Vous êtes sur la page 1sur 11

Synthèse constru 2.

I. Notions de Développement « Durable »


1.Défintions
1.Définition – base
« Le développement « durable » est un mode de développement qui répond aux besoins des
générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs
»
2. Les 3 piliers du DD ( développement durable)

3.Définition – en construction

« En construction, recherche de bâtiments présentant un équilibre entre les trois dimensions


suivantes : la dimension écologique, la dimension sociale et la dimension économique (piliers du DD).

Selon cette approche, pour être considérés comme durables, les bâtiments doivent non seulement
être économes en énergie ou construits à l'aide de matériaux recyclés mais aussi posséder un climat
intérieur sain et confortable et être sûrs et accessibles.

Les coûts de construction, d'entretien et ceux liés au cycle de vie jouent enfin un rôle non négligeable
»

Un habitat durable … c’est quoi ?

« L’habitat, c’est d’abord votre logement.

Mais aussi votre jardin, votre quartier, les infrastructures de votre ville. C’est votre cadre de vie dans
son ensemble.

Qui dit habitat durable, dit habitat de qualité et qui s’inscrit dans le temps.

Pour cela, les matériaux utilisés doivent pouvoir respecter l’environnement qui nous entoure, le bâti
ancien (dans le cas d’une rénovation) et l’habitant.

Il ne s’agit donc pas uniquement d’écologie ou de performance énergétique, mais souvent de bon
sens ! »
2.Enjeux
1.Sensibilisation

➢ A la question climatique (catastrophes naturelles, réchauffement de la planète, GES, …)

➢ A l’énergie (tout domaine confondu…)

➢ Au transport (mobilité…)

➢ A la construction (Utilisation Rationnelle de l’Energie-UREEfficacité énergétique – efficience –


éco-construction – construction bio-climatique – construction dite « durable »…)

➢ Aux écosystèmes – à la biodiversité

➢ A notre planète

2. Agir en tant que citoyen …

 Réduire la pollution
 Limiter impact effet de serre (GES)
 Limiter la dépendance énergétique (géopolitique)
 Maîtriser la facture énergétique dépenses énergétiques
 Préserver les ressources non renouvelables opter pour des énergies alternatives (vertes)

Mais n’est-ce pas aussi une question de bon sens ?

Consommation efficiente des ressources énergétiques, des ressources naturelles… Gestion


intelligente des nuisances et des déchets

✓Au niveau européen : l'UE s’est fixée Cinq objectifs pour 2020, dont :

1. L’Objectif « 20.20.20 » : concerne le Changement climatique et les énergies durables

Réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % (allant jusque 30 %, si les conditions le
permettent) par rapport à 1990

Utilisation d'énergie provenant de sources renouvelables à hauteur de 20 %

Augmentation de 20 % de l’efficacité énergétique

2.L’Emploi : pour 75 % de la population âgée de 20 à 64 ans ;

3.La Recherche et le Développement : Investissement de 3 % du PIB de l’UE

4. L’Éducation : Abaissement du taux de sortie précoce du système scolaire à moins de 10 % -


diplôme de l'enseignement supérieur pour au moins 40 % de la population âgée de 30 à 34 ans ;

5.Lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale : Réduction d'au moins 20 millions du nombre de
personnes touchées ou menacées par la pauvreté et l'exclusion sociale.
3.Agir en tant que citoyen et acteurs de la construction …

1.Au niveau européen : Constat du Parc immobilier

Une des priorités dans les objectifs fixés en matière de réduction de GES

Habitat existant :

Peu performant très énergivore

Application des conditions de PEB pour tout projet soumis à permis (rénovations lourdes/simplifiées)
Habitat neuf :

➢Exigences PEB de plus en plus drastiques à l’horizon 2020

2.Par la prise de conscience individuelle :

• Intervention individuelle, à petite échelle : agir efficacement, de façon raisonnée…mais avec


une vision globale…

• Expertise technique sur les matériaux, tenant en compte tous les paramètres influençant la
performance, mais pas uniquement le « λ » ou « Umax »

• Compétence en terme d’utilisation et de mise en œuvre des matériaux (responsabilité des


Entrepreneurs en PEB en matière de

Source :«Conceptionde maisons neuves durables», Département Energie et Bâtiment durable du


SPW + Architecture et Climat

3. Pistes d’action en construction


Tendre vers :

Batiments de type passif

 Bne 15 kWh/m².an
 Taux de perméabilité à l’air n50.0.6h-1

Batiment de type basse énergie

 Bne 38 kWh/m².an
 Taux de perméabilité à l’air n50.1h-1

Choix du matériau…approche globale

• Relation étroite entre matériau et technique constructive

• Satisfaire les attentes en fonction :

1. des données physiques/chimiques qualités intrinsèques du matériau –


homogène/hétérogène

2. des données environnementalesprocessus de fabrication

3. de l’aspect architecturalesthétique

4. des données financièresétude de marché-budget


• Considérer la mise en œuvre de matériaux :

✓ recyclés – transformation du déchet en un nouveau

✓ recyclables – valorisation

✓ réutilisables – label C2C

• Satisfaire les attentes en fonction :

1.des données physiques/chimiques qualités intrinsèques

 Résistance mécanique : matériau isotrope/anisotrope (R-Compression – flambement

R-Traction – phases élastique, plastique, de rupture Flexion)

 Comportement Thermique : Dilatation thermique – variation dimensionnelle

Conductibilité thermique – flux de chaleur

 Comportement face aux agents extérieurs : air/eau/pollution/ soleil/…


 Comportement au feu : inflammabilité ou Réaction au feu – Euroclasses de A1 à F Résistance
au feu : R-E-I

2.des données environnementalesprocessus de fabrication

 impact environnemental de la fabrication : matières premières – stockage – acheminement



 Territoire de production : origine du matériau par rapport acheminement ou pas
 Impact lors de la mise en œuvre sur chantier :

impact sur le sol-sous-sol (modification), rejet de certains matériaux nocifs, déchets (gestion-
calepinage), nuisances sonores, durée chantier

 Parcours de vie matériau/mise en œuvre : maintenance / entretien pérennité


 Fin de vie : obsolescence du matériau, déchet (A ne plus considérer dans un contexte de DD
fiches de déclaration environnementale et sanitaire de + en + fournies par les fabricants)
 Labels et normes :Repris sur la fiche de déclaration environnementale et sanitaire
 ACV : analyse du cycle de vie – 5 étapes (+ indicateurs permettant la quantification de la
contribution environnementale du produit) :Conception + Production TransportQualité
environnementale ,Mise en œuvre ,Maintenance ,Fin de vie + Usage= Impact sur
l’environnement

3. de l’aspect architectural esthétique contraintes du client – de l’architecte – CDC …

4. des données financièresétude de marché-budget

 contraintes du client devis entreprise (métrés/CDC/fournisseurs…)


 Conditions de plus en plus pointues et contraignantes…
II. La construction dans le temps
Qu’entend-on par architecture « vernaculaire » - « primitive » ?

Construire avec se qu’on a porter de mains Tant pour nomades (huttes – fermes – villes & villages)
que pour sédentaires avec des structures stables (abris de toiles, peaux, bois) ;

▪ Utilisation d’anciennes méthodes constructives, à l’aide de matériaux locaux :

 qui respectent le patrimoine de la région intégration dans paysage (ex pilotis - zones
inondables ; dans la roche – pays chauds ; isolation – pays froids
 – longévité du matériaux : issu de son environnement direct

▪ Par des particuliers ou communautés, sans architectes Reflets des valeurs culturelles des
gens - traditions locales « savoir-faire traditionnel »

▪ Niveaux de confort optimal compte tenu du lieu : système de chauffage/refroidissement ;


ventilation/mouvement de l’air naturellement; agencement judicieux : apports en luminosité

 Principes constructifs « vrais » parce que « naturels » … authenticité :

propre à un pays, un territoire, une surface, à une histoire……

III.Conception bioclimatique
1.Principes généraux : L’Environnement / le Bâtiment

➢ Bon sens

➢ Analyse du lieu

➢ Mise en avant des ressources naturelles :

➢ Opter pour une conception dite « solaire passif » : laisser la nature faire fonctionner nos
installations avec le minimum d’interventions mécaniques,Diminution/suppression des énergies
fossiles ,Capacité de stockage ou rejet d’énergie naturelle (inertie) Composition architecture
fonction du climat (humidité/sécheresse ),orientation

➢ Opter pour des matériaux à très faible énergie grise

2.Principes généraux – objectifs :

➢ Objectif 1 : rechercher l’adéquation entre :

• conception/construction de l’enveloppe,

• le climat et l’environnement dans lequel le bâtiment s’implante

• des modes de fonctionnement des utilisateurs et leur rythme de vie


➢ Objectif 2 :Trouver l’adéquation entre

• le bâtiment

• les systèmes de captages et de protection – chauffage-régulation- refroidissement


écologiques

• mode d’occupation et comportement des utilisateurs dans le bâtiment

Premier volet : l’Environnement – synthèse

1.Caractéristiques du paysage site urbain/campagnes (constructions voisines ou non…)

2.Caractéristiques du climat (latitude)

3.Type de relief (type d’implantation : terrains en pente ≠ terrain plat…)

4.Etude du terrain : étude du sol, nature du sol (choix fondations –

biodiversité)

Deuxième volet : le Bâtiment – synthèse

1.Volumétrie – Surfaces Compacité

2.Orientation : organisation des locaux (implantation – organigramme)

3.Optimaliser les apports solaires : Soleil  radiateurs / éviter la surchauffe voir ventilation «
naturelle* » ; Ensoleillement /ombrage ; Éclairage naturel optimal ; Placement des panneaux PV et
solaires thermiques

4.Composition des parois : utilisation de matériaux sains – naturels, peu polluants (maîtrise E Grise –
ACV – etc…) Isolants écologiques– performance thermique – hygrométriques (ex: argile ; murs «
perspirants ») gestion des déchets

5.Inertie

6.Ventilation naturelle

7.Gestion de l’eau : Réserve des EP (citerne? Création d’un étang naturel ?) principe toiture
végétale…
1) L’Environnement :

1. Caractéristiques du paysage site urbain/campagnes (constructions voisines ou non…)

Composition d’un paysage au sens large du terme ( ocean plaines ect) Influence du Climat, du
micro climat, de la latitude…adaptation des constructions aux propriétés de l’Environnement :
optimiser ses éléments favorables /minimiser les perturbations dues à l’hommes.

2. Caractéristiques du climat

➢La latitude : N-S

Type et forme d’une construction : influencés par l’éloignement de l’équateur (N ou S)…(1)

Ex : en zone désertique, habitation souterraine : bénéfice d’un t° stable de la croute terrestre


équilibre des t° extrêmes jour/nuit de l’air ; protection du soleil

Équipements :

Ex : capteurs solaires de plus petite taille et quasi en position horizontale en équateur

Au nord, Surface et de l’inclinaison (variabilité de l’angle suivant le mouvement du soleil )…

La smartflower …Je vais construire / Connaissance des énergies – fleur-arbre/ Solaire


thermodynamique
➢ La température : Indication sur micro-climat (suivant la latitude…)

 Différence entre t° ressentie et t° réelle : influence des mouvements de l’air, de l’orientation


du vent, de la pluie, du niveau d’humidité

Importance étanchéité à l’air dans nos pays …pas uniquement

 Nécessaire entre autre pour les dimensionnements des systèmes de chauffage / air-co (en +
des apports solaires)

➢ Type de temps

 Inconstant : évolution d’année en année – de jour en jour – d’h en h !

Connaissance des régimes de ces séquences : tirer le meilleur parti des forces naturelles et de ses
interactions (notions de degrés/ jours

➢La luminosité :

Privilégier au maximum l’éclairage naturel (bien être) dimensionnement des ouvertures :


dépendra entre autre de la latitude :

▪Ouvertures plus petites dans pays chaud (besoin de protection contre la chaleur)>< quid lumière
naturelle?

▪Pays tempérés : dimensionnement minimum (1/6ème - 1/8ème à 1/10ème Neufert 1936

1/14ème AGW 30-08-2007!) + choix de l’orientation – apports solaires de la Superficie – mais
surchauffe protections solaires (gestion des apports solaires en été et en hiver) + système
d’éclairage zénithal ?
➢ Les précipitations : Sous forme de pluies, brouillard, neige, grêle, rosée… indications sur
microclimat

 massifs montagneux Position de l’habitat d’un côté ou de l’autre : barrière


nuageuse/ensoleillement ; type de végétation différente, ressources en eau, lumière solaire,
érosion… tout élément naturel ayant une incidence sur le type de construction, son
orientation….

➢ L’humidité par opposition à un air sec :

 maîtrise étanchéité / qualité des matériaux ➢Mouvements de l’air et des vents :


 Tirer parti de ces mouvements pour placement cheminées naturelles de ventilation (concept

3. Type de relief (type d’implantation)

➢Exploiter les possibilités des vallonnements :

▪ différence entre un terrain en pente ou plat + intégration des apports du soleil – éviter vents
dominants (protection)… intégrer la construction au terrain ➢Matériaux locaux :

▪ puiser les ressources locales (dépend de la nature sol, du climat, de la région) diminuer
l’importation (cycle fabrication décentraliséetransformation-transport-adaptation … gestion ACV – En
grise…)

4. Etude du terrain : étude du sol, nature du sol (choix fondations) , nature de la végétation
(biodiversité)

 Plusieurs types de sol : fonction de la latitude, de l’altitude, de la profondeur


importance d’un minimum de connaissance de sol.
Analyse pour : stabilité, types de fondation, pression de charge, mais aussi drainage,
filtration, … zone de séisme etc…, mise en place de système de géothermie

➢Exemples de type de sol et caractéristiques :

 Alluvions : fertile – taux de compression convenable – se répandent et durcissent – très


arables – mauvaise capacité thermique – utilisation conséquente en construction
 Terres grasses : terre de culture (vers de terre… sol respirant) – moulage facile – bon taux de
compression – bonne capacité thermique
 Argile : expansive – dure – plastique (moulage briques crues par ex) – collante – taux de
compression faible – utilisation en construction – bonne capacité thermique

➢Exemples de type de sol et caractéristiques :

 Sable : sans tenue – granuleux – lourd (surtout mouillé ) – taux de compression élevé -bonne
filtration – bonne capacité thermique
 Gravier : durs – lourds – sans tenue – taux de compression élevé – bonne filtration – très
bonne capacité thermique
 Roches : dures – lourdes – solides – taux de compression excellent – bon matériau de
construction – filtration nulle – capacité thermique excellente (pierres de tailles – granit –
marbre …)

➢Maintien de la végétation (suivant type de sol) – exemples :


 Herbes : stabilité du sol – retenue pluies – terre végétale – insectesrongeurs
 Buissons : couverture et protection sol – retenue humidité – maintien humus (terre fertile) –
habitat oiseaux, animaux de petite taille…
 Arbustes : écrans visuels – canalisent vents – ombrages – baies/fleurs…
 Arbres à feuilles caduques : ombrage d’été – canalisent vents – écrans visuels-protection
constructions…
 Arbre à feuillage persistant : brise vents – brise neige hiver – obstacles pluies – ombrage –
retenue sols …

Remarque tourbière: écosystème particulier absorption et stockage du C02

2) Le Bâtiment :

1.Volumétrie – Surface Compacité : Rappels

C = V/S (= compacité) ou Cf = S/V (= facteur de compacité) avec S = l’ensemble des Surfaces de


déperdition = « At » en PEB + C est grand (ou plus Cf est petit) , meilleure est la compacité

Dans la conception bio-climatique : importance de ce calcul Interviennent les notions de « forme -


profil », de « taille », et « de surfaces d’exposition » du bâtiment. La compacité influence le niveau k
du batiment

2. Orientation : implantation – organisation locaux – étude du site exemples schéma habitations

Organigramme (bulles) sur base du programme fourni par le client : mode de vie, confort en
superficie – luminosité etc… budget ! … + respect des réglementations etc… voir BE

En conception bioclimatique, importance de créer deux zones tampons :

▪ « sas » : zone « froide » (ex du sous-marin) entre l’extérieur et les espaces de vie

▪ « serre » ou « espace capteur »: stockage énergie pour pays froid ; dans pays chauds, sert à
maintenir les pièces intérieures plus fraîches

Améliorer l’ambiance thermique des espaces intérieurs de vie, maintien des locaux à t° souhaitée

En PEB : gestion des Nœuds Constructifs (NC compris dans le calcul du K) entre les espaces compris
dans le Volume Protégé et ceux hors du VP (EANC) – fiches 6.24 à 6.28 du guide PEB)

2) Le Bâtiment :

1. Volumétrie – compacité
2. Orientation

3. Apports solaires

4. Composition parois

5. Inertie

6. Ventilation (cheminée naturelle )

7. Gestion de l’eau

2) Le Bâtiment :Points 3 à 7

Principe de « Earthship » : principe imaginé et créé par Michaël Reynolds

Conclusions

L’objectif d’une conception bioclimatique peut être résumé comme suit :

1. En construction neuve :

➢ Bâtiment dont l’empreinte écologique est fortement réduite (matériaux locaux, naturels…)

➢ bâtiment sans besoins en production de fraîcheur (climatisation-système de


refroidissement*)

➢ Bâtiment ayant des besoins de chauffage très limités : tendre vers un bâtiment très basse
énergie ou standard passif (15kWh/m²an)

➢ Utilisation des déchets

➢ Utilisation de matériaux naturels

➢ Viser à l’autonomie des habitants (énergie – nourriture)

➢ Veiller à vérifier les 3 piliers du DD – (Environnement, Social, Economique) (dit aussi les 3P :
Planet – People – Profit ) + le 4ème P pour Participation (coopératives citoyennes)

2. En rénovation :

➢ Amélioration énergétique à travers l’étude PAE ** diminuer les besoins en énergie en


vue de satisfaire les exigences PEB en vigueur simulations – coût – retour sur investissement

➢ Gestion des raccords : ancien/neuf

➢ Gestion de la position des isolants : extérieur / intérieur ?

Conclusions : Principes de base de l'architecture bioclimatique : check liste

1. Environnement naturel, lieu d’implantation : climat-zone paysagère-sol


(nature, reliel) : tenir compte des caractéristiques spécifiques

2. Orientation : gestion des locaux

3. Compacité : gestion des surfaces de déperdition

4. Inertie : gestion de maintien et restitution de l’énergie naturelle

5. Isolation performante : thermique du bâtiment

6. Matériaux : faible énergie grise – diminuer l’empreinte écologique

7. Apport naturel d’énergie /de luminosité

8. Gestion des couleurs et texture des matériaux (absorption lumière, réflexion…)

9. Zones tampons (serre) : protection contre le froid VS stockage Fenêtres/vitrages performants


– sud (facteur g!)

10. Mur capteur comme un capteur solaire (principe mur Trombe) Idem vitrage associé à un
capteur thermique

11. Ventilation naturelle – mécanique couplé avec un puit canadien

12. Système de chauffage d’appoint ou collectif : combustibles récupération

IV. AVENIR : BIOMIMETISME – ARCHITECTURE « Durable » ?


Inspiration dans la nature selon trois niveaux :

• La forme : imitation phyto et zoomorphique

• Le matériau : processus de fabrication et d’évolution au fil du temps - adaptation

• L’écosystème : fonctionnement – comportement – interaction … Depuis l’antiquité … jusqu’à


aujourd’hui … en passant par … Chercheurs – scientifiques – inventeurs

Revoir video

Le biomimétisme, pour nous réinsérer dans la Biosphère - Gauthier Chapelle


https://www.youtube.com/watch?v=a7lMNoWH2qs

Biomimétisme : Les matériaux du futur 4/4 prise de note requise !!!


https://www.youtube.com/watch?v=4Vg0Txw_3Lg

Vous aimerez peut-être aussi