Vous êtes sur la page 1sur 3

La Référence Offre ses services en de Documents et Cours Magistraux

Situé au Campus I (Ange Raphael), Campus II (Ndogbong), Campus de Logbessou (PK17), Cité des Palmiers et Beedi.
Contacts: 696 378 913 / 682 080 079 / 657 187 206

SOCIOLOGIE POLITIQUE
Vol 5 du Mardi 08 Décembre 2020

B-LA LEGITIMITE DU POUVOIR POLITIQUE


Juan LINZ définit la légitimité comme « une croyance qui fait qu’en dépit de leurs
insuffisances et de leurs défauts, les institutions politiques d’un peuple lui apparaissent
supérieures à toutes les autres formes de gouvernement ». Il s’agit en outre d’une qualité de
pouvoir dont l’acceptation se fonde d’une part sur la force (coercition) comme ressource
première, mais sur le consentement réputé libre des populations.
La notion de légitimité autant que celle du pouvoir et cette notion est intimement liée au
rapport de domination. Max WEBER distingue trois (03) types des dominations légitimes :
- La domination légale rationnelle;
- La domination traditionnelle ;
- La domination charismatique.
Lorsque la domination est légale rationnelle, l’obéissance se trouve régie par des règles
logiques, abstraites et général. Le détenteur du pouvoir légal est lié par la dimension
impersonnelle de celui du pouvoir.
A celle-ci s’oppose la domination traditionnelle. La légitimité repose sur le sacré. Le
détenteur du pouvoir est déterminé en vertu d’une règle transmise. On lui obéit en raison de
la dignité personnelle qui lui confère la tradition, la maitrise des pratiques ancestrales.
Enfin, la domination charismatique, ici, la légitimité repose sur les qualités extraordinaires,
voire héroïques de celui qui détient le pouvoir et à travers lequel se constitue une communauté
émotionnelle de disciples, de fidèles ou encore d’hommes de confiance.
Ces types pures se produisent que très rarement et l’on assiste généralement à leur
combinatoire au sein d’une société. La légitimité découle à la fois des principes de nature
symbolique et des pratiques dont la transgression rompt avec le consensus. Ces principes et
pratiques ont nécessairement varié dans l’espace et dans le temps : autorité divine ou magique,
coutume ancestrale, hiérarchie lignagère ou générationnelle, hérédité dynamique, légitimité
démocratique. Ce qui rend la légitimité vitale pour un système politique, ce n’est pas tant la

Cours de Sociologie Politique Vol5 1


croyance qui la soutend que la justification la rend nécessaire. Aussi, un pouvoir sera dit
légitime pour autant qu’il fonctionne selon les règles préétablies et ces règles sont justifiées eu
égard aux croyances tenues par les diverses parties (les gouvernants et les gouvernés).
La légitimité opère à trois niveaux intimement liés : Celui des règles, celui de la
justification et celui de l’action. Parce qu’elle se déploie à trois niveaux, la légitimité n’est pas
un concept absolu mais relatif. Un pouvoir est toujours plus ou moins légitime. La contrainte
n’est efficace que si l’ordre social et politique fondé sur la domination ne se maintiennent et ne
fonctionnent de façon optimale qu’avec le soutien de l’idéologie en dissimulant la réalité de la
violence, permet de faire l’économie partielle de la force et assure le soutien à l’ordre politique
qu’est l’Etat.

CHAPITRE II : L’ETAT FIGURE MODERNE CONTEMPORAINE DU POUVOIR


POLITIQUE

Qu’est-ce que l’Etat ? Quand y’a-t-il Etat ? Comment le définir au-delà de la


connaissance intuitive qu’en a chaque citoyen quotidiennement confronté à ses agents ou
services (poste de police, état civil, administration, douane, Université, hôpital…) et
spectateur de sa mise en scène symbolique (bâtiments officiels, effigie, drapeau…) ? Il n’ y a
pas de réponses définitives à ces question. Les interprétations varient.
Généralement, pour parler de l’Etat, il faut que trois conditions soient réunies à savoir :
- l’existence d’une Une population;
- établie sur un territoire ;
- et ayant à sa tête un gouvernement. Ce gouvernement doit avoir la capacité d’exercer
la souveraineté (pouvoir exclusif de toute autre subordination) ; il existe une souveraineté
interne et une souveraineté externe des Etats.
La souveraineté interne renvoie à l’exercice du pouvoir politique dans un espace
délimité et la souveraineté externe recouvre l’affirmation de l’indépendance de l’Etat et sa
reconnaissance comme acteur dans le concert des relations internationales.

L’Etat, peut être abordé à partir de trois (03) entendements :


* L’Etat en tant que pouvoir politique. Sous cet angle, nous aborderons l’Etat dans la
perspective de Max WEBER selon laquelle « une entreprise politique de caractère
institutionnel dont la direction administrative revendique avec succès dans l’application des
règlements le monopole de la contrainte physique légitime ».

Cours de Sociologie Politique Vol5 2


* L’Etat en tant que société juridique : ici l’Etat désigne non seulement les gouvernants
mais la société tout entière. L’Etat est défini à partir de trois éléments constitutifs : la
population, le territoire et le pouvoir d’injonction dans le gouvernement.
* L’Etat en tant que production symbolique : ce sont les représentations de l’Etat qui sont
mises en relief ici: la figure du pouvoir paternel, l’état de l’intérêt général.
Dans le cadre qui est le nôtre c’est-à-dire le cas de la genèse de l’Etat, la signification
qui importe le plus est celle de l’Etat comme pouvoir politique, comme instance de domination
politique et d’organisation des rapports sociaux (section 1). Étant entendu que violence et
pouvoir politique entretiennent des rapports étroits, l’Etat apparait comme un phénomène
politique universel reçu dans diverses sociétés dont les sociétés africaines (section 2).
SECTION I : LA MONOPOLISATION DU POUVOIR
Il est généralement admis en sociologie politique que l’Etat moderne est la forme
d’organisation politique qui prend corps et se concrétise dès la fin du XVème siècle et au début
du XVIème siècle. Selon Max WEBER, l’Etat moderne doit être pensé à partir du fait de
domination. Autrement dit, « il n’y a pas d’Etat sans domination » ; en outre, l’Etat moderne
se caractérise par la dynamique particulière du pouvoir politique. Ici, la violence et la
contrainte restent le fondement premier de la réalité de l’Etat.

PARAGRAPHE 1 : L’EMERGENCE D’UN CENTRE POLITIQUE MONOPOLISE

La sociologie de l’Etat, telle qu’elle s’énonce de Max WEBER à Norbert Elias relie la
genèse de l’Etat à l’apparition d’un centre principal de force dans la société.

A- LA CONSTRUCTION DU MONOPOLE SELON MAX WEBER

Avec Weber « Nous disons d’un groupement de domination qu’il est un groupement
politique lorsque et tant que son existence et la validité de ses règlements sont garanties de
façon continue à l’intérieur d’un territoire géographique déterminable par l’application et
la menace d’une contrainte physique de la part de la direction administrative ».
Dans la sociologie wébérienne de l’Etat, deux éléments permettent de rendre compte de
la formation de l’Etat : la domination et la domination légitime.

Cours de Sociologie Politique Vol5 3