Vous êtes sur la page 1sur 18

RÉPUBLIQUE T UNISIENNE

MINISTÈRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

----------------------------------------------------------------------------------

CERTIFICAT D'ÉTUDES SUPÉRIEURES DE RÉVISION COMPTABLE

----------------------------------------------------------------------------------
SESSION DE MARS 2020
----------------------------------------------------------------------------------

ÉPREUVE DE COMMISSARIAT AUX COMPTES


ET DROIT DES AFFAIRES

Durée : 3 heures

Le sujet se présente sous la forme de DEUX parties indépendantes :

Première partie : 13 points Page 2

Deuxième partie : 7 points Page 5

Notes:
I. Aucun document n'est autorisé.
2. 1\1atériel autorisé : une calculatrice de poche à fonctionnement autonome, sans imprimante el
sans aucun moyen de tmnsmission, à l 'exclusion de tout autre élément matériel.
3. Le sujet comporte 6 pages 61 compris la page de garde).
4. JI vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Page 1/6
Première partie

La société Comptoir Matériel Céram (CMC) est une société anonyme à conseil d' administration. Son
capital social s'élève à 3 millions de dinars et ses activités gravitent autour du BTP (bâtiment et travaux
publics). Ella a pour objet principal la commercialisation des matériaux de construction, des solutions
de coffrage, des articles de revêtement en céramique, des articles sanitaires et de robinetterie.

La clientèle de la société CMC se compose essentiellement des troi s catégories suivantes : les entreprises
de BTP, les sociétés de promotion immobilière et les particuliers. Monsieur Ahmed est son président
directeur général depuis cinq aimées.

Depuis janvier 2015, la société CMC détient une participation de 60% au capital de la Société
Immobilière du Sahel (SIS), une société à responsabilité limitée spécialisée dans la construction et la
vente de locaux à usage d' habitation et de commerce de standing. Monsieur Ahmed est également le
gérant de la société SIS depuis sa création en janvier 2015.

Monsieur Zied, expert-comptable membre de l ' OECT, est le commissaire aux comptes de la société
CMC depuis 15 ans. En application des dispositions de !'article 266 du code des sociétés commerciales,
il procède à la certification de la sincérité et de la régularité des états financiers annuels de la société
CMC, établi s par son conseil d'administrati on en application des dispositions de l'article 201 du code
des sociétés commerciales.

En votre qualité de collaborateur de Monsieur Zied et membre de l'équipe d'audit, vous avez participé
aux travaux de commissariat aux comptes relatifs à l'exercice clos le 31 décembre 20 18. Lors de votre
intervention, vous avez relevé ou constaté ce qu i suit :

1) La société CMC est fortement endettée auprès de sa banque partenaire et n'arrive plus à honorer
ses engagements financiers, surtout après le refus des autres banques de lui accorder de nouveaux
financements.

Après plusieurs réunions avec sa banque partenaire, elle n'a pu bénéficier, en janvier 20 18, que
d'un rééchelo1mement de certains crédits, conditionné par la fomniture d'une garantie supplémentaire.
À cet effet, Monsieur Ahmed a signé, en sa qualité de gérant de la société SIS, une garantie
hypothécaire portant sur le siège social de cette dernière au profit de la banque créancière de la
société CMC.

Par ailleurs, les cotes des crédits de gestion (facilité de caisse, financement de stock, escompte,
etc.) dont bénéficiait la société CMC n'ont pas été renouvelées par sa banque partenaire pour
l'année 20 18, et ce, suite à la baisse notable du volume des ventes et des mouvements créditeurs
en compte, due essentiellement à la perte de certains clients importants dont notamment un groupe
de sociétés qui a rompu toute relation d'affaires avec la société CMC et qui représentait plus du
tiers des revenus au cours des exercices précédents.

2) En j uillet 20 18 et face à un besoin urgent en trésorerie, Monsieur Ahmed a procédé, au nom de la


société CMC, à la signature d' un contrat de cession-bai l portant sur un bien immobilier nécessaire
à l'exploitation (dépôt de stockage) avec une société de leasing de la place. La valeur de cession
du bien immobilier a été fixée par les deux parties à 6 millions de dinars. La société CMC redeviendra
propriétaire du dépôt de stockage après paiement intégral de la série des loyers s'étalant sur une
période de sept ans.

Page 2/6
3) En octobre 2018, Monsieur Salah, représentant permanent de la société DEL TA membre du
conseil d'administration de la société CMC, a contacté Monsieur Zied, en sa qualité de conunissaire
aux comptes de la société CMC, pour s'enquérir sur les difficultés économiques et financières
engendrées notamment par la rupture des relations d'affaires avec certains clients importants. En
outre, il lui a demandé de lui transmettre des copies des marchés conclus par la société CMC (en
matière d'achat et de vente de marchandises) avec les principaux fournisseurs et clients. Monsieur
Zied n'a communiqué à Monsieur Salah qu ' un état récapitulatif des marchés en cours conclus par
la société CMC avec ses principaux fournisseurs et clients (via un e-mail).

4) En novembre 2018, l 'adrninistration fiscale a notifié à la société SIS les résultats d' une vérification
fi scale approfondie portant sur les exercices 20 15, 201 6 et 2017. Après examen des chefs de
redressement et en vue d' apprécier le montant de la provision pour risque fiscal à constituer par
la société SIS au 31/12/2018, son commissaire aux comptes, Monsieur Adam, expert-comptable
membre de l'OECT, a demandé de Monsieur Zied (en sa qualité de commissaire aux comptes de
la société CMC) des éclaircissements sur certaines opérations de vente à des prix majorés (par
rapport à ceux appliqués aux autres clients) réalisées par la société CMC avec la société SIS (en
tant que client). Monsieur Zied a communiqué à Monsieur Adam les renseignements demandés
et a proposé à Monsieur Ahmed son assistance pour la préparation d' une réponse adéquate de la
société SIS aux résultats de ladite vérification fiscale approfondie. C'est ainsi qu'une convention
d'assistance fiscale a été signée, en décembre 2018, entre Monsieur Zied et la société SIS représentée
par son gérant Monsieur Aluned pour un montant hors TV A de 20 000 dinars.

5) Le contrôle par l'équipe d'audit du solde client SIS au 31/12/20 18 sur les livres comptables de la
société CMC, par la technique de la circularisation, a fait ressortir un écart de 95 200 dinars. Les
investigations effectuées par l'équipe d'audit ont montré que cet écait correspond à une sortie de
stock de matériaux de construction comptabilisée par la société CMC en tant qu 'opération de
vente réalisée avec la société SIS, et que cette transaction ne figure pas sur les livres comptables
de la société SIS à défaut d'une quelconque réception à son niveau.

En plus, le comptable de la société CMC n'a pas communiqué à l'équipe d' audit les pièces
justificatives de cette opération (facture de vente et bon de livraison comportant décharge de la
société SIS attestant sa réception des matériaux de construction) tout en précisant qu' il s'agit
d'une transaction avec une partie liée traitée directement par Monsieur Aluned. Contacté par
l'équipe d'audit, ce dernier a répondu que les pièces justificatives demandées ont été égarées.

6) Les états d'inventaire physique des effets à recevoir et des chèques à encaisser ainsi que les
justifications des soldes des comptes correspondants au 31112/2018 n' ont pas été mis à la
di sposition de !'équipe d' audit, malgré la demande écrite de documents adressée par Monsieur
Zied à la direction de la société CMC. En outre, l'équipe d'audit n' a pas pu accéder au coffre-fort
de la société CMC afin d'effectuer le contrôle de ces valeurs par observation physique.

7) En décembre 20 18, la société CMC a payé à une compagnie d'assurance de la place un montant
de 6 000 dinars représentant la prime annuelle relative à un contrat d' assurance vie souscrit fin
20 16 au profit de Monsieur Aluned (la seule personne bénéficiaire de ce produit d'assurance au
sein de la société CMC), en! 'absence d'autorisation par le conseil d' administration.

Page 3/6
8) Les états financiers annuels de la société CMC arrêtés au 3 1/ 12/20 18 font apparaitre les informations
suivantes (montants exprimés en dinars) :
1
31/12/2018 31/12/2017
Emprunts bancaires non encore échus 20 000 000 19 000 000
Emprunts bancaires échus et impayés 2 500 000 1 500 000
Engagements de leasing 5 500 000 -
Découverts bancaires 200 000 500 000
De ttes fiscales échelo1mées 600 000 -
Capitaux propres 1 800 000 3 200 000
Résultat net de l'exercice (1 400 000) (700 000)

Page 4/6
Deuxième partie

La société BIO MIEL est une soci été à responsabilité limitée, spécialisée dans la production et la vente
de miel bio ; son capital social est de 100 000 dinars et son siège social se trouve à Béja. Depui s sa
création en 2010, Monsieur Amine (associé fondateur) est son unique gérant comme le stipule l'acte
constitutif de la société. Aucun commi ssaire aux comptes n'a été nommé.

1) L' activité de la société BIOMIEL étant en pleine expansion, début juillet 2017, Monsieur Amine
a obtenu, au nom de la société, un emprunt bancaire de 150 000 dinars pour le financement de
l'achat d ' un matériel d'apiculture nécessaire à l'exploitation. Cependant, suite à la hausse des prix
des équipements d ' apiculture sur le marché, Monsieur Amine a décidé d 'acheter un matériel
d 'apiculture d 'occasion pour la sonu11e de 70 000 dinars et de dépenser le reliquat du montant de
l'emprunt bancaire clans les travaux de construction de sa nouvelle maison que certains ouvriers de
la société BIOMIEL ont été chargés d' accomplir sur ses instructions.

2) Les ventes sur le marché local des quantités de miel produites par la société BIOMIEL ont connu
une baisse importante et inattendue au cours de )'année 20 18, à cause de la détérioration de la
qualité du miel due à l' utilisation du matériel d ' apicu lture d 'occasion. Cette situation a généré
certains conflits entre Monsieur Amine et ses associés. Afin de les apaiser, Monsieur Amine a
décidé, lors de la dernière assemblée générale des associés réunie en mars 20 19, de distribuer des
dividendes sans présentation d'états financi ers airnuels. Cette déci sion approuvée par le reste des
associés présents a atténué les tensions.

3) Au cours du second semestre de l'année 20 19, Monsieur Amine est quasiment a bsent à cause de
problèmes de santé. La société BIOMIEL ne produit presque plus de miel et certains équipements
d'apiculture ne fonctionnent plus. Sa situation financière s'est complètement dégradée et elle ne
parvient plus à honorer ses engagements même vis-à-vis de ses ouvriers. Ses comptes bancaires
font apparaître des découverts importants. Face à cette situation difficile et afin de sauver la
réputation de la société et d 'éviter l'ouverture d 'une procédure collective, le fil s de Monsieur
Am ine, Monsieur Sami, toujours présent clans la société et détenant ses documents comptables et
financi ers, a réussi à obtenir, au nom de la société BIOMIEL, un crédit bancaire de 50 000 dinars,
grâce à des déclarations de chiffres cl 'affaires en partie fictifs. Le taux cl ' intérêt relativement élevé
de cet emprunt a compliqué davantage la situation finan cière de la société BIOMIEL.

Par ailleurs, Monsieur Sami a procédé à la cession de la camio1rnette de la société, âgée de quatre
ans mais en bon état de fonctionnement, à son conjoint pour sa valeur comptable nette.

4) Les livres comptables de la société BIO MIEL fo nt apparaître, au 3 1 décembre 20 19, des effets
impayés relatifs à une dette de 60 000 dinars se rapportant à un marché de fourniture de boites de
miel et d'autres consomma bles conclu avec le fournisseur TECHNOVERRE. Des poursuites o nt
été engagées par ce fournisseur d ' exploitation à l'encontre de la société BIOMIEL; elles risquent
d 'aboutir à une saisie imminente de ses actifs.

Page 5/6
Travail à faire

Première partie 13 points

1) Relever, pour la société CMC, les éventuelles irrégularités qui ont été commises en matière
d'obligations d'établissement des états financiers et de désignation des commissaires aux comptes.
(3 points)

2) Indiquer les diligences du commissaire aux comptes découlant particulièrement de la situation


financière de la société CMC au 31 décembre 20 18. (1,5 points)

3) Identifier les éventuelles situations de non-respect du secret professio1mel par le commissaire aux
comptes de la société CMC et préciser les sanctions qui en découlent. (2 points)

4) Préciser les conséquences de la convention d'assistance fiscale conclue par Monsieur Zied avec
la société SIS, d'une pai1, sur sa situation en tant que commissaire aux comptes de la société CMC
et, d'autre part, sur l'approbation des états financiers de cette dernière relatifs à l'exercice 20 18
par l'assemblé générale ordinaire de ses actionnaires. (1,5 points)

5) Préciser comment l'opération de vente de matériaux de construction à la société SIS (pour un


montant de 95 200 dinars), traitée directement par le président directeur général Monsieur Ahmed,
pourrait être qualifiée par Monsieur Zied en sa qualité de commissaire aux comptes de la
société CMC. Indiquer les diligences qu 'il doit accomplir compte tenu de cette qualification et
citer les sanctions qu ' il encourt à défaut d'accomplissement de ces diligences. (2 points)

6) Indiquer que pourrait être la position de Monsieur Zied, en sa qualité de commissaire aux comptes
de la société CMC, face aux difficultés rencontrées lors de l'accomplissement de ses travaux cl 'audit
des comptes de l'exercice 2018 . (1 point)

7) Indiquer les différentes conventions et opérations réglementées qui do ivent être insérées dans le
rapport spécial de Monsieur Zied (en sa qualité de conunissaire aux comptes de la société CMC),
relatif à 1'exercice 20 18, tout en précisant sa position vis-à-vis de chacune cl' elles. (2 points)

Deuxième partie 7 points

1) Dégager les éventuels reproches qui pourraient être adressés au gérant de la société BIOMIEL
(Monsieur Amine) et gui peuvent avoir une qualification pénale, en précisant les faits matériels,
les bases juridiques et les peines encourues. Pourrait-il être sanctio1mé pour distribution de dividendes
fictifs ? Justifier votre réponse. (4 points)

2) Les associés de la société BIOMIEL veulent porter plainte contre Monsieur Sami. Que peuvent-
ils lui reprocher sur le plan pénal ? (2 points)

3) Indiquer les moyens juridiques que pourrait utili ser la société BIOMIEL en vue de suspendre les
poursuites et d'éviter la saisie de ses actifs par le fournisseur TECHNOVERRE, afin qu 'elle
puisse continuer son activité. (1 point)

Page 6/6
CORRIGE INDICATIF DE LA PREMIERE PARTIE (13 points)

1- Relever, pour la société CMC, les éventuelles irrégularités qui ont été commises e n matiè re
d'obligations d'établissement des états fin ancie rs et de désignation des com missaires aux comptes
(3 points).

• Nomination de d e ux ou de plusieurs CAC inscrits au tableau de l'OECT (0, 75 {JOi11I)

Les engagements de la société anonyme CMC s'élèvent à 28 200 000 DT (encours bancaire +
encours leasing : ) dépassent 25 MDT, d'oL1 la nécessite de nommer deux ou plusieurs CAC
inscrits au tableau de l'OECT.

En effet, en vertu des dispos itions de l'article 13 ter du CSC (ajouté par l'article 5 de la LSF) : «
Sont soumis à la désignation de 2 ou de plusieurs CAC inscrits au tableau de l'OECT :

Les sociétés dont le total des engagements auprès des établissements de crédit et l'encours de
leurs émissions obligataires dépasse un montant fi xé par décret 11°2006- 1546 du 6 Juin 2006 »
(25 000 000 DT}

Ces commissaires a ux comptes ne do ivent pas être liés par des relations d'association ou par
d'autres liens que ls qu'il s soient qu i sont de nature à limiter leur indépendance et sont tenus de
fi xer les conditions et les modalités d'élaboration de leurs ra pports en s'appuyant sur la procédure
de l'exam en contradictoire.

D'où l'obligatiou de nommer 1111 autre commissaire aux compte membre de l'OECT.

• Manquement au principe de rotation du comm issaire aux comptes. (0,75 noi11t)

La société anonyme CMC dont le total des engagements auprès des institutions fin ancières dépassent 25
MOT et est soum ises à l'obligation de désigner 2 ou plusieurs CAC inscrits au tableau de l'OECT.

Par ailleurs, en vertu des d ispositions de l'article 13 bis du CSC, pour les sociétés commerciales soumises
à l'obligation de désigner un commissaire aux comptes inscrit au ta bleau de l'OECT, le nombre de
mandats successifs, compte tenu du renouvellement, ne peut excéder trois mand ats lorsque le
commi ssaire aux comptes est une personne physique.

Dans notre cas, Monsieur Z ied membre de l'OECT est comm issaire aux comptes de la société anonyme
CMC depuis 15 ans. -+ Dépassement du 110111bre 111axi11111111 de mandats successifs prévu par l'art 13 du
CSC et ma11q11e111e11t au principe de rotation du commissaire aux comptes.

• Nécessité d'arrêter les états financ iers consolidés du groupe (0,75 point)

L'article 461 du CSC « Le groupe de soc iétés est un ensemble de soc iétés ayant chac une sa personnalité
j urid ique, mais liées par des intérêts commun s, en vertu desquels l'une d'elles, dite société mère, tient les
autres sous son pouvoir de droit ou de fait et y exerce son contrôle, assurant, a insi, une unité de décision.

Est considéré comme étant contrôlée par une autre société, au sens du présent titre, toute société dont une
autre détient une fraction du capital lui conférant la majorité du dro it de vote. Le contrô le est
présumé dès lors qu'une société détient directement ou ind irectement Quarante pour cent au moins des
droits de vote dans une autre société, et qu'aucun autre associé n'y détienne une fraction supérieure à la
sienne.

La société mère doit détenir une participation directe ou indirecte clans le capital de chacune des sociétés
appartenant au groupe de sociétés. Est réputée fil iale, toute société dont plus de cinQuante pour cent du
capital est détenu di rectement ou indirectement par la société mère, et ce, abstraction faite des actions ne
conférant pas à leur porte ur des dro its de vote .... »
Depuis janvier 20 15, la soc iété anonyme CMC détient une participation de 60% au capital la Société
Immobilière du Sahel « SfS .S.A.R.L ». • Constitution d'un groupe au sens de l'article 461 du CSC
(« CMC .SA»: société mère et « SfS .S.A. R.L » sa filiale).

Ainsi, la société CMC a l'obligation d 'arrêter des états financiers consolidés conformément a ux
dispositions de l'article 471 du CSC. La société mère ayant un pouvoir de dro it 011 de fait sur d'autres
sociétés au sens de l'article 461 d u présent code doit établir, outre ses p ropres états financiers annuels el
son propre rapport de gestion, des états ft11a11ciers consolidés co11formé111enl à la législation comptable
e11 vig11e11r et 1111 rapport de gestion relatif au groupe de sociétés ...

• Nécessité d'auditer les états financ iers consolidés par les commissaires aux comptes de la société
mè re C MC (0, 75 voùt/)

Monsieur Zied, expert-comptable membre de l'OECT, est le commissa ire aux comptes de la société CMC
depuis 15 ans. En application des dispos itions de l'artic le 266 du code des sociétés commerciales, il procède
à la certification de la sincérité et de la régularité des états financiers annuels de la société CMC, établis
par son conseil d'administration en application des dispositions de l'article 201 du code des sociétés
commerciales. Monsieur Zied, en sa qualité de commissaire aux comptes de la société CMC depuis 15
ans, audite ses états financiers individuels.

En effet, conformément aux dispositions de l'article 4 71 du CSC « .... Les états financ iers consolidés
sont soumis à l'audit du ou des commissaires aux comptes de la société mère qui doivent être inscrits
au tableau de l'ordre des experts comptables de Tunisie.

Abstraction faite de la possibilité d'effectuer toutes les investigations auprès de l'ensemble des sociétés
membres du groupe, qu'il juge nécessaire, le commissaire aux comptes ne certifie les états fin anc iers
consolidés qu'après avoi r consulté les rapports des commissaires aux comptes des sociétés appartenant au
groupe lorsque celles-ci sont soumises à l'ob ligation de désigner un commissaire aux comptes».

• D'où la n écessité d'auditer les ét{ltS ji11{111ciers consolidés d11 groupe (« Cil1C .SA » : société m ère et
« SIS .S.A.R.L » S{I ftli{lle) p{lr les commissaires aux comptes de la société m ère.

2- Indiquer les diligences du commissaire aux comptes découlant particulièrement de la situation


financi ère de la société CMC au 31 décembre 2018. (J,5 point~)

• Procédure d'alerte déclenchée par le commissaire aux comptes s uite aux Signes précurseurs des
d iffïcultés économ igues

Des signes précurseurs des difficultés économ iques : (en application du Décret 11°201 8-463 du
31 mai 2018, relatif à la détermination des critères et procédures de notification des signes précurseurs
des di fficultés économiques) (.0,5 voi11t)

a. La soc iété CMC est fortement endettée auprès de sa banque partenaire et n'arrive plus à
honorer ses engagements financie rs, surtout après le refu s des autres banques de lui
accorder de nouveaux financements.
Un rééchelonnement de certains crédits, conditionné par la fo urniture d' une garantie
supplémentaire.
Les cotes des crédits de gestion (faci lité de caisse, financement de stock, escompte, etc.) dont
bénéficiait la société CMC n'ont pas été renouvelées par sa banque partenaire pour l'année 2018.
Augmentation des impayés sur crédits ban ca ires;

b. Perte de marchés ou des clients importants: perte de certains c lients importants dont notamment
un groupe de sociétés qui a rompu toute relation d'affaires avec la société CMC et qui représentait
plus du tiers d es revenus au cours des exercices précéden ts;
c. Bai sse du chi ffre d'affa ires;
d. Besoin d' imm édiat de trésorerie;
e. Difficultés fi nancières;

2
f. Résultat déficitaire avec une dégradation importante de 50%;
g. Les pertes ont atteint 47% du capital et l'actif net est en en diminution pour plus que le tiers
du capital (art. 4 18 CC) ;
h. Les fonds propres représentent 60% du capital social avec une nette cl iminution par rapport
l'exercice précédent.

✓ Faits motivant le déc/e11che111e11t de la procédure d'alerte,·


✓ Dans le cadre d e la mission permanente du CAC, e t face à ces signes précurseurs de
difficultés économiques: déclenchement de la procédure d'alerte.

La procédure d ' alerte comporte plusieurs étapes (art. 420 du CC) (1 point)

l. Le CAC de l'entreprise est chargé de demander par écrit au PDG de CMC S.A. des
éclai rcissements re latifs aux données ou travaux menaçant l'activ ité de l'entreprise re levés à
l'occas ion de l'accomplissement de ses fonctions ;
2. Le dirigeant de l'entre prise doit y répondre par écrit dans un délai de 8 jours ;
3. La réponse du PDG doit donner une analyse de la situation et préciser éventuellement les mesures
envisagées ;
4. À défaut de réponse du dirigeant ou en cas de réponse insuffisante, le CAC soumet la question au
conseil d 'administration (CA) et en cas de certitude et d'urgence, il convoque une assemblée
générale (AG), et ce, dans un délai ne dépassant pas un mois de la date de réception de la réponse
ou de l'expiration du délai de réponse ;
5. Le CAC doit présenter à I' AG un rapport dans lequel il expose le problème de continu ité
d'exploitation ;
6. Le CAC invite le prés ident du CA à faire délibérer le CA sur les faits relevés dans le délai d'un
m O IS ;

7. En dehors de toute urgence, le CAC re late dans son rapport qui est présenté à la prochaine
assemblée générale ordinaire des actionnaires les fa its relevés pour lui permettre d'émettre ses
suggestions (Cf. ISA 570) ;
8. En cas d ' urgence, un rappo1t est établit par le CAC, distinct du rapport généra l, dans lequel il
expose le problème de continuité d'exploitation destiné à l'AG convoq uée d'urgence par le CAC
(dans les conditions de l'art. 277 du CSC);
9. S i le CAC constate après l'accomplissement des mesures prescrites ci-dessus la persistance des
mêmes menaces, il ad resse, dans un délai d'un mois, un rapport au président du tribunal de Ière
instance et une copie à la commission de suivi des entreprises économ iques (CSEE);
l O. Invitation du gérant ou du chef d'entreprise par le tri bunal de l '"0 instance en vue de lui présenter
un plan d'action afin de fa ire face aux difficultés rencontrées et ceci clans un délai d' un mois;
11. A la fin de ce délai, le juge peut ordonner l'ouverture des procédures du règlement amiable ou
judicaire.

Les responsabilités du comm issaires aux comptes consistent à obtenir des éléments probants suffisants et
appropriés et à tirer une conclusion quant au caractère approprié de l'application par la direction du
principe comptable de continuité d'exploitation clans la préparation des états financiers, et à tirer
une conclusion, en s'appuyant sur les éléments probants obtenus, quant à l'existence ou non d'u ne
incertitude significative sur la capacité de l'entité à poursuivre son exploitation.

La non-notification des signes précurseurs de diffic ultés économ iques implique la responsabilité pénale
du CAC : art. 594du CC« Est puni d'une a111ende de 1 000 à JO 000 DT, le CAC qui s'abstient de la
notification bien qu'il ait eu connaissance des difficultés économiques».

3
11 est à noter que si les comptes ont révélé que les fonds propres de la société sont devenus en deçà de la
moitié de son capital en ra ison des pertes, le conseil d'administration ou le directoire doit clans les quatre
mois de l'approbation des comptes, provoquer la réunion de l'assemblée générale extraordinaire à l'effet
de statuer sur la question de savoir s'il y a lieu de prononcer la dissolution de la société.

L'assemblée généra le extraordinaire qui n'a pas prononcé la dissolution de la société clans l'année qui suit
la constatation des pertes, est tenue de réduire le capital d'un montant égal au moins à celui des pertes ou
procéder à augmentati on du capital pour un montant égal au moins à celui de ces pertes.( art 388)

3- Identifier les éventuelles situations de non-respect du secret professionnel par le commissaire aux
comptes de la société CMC et préciser les sanctions qui en découlent (2 point:,)

• Information d'un admillistrateur en dehors du CA / /11/o rmation d 'un actio1111aire en deh ors de
/ 'AG (0, 75 point)

En octobre 20 18, Monsieur Salah, représentant permanent de la société DELTA me mbre du conseil
d'administration de la société CMC, a contacté Monsieur Zied, en sa qualité de commissaire aux comptes
de la société CMC, pour s'enq uérir sur les difficultés économiques et financières engendrées notamment
par la rupture des relations d 'affaires avec certains clients importants. En outre, il lui a demandé de lui
transmettre des copies des marchés conclus par la société CMC (en matière d'achat et de vente de
marchandises) avec les principaux fourn isseurs et clients. Monsieur Z ied n'a communiqu é à Monsieur
Salah qu'un état récapitulatif des march és en cours conclus par la société CMC avec ses principa ux
fournisseurs et clie nts (via un e-mail) .. .. »

Notons que Monsieur Salah est le représentant permanent de la société DELTA, membre du conseil
d'administration dans la société anonyme CMC. En vertu de dispositions de l'article 191 du CSC : Le
représentant permanent d'un ad111inistrateur personne m orale est soumis aux mêmes conditions et
obligations et encourt les 111é111es responsabilités civile et pénale que s'il était administrateur en son 110111
propre sans préjudice d e la responsabilité solidaire de la personne morale qu'il représente.
Selon l'artic le 270 du CSC et l'article 8 de la lo i 88- 108, les commissaires aux comptes ainsi que
leurs collaborateurs et les experts sont astre ints au secret professionnel pour les fa its, actes et
renseignements dont ils ont pu avoir connaissance à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions. Par
ailleurs, l'art 27 1 du CSC a prévu que les dispositions de la loi pénale re lative à la révélation du
secret professionnel sont applicables aux commissaires aux comptes.
Le CAC est lié par le secret profcssionnel_non seulement à l'égard des tiers (créanc iers, agents de
1'admin istration
fiscale, CNSS, agents de douane pour tout renseignement oral ... ) mais a ussi à
l'égard des actionnaires et administrateurs pris individuelle me nt.
En effet, le CAC n'a de rapport qu'avec le CA et l'AG en ta nt gu'oreanes colléeia ux. Il n'est donc
pas tenu de répondre à un actionnaire ou à un administrateur isolé q ui l'interrogerait directement
en de hors del' AG ou du CA.

✓ Ainsi, Monsieur Ziecl, commissai re aux comptes de la société anonyme CMC, en transmettant
via e-mail à Monsieur Salah (représentant permanent d ' un administrateur personne morale) l'état
récapitulatif des marchés en cours conclus par CMC avec les principaux fournisseurs et clients (et
pour toute autre comm unication en dehors du CA ou AG), à titre personne l et individuel, se trouve
dans le cas d' une situation de révélation du secret professionnel et encourt une peine pénale.

• En novembre 2018, l'admin istration fisca le a notifié à la société SIS les résultats cl ' une véri fication
fisca le approfondie portant sur les exerc ices 20 15, 201 6 et 20 17. Après examen des chefs de
redressement et en vue d'apprécier le montant de la provision pour risque fi sca l à constituer par la
société SIS au 3 1/ 12/20 18, son commissaire aux comptes, Mons ieur Adam, expert-comptable
membre de l'PECT, a demandé de Monsieur Z ied (en sa qualité de com missa ire aux comptes de
la société CMC) des éclaircissements sur certaines opérations de vente à des prix majo rés (pa r
rapport à ceux appliqués aux autres clients) réalisées par la société CMC avec la société SIS (en tant
que client). Monsieur Z ied a communiqué à Monsieur Adam les renseignements demandés .... »

4
~ JI s'agit d'un cas de révélation du secret professionnel entre les CAC d'un même groupe (0, 75 point)

Certaines révélations, bien que non autorisées par la loi, sont pratiquées couramment par l'ensemble de la
profession libérale en vertu de la théorie du secret partagé, il s'agit notamment des révélations:
Entre les CAC d'une même société pour présenter un rapport commun (A11icle 269 du CSC et la
norme 11°4 de l'OECT), entre les CAC successifs en vue de fac iliter la tâche au confrère prenant
la suite (Norme 11°4 de l'OECT).
Des révélations entre les CAC d 'un même groupe.

Communication d'informations et rapports aux CAC du groupe dans les limites prévues par la loi. Les
révélations entre les CAC d'un même groupe (société mère et sa fi liale) sont interd ites en droit tunisien:
violation du secret professionnel en dehors des états fi nanciers et comptables.

• Dans le cas d' une situation de révélation du secret professionnel, le CAC encourt une peine pénale
( 0,5 point)
c::::> Responsabilités du CAC : civile, disciplinaire et pénale ;
c::::> Révélation du secret professionnel : faute grave; le CAC peut être révoqué par
l' AGO (L'article 260 du CSC stipule que : « L 'AG ne peut révoquer le ou les CAC avant
l'expiration de la durée de leur mandat, à moins qu'il ne soit établi qu'ils ont commis une
faute gmve dans l'exercice de leurs fonct ions».)

4- Préciser les conséquences de la convention d'assistance fiscale conclue par M. Zied avec la
société SIS, d'une part, sur sa situation e n tant que commissaire aux comptes de la société CMC
et, d'autre part, sur l'approbation des états fin anc iers de cette dernière relatifs à l'exercice 2018
par l'assemblée géné rale ordinaire de ses actionnaires (1,5 points)

• Une convention d'assistance fisca le a été signée, en décembre 20 18, entre Monsieur Zied (en sa
qualité de commissaire aux comptes de la société CMC) et la société SIS représentée par son gérant
Monsieur Ahmed pour un montant hors TV A de 20 000 dinars.

C'est un cas d'incompatibilité spéciale visé par l'article 262 du CSC: « Ne peuvent être nommés
comme CAC : Les personnes recevant sous une forme quelconque à raison de fonctions autres que
celles de commissaires, un salaire ou une rémunération des admin istrateurs ou des membres du
directoire ou de la société ou de toute entreprise possédant 10% du capital de la société ou dont la
société possède au moins 10% du capital. » (O. 5 point)

• Conséquences (0,5 point) :

✓ Selon art. 263 alinéa 2, Toute désignation du CAC faite en contraventi on aux dispositions des
articles 258, 259, 260 et 263 du CSC est considérée comme nulle et non avenue .
✓ li est à noter que l'article 275 dernier alinéa du CSC stipu le que : « Est nulle la décision de l'AG
portant approbation des EF si elle n'est pas précédée par la présentation des rapports du ou des
CAC».
✓ Cependant, dans le cas d' incompatibi lité spéciale visée par l'article 262 du CSC, l'absence
d' une annulation expresse par le texte, la décision de l'AGO en matière d'approbation des états
fi nanciers demeure valable, même si le rapport est émis par un CAC nommé et demeuré en
fo nction malgré l'existence ou la survenance d'une incompatibilité spéciale.

• A la survenance de cette incompatibilité spéciale prévue par l'article 262 du CSC au cours du mandat,
l' intéressé doit :
✓ Cesser immédiatement d'exercer ses fonctions; et
✓ D'en informer le CA au plus tard 15 jours après la survenance de cette incompatibil ité
(0,5 point)

5
5- Préciser comment l'opé ration de ve nte de maté riaux de co nstruc tion à la socié té SIS (pour 1111
mo ntant de 95 200 dina rs), traitée directement par le président directeur général M onsie ur
Ahmecl, pourrait être qua lifiée par M onsie ur Z iecl en sa qualité de commissaire aux comptes de
la société CMC. Indiquer les diligences qu 'il doit accomplir compte tenu de cette qualific ation
e t cite r les sanctions qu'il encourt à dé fau t d 'accomplisseme nt d e ces diligences. (2 point!>)

Le contrôle par l'équipe d'a udit du solde client SIS au J 1/ 12/20 18 sur les livres comptables de la
société CMC, par la technique de la c ircularisation, a fait ressortir un écart de 95 200 dinars. Les
investigations effectuées par l'équi pe d'audit ont montré que cet écart correspond à une sortie de
stock de matériaux de construction comptabilisée par la société CMC en tant qu'opération de vente
réalisée avec la société SIS, et que cette transaction ne figure pas sur les livres comptables de la
société SIS à défaut d' une que lconq ue réception à son niveau. En plus, le comptable de la société
CMC n'a pas communiqué à l'équipe d'audit les pièces j ustificatives de cette opération (facture de
vente et bon de livra ison comportant décharge de la société SIS attestant sa réception des matériaux
de construction) tout en précisant qu' il s'agit d' une transaction avec une partie liée tra itée directement
par Monsieur Ahmed. Contacté par l'équipe d'audit, ce dern ier a répondu que les pièces justificat ives
demandées ont été égarées.

Qualification de l'opé ra tion : (0,5 point)

✓ Cette opération pourra it être j ugée en tant qu'opération de fra ud e et un délit d 'abus cle
biens sociaux ;
✓ Opération pour un montant signi fi catif ;
✓ Le CAC est tenu de révéler au procureur de la république les fai ts dél ictueux (application de
l'ait 270 du CSC). L' art 270 du CSC stipule que : « Les CAC sont tenus de révéler r111
procureur de la république les faits délictueux dont ils 0111 eu co1111aissa11ce sans que leur
responsabilité puisse être engagée pour révélation de secret p rofessio1111el ».

Diligences : (/ point)

L 'art 270 du CSC stipule que: « Les CAC sont tenus de révéler au procureur cle la république
les faits délictue ux dont ils ont eu connaissance sans que leur responsabilité puisse être engagée
pour révéla tion de secret professionnel ».

✓ La révélation doit être fai te, par écrit avant le dépôt du rapport général même en l'absence
d'une plainte contre son auteur. li est conseillé de précéder cette révélation par un entretien
avec un magistrat du ministère public.
✓ Le CAC doit révéler au procureur de la république tout fa it délictueux commis au sein de la
société, même si le parquet est info rmé par la Ste ou par tout autre intéressé.
✓ La lettre de révélation doit notamment contenir :
Le rappel des textes mettant à la charge du CAC l' obi igation de révéler ;
Une identification complète de la société contrô lée;
Une description détaillée des fa its ainsi que la référence des textes défi nissant
l' infraction ;
L'identité complète de l'auteur des faits et de ses complices;
La sui te donnée, par l'auteur des faits, à l' intervention du CAC.
✓ En plus de la révélation au procureur de la république, le CAC doit informer l'AGO des faits
délictueux qu'i l a découverts et qu'i l a révélés au ministère public dans un paragraphe spécial
du rapport général décrivant le fait et son incidence financière et précisant la date de
révé lation au ministè re public (Article 270 du CSC).
✓ Si l'AG n'a pas été convoq uée clans les délais prévus par les statuts conformément à la lo i, le
CAC procède, lui-même, à la convocation de l'assemblé annuelle. li en est ainsi lorsque
l' in fraction est de nature à mettre en danger la pérennité de la société ainsi que !' intérêts des
actionna ires.

6
• Sanction : (0,5 point)

L'aii 27 1 du CSC stipule que: « Est puni d' 1 an à 5 ans et d'une amende de 1 200 à 5 000 DT ou
de l' une de ces 2 peines seulement, tout CAC qui au ra sciemment donné ou confirmé des
in formations mensongères s ur la situation de la société ou qui n' aura pas révélé au proc ureur de
la république les fa its délictueux dont il aura eu conna issance».

6- Indique r que pourrait être la position de Monsie ur Zied, en sa qua lité de commissaire aux
comptes de la société CM C, face aux difficultés rencontrées lors de l'accomplisseme nt de ses
trava ux d'audit des comptes de l'exercice 2018. (1 point)

• Délit d 'entrave et ref us de .fourniture des documents (0,5 point)

La soc iété CMC a entravé (ou limité) les trava ux de son commissaire aux comptes Monsieur Z ied et
refusé de lu i fournir, malgré sa demande, les documents nécessaires à l'exercice de sa mission :
✓ Dossier et pièces justificatives de l'opération de cession entre la société mère et sa fi liale
(facture de vente et bon de livraison comportant décharge de la société SIS attestant sa
réception des matériaux de construction ; la transaction ne figure pas sur les livres
comptables de la soc iété SIS à défaut d ' une que lconque réception à son niveau).
✓ Formulation d' une demande, auprès de Monsieur Ahmed, du doss ier et des pièces
justificatives de l'opération préc itée sans aboutissement ; Monsieur Ahm ed a ré pondu que
les pièces j ustificatives demandées ont été égarées.
✓ Non communication à l'équipe d 'audit des états d' inventaire physique des effets à recevoir
et des chèques à encaisser ; en outre, les justifications des soldes des comptes correspondants
au 3 1/ 12/2018 n'ont pas été mis à la disposition de l'éq uipe d 'aud it.
✓ Demande écrite de doc uments adressée par Monsieur Zied à la di rection de la société CMC
.. sans aboutissement.
✓ L'équipe d 'audit n'a pas pu accéder au coffre-fo1t de la société CMC a fi n d'effectuer le
contrôle de ces valeurs par observation physique (refu s et limitation d'accès).

~ E ntrave à la mission du commissaire aux comptes et d(fficultés re11co11trées daus


l'accomplissem ent de cette mission.

• Les situations évoquées peuvent conduire le commissaire aux comptes à révéler au procureur de
la république le délit d'e ntrave aux fonctions de CAC. (0,5 point)

Selon l'article 13 sexis du CSC : Est puni d' un emprisonnement de six mois et d' une amende de
cinq mille dinars ou de l'une de ces deux peines, tout dirigeant d' une société commerciale ou
d ' un groupement d' intérêt économique qui entrave les travaux du ou des commissaires aux
comptes ou qui refuse de fo urnir, à leur demande, par tout moyen qui laisse une trace écrite, les
documents nécessaires à !'exercice de leurs missions.

En outre, selon les dispos itions de !'article 18 de la loi 88-108 du 18/08/20 18 relative à la
profession d'expert-compta ble, l'OECT est saisi par le commissa ire aux comptes intéressé par
toute action, émanant de la société contrôlée, de nature à entra ver sa mission. L'affaire est
instru ite par la commission de contrô le prévue à l'article 19 de la présente loi et transmise, selon
le cas, au ministère des fi nances ou au procureur de la république.

7
7- Indiquer les différentes conventions et opérations réglementées qui doivent être insérées dans le
rapport spécial de Monsieur Zied (en sa qualité de commissaire aux comptes de la société
CMC), relatif à l'exercice 2018, tout en précisant sa position vis-à-vis de chacune d 'elles. (2
points)

• Co11ve11tio11 de garantie : (0,5 point)

Monsieur Ahmed a signé, en sa qualité de gérant de la société SIS, une garantie hypothécaire portant
sur le siège socia l de cette dernière au profit de la banque crém1cière de la société CMC. (Pour couvrir
des engagements bancaires de la société CMC).

li s'agit d' une garantie donnée (hypothèque) par la fil iale au bénéfice de tiers (banques) en garantie
du paiement des dettes de la société mère en sachant que la mère et sa fi liale ont des « dirigeants
communs

• Convention 11011 courante réglementée, conclue entre la société mère et sa filiale à présenter clans
le rapport spécial du CAC de la société mère CMC . Elle est soumise à la procédure des conventions
réglementées pour autant qu ' il existe des dirigeants communs. ==> o pé ration soumise à
autorisation du CA, approbation par l' AG et audit du CAC

L'article 475 du CSC stipule : Lorsque deux sociétés ou plus appartenant à un groupe de
sociétés ont les mêmes dirigeants. les conventions conclues entre la société mère et l'une des
sociétés filiales ou entre sociétés appartenant au groupe sont soumises à des procédures
spécifiques de contrôle consistant en leur approbation par l'assemblée générale des associés de
chaque société concernée, sur la base d'un rapport spécial établi par le commissaire aux comptes
à l'effet si la société concernée est soumise à l'obligation de désignation d'un commissaire aux
comptes. Le contrôle n'est pas obligatoire si la convention porte sur une opération courante
conclue à des conditions normales.

Notons également que se lon les dispositions de l'article 200 du CSC, et sauf dispense par les statuts,
la garantie des dettes cl 'autrui est une opération soumise à ! 'autorisation préa !able du CA, à
l'approbation del' AG et à l' audit du CAC.

• Opération de cession-bai/ portant sur 1111 bien immobilier nécessaire à l'exploitatio11 (dépôt de
stockage) avec une société de leasing de la place / emprunt important (0,5 point)

La transaction de cession bail est une opération de cession d' un actif pour le reprendre à bail. Le
paiement au titre de la location et le prix de vente sont généralement liés car ils sont négociés
ensemble. C'est une opération par laq uelle une entreprise propriétaire d' un bien immobilier
professionnel le vend à une société de créd it-bail immobilier (le créd it-bailleur) et simulta nément le
prend en crédit-bail immobilier et devient locataire (le créd it-preneur). Le premier intérêt de cette
technique de financement est de permettre au cédant devenu crédit-preneu r de conserver la jou issance
de son ancien bien en continuant à l' utiliser.

• Convention non courante pour un montant significatif (en fonction du seuil au niveau des statuts
qui fixent le minimum) conclue par la société CMC avec un tier (établissement de leasing), donc
convention réglementée devant être soumise à l'autorisation préalable du conseil d 'administration, à
l'approbation de l'assemblée générale et à l'audit du commissaii'e aux comptes.

• Tra11sactio11s de vente à des conditions hors marché avec une socié té filia le (0,5 point)

Certaines opérations de vente à des prix majorés (par rapport à ceux appliqués aux autres cl ients)
réalisées par la société CMC avec la société filiale SIS ( en tant que client) • transactions
commerciales entre parties liées à des prix de transfert ma jorés (Cos! Plus) .

Si le prix pratiqué est anormal : • opération coura nte conclue à des conditions anormales.

8
Procédures spécifiques de contrôle consista nt en leur approbation par l'assemblée générale des
associés de chaque société concernée, sur la base d'un rapport spécial établi par le commissaire aux
comptes (selon art. 475 du CSC) : convention régle mentée à insérer au niveau du rapport spécial
du CAC.

En outre, les investigations effectuées par l'équipe d'audit ont montré un écart de 95 200 dinars
correspondant à une sortie de stock de matériaux de construction comptabilisée par la société CMC
en tant qu 'opération de vente réalisée avec la société SIS, et que cette transaction ne figure pas sur les
livres comptables de la société SIS à défaut d'une quelconque réception à son niveau : il s'agit d'une
transaction frauduleuse à mentionner dans le rapport général du CAC.

• Avantage rw PDG (0,5 poiut)

En décembre 2018, la société CMC a payé à une compagnie d 'assurance de la place un montant de
6 000 dinars représentant la prime annuelle relative à un contrat cl 'assurance vie souscrit fin 20 I 6 au
profit de Monsieur Ahmed (la seule personne bénéficiaire de ce produit d'assurance au sein de la
société CMC), en l'absence d 'autorisation par le conseil d'administration

-+ Avantage accordé au Président Directeur-Généra l non inscrit dans le cadre d' une convention
co llective (rémunération exceptionnelle). Cet avantage devrait être soumis à la procédure de
contrôle: autorisation CA, approbation AG et audit du CAC (selon article 200 du CSC).

En fa it les rémunération et avantages servis aux dirigeants sont décidés par le conseil d'adm inistration
puisque ce dernier fixe la rémunération du PDG (art. 208 du CSC) : situation à régulariser (même
si ce contrat d'assurance vie est inscrit dans un accord collectif couvrant l'ensemble des
salariés, ce qui n'est pas le cas au niveau de la société CMC)

Cette opération n'a pas fait l'objet d' une autorisation de la part du conseil d'administration: le CAC
informe le conseil et s' assure si celui-ci entend la soumettre à I' AG pour couvrir sa nullité:
a- Si le CA entend la soumettre à l' AG pour couvrir sa nullité conformément à l'article 202 du CSC
==> le CAC établit alors un rapport spécial dans lequel il expose les circonstances en raison
desquelles la procédure d'autorisation n'a pas été suivie;
b- Si le CA n'entend pas la soumettre à l'AG parce qu ' il considère, par exemple, qu 'elle a un
caractère courant et normal, le CAC fa it état de cette convention, en tant qu ' irrégularité, dans son
rapport général.

9
CORRIGE INDICATIF DE LA DEUXIEME PARTIE (7 poillts)

1) Dégager les éventuels reproches qui pourraient être adressés au gérant de la société BIOMIEL
(Monsieur Amine) et qui peuvent avoir une qualification pénale, en précisant les faits matériels,
les bases juridiques et les peines cncoumes. Pourrait-il être sanctionné pour distribution de
dividendes fictifs? Justifie r votre réponse. (4 points)

Le gérant risque d'engager sa responsabilité pénale pour avoir commis les délits suivants:

• Le délit d'abus des biens ou du crédit de la société prévu et sanctiormé par l'article 146 du
code des sociétés commerciales dans son paragraphe 3.

L'incrimination vise les gérants de la société à responsabilité limitée qui, de mauvaise fo i, ont fait des
biens ou du crédit de la société un usage qu ' ils savaient contraires à l' intérêt de celle-c i, dans un
dessein personne l. (0,5 point)

Ils sont punis d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d 'une amende de 500 à 5.000 dinars. (0,5 point)

• Le dé lit d' abus de pouvoirs prévu est sanctionné par l'article 146 du code des sociétés commerciales
dans son paragraphe 3.

L' incrimination vise les gérants de la société à responsabilité limitée qui, de mauvaise fo i, ont fait
usage de pouvo irs qu ' ils détenaient et qu'ils savaient contraires à l' intérêt de la société dans un
dessein personne l. (0,5 point)

Ils sont punis d' un emprisonnement d' un à cinq ans et d'une amende de 500 à 5.000 dinars. (0,5 point)

• En l' absence d'états financiers annuels, le gérant a distribué des dividendes lors de l'assemblée
générale des associés juste pour atténuer les tensions. (1 a créé une apparence de prospérité qui ne
correspond à rien de réel. En e ffet, la vente du produit a connu une baisse significative. Néanmo ins, la
répartition des dividendes fictifs n'est pas prévue pour la société à responsabilité. (0,25 point)

En Droit pénal, le principe de la légalité des délits et des peines dispose que nul ne peut être
condamné par un fait qui n'est pas expressément prévu comme infraction par la loi en vigueur, ni
puni de peines que la loi n'a pas édictés. (L'article 28 de la constitution du 27 Janvier 2014) (0,25 point)

L'infraction est prévu par l'article 223 du code des sociétés commerciales visant les membres du
conseil d'adm inistration de la société anonyme. Le principe de l' interprétation restrictive du texte
pénal interdit le raisonnement par analogie (0,25 point)

Le gérant de la société à responsabilité pénale ne pourra it pas être sanctionné pour répartition de
dividendes fictifs (0,25 point)

• Aucun commissaire aux comptes n'a été nommé par la socié té BIOMIEL. (1 point)

Selon l'article 13 du Code des Sociétés Commerciales (CSC), les sociétés commerciales suivantes sont
tenues de désigner un commissaire aux comptes :
✓ Les soc iétés par actions (SA, les SCA et les SCY)
✓ Les sociétés commerciales autres que les sociétés par actions (SARL, SUARL, SNC, SCS et SP) lors
du dépassement de deux des limites suivantes :
1. Total du bilan : Cent mille (100.000) dinars ;
2. Total des produits hors taxes: Trois cent mille (300.000) dinars;
3. Nombre moyen des employés : Dix (10) employés. (0,5 point)
Toutefois, les sanctions pour défaut de nomination de commissa ire aux comptes peuvent être résumées
comme suit :
1. Une amende allant jusqu 'à 5 000 dinars pour les gérants des SARL qui n'ont pas désigné un
CAC (article 147 du CSC)
2. Une amende allant jusqu'à 20 000 dinars pour la soc iété n'ayant pas désigné un CAC (article 263
du CSC)
3. La nullité de la décision de l'AG po11ant approbation des états financiers si elle n'est pas précédée par
la présentation des rapports du ou des commissaires aux comptes. (article 275 du CSC).

Donc le cas où la société BJOMIEL remplit les conditions de n omination d'un commissaire aux
comptes, son gérant est passible de l'amende prévue par l'article 147 du CSC. (0,5 point)

2) Les associés de la société BIOMIEL veulent porter pla inte contre Monsieur Sa mi. Que peuvent-
ils lui reprocher s ur le plan pénal ? (2 p oints)

Sur le plan pénal, les assoc iés peuvent reprocher à Monsieur Sami les faits suivants :

• Le gérant qu i n'est pas désigné dans les statuts de la société n'est pas un gérant de droit. Mais comme
il agit au nom de la société, détient ses documents comptables et financiers et accomplit des actes de
gestion clans la société, alors que le gérant de droit est quasiment absent, il est considéré comme
gérant de fait (0,5 point)

• On peut reprocher au gérant de fait le délit de banqueroute frauduleuse prévu dans l'article 288 du
code pénal qu i sanctionne les dirigeants de fait de 5 ans cl 'emprisonnement pour « avoir recours à des
moyens ruineux pour obtenir des biens afin d'éviter ou retarder le j ugement de l'ouverture des
procédures de règlementjudicaire ou de faillite » (0,5 point)

• On peut auss i lui reprocher une infraction de droit pénal commun à savoir le délit de faux et usage de
faux prévu par les articles 175 et 172 du code pénal.

L'article 175 du code pénal prévoit que : « Est punie de quinze ans d'emprisonnement et d ' une
amende de tro is cent d inars, toute personne qu i a comm is un fau x par l'un des moyens prévus à
l'article l 72 du présent code» (0,5 point).

• Le fait qu' il a cédé la camionnette de la société à son conjoint pour sa valeur comptable est un abus
de biens sociaux aux termes de l'article 146 du code des sociétés commerciales qui sanctionne les
gérants qui de mauvaise fo i ont fa it des biens de la société un usage qu'i ls savaient contrai re à
l' intérêt de celle-ci, dans un dessein personnel (0,25 point)

Néanmoins, le gérant de fait n'est pas visé par cet article. Le texte ne vise que les gérants
régulièrement nommés.

En application du principe de la léga lité et son corollaire celui de l' interprétation restrictive des textes
pénaux, il demeure à l'abri de to ute poursuite pour les infractions de l'article 146 du code des sociétés
commerciales (0,25 point)

3) Indiquer les moyens juridiques que pourrait utiliser la société BIOMIEL en v ue de s uspendre
les pours uites et d'éviter la saisie de ses actifs par le fo urnisseur TECI-INOVERRE, afin qu'elle
puisse continuer son activité. (J point)

Afi n qu 'elle puisse continuer son activité, suspendre les poursuites et év iter la saisie de ses actifs, la
société BIOMIEL peut demander auprès du président du tribunal de première instance de Béja,
l'ouverture d' une procédure collective de règlement judiciaire. L' article 434 du code de commerce
(tel que modifié par la loi du 29 Avril 201 6 sur les procédures collectives) prévoit que peut bénéficier
du règlement j udiciaire toute entreprise en état de cessation de paiement de ses dettes (0,25 point)
L' article 439 du code de commerce prévoit que le président du tribunal procède, dans la décision du
déclenchement du règlement judiciaire, à l'ouverture d'une période d'observation (0,25 point)

L' article 449 du même code ajoute qu 'au cours de la période d'observat ion, est suspendu tout acte
d'exécution visant le recouvrement d'une créance antérieure à la période d'observation ou la
récupération de meubles ou d'immeubles en raison du non-paiement d' une créance (0,25 point)

L'ouverture de la période d'observation entraine la suspension des procédures de sa isie portant sur les
avoirs finan ciers de l'entreprise à l'étape qu 'el les ont atteinte (0,25 point)

Vous aimerez peut-être aussi