niveau du bassin de
Sebou ............................................................................................................................................................. 15
1-1 Caractérisation de la collecte ............................................................................................................. 15
1-2 Lieu de déversement des déchets ....................................................................................................... 16
2- Contraintes de la gestion des déchets ménagers et assimilées ...................................................................... 19
3- Proposition de base pour l’amélioration des services de propreté ................................................................ 19
4- Conclusion .............................................................................................................................................. 21
Chapitre III : Diagnostic des décharges au niveau du Bassin de Sebou et les Impacts environnementales .................. 22
1- Caractéristiques qualitatives des déchets ménagers ................................................................................... 23
2- Caractéristiques quantitatives des déchets ménagers et assimilés au niveau du Bassin de Sebou ................... 24
2-1 La quantité des déchets produite ........................................................................................................ 24
2-2 Le tonnage collecté .......................................................................................................................... 25
3- Charge polluante issue des déchets : Le lixiviat ......................................................................................... 25
4- Impacts des déchets ménagers et assimilées sur l’environnement ............................................................... 26
5- Conditions pour faire une décharge contrôlée ............................................................................................ 27
6- Conclusion .............................................................................................................................................. 28
Conclusion générale ........................................................................................................................................... 29

4
Liste des figures
Figure 1 : Découpage administratif du bassin du Sebou ........................................................................................... 8
Figure 2: Esquisse géologique du bassin du Sebou (PDAIRE 2006) ............................................................................ 9
Figure 3 : Schéma structural géologique de l’extrémité septentrionale du Maroc montrant la position de la zone
d’étude entre les domaines rifain et méséto-atlasique.......................................................................................... 10
Figure 4 : Carte des isohyètes actualisée du bassin du Sebou pendant la durée 1973-2002 (PDAIRE 2006) ............... 11
Figure 5 : Carte de température moyenne annuelle du bassin du Sebou (PDAIRE 2006) .......................................... 12
Figure 6 : les principaux réseaux hydrauliques du bassin de Sebou ........................................................................ 13
Figure 7 : les nappes du bassin de Sebou .............................................................................................................. 14
Figure 8 : les décharges du bassin de Sebou ......................................................................................................... 17
Figure 9 : positions des décharges sur la carte des nappes du bassin de Sebou ...................................................... 18
Figure 10 : positions des décharges sur la carte des réseaux hydrographiques du bassin de Sebou ......................... 18
Figure 11 : les scénarii proposés pour la province d’El Hoceima ............................................................................. 20
Figure 12 : la composition des déchets au Maroc.................................................................................................. 23
Figure 13 : la composition des déchets au Maroc et à Fès ..................................................................................... 24
Figure 14 : la Quantité des déchets produite au niveau du Bassin de Sebou entre 2011 et 2016 .............................. 25
Figure 15 : Tonnage collectée et volume de lixiviat générés au niveau des provinces du Bassin de Sebou (2011-2016)
.......................................................................................................................................................................... 25

Liste des tableaux


Tableau 1 : les principaux oueds du bassin de Sebou ............................................................................................ 13
Tableau 2 : Population et production des déchets ................................................................................................ 15
Tableau 3 : Nombres des décharges dans les provinces du bassin de Sebou ........................................................... 16
Tableau 5 : quantités des déchets ménagers produits journalières et annuelles au niveau du bassin Sebou entre 2011
et 2016 .............................................................................................................................................................. 24
Tableau 4 : Exemples d’argumentations possibles pour le choix du site d’une décharge contrôlée .......................... 27

5
Introduction:

La production des déchets ménagers et assimilés au Maroc s’élève jusqu’à plus de 6 millions de
tonnes par an avec une moyenne de près de 250 kg/habitant/an. Cette augmentation due à la croissance
démographique et l’insuffisance de moyens et d’équipements appropriés.

Un flux de déchets est un produit constitué d'un mélange de produits d'origine diverses (organiques,
papiers, plastiques, carton…), alors, un flux de déchets non caractérisé, ne peut pas être envoyé en décharge
directement. Donc comment caractériser un flux de déchets ?

Pour cela, nous avons procédé d’abord, à présenter l’environnement global du Bassin de Sebou
(natures des sols et nappes d’eau souterraines). Ensuite, nous présentons la caractérisation qualitative et
quantitative des déchets ménagers et assimilés produite par les habitats, ensuite nous identifions les
contraintes générales de la gestion des déchets ménagers et quelques propositions de base pour améliorer les
services de propretés. Et finalement, nous établirons un diagnostic des décharges du Bassin de Sebou et
leurs impacts sur l’environnement.

6
PREMIERE PARTIE :
La Caractérisation de la Zone
d’Etude

7
CHAPITRE I : Présentation de la zone d’étude

Ce chapitre concerne la description et la présentation de la région étudiée selon le cadre physique,


démographique, géologique, climatique, hydrologique, hydrogéologique et composition de sol, afin de situer
la zone dans son environnement global.

On a utilisé le système d’information géographique (SIG) qui permet de créer, d’organiser et de


présenter des données géo référencées, ainsi que de produire des cartes.

1- Présentation de la zone d’étude

Le bassin de Sebou forme une cuvette entre le Rif au nord, le Moyen Atlas et la meseta au sud, le
couloir Fès-Taza à l'est et l'océan Atlantique à l'ouest. D'une superficie d'environ 40 000, qui représente 6%
de l’aire du territoire national, avec une altitude moyenne de 695 m. Le bassin de Sebou est formé
principalement de deux plaines : celle du Gharb et celle de la Maâmoura.

Il abrite une population de l’ordre de 6.2 millions d’habitants répartis sur :

17 Préfectures et Provinces ;
82 Commune Urbaines;
287 Communes Rurales.

Figure 1 : Découpage administratif du bassin du Sebou

8
2- Cadre général de la zone d’étude :

2-1 Géologie et classification des sols :

D’un point de vue géologique, les terrains du Rif sont constitués essentiellement de formations
argilo-marneuses imperméables. Au niveau des hauts sommets de l’Ouergha, on rencontre des formations
gréseuses.
Les bassins du Gharb, du Saiss et le couloir de Fès-Taza sont à remplissage essentiellement tertiaire
et quaternaire perméable. Les deux dernières unités renferment également des formations calcaires du Lias.
Le Beht est constitué par des formations permo-triasiques et primaires imperméables. Le Haut Sebou qui
fait partie du domaine atlasique est constitué essentiellement par les calcaires jurassiques perméables
(Fig.2).

Figure 2: Esquisse géologique du bassin du Sebou (PDAIRE 2006)

9
Le bassin de Sebou, zone d’étude, s’étend entre deux grandes unités géologiques (Fig. 3) :

 Le domaine rifain au Nord, représenté par une chaîne de collision alpine édifiée entre le
Crétacé supérieur et le Miocène supérieur ;

 Le domaine atlasique ou méséto-atlasique au Sud, représenté par la partie subtabulaire


(causse) du Moyen Atlas. Il s’agit dans l’ensemble d’une chaîne alpine de type
intracontinentale.

Figure 3 : Schéma structural géologique de l’extrémité septentrionale du Maroc montrant la position de la


zone d’étude entre les domaines rifain et méséto-atlasique
(Extrait de la carte géologique du Maroc, 1/1 500 000).

2-2 Climat :

Le climat général du bassin est de type méditerranéen à influence océanique, notamment dans la
partie occidentale du bassin. Ce climat se caractérise par un gradient pluviométrique décroissant en se
déplaçant vers l’intérieur du bassin où il devient plus continental ; excepté dans les zones montagneuses

Il se manifeste par des vents pluvieux de secteur Ouest et des précipitations qui diminuent en
s’éloignant de la mer et dans les vallées protégées comme celles du Beht ou du haut Sebou avant
d’augmenter rapidement sur les versants du Rif.

10
L’étude climatique réalisée dans le cadre du présent mémoire est basée sur l’étude des principaux
paramètres climatiques collectés dans les stations météorologiques de l’ABHS ; à savoir la pluviométrie et
la température.

 Pluviométrie :
Les précipitations annuelles moyennes sur l’ensemble du bassin du Sebou, calculées sur la période
1973-2008, sont de 600 mm environ (640 mm sur la période 1939- 2008) (Fig.4).

L’examen de l’évolution spatiale de la carte des pluies établie par l’ABHS (2006b) pour la période
de 1973-2002 a permis d’identifier 4 zones de pluviométries homogènes (Fig. 3) :

 1000 à 1500 mm/an sur les reliefs du Rif ;

 700 à 900 mm/an sur le Moyen Atlas ;

 500 à 600 mm/an sur la zone côtière ;

 400 à 550 mm/an sur le Haut et Moyen Sebou.

Figure 4 : Carte des isohyètes actualisée du bassin du Sebou pendant la durée 1973-2002 (PDAIRE 2006)

11
 Température

Spatialement, les données de température moyenne relatives à 22 stations ont servi pour
l’élaboration d’une carte de température moyenne du bassin de Sebou (Fig. 5) et mettent en évidence
l’existence d’un gradient thermique légèrement croissant du nord vers le sud. Cette tendance évolutive est
influencée par la topographie de la zone d’étude. Toutefois, il importe de souligner que les stations
utilisées ne couvrent pas certaines zones, particulièrement les régions montagneuses.

L’analyse de la variation des températures moyennes annuelles par sous bassin versant élémentaire
de Sebou montre que la plus grande valeur de température moyenne est enregistrée au niveau de Inaouene-
Lebene, soit 19,25°C, et qui passe à 18,81°C au niveau du bassin de Ouergha et enregistre la plus faible
valeur de 13°C environ au niveau du bassin de Beth. (Fig.5)

Figure 5 : Carte de température moyenne annuelle du bassin du Sebou (PDAIRE 2006)

12
2-3 Hydrologie

Le bassin du Sebou est marqué par un contexte géomorphologique et climatique très diversifié et
renferme près du tiers des eaux de surface du royaume. Ce bassin se caractérise par un réseau
hydrographique représenté principalement par l’oued Sebou et ses affluents. L’oued Sebou prend sa source
"sous l’appellation d’oued Guigou" dans le moyen Atlas à une altitude de 2030 m. Il sillonne le bassin sur
une longueur 500 Km environ pour déboucher dans l’océan Atlantique à Mehdia, près de Kénitra. (Fig.6)

Le bassin renferme près du tiers des eaux de surface du Pays et peut être subdivisé de point de vue
hydrologique en quatre ensembles représenté par le tableau suivant :

Tableau 1 : les principaux oueds du bassin de Sebou

Oueds Superficie
Sebou La haut 6000 km2
Sebou
Inaouène 5200 km2
moyen Sebou 5400 km2
Ouergha 7300 km2
Beht 9000 km2
le bas Sebou 6000 km2

Figure 6 : les principaux réseaux hydrauliques du bassin de Sebou

13
2-4 Hydrogéologie

Les ressources en eau souterraine du bassin constituent une part importante du patrimoine
hydraulique du bassin du Sebou et représentent 20% environ du potentiel national.
A l’échelle du bassin du Sebou, on peut distinguer plusieurs unités hydrogéologiques recelant une
douzaine de nappes dont les principales sont :
- système aquifère du Saiss ;
- complexe des nappes Maamora – Gharb ;
- nappe des causses moyens Atlasiques (basaltes quaternaires et calcaires et dolomies du Lias);
- nappe de Bou Agba, nappe du couloir Fès –Taza (phréatique et profonde) ;
- la nappe du moyen Atlas plissé et la nappe de Taza. (Fig.7)

Figure 7 : les nappes du bassin de Sebou

14
Chapitre II : Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des
déchets ménagers et assimilées au niveau du bassin de Sebou

Concernant ce chapitre on va analyser la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et


assimilées au niveau du bassin de Sebou, à partir de la caractérisation de la collecte et le lieu de diversement
des déchets. Puis représenté les principaux contraintes de la gestion des déchets ménagers et assimilées et
enfin les propositions de base pour l’amélioration des services de propreté.

Définition d’un déchet :

Tous résidus résultant d'un processus d'extraction, exploitation, transformation, production,


consommation, utilisation, contrôle ou filtration, et d'une manière générale, tout objet et matière abandonnés
ou que le détenteur doit éliminer pour ne pas porter atteinte à la santé, à la salubrité publique et à
l'environnement.

1- Diagnostic de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilées


au niveau du bassin de Sebou
1-1 Caractérisation de la collecte

Tableau 2 : Population et production des déchets (ABHS, 2011 à 2016)

Province Population Taux Ratio Tonnage Tonnage Tonnage Taux


d'accroisse actuel produit collecté non de la
ment de la (Kg/hab/) annuel annuel collecté collecte
Population (T/an) %
%
Meknès 815 270 - 0.7 208 444.15 166 755.32 41 688.83 80
(2012)
Fès (2012) 1 230 288 2.08 0.51 336 504.83 336 072,33 - 100
Moulay 183 557 1.47 - 34 999 - - -
Yacoub
(2012)
Taza (2014) 528 419 -2,77 0.43 96 484.44 80 226 16 258.44 90
Ifrane (2012) 154 957 - 0.65 38 354.9 38000 354.9 99.1
El Hajeb 247 159 1.92 0.815 59535.79 28 636.69 14 281.27 48.1
(2011)
Boulemane 218 690 1.37 0,3 21 465.74 13570,7 4624.06 41
(2014)
Kénitra 1 000 858 1.91 0.6 234 490.5 154 135.5 80 355 65.8
(2012)
Sidi Slimane 325 644 .0 0.98 0.80 93 869.25 45 311 48 558.25 49
(2013)
Sidi Kacem 524 900 0.1 0.4 94 718 - - -
(2011)
Khénifra - - 0.57 56 464 47 994 8470 84
(2013)

15
1-2 Lieu de déversement des déchets

Les lieux de déversement des déchets au niveau de Sebou (Tab.3) se répartissent de façon homogène
au niveau de toutes les provinces et les préfectures avec plus au moins une variation quantitative selon
l’importance des préfectures (Fig.8). Ainsi, ces décharges situent au-dessus de pratiquement toutes les
nappes du Bassin (la nappe de Fès, nappe des causses moyens Atlasiques) (Fig.9).Et aussi à proximité des
principaux fleuves de la région (Oued Sebou, Ouergha...) (Fig.10).

Tableau 3 : Nombres des décharges dans les provinces du bassin de Sebou (ABHS)

Province Nombre des décharges

Meknès 4 Décharges

Fès 1 Décharge contrôlée et 3 Dépotoirs.

Sefrou 4 Dépotoirs

Moulay Yacoub 4 Décharges

Taza 6 Décharges

Ifrane 3 Décharges

El Hajeb 6 Décharges

Boulemane 4 Décharges

Kénitra 4 Décharges

Sidi Slimane 6 Décharges

Sidi Kacem Plusieurs

Khénifra Plusieurs

16
Figure 8 : les décharges du bassin de Sebou

17
Figure 9 : positions des décharges sur la carte des nappes du bassin de Sebou

Figure 10 : positions des décharges sur la carte des réseaux hydrographiques du bassin de Sebou

18
2- Contraintes de la gestion des déchets ménagers et assimilées

Concernant la gestion des déchets ménagers et assimilés, les principaux problèmes sont :

 Défaut de qualité des services :


 Problèmes liées au transfert et à l’évacuation des D.M.A des zones à collecte spécifiques ;
 Manque d’autonomie, de planification du travail et d’organisation ;
 Insuffisance des moyens matériels et humains déployé.
 Difficultés techniques d’exploitation :
 Problèmes d’incendie dans les conteneurs ;
 Problèmes d’horaire de dépôt des ordures ménagères par les usagers sans connaissance ou prise
en compte de l’horaire de collecte ;
 Problème d’habitat dispersés et de distance entre les centres et les dépotoirs et de voirie
endommagée ;

 Manques de sensibilisation de la population et manque de service de propreté, surtout dans le milieu


rural ;

 Persistance de certains dépôts sauvages, ce qui génère une forte pression sur les ressources naturelles et
une dégradation multiforme de l’environnement;

 La gestion des déchets solides n’a pas encore atteint le niveau escompté en termes d’approche intégrée
impliquant les différentes composantes du processus dans une vision globale et durable ;

 Evolution démographiques rapide qui implique évolution des quantités des déchets.

 Budget des communs surtouts les communes rurales n’est pas satisfait pour la bonne qualité des
services de propretés :
 Les dépenses sont nettement supérieures aux recettes.
3- Proposition de base pour l’amélioration des services de propreté

Concernant, l’amélioration des services de propreté les communes proposent des scénarii pour
améliorer les services de collecte, transport, mise en décharges et de valorisation des déchets ménagers et
assimilées.
Parmi les scénarii proposés on va citer l’exemple de la province de Kénitra qui est représenté par les
figures suivante :(Fig.11)

19
scénrio 1 scénario 2
collecte
collecte autonome intercommunale
des déchets par
communes des déchets par
groupement de
pour la collecte communes
augmentation du taux
de collecte grâce à des augmentation du taux
solutions de collecte de collecte grâce à des
efficace et adaptées solutions de collecte
efficace et adaptées

scénario 1 scénario 2
pour le collecte des
transport et le déchets et collecte des déchets et
transfert transfert avec rupture
transfert direct
des décharges par des
vers la nouvelle
centre de transfert
décharge

pour
l'élimination pour évaluation

scénario scénario
on s’est orient é vers le choix Les filières de valorisation
d’une seule décharge contrôlée proposée portent sur la mise
provincial. Le centre projeté en place des unités de tri, de
pour accueillir les déchets de la compostage et/ou de
province est situé à 19 Km de valorisation énergétiques
sud-est de Kénitra

Figure 11 : les scénarii proposés pour la province de Kénitra

20
4- Conclusion
Le Bassin de Sebou présente un nombre important des lieux de déversement des déchets, cependant,
ces lieux ne sont pas contrôlés et d’après les cartes (fig. 6 et 7), des décharges se localisent sur des nappes,
comme celle du causse moyen atlasique formée par des calcaires au niveau du toit et qui fissurés, peut
entrainer la pollution de la nappe et ceci s’applique aussi bien pour les eaux souterraines que les eaux de
surface (réseaux hydrographiques) du Bassin. Le service de la propreté connait plusieurs contraintes, ce qui
oblige les provinces de faire des études et propose des scénarii pour l’amélioration du service de gestion des
déchets et pour cela on a cité l’exemple de Kénitra.

21
DEUXIEME PARTIE :
Caractérisation des décharges au niveau
du Bassin de Sebou et les Impacts
environnementales

22
Chapitre III : Diagnostic des décharges au niveau du Bassin de Sebou et les
Impacts environnementales

1- Caractéristiques qualitatives des déchets ménagers :

Les déchets du Maroc, comme la plupart des déchets d’Afrique du Nord, sont caractérisés par
un taux d’humidité important avoisinant des 70% en raison d’une teneur en matières organiques élevée.
Le taux d’humidité dans les déchets organiques est, selon les différentes études et mesures
réalisées au Maroc atteint environ 66.7%.(Rapport provisoire : Mission I, Elaboration du plan directeur
de gestion des déchets ménagers et assimilés de la province de Boulemane).
Des études de la composition des déchets ont été menées au niveau national et dans certaines
villes du Maroc, notamment Fès, Meknès, Taza, (Fig.12) alors que d’autre ne dispose pas
d’information sur la composition de ces déchets, les données de ces études de la composition des
déchets seront utilisées pour approcher les potentiel de valorisation de la zone du plan des autres villes.
Cette composition demeure un élément important à intégrer dans le choix du matériel et des
équipements (conteneurs, véhicules des transports etc.) des technologies de traitement à mettre en place
ainsi que pour l’évaluation des recettes liées à la valorisation des déchets au niveau de la province.

8%
4% Déchets biologiques
3%
Papiers / cartons
10%
Plastiques

10% Verres
65%
Métaux

Autres

Figure 12 : la composition des déchets au Maroc

23
1%
déchets ménagers

3% 3% déchets verts
3%
1%
4%
déchets inerte et gravats

déchets encombrant
16%
déchets commercialisable

69% déchets industriels assimilables


aux déchets ménagers
déchets dangereux

autres déchets

Figure 13 : la composition des déchets au Maroc et à Fès

2- Caractéristiques quantitatives des déchets ménagers et assimilés au niveau du Bassin de Sebou :

2-1 La quantité des déchets produite

Tableau 4 : quantités des déchets ménagers produits journalières et annuelles au niveau du bassin Sebou entre 2011 et 2016

Province Quantité des déchets ménagers Quantité des déchets


produite (T/jr) ménagers produite (T/an)

FES 920.67 336 504.83


MEKNES 570.30 208 444.15
BOULMANE 58,77 21 480.435
IFRAN 105,01 38 381.155
MOULAY YACOUB 14,54 5 314.37

EL HAJJEB 163 59 576.5


TAZA 264,16 96 550.48
SEFROU 110,41 40 354.855
Kénitra 642 234 651
Khénifra 155 56 652.5
Sidi Slimane 257 93 933.5

24
1000 919
900
800
700
600 456
500 422
400
300 219
200 122 131 109.39 104
87
37 14.54
100
0

Figure 14 : la Quantité des déchets produite par jour au niveau du Bassin de Sebou entre 2011 et 2016

2-2 Le tonnage collecté

919

456 422

219
122 131 109.39 104
87
37 14.54

Figure 15 : Tonnage collectée journalier au niveau des provinces du Bassin de Sebou (2011-2016)

3- Charge polluante issue des déchets : Le lixiviat

Le lixiviat est défini comme étant l’eau qui percole à travers les déchets en se chargeant bactériologiquement
et chimiquement de substances minérales et organiques. Ce « jus de décharge » résulte donc de la
solubilisation de composés lors de la percolation non uniforme et intermittente de l’eau à travers la masse de
déchets.

Les principaux paramètres influençant la composition du lixiviat sont :

25
- la composition des déchets enfouis ;
- leur degré de décomposition, et leur taux d’humidité ;
- leur température, et le taux d’infiltration de l’eau dans les déchets ;
- les conditions climatiques et l’âge de la décharge (Leclerc, 1982).

Malgré sa complexité, quatre groupes de polluants caractérisent le lixiviat (Christensen, 1994 ; Matejka,
1995):

1. La matière organique dissoute ;


2. Les composés organiques anthropiques (hydrocarbures aromatiques, phénols, composés aliphatiques
chlorés…) – concentration inférieure à 1 mg/L ;
3. Les composés minéraux majeurs : Ca2+, Mg2+, K+, Na+, NH4+, Fe2+, Mn2+ … ;
4. Les métaux lourds (Zn, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb…) – à l’état de traces.

Les principales mesures caractérisant un lixiviat sont :

- la Demande Chimique en oxygène (DCO) ;

- la Demande Biologique en Oxygène (DBO) ;

- le Carbone Organique Dissous (COD);

- le pH, la conductivité, les métaux, etc…


Les flux de pollution en DBO5 et DCO ont été estimés à partir des ratios utilisés dans des études de
l’ABHS :
- Volume des lixiviats : 10 L de lixiviat par 100 tonne de déchet ;
- Charge polluante des lixiviats : DBO5: 10 000 mg par litre de lixiviat;
- DCO: 20 000mg par litre de lixiviat.
4- Impacts des déchets ménagers et assimilées sur l’environnement :

Les principaux Impacts de la gestion actuelle des déchets sur l’environnement et la santé sont:
- Pollution de l’atmosphère et dégagement des odeurs nauséabondes dues notamment aux
déférents dépôts sauvages des communes et leur incinération ;
- Pollution chimique et biologique des ressources en eau qui deviennent un milieu propice à la
reproduction des moustiques et des parasite, et représente ainsi une menace pour la santé, soit
directement à travers leur consommation, soit indirectement à travers la consommation de
produits agricoles irrigués avec des eaux polluées ;
- Dégradation de l’esthétique des paysages des provinces et l’immobilisation des terres
productives en raison de la présence des produits non biodégradables (exemples : sachets en
plastique, déchets de destruction, etc.) ;
26
- La contamination des sols agricoles par le lixiviat et la dissémination des sacs en plastiques
sur les champs cultivés peuvent entraîner une diminution sur le rendement des terrains
agricole.

5- Conditions pour faire une décharge contrôlée


Tableau 5 : Exemples d’argumentations possibles pour le choix du site d’une décharge contrôlée

Choix possibles Exemples d’argumentation

Choix du Géologie Avantages géologiques présentés par le site :


site - Nature favorable du substratum
- Absence de ressources minérales exploitables
- Absence de gisements géologiques classés ou intéressants
- Présence de matériaux adéquats pour la couverture de la
décharge
Hydrogéologie - Bonne protection naturelle des aquifères contre les risques de
pollutions
- Distance suffisante et position favorable par rapport aux captages
et sources captées (situation éloignée des périmètres de
protection)
- Facilites le contrôle (prélèvements, analyses) de la qualité des
eaux
Hydrologie - Situation, topologie et morphologie des lieux offrant de bonnes
garanties contre la pollution des eaux de surface (ruissellent
faible, drainage facile)
- Respect des distances réglementaires par rapport aux cours
d’eaux, étangs et rivières, etc…
- Bonne capacité de dilution (débit important) des cours d’eau
- Facilite de mise en œuvre de moyens de prévention et de
contrôle de la pollution éventuelle
Capacité Capacité du site compatible avec les besoins

Accessibilité Desserte voirie existante Possibilité d’éviter les traversés d’agglomération

Paysage, - Possibilité appréciable de réaménagement d’un site


Aménagement, - Reconstitution d’un profil naturel.
Milieux naturels
- Réhabilitation d’un site en forêt, culture, espaces de loisir,
terrains de sport, etc.
Choix du type d’exploitation - Technique éprouvée ayant donné satisfaction (fournir
références)
- Technique appropriée au site ou aux déchets

27
6- Conclusion

La plupart des déchets est constitué de matière biologique (plus de 65 %). avec la production d’une quantité
maximal de 336 504.83 T/an des déchets au niveau de Fès et de 5 314.37 T/an à Moulay Yacoub.

Puisque les déchets sont mis dans des décharges sauvages, des réactions chimiques se produisent et
provoque l’apparition du Lixiviat. Ce dernier provoque des impacts négatifs que ce soit sur l’environnement,
que sur l’homme. Pour cette raison, une installation de décharges contrôlées s’impose fonctionnant suivant
les conditions internationales (Tab.5).

28
Conclusion générale

Après avoir fait une étude caractéristique sur l’état des déchets ménagères et assimilés présentent
actuellement dans le bassin de Sebou nous pouvons en tirer que :

 A part la ville de Fès, il y a une absence de décharges contrôlées.


 Au niveau de toutes les communes étudiées, le tonnage de déchets produit dépasse celui de déchets
collectés.
 Au niveau de toutes les communes étudiées la charge polluante (DCO et DBO) est élevée en rapport
principale avec les rejets domestiques des habitants
 Insuffisance des moyens matériels et personnels surtout dans les milieux rurale et les douars.

Bien vrai que des efforts ont été faites par l’établissement de nouvelles lois par le gouvernent depuis lors on
assiste à une augmentation des collectes des ordures ménagères et assimilés. Certes ceci constitue un pas un
avant mais il reste beaucoup à faire comme par exemple :

 Suivre l’exemple de la ville de Fès en réalisant des décharges contrôlées des déchets ménagers et
assimilés au profit de tous les centres urbains et rurales.
 Réhabiliter ou fermer toutes les décharges non contrôlées existantes.
 Et enfin, entant que scientifique ou juste entant que citoyen lambda nous avons aussi un rôle à
jouer, en commençant par un changement de comportement, et faire des préventions aux niveaux
scolaires et en réalisant des campagnes de sensibilisation pour inculquer les bases du civisme
écologiques pour ainsi assurer un avenir meilleur aux générations futures.

29
Références Bibliographiques
ABHS, 2012 Rapport : Plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de la
province de Kénitra. Mission I : Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers
et assimilés.

ABHS, 2013 Rapport : Plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de la
province d’Ifrane. Mission I : analyse critique de la situation actuelle et définition des objectifs.

ABHS, 2013 Rapport : Plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de la
province d’El Hajeb. Mission I : Etude caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets
ménagers et assimilés.

ABHS, 2013 Rapport : Etude du plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de
la province de la province de Sidi Kacem. Mission I : Etat des lieux.

ABHS, 2015 Rapport : Etude du plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de
la province de la province de Sidi Kacem. Mission II: choix des sites de décharges contrôlées et de centres
de transferts.

ABHS, 2015 Rapport : Plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de la
province de Taza. Mission I : caractérisation de la situation actuelle, élaboration des objectifs de collecte, de
traitement, de recyclage et mise en décharge du plan provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés
et évaluation des impacts sociaux, environnementaux, économiques et financiers des objectifs retenus et
élaboration du SIG.

ABHS, 2015 Rapport : Etude du plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de
la province de Moulay Yacoub.

- Mission I : caractérisation de la situation actuelle, élaboration des objectifs de collecte, de traitement,


de recyclage et mise en décharge du plan provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés et
évaluation des impacts sociaux, environnementaux, économiques et financiers des objectifs retenus.
- Mission II : choix des sites de décharge contrôlée, centre de transfert, de déchetteries et options de
valorisation.

ABHS, 2015 Rapport : Réalisation du plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et
assimilés de la province de Sidi Slimane. Mission I : caractérisation de la situation actuelle de la gestion des
déchets ménagers et assimilés et élaboration des objectifs.

30
ABHS, 2016 Rapport : la mise à niveau et le développement des systèmes de gestion des déchets ménagers
et amélioration de leur performance environnementale et sociale à la préfecture de Fès. Mission I :
caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilés.

ABHS, Rapport provisoire Elaboration du plan directeur de gestion des déchets ménagers et assimilés de
la province de Boulemane.

ABHS, Rapport : Etude du plan directeur provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés de la
province de Khénifra et étude d’impact environnemental et social.

DJONGON. Aimé Kokou et EL MERNISSI Hanane, 2006/2007: élaboration d’une carte d’A.E.P. dans
le bassin du Sebou. PFE LFP-GG, FSDM-Fès

LAMSIAH Hasnaa, 2014-2015 : Caractérisation de gestion des déchets ménagers et assimilées de la région
Fès-Meknès. PFE MST-GRE, FST-Fès

Webographie

http://www.actuenvironnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/demande_chimique_en_oxyg

ene_dco.php4

http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers15-08/29044.pdf

http://www.citypopulation.de/php/morocco-benimellalkhenifra.php

http://www.citypopulation.de/php/morocco-rabatsalekenitra.php

http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers15-08/29044.pdf

https://www.wikipedia.org/

31
32
L’Agence du Bassin Hydraulique
De Sebou

33
I- ABHS
1. L’Agence du Bassin Hydraulique de Sebou

Etablissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, elle gère les
ressources en eau du Bassin Hydraulique en associant l’ensemble des acteurs de l’eau en veillant à la
protection du domaine public Hydraulique dans le but d’un développement durable. L’Agence est
administrée par un conseil présidé par l’autorité gouvernementale chargée des ressources en eau.

1-1 Création d'ABHS:

Instaurée par le décret 2.00.477 du 14 Novembre 2000, pris en application de l’article 20 de la loi 10-
95 sur l’eau, l’Agence du Bassin Hydraulique du Sebou est un établissement public doté de la personnalité
morale et de l’autonomie financière.
L’Agence est administrée par un Conseil d’Administration présidé par l’autorité gouvernementale
chargée des ressources en eau et dans lequel sont représentés tous les acteurs intervenant dans le domaine de
l’eau au niveau du bassin hydraulique.

1.2 Missions d'ABHS:

 Organise le développement des ressources par :


 L’évaluation des ressources en eau
 La panification de l’aménagement des ressources en eau
 Le suivi qualitatif et quantitatif des ressources en eau
 La gestion des ressources en eau
 Le contrôle des ressources en eau

34
 Le recouvrement des redevances financières

 Veille à la sécurité de la ressource publique et du patrimoine à travers :


 La sauvegarde du domaine public Hydraulique
 La prévention et gestion des situations exceptionnelles
 La maîtrise des ouvrages d’art de lutte contre les inondations
 L’entretien, maintenance et exploitation des ouvrages Hydraulique
 Le contrôle des ressources en eau
 Le recouvrement des redevances financières

 Veille à la sécurité de la ressource publique et du patrimoine à travers :


 La sauvegarde du domaine public Hydraulique
 La prévention et gestion des situations exceptionnelles
 La maîtrise des ouvrages d’art de lutte contre les inondations
 L’entretien, maintenance et exploitation des ouvrages Hydraulique

 A des relations avec des services tiers notamment avec :


 L’assistance technique et prestation aux usagers
 Le développement du partenariat
 L’assistance financière à la dépollution et au développement des ressources en eau
 La concertation avec les acteurs de l’eau pour la gestion de la ressource

1-3) Organisme structurel de l'Agence hydraulique du bassin de Sebou:


L’organigramme de l’Agence du Bassin hydraulique du Sebou se compose de:
 Secrétariat Général
 4 Divisions
 1 Service de protection de la quantité de l’eau

2. Organigramme de l'Agence:

Pour bien comprendre les différents services de l’Agence on va présenter l’organigramme suivant :

35
CONSEIL
D'ADMINISTRATION

DIRECTEUR

DIVISION Entretien des


DIVISION Développment et DIVISION Aides et DIVISION Ressources Service Protection de la
ouvrages et Suivi des
Gestion des Ressources en Eau redevances Humaines et Financièrs Qualité de l'Eau
Ressources en Eau

Service Service Entretien des


Service des Aides Service du Personnel
Développement des Ouvrages
et de la Formation
Ressources en eau Hydroliques

Service Suivi des Service des Service Comptabilité


Service Planification Redevances
et Gestion des Ressources en Eau et finance
Ressources en eau

Délégation Kénitra
Service Gestion du Cellule
Domaine Oublic Communication et
Hydraulique Documentation

Figure : 1 l’organigramme de l’Agence du Bassin hydraulique Sebou.

36
II- Cadre réglementaire :

Les articles de la loi 28-00 du 7 décembre 2006 constituent les textes concernant les plans de gestion des
déchets. Ils définissent ce qu’est un déchet au sens strict du terme : « tous résidus résultant d'un
processus d'extraction, exploitation, transformation, production, consommation, utilisation, contrôle
ou filtration, et d'une manière générale, tout objet et matière abandonnés ou que le détenteur doit
éliminer pour ne pas porter atteinte à la santé, à la salubrité publique et à l'environnement».

La loi définit également l’objectif et les finalités d’un plan directeur régional de gestion des déchets
ménagers .Il stipule que ce plan doit notamment déterminer « les sites appropriés pour l’implantation des
installations d’élimination et de stockage de ces déchets en tenant compte des orientations des documents
d’urbanisme ».

DECRETS D’APPLICATION DE LA LOI N°28-00 :


 Décret n° 2-07-253 du 18 juillet 2008 portant classification des déchets et fixant la liste des
déchets dangereux.
 Décret n° 2-09-139 du 21 mai 2009 relatif à la gestion des déchets médicaux et
pharmaceutiques.
 Décret n° 2-09-284 du 08 décembre 2009 fixant les procédures administratives et les
prescriptions techniques relatives aux DC (déchets contrôlées).
 Décret n° 2-09-285 du 06 juillet 2010 fixant les modalités d'élaboration du PDPP (plan
directeurs préfectoral ou provincial) de gestion des DMA (ménagers et assimilés) et la
procédure d'organisation de l‘EP afférente à ce plan.
 Décret n° 2-09-683 du 06 juillet 2010 fixant les modalités d'élaboration du PDR (plan
directeurs régional) de gestion des DIL (déchets industriels), DMP (des déchets médicaux et
pharmaceutiques) non dangereux, des DUL (ultimes) et DIN (inerte) et la procédure
d'organisation de l‘enquête public afférente à ce plan.
De même la loi n° 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement constitue un des
instruments modernes permettant de faciliter l’application des mesures préventives visant la
protection de l’environnement et l’intégration des préoccupations environnementales dans les
processus de développement économique et social.

La loi n° 10-95 sur l’eau a prévu d’une manière générale la réglementation des dépôts de déchets.
Dans ce sens, elle interdit de déposer ou d’enfouir des déchets solides dans le domaine public
hydraulique. A cet effet, les Agences de Bassin hydrauliques contrôlent et surveillent les risques
potentiels que représentent les décharges publiques pour la quantité de l’eau, les rejets solides dans
les cours d’eau.

37
III- Qu’est-ce que ArcGIS ?
Le système ArcGIs d’ESRI est un système d’informations géographiques intégré (SIG) contenant 3
parties principales :

• le logiciel ArcGIS Desktop, une suite intégrée d’applications SIG avancées,

• la passerelle ArcSDE, interface permettant de gérer les géodatabases dans un système de gestion
de bases de données (SGBD),
• le logiciel ArcIMS, SIG sur Internet permettant la circulation des données et des services.
ArcGIS propose un cadre de mise en œuvre SIG pour un utilisateur unique ou pour plusieurs
utilisateurs.

ArcGIS peut être enrichi de logiciels supplémentaires tels qu’ArcPad pour les
périphériques Windows CE.

ArcMap, solution de cartographie par excellence pour les systèmes d'information géographique
(SIG). ArcMap offre de puissantes possibilités de :

• Visualisation. Permettant une manipulation des données géographiques en un temps record et


l’observation des motifs que vous ne pouviez pas visualiser auparavant, des tendances et des répartitions
qui étaient restées cachées et vous découvrirez de nouvelles perspectives.
• Création. Il est aisé de créer des cartes pour communiquer votre message. ArcMap fournit tous les
outils nécessaires pour placer les données sur une carte et les afficher avec efficacité.
• Résolution. L’utilisation de la géographie permet de répondre à des questions du type « Où se
trouve… ? », « Combien… ? » et « Et si… ? ».
La compréhension de ces relations aide à prendre des décisions plus appropriées.

• Présentation. L’affichage des résultats du travail est facile. Il est facile d’élaborer des cartes d’une
qualité professionnelle étonnante et créer des affichages interactifs reliant des diagrammes, des tableaux,
des dessins, des photos et d’autres éléments aux données
• Développement. L’environnement personnalisable d’ArcMap permet d’adapter l’interface en
fonction des besoins et de ceux de votre société, d’élaborer de nouveaux outils pour automatiser votre
travail et de développer des applications autonomes basées sur les composants cartographiques d’ArcMap.

38
39
40
Mémoire de fin d’études pour l’obtention du Diplôme de Licence Sciences et Techniques

Amal EL AZZOUZI

Nouha EL MEBROUK

Année Universitaire : 2015/2016

Titre : Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilés dans le
bassin de Sebou.

Résumé

Afin de comprendre et construire une vision globale sur les services de gestion des déchets au niveau du
bassin de Sebou, cette étude est menée et repose sur deux axes qui sont : la caractérisation de la situation
actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilés ainsi que l’évaluation de leurs impacts
environnementaux au niveau du bassin de Sebou :

 Caractérisation de la situation actuelle de la gestion des déchets ménagers et assimilées au niveau du


bassin de Sebou (collecte, lieu de diversement des déchets) et savoir les contraintes de gestion des
déchets et un exemple parmi les scénarii proposé par les provinces pour l’amélioration des services de
propreté.

 Diagnostic des décharges au niveau du Bassin de Sebou et les Impacts des déchets sur environnement.
Avec une définition du Lixiviat et ses composantes et représentation de principales conditions pour
faire une décharge contrôlée selon les conditions internationales.

L’implantion de décharges contrôlées dans tout le bassin de Sebou s’impose fortement, fonctionnant suivant
des conditions internationales et ce afin de preserver les conditions sanitaires, les ressources hydriques et
l’Environnement en général.

41

Vous aimerez peut-être aussi