Vous êtes sur la page 1sur 9

Introduction 

:
Les algues sont des organismes capables de pratiquer la photosynthèse et vivant
majoritairement dans un milieu aquatique (marin ou dulcicole), ce sont donc des
végétaux. Elles sont dépourvues de tige, de racine, de feuille ou de fleur.

Définitions

Le projet SHAMASH
Le projet SHAMASH a permis de fédérer les équipes françaises sur le sujet des
micro-algues pour la production de biocarburants. Depuis décembre 2006, ce
projet regroupe huit équipes et entreprises françaises avec de nombreux
spécialistes (des spécialistes de la culture, de la
 Physiologie et de l’utilisation des micro-algues, des spécialistes de
l’optimisation des procédés de  biotechnologie, des spécialistes des
biocarburants, de l’extraction et de la purification des lipides). Il avait pour
objectif de produire un biocarburant sous forme d’ester de méthyle à partir de
micro-algues autotrophes à l’aide d’un budget de 2,8 millions d’euros. Ainsi de
2006 à 2009 (fin du  projet), la France a déposé 8 publications, dont 5 sur
l’amélioration des micro-algues et 3 brevets
Autres projets dans le Monde :
Aujourd’hui, de nombreux projets et initiatives de recherches sont en cours à
l’échelle mondiale  pour optimiser la production de micro
algues et de lipides. Tous les projets semblent vouloir minimiser au mieux les
impacts négatifs (contamination des eaux, sensibilité à certains facteurs
environnementaux…). Certains pays s’orientent plus particulièrement sur la
sélection de micro-algues par rapport à leur potentiel de rendement par des
techniques de sélection classique jusqu’aux manipulations génétiques. Ainsi, à
travers le monde, de nombreuses équipes de chercheurs se livrent une lutte sans
merci pour trouver la souche de micro-algue la plus rentable et la
plus performante.

Le tableau ci-après résume la particularité des projets au niveau international :


pays Particularités des principaux projets

 
Sapphire Energy (2008) :

Le mieux financé dans le monde (Bioentreprise privée)


Etats-Unis
Utilisation d'OGM

La biomasse obtenue serait une mixture dite "pétrole


synthétique vert"
PetroSun
(2001) :

Plus vaste projet de type bassins/ raceways en cours


de construction

Compagnie pétrolière en conversion

Projet en Chine

GreenFuel (2001) :

Plus soutenue et sérieuse initiative avec photobioréacteurs

But : Réduire les taux de NOx et de CO2 tout en produisant de


la biomasse algale

Carbon Trust (2001)


Angleterre  
 
La plus grande initiative publique avec un budget de 50 000
millions de dollar
 
Objectif ferme de concrétisation de machines fonctionnelles
d'ici 2020
 

CO 2 probablement issu de sources auxiliaires

Shamash (2007-2010) :
France
 
 
Projet d'une vaste importance en France
 
Budget de 2,8 millions d'euros pour 3 ans

Université Tsukuba : Recherche avancée sur Botryococcus


Japon  (souche prometteuse qui a la particularité d’exporter les lipides à
l’extérieur de la cellule)

Projet SRCA (Système de Recyclage du Carbone par les Algues) :


canada  
Système hybride de bassins ouverts et de serres alimentées par des
capteurs photovoltaïques

Limites rencontrées :
De prime abord, contrairement aux biocarburants de 1ère  génération, la culture
de micro-algues n’apparaît pas concurrentielle en termes d’utilisation de terres
arables, qui restent ainsi disponibles pour les cultures alimentaires. Pour cette
raison, la production d’algo-carburant suscite l’intérêt et l’espoir des chercheurs.
Cependant, certaines limites ent ravent le développement et la mise sur le
marché de ces algo-carburants.
L 'un  des plus gros problèmes à résoudre pour obtenir une production qui
permettrait des ‘affranchir des énergies fossiles reste le manque de surface. En
effet, pour remplacer 50 tonnes de  pétrole en France, la culture d’algues
nécessiterait environ 1 077 000 ha de culture en zone humide, ce dont nous ne
disposons pas actuellement. Autre problème important: le coût de tous ces
procédés. Il est bien plus élevé que pour l’utilisation de pétrole. Ces problèmes
viennent à la fois de la production de micro-algues, de l'extraction des lipides et
du séchage de l'huile qui consomme de l’énergie. Les infrastructures, le
transport de la biomasse, la main d'œuvre et les coûts d'exploitation en énergie
viennent s'ajouter aux frais, augmentant ainsi le prix de revient. L'un des
objectifs des chercheurs est de réduire au maximum ce coût car pour l'instant le
prix d'un litre d'algo-carburant est d'environ 10 euros. La difficulté pour
concentrer les micro-algues augmente encore le prix du carburant.
A l'heure actuelle, il est difficile d’avoir des idées précises sur le coût de leur
culture à grande échelle car il faut souvent se baser sur les chiffres qu’on obtient
à partir de la production sur
Quelques mètres carrés et extrapoler à plusieurs hectares. Les coûts peuvent
atteindre 70 dollars par kg de matière sèche. Les systèmes de type raceway
permettent d'obtenir les coûts les plus faibles, cependant, le rendement est
relativement peu élevé par rapport à la culture en réacteur. La production de
biocarburants à partir de micro-algues ne peut être rentable que si elle est
associée à un système de dépollution (consommation de nitrate, ammonium et
phosphate, CO2) et à la production de coproduits valorisables dérivés de la
biomasse
 
Autres valorisations :

L'utilisation des micro- algues pour produire des biocarburants ne valorise


qu’une partie seulement des constituants de ces cellules, leurs lipides. D'autres
substances biochimiques produites par celles-ci présentent des avantages et des
possibilités d'utilisations dans des domaines divers tels que la santé, la
pharmacologie et la cosmétologie. De plus, la mise en place de co-produits issus
de ces micro-algues pourrait être une solution pour réduire les coûts de
production des algo-carburants encore élevés à ce jour. Ce qui suit est donc une
présentation de quelques exemples des différentes utilisations possibles des
micro-algues elles-mêmes, ainsi que de certaines de leurs molécule
 
 

1-Alimentation animale :
Les micro-algues sont la base du réseau trophique en milieu marin. De ce fait il
apparaît.
Qu’elles  Peuvent être intégrées à l'alimentation en aquaculture marine. Elles
sont notamment utilisées dans les élevages de bivalves et pour les larves de
poissons et de crustacés. Ce sont notamment leurs nombreux acides gras
insaturés qui aident à la croissance des jeunes larves. Ces micro-algues (mortes)
sont fournies sous forme de pâtes de micro-algues ou de micro-algues sèches. Il
semble cependant que ces micro-algues mortes soient utilisées essentiellement
en tant que complément de l'alimentation donnée habituellement ou en tant que
supplément quand il n'y a pas suffisamment d'algues vivantes. En effet, ces
algues sèches ont des valeurs nutritionnelles plus faibles que les vivantes et sont
peu disponibles dans le commerce. Les micro-algues vivantes apportent plus de
bénéfices dans l'alimentation des élevages marins que lorsqu'elles sont séchées.
De plus, il existe une flore bactérienne naturelle avec la culture des micro-algues
qui a été prouvée bénéfique pour la santé des mollusques.
 Enfin, l'utilisation de levures et de bactéries dansl'alimentation de ces élevages
donnent des résultats beaucoup moins bons en apports nutritionnels qu'avec des
micro-algues. Les micro-algues vivantes apparaissent comme le meilleur choix
dans les conditions d'élevages, pour apporter des valeurs nutritives élevées,
présenter des propriétés physiques appropriées et fournir un environnement sain
à l'élevage.
On peut par exemple citer Isochrysis galbana  et Tetraselmis suecica
 qui sont considérées comme la meilleure nourriture pour les larves de bivalves..
Les caroténoïdes présentés précédemment ont aussi des applications dans
l'élevage puisqu'ils améliorent l'état de santé général des animaux. Ils sont aussi
un supplément vitaminique chez les volailles. En aquaculture, ils favorisent la
qualité et la survie des larves de crevettes et sont utilisés dans l'élevage et la
coloration des saumons.
-Engrais
Les micro-algues apparaissent également comme de bons fertilisants des sols
pauvres puisqu'elles apportent notamment du potassium, de l'azote, éléments ess
entiels à la croissance végétale. Elles permettent aussi de capturer et de garder
l'humidité. Enfin, elles accélèrent la pousse des cultures et les protègent en
limitant la prolifération des épiphytes (organismes végétaux qui croient et vivent
sur d'autres végétaux sans se nourrir à leurs dépens) et des parasites
2) Alimentation humaine
 
Certaines micro-algues sont sources de matière alimentaire à haute valeur
nutritive en vitamines, protéines, sucres et lipides, produits en grande quantité et
utilisables par l'homme. Notamment les  Diatomées, la Chlorelle et la
Spiruline Sont consommées (sous forme de compléments alimentaires). Par
exemple, la Spiruline  est formée par 60 à 68% de sa matière sèche en
protéines (elle est donc bénéfique pour des régimes alimentaires déséquilibrés en
protéines), 19%de glucides, 3% lipides (dont des oméga-6), du fer et des
vitamines A, B2, B6, B12. Voici des valeurs d'apports nutritifs fournies pour la
Spiruline :
Source tableau: http://www.spirulinestaugustin.com/analyse-valeurs-nutritionnelles.html,

Autres exemples  :
L’acide alginique (E400) et les alginates
 (E401 àE405) 
Sont issus d’algues brunes et sont utilisés comme épaississants. L’acide
alginique est insoluble dans l’eau mais s’hydrate jusqu’à cent fois son volume
initial.
 Ils sont particulièrement employés dans la fabrication des sauces, mayonnaises ou
assaisonnements. Dans les boissons, les crèmes glacées ou les produits laitiers,
ils jouent un rôle de stabilisant.
 L’agar -agar (E406) 
Est extrait d’algues rouges. Il a pour propriété une fois réduit en poudre, de devenir un
excellent gélifiant végétal.
L’agar -agar est aussi employé comme gélifiant dans les desserts,   les confitures et les glaces. C’est
aussi un épaississant pour les sauces, les soupes ou les purées.

3) Energie et environnement :
Certaines micro-algues ont la capacité de produire de l'hydrogène grâce à des
enzymes, les hydrogénases, lors de la photosynthèse. Or cet hydrogène peut
être utilisé comme biocombustible et ainsi servir de source d'énergie propre et
renouvelable. Des recherches sont menées pour augmenter la production de
cet hydrogène, grâce aux domaines de recherche en biologie structurale, en
génie génétique et ingénierie des protéines.  

Les micro-algues semblent pouvoir servir dans des usines de traitement d'eaux
usées. En effet, l'addition de micro-algues dans des eaux usées ne contenant ni
métaux lourds ni
radioisotopes, peut atténuer les impacts des effluents de ces eaux et des déchets
industriels azotés. De plus, en enlevant de l'azote et du carbone de l'eau, les
micro-algues peuvent aider à réduire l'eutrophisation de certains milieux
aquatiques (eutrophisation: enrichissement en sels minéraux (d'un milieu
aquatique) qui entraîne un déséquilibre écologique

 Elles sont également source de biomatériaux comme l'amidon qui peut servir à
la fabrication de plastiques recyclables.

Le domaine médical :
Algues sont riches en magnésium, en phosphore et en calcium. Pour ce
dernier, l’intérêt est qu’elles contiennent de 3 à 14 fois plus de calcium que le
lait. Les algues qui ont les taux les plus importants sont «  lewakamé » (1300
mg /100 g) ou le « kombu » (955mg/100g), dans les plus couramment consommées
alors que le lait contient 276 mg de calcium pour la même quantité. Une portion de
8 g de «  kombu » séché apporte au final plus de calcium qu’une tasse de lait.

 Les oligo-éléments sont aussi présents en quantités importantes.


En iode, principalement, dont les teneurs élevées dans les algues brunes (les
laminaires) on font des apports intéressants pour les personnes carencées ou à
risque de goitre.
Un apport conseillé de 150µg par jour d’iode pour un adulte sont
essentiellement apportés par les aliments marins (poissons, crustacés) ou
seulement 30 mg de laminaires, ce qui équivaut aussi à environs 10 sushis
d’algues  « nori »
.Pour éviter les concentrations trop élevées en
iode qui provoqueraient un dysfonctionnement de la glande thyroïde chez des
consommateurs réguliers, le choix d’algues pauvres en iode comme la laitue de mer
ou « la dulse » sera recommandé.
 Les algues contiennent toutes du sélénium, du zinc, du cuivre qui renforcent
les défenses immunitaires, surtout dans la dulse.
Les algues sont aussi une source naturelle et importante de fibres avec une teneur
moyenne de 35 à40 % du poids sec et dont plus de la moitié sont solubles.
L’action des fibres va permettre à l’organisme de faciliter le transit intestinal. Les
fibres solubles plus particulièrement, vont avoir la capacité de former un gel
dans l’intestin, ce qui pourrait lier en partie le cholestérol et ainsi, en réduire
l’absorption. Les fibres des algues pourraient donc être plus efficaces pour
diminuer le cholestérol sanguin et la tension artérielle que les autres sources
de fibres.

Conclusion :

Les possibilités d'utilisation des micro-algues sont donc nombreuses et


variées, en plus de la production d'algo-
carburants. Des recherches sont en cours notamment sur les pigments dans lal
utte contre le cancer (Laboratoire de l'IFREMER de Nantes). Il faudrait
également étudier des techniques permettant de récupérer d'autres
substances des micro-algues après que leurs lipides aient été extraits, afin de
recycler ces microorganismes pour plusieurs utilisations et ainsi diminuer les
coûts de production des algo-carburants par la valorisation de co-produits
https://fr.scribd.com/document/329131794/Les-Micro-Algues

Vous aimerez peut-être aussi