Vous êtes sur la page 1sur 5

Exposé en contrôle de gestion sous le titre :

Contrôle financier de l'état sur


les établissements publics

Réaliser par : encadrer par :


KhadijetouahmedPrf: DR.

….
…..

Année universitaire :2014-2015


Introduction
Dans la plupart des pays développés le sujet du contrôle de gestion dans le secteur public est
en vague . Or, au Maroc, Les entreprises du secteur public marocain ont souvent considéré le
contrôle de gestion comme un luxe , et sa mise en place semble trop prématurée par rapport
aux multiples priorités rencontrées par les entreprises de ce secteur Or, sous l’influence des
pressions budgétaires et sociales, la gestion des Etablissements et des entreprises publiques
Marocains (EEPM) est passe de connaître de profondes mutations. Après avoir privatisé et
restructuré plusieurs entités et inscrit les rapports avec d’autres dans une logique de
partenariat et de contractualisation, les dirigeants de ce sorganismes se sont rendus conscients
de la nécessité d’avoir un système de contrôle de gestion leur permettant d’emprunter la voie
de la performance

L’objet de cet article est de cerner les spécificités et les enjeux du contrôle de gestion dans
.les Etablissements et les entreprises publiques

En effet Depuis des nombreuses années l'Etat Marocain a pris la décision d’exercer un
contrôle vigueur sur les établissement publics pour assurer la bonne gouvernances de ces
. établissements

Le contrôle de l'Etat permet au établissement publics de redoubler leurs recettes et


.d'instaurer la bonne gouvernance dans l'administration public

En effet les établissements et entreprises publics sont dans le collimateur de l’Etat, la réforme
de la gouvernance et du contrôle financier de ces établissements publics est une nécessité  vu
les dysfonctionnements relevés ces dernières années par la Cour des comptes et l’inspection
.générale des finances
L’avant-projet de loi relatif à la gouvernance et au contrôle financier de l’Etat sur les
établissements et entreprises publics vise la responsabilisation du conseil d’administration et
.des dirigeants tout en introduisant une nouvelle typologie de contrôle

.Il intègre aussi la notion d’évaluation de la qualité de la gestion et de la gouvernance

Le projet renforce les responsabilités des organes délibérants: conseil d’administration,


conseil de surveillance, conseil d’orientation, commission de surveillance et assemblée. Ces
organes devraient être composés d’un président et de dix-huit membres au maximum. Leur
nomination obéirait à des critères de compétence et d’expérience et ils seraient rémunérés.
Les modalities seraient fixes par voi réglementaire
: Definitions des concepts

Etablissement public

Un établissement public (EP) est une personne morale de droit public disposant d’une
autonomie administrative et financière afin de remplir une mission d’intérêt général,
précisément définie, sous le contrôle de la collectivité publique dont il dépend (État, région,
département ou commune). Il dispose donc d’une certaine souplesse qui lui permet de mieux
assurer certains services publics. Il ne doit pas être confondu avec un établissement d’utilité
.publique qui relève du droit privé
: Les EP sont soumis à trois principes
l’autonomie : dotée de la personnalité morale, leur organisation est très variable (conseil
d’administration, président, directeur...) et ils disposent d’un budget propre (subventions de
; l’État ou des collectivités territoriales, redevances des usagers, emprunts...)
le rattachement à un niveau de l’administration (État, région, département ou commune) : afin
de compenser leur autonomie en les soumettant au contrôle de ce niveau d’administration
dont les modalités peuvent varier. On distingue ainsi des établissements publics nationaux,
rattachés à l’État, et des établissements publics locaux rattachés à une commune (comme les
caisses des écoles et les centres communaux d’action sociale), un département ou une région.
Mais l’identité de l’administration de rattachement ne détermine pas la zone géographique
d’action de l’établissement public. Ainsi un établissement public local peut avoir un champ
; d’action à l’échelle nationale
la spécialité : les compétences des organes de l’EP se limitent à des compétences clairement
.énumérées
Le rôle des Etablissements et Entreprises Publics se trouve aujourd'hui impulsé et conforté
par les principes de bonne gouvernance, de transparence, d'efficacité et de corrélation entre la
responsabilité et la reddition des comptes, consacrés par la nouvelle Constitution, ainsi que
par la volonté affirmée du Gouvernement d'accélérer le rythme de croissance économique du
pays par la poursuite de la politique des grands chantiers et la concrétisation de projets
.structurants
Ce contexte place également les Etablissements et Entreprises Publics face à des enjeux
importants en termes d'amélioration continue de leur gouvernance et de leurs performances,
de développement de leurs investissements tout en veillant à la pertinence et à la cohérence
des
projets menés, et de renforcement de l'éthique et de la transparence et ce, afin qu'ils puissent
continuer à contribuer au renforcement de la compétitivité du pays, à la diversification de ses
.sources de croissance et à son développement territorial et humain
Consciente de ces enjeux stratégiques et des exigences du contexte actuel la Direction des
Entreprises Publiques et de la Privatisation poursuit ses efforts en vue de traduire les chantiers
engagés en actions concrètes visant, principalement, l'amélioration du dispositif de
gouvernance et de contrôle financier de l'Etat sur les Etablissements et Entreprises publics,
l'amplification du recours au Partenariat Public-Privé pour diversifier les sources de
financement, la rénovation du cadre global de pilotage du Portefeuille public afin d'assurer un
meilleur suivi de ses performances, le renforcement de l'information et de la communication
sur les Etablissements et Entreprises Publics et l'amélioration des instruments d'intervention
.de la Direction
-L Etat

L'Etat est l'acteur principal dans les procédures du contrôle des établissements publiques
.car il représente la plus haute autorité dans le système légale marocaine

l'Etat marocaine exerce ce contrôle a travers plusieurs conseil on peut citer le haute
conseil des comptes présidé par l'ex-première ministre Idriss jatoule role de ce conseil
. est d'exercer un suivie ponctuelle sur les différents administration de l'Etat

Les objectives de cette politiques


L'instauration de la transparence dans les administration financières publics

augmentations des recettes publics en obligents les societé publiques et les societés semi publiques
de payers les impots

Ainsi qu'il répond aux semi -objectifs suivants ; Les opérations des dépenses et recettes doivent être
aussi bien justifiées qu'elles remplissent les conditions légales requises.