Vous êtes sur la page 1sur 3

Test de Mathématiques

Aucun document autorisé, calculatrice autorisée, table des transformée de Laplace fournie
Ranger les téléphones et les ordinateurs – Bonne chance
19 Octobre 2017

Exercice 1 – (4pts)
Soit l’équation différentielle suivante où u(t) désigne l’échelon de Heaviside :

(E) : y ′ + y = tu(t) avec y(0) = 2

1. Trouver Y (p), la solution de l’équation différentielle (E) dans le domaine de la transformée de La-
place.
Solution
Notons Y (p) = L{y}(p).
1
On a : L{y ′ }(p) = pY (p) − y(0) = pY (p) − 2 et L{tu(t)}(p) =.
p2
1 1 1 + 2p2
Donc : (E) ⇐⇒ pY (p) − 2 + Y (p) = 2 ⇐⇒ (p + 1)Y (p) = 2 + 2 ⇐⇒ (p + 1)Y (p) = .
p p p2
1 + 2p2
D’où : Y (p) =
p2 (p + 1)
2. Calculer y(t), la transformée de Laplace inverse de Y (p).
Solution
a b c
Y (p) s’écrit sous la forme Y (p) = + + .
p2 p p + 1
1 + 2p2 1 + 2p2
a = lim p2 Y (p) = lim = 1 ; c = lim (p + 1)Y (p) = lim =3
p→0 p→0 p + 1 p→−1 p→−1 p2
Pour trouver b, on peut évaluer les expressions pour p = 1 par exemple :
1 + 2 × 12 1 b 3 3 3
2
= 2+ + , d’où = 1 + b + , et donc b = −1.
1 × (1 + 1) 1 1 1+1 2 2
1 1 3 ! "
Ainsi : Y (p) = 2 − + . On a donc y(t) = t − 1 + 3e−t u(t)
p p p+1
3. Tracer y(t).
Solution
Sur [0; +∞[, y(t) = t − 1 + 3e−t et y ′ (t) = 1 − 3e−t .
y ′ (t) ! 0 ⇐⇒ 1 ! 3e−t ⇐⇒ et ! 3 ⇐⇒ t ! ln(3) (et ln(3) ≈ 1, 1).
Donc y est décroissante sur [0; ln(3)] et croissante sur [ln(3); +∞[.
D’autre part, y(0) = 2 et y(ln(3)) = ln(3) ≈ 1, 1.
Enfin la courbe admet une asymptote oblique d’équation y = t − 1
(En effet lim y(t) − (t − 1) = lim 3e−t = 0).
t→+∞ t→+∞

1
4

0 0 1 2 3 4

−1

Exercice 2 – (6pts)
1. Calculer la transformée de Laplace des signaux suivants (u(t) désigne l’échelon de Heaviside) :
(a) f (t) = 3e−t u(t)
Solution
1 3
L{u(t)}(p) = et L{f (t)}(p) = 3L{u(t)}(p + 1) d’où L{f (t)}(p) = .
p p+1
(b) g(t) = 3te−t u(t)
1 3
Solution L{tu(t)}(p) = et L{g(t)}(p) = 3L{tu(t)}(p+1) d’où L{g(t)}(p) = .
p2 (p + 1)2
Ou (deuxième solution) : # $
d d 3 3
L{g(t)}(p) = L{tf (t)}(p) = − (L{f (t)}(p)) = − =
dp dp p + 1 (p + 1)2
% π&
(c) h(t) = cos(t)u t −
6
Solution
% π π& % π& ' % π& %π & % π& % π &( % π&
h(t) = cos t − + u t− = cos t − cos − sin t − sin u t−
√ 6 6 6 6 6 6 6 6
3 % π& % π& 1 % π& % π&
h(t) = cos t − u t− − sin t − u t−
2 6 6 2 6 6
√ √
3 p − π6 p 1 1 − π6 p 3p − 1 − π p
Donc : L{h}(p) = . 2 e − . 2 e . L{h}(p) = e 6
2 p +1 2 p +1 2(p2 + 1)
2. Calculer la transformée de Laplace inverse des fonctions suivantes :
7p + 4
(a) F (p) =
(p − 3)(p + 2)
Solution
a b
F (p) s’écrit sous la forme F (p) = + .
p−3 p+2
7p + 4 7p + 4
a = lim (p − 3)F (p) = lim = 5 ; b = lim (p + 2)Y (p) = lim =2
p→3 p→3 p + 2 p→−2 p→−2 p − 3
5 2
. On a donc f (t) = 5e3t + 2e−2t u(t)
! "
Ainsi : F (p) = +
p−3 p+2

2
7p + 4
(b) G(p) = e−2p
(p − 3)(p + 2)
Solution
% &
G(p) = F (p)e−2p , donc g(t) = f (t − 2). Ainsi : g(t) = 5e3(t−2) + 2e−2(t−2) u(t − 2)

10
(c) H(p) =
(p + 2)2
Solution
1
L{tu(t)}(p) = et L{e−at s(t)}(p) = L{s(t)}(p + a), donc h(t) = 10e−2t tu(t)
p2

Problème (10 points)

F IGURE 1 – Signal s(t)

Soit le signal rectangulaire s(t) de type PWM ayant un rapport cyclique r = 25% tracé sur la figure 1.
La fonction s étant C1 par morceaux, on pourra l’assimiler à son développement en série de Fourier. Ainsi,
le développement en série de Fourier de s s’écrit :

)
s(t) = a0 + an cos(nωt) + bn sin(nωt) (1)
n=1

1. Donner la période T du signal s(t). En déduire la pulsation ω de la série de Fourier correspondante.


2. Exprimer s(t) sur une période [t0 , t0 + T [ ; le choix de t0 est laissé libre.
3. Calculer, a0 , la valeur moyenne du signal s(t).
4. Déterminer les coefficients an et bn , n ∈ N∗ , de la décomposition en série de Fourier de s(t).
5. Simplification des an .
(a) Montrer que a4k = 0 ∀k ∈ N∗ (ici n est multiple de 4),

5 2(−1)k
(b) Montrer que a4k+1 = (4k+1)π ∀k ∈ N
(c) Déterminer l’expression simplifiée de a4k+2 en précisant les valeurs admissibles de k.
(d) Déterminer l’expression simplifiée de a4k+3 en précisant les valeurs admissibles de k.
6. Soit sN (t) la série de Fourier, tronquée à l’ordre N , définie par :
N
)
sN (t) = a0 + an cos(nωt) + bn sin(nωt) (2)
n=1

(a) Exprimer s4 (t), la série de Fourier tronquée à N = 4.


(b) Déterminer la précision de l’approximation du signal initial par la série de Fourier tronquée à
l’ordre N = 4 (en utilisant un rapport de puissances).
(c) Tracer les 5 premières raies (de n = 0 à n = 4) du spectre du signal s(t) en fonction des
pulsations ω.