Vous êtes sur la page 1sur 145

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU


AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS
DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES

ETUDE D’AVANT
D’AVANT PROJET DETAILLE
DU BARRAGE DE SOUBELLA
(WILAYA DE M’SILA)
M’SILA)

MISSION
MISSION 02
ETUDE HYDROLOGIQUE
HYDROLOGIQUE

Rapport 12035-RP-0201
Octobre 2008
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU
AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS
DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES

ETUDE D’AVANT
D’AVANT PROJET DETAILLE
DU BARRAGE DE SOUBELLA
SOUBELLA
(WILAYA DE M’SILA)
M’SILA)

MISSION 02
ETUDE HYDROLOGIQUE

Rapport 12035-
12035-RP-
RP-0201

Commentaires ANBT A. Toussaint


C 16/09/08
Fax 481/ANBT/DET/08 H. Garros C. Daux J. Teyssieux

Commentaires ANBT A. Toussaint


B 14/05/2008
Fax 176/ANBT/DET/08
H. Garros C. Daux J. Teyssieux
A. Toussaint
A 07/03/2008 Première émission
H. Garros C. Daux J. Teyssieux
Révision Date Sujet de la révision Rédaction Contrôle Approbation
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page i

SOMMAIRE

1 INTRODUCTION ........................................................................................................ 1
2 CADRE REGIONAL ................................................................................................... 3
2.1 Situation géographique ................................................................................. 3
2.2 Wilayas concernées....................................................................................... 3
3 BASSIN VERSANT .................................................................................................... 5
3.1 Description ..................................................................................................... 5
3.2 Hydrographie.................................................................................................. 9
3.3 Géomorphologie .......................................................................................... 10
4 DONNEES DE BASE ............................................................................................... 13
5 CLIMAT .................................................................................................................... 17
5.1 Régime climatique ....................................................................................... 17
5.2 Température ................................................................................................. 19
5.3 Evaporation .................................................................................................. 20
5.4 Régime des vents ........................................................................................ 23
6 PLUVIOMETRIE ....................................................................................................... 25
6.1 Régime pluviométrique ............................................................................... 25
6.2 Données disponibles ................................................................................... 26
6.3 Pluies annuelles et mensuelles................................................................... 27
6.3.1 Séries historiques................................................................................ 27
6.3.2 Extension de la série des pluies annuelles à Sidi Ouadah................... 35
6.4 Pluies maximales journalières .................................................................... 40
6.4.1 Analyse statistique préliminaire ........................................................... 40
6.4.2 Méthode des années-stations ............................................................. 48
6.4.3 Pluie maximale probable ..................................................................... 55
7 APPORTS LIQUIDES............................................................................................... 61
7.1 Données disponibles ................................................................................... 61
7.2 Analyse critique des données..................................................................... 61
7.3 Série historique............................................................................................ 66
7.4 Extension de la série des apports liquides à Sidi Ouadah........................ 70
7.4.1 Problématique..................................................................................... 70
7.4.2 Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah............................. 71
7.4.3 Extension de la série des apports annuels .......................................... 72

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page ii

7.4.4 Génération des apports mensuels au barrage..................................... 77


7.4.5 Analyse des apports reconstitués........................................................ 85
8 CRUES DE CHANTIER ET CRUES DE PROJET .................................................... 87
8.1 Introduction .................................................................................................. 87
8.2 Méthodologie générale ................................................................................ 87
8.3 Débits maximaux journaliers....................................................................... 87
8.3.1 Méthode de l’USSCS .......................................................................... 87
8.3.2 Méthode des années-stations ............................................................. 91
8.4 Crue Maximale Probable............................................................................ 103
8.5 Débits de pointe maximaux ....................................................................... 104
8.5.1 Méthodologie..................................................................................... 104
8.5.2 Formules empiriques......................................................................... 104
8.5.3 Ajustement statistique des valeurs observées ................................... 108
8.5.4 Méthode de l’Hydrogramme Unitaire Synthétique (HUS)................... 112
8.5.5 Synthèse ........................................................................................... 118
8.6 Hydrogrammes de crue ............................................................................. 119
8.7 Synthèse ..................................................................................................... 120
9 TRANSPORTS SOLIDES....................................................................................... 125
9.1 Problématique ............................................................................................ 125
9.2 Taux d’abrasion observés ......................................................................... 126
9.2.1 Barrage de K’Sob.............................................................................. 126
9.2.2 Barrage d’Ain Zada ........................................................................... 126
9.2.3 Oued Soubella (1972/73-1979/80) .................................................... 127
9.3 Formule de Tixeront................................................................................... 127
9.4 Analyse géomorphologique ...................................................................... 128
9.5 Calcul du volume mort du barrage de Soubella....................................... 131
10 DOCUMENTS DE REFERENCE ............................................................................ 133
11 ANNEXES .............................................................................................................. 135

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page iii

LISTE DES FIGURES

Figure 2-1 : Situation géographique du projet de Soubella..................................................... 4


Figure 3-1 : Bassin versant – Carte hypsométrique ............................................................... 6
Figure 3-2 : Bassin versant – Carte de l’occupation des sols ................................................. 7
Figure 3-3 : Bassin versant – Carte géologique ..................................................................... 8
Figure 3-4 : Bassin versant – Courbe hypsométrique........................................................... 11
Figure 3-5 : Bassin versant – Profil en long du thalweg principal ......................................... 12
Figure 4-1 : Stations pluviométriques et hydrométriques – Localisation ............................... 14
Figure 5-1 : Carte des zones bioclimatiques de l’Est algérien .............................................. 18
Figure 5-2 : Carte des précipitations annuelles moyennes de l’Est algérien......................... 18
Figure 5-3 : Températures mensuelles moyennes ............................................................... 19
Figure 5-4 : Evaporation – Corrélation avec l’altitude ........................................................... 21
Figure 5-5 : Evaporation sur plan d’eau – Répartition mensuelle ......................................... 22
Figure 6-1 : Carte des précipitations annuelles moyennes de l’Est algérien (Zoom) ............ 26
Figure 6-2 : Pluies annuelles sur l’ensemble des stations pluviométriques .......................... 27
Figure 6-3 : Pluies annuelles aux stations de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir ....................... 29
Figure 6-4 : Pluies annuelles – Double cumul entre les stations de Sidi Ouadah et de Bordj
Ghdir............................................................................................................................. 29
Figure 6-5 : Précipitations mensuelles à Sidi Ouadah – Analyse statistique (1973-2004) .... 34
Figure 6-6 : Précipitations mensuelles à Bordj Ghdir – Analyse statistique (1942-2004) ...... 34
Figure 6-7 : Pluies annuelles à Sidi Ouadah – Série étendue 1943-2004............................. 39
Figure 6-8 : Pj max annuelles – Homogénéité régionale – 289 années-stations (1) ............. 43
Figure 6-9 : Pj max annuelles – Homogénéité régionale – 289 années-stations (2) ............. 43
Figure 6-10 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (1)................................................ 45
Figure 6-11 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (2)................................................ 45
Figure 6-12 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (3)................................................ 46
Figure 6-13 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (4)................................................ 46
Figure 6-14 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (5)................................................ 47
Figure 6-15 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (6)................................................ 47
Figure 6-16 : Echantillon régional composite – 195 années-stations.................................... 53
Figure 6-17 : Indépendance de l’échantillon régional composite .......................................... 53
Figure 6-18 : Sidi Ouadah – Ajustement de la loi de Gumbel ............................................... 56
Figure 6-19 : Sidi Ouadah – Ajustement de la loi log-normale.............................................. 56
Figure 6-20 : Bordj Ghdir – Ajustement de la loi de Gumbel................................................. 57
Figure 6-21 : Bordj Ghdir – Ajustement de la loi log-normale ............................................... 57
Figure 6-22 : Sidi Ouadah – Pj max vs Période de retour T ................................................. 58
Figure 6-23 : Bordj Ghdir – Pj max vs Période de retour T................................................... 58
Figure 7-1 : Apports annuels normés aux stations hydrométriques ...................................... 62
Figure 7-2 : Apports à Sidi Ouadah, incohérence de l’année 1988 ...................................... 62
Figure 7-3 : Courbes de simple cumul entre l’écoulement à Sidi Ouadah et les précipitations
dans la région de l’étude............................................................................................... 63
Figure 7-4 : Courbe de double cumul entre apports et précipitations annuelles à la station de
Sidi Ouadah.................................................................................................................. 63
Figure 7-5 : Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah .......................................... 64
Figure 7-6 : Apports liquides – Série historique annuelle à la station de Sidi Ouadah .......... 68
Figure 7-7 : Apports liquides – Série historique mensuelle à la station de Sidi Ouadah ....... 68
Figure 7-8 : Apports liquides – Analyse statistique des apports mensuels ........................... 69
Figure 7-9 : Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah .......................................... 71
Figure 7-10 : Probabilités de transition des différentes familles d’années hydrologiques ..... 72
Figure 7-11 : Lames d’eau écoulées et précipitations à Sidi Ouadah sur la période
reconstituée (1943 – 2004) ........................................................................................... 74

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page iv

Figure 7-12 : Apports et précipitations reconstitués à Sidi Ouadah (1943 – 2004) ............... 75
Figure 7-13 : Coefficients d’écoulement à Sidi Ouadah sur la période reconstituée (1943 –
2004) ............................................................................................................................ 76
Figure 7-14 : Apports mensuels à Sidi Ouadah ( « régulier » ou « à petite pointe ») ............ 78
Figure 7-15 : Apports mensuels à Sidi Ouadah (« à forte pointe ») ...................................... 78
Figure 7-16 : Débits moyens mensuels reconstitués à Sidi Ouadah (1943 – 2004).............. 84
Figure 7-17 : Ajustement des apports annuels ..................................................................... 86
Figure 8-1 : Pluie génératrice vs ruissellement (modèle USSCS) pour l’oued Soubella........ 90
Figure 8-2 : Lames d’eau écoulée par station hydrométrique (1).......................................... 93
Figure 8-3 : Coefficients de Francou-Rodier par station hydrométrique (1) .......................... 93
Figure 8-4 : Lames d’eau écoulée par station hydrométrique (2).......................................... 94
Figure 8-5 : Coefficients de Francou-Rodier par station hydrométrique (2) .......................... 94
Figure 8-6 : Echantillon régional composite – 87 années-stations........................................ 98
Figure 8-7 : Indépendance de l’échantillon régional composite ............................................ 98
Figure 8-8 : Qj max – Ajustement de la loi de Gumbel ....................................................... 100
Figure 8-9 : Qj max – Ajustement de la loi log-normale ...................................................... 100
Figure 8-10 : Qj max – Ajustement de la loi de racine-Gumbel........................................... 101
Figure 8-11 : Qj max vs Période de retour T – Extrapolation aux valeurs extrêmes ........... 102
Figure 8-12 : Débit de pointe maximal annuel Qpmax – Ajustement .................................. 110
Figure 8-13 : Débit de pointe par ajustement ..................................................................... 111
Figure 8-14 : Pluies horaires de durée 24h via la formule de Montana............................... 113
Figure 8-15 : Hydrogramme unitaire de l’oued Soubella (pour Tc= 4.3h et Tc= 5.2h)......... 116
Figure 8-16 : Illustration d’un hydrogramme composé (Pj=100 mm et Tc= 4.3h) ................ 117
Figure 8-17 : Hydrogrammes de crue – Formes A et B ...................................................... 119
Figure 8-18 : Hydrogramme obtenu pour la crue de période de retour T = 50 ans ............. 121
Figure 8-19 : Hydrogramme obtenu pour la crue de période de retour T = 10 000 ans ...... 122
Figure 8-20 : Hydrogramme obtenu pour la CMP............................................................... 123
Figure 8-21 : Comparaison des principaux hydrogrammes ................................................ 124
Figure 9-1 : Corrélations établies par M. Demmak sur les taux d’abrasion en Algérie ........ 129
Figure 9-2 : Bassins versants des barrages de Soubella, K’Sob et Ain (Image Landsat).... 130

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page v

LISTE DES TABLES

Table 4-1 : Stations hydrométriques et pluviométriques – Données disponibles .................. 15


Table 5-1 : Températures mensuelles moyennes ................................................................ 19
Table 5-2 : Evaporation et ETP – Données aux stations ...................................................... 20
Table 5-3 : Evaporation sur plan d’eau – Répartition mensuelle .......................................... 22
Table 5-4 : Vents – Directions et vitesses à Bou Saada....................................................... 23
Table 6-1 : Stations pluviométriques – Caractéristiques....................................................... 26
Table 6-2 : Pluies mensuelles et annuelles à Sidi Ouadah................................................... 30
Table 6-3 : Pluies mensuelles et annuelles à Bordj Ghdir .................................................... 31
Table 6-4 : Résumé des relations de corrélation sur la pluviométrie annuelle ...................... 35
Table 6-5 : Pluies annuelles à Sidi Ouadah – Série étendue 1943-2004.............................. 37
Table 6-6: Pluies maximales journalières aux stations sélectionnées .................................. 41
Table 6-7: Statistiques sur les pluies maximales journalières aux stations sélectionnées .... 42
Table 6-8 : Pluies maximales journalières – Echantillon composite régional (n=195)........... 50
Table 6-9 : Occurrence des maximums annuels Pjmax par mois......................................... 52
Table 6-10 : Occurrence des maximums annuels Pjmax par station .................................... 52
Table 6-11 : Caractéristiques des échantillons initial et final à Sidi Ouadah ......................... 52
Table 6-12 : Pluie Maximale Probable ................................................................................. 55
Table 6-13: Pjmax vs. période de retour T ........................................................................... 59
Table 7-1 : Stations hydrométriques utilisées dans l’étude................................................... 61
Table 7-2 : Apports moyens mensuels observés à Sidi Ouadah .......................................... 67
Table 7-3: Répartition des années historiques par groupe et par famille .............................. 77
Table 7-4: Sélection des années pour la désagrégation mensuelle des apports annuels..... 80
Table 7-5: Apports mensuels reconstitués à Sidi Ouadah.................................................... 82
Table 7-6 : Quantiles d’apports annuels............................................................................... 86
Table 8-1 : Classification des terrains du bassin de l’oued Soubella (méthode USSCS) ...... 88
Table 8-2 : Perte initiale (I) en fonction des classes de terrain et des conditions initiales sur le
bassin de l’oued Soubella ............................................................................................. 89
Table 8-3 : Qjmax vs T par la méthode de l’USSCS ............................................................ 90
Table 8-4 : Débits journaliers maximaux – Echantillon composite régional (n=87) ............... 96
Table 8-5 : Occurrence des maximums annuels Qjmax par mois ........................................ 97
Table 8-6 : Occurrence des maximums annuels Qjmax par station...................................... 97
Table 8-7 : Caractéristiques des échantillons initial et final à Sidi Ouadah ........................... 97
Table 8-8 : Qjmax vs Période de retour T .......................................................................... 101
Table 8-9: Débits de pointe par la formule de Mallet-Gauthier ........................................... 105
Table 8-10 : Débits de pointe par la formule de Giandotti .................................................. 106
Table 8-11 : Débits de pointe par la formule de Possenti ................................................... 107
Table 8-12 : Qp vs Période de retour T – Formules empiriques ......................................... 108
Table 8-13 : Débits de pointe – Maximums annuels........................................................... 109
Table 8-14 : Débit de pointe par ajustement ...................................................................... 111
Table 8-15 : Temps de concentration Tc du bassin versant de l’oued Soubella ................. 116
Table 8-16 : Débit de pointe par la méthode de l’Hydrogramme Unitaire Synthétique........ 118
Table 8-17 : Crues de chantier – Données caractéristiques (Cp = 10) ............................... 120
Table 8-18 : Crue de projet et CMP – Données caractéristiques (Cp = 4.5) ....................... 120
Table 8-19 : Débits et volume de la crue de période de retour T = 50 ans ......................... 121
Table 8-20 : Débits et volume de la crue de période de retour T = 10 000 ans .................. 122
Table 8-21 : Débits et volume de la CMP........................................................................... 123
Table 9-1 : Estimation du taux d’abrasion pour le bassin versant de K’Sob ....................... 126
Table 9-2 : Estimation du taux d’abrasion pour le bassin versant d’Ain Zada..................... 126
Table 9-3 : Taux d’abrasion – Formules de Tixeront .......................................................... 127

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page vi

LISTE DES ANNOTATIONS

S Superficie du bassin versant km2


P Périmètre m
L Longueur du thalweg principal m
Hmin Hauteur minimale du bassin versant m
Hmoy Hauteur moyenne du bassin versant m
Hmax Hauteur maximale du bassin versant m
Ip Indice de pente
Dd Densité de drainage km/km2
ETP Evapotranspiration mm
P Pluie annuelle mm
PMP Pluie Maximale Probable mm
M Moyenne de l’échantillon
E.T. Ecart type de l’échantillon
Cv Coefficient de variation
Min Valeur minimale de l’échantillon
Max Valeur maximale de l’échantillon
Me Valeur médiane de l’échantillon
KHershfield Coefficient Hershfield pour le calcul de la PMP
Pjmax Pluie maximale journalière mm
P(T) Quantile de pluie journalière mm
P’(T) Quantile de pluie journalière centrée mm
Q Débit m3/s
Ec Ruissellement mm
C Coefficient de ruissellement : proportion de la lame d’eau
écoulée par rapport à la lame d’eau précipitée
qs Débit spécifique m3/s/km2
KHmoy Coefficient empirique relatif à la hauteur moyenne du bassin
versant pour le calcul du débit spécifique
K Index de Francou Rodier (Kp coefficient de Francou Rodier
pour le débit de pointe, Kj coefficient de Francou Rodier
pour le débit journalier)
Qp(T) Quantile de débit de pointe m3/s
Q24(T) Quantile de débit sur 24 heures m3/s
Ts Transport solide en suspension (t/km2/an)
Vs Volume sédimentaire annuel m3
VsTot Volume solide total incluant le charriage de fond m3

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 1

1 INTRODUCTION

L’Agence Nationale des Barrages et Transferts a confié à Coyne et Bellier les études
d’avant-projet détaillé du barrage de Soubella dans la wilaya de M’Sila.

La mission 02 (Etude hydrologique) se décline en trois parties :

 Rapport 12035-RP-0201 Etude hydrologique

 Rapport 12035-RP-0202 Etude de régularisation

 Rapport 12035-RP-0203 Etude de laminage

Le présent document est le rapport de l’étude hydrologique et comporte :

• l’étude climatologique,

• l’étude pluviométrique,

• l’étude des apports liquides,

• l’étude des crues,

• l’étude des apports solides.

L’étude de la qualité des eaux est intégrée à la mission ‘Etude d’impact sur l’environnement
et qualité des eaux’ (Rapport 12035-RP-0801).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 3

2 CADRE REGIONAL

2.1 Situation géographique

L’aménagement projeté se situe (voir Figure 2-1) dans la wilaya de M’Sila, à un peu plus de
100 kilomètres de la zone côtière méditerranéenne, à environ 60 kilomètres à l’est de la ville
de M’Sila et à 4 kilomètres en amont du village de Magra. La route nationale RN.28 qui relie
Magra à Setif permet d’accéder facilement au site.

Le projet prévoit un barrage sur l’oued Soubella afin de régulariser les apports du bassin
versant (177 km2).

Les coordonnées Lambert [1] du site sont :

X : 721 770 m

Y : 269 600 m

2.2 Wilayas concernées

Le barrage et la retenue projetés se situent dans la wilaya de M’Sila. Le bassin versant est
réparti sur les wilayas de M’Sila et de Setif.

La wilaya de M'Sila est située au nord-est de l'Algérie, elle s'étend sur une superficie de
18 175 km², avec une population avoisinant les 960 000 habitants (53 hab/km2). Elle est
limitée par Bouira et Bordj-Bou-Arreridj au Nord, Batna et Sétif à l'Est, Médéa et Djelfa à
l'Ouest et Biskra au Sud. Cette région a un aspect écologique unifié de par sa morphologie
et sa position géographique (prédominance de la steppe qui couvre 1 200 000 ha, soit près
de deux tiers de la superficie totale de la wilaya). L'agriculture représente 20% de la surface
totale (céréaliculture, arboriculture et maraîchage).

La wilaya de Sétif a une superficie de 6 504 km², avec une population avoisinant les
1 440 000 habitants (220 hab/km²). Elle se situe entre Alger à l'Ouest (300 km), Constantine
à l'Est (120 km), le littoral au Nord et M'sila au Sud. La wilaya de Sétif est surnommée
« capitale des hauts plateaux » avec une altitude moyenne de 1300 m. Elle est constituée de
3 grandes zones : une zone montagneuse au Nord, une zone des hautes plaines, occupant
la région centrale de la wilaya et une lisière au Sud renfermant des cuvettes où s’étendent
les chotts.

[1] Système de coordonnées : Algérie Lambert Nord


Ellipsoïde de référence : Clarke 1880

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 4
Figure 2-1 : Situation géographique du projet de Soubella

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 5

3 BASSIN VERSANT

3.1 Description

Le bassin versant de l’oued Soubella se situe à environ 100 km de la Méditerranée à la limite


de la zone semi-aride (voir Figure 5-1) du sud de l'Algérie. Il draine une partie méridionale
des Monts du Hodna, s’écoule vers le Sud et se dissipe dans la plaine de Magra et la
dépression du Chott Hodna (B.V. 05, sous-bassin 05-11 – nomenclature A.N.R.H).

Le bassin versant de l’oued Soubella est constitué d’un massif montagneux et d’un plateau
situé au-dessus de 1 000 m (Figure 3-1). Il appartient au versant Sud des Monts du Hodna.

Le couvert végétal dans le bassin de l’oued Soubella est assez dense (Figure 3-2). Les bois
et maquis couvrent la majeure partie du bassin versant.

D’un point de vue lithologique, le bassin est constitué de roches des crétacé, quaternaire et
jurassique (Figure 3-3). Une grande partie du bassin versant est recouverte de calcaires,
calcaires marneux et marnes, conglomérats, grès et argiles rouges.

La description détaillée du milieu physique (géologie, topographie, occupation des sols) est
présentée dans le rapport de l’étude de traitement du bassin versant (rapport 12035-RP-
1001).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 6
Figure 3-1 : Bassin versant – Carte hypsométrique

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 7

Figure 3-2 : Bassin versant – Carte de l’occupation des sols

10 km

Source [14]: Etude de Faisabilité, Coyne et Bellier, Novembre 2003

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 8
Figure 3-3 : Bassin versant – Carte géologique

10 km

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 9

3.2 Hydrographie

L’Algérie orientale possède deux systèmes hydrographiques contrastés :

• les bassins septentrionaux de type exoréique à écoulements relativement fournis et à


régimes quasiment pérennes (Côtiers constantinois, Soummam, Kébir-Rhumel,
Seybouse et Medjerda),

• les bassins méridionaux de type endoréique à écoulements plutôt modeste et à


régime quasi-temporaire (Hauts Plateaux, Chott Melrhir et Chott El Hodna) (source
[1], p 40).

Le projet d’aménagement de Soubella est situé dans le bassin méridional du Chott El Hodna,
à la limite entre ces deux régimes (voir Figure 5-1).

Le bassin versant (appartenant à la partie méridionale des Monts du Hodna) qui alimente le
site du barrage est de superficie modérée (177 km²). L’oued Soubella est le principal
affluent. Il s’écoule vers le Sud-Ouest après la station hydrométrique de Sidi Ouadah, dans
la plaine de Magra avant de se jeter dans la dépression lacustre du Chott El Hodna (B.V. 05,
sous-bassin 05-11).

Dans sa partie Est, l’oued Soubella est alimenté par l’oued El Farerh.. Cet affluent,
d’orientation Est-Ouest, prend sa source dans le massif montagneux des Monts du Hodna,
dont le point culminant se situe à 1 886 m. Ce massif et la vallée de l’affluent sont
caractérisés par un relief marqué.

Dans sa partie centrale, l’oued Soubella est alimenté par l’oued Ras Isly, un affluent drainant
le plateau central, d’altitude moyenne 1 000 m, sur lequel certaines zones sont cultivées.

Enfin, dans sa partie Ouest, l’oued Soubella est alimenté par plusieurs affluents d’orientation
générale Nord-Sud, dont l’oued El Hammam. Ces affluents prennent leurs sources dans le
deuxième massif montagneux du bassin versant. Ce massif est légèrement moins élevé que
le premier, son point culminant se situe à 1 745 m.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 10

3.3 Géomorphologie

Les caractéristiques géomorphologiques du bassin de l’oued Soubella ont été déduites de la


carte topographique au 1:50 000 et se présentent comme suit :

Superficie du bassin versant : (S) = 177 km2

Périmètre du bassin versant : (P) = 89 km

Longueur du thalweg principal : (L) = 33,5 km

Longueur du thalweg principal jusqu’au point le plus


proche du centre de gravité du bassin versant : (Lc) = 12,0 km

Altitudes : maximum : (Hmax) = 1 886 m


moyenne : (Hmoy) = 1 150 m
minimum : (Hmin) = 725 m

Dénivelée séparant les altitudes ayant approximativement


5 % de la superficie du bassin au-dessus et au-dessous d’elles : (D) = 585 m

Indice de compacité : (K) = 1,87

Du point de vue morphologique le bassin versant est relativement allongé dans le sens
ouest / est.

La courbe hypsométrique du bassin versant du barrage de Soubella est présentée en Figure


3-4. D’après cette courbe, la moitié de la superficie du bassin versant se trouve entre 1 000
et 1 250 m.

Le profil en long du thalweg principal (Figure 3-5) présente une pente assez marquée et
homogène (de l’ordre de 2 à 3%).

Une description et une analyse détaillées du bassin versant sont présentées dans le rapport
de l’étude de traitement du bassin versant (rapport 12035-RP-1001).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 11

Figure 3-4 : Bassin versant – Courbe hypsométrique

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 12
Figure 3-5 : Bassin versant – Profil en long du thalweg principal

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 13

4 DONNEES DE BASE

Des données hydrométriques et pluviométriques sont disponibles sur le bassin versant de


l’oued Soubella, mais uniquement sur une période récente et courte (respectivement
1973/74-1998/99 et 1974/75-2004/05). Ces données ont été mesurées aux stations
hydrométriques et pluviométriques de Sidi Ouadah, situées juste à l’aval du site du barrage.
Les caractéristiques hydrologiques de l’aménagement, en terme de pluviométrie et
d’apports, ont été étudiées à partir de ces données, mais aussi sur la base des données
régionales disponibles.

Ces données comprennent quatre séries hydrométriques (débit journalier et débit de pointe
mensuel) et six séries pluviométriques (pluie mensuelle moyenne et pluie journalière
maximale) :
• les séries hydrométriques concernent les oueds Soubella (station de Sidi Ouadah),
K’Sob (station de Medjez), Loughmane (station de Ced Fagues) et El Ham (station
Rocade sud).
• les séries pluviométriques proviennent des stations de Sidi Ouadah, Bordj Ghdir,
B.B. Arreridj, N’Gaous, Tixter et Ain Zada.

Ces données ont été obtenues par le Bureau d’Etudes auprès de l’A.N.R.H. D’autres
stations hydrométriques et/ou pluviométriques semblaient exister dans la zone d’étude (voir
Figure 4-1), cependant l’A.N.R.H. a considéré que seules les séries précédentes avaient une
qualité suffisante pour mener à bien l’étude hydrologique. En complément de ces données,
les pluies annuelles mesurées à K’Sob ont été utilisées (source [14], p. 41).

La Figure 4-1 permet de localiser les stations pluviométriques et hydrométriques de la région


utilisées comme données de base de cette étude hydrologique. Elle est complétée par la
Table 4-1, qui illustre les lacunes des séries de données, en précisant pour chaque station
(hydrométrique et/ou pluviométrique) les années pour lesquelles les données sont
complètes, partielles ou manquantes.

En ce qui concerne les stations hydrométriques – et notamment celle de Sidi Ouadah – , il


faut regretter, après vérification auprès de l’ANRH, qu’aucune donnée n’ait été traitée depuis
1998. Cela est dommageable pour l’évaluation des apports au barrage et pour la
détermination des crues.

Il faut signaler par ailleurs que, lors de notre mission de terrain réalisée en janvier 2008, le
Directeur de l’Hydraulique de la Wilaya de M’Sila nous a fait part de crues « historiques » qui
auraient eu lieu durant l’année 2007 dans la région, et en particulier au barrage de K’sob.
Aucune donnée sur ces événements n’a été mise à la disposition du Bureau d’Etudes et ils
n’ont donc pas pu être intégrés à la présente étude.

En conclusion, cette étude hydrologique a été réalisée sur une base de séries historiques
d’apports journaliers et de pluviométrie mensuelle plus importante que celle utilisée lors de
l’étude de faisabilité. Ces données plus nombreuses, ainsi que l’utilisation d’approches
régionales (tant pour la détermination des apports mensuels au barrage que pour les pluies
maximales et les crues), permettent d’être plus confiant sur les résultats obtenus.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 14
Figure 4-1 : Stations pluviométriques et hydrométriques – Localisation

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


Table 4-1 : Stations hydrométriques et pluviométriques – Données disponibles
Année hydrologique 1912/13 1913/14 1914/15 1915/16 1916/17 1917/18 1918/19 1919/20 1920/21 1921/22 1922/23 1923/24 1924/25 1925/26 1926/27 1927/28 1928/29 1929/30 1930/31 1931/32
Sidi Ouadah
Medjez
Ced Fagues

Hydro
Rocade Sud
Sidi Ouadah
Bordj Ghdir
B.B. Arreridj I O O O O O O O O O O O O O O O O O O O
N'Gaous O O O O I O O O O O O O O O I O O O

Pluvio
Titer I I O O I I O O O O O O O O O O O O O O
Ain Zada

Année hydrologique 1932/33 1933/34 1934/35 1935/36 1936/37 1937/38 1938/39 1939/40 1940/41 1941/42 1942/43 1943/44 1944/45 1945/46 1946/47 1947/48 1948/49 1949/50 1950/51 1951/52
Sidi Ouadah
Medjez

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc
Ced Fagues

Hydro
Rocade Sud
Sidi Ouadah
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE

Bordj Ghdir I O O O O O O O O O
B.B. Arreridj O O O O O O O O O O O O O O O O I
N'Gaous O O O O O O I O O O I I O

Pluvio
Titer O O O O O O O O O O O O O O O O O O O O
Ain Zada

Année hydrologique 1952/53 1953/54 1954/55 1955/56 1956/57 1957/58 1958/59 1959/60 1960/61 1961/62 1962/63 1963/64 1964/65 1965/66 1966/67 1967/68 1968/69 1969/70 1970/71 1971/72
Sidi Ouadah
Medjez
Ced Fagues O O O O O O O O O O O O O O

Hydro
Rocade Sud O O O O O O O O O O O O O O
Sidi Ouadah
Bordj Ghdir O I I I I I I I I I O O O O O O O O O
B.B. Arreridj I I O O O O
N'Gaous O O O O O O O I I I I O O O O O O

Pluvio
Titer O O I O O O O O I I I I I O O I
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA

Ain Zada

COYNE ET BELLIER
Année hydrologique 1972/73 1973/74 1974/75 1975/76 1976/77 1977/78 1978/79 1979/80 1980/81 1981/82 1982/83 1983/84 1984/85 1985/86 1986/87 1987/88 1988/89 1989/90 1990/91 1991/92
Sidi Ouadah O O O O O O O O O O O O O O O O O O O
Medjez O O O O O O O O O O O O O O O O O O
Ced Fagues O O O O I O O O O O I O O O O O O O O O

Hydro
Rocade Sud O O O O O O O O O O O O O O O O O O O O
Sidi Ouadah I O O O O O O O O O O O O O O O O I O
Bordj Ghdir O O O O I O O O O O O O I O O O O O I O
B.B. Arreridj O O O O O O O O O O O O I
N'Gaous O O O I I O O O O O I O O O O O O O O O

Pluvio
Titer O O O O O O I O I O O O O I O I O O I O
Ain Zada I O O O O I I

Année hydrologique 1992/93 1993/94 1994/95 1995/96 1996/97 1997/98 1998/99 1999/00 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 2006/07
Sidi Ouadah O O O O O O O
Medjez O O
Ced Fagues O O I O O I I

Hydro
Rocade Sud O O
Sidi Ouadah O O O O O O O O O O
Bordj Ghdir O O O O O O O O O O
B.B. Arreridj I O O O O O O O O
N'Gaous I O O O O I O O O O

Pluvio
Titer O O O O O O O O O O O O
Ain Zada I O O O O O O O O O O O

Légende
O Années complètes
I Années incomplètes
Années manquantes
Doc. n°12035-RP-0201-C

Octobre 2008
Page 15
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 17

5 CLIMAT

5.1 Régime climatique

L’Est Algérien est la région la plus variée du pays sur le plan climatique. Les bilans
hydrologiques de cette région sont influencés par les nuances de climat. Deux paramètres
définissent essentiellement ces variations : la pluviométrie qui conditionne l’alimentation des
cours d’eau et l’évaporation qui conditionnent les pertes ou retours de l’eau à l’atmosphère.

La combinaison des précipitations et des températures caractérisent le rythme climatique à


dominante « méditerranéenne » régnant sur l’Est Algérien : la saison froide et humide
s’oppose à la saison chaude et sèche. La saison sèche s’accroit vers le Sud jusqu’à couvrir
les douze mois de l’année en zone aride.

Schématiquement, les précipitations décroissent du littoral vers l’intérieur suivant un gradient


latitudinal, altéré par l’effet orographique de l’Atlas Saharien avant de s’accentuer à nouveau
dans le Piémont Saharien où les pluies se raréfient. La cuvette du Chott El Hodna appartient
à ce domaine, traversée par les isohyètes 300 et 250 mm (Figure 5-2).

Les domaines bioclimatiques sont définis à partir des combinaisons pluviothermiques


(source [1], p. 22). Cinq grands types de bioclimats méditerranéens ont ainsi été déclinés en
fonction de la pluviométrie annuelle et de l’humidité de l’air : humide (Pluviométrie annuelle
P>900 mm, forte humidité de l’air), subhumide (P>600 mm), semi-aride (P>300-350 mm, net
déficit hydrique), subaride (P<350 mm, nombre de mois secs > nombre de mois humides) et
aride (P< 150 mm, 12 mois biologiquement secs).

Une carte simplifiée des zones bioclimatiques a été extraite de cette classification (Figure
5-1, source [1], p. 24). La zone de l’étude – repérée par un rectangle rouge – se situe à la
frontière entre les domaines semi-aride et subaride. Plus globalement, il faut noter que le
bassin du Chott El Hodna est ouvert aux influences sahariennes, à travers le seuil de Biskra
(source [1], p. 51).

L'étage semi-aride remonte dans les bassins intérieurs du Tell (Mila-Ferjiou, Guelma). Il est
particulièrement développé dans les Hautes Plaines qui le prolongent loin vers le Sud (grâce
à l’effet orographique de l’Atlas Saharien). L’étage subaride comprend deux zones
quasiment distinctes : le Hodna et une bande étroite du Piémont méridional de l’Aurès et
Nememcha.

Le relief du bassin versant de l’étude est marqué par les montagnes des Monts du Hodna.
Ce relief présente un plateau à une altitude d’environ 1 000 m. La pluie annuelle moyenne
(sur la période 1973-2004) du bassin de l’oued Soubella est évaluée à environ 290 mm par
an (source [8]: données pluviométriques A.N.R.H. à la station de Sidi Ouadah)

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 18

Figure 5-1 : Carte des zones bioclimatiques de l’Est algérien

Source : Mebarki, 2005

Figure 5-2 : Carte des précipitations annuelles moyennes de l’Est algérien

Données : du 01/09/1921 au 31/08/1960 et du 01/09/1968 au 31/08/1989


Source : A.N.R.H., 1993

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 19

5.2 Température

Les températures moyennes mensuelles au voisinage du projet d’aménagement sont


données dans la Table 5-1 ci-dessous. Les valeurs retenues ont été extraites des cartes de
températures moyennes de l’A.N.R.H. [5]. Ces valeurs sont légèrement inférieures aux
valeurs présentées dans l’étude de faisabilité [14], où une température moyenne de 16°C
avait été retenue. L’évolution des températures mensuelles au cours de l’année dans la
région de l’étude est présentée sur la Figure 5-3. Les mois de juin à septembre sont les mois
les plus chauds avec un pic de chaleur en juillet/août (26°C). Les mois de décembre, janvier
et février sont les plus froids de l’année avec une température moyenne inférieure à 7 °C.

Figure 5-3 : Températures mensuelles moyennes

Table 5-1 : Températures mensuelles moyennes

(en °C) S O N D J F M A M J J A An
Soubella [A.N.R.H, 1997] 22 16 10 7 5 7 9 12 18 22 26 26 15
M'Sila [Et. de faisabilité, 2003] 25 18 12 8 8 10 12 16 21 27 30 29 18
Sétif [Et. de faisabilité, 2003] 21 15 9 6 5 6 9 12 16 21 25 24 14

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 20

5.3 Evaporation

Il n’existe pas d’observation de l’évaporation dans le bassin de Soubella ou à proximité du


site du barrage.

Afin d’estimer l’évaporation sur le plan d’eau du réservoir, on a utilisé :

• les données observées aux postes de Batna, M’Sila et K’Sob situés sur les Hauts
Plateaux et équipés de bacs d’évaporation “Colorado”,

• La carte des évapotranspirations potentielles annuelles moyennes dressée par


l’ANRH [4].

La Table 5-2 indique, pour chaque poste, l’altitude, la valeur moyenne de l’évaporation
enregistrée au niveau des bacs Colorado, la valeur de l’ETP moyenne extraite de la carte
ANRH ainsi que le ratio entre ces deux valeurs.

Table 5-2 : Evaporation et ETP – Données aux stations

Evaporation ETP Ratio


Altitude
Station Bac Colorado Carte ANRH Evap. / ETP
[m NGA] [mm/an] [mm/an] [-]
Batna 1 040 1 890 1 410 1.34
K’Sob 580 2 340 ~ 1 600 1.46
M’Sila 469 2 700 1 787 1.51

L’analyse des données citées dans le tableau ci-dessus démontre la présence de la zonation
verticale à l’échelle de la région qui se traduit par la diminution de l’évaporation avec
l’altitude du relief. Les deux relations suivantes ont été étudiées (voir Figure 5-4) :

• relation entre l’évaporation et l’altitude,

• relation entre le ratio évaporation/ETP et l’altitude.

Bien que la relation entre l’évaporation et l’altitude a un bon coefficient de corrélation


(R2=0.93), la relation entre le ratio évaporation/ETP a un meilleur coefficient de corrélation
(R2=0.99). Cette relation a donc été privilégiée pour l’estimation de l’évaporation au niveau
du réservoir. Son application a par ailleurs l’avantage d’exploiter la carte des
évapotranspirations potentielles de l’ANRH qui intègre indirectement d’autres informations
telle que la température, par exemple.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 21

Figure 5-4 : Evaporation – Corrélation avec l’altitude

3 000 1.55

2 750 1.50

2 500 1.45
Evaporation / ETP [mm/an]

Ratio Evaporation/ETP [-]


y = -1.29x + 3208
2
R = 0.93

2 250 1.40

y = -0.00029x + 1.64
2
R = 0.99

2 000 1.35

1 750 1.30

1 500 1.25
0 200 400 600 800 1000 1200
Altitude [m NGA]

Evaporation Bac Colorado Evaporation/ETP Evaporation/ETP (Régression linéaire) Evaporation Bac Colorado (Régression linéaire)

D’après la carte de l’ANRH, l’ETP moyenne au niveau du barrage de Soubella est égale à
1 450 mm/an. Le ratio Evaporation/ETP est estimé à 1.42 pour une altitude de 780 m NGA,
soit une évaporation “bac Colorado“ de 2 060 mm/an.

Le passage de l’évaporation mesurée au niveau d’un bac à l’évaporation sur un plan d’eau
s’effectue en appliquant un coefficient de réduction de 0,8 [3]. L’évaporation moyenne au
niveau du réservoir est donc estimée à 1 650 mm/an.

Cette valeur est inférieure à celle déterminée lors de l’étude de faisabilité (1 771 mm/an) à
l’aide de la relation entre l’évaporation et l’altitude, méthode qui présente un moins bon
coefficient de corrélation et ne prend pas en compte l’information spatiale intégrée dans la
carte des évapotranspirations moyennes de l’ANRH.

La répartition de l’évaporation à l’intérieur de l’année a été adoptée par analogie avec celle
des valeurs mensuelles moyennes extraites des cartes de l’ANRH [4].

La Table 5-3 et la Figure 5-5 présente la répartition des valeurs mensuelles moyennes
d’évaporation sur le plan d’eau du réservoir de Soubella.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 22

Figure 5-5 : Evaporation sur plan d’eau – Répartition mensuelle

Table 5-3 : Evaporation sur plan d’eau – Répartition mensuelle

(en mm) S O N D J F M A M J J A An
Evaporation su plan d’eau 176 101 50 25 25 38 76 126 202 252 302 277 1650

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 23

5.4 Régime des vents

Les données concernant les directions et les vitesses moyennes des vents, observées à la
station météorologique de Bou Saada (1991-2000), ont été considérées comme valables
pour le site du barrage de Soubella.

La répartition fréquentielle du vent sur 8 secteurs de directions, avec les vitesses


correspondantes, est présentée dans ci-dessous.

Table 5-4 : Vents – Directions et vitesses à Bou Saada

Direction du vent N NE E SE S SW W NW Calme


Pourcentage [%] 13,0 5,3 4,1 3,5 4,9 3,8 10,3 13,3 41,8
Vitesse moyenne [m/s] 5,1 3,8 3,4 4,1 4,6 4,6 5,1 5,4

Les directions des vents dominants sont nord et nord-ouest. La vitesse moyenne maximum
est de 5.4 m/s.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 25

6 PLUVIOMETRIE

6.1 Régime pluviométrique

La carte des précipitations annuelles moyennes de l’Est Algérien [7] (voir Figure 5-2 et zoom
sur la région du Chott El Hodna en Figure 6-1) permet de faire ressortir les tendances de
diminution de la pluviométrie annuelle depuis la mer Méditerranée vers le Sud. La répartition
spatiale des précipitations et la structure des régimes pluviométriques sont essentiellement
influencées par deux facteurs :

• un facteur géographique : en fonction de l’éloignement par rapport à la mer, de


l’altitude, de l’exposition des versants aux vents pluvieux du Nord Ouest ;

• un facteur météorologique : en fonction du déplacement des masses d’air polaire


océanique, froid et humide, des masses d’air tropical chaud et humide de l’Atlantique
Sud et des masses d’air tropical continental ou anticyclone saharien.

Les précipitations algériennes font l’objet d’une très forte irrégularité interannuelle. Deux
régimes de pluie se distinguent principalement sur le Nord Est algérien :

• un régime méditerranéen depuis le littoral jusqu’aux chaines telliennes. Ce sont des


précipitations de type cyclonique qui tombent principalement en hiver entre
décembre et février, fournissant plus de la moitié de la lame de précipitation annuelle
totale ;

• un régime subtropical localisé essentiellement au Sud.

La zone de l’étude à l’intérieur des terres est comprise à la fois dans les zones semi-aride et
subaride, se caractérise par un régime bimodal, avec un premier maximum en automne –
hiver et un second maximum au printemps. Il est à noter que ces deux maximums
s’observent avec une très grande irrégularité.

Le régime pluviométrique de la zone d’étude est caractérisé par trois mois secs (juin - juillet -
août, très marqué en juillet). Les mois les plus pluvieux sont extrêmement variables en
intensité et en époque, et sont à l’origine de la très grande variabilité du régime bimodal
observé pour les apports liquides.

Ce régime est notablement différent du régime méditerranéen, monomodal, et pour lequel le


mois le plus humide est placé en hiver (décembre ou janvier).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 26

Figure 6-1 : Carte des précipitations annuelles moyennes de l’Est algérien (Zoom)

Données : du 01/09/1921 au 31/08/1960 et du 01/09/1968 au 31/08/1989


Source : A.N.R.H., 1993

6.2 Données disponibles

Les caractéristiques des stations pluviométriques disponibles pour cette étude sont données
dans la Table 6-1. Les années manquantes ou incomplètes ont été présentées plus haut
(Table 4-1).

Par rapport à l’étude de faisabilité réalisée en novembre 2003, le Bureau d’Etudes a eu


accès à des données pluviométriques supplémentaires (stations de Bordj Ghdir, N’Gaous
dans le bassin versant 05, et stations de Tixter et Ain Zada dans le bassin versant 15).

Table 6-1 : Stations pluviométriques – Caractéristiques

Poste Code Altitude Période


pluviométrique Station [m NGA] d’observation
Sidi Ouadah 05.11.11 720 1974 – 2004
Bordj Ghdir 05.09.04 1 100 1943 – 2004
BB Arreridj 05.09.05 922 1913 – 2004
Ngaous 05.13.06 750 1915 – 2004
Tixter 15.06.14 960 1913 – 2004
Ain Zada 15.07.24 860 1986 – 2004
K’Sob 05.10.05 580 1943 – 1998

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 27

6.3 Pluies annuelles et mensuelles

6.3.1 Séries historiques

La Figure 6-2 représente l’évolution chronologique des pluies annuelles sur l’ensemble des
postes pluviométriques disponibles pour cette étude. Le spectre des valeurs des pluies
annuelles est assez étendu, ce qui confirme l’hypothèse d’hétérogénéité de la pluie dans la
région de l’étude.

Figure 6-2 : Pluies annuelles sur l’ensemble des stations pluviométriques

700

600

500
Précipitation [mm]

400

300

200

100

0
1912 1917 1922 1927 1932 1937 1942 1947 1952 1957 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 1997 2002
Année [-]

Sidi Ouadah Bordj Ghdir B.B. Arreridj N'Gaous Tixter Ain Zada K'Sob

La Figure 6-2 met en évidence trois périodes. La première période, de 1912 à la fin des
années 1950, est assez humide. La deuxième période, correspondant aux années soixante,
est une période de pluviométrie faible. La troisième et dernière période, des années 1970 à
nos jours, correspond à une pluviosité moyenne.

Afin de détailler la notion de pluie annuelle et de pluie mensuelle, les données des deux
postes les plus représentatifs du bassin de l’étude ont été analysées. Il s’agit des stations de
Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir. Les tables et figures ci-après détaillent les informations
existantes pour ces postes :

• la Table 6-2 détaille les pluies mensuelles et annuelles à Sidi Ouadah. La pluie
moyenne interannuelle vaut 289 mm/an, avec une variation comprise entre
134 mm/an (1997) et 470 mm/an (1995). Du point de vue de la distribution
mensuelle, les mois de septembre à mai rassemblent presque 93% du cumul de
pluie annuelle. Alors que les moyennes mensuelles laissent penser que la répartition
des pluies est assez homogène sur ces mois humides, elle est en réalité

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 28

extrêmement variable en période et en intensité. Ceci est moins marqué pour les
trois mois secs (Juin, Juillet et Août), et en particulier Juillet qui est le plus sec.

• la Table 6-3 détaille les pluies mensuelles et annuelles à Bordj Ghdir. Elles s’élèvent
à 376 mm/an (moyenne sur la période 1944/45-2004/05) et 375 mm/an sur la période
commune aux données de Sidi Ouadah (1974/75-2004/05), avec une variation
comprise entre 120 mm/an (1966) et 666 mm/an (1951). Du point de vue de la
distribution mensuelle, les mois de septembre à mai rassemblent 91% du cumul de
pluie annuel. Les mois de Juillet et Août sont les plus secs.

La Figure 6-3 illustrent les pluies annuelles à Sidi Ouadah et Bordj Ghdir, sur la période
1973-2004, commune aux deux chroniques historiques. Le graphique met en évidence une
assez bonne corrélation entre ces deux chroniques.

La Figure 6-4 présente le graphique de double cumul entre les pluies annuelles aux stations
de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir et confirme l’homogénéité de leurs données.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 29

Figure 6-3 : Pluies annuelles aux stations de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir

600

500
Précipitations annuelles [mm]

400

300

200

100

0
1974/75

1975/76

1976/77

1977/78

1978/79

1979/80

1980/81

1981/82

1982/83

1983/84

1984/85

1985/86

1986/87

1987/88

1988/89

1989/90

1990/91

1991/92

1992/93

1993/94

1994/95

1995/96

1996/97

1997/98

1998/99

1999/00

2000/01

2001/02

2002/03

2003/04

2004/05
Sidi Ouadah (P051111) Bordj Ghdir (P050904) Moyenne Sidi Ouadah Moyenne Bordj Ghdir

Figure 6-4 : Pluies annuelles – Double cumul entre les stations de Sidi Ouadah et de
Bordj Ghdir

8 000
y = 0.757x
2
R = 0.998
7 000
Cumul des pluies annuelles à Sidi Ouadah [mm]

6 000

5 000

4 000

3 000

2 000

1 000

0
0 2 000 4 000 6 000 8 000 10 000 12 000
Cumul des pluies annuelles à Bordj Ghdir [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 30

Table 6-2 : Pluies mensuelles et annuelles à Sidi Ouadah

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1973/74 27.2 79.6 37.4 2.1 8.2 0.0 0.0
1974/75 11.2 12.4 19.0 0.3 20.0 81.4 20.0 11.6 45.4 0.0 0.0 0.7 222.0
1975/76 21.8 15.8 8.0 29.9 1.5 77.0 31.9 68.2 41.6 46.7 8.7 37.6 388.7
1976/77 59.0 66.2 38.0 34.0 89.0 1.1 3.5 15.6 15.0 10.8 0.0 19.9 352.1
1977/78 1.6 8.7 37.6 2.9 9.1 8.6 16.9 37.7 21.5 2.7 0.1 11.2 158.6
1978/79 12.0 40.1 2.5 5.3 56.6 18.9 19.9 48.1 24.0 19.4 3.3 0.2 250.3
1979/80 28.2 29.8 12.6 12.5 20.7 9.0 39.3 28.1 44.7 2.6 0.1 3.6 231.2
1980/81 8.4 2.6 50.6 93.3 0.0 49.3 16.0 24.7 13.8 19.2 0.1 3.7 281.7
1981/82 19.5 36.8 1.0 43.3 13.3 35.1 61.7 37.2 45.9 18.9 0.0 0.0 312.7
1982/83 26.3 51.8 72.3 18.4 0.0 24.2 12.0 6.5 19.0 10.1 0.5 37.6 278.7
1983/84 0.0 2.3 1.2 16.6 55.7 44.2 14.6 18.7 7.3 3.5 0.0 3.0 167.1
1984/85 2.5 54.1 41.9 10.9 80.5 19.5 53.9 13.1 37.5 1.8 0.0 1.3 317.0
1985/86 56.2 56.3 56.2 35.9 52.5 26.8 85.2 15.2 7.4 7.4 0.0 4.4 403.5
1986/87 99.5 29.0 32.5 31.9 38.6 45.2 2.4 12.1 31.7 5.7 6.0 6.8 341.4
1987/88 10.3 26.8 88.1 95.0 8.4 12.5 16.0 27.1 43.5 29.1 0.0 0.0 356.8
1988/89 1.5 5.0 20.1 57.2 6.3 42.0 2.0 43.2 29.5 56.4 1.9 28.0 293.1
1989/90 34.5 4.4 31.3 19.7 60.6 0.0 20.1 85.7 130.2 14.1 3.2 21.2 425.0
1990/91 14.8 5.4 30.0 38.3 7.3 34.9 91.6 29.2 43.6 5.5 0.5
1991/92 38.3 95.0 17.6 19.1 23.2 23.6 45.1 25.5 76.2 0.8 23.0 0.0 387.4
1992/93 40.3 2.1 34.8 16.6 12.7 32.7 17.5 0.0 38.2 1.0 1.0 0.2 197.1
1993/94 11.0 5.8 56.2 30.6 16.4 33.7 14.8 8.8 0.0 0.0 0.9 0.0 178.2
1994/95 81.0 84.3 2.8 3.6 29.5 8.6 57.8 13.0 2.7 7.2 0.2 0.6 291.3
1995/96 64.8 24.9 10.0 68.9 64.7 74.0 46.7 23.5 50.8 16.6 5.2 19.7 469.8
1996/97
1997/98
1998/99 21.8 3.9 5.2 2.6 52.3 8.0 11.3 15.7 4.6 3.4 2.7 2.2 133.7
1999/00 26.9 52.6 47.0 67.3 0.1 0.9 4.3 7.1 73.3 1.0 0.0 5.8 286.3
2000/01 23.0 24.5 11.7 54.8 30.7 11.4 4.8 0.9 6.9 0.0 0.0 1.5 170.2
2001/02 53.4 4.7 21.8 19.9 17.2 6.6 6.2 14.8 0.6 2.9 2.4 11.3 161.8
2002/03 11.9 26.7 47.9 34.1 90.5 20.8 7.3 52.1 39.2 13.0 0.0 3.1 346.6
2003/04 16.6 98.5 22.5 42.8 13.0 4.2 53.8 96.9 75.7 26.9 0.9 6.0 457.8
2004/05 11.6 25.6 24.5 77.6 8.5 28.2 14.8 5.0 2.1 20.0 1.0 0.0 218.9

Statistiques sur l'échantillon (1973 - 2004)


Nb 29 29 29 29 29 30 30 30 30 30 30 29 28.0
moy 27.9 30.9 29.1 33.9 30.3 27.0 29.0 27.4 32.5 11.8 2.1 7.9 288.5
ecart-type 24.9 28.5 22.1 26.7 27.8 22.2 26.1 23.6 29.2 13.6 4.5 11.1 96.2
min 0.0 2.1 1.0 0.3 0.0 0.0 2.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 133.7
max 99.5 98.5 88.1 95.0 90.5 81.4 91.6 96.9 130.2 56.4 23.0 37.6 469.8
mediane 21.8 25.6 24.5 30.6 20.0 23.9 17.2 21.1 30.6 7.3 0.4 3.1 288.8
Cv 0.89 0.92 0.76 0.79 0.92 0.82 0.90 0.86 0.90 1.15 2.18 1.41 0.33

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 31

Table 6-3 : Pluies mensuelles et annuelles à Bordj Ghdir

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1942/43 10.3 14.4 0.0 22.8
1943/44 1.7 51.6 33.7 129.0 1.0 44.1 30.5 24.9 6.5 55.8 0.0 2.5 381.3
1944/45 45.2 77.5 8.2 46.2 107.0 0.4 0.4 7.2 39.2 25.4 48.8 2.4 407.9
1945/46 9.8 16.3 46.9 27.3 41.8 2.0 44.0 124.0 65.6 2.3 0.0 29.5 409.5
1946/47 13.8 7.2 73.3 83.9 27.7 42.8 5.9 15.6 10.0 53.3 11.3 13.3 358.1
1947/48 0.5 40.5 55.3 87.1 119.0 32.5 46.0 16.5 59.1 52.5 1.3 0.0 510.3
1948/49 40.6 57.2 10.0 47.4 77.4 57.6 89.4 78.3 101.1 5.8 0.0 3.7 568.5
1949/50 13.5 15.5 72.1 139.9 26.6 29.0 35.3 38.8 37.5 11.8 0.0 2.3 422.3
1950/51 107.6 59.7 6.3 48.8 41.3 27.3 63.1 17.6 76.3 1.5 14.2 13.0 476.7
1951/52 51.0 117.0 54.4 84.4 63.9 30.5 24.8 113.9 73.3 19.9 32.5 0.0 665.6
1952/53 81.8 22.5 11.5 28.0 22.0 13.0 89.0 44.5 28.0 61.5 0.0 1.0 402.8
1953/54 6.0 0.0 61.0 78.7 59.7 33.2 9.2 0.0 0.0
1954/55 1.0 27.7 35.7 39.0 66.0 27.2 42.6 72.7 20.6 85.3
1955/56 77.0 53.5 20.8 66.1 25.2 73.2 43.6 53.1 0.0 0.1 0.0
1956/57 2.3 59.0 25.8 0.0 17.0 0.0 20.1 57.9 42.2 24.8 5.5
1957/58 1.8 130.0 76.6 146.9 84.8 0.0 7.8 32.3 2.5 0.0 0.0
1958/59 5.5 127.5 52.0 36.9 15.3 66.3 89.0 27.2 49.4 64.0
1959/60 11.5 44.0 114.3 24.9 10.7 26.6 36.3 25.7 27.1 127.9 0.0
1960/61 6.0 16.2 14.5 75.3 64.4 2.3 11.4 7.7 0.0 28.9 6.2
1961/62 0.0 25.5 51.0 15.0 4.0 38.4 47.1 43.2 8.9
1962/63
1963/64 18.8 7.3 6.5 140.6 49.6 26.6 25.8 0.0 20.9 37.8 5.3 0.0 339.2
1964/65 0.0 16.9 14.9 52.8 64.8 31.9 18.0 20.7 7.8 0.0 0.0 8.1 235.9
1965/66 0.0 35.0 7.8 23.5 8.4 3.0 36.5 2.9 0.0 2.6 0.0 0.0 119.7
1966/67 0.0 28.7 8.3 8.4 2.6 45.7 4.3 44.1 8.5 0.0 2.9 31.9 185.4
1967/68 56.9 14.4 30.5 58.9 11.0 59.8 11.2 25.0 4.0 0.0 2.6 18.2 292.5
1968/69 0.0 0.0 18.0 17.4 30.7 16.6 36.5 47.6 0.0 3.1 0.0 0.0 169.9
1969/70 56.5 67.6 36.6 30.5 50.7 4.7 67.8 90.9 41.5 2.8 14.9 5.8 470.3
1970/71 2.0 48.5 3.0 38.2 51.4 4.3 33.3 59.3 42.2 11.0 12.1 0.0 305.3
1971/72 13.5 38.5 70.0 56.8 83.4 34.0 39.8 51.4 49.4 45.5 2.5 1.2 486
1972/73 31.7 44.6 27.9 47.7 19.8 29.5 54.5 34.3 1.3 68.0 0.0 2.8 362.1
1973/74 44.3 0.0 13.9 47.9 1.8 43.5 90.1 60.9 15.6 30.7 3.5 0.3 352.5
1974/75 29.1 52.0 17.9 4.9 9.6 51.9 21.1 11.4 46.4 3.8 19.4 2.4 269.9
1975/76 37.0 13.2 49.0 41.3 4.3 76.4 39.7 100.0 97.8 50.9 27.2 34.1 570.9
1976/77 26.0 49.2 32.8 185.3 1.7 3.1 31.8 36.7 16.1 0.0 9.4
1977/78 3.3 20.5 63.7 3.5 14.5 13.9 12.8 82.6 27.2 4.5 0.0 10.1 256.6
1978/79 2.6 52.9 9.1 11.3 67.7 27.4 42.3 85.3 18.6 57.3 1.6 2.0 378.1
1979/80 51.3 38.8 16.9 5.4 18.9 16.7 54.7 50.6 47.9 6.4 1.0 0.0 308.6
1980/81 24.7 3.0 74.3 85.9 3.9 66.8 33.8 32.2 25.5 12.4 2.0 11.3 375.8
1981/82 22.3 35.6 1.5 33.5 43.4 38.5 63.4 74.1 88.4 15.0 1.4 1.5 418.6
1982/83 78.8 49.2 93.4 29.7 0.0 64.6 17.6 51.4 19.7 10.7 1.6 37.8 454.5
1983/84 0.0 12.2 16.1 9.0 54.3 58.1 24.6 35.9 26.8 6.5 5.5 8.6 257.6
1984/85 1.5 56.5 21.9 77.9 29.6 68.5 3.3 0.0 0.0

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 32

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1985/86 88.2 57.6 56.5 70.4 35.2 27.7 109.9 11.7 23.5 31.1 6.0 2.2 520
1986/87 22.1 42.3 50.1 59.3 64.0 63.6 5.4 28.2 42.8 6.3 22.4 4.5 411
1987/88 10.1 35.1 75.0 109.5 21.2 19.2 27.1 40.4 46.0 29.5 0.0 0.0 413.1
1988/89 13.0 9.8 36.2 69.7 8.2 31.7 20.2 110.2 4.5 55.2 9.2 20.3 388.2
1989/90 33.2 16.3 26.1 35.6 71.3 0.0 29.1 66.1 99.6 4.6 7.6 7.0 396.5
1990/91 12.5 8.0 65.8 91.5 6.6 45.7 93.9 28.3 21.9 7.2 0.6
1991/92 29.7 134.3 19.7 19.3 47.3 33.1 35.7 37.7 72.8 22.0 45.0 0.3 496.9
1992/93 46.9 11.4 49.4 51.0 9.3 29.1 27.3 12.9 35.2 10.4 3.6 1.0 287.5
1993/94 29.3 7.9 61.6 49.6 27.5 40.0 20.3 9.0 0.0 0.0 0.0 7.0 252.2
1994/95 96.2 82.7 7.8 15.1 21.4 17.7 51.9 21.2 4.6 19.0 0.0 2.4 340
1995/96 86.3 14.9 13.4 48.0 90.8 48.0 37.7 50.5 93.1 15.3 16.7 18.6 533.3
1996/97
1997/98
1998/99 34.6 9.2 17.2 16.0 63.8 10.9 26.2 10.9 6.2 6.0 0.0 7.4 208.4
1999/00 48.9 33.5 50.7 76.1 1.5 0.6 20.2 15.4 95.2 1.2 1.0 10.9 355.2
2000/01 21.9 23.1 13.0 47.2 53.9 13.2 5.3 15.4 6.3 1.1 6.4 6.4 213.2
2001/02 64.4 13.5 31.6 13.3 9.1 13.5 28.3 13.8 3.8 9.9 9.6 11.2 222
2002/03 25.3 19.2 108.4 34.4 126.7 29.5 14.3 72.3 41.7 32.8 2.4 18.8 525.8
2003/04 14.1 92.3 19.7 84.1 22.1 31.5 42.7 86.5 92.9 28.5 0.0 40.8 555.2
2004/05 25.1 37.1 52.8 88.8 23.9 34.9 17.3 32.0 1.1 17.7 7.4 4.7 342.8

Statistiques sur l'échantillon (1943 - 2004)


Nb 59 56 57 57 59 59 59 59 58 59 57 53 61
moy 28.5 38.8 37.6 50.6 39.9 30.5 37.7 43.1 35.8 22.1 6.7 8.4 376.0
ecart-type 28.3 32.8 27.6 36.0 37.0 21.0 26.2 29.9 30.4 25.6 11.0 10.5 120.3
min 0.0 0.0 1.5 0.0 0.0 0.0 0.4 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 119.7
max 107.6 134.3 114.3 146.9 185.3 76.4 109.9 124.0 101.1 127.9 48.8 40.8 665.6
mediane 22.1 34.3 31.6 47.2 27.5 29.5 33.8 35.9 27.6 11.8 1.6 4.5 378.1
Cv 0.99 0.84 0.73 0.71 0.93 0.69 0.69 0.69 0.85 1.16 1.64 1.25 0.32

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 33

On note des différences entre les valeurs de pluies annuelles moyennes obtenues à partir
des données pluviométrique à disposition et celles extraites de la carte pluviométrique de
l’A.N.R.H. (voir Figure 6-1). Cela s’explique par des différences entre les périodes
considérées.

La pluie moyenne annuelle sur le bassin versant vaut environ 390 mm/an (d’après les
données de la carte ANRH). La précipitation annuelle moyenne relevée sur la carte à la
station de Sidi Ouadah (qui n’est pas localisée correctement sur la carte) est de 396 mm/an,
à comparer avec les 289 mm/an obtenus à partir des données pluviométriques à disposition.

La Figure 6-5 et la Figure 6-6 présentent de manière synthétique les caractéristiques


principales (minimum, moyenne, maximum et quantiles à 10%, 20%, 50%, 80% et 90%) des
précipitations mensuelles observées aux postes de Sidi Ouadah et Bordj Ghdir pour tous les
mois de l’année.

La répartition mensuelle des précipitations est caractéristique d’un régime bimodal, avec de
fortes pluies en automne-hiver et au printemps. Les mois de juillet et août sont les mois les
plus secs. Les pluies mensuelles moyennes et les maximums observés à Sidi Ouadah sont
sensiblement inférieures à celles de Bordj Ghdir, ce qui s’explique probablement par la
différence d’altitude et des influences climatiques légèrement différentes.

La variabilité des précipitations au pas de temps annuel et mensuel est très élevée. En effet,
lorsqu’on regarde les chroniques de données plus précisément et année par année, les
précipitations, comme les apports liquides (voir section 7), sont extrêmement variables en
période et intensité.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 34

Figure 6-5 : Précipitations mensuelles à Sidi Ouadah – Analyse statistique (1973-2004)

200
Légende

180 Maximum

90%
160

140
80%
Précipitation mensuelle [mm]

Moyenne

120 Médiane

20%
100 10%
Minimum

80

60

40

20

0
SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT

Figure 6-6 : Précipitations mensuelles à Bordj Ghdir – Analyse statistique (1942-2004)

200
Légende

180 Maximum

90%
160

140
80%
Précipitation mensuelle [mm]

Moyenne

120 Médiane

20%
100 10%
Minimum

80

60

40

20

0
SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 35

6.3.2 Extension de la série des pluies annuelles à Sidi Ouadah

Comme nous le verrons par la suite (voir section 7.4), afin d’étendre la série des apports de
l’oued Soubella, il est nécessaire d’étendre la série des pluies à Sidi Ouadah au pas de
temps annuel.

Pour cela, des relations de corrélations ont été cherchées entre les différentes stations
pluviométriques, la variable dépendante étant toujours la pluie annuelle observée à Sidi
Ouadah, la ou les variables explicatives étant les pluies enregistrées aux autres stations à
disposition (Bordj Ghdir, B.B. Arreridj, K’Sob, N’Gaous, Tixter). La station de Ain Zada n’a
pas été utilisée car les données disponibles ne couvrent que la période 1986 – 2004 et ne
présentent donc pas d’intérêt pour la reconstitution des apports avant 1973.

Lorsque des relations multiples ont été établies, seulement 2 variables explicatives ont été
retenues (premièrement dans un souci de simplicité ; ensuite parce que l’apport d’une
troisième variable se révélait peu significatif). Finalement, pour établir ces relations, certains
points ont été « exclus » des données. Ceci a été fait en respectant l’hypothèse sous-jacente
d’une corrélation linéaire (les résidus suivent une même loi normale N(0,s) et sont
indépendants). Lorsque qu’une année – correspondant à un couple de données – ne
respectait pas ce critère, elle a été éliminée de l’échantillon. On notera toutefois que le
nombre de points exclus est toujours inférieur à 2, ce qui est tout à fait raisonnable et
acceptable.

Ces différentes relations de corrélation ont été classées, en commençant par la meilleure, et
en fonction décroissante de la valeur obtenue pour le R². La Table 6-4 présente de façon
synthétique les résultats obtenus :

Table 6-4 : Résumé des relations de corrélation sur la pluviométrie annuelle

Nombre de
Nombre Coeffcient Coefficient
Station 1 Station 2 points ayant Constante R²
d'observations a1 a2
été exclus
Bordj Ghdir N'Gaous 20 2 -43.2 0.80 0.15 0.954
Bordj Ghdir B.B. Arreridj 16 0 -12.5 0.63 0.13 0.908
Bordj Ghdir Tixter 21 1 -19.3 0.77 0.04 0.895
Bordj Ghdir - 25 1 -20.0 0.80 - 0.890
K'Sob N'Gaous 14 2 32.8 0.43 0.84 0.815
Bordj Ghdir K'Sob 18 0 -21.2 0.72 0.16 0.798
K'Sob Tixter 14 2 48.9 0.25 0.76 0.745
K'Sob - 18 2 -21.4 1.51 - 0.742
K'Sob B.B. Arreridj 11 1 25.0 0.19 0.82 0.679
N'Gaous - 23 0 106.6 0.82 - 0.661
B.B. Arreridj - 17 0 13.9 0.74 - 0.590
Tixter - 24 0 173.6 0.46 - 0.279

Globalement, les relations linéaires entre les différentes séries pluviométriques mettent en
évidence des coefficients R² assez élevés.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 36

Dans le groupe des relations linéaires simples (à une seule variable explicative), la station de
Bordj Ghdir se détache nettement (coefficient R2 de 0.89). Cela s’explique notamment par la
proximité des stations de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir.

La station de K’Sob vient ensuite : elle était prise comme référence lors de l’étude de
faisabilité de 2003. Proximité géographique et altitude assez similaire expliquent ce résultat.
La station de N’Gaous présente une corrélation correcte. Son altitude est quasiment
identique à celle de Sidi Ouadah, alors que le climat à N’Gaous doit probablement être plus
influencé par le climat « aride » défini plus haut (voir 5.1). La station de B.B. Arreridj a une
assez bonne corrélation, en comparaison avec celle de Tixter, située sur un autre bassin
versant (au Nord).

Dans le groupe des relations linéaires multiples, c’est l’association entre les données de
Bordj Ghdir et N’Gaous qui permet d’expliquer le mieux l’évolution de la pluie à Sidi Ouadah.
Il est possible d’interpréter ce résultat de la façon suivante : Bordj Ghdir procure l’information
sur le climat du Sud des Monts du Hodna (influence semi-aride et subaride), N’Gaous
complète cette information par le climat plus désertique (influence aride transmise à travers
le seuil de Biskra).

Etant donné le bon « classement » de K’Sob, on pourrait s’attendre à retrouver le couple


Bordj Ghdir et K’Sob en bonne position. En fait, malgré le fait que ces deux stations ont une
bonne corrélation avec celle de Sidi Ouadah, leur association n’apporte pas un grand
surcroît d’information. De plus, les données manquantes de chaque série s’additionnent et
contribuent à dégrader la qualité de l’échantillon, ce qui se retrouve sur la valeur du R².

La Table 6-5 détaille la série reconstituée des pluies annuelles à Sidi Ouadah sur la période
1943/2004 et indique pour chaque année la relation de corrélation utilisée. La relation utilisée
a été sélectionnée en fonction des données disponibles et en privilégiant la relation ayant le
coefficient de corrélation le plus élevé.

La série étendue des précipitations annuelles est présente en Figure 6-7.

La pluie annuelle moyenne est de 300 mm sur la période 1943-2004 et de 286 mm sur la
période 1973-2004. On observe une forte variabilité des pluies annuelles ainsi que des
alternances de périodes humides et sèches. Les périodes 1947-1960 et 1984-1991 ont été
respectivement très humide (425 mm en moyenne) et humide (353 mm). Les données
reconstituées indiquent qu’une forte sécheresse a touché la région entre 1960 et 1968
(192 mm) avec un minimum annuel atteint en 1965/1966 (76 mm). Une sécheresse marquée
(205 mm) a aussi été observée entre 1996 et 2002, avec un minimum de 134 mm en
1998/99.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 37

Table 6-5 : Pluies annuelles à Sidi Ouadah – Série étendue 1943-2004

PLUIE
ANNEE Commentaires
(mm/an)
1943/44 265 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et B.B. Arreridj (R2 = 0.908)
1944/45 276 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et B.B. Arreridj (R2 = 0.908)
1945/46 289 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et B.B. Arreridj (R2 = 0.908)
1946/47 247 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et B.B. Arreridj (R2 = 0.908)
1947/48 362 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et B.B. Arreridj (R2 = 0.908)
1948/49 437 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et Tixter (R2 = 0.895)
1949/50 316 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et Tixter (R2 = 0.895)
1950/51 361 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et Tixter (R2 = 0.895)
1951/52 539 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1952/53 322 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1953/54 437 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1954/55 341 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1955/56 486 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1956/57 384 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1957/58 490 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1958/59 523 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et N’Gaous (R2 = 0.815)
1959/60 376 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et Tixter (R2 = 0.745)
1960/61 205 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob (R2 = 0.672)
1961/62 217 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob (R2 = 0.672)
1962/63 290 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob (R2 = 0.672)
1963/64 251 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir (R2 = 0.890)
1964/65 169 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir (R2 = 0.890)
1965/66 76 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir (R2 = 0.890)
1966/67 153 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1967/68 236 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1968/69 130 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1969/70 392 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1970/71 229 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1971/72 414 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1972/73 296 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1973/74 268 Valeur reconstituée à partir des pluies à Bordj Ghdir et N’Gaous (R2 = 0.954)
1974/75 222 Valeur observée
1975/76 389 Valeur observée
1976/77 352 Valeur observée
1977/78 159 Valeur observée
1978/79 250 Valeur observée
1979/80 231 Valeur observée
1980/81 282 Valeur observée
1981/82 313 Valeur observée
1982/83 279 Valeur observée
1983/84 167 Valeur observée
1984/85 317 Valeur observée
1985/86 404 Valeur observée
1986/87 341 Valeur observée
1987/88 357 Valeur observée
1988/89 293 Valeur observée
1989/90 425 Valeur observée

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 38

PLUIE
ANNEE Commentaires
(mm/an)
1990/91 301 Valeur observée (la pluie du mois d’août, manquante, a été considérée nulle)
1991/92 387 Valeur observée
1992/93 197 Valeur observée
1993/94 178 Valeur observée
1994/95 291 Valeur observée
1995/96 470 Valeur observée
1996/97 185 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et Tixter (R2 = 0.745)
1997/98 293 Valeur reconstituée à partir des pluies à K’Sob et Tixter (R2 = 0.745)
1998/99 134 Valeur observée
1999/00 286 Valeur observée
2000/01 170 Valeur observée
2001/02 162 Valeur observée
2002/03 347 Valeur observée
2003/04 458 Valeur observée
2004/05 219 Valeur observée

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


Octobre 2008 COYNE ET BELLIER ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc

Précipitations [mm/an]

100

200

300

400

500

600
0
1943/44

1945/46

1947/48

1949/50

1951/52

1953/54

Figure 6-7 : Pluies annuelles à Sidi Ouadah – Série étendue 1943-2004


1955/56

1957/58

1959/60

1961/62

1963/64

1965/66

1967/68

1969/70

1971/72

1973/74

1975/76

1977/78

1979/80

1981/82

1983/84

1985/86

1987/88

1989/90
Moyenne sur la période 1973-2004
Moyenne sur la période 1943-1973
Moyenne flottante sur 5 ans
Données observées
Données reconstituées

1991/92

1993/94

1995/96

1997/98

1999/00

2001/02

2003/04

Page 39 MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE


Doc. n°12035-RP-0201-C ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 40

6.4 Pluies maximales journalières

Les pluies maximales journalières [8] jouent un rôle prépondérant dans la genèse des crues
et dans les processus d’érosion des sols. Afin de préciser la connaissance de ces pluies, les
données de 6 stations pluviométriques dans la région du projet de barrage (Table 6-1) ont
été analysées : les données de pluies maximales à la station de K’Sob n’étant pas
disponibles, cette station n’a pas été incluse dans l’analyse.

• la station de Sidi Ouadah (05.11.11) est située juste à l’aval du barrage de Soubella,

• les stations de Bordj Ghdir (05.09.04), B.B. Arreridj (05.09.05) et N’Gaous (05.13.06)
se situent dans le bassin hydrographique du Chott el Hodna, à proximité du barrage,

• les stations de Tixter (15.06.14) et Ain Zada (15.07.24) sont situées au nord du projet
d’aménagement du barrage de Soubella, dans le bassin hydrographique de la
Soummam.

Les sections suivantes ont pour objectif l’analyse statistique des pluies maximales
journalières.

6.4.1 Analyse statistique préliminaire

Pour chaque année d’observation et chacune des 6 stations préalablement citées, on a


regroupé les maximums annuels. Cet échantillon régional de 289 valeurs (maximum annuel
par année hydrologique – de septembre à août) est présenté dans la Table 6-6. On constate
qu’il existe de larges lacunes d’observations, comme il a été souligné plus haut (voir Table
4-1).

La Table 6-7 regroupe les paramètres statistiques de cet échantillon. Les statistiques sur les
valeurs naturelles (en mm/j) ou logarithmiques de l’échantillon sont similaires et dénotent
une stabilité et une homogénéité régionale. La valeur moyenne M varie entre 32 et 36 mm/j.
Le coefficient de variation varie entre 0.30 et 0.47.

La Figure 6-8 et la Figure 6-9 illustrent le report sur papier Gumbel des maximums annuels,
exprimés respectivement sous forme naturelle et sous forme réduite (voir 6.4.2). Le nuage
de points de la variable réduite présente une faible dispersion. Les pluies journalières
maximales enregistrées au niveau des 6 postes pluviométriques présentent une forte
homogénéité régionale et sont donc représentatives de la distribution régionale des pluies.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 41

Table 6-6: Pluies maximales journalières aux stations sélectionnées

Sidi Bordj B.B. Ain Bordj B.B. Ain


Année N'Ga. Tixter Année Sidi O. N'Ga. Tixter
O. Ghdir Arrer. Zada Ghdir Arrer. Zada

1912 1961
1913 54.6 1962
1914 27.1 20.5 31.1 1963 12.6
1915 46.3 38.3 32.4 1964 11.5
1916 52.7 33 1965 12
1917 25.5 43.7 1966 11.2 70
1918 46.5 55.1 1967 19.9 43.6
1919 35.7 13.7 21.5 1968 20 39.3 18.8
1920 37.8 28.3 45 1969 29 25.9 33.2 29
1921 23.8 39.8 31 1970 34.5 17.4 15.9 47.4
1922 39.4 31 34 1971 33.6 43.5 61.9
1923 29.2 31.1 90 1972 49.2 24.8 70.5 57
1924 26.2 31.3 41 1973 46 53.5 45.8 36.9
1925 36 21.5 44 1974 38.90 18.9 21.5 27.5 33
1926 47.2 39.7 27 1975 35.8 48.7 36.6 40.5
1927 51 24.8 47.8 1976 41.6 21.2 35.5
1928 30.8 39 1977 25.9 25.7 36.9 11.2 50
1929 47.4 51.9 53.3 1978 36.2 37.3 19.2 28.1
1930 30.8 16.6 28 1979 18.2 26.9 25.3 28.8 12.1
1931 42.2 20.9 28 1980 23.5 23.2 33.4 39.2
1932 43.4 22.5 32 1981 41.2 47.2 25.1 31.5 29.4
1933 37.6 28 40.8 1982 37 48 25.8 37.2
1934 26.5 25 53.4 1983 20.2 30.6 29.4 14.5 28.1
1935 24.9 67.9 44.7 1984 23.8 28 13.9
1936 37.6 41.8 53.5 1985 25.6 47.4 58.6
1937 52.7 16.8 70.5 1986 56.2 24.9 45.5 76.5 53.8
1938 53 50.5 1987 51.6 46.5 38.5 23.3
1939 40.3 71.2 32.5 1988 29.5 52 31.5 25.1 30
1940 21.5 30.5 38.8 1989 43.5 27.4 39.4 34.5 38
1941 20.1 33 40.2 1990 28.1
1942 39.4 42.3 1991 43 43 34.4 37.3
1943 47.40 22.8 29.5 1992 25.8 30 19.5
1944 35.5 19.8 50.5 1993 35 24 19.2 14 22.5
1945 25.1 35 31 1994 31.5 42 48.7 59 40
1946 36 41.6 31 1995 37.7 55 40.4 22 37.3
1947 44.3 25.6 85.5 1996 15.5 14.5 16
1948 32 26.5 1997 32 19 22.7
1949 76.6 20 1998 15.7 18.4 33.5 46.8 18 45
1950 30 31 1999 44.7 58.6 35 21 27
1951 46 31 48 2000 19.5 12 40 14.7 20 23.5
1952 37.5 29.7 27 2001 17.2 14 29.5 29.2 6 24
1953 35.6 28 2002 22.6 44.7 40 85.4 10 33
1954 21.2 2003 74.2 46.9 37.7 76.6 9 32.2
1955 48.5 62 2004 19.6 33.5 34.5 24.3 13 36.6
1956 24.2 28
1957 58 60
1958 37.2 34
1959 35
1960

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 42

Table 6-7: Statistiques sur les pluies maximales journalières aux stations
sélectionnées

Paramètres calculés sur les valeurs naturelles (mm/j)


Station n M S Cv Me Min Max
Sidi Ouadah 28 33.4 13.5 0.40 33.3 15.7 74.2
Bordj Ghdir 47 34.4 14.5 0.42 33.6 11.2 76.6
B.B. Arreridj 60 34.1 10.2 0.30 34.8 15.5 54.6
N'Gaous 65 36.0 16.6 0.46 31.5 11.2 85.4
Tixter 73 36.2 17.1 0.47 33.0 6.0 90.0
Ain Zada 16 31.6 9.9 0.31 31.1 16.0 53.8

Paramètres calculés sur les logarithmes népériens des valeurs naturelles


Station n M S Cv Me Min Max
Sidi Ouadah 28 3.434 0.391 0.114 3.503 2.754 4.307
Bordj Ghdir 47 3.436 0.482 0.140 3.515 2.416 4.339
B.B. Arreridj 60 3.484 0.312 0.090 3.548 2.741 4.000
N'Gaous 65 3.483 0.452 0.130 3.450 2.416 4.447
Tixter 73 3.470 0.521 0.150 3.497 1.792 4.500
Ain Zada 16 3.406 0.315 0.092 3.437 2.773 3.985

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 43

Figure 6-8 : Pj max annuelles – Homogénéité régionale – 289 années-stations (1)

Figure 6-9 : Pj max annuelles – Homogénéité régionale – 289 années-stations (2)

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 44

Afin de vérifier la stationnarité des pluies journalières maximales annuelles et de détecter


d’éventuelles incohérences dans les observations, les courbes de double cumul entre les
pluies journalières maximales enregistrées aux différentes stations ont été tracées (voir
Figure 6-10 à Figure 6-15).

L’analyse des courbes de double cumul des pluies journalières maximales annuelles
montrent un comportement d’ensemble homogène et stationnaire. La dispersion des points
autour des droites de régression est en effet faible pour des pluies journalières maximales
annuelles.

On note cependant que les valeurs des pluies maximales observées à la station de Tixter
depuis le milieu des années 1990 sont faibles (voir Figure 6-13 et Figure 6-14). Cette série
de faible valeurs, observées à une seule station, peut s’expliquer la probabilité d’occurrence
de plusieurs années consécutives avec peu d’événements pluvieux intenses, des mesures
inconsistantes (modification de la position du pluviomètres, des procédures d’observation, ou
de l’observateur) ou erronées, ou une modification des conditions climatiques.

Les données à disposition ne permettent pas de conclure en faveur de l’une ou l’autre des
hypothèses. Toutefois, afin d’éviter l’utilisation de données potentiellement inconsistantes,
les pluies journalières maximales observées à la station de Tixter à partir de l’année
hydrologique 1996/1997 ne sont pas prises en compte dans l’analyse statistique des pluies
journalières maximales.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 45

Figure 6-10 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (1)

1000

900
y = 1.062x
2
R = 0.998
Cumul des Pj max annuels à la station P050904 [mm]

800

700

600

500

400

300

200

100

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000
Cumul des Pj max annuels à la station P051111 [mm]

Figure 6-11 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (2)

900

800
y = 0.885x
Cumul des Pj max annuels à la station P050905 [mm]

2
R = 0.996
700

600

500

400

300

200

100

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000
Cumul des Pj max annuels à la station P050904 [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 46

Figure 6-12 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (3)

1800

1600
Cumul des Pj max annuels à la station P051306 [mm]

1400

1200
y = 0.943x
2
R = 0.987
1000

800

600

400

200

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600
Cumul des Pj max annuels à la station P050905 [mm]

Figure 6-13 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (4)

2500
Cumul des Pj max annuels à la station P150614 [mm]

2000

y = 1.187x
2
R = 0.983

1500

1000

500

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000
Cumul des Pj max annuels à la station P051306 [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 47

Figure 6-14 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (5)

2500
Cumul des Pj max annuels à la station P150614 [mm]

2000

y = 1.177x
2
R = 0.992

1500

1000

500

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000
Cumul des Pj max annuels à la station P050905 [mm]

Figure 6-15 : Pj max annuels – Courbe de double cumul (6)

500

450
y = 0.915x
Cumul des Pj max annuels à la station de P150724 [mm]

2
R = 0.983
400

350

300

250

200

150

100

50

0
0 100 200 300 400 500 600
Cumul des Pj max annuels à la station P051111 [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 48

6.4.2 Méthode des années-stations

Pour étudier l’évolution de la pluie en fonction de la période de retour, la méthode des


années-stations a été mise en œuvre. Elle consiste à utiliser l’information des pluies
maximales survenues au voisinage des sites du projet. Les données utilisées lors de cette
analyse sont celles présentées ci-dessus.

6.4.2.1 Utilité de la méthode des années-stations

La taille des échantillons disponibles est généralement trop petite pour permettre un calcul
suffisamment précis des pluies et débits de projet. De plus, les diverses lois de distribution
conduisent à une dispersion notable des résultats pour les grandes périodes de retour.

La méthode des années-stations permet d’augmenter la taille des échantillons pour


permettre un calcul plus précis des pluies et débits de projet. Cette méthode est décrite dans
plusieurs ouvrages [11] et publications de la CIGB [12]. Cette méthode, utilisée pour
l’analyse des crues, offre les avantages suivants :

• l’ajustement des distributions statistiques se fait sur des échantillons de grande taille
(n>100 par exemple) ce qui réduit l’erreur d’échantillonnage ;

• la constitution de l’échantillon régional permet de prendre en compte l’ensemble des


événements rares qui se sont produits aux différentes stations.

L’application de cette méthode se fait en plusieurs étapes :

• préparation d’une base de données contenant les maximums annuels et leurs dates
d’occurrence à chaque station considérée ;

• obtention d’un échantillon régional composite de grande taille ;

• analyse fréquentielle de l’échantillon régional.

6.4.2.2 Préparation de la base de données

On associe, pour chaque station, le maximum annuel Pjmax, et son mois d’occurrence. On
calcule aussi la variable réduite de Gauss associée à Pjmax :

( )
u Pj max =
Pj max − M
S

Une fois le calcul des u(Pjmax) effectués, on regroupe l’ensemble des données en un
échantillon régional composite. Dans le cas des pluies journalières du bassin de l’oued
Soubella, l’échantillon composite a une taille initiale de 280 années-stations (289 années-
stations, moins les 9 valeurs observées à la station de Tixter de 1996/97 à 2004/5).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 49

6.4.2.3 Obtention de l’échantillon régional composite final

On classe les 280 valeurs de u(Pjmax) en fonction de la date. Lorsque plusieurs maximums
annuels se produisent lors du même mois, on ne conserve que le maximum dont la valeur
u(Pjmax) est la plus forte.

A partir de ces 280 valeurs, on obtient un échantillon régional composite final de 195 valeurs,
c’est-à-dire que seuls 69% des valeurs de l’échantillon initial sont conservés.

Utilisation de l’échantillon régional

On citera les utilisations suivantes :

• Transposition à une ou plusieurs stations d’intérêt. Il suffit de transformer u(Pjmax)


en Pjmax en se servant des statistiques M et S de la station considérée,

• Ajustement d’une distribution régionale. Diverses distributions (Gumbel, Log-


Normale, Gamma, Lombardi, Pearson) peuvent être ajustées à l’échantillon régional,

• Identification d’une double distribution. L’échantillon régional regroupe tous les


« outliers » (ou valeurs anormales) observés dans la zone d’étude. Il permet, le cas
échéant, d’identifier avec plus de précision la partie haute de la double distribution.

Présentation des résultats obtenus pour les pluies journalières du bassin de l’oued Soubella

• La Table 6-8 donne les valeurs de l’échantillon composite régional final, composé de
195 années-stations. Il contient, outre le nom des stations, l’année et le mois
d’occurrence des Pjmax ainsi que la valeur de u(Pjmax) associée. Cette table est
présentée sous forme de graphique à travers la Figure 6-16. On peux noter
qu’environ 2 maximums sont retenus chaque année. Les grandes pluies ont eu lieu
en 1924, 1948, 1949, 2003 et 2004, en dans une moindre mesure en 1914, 1939,
1967, 1972 et 1986. L’indépendance de l’échantillon est illustrée à l’aide de la Figure
6-17.

• Les Table 6-9 et Table 6-10 détaillent la composition de l’échantillon composite en


terme de répartition mensuelle et de répartition entre les différentes stations. Les
mois de septembre, novembre, octobre et décembre, ainsi que les mois d’avril et mai
présentent un risque plus important de fortes pluies. Ceci est cohérent avec le
régime bimodal caractéristique de la zone de l’étude. Les stations B.B. Arreridj,
N’Gaous et Tixter sont les mieux représentées. La station de Sidi Ouadah apporte
environ 10% des années-stations de l’échantillon. Cette répartition est cohérente
avec le nombre initial d’années-stations apporté par chaque station.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 50

Table 6-8 : Pluies maximales journalières – Echantillon composite régional (n=195)

Station Date Pjmax u(y) Pjmax* Rang Station Date Pjmax u(y) Pjmax* Rang
B.B. Arreridj 08/1914 54.6 2.00 60.3 185 B.B. Arreridj 09/1937 52.7 1.81 57.8 180
N'Gaous 11/1914 20.5 -0.93 20.8 22 Tixter 04/1939 50.5 0.71 42.9 140
B.B. Arreridj 12/1914 27.1 -0.69 24.1 47 B.B. Arreridj 08/1939 53.0 1.84 58.2 182
Tixter 04/1915 31.1 -0.51 26.5 58 N'Gaous 10/1939 71.2 2.13 62.1 188
N'Gaous 09/1915 38.3 0.14 35.3 104 B.B. Arreridj 11/1939 40.3 0.60 41.5 135
B.B. Arreridj 03/1916 46.3 1.19 49.4 164 Tixter 01/1940 32.5 -0.43 27.7 65
B.B. Arreridj 09/1916 52.7 1.81 57.8 180 Tixter 05/1941 38.8 -0.03 33.0 91
N'Gaous 06/1917 33.0 -0.18 31.0 84 N'Gaous 07/1941 30.5 -0.33 28.9 69
N'Gaous 03/1918 43.7 0.47 39.7 125 Tixter 09/1941 40.2 0.06 34.2 95
B.B. Arreridj 06/1918 25.5 -0.84 22.0 29 B.B. Arreridj 10/1941 20.1 -1.37 14.9 8
B.B. Arreridj 11/1918 46.5 1.21 49.7 165 B.B. Arreridj 12/1942 39.4 0.51 40.3 129
Tixter 01/1919 55.1 1.00 46.8 162 Bordj Ghdir 12/1943 47.4 0.90 45.5 154
Tixter 05/1920 21.5 -1.12 18.3 14 Tixter 06/1944 29.5 -0.61 25.1 52
B.B. Arreridj 07/1920 35.7 0.15 35.5 105 B.B. Arreridj 01/1945 19.8 -1.40 14.5 7
B.B. Arreridj 01/1921 37.8 0.36 38.2 121 Tixter 05/1945 50.5 0.71 42.9 140
Tixter 05/1921 45.0 0.36 38.3 122 B.B. Arreridj 04/1946 35.0 0.08 34.5 99
B.B. Arreridj 02/1922 23.8 -1.01 19.8 19 B.B. Arreridj 12/1946 41.6 0.73 43.2 144
Tixter 05/1922 31.0 -0.52 26.4 54 Tixter 04/1947 31.0 -0.52 26.4 54
N'Gaous 06/1922 39.8 0.23 36.5 112 Bordj Ghdir 06/1947 36.0 0.11 34.9 102
B.B. Arreridj 12/1922 39.4 0.51 40.3 129 Bordj Ghdir 11/1947 44.3 0.68 42.6 139
N'Gaous 10/1923 31.1 -0.29 29.4 76 Tixter 04/1948 85.5 2.91 72.7 192
Tixter 06/1924 90.0 3.19 76.5 195 B.B. Arreridj 06/1948 25.6 -0.83 22.2 31
Tixter 09/1924 41.0 0.11 34.9 101 Bordj Ghdir 09/1948 32.0 -0.17 31.2 86
N'Gaous 10/1924 31.3 -0.28 29.6 78 Tixter 05/1949 26.5 -0.80 22.6 33
B.B. Arreridj 06/1925 26.2 -0.78 22.9 35 Bordj Ghdir 12/1949 76.6 2.91 72.6 191
Tixter 09/1925 44.0 0.30 37.4 116 Bordj Ghdir 09/1950 30.0 -0.30 29.3 72
B.B. Arreridj 10/1925 36.0 0.18 35.8 107 Tixter 05/1951 31.0 -0.52 26.4 54
N'Gaous 11/1925 21.5 -0.87 21.6 27 N'Gaous 10/1951 31.0 -0.30 29.4 74
B.B. Arreridj 01/1927 47.2 1.28 50.6 168 Bordj Ghdir 04/1952 46.0 0.80 44.2 148
N'Gaous 12/1927 24.8 -0.67 24.3 48 Tixter 05/1952 48.0 0.55 40.8 132
Tixter 01/1928 47.8 0.54 40.7 131 Tixter 03/1953 27.0 -0.77 23.0 37
B.B. Arreridj 07/1928 51.0 1.65 55.6 178 Bordj Ghdir 06/1953 37.5 0.21 36.3 111
B.B. Arreridj 10/1928 30.8 -0.33 29.0 70 N'Gaous 09/1953 35.6 -0.02 33.1 92
Tixter 05/1929 39.0 -0.02 33.2 93 Tixter 12/1953 28.0 -0.71 23.8 42
N'Gaous 09/1929 51.9 0.96 46.4 160 N'Gaous 04/1955 21.2 -0.89 21.4 25
B.B. Arreridj 11/1929 47.4 1.30 50.9 169 Tixter 03/1956 62.0 1.43 52.7 176
Tixter 12/1930 28.0 -0.71 23.8 42 Tixter 01/1957 28.0 -0.71 23.8 42
B.B. Arreridj 04/1931 30.8 -0.33 29.0 70 Tixter 12/1957 60.0 1.31 51.0 170
Tixter 12/1931 28.0 -0.71 23.8 42 N'Gaous 01/1958 58.0 1.33 51.3 171
B.B. Arreridj 03/1932 42.2 0.79 44.0 147 N'Gaous 10/1958 37.2 0.07 34.4 97
B.B. Arreridj 12/1932 43.4 0.90 45.6 157 Tixter 05/1959 34.0 -0.33 28.9 68
N'Gaous 05/1933 22.5 -0.81 22.4 32 Tixter 11/1959 35.0 -0.27 29.8 80
Tixter 01/1934 40.8 0.10 34.7 100 Bordj Ghdir 12/1963 12.6 -1.50 13.2 6
B.B. Arreridj 05/1934 37.6 0.34 38.0 118 Bordj Ghdir 01/1965 11.5 -1.58 12.1 3
N'Gaous 09/1934 25.0 -0.66 24.5 49 Bordj Ghdir 10/1965 12.0 -1.54 12.6 5
B.B. Arreridj 11/1934 26.5 -0.75 23.3 39 N'Gaous 02/1967 70.0 2.06 61.1 186
Tixter 01/1935 53.4 0.89 45.4 153 Bordj Ghdir 08/1967 11.2 -1.60 11.9 2
B.B. Arreridj 10/1935 24.9 -0.90 21.2 23 N'Gaous 11/1967 43.6 0.46 39.6 124
N'Gaous 01/1936 67.9 1.93 59.4 184 Bordj Ghdir 12/1967 19.9 -1.00 19.9 20
Tixter 08/1936 44.7 0.34 38.0 119 B.B. Arreridj 04/1969 39.3 0.50 40.2 126
Tixter 11/1936 53.5 0.90 45.5 156 Bordj Ghdir 04/1970 29.0 -0.37 28.4 67
Pjmax* : Pluies journalières maximales transposées à Sidi Ouadah

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 51

Station Date Pjmax u(y) Pjmax* Rang Station Date Pjmax u(y) Pjmax* Rang
N'Gaous 05/1970 33.2 -0.17 31.1 85 Tixter 08/1989 25.1 -0.89 21.4 26
Bordj Ghdir 10/1970 34.5 0.01 33.5 94 Tixter 09/1989 34.5 -0.30 29.4 75
N'Gaous 04/1971 15.9 -1.21 17.1 12 Sidi Ouadah 04/1990 43.5 0.75 43.5 145
Tixter 05/1971 47.4 0.51 40.3 128 Ain Zada 05/1990 38.0 0.65 42.2 137
N'Gaous 11/1971 61.9 1.57 54.5 177 N'Gaous 03/1991 28.1 -0.48 27.0 61
B.B. Arreridj 01/1972 43.5 0.91 45.7 158 Sidi Ouadah 10/1991 43.0 0.71 43.0 143
N'Gaous 09/1972 70.5 2.09 61.5 187 Tixter 03/1992 37.3 -0.12 31.7 89
Tixter 06/1973 57.0 1.12 48.5 163 Bordj Ghdir 11/1992 30.0 -0.30 29.3 72
B.B. Arreridj 09/1973 53.5 1.89 58.9 183 Tixter 12/1992 19.5 -1.24 16.6 11
Bordj Ghdir 03/1974 46.0 0.80 44.2 148 Sidi Ouadah 11/1993 35.0 0.12 35.0 103
Bordj Ghdir 10/1974 18.9 -1.07 19.0 15 Bordj Ghdir 12/1993 24.0 -0.72 23.7 40
Sidi Ouadah 02/1975 38.9 0.41 38.9 123 N'Gaous 02/1994 19.2 -1.01 19.7 18
N'Gaous 05/1975 27.5 -0.51 26.5 59 Ain Zada 09/1994 40.0 0.85 44.9 151
Sidi Ouadah 02/1976 35.8 0.18 35.8 106 Tixter 10/1994 59.0 1.24 50.2 167
Tixter 05/1976 40.5 0.08 34.5 98 N'Gaous 06/1995 48.7 0.77 43.8 146
Bordj Ghdir 06/1976 48.7 0.99 46.7 161 Sidi Ouadah 12/1995 37.7 0.32 37.7 117
Sidi Ouadah 09/1976 41.6 0.61 41.6 136 N'Gaous 03/1996 40.4 0.27 37.0 114
Tixter 10/1976 35.5 -0.24 30.2 82 Bordj Ghdir 05/1996 55.0 1.42 52.5 175
B.B. Arreridj 05/1977 21.2 -1.26 16.4 10 B.B. Arreridj 01/1997 15.5 -1.82 8.8 1
B.B. Arreridj 11/1977 36.9 0.27 37.0 115 Ain Zada 04/1997 16.0 -1.57 12.2 4
Tixter 04/1978 50.0 0.68 42.5 138 Ain Zada 11/1997 22.7 -0.90 21.3 24
Sidi Ouadah 04/1979 36.2 0.21 36.2 110 B.B. Arreridj 04/1998 32.0 -0.21 30.6 83
Bordj Ghdir 06/1979 37.3 0.20 36.1 109 Ain Zada 09/1998 45.0 1.36 51.7 173
Bordj Ghdir 09/1979 26.9 -0.52 26.4 57 Sidi Ouadah 04/1999 15.7 -1.31 15.7 9
N'Gaous 03/1980 28.8 -0.43 27.6 64 Ain Zada 12/1999 27.0 -0.46 27.2 62
B.B. Arreridj 04/1980 25.3 -0.86 21.8 28 Bordj Ghdir 05/2000 58.6 1.67 55.9 179
Sidi Ouadah 05/1980 18.2 -1.13 18.2 13 Sidi Ouadah 12/2000 19.5 -1.03 19.5 16
Bordj Ghdir 12/1980 23.2 -0.77 23.0 36 B.B. Arreridj 04/2001 40.0 0.57 41.1 133
B.B. Arreridj 02/1981 33.4 -0.07 32.4 90 B.B. Arreridj 09/2001 29.5 -0.45 27.3 63
N'Gaous 08/1981 39.2 0.20 36.0 108 N'Gaous 11/2001 29.2 -0.41 27.9 66
N'Gaous 12/1981 31.5 -0.27 29.8 79 Ain Zada 02/2002 24.0 -0.76 23.1 38
Bordj Ghdir 03/1982 47.2 0.88 45.3 152 Bordj Ghdir 11/2002 44.7 0.71 43.0 142
Tixter 05/1982 29.4 -0.62 25.0 51 Sidi Ouadah 01/2003 22.6 -0.80 22.6 34
Tixter 10/1982 37.2 -0.13 31.7 88 N'Gaous 04/2003 85.4 2.99 73.7 193
Bordj Ghdir 11/1982 48.0 0.94 46.0 159 B.B. Arreridj 06/2003 40.0 0.57 41.1 133
Sidi Ouadah 08/1983 37.0 0.27 37.0 113 N'Gaous 10/2003 76.6 2.45 66.5 190
Sidi Ouadah 01/1984 20.2 -0.98 20.2 21 Ain Zada 12/2003 32.2 0.07 34.3 96
Bordj Ghdir 02/1984 30.6 -0.26 29.9 81 Sidi Ouadah 04/2004 74.2 3.03 74.2 194
Sidi Ouadah 10/1984 23.8 -0.71 23.8 41 B.B. Arreridj 05/2004 37.7 0.35 38.1 120
N'Gaous 03/1985 28.0 -0.48 26.9 60 N'Gaous 10/2004 24.3 -0.70 23.9 46
Sidi Ouadah 09/1985 25.6 -0.58 25.6 53 Ain Zada 11/2004 36.6 0.51 40.3 127
N'Gaous 11/1985 58.6 1.37 51.8 174 Sidi Ouadah 12/2004 19.6 -1.02 19.6 17
Bordj Ghdir 12/1985 47.4 0.90 45.5 154
Ain Zada 09/1986 53.8 2.25 63.7 189
Bordj Ghdir 12/1986 24.9 -0.65 24.6 50
Sidi Ouadah 11/1987 51.6 1.35 51.6 172
Bordj Ghdir 12/1987 46.5 0.83 44.6 150
Ain Zada 04/1988 23.3 -0.84 22.1 30
Ain Zada 12/1988 30.0 -0.16 31.3 87
Bordj Ghdir 04/1989 52.0 1.21 49.8 166
Sidi Ouadah 05/1989 29.5 -0.29 29.5 77
Pjmax* : Pluies journalières maximales transposées à Sidi Ouadah

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 52

Table 6-9 : Occurrence des maximums annuels Pjmax par mois

Mois Nb Pourcentage
Septembre 21 10.8 %
Octobre 19 9.7 %
Novembre 21 10.8 %
Décembre 27 13.8 %
Janvier 16 8.2 %
Février 8 4.1 %
Mars 12 6.2 %
Avril 23 11.8 %
Mai 24 12.3 %
Juin 14 7.2 %
Juillet 3 1.5 %
Août 7 3.6 %

Total 195 100.0 %

Table 6-10 : Occurrence des maximums annuels Pjmax par station

Stations Nb Pourcentage Nbinit Nb/Nbinit


Sidi Ouadah 20 10.3 % 28 0.71
Bordj Ghdir 33 16.9 % 47 0.70
B.B. Arreridj 44 22.6 % 60 0.73
N'Gaous 40 20.5 % 65 0.62
Tixter 46 23.6 % 64 0.72
Ain Zada 12 6.2 % 16 0.75

Total 195 100.0 % 280 0.70

Table 6-11 : Caractéristiques des échantillons initial et final à Sidi Ouadah

Sidi Ouadah n M S Cv Me Min Max


Original 28 33.4 13.5 0.40 33.3 15.7 74.2
Echantillon composite 195 35.5 13.7 0.38 34.5 8.8 76.5

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 53

Figure 6-16 : Echantillon régional composite – 195 années-stations

100
Pluie journalière maximale Pjmax (transposée à Sidi Ouadah) [mm]

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
1910 1915 1920 1925 1930 1935 1940 1945 1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005
Année hydrologique

Figure 6-17 : Indépendance de l’échantillon régional composite

80

70

60

50
Pj+1 [mm]

40

30

20

2
R = 0.0002

10

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80
Pj [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 54

6.4.2.4 Ajustement statistique

L’échantillon composite régional précédemment établi est transposé aux stations de Sidi
Ouadah et de Bordj Ghdir. On utilise dans ce but la variable u(Pjmax) de l’échantillon et on la
transforme en se servant des statistiques M et S de la station considérée. Les pluies
journalières transposées à la station de Sidi Ouadah sont inclus dans la Table 6-8.

Le meilleur ajustement est ensuite cherché pour l’échantillon régional transposé. Les lois
suivantes ont été testées : loi log-normale, loi de Gumbel, loi log-Pearson de type III, loi de
Lombardi.

Les ajustements de la loi de Gumbel et de la loi log-normale par la méthode des moments
sont présentés en Figure 6-18 et en Figure 6-19 pour la station de Sidi Ouadah, et en Figure
6-20 et en Figure 6-21 pour la station de Bordj Ghdir.

La Figure 6-22 et la Figure 6-23 présentent les pluies journalières maximales annuelles à
Sidi Ouadah et à Bordj Ghdir en fonction de la période de retour. Sur ces figures sont
représentées les différentes lois testées et ajustées.

On constate que la loi de Gumbel surestime les pluies journalières maximales pour les
grandes périodes de retour (T>50 ans). La loi log-Pearson de type III donne des valeurs
inférieures à celles de la loi log-normale. La loi log-normale présente le meilleur ajustement :
elle est donc retenue comme la loi représentative des pluies journalières maximales.

La Table 6-13 donne les pluies journalières maximales aux stations de Sidi Ouadah et de
Bordj Ghdir en fonction des différentes périodes de retour.

On constate que les valeurs déterminées lors de l’étude de faisabilité de novembre 2003
sont légèrement plus élevées. Ceci s’explique par l’application de la méthode des années-
stations, qui a permis de régionaliser l’échantillon, et ainsi de « replacer » les pluies
observées à Sidi Ouadah sur l’échelle des périodes de retour. Ceci est particulièrement
visible pour la pluie de 74 mm/j survenue en avril 2003, qui est considérée par la méthode
des années-stations comme une pluie de période de retour T≈ 100 ans (au lieu de T’≈
30 ans auparavant).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 55

6.4.3 Pluie maximale probable

La Pluie Maximale Probable (PMP) peut être estimée à partir de la formule de Hershfield ou
en appliquant la méthode de Lombardi (ajustement d’une distribution bornée à l’échantillon).

La formule de Heshfield est rappelée ci-dessous :

PMP = M(Pjmax) + KHershfield.S(Pjmax), avec KHershfield compris entre 16 et 18

Les valeurs obtenues à l’aide des deux méthodes sont indiquées dans la Table 6-12.

Table 6-12 : Pluie Maximale Probable

PMP PMP
M S K PMP
Station Hershfield Lombardi
mm mm - mm mm mm
Sidi Ouadahl 33.4 13.5 18.3 280 240 240
Bordj Ghdir 34.4 14.5 18.2 300 250 250

La méthode de Lombardi s’appuie sur l’analyse statistique de l’échantillon régional des


pluies observées dans la zone de l’étude tandis que la méthode de Hershfield se fonde sur
une base de données surtout relative aux Etats-Unis d’Amérique. Les résultats issus de la
méthode de Lombardi sont donc privilégiés.

Les Pluies Maximales Probables aux stations de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir sont
estimées respectivement à 240 mm/jour et 250 mm/jour.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 56

Figure 6-18 : Sidi Ouadah – Ajustement de la loi de Gumbel

100

90

80
Pluie journalière maximale Pjmax [mm]

70

60

50

40

30

20

10

0
-2 -1 0 1 2 3 4 5 6
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Echantillon régional (n=195) Echantillon Sidi Ouadah (n=28) Loi de Gumbel

Figure 6-19 : Sidi Ouadah – Ajustement de la loi log-normale

5.0

4.5

4.0
Ln (Pjmax-P0)

3.5

3.0

2.5
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gauss u(Gauss)

Echantillon régional (n=195) Echantillon Sidi Ouadah (n=28) Loi log-normale

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 57

Figure 6-20 : Bordj Ghdir – Ajustement de la loi de Gumbel

100

90

80
Pluie journalière maximale Pjmax [mm]

70

60

50

40

30

20

10

0
-2 -1 0 1 2 3 4 5 6
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Echantillon régional (n=195) Echantillon Bordj Ghdir (n=47) Loi de Gumbel

Figure 6-21 : Bordj Ghdir – Ajustement de la loi log-normale

5.0

4.5

4.0
Ln (Pjmax-P0)

3.5

3.0

2.5
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gauss u(Gauss)

Echantillon régional (n=195) Echantillon Bordj Ghdir (n=47) Loi log-normale

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 58

Figure 6-22 : Sidi Ouadah – Pj max vs Période de retour T

150

140

130

120
Pluie journalière maximale Pjmax [mm]

110

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
1 10 100 1 000 10 000
Période de retour T [ans]

Echantillon régional (n=195) Echantillon Sidi Ouadah (n=28) Loi log-normale


Loi log-Pearson de type III Loi de Gumbel Loi de Lombardi

Figure 6-23 : Bordj Ghdir – Pj max vs Période de retour T

150

140

130

120
Pluie journalière maximale Pjmax [mm]

110

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
1 10 100 1 000 10 000
Période de retour T [ans]

Echantillon régional (n=195) Echantillon Bordj Ghdir (n=47) Loi log-normale


Loi log-Pearson de type III Loi de Gumbel Loi de Lombardi

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 59

Table 6-13: Pjmax vs. période de retour T

Période de retour Pj max Pjmax


T Sidi Ouadah Bordj Ghdir
[ans]] [mm/j] [mm/j]
2 34 35
5 46 48
10 54 56
20 61 64
50 69 73
100 76 80
200 82 87
500 90 95
1 000 96 102
2 000 102 108
5 000 110 117
10 000 116 123
PMP 240 250

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 61

7 APPORTS LIQUIDES

7.1 Données disponibles

On dispose de 4 séries hydrométriques de débits moyens journaliers dans la région du


projet. La Table 7-1 détaille les caractéristiques des stations hydrométriques. La station de
Sidi Ouadah est située immédiatement à l’aval du barrage de Soubella. Les années
manquantes ou incomplètes de ces 4 séries sont données dans la Table 4-1.

Table 7-1 : Stations hydrométriques utilisées dans l’étude

Station Code Période Bassin


Oued
hydrométrique Station d’observation versant (km²)
Sidi Ouadah Soubella 05.11.01 1973 - 1998 177
Medjez K’Sob 05.09.01 1973 - 1993 1 330
Ced Fagues Loughmane 05.08.01 1955 - 1998 334
Rocade Sud El Ham 05.05.01 1955 - 1993 5 600

7.2 Analyse critique des données

La Figure 7-1 représente les apports annuels normés (par la moyenne de l’apport sur une
période commune 1973-1993) des différentes stations de la zone du projet. On constate que
les apports de l’oued Soubella ne sont pas corrélés avec les apports des autres oueds. Par
ailleurs, on retrouve la très grande variabilité des apports au pas de temps annuel, telle
qu’elle a été mise en évidence pour les précipitations. Enfin, il semble que la période 1973 –
1998 constitue une période d’hydrologie « moyenne » par rapport à la période précédente,
où l’on observe à la fois de très faibles et de très forts apports.

Sur cette figure, les données annuelles de l’oued K’Sob au barrage de K’Sob ont été
rajoutées. Certaines années présentent une mauvaise correspondance avec les données de
l’oued plus en amont, c’est-à-dire à la station de Medjez.

Par ailleurs, l’apport de l’année 1988 pour l’oued Soubella n’a pas été représenté. En effet,
comme le montre la Figure 7-2, l’apport relevé de 11.6 hm3, dont la majeure partie provient
du mois de novembre 1988 : 9.1 hm3, présente une incohérence notable en regard de la
pluviométrie observée ce mois-là.

La Figure 7-3 compare la courbe de simple cumul des écoulements annuels observés à la
station de Sidi Ouadah avec celles des précipitations mesurées aux différentes stations
pluviométriques. Certaines années, les données ne sont pas disponibles, c’est pourquoi les
courbes sont discontinues. Ces courbes permettent de confronter les augmentations ou
diminutions d’hydraulicité de l’oued Soubella avec la pluviométrie régionale.

La comparaison de ces courbes montre une évolution plus erratique de la courbe de simple
cumul des apports de l’oued Soubella comparativement aux données pluviométriques. On
trace alors la courbe de double cumul, entre la pluie et la lame d’eau écoulée (Figure 7-4).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 62

Figure 7-1 : Apports annuels normés aux stations hydrométriques

8.0
Apports annuels / Apport moyen période 1973 - 1993 [-]

7.0

6.0

5.0

4.0

3.0

2.0

1.0

0.0
1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995
Années
Sidi Ouadah (Q051101) Medjez (Q050901) K'Sob (Q051005)
Ced Fagues (Q050801) Rocade Sud (Q050501)

Figure 7-2 : Apports à Sidi Ouadah, incohérence de l’année 1988

Comparaison entre les 6 apports mensuels maximum à Sidi Ouadah (Q051101)


et les précipitations observées aux stations proches

200 4.0

180
3.5

160
3.0
Précipitation mensuelle [mm]

Débit moyen mensuel [m3/s]

140

2.5
120

100 2.0

80
1.5

60
1.0
40

0.5
20

0 0.0
janv-76 mai-81 mars-85 déc-87 nov-88 oct-95
Mois

Sidi Ouadah Bordj Ghdir Ngaous Tixter Q_Sidi Ouadah

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 63

Figure 7-3 : Courbes de simple cumul entre l’écoulement à Sidi Ouadah et les
précipitations dans la région de l’étude

9 000 600

8 000

500
7 000

Cumul des écoulements [mm]


6 000 400
Cumul des pluies [mm]

5 000

300

4 000

3 000 200

2 000

100

1 000

0 0
1973 1978 1983 1988 1993 1998
Années

Sidi Ouadah (P051111) K'Sob (P051005) N'Gaous (P051306) Bordj Ghdir (P050904) Lame d'eau Sidi Ouadah (Q051101)

Figure 7-4 : Courbe de double cumul entre apports et précipitations annuelles à la


station de Sidi Ouadah

600

y = 0.0832x
2
R = 0.9884

500

1991 à 1993
Cumul des écoulements [mm]

400

1985 à 1987
300

200

1981

100
1977

-
- 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000
Cumul des précipitations [mm]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 64

Les apports observés de l’oued Soubella pendant les années 1977, 1981, 1985, 1986, 1987,
1991, 1992 et 1993 apparaissent alors comme incertains et pouvant potentiellement être
remis en question. Ces données sont bien mises en évidence sur la Figure 7-4, où elles
correspondent aux points entourés d’un cercle rouge.

Une autre manière d’appréhender cette problématique est de tracer la lame d’eau annuelle
écoulée en fonction de la pluie annuelle (voir Figure 7-5).

Figure 7-5 : Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah

60
CE = 15%

1985

50
Lame d'eau écoulée à Sidi Ouadah (Q051101) [mm/an]

CE = 10%

1986

1981
40
1987
1995

1976
30

CE = 5%

1982 1989
1977 1975
1980
20
1984
1979
1994
1983 1974 1978 1991
1998

10

1992
1993

0
0 100 200 300 400 500
Pluies à Sidi Ouadah (P051111) [mm/an]

Le nuage de points obtenu présente une dispersion assez marquée et met en évidence les
années précédemment identifiées : les années 1977, 1981, 1985, 1986 et 1987 présentent
un fort coefficient d’écoulement (> 10%) tandis que les années 1991, 1992 et 1993 se
distinguent avec un coefficient d’écoulement inférieur à 5%.

La distribution du nuage de point montre que la relation pluie-lame d’eau écoulée est
complexe. Différentes explications sont envisageables pour expliquer la variabilité du
coefficient d’écoulement :

• la répartition des précipitations sur l’année,

• l’intensité, la durée et la répartition spatiale des événements pluvieux,

• l’état de saturation hydrique des sols,

• l’état de recharge des eaux souterraines,

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 65

• la non-représentativité des stations de Sidi Ouadah et de Bordj Ghdir pour des


événements pluvieux localisés,

• des mesures de débit et de pluies non valides (par exemple une courbe de tarage
mal calibrée).

Afin d’analyser plus avant la validité des données de débit à la station de Sidi Ouadah, nous
avons donc étudié pour chaque année hydrologique les données à disposition :

• les apports liquides au pas de temps journalier et mensuel à la station de Sidi


Ouadah,

• les précipitations mensuelles aux stations de Sidi Ouadah et Bordj Ghdir,

• les précipitations journalières maximales aux stations de Sidi Ouadah et Bordj Ghdir,

• le cumul mensuel des apports liquides et des précipitations aux différentes stations.

Les graphiques synthétisant cette analyse systématique sont présentés en Annexe C.

L’analyse des données montrent, par exemple pour les années hydrologiques 1976/77 et
1985/86, l’existence d’une courbe de décrue sur plusieurs mois après une période assez
humide. Par ailleurs, des sources quasi-pérennes existent dans le bassin et alimentent
l’oued Soubella même lorsque la pluviométrie est nulle. Ces éléments indiquent que les eaux
souterraines jouent un rôle prépondérant dans le bassin versant de l’oued Soubella.

On note aussi un tarissement presque continu des apports sur la période 1990/1995 pendant
laquelle la pluviométrie est globalement faible. Cette période sèche prend fin suite à une
période humide de plusieurs mois (décembre 1995 – mai 1996), ce qui pourrait s’expliquer
par un rechargement des eaux souterraines que les pluies de septembre et d’octobre 1994
ne semblent pas avoir permis. Ceci peut ainsi expliquer les faibles coefficients d’écoulement
des années hydrologiques 1990/91, 1991/92 et 1992/93.

L’année hydrologique 1977/78 présente une pluviométrie faible (< 200 mm) mais
l’écoulement de base est relativement important. Ce débit de base peut s’expliquer là aussi
par les phénomènes hydrogéologiques : l’année précédente, relativement humide, a
potentiellement permis de recharger les eaux souterraines.

On note en outre que les crues observées en août 1978 (de même pour le mois d’août 1981)
ne sont pas corrélés aux précipitations enregistrées aux stations de Sidi Ouadah ou de Bordj
Ghdir : cet exemple souligne la non-représentativité des données à disposition pour certains
événements pluvieux intenses mais localisés, d’où des coefficients d’écoulements observés
plus importants.

Les années hydrologiques 1981/82, 1985/86, 1986/87 et 1987/88 se distinguent des autres
années car elles sont situées dans une période humide et présentent chacune plusieurs
épisodes de crues relativement importants. Or, le ruissellement est plus important lors des

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 66

événements pluvieux intenses car les sols se saturent rapidement. Ceci explique que les
coefficients d’écoulement moyens observés ces années-là sont importants.

L’analyse détaillée des données à disposition permet donc d’expliquer qualitativement la


relation pluie-débit sur le bassin versant de Soubella et de conclure à la qualité relative des
apports à la station de Sidi Ouadah, à l’exception du mois de novembre 1988.

7.3 Série historique

La Table 7-2 détaille les débits mensuels et annuels à la station de Sidi Ouadah sur la
période 1973 – 1998. La série est complète sur l’ensemble de cette période.

Les Figure 7-6 et Figure 7-7 illustrent respectivement les apports annuels et les apports
mensuels de la série historique.

L’apport annuel moyen sur la période historique est de 4.0 hm3 mais les apports présentent
une grande variabilité. On note en particulier une période très humide au milieu des années
1980 (années hydrologiques 1985/86, 1986/87 et 1987/88) et deux années consécutives très
sèches au début des années 1990 (années hydrologiques 1992/93 et 1993/94). A l’exception
de ces deux années très sèches, les apports annuels observés ont été toujours été
supérieurs à environ 2 hm3, soit près de la moitié des apports annuels moyens.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 67

Table 7-2 : Apports moyens mensuels observés à Sidi Ouadah

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1973/74 0.31 0.24 0.25 0.46 0.42 0.38 0.47 0.34 0.17 0.16 0.14 0.15 3.47
1974/75 0.23 0.22 0.23 0.25 0.24 0.30 0.24 0.22 0.24 0.22 0.19 0.18 2.74
1975/76 0.28 0.22 0.24 0.28 0.20 0.29 0.14 0.53 0.39 0.40 0.25 0.30 3.51
1976/77 0.15 0.27 0.20 0.23 2.02 0.71 0.50 0.44 0.41 0.22 0.15 0.21 5.51
1977/78 0.31 0.24 0.31 0.39 0.39 0.31 0.29 0.34 0.21 0.20 0.17 0.62 3.77
1978/79 0.11 0.27 0.23 0.27 0.40 0.20 0.26 0.22 0.15 0.15 0.11 0.11 2.50
1979/80 0.91 0.11 0.13 0.23 0.45 0.18 0.20 0.13 0.23 0.07 0.05 0.10 2.80
1980/81 0.20 0.16 0.37 0.34 0.40 0.64 0.31 0.22 0.16 0.31 0.23 0.34 3.69
1981/82 0.50 1.27 0.22 0.29 0.23 0.20 0.58 1.55 2.12 0.16 0.11 0.10 7.33
1982/83 0.57 0.56 0.57 0.25 0.27 0.27 0.29 0.23 0.23 0.20 0.20 0.32 3.95
1983/84 0.21 0.24 0.21 0.20 0.22 0.25 0.21 0.20 0.23 0.20 0.20 0.19 2.55
1984/85 0.17 0.39 0.32 0.19 0.38 0.25 0.35 0.27 0.30 0.20 0.25 0.15 3.21
1985/86 0.42 0.35 0.24 0.34 0.91 1.33 2.28 1.03 0.82 0.79 0.66 0.61 9.77
1986/87 1.08 0.65 0.59 0.74 0.72 0.89 0.68 0.56 0.67 0.46 0.44 0.41 7.89
1987/88 0.41 0.69 0.87 2.48 0.24 0.19 0.29 0.37 0.36 0.44 0.13 0.18 6.67
1988/89 0.20 0.18 1.07 0.18 0.16 0.17 0.18 0.27 0.33 0.49 0.14 0.20 3.56
1989/90 0.20 0.13 0.17 0.18 0.24 0.21 0.25 0.33 1.24 0.40 0.39 0.25 3.97
1990/91 0.38 0.36 0.43 0.32 0.22 0.21 0.40 0.50 0.42 0.31 0.24 0.23 4.03
1991/92 0.36 0.72 0.18 0.19 0.19 0.19 0.19 0.14 0.15 0.10 0.11 0.09 2.60
1992/93 0.11 0.10 0.18 0.09 0.09 0.09 0.11 0.08 0.09 0.05 0.05 0.04 1.08
1993/94 0.06 0.08 0.10 0.09 0.09 0.09 0.06 0.07 0.07 0.06 0.06 0.05 0.87
1994/95 1.16 0.64 0.12 0.11 0.12 0.08 0.12 0.09 0.09 0.08 0.08 0.08 2.77
1995/96 0.14 2.71 0.10 0.13 0.24 0.75 0.41 0.43 0.44 0.40 0.39 0.30 6.44
1996/97 0.29 0.16 0.15 0.17 0.18 0.14 0.14 0.18 0.15 0.13 0.12 0.14 1.95
1997/98 0.84 0.29 0.29 0.27 0.26 0.29 0.21 0.76 0.48 0.15 0.14 0.14 4.12
1998/99 0.33 0.15 0.15 0.18 0.21 0.16 0.16 0.15 0.13 0.16 0.18 0.28 2.25

Statistiques sur l'échantillon (1973 - 1998)


Nb 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26
moy 0.38 0.44 0.30 0.34 0.37 0.34 0.36 0.37 0.39 0.25 0.20 0.22 3.96
ecart-type 0.30 0.53 0.23 0.46 0.38 0.29 0.42 0.33 0.44 0.17 0.14 0.15 2.12
min 0.06 0.08 0.10 0.09 0.09 0.08 0.06 0.07 0.07 0.05 0.05 0.04 0.87
max 1.16 2.71 1.07 2.48 2.02 1.33 2.28 1.55 2.12 0.79 0.66 0.62 9.77
mediane 0.30 0.26 0.23 0.24 0.24 0.23 0.25 0.27 0.24 0.20 0.16 0.19 3.53
Cv 0.78 1.22 0.77 1.34 1.05 0.87 1.17 0.88 1.11 0.68 0.69 0.67 0.54

Unité : hm3
Nota : les apports du mois de novembre 1988 ont été reconstitués.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 68

Figure 7-6 : Apports liquides – Série historique annuelle à la station de Sidi Ouadah

12
Moyenne sur la période 1973-1999
Moyenne flottante sur 3 ans
Moyenne flottante sur 5 ans
10

8
Apports annuels [hm3]

0
1973/74

1974/75

1975/76

1976/77

1977/78

1978/79

1979/80

1980/81

1981/82

1982/83

1983/84

1984/85

1985/86

1986/87

1987/88

1988/89

1989/90

1990/91

1991/92

1992/93

1993/94

1994/95

1995/96

1996/97

1997/98

1998/99
Figure 7-7 : Apports liquides – Série historique mensuelle à la station de Sidi Ouadah

3.0
Moyenne flottante sur 3 ans
Moyenne flottante sur 5 ans
Moyenne sur la période 1973-1999
2.5

2.0
Apports mensuels [hm3]

1.5

1.0

0.5

0.0
09/1973

09/1974

09/1975

09/1976

09/1977

09/1978

09/1979

09/1980

09/1981

09/1982

09/1983

09/1984

09/1985

09/1986

09/1987

09/1988

09/1989

09/1990

09/1991

09/1992

09/1993

09/1994

09/1995

09/1996

09/1997

09/1998

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 69

La Figure 7-8 présente de manière synthétique les caractéristiques principales (minimum,


moyenne, maximum et quantiles à 10%, 20%, 50%, 80% et 90%) des apports mensuels sur
la période 1973/1999 pour tous les mois de l’année. Comme pour la pluviométrie, on
observe que les apports moyens sont plutôt réguliers. Ici encore, les moyennes occultent la
très forte irrégularité des apports mensuels.

On note que les apports des mois les plus secs (juin, juillet et août), sont relativement élevés
par rapport à l’intensité des sécheresses estivales observées et au comportement classique
d’un oued. Ceci s’explique en grande partie par l’existence de sources quasi pérennes dans
le bassin, qui alimentent l’oued même lorsque la pluviométrie est nulle.

On observe par ailleurs que les apports mensuels les plus importants, liés aux crues les plus
intenses, ont été enregistrés entre octobre et mai.

Figure 7-8 : Apports liquides – Analyse statistique des apports mensuels

3.0

Légende

Maximum
2.5
90%

2.0
80%
Moyenne

Médiane

1.5 20%
10%
Minimum

1.0

0.5

0.0
SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 70

7.4 Extension de la série des apports liquides à Sidi Ouadah

7.4.1 Problématique

La série historique des apports à Sidi Ouadah est disponible sur une période relativement
courte, de 1973 à 1998, soit 25 ans.

Or, on considère généralement que les études de régularisation doivent se mener – dans la
mesure du possible – sur la base d’une série historique de l’ordre de 30 ans pour des
hydrologies « régulières » et de 50 ans pour des hydrologies « irrégulières ».

L’analyse des apports annuels de l’oued Soubella classe ce dernier dans la catégorie des
hydrologies « irrégulières ». Il apparaît donc utile d’étendre la série historique des apports,
pour reconstituer une série de données au pas de temps mensuel sur une période de l’ordre
de 50 ans.

Cette reconstitution a pour objectif de mieux appréhender le fonctionnement du réservoir


projeté, dont l’objectif est de régulariser les apports de l’oued Soubella. La chronique des
apports mensuels ainsi reconstitués sera – avec la chronique des apports historiques – la
donnée d’entrée principale pour l’étude de régularisation du réservoir de Soubella.

La méthodologie suivie pour étendre la série historique se décompose en quatre étapes :

• Elaboration d’une relation entre pluie et écoulement annuels à Sidi Ouadah,

• Extension de la série historique de la pluie annuelle à Sidi Ouadah, par corrélation


avec les autres postes pluviométriques de la zone d’étude (voir section 6.3.2),

• Extension de la série historique des apports annuels à Sidi Ouadah à partir de la


série étendue des pluies annuelles à Sidi Ouadah,

• Désagrégation au pas de temps mensuel des apports annuels reconstitués.

Le détail de cette méthodologie fait l’objet des sections suivantes.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 71

7.4.2 Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah

Comme discuté précédemment (voir section 7.2), les processus hydrologiques et


hydrogéologiques sur le bassin de l’oued Soubella sont complexes. La complexité de ces
processus ainsi que la représentativité partielle des données pluviométriques disponibles
n’ont pas permis de mettre en œuvre un modèle conceptuel déterministe permettant
d’expliquer quantitativement la relation pluie-débit au pas de temps mensuel, et encore
moins au pas de temps annuel.

Figure 7-9 : Relations Pluie – Débit à la station de Sidi Ouadah

A la lumière des observations sur les processus hydrologiques et hydrogéologiques, les


années historiques peuvent être classées en trois grandes familles correspondant
schématiquement à des coefficients d’écoulement faible, moyen et élevé (voir Figure 7-9) :

• Famille A - Coefficient d’écoulement faible : 2,5% < cE ≤ 5% (3 années)

• Famille B - Coefficient d’écoulement moyen : 5% < cE ≤ 10% (13 années))

• Famille C - Coefficient d’écoulement élevé : 10% < cE ≤ 15% (5 années)

On peut observer par ailleurs des séquences d’années consécutives qui restent à l’intérieur
de ces familles :

• Séquence appartenant à la famille A : 1991 à 1993

• Séquences appartenant à la famille B : 1974 à 1976, 1978 à 1980, 1982 à


1984

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 72

• Séquence appartenant à la famille C : 1985 à 1987

7.4.3 Extension de la série des apports annuels

Sur la base des observations précédentes, la série des apports annuels au barrage est
étendue à l’aide d’un modèle stochastique dont l’objectif principal est de s’assurer que la
série reconstituée conserve les mêmes caractéristiques de variabilité interannuelle que la
série historique. Ce point est primordial dans le cadre de l’étude de régularisation, puisque
pour un réservoir de taille importante par rapport aux apports annuels, la variabilité
interannuelle est le premier facteur explicatif des capacités de régularisation du réservoir.

La méthodologie suivie pour étendre la série des apports annuels est détaillée ci-dessous.

En supposant la famille de l’année hydrologique n connue, l’apport annuel de l’année


hydrologique n+1 est déterminé de la manière suivante :

Etape 1 : Détermination de la famille hydrologique de l’année hydrologique n+1

Connaissant la famille de l’année hydrologique n, on tire aléatoirement la famille de l’année


n+1 en se basant sur les probabilités de transition obtenues des données historiques (voir
Figure 7-10).

Figure 7-10 : Probabilités de transition des différentes familles d’années


hydrologiques

2/3

Famille A
2,5% < CE< 5%

0/3 1/13
0/5 1/3

3/13 Famille B
Famille C
5% < CE< 10%
10% < CE< 15%
3/5

2/5 9/13

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 73

Ainsi, si l’année n est de la Famille B, il y a 9 chances sur 13 que l’année n+1 soit de la
famille B et respectivement 1 chance sur 13 et 3 chances sur 13 qu’elle soit de la famille A
ou C.

Etape 2 : Détermination du coefficient d’écoulement de l’année hydrologique n+1

Connaissant la famille de l’année hydrologique de l’année n+1, on tire aléatoirement le


coefficient d’écoulement de l’année dans l’intervalle définissant la famille.

Etape 3 : Calcul de l’apport annuel de l’année hydrologique n+1

L’apport annuel de l’année hydrologique de l’année n+1 est calculé en multipliant le


coefficient d’écoulement et la pluie annuelle à Sidi Ouadah (voir 6.3.2).

La série des apports est donc étendue de manière stochastique par tirage aléatoire.
Toutefois, les résultats du tirage ont été contrôlés afin d’intégrer les contraintes suivantes :

• s’assurer que, pour chaque famille, le coefficient d’écoulement moyen des années
reconstituées est sensiblement égal au coefficient d’écoulement moyen des années
observées,

• prendre en compte dans l’extension de la série des apports les observations faîtes
sur les processus hydrogéologiques. On a ainsi imposé, étant donné la sécheresse
marquée pendant les années 1960, que les années hydrologiques suivantes aient un
faible coefficient d’écoulement : 1961/62, 1963/64, 1964/65 et 1965/66. Ce choix se
base sur une hypothèse de tarissement des réserves souterraines à partir de 1961,
tout en considérant que les précipitations de l’année 1962/63 garantissent un
coefficient d’écoulement moyen.

La Figure 7-11 illustre sur un graphique « pluie-lame d’eau écoulée » la répartition des
apports annuels reconstitués à Sidi Ouadah. La Figure 7-12 présente les apports annuels de
l’oued Soubella ainsi que les précipitations annuelles. Enfin, la Figure 7-13 illustre la
chronique des coefficients d’écoulement historiques et reconstitués.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


Figure 7-11 : Lames d’eau écoulées et précipitations à Sidi Ouadah sur la période reconstituée (1943 – 2004)

80
CE = 15%
Données observées

Données reconstituées
70
1957

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc
60
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE

1985 2003
1955 CE = 10%
1948
50
1956
1986
1981
1952
40
1945 1987
1969 1995
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA

1976 1958
1953

COYNE ET BELLIER
30 2002
1947 1951
1959

Lame d'eau écoulée [mm/an]


1970 1943 CE = 5%
1971
1982 1949
1950 1989
1977 1999
20 2004 1946 19801972 1954 1975
1979 1944 1984
1967 1962
1983 1978 1994 1991
1974 CE = 2,5%
1998
2000 1960 1963
10 1966
1964
1968 2001 1961
1992
1993
1965
0
0 100 200 300 400 500 600
Pluies [mm/an]
Doc. n°12035-RP-0201-C

Octobre 2008
Page 74
Figure 7-12 : Apports et précipitations reconstitués à Sidi Ouadah (1943 – 2004)

16 600

14
500

12

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc
400
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE

10

8 300

Apports annuels [hm3]


200
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA

Précipitations annuelles [mm]

COYNE ET BELLIER
4

100
2

0 0

1943/44
1945/46
1947/48
1949/50
1951/52
1953/54
1955/56
1957/58
1959/60
1961/62
1963/64
1965/66
1967/68
1969/70
1971/72
1973/74
1975/76
1977/78
1979/80
1981/82
1983/84
1985/86
1987/88
1989/90
1991/92
1993/94
1995/96
1997/98
1999/00
2001/02
2003/04

Apports - Données observées Apports - Données reconstituées Pluies


Moyenne période reconstituée 1943-1973 Moyenne période observée 1973-1999 Moyenne période reconstituée 1999-2004
Moyenne flottante sur 3 ans Moyenne flottante sur 5 ans
Doc. n°12035-RP-0201-C

Octobre 2008
Page 75
Octobre 2008 COYNE ET BELLIER ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc

Coefficient d'écoulement [%]

10

15
0

5
1943/44

1945/46

1947/48

Figure 7-13 : Coefficients d’écoulement à Sidi Ouadah sur la période reconstituée (1943 – 2004)
1949/50

1951/52
Apports et pluies observés

1953/54

1955/56

1957/58

1959/60

1961/62

1963/64

1965/66
Apports observés et pluies reconstituées

1967/68

1969/70

1971/72

1973/74

1975/76

1977/78

1979/80

1981/82

1983/84

1985/86
Apports et pluies reconstitués

1987/88

1989/90

1991/92

1993/94

1995/96

1997/98

1999/00

2001/02

2003/04

Page 76 MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE


Doc. n°12035-RP-0201-C ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 77

7.4.4 Génération des apports mensuels au barrage

Pour désagréger les apports annuels au pas de temps mensuel, l’utilisation d’une méthode
simple et robuste a été privilégiée : on a ainsi préféré l’utilisation des données historiques
mensuelles aux méthodes faisant appel aux caractéristiques statistiques des observations.

Chaque année reconstituée est associée à une année observée, cette dernière imprimant la
« forme » – i.e. la répartition – des apports mensuels. Pour ce faire, après avoir exprimé les
apports mensuels en pourcentage de l’apport total de chaque année, deux grands groupes
ont été mis en évidence :

• Le groupe « régulier » ou « à petite pointe », pour lequel l’apport mensuel maximum


est compris entre 10 et 20% environ de l’apport annuel,

• Le groupe « à forte pointe », pour lequel l’apport mensuel maximum est compris
entre 20 et 45% environ de l’apport annuel.

La Figure 7-14 et la Figure 7-15 illustrent la forme des apports de ces deux groupes. Les
données mensuelles y ont été décalées de manière à positionner le mois le plus important
au centre du graphique.

Les mois d’occurrence des apports mensuels maximums pour les deux groupes ont été
étudiés mais l’analyse ne permet pas de tirer de conclusions particulières, si ce n’est que ces
apports mensuels maximums n’ont pas lieu durant les mois de juin, juillet et août. Ce point
confirme d’ailleurs les observations déjà faites précédemment (voir section 7.3).

La Table 7-3 indique le nombre d’années hydrologiques appartenant à chacun des deux
groupes en fonction de la famille de l’année en question pour la période 1973-1998 :

Table 7-3: Répartition des années historiques par groupe et par famille

Famille de coefficient d'écoulement Faible Moyen Fort


Groupe "régulier" ou à "petite pointe" 2 10 2
Groupe "à forte pointe" 1 6 4

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 78

Figure 7-14 : Apports mensuels à Sidi Ouadah ( « régulier » ou « à petite pointe »)

Groupe à "écoulement régulier" ou à "petite pointe"

50%
Apport mensuel à Sidi Ouadah - pourcentage de l'apport annuel [%]

45%

40%

35%

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
-11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

1974/75 1975/76 1977/78 1978/79 1980/81 1982/83 1983/84 1984/85 1986/87 1992/93
1993/94 1998/99

Figure 7-15 : Apports mensuels à Sidi Ouadah (« à forte pointe »)

Groupe à "forte pointe"

50%
Apport mensuel à Sidi Ouadah - pourcentage de l'apport annuel [%]

45%

40%

35%

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
-11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

1976/77 1979/80 1981/82 1985/86 1987/88 1989/90 1991/92 1994/95 1995/96

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 79

Au vu de cette analyse, la désagrégation mensuelle des apports annuels est réalisée en


associant, de manière aléatoire, chaque année à l’un des groupes en respectant la
répartition observée sur la série des apports historiques. Une fois le groupe défini, on
sélectionne aléatoirement une année historique parmi celles appartenant au même groupe.
La répartition mensuelle des apports de l’année hydrologique considérée est alors obtenue
en considérant la même répartition relative que l’année historique sélectionnée.

Les contraintes supplémentaires suivantes ont été prises en compte dans cette procédure de
désagrégation:

• la répartition mensuelle des années pour lesquelles le coefficient d’écoulement est


faible (inférieur à 5%) est donnée par la forme des années 1991, 1992, ou 1993.

• l’apport du mois de novembre 1988 qui est incohérent (voir section 7.2) a été
reconstitué en faisant l’hypothèse qu’il est égal à 30% de l’apport annuel, valeur qui
est du même ordre de grandeur que plusieurs valeurs observés (janvier 1977,
septembre 1979, mai 1990, octobre 1991).

La Table 7-4 donne pour chaque année reconstituée l’année historique de référence qui a
été utilisée pour définir la répartition mensuelle des apports.

La Table 7-5 détaille les apports mensuels reconstitués à Sidi Ouadah avec leurs
caractéristiques générales. Enfin, la Figure 7-16 illustre la chronique les débits moyens
mensuels.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 80

Table 7-4: Sélection des années pour la désagrégation mensuelle des apports annuels

Coefficient Année
Précipitations Apports Groupe
Année d’écoulement de référence
3
[mm] [%] [hm ] [-] [-]
1943/44 265 9.7 4.56 A forte pointe 1995/96
1944/45 276 5.9 2.90 Régulière 1975/76
1945/46 289 13.3 6.80 Régulière 1990/91
1946/47 247 8.0 3.48 A forte pointe 1989/90
1947/48 362 7.8 4.97 A forte pointe 1997/98
1948/49 437 11.9 9.23 A forte pointe 1985/86
1949/50 316 7.5 4.17 Régulière 1982/83
1950/51 361 6.0 3.84 Régulière 1996/97
1951/52 539 8.4 8.03 A forte pointe 1981/82
1952/53 322 12.8 7.28 Régulière 1984/85
1953/54 437 7.3 5.67 A forte pointe 1997/98
1954/55 341 5.9 3.55 Régulière 1986/87
1955/56 486 11.1 9.57 A forte pointe 1981/82
1956/57 384 12.4 8.39 Régulière 1983/84
1957/58 490 11.6 10.05 A forte pointe 1985/86
1958/59 523 6.4 5.88 A forte pointe 1987/88
1959/60 376 7.3 4.88 Régulière 1996/97
1960/61 205 5.8 2.10 Régulière 1998/99
1961/62 217 2.8 1.07 Régulière 1992/93
1962/63 290 7.2 3.69 A forte pointe 1976/77
1963/64 251 4.9 2.17 A forte pointe 1991/92
1964/65 169 4.5 1.34 Régulière 1992/93
1965/66 76 3.9 0.52 Régulière 1993/94
1966/67 153 6.2 1.70 A forte pointe 1994/95
1967/68 236 6.5 2.72 A forte pointe 1979/80
1968/69 130 4.8 1.11 Régulière 1992/93
1969/70 392 9.3 6.44 Régulière 1980/81
1970/71 229 11.5 4.65 A forte pointe 1989/90
1971/72 414 5.6 4.08 Régulière 1980/81
1972/73 296 5.9 3.11 Régulière 1977/78
1973/74 268 7.3 3.47 Régulière -
1974/75 222 7.0 2.74 Régulière -
1975/76 389 5.1 3.51 Régulière -
1976/77 352 8.8 5.51 A forte pointe -
1977/78 159 13.4 3.77 Régulière -
1978/79 250 5.6 2.50 Régulière -
1979/80 231 6.8 2.80 A forte pointe -
1980/81 282 7.4 3.69 Régulière -
1981/82 313 13.3 7.33 A forte pointe -
1982/83 279 8.0 3.95 Régulière -

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 81

Coefficient Année
Précipitations Apports Groupe
Année d’écoulement de référence
3
[mm] [%] [hm ] [-] [-]
1983/84 167 8.6 2.55 Régulière -
1984/85 317 5.7 3.21 Régulière -
1985/86 404 13.7 9.77 A forte pointe -
1986/87 341 13.1 7.89 Régulière -
1987/88 357 10.6 6.67 A forte pointe -
1988/89 293 8.7 4.53 A forte pointe -
1989/90 425 5.3 3.97 A forte pointe -
1990/91 301 7.6 4.03 Régulière -
1991/92 387 3.8 2.60 A forte pointe -
1992/93 197 3.1 1.08 Régulière -
1993/94 178 2.8 0.87 Régulière -
1994/95 291 5.4 2.77 A forte pointe -
1995/96 470 7.7 6.44 A forte pointe -
1996/97 185 6.0 1.95 Régulière -
1997/98 293 7.9 4.12 A forte pointe -
1998/99 134 9.5 2.25 Régulière -
1999/00 286 7.4 3.75 Régulière 1978/79
2000/01 170 6.9 2.08 Régulière 1974/75
2001/02 162 3.8 1.09 Régulière 1993/94
2002/03 347 8.8 5.40 A forte pointe 1995/96
2003/04 458 10.6 8.59 Régulière 1983/84
2004/05 219 8.1 3.14 A forte pointe 1987/88

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 82

Table 7-5: Apports mensuels reconstitués à Sidi Ouadah

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1943/44 0.10 1.92 0.07 0.09 0.17 0.53 0.29 0.30 0.31 0.28 0.27 0.21 4.56
1944/45 0.23 0.18 0.20 0.23 0.16 0.24 0.12 0.44 0.32 0.33 0.21 0.25 2.90
1945/46 0.65 0.61 0.73 0.55 0.37 0.36 0.67 0.85 0.70 0.53 0.41 0.39 6.80
1946/47 0.18 0.11 0.15 0.16 0.21 0.18 0.22 0.29 1.09 0.35 0.34 0.22 3.48
1947/48 1.02 0.35 0.35 0.33 0.31 0.35 0.26 0.92 0.58 0.18 0.17 0.17 4.97
1948/49 0.40 0.33 0.22 0.32 0.86 1.25 2.15 0.97 0.77 0.75 0.62 0.58 9.23
1949/50 0.60 0.59 0.60 0.26 0.28 0.29 0.31 0.24 0.25 0.22 0.22 0.33 4.17
1950/51 0.56 0.31 0.29 0.33 0.36 0.28 0.28 0.35 0.30 0.26 0.25 0.28 3.84
1951/52 0.55 1.39 0.24 0.31 0.26 0.22 0.64 1.70 2.32 0.17 0.12 0.11 8.03
1952/53 0.39 0.88 0.71 0.44 0.85 0.56 0.80 0.60 0.67 0.46 0.57 0.35 7.28
1953/54 1.16 0.39 0.40 0.37 0.36 0.40 0.29 1.05 0.67 0.20 0.19 0.19 5.67
1954/55 0.49 0.29 0.26 0.33 0.32 0.40 0.31 0.25 0.30 0.21 0.20 0.19 3.55
1955/56 0.65 1.66 0.28 0.37 0.31 0.27 0.76 2.02 2.77 0.21 0.14 0.13 9.57
1956/57 0.68 0.79 0.69 0.65 0.72 0.83 0.70 0.64 0.76 0.65 0.66 0.61 8.39
1957/58 0.44 0.36 0.24 0.35 0.94 1.37 2.34 1.06 0.84 0.81 0.67 0.63 10.05
1958/59 0.36 0.61 0.77 2.19 0.21 0.17 0.25 0.32 0.32 0.39 0.12 0.16 5.88
1959/60 0.71 0.39 0.37 0.42 0.46 0.36 0.35 0.44 0.38 0.33 0.31 0.35 4.88
1960/61 0.31 0.14 0.14 0.17 0.20 0.15 0.15 0.14 0.12 0.15 0.17 0.26 2.10
1961/62 0.11 0.10 0.18 0.09 0.09 0.09 0.11 0.08 0.09 0.05 0.05 0.04 1.07
1962/63 0.10 0.18 0.13 0.15 1.35 0.47 0.34 0.30 0.27 0.15 0.10 0.14 3.69
1963/64 0.30 0.60 0.15 0.16 0.16 0.16 0.16 0.11 0.12 0.08 0.09 0.08 2.17
1964/65 0.13 0.12 0.23 0.11 0.12 0.11 0.14 0.09 0.11 0.06 0.06 0.06 1.34
1965/66 0.04 0.05 0.06 0.06 0.05 0.05 0.03 0.04 0.04 0.03 0.03 0.03 0.52
1966/67 0.71 0.39 0.07 0.07 0.07 0.05 0.07 0.06 0.06 0.05 0.05 0.05 1.70
1967/68 0.88 0.11 0.12 0.23 0.44 0.18 0.19 0.13 0.22 0.07 0.05 0.10 2.72
1968/69 0.11 0.10 0.19 0.09 0.09 0.09 0.12 0.08 0.09 0.05 0.05 0.05 1.11
1969/70 0.35 0.28 0.65 0.59 0.71 1.12 0.54 0.39 0.28 0.54 0.40 0.60 6.44
1970/71 0.24 0.15 0.20 0.21 0.28 0.25 0.29 0.39 1.45 0.47 0.45 0.29 4.65
1971/72 0.22 0.17 0.41 0.37 0.45 0.71 0.34 0.25 0.18 0.34 0.25 0.38 4.08
1972/73 0.26 0.20 0.25 0.32 0.33 0.26 0.24 0.28 0.17 0.17 0.14 0.51 3.11
1973/74 0.31 0.24 0.25 0.46 0.42 0.38 0.47 0.34 0.17 0.16 0.14 0.15 3.47
1974/75 0.23 0.22 0.23 0.25 0.24 0.30 0.24 0.22 0.24 0.22 0.19 0.18 2.74
1975/76 0.28 0.22 0.24 0.28 0.20 0.29 0.14 0.53 0.39 0.40 0.25 0.30 3.51
1976/77 0.15 0.27 0.20 0.23 2.02 0.71 0.50 0.44 0.41 0.22 0.15 0.21 5.51
1977/78 0.31 0.24 0.31 0.39 0.39 0.31 0.29 0.34 0.21 0.20 0.17 0.62 3.77
1978/79 0.11 0.27 0.23 0.27 0.40 0.20 0.26 0.22 0.15 0.15 0.11 0.11 2.50
1979/80 0.91 0.11 0.13 0.23 0.45 0.18 0.20 0.13 0.23 0.07 0.05 0.10 2.80
1980/81 0.20 0.16 0.37 0.34 0.40 0.64 0.31 0.22 0.16 0.31 0.23 0.34 3.69
1981/82 0.50 1.27 0.22 0.29 0.23 0.20 0.58 1.55 2.12 0.16 0.11 0.10 7.33
1982/83 0.57 0.56 0.57 0.25 0.27 0.27 0.29 0.23 0.23 0.20 0.20 0.32 3.95
1983/84 0.21 0.24 0.21 0.20 0.22 0.25 0.21 0.20 0.23 0.20 0.20 0.19 2.55
1984/85 0.17 0.39 0.32 0.19 0.38 0.25 0.35 0.27 0.30 0.20 0.25 0.15 3.21
1985/86 0.42 0.35 0.24 0.34 0.91 1.33 2.28 1.03 0.82 0.79 0.66 0.61 9.77

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 83

ANNEE SEP OCT NOV DEC JAN FEV MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT Année
1986/87 1.08 0.65 0.59 0.74 0.72 0.89 0.68 0.56 0.67 0.46 0.44 0.41 7.89
1987/88 0.41 0.69 0.87 2.48 0.24 0.19 0.29 0.37 0.36 0.44 0.13 0.18 6.67
1988/89 0.26 0.23 1.36 0.23 0.20 0.21 0.23 0.34 0.42 0.62 0.18 0.25 4.53
1989/90 0.20 0.13 0.17 0.18 0.24 0.21 0.25 0.33 1.24 0.40 0.39 0.25 3.97
1990/91 0.38 0.36 0.43 0.32 0.22 0.21 0.40 0.50 0.42 0.31 0.24 0.23 4.03
1991/92 0.36 0.72 0.18 0.19 0.19 0.19 0.19 0.14 0.15 0.10 0.11 0.09 2.60
1992/93 0.11 0.10 0.18 0.09 0.09 0.09 0.11 0.08 0.09 0.05 0.05 0.04 1.08
1993/94 0.06 0.08 0.10 0.09 0.09 0.09 0.06 0.07 0.07 0.06 0.06 0.05 0.87
1994/95 1.16 0.64 0.12 0.11 0.12 0.08 0.12 0.09 0.09 0.08 0.08 0.08 2.77
1995/96 0.14 2.71 0.10 0.13 0.24 0.75 0.41 0.43 0.44 0.40 0.39 0.30 6.44
1996/97 0.29 0.16 0.15 0.17 0.18 0.14 0.14 0.18 0.15 0.13 0.12 0.14 1.95
1997/98 0.84 0.29 0.29 0.27 0.26 0.29 0.21 0.76 0.48 0.15 0.14 0.14 4.12
1998/99 0.33 0.15 0.15 0.18 0.21 0.16 0.16 0.15 0.13 0.16 0.18 0.28 2.25
1999/00 0.16 0.41 0.35 0.41 0.60 0.30 0.40 0.33 0.23 0.23 0.16 0.17 3.75
2000/01 0.17 0.17 0.18 0.19 0.18 0.23 0.18 0.16 0.18 0.16 0.14 0.14 2.08
2001/02 0.07 0.10 0.13 0.12 0.11 0.11 0.07 0.09 0.09 0.07 0.07 0.06 1.09
2002/03 0.12 2.27 0.09 0.11 0.20 0.63 0.35 0.36 0.37 0.33 0.32 0.25 5.40
2003/04 0.70 0.81 0.70 0.67 0.74 0.85 0.72 0.66 0.78 0.66 0.68 0.63 8.59
2004/05 0.19 0.33 0.41 1.17 0.11 0.09 0.13 0.17 0.17 0.21 0.06 0.09 3.14

Statistiques sur l'échantillon reconstitué (1943 - 2004)


Nb 62 62 62 62 62 62 62 62 62 62 62 62 62
moy 0.39 0.47 0.31 0.35 0.37 0.37 0.40 0.42 0.46 0.27 0.23 0.24 4.29
ecart-type 0.29 0.53 0.24 0.41 0.33 0.32 0.46 0.40 0.53 0.20 0.17 0.17 2.43
min 0.04 0.05 0.06 0.06 0.05 0.05 0.03 0.04 0.04 0.03 0.03 0.03 0.52
max 1.16 2.71 1.36 2.48 2.02 1.37 2.34 2.02 2.77 0.81 0.68 0.63 10.05
mediane 0.31 0.29 0.24 0.25 0.26 0.25 0.28 0.31 0.29 0.21 0.17 0.19 3.76
Cv 0.73 1.12 0.76 1.17 0.90 0.86 1.16 0.95 1.15 0.72 0.77 0.71 0.57

Statistiques sur l'échantillon "historique" (1973 - 1998)


Nb 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26
moy 0.38 0.44 0.30 0.34 0.37 0.34 0.36 0.37 0.39 0.25 0.20 0.22 3.96
ecart-type 0.30 0.53 0.23 0.46 0.38 0.29 0.42 0.33 0.44 0.17 0.14 0.15 2.12
min 0.06 0.08 0.10 0.09 0.09 0.08 0.06 0.07 0.07 0.05 0.05 0.04 0.87
max 1.16 2.71 1.07 2.48 2.02 1.33 2.28 1.55 2.12 0.79 0.66 0.62 9.77
mediane 0.30 0.26 0.23 0.24 0.24 0.23 0.25 0.27 0.24 0.20 0.16 0.19 3.53
Cv 0.78 1.22 0.77 1.34 1.05 0.87 1.17 0.88 1.11 0.68 0.69 0.67 0.54

Unité : hm3

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


Figure 7-16 : Débits moyens mensuels reconstitués à Sidi Ouadah (1943 – 2004)

3.0

2.5

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE

2.0

1.5
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA

Apports mensuels [hm3]


1.0

COYNE ET BELLIER
0.5

0.0

09-1943
09-1945
09-1947
09-1949
09-1951
09-1953
09-1955
09-1957
09-1959
09-1961
09-1963
09-1965
09-1967
09-1969
09-1971
09-1973
09-1975
09-1977
09-1979
09-1981
09-1983
09-1985
09-1987
09-1989
09-1991
09-1993
09-1995
09-1997
09-1999
09-2001
09-2003

Apports mensuels Moyenne sur la période 1943-1960 Moyenne sur la période 1960-1969
Moyenne sur la période 1943-2005 Moyenne sur la période 1973-1999
Doc. n°12035-RP-0201-C

Octobre 2008
Page 84
ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 85

7.4.5 Analyse des apports reconstitués

7.4.5.1 Comparaison avec la série « historique »

La Figure 7-12 met en évidence deux périodes de la série reconstituée, pour lesquelles
l’hydraulicité est très différente. Une période humide, de 1943 à 1959, pendant laquelle
l’apport moyen au site du barrage est d’environ 6.1 hm3/an. Elle est suivie d’une période
sèche, de 1960 à 1968, pendant laquelle l’apport moyen vaut 1.8 hm3/an. Ce type de
comportement (longue succession d’années très humides et très sèches) était visible sur la
série « historique », sans être aussi marqué.

Concernant les maximum et minimum, les données reconstituées font apparaître de


nouveaux records, qui restent cependant très proches des valeurs « historiques ».

Ainsi, l’année 1965/66, avec un apport de 0.52 hm3, devient l’année la plus sèche de la
chronique reconstituée. Cette valeur est à comparer aux apports enregistrés l’année 1993/94
(0.87 hm3).

De même, l’année 1957/58, avec un apport de 10.05 hm3, devient l’année la plus humide de
la chronique reconstituée. Cette valeur est à comparer avec celle de l’année 1985, avec
environ 9,8 hm3.

L’apport moyen interannuel passe de 4.0 hm3 (série « historique ») à 4.3 hm3 (série
reconstituée). Cette augmentation est cohérente avec les moyennes sur les mêmes périodes
des pluies annuelles. Ces moyennes passent en effet de 288 mm/an à 301 mm/an.

7.4.5.2 Calcul des quantiles d’apports annuels

La Figure 7-17 représente les ajustements des apports annuels reconstitués au barrage de
Soubella. Ces apports annuels sont ajustés à la loi de Gumbel et à la loi Gamma. Les deux
lois donnent des résultats similaires. On retient par la suite la loi de Gumbel.

La Table 7-6 détaille l’ajustement des apports annuels à une distribution Gumbel. Elle
permet de connaître les statistiques d’apports annuels en termes d’années sèches et
humides au barrage de Soubella. On constate ainsi que l’apport minimal historique observé,
en 1993, a une période de retour d’environ cinquante ans (T = 50 ans).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 86

Figure 7-17 : Ajustement des apports annuels

12

10

8
Apports annuels [hm ]
3

-
1 10 100
Période de retour T [années]

Apports - Période étendue (1943-2004) Apports - Période observée (1973-1998) Loi Gamma Loi de Gumbel

Table 7-6 : Quantiles d’apports annuels

T Apports
[ans] [hm3]
Années sèches 100 0.22
Années sèches 50 0.54
Années sèches 20 1.06
Années sèches 10 1.57
Années sèches 5 2.26
Médiane 2 3.89
Années humides 5 6.09
Années humides 10 7.54
Années humides 20 8.93
Années humides 50 10.74
Années humides 100 12.09

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 87

8 CRUES DE CHANTIER ET CRUES DE PROJET

8.1 Introduction

L’objectif de l’étude des crues est la caractérisation des crues de l’oued Soubella. Ces crues,
sont nécessaires au dimensionnement de l’évacuateur de crues (en phase d’exploitation) et
des ouvrages de dérivation provisoire (en phase de réalisation).

Le climat de la région se traduit par une très grande irrégularité des crues (période
d’occurrence dans l’année, intensité des évènements).

Par ailleurs, comme mentionné dans les chapitres précédents, les données hydrométriques
au niveau de la station de Sidi Ouadah ne sont disponibles que sur une période assez courte
(25 ans).

Dans ce contexte, Coyne et Bellier a privilégié une analyse conservative des crues.

8.2 Méthodologie générale

Dans un premier temps, les débits maximaux journaliers sont étudiés. Etant donné que les
crues de l’oued Soubella ont une durée approximative d’une journée (voir Section 8.5), ces
débits maximaux journaliers correspondent au volume de la crue. Une analyse statistique
régionale des débits maximaux journaliers est réalisée. Les résultats sont confrontés à ceux
obtenus avec la méthode de l’USSCS basée sur les pluies journalières maximales.

La deuxième étape consiste à étudier les débits de pointe. Plusieurs formules empiriques
sont utilisées afin d’obtenir l’ordre de grandeur des débits de pointe en fonction des périodes
de retour. Puis, les débits de pointe observés à la station de Sidi Ouadah sont étudiés. La
méthode dé l’hydrogramme unitaire synthétique est appliquée pour obtenir les coefficients de
pointe pour les événements extrêmes.

Enfin, aucune donnée observée n’étant disponible au pas de temps horaire, les
hydrogrammes de crue sont calculés par la méthode de l’hydrogramme unitaire synthétique
développée par l’USSCS.

8.3 Débits maximaux journaliers

8.3.1 Méthode de l’USSCS

La méthode de l’USSCS (United States Soil Conservation Service) permet le calcul du


volume ruisselé à partir d’une averse génératrice et d’un index décrivant le comportement
des sols du bassin. Ven Te Chow en donne une description claire [11].

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 88

La formule de l’USSCS s’écrit :

RO = (P – I)² / (P+4*I)

où : RO écoulement de crue = ruissellement, en millimètre

P averse génératrice, en millimètre

I « perte initiale », en millimètre, définie par la formule suivante :

I = 5.08 *(1000/CN - 10)

CN, dont la valeur est comprise entre 0 et 100, est l’index d’aptitude au ruissellement
(« Runoff Curve Number »). A pluies équivalentes, un CN faible donnera des crues
modérées, et à l’inverse un CN fort génèrera des ruissellements plus importants. Le calcul
de ce coefficient pour le bassin de l’oued Soubella est présenté ci-dessous.

Pour ce calcul, trois types de terrains ont été considérées (types I, II et III), permettant ainsi
d’approcher de manière plus réaliste le comportement du bassin en période de fortes pluies.

La Table 8-1 présente la classification de ces trois terrains composant le bassin versant de
l’oued Soubella. Cette classification permet d’estimer la valeur du paramètre CN pour
chaque type de terrain identifié. Par ailleurs, le paramètre CN est donné pour des conditions
de « référence », « sèches » (le sol du bassin versant étant alors initialement sec) ou
« humides » (sol initialement humide).

Table 8-1 : Classification des terrains du bassin de l’oued Soubella (méthode USSCS)

Perméa- Occupation Condition Condition


Classe -bilité des sols hydrologique du terrain Surface Surface CN CN CN
AMC-II AMC-I AMC-III
% km² (Réf.) (Sec) (Hum.)
Bois & zone
Moyenne N/A 70% 124 73 54 87
I C forestière

Cultures
Moyenne Terrasse 20% 18 78 60 90
II C d'agrume

Couverture En courbe
Moyenne 10% 35 75 58 89
III C naturelle de niveau

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 89

Les valeurs des pertes initiales I sont données dans la Table 8-2 pour les différentes
conditions et les trois types de terrains considérés, ainsi que pour le bassin versant dans son
ensemble. Ces valeurs ont été obtenues en faisant, pour chacun des terrains considérés,
des hypothèses sur les points suivants :

• la perméabilité des terrains (il existe 4 classes, allant de ‘A – très perméable’ à ‘D –


imperméable),

• l’occupation des sols,

• les conditions hydrologiques de ces terrains (aptitude à créer du ruissellement)

• l’orientation des parcelles par rapport à la topographie,

• la répartition surfacique de ces terrains sur la bassin versant de l’oued Soubella (en
se basant sur les informations fournis dans l’étude de faisabilité et l’analyse visuelle
des images satellites)

Table 8-2 : Perte initiale (I) en fonction des classes de terrain et des conditions
initiales sur le bassin de l’oued Soubella

Pertes initiales (I)


Réf. Sec Hum.
Classe mm mm mm
I 18.8 43.3 7.6
II 14.3 33.9 5.6
III 16.9 37.5 6.6
Total 18.0 41.2 7.2

Les pertes initiales, liées à la capacité d’infiltration du sol, sont estimées en moyenne sur le
bassin versant à 18 mm sous les conditions de référence. Ces pertes initiales correspondent
à un coefficient CN moyen de 74.

La courbe bleue de la Figure 8-1 présente la relation retenue (CN 74) entre la pluie
génératrice et le ruissellement sur le bassin versant de l’oued Soubella. La courbe rouge
correspond au cas limite où les précipitations ruissellent intégralement.

A partir de cette relation, il est alors possible de transformer les pluies journalières
maximales en ruissellement journalier maximal puis en débit journalier maximal. Pour cela,
nous faisons l’hypothèse que les pluies journalières maximales à la station de Bordj Ghdir
sont représentatives des pluies journalières moyennes maximales sur le bassin versant de
l’oued Soubella. La station de Bordj Ghdir est préférée à la station de Sidi Ouadah car son
altitude (1 100 m) est proche de l’altitude moyenne (1 150 m) du bassin versant. En
l’absence de données disponibles sur le coefficient d’abattement, cette hypothèse est
conservative.

La Table 8-3 présente les débits journaliers maximaux obtenus en fonction de la période de
retour.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 90

Figure 8-1 : Pluie génératrice vs ruissellement (modèle USSCS) pour l’oued Soubella

250

225

200

175
Ruissellement RO [mm]

150

125

100

75

50

25

0
0 25 50 75 100 125 150 175 200 225 250
Pluie P [mm]

CN 100 CN 74

Table 8-3 : Qjmax vs T par la méthode de l’USSCS

Période de retour
Pj max Ej max Vj max Qj max
T
3 3
[ans]] [mm] [mm] [hm ] [m /s]
2 35 3 0.5 6
5 48 8 1.4 16
10 56 12 2.0 24
20 64 16 2.8 32
50 73 21 3.7 43
100 80 25 4.5 52
200 87 30 5.3 61
500 95 36 6.4 74
1 000 102 41 7.2 83
2 000 108 46 8.1 93
5 000 117 52 9.2 107
10 000 123 57 10.1 117

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 91

8.3.2 Méthode des années-stations

8.3.2.1 Préparation de la base de données

On ne dispose que d’un échantillon de 26 valeurs pour l’oued Soubella à la station de Sidi
Ouadah. Une telle taille est insuffisante pour le calcul des crues rares. De manière analogue
à l’étude des pluies maximales journalières, Coyne et Bellier a utilisé une approche régionale
fondée sur la méthode des années-stations.

Les données disponibles proviennent des 4 stations hydrométriques préalablement citées


(voir Table 7-1). On extrait de ces stations les débits maximaux journaliers (Qjmax) sur
l’année hydrologique et leur débit de pointe (Qp) associé.

La base de données peut se préparer suivant deux méthodes possibles. La première


méthode consiste à utilise les lames d’eau écoulées maximales journalières et est similaire à
ce qui a été exposé plus haut sur l’étude des pluies maximales journalières. La deuxième
méthode utilise l’information obtenue via l’index de sévérité des crues de Francou-Rodier
des crues observées.

Le coefficient de Francou-Rodier se calcule par la formule suivante, où Q est le débit en m3/s


et A la superficie du bassin versant en km² :

(
 ln Q / 10 6 
K = 10 × 1 −
)
( 8 
 ln A / 10  )

Validation de l’hypothèse de régionalisation

Afin d’appliquer la méthode des années-stations, il faut s’assurer que les données
présentent bien une homogénéité régionale.

La Figure 8-2 et la Figure 8-3 montrent le report, sur papier de Gumbel, des lames d’eau
écoulées Ej et des coefficients de Francou-Rodier Kj pour chaque station hydrométrique.

Pour chaque station :

• on divise les coefficients Kj par la valeur de leur médiane Me(Kj). On obtient ainsi les
coefficients de Francou-Rodier normé Kjnormé.

• on détermine les variables de Gauss u(Ej) associées à la série des Ej.

Ej − M (Ej )
u (Ej ) =
S (Ej )

La Figure 8-4 et la Figure 8-5 présentent le report, sur papier de Gumbel, des variables
réduites u(Ej) et des coefficients de Francou-Rodier normé Kjnormé.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 92

On constate, dans le cas des variables réduites u(Ej), une homogénéité des stations en ce
qui concerne les périodes de retour inférieures à 10 ans (-1 < u(Gumbel) < 2). Cela valide
l’hypothèse sous-tendant la méthode des années-stations, qui stipule que l’information
supplémentaire apportée par les stations autres que Sidi Ouadah est représentative et
complémentaire de cette dernière.

Cette homogénéité régionale n’est cependant pas vérifiée pour la méthode basée sur les
coefficients de Francou-Rodier.

Dans la suite de l’étude, la méthode des années-stations est donc appliquée aux lames
d’eau écoulées maximales journalières.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 93

Figure 8-2 : Lames d’eau écoulée par station hydrométrique (1)

18

16

14
Lame d'eau écoulée Ejmax [mm/j]

12

10

-2
-2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Q050501 Q050801 Q050901 Q051101

Figure 8-3 : Coefficients de Francou-Rodier par station hydrométrique (1)

3.0

2.5

2.0
Coefficient de Francou-Rodier Kj

1.5

1.0

0.5

0.0

-0.5

-1.0

-1.5

-2.0
-2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Q050501 Q050801 Q050901 Q051101

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 94

Figure 8-4 : Lames d’eau écoulée par station hydrométrique (2)

2
Variable réduite u(Ejmax)

-1

-2
-2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Q050501 Q050801 Q050901 Q051101

Figure 8-5 : Coefficients de Francou-Rodier par station hydrométrique (2)

4
Coefficient de Francou-Rodier normé Kj*

-2

-4

-6

-8

-10

-12
-2 -1 0 1 2 3 4
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Q050501 Q050801 Q050901 Q051101

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 95

Préparation de la base de données

• On associe, pour chaque station, le maximum journalier annuel Qjmax, et sa date


d’occurrence.

• On transforme alors ces débits maximaux journaliers Qjmax en leurs lames d’eau
écoulées Ejmax, en divisant les débits par la surface du bassin versant.

• Pour chaque station, on obtient alors les variables de Gauss u(Ejmax) associées à la
série des Ejmax.

Ej − M (Ej )
u (Ej ) =
S (Ej )

Une fois le calcul des u(Ej) effectués, on regroupe l’ensemble des données en un échantillon
régional composite. Dans le cas du bassin de l’oued Soubella, l’échantillon composite
régional a une taille initiale de 122 valeurs.

On classe les 122 valeurs de u(Ej) en fonction de la date. Si plusieurs crues se placent dans
un intervalle à +/- 10 jours, on ne conserve que la crue dont la valeur u(Ej) est la plus forte
pour garantir l’indépendance de l’échantillon. On obtient ainsi un échantillon régional
composite final dans lequel sont représentées les diverses stations. Dans le cas de l’oued
Soubella, cet échantillon final contient 87 valeurs, soit 71% de l’échantillon initial. On doit
alors transposer les valeurs de l’échantillon à la station d’intérêt (Sidi Ouadah). Pour cela, on
utilise les statistiques M(Ej) et S(Ej) de Sidi Ouadah pour transposer l’information des autres
stations en direction de la station-cible pour l’étude. On ajuste ensuite des distributions
classiques à cet échantillon régional composite transposé.

La Table 8-4 donne les valeurs de l’échantillon composite régional final, composé de
87 années-stations. Il contient, outre le nom des stations, la date d’occurrence, la valeur de
u(Ejmax) associée et les valeurs du Ejmax et du Qjmax transposés à la station
hydrométrique de Sidi Ouadah. Cette table est présentée sous forme de graphique à travers
la Figure 8-6. L’indépendance de l’échantillon est illustrée à l’aide de la Figure 8-7.

La Table 8-5 et la Table 8-6 détaillent la composition de l’échantillon composite en termes de


répartition mensuelle et de répartition entre les différentes stations. Les mois de septembre
et octobre présentent le risque le plus important de forts débits journaliers, tandis que le
risque est très faible aux mois de juin et juillet. La station de Sidi Ouadah apporte 23% des
années-stations de l’échantillon. Cette répartition est cohérente avec le nombre initial
d’années-stations apporté par chaque station.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 96

Table 8-4 : Débits journaliers maximaux – Echantillon composite régional (n=87)

Station Date u(y) Ejmax* Qjmax* Rang Station Date u(y) Ejmax* Qjmax* Rang
Rocade Sud 06/10/1955 0.51 3.46 7.1 66 Sidi Ouadah 03/09/1979 -0.13 1.87 3.8 47
Ced Fagues 22/03/1956 2.32 7.92 16.2 80 Rocade Sud 20/09/1979 1.92 6.93 14.2 76
Ced Fagues 24/10/1956 -0.03 2.12 4.3 52 Rocade Sud 04/09/1980 -1.03 0.00 0.0 1
Rocade Sud 30/12/1957 3.59 11.05 22.6 87 Ced Fagues 17/02/1981 -0.30 1.47 3.0 41
Ced Fagues 30/01/1958 -0.41 1.19 2.4 38 Sidi Ouadah 24/08/1981 -0.54 0.87 1.8 29
Ced Fagues 01/04/1959 -0.41 1.17 2.4 36 Rocade Sud 27/03/1982 -0.12 1.91 3.9 49
Rocade Sud 11/08/1959 -0.80 0.22 0.5 15 Sidi Ouadah 12/05/1982 0.83 4.24 8.7 69
Rocade Sud 30/09/1959 -0.58 0.77 1.6 28 Sidi Ouadah 12/09/1982 0.03 2.27 4.7 53
Ced Fagues 22/11/1959 -0.79 0.26 0.5 16 Medjez 27/11/1982 -0.47 1.04 2.1 34
Ced Fagues 24/10/1960 -0.90 0.00 0.0 1 Rocade Sud 24/08/1983 -0.04 2.10 4.3 51
Rocade Sud 15/01/1961 0.04 2.30 4.7 54 Sidi Ouadah 04/05/1984 -0.84 0.13 0.3 12
Rocade Sud 12/01/1965 0.29 2.91 6.0 62 Ced Fagues 04/06/1984 -0.96 0.00 0.0 1
Ced Fagues 30/09/1965 1.93 6.94 14.2 77 Rocade Sud 12/08/1984 -1.04 0.00 0.0 1
Ced Fagues 24/09/1966 -0.25 1.57 3.2 42 Sidi Ouadah 10/10/1984 -0.77 0.30 0.6 18
Rocade Sud 11/10/1966 -0.65 0.58 1.2 24 Rocade Sud 11/11/1984 -0.30 1.46 3.0 40
Rocade Sud 12/12/1967 0.08 2.39 4.9 55 Medjez 29/03/1985 -0.98 0.00 0.0 1
Ced Fagues 29/08/1968 0.64 3.77 7.7 67 Ced Fagues 05/01/1986 -0.43 1.14 2.3 35
Ced Fagues 03/03/1969 0.87 4.35 8.9 71 Rocade Sud 07/03/1986 1.20 5.15 10.5 74
Rocade Sud 07/04/1969 -0.25 1.58 3.2 43 Rocade Sud 01/10/1986 0.84 4.27 8.7 70
Ced Fagues 05/10/1969 2.37 8.04 16.5 81 Ced Fagues 26/02/1987 -0.87 0.06 0.1 11
Rocade Sud 13/10/1970 -0.66 0.56 1.1 22 Ced Fagues 06/11/1987 -0.24 1.61 3.3 45
Ced Fagues 08/04/1971 -0.41 1.18 2.4 37 Sidi Ouadah 07/12/1987 2.01 7.16 14.7 78
Ced Fagues 08/12/1971 2.65 8.74 17.9 85 Sidi Ouadah 18/11/1988 2.71 8.88 18.2 86
Rocade Sud 19/01/1972 1.46 5.78 11.9 75 Rocade Sud 28/05/1989 0.13 2.52 5.2 59
Ced Fagues 20/10/1972 -0.71 0.45 0.9 20 Medjez 21/09/1989 2.64 8.71 17.8 84
Rocade Sud 06/02/1973 -0.93 0.00 0.0 1 Ced Fagues 01/05/1990 -0.25 1.58 3.2 44
Medjez 24/09/1973 -0.51 0.93 1.9 31 Sidi Ouadah 11/05/1990 -0.22 1.65 3.4 46
Sidi Ouadah 24/12/1973 -0.66 0.57 1.2 23 Medjez 13/09/1990 -0.62 0.66 1.3 27
Rocade Sud 31/03/1974 -0.31 1.44 3.0 39 Ced Fagues 11/11/1990 -0.54 0.88 1.8 30
Ced Fagues 12/10/1974 -0.89 0.01 0.0 9 Sidi Ouadah 09/12/1990 -0.77 0.30 0.6 19
Sidi Ouadah 16/02/1975 -0.81 0.20 0.4 13 Medjez 28/09/1991 0.39 3.16 6.5 65
Medjez 29/08/1975 -0.88 0.01 0.0 10 Sidi Ouadah 11/10/1991 0.10 2.43 5.0 57
Ced Fagues 09/09/1975 -0.48 1.01 2.1 33 Medjez 07/11/1992 0.10 2.44 5.0 58
Sidi Ouadah 10/04/1976 -0.66 0.56 1.1 21 Ced Fagues 09/12/1992 -0.50 0.95 1.9 32
Medjez 28/06/1976 2.39 8.10 16.6 83 Rocade Sud 23/09/1993 1.14 5.00 10.2 73
Rocade Sud 27/08/1976 0.36 3.09 6.3 64 Ced Fagues 01/11/1993 -0.08 1.99 4.1 50
Rocade Sud 07/09/1976 0.96 4.57 9.4 72 Sidi Ouadah 30/09/1994 0.82 4.22 8.6 68
Medjez 06/01/1977 0.29 2.90 5.9 61 Sidi Ouadah 07/10/1995 2.38 8.07 16.5 82
Medjez 24/11/1977 -0.95 0.00 0.0 1 Ced Fagues 24/05/1996 2.22 7.67 15.7 79
Ced Fagues 08/04/1978 -0.81 0.21 0.4 14 Sidi Ouadah 08/09/1996 -0.65 0.60 1.2 25
Sidi Ouadah 17/08/1978 -0.12 1.90 3.9 48 Ced Fagues 17/05/1997 -0.78 0.28 0.6 17
Rocade Sud 18/10/1978 -0.98 0.00 0.0 1 Sidi Ouadah 17/09/1997 0.32 2.99 6.1 63
Ced Fagues 22/01/1979 0.20 2.69 5.5 60 Sidi Ouadah 26/09/1998 -0.64 0.61 1.3 26
Medjez 10/04/1979 0.09 2.42 5.0 56
Ejmax* et Qjmax* : valeurs transposées à Sidi Ouadah

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 97

Table 8-5 : Occurrence des maximums annuels Qjmax par mois

Mois Nb Pourcentage
Septembre 18 20.7 %
Octobre 13 14.9 %
Novembre 9 10.3 %
Décembre 7 8.0 %
Janvier 7 8.0 %
Février 4 4.6 %
Mars 6 6.9 %
Avril 6 6.9 %
Mai 7 8.0 %
Juin 2 2.3 %
Juillet 0 0.0 %
Août 8 9.2 %

Total 87 100.0 %

Table 8-6 : Occurrence des maximums annuels Qjmax par station

Stations Nb Pourcentage Nbinit Nb/Nbinit


Sidi Ouadah 20 23.0 % 26 0.77
Ced Fagues 29 33.3 % 40 0.73
Medjez 12 13.8 % 20 0.60
Rocade Sud 26 29.9 % 36 0.72

Total 87 100.0 % 122 0.71

Table 8-7 : Caractéristiques des échantillons initial et final à Sidi Ouadah

Sidi Ouadah n M S Cv Me Min Max


Original 26 4.5 5.1 1.12 3.0 0.2 18.2
Echantillon composite 87 5.2 5.5 1.06 3.2 0.0 22.6

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 98

Figure 8-6 : Echantillon régional composite – 87 années-stations

25
Débit journalier maximal Qjmax (transposé à Sidi Ouadah) [m3/s]

20

15

10

0
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
Année

Sidi Ouadah (Q051101) Medjez (Q050901) Ced Fagues (Q050801) Rocade Sud (Q050501)

Figure 8-7 : Indépendance de l’échantillon régional composite

25

20

15
Qj+1 [m3/s]

10

2
R = 0.03

0
0 5 10 15 20 25
3
Qj [m /s]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 99

8.3.2.2 Ajustement statistique de l’échantillon composite régional

Une fois l’échantillon composite régional établi et transposé à la station de Sidi Ouadah, le
meilleur ajustement est cherché. Les lois suivantes ont été testées : loi de Gumbel, loi log-
normale, loi log-Pearson de type III, loi racine-Gumbel.

Les ajustements de la loi de Gumbel, de la loi log-normale et de la loi racine-Gumbel sont


illustrés en Figure 8-8, en Figure 8-9 et en Figure 8-10. Sur la Figure 8-8, le gradex, issu de
la loi de Gumbel ajustée aux pluies journalières maximales, a aussi été tracé.

La Figure 8-11 présente les écoulements journaliers maximaux en fonction de la période de


retour. Sur cette figure sont représentées les différentes lois testées et ajustées, ainsi que
les écoulements maximaux journaliers obtenus par l’application de la méthode de l’USSCS
(voir section 8.3.1).

On constate que la loi de Gumbel et la loi log-Pearson de type III, bien ajustées à
l’échantillon régional pour des périodes de retour inférieures à 100 ans, donnent de faibles
valeurs d’écoulements journaliers maximaux pour les grandes périodes de retour. Ces lois
ne prennent en effet pas en compte l’information issue de la distribution des pluies
journalières maximales.

La méthode du gradex permet de prendre en compte l’information sur la distribution des


pluies journalières maximales en admettant que, au-delà d’une certaine hauteur de pluie, il
n’y a plus de perte par infiltration. Tout excédent de pluie dP entraîne un excédent
d’écoulement tel que « dE = dP ». La méthode du gradex a été appliquée à loi de Gumbel
(pour les écoulements) en considérant deux hypothèses : la distribution de pluie journalière
suit une loi de Gumbel ou une loi log-normale (voir section 6.4).

Lo loi log-normale appliquée aux écoulements journaliers maximaux diverge rapidement et


donne des valeurs supérieures à la méthode du gradex.

La loi racine-Gumbel tend pour les grandes périodes de retour vers la méthode du gradex.

La méthode du gradex (avec une distribution log-normale des pluies), la méthode de


l’USSCS et la loi racine-Gumbel donnent, toutes trois, des écoulements journaliers
maximaux compris entre 57 et 62 mm par jour pour une période de retour de 10 000 ans.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, la loi racine-Gumbel est retenue comme la loi


représentative des pluies journalières maximales.

La Table 6-13 donne les pluies journalières maximales aux stations de Sidi Ouadah et de
Bordj Ghdir en fonction des différentes périodes de retour.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 100

Figure 8-8 : Qj max – Ajustement de la loi de Gumbel

Figure 8-9 : Qj max – Ajustement de la loi log-normale

4
y = 1.121x + 0.484
2
R = 0.979
3
Ln (Ej max)

-1

-2
-2.0 -1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
Variable de Gauss u(Gauss)

Echantillon régional Echantillon ajusté Ajustement linéaire

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 101

Figure 8-10 : Qj max – Ajustement de la loi de racine-Gumbel

10

7
y = 0.730x + 0.968
2
R = 0.982
6
Racine (Ej max)

0
-2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Variable de Gumbel u(Gumbel)

Echantillon régional Echantillon ajusté Ajustement linéaire

Table 8-8 : Qjmax vs Période de retour T

Période de retour
Pj max Ej max Vj max Qj max
T
3 3
[ans]] [mm] [mm] [hm ] [m /s]
2 35 2 0.3 3
5 48 4 0.8 9
10 56 7 1.2 14
20 64 10 1.7 20
50 73 15 2.6 30
100 80 19 3.3 38
200 87 23 4.1 48
500 95 30 5.4 62
1 000 102 36 6.4 74
2 000 108 42 7.5 87
5 000 117 52 9.1 106
10 000 123 59 10.5 121
CMP 250 120 21.3 246

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 102
Figure 8-11 : Qj max vs Période de retour T – Extrapolation aux valeurs extrêmes

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 103

8.4 Crue Maximale Probable

La crue maximale probable (CMP) est estimée en utilisant l’hypothèse sous-jacente à la


méthode du gradex.

On considère en effet que pour la crue décamillénale (a fortiori pour la CMP), toute la
capacité de rétention du bassin a été utilisée (le sol est saturé d’eau). Ainsi, tout
accroissement de pluie dP se traduit par un accroissement identique de la lame d’eau
écoulée, dE.

Le débit journalier de la CMP se calcule donc à partir du débit journalier de la crue


décamillennale, en lui appliquant un coefficient égal au rapport des pluies journalières :

QCMP = Q10 000 x PMP/P10 000

Avec : PMP= 250 mm ; P10 000= 123 mm et Q10 000 = 121 m3/s, on obtient finalement une
estimation du débit journalier de la CMP égale à 246 m3/s.

Remarque (en anticipant ici sur la suite de l’étude) :

La forme des hydrogrammes de la crue décamillennale et de la CMP étant identique (voir


Section 8.5.4.5), le ratio des débits de pointe est égal au ratio des débits journaliers. On
obtient donc un rapport de 2.0 entre les débits de pointe de la CMP et de la crue
décamillennale. Cette valeur est conforme à celles mentionnées dans la littérature et
rencontrées sur des projets similaires au Maghreb.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 104

8.5 Débits de pointe maximaux

8.5.1 Méthodologie

L’utilisation de formules empiriques (Mallet-Gauthier, Giandotti, et Possenti) permet dans un


premier temps d’estimer l’ordre de grandeur du débit de pointe pour différentes périodes de
retour.

L’analyse statistique des débits de pointe disponibles pour l’oued Soubella est alors menée
pour déterminer les débits de pointe pour les périodes de retour inférieures à 100 ans.

Puis, les modèles de ruissellement et de l’hydrogramme unitaire synthétique de l’USSCS


sont utilisés afin de déterminer les débits de pointes pour les grandes périodes de retour.

Enfin, les résultats obtenus sont analysés pour déterminer les débits de pointe qui seront
retenus.

8.5.2 Formules empiriques

Les formules empiriques proposées lors de l’étude de faisabilité sont reprises en actualisant
les données d’entrée lorsque nécessaire. Ces formules permettent de donner un ordre de
grandeur des débits de pointe Qp en fonction des périodes de retour. Ces valeurs servent
ainsi de vérification des résultats. Les formules présentées ci-dessous sont applicables en
Algérie.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 105

8.5.2.1 Formule de Mallet – Gauthier

Cette formule s’écrit ainsi :

Qp = 2K*log (1+A*Pan) S (1+4*logT - logS)0.5 / L0.5

où : K représente la géomorphologie du bassin, variable entre 1 et 2, prise égale à 2

A représente les conditions climatiques, variable entre 20 et 30, prise égale à 25

Pan pluie annuelle moyenne (sur la période reconstituée – 1943/2004) sur le bassin
égale à 0,3 m

L longueur du thalweg principal, égale à 33,5 km

T période de retour, en années

S superficie du bassin, égale à 177 km2

Les débits de pointe calculés selon cette formule sont donnés dans la Table 8-9 :

Table 8-9: Débits de pointe par la formule de Mallet-Gauthier

T K A Pan L S Qp
2 3
années - - m km km m /s
2 2 25 0.3 33.5 177 N/A
5 2 25 0.3 33.5 177 141
10 2 25 0.3 33.5 177 189
20 2 25 0.3 33.5 177 226
50 2 25 0.3 33.5 177 268
100 2 25 0.3 33.5 177 295
200 2 25 0.3 33.5 177 321
500 2 25 0.3 33.5 177 351
1 000 2 25 0.3 33.5 177 373
2 000 2 25 0.3 33.5 177 393
5 000 2 25 0.3 33.5 177 418
10 000 2 25 0.3 33.5 177 437

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 106

8.5.2.2 Formule de Giandotti

Cette formule comporte deux expressions analytiques :

Qp = C* Pc* S (Hmoy – H0)0.5 / (4* S0.5 + 1.5 L)

et

tc = (4* S0.5 + 1.5 L) / [0.8(Hmoy – H0)0.5]

où : tc temps de concentration en heures

C coefficient variable entre 100 et 166, pris égal à 130

S superficie du bassin, égale à 177 km2

Hmoy altitude moyenne du bassin versant, égale à 1150 m

H0 altitude du site de barrage, égale à 725 m

L longueur du thalweg principal, égale à 33,5 km

Pc pluie en mètre de période de retour T et tombée pendant un intervalle de temps


t = tc (estimée à partir de la formule de Montana, voir plus loin)

Les résultats de cette formule sont donnés dans la Table 8-10 ci-dessous.

Table 8-10 : Débits de pointe par la formule de Giandotti

T tc Pc C L S Qmax
années h mm - km km2 m3/s
2 6.3 26 130 33.5 177 119
5 6.3 34 130 33.5 177 158
10 6.3 40 130 33.5 177 182
20 6.3 45 130 33.5 177 207
50 6.3 52 130 33.5 177 238
100 6.3 57 130 33.5 177 263
200 6.3 63 130 33.5 177 288
500 6.3 69 130 33.5 177 315
1 000 6.3 74 130 33.5 177 340
2 000 6.3 80 130 33.5 177 365
5 000 6.3 86 130 33.5 177 393
10 000 6.3 91 130 33.5 177 417

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 107

8.5.2.3 Formule de Possenti

L’expression mathématique de la formule est la suivante :

Qp = C* P24(Sm + Sp / 3) / L

où : P24 pluie maximale de 24 heures de la fréquence appropriée, en mètre

Sm superficie montagneuse du bassin versant, égale à 150 km2

Sp superficie des zones planes du bassin versant, égale à 27 km2

L longueur du thalweg principal, égale à 33,5 km

C représente la géomorphologie du bassin, coefficient variable entre 700 et 800, et


pris égal à 750.

Les résultats de la formule de Possenti sont donnés dans la Table 8-11 ci-dessous:

Table 8-11 : Débits de pointe par la formule de Possenti

T P24 Sm Sp L C Qmax
années mm km2 km2 km - m3/s
2 34 150 27 33.5 753 122
5 45 150 27 33.5 752 161
10 52 150 27 33.5 751 185
20 59 150 27 33.5 750 210
50 68 150 27 33.5 750 242
100 75 150 27 33.5 750 267
200 82 150 27 33.5 750 292
500 90 150 27 33.5 750 320
1 000 97 150 27 33.5 750 345
2 000 104 150 27 33.5 750 370
5 000 113 150 27 33.5 750 402
10 000 119 150 27 33.5 750 425

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 108

8.5.2.4 Commentaires

La Table 8-12 compare les débits de pointe obtenus par l’application des différentes
formules empiriques.

Table 8-12 : Qp vs Période de retour T – Formules empiriques

Mallet
T Giandotti Possenti
Gauthier
3 3 3
Années m /s m /s m /s
2 N/A 119 122
5 141 158 161
10 189 182 185
20 226 207 210
50 268 238 242
100 295 263 267
200 321 288 292
500 351 315 320
1 000 373 340 345
2 000 393 365 370
5 000 418 393 402
10 000 437 417 425

Les trois formules empiriques donnent des résultats comparables et homogènes.

8.5.3 Ajustement statistique des valeurs observées

Les débits de pointe observés à la station hydrométrique de Sidi Ouadah entre 1973/74 et
1998/99 ont été étudiés. La Table 8-13 détaille les maximums annuels observés. On note
que, en octobre 1981 et septembre 1994, deux crues ont présentées des débits des pointes
supérieurs à 200 m3/s.

Par ailleurs, les coefficients de pointe peuvent atteindre des valeurs supérieures à 20, voire
30. Aucun élément à disposition ne permet de remettre en cause ces valeurs qui sont très
élevées. Ces valeurs peuvent en effet potentiellement s’expliquer par des pluies de grande
période de retour localisée sur une zone réduite du bassin versant.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 109

Table 8-13 : Débits de pointe – Maximums annuels

Qj Qp Qp/Qj Kj Kp
Année Date 3 3
m /s m /s - - -
1974/1975 20/09/1974 0.2 1.2 5.2 -1.56 -0.32
1983/1984 04/05/1984 0.3 1.7 6.4 -1.43 -0.03
1984/1985 10/10/1984 0.6 2.4 3.9 -0.80 0.24
1993/1994 01/11/1993 0.2 2.8 11.5 -1.48 0.36
1975/1976 04/06/1976 0.6 6.2 10.3 -0.82 0.94
1990/1991 31/05/1991 0.6 6.3 10.6 -0.82 0.96
1992/1993 07/11/1992 1.0 10.7 10.5 -0.42 1.36
1978/1979 25/01/1979 1.1 11.3 10.4 -0.37 1.40
1989/1990 11/05/1990 3.4 14.0 4.1 0.49 1.56
1973/1974 24/09/1973 0.8 16.0 21.1 -0.64 1.66
1988/1989 18/11/1988 18.2 18.2 1.0 1.76 1.76
1980/1981 24/08/1981 1.8 20.0 11.3 0.00 1.83
1976/1977 06/01/1977 4.8 24.8 5.1 0.76 1.99
1998/1999 26/09/1998 1.3 25.0 19.9 -0.26 2.00
1985/1986 27/10/1985 2.1 36.2 17.4 0.12 2.28
1986/1987 30/09/1986 5.1 36.2 7.0 0.81 2.28
1991/1992 11/10/1991 5.0 40.0 8.0 0.78 2.35
1996/1997 08/09/1996 1.2 42.5 34.7 -0.28 2.40
1997/1998 17/09/1997 6.1 61.2 10.0 0.94 2.68
1977/1978 17/08/1978 3.9 62.5 16.1 0.60 2.69
1995/1996 07/10/1995 16.5 65.7 4.0 1.69 2.73
1979/1980 03/09/1979 3.8 91.0 23.7 0.58 2.97
1982/1983 12/09/1982 4.7 114.0 24.5 0.73 3.14
1987/1988 07/12/1987 14.7 115.2 7.9 1.60 3.15
1981/1982 25/10/1981 8.0 218.0 27.2 1.14 3.63
1994/1995 30/09/1994 8.6 230.0 26.6 1.20 3.67

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 110

La Figure 8-12 présente les logarithmes népériens des débits de pointe en fonction de la
variable de Gauss. On constate un bon ajustement linéaire pour la distribution haute
correspondant aux débits supérieurs à la valeur médiane.

Figure 8-12 : Débit de pointe maximal annuel Qpmax – Ajustement

7
y = 1.12x + 3.36
2
R = 0.96
6

5
Ln Qpmax

0
-3 -2 -1 0 1 2 3
Variable de Gauss u(Gauss)

u(Gauss)<0 (n=13) u(Gauss)>0 (n=13) Ajustement

La Figure 8-13 et la Table 8-14 donne les débits de pointe issus de l’ajustement pour des
périodes de retour inférieures à 100 ans.

On remarque que l’ajustement statistique des débits de pointe enregistrés à la station de Sidi
Ouadah donne des valeurs inférieures à celles des formules empiriques pour des périodes
de retour de moins de 50 ans. On constate aussi que le débit de pointe obtenu par
l’ajustement statistique pour T=100 ans est notablement plus grand que ceux déterminés en
appliquant les formules empiriques.

Dans la Table 8-14, sont aussi indiqués les débits journaliers maximaux et les coefficients de
pointe associés. Tous les coefficients de pointe ont une valeur proche de 10. Bien que des
coefficients de pointe supérieurs à 20 aient été observés à la station de Sidi Ouadah, les
valeurs présentées dans le tableau sont conservatives. En effet, les coefficients de pointe
ont été calculés en associant, pour une période de retour donnée, le volume de crue
maximal, correspondant au débit journalier maximal, avec le débit de pointe maximal.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 111

Figure 8-13 : Débit de pointe par ajustement

400

350

300
Débit de pointe [m3/s]

250

200

150

100

50

0
1 10 100
Période de retour T [ans]

Données historiques (n=26) Ajustement log-normal

Table 8-14 : Débit de pointe par ajustement

Période de retour
Qp Qj Qp/Qj
T
3 3 3
[ans] [m /s] [m /s] [m /s]
2 29 3 9.3
5 74 9 8.5
10 121 14 8.7
20 182 20 9.0
30 225 24 9.3
40 259 27 9.5
50 287 30 9.6
100 390 38 10.2

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 112

8.5.4 Méthode de l’Hydrogramme Unitaire Synthétique (HUS)

La méthode de l’hydrogramme unitaire synthétique consiste à déterminer l’hydrogramme de


ruissellement à l’exutoire d’un bassin versant à partir du hyétogramme de l’événement
pluvieux considéré.

A cette fin, l’application de la méthode de l’hydrogramme unitaire synthétique à une pluie


journalière maximale de période de retour donnée nécessite de :

• déterminer le hyétogramme associé à la pluie journalière maximale,

• déterminer le hyétogramme de la pluie efficace en prenant en compte les pertes par


stockage superficiel et par infiltration,

• établir l’hydrogramme unitaire correspondant à une pluie nette de 1 mm,

• obtenir l’hydrogramme composé (ou hydrogramme synthétique) en superposant tous


les hydrogrammes élémentaires.

8.5.4.1 Hyétogramme des pluies journalières

La méthode de l’hydrogramme unitaire synthétique est appliquée avec une pluie de durée
24h pour pouvoir comparer les résultats aux données journalières.

Pour les différentes périodes de retour, et à partir des pluies maximales journalières (Pjmax)
calculées précédemment, la formule de Montana a été utilisée pour créer des séries de
pluies au pas de temps de la demi-heure. La formule de Montana s’exprime de la façon
suivante :

Pt = Pjmax (t/24)b

où : Pt pluie d’une durée t, en [mm]

Pjmax pluie maximale journalière d’une période de retour T donnée, en [mm]

t durée de la pluie, en heures

b exposant climatique

Une valeur de 0.2 a été adoptée pour l’exposant climatique, comme lors de l’étude de
faisabilité.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 113

Pour rendre ces séries plus « conservatives », le pic estimé par la formule est placé au
centre de la série (t= 12h). On place ensuite la seconde valeur la plus forte une demi-heure
après le pic, puis la troisième une demi-heure avant le pic et ainsi de suite.

La Figure 8-14 illustre la répartition journalière retenue.

Figure 8-14 : Pluies horaires de durée 24h via la formule de Montana

100%
Pas de temps : 0.5 h
90%

80%
Pluie horaire / Pjmax [(mm/h) / (mm)]

70%

60%

50%

40%

30%

20%

10%

0%
0

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24
Temps [h]

8.5.4.2 Pluie efficace

La pluie efficace correspond à la différence entre la pluie totale (donnée par le


hyétogramme) et les pertes par stockage superficiel et par infiltration.

La pluie efficace est calculée en appliquant la méthode de l’USSCS (voir 8.3.1) qui permet
de déterminer, à chaque pas de temps, la pluie nette cumulée en fonction de la pluie
cumulée. On en déduit alors directement la pluie efficace sur le pas de temps considéré.

8.5.4.3 Hydrogrammes unitaires

Cette étape consiste à établir l’hydrogramme unitaire pour une crue correspondant à une
lame d’eau ruisselée de 1 mm, et générée par une pluie de durée t = ½ h.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 114

La théorie de l’HUS établit qu’à ce ruissellement de 1 mm correspond un hydrogramme de


crue dont la forme est prédéterminée, et dont le paramètre central est Tp, temps de montée
de la « pointe ».

La valeur de Tp se calcule à travers la formule empirique suivante:

Tp= 0.5*D + 0.6*Tc

Où : D durée de la pluie génératrice, en h, égale à ½ h

Tc temps de concentration du bassin, en h

C’est donc finalement le temps de concentration Tc du bassin versant qui fixe réellement la
forme de l’hydrogramme unitaire, autrement dit la « réponse » du bassin versant à une
averse. Paramètre essentiel pour l’application de la méthode de l’HUS, il s’exprime en
heures et peut s’estimer de diverses manières, parmi lesquelles :

(1) Formule de l’USSCS

Tc = (L1.15 / ∆H0.385) / 3086

Où : L longueur du thalweg principal, en mètres, égale à 33 500 m

∆H différence d’altitude entre le point le plus haut du thalweg principal et l’exutoire,


en m, égale à 687 m

(2) Formule de Kirpich

Tc = 0.0663 L0.77/ i0.385

Où : L longueur du thalweg principal, en km, égale à 33.5 km

i pente moyenne du cours d’eau, égale à 0.0205

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 115

(3) Formule du California Culverts Practice

Tc = (11.9 L3 / δH)0.385

Où : L longueur du thalweg principal, en miles, égale à 21 mi

δH Différence d’altitude entre l’altitude moyenne thalweg principal et l’exutoire, en


feet, égale à 1130 ft

(4) Formule de Haspers

Tc = 0.1 L0.8 / i0.3

Où : L longueur du thalweg principal, en km, égale à 33.5 km

i pente moyenne du thalweg principal, en m/m, égale à 0.0205

(5) Formule de Giandotti

Tc = (4 S0.5 + 1.5 L) / (0.8 (Hmoy - H0)0.5)

Où : L longueur du thalweg principal, en km, égale à 33.5 km

S superficie du bassin versant, égale à 177 km2

Hmoy altitude moyenne du bassin versant, égale à 1150 m

H0 : Altitude de l’exutoire du bassin versant, égal à 725 m

La Table 8-15 présente les résultats obtenus à partir de l’application de ces 5 formules. Les
formules de l’USSCS et de Kirpich donne des résultats proches, dont la valeur moyenne vaut
4.3 h. Il faut noter que la valeur d’un temps de concentration de 4.3 h correspond à une
vitesse moyenne de l’écoulement de crue d’environ 2.2 m/s, ce qui est réaliste.

La valeur moyenne des 5 formules donne un temps de concentration de 5.2 h, c’est-à-dire


une vitesse de l’écoulement de crue d’environ 1.8 m/s.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 116

Table 8-15 : Temps de concentration Tc du bassin versant de l’oued Soubella

Formule Tc (h) Tp (h)


1 USSCS 4.2 2.8
2 Kirpich 4.4 2.9
3 California 5.8 3.7
4 Haspers 5.3 3.4
5 Giandotti 6.3 4.0
Moy (1+2) 4.3 2.8
Moy (1 à 5) 5.2 3.4

Les hydrogrammes unitaires calculés à partir de ces différents temps de concentration ont
des formes différentes (pour des volumes de crue égaux) : plus Tc est faible et plus la pointe
(c’est-à-dire le ratio Qp/Qjmax) est marquée. A titre d’illustration, la Figure 8-15 présente les
hydrogrammes unitaires correspondant à cette lame d’eau ruisselée de 1 mm, générée par
une pluie de 28 mm tombée pendant une durée t = 1/2 h (et donc d’intensité 56 mm/h) et les
temps de concentration Tc = 4.3 h et Tc = 5.2 h.

La durée de ces hydrogrammes est égale à 5*Tc, conformément à la théorie de l’HUS. Le


volume ruisselé est représenté par l’aire sous les hydrogrammes, et correspond à une lame
d’eau de 1 mm.

Figure 8-15 : Hydrogramme unitaire de l’oued Soubella (pour Tc= 4.3h et Tc= 5.2h)

20 100

15 75
Débit instantané à Sidi Ouadah [m3/s]

Pluie horaire [mm/h]

10 50

5 25

0 0
0 6 12 18 24
Temps [h]

Hydrogramme unitaire - Tc=4.3h Hydrogramme unitaire Tc=5.2h Pluie génératrice

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 117

8.5.4.4 Composition des hydrogrammes unitaires

Pour établir les hydrogrammes composés (ou hydrogrammes synthétiques) associés aux
différentes périodes de retour, et correspondant à des pluies génératrices de durée t = 24h, il
est nécessaire de « composer » les différents hydrogrammes unitaires, qui correspondent
eux à une pluie génératrice de durée t = ½ h.

Ceux-ci sont calculés en utilisant la méthode précédemment décrite, puis sont reportés sur
une échelle de temps. Chaque hydrogramme unitaire est alors décalé de ½ h par rapport au
précédent. Finalement, l’hydrogramme composé (ou hydrogramme synthétique) est la
somme à chaque instant de tous les hydrogrammes unitaires.

La Figure 8-16 illustre cette composition, obtenu à partir d’une pluie journalière de 100 mm et
d’un temps de concentration Tc = 4.3h. On note que l’hydrogramme obtenu a une durée
d’environ 18 heures, ce qui confirme que les données journalières (pluie journalière
maximale et débit journalier maximal) peuvent être utilisée pour caractériser les épisodes de
crues.

Pour tous les hydrogrammes établis dans la suite de l’étude, quasiment aucun écoulement
n’est généré par le modèle HUS de l’USSCS jusqu’à t= 12 h. En effet, quasiment toutes les
précipitations tombées les 12 premières heures sont « absorbées » par le sol du bassin et
participent à la perte initiale I du modèle.

Figure 8-16 : Illustration d’un hydrogramme composé (Pj=100 mm et Tc= 4.3h)

400 100

300 75
Débit instantané à Sidi Ouadah [m3/s]

Précipitations [mm/h]

200 50

100 25

0 0
0 6 12 18 24 30 36
Temps [h]

Hydrogramme composé (synthétique) Pluies génératrices

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 118

8.5.4.5 Résultats

La Table 8-16 présente les débits journaliers, les débits de pointe et les coefficients de
pointe obtenus par la méthode de l’hydrogramme unitaire synthétique pour les différentes
périodes de retour. Ces résultats ont été obtenus en choisissant de manière conservative un
temps de concentration de 4.3 heures.

Table 8-16 : Débit de pointe par la méthode de l’Hydrogramme Unitaire Synthétique

Période de retour Débit journalier Débit de pointe Coeff. de pointe


T Qj Qp Qp/Qj
3 3 3
[ans] [m /s] [m /s] [m /s]
2 6 17 3.1
5 16 57 3.7
10 24 91 3.9
20 32 127 4.0
50 43 179 4.1
100 52 219 4.2
200 61 261 4.3
500 73 320 4.3
1 000 83 365 4.4
2 000 93 412 4.4
5 000 106 475 4.5
10 000 117 525 4.5

On constate que les coefficients de pointe, pour les périodes de retour inférieures à 100 ans
sont nettement plus faibles que les valeurs observées qui sont générées par des pluies
intenses localisées sur une partie du bassin versant. Le modèle ne prend pas en compte ce
phénomène : il modélise une pluie uniforme représentative sur l’ensemble du bassin versant.
Cela a aussi pour conséquence de donner des débits journaliers maximaux élevés pour les
petites périodes de retour (voir 8.3.2.2 et Figure 8-11).

Cependant, pour les grandes périodes de retour, le coefficient de pointe tend vers une limite
de 4.5. Cette valeur a un sens physique important car, comme on l’a montré précédemment,
la méthode de l’USSCS donne, pour les grandes périodes de retour, des résultats similaires
à la méthode du gradex et la loi racine-Gumbel retenue dans le cadre de l’étude des débits
journaliers maximaux.

8.5.5 Synthèse

Les débits de pointe ont été étudiés en utilisant les formules empiriques existantes, en
analysant les données observées à disposition, et en appliquant la méthode de
l’hydrogramme unitaire synthétique.

Il ressort de l’étude des données observées que, pour des périodes de retour inférieures à
50 ans, le coefficient de pointe peut être pris constant et égal à 10.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 119

Pour les grandes périodes de retour (T>1 000 ans), l’analyse des résultats obtenus par la
méthode de l’hydrogramme unitaire montre que le coefficient de pointe tend vers 4.5.

Ces différences sur le coefficient de pointe s’expliquent de la manière suivante : pour des
périodes de retour inférieurs à 100 ans, les crues sont générées par des événements
pluvieux intenses et localisés à une partie uniquement du bassin versant, tandis que pour les
crues de fréquence rare la pluie génératrice concerne l’ensemble du bassin versant.

8.6 Hydrogrammes de crue

Aucun hydrogramme de crue n’étant disponible à la station de Sidi Ouadah, les


hydrogrammes de crue sont issus de l’application de la méthode de l’hydrogramme unitaire
synthétique (voir 8.5.4).

Suite à l’étude des débits de pointe, deux formes d’hydrogrammes sont présentées :

• la forme A présente un coefficient de pointe de 10 et s’applique aux crues de


période de retour inférieure à 100 ans (notamment la crue de chantier),

• la forme B présente un coefficient de pointe de 4.5 et s’applique aux événements


extrêmes, période de retour supérieure ou égale à 1 000 ans (notamment la crue
décamillennale ou crue de projet).

Les deux formes d’hydrogrammes sont présentées sur la Figure 8-17.

Figure 8-17 : Hydrogrammes de crue – Formes A et B

12

10

8
Débit / Débit journalier [-]

0
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Temps [h]

Forme A Forme B

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 120

8.7 Synthèse

La Table 8-17 récapitule les données pour les crues de chantier (T < 100 ans).

Table 8-17 : Crues de chantier – Données caractéristiques (Cp = 10)

Période de retour Volume Débit moyen Débit de pointe


T V Qj Qp
3 3 3
[ans] [hm ] [m /s] [m /s]
2 0.3 3 31
5 0.8 9 87
10 1.2 14 140
20 1.7 20 202
30 2.1 24 242
40 2.4 27 273
50 2.6 30 298
100 3.3 38 383

La Table 8-18 présente les données caractéristiques pour la crue de projet (T = 10 000 ans)
et la crue maximale probable.

Table 8-18 : Crue de projet et CMP – Données caractéristiques (Cp = 4.5)

Période de retour Volume Débit moyen Débit de pointe


T V Qj Qp
3 3 3
[ans] [hm ] [m /s] [m /s]
10 000 10.5 121 544
CMP 21.3 246 1 107

Les trois figures et les trois tables suivantes présentent les hydrogrammes et les
caractéristiques des crues obtenus pour les trois crues les plus importantes du point de vue
du dimensionnement des ouvrages, à savoir la crue de chantier (T= 50 ans), la crue de
projet (T= 10 000 ans) et la crue maximum probable (CMP) (Figure 8-18 ;Figure 8-19; Figure
8-20 et Table 8-19 ; Table 8-20 ; Table 8-21).

Enfin, cette section se clôt sur un graphique (Figure 8-21) permettant de comparer les trois
principaux hydrogrammes de crues.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 121

Figure 8-18 : Hydrogramme obtenu pour la crue de période de retour T = 50 ans

400 80

350 70

300 60
Débit instantané [m3/s]

250 50

Pluie horaire [mm/h]


200 40

150 30

100 20

50 10

0 0
0 6 12 18 24 30 36
Temps [h]

Hydrogramme Pluies

Table 8-19 : Débits et volume de la crue de période de retour T = 50 ans

Pluie génératrice Pjmax 73 mm


3
Débit maximal journalier Qjmax 30 m /s
3
Débit de pointe Qp 298 m /s
Ratio Qp/Qmax 10 -
3
Volume total de la crue 2.6 hm

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 122

Figure 8-19 : Hydrogramme obtenu pour la crue de période de retour T = 10 000 ans

600 120

500 100

400 80
Débit instantané [m3/s]

Pluie horaire [mm/h]


300 60

200 40

100 20

0 0
0 6 12 18 24 30 36
Temps [h]

Hydrogramme Pluies

Table 8-20 : Débits et volume de la crue de période de retour T = 10 000 ans

Pluie génératrice Pjmax 123 mm


3
Débit maximal journalier Qjmax 121 m /s
3
Débit de pointe Qp 544 m /s
Ratio Qp/Qmax 4.5 -
3
Volume total de la crue 10.5 hm

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 123

Figure 8-20 : Hydrogramme obtenu pour la CMP

1200 300

1000 250

800 200
Débit instantané [m3/s]

Pluie horaire [mm/h]


600 150

400 100

200 50

0 0
0 6 12 18 24 30 36
Temps [h]

Hydrogramme Pluies

Table 8-21 : Débits et volume de la CMP

Pluie génératrice Pjmax 250 mm


3
Débit maximal journalier Qjmax 246 m /s
3
Débit de pointe Qp 1 107 m /s
Ratio Qp/Qmax 4.5 -
3
Volume total de la crue 21.3 hm

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 124

18
15
12
Figure 8-21 : Comparaison des principaux hydrogrammes

T = 50 ans
9

T = 10 000 ans
Temps [h]
6

CMP
3
0
-3
-6
1200

1000

800

600

400

200

Débit instantané [m3/s]

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 125

9 TRANSPORTS SOLIDES

9.1 Problématique

L’étude des apports solides sert de base au calcul du volume mort du futur réservoir.

Le calcul des transports solides s’appuie sur les données présentées lors de l’étude de
faisabilité et reprend une méthodologie semblable (source [14], pp. 28-30). Le Bureau
d’Etude a néanmoins complété cette approche, en utilisant des données supplémentaires
issues de la littérature.

Comme il est spécifié dans l’étude de faisabilité, des prélèvements systématiques


concernant le transport solide (sédiment en suspension) ont été réalisés à la station
hydrométrique de Sidi Ouadah pendant plusieurs années. Ce point est confirmé dans la
thèse de A. Demmak, dans laquelle des données sur le taux d’abrasion du bassin versant de
l’oued Soubella sont données sur la période 1972/73-1979/80.

Malheureusement, lors de l’étude de faisabilité et lors de la présente étude, l’ANRH n’a pas
été en mesure de transmettre au Bureau d’Etudes les données relatives aux transports
solides dans le bassin de l’oued Soubella.

Ce manque de données à obliger le Bureau d’Etudes à utiliser les données issues de la


littérature et à appliquer des méthodes empiriques, complétées par des appréciations sur les
caractéristiques physiques du bassin versant du barrage, afin de déterminer un ordre de
grandeur du taux d’abrasion du bassin versant de Soubella (en t/km²/an).

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 126

9.2 Taux d’abrasion observés

Trois données sur les transports solides sont disponibles dans la région de l’étude. Il s’agit :

• de l’envasement du barrage de K’Sob (S = 1470 km2),

• de l’envasement du barrage d’Ain Zada (S = 1803 km2),

• du taux d’abrasion du bassin versant de l’oued Soubella sur la période 1972/73-


1979/80 (source : A. Demmak),

9.2.1 Barrage de K’Sob

La Table 9-1 donne les taux d’abrasion estimés du bassin versant du barrage de K’Sob,
calculé selon 4 sources d’information différentes. On constate une dispersion des données,
c’est pourquoi les deux valeurs extrêmes ont été éliminées et les deux valeurs moyennes ont
été conservées. Le taux d’abrasion sur le bassin versant de K’Sob est aini estimé à
550 t/km2/an.

Table 9-1 : Estimation du taux d’abrasion pour le bassin versant de K’Sob

Taux
Envasement années Taux annuel d'abrasion Référence
(hm3) (-) (m3/an) (t/km²/an)

- - 300 000 286 "La sédimentation dans les barrages algériens",


La Houille Blanche, n°1, 2004
13.9 24 579 167 552 Etude hydrologique, études de faisabilité, Coyne et Bellier, p. 29

15.0 25 600 000 571 "Le dragage des retenues de barrages: quelques exemples algériens",
La Houille Blanche, n°5, 2004)
17.0 24 708 333 675 Site internet : http://www.mre.gov.dz/eau/ress_superf.htm

9.2.2 Barrage d’Ain Zada

La Table 9-2 donne le taux d’abrasion estimé du bassin versant du barrage d’Ain Zada,
calculé selon 2 sources d’information différentes. On constate que les résultats sont
homogènes. Le taux d’abrasion sur le bassin versant d’Ain Zada est estimé à 200 t/km2/an.

Table 9-2 : Estimation du taux d’abrasion pour le bassin versant d’Ain Zada

Taux
Envasement années Taux annuel d'abrasion Référence
(hm3) (-) (m3/an) (t/km²/an)

- - 236 000 183 Etude hydrologique, études de faisabilité, Coyne et Bellier, p. 30

3.6 14 257 143 200 Site internet : http://www.mre.gov.dz/eau/ress_superf.htm

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 127

9.2.3 Oued Soubella (1972/73-1979/80)

Comme mentionné plus haut, A. Demmak donne dans sa thèse (source [13], p. 73) un taux
d’abrasion mesuré à la station de Sidi Ouadah pendant la période 1972/73-1979/80. Ce taux
est d’environ 36 t/km²/an, ce qui est faible, en comparaison des taux estimés des bassins
versants de K’Sob et Ain Zada. Pourtant, l’écoulement annuel moyen sur cette période n’est
pas particulièrement faible (21 mm/an), pour un écoulement moyen interannuel de
27.7 mm/an (sur la période reconstituée de 1943/44 – 2004/05).

9.3 Formule de Tixeront

La formule de Tixeront se base sur des corrélations établies à partir de mesures faites dans
différents oueds en Algérie et en Tunisie. Elle se présente sous les trois formes suivantes et
donne des résultats en t/km2/an:

[a] Ta = 75 R0.15 (pour les bassins à perméabilité moyenne élevée)

[b] Ta = 350 R0.15 (pour les bassins à perméabilité faible à moyenne)

[c] Ta = 1400 R0.15 (pour les bassins à faible perméabilité)

où: R = 27,7 mm - lame d’eau écoulée de l’oued Soubella au site du barrage sur la période
reconstituée (1943/44 – 2004/05).

La Table 9-3 compare les taux d’abrasion obtenus par application des formules de Tixeront
avec le taux d’abrasion observé.

Table 9-3 : Taux d’abrasion – Formules de Tixeront

Taux Formules de Tixeront


Bassin Lame d’eau
Superficie d’abrasion
versant écoulée
observé [a] [b] [c]
2 2 2 2 2
- km mm/an t/km /an t/km /an t/km /an t/km /an
K’Sob 1 470 18* 550 116 540 2 160
Ain Zada 1 803 13** 200 110 514 2 056
Soubella 177 28 36 124 577 2 310
* source [14] p.52 / ** source [14] p.30

On constate que la formule de Tixeront de type b est bien adaptée au bassin versant du
barrage de K’Sob. Pour le bassin d’Aïn Zada il est nécessaire de majorer de près de 80% le
résultat obtenu par la formule Tixeront de type a pour retrouver le taux d’abrasion observé.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 128

En ce qui concerne le bassin versant de l’oued Soubella, le taux d’abrasion mesuré par
Demmak est 3.5 fois inférieur à celui obtenu par application de la formule de Tixeront de
type a.

9.4 Analyse géomorphologique

Le travail réalisé par M. Demmak sur la mise au point d’une relation entre apports solides et
paramètres physico-climatiques en Algérie montre que les bassins du barrage de Soubella et
du barrage d’Ain Zada ont un comportement à l’érosion comparable.

En effet, même si les paramètres géomorphologiques de ces deux bassins versants


diffèrent, la Figure 9-1 (issue du travail de M. Demmak) montre que les taux d’abrasion à
Magroua et à Sidi Ouadah, calculés par la formule proposée par M. Demmak, sont
comparables (légèrement inférieurs à 500 T/km2/an). Pour rappel, la station de Magroua
(S= 2350 km2) est située à l’aval du barrage de Ain Zada (S= 1803 km2).

On note par ailleurs que M. Demmak a observé un taux d’abrasion de 99 t/km2/an à la


station de Magroua, à comparer au taux d’abrasion estimé à 200 t/km2/an au barrage de Ain
Zada (valeur issue des mesures d’envasement).

Par ailleurs, l’analyse des images satellitaires (Figure 9-2) montre que le bassin versant de
K’Sob connaît une érosion nettement plus marquée que l’érosion observée sur les bassins
d’Ain Zada et de Soubella.

Etant donné l’incertitude sur les données, la courte période pendant laquelle les débits
solides ont été mesurés à Sidi Ouadah et l’importance de la problématique de la
sédimentation pour les barrages algériens, une approche conservative est privilégiée pour
l’estimation du taux d’abrasion sur l’oued Soubella.

En considérant un comportement à l’érosion comparable pour les bassins de Soubella et


d’Ain Zada, un taux d’abrasion de 200 t/km2/an est retenu pour le dimensionnement du
volume mort du barrage de Soubella.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 129

Figure 9-1 : Corrélations établies par M. Demmak sur les taux d’abrasion en Algérie

Soubella

Magraoua
(Ain Zada)

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 130
Figure 9-2 : Bassins versants des barrages de Soubella, K’Sob et Ain (Image Landsat)

barrage de Soubella
Bassin versant et
d’Ain Zada
Barrage

de K’Sob
Barrage

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 131

9.5 Calcul du volume mort du barrage de Soubella

Afin d’estimer le volume mort du barrage, deux facteurs rentrent en ligne de compte et
permettent de minorer la sédimentation dans le réservoir du barrage de Soubella.

Le premier facteur correspond aux mesures de traitement du bassin versant (aménagements


anti-érosifs, pratiques agricoles, …) et à la gestion du réservoir (chasses, captage et
évacuation des courants de densité pendant 3 semaines après le passage de la crue). Dans
le cas du barrage de Soubella, étant donné le faible taux d’abrasion retenu, le Bureau
d’Etudes a estimé raisonnable de ne pas considérer de réduction des apports solides liés
aux mesures de traitement du bassin versant et à la gestion du réservoir.

Le deuxième facteur concerne le taux de piégeage des sédiments dans un réservoir. En


effet, plus un réservoir est important plus les sédiments qui s’y déversent seront facilement
« piégés » et participeront au comblement du volume mort de la retenue. En se basant sur
un rapport entre volume utile et apport moyen égal à 2 (soit une RN à la cote de 772 m,
valeur préconisée à l’étude de faisabilité), la courbe de Brune indique un taux de piégeage
de 95%.

En prenant en compte ces deux facteurs et une densité des sédiments de 1.4 (valeur
usuelle), le volume mort est estimé à 1.2 hm3 pour une durée de vie de 50 ans.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 133

10 DOCUMENTS DE REFERENCE

[1] Mebarki Azzedine, 2005, Hydrologie des bassins de l’Est Algérien : Ressources en
eau, aménagement et environnement, Université Mentouri de Constantine, Thèse de
Doctorat d’Etat, Géographie et Aménagement du Territoire, option Hydrologie, 360 p.

[2] Geotechna Progetti, 1999, Etude de faisabilité de 12 sites de barrages, Etude


hydrologique, Site 05 – Enkouche (W. Annaba), 05/HYDRO/R05.B

[3] Réméniéras, 1972, L’hydrologie de l’Ingénieur, Eyrolles, 3ème édition, 456 p.

[4] ANRH, 2002, Carte des évapotranspirations du Nord de l’Algérie

[5] ANRH, 1997, Atlas de cartes des températures et évapotranspirations potentielles de


l’Algérie du Nord

[6] Atlas des cartes des zones bioclimatiques simplifiées de l’Algérie du nord

[7] ANRH, 1993, Carte pluviométrique de l’Algérie du Nord

[8] ANRH, Données de pluies mensuelles, annuelles et maximums annuels aux stations
051111 (Sidi Ouadah), 050904 (Bordj Ghdir), 050905 (B.B Arreridj), 051306 (N’Gaous),
150614 (Tixter), 150724 (Ain Zada).

[9] ANRH, Données de debits journaliers aux stations 051101 (Sidi Ouadah), 050901
(Medjez), 050801 (Ced Fagues), 050501 (Rocade Sud).

[10] Hershfield David M., 1961, Estimating the Probable Maximum Precipitation, Journal of
the Hydraulics Division, Proceedings of the American Society of Civil Engineers,
1961/09, pp 99-116.

[11] Ven Te Chow, Handbook of applied hydrology, Wiesner’s “hydrometeorology”

[12] Publications CIGB sur la méthode des années station : Gonzalez Villareal (Mexique et
typhons, 1974), Garros Berthet (San Francisco 1988, Application à Madagascar, Lybie
et Maroc), Garros-Berthet (Grenade 1992, cyclones tropicaux à Haiti), Garros-Berthet
(Crans Montana 1995, la méthode Lombardi et les années-stations).

[13] Demmak, 1982. Contribution à l’étude de l’érosion et des transports solides en Algérie
Septentrionale.

[14] Coyne et Bellier, 2003. Barrage de Soubella – Etudes de faisabilité – Mission N°2 :
Etude hydrologique.

[15] ANRH, 2005, Carte du réseau hydroclimatologique du Nord de l’Algérie.

[16] World Meteorological Organization, 1983, Guide to Hydrological Practices – Volume II.
Analysis, forecasting and other applications, Fourth Edition. WMO-No. 168.

[17] Penman, H.L., 1956. Evaporation: an introductory survey. Neth. J. Agr. Sci., 1, pp 9-29.

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008


ETUDE D’AVANT-PROJET DETAILLE DU BARRAGE DE SOUBELLA Doc. n°12035-RP-0201-C
MISSION 02 – ETUDE HYDROLOGIQUE Page 135

11 ANNEXES

ATO/CDX – 12035-RP-0201-C.doc COYNE ET BELLIER Octobre 2008

Vous aimerez peut-être aussi