Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre en cours : Régulation de la fonction de reproduction chez la femme

L’appareil génital de la femme présente une activité cyclique c’est à dire que 2 événements (règles ou
menstruations et ovulation) se reproduisent régulièrement
Fonctionnement de la puberté à la ménopause

Problèmes posés : Quelles sont exactement les modifications cycliques observées dans les ovaires et l’utérus ?
quelles est l’origine du fonctionnement cyclique de l’appareil génital de la femme ?

I le fonctionnement cyclique de l’utérus

TP utérus : Bilan sur poly 1) les transformations de l’endomètre au cours d’un cycle menstruel et 2) Relation
ovaires et utérus

II le fonctionnement cyclique des ovaires

TP ovaires 1) l’évolution des follicules (fait )


2) les hormones ovariennes (cours et poly distribué)

œstrogènes Progestérone
*Cellules folliculaires ( granulosa et thèques) * uniquement par le corps jaune au cours
Pendant la phase folliculaire : plus les cellules de la phase lutéale
folliculaires se multiplient , plus elles produisent
Cellules d’oestradiol(ou œstrogènes) d’où le pic d’OE
productrices observé un peu avant l’ovulation
d’hormones
ovariennes *par le corps jaune au cours de la phase lutéale

* sur l’utérus : * sur l’utérus :


→ favorise la multiplication cellulaire au niveau → agit si et seulement si les œstrogènes
de l’endomètre : développement des glandes et ont agi avant
des vaisseaux sanguins → favorise la multiplication cellulaire au
→ permet la mise en place des récepteurs à niveau de l’endomètre : glandes et
progestérone dans l’endomètre et le myomètre vaisseaux sanguins deviennent alors
→ provoque les contractions du myomètre sinueux (dentelle utérine)
→ favorise la production de glycogène
* au niveau du col utérin → inhibe les contractions du myomètre
Rôle de ces favorise la production d’une substance appelée (calme propice à la fixation de l’embryon)
hormones glaire cervicale
* au niveau du col utérin
* vagin favorise la production d’une substance
favorise la prolifération de la muqueuse vaginale appelée glaire cervicale

* glandes mammaires * glandes mammaires


prolifération des cellules prolifération des cellules productrices de
lait
favorise la rétention d’eau et de sels + action sur
le métabolisme des lipides + hyperthermie légère
ici
Le corps jaune se maintient: production assurée de Progestérone
Si l’ovocyte est Donc maintien et développement de l’endomètre proportionnellement à la croissance
fécondé de l’embryon.
(11p202)

Si l’ovocyte n’est Le corps jaune est détruit : chute du taux de progestérone.


pas fécondé Sans la P, l’endomètre n’est plus stimulé : les règles apparaissent
(13p203)
Les règles sont dues à une chute du taux de progestérone ! ! ! !

schéma bilan N°1 , résumé ci-dessous

remarque : il y a un synchronisme entre le cycle ovarien et le cycle utérin absolument nécessaire au bon
déroulement de la gestation (ces à dire que l’endomètre est en pleine phase sécrétoire qq j après
l’ovulation, donc en cas de fécondation, il est prêt à accueillir l’embryon ! ! ! !
( ! ! ! il y a des sujets là dessus, type 1 ! ! ! !)

II le contrôle de l’activité ovarienne

1. l’hypophyse (HP) contrôle les ovaires

23, 24 et 25 page 229

à retenir :

Les hormones hypophysaires sont à l’origine des transformations cycliques de l’ovaire :

la FSH agit pendant la phase Folliculaire et déclenche la croissance d’un follicule cavitaire qui donnera un
follicule de DE GRAAF (FSH : Hormone FolliculoStimulante)

Un pic de LH (c’est à dire une dose massive de LH) déclenche la rupture du follicule mur et de la paroi de
l’ovaire : déclenche l’ovulation

La LH favorise ensuite à des doses plus faibles ,pendant la phase Lutéale, le développement du corps jaune
(LH : Hormone Lutéinisante)

Toujours sécrétion pulsatile comme chez l’homme


Remarque 1 : notion d’antagoniste et d’agoniste
Un antagoniste est une molécule qui se fixe sur les récepteurs d’une hormone parce qu’il a la même forme que
cette hormone
Conséquences : il remplace l’hormone donc empêche celle ci de se fixer sur son récepteur et n’a aucun effet
sur l’organe cible
Un agoniste : molécule qui se fixe sur les récepteurs d’une hormone parce qu’il a la même forme que cette
hormone
Conséquences : il a le même effet sur l’organe cible que l’hormone

Remarque 2 : corps jaune est détruit en fin de cycle, « autodestruction » , pas lié au CHH ! ! !

2. le rôle de l’hypothalamus (HT)

19 et 21 p 227

Comme pour l’homme, l’hypothalamus produit une neuro hormone : la GnRH qui stimule l’hypophyse.
Pulsatilité toujours due à la fréquence des messages bioélectriques dans les neurones de l’HT ( à l’échelle de
qq heures)

schéma bilan n°1

du 1er au 13 ème jour du cycle 14 ème jour du cycle du 15er au28 ème jour du cycle

HYPOTHALAMUS HYPOTHALAMUS HYPOTHALAMUS

+ GnRH + GnRH + GnRH

HYPOPHYSE HYPOPHYSE HYPOPHYSE

+ FSH + pic de + LH
LH

Ovaires :
Ovaires :
Croissance d’un
Ovaires : Croissance d’un
follicule +
ovulation corps jaune +
production d’OE
production d’OE/P

+ stimule

3. relation entre HP et le cerveau

comme chez l’homme, HT en relation avec d’autres centres nerveux qui peuvent donc moduler son activité :
cas d’anorexie, excès de sport, synchronisme des règles pour des femmes qui vivent en groupe, certaines
odeurs ou phéromones masculines régularisent les cycles menstruels de la femme ! ! !

4. l’origine des variations cycliques des sécrétions hypophysaires

doc 27p230 :

on constate que faible injection d’OE entraîne une diminution de la production de LH : on a un rétrocontrôle
négatif exercé par une faible dose d’ OE sur le CHH

mais ce qui curieux, une forte concentration d’OE (sup à 200pg/ml de sang) provoque une hypersécrétion de
LH = pic de LH,
cette fois une forte dose d’OE stimule le CHH.
On dit une forte dose d’OE exerce un rétrocontrôle positif sur le CHH
tout ceci est logique ! ! ! ! ! ! !

document bilan n°2 : « bilanRC.ppt »


c’est le document à savoir par cœur ! ! !
si vous l’avez compris, vous avez tout compris ! ! !
appuyez vous du bilan écrit ci-dessous

bilan :

Le CHH stimule les ovaires lors du cycle ovarien, il est responsable des transformations observées
dans l’ovaire : il déclenche la croissance du follicule cavitaire, l’ovulation et le dvp du CJ

Mais il reçoit des infos hormonales des ovaires, les ovaires vont à leur tour contrôler le CHH

Chez la femme, il existe donc deux types de RC, un négatif et un positif exercé par les ovaires sur
le CHH

- Un négatif exercé par OE à faible dose pendant la phase folliculaire


une faible quantité d’OE freine le CHH pour permettre un développement pas trop rapide du
follicule

- Un positif exercé par une forte dose d’OE


Quand le follicule est mur, il produit de fortes quantités d’OE, c’est un message pour le CHH lui
signalant qu’il est prêt à l’ovulation (« bien gros, bien mur et le dit en produisant un max d’OE»),
le CHH est alors stimulé et répond par un pic de LH qui logiquement fait éclater le follicule mur :
l’ovulation .

- A nouveau un négatif, exercé par la P, pour que le CJ ne se dvp pas trop vite

Ainsi il y a une communication entre les organes pour le cycle ovarien et par conséquent utérin se
déroule à une vitesse donné, dans les meilleurs conditions.

Rq : chez la femme, régulation avec RC- et RC+ qui à l’origine de la synchronisation entre fécondation et
nidation (arrivée de l’embryon dans l’endomètre)

Rq : schéma bilan théorique de ce système de régulation appelé servomécanisme (servomécanisme.ppt)

Sujet les plus fréquents en sujet type 1 ou en exercice type 2:


Expliquez les mécanismes à l’origine de l’ovulation : (relation ovaires/CHH : boucle de régulation)
Croissance d’un foll cav qui devient un foll mur→ pic d’OE 12/13ème j→RC (+) des OE sur le CHH→ pic de
LH11ème j→ ovulation

Mardi : la suite des palpitantes aventures des hormones ovariennes…