Vous êtes sur la page 1sur 8

1

Deux tartes du Nord

Pierrot Septime

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

En lecture libre sur Atramenta.net

2
Deux tartes du Nord

Ce matin, ma femme ne semble pas de bonne


humeur. Allez savoir pourquoi ! Une mouche ne l’a pas
piquée, nous sommes en hiver, il n’y a pas de
mouche ! Elle ne s’est pas levée du pied gauche, elle
dort toujours du côté droit ! Toujours est-il que quand
je lui ai demandé ce qu’elle allait nous préparer
comme hors-d’œuvre et comme dessert pour ce
dimanche midi, elle m’a répondu d’une manière tout à
fait désagréable :
– Toi et ta bouffe, vous m’embêtez ! J’ai déjà le
poulet à cuire, les pommes de terre à éplucher et à
couper puis à faire cuire en pommes de terre au
beurre et des chicons à braiser (nous, dans le Nord,
on parle de chicons pour ce que les autres appellent
des endives !). Si tu veux un hors-d’œuvre et un
dessert, tu n’as qu’à t’y mettre ! Sinon, avec tout ce
que je vais préparer, tu ne devrais pas avoir faim !
Si je dis qu’elle n’est pas de bonne humeur c’est
que normalement, elle m’aurait dit :
– Mais, mon chéri, il ne tient qu’à toi de nous faire
un bon petit hors-d’œuvre et un bon petit dessert
comme tu sais le faire ! Pas de souci, fais ce que tu
veux !
Bien sûr, pratiquement, ça ne change rien, c’est
toujours moi qui m’y colle mais enfin il y a la manière :
Et voilà comment je me suis fait recevoir ! Je

3
pourrais aller bouder dans mon coin ! Mais un
dimanche sans dessert et sans hors-d’œuvre, vous n’y
pensez pas ; en tout cas moi, je n’y pense pas.
Il me faut donc trouver quelque chose qui allie ma
gourmandise et ma paresse !

Ça y est j’ai trouvé : une pâte levée qui servira pour


le hors d’œuvre et pour le dessert ! Pour le premier,
une tarte au maroilles, le second une tarte au sucre !
Il ne me reste qu’à vérifier si j’ai tout ce qu’il me faut.

INGRÉDIENTS
Pour la pâte de deux tartes de 32 cm
300 gr de farine (et même un peu plus) : j’aime bien
la fluide !
150 gr de beurre (et même un peu plus pour
beurrer les tourtières !)
3 œufs entiers
10 cl d’huile
20 gr de levure de boulanger
Un tasse à café de lait (pas une petite, celle de
presque 20 cl)

Pour la garniture du hors-d’œuvre


10 cl de crème fraîche (épaisse de préférence)
1 ou 2 jaunes d’œuf
200 à 300 gr de maroilles (je n’ai jamais de surprise
avec un Fauquet. Je ne touche rien pour la pub !)
Poivre et sel (pas trop de sel mais je poivre bien !)

Pour la garniture du dessert


100 gr de sucre en poudre
100 gr de sucre vergeoise blonde
1 ou 2 jaunes d’œuf
10 cl de crème fraiche (épaisse de préférence,
après tout, le reste de ce qui a été ouvert. Oui je sais,

4
j’aurais pu y penser avant ! Mais je n’ai qu’un
cerveau !)

Le secret d’une pâte levée, me disait ma mère, c’est


qu’il faut lui donner une bonne tournée, entendez par
là qu’il faut la battre et, vous allez voir, pour la battre,
je la bats !

Préparation de la pâte
Dans le lait je délaie la levure. Si le lait est frais, je
le réchauffe légèrement au micro-onde, attention pas
trop longtemps, juste tiède !
Dans un saladier, je casse les œufs et je les bats
pour obtenir une omelette bien mousseuse.
J’ajoute l’huile et je bats !
Puis le lait avec sa levure et je bats !
Je fais fondre le beurre, pas trop chaud le beurre !,
(il ne faut pas cuire les œufs !) et je bats !
Enfin, j’ajoute la farine en une seule fois et c’est là
que je donne la dernière tournée. Je n’hésite pas à
faire durer le plaisir quelques minutes. La pâte doit
être collante mais se former quand même en boule,
(tout un art, je vous l’accorde !). Donc s’il le faut,
j’ajoute un peu de farine, un peu à la fois, ce qui me
donnera l’occasion de la battre à nouveau.
Il me suffit maintenant de beurrer les tourtières et
de répartir la pâte que j’étale à la fourchette en
n’oubliant pas de la faire monter sur les bords (il ne
faut pas que la crème passe sous la tarte, tout à
l’heure !)

Maintenant je peux aller me reposer après avoir


déposé mes tourtières à l’abri des courants d’air. Je
laisse lever la pâte pas loin de deux heures dans la
douce chaleur de la cuisine.

5
Je peux préparer à l’avance mes garnitures, si ma
femme n’occupe pas la cuisine ; ce sera encore tout
un art de ne pas empiéter sur la préparation de
l’autre !

Préparation de la garniture.
Je retire les croutes du Maroilles (c’est le moment
le plus désagréable, ce fromage n’a pas la réputation
d’avoir une bonne odeur ; je vous rassure, c’est bien
meilleur quand on mange la tarte chaude.) et j’en
profite pour le tailler en fines lamelles. Je laisse en
attente et je vais me laver les mains avec un bon
savon !
Juste avant de garnir, je mélangerai les jaunes, la
crème, le sel et le poivre.

Pour les sucres, je les mélange dans un bol ; le


sucre vergeoise a tendance à être mouillé et à former
des blocs, au contact du sucre semoule, les grains se
divisent bien.
Comme pour la précédente, je ferai mon mélange
crème et œufs, juste avant de garnir.

Maintenant, il va falloir négocier l’utilisation du


four ! J’espère que ma femme aura retrouvé sa bonne
humeur habituelle ! Poulet et tarte, il va falloir encore
s’arranger !

Cuissons
Four à 180°
L’important, c’est de cuire la tarte une demi-heure à
trois quarts d’heure avant de manger le hors d’œuvre,
comme ça elle reste chaude sans être brulante !
Pendant que la tarte cuit, vous avez le temps de vous
prendre un petit apéritif.
Je garnis la tarte au Maroilles des lamelles de

6
fromage sur lesquelles j’étends la crème aux œufs et
je la mets au four pendant 25 minutes. Je vérifierai si
elle est bien dorée. Je peux la servir dès la sortie du
four mais il est bon d’attendre un peu !

Pour le dessert, j’ai le temps pour la cuire durant 25


minutes aussi ! Il nous faut quand même avoir du
temps pour digérer un peu le plat !
Un petit café pour accompagner que je pense bien
faire suivre d’un bon petit genièvre. Oui, tout est petit
chez moi !

Bien sûr nous n’allons pas manger les deux tartes à


nous deux !
Deux solutions
Nous en mangeons le soir et le lendemain. La tarte
au Maroilles accompagnée d’une petite salade : un
délice ! Repassez les tartes au four pour les
réchauffer, c’est bien meilleur !
Nous les congelons puis nous les dégustons la
semaine suivante. C’est ce que nous ferons car je
pense que ce soir, avec un tel repas, nous n’aurons
pas très faim !

7
FIN

Merci pour votre lecture.

Vous pouvez maintenant :


• Donner votre avis à propos de cette œuvre
• Découvrir d’autres œuvres du même auteur
• Découvrir d’autres oeuvres dans notre
catalogue « Vie pratique »

Ou tout simplement nous rendre visite :


www.atramenta.net

Suivez-nous sur Facebook :


https://www.facebook.com/atramenta.net

Vous aimerez peut-être aussi