Vous êtes sur la page 1sur 18

La cartographie des processus de l’entreprise 

: un prérequis au
management par les processus

Le management par les processus est une démarche qui s’accompagne


souvent d’une volonté de l’entreprise d’optimiser ses processus existants
pour répondre à des objectifs tels que :

 Proposer de nouveaux services aux clients.


 Améliorer le service rendu aux clients en adaptant les processus
métiers aux besoins et exigences du marché.
 Augmenter la performance de l’organisation (en simplifiant ou en
automatisant leurs activités, en améliorant la qualité, …).
 Se mettre en conformité (Norme iso 9001).
 Mieux maitriser ses risques.
 …

Établir la cartographie de ses processus est la première étape d’une


démarche de mise en œuvre d’un système de management par les
processus. Une cartographie de processus est une représentation du flux de
travail d’une entreprise. En d’autres termes, cet outil synthétise les activités
d’une entreprise ou d’un service et facilite la compréhension globale du
fonctionnement des processus de l’entreprise.

Une cartographie peut être définie comme un plan qui identifie les
processus (les rouages du fonctionnement) et les interfaces (les points de
contact entre les rouages) afin de montrer les liens opérationnels entre les
données d’entrée et les données de sortie d’un processus.

Il existe 3 types de processus (ou macro processus) :

 Les processus « opérationnels » ou « de réalisation » sont constituées


de l’ensemble des activités « métiers » de l’organisation. Ils
contribuent directement à la réalisation du produit ou service, de la
détection du besoin du client (exigence) à sa satisfaction. En cas de
dysfonctionnement ou de non performance dans ces processus,
l’organisation ne pourra pas délivrer de manière satisfaisante ses
prestations aux clients.
 Les processus « de support » contribuent au bon déroulement des
autres processus en leur apportant les ressources nécessaires (ex : les
ressources humaines ; les ressources financières ; les installations et
leur entretien (locaux, équipements, matériels, logiciels…).
 Les processus de « pilotage » ou « management » contribuent à la
détermination de la stratégie d’entreprise et au déploiement des
objectifs dans l’organisation. Sous la responsabilité de la direction,
ils permettent d’orienter et d’assurer la cohérence des processus de
réalisation et de support.

Lors d’un travail d’élaboration de cartographie de processus, il est


recommandé de s’intéresser en premier lieu à l’identification des processus
opérationnels, cœur de métier de l’organisation. L’analyse peut être
découpée de la manière suivante :

1. Identifier les clients de l’organisation et les prestations qui leurs sont


délivrées
2. Identifier les activités permettant de délivrer les prestations
3. Regrouper les activités en processus
4. Ajouter les processus de support et de pilotage
Exemple d’une cartographie de processus d’un cabinet de conseil

Chaque processus est ensuite décliné en une carte d’identité incluant les
éléments suivants :

 Le propriétaire du processus : il s’agit de la personne responsable du


bon déroulement du processus et de la qualité des éléments délivrées.
Il anime de manière transversale les différents services contributeurs,
vérifie son efficacité.
 La finalité du processus : quelle est la mission du processus ?
qu’apporte-t-il à l’entreprise ? quelle est sa valeur ajoutée ?
 Les éléments entrants permettant le déroulement du processus.
 Les éléments sortants résultant ou non de la transformation des
éléments entrants.
 Les activités : quelles grandes activités successives permettent de
transformer les données d’entrées en données de sortie.
 Les fournisseurs des éléments entrants du processus et
les destinataires des éléments sortants.
 Les indicateurs de performance permettant de mesurer l’efficacité du
processus, c’est à dire sa capacité à atteindre la finalité de façon
performante. Ces indicateurs pourront par la suite être utilisés par le
système de management de l’assurance qualité.

Représentation schématisée d’une carte d’identité d’un processus

La norme ISO 9001 n’exige pas de représenter les processus


graphiquement.

La cartographie des processus est une façon graphique de restituer


l’identification des processus d’une entreprise ou organisation et leurs
interactions. Il s’agit d’un outil puissant qui permet de comprendre
simplement comment l’entreprise s’organise depuis l’identification de son
marché jusqu’à son client final.  Elle constitue également un outil de
communication et d’information simple et efficace
favorisant l’appropriation collective et partagée de la notion de processus
dans l’organisation.

Ainsi, l’élaboration d’une cartographie des processus n’est pas une fin en
soi.

Elle doit être complétée par une analyse des processus plus approfondie
comme la modélisation des processus et l’optimisation des processus et qui
contribueront à la mise en œuvre d’un système de management par les
processus dont l’objectif est une organisation efficiente.

La cartographie des processus, outil de


management au service de l’organisation
par Maëlys De Santis le 09/12/2020

 Partager

Qu’est-ce que la cartographie des processus, et en quoi peut-elle être un support pour
l’organisation et la qualité du management de votre entreprise ?

Il s’agit simplement de représenter graphiquement les processus d’une organisation, les


cartes de processus, pour assurer une démarche qualité, notamment en s’appuyant sur la
norme ISO 9001.

Cette cartographie simplifie la modélisation de la gestion de votre entreprise de manière


concrète. C’est un outil de communication important tant en interne qu’auprès de vos
clients ou fournisseurs, ou lors d’un audit, par exemple.

Comment représenter facilement les processus de votre organisation ? Nous vous


présentons six étapes clés et des outils de Business Process Management (BPM).

 Qu’est-ce que la cartographie des processus  ?


o Définition
o Typologie de cartes de processus
 Cartographie des processus et norme ISO 9001 version 2015
 Pourquoi cartographier les processus  ?
o Les objectifs de la cartographie des processus
o Les avantages de la cartographie des processus
 Comment établir la cartographie des processus en 6 étapes  ?
o Étape   1 : identifier les macro-processus
o Étape 2  : lister les activités à cartographier
o Étape   3 : définir le bon niveau de détail
o Étape   4 : ordonner les processus de manière logique
o Étape   5 : décrire et modéliser les processus
o Étape 6  : faire tester et valider les processus
 Quels outils choisir pour cartographier les processus  ?
o Avanteam Process Studio
o Iterop
o Lucidchart
o PYX4 Process
 Cartographier pour gagner en productivité

Qu’est-ce que la cartographie des processus ?

Définition

La cartographie des processus est une représentation graphique des processus d’une


organisation. Elle met en exergue le lien entre les tâches qui forment le processus et leur
enchaînement. Ce n’est ni plus ni moins que la modélisation du processus grâce à un outil.
Elle permet de mettre en avant les interactions entre les différents processus de l'entreprise,
en découle une amélioration continue des du flux de travail, des méthodes employées par
l'organisation ou entreprise pour une efficacité accrue. 

Elle concerne les processus métiers, les processus opérationnels (de production, par
exemple) et les processus support. Elle donne une visibilité globale sur le fonctionnement
d’une organisation, d’un service d’une entreprise.

Par ailleurs, la cartographie démontre la démarche qualité de l’approche des processus


dans une entreprise.

Les cartes de processus sont construites en suivant un langage de modélisation unifié,


ou UML pour Unified Modeling Language en anglais, norme internationale pour la création
de cartes de processus. Chaque forme (cercle, losange, boîte, flèche, rectangle ou ellipse)
correspond à un type d’action, un jalon, une entrée/sortie, une personne impliquée, etc.

Typologie de cartes de processus

Une carte de processus est un outil de communication pour partager et faire comprendre


vos processus. Comme tous les outils de communication, ils peuvent s’adresser à différentes
cibles, internes comme externes.

De la même manière, il existe différents types de cartographies des processus :

 les processus de réalisation ou processus opérationnels : ils décrivent la réalisation


du produit ou du service, par exemple ;
 les processus support : ils fournissent les ressources tant matérielles qu’humaines ou
financières, nécessaires aux processus ;
 les processus de management ou processus de pilotage : ces processus d’aide à la
décision donnent les axes stratégiques et organisationnels.

Pour illustrer, nous pouvons citer quelques exemples de cartes de processus :


 la carte de processus d’activité,
 la carte de processus détaillée,
 la carte des documents,
 la carte de processus générale,
 la carte de chaîne de valeur,
 le diagramme de flux de travail,
 la carte à couloirs, ou carte transversale, etc.

Exemple de cartographie des processus d’une entreprise :

©️ Iterop

Lire aussi : Quels outils utiliser pour moderniser vos processus RH ?

Cartographie des processus et norme ISO 9001 version 2015

La cartographie des processus est une démarche qui permet de répondre à plusieurs
exigences de la norme ISO 9001, mais elle ne constitue pas une obligation pour les
organisations.

Cette norme, certification de qualité, préconise l’organisation par les processus. La


cartographie des processus est la base de cette organisation, notamment grâce à
la formalisation des macro-processus de l’entreprise.

La norme ISO 9001 requiert par ailleurs une organisation orientée client, facilitée et mise
en lumière par la cartographie des processus. Cette dernière met aussi en exergue les
activités directement au service du client et la valeur ajoutée créée par chacune de ces
activités.

La norme ISO 9001 version 2015 a ajouté de nouvelles exigences :

 la définition claire de processus de direction qui met en évidence le système de


management de l’organisation, offrant de la visibilité sur la stratégie de l’entreprise  ;
 la description précise des processus pour que chaque acteur sache se situer
rapidement dans l’organisation, s’implique et comprenne sa valeur ajoutée.
Pourquoi cartographier les processus ?

Les objectifs de la cartographie des processus

La cartographie des processus fait en sorte que l’ensemble de l’entreprise ou que toutes
les parties prenantes à un projet se comprennent, parlent la même langue et disposent
d’un référentiel commun.

Elle permet d’éviter les doublons, de connaître précisément le ou les responsables de


chaque tâche et à quel moment ils interviennent. Elle optimise l’efficacité des
organisations grâce à une méthode et à des modèles : elle doit être simple, claire et
compréhensible facilement par tous.

Enfin, cartographier les processus permet d’avoir du recul et d’analyser les processus en


place pour identifier les éventuels points bloquants et les revoir.

Les avantages de la cartographie des processus

Quelles bonnes raisons devraient vous pousser à adopter la cartographie des processus  ?

Elle permet :

 de rationaliser les processus d’une organisation ;


 d’optimiser la gestion des tâches qui forment un processus donné ;
 de mieux comprendre les processus ;
 de dérouler les tâches plus rapidement, pour un meilleur rendement des projets  ;
 d’améliorer les processus en place en prenant du recul ;
 de faciliter la communication entre les parties prenantes d’un même processus  ;
 de planifier les projets de manière plus rationnelle, en anticipant mieux les risques,
notamment.

Comment établir la cartographie des processus en 6 étapes ?

Étape 1 : identifier les macro-processus

Avant de vous lancer dans la création de processus et de lister les activités une à une, vous
devez identifier les macro-processus qui font votre organisation, à savoir des processus
d’envergure globale voire transversale dans l’organisation.

On distingue :

 le macro-processus de réalisation décrit toute la création de valeur à destination


des clients ;
 le macro-processus de pilotage est un processus d’analyse et de décision, soutenu
par toutes les informations des processus qui le composent ;
 le macro-processus de support assure le bon fonctionnement de tous les processus
de l’organisation en s’assurant que les ressources nécessaires sont pourvues.

Nous vous conseillons d’adopter une logique du haut vers le bas (« top-down »), de la
direction au plus opérationnel, ou du plus général au plus détaillé.

Les macro-processus ainsi identifiés peuvent être représentés très simplement, sous la forme
d’un diagramme de processus, dont voici un exemple :

© Heflo

Étape 2 : lister les activités à cartographier

Chaque macro-processus se compose ensuite de plusieurs processus de réalisation, de


pilotage ou de support, et donc de bon nombre d’activités. Toute la difficulté réside dans
ce choix : décider à quel processus appartient telle ou telle activité.

À cette étape, il est important d’être exhaustif pour que le processus soit le plus complet
possible. Mettez-vous à la place d’un nouveau collaborateur arrivant dans votre entreprise, il
doit pouvoir comprendre et suivre un processus facilement.

Prenons l’exemple d’un processus RH : le processus de recrutement. On peut imaginer que
les activités à lister sont les suivantes :

 évaluer le besoin en recrutement des équipes métiers,


 rédiger une offre d’emploi,
 faire valider l’offre d’emploi par les responsables métiers pertinents,
 piocher des candidatures précédentes dans une CVthèque,
 diffuser une offre d’emploi,
 recueillir et centraliser les candidatures,
 traiter et trier les candidatures,
 faire passer des entretiens téléphoniques,
 faire passer des entretiens vidéos,
 faire passer des entretiens physiques,
 refuser des candidatures et en informer les candidat·es,
 préparer la documentation administrative requise pour un recrutement (contrat de
travail, mutuelle, déclarations aux organismes concernés, visite médicale, etc.)
 anticiper l’arrivée d’une nouvelle personne et son intégration en entreprise.

Cette liste peut être plus courte ou, au contraire, bien plus longue selon les besoins de
chaque organisation.
Étape 3 : définir le bon niveau de détail

Choisir le bon niveau de détail est essentiel. Les informations essentielles doivent être lisibles
et compréhensibles de tous, et exploitables de manière opérationnelle.

À l’inverse, trop d’informations rendent le processus inexploitable, son lecteur étant noyé
dans l’information.

Étape 4 : ordonner les processus de manière logique

Cette étape est le moment pour « ranger » chaque activité dans un processus. Il s’agit de :

1. identifier l’origine du processus, et l’activité qui le démarre,


2. prioriser les activités par ordre chronologique,
3. définir les dépendances et l'enchaînement entre chaque activité (par exemple,
l’activité B intervient après l’activité A),
4. définir les conditions d’enchaînement des activités (par exemple, l’activité B
commence seulement si l’activité A est terminée),
5. définir la dernière activité du processus.

Étape 5 : décrire et modéliser les processus

La cartographie d’un processus va plus loin qu’un diagramme de processus. Elle fait certes
figurer les activités, leur liens et leurs enchaînements, mais aussi :

 les acteurs,
 les résultats,
 les événements,
 les jalons,
 les normes de l’entreprise, le cas échéant.

Il est maintenant temps de modéliser graphiquement vos processus, le plus simple étant
d’utiliser un logiciel BPM pour créer des processus clairs et prenant en compte toutes vos
spécificités métiers, le tout sans trop de difficulté.

Lire aussi : Améliorez la gestion de vos processus métier avec un logiciel BPM

Étape 6 : faire tester et valider les processus

La ou les personnes responsables de la cartographie des processus dans votre organisation


ne sont peut-être pas les mêmes que celles qui les lisent et les appliquent au quotidien.
Aussi, assurez-vous que les équipes opérationnelles, mais aussi vos fournisseurs et
vos clients, le cas échéant, valident la cartographie des processus. Vous saurez ainsi si toutes
les informations pertinentes sont présentes, s’il en manque, s’il y a des redondances, etc.

👉 N.B. Une autre approche existe. Elle consiste à prendre les points de départ d’un
processus (besoin client, commande, par exemple) et à y associer les processus nécessaires
pour atteindre l’objectif.

Quels outils choisir pour cartographier les processus ?

Utiliser un outil graphique pour cartographier vos processus est une évidence. Certaines
organisations ont recours à Word, Excel ou PowerPoint et exportent ensuite leur
cartographie des processus en PDF.

C’est une bonne première approche si vous avez un budget limité. Cela dit, qui ne s’est
jamais arraché les cheveux avec la mise en forme dans un document Word ? Un logiciel de
cartographie des processus simple à utiliser vous fait gagner du temps pour un résultat
professionnel.

Nous comparons ici trois outils. À vous de faire votre choix selon vos besoins et vos
spécificités métiers !

Avanteam Process Studio

 Entreprises concernées par Process Studio  : PME, ETI et grands comptes


 Points forts :
o interface moderne et facile à prendre en main,
o modélisation graphique et simple des processus,
o intégration avec vos outils (CRM, ERP, messageries, annuaires, etc.),
o réduction des coûts de 40 à 60 %,
o hébergement des données : France.
 Certification : ISO 9001
Voir ce logiciel

Iterop

 Entreprises concernées par Iterop  : TPE, PME, ETI et grands comptes


 Points forts :
o simplicité d’utilisation, aucune compétence technique requise,
o modification instantanée des processus,
o déploiement rapide en 5 jours,
o suivi des performances via un tableau de bord et des indicateurs de
performance personnalisables,
o hébergement des données : France.
 Certification : ISO 9001
Voir ce logiciel

Lucidchart

 Entreprises concernées par Lucidchart  : toutes les entreprises


 Points forts :
o un outil collaboratif,
o une interface graphique,
o des processus créés rapidement en glissant-déposant des formes issues d’une
bibliothèque.
Voir ce logiciel

PYX4 Process

 Entreprises concernées par PYX4 Process  : grandes entreprises


 Points forts :
o évolutif et intuitif,
o accompagnement par des consultants métiers et accès à un référentiel de
connaissance,
o module de modélisation des processus interconnecté avec deux
autres : Improver, pour l’amélioration continue de la performance, et Risk, pour la
gestion des risques,
o basé sur la méthodologie Qualigram, approuvée par l’Afnor.
 Certification : ISO 9001
Voir ce logiciel

Cartographier pour gagner en productivité

La cartographie des processus n’est pas accessoire ; elle n’est pas non plus réservée aux
grandes entreprises. Toutes les entreprises ont des avantages à tirer de cartes de
processus : organisation, optimisation de la gestion des processus, gain de temps,
économies financières…

Le résultat ? Des collaborateurs impliqués qui comprennent clairement ce que l’on attend
d’eux, une vision stratégique facilitée et des clients satisfaits.

Prêt à oublier Word et Excel ?


Article mis à jour, publié initialement en avril 2019.

Suggestion de logiciels

Dalyo Clean
Gestion et suivi de chantiers de nettoyage

Voir le siteVoir ce logiciel

Lire aussi :

Améliorez votre productivité grâce aux bonnes pratiques de l’amélioration


continue

Tout savoir sur la modélisation des processus métier

Améliorez la gestion de vos processus métier avec un logiciel BPM

Processus : les fondations de votre projet de digitalisation

Quels outils utiliser pour moderniser vos processus RH ?

Avis sur La cartographie des processus, outil de management au


service de l’organisation
Aucun avis, soyez le premier à donner le vôtre.
Le processus de cartographie étape par
étape
Étape 1 : Déterminer vos objectifs
Dans l’ensemble de la chaîne de valeur de l’entreprise, chaque processus a un objectif
spécifique qui, pris en compte dans toutes les activités de l’organisation, vous
permettra d’atteindre vos objectifs finaux.

À ce stade, il est nécessaire de comprendre le rôle de ce processus analysé dans les


limites d’une activité précise de votre organisation :

 Pourquoi ce processus a t il été mis en place ?


 Qu’est-ce que ce processus permet d’accomplir ?
 Quelle est sa criticité ?
 Quels sont les risques impliqués dans le processus ?
 Y a-t-il des règles et/ou des règlements associés au processus ?

Article complémentaire: 7 astuces de modélisation des processus métiers pour les nuls

Étape 2 : Identifier les résultats du processus


Les sorties ou “outputs” sont les résultats qui se produisent à la fin de chaque
processus. Ces éléments de sorties agrègent de la valeur tout au long de la chaîne de
production jusqu’à ce que cette valeur se retrouve dans le produit final ou le service de
l’entreprise.

Beaucoup ne peuvent concevoir les éléments de sorties que comme un élément


physique et palpable tel une pièce ou un produit. En réalité, les résultats peuvent être
de diverses natures comme par exemple des graphiques, des données, une prise de
décision, des approbations et encore bien d’autres.

De la même manière que les processus produisent des éléments de sorties, ils intègrent
des éléments d’entrée, comme nous le verrons plus loin.

Étape 3 : Identification des clients du processus


Identifier les clients et appréhender en quoi le processus permet de répondre plus
précisément à leur besoins. Il est nécessaire de prêter, attention à ces «moments de
vérité» c’est à dire à ces interactions avec votre client qui génèrent une perception de
valeur dans la « consumer journey« .
Voici les questions auxquelles il vous faudra répondre dans cette étape de la
cartographie :

 Qui est le client et comment a-t-il choisi de participer au processus ?


 Quelles sont les attentes du client vis à vis du processus ?
 À quelle fréquence le client est-il impliqué dans le processus ?
 Le client peut-il suggérer des améliorations dans le processus ? Comment ?
 S’il s’agit d’un processus support, quel est l’impact sur les processus réalisation
?

Étape 4 : Identification des entrées de


processus
Les entrées ou “inputs” sont des éléments qui sont modifiés au cours du processus
pour ajouter de la valeur à la chaîne de production. Les entrées ne sont pas
obligatoirement des éléments physiques, palpables.

Lire aussi: 5 exemples de cartographie des processus

Étape 5 : Identification des composants du


processus
Toutes les ressources utilisées pendant le processus et qui collaborent à la
transformation des entrées en sorties sont appelées les composantes et peuvent prendre
la forme de matériaux, d’énergie, de machines, de ressources humaines, de
méthodologies, de technologies et bien d’autres.

Étape 6 : Identification des fournisseurs de


processus
S’il y a des entrées, une personne sera responsable de les renseigner au début du
processus. A partir de là, les entrées pourront commencer à être transformées en
sorties. La démarche d’identification des clients s’applique également aux
fournisseurs. Il existe deux types de fournisseurs :

 Les fournisseurs internes : des personnes ou groupes au sein de l’entreprise


qui fournissent les entrées ou les composants d’un processus.
 Les fournisseurs externes : entreprises ou particuliers qui fournissent à
l’organisation des entrées, des services et des matières premières.
Étape 7 : Comprendre les limites du processus
Les limites sont les points extrêmes d’un processus : quand ils commencent et quand
ils se terminent. Le début du processus est caractérisé par la réception des entrées et la
fin se produit avec la livraison des sorties.

Notez que les personnes impliquées dans le processus n’auront le contrôle sur lui qu’à
la réception des entrées et, de même, n’auront plus de contrôle au moment où les
éléments de sortie auront été livrés.

Étape 8 : les règles opérationnelles et


les transmissions
Les règles opérationnelles sont des contraintes qui guident les décisions au sein
même d’une entreprise.

Par exemple, dans un processus d’achat, une règle opérationnelle pourra fixer qu’en
deçà d’une valeur de 10 000 euros, l’achat peut être approuvé par un gestionnaire et
qu’au delà d’une telle valeur, il devra être approuvé par un directeur.

À ce stade, il est important de comprendre pourquoi et quand les règles opérationnelles


ont été créées.

 Sont-elles vraiment alignées sur la stratégie commerciale ?


 Sont-elles vraiment respectées ?
 Quel est le coût d’un audit et de la vérification de la conformité de ces règles
opérationnelles ?
 Quelles seraient les conséquences de la suppression de ces règles ?
 L’une de ces règles vous a-t-elle permis de gagner en performance ?

La transmission ou “handoff” est l’échange de responsabilité entre les équipes. Cet


élément est important car les problèmes d’interface entre départements et équipes sont
monnaie courantes. Par exemple, le service personnel devrait vérifier avant la
résiliation du contrat d’un salarié auprès de l’agent financier si certains versements
sont en suspens au risque de voir le départ de l’employé laisser une perte financière à
l’entreprise sous forme de prêt ou d’acompte non versé.

Au sein de votre organisation, êtes-vous satisfait de la manière dont sont traitées les demandes dont la
résolution implique au moins deux départements ?

Oui
Non

RésultatsVote

Étape 9 : Documentation de processus en cours


L’un des moyens les plus utilisés pour documenter les processus consiste à utiliser un
diagramme des flux, mais il est également possible de faire de la documentation
textuelle structurée avec des listes.

Il est important que toutes les informations recueillies à ce jour soient documentées et
analysées par toutes les parties concernées. Celles-ci doivent également rester
conforme à ce qui a été déterminé par le groupe de travail en amont.

Les documents les plus couramment utilisés pour documenter un processus sont les
suivants :

 Vue d’ensemble de l’environnement des affaires.


 Objectif du processus.
 Diagramme de processus avec notation BPMN – Business Process Model
and Notation.
 Métriques, données et problèmes de performances.
 Redondance de processus.
 Règles opérationnelles et analyse d’exécution.
 Principaux problèmes rencontrés dans le processus.
 Exigences de politique et d’audit.
 Les risques et leurs impacts sur l’entreprise.
 Opportunités d’amélioration

Si vous utilisez déjà la notation BPMN, prenez le temps de tester vos connaissances
via notre Quiz BPMN (en anglais).

Étape 10 : Identifier les améliorations dont le


processus a besoin
Il est temps de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans votre processus.
Les absence de conformité, les retards et les goulots d’étranglement doivent être
soulignés. De la même manière, les activités critiques et celles qui ajoutent de la valeur
doivent être identifiées.

Il faut faire très attention aux activités dans lesquelles vous êtes en contact direct avec
le client et vous assurez qu’il en retira la meilleure expérience possible.
Vous devez également garder en mémoire que les personnes qui travaillent dans
l’exploitation quotidiennement sont celles qui enverront les meilleures suggestions
pour des futures améliorations du processus.

Étape 11 : Choisissez les améliorations à


appliquer au processus
Les outils d’amélioration des processus tels que PDCA, 5W2H, le
diagramme d’Ishikawa et la matrice GUT devraient être utilisés pour trouver des
solutions en s’attaquant à des problèmes spécifiques.

Une fois les améliorations convenues, elles doivent être revues avant leur application
respective dans le processus. Lors de la mise en oeuvre du processus, il faudra penser à
effectuer un contrôle de ces améliorations.

Pour approfondir le sujet, nous vous proposons de prendre connaissance des posts
suivants :

 Quel est le cycle PDCA ? Comprendre chaque étape en détail.


 Matrice 5W2H : comment mettre en place un plan d’action efficace ?

Documenter le processus amélioré


Encore une fois, la documentation est essentielle pour que les améliorations puissent
être normalisées et intensifiées dans le futur. BPMN et d’autres outils parfois plus
appropriés peuvent être utilisés pour retirer le meilleur résultat possible de la
documentation du processus.

Qu’est-ce qui vient après la cartographie du processus ?


La cartographie et la documentation des processus sont très importantes. C’est
l’occasion de repenser le fonctionnement de votre organisation et de lancer une série
d’actions qui optimisera la gestion au sein de votre organisation.

Malheureusement, documenter seul ne suffit pas. Il est nécessaire de communiquer sur


cette documentation et de veiller à ce que tout ce qui a été planifié soit réellement
exécuté. Cette discipline est l’affaire de tous.

Connaissez-vous d’autres techniques de cartographie des processus ? Laissez votre


commentaire et partagez votre expérience avec nos lecteurs !

Vous aimerez peut-être aussi