Vous êtes sur la page 1sur 4

INTRODUCTION

Après   l’invention   de   l’ordinateur,   il   était   clair     que   ses   applications  n’allaient   pas  
simplement   se   limiter   aux   domaines   militaires   et    scientifiques, mais bien au-delà.   D’autres  
applications   comme   la  gestion, la bureautique, la robotique allaient rapidement voir le jour.
L’ordinateur   entre   de   plein   pied   dans   le   troisième   millénaire.   Pendant  ses   cinquante   ans  
d’existence,   il   a   complètement   bouleversé   nos  habitudes. Il a été peut-être   l’un   des   rares  
facteurs   à   avoir     affecté   aussi  radicalement le   monde   depuis   l’imprimerie.   Il   a   soulagé  
beaucoup   de  personnes,   tout   en   laissant   planer   des   craintes   pour   d’autres.   Son  influence
dans notre vie quotidienne est toujours un mystère. Il a ouvert beaucoup  d’opportunités,  mais  a
aussi  menacé  beaucoup  d’emplois. Il   a   permis     des   réalisations   telle   qu'amener   l’homme  
sur   la   lune,   mais   a  aussi menacé notre liberté et même certaines de nos valeurs. Si sa
technologie   de   base   est   en train   d’être   comprise,     son   impact   dans   le  monde de demain
est difficilement prévisible. Jusqu'en   1945,   date   de   la   création   du   premier   ordinateur,   la  
vitesse   de  calcul   de   l’homme   est   restée   constante   pendant   plusieurs   millénaires.  De 1945 à
maintenant, grâce à ces machines, la vitesse a été multipliée plusieurs milliards de fois. La vitesse
des ordinateurs actuels se mesure en nano seconde. Cette rapidité peut être mieux perçue si on
considère que la nano seconde est à la seconde, ce que la seconde est à trente ans. Malgré
cette rapidité qui traduit la puissance de calcul, certaines applications très complexes tournent
toujours lentement dans ces machines. Pour certains problèmes dont les approches analytiques
sont maîtrisées, leur traitement par ordinateur pose toujours d'énormes difficultés. La   maîtrise   de  
l’information   est   un   phénomène   important dans notre société. Elle peut actuellement être
considérée comme un besoin vital au même   titre   que   l’eau   et   essentiel   comme   l’électricité.  
Les   hommes  d’affaire   et   les   personnes   morales   ont   déjà   accepté   le   phénomène
informatique, même si certains d’entre   eux   continuent   toujours   à   hésiter. Quant   à   l’homme  
de   la   rue,   l’ordinateur   reste   une   entité   invisible   et  mystérieuse.

module « Microprocesseurs et Microcontrôleurs » s’intéresse aux systèmes microprogrammes à


base de microprocesseurs et/ou de microcontrôleurs. Les sujets choisis, le niveau auquel ils sont
abordés, ont été sélectionnés de manière à coïncider avec les cours enseignés au niveau de
certaines filières d'ingénieurs (Génie Électrique, Télécommunication, Informatique et certaines
maîtrises technique). Concevoir une interface matérielle, pour un microprocesseur ou une
application spécialisée, et arriver à un résultat raisonnablement optimisé, nécessite des
connaissances assez vastes, et il faut sans cesse les compléter. La maîtrise des méthodes
traditionnelles des systèmes logiques est insuffisante pour la conception d'un système à base de
microprocesseur ou microcontrôleur. La pratique de plusieurs réalisations est nécessaire pour
acquérir une connaissance réelle. Toutefois ce cours a pour ambition de montrer à de jeunes
étudiants et à des ingénieurs désireux de se mettre à jour et recycler leurs connaissances sur un
sujet en perpétuelle évolution les facettes principales de la conception de systèmes à
microprocesseur. Les sujets abordés ici sont similaires à ceux qui sont le plus fréquemment traités
dans certains ouvrages de références et certains sites Internet. Nous avons volontairement
découpé ce cours en cinq parties indépendantes mais complémentaires. L'étudiant ou l'étudiante
devrait avoir une connaissance de base en systèmes logiques et informatique. Toutefois Dans la
première partie nous avons fait un rappel sur les systèmes numériques. C'est un pré requis
nécessaire pour le reste du cours Ce « Guide d'étude » a pour objectif de vous préparer à suivre
le cours. Il définit en quelque sorte un mode d'emploi, non seulement pour le matériel
didactique du cours, mais aussi pour le cheminement que vous devez adopter et les différentes
exigences auxquelles vous devez répondre.

Le but de ce module est de se familiariser avec les principes de base des circuits numériques.
Plus spécifiquement ce cours a pour ambition de montrer, à de jeunes étudiants et à des
ingénieurs désireux de se mettre à jour et recycler leurs connaissances sur un sujet en
perpétuelle évolution, les facettes principales des systèmes microprogrammes. Au terme de ce
cours les étudiants seront en mesure : d’expliquer les différente représentations des données
numérique et alphanumériques. d’analyser et pourquoi pas de concevoir des systèmes minimales
a base de microprocesseurs; quoique la pratique de plusieurs réalisations est nécessaire pour
acquérir une connaissance réelle de conception de systèmes à base de microprocesseurs. de
proposer certaines solutions relatives à des applications simples de commande et de contrôle
impliquant un microprocesseur ou un microcontrôleur. de donner un avis professionnel sur les
différentes familles de microcontrôleurs et leurs champ d’application. de définir des critères de
choix d’un microcontrôleur pour une application donnée. En effet il existe plusieurs famille de
microcontrôleurs dont les plus connues sont : Atmel AT91 , Atmel AVR , le C167 de
Siemens/Infineon , Hitachi H8 , Intel 8051 ,Motorola 68HC11 , PIC de Microchip , ST6 de
STMicroelectronics , ADuC og Devices , PICBASIC de Comfile Technology d' Anal . Il est bien évident
que, dans le cadre de ce cours dont le nombre de pages doit forcément rester limité, il ne va
pas être possible de donner toutes les informations, matérielles et logicielles, relatives à tous ces
microcontrôleurs. Le manuel technique de chacun d'entre eux comporte en effet plusieurs dizaines
de pages, voir parfois une centaine. Nous allons nous intéresser dans le cadre de ce cours à la
famille Intel C51. Après une brève présentation de cette famille nous avons orienté notre étude
vers le microcontrôleur 80C51. C’est un microcontrôleur 8 bits avec un jeu d'instructions réduit
(101 instructions). Ses instructions sont organisées autour d'un accumulateur et de registres
(quatre banques de huit registres). L'unité centrale du 80C51 incorpore un processeur booléen qui
accroît considérablement la vitesse de traitement des in Vers la fin des années 30, Claude Shannon
démontra qu'à l'aide de "contacteurs" (interrupteurs) fermés pour "vrai" et ouverts pour "faux" il était
possible d'effectuer des opérations logiques en associant le nombre " 1 " pour "vrai" et "0" pour "faux".
Ce codage de l'information est nommé base binaire. C’est avec ce codage que fonctionnent les
ordinateurs. Il consiste à utiliser deux états (représentés par les chiffres 0 et 1) pour coder les
informations. L'homme travaille quant à lui avec 10 chiffres (0,1,2,3,4,5,6,7,8,9), on parle alors de base
décimale. I.1 Le bit. Bit signifie "binary digit", c'est-à-dire 0 ou 1 en numérotation binaire. C'est la plus
petite unité d'information manipulable par une machine numérique. Il est possible de représenter
physiquement cette information binaire : - par un signal électrique ou magnétique, qui, lorsqu'elle
atteint une certaine valeur, correspond à la valeur 1. - grâce à des bistables, c'est-à-dire des
composants électroniques qui ont deux états d'équilibre (un correspond à l'état 1, l'autre à 0) Avec un
bit il est ainsi possible d'obtenir deux états: soit 1, soit 0. 2 bits rendent possible l'obtention de quatre
états différents (2*2): 2 bits 0 0 0 1 1 0 1 1 Avec 3 bits il est possible d'obtenir huit états différents
(2*2*2): 0 0 0 0 0 1 0 1 0 1 0 1 1 0 1 0 0 1 1 1 1 1 0 1 Pour un groupe de n bits, il est possible de
représenter 2n valeurs. structions de manipulation de bits.

II. Description et structure interne d’un microcontrôleur.

Un microcontrôleur est un composant réunissant sur un seul et même silicium un micro-processeur,


divers dispositifs d'entrées/sorties et de contrôle d'interruptions ainsi que de la mémoire, notamment
pour stocker le programme d’application. Dédié au contrôle, il embarque également un certain
nombre de périphériques spécifiques

Vous aimerez peut-être aussi