Vous êtes sur la page 1sur 3

Calcul intégral (Deuxième partie : Calculs d’aires et compléments)

I Calculs d’aires
I.1 Lien avec les primitives

Propriété (Rappel) :
Soit f une fonction continue et positive sur un intervalle I , et soient a et b appartenant à I .
Soit F une primitive de f sur I .
Alors l’aire du domaine sous la courbe C f , délimité par l’axe des abscisses et les droites d’équations
x = a et x = b, exprimée en unités d’aire, est égale à
Z b
f (x)dx = F (b) − F (a).
a

Remarque :
Rb
Pour calculer a f (x)dx il suffit donc de chercher une primitive de f sur I , et ensuite simplement de
calculer F (b) − F (a).

On fait l’exercice 114 p 204.

I.2 Cas d’une fonction négative


Propriété :
Soit a et b deux nombres tels que a É b.
Soit f une ¢fonction continue et négative sur l’intervalle [a ; b] et soit C f la courbe de f dans un repère
O; ı , →

− − orthogonal.
¡

L’aire du domaine délimité par la courbe C f , l’axe des abscisses et les droites d’équations x = a et x = b,
exprimée en unités d’aire, est égale à
Z b
− f (x)dx.
a

Démonstration

La propriété précédente va nous permettre maintenant de calculer des aires même quand la fonction f
est négative.
On applique alors le principe que lorsque la courbe C f est située sous l’axe des abscisses, alors l’aire est
comptée « négativement ».
On fait l’exercice 115 p 204.

I.3 Aire entre deux courbes

Propriété admise :
Soit f et g deux fonctions continues sur l’intervalle [a ; b telles que f É g sur [a ; b.
Soit C f et C g leurs courbes représentatives dans un repère orthogonal.
L’aire du domaine délimité par les courbes C f et C g , et les droites d’équations x = a et x = b, exprimée
en unités d’aire, est égale à

1
Z b¡ ¢
g (x) − f (x) dx.
a

On fait l’exercice 119 p 204.

II Intégrale d’une fonction continue de signe quelconque

Propriété :
Soit f une fonction continue sur un intervalle I , et soit a et b appartenant à I .
Soit F une primitive de f sur I .
Alors on a :
Z b
f (x)dx = F (b) − F (a).
a

Remarque :
A partir de maintenant, f peut changer de signe sur I .
Rb
Pour calculer a f (x)dx il suffit de chercher une primitive de f sur I , et ensuite simplement de calculer
F (b) − F (a).

Propriétés algébriques de l’intégrale :


Soit f et g deux fonctions continues sur un intervalle I . Soit a, b et c appartenant à I et soit λ un réel..
Ra Rb
1. b f (x)dx = − a f (x)dx.
Rc Rb Rc
2. a f (x)dx = a f (x)dx + b f (x)dx (relation de Chasles).
Rb¡ ¢ Rb Rb
3. a f (x) + g (x) dx = a f (x)dx + a g (x)dx.
Rb Rb
4. a λ f (x)dx = λ a f (x)dx.

III compléments au calcul intégral


Intégrales et inégalités :
Soit f et g deux fonctions continues sur l’intervalle [a; b].
1. (Positivité) Si f Ê 0 sur [a; b], alors
Z b
f (x)dx Ê 0.
a

2. (Ordre) Si f Ê g sur [a; b], alors


Z b Z b
f (x)dt x Ê g (x)dx.
a a

Démonstrations :
1. Utilisons une primitive de f .
2. Conséquence de 1.

Définition de la valeur moyenne d’une fonction :


Soit f une fonction continue sur l’intervalle [a ; b].

2
On appelle valeur moyenne de la fonction f sur [a ; b] le nombre réel

1
Z b
µ= f (x)dx.
b−a a

Une vidéo pour comprendre et un calcul en exemple .

Interprétation :
Rb
La valeur moyenne µ est le nombre égal à la fonction constante dont l’intégrale est égale à a f (x)dx,
c’est-à-dire Z b Z b
f (x)dx = µ dx.
a a
Autrement dit, si on cherche une fonction g constante sur [a ; b] telle que
Z b Z b
g (x)dx = f (x)dx,
a a

alors g serait égale à la constante µ sur [a ; b].

Exercices

Vous aimerez peut-être aussi