Vous êtes sur la page 1sur 6

L’Institut Spécialisé de Technologie Appliquée

Hôtelière et Touristique d’Agadir

Droit et Ethique du Tourisme

Réalise par : encadré par : Mr

LAHLOU Chakib

BANNA Omar, MOUHDI Jamal

1
Promotion 2010-2011

Activité 1 :

Qu’avez-vous retenue des éthiques du tourisme et quels sont les thèmes du code mondial
du tourisme ?

Réponse :

L’Organisation Mondiale. du Tourisme (OMT), représentants de l'industrie touristique mondiale,


délégués des Etats, territoires, entreprises, institutions et organismes réunis en Assemblée Générale
à Santiago du Chili ce 1er octobre 1999 (...) affirmons le droit au tourisme et à la liberté des
déplacements touristiques, marquons notre volonté de promouvoir un ordre touristique, équitable,
remplaçable et durable, au bénéfice partagé de tous les secteurs de la société, dans un contexte
d'économie internationale ouverte et libéralisée, et proclamons solennellement à ces fins les
principes du Code mondial d'éthique du tourisme.

 Art 1 . Contribution du tourisme

La compréhension et la promotion des valeurs éthiques communes à l'humanité, dans un


esprit de tolérance et de respect de la diversité des croyances religieuses, philosophiques et
morales, sont à la fois le fondement et la conséquence d'un tourisme responsable ; les
acteurs du développement touristique et les touristes se doivent de porter attention aux
traditions ou pratiques sociales et culturelles de tous les peuples, y compris celles des
minorités et des populations autochtones, et de reconnaître leur richesse.

 Art 2 . Le tourisme, vecteur d'épanouissement individuel et collectif

Le tourisme, activité le plus souvent associée au repas, à la détente, au sport, à l'accès à la


culture et à la nature, doit être conçu et pratiqué comme un moyen privilégié de
l'épanouissement individuel et collectif.

 Art 3 . Le tourisme, facteur de développement durable

Il est du devoir de l'ensemble des facteurs du développement touristique de sauvegarde


l'environnement et les ressources naturelles, dans la perspective d'une croissance
économique saine, continue et durable, propre à satisfaire équitablement les besoins et les
aspirations des générations présentes et futures.

 Art 4 . Le tourisme, utilisateur du patrimoine culturel de l'humanité et contribuant à son


enrichissement

2
Les ressources touristiques appartiennent au patrimoine commun de l'humanité; les
communautés sur les territoires desquels elles se situent ont vis-à-vis d'elles des droits et des
obligations particuliers

 Art 5 . Le tourisme, activité bénéfique pour les pays et communautés d'accueil

Les populations locales sont associées aux activités touristiques et participent équitablement
aux bénéfices économiques, sociaux et culturels qu'elles génèrent, et spécialement aux
créations d'emplois directs et indirects qui en résultent.

 Art 6 . les obligations des acteurs du développement touristique :


Fournir au touristes des information objective et sincères sur les lieus de destination
,nature , prix, qualité ,hygiène…

 Art 7 . Droit au tourisme


La possibilité d'accéder, directement et personnellement, à la découverte des richesses de la
planète constitue un droit également ouvert à tous les habitants du monde; la participation
toujours plus étendue au tourisme national et international doit être considérée comme
l'une des meilleures expressions possibles de la croissance continue du temps libre.

 Art 8. liberté de déplacement touristique


 Art 9 . Droits des travailleurs et des entrepreneurs de l'industrie touristique

Les droits fondamentaux des travailleurs, salariés et indépendants de l'industrie touristique


et des activités connexes, doivent être assurés sous le contrôle des administrations tant de
leurs Etats d'origine que de celles des pays d'accueil, avec un soin particulier compte tenu
des contraintes spécifiques liées notamment à la saisonnalité de leur activité, à la dimension
globale de leur industrie et à la flexibilité qu'impose la nature de leur travail.

 Art 10 . Mise en œuvre des principes du Code mondial d'éthique du tourisme

Les acteurs publics et privés du développement touristique coopèrent dans la mise en œuvre
des présents principes et se doivent d'exercer un contrôle de leur application effective.
Les mêmes acteurs manifestent l'intention de soumettre, à fin de conciliation, les litiges
relatifs à l'application ou à l'interprétation du Code mondial d'éthique du tourisme à un
organisme tiers impartial dénommé Comité mondial d'éthique du tourisme.

Activité 2 :

 Qu’est ce que l’on entend par le concept d’éthique de tourisme ?


 Donnez les principaux clés de ce concept !

3
On entend par l’éthique de tourisme, l’ensemble des principes et des règles de conduit spécifiques
au secteur touristique, L éthique c’ est une science de comportement ou des mœurs qui vise a
étudier théoriquement les principes qui régissent les diverses pratiques et aussi c est l ensembles
des règles de conduites partages et spécifiques a une société donnes et fondée sur la distinction
entre le bonne et le mauvais a dimension universelle, normative, dogmatique, dans les éléments clés
sont :

 Le tourisme contribue à l’épanouissement et à la connaissance de l’autre (connaître sa


culture, ces mœurs, son mode de vie..) .
 L’activité touristique doit contribuer à valoriser, ne pas à appauvrir les cultures de
populations d’accueil.
 Les entreprises touristiques doivent donner de la bonne information sur la destination.
 Le touriste à certains droits que la destination doit respecter ( les droit de l’homme par
exemple).
 Une bonne relation entre l’entreprise touristique et ses employés, ses fournisseurs et
partenaires, donne lieu a une bonne relation avec le client.

pactivité3 :

 Plusieurs pratiques t formes du tourisme on étés présentées et discutée s. selon vous


quelle pratique du tourisme souhaiter vous le plus développer ? et pourquoi ?
 Existe-t-il un code, une charte, une déclaration qui régit cette forme de tourisme
proposé ?

Étant donner que le voyage est un moyen privilégié de lien et de compréhension entre les
peuples, il doit permettre l’épanouissement du voyageur et de l’accueillant sur le plans personnel,
culturel, et économique. Ses ressources doivent profiter équitablement aux populations locales et
contribuer au développement durable de leur territoire, de leurs ressources leurs environnements,
culturel, social, et écologique.

Cela me pouce a opter pour le tourisme équitable, ce dernier se définie comme étant l’ensemble
d’activités et de services proposés par des operateurs touristiques a des voyageurs responsables et
élaborés par les communautés d’accueil ou tout au moins en grand partie avec elles .

Le tourisme équitable est une conception du tourisme international consistant à appliquer les
principes du commerce équitable à ce secteur. Encore beaucoup moins développé que le commerce
équitable, il est pratiqué par diverses associations ou entreprises. Leur ambition spécifique est
d'assurer aux communautés vivant sur les lieux du tourisme une part équitable des revenus qu'il
génère, et de concilier le tourisme avec leur développement durable. Concrètement, cela débouche
sur un ensemble de critères visant au respect des habitants et de leur mode de vie, à une véritable
rencontre entre les touristes et ces habitants, à la durabilité des progrès amenés par le tourisme.

4
Le tourisme équitable permet aux bénéficiers sociaux , culturels, et financiers de ces activités
d’être perçus en grande partie localement et équitablement partagés entre les membres de la
population autochtone .

La charte qui régit le tourisme équitable :

Les engagements des acteurs du tourisme équitable

Les différents acteurs de cette filière du tourisme équitable et notamment les organismes qui
assurent la promotion et la vente des produits de cette filière, peuvent être considérés comme des
acteurs du tourisme équitable s’ils respectent au moins les engagements suivants :

1/ Partenariat

1a/ Dans une approche de tourisme solidaire, les communautés d’accueil, les prestataires de services
locaux et les organismes de promotion et de vente des séjours travaillent en partenariat sur le long
terme. Ils valorisent les apports spécifiques de chacun en intégrant au mieux les coûts sociaux et
environnementaux.

1b/ Ils partagent équitablement entre eux les fruits de leurs activités menées en complémentarité.

2/ Contractualisation concertée

2a/ Toutes les parties prenantes doivent être consultées sur les projets de développement
touristique (y compris les communautés résidentes non directement impliquées dans la réalisation
des activités touristiques se déroulant sur leur territoire), et ceci préalablement à l’établissement de
contrats de prestations de services respectant au moins les droits sociaux fondamentaux (convention
de l’Organisation Internationale du Travail), et toute réglementation locale d’usage plus protectrice
pour les travailleurs.

2b/ L’établissement des prix des prestations, et en particulier des rémunérations des prestataires,
fait l’objet d’un processus de négociation équitable, intégrant notamment le respect d’une
concurrence non déloyale envers les prestataires locaux. De même, un acompte adapté, voire le
règlement intégral en avance, peut être versé au prestataire local si celui-ci ne dispose pas du fond
de roulement suffisant lui permettant de couvrir sereinement par lui-même les frais liés à la
prestation.

3/ Développement local

3a/ Les activités touristiques proposées localement doivent être pensées et gérées pour contribuer
directement au développement durable des communautés et territoires d’accueil.

3b/ Les bénéfices tirés de ces activités touristiques, en particulier ceux des organismes de promotion
et de vente, sont réinvestis majoritairement dans des actions de développement local maîtrisées par
les communautés d’accueil.

5
 4/ Transparence

4a/ la transparence des modes de décisions, des transactions financières et des comptes généraux
relatifs à toutes les activités est une caractéristique incontournable du tourisme équitable. C’est cette
transparence qui permet à toutes les parties prenantes de participer effectivement aux débats, et qui
valide l’équité des différentes décisions.

4b/ cette transparence inclut aussi une information de qualité des touristes préalablement à leur
séjour. Cette information porte à la fois sur une description réaliste du contenu des prestations
proposées (le marketing touristique basé sur la « vente d’un rêve » au touriste doit être banni) et sur
une sensibilisation à la démarche particulière du tourisme équitable.

4c/ Enfin cette transparence générale doit permettre le contrôle du respect des engagements pour
chaque acteur déclarant son activité équitable. Ce contrôle pouvant être réalisé par toute personne
ou organisme extérieur à l’organisation.

5/ Voyageurs responsables

5a/ le voyageur qui opte pour cette forme de tourisme est un consommateur responsable qui a pris
conscience que son attitude et ses actes sur place peuvent être pour les populations d’accueil autant
un facteur de développement qu’un élément déstabilisateur. En conséquence, il s’engage à se garder
de toute attitude et de toute intervention qui pourrait bouleverser les équilibres sociaux, culturels et
écologiques des communautés d’accueil et viendraient contrecarrer leurs dynamiques de
développement. En particulier il s’interdit tout don et intervention directe sur le lieu qui ne seraient
pas placés sous le contrôle des responsables des communautés d’accueil.