Vous êtes sur la page 1sur 15
Hier à Khartoum Algérie 1 - Tunisie 1 (A.P.) Météo MONNAIE Diabète, cholestérol, hypertension L'euro
Hier à Khartoum
Algérie 1 - Tunisie 1 (A.P.)
Météo
MONNAIE
Diabète, cholestérol,
hypertension
L'euro
(Tunisie aux T.A.B. 5/4)
PÉTROLE
à 1,366
17°
Le Brent
dol
lar
L
es Tunisiens
Alger
à à 1
06,09
dollars
28°
en finale P. 32
entraînent
des pertes auditives
le baril
à Adrar
PP. 16-17
BMS
250 ressortissants algériens établis en Libye rapatriés
Des pluies
assez
La Libye suspendue
des réunions
de la Ligue arabe
250 ressortissants algé-
riens, établis en Libye sur
un total de près de 8000,
ont été rapatriés hier
matin, suite à la dégrada-
tion de la situation dans ce
pays. Dans une déclaration
à la presse le secrétaire
d'Etat auprès du ministre
des Affaires étrangères,
chargé de la Communauté
nationale établie à l'étran-
ger, M. Halim Benatallah,
a indiqué que les vols se
poursuivront pour rapatrier
les ressortissants algériens
désireux de rentrer en
Algérie. Citant des témoi-
gnages recueillis auprès
des ressortissants rapatriés,
M. Benatallah a annoncé la
mort d'un Algérien suite à
des "actes de banditisme".
marquées
affecteront
10 wilayas
P. 18
FOOTBALL
CHAN 2011CHAN 2011
SANTÉ
La CNCD divisée suite
La CNCD
divisée suite

à des divergences

Plusieurs membres de la coordination nationale pour le changement décident de ne pas s’associer à une nouvelle marche.

P. 9

20 Rabi’El Aouel 1432 - Mercredi 23 Février 2011 - N°14134 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

Réunion, hier, du Conseil des ministres

Levée “imminente”

de l’état d’urgence

La lutte antiterroriste prise en charge par l’état -major de l’ANP. Croissance économique et lutte
La lutte antiterroriste prise
en charge par l’état
-major de l’ANP.
Croissance économique et lutte
contre le chômage : 2 objectifs
nationaux stratégiques.
Mesures pour l’amélioration
de l’accès au logement,
notamment aux jeunes.
PP. 3 à 5
Le Président Bouteflika,
hier, au cours de la réunion
du Conseil des ministres
Ph. : Nesrine
de la réunion du Conseil des ministres Ph. : Nesrine Quotidien national d’information — 20, rue
2 EL MOUDJAHID 17° à Alger, 28° à Adrar Météo Ce matin, à 10 h
2
EL MOUDJAHID
17° à Alger,
28° à Adrar
Météo
Ce matin, à 10 h
Youcef Yousfi
à In Amenas,
Stah Alrar et
Hassi Messaoud
Conférence
de presse
Pour la région
pays, l’on s’attend à une
nord du
nuageux et instable sur les
d’un temps
persistance
avec des averses de pluie
régions de l'Est et du Centre
de la fondation
Emir Abdelkader
l
ocalement
assez
marquées
notamment
sur
les
Dans le cadre de la commémoration du 40 e anniversai-
re de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 Février
1971, le ministre de l’Energie et des Mines, accompagné
du P-DG de Sonatrach et d’une importante délégation,
effectueront aujourd’hui et demain, une visite de travail au
niveau des régions de Sonatrach à In Amenas, Stah Alrar
et Hassi Messaoud.
régions
de l'Est,
avec
cependant
une
tendance
à
l'amélioration sur les régions
du Centre
à partir du
Moussa
jeudi. Sur
les régions
de l'Ouest, l’on
Le président de la fondation Emir Abdelkader assurera un point de presse
ce matin, à 10 h, au centre de presse d’El Moudjahid, en prévision d’un sémi-
naire international organisé sous l’égide de la fondation, à Saïda, sur le thème
notera une pré-
dominance du
soleil.
Les températures
de «Mourabitoune ».
maximales
Benhamadi
régions du littoral et
entre 14°c/18°c
seront
sur les
entre 08°c/14°c vers
à Ghardaïa
l'intérieur. Les vents seront en
général faibles à modérés. Au
Sud, le temps sera
par-
et Laghouat
tiellement
nuageux.
Les températures maximales
seront
de l'ordre de 17°c
à 26°c.
Ce matin, à 11 h,
au Centre Echaâb
des études stratégiques
vents seront
Les
en général modérés avec locale-
Conférence-débat
ment
des soulèvements de sable.
mercure affichera 17° à Alger, 14°
Aujourd’hui, le
10° à Batna, 9° à Constantine,
à Annaba, 19° à Oran,
sur le développement
des compétences managériales
Le ministre de la Poste et des
Technologies de l’information et de la Communication,
M. Moussa Benhamadi, effectuera aujourd’hui et demain
une visite de travail et d’inspection dans les wilayas de
Ghardaïa et Laghouat.
15°
à Chlef, 8°
à
Sétif, 22° à
Ghardaïa, 18° à
Tlemcen, 27° à
In Salah
et 28° à Adrar.
Le centre Echaâb des études stratégiques organise ce matin à 11 h en son
Ce matin, à 10 h, à la maison
de la presse Tahar Djaout
Ce matin à 9 h,
à l’hôtel El Mehdi de Staouéli
siège une conférence débat sur
le développement des compétences managé-
riales. La rencontre sera animée par l’expert international Serge Dubois.
Conférence de presse
de l’union des agriculteurs
algériens libres
Cet après-midi à l’hôtel Mazafran
Mimoune réunit les
directeurs de wilaya de
l’artisanat et des métiers
Le MSP organise un débat
ouvert sur la situation actuelle
Le SG de l’Union des agriculteurs algériens libres animera
une conférence de presse ce matin à 10 h à la maison de la
presse Tahar Djaout.
Sous l’égide du président du MSP, M. Bouguerra Soltani, le
parti organise cet après-midi à 13 h 30 à l’hôtel Mazafran de
Zéralda un débat ouvert sur la situation actuelle.
Ce matin, à Ghardaïa
Regroupement régional
de sensibilisation sur le
programme national de mise
à niveau des petites et
moyennes entreprises
Le ministre du Tourisme et de
l’Artisanat, M. Smail Mimoune, prési-
dera la rencontre nationale périodique
et d’évaluation regroupant les direc-
teurs de wilayas de l’Artisanat et des
métiers.
La séance inaugurale est prévue ce
matin à 9 h à l’hôtel El Mehdi de
Staouéli.
Panel du 24 février 2011,
au siège du quotidien
Liberté
Saïd Barkat à Adrar
La salle de conférences de la wilaya de Ghardaïa abritera
ce matin à 9 h 30 un regroupement régional de sensibilisation
sur le programme national de mise à niveau des petites et
moyennes entreprises.
« Comment libérer le potentiel de
l’entreprise privée pour relancer
l’investissement, la production
et la création d’emplois ? »
Le ministre de la Solidarité nationa-
le et de la Famille, Dr. Saïd Barkat,
effectuera aujourd’hui une visite de tra-
vail et d’inspection dans la daira de
Bordj Badji Mokhtar, wilaya d’Adrar.
Handisports
Hommage
Demain, à l’ENSM de Bousmaïl
Journée d’études sur les
plateformes logistiques
Le quotidien Liberté organisera une série de rencontres sous forme de
panels. Le premier thème portera sur « Comment libérer le potentiel de
l’entreprise privée pour relancer l’investissement, la production et la créa-
tion d’emploi » et aura lieu demain, 24 février au siège du quotidien.
aux champions
Le 26 février à 14 h au Sheraton d’Alger
L’école nationale supérieure maritime de Bou Smaïl, en
partenariat avec l’école supérieure de gestion de Kouba, orga-
nise demain une rencontre sur les plateformes logistiques sous
le patronage du ministre des Transports.
Cette rencontre réunira les entreprises prestataires de ser-
vice et celles utilisatrices et des spécialistes algériens et étran-
gers présenteront des communications qui seront la source de
débats devant aboutir à l’identification des besoins réels et des
moyens à mettre en œuvre pour la réussite des projets en cours
ou à envisager dans ce domaine.
Forum sur les convulsions de la
scène énergétique internationale
et les perspectives à long terme
Dr Saïd Barkat, ministre de la Solidarité nationale et de
la Famille, présidera demain soir à partir de 19 h à la
Résidence Djenane El Mithak, une cérémonie en
l’honneur des sportifs aux besoins spécifiques ayant
réalisé des résultats probants lors des dernières
compétitions handisports qui se sont déroulées en
Nouvelle-Zélande.
Rentrée
professionnelle
Demain, à 8 h 30, au Hilton
Liberté organisera par ailleurs, un forum ayant pour thème «les convul-
sions de la scène énergétique internationale et les perspectives à long terme.
Epuisement des ressources, aux pôles de la croissance mondiale, lutte pour
le leadership et l’accès aux ressources», le samedi 26 février au Sheraton
d’Alger à 14 h.
La rencontre sera animée par M. Claude Mandil, ancien directeur géné-
ral de l’Agence internationale de l’Energie, et M. Mourad Preur, expert
pétrolier international et président du cabinet EMERGY.
La 2 e session
le 27 février
Table ronde sur le rôle des
médias dans la vulgarisation
des principes de
gouvernance d’entreprise
La deuxième session de la rentrée
professionnelle aura lieu le 27 février
2011. Pas moins de 264.000 nouveaux
postes de formation seront ouverts,
L’hôtel Hilton abritera demain, de 8 h 30 à 10 h 30 une
table ronde placée sur le thème « le rôle des médias dans la
vulgarisation des principes de gouvernance d’entreprise ». M me
Andrée de Serres, professeur en finances institutionnelles à
l’école des sciences de la gestion, UQAM, Canada, initiera le
débat.
700 spectacles musicaux
au programme de la manifestation
"Tlemcen, capitale de la culture
islamique 2011"
dont plus de 65.000 en formation
résidentielle, 18.827 pour la formation en cours du soir et
4000 pour la formation à distance.
Le 26 février, à 9 h 30, à l’école
nationale des transmissions
Réunion ordinaire
semestrielle de l’AN/MALG
Le président de l’association nationale des moudjahidine
de l’armement et des liaisons générales informe l’ensemble
des membres du conseil national que la réunion ordinaire
semestrielle se tiendra le samedi 26 février à 9 h 30 à l’école
nationale des transmissions, 16, rue Hales Said El Mouradia,
Alger.
L’ordre du jour comprendra les points suivants :
Près de 700 spectacles musicaux nationaux
de différents genres sont programmés dans le
cadre de la manifestation "Tlemcen, capitale
de la culture islamique 2011", a annoncé hier
M. Lardjane Noureddine, chef de département
des festivals culturels et des tournées artis-
tiques de proximité de cette manifestation.
Ces spectacles seront animés par des
artistes algériens issus des 48 wilayas du pays,
soit 2.000 chanteurs et groupes, a précisé ce
responsable dans une conférence de presse
organisée au Centre international de presse de
Tlemcen.
Le
à prix
Audin
des mathématiques
2010
attribué
un
universitaire
de
Tlemcen
Boumediène
Abdellaoui,
maître
de
conférences
l’université
"Abou
Bakr
Belkaïd"
de
s’est
vu
le
Audin
de
mathématiques
Compte rendu de l’activité de l’association durant le
semestre écoulé,
Etude du programme d’action pour le 1 er semestre 2011,
Questions diverses.
Le parti "Ahd 54" plaide
pour une révision
de la loi électorale
l’année
2010,
apprend-on
auprès
de
éponyme,
en
France.
Le
lauréat
algérien
8 jamais partagera Audin travaux établie
son
prix
avec
son
Le président du parti "Ahd 54", M. Faouzi Rebaine a
souligné, hier à Alger, la nécessaire révision de la loi électorale
Emmanuel
Trélat,
professeur
à
d’Orléans,
ajoute-t-on
de
même
Le 28 février,
à l’ambassade d’Italie
Ce
est
depuis
2004
par
Maurice
pour
honorer,
une
Conférence sur les
technologies vertes
par
deux
mathématiciens
des
deux
rives
de
la
Méditerranée.
L’objectif
visé
par
l’association
est
de
les
échanges
entre
universitaires
des
pays
L’ambassade d’Italie, l’institut culturel italien à Alger en
partenariat avec le professeur Paolo De Angelis, de l’universi-
té de la Tuscia, organiseront une conférence sur le thème :
et
d’offrir
l’opportunité
aux
lauréats
à deux présenter Tlemcen, favoriser
de
et
faire
et puis connaître an, décerner Son prix français
leurs
scientifiques.
Cette
distinction
porte
le
nom
de
Maurice
«technologies vertes pour le développement durable des oasis
algériennes et la lutte contre les changements climatiques » qui
se déroulera le 28 février, au théâtre de l’ambassade d’Italie.
de 2007 pour permettre aux assemblées élues "d'accomplir
pleinement leur rôle".
Dans une conférence animée au siège du parti, M. Rebaine a souligné l'impératif
pour les assemblées élues de recouvrer leurs prérogatives "actuellement aux mains
de l'administration". En vue d'insuffler un nouvel élan au développement local, il
suggère que les assemblées communales et de wilaya définissent elles-mêmes leurs
projets de développement.
Evoquant la situation en Algérie, le président de "Ahd 54" a estimé que
"l'Algérie se trouve dans une impasse politique et socio-économique" appelant à un
changement pacifique.
Par ailleurs, M. Rebaine a également appelé à la création d'un Conseil national
de l'audiovisuel "pour permettre à tous d'accéder aux médias lourds" affirmant que
la création de ce conseil "permettra de réunir les conditions propices à la liberté
d'expression au profit des partis et des forces vives de la nation".
un
assistant
de
mathématiques
à
d’Alger,
enlevé
et
sauvagement
assassiné
en
pleine
bataille
d’Alger,
en
juin
1957,
par
les prix parachutistes décerné le enseignants ont
les
du
sanguinaire
Massu.
corps
n’a
été
retrouvé.
Depuis
2004,
des
des
universités
de
Mercredi 23 Février 2011
de
Sidi
Bel-Abbès,
de
Jijel,
d'Alger,
de
Biskra
de
Tlemcen
remporté
ce
prix,
partagé
avec
d’autres
collègues
français.
Selon
les
organisateurs,
le
prix
sera
à fois Audin, officiellement Mascara, pour l’Association l'Association collègue l’Université l’université torturé source.
remis
mars
prochain
Paris.

L’ événement

EL MOUDJAHID

3

Réunion, hier, du Conseil des ministres

Levée imminente de l’état d’urgence

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a prési- dé hier, mardi 19 Rabie El Aouel 1432 correspondant au 22 février 2011, une réunion du Conseil des ministres consacrée notamment au suivi de la mise en œuvre des décisions arrêtées par le Chef de l’Etat le 3 février courant.

I. Le Conseil des ministres a enta- mé ses travaux par l'examen et

l'adoption de trois projets d'ordon- nances et d'un projet de décret prési- dentiel concernant la levée de l'état d'urgence, à savoir :

a- un projet d'ordonnance abrogeant

le décret législatif du 6 février 1993 por- tant prorogation de l’état d’urgence ins- titué par décret présidentiel du 9 février 1992. Ce projet d'ordonnance entrera en vigueur dès sa publication imminente au Journal officiel.

b- un projet d'ordonnance modifiant

et complétant la loi n° 91-23 du 6 décembre 1991 relative à la participa- tion de l’Armée Nationale Populaire à des missions de sauvegarde de l’ordre public hors des situations d’exception. Ce complément intègre au texte le recours aux unités et formations de l’Armée Nationale Populaire pour

répondre à des impératifs de lutte contre le terrorisme et la subversion.

c- un projet de décret présidentiel

relatif à la mise en œuvre de l’engage-

ment de l’Armée Nationale Populaire

dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la subver- sion. Ce texte confir- me que la conduite

Ph. : Nesrine
Ph. : Nesrine

Code de procédure pénale, est complété par une disposition nouvelle permettant

de placer l’inculpé poursuivi pour terro-

risme dans une résidence protégée fixée par le juge d’instruction. Il convient de préciser que cette dis- position concerne exclusivement les faits qualifiés de crime terroriste. Sa mise en œuvre sera entourée

des charges, par la voie du gré à gré, avec une redevance locative déterminée par les services des Domaines ; a-2 - de réductions sur le prix de cette

redevance locative, à hauteur de 90% pendant la période de réalisation de l’in- vestissement (3 ans au maximum), et de 50% pendant la période de démarrage de l’exploitation de l’investissement (3 ans au maximum). Dans les wilayas du Sud et des Hauts Plateaux, la redevance locative sera de 1 DA symbolique par mètre carré pendant dix années, et au- delà, elle sera de 50% de sa valeur domaniale ; a-3 - la mise en place d’une dotation budgétaire d'un maxi- mum de 15 mil-

b - 2 - la mobilisation des sociétés d’investissements dont la création par les banques publiques est parachevée, pour gérer les fonds d’investissements des wilayas, et promouvoir leur partici- pation pendant une période initiale, au capital des petites et moyennes entre- prises qui le souhaitent ; b-3- le lancement, à partir de mars 2011, des sociétés publiques de leasing destinées à alléger le coût de la location- vente des équipements pour les nou- velles petites et moyennes entreprises qui souhaitent recourir à ce dispositif ; b-4- la dynamisation des mécanismes déjà en place pour la garantie du crédit aux petites et moyennes entreprises (PME) et l’allègement des procédures y afférentes avec le concours de l’autorité monétaire ; b-5- et l’intervention du Fonds natio- nal d’investissement à l'endroit des investisseurs nationaux qui le souhai- tent, avec des prises de participation à hauteur de 34% dans le capital et le financement, et pour dynamiser la créa- tion des petites et moyennes entreprises

La lutte antiterro- riste prise en charge par l’état-major de de toutes les garan- ties
La
lutte antiterro-
riste prise en charge
par l’état-major de
de toutes les garan-
ties prévues par la
Constitution, les
instruments inter-
nationaux ratifiés
par l’Algérie, ainsi
l’ANP
que
la
législa-
l’inculpé
tion pertinen-
te en vigueur,
jouissant
notamment du droit
de communiquer
avec son avocat, de
faire recours
contre la mesure et
de recevoir des
visites. Enfin, le pla-

cement en résidence protégée est limité à 3 mois, avec la possibilité pour le juge de le renouveler deux fois seulement. II. Le Conseil des ministres a, ensuite, examiné et approuvé des recommandations présentées par le gouvernement en vue de la dynamisa- tion de l’investissement et de l’amélio- ration de l’efficacité des dispositifs publics de pré-insertion profession-

et la coordination des opérations de lutte contre le terrorisme et la subversion

sont prises en charge par l’état- major de l’Armée Nationale Populaire. Les modalités d’exécution de ce pro-

Croissance économique et lutte contre le chômage : liards de dinars annuellement en 2011 et
Croissance
économique et lutte
contre le chômage :
liards de dinars
annuellement
en 2011 et
2012 au
profit des
collectivi-
objectifs nationaux
tés locales
stratégiques
pour réha-
biliter et
développer
les zones d’acti-
vités (ZAC) ;
a-4 - et la mise
en place, dans les pro-
chaines semaines, d’un
concours budgétaire et
d’un crédit à long terme à
travers le Fonds national
d’investissement, pour la
réalisation de trente nou-
velles zones industrielles
Mesures
pour l’améliora-
tion de l’accès au
logement notam-
ment aux
totalisant près de 4.000 hec-
tares à travers le pays.
jeunes
b-
Au titre de l’amélioration du
le pays. jeunes b- Au titre de l’amélioration du financement de l’investissement, les 5 décisions prises
le pays. jeunes b- Au titre de l’amélioration du financement de l’investissement, les 5 décisions prises

financement de l’investissement, les 5

décisions prises par le Conseil des ministres concernent :

b - 1 - la mise à la disposition des

banques publiques par le Trésor, d’une ligne de crédit à long terme de 100 mil- liards de dinars renouvelable, afin de leur permettre de financer des projets à

maturité longue ;

jet de décret présidentiel seront préci- sées par arrêté conjoint du ministre de la Défense nationale et du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales.

Il

est à préciser que le projet d'ordon-

nance et le projet de décret présidentiel relatifs à l'engagement d’unités et for- mations de l’Armée Nationale Populaire dans le cadre de la lutte contre le terro- risme et la subversion, viennent substi- tuer un fondement législatif et régle- mentaire nouveau à celui prévu dans le

texte législatif de 1993 prorogeant l’état d’urgence. De ce fait, ces deux textes n’instaureront aucune situation nouvel- le, mais permettront par contre, la pour- suite de la participation de l’Armée Nationale Populaire à la lutte contre le terrorisme jusqu’à son terme.

d- un projet d'ordonnance complétant

le Code de procédure pénale pour l’adapter aux exigences de la lutte contre le terrorisme, avec la mise en place d’une protection pour une certaine catégorie d’inculpés, en raison des informations qu’ils détiennent, et qui

sont de nature à aider la justice à appro- fondir ses investigations et à prévenir des actes terroristes.

A ce titre, le dispositif du contrôle

judiciaire énoncé à l’article 125 bis 1 du

(PME). c- Au titre de l’allége- ment des charges

patronales pour

le recrutement

des jeunes

demandeurs

d’emploi,

le Conseil

des

ministres a

décidé :

c-1- une

augmentation de

l’abattement des charges patronales de cotisation à la sécurité sociale, pris en charge par l’Etat. Celui-ci passera de

56% à 80% dans les wilayas du nord du pays, et de 72% à 90% dans les wilayas des Hauts Plateaux et du Sud du pays ; c-2- ainsi qu’une amélioration des

nelle ou d’emplois d’attente. 1. Ainsi, en complément aux importantes exonérations fiscales pré- vues par le Code des investissements, le Conseil des ministres a adopté des dis- positions nouvelles favorisant la créa- tion de petites et moyennes entreprises. a- Au titre du foncier pour l’investis- sement, il s’agit des quatre décisions suivantes :

a-1 - de la concession des terrains aux investisseurs, sur la base d’un cahier

L’ événement

4

EL MOUDJAHID

Réunion, hier, du

Levée imminente

conditions d’utilisation des disposi-

tifs publics d’aide à l’insertion des primo demandeurs d’emploi, explicités ci-après.

2. Le développement du secteur

agricole qui constitue un gisement sub-

stantiel d’emplois a, lui aussi, fait l’ob- jet d’une série de décisions du Conseil des ministres. a- Il en est ainsi, pour la création de nouvelles exploitations agricoles en :

- relevant de 5 et 10 hectares, selon

la zone, la surface de la concession agri- cole, avec l’application des abattements sur la redevance de concession, arrêtés pour l’investissement dans les petites et moyennes entreprises (PME) ;

- facilitant la mise en valeur de larges

périmètres agricoles par des opérateurs économiques nationaux intéressés, sur la base de cahiers des charges ;

- élargissant l’aide publique à la mise

en valeur des terres aux propriétaires de

terres privées sur la base de cahiers des charges sur les cultures à développer ;

- et en allouant des prêts bonifiés à

hauteur de 1 million de dinars par hecta- re pour la mise en valeur des terres et la création d’exploitations. b- Il en est de même avec la consoli- dation de la démarche de filières asso- ciant le producteur agricole au transfor-

mateur. A ce titre, des crédits bonifiés et

à terme seront mis à la disposition des

unités industrielles agro-alimentaires (laiterie, conditionnement de tomates ) qui octroieront à leur tour, des préfinan- cements aux éleveurs et cultivateurs de leurs filières ; c- Il a été retenu la mise en place d’un dispositif de garantie des crédits ban- caires destinés aux agriculteurs ; d- enfin, les dispositifs de microcré- dits et d’insertion des diplômés seront

mis à contribution pour développer le tissu des entreprises de services à l’agri- culture, et pour améliorer le conseil aux exploitations agricoles par des compé- tences dans ce domaine. 3. Le Conseil des ministres a, aussi, arrêté d’importantes décisions destinées

à valoriser davantage les dispositifs

d’aide à la création propre d’activités et

d’emplois par le biais des micro-inves- tissements.

a- A ce titre, et outre les avantages

qui leur sont déjà accordés, les candidats au micro-investissement dans le cadre de l’Agence nationale de soutien à l’em- ploi des jeunes (ANSEJ) et de la Caisse nationale de chômage (CNAC), bénéfi- cieront désormais des encouragements suivants :

- Une réduction de leur apport per-

sonnel au titre du financement de l’in- vestissement (ramené de 5% à 1% pour les investissements ne dépassant pas 5

millions dinars, et de 10% à 2% pour les investissements allant jusqu’à 10 mil- lions dinars) ;

- L’élargissement du seuil maximal

de bonification des taux d’intérêts sur le

crédit bancaire (à savoir 80% au Nord et 95% au Sud et dans les Hauts Plateaux) aux activités dans le bâtiment, travaux publics et l'hydraulique (BTPH) et l’in- dustrie de transformation ;

- L’extension des périodes de différés

à une année sur le remboursement des

intérêts et de 3 années sur le paiement du principal du crédit bancaire ;

- L’octroi, si nécessaire, d’un crédit

supplémentaire sans intérêt de 500.000 DA pour la location du local destiné à l’activité, ou pour l’acquisition d’un véhicule aménagé en atelier, lorsqu’il s’agit d’une activité professionnelle par les diplômés de la formation profession-

nelle ;

- L’octroi si nécessaire, d’un crédit

supplémentaire et sans intérêt de 1 mil-

lion de dinars pour la location d’un local destiné à servir de cabinet médical, d'ar- chitecte, d’avocat ou autres, pour un

minimum de deux diplômés universi- taires ;

- L’instauration d’une période de

trois années durant laquelle la microen- treprise évoluera graduellement vers une fiscalisation totale à l’issue de la

période d’exonération ;

- Ainsi que la réservation d’un quota

de contrats publics locaux aux microen- treprises. b- S’agissant du dispositif du micro- crédit régi par l’Agence nationale du microcrédit (ANGEM), celui-ci bénéfi-

ciera désormais :

- du relèvement de 30.000 DA à

100.000 DA du montant du crédit sans

intérêt, alloué à l’acquisition de matières

premières. Ce dispositif est fortement utilisé par des femmes au foyer réalisant une activité destinée à améliorer le reve- nu familial ;

- et du relèvement de 400.000 DA à 1

million de dinars du montant du crédit

destiné à l’acquisition de petits maté- riels et équipements pour les personnes désireuses d’exercer une activité manuelle.

4. Le Conseil des ministres a égale-

ment décidé des améliorations aux dis-

positifs d’insertion dans le monde du

travail ou d’emplois d’attente. A ce titre

:

a- Le Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) ouvert aux

diplômés universitaires, techniciens supérieurs et candidats à l’insertion pro- fessionnelle, connaît les améliorations suivantes :

- la durée du contrat de placement

passe de 1 année à 3 années, lorsque l’employeur est une administration,

avec possibilité de renouvellement ;

- le contrat d’insertion des diplômés

de la formation professionnelle auprès

des entreprises du secteur économique

pour une durée de douze mois est désor- mais renouvelable ;

b- Le dispositif du Contrat de travail

aidé (CTA) enregistre quant à lui, les améliorations suivantes :

- les diplômés universitaires et les

techniciens supérieurs placés auprès

d’un opérateur économique durant trois années, conserveront la même contribu- tion publique à leur salaire de poste au lieu du système actuel basé sur une réduction annuelle progressive de ce concours public;

- les sortants de l’éducation nationale

et de la formation professionnelle placés auprès des opérateurs économiques, bénéficieront d’une période de place-

ment de 3 années au lieu de deux, avec suppression de la dégressivité sur la subvention publique versée à leur salai-

re de poste.

c- Pour les mécanismes d’emplois

d’attente, les améliorations suivantes ont été adoptées par le Conseil des ministres :

- Fusion du dispositif de « l’Indemnité pour activité d’intérêt géné-

ral » (IAIG) avec le « Dispositif d’acti-

vités d’insertion sociale » (DAIS) de

sorte à offrir aux personnes sans revenu une activité partielle et temporaire en

contrepartie d’une allocation consé-

quente ;

- Extension de la durée (douze mois

au lieu de neuf) et du domaine d’utilisa-

tion du dispositif de Travaux à haute intensité de main-d’œuvre « TUP HIMO

» ; 5. Enfin le Conseil des ministres a

Ph. : Nesrine décidé :
Ph. : Nesrine
décidé :

a- de lever toute conditionnalité, y compris celle relative aux activités com- merciales, pour l’accès aux locaux pour les jeunes réalisés dans le cadre du pro-

gramme « 100 locaux par commune ». Pour rappel, ce programme englobe près

de 140.000 locaux dont la quasi-totalité

n’est pas encore exploitée ; b- et d’allouer une enveloppe budgé- taire annuelle complémentaire de 2 mil- liards de dinars en 2011 et en 2012, au titre des Programmes communaux de développement (PCD) pour l’aménage- ment de « marchés de proximité » dans

les locaux et quartiers urbains, qui

seront destinés à accueillir les jeunes exerçant une activité commerciale infor- melle. Intervenant à l’issue de l’examen et de l’adoption de cet ensemble d’encou- ragements nouveaux à l’investissement et à l’emploi, le Président de la République a déclaré qu’il s’agit-là de

pas supplémentaires franchis en direc- tion de deux objectifs nationaux straté- giques à savoir la croissance écono- mique et la lutte contre le chômage. S’agissant de l’investissement dans l’entreprise de production ou de ser- vices, ainsi que dans le secteur agricole, le Président Abdelaziz Bouteflika a sou- ligné que notre pays qui se distinguait déjà par des encouragements significa- tifs, vient de hisser son effort dans ce

domaine à un seuil sans pareil dans les

pays en développement. « Il reste à nos administrations et ins- titutions financières à mettre en œuvre efficacement toutes ces mesures. Il reste également à nos investisseurs à relever le défi de l'édification économique du

pays, mais aussi, celui de l’offre d’em- plois durables aux citoyens en chômage et notamment à nos jeunes », a précisé le Chef de l’Etat. « Le chômage des jeunes, et particu- lièrement des diplômés, pèse fortement partout à travers le monde. L’Algérie n’échappe pas à cette réalité d’autant que la jeunesse constitue la tranche d’âge majoritaire au sein de notre popu- lation, et que notre pays se félicite de scolariser chaque année plus du quart du total de notre peuple. Voilà pourquoi, nous ne ménagerons aucun effort pour accroître l’insertion de notre jeunesse dans le monde du travail », a poursuivi le Président Abdelaziz Bouteflika. Abordant les dispositifs publics de placement des diplômés en pré-inser- tion, le Président de la République a invité les opérateurs économiques qui accueillent des jeunes placés à travers des contrats publics fortement aidé, à leur accorder la priorité lors de recrute- ments effectifs par leur entreprise. Le Chef de l’Etat a également instruit les administrations concernées par la même situation à accorder la priorité aux agents placés avec soutien public, lors de l’ouverture de postes budgétaires pour des recrutements. « Des textes nou- veaux devront faire prévaloir cette démarche sur l’approche mécanique du recrutement par concours », a ordonné le Président Abdelaziz Bouteflika. Le Président de la République a éga- lement instruit les administrations et services publics concernés de réserver un minimum de 20% de la commande publique locale aux microentreprises.

L’ événement

EL MOUDJAHID

5

Conseil des ministres

de l’état d’urgence

En outre, le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement de poursuivre le pro- cessus entamé de fusion et d’harmonisa- tion des dispositifs d’aide au micro- investissements, à l’insertion profes- sionnelle, et à l’emploi d’attente.

A ce titre, il a précisé que tous les

efforts destinés à la promotion et l’em- ploi devront être graduellement regrou- pés autour du secteur du travail, tout comme devra être instauré un « guichet unique » pour l’ensemble de ces dispo-

sitifs. Le secteur de la solidarité nationa-

le devra se consacrer encore davantage à

cette importante mission découlant de principes fondamentaux de notre pays a

ajouté le Chef de l’Etat. Le Président Abdelaziz Bouteflika a

enfin ordonné au gouvernement d'assu- rer une large vulgarisation de toutes ces mesures destinées à promouvoir l’inves- tissement et l’emploi, et notamment celles destinées à l’emploi en faveur des jeunes.

III. Le Conseil des ministres s’est

ensuite penché sur les recommandations

présentées par le gouvernement en vue d’améliorer l’offre de logements aux citoyens. Pour rappel, le programme quinquen-

nal en cours a retenu la livraison de 1,2 million de logements à l’horizon 2014 (contre 1 million d’unités pour le quin- quennat passé) sur un programme total de 2 millions d’unités.

A la fin de l’année 2010, 190.000

logements ont été livrés, alors que 510.000 unités sont en cours de construction et 400.000 autres loge- ments en phase de réalisation des études. Afin d’accompagner et de dynamiser

ce programme, le Conseil des ministres

a arrêté les décisions suivantes :

a- La réalisation en urgence d’un

recensement des assiettes foncières devant accueillir les programmes de

logements non encore mis en construc- tion, et ce notamment dans les grandes agglomérations ;

b- L’augmentation du lancement du

programme quinquennal de logements en inscrivant, dès cette année, la quasi-

totalité de ses dotations budgétaires en études, et le cas échéant en réalisation ;

c- L’accélération du lancement de

400.000 unités de logement rural s’ajou- tant aux 200.000 habitations rurales déjà

mises en chantier, et ce pour mettre en œuvre la directive présidentielle relative

à la mise en route immédiate de la quasi- totalité du programme quinquennal de logements ruraux qui totalise 700.000 unités ;

d- La dynamisation du logement pro-

motionnel aidé, en encourageant les banques publiques à s’engager davanta- ge dans ce segment, aux côtés des pro- moteurs et dans la création de leur propre filière de promotion immobilière. En outre, les pouvoirs publics institue- ront dans les prochaines semaines un fonds de garantie du crédit bancaire aux citoyens désireux d’acquérir ou de construire leur propre habitation ; e- L’amélioration de l’accès des jeunes au logement, d’abord par une vulgarisation des dispositions déjà en vigueur en leur faveur en ce qui concer- ne le logement social locatif. En outre, un programme additionnel de 50.000 logements promotionnels sera inscrit cette année et sera réservé aux jeunes, sous la forme de la vente à tempérament

; f- L’amélioration des capacités de réalisation de logements, y compris à travers la modernisation des entreprises

Ph. : Nesrine décembre 2010.
Ph. : Nesrine
décembre 2010.

publiques du bâtiment qui a déjà été engagée ; g- et l’allégement des procédures entourant la construction des logements, notamment en autorisant le secteur, dans le respect des dispositions législatives et

réglementaires en vigueur, à recourir au gré à gré simple pour contracter des d’études et des réalisations, et le cas échéant, à faire appel aux moyens étran- gers de réalisation. Intervenant sur ce dossier du loge- ment, le Président de la République a insisté sur le suivi de ce programme de

travail et sur l’accélération de la distri-

bution de tous les logements déjà livrés, précisant que cette opération devra être menée et achevée dans l’équité et la transparence, avant la fin du mois de juin prochain. IV. Avant l’examen du reste de

l’ordre du jour du Conseil des ministres, le Président Abdelaziz Bouteflika a interpellé le gouvernement et à travers lui l’administration publique, sur la nécessité impérative d’améliorer les

méthodes de travail et d’intensifier les efforts.

« Notre souci d'élaborer sans retard

les programmes d’action et d'améliorer

sans délai le service public et la qualité

de l’accueil des administrés dans les administrations devront être érigés en pratiques permanentes », a souligné le Chef de l’Etat, qui a également chargé le

gouvernement de mettre en œuvre une série de directives à ce sujet, notamment en vue :

a. De réhabiliter le rôle de l’exécutif de wilaya, dans la conduite et la mise en œuvre localement des programmes défi- nis.

« Sous l’autorité du Conseil des

ministres, le gouvernement a la respon- sabilité de définir des politiques et des programmes nationaux, de mettre en place les réglementations requises, et le cas échéant, de veiller à la réalisation de grands chantiers nationaux. C’est à l’ad- ministration locale d’animer sur le ter- rain l’exécution de ces programmes pour que soient allégées les procédures et surtout pour réduire les retards dans leur concrétisation », a précisé le Chef de l’Etat ; b. De préparer d’ores et déjà les mécanismes et les moyens à même de hâter la valorisation du rôle des assem- blées communales avec la révision du

Code communal en examen au Parlement ;

« Les élus locaux doivent restaurer

de plus en plus leur mission de repré-

sentation locale de la population et d’in- termédiation entre celle-ci et l’Etat », a souligné le Président de la République;

c. De développer une réelle politique

de communication des pouvoirs publics et du service public à tous les échelons, pour faire connaître les réalisations, mais aussi pour expliquer les situations lorsqu’une lacune existe.

d. De veiller à lutter contre le gas-

pillage, les privilèges et passe-droits, et l’atteinte aux deniers publics ;

« Les responsables, à tous les

niveaux, doivent donner l’exemple en ce domaine, et être fermes contre toute

dérive. Les mécanismes de contrôle devront également assumer pleinement

leurs responsabilités », a ordonné le Chef de l’Etat.

e. Et d’alléger sans cesse les procé-

dures, les circuits et les dossiers admi-

nistratifs pour améliorer la qualité et

l’efficacité du service public ainsi que sa relation avec les administrés.

Dans ce cadre, le Chef de l’Etat a, notamment, chargé le gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que tout concours pour le recrute- ment d’agents publics, soit désormais organisé au niveau de la wilaya concer- née et ouvert en priorité aux candidats issus de ladite circonscription

V. Le Conseil des ministres a, par

la suite, entendu une communication relative au processus de mise en œuvre

du système « LMD » à l’université.

A ce titre, il a pris connaissance des

recommandations de la Conférence

nationale des chefs d’établissements universitaires, qui, en sa qualité d’auto-

rité pédagogique universitaire a :

- Confirmé la validité du diplôme

d’ingénieur d’état délivré par les établis-

sements d’enseignement supérieur ;

- Confirmé le maintien des forma-

tions de magister pour les diplômés de l’ancien système de formation universi- taire jusqu’à son extinction normale ;

- Inscrit comme priorité l’élaboration des textes devant régir les correspon- dances entre l’ancien système et le sys- tème « LMD », tel que prévu par la loi d’orientation de février 2008 ;

- Et recommandé l’abrogation des

dispositions nouvelles mises en place en

A l’issue du débat, le Conseil des

ministres a décidé d’abroger le décret présidentiel du 13 décembre 2010. Le Conseil des ministre a ainsi avalisé les recommandations de la Conférence nationale des chefs d’établissements

universitaires.

Le Président de la République a ordonné au gouvernement d’apporter tout son soutien au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour l’élabora-

tion rapide des textes relatifs aux corres- pondances entre l’ancien système d’en- seignement universitaire et le nouveau

système « LMD ».

Le Chef de l’Etat a, enfin, insisté sur

le dialogue et la communication perma- nents qui doivent accompagner la mise en place graduelle d’une réforme aussi importante et vitale que celle concernant le système national de formation et

d’enseignement universitaire. VI. Poursuivant ses travaux le Conseil des ministres a examiné et approuvé un avant-projet de loi modi- fiant et complétant la loi du 7 août 2001 portant orientation et organisation des transports terrestres. Cette proposition vise à introduire une assise légale notamment pour l’ex- ploitation prochaine du tramway et du

métro, qui ne sont pas couverts par la loi pertinente en vigueur.

VII. Le Conseil des ministres a

enfin examiné et entériné un projet de contrat en gré à gré simple entre l’éta- blissement public « Algérienne des Eaux » et la société publique « COSI-

DER » pour la réalisation de travaux de raccordement de la conduite de transfert d’eau de In Salah vers Tamanrasset au système de distribution d’eau potable existant dans cette même ville.

Ce marché d’une valeur de 590 mil-

lions de dinars porte sur des travaux d’une durée d’un mois. Il permettra

ainsi l’entrée en service de l’alimenta- tion de la ville de Tamanrasset en eau potable provenant d’In Salah dès le deuxième trimestre 2011.

Le Conseil des ministres a conclu ses

travaux par l’approbation de décisions individuelles de nomination et de fin de fonctions aux emplois supérieurs de l’Etat.

Nation

EL MOUDJAHID

7

Médiation judiciaire

Une mission noble au service de la société

Sur le thème : “ La médiation : deux protagonistes gagnants ”, les assises natio- nales des médiateurs judiciaires algériens se sont ouvertes lundi à l’hôtel Safir- Mazafran de Zéralda (Alger), sous la prési- dence de M. Djamel Bouzertini, directeur du Centre de recherche juridique et judi- ciaire (CRJJ), en présence de M. Ahmed Ali Salah, directeur des affaires civiles, au ministère de la Justice, de M. Achit Henni Abdelhamid, président de la Chambre nationale des notaires, et d’experts suisses en médiation.

I ntervenant à l’ouverture des travaux, M.

d’abord le rôle important joué par la

médiation en Algérie, depuis la nuit des temps, dans le règlement des conflits sociaux, tribaux et familiaux, avant d’évoquer les efforts déployés par le CRJJ pour préparer ces assises nationales de la médiation, en préci- sant qu’une nouvelle étape s’ouvre aujour- d’hui pour l’exercice de cette mission, avec l’adoption d’un statut particulier et d’un code de déontologie, comme cela se fait dans le monde. Lui succédant, M. Ahmed Ali Salah, a déclaré que depuis l’adoption de la loi 08.09 du 25.02.2008 dans le code de procédure civi- le et administratif, la médiation a été bien accueillie par la société algérienne qui l’a adoptée voilà des siècles, en vue de régler les problèmes et conflits familiaux et sociaux, tout en préservant les liens parentaux, la cohé-

Djamel Bouzertini a tenu à rappeler

sion sociale. Il a ajouté que la médiation est une mission noble, non une profession, menée par des hommes intègres et crédibles, au ser-

Ph. Louiza
Ph. Louiza

vice de la société. C’est pourquoi, a-t-il enco- re précisé aux 180 médiateurs présents venus des 48 wilayas du pays, le ministère de la Justice exprime toute sa disponibilité à appor- ter aide et assistance aux médiateurs judi- ciaires et à leur association. Quant à M. Achit Henni Abdelhamid, pré- sident de la Chambre nationale des notaires, il a tenu à rappeler les avantages de la médiation judiciaire pour les indi- vidus et la société (gains

de temps et d’argent, moins de lourdeur admi- nistrative, souplesse, dis- crétion), avant d’ajouter le renforcement des liens

familiaux et sociaux. Il a ensuite précisé quelles sont les conditions d’exercice de cette médiation judiciaire, qu’il a considérée comme une bonne alternative à l’action de justice, avant de parler de la pratique de la

médiation elle-même, en appelant les partici-

pants à ces assises à étudier profondément les dossiers en affaires présentés, de faire preuve d’organisation dans la tâche, d’être à l’écoute des protagonistes, d’être fin psychologue et de savoir convaincre, s’ils veulent réussir dans leur noble mission. Un débat riche et ouvert s’est instauré dans la salle après la présentation de l’expérience suisse dans le domaine de la

par

Iselin

Zellweger

et

Ahmed Aoued

(Genève). Les travaux des assises se sont poursuivis durant l’après-midi en vue de constituer le bureau de l’association et l’élection de son président. Mourad A.

la médiation

à croissance

Le conflits pour

recours

des

règlement

le constante

en

médiation

M me

Ingrid

Université

Batna

Stage régional de formation sur les procédures légales et les conflits environnementaux

U n stage régional de formation sur

conflits en matière d'environne-

les procédures légales et les

ment, s'est ouvert hier, à la maison de l'en- vironnement de Batna. Encadrée par l'institut national des for- mations environnementales (INFE), cette rencontre de trois jours regroupe les cadres des directions de l'environnement et de la police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement venus de neuf wilayas de l'Est du pays. Pour M. Walid Boulegroun, juriste et membre du staff encadreur du stage, l'ob- jectif est de présenter et d’expliquer les articles de la loi relative à la protection de l'environnement et les procédures de leur mise en application, ainsi que les pro- blèmes environnementaux et la nature des infractions signalées dans le pays. Il s'agit également de rapprocher les visions entre les cadres de l'environnement

et les agents de la police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement en vue de mettre un terme aux différentes formes d'agression subies par l'environnement, a indiqué de son côté M lle Amina Ouabdelkader, de l'INFE, soulignant que cette formation fait partie de quatre stages régionaux prévus à travers le pays. La maison de l'environnement de Batna avait accueilli, en décembre dernier, une semaine de formation, de sensibilisation et d'évaluation des ateliers d'éducation envi- ronnementale, organisée par le même insti- tut.

Les étudiants poursuivent leur mouvement de protestation

D es étudiants de plusieurs

grandes écoles et universités

continuent d'observer un sit-in

devant le siège du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour revendi- quer la "valorisation" de leur diplôme d'ingénieur d'état, n'excluant pas de recourir à une grève générale "illimi- tée" si leur doléance n'était pas satis- faite, a-t-on constaté mardi. Outre la valorisation du diplôme d'ingénieur, les étudiants, qui suivent des études selon le système classique, demandent que ce diplôme soit "l'équivalent du master 2", ce qui per- mettra à son titulaire d'aspirer à faire un doctorat de 3 e cycle. Ils demandent également l'abroga- tion des modifications apportées par le décret N°10-315 du 13 décembre 2010 relatif à la classification de leur

diplôme, un décret qui, selon eux, a mis tous les étudiants "sur un pied d'égalité". Les étudiants refusent, par ailleurs, de passer les prochains exa- mens car, disent-ils, "c'est-là un moyen indirect visant à nous obliger à reprendre les cours". "Nous voulons des engagements et non des recom- mandations", ont expliqué à l'APS des étudiants en génie maritime (spé- cialité construction navale) de l'uni- versité d'Oran qui prenaient part au sit-in. Ces étudiants protestataires "regrettent" que leur spécialité ne soit pas inscrite à la fonction publique. De leur côté, des étudiants de l'Ecole supérieure de commerce (ESC) d'Alger ont exprimé leur "mécontentement" du fait que leur spécialité ait connu un "recul" au niveau de la fonction publique, "pas- sant de l'échelon 13 à l'échelon 11".

Selon eux, l'instauration du systè- me LMD explique, en partie, la "régression" du niveau des étudiants, regrettant le temps où il fallait "crava- cher dur" pendant le tronc commun pour prétendre accéder aux meilleures spécialités. Au sujet des revendications des étudiants de l'université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) suivant le sys- tème classique, un communiqué du rectorat de cette dernière, après avoir noté le refus des étudiants de discuter des revendications en question, préci- se que l'abrogation du décret 10-315 conduit à l'application du décret n° 07-304 du 29 septembre 2007. En vertu de ce dernier, ajoute le communiqué, toutes les formations "Bac+5" sont classées à la même caté- gorie. Les diplômes délivrés par

l'Enseignement supérieur pour ces

formations "Bac+5" demeurent sans changement (ingénieurs d'Etat, phar-

maciens,

communiqué. Le rectorat fait savoir que l'USTHB ouvrira, durant l'année 2011-2012, le concours d'accès au magister pour toutes les spécialités existantes à cette université, en appli-

cation de la recommandation du jeudi 17 février 2011. La conférence nationale des chefs d'établissements universitaires, réunie jeudi dernier sous la présidence du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, a recommandé l'abrogation des modifications appor- tées par le décret N°10-315 "dans la perspective d'une classification qui prenne en compte l'ensemble des

le

architectes

),

ajoute

diplômes de l'Enseignement supé- rieur". La conférence, qui a assuré que le diplôme d'ingénieur d'état était toujours en vigueur, a décidé, en outre, en tant qu'"action prioritaire", l'élaboration des textes qui doivent régir les correspondances entre l'an- cien système et le nouveau système LMD, prévus par la loi d'orientation N°08-06 du 23 février 2008. Par ailleurs, concernant les "bruta- lités" dont auraient fait l'objet deux étudiants devant le siège du ministère, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a tenu à préciser qu'une enquête est ouverte par la poli- ce judiciaire de la sûreté de wilaya d'Alger et que "toute la lumière sera faite à ce sujet" En cas de faits "avérés", les auteurs seront "sévèrement punis", a assuré la DGSN.

Oran

La capacité de stockage d'eau du projet “MAO” peut atteindre 300.000 m 3

L a capacité de stockage des réservoirs d'eau, réalisés dans la localité de "Belgaid" à l'est d'Oran et destinés à

l'alimentation en eau potable, peut atteindre 300.000 mètres cubes, a affirmé le directeur de l'hydraulique de la wilaya. Ces réservoirs, réalisés dans le cadre du projet du couloir Mostaganem-Arzew-Oran (MAO), sont entrés récemment dans la phase des premiers essais après l'achève- ment de leurs travaux. Ils seront "les plus importants du genre au niveau national", a indiqué M. Tarchoune Djelloul. "La capaci- té de cette infrastructure suffit à approvi- sionner en eau potable tous les habitants de la wilaya d'Oran, à longueur de journée et sans interruption, au cas où les autres sources d'approvisionnement ne fonction- nent pas", a indiqué ce responsable. Ces réservoirs constituent l'une des plus impor- tantes destinations du couloir "MAO" d'un apport d'environ 500.000 m 3 /jour, au profit des habitants des wilayas de Mostaganem et Oran, alors que les besoins quotidiens des habitants de la capitale de l'ouest algérien en eau potable sont estimés à environ

320.000 m 3 , a ajouté M. Tarchoune. Pour entamer l'exploitation effective de ces réser- voirs, qui s'étendent sur une superficie d'en- viron 12 ha, il a été procédé au lancement des travaux de réalisation de canalisations de raccordement aux réseaux de distribution publique de l'AEP, pour un nombre d'agglo- mérations urbaines ciblées par ce projet, à l'instar des communes d'Arzew, Es-Senia, Gdyel et la localité côtière de Kristel, selon le même responsable. Cette opération ciblera, a-t-il ajouté, le raccordement de ces réservoirs à d'autres plus petits réalisés récemment, à l'image du réservoir de Kristel dont la capacité de stoc- kage est estimé à environ 10.000 m 3 et de deux autres de la localité d'Ain Beida (Es- Senia) d'une capacité chacun de 50.000 m 3 . Il est à noter qu'une enveloppe financiè- re dépassant 1,7 milliard de dinars a été consacrée à la réalisation du projet de réali- sation des canalisations de raccordement de ces réservoirs au réseau de distribution pré- cité, destiné à l'alimentation en AEP, sur une distance globale dépassant les 115 km, selon M. Tarchoune.

Béjaïa

L’étude d’exploitation de la mine de zinc et de plomb d’Amizour fin prête

L’ étude de mise en exploitation de la mine de zinc et de plomb d’Amizour est fin prête, a indiqué le directeur général

adjoint de WMZ (Western Mediterranean Zinc), une joint-venture algéro-australienne. L’activité de cette société est, toutefois, subordonnée à l’ob- tention préalable du titre minier du ministère de l’Energie et des Mines, a affirmé à l'APS M. Baziz Kamel. Détenue à 65 % par la société aus- tralienne "Terramine Australia Limited" et 35% par l’E.N.O.F (Entreprise nationale des produits miniers non ferreux et des substances utiles) et l’ORGM (Office de recherche et gestion miniè- re), WMZ, a conduit tous les travaux d’explora- tion et de forage qui ont révélé, en novembre 2009, l’existence d’une ressource globale de 68,6 millions de tonnes avec des teneurs en plomb et zinc de 6,1%. "Un potentiel énorme, qui fait de ce gisement, l’un des plus grands au

ron 450.000 tonnes/an, dont une grande partie destinée aux fonderies européennes, a-t-on sou- ligné, expliquant que ses vertus, tiennent en "la faible teneur en contaminant des deux minéraux". Cette étude finale de faisabilité fait actuellement l’objet d’une "contre expertise", commandée par l’ENOF, notamment dans son volet inhérent à son impact environnemental et à ses incidences financières, le projet, étant estimé globalement à quelque 300 millions de dollars, selon le P-DG de Terramin, M.Greg Cochran. A la fin des études de préfaisabilité, quelques associations sont mon- tées au créneau pour soumettre leur appréhension quant à ses conséquences, et ont incité les res- ponsables de WMZ à commander auprès d’un groupe international notoire une étude complé- mentaire, rappelle-t-on. La copie de la contre expertise de l’ENOF devrait, pour sa part, être rendue incessamment avec en perspective, l’introduction auprès du ministère de l’Energie et des Mines d’une deman- de pour l’obtention d’un titre d’exploitation minier. Le début de la phase de concrétisation est prévu au plus tard en début de l’année 2012, a-t- on affirmé.

monde", selon ses responsables. A sa phase d’ex- ploitation, prévue après la mise en place des équi- pements requis, notamment une usine de traite- ment, un barrage et le percement de deux tunnels de 3,5 km chacun, l’entreprise entend produire un concentré minéral de qualité supérieure d’envi-

Mercredi 23 Février 2011

Nation

EL MOUDJAHID

9

Réformes et développement

L’écoute des aspirations nationales, une grande caractéristique de la gouvernance

2014 marquera la fin d’un programme quinquennal d’in- vestissements publics. Les résultats qui sanctionneront sa mise en œuvre, à considérer la consistance des projets et les objectifs stratégiques ciblés, trancheront «le débat » entre les négationnistes es qualité et les bâtisseurs de la nouvelle Algérie. Faut-il rappeler que le pays a été porté à maturité par un travail colossal sur les fronts politique, économique et social. La politique de réconciliation nationale a instauré la paix et la stabilité nécessaires pour permettre au pays de d’in- vestir davantage dans le développement national et les réformes profondes qui n’occultent aucun segment de la vie nationale. L’Algérie vise sans prétention le rang de pays émer- gent et a misé gros sur l’équipement et la modernisation du pays pour atteindre ce but. De l’avis des spécialistes, la pers- pective n’est pas une vue de l’esprit. Ses potentialités sont énormes et les enjeux aussi et ne permettent pas le luxe d’un quelconque « ratage ». La concrétisation des projets d’impact socio économique est à portée de main d’autant plus que la volonté des pouvoirs

publics est plus déterminée que jamais. Dans la feuille de route quinquennale, le pays mène une bataille contre le sous- développement et déploie des efforts incommensurables pour combattre le chômage et éradiquer la précarité. Les politiques économiques et de l’habitat, mises en œuvre à l’ombre du pro- gramme présidentiel, donnent à elles seules la mesure de l’effort de l’Etat consenti ces dernières années. Les objectifs prioritaires, faut-il le rappeler , s’articulent sur la création de 3 millions de postes d’emploi et la production d’autant de logements. C’est dire le caractère déterminant de l’étape pré- sente de développement dans laquelle s’engage le pays avec la détermination de réussir le projet d’une Algérie forte de son économie et de ses institutions. Les orientations données par le Président de la République lors du dernier Conseil des ministres sont autant d’indicateurs fiables montrant un pays qui avance dans la concrétisations de ses options stratégiques et dans la conduite des réformes multisectorielles. C’est conscient de l’envergure des retards à rattraper que le Président a instruit l’exécutif d’accélérer l’avènement des

mutations qualitatives escomptées par la mise en œuvre des différentes stratégies de redressement et de relance du déve- loppement national. Le Chef de l’Etat dira dans cet esprit qu’“à présent que les fruits des efforts consentis sont chaque jour plus visibles, il importe de continuer à répondre aux besoins de notre peuple avec une prise en charge affinée des urgences et une qualité de service et de prestations publiques meilleures, et de rassurer aussi nos compatriotes, face aux effets de la crise économique mondiale, ou à tout autre défi. C'est-là, affirme le Chef de l’Etat, la finalité des mesures et des chantiers que j'ai ordonnés dès le début de ce mois". A l’écoute permanente des aspirations du citoyen, le Président de la République a réitéré ses instructions à l’adresse du gou- vernement auquel il ordonne de s’ingénier à ouvrir les chan- tiers à même de répondre aux attentes en matière notamment de création d'opportunités d'emplois, « qui a déjà connu d'im- portants résultats accompagnés d'un fort recul du chômage sur la décennie ».

S. Lamari

Suite à des divergences : la CNCD se divise

La Coordination nationale pour le changement et la démo- cratie (CNCD) s'est scindée en deux tendances, société civile et partis politiques, à l'issue d'une réunion agitée, tenue hier, à Alger. Plusieurs divergences au sein de la coordination sont appa- rues sur la démarche à suivre dans son action et, notamment, en ce qui concerne l'adhésion de partis politiques au mouve- ment. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) est la seule formation politique membre de la CNCD, rappelle-t-on. Cette situation a donné naissance à deux entités, à savoir

la CNCD-société civile, dont les membres estiment que le mouvement ne doit rassembler que les membres de la socié- té civile (associations, organisation de droits de l'homme ), alors que l'autre partie, à savoir la CNCD-partis politiques, considère que les formations politiques sont nécessaires pour le soutien du mouvement. Outre la question de la participation des partis politiques au sein du mouvement, les divergences portent également sur l'"absence de structuration à la CNCD, l'absence d'une charte déterminant ses revendications et une communication défaillante".

Par ailleurs, la partie CNCD-partis politiques, a exprimé sa détermination à poursuivre le mouvement et continuer sur la même dynamique en organisant une marche tous les same- dis, comme l'a affirmé M e Ali Yahia Abdennour, président d'honneur de la LADDH, qui participera à titre personnel, a- t-il dit, et non au nom de la Ligue. Il a annoncé, à cet effet, que l'itinéraire de la prochaine marche, si elle est maintenue, se fera de la place des Martyrs vers la place de la Concorde (place 1 er -Mai).

Plusieurs membres de la CNCD décident de ne pas s'associer à une nouvelle marche

Plusieurs membres de la Coordination nationale pour le changement et la démocra- tie (CNCD) ont décidé hier, à Alger de ne pas participer à une nouvelle marche prévue samedi prochain à Alger.

Il s'agit de la LADDH, du SNAPEST, SATEF, CNES et du Comité national des chômeurs et l'association Algérie pacifique. Ces organisations ont estimé, lors d'une réunion tenue à la maison des syndicats, que

les partis politiques ne devaient pas prendre part à leur mouvement, craignant "la mani- pulation, l'instrumentalisation et la récupéra- tion des jeunes", "Marcher chaque semaine n'aurait pas de

Santé

Paramédicaux, biologistes et sages-femmes : les statuts particuliers transmis à la Fonction publique

Les trois avant-projets des statuts particuliers relatifs aux paramédi- caux, aux biologistes et aux sages-femmes ont été transmis à la la fonction publique, ont indiqué hier, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et la Fédération nationale des travailleurs de la santé (FNTS/UGTA). Les deux parties ont également souligné, dans un communiqué, que les trois projets de décrets exécutifs portant création d'instituts supérieurs de formation paramédicale, d'instituts supérieurs de formation de sages-femmes, d'instituts de formation paramédicale, ont été transmis au secrétariat général du gouvernement et sont en cours d'examen. Le communiqué en question a sanctionné une réunion de travail entre le ministère et la fédération qui passaient en revue l'état d'avancement des projets discutés lors de la réunion du 10 janvier 2011 et ceux liés aux sta- tuts particuliers des trois corps suscités, a-t-on précisé. Les deux parties ont, par ailleurs, convenu de la mise en place des commissions mixtes qui seront chargées de l'étude des régimes indemnitaires dans les meilleurs délais.

Après les accusations diffamatoires à l’endroit de Rhumafed de Saidal

Le SAIP dénonce

La SAIP dénonce avec fermeté la campagne de déstabilisa- tion visant Saidal qui, depuis des décennies n’arrête pas de faire preuve de sérieux, de compétence et de professionnalisme. Le coup bas qui lui est porté n’est qu’une preuve supplémentaire contre Saidal et toute la production nationale. Ses produits sont consommés avec la plus grande sécurité aussi bien par nous- mêmes que par nos familles. Le SAIP s’insurge contre cette campagne dont les auteurs ne devront pas être fiers car il s’agit d’une société qui aporté haut l’emblème national malgré un environnement des plus hostiles. Saidal est une société algérienne créatrice de richesses et d’em- plois. Par ce coup et indirectement, on veut porter atteinte à son dynamisme créateur d’emplois. Rhumafed est un produit d’ex- cellente qualité qu’on consomme en confiance avec la plus grande sécurité. Par ce message, nous témoignons notre onfian- ce au P-DG de Saidal ainsi qu’aux DG de ses différentes filiales.

Agriculture

Plus de 10.000 PPDRI programmés à l'échelle nationale pour le quinquennat 2010-2014

Quelque 10.200 Projets de Proximité de Développement Rural Intégré (PPDRI) sont programmés à travers 2.174 localités rurales du pays par le programme quinquennal 2010- 2014, a indiqué hier, à Ain Temouchent, le directeur technique de l’institut national de vulgarisation agricole (INVA). Ces projets permettront d’améliorer les conditions de vie de 727.000 ménages ruraux composés de près de 4.471.000 habitants, a précisé M. Abdeslam Lakhdar, lors d’une ren- contre avec les fellahs de sept communes de la wilaya. Ils contribueront en outre à la préservation et la valorisation de 8,2 millions d’hectares situés dans les zones montagneuses, step- piques et sahariennes, et renforceront, par conséquent, les capacités agricoles du pays, a- t-il ajouté. Il a estimé, par ailleurs, que la loi relative

aux conditions d’exploitation des terres agri- coles, relevant du domaine privé de l’Etat, résoudra progressivement les difficultés du foncier auxquelles sont confrontés les tra- vailleurs de la terre. Programmée dans le cadre de la caravane d’information et de com- munication qui sillonne la wilaya depuis dimanche dernier, cette rencontre a permis aux responsables locaux du secteur de pré- senter à l’assistance les différentes mesures de soutien initiées par le ministère de tutelle au profit des fellahs. L’accent a été mis notam- ment sur les encouragements réservés aux filières céréalière, oléicole et viticole par les- quelles se singularise la wilaya d’Ain Temouchent. Il a été rappelé, à cet effet, que la wilaya est concernée par la plantation, d’ici 2014, d’une superficie de 10.000 ha en oli- viers. Les instruments de modernisation de l’appareil productif, les modalités d’accès

aux mesures d’accompagnement et de soutien des différents programmes et les mesures visant la valorisation des produits du terroir ont été également, présentés par les différents intervenants. Les produits de la mutualité et des assu- rances agricoles ont été présentés par des représentantes de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA). Il a été signalé, dans ce contexte, la mise, bientôt, sur le mar- ché d'une assurance sécheresse. Lors des débats, les fellahs ont mis l’accent sur les dif- ficultés pour l’obtention d’autorisations de forage de puits d’irrigation, les retards de remboursement des dommages par la CRMA et les difficultés d’accès à l’habitat rural. Lancée le 20 février à Oued Sebbah, la caravane de sensibilisation et de vulgarisation agricole se déplacera, dans les deux prochains jours, à Beni Saf et Ain Kihal.

sens, sans procéder à l'évaluation

tats et les perspectives du mouvement", ont- ils affirmé.

des résul-

Justice

Le SNM soumet ses préoccupations au ministère

Le Syndicat national des magistrats (SNM) a soumis "l'ensemble des préoccu- pations des magistrats" lors d'une ren- contre, lundi au siège du ministère de la Justice, entre les membres de son bureau exécutif et le ministre de la Justice, garde des Sceaux, a-t-on appris hier auprès du syndicat. Le bureau exécutif du syndicat "a sou- mis l'ensemble des préoccupations des magistrats, notamment celles relatives aux dépassements de l'inspecteur général du ministère de la Justice et à la marginalisa-

tion qui a entravé les missions qui lui sont dévolues", a précisé un communiqué du SNM. Le bureau exécutif a également exposé

le problème de la saisie des jugements et

autres décisions de justice par les juges,

ainsi que les préoccupations se rapportant

à l'accomplissement de leurs fonctions, a

ajouté le syndicat. Les membres du bureau exécutif ont noté "l'engagement du ministre à prendre toutes les mesures juridiques à même de

préserver la dignité et l'honneur du juge",

a précisé la même source, ajoutant qu'"il a

été convenu de mettre en place une com- mission afin d'examiner les revendications professionnelles". Rappelant que le SNM est "une orga- nisation socioprofessionnelle indépendan- te qui veille notamment à défendre l'indé- pendance du pouvoir judiciaire", la même source a souligné que partant de ce princi- pe le bureau exécutif "dégage sa responsa- bilité" des "agissements de certains cou- rants politiciens aux visées inavouées qui tendent à altérer la nature syndicale des revendications légitimes". Le SNM a, par ailleurs, salué "les efforts consentis par les magistrats algé-

riens pour perpétuer l'Etat de droit", les appelant à "faire prévaloir le droit avec courage et responsabilité".

APS

Nation

11

N ation 11 EL MOUDJAHID En soutien aux jeunes promoteurs L'ABEF recommande la prolongation de l'accompagnement
N ation 11 EL MOUDJAHID En soutien aux jeunes promoteurs L'ABEF recommande la prolongation de l'accompagnement
N ation 11 EL MOUDJAHID En soutien aux jeunes promoteurs L'ABEF recommande la prolongation de l'accompagnement

EL MOUDJAHID

En soutien aux jeunes promoteurs

L'ABEF recommande la prolongation de l'accompagnement des micro-entreprises

L'Association des banques et des établissements financiers (ABEF) recommande une prolon- gation de l'accompagnement des micro-entreprises, de 3 à 5 années, et l'élargissement de cet accompagnement à plusieurs aspects, a-t-on appris hier auprès de cet organisme. "L'ABEF propose que l'ac- compagnement apporté par les agences nationales de l'emploi au profit des jeunes promoteurs, dans le cadre de la création de micro-entreprises, actuellement de 3 années, soit prolongé à 5 années, afin d'assurer leur viabi- lité", a indiqué le délégué général de l'ABEF, M. Abderrahmane Benkhalfa. L'ABEF estime que l'accom- pagnement de ces primo-investis- seurs doit se poursuivre le long de la phase de mise en exploita- tion de la micro-entreprise confrontée à un marché concur- rentiel. Outre la prolongation de l'ac- compagnement, l'ABEF propose

son élargissement aux aspects managérial et commercial de la micro-entreprise. M. Benkhalfa a expliqué qu'il s'agit de mettre en place un "accompagnement actif managé- rial et commercial", outre le "suivi administratif", en vue de réunir les conditions pour que la micro-entreprise soit "viable et compétitive". L'accompagnement commer- cial doit porter, notamment, sur "la richesse des débouchés, la certification des produits de la micro-entreprise et un réseaux d'écoulement", a-t-il précisé. Les agences nationales de soutien à l'emploi de jeunes et de gestion du microcrédit (ANSEJ et ANGEM) et la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC) dispensent un accompagnement personnalisé au jeune promoteur durant la réalisation du projet d'activité et le démarrage de la micro entreprise. Cet accompagnement inter- vient pendant le montage des pro-

jets des jeunes promoteurs, leur passage devant le comité de sélection, de validation et de financement et durant la phase de démarrage des projets. Le promoteur bénéficie égale- ment d'un suivi d'un conseiller animateur pendant les 3 pre- mières années de l'exploitation. Seux agences de l'emploi, l'ANSEJ et la CNAC, doivent ainsi créer autour d'elles une

"pépinière de bureaux conseils" à travers le territoire national pour accompagner les jeunes entrepre- neurs dans la mise en exploitation du projet d'activité, a préconisé M. Benkhalfa. Evaluant le volet financement,

il a indiqué que quelque 150.000

projets d'activités réalisés dans le

cadre des deux dispositifs d'em- ploi (ANSEJ/CNAC), au premier semestre de l'année 2010, ont bénéficié de crédits bancaires et ont généré "plus de 900.000 emplois". Le délégué général de l'ABEF

a précisé que les "deux tiers" du

financement de ces projets d'acti- vité sont à la charge des banques, estimant à ce sujet que "les risques pèsent trop sur un parte- naire par rapport aux autres". Le taux du crédit octroyé par une banque au profit d'un jeune promoteur représente "70 %" du montant global du projet d'activi- té, et ce, dans le cadre d'un finan- cement triangulaire (agence- banque-apport personnel)", a-t-il encore expliqué. "S'il y a une restructuration du financement du projet d'activité, il faudrait tenir compte de l'équi- libre dans le partage des risques entre le postulant (autofinance- ment), le financement de l'Etat

(les agences d'emploi) et les banques", a-t-il dit. M. Benkhalfa a évoqué, en outre, la nécessité de mettre en place un système de contrôle semestriel du recouvrement des créances par filière et par secteur d'activité, assuré par les banques, l'ANSEJ et la CNAC.

Avantages fiscaux : les organismes d'emploi suggèrent de porter la durée de 3 à 5
Avantages fiscaux : les organismes d'emploi suggèrent de porter la durée de 3 à 5

Avantages fiscaux : les organismes d'emploi suggèrent de porter la durée de 3 à 5 années

Avantages fiscaux : les organismes d'emploi suggèrent de porter la durée de 3 à 5 années

Les organismes d'emploi suggè- rent de porter la durée des avan- tages fiscaux accordés aux jeunes promoteurs de 3 à 5 années, dans le but de promouvoir l'emploi, a-t-on appris hier auprès de ces orga- nismes. "Les organismes d'emploi proposent que la durée des avan- tages fiscaux pour les jeunes pro- moteurs, fixée actuellement à 3 années, soit prolongée à 5 années", a indiqué le directeur des presta- tions à la Caisse nationale de l'assu- rance chômage (CNAC), M. Ali

Zanoun. Les avantages fiscaux, au titre de l'exploitation de la micro-entrepri- se, accordés dans le cadre des dis- positifs d'emploi portent notam- ment sur l'exonération de l'impôt sur le revenu global (IRG), l'exoné- ration de l'impôt sur les bénéfices de la société (IBS) et l'exonération de la taxe sur l'activité profession- nelle (TAP). Quant à la création de la micro-entreprise, les avantages fiscaux concernent essentiellement l'exonération de la TVA sur les

équipements et services entrant directement dans la réalisation du projet. L'Agence du développement social (ADS) propose, de son côté, le prolongement de la durée des mesures liées aux avantages fiscaux et parafiscaux au profit des employeurs. Ces mesures sont des- tinées à inciter les employeurs à assurer des postes d'emploi durables aux jeunes diplômés, a expliqué M me Nacéra Merouani, directrice des programmes d'em- ploi et d'insertion à l'ADS. Elles

visent à faciliter le recrutement des jeunes dans le monde du travail, notamment ceux ayant bénéficié du programme d'insertion des diplô- més géré par l'ADS, a-t-elle préci- sé, ajoutant que le prolongement de la durée des avantages fiscaux et parafiscaux devrait prendre en compte le nombre de jeunes diplô- més recrutés par l'employeur. Elles ciblent particulièrement les jeunes diplômés de l'enseignement supé- rieur et des établissements de la for- mation professionnelle.

Industrie

Réda Hamiani favorable à l'allègement des procédures pour attirer l'investissement étranger

Le président du Forum des Chefs d'entreprises (FCE), M. Réda Hamiani, s'est déclaré lundi favorable à ''l'allègement des pro- cédures'' pour encourager l'investis- sement étranger en Algérie, esti- mant qu'il faudrait ''le séduire''. Selon le président du FCE, ''le principe des 51/49% ne devrait pas s'appliquer à certains segments d'activités porteurs de richesses et de transferts de technologie. "Il ne faut pas aujourd'hui les généraliser pour attirer les capitaux étrangers", a-t-il insisté dans une déclaration à la Radio nationale. M. Hamiani souhaite que soit appliquée au domaine industriel la règle des 70/30%, réservée au sec- teur commercial. Il aurait été "plus opportun" d'aller vers cette propor- tion, a-t-il dit. Il a par ailleurs ajouté qu'il aurait été souhaitable que ''les auto- rités définissent les secteurs straté- giques'' pour mieux comprendre la nécessité pour le partenaire algé- rien d'être majoritaire. "Il aurait été normal que l'Etat décide une participation majoritaire dans les domaines des banques, la téléphonie, les hydrocarbures, mais pour le reste, franchement les étran- gers s'ils sont à 100% dans les ser- vices, ça ne gène personne, et cela n'entache pas notre image de pays d'accueil et incitatif pour les inves-

tissements étrangers", a-t-il affirmé. Pour le secteur de l'informel, le président du FCE estime que la "sagesse plaide pour que les procé- dures de son intégration au monde formel soit plus softs et progres- sives" . "Le gouvernement avait bien agi en instituant le chèque, la facture, mais peut être que les autorités n'ont pas pris la mesure de l'importance de cet informel", a-t-il poursuivi. Le poids de l'informel sur l'éco- nomie est diversement apprécié, en l'absence d'études précises, explique-t-il, relevant que ce sec- teur est surtout présent dans la dis- tribution. Pour lui, le secteur informel est né de l'incapacité des importateurs à placer leurs produits sur le marché national en ''intégrant la fiscalité (droits de douanes et impôts), et tenant compte de l'affaiblissement du pouvoir d'achat des citoyens. "Délibérément pour permettre une large diffusion des produits qu'ils importaient, ils ont éludé cette fiscalité. Ce n'est pas normal", a-t-il relevé, ajoutant que "pour assurer une concurrence loyale il faudrait que les mêmes règles pré- sident au calcul et aux structures de prix de nos produits fabriqués ou importés". M. Hamiani estime, en outre, que malgré les différentes actions

engagées ces dernières années pour favoriser le climat des affaires, le secteur privé ne bénéficie pas d'un programme de renforcement de ses capacités productives, attribuant cette situation à de probables "erreurs d'approches" . Pour lui, le problème du foncier, "difficile d'accès et cher" reste un problème lancinant, ainsi que les financements accordés par les banques. "La création d'entreprise et les soutiens apportés par les banques et leur appréciation du risque ne sont pas des facteurs encourageants pour se lancer dans l'aventure industriel- le", a-t-il regretté. "Il faudrait que l'industrie béné- fice de facilités d'encouragements, d'appuis au niveau du foncier, des banques et de l'accompagnement administratif'', a encore souligné M. Hamiani, qui a lancé que ''nous sommes en danger". Il affirme qu'en matière de financement de l'investissement, "globalement l'environnement n'est pas favorable". ''Il reste encore des mesures qui handicapent l'écono- mie comme c'est le cas de la lettre du crédit documentaire (crédoc), qui est très pénalisante et n'a pas atteint l'objectif de réduire les importations comme les autorités l'ont supposé en l'instituant", a indi- qué le président du FCE.

"Cela handicape lourdement notre économie en créant des sur- coûts, des lenteurs et globalement c'est une politique qui serait plutôt favorable au fournisseur de notre pays plutôt qu'aux acteurs algé- riens", a-t-il dit. Mis en place pour "limiter le niveau des importations mais pas pour bloquer l'économie", le crédoc gène parce qu'il coûte plus cher et est plus laborieux à mettre en oeuvre et pénalise l'opérateur qui est obligé d'affecter toutes ses res- sources financières à maintenir un stock de matières premières et de produits finis à des niveaux trop importants par rapport au rythme d'écoulement. "On souhaite qu'il y ait des allè- gements plus importants, notam- ment, pour les producteurs'', a fait valoir M.Hamiani, qui déplore par ailleurs ' 'la lenteur et le caractère laborieux'' de la mise à niveau des entreprises. ''Le programme natio- nal de mise à niveau adopté par le conseil du gouvernement en juillet n'a pas été appliqué à ce jour'', a-t-il affirmé. "Rien n'a été fait sur le terrain pour assurer sa mise en oeuvre", s'est-il indigné. Il a tenu en outre à rappeler que le sec- teur privé, premier employeur du pays, assure 80% de la création de richesses.

APS

Programme de relance de l’industrie nationale

Un impératif :

renouer avec la performance et la compétitivité

Au plan de la définition de la démarche stratégique comme des mesures de soutien en direction des entreprises publiques et pri- vées, l’Etat va intervenir de manière vigoureuse pour relan- cer l’industrie nationale et concrétiser progressivement les objectifs recherchés, s’agissant de diversifier la production industrielle, réduire les importa- tions et développer les exporta- tions. Le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, M. Mohamed Benmeradi, a évoqué dans l’en- tretien qu’il a accordé dimanche dernier à l’APS la présentation prochainement au gouvernement d’un plan d’action stratégique de développement des industries agro-alimentaires à l’horizon 2014, dont il a brossé les grands axes. Le ministre a fait état éga- lement d’une série d’actions actuellement mises en œuvre au profit aussi bien des entreprises publiques que privées en vue d’assurer les conditions de leur redéploiement, ceci parallèle- ment aux mesures initiées en vue d’encourager l’investissement national et étranger. Un soutien appréciable est apporté par l’Etat aux EPE sous forme d’assainis- sement financier, de bonification des taux d’intérêts des crédits, d’actions de mise à niveau qui profitent également aux entre- prises privées, le montant du pro- gramme de mise à niveau étant évalué à 386 milliards de dinars. L’engagement de l’Etat à appor- ter un soutien substantiel aux entreprises, un soutien déjà effectif notamment pour les entreprises publiques dont les plans de développement et de redéploiement ont été approuvés par le CPE (Conseil des partici- pations de l’Etat) constitue réel- lement une bouffée d’oxygène pour un grand nombre d’entre- prises confrontées à de sérieuses contraintes et difficultés : endet- tement, obsolescence des équipe- ments, effets préjudiciable de la concurrence et de l’importation. Une situation qui faisait que de nombreuses entreprises étaient menacées de fermeture. Il faut dire que les remèdes tentés par le passé (restructurations, privatisa- tions, assainissements répétés ) n’ont pas donné les résultats escomptés. Au vu de la démarche initiée en matière de stratégie industriel- le il y a visiblement un souci de rigueur pour réunir l’ensemble des facteurs de succès. Une approche qu’il va falloir évidem- ment concrétiser sur le terrain, s’agissant notamment d’amélio- rer l’offre en produits agricoles, d’assainir le marché, etc. Des améliorations qu’il importe d’at- teindre dans les meilleurs délais si on veut être compétitif face à la concurrence. Les entreprises ne devront pas tout attendre de l’Etat pour réussir leur redéploie- ment. Elles devront notamment faire des efforts pour trouver le partenaire qu’il faut, capable d’apporter le savoir-faire, la technologie et les facilités pour placer les produits sur les mar- chés extérieurs. Il s’agit, on le voit, d’être capable de trouver le chemin de la réussite, ce qui passe nécessairement par un management d’excellence à la hauteur des défis. M. Brahim

Forum

EL MOUDJAHID

15

F orum EL MOUDJAHID 1 5 Commémoration de la journée de la Casbah, au Centre de

Commémoration de la journée de la Casbah, au Centre de presse d’El Moudjahid

Les représentants des habitants de la Casbah ont demandé hier, d'être

associés à la commission qui sera

formée pour "prendre en charge l'application du nouveau plan" de restauration et de sauvegarde de

la Casbah.

Les représentants des habitants de la Casbah qui assistaient à une conférence organisée au journal El Moudjahid, à l'occasion de la journée nationale de la casbah célébrée le 23 février, ont estimé nécessaire "la concrétisation de ce plan". Des associations activant dans le domaine de la restauration de la Casbah avaient demandé la mise

au point d'"une stratégie d'inter- vention intelligente" afin d'ac- compagner l'opération, outre la formation d'une commission qui se compose de représentants de plusieurs secteurs pour veiller à

l'applica-

tion

effective

du plan.

Lors de

cette ren-

contre,

les intervenants ont indiqué que

le moment était venu pour accé-

lérer l'application du plan pour sauver la Casbah. M. Ali Mebtouche, président honorifique de la Fondation la Casbah, a affirmé que le 23 février de chaque année, "nous célébrons l'évènement en oubliant

que nous sommes en train de perdre une partie importante de la

mémoire algérienne".

derrière la vente de terrains à la Casbah? Et qui délivre des per- mis de construire sur le vieux

bati, s'est-il encore interrogé.

a appelé à ce propos, le ministère

de la Culture à prendre en charge rapidement cette question qui

prend de l'ampleur.

venants ont tenu à faire remar-

quer à ce sujet, que la chambre à

la Casbah est cédée à 60 millions

de centimes, relevant enfin, la nécessité de prendre des disposi- tions afin de préserver ce patri- moine de l'Algérie.

APS

La journée dédiée à la Casbah, le

23 février de chaque année,à l’initia- tive de la Fondation qui porte le nom de l’historique cité, a été célé- brée hier au Centre de presse d’El Moudjahid, ce fut l’occasion pour le président de la Fondation, M. Belkacem Babaci, face à un nom- breux public, de rappeler le combat qui est mené depuis de nombreuses années, pour faire retrouver à l’illustre cité son cachet d’antan. C’est un combat titanesque, compte tenu de l’ampleur des saccages qu’a eu à subir la Casbah, du

fait de la colonisation dont la mission a été de faire perdre l’âme et le cœur de la ville d’Alger, de l’usure

du temps et de la mal- veillance des uns et des

autres. Face à tous ces aléas, il y a

ces gens de bonne volonté qui se sont constitués en association à l’in- térieur de la Fondation Casbah. Le président de la Fondation, M. Belkacem Babaci, a dit toute sa détermination à poursuivre le com- bat pour la restauration de la Casbah en mobilisant la jeunesse notam- ment, autour du projet. Le dialogue avec les pouvoirs publics n’a jamais cessé, mais les pesanteurs bureau- cratiques, une volonté de change- ment pas toujours clairement affi- chée au sein de l’administration retardent l’exécution des travaux de réhabilitation ou de restauration. Ce

qui est sûr, c’est qu’il existe un plan de sauvegarde décidé par les pou- voirs publics, pour M me Bouhired, membre de la Fondation, les autori- tés doivent mettre en place un comi- té de suivi qui serait une représenta-

tion réelle des citoyens. L’intervenant a plaidé pour que la préservation du patrimoine histo- rique et culturel soit inscrite dans les manuels scolaires et enseignée dès l’école primaire. Les générations montantes doivent savoir que la sau- vegarde de ce patrimoine est capita- le. La Casbah est un site majeur,

Les habitants demandent d'être associés à la commission d'application du plan de restauration

"Qui est

Il

Les inter-

mais il faut savoir, note M. Babaci,

que dans d’autres villes du pays il y

a également un patrimoine histo-

rique et architectural qui doit impé- rativement être préservé (Constantine, Mostaganem, Tlemcen, etc.). Pour le président de

la

Fondation, le plan de sauvegarde

de

la Casbah, n’est qu’un début sur

la

longue route qui mène à la réha-

bilitation des lieux, M. Babaci Belkacem souhaite mobiliser les jeunes autour de cette opération, en

initiant une action avec le secteur de

la formation professionnelle notam-

ment, pour une action d’apprentissa- ge visant un millier de jeunes, et plus si c’est possible, dans diffé- rentes filières qui peuvent aider à la réhabilitation des lieux. Le président de la Fondation en répondant aux questions des nombreux interve- nants, a dit tout son espoir de voir le plan de sauvegarde entrer en action.

Les propriétaires doivent agir, dit-il. Nous souhaitons que de larges couches citoyennes nous rejoignent. Pour certains intervenants, la Casbah, plus qu’un patrimoine, c’est

un état d’esprit, une philosophie. Il y

a aussi eu en dehors du volet patri- moine architectural, un patrimoine immatériel qui appartient à la Casbah et qui doit être jalousement

préservé (chanteurs, écrivains, intel- lectuels, hommes politiques), issus

de la Casbah dont on doit honorer la

mémoire et cultiver le souvenir. Le président de l’Association a informé le public de l’organisation d’une soirée musicale, le samedi

prochain à partir de 18 h au siège de

la

Fondation. C’est une cérémonie

de

souvenir pour tous les chanteurs

du chaabi ayant chanté la Casbah.

La journée d’aujourd’hui est consa-

crée à un grand nombre d’activités.

T. M. A.

Par Tahar Mohamed Al Anouar Photos : A. Hammadi

“La Casbah, c’est d’abord un état

d’esprit, une philosophie, plus qu’un patrimoine architectural”

une philosophie, plus qu’un patrimoine architectural” A l’initiative de l’association Machaâl Chahid en
une philosophie, plus qu’un patrimoine architectural” A l’initiative de l’association Machaâl Chahid en
une philosophie, plus qu’un patrimoine architectural” A l’initiative de l’association Machaâl Chahid en
une philosophie, plus qu’un patrimoine architectural” A l’initiative de l’association Machaâl Chahid en

A l’initiative de l’association Machaâl Chahid en coordination avec El Moudjahid, clôture de la semaine du chahid

Les scolaires à l’honneur

En conclusion d’une longue série d’activités rattachée à la commémoration de la journée du Chahid, l’association Machaâl Chahid, en coordination avec El Moudjahid a organisé au centre de presse de notre publication, une cérémonie de clôture de la semaine illustrée par différentes manifestations, en honorant des scolaires et autres personnes tra- vaillant avec l’association… Ce fut l’occasion pour le pré- sident de l’association, M. Mohamed Abed, de rappeler

combien ces journées ont été utiles pour tous et surtout en inté- ressant les jeunes générations à l’histoire de leur pays, au combat de leurs aînés pour rétablir l’Algérie dans ses droits légitimes

à la liberté et à l’indépendance.

Le sacrifice a été immense. Il a traversé plusieurs générations depuis l’invasion de notre nation par les hordes coloniales. L’association Machaâl Chahid a contribué depuis à perpétuer le souvenir de nos glorieux chouha- da, à faire connaître leur combat. C’est à ce titre et à la suite d’un concours organisé à l’occasion de ces journées, que des scolaires

ont été distingués et que des per- sonnalités ont été honorées. L’initiative prise par l’association Machaâl Chahid en coordination avec El Moudjahid, est à louer. C’est en présence d’un nombreux public où l’on remarquait la pré- sence du président de l’APC d’Alger-Centre, M. Zitouni, celle de M. Mahrez Lamari, président du comité de soutien à la cause sahraouie, de moudjahidine et représentants d’institutions publiques et privées que la céré- monie de remise de cadeaux a eu lieu. Les enfants étaient venus accompagnés de leurs parents, visiblement émus, recevant de la part de leurs aînés, des présents. Cette manifestation est une fierté

pour nous devait déclarer une maman ayant accompagné sa pro- géniture. Elle permet de sensibili- ser nos enfants sur l’histoire de leur pays et à contribuer à la for-

citoyenne. Comme

mation

chaque fois en de telles occa- sions, c’est à l’écriture de l’his- toire qu’on songe, et à l’accès à l’histoire du pays par nos enfants à travers l’école, mais pas seule- ment à une ère où les technolo-

gies de l’information et de la communication pénètrent les foyers, comme les écoles, les administrations et autres lieux publics. L’association Machaâl Chahid contribue avec les moyens qui sont les siens, en coordination avec El Moudjahid, à cette écriture de l’histoire. Cérémonie particulièrement conviviale clôturée par une récep- tion sympathique qui aura réuni l’ensemble des participants. Fiers d’avoir été récompensés, les sco- laires présents étaient particuliè- rement impressionnés pour être au centre de toutes les attentions. On ne peut oublier la contribution d’une section d’Alger-Centre des Scouts musulmans algériens (SMA), qui en entonnant des chants scouts, des hymnes à la patrie ont contribué aussi à la solennité du mouvement. Pari gagné donc pour les organisateurs qui se trouvent encouragés à poursuivre une mission à la natu- re didactique et éducative éviden- te.

T.M.A.

à poursuivre une mission à la natu- re didactique et éducative éviden- te. T.M.A. Mercredi 23
à poursuivre une mission à la natu- re didactique et éducative éviden- te. T.M.A. Mercredi 23

Santé

16

EL MOUDJAHID

Le projet de loi sur la santé sera fin prêt en mars

Le projet de la nouvelle loi sur la santé (2011- 2030) sera fin pret en mars prochain avant d'être soumis au Gouvernement, a annoncé hier M. Djamel Ould Abbès ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

A u cours d'une ren-

contre avec les

cadres de son sec-

teur pour procéder à une évaluation des résultats des dernières conférences régio- nales qui se sont tenues au niveau des 48 wilayas du pays, le ministre a déclaré que son secteur poursuivra ses efforts avec tous les par- tenaires pour l'élaboration du projet de loi sanitaire, et ce, dans le cadre d'une commis- sion spéciale. Les recommandations et

propositions issues de ces conférences constitueront "le fondament" de la nouvel- le loi, a précisé le ministre,

ajoutant que plusieurs cadres du secteur avaient par- ticipé à ces rencontres "pour etre à l'écoute des préoccu- pations des partenaires de ce secteur et recenser leurs besoins socio-profession- nels, le but étant de dégager une politique nationale "glo- bale et constructive" en matière de santé. La loi 85/05 sur la santé, a poursuivi M. Ould Abbès, "ne répond plus aux éxi- gences du secteur en termes de déontologie de la profes- sion, du nombre croissant de médecins, de la recherche scientifique ou de la Carte sanitaire".

de la recherche scientifique ou de la Carte sanitaire". S'agissant de l'améliora- tion et du soutien

S'agissant de l'améliora- tion et du soutien de la prise en charge sanitaire dans le sud du pays, le ministre a indiqué que son département se penche actuellement sur l'élaboration d'un plan spé- cial en faveur des popula- tions de cette région qui sera présenté prochainement au Gouvernement.

Le ministre de la santé a insisté également sur l'amé- lioration et la promotion des soins dans le Sud à tra- vers la formation de spécia- listes et de médecins, indi- quant que des projets sont retenus pour la réalisation d'écoles de médecine au Sud-ouest, Sud-est et au Centre.

Les affections orthopédiques chez l’enfant en débat à Annaba

Des journées médicales internationales d’orthopédie pédiatrique se tiennent depuis hier à la faculté des sciences médicales de l’université de Annaba, en présence de 200 praticiens spécialistes algériens et étran- gers. Cette rencontre scientifique qui s’inscrit dans le cadre de la formation continue des médecins, permettra de faire connaître les évolutions enregistrées en matière de trai- tement et de chirurgie orthopédiques chez l’enfant, selon les organisateurs. La première journée de ces assises scientifiques, auxquelles participent des praticiens algériens, français et espagnols, a été consacrée à la présentation d’expé- riences liées au traitement des maladies des os et des articulations chez les jeunes sujets. Cette rencontre de six jours qui donnera lieu à des communications sur notamment, le cancer des os, les rhumatismes articu- laires et la scoliose, est organisée par le service orthopédie du centre hospitalo-uni- versitaire Ibn Rochd, en collaboration avec la faculté des sciences médicales de l’uni- versité Badji-Mokhtar de Annaba.

médicales de l’uni- versité Badji-Mokhtar de Annaba. Quels aliments éviter lors de la grossesse ? Lors

Quels aliments éviter lors de la grossesse ?

Lors de la grossesse, certains aliments peuvent être préjudiciables :

le tout est de connaître les situations à risque.

Attention aux infections alimentaires ! Certaines toxi-infections ali- mentaires peuvent avoir des conséquences importantes chez la femme enceinte : parmi les maladies transmises par les ali- ments, la toxoplasmose et la lis- tériose sont particulièrement graves. Pour les éviter :

Mangez de la viande très cuite ; Evitez de consommer certains aliments crus (poissons fumés, lait cru et fromages au lait cru) ; Retirez les croûtes de fromage. Dans tous les cas, essayez de

prendre des précautions d’hygiè- ne strictes pour la conservation et la manipulation des aliments. Pas de petit noir ! Mieux vaut ne pas abuser du café lors de la grossesse. Il semble que de trop fortes consommations soient corrélées à des risques d’avortement spon- tané ou de petit poids de naissan- ce. Mais rien n’a encore été réel- lement démontré en la matière. Pas régime trop riche ! Pendant la grossesse, il faut éviter l’excès d’aliments trop caloriques. En effet, l’obésité

maternelle multiplie les risques pour la mère et pour l’enfant :

hypertension artérielle, toxémie gravidique, diabète, infections urinaires, accidents thromboem- boliques. Les risques à l’accouchement

sont également accrus, avec un pourcentage de césariennes élevé. La prise de poids pendant la grossesse doit donc être limitée et justifie un suivi médical très régulier.

Un détecteur pour prévenir la crise d'épilepsie

Alors qu'il était jusqu'à présent impossible d'avertir un patient épileptique de la survenue imminente d'une crise, des chercheurs viennent de mettre au point un appareil capable de prédire son apparition quelques minutes à l'avance.

de prédire son apparition quelques minutes à l'avance. Si la pertinence d'un tel système de détection

Si la pertinence d'un tel système de détection se confirme à grande échelle, les implications pratiques seraient considérables chez nombre de malades épileptiques.

Un appareil de détection fiable L'épilepsie est une affection caractérisée par la répétition de décharges brutales et anormales de cellules nerveuses du cerveau. Aujourd'hui, la crise épilep- tique est imprévisible. Les répercussions sur la quali- té de vie quotidienne du patient sont considérables. La survenue éventuelle d'une crise est incompatible avec par exemple la conduite d'un véhicu- le ou certaines activités profes- sionnelles.

De plus, elle peut provoquer des blessures ou des fractures, s'associant ainsi à une morbidité et une mortalité non négli- geables. Un appareil de détection fiable Pour la première fois, une équipe de chercheur a mis au point un appareil capable de détecter systématiquement, quelques minutes au préalable, la survenue d'une crise. Testé sur 26 patients, cette machine qui enregistre l'élec- troencéphalogramme (l'activité électrique du cerveau) grâce à des électrodes placées sur le scal- pe, permet d'avertir l'apparition de la crise en moyenne sept minutes à l'avance. Reste à vérifier son efficacité sur une plus large population. S'il ne s'agit pour l'instant que d'un prototype plutôt encom- brant, il pourrait très prochaine- ment se transformer en un systè- me portable miniaturisé. Les implications pratiques cliniques d'une telle méthode sont considérables pour de nom- breux patients épileptiques. D'un point de vu technique, le coût de l'appareillage est faible, il devrait pouvoir être adapté en temps réel sur un micro-ordina- teur et facilement transformé en version portable, comme c'est actuellement le cas des /*643/défibrillateurs car- diaques/*/.

Alzheimer : les signes annonciateurs

La maladie d'Alzheimer n'est pas la traduction du vieillissement normal. Il s'agit d'une maladie à part entière, qui impose un diagnostic et une prise en charge.

D ans la majorité des cas, elle se déclare autour de 70 ans. Il existe aussi des

formes précoces (débutant avant 65 ans), beaucoup plus rares, mais qui ont généralement une évolution rapide. Les prémices de la maladie d'Alzheimer sont souvent insi- dieuses, à peine perceptibles par l'entourage. Ainsi, la décision de consulter est souvent tardive, lorsque les répercussions sur la vie quotidienne sont déjà impor- tantes (pertes de mémoire, des troubles de jugement et de rai- sonnement, des changements d'humeur et de comportement). Or c'est une erreur car si on sait aujourd'hui freiner l'évolution de cette pathologie, c'est à condition de la diagnostiquer à temps. Afin d'aider le dépistage, les spécia- listes ont identifié dix signes per- mettant d'anticiper le diagnostic. Des pertes de mémoires Occasionnellement, il nous arrive à tous d'oublier un rendez- vous, le nom d'une personne ou un numéro de téléphone. C'est très banal. En revanche, une per- sonne atteinte d'Alzheimer oubliera fréquemment des événe- ments récents pour ne plus jamais s'en souvenir. Ayant du mal à mémoriser de nouvelles

informations, elle pose plusieurs fois les mêmes questions puis- qu'elle en oublie aussitôt les réponses. À l'opposé, la mémoire des événements anciens est géné- ralement bien conservée, surtout en début de maladie. L'égarement d'objets De la même façon, il nous arrive à tous d'égarer nos clés ou de ne plus savoir où l'on a garé la voiture. Un malade peut non seule- ment perdre des objets, mais éga- lement les ranger dans des endroits très farfelus, comme le fer à repasser dans le réfrigéra- teur ou la montre dans le sucrier. Une désorientation dans l'espace et dans le temps Il est fréquent qu'un patient souffrant d'Alzheimer se perde dans sa propre rue ou oublie en quelle année nous sommes. Des problèmes de langage Les troubles du langage sont également très fréquents et pré- coces. Le mot juste qui manque, le nom d'un objet ou d'une per- sonne familière. Au début, il est remplacé par une périphrase ou par "truc" ou "machin". Mais ensuite, ce sera par un mot inapproprié. Le discours devient ainsi incohérent. Le lan- gage écrit se modifie également

jusqu'à ce que l'orthographe et l'écriture deviennent incompré- hensibles. Des changements d'humeur et de comportement Sans raison apparente, ils apparaissent souvent brutalement et se succèdent de façon opposé, en alternant excitation, agressivi- té, irritabilité ou anxiété, avec inversement une absence d'émo- tion, une attitude de retrait, une indifférence ou une perte de plai- sir. Ces derniers symptômes peu- vent faire penser à une dépres- sion. Des changements de person- nalité De la même façon, les chan- gements de personnalité sont souvent flagrants : une personne confiante et ouverte, peut devenir renfermée, méfiante et craintive. Un manque d'enthousiasme Le malade perd goût à tout :

activités sociales, loisirs, travail, Il devient passif. C'est la multiplication et la coexistance de ces signes qui doivent inquiéter l'entourage et qui jouent ici un rôle fondamen- tal dans la détection précoce de la maladie et de sa prise en char- ge, d'autant plus que ces indices sont souvent niés, détournés ou minimisés par le patient.

Santé

EL MOUDJAHID

17

S anté EL MOUDJAHID 17 N N u u t t r r i i m

NNuuttrriimmeennttss

EL MOUDJAHID 17 N N u u t t r r i i m m e
Le fer contre la fatigue et les risques infectieux "Le fer ne devrait jamais être
Le fer contre
la fatigue et les
risques infectieux
"Le fer ne devrait
jamais être inclus dans
les compléments ali-
mentaires mais amenée
par une consommation
de viandes adaptée :

"Le déficit en fer fatigue, augmente les risques infectieux et peut réduire la concen- tration. Mais elle ne concerne que 23% des femmes ayant des règles, 5% des femmes après la ménopause et quelques rares hommes présentant des saigne- ments importants ou chroniques. Un bilan annuel du fer devrait donc être pres- crit afin d'identifier non seulement les personnes déficitaires, mais aussi celles en surcharge".

deux fois par jour pour une personne anémié ; une à deux fois par jour pour une femme encein- te, un enfant ou un ado, une fois tous les deux jours pour une femme réglée ; une fois par semaine pour une femme ménopausée ou un homme."

Mon enfant

La vitamine B9, anti cancers féminins

Mon enfant La vitamine B9, anti cancers féminins Selon plusieurs études épi- démiologiques, la vitamine

Selon plusieurs études épi- démiologiques, la vitamine B9 (appelée aussi "folates") pré- viendrait le cancer du côlon (surtout chez la femme), le cancer du sein et le cancer des ovaires. Une étude suédoise menée pendant 7 ans sur près de 90 000 sujets a également montré que la vitamine B9 réduirait le risque de cancer du pancréas. Où la trouver ? Dans le foie (volaille, veau…), les levures alimentaires, le germe de blé, les haricots secs ou le soja. Les plus : La vitamine B9 prévien- drait les maladies cardiovasculaires et renforcerait l’action des antidépres- seurs. Elle peut aussi aider à pallier les effets indésirables des traitements anti cancer.

les effets indésirables des traitements anti cancer. Diabète, cholestérol, hypertension entrainent des pertes

Diabète, cholestérol, hypertension entrainent des pertes auditives

cholestérol, hypertension entrainent des pertes auditives Les infections et les inflammations des oreilles à

Les infections et les inflammations des oreilles à répétition, survenant au cours de la vie, peuvent à terme causer une baisse de l'audition. C'est le cas des otites, qu'elles soient externes ou qu'elles touchent l'oreille moyen- ne. D'autres troubles qui ne sem- blent pas avoir de rapport avec les oreilles peuvent aussi cau- ser une perte auditive et des acouphènes. Les plus courants sont l'hyper- tension, le diabète (types 1 et 2), l'hypercholestérolémie, ou l'insuffi- sance rénale.

J’ai tout
J’ai tout

le temps froid

En plus d’avoir froid, votre visage est très pâle En plus d’avoir tout le temps froid, votre peau est très pâle et cela se voit par- ticulièrement sur votre visage. Souvent également, vous vous sentez fati- gué(e). Et si c’était un manque de fer? L’anémie est très fréquente chez les femmes, notamment à cause des pertes de sang qui reviennent chaque mois avec les menstruations. Les personnes âgées aussi sont plus à risque de carence en fer. Pour le vérifier, votre médecin vous fera faire un dosage sanguin. Il jugera alors de la néces- sité de vous prescrire un complément en fer. Sinon, augmentez la teneur en fer de votre alimentation: vian- de rouge, boudin noir, foie, poisson, jaune d’œuf,

fèves, haricots secs, len- tilles… J’ai particulièrement froid aux pieds et aux mains C’est certainement un syn- drome de Raynaud. Cette affection touche souvent des femmes et plutôt des femmes minces. De cause inconnue, la circulation sanguine se fait mal dans les extrémités. Or mal irrigués, les doigts et les orteils deviennent blancs, froids, engourdis et douloureux. Certains médicaments, comme les bêtabloquants, peuvent être impliqués. Parlez-en à votre médecin pour trouver une solution. Sinon, en cas de syndrome de Raynaud léger, couvrez bien vos extrémités, notam- ment avec des sous gants ou des sous-chaussettes en soie!

tousse, que faire ? Médicament ou remède maison? Certains parents se rendent à la pharmacie
tousse, que
faire ?
Médicament
ou remède
maison?
Certains
parents se
rendent à la
pharmacie
pour acheter
un sirop
contre la
toux afin de
soulager leur
enfant qui
tousse.
D'autres ont
recours à une boisson chaude sucrée
au miel, voire directement à une
cuillerée de miel.
Quelle est la meilleure solution contre
la toux ?
Des chercheurs se sont penchés sur
cette question. Ils ont comparé
l'efficacité de trois types de traitement
chez une centaine d'enfants âgés de 2 à
18 ans et souffrant d'une toux
importante due à une infection des
voies respiratoires.
Certains ont recu une cuillère de miel,
d'autres, un médicament antitussif (à
base de dextrométhorphane) ou un
placebo administré à l'heure du
coucher.
La fréquence de la toux, sa gravité et
les répercussions sur le sommeil ont
été suivies dans les trois groupes. Les
informations ont été recueillies par
téléphone auprès de la mère des
enfants.
Rien ne vaut le miel !
Dès le lendemain, la toux
des enfants ayant
bénéficié du
miel a été
améliorée: la toux
a diminué en
intensité et en
fréquence, avec
une meilleure
qualité du
sommeil.
En revanche,
l'amélioration
était beaucoup
moins bonne avec
le sirop ou le
placebo. Par ailleurs, le sirop n'a pas
donné de meilleurs résultats que le
placebo, remettant en cause l'intérêt
des sirops antitussifs.
En conclusion, le miel est la solution
la plus efficace pour traiter la toux.
Il fait bien mieux que le médicament,
lequel équivaut à ne rien donner du
tout puisqu'il n'apporte pas de bénéfice
supplémentaire par rapport à un
placebo.
Pour les auteurs, le miel représente
donc un médicament efficace contre la
toux pour les enfants de 2 à 18 ans.

Cuivre et zinc :

Ils augmentent nos défenses

à 18 ans. Cuivre et zinc : Ils augmentent nos défenses Même s’ils n’ont pas d’action

Même s’ils n’ont pas d’action directe contre le cancer, le cuivre et le zinc peuvent optimiser sa pré- vention en améliorant le processus antioxydant de l’organisme. Ces deux minéraux entrent ainsi dans la composition d’en- zymes qui agissent comme antioxydants. Où les trouver ? Le cuivre est présent dans le foie de veau et de mouton et dans les fruits de mer. Le zinc est particulière- ment présent dans les huîtres. Les plus : Le cuivre et le zinc renforcent les défenses immunitaires. Attention : Il existe des risques de surdosage, donc de toxicité. Avant de prendre un sup- plément quel qu’il soit.

Ordinateurs portables :

Attention au dos!
Attention
au dos!

Autre risque associé

(surtout que l'écran

aux ordinateurs por- tables : le mal de dos, entrainé par une mauvaise posi- tion.

n'est pas lisible dans toutes les conditions d'éclairage) ou au contraire vautré dans un canapé tout

En

nateur ordinaire

effet, si un ordi-

Il n'est donc pas rare

en utilisant l'ordina- teur.

suppose en général

Vigilance, donc

il

un bureau et une chaise, ce n'est pas le cas du portable.

est important, por- table ou pas, de tra- vailler bien assis et le dos droit.

de

se retrouver, sans

Attention aussi à

y

faire attention,

vos poignets; les

complètement recroquevillé au- dessus d'un portable

claviers plus réduits de certains ordina- teurs portables peu-

vent augmenter le risque de syndrome du canal carpien selon la position que vous adoptez.

N'hésitez pas à brancher un clavier sur votre portable pour éviter ce pro- blème; il existe aussi des coussins

ou des tapis spécia-

lement mis au point

pour reposer les poignets pendant que vous tapez.

Coopération

Monde

18

EL MOUDJAHID

22 e anniversaire de la création de l’UMA Fête nationale de Brunei Darussalam Fête nationale
22 e anniversaire de la création de l’UMA
Fête nationale de Brunei
Darussalam
Fête nationale de Guyana
M. Mebazaa exprime
au Président Bouteflika
“l'attachement”
de son pays à l'UMA
Bouteflika félicite
le Sultan Hassan
Al Bolkiah
Bouteflika félicite
le Président Jagdeo
Bharrat
Président de la République, M. Abdelaziz
L e
Bouteflika, a adressé un message de félicitations
L Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,
e
L e président tunisien par intérim, M. Foued Mebazaa, a
adressé un message de vœux au Président de la
République, M. Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion du 22 e
au
Président de la République coopérative de
a
adressé un message de félicitations au Sultan de
Brunei Darussalam, Hassan Al Bolkiah, à l'occasion
Guyana, M. Jagdeo Bharrat, à l'occasion de la célébra-
anniversaire de la Déclaration de Marrakech et de la création de
l'Union du Maghreb arabe (UMA), dans lequel il lui a exprimé
"l'attachement" de son pays à l'UMA et à ses "nobles objectifs".
"Il me plaît, alors que nos peuples maghrébins célèbrent le
22 e anniversaire de la Déclaration de Marrakech et de la création
de l'UMA, de présenter à Votre Excellence mes vœux, les
meilleurs, de santé et de bien être et au peuple algérien frère
davantage de progrès et de prospérité", a écrit M. Mebazaa.
"La célébration de cet évènement phare de notre histoire
maghrébine m'offre l'agréable occasion de vous dire, au nom du
peuple tunisien qui a mené la révolution de la dignité et de la
liberté et en mon nom personnel, l'attachement de la Tunisie à
l'UMA et à ses nobles objectifs, en ce sens que l'Union constitue
un important acquis pour tous les peuples maghrébins", lit-on
dans le message.
M. Mebazaa a réaffirmé "la détermination" de la Tunisie "à
œuvrer avec dévouement et persévérance aux côtés des autres
pays frères du Maghreb à mettre en œuvre les objectifs straté-
giques de l'UMA pour davantage d'intégration et de complémen-
tarité et à aplanir toutes les difficultés et entraves qui l'empêchent
d'accomplir pleinement son rôle au mieux des intérêts suprêmes
des peuples maghrébins".
"La Tunisie demeure étroitement attachée aux excellents et
séculaires liens de fraternité qui l'unissent à la République algé-
rienne démocratique et populaire sœur et doublera d'efforts pour
les promouvoir dans divers domaines", conclut le président tuni-
sien par intérim.
de la célébration de la fête nationale de son pays.
"Au moment où votre pays célèbre sa fête nationale, il
m'est particulièrement agréable de vous adresser, au nom
du peuple et du gouvernement algériens, ainsi qu'en mon
nom personnel, mes chaleureuses félicitations et mes vœux
les meilleurs de santé et de bonheur pour Votre Majesté, de
bien-être et de prospérité au peuple de Brunei Darussalam",
a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je tiens,
en cette occasion, à exprimer ma satisfaction quant à la
qualité des relations qui lient nos deux pays et réitérer ma
disponibilité à œuvrer à leur consolidation, au service de
nos deux peuples frères", a ajouté le Chef de l'Etat.
tion de la fête nationale de son pays. "La célébration
de la fête nationale de votre pays m'offre l'agréable
opportunité de vous adresser, au nom du peuple et du
gouvernement algériens et en mon nom personnel,
mes chaleureuses félicitations accompagnées de mes
meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-
même, de progrès et de prospérité pour le peuple ami
de Guyana", a écrit le Chef de l'Etat dans son messa-
ge. "Je tiens, en cette occasion, à vous réitérer l'atta-
chement de l'Algérie au renforcement des relations
d'amitié, de coopération et de solidarité qui l'unissent à
votre pays", a souligné le Président Bouteflika.
Ziari reçoit l’ambassadeur de Palestine
L e président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Abdelaziz Ziari, a réaffirmé, hier, la position
"constante et indéfectible" de l'Algérie à l'égard de la cause palestinienne et le droit de son peuple à éta-
blir un Etat indépendant conformément à la légalité internationale", indique un communiqué de l'APN.
M. Ziari a affirmé, à l'occasion d'une visite de courtoisie que lui a rendue l'ambassadeur de Palestine à Alger,
M. Hocine Abdelkhalek, "l'attachement de l'Algérie à l'unité du rang palestinien et la légitimité de sa lutte face
à l'arrogance d'Israël et son refus de se conformer à la légalité internationale", ajoute la même source.

Face aux événements de Libye

L’Algérie exprime sa préoccupation

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a exprimé hier dans un entretien accordé à la chaîne TV France 24 la préoccupation de l'Algérie face aux événements qui se déroulent en Libye. Le chef de la diplomatie algérienne a notamment souhaité que les "mouvements de protestation" en Libye "soient entendus et que s'instaure un dialogue entre les frères libyens (pour qu'ils) puissent transcender cette période difficile pour eux". "C'est tout le bien que nous leur souhaitons avec la solidarité qui est celle d'un pays (Algérie), dont ils savent qu'il est passé par ce genre de sacrifices, ce genre d'épreuves", a-t- il ajouté.

M. Medelci a souligné, dans ce contexte, que ces épreuves sont aujourd'hui, au

niveau du peuple algérien, "intériorisées" et constituent une expérience, "certaine- ment unique", qui permet aux Algériens de voir les évolutions dans la région avec "sagesse et perspicacité".

En réponse à une question sur les "tentatives de manifestations" en Algérie,

et du "scénario à la tunisienne ou à l'égyptienne" que certains ont prédit, le

ministre des AE a appelé les médias à "plus de retenue" et de "perspicacité" dans leur analyse".

"Nous sommes prêts à recevoir tous les médias qui souhaitent venir en Algérie

), mais

de nous améliorer sur tous les

plans (sécurité, libertés, économie, social, culturel

Au sujet de la situation en Tunisie et en Egypte, M. Medelci a indiqué que

l'Algérie est "très attentive" à la phase de transition dans ces deux pays auxquels, a-t-il précisé "nous apporterons la contribution qu'ils attendent de nous pour leur permettre de passer cette période de transition".

que depuis une dizaine d'années nous ne cessons (

pour constater, avec eux, que nous n'avons pas réglé tous les problèmes (

)

)", a-t-il souligné.

Une cellule d’accueil à l’aéroport d’Alger

U ne cellule d'accueil des Algériens, rapatriés de Libye, a été mise en place au niveau

de l'aéroport international Houari- Boumediène, suite à la situation dans ce pays, a-t-on appris hier, d'une sour- ce proche du ministère des Affaires étrangères. "M. Halim Benatallah, secrétaire d'Etat chargé de la Communauté nationale établie à l'étranger, a mis en place au niveau de l'aéroport Houari- Boumediène, une cellule d'accueil des nationaux rapatriés de Libye, suite aux évènements qui se déroulent dans ce pays frère", a précisé la même sour-

ce. La cellule, composée, entre autres, de représentants du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Solidarité nationale, des autorités aéroportuaires et d'Air Algérie, est "chargée d'aider nos ressortissants à regagner leurs lieux de résidence au pays", a-t-on ajouté. La cellule spéciale s'est aussi pen- chée sur la programmation d'autres vols spéciaux pour assurer le retour au pays des concitoyens en attente de rapatriement. Un vol est prévu pour la journée d'aujourd'hui. Citant des témoignages recueillis auprès des ressortissants rapatriés, M. Benatallah a annoncé la mort d'un Algérien suite à des "actes de bandi- tisme".

250 ressortissants algériens rapatriés

Un Algérien décède suite à des “actes de banditisme”.

Deux cent cinquante (250) ressortissants algé- riens établis en Libye, sur un total de près de 8.000, ont été rapatriés hier matin, suite à la dégradation de la situation sécuritaire dans ce pays. Dans une déclaration à la presse, le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale établie à l'étran- ger, M. Halim Benatallah, a indiqué que les vols spé- ciaux se poursuivront pour rapatrier "en urgence" tous les ressortissants algériens désireux de rentrer au pays.

M. Benatallah a déploré

suite aux "actes de

la mort d'un Algérien

violence", ajoutant que des Algériens ont été victimes aussi d'attaques de bandes armées, selon des témoi- gnages recueillis auprès des ressortissants rapatriés. S'agissant de la situation des Algériens qui se trouvent toujours en Libye, le secrétai- re d'Etat l'a qualifiée de "diffi- cile" en raison de l'absence de

sécurité et de la dégradation de la situation, notamment pour les membres de la communau- té résidant en dehors de la capitale (Tripoli) et qui n'ont pas pu se rendre à l'ambassade ou au consulat. M. Benatallah a indiqué, dans ce cadre, que l'ambassa- deur d'Algérie à Tripoli et le consul général sont en contact permanent avec les membres de la communauté nationale et veillent au bon déroulement de l'opération de délivrance des passeports et documents de voyage nécessaires. Il a ajouté qu'un grand nombre d'Algériens se trou- vent actuellement à l'ambassa- de et au consulat, en attendant que leurs passeports soient prêts, rassurant que le nombre de passeports est "suffisant". "A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles", a-t- il dit. Concernant les mesures destinées à prendre en charge les ressortissants rapatriés désireux de travailler, M. Benatallah a souligné que ces derniers bénéficieront de faci- litations pour contracter des crédits pour la création de micro-entreprises", les appe-

lant à déposer les dossiers au niveau de leur wilaya de rési- dence. Pour ce qui est des demandes de logements expri- mées par de nombreux ressor- tissants algériens qui ont insis- té sur l'importance de trouver une solution à ce problème, le ministre a indiqué que cette question, qui ne relève pas de ses prérogatives, ne peut être résolue dans l'immédiat. Pour sa part, la représentan- te du ministre de la Solidarité nationale, directrice de l'action sociale à la wilaya d'Alger, M me Belmiloud Radia, a affirmé que le ministre a donné des instructions "claires" pour aider et prendre en charge les ressortissants rapatriés de Libye, concernant notamment leur retour dans leur wilaya d'origine. M me Belmiloud a appelé les personnes concernées à prendre attache avec les direc- tions de l'action sociale pour y déposer leurs dossiers de crédit pour la création de micro- entreprises dans leurs wilayas, qui seront destinataires d'une liste nominative des personnes rapatriées en vue de faciliter l'opération.

● Réunion urgente de la Ligue arabe au Caire ● Les USA et plusieurs pays
● Réunion
urgente de la
Ligue arabe au
Caire
● Les USA et
plusieurs pays
condamnent la
violence
L e guide de la révolu-
tion libyenne, le colo-
nel Maammar El-
Gueddafi a ordonné hier, à
l'armée et à la police de réta-
blir l'ordre et brandi la mena-
ce de "la peine de mort"
contre ceux qui défient par les
armes "l'autorité de l'Etat",
dans une allocution retransmi-
se par la télévision d'Etat.
El Gueddafi a également
appelé ses partisans à manifes-
ter à partir d’aujourd’hui
pour exprimer leur soutien à
"la révolution" et pour "sau-
ver leurs enfants" alors que le
pays est en proie depuis près
d'une semaine à des manifes-
tations de rue dirigées contre
son régime. Il s'en est vigou-
reusement pris à "ceux qui
manipulent les jeunes
Libyens" pour "les inciter à
détruire". Ceux qui "ont fait
usage de la force contre l'auto-
rité de l'Etat" ou commis "des
actes incitant à la guerre civi-
le" s'exposent à "la peine de
mort", a-t-il encore averti.
"Tous les jeunes doivent
créer demain les comités de
défense de la révolution: ils
protègeront les routes, les
ponts, les aéroports (
).
Le
peuple libyen doit prendre le
contrôle de la Libye, nous
allons leur montrer ce qu'est
une révolution populaire", a-t-
il dit.
Il a également affirmé qu'il
se "battra jusqu'à la dernière
goutte de (son) sang".
"Maammar El Gueddafi n'a
pas de poste officiel pour qu'il
en démissionne. Maammar
Kadhafi est le chef de la révo-
lution, synonyme de sacrifices
jusqu'à la fin des jours. La
Libye est mon pays, celui de
mes parents et des ancêtres",
a-t-il dit.
Agences

Mercredi 23 Février 2011

Vie Quotidienne

30

EL MOUDJAHID

Condoléances

Le président-directeur général, les cadres dirigeants ainsi que l’ensemble du personnel du Laboratoire d’Etudes Maritimes très touchés par le décès de la grand-mère de leur collègue M elle LASKRI Rosa, chargée d’études. Présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accorde

à

la défunte Sa Sainte Miséricorde

et

l’accueille en Son Vaste Paradis.

A

Allah nous appartenons et à Lui

nous retournons. ---------------------- Anep : 844357

Le président-directeur général, les cadres dirigeants ainsi que l’ensemble du personnel du Laboratoire d’Etudes Maritimes très touchés par le décès de la mère de leur collègue, ingénieur, M. BENMANA Karim. Présentent

à sa famille leurs sincères

condoléances et l’assurent en

cette douloureuse circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accorde

à

la défunte Sa Sainte Miséricorde

et

l’accueille en Son Vaste Paradis.

A

Allah nous appartenons et à Lui

nous retournons. ------------------------- Anep : 844358

nous retournons. ------------------------- Anep : 8 4435 8 Vie religieuse Horaires des prières de la journée
Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mercredi 20 Rabi’ El Aouel 1432
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du
mercredi 20 Rabi’ El Aouel 1432 correspon-
dant au 23 février 2011 :
— Dohr
13
h 01
— ‘Asr
16
h 09
— Maghreb
18 h 39
— ‘Icha
19 h 57
Jeudi 21 Rabi’ El Aouel 1432 correspondant
au 24 février 2011 :
— Fedjr
06 h 00
— Chourouk
07 h 26
Anniversaire Ce jour 23 février 2011 notre très chère amie et col- lègue Chaoui Naïma
Anniversaire
Ce jour 23 février 2011
notre très chère amie et col-
lègue
Chaoui Naïma
fêtera son anniversaire.
En cet heureux événement,
ses collègues Samia et
Mohamed Benflis lui souhai-
tent un joyeux anniversaire,
une longue vie et beaucoup
de bonheur.

Pensée ------------------

2 années se sont écoulées depuis le décès de BENGHALEM Mohamed

A tous ceux qui l’ont connu et apprécié, nous leur demandons une pieuse pensée en sa mémoire.

A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. Sa famille

Pensée ------------------

Triste et douloureux fut cette journée du 18 février 2008 qui a vu

notre cher et regretté père et fils

FERHAT Madjid

nous quitter à jamais Nous pleurons toujours le vide que tu nous as laissé. En cette douloureuse circonstance, sa mère, ses frères et sœurs et ses filles d’Alger et de Toulouse (France) prient tous ceux qui ont connu le défunt d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire. Que Dieu Tout-Puissant l’accueille en Son Vaste Paradis.

Naissance Bonjours mes amis ! je m’appelle Sirine TITOUNE Je sais que ce prénom ne
Naissance
Bonjours mes amis ! je m’appelle
Sirine TITOUNE
Je sais que ce prénom ne vous dit rien, normal, puisque ça
fait à peine trois jours que je suis de ce monde. En cette heureu-
se occasion les collègues de mon papa Mohamed Larbi du jour-
nal El Moudjahid, le félicitent chaleureusement sans oublier de
souhaiter un prompt rétablissement à ma maman
“Dit papa, ils attendent la Tamina”
Félicitations Larbi

Remerciements

Les familles GUELMAOUI et FERRAD, parents et alliés, sensibles aux nombreuses marques de soutien et surtout d’affection et de solidarité qui leur ont été témoignées à la suite du décès de leur chère et regrettée Docteur FERRAD Djedjiga épouse GUELMAOUI prient toutes celles et ceux qui ont compati à leur douleur de trouver, ici, l’expression de leur remerciements et leur gratitude. Qu’Allah Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

Naissance Un joli poupon prénommé Mohamed-Walid est venu au monde égayer et apporter joie et
Naissance
Un joli poupon prénommé
Mohamed-Walid
est venu au monde égayer et apporter joie
et bonheur au sein de la famille SEGHALI,
son papa Hakim, sa maman Hanane et tous ses proches sou-
haitent la bienvenue au bébé et félicitent les heureux parents.
Elf Mabrouk. Ton oncle Zineddine
Naissance
La famille SAIDI est heureuse d’annoncer la venue au
monde du petit prince
Mohamed-Walid
le 20 février 2011, pour égayer le foyer de M. et M me SAIDI
Lyès. Prompt rétablissement à la maman, longue vie au bébé et
félicitations à l’heureux papa.
Beaucoup de bonheur Inch Allah

Condoléances

Le ministre des Affaires étrangères, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaires étrangères, très affectés par le décès du père de leurs collègues M. HOUTI Rachid et M. HOUTI Merzak, leur présentent ainsi qu’aux membres de leur famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde.

El Moudjahid/Pub ANEP 843807 du 23/02/2011

El Moudjahid /Pub ANEP 843807 du 23/02/2011 Direction de la distribution de Tizi-Ouzou Avis de coupure

Direction de la distribution de Tizi-Ouzou

Avis de coupure pour travaux

Pour améliorer sa qualité de service, et dans le cadre du programme d’entretien de son réseau, la direction de distribution de Tizi-Ouzou, informe son aimable clientèle, qu’une interruption de la fourniture d’électricité est prévue pour le jeudi 24 février 2011 de 08 h 30 à 16h 00, pour travaux. La coupure concernera les localités suivantes : Ecole Fondamentale Zeboudj Kara, Boumehala, Sidi Naâman, Ouled Ouareth, Zeboudj Kara, Tala Mokar, Imekhlef, 18 Logements EPLF, Village Agricole, Zimoula, Huilerie BERAHAL, Aïn El Had, Cheriet Lougani, Legsair, Béni Douili, Groupe d’habitants Bouhraoua, Trafi, Draâ Khelifa (relevant de la commune de Sidi Naâmane). Pour toutes les informations supplémentaires, appeler au :

- Le centre TIA : 026/22-25-25

- District de Tizi-Ouzou : 026/22-29-28 La direction de la distribution de Tizi-Ouzou s’excuse auprès de sa clientèle pour tout désagrément causé.

El Moudjahid/Pub

ANEP 843737 du 22/02/2011

Condoléances

Le ministre des Affaires étrangères, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaires étrangères, très affectés par le décès de la mère de leur collègue M. KHEMRI Abdelkader, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout- Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde.

El Moudjahid/Pub ANEP 843805 du 23/02/2011

Condoléances

Condoléances
Le président du conseil d’administration, le directeur général, les cadres dirigeants et l’ensemble du personnel
Le président du conseil d’administration, le directeur général, les cadres dirigeants et l’ensemble du personnel

Le président du conseil d’administration, le directeur général, les cadres dirigeants et l’ensemble du personnel du groupe ENCC, profondément affectés par le décès de la mère de Monsieur SELLAMI Salah, président-directeur général de PROMECH ANNABA, lui présentent ainsi qu’à sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur sympathie et de leur profonde compassion. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

El Moudjahid/Pub

ANEP 844362 du 23/02/2011

Condoléances

Condoléances
Le ministre, le secrétaire général, le chef de cabinet, les cadres, l’ensemble du personnel et

Le ministre, le secrétaire général, le chef de cabinet, les cadres, l’ensemble du personnel et la section syndicale du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements, présentent à Monsieur ABBAS Mohamed Arab, fonctionnaire du M.I.P.I ainsi qu’à toute sa famille leurs sincères condoléances suite au décès de sa mère et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie.

Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son

Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

El Moudjahid/Pub

ANEP 843539 du 23/02/2011

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE TLEMCEN : 12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 ANNABA :  

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 

7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

 

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 
 

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02

Directeur de la rédaction

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

Larbi TIMIZAR

 

20, rue de la Liberté, Alger.

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

Agence BNA Liberté

France : IPS (International Presse Service)

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

- Dinars : 605.300.004.413/14

Tél. 01-46-07-63-90

 

- Devises : 605.310.010078/57

Cptes BDL - Agence Port Saïd

 

TIZI OUZOU :

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

   

Culture

EL MOUDJAHID

31

Littérature : « Quand les voiles se lèvent » de Belgacem Ait Ouyahia,

Un roman de la désillusion

Le prolifique itinéraire littéraire de Belgacem Ait Ouyahia qui, avec ce dernier titre, signe son septième roman est la preuve irréfutable que l’on peut aisément manier la langue de Molière et se découvrir une passion pour l’écriture tout en vouant pour la médecine, avec l’esprit scientifique et cartésien que cela suppose, une admiration sans bornes puisqu’il faut rappeler que notre auteur fut professeur en médecine.

M ais pour cet amoureux du style précieux de la langue française issu de l’ancienne école ,la lit- térature est un héritage qui doit refléter un

bagage culturel certes mais surtout véhiculer des idées . Notre auteur, qui a dû se délecter à traduire en tama- zight les fables de La Fontaine et s’est essayé à l’écritu- re dramaturgique en produisant une pièce intitulée «L’allée du sang», est assurément un féru des belles lettres, un parfait francophone, mais aussi un algérien

consciencieux qui semble vivre et penser au diapason des aspirations sociales les plus porteuses de projets de modernité tout en restant enracinées à des valeurs algé- riennes. Ainsi campe-t-il dans ce roman tout une panoplie de personnages qui renvoient à des époques de l’histoire qui ont marqué par l’essence même de leur esprit le paysa- ge socioculturel algérien pour en définir et circonscrire les problématiques actuelles. Le personnage de Soâd à partir duquel est construite la fiction nous installe d’emblée dans les années 90 dans un milieu médical, un centre hospitalo-universitaire où elle termine son résidanat en orthopédie et doit effectuer en France un stage de formation qui la conduira à l’hô- pital de Poissy. Sa mère Houria, est une ancienne moudjahida qui fut infirmière dans les maquis du FLN pendant la guerre de Libération nationale, elle dirige une clinique de mater- nité. Mais Houria Tehri est la fille d’une française Rosa de Rieux qui fut autrefois enseignante en lettres et qui a épousé un certain Abderrahmane Ait Yehdi ,un officier indigène de l’armée française d’origine Kabyle dont elle est tombée amoureuse dans les années 30. De fil en aiguille le lecteur fait des pérégrinations

30. De fil en aiguille le lecteur fait des pérégrinations dans le passé lointain pour revenir

dans le passé lointain pour revenir au présent dans sa brûlante actualité puisque le personnage central à savoir Soâd qui, après s’être disputée avec une amie portant auparavant des tenues aguichantes décide du jour au len- demain de porter le hidjab, est comme secouée par la violence du terrorisme et part de l’autre côté de la mer. Là-bas, elle fait la connaissance d’une partie de l’éli- te des médecins qui fuient le pays, toutes ces compé- tences intellectuelles qui ont déserté le pays menacés ou désespérés par la situation désastreuse qui prévalait pen- dant la décennie noire. C’est ici précisément que se situe le nœud du roman qui raconte à travers une pléthore de personnages la désillusion de ceux qui après avoir sacrifié leur vie pour

un idéal de liberté se retrouvent désenchantés dans un avenir incertain et plongés, à travers l’amère réalité de l’exil ,dans des situations précaires comme projetés hors de leurs propre pays avec leurs enfants. Pourtant, semble répondre en filigrane l’auteur, ces nouvelles générations qui entrent en conflit latent puis frontal sont elles aussi des enfants de l’Algérie et donc le produit d’une culture plurielle savent exprimer à leur manière leur attachement patriotique. Car le personnage de Soâd est singulier : Elle est fran- çaise par filiation, elle se trouve être la petite fille de Rosa et a toutes les possibilités de quitter son pays et pourtant, elle y tient dans son métissage culturel parce que sa personnalité et son identité restent algériennes et qu’elle est musulmane « Quand on la questionnait sur la situation en Algérie, elle répondait, ce que tout le monde savait, que son pays traversait une situation difficile, sans autre commentaire, sans jamais chercher une quelconque compassion surtout en son endroit, qui eût été sans fon- dement. Mais tout aussi simplement, elle manquait rarement, d’une façon ou d’une autre, de faire sentir, envers et contre tout, sa fierté d’Algérienne (…)» (p83). En France Soâd soigne un footballeur qui a la noto- riété croirait-on dans ce roman d’un certain Zidane, un français d’origine maghrébine imprégné des préceptes de l’Islam tout en étant un homme de son temps :Samy a tout de l’algérien porteur des valeurs qui ont façonné la personnalité de Soâd. Les deux jeunes gens tombent amoureux et l’auteur donne un dénouement heureux puisque ces derniers se marient. La seule question qui reste en suspend à la fin du roman et qui pourrait être une réponse aux questions épi- neuses sur lesquelles s’attarde l’auteur dans ce roman outre les passages sur quelques bon vieux proverbes kabyle et de nombreuses expressions latines, est la sui- vante : Est-ce que ce jeune couple quittera la France pour s’installer en l’Algérie ? Toute la problématique est là ! Mais peut-être réside-t-elle dans ce rapport passionnel toujours obscur entre les deux rives de la Méditerranée.

Lynda Graba .

* « Quand les voilent se lèvent », Belgacem Ait Ouyahia aux éditions Casbah, Alger, 2008.

30 è anniversaire de la mort de l’auteur et chanteur de «Ya rahay» et d’un riche répertoire

Hommage à Paris au défunt Dahmane El Harrachi

Hommage à Paris au défunt Dahmane El Harrachi L ’hommage sera rendu par son fils, Kamel,

L ’hommage sera rendu par son fils, Kamel, qui sera accompagné lors d’un concert "exceptionnel" au Théâtre de la ville de Paris, par une quinzaine de

musiciens et chanteurs. Pour le critique musical, spécia-

Un hommage sera rendu le 9 mars prochain à Paris au regretté de la chanson chaâbie Dahmane El Harrachi, reconnu comme l’un des meilleurs du "blues" de la Casbah d’Alger, a-t-on appris hier auprès des organisateurs.

lisé dans les musiques du monde, Rabah Mezouane, le défunt chanteur a "véritablement marqué son époque par des titres devenus des standards ou des classiques et est tenu pour une des figures les plus emblématiques de la chanson de l’exil". "O, toi l’émigré, tu ne cesses de courir dans le pays des autres", chantait Dahmane dans "Ya rayah", repris ensuite par Rachid Taha, et aujourd’hui par Kamel. A l’occasion du 30 e anniversaire de la mort de son père, Kamel rend hommage à celui qui "a chanté son art et laissé son empreinte", comme il le proclame, lui- même, dans "Ghana fenou". Rabah Mezounane, égale- ment chargé de programmation pour l'Institut du monde arabe à Paris, décrit le chaâbi comme un genre "inspiré de l’andalou dont il a adopté certaines structures mélo- diques, mais s’en écarte au niveau thématique et ryth- mique, tout en se distinguant par un phrasé et un ton par- ticulier". Les textes, fondés sur des proverbes d’hier et des maximes d’aujourd’hui, évoquent des situations proches du réel et des préoccupations du peuple, tandis que les instruments (mandole, banjo, piano) indiquent des inten-

tions modernistes, a-t-il expliqué. Chanteur prolifique, Dahmane El Harrachi, de son vrai nom Abderrahmane Amrani, est décédé le 31 août 1980, dans un accident de voiture, sur la corniche algéroise. Selon Mezouane, c’est dans les cafés communautaires parisiens, que Dahmane El Harrachi, arrivé en France en 1949, se produisait chaque week-end, avec un talent qui faisait l’unanimité parmi la communauté maghrébine. Parmi ses succès indélébiles, "Bahja Bidha", "Dak Ezzine âla s'lamtou", "Zoudj Hmamat" et "Ya rayah", traduite dans plusieurs langues. Son fils Kamel a été un fan de la première heure des chansons de son père. Révélé par les scènes underground parisiennes en 1991, Kamel El Harrachi a hérité de son illustre père cette manière "unique" de jouer de la mandole, selon des mélomanes. Pour son tout premier album, longtemps après une unique cassette gravée en Algérie, à l’âge de 17 ans, sous l’intitulé Ghana Fenou (il a chanté son art), il a choisi des morceaux puisés dans le répertoire paternel, qu’il inter- prétera lors de la soirée du 9 mars.

La 11 e édition du festival du cinéma amazigh en mars à Azeffoun

11 films en compétition pour «L’Olivier d’or»

La 11 e édition du festival du cinéma amazigh (FCNAFA) se tiendra du 19 au 23 mars prochain dans la ville côtière d’Azeffoun, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi-Ouzou, annonce lundi un communiqué du commissariat du Festival culturel national annuel du film amazigh.

qui signale que ces deux compétitions sont présidées par deux jurés distincts. Composé de six membres, le jury de la première sélection est présidé par le cinéaste Mohamed Ifticène, originaire d’Azeffoun, relève-t-on. Le festival prévoit la présentation, en hors compétition, "Clap amazighité d’ailleurs", question de permettre un regard critique sur l'évolution du cinéma amazigh en Algérie et à l'étranger. Le programme prévoit donc, en hors compétition, cinq films du Maroc et du Canada, en plus d’une men-

Trente sept films sur les 60 visionnés ont été retenus pour figurer au menu de cet événement culturel ayant pour thème "Azeffoun à l'honneur" et décliné, cette année, sous la bannière "Un festival : deux compéti- tions", indique-t-on. Cette sélection met en lice 11 films nominés à la sélection officielle "L’Olivier d’or", et 14 autres se disputeront le prix de la catégorie "Panorama amazigh", catégorie sanctionnée, pour la première fois, par une distinction visant à "créer l'émulation et encou- rager l'émergence de jeunes talents", selon le document

tion spéciale pour un film en avant première d’une cinéaste franco-algérienne "Sur les traces de Taous Amrouche". Cette 11ème édition, organisée avec le soutien de l'ONDA, l'ENTV, l'APW, de Tizi-Ouzou et l'APC d'Azeffoun, s'inscrit, souligne-t-on, "dans la continuité et l'esprit des précédentes éditions", à savoir, "présenter la production filmique amazighe nationale et internationa- le, sous une optique culturelle, artistique et sociolo- gique".

C C H H A A N N 2 2 0 0 1 1 1

CCHHAANN 22001111

Hier à Khartoum

Algérie 1 - Tunisie 1 (A.P.)

( Tunisie aux T.A.B. 5/4)

Algérie 1 - Tunisie 1 (A.P.) ( Tunisie aux T.A.B. 5/4) Les Tunisiens en finale Stade

Les Tunisiens en finale

1 (A.P.) ( Tunisie aux T.A.B. 5/4) Les Tunisiens en finale Stade international de Khartoum. Affluence

Stade international de Khartoum. Affluence nombreuse. Arbitrage de MM. Seechurn Rahindraparsad (Ile-Maurice) assisté de Edibe Peter (Nigeria) et Diarra Balla (Mali). 4 e arbitre: Gassama Papa (Gambie). Commissaire au match :

Mohamed Halimi (Kenya) Avertissements : Maïza (Algérie), Dhaouadi(Tunisie) Buts : Gasdaoui (18') pour la Tunisie, Djabou (62') pour l'Algérie

LES ÉQUIPES :

Algérie : Zemmamouche, Meftah, Yekhlef, Laïfaoui, Maïza (Khoualed 111'), Lemouchia, Metref, Djabou (Bouazza 90'), Soudani, Messaoud, Djallit (Hadj- Aïssa 46'). Entraîneur : Benchikha. Tunisie : Mathlouti (Jeridi 120'), Souissi, Chedli, El-Hichri, Abdenour, El-Korbi, El-Gharbi, Traoui (Derradji 71'), Douadi, Gasdaoui, Chehoudi (Msakni 46'), Entraîneur : Sami Trabelsi

C ette empoignade entre Algériens et Tunisiens débuta assez lentement. On ne voulait pas trop s'exposer aux

attaques adverses. On a privilégié la pruden- ce. Néanmoins, sur une action rapide, Dhouadi prend de vitesse Meftah et centre, Gasdaoui bien placé n'eut qu'à placer sa balle (18') au fond de la cage et ouvrir la marque. La défense algérienne n'avait pas su comment réagir à cette première action dangereuse tunisienne. Les "Verts" ont eux quelques

bonnes occasions, mais la défense tunisienne ne laisse rien passer devant la lourdeur des "Verts". Les nôtres semblaient attendre le moment voulu avant de sévir. En se conten- tant de timides attaques, les "Verts" n'ont pas réussi à mettre en difficulté cette équipe tuni- sienne assez solide en défense tout en empê- chant l'adversaire de trouver ses repères dans l'entre-jeu. C'est sur ce score de 1 à 0 que s'est achevée la première période. En seconde mi- temps, les Algériens reviendront avec de meilleurs arguments. Ils assiégèrent la défen- se tunisienne, mais celle-ci ne panique pas. Toutefois, la pression algérienne sera payan- te, puisque sur une très bonne action entre Metref et Djabou, ce dernier des 30 mètres ne laissera aucune chance au gardien Mathlouti (62'). Les Algériens jouent mieux et Hadj- Aïssa d'un tir pas assez fort ne put tromper Mathlouti (78'). De loin, les poulains de Benchikha étaient les plus entreprenants et méritaient de niveler la note. Fin de partie dominée copieusement par les "Verts", mais la défense tunisienne tient bon. Les prolonga- tions sont devenues inévitables. Dès le début de l'extra-time, sur coup franc, Lemouchia a failli ajouter un 2 e but, sa balle passera légè- rement à côté. Les Tunisiens reviennent dans le match et ont failli marquer par Gasdaoui, mais sortie judicieuse de Zemmamouche (103') qui annihila cette action assez "chau- de". Les prolongations n'ont rien apporté. Aux tirs au but, le dernier mot est revenu aux Tunisiens (5/4) après que Metref n'ait pas réussi sa panenka. H. Gharbi

33 e Congres de la CAF

Les Africains vont élire aujourd’hui leurs deux représentants à la Fifa

élire aujourd’hui leurs deux représentants à la Fifa L e palais de solidarité (Friendship) à Khartoum

L e palais de solidarité (Friendship) à Khartoum

accueillera aujourd’hui à partir de 9 h (heure

algérienne) les travaux de la 33e assemblée

générale de la confédération africaine de football (CAF) en présence des 53 fédérations membres. L’élection des deux représentants de la CAF au niveau du comité exécutif de la fédération internatio- nale de football (FIFA) sera incontestablement le point le plus important à l’ordre du jour de cette AG que présidera le patron de l’instance dirigeante du football africain, M.Issa Hayatou. Cinq candidats, dont le président de la fédération algérienne de foot- ball (FAF), M. Mohamed Raouraoua sont en lice pour les deux postes à pourvoir, après le retrait du prési- dent de la fédération zambienne de football, Kalusha Bwalya, qui a préféré concentrer tous ses efforts sur sa candidature au comité exécutif de la CAF (Zone Sud). Outre M.Raouraoua, les quatre autres concur- rents sont : Danny Jordan (Afrique du Sud), Jacques Anouma Bernard (Côte d’ivoire), Ibrahim Galadima (Nigeria) et Suketu Patel (Seychelles). Au QG de la Confédération africaine de football (CAF) situé dans le somptueux complexe Bordj Al-Fateh à Khartoum, les candidats en course pour les deux importants postes au niveau de l’instance dirigeante du football mondial affûtent leurs armes et affinent leurs stratégies, tandis que les fonctionnaires de la CAF sous la direction du secrétaire général, M. Al Amrani s’attellent aux ultimes prépa- ratifs avant le jour J. Les pronostics sur les chances des cinq candidats pour les deux postes convoités au sein du comité exécutif de la Fifa vont bon train, mais personne ici à Khartoum ne peut avancer quoique ce soit, dans une élec- tion imprévisible où les coulisses et les coups d’éclats de dernières minutes sont monnaie courante en Afrique. Indécision totale Le président du Comité d’organisation de la Coupe du Monde 2011, le Sud-Africain Danny Jordan qui n’a pas caché son ambition d’accéder au comité exécutif de la FIFA, fait le forcing pour ratisser large. Il a réuni la semaine dernière à Johannesburg les membres de la CECAFA, qui regroupe 11 fédérations afri- caines. Selon des informations recueillies sur place à Khartoum auprès de cer- tains représentants de la CAF, qui ont préféré garder l’anonymat, trois fédéra- tions de la CECAFA, à savoir le Burundi, Djibouti et le Rwanda n’auraient pas cautionné la candidature du Sud-Africain et désormais, leurs voix pourraient peser lourd dans le décompte final. Quant au président de la Fédération algé- rienne de football, M. Mohamed Raouraoua qui est également membre du comité exécutif de la CAF, il a préféré depuis son arrivée à Khartoum au début du mois de février, ne pas trop s’exprimer sur cette élection, malgré nos nom- breuses sollicitations. "Attendant le 23 février pour voir, seul dieu sait de quoi sera fait demain", s’est-il contenté de dire à chaque fois. De son coté, le repré- sentant sortant, l’Ivoirien Jacques Anouma Bernard, candidat à sa propre suc- cession, s’est réuni dimanche à Khartoum avec les membres de l’Union des fédérations ouest africaines de football (UFOA) en vue d’une concertation sur les candidatures de la zone pour l’élection des deux représentants de la CAF au comité exécutif de la Fifa. Le président de la fédération ivoirienne de football espère bien conserver son poste au niveau de la Fifa. Il est depuis le week-end dernier à Khartoum avec ses principaux lieutenants à la FIF. D’autre part, dans un appel lancé aux présidents de fédérations et associations nationales de foot- ball d’Afrique, Anouma les exhorte à "lui renouveler leur confiance". Quant aux deux autres candidats, le Nigérian Ibrahim Galadima et le Seychellois Suketu Patel, il semble que leurs chances de faire leur entrée au comité exécu- tif de la FIFA soient minimes.

Championnat de Ligue 1 (mise à jour)
Championnat
de Ligue 1 (mise à jour)

MC Alger - MC Saïda (0-0)

Le MC Alger et le MC Saida ont fait match nul (0-0) à l'issue du match en retard du Championnat Professionnel de Ligue 1 de football disputé hier à Rouiba.

Ligue 1 (15 e journée)

MCO-MCS : le grand derby de l'ouest

Cette 15 ème journée de la Ligue 1 qui coïncide avec la dernière journée de la phase aller sera amputée de trois rencontres qui sont:

On s'attend à des débats très serrés. le déplacement des Harrachis à El-Eulma ne sera pas facile du fait que les Eulmis de Bira ont promis à

PROGRAMME :

CABBA-JSMB, ASO-WAT et CRB-ESS. Par consé- quent, le grand derby de l'Ouest entre le MC Oran et le MCS. Les deux équipes occupent les hauts du pavé à quelques encablures de l'ASO et l'ESS. Il est certain que l'avantage du terrain sera assez déterminant. Néanmoins, il ne faudra pas perdre de vue que cette équipe saïdie est assez soli-

leurs "fans" de bien réagir chez-eux. Malgré leur défai- te, à Tizi-Ouzou, devant la JSK (3 à 2), les Eulmis avaient fourni une très bonne prestation. USM Annaba-USM Alger aura lieu à El-Hadjar au stade Drid Mokhtar. Hamid G.

de même hors de ses bases.

Vendredi (15 h ):

Les "Hamraoua" ne seront pas favoris devant cette

MCA-JSK Samedi (14 h 30) :

équipe du MCS qui n'avait

ASK-USMB

fait qu'une bouchée de l'AS

MCO-MCS

Khroub (3 à 0). Le match

MCEE-USMH

MCA-JSK sera très relevé.

USMAnnba-USMA

Il est fort possible qu'il sera

CABBA-JSMB reporté

domicilié au stade de

ASO-WAT reporté

Rouiba, ce vendredi, à partir de 15 h.

CRB-ESS reporté