Vous êtes sur la page 1sur 2

Sorcières : les femmes vivent

Citation de Hélène Cixous (citée par «Le temps des femmes »)


Hélène Cixous

Citer ce document / Cite this document :

Cixous Hélène. Citation de Hélène Cixous (citée par «Le temps des femmes ») . In: Sorcières : les femmes vivent, n°17, 1979.
Vêtement. p. 107;

https://www.persee.fr/doc/sorci_0339-0705_1979_num_17_1_5023

Fichier pdf généré le 05/06/2020


107

portais une immense tétine, suspendue au cou, une salopette rose avec un col blanc.
(l97l) J’avais toute une valise de vêtements, tous « bébé ». A Paris, il y avait des filles
habillées
n’y en avait
en pastel,
pas. ça voulait peut-être dire « bébé », mais de « bébés » comme moi, il

Une fois', j’ai traversé les Champs-Elysées, ça arrêtait les voitures. J’avais un bonnet
aussi
Waltraud
et je :portais
Et tes unamies,
slip en
ellesplastique
ont dû bouffant.
te dire ?

Domenica : Mais elles, elles ne comptaient pas, c’était « Elle ».


Quand j’ai vu que j’étais la seule, j’étais vraiment triste, j’avais toujours cru en
« Elle », alors là, c’était vraiment une déception. Je ne croyais plus aux journaux. C’est
là que ça a commencé.
Je voudrais que chacun porte un vêtement différent. Je voudrais qu’on change ses vête¬
ments d’après ses humeurs, sa vie sentimentale ou parce qu’il y a de beaux nuages —
qu’on change chaque heure, ou tous les trois ans.
J’utilise toutes les matières : du nylon, de la soie, du coton.
J’aime
Je m’intéresse
mettre des
auxpoèmes
tensions
que j’ai
entreluslesoumatières.
des sifflets ou des fausses fleurs ou des bonbons.

Avec
vêtement.
le temps, la coupe du vêtement est devenue une architecture pour moi. J’habite le

Quand je suis amoureuse, j’ai toujours envie de faire un manteau. Quand j’ai mes
règles, je rêve d’un pantalon. Mes vêtements sont portés dans la rue. Ils ne sont pas des
objets.
Le soir, je les regarde et je les touche un peu. Domenica

Il faut penser le vêtement et ne pas le rejeter comme irrécupérable ou comme


totalement récupéré par le système capitaliste. Au contraire, il faut reprendre le
vêtement au système. Se refaire un vêtement, c’est ce qui importe... S’habiller est
un geste très important, un geste de connaissance, c’est une pratique comme
d’autres de rapport au corps.
Hélène Cixous (citée par « Le temps des femmes »)