Vous êtes sur la page 1sur 314

2019 - 2020

Mr. KCHIRI Abdelmajid

Professeur chercheur à l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion - Oujda

PR Abdelmajid KCHIRI
SOMMAIRE

INTRODUCTION GÉNÉRALE

CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE


CONSOLIDATION

CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET


POURCENTAGE D’INTERET

CHAPITRE III METHODES DE CONSOLIDATION

CHAPITRE IV LES OPERATIONS DE CONSOLIDATION

CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

CHAPITRE VI VARIATION DU POURCENTAGE D’INTERET

CONCLUSION GÉNÉRALE
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

L’utilité des comptes consolidés tant pour le groupe que pour ses partenaires n’est plus à
démontrer. Les comptes consolidés donnent une image fidèle de la situation financière, du patrimoine
et du résultat du groupe. La préparation d’une information financière consolidée serait beaucoup plus
un besoin de mesure de performance du groupe qu’une obligation légale. En effet, ces comptes
permettent à la société mère de disposer d’une vision économique et financière de l’ensemble du
groupe.

D’autre part, les normes comptables édictées par IASB (International Accounting Standards
Boards) Bénéficient d’une reconnaissance au niveau international, et sont devenus à partir du 1er
janvier 2005 le langage comptable de référence des comptes consolidés des entreprises cotées
européennes.

Cet évènement ne peut laisse les groupes marocains indifférents. Ils ont tout intérêt à suivre
cette évolution, puisque l’adoption des normes IFRS est porteuse de conséquences potentiellement
importantes et se révèle être à la fois une opportunité exceptionnelle et un défi considérable :
- Une opportunité, parce qu’elle va permettre d’harmoniser, à des fins de comptabilité, les comptes
du groupe sur la base d’un référentiel comptable de haut niveau et favoriser ce faisant l’activité
des marchés financiers ;
- Un défi, parce qu’elle signifie, pour la majorité des groupes concernés, un bouleversement de leurs
systèmes d’information, une refonte de leur organisation, une nouvelle stratégie de
communication financière.
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

Durant ces derniers décennies, le Maroc a connu une expansion économique majeure : des
introductions en bourse, des opérations de fusion-acquisition, des créations de filiales aussi
bien sur le territoire national qu’à l’étranger. Ainsi, le champ des groupes tenues d’élaborer des
comptes consolidés a connu son tour une amélioration.

De ce ressort on trouve que la qualité de l’information comptable des groupes est un enjeu
fondamental pour nos économies, et bien souvent, les comptes sociaux ne suffisent plus. Dans
de nombreux cas, seule une information portant sur un groupe de sociétés dans sa globalité est
véritablement pertinente, dans la mesure où elle fait ressortir la cohérence de la stratégie
d’ensemble. Tout l’intérêt des comptes consolidés est justement de répondre à ce besoin, en
fournissant un bilan, un compte de résultat et une annexe unique pour un ensemble de
sociétés juridiquement indépendantes.

En effet, ils sont à la fois exigés par un certain nombre des partenaires du groupe comme
ils sont utilisés en interne par les dirigeants du groupe, comme un outil de gestion et de
pilotage.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

Le cadre réglementaire de consolidation

La consolidation constitue, selon le Code Général de Normalisation Comptable, un


outil à la disposition des groupes désireux de donner une image fidèle de leur
patrimoine, de leur situation financière de leurs résultats.

Pour bien expliquer le contexte de consolidation au Maroc on va consacrer cette


section au cadre réglementaire de consolidation au Maroc ensuite à une identification
profonde des concepts clés liés à cette technique et en fin à la présentation de
périmètre de consolidation comme le pivot de tout projet de consolidation.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc

Les groupes marocains présentant des spécificités ayant trait notamment au cadre
réglementaire dans lequel ces groupes préparent les comptes consolidés. On trouve
ainsi que le code général de normalisation comptable comprend un chapitre consacré
aux comptes consolidés. Cet aspect s’articule autour de la définition de certains
concepts et règles de base.

Toutefois, ces règles pèchent par leur simplisme et leur superficialité.

Afin de remédier à cela, l’ordre des experts comptables a élaboré un projet


permettant aux entreprises marocaines désirant des comptes consolidés de disposer
d’un arsenal de normes explicitant de manière détaillée les règles et méthodes de
consolidation.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


1) Le Code Général de Normalisation Comptable
L’élaboration du CGNC consacre l’émergence au Plan Comptable Général des
Entreprises contient un chapitre entier qui traite de la consolidation et explicitant les
règles générales applicables en la matière notamment :

• La définition des notions de Groupe et de consolidation, ainsi que l’énonciation de


la combinaison des états de synthèse consolidés ;
• Les règles de détermination du périmètre de consolidation et des méthodes
applicables ;
• Le principe de traitement d’homogénéité et les modalités de conversion des
comptes des filiales étrangères ;
• L’élimination des soldes et transactions internes ;
• La détermination des impôts différés
• Le partage des capitaux propres entre la part du groupe et les intérêts
minoritaires ;
• La distinction entre l’écart de première consolidation et celui d’acquisition en
précision son traitement comptable.
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


1) Le Code Général de Normalisation Comptable

Enfin, la dernière partie de ce chapitre relatif à la consolidation énumère les


différentes composantes constituant les états de synthèses consolidés et les
informations à communiquer sous chacune de ses rubriques, celles-ci englobent, en
effet, le bilan consolidé, le CPC consolidé, le tableau de financement consolidé, l’état
des informations complémentaires de consolidation.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


2) Textes de loi de la réglementation de la consolidation au Maroc
Les articles 143 et 144 de la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes stipulent :
Article 143 : au sens de l’article qui précède, on entend par :
• Filiale : une société dans laquelle une autre société, dite mère, possède plus de la
moitié du capital ;
• Participation : la détention dans une société par une autre société d’une fraction
du capital comprise entre 10% et 50%
Article 144 : une société est considérée comme en contrôlant une autre :
• Lorsqu’elle détient directement ou indirectement une fraction du capital lui
conférant la majorité des droits de vote dans les assemblées générales de cette
société ;
• Lorsqu’elle dispose seule de la majorité des droits de vote dans cette société en
vertu d’un accord conclu avec d’autres associés ou actionnaires qui n’est pas
contraire à l’intérêt de la société PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


2) Textes de loi de la réglementation de la consolidation au Maroc

Le Dahir portant loi 1-93-211 du 21 septembre 1993 modifié et complété par loi 52-01
relatif à la bourse des valeurs précise dans son article 14 :

« Peuvent être inscrits à la cote de la Bourse des valeurs, dans trois compartiments
distincts, les titres de capital négociables émis par les personnes morales, selon les
conditions suivantes :

En outre, les personnes morales ayant des filiales telles que définies à l’article 143 de
la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes, doivent présenter des comptes
annuels consolidés selon la législation en vigueur, ou, à défaut, selon les normes
internationales en vigueur. »
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


3) Consolidation au Maroc : un vide législatif
Au Maroc, le cadre réglementaire régissant la consolidation était caractérisé par un vide
législatif. En effet, le loi 17-95 relative à la S.A, sans faire référence aux notions de groupe et
de comptes consolidés, a précisé dans son article 142 les informations à publier par les
sociétés possédant des filiales et des participations. Ainsi, à ce jour, la consolidation est
facultative. Pour combler ce vide, un projet de loi relatif aux comptes consolidés a été établi
en date du 25 Mai 1998, pour préparer l’adoption d’une loi marocaine en la matière. Le but
étant in fine de rendre la consolidation obligatoire. Cependant, des exceptions qui dérogent à
cette règle existent.
Le principe général qui anime ce projet de loi est « l’établissement des comptes consolidés et
d’un rapport de gestion du groupe par les sociétés commerciales appelées sociétés
consolidante qui contrôlent une ou plusieurs sociétés
PR Abdelmajid ».
KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


4) Projet de normes marocaines de consolidation
Le projet de normes vient combler le vide existant en matière de normalisation relative à la
consolidation des états financiers. C’est un projet qui a été élaboré par le Conseil National de
la Comptabilité en 1999 et transmis la même année au Secrétariat Général du Gouvernement
pour publication. Depuis, aucun avancement dans ce projet n’a été notifié jusqu’en 2005. En
effet, en cette date, le CNC, a émis l’avis 5 du 26/05/2005 qui permet l’élaboration de
comptes consolidés pour les groupes autres que les établissements de crédit en retenant soit
les normes IFRS, soit le projet de normes de consolidation.
Nous pouvons conclure que la consolidation est à ce jour reste facultative au Maroc. La loi 17-
95 relative au S.A fait référence dans son article 142 aux informations à publier par les
sociétés possédant les filiales mais ne fait aucune allusion à la notion de groupe ou de
comptes consolidés. PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

I- Contexte réglementaire de la consolidation au Maroc


4) Projet de normes marocaines de consolidation
Le CGNC pallie à ce manque en évoquant de manière générale la notion de consolidation et
en traitant des règles et principes y afférant, sans pour autant exprimer une obligation
quelconque de publier des comptes consolidés.

En effet, la loi marocaine souffre d’une absence d’un référentiel détaillé de la consolidation
des comptes car c’est une pratique libre pour les groupes marocains sauf pour ces derniers
essaient de s’inspirer des normes IFRS ou de la réglementation française pour l’élaboration
des comptes consolidés.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


La présentation des notions clés de consolidation nous amènera de mieux comprendre avec
précision tous les points et les axes qu’on va traitera par la suite.

1) Appréhension sur la notion de groupe

a) Définition de groupe

La notion de groupe de sociétés diffère selon que l’on trouve dans une longue logique de
droit fiscal, comptable ou commercial. Pourtant aucune définition n’a été prévue par le droit
fiscal.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


1) Appréhension sur la notion de groupe
a) Définition de groupe
• Du point de vue commercial : l’art 461 du code des sociétés commerciale stipule

que « le groupe de sociétés est un ensemble de sociétés ayant chacune sa


responsabilité juridique, mais liées par des intérêts communs, en vertu desquels
l’une d’elles, dite société mère, tient les autres sous son pouvoir de droit ou de fait
et y exerce son contrôle, assurant ainsi, une unité de décisions. Ceci veut dire que
la notion de groupe est subordonnée à l’existence de deux critères : l’unité de
décision et la personne morale qui assure le contrôle ».

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


1) Appréhension sur la notion de groupe
a) Définition de groupe
• Cependant, l’Ordre des Experts Comptables (OEC) français définit la notion de

groupe comme suit : ‘’le groupe comprend l’ensemble des sociétés dépendantes
d’une même unité de contrôle. Dans tous les cas, il s’agit de combiner les
avantages économiques, financiers et parfois fiscaux tirés de ce contrôle unitaire
avec ceux issus de l’autonomie juridique et de la décentralisation fonctionnelle’’.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


1) Appréhension sur la notion de groupe
a) Définition de groupe
• Et selon l’art 144 de la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes stipulent : une

société est considérée comme en contrôlant une autre :


- Lorsqu’elle détient directement ou indirectement une fraction de capital lui
conférant la majorité des droits de vote dans les assemblées générales de cette
société ;
- Lorsqu’elle dispose seule de la majorité des droits de vote dans cette société
en vertu d’un accord conclu avec d’autres associés ou actionnaires qui n’est pas
contraire à l’intérêt de la société.
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


1) Appréhension sur la notion de groupe
b) Types des groupes

Groupe vertical : on ne peut parler du groupe vertical que lorsque les filiales d’un
groupe sont placées sous contrôle et sous direction de la société mère dite holding.
Dans ce cas le groupe peut se diviser en plusieurs sous-groupes à la tête duquel
une filiale peut jouer le rôle de société mère du sous groupe.

Groupe horizontal : il est constitué de société non liées par une relation de
dépendance juridique mais soumise à une directive résultant, non pas de la
domination financière de l’une d’elle, mais plutôt d’une communauté d’associés et
de dirigeants. Ce type de lien des sociétés filiales à la société mère peut être
constaté, d’une part la liaison radicale où chaque filiale est rattachée directement à
la société mère et d’autre part, la liaison pyramidale une ou plusieurs filiales jouent
le rôle de la société mère d’un sous-groupe par le biais de ses participations dans
PR Abdelmajid KCHIRI
des sous filiales.
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


2) Appréhension sur la notion de filiale
La filiale constitue une entité morale distincte de la maison mère sur la plan juridique,
à la différence d’une succursale, ou encore d’un département de l’organigramme. Une
succursale est l’établissement commercial autonome et durable d’une société. Elle est
dotée d’une direction distincte jouissant d’une certaine autonomie et capable de
commercer avec les tiers. Extension géographique de la société principale, la
succursale ne dispose pas d’une personnalité juridique distincte et ne saurait donc
avoir de patrimoine propre. Lorsqu’une succursale contracte, c’est en fait la société
mère qui s’engage. Ce qui différencie entre participations et filiales ainsi que les
participations principales qui existent.

Selon l’article 143 de la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes stipulent :
o Filiale, une société dans laquelle une autre société, dite mère, possède plus de
la moitié du capital ;
o Participation, la détention dans une société par une autre société d’une
fraction du capital comprise entrePR Abdelmajid
10 e 50%.KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


3) la notion d’une participation

Une participation comme son nom l’indique, fait référence au nombre de titres
détenus par une société dans le capital d’une autre. Contrairement à un placement, la
participation a vocation à rester durablement dans le bilan de l’entreprise.
En général, constituent des titres de participation, les titres dont possession durable
est estimée utile à l’activité de l’entreprise, notamment parce qu’elle permet d’exercer
une influence sur la société émettrice des titres ou d’en assurer le contrôle.

PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


4) la notion de la consolidation des comptes
Le terme consolidation est un anglicisme couramment utilisé dans le jargon
comptable. Il désigne l’action de regrouper les états financiers (bilan, compte de
résultat, …) de toutes les sociétés d’un même groupe comme s’elles ne formaient
qu’une seule entité économique.

Ainsi on trouve que le CGNC définit la consolidation comme étant « l’ensemble des
opérations conduisant à l’établissement des états de synthèse consolidés, lesquels
doivent présenter comme ceux d’une seule entreprise, le patrimoine, la situation
financière et les résultats de la société mère et de toutes les filiales… »
PR Abdelmajid KCHIRI
INTRODUCTION GÉNÉRALE

II- Présentation des notions clés en matière de consolidation


4) la notion de la consolidation des comptes

Donc nous pouvons dire que la consolidation comptable consiste à établir les états
financiers d’un groupe de sociétés, pour publication statutaire (obligatoire) mais aussi
pour ses besoins internes. Elle agrège pour cela les comptabilités de chacune des
sociétés qui composent ce groupe et opère des retraitements afin de faire comme s’il
ne s’agit que d’une entité unique. Le bilan consolidé et le compte de résultat
consolidé sont établis, comme s’il s’agissait d’une seule et même entreprise.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Sources de ces insuffisances
• Nature de ces insuffisances

Section 2. Intérêt des comptes consolidés : L’information délivrée


• L’information délivrée au groupe
• L’information délivrée aux tiers

Cas illustratif

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


Les comptes individuels établies par la société à la tête d’un groupe sont
insuffisants à eux seuls pour informer correctement et d’une manière fiable les
utilisateurs des états financiers sur la composition des actifs, des passifs et des
résultats du groupe.
Ce manque de fiabilité et pertinence est perceptible au niveau :

Bilan : Compte de Résultat : Chiffre d’affaire :

Les Titres de Participation sont Les performances des filiales Il n’est pas possible de
comptabilisés à leur coût ne sont traduites que par les distinguer le Chiffre d’Affaire
d’acquisition ; Chose qui ne provisions constituées pour issu de vente à des tiers
permet pas de renseigner sur anticiper la dépréciation des (extérieurs au groupe) de celui
l’évolution de cette valeur et titres ; issu de transactions « intra-
les actifs/passifs de chaque sociétés » et qui ne
Ainsi que les dividendes reçus. correspond d’un point de vue
filiale du groupe.
économique qu’à un transfert
de stocks entre filiales.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Sources de ces insuffisances
 La fiscalité et son insuffisance :

Le droit fiscal subordonne le bénéfice de certaines déductions à une


inscription en comptabilité. Il s’agit à titre d’exemple des dispositions des articles
7 bis et 7 tcr de la loi 24/86 imposant la constatation comptable des
amortissements dégressifs et des provisions pour investissement afin de pouvoir
les déduire fiscalement. Ainsi, des mesures fiscales incitatives, déconnectées de
la réalité économique, trouvent leur traduction dans les états comptables des
entreprises .

Ces amortissements et provisions sont ou doivent comptabilisés au niveau


des comptes sociaux dans le seul but de permettre à l’entreprise de bénéficier
d’avantages fiscaux.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Sources de ces insuffisances
 La fiscalité et son insuffisance :

La consolidation impose, dans le cadre des opérations de retraitements


des comptes sociaux, l’élimination de l’incidence des écritures passées pour
la seule application des législations fiscales. Les comptes consolidés,
élaborés après retraitement de toutes les écritures à caractère fiscal,
permettent de pallier les insuffisances décrites ci-dessus et cet aspect
continue visiblement l’un de leurs multiples avantages.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Sources de ces insuffisances
 L’adoption de l’approche juridique :

Les normes comptables marocains, d’inspiration française, privilèges


l’approche juridique du bilan au détriment de l’approche économique. Cette
approche consiste à faire figurer au bilan uniquement les corporels et incorporels
dont l’entreprise est propriétaire ou titulaire en vertu d’un acte juridique. Il en
résulte qu’un certain nombre d’opérations tel le crédit-bail n’est pas traduit à
l’actif de la société.

La consolidation permet aux groupes de dépasser cette vision juridique du


bilan en privilégiant une approche économique. Dans ce cadre, les financées par
crédit-bail par exemple seront portés à l’actif de la société.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Nature de ces insuffisances

Insuffisances quant à la composition des En effet, au niveau du bilan de la société mère,


actifs les titres de participation détenus sont inscrits à
l’actif pour leur cout d’acquisition. Ceci ne
permet pas de savoir comment cet
investissement a évolué et de connaitre la
composition des actifs des sociétés du groupe.

Insuffisances quant à l’origine des revenus Les résultats du groupe ne sont appréhendés au
niveau des comptes sociaux qu’à travers les
dividendes perçus de chaque entité du
périmètre. Ces dividendes ne correspondent
pas forcément en principe au cours des
exercices suivant celui de leur réalisation.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 1. Insuffisances des comptes individuels


• Nature de ces insuffisances

Insuffisances quant aux sources de Il n’est pas possible, par exemple, à


financement travers la lecture des états de la société
tête de groupe, de savoir si un
endettement particulièrement lourd n’est
pas contrebalancé par une situation
financière saine au niveau de chaque
filiale, ou vice versa.
Insuffisances quant à l’évaluation des En l’absence d’un compte de résultat
performances consolidé, les comptes sociaux de
différentes sociétés composant le groupe
ne peuvent suffire à mesurer les
performances réalisés par l’ensemble des
PR Abdelmajidentités
KCHIRI qui le composent.
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 2. Intérêt des comptes consolidés : L’information délivrée

La mise en place de la consolidation au sein d’un groupe permettra de :

 Disposer d’informations utiles pour harmoniser les méthodes de gestion des


sociétés du périmètre et favoriser la mise en place d’outils de pilotage du
groupe ;

 La préparation du groupe à une obligation qui serait ultérieurement imposée par


les pouvoirs publics ;

 Produire et diffuser une information utile aux tiers, notamment les


investissements.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 2. Intérêt des comptes consolidés : L’information délivrée


• L’information délivrée au groupe

La production d’une information financière consolidée permet de répondre à


plusieurs objectifs. Elle permet de :

 Avoir une meilleure connaissance des flux internes

 Mesurer la performance du groupe

 Pouvoir disposer d’une vision globale de l’ensemble consolidé

 Préparer à l’introduction de l’obligation de consolidation

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Section 2. Intérêt des comptes consolidés : L’information délivrée


• L’information délivrée aux tiers

A travers les évolutions récentes qu’ont connues les normes comptables à l’échelle
internationale, nous pouvons observer que l’information financière est susceptible d’être utile
à une multitude d’utilisateurs dont l’objectif poursuivis peut être différents.

Au niveau du cadre conceptuel des normes internationales, il est admis que l’information
financière produite à destination des différents utilisateurs doit satisfaire ces besoins des
investisseurs, et par voie de conséquence, elle sera utile à tous les autres utilisateurs.

En plus des investisseurs, d’autres intéressés par une information consolidée. Il s’agit
essentiellement des organisations financières et des autres partenaires économiques (clients,
fournisseurs…)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Cas illustratif
Bilan
Bilan en Mds de Dhs Comptes Comptes Passif en Mds de Dhs Comptes Comptes
sociaux consolidés sociaux consolidés

Ecarts d’acquisition 731 Capital 257 257


Immobilisations corporelles et 18 1175 Réserves 203 294
incorporelles 1953 227 Résultat 257 304
Immobilisation financières 18 Capitaux propres 735 873

Total actif immobilisé 1971 2151 Intérêts minoritaires 85

Stocks et encours 2085 Provisions pour risques et charges 34 1126


Avances et acomptes versés 174
Créances d’exploitation 1 1871 Emprunts et dettes financières 504 1054
Autres créances 509 302 Avances et acomptes reçus 130 1429
Créances d’impôt sociétés 210 Dettes d’exploitation 1308 1242
Valeurs de placement 207 240 Dettes d’impôt sur les sociétés 201
Disponibilités 39 219 Autres dettes 1050
Total actif circulant 756 5101 Dettes 1942 4976

Comptes de régularisation 10 Comptes de régularisation 26 192

Total actif 2737 7252 Total passif 2737 7252

Source : MFE PR Abdelmajid


2009/2010 KCHIRI en Normes IFRS des établissements de crédit, Cas CDG
Consolidation
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Cas illustratif
Commentaire

D’après le bilan ci-dessus, nous constatons qu’au niveau des comptes sociaux de la société
mère :

 Présentation sociale totalement liée à la structure juridique de la maison mère

 Titres de participation évalués au coût d’acquisition (méconnaissance des actifs et des


résultats des filiales)

 Actifs et endettement du groupe incomplets (uniquement ceux de la maison mère)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Cas illustratif
Compte de résultat
Comptes sociaux de Comptes
En M Dirhams la société mère consolidés

Chiffres d’affaires 43 6 473


Autres produits 154
Produits d’exploitation 54 6 627
Consommation de l’exercice -39 -3641
Impôts et taxes -3 -104
Charges de personnel -21 -1845
Dotation aux amortissements et provisions -4 -252
Autres charges -145
Charges d’exploitation -67 5 987
Résultat d’exploitation -13 640
Résultat financier 180 -32
Résultat exceptionnel 97 5
Participation -1
Impôts sur les sociétés -5 -213
Quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence 4
Amortissement des écarts d’acquisition -87
Intérêts minoritaires -13

Résultat net 258 304

Source : MFE PR Abdelmajid


2009/2010 KCHIRI en Normes IFRS des établissements de crédit, Cas CDG
Consolidation
CHAPITRE I INSUFFISANCES DES COMPTES INDIVIDUELS ET INTERET DE
CONSOLIDATION

Cas illustratif
Commentaire

Le compte de résultat prend en compte les dividendes et non les résultats des filiales.

Le compte de résultat de la filiale ne présente qu’une partie de la réalité. Alors que, le compte
de résultat consolidé traduira la performance de la société mère et la filiale ; il s’agissait ici
d’une entité unique. Dont il se présenterait ainsi :

 Le chiffre d’affaires consolidé

 Achats consolidés

 Résultat consolidé

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET
POURCENTAGE D’INTERET

Section 1 : Détermination du périmètre de consolidation

Section 2 : Les différents types de participations financières au sein d’un groupe

Section 3 : La distinction entre le pourcentage de contrôle et pourcentage d’intérêt

Section 4 : Les différentes situations de participation

1- Liaisons Directes et Indirectes

2- Liaisons réciproque et circulaire


Participation Réciproque
Participation Circulaire

Cas pratique
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE ET
POURCENTAGE D’INTERET

Section 1 : Détermination du périmètre de consolidation

Le périmètre de consolidation correspond à l’ensemble formé par la société mère


et les sociétés contrôlées exclusivement, conjointement ou sous l’influence notable
du groupe. Il s’agit donc d’une notion plus large que celle du groupe.

Les différents types de contrôle permettant d’inclure une société dans le


périmètre de consolidation sont habituellement les suivants :

- Contrôle Exclusif
- Contrôle Conjoint
- Influence Notable

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 1 : Détermination du périmètre de consolidation

• le contrôle exclusif : est le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles


d’une entreprise, afin de tirer avantage de ses activités. Il résulte :

 par Droits de Vote : Soit de la détention directe ou indirecte de la majorité des droits de vote
dans une autre entreprise ;

 de Faits : Soit de la désignation, pendant deux exercices successifs, de la majorité des


membres des organes d’administration, de direction ou de surveillance d’une autre
entreprise ; la société consolidante est présumée avoir effectué cette désignation lorsqu’elle
a disposé au cours de cette période, directement ou indirectement, d’une fraction supérieure
à 40% des droits de vote, et qu’aucune autre associé ou actionnaire ne détenait directement
ou indirectement, une fraction supérieure à la sienne (40%) ;

 Statutaire ou Contractuel : Soit du droit d’exercer une influence dominante sur une
entreprise en vertu d’un contrat ou de clauses statutaires, lorsque le droit applicable le
permet et que la société dominante est actionnaire ou associé de cette entreprise.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 1 : Détermination du périmètre de consolidation

• Le contrôle conjoint : est le partage de contrôle d’une société exploitée en commun par un
nombre limité d’associés ou d’actionnaires, de sorte que les décisions résultent de leur
accord.

• L’influence notable : sur la gestion et la politique financière de l’entreprise est présumée


lorsqu’une société dispose, directement ou indirectement, d’une fraction au moins égale au
cinquième (20%) des droits de vote de cette entreprise.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 2 : Les différents types de participations financières au sein d’un


groupe
Participations directes :
M F La société M des actionnaires
MF
de la société F1

Participations indirectes :
La société M détient des actions de la société F1
M  F2
M F1 F2 qui détient elle-même des actions de la société
F2

Participations croisées ou réciproques :


la société M détient des actions de la société F
M  F
M F qui détient des actions de la société M

Participations complexes :
M
La société M détient des participations directes
M  F1
ou indirectes dans plusieurs sociétés (F1 et F2)
M  F2
F1 F2
F1  F2
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 3 : La distinction entre le pourcentage de contrôle et pourcentage


d’intérêt
Distinction à faire

Pourcentage de contrôle: Pourcentage d’intérêt:


Il correspond à l’ensemble des Il correspond à la fraction du
droits de vote détenus par la patrimoine de la filiale revenant
société mère directement ou directement ou indirectement à la
indirectement dans autres sociétés. société mère.

C’est le taux de contrôle qui Il sert à partager le


sert à déterminer le patrimoine des filiales pour
périmètre de consolidation déterminer les intérêts
majoritaires et les intérêts
PR Abdelmajid KCHIRI minoritaires
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 3 : La distinction entre le pourcentage de contrôle et pourcentage


d’intérêt

N.B :

Pour les participations directes, le pourcentage de contrôle se confond en principe avec le


pourcentage d’intérêt. Par contre, pour les participations indirectes, il faut tenir compte de
l’enchaînement des participations :

 Le pourcentage d’intérêt de la société mère est obtenu en multipliant entre eux les
pourcentages de détention des sociétés constituant la chaîne de contrôle;

 Le pourcentage de contrôle de la société mère est obtenu en additionnant les


pourcentages de contrôle des sociétés du groupe.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 3 : La distinction entre le pourcentage de contrôle et pourcentage


d’intérêt

Exemple

La société mère détient 80% des droit de vote à l’assemblée d’une filiale F1 qui détient elle-
même des droits de vote à l’assemble d’une filiale F2 qui s’élèvent à 60% :
80% 60%
M F1 F2

Si on définit les droits de la société mère sur ces filiales, on obtient :


Dans la filiale 1 Dans la filiale 2 (1) La société mère contrôle la filiale F1, donc elle
contrôle la participation de F1 dans F2.
(2) Si la filiale F2 réalise un dividende de 500 dh, elle
Pourcentage de 80% 60% (1) distribuera 300 dh (60% de 500 dh) à la filiale
contrôle F1.Cette somme sera intégrée aux résultats de la
Pourcentage filiale F1 qui la redistribuera à ses actionnaires. La
80% 80%*60% = 48%(2) part de la société mère sera de 240 dh (80% de
d’intérêt PR Abdelmajid KCHIRI 300 dh), soit 240/500 = 48% du dividende
distribué par la filiale F2.
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


1- Liaisons Directes et Indirectes
M
60%

F1
30% 60%

F2
20%

F3

Société % de contrôle % d’intérêt Type de contrôle Méthode d’intégration


F1 60% (100%) 60% Contrôle Exclusif Intégration globale
F2 30% 60%×30%= 18% Influence Notable Mise en équivalence
F3 60% (100%) 60%+60%×30%×20%= 63,60% Contrôle Exclusif Intégration globale

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison réciproque

Une participation réciproque c’est où deux sociétés détiennent l’une sur l’autre des titres de
l’autre société. En utilisant la formule mathématique suivante, ça sera facile à calculer le
pourcentage d’intérêt.
a
A B
b

a(1–b)
Intérêts majoritaires dans B =
1–ab

1–b
Intérêts majoritaires dans A =
1–
PR Abdelmajid KCHIRI ab
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison réciproque

Exemple:

90%
M F
6%

1 – 0,06
Intérêts des actionnaires de la mère= = 99,6%
1 – 0,06 ᵡ 0,9

0,9 ᵡ (1 – 0,06)
Intérêts des actionnaires de la filiale= = 89,42%
1 – 0,06 ᵡ 0,9

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison réciproque

Exemple:

Il est possible de formaliser le problème sous forme d’équations. Pour le raisonnement,


introduisons l’actionnaire de M autre que F1 que nous appellerons « mère fictive »:
M
94%

90% 6%

PRF Abdelmajid KCHIRI


CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET
Section 4 : Les différentes situations de participation
2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison réciproque

Exemple:
On a:
M = 0,06 × F1 + 0,94
F1= 0,9 × M

Soit M = 0,06 × (0,9 × M) + 0,94


= 0,054 M + 094
= 0,94 / 0,946
= 0,9936

Donc F1 = 0,8942

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison circulaire

A 1–c
Intérêts majoritaires dans A =
1–abc
a c
a (1 – c)
Intérêts majoritaires dans B =
1–abc
B C
b b (1 – c)
Intérêts majoritaires dans C =
1–abc

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison circulaire
Exemple:
M 1 – 0,2
Intérêts majoritaires dans A = = 82,98%
1 – 0,6 ᵡ0,3 ᵡ0,2
60% 20%
0,6 (1 – 0,2)
Intérêts majoritaires dans B = = 49,79%
1 – 0,6 ᵡ0,3 ᵡ0,2
F1 F2
30% 0,6 ᵡ 0,3(1 – 0,2)
Intérêts majoritaires dans C = = 14,93%
1 – 0,6 ᵡ0,3 ᵡ0,2

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison circulaire
Exemple:
Il est possible de formaliser le problème sous forme d’équations. Pour le
raisonnement, introduisons l’actionnaire de M autre que F1 que nous appellerons
« mère fictive »:
Mère fictive

80%

60% 20%

F1 F2
PR Abdelmajid KCHIRI
30%
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Section 4 : Les différentes situations de participation


2- Liaisons réciproque et circulaire
 Liaison circulaire
Exemple:
On a:
M = 0,2 × F2 + 0,8
F1= 0,6 × M
F2 = 0,3 × F1

Soit M = 0,2 × (0,3 × 0,6 × M) + 0,8


= 0,036 M + 0,8
= 82,98%

Donc F1 = 49,79%
F2 = 14,93%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Cas pratique

La société mère M détient les participations suivantes :


• 70% du capital de la société A ;
• 20% du capital de la société B ;
• 45% du capital de la société C ;
• 55% du capital de la société D ;

La société A détient 55% du capital de la société B.


La société B détient 15% du capital de la société C.
La société D détient 60% de la société E.
La société E détient 25% de la société F.
La société F détient 20% de la société D.
La société F est sous contrôle conjoint.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Cas pratique
M

70% 55%
20% 45%

A 55% B 15% C D

20% 60%

F E
25%

Pour les pourcentages de contrôle dans le cas de liaison circulaire entre D, E et F, il faut rechercher
les droits de vote pouvant être utilisés lors d’une assemblée générale des sociétés concernées.

Pour les pourcentages d’intérêts dans le cas de la liaison circulaire, la première société du circuit
est D dans laquelle le pourcentage direct du groupe M (55%) est indépendant de l’existence de la
participation circulaire. Le premier facteur du numérateur est donc de 55% et non (1-c) comme
dans les formules ci-dessus.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE II LA DETERMINATION DE POURCENTAGE DE CONTRÔLE
ET POURCENTAGE D’INTERET

Cas pratique
Sociétés % de contrôle % d’intérêt Méthode de
consolidation

A 70% 70% Intégration


Globale
B 20% + 55% = 75% 20% + (55%×70%) = 58,5% Intégration
Globale
C 45%+15% = 60% 45%+(58,5%×15%) = 53,775% Intégration
Globale
D Directe 55% 55% / [1-(60%×20%×25%)] = 56,70% Intégration
par F 0%, rupture en F Globale

E 60% (55%×60%) / [1-(60%×25%×20%)] = 34,02% Intégration


Globale
F 25% (55%×60%×25%) / [1-(60%×25%×20%)] = 8,50% Intégration
Proportionnelle
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 1: Les méthodes de consolidation selon CGNC


Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS
2. Intégration globale
 Définition et principes
 Structure de BILAN
 Structure du CPC
2. Intégration proportionnelle
 Définition et principes
 Structure de BILAN
 Structure du CPC
3. Mise en équivalence
 Définition et principes
 Structure de BILAN
 Structure du CPC

Cas pratique PR Abdelmajid KCHIRI


CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 1: Les méthodes de consolidation selon CGNC

Intégration globale Intégration Mise en équivalence


pour les filiales proportionnel pour pour les filiales sous
sous contrôle les filiales sous influence notable.
exclusif contrôle conjoint.

L’intégration globale L’intégration proportionnelle La mise en équivalence consiste à


consiste Dans les états de consiste, après élimination des : - substituer, dans le bilan, à la
synthèse consolidés, les opérations réciproques et valeur comptable des titres
postes d'actif, de passif, de retraitements éventuels, à détenus, la quote-part des
produits et de charges de la intégrer dans les états de capitaux propres (y compris le
résultat net de l’exercice)
société-mère et des filiales synthèse consolidés les actifs,
déterminée d'après les règles de
sont cumulés ligne par ligne passifs, produits et charges au consolidation; - inscrite, dans le
prorata des intérêts groupe CPCC la fraction du résultat net
dans le capital de l’entreprise (déterminé selon les règles de
contrôlée de façon conjointe. consolidation) attribuable au
groupe.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS

Intégration globale Intégration Mise en équivalence


pour les filiales proportionnel pour pour les filiales sous
sous contrôle les filiales sous influence notable.
exclusif contrôle conjoint.

Cette méthode consiste à Cette méthode consiste à Cette méthode consiste à


intégrer dans les comptes de intégrer dans les comptes de la réévaluer la valeur des titres
la société consolidante les société consolidante les de participation en substituant
éléments du bilan et du CPC éléments du bilan et du CPC de leur prix d’acquisition par la
de la société consolidée la filiale mais uniquement pour répartition de l’actif net
mais en partageant les la fraction revenant à la société comptable de la filiale.
capitaux propres de la mère. Cette fraction se
filiales et son résultat entre substitue à la valeur des titres
la société mère et les autres de participation.
associés.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


1. Intégration globale
 Définition et principes

L’intégration globale consiste à :

Intégrer dans les comptes de l’entreprise consolidant les éléments des comptes des
consolidées, après retraitement éventuels ;

Répartir les capitaux propres et le résultat entre les intérêts de l’entreprise


consolidant et les intérêts minoritaire ;

Eliminer les opérations et comptes entre l’entreprise intégrée globalement et les


autres entreprises consolidées. Les opérations donnant lieu à profit, réalisées entre
entités faisant partie d'un même groupe, doivent être éliminées (les pertes internes
au groupe ne sont éliminées que siPRelles ne sont
Abdelmajid KCHIRIpas définitives)… IAS 27
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


1. Intégration globale
 Structure du bilan
ACTIF PASSIF
Actif consolidé : Capitaux propres :
 Actif de M  Capital de M
 - valeur comptable des titres de participation F  Réserves consolidées
 + actif de F  Réserves de M
 + part de M dans le capital et réserve de F
 – montant des titres de F
 Résultat consolidé
 Résultat de M
 +part de M dans le résultat de F
 Intérêts minoritaires
 Part des tiers dans le capital, les réserves et le
résultat de F
 Dettes de fin consolidées
 Dettes de fin de M
 + Dette de fin de F
 Passif circulant consolidé
 Passif circulant de M
PR Abdelmajid KCHIRI
 +passif circulant de F
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


1. Intégration globale
 Structure du CPC
Charges M + charges F Produit M + Produit F

Résultat consolidé
 Intérêt de M
 Résultat de M
 Part de m dans le résultat de F
 Intérêt des minoritaires
 Part des tiers dans le résultat de F

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


2. Intégration Proportionnelle
 Définition et principes

Intégration proportionnelle consiste à :

Intégrer dans les comptes de l’entreprise consolidante la fraction représentative de


ses intérêts dans les comptes de l’entreprise consolidée, après retraitement éventuel ;
aucun intérêt minoritaire n’est constaté.

Eliminer les opérations et comptes entre l’entreprise intégrée proportionnellement et


les autres entreprises consolidées… IAS 31

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


2. Intégration proportionnelle
 Structure du bilan
ACTIF PASSIF
Actif consolidé : Capitaux propres :
 Actif de M  Capital de M
 - valeur comptable des titres de participation  Réserves consolidées
F  Réserves de M
 + actif de C * % de M dans C  + part de M dans le capital et réserve de C
 – montant des titres de C
 Résultat consolidé
 Résultat de M
 +part de M dans le résultat de C
 Dettes de fin consolidées
 Dettes de fin de M
 + Dette de fin de C * % de M dans C
 Passif circulant consolidé
 Passif circulant de M
 +passif circulant de C * %de M dans C
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


2. Intégration proportionnelle
 Structure du CPC

Charges M + charges C * % de M dans C Produit M + Produit C * % de M dans C

Résultat consolidé
 Résultat de M
 Résultat de C *% de M dans C

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


3. Mise en équivalence
 Définition et principes

Mise en équivalence consiste à :

Substituer à la valeur comptable des titres détenus, la quote-part des capitaux propre
, y compris le résultat de l’exercice, déterminée d’après la consolidation ;

Eliminer les opérations et comptes entre entreprise mise en équivalence et les autres
entreprises consolidées… IAS 28

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


3. Mise en équivalence
 Structure du bilan
ACTIF PASSIF
Actif consolidé : Capitaux propres :
• Actif de M  Capital de M
• - valeur comptable des titres de  Réserves consolidées
participation E
 Réserves de M
• + titres de E mis en équivalence=Part de
M dans la situation nette et les résultats de  + part de M dans le capital et réserve de C
E  – montant des titres de C
 Résultat consolidé
 Résultat de M
 +part de M dans le résultat de C
 Dettes de fin consolidées
 Dettes de fin de M
 Passif circulant consolidé
 Passif circulant de M
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Section 2 : Les méthodes de consolidation selon les normes IAS/IFRS


3. Mise en équivalence
 Structure du CPC

Charges M Produit M

Résultat consolidé
 Résultat de M
 Résultat de M dans le résultat de E

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Globale

La société SM est la tête d’un ensemble de sociétés dont F est filiale est détenue à
40% par SM pendant deux exercice et aucun autre actionnaire ne possède une
fraction de capital supérieure.
Bilan consolidé Groupe SM :
Actif SM F SM+F Répartir Eliminer les Consolidé SM
Intégrer (A) (B) titres (A+B+C)
F
(C)

Actif immobilisé 120 200 320 320


Titre F 50 50 50 (50) 230
Actif circulant 180 230

Total 350 250 600


PR Abdelmajid KCHIRI 0 (50) 550
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Globale

Passif SM F SM+F Répartir les Eliminer Consolidé


Intégrer capitaux propres les titres SM
(A) de F F (A+B+C)
(B) (C)
Capital 150 100 250 (100) 150
Réserves 100 50 150 (100+50) (50) 0
Réserves 20 10 30 100+40%*(50+100) 110
consolidées (20+10) 0
Résultat 20+(40%*10) 24
Résultat consolidé

Total capitaux 270 160 430 (96) (50) 284


propres
Intérêts minoritaires 60%*(100+50+10) 96
Dettes 80 90 170 170
Total 350 250 600 0 (50) 550
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Globale
CPC consolidé Groupe SM :
SM F SM+F Intégrer Répartir le Consolidation
(A) résultat deF SM
(B) (A+B)
Ventes 1050 510 1560 1560
Total Produits 1050 510 1560 1560
Consommations 500 250 750 750
Autres frai 510 225 735 735
Dotation aux amortissements 15 20 35 35
Charges financières 5 5 10 10

Total charges 1030 500 1530 1530


Résultat des sociétés intégrées 20 10 30 30
Intérêts minoritaires 60%*10 6
Résultat net (part du groupe) 20 10 30 (60%*10) 24
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Proportionnelle

La société SM est la tête d’un ensemble de sociétés dont F est filiale est détenue à
40% par SM.
Bilan consolidé Groupe SM :

Actif SM 40%F SM+40%F Eliminer les titres Consolidé SM


Intégrer (A) F (A+B+C)
(B)

Actif immobilisé 120 80 200 200


Titre F 50 20 50 (50) 200
Actif circulant 180 200

Total 350 100 450 (50) 400


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Proportionnelle
Passif SM 40%F SM+40%F Eliminer les titres F Consolidé SM
Intégrer (B) (A+B+C)
(A)

Capital 150 40 190 (40) 150


Réserves 100 20 120 (120) 0
Réserves 20 10 30 100+(40+20-50) 110
consolidées 20 4 24 0
Résultat 24
Résultat
consolidé
Total capitaux 270 64 334 (50) 284
propres

Dettes 80 36 116 116


Total 350 100 450 KCHIRI
PR Abdelmajid (50) 400
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Intégration Proportionnelle
CPC consolidé Groupe SM :
SM 40% F SM+F(40%) Intégrer
Ventes 1050 204 1254
Total Produits 1050 204 1254
Consommations 500 100 600

Autres frai 510 90 600

Dotation aux amortissements 15 8 23

Charges financières 5 2 7

Total charges 1030 200 1230


Résultat des sociétés intégrées 20 4 24
Intérêts minoritaires
Résultat net (part du groupe) 24
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Mise en équivalence

La société SM est la tête d’un ensemble de sociétés dont F est filiale est détenue à
40% par SM.
Bilan consolidé Groupe SM :
Actif SM Mise en équivalence de Consolidé SM
F

Actif immobilisé 120 120


Titre F 50 50 0
Titre F mis en 180 64 64
équivalence 180
Actif circulant

Total 350 14 364


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Mise en équivalence
Passif SM Mise en équivalence de Consolidé SM
F

Capital 150 150


Réserves consolidées 100 10 110
Résultat consolidé 20 4 24

Total capitaux propres 270 (14) 284

Dettes 80 80

Total 350 (14) 364

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE III LES METHODES DE CONSOLIDATION

Cas pratique
1. Cas Mise en équivalence
CPC consolidé Groupe SM :
SM Mise en équivalence Consolidé SM
de F
Ventes 1050 1050
Total Produits 1050 1050
Consommations 500 500
Autres frai 510 510
Dotation aux amortissements 15 15
Charges financières 5 5

Total charges 1030 1030


Résultat des sociétés intégrées 20 20
Intérêts minoritaires
Quote-part dans le résultat des 4 4
sociétés mises en équivalence
Résultat net (part du groupe) PR Abdelmajid KCHIRI 24
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cumul des comptes


Elimination des comptes réciproques

1. Principes généraux
2. Ajustement des comptes réciproques entre sociétés intégrées
3. Elimination des comptes réciproques
4. Elimination des résultats

Traitement des titres de participation et partage des capitaux


Cas pratique

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cumul des comptes

Le cumul des comptes se fait poste par poste pour les bilans et les comptes de résultat des
sociétés intégrées.

Les enregistrements de consolidation peuvent être constatés dans un journal de consolidation


ou dans des tableaux.

En cas d’intégration globale, l’intégralité des comptes des sociétés intégrées est reprise.

En cas d’intégration proportionnelle, les comptes des sociétés intégrées sont repris à
concurrence du pourcentage d’intérêt de la société consolidante dans les sociétés consolidées.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Elimination des comptes réciproques


1. Principes généraux

Afin de réconcilier les comptes intragroupe, on doit prévoir une procédure de rapprochement
entre les entités consolidées avec notamment :

o Un recensement des transactions et comptes réciproques ;

o L’identification des divergences entre les montants déclarés par chacune des sociétés ;

o La procédure de rapprochement des opérations intragroupe.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Elimination des comptes réciproques


2. Ajustement des comptes réciproques entre sociétés intégrées

Les sociétés d’un même groupe tiennent des comptes réciproques, dont les soldes ne sont pas
nécessairement égaux.

Ces différences peuvent être dues à :


 Des décalages dans les dates d’enregistrement ;
 Des différences dans les dates de clôture ;
 Des effets escomptés non échus ;
 Des litiges ;
 Des erreurs matérielles dans le recensement des transactions ;
 Des différences de change.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Elimination des comptes réciproques


3. Elimination des comptes réciproques

Elle concerne généralement :

Les opérations entre entreprises consolidées par intégration globale ;

Opérations entre une entreprise intégrée proportionnellement et une entreprise intégrée


globalement ;

Opérations entre deux entreprises intégrées proportionnellement ;

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Elimination des comptes réciproques


4. Elimination des résultats internes

Dividendes provenant des résultats réalisés depuis l’entrée en périmètre;

Profits internes sur les stocks ;

Les plus values internes …

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Traitement des titres de participation et partage des capitaux

La différence entre le coût d’acquisition des titres et l’évaluation totale des actifs et passifs
identifiés à la date d’acquisition constitue l’écart d’acquisition.

Lorsque les titres sont souscrits à la création des sociétés consolidées, il n’existe pas de
différence entre le coût d’acquisition des titres et l’évaluation totale des actifs et passifs
identifiés à la date d’acquisition.

Par conséquent, la dernière étape de la consolidation consiste à partager les capitaux propres
des sociétés consolidées.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Enoncé
La société Conso (groupe non coté) détient 30% du capital de la société Villiers. Deux autres groupes
détiennent 70% du capital. Il s’agit d’une filiale commune de gestion.

Informations relatives à la société Villiers


1) La société Villiers vend uniquement des MP à la société Conso. Ses ventes de l’exercice s’élèvent à 1200 K
Dhs (TVA au taux normal).

2) La société Villiers a cédé en N-2 un terrain à la société Conso, dont la valeur d’origine s’élevait à 700 K
Dhs, pour un prix de cession de 1600 K Dhs.

3) La société Conso vend des marchandises à la société Villiers. Ses ventes de l’exercice s’élèvent à 1200 K
Dhs. La société Villiers a acheté, au cours de l’exercice, pour 1900 K Dhs, dont les 1200 K Dhs à la société
Conso.

4) La société Villiers a cédé à la société Conso, le 01/01/N-2, pour 180 K Dhs une machine qu’elle avait
acquise 240 K Dhs la 01/01/N-4 et amortie sur une durée de six année en linéaire. La société Conso décide
de pratiquer un amortissement linéaire surPRles Abdelmajid KCHIRI à amortir.
années restant
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Enoncé
La société Conso (groupe non coté) détient 30% du capital de la société Villiers. Deux autres groupes
détiennent 70% du capital. Il s’agit d’une filiale commune de gestion.

Informations relatives à la société Villiers


5) La société Conso a prêté 1600 K Dhs à la société Villiers. La société Villiers a dans ses dettes un emprunt
pour un total de 2700 K Dhs et des intérêts courus pour un montant total de 67,50 K Dhs (dont 40 K Dhs
pour l’emprunt Conso).

6) La société Villiers vend ses matières à la société Conso avec une marge de 10% sur le prix de revient. La
société Conso détient en stock des matières livrées par Villiers en fin d’exercice pour 110 K Dhs.

7) Au 31/12/N-1, le stock de Conso provenant de Villiers figurait au bilan pour 880 K Dhs.

8) La société Villiers a distribué en septembre des dividendes à la société Conso pour un montant de 360 K
Dhs.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
1) Ventes de MP à Conso
Bilan

Aucune incidence

Comptes de gestion

Ventes (1200 × 30%) 360


Achat 360

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
2) Cession d’une immobilisation non amortissable
Il s’agit de l’élimination d’une plus-value interne provenant de la cession d’une immobilisation non
amortissable d’un exercice antérieur en intégration proportionnelle.
La plus plus-value de cession (1600-700) doit être éliminée pour 30% de 900. L’élimination de cette plus-value
sera imputée sur les réserves, car la cession a été constatée en N-2.
Bilan
Réserves Villiers 270

Immobilisations 270
(900×30%)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
3) Achat/Vente
Les achats de la société Villiers, qui s’élèvent à 1900 K Dhs, ont été intégrés pour 30%×1900= 570 K Dhs.
L’élimination est plafonnée au montant le plus faible, soit 570 K Dhs, et non pas les 1200 K Dhs de ventes de
Conso à Villiers.
Bilan

Aucune incidence

Comptes de gestion

Ventes (1900 × 30%) 570


Achat 570

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
4) Cession d’une immobilisation amortissable
Il s’agit de l’élimination d’une plus-value interne provenant de la cession d’une immobilisation amortissable
d’un exercice antérieur en intégration proportionnelle.
Le montant de la plus value à éliminer est égal à :
• Prix de cession 180 K Dhs
• Valeur Comptable Nette 240 – (240×2/6) 160 K Dhs
• Plus-value 20 K Dhs
Cette plus-value doit être éliminée pour un montant de 20 × 30% (pourcentage d’intérêt dans Villiers) = 6 K Dhs
La plus-value de cession de 20 K Dhs a entraîné un supplément d’amortissement pour la société Conso qu’il
convient d’annuler :
• Amortissement pratiqué par la société Conso : 180×1/4 = 45
• Amortissement initial dans la société Villiers : 240×1/6 = 40
• Correction à effectuer 5
Cette correction doit être effectuée pour 5×30% (pourcentage d’intérêt) = 1,5
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
4) Cession d’une immobilisation amortissable
Bilan
Réserves de Villiers 6
Immobilisations (20×30%) 6

Elimination de la plus-value

Amortissements des 4,5


immobilisations Réserves Conso (N-1 et 3
N-2) 1,5
Réserves Conso (N)
Correction des amortissements
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
4) Cession d’une immobilisation amortissable
Compte de gestion

Résultat global 1,5


Dotations aux 1,5
amortissements

Correction des amortissements

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
5) Créances/dettes :
Le poste emprunt de la société Villiers, qui s’élève à 2700 K Dhs, a été intégré pour 30%×2700 = 810 K Dhs.
L’élimination est plafonnée au montant le plus faible, soit 810 K Dhs, et non pas 1600 K Dhs de prêt de Conso à
Villiers.
Bilan
Emprunt 810
Prêt 810

Intérêt courus sur 20,25


emprunt Intérêt courus sur prêt 20,25
(67,50×30%)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
5) Créances/dettes :
Compte de gestion

Produits financiers 20,25


Charges financiers 20,25

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
6) Profit sur le stock final :
L’élimination de la marge sur le stock final doit être proportionnelle au pourcentage d’intérêt, soit :
110/1,10 × 10% (marge) × 30% (pourcentage d’intérêts) = 3 K Dhs.
Le résultat de Villiers a été intégré pour 30% dans les comptes consolidés. On considère que 70% de la plus-
value a été réalisée par les deux autres groupes qui contrôlent conjointement la société Villiers.
Bilan
Résultat Villiers 3
Stock 3
Elimination de la marge sur le stock final
Comptes de gestion
Variation de stock 3
Résultat global 3
Elimination de la marge sur le stock final
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
7) Profit sur le stock initial :
Bilan
Réserves Villiers 24
Résultat Villiers 24
(880/1,10×10%×30%)
Elimination de la marge sur le stock initial

Comptes de gestion
Résultat global 24
Variation de stocks 24
Elimination de la marge sur le stock initial

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE IV LES OPETIONS DE CONSOLIDATION

Cas pratiques
Société Conso :
Solution
Il s’agit d’une intégration proportionnelle.
8) Dividendes internes :
Bilan
Résultat Conso 360
Réserves Conso 360

Comptes de gestion
Produits financiers 360
Résultat global 360

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
2) Technique de consolidation directe

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
2) Technique de consolidation directe

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination de pourcentage d’intérêt et partage des capitaux
2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidante
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


 Technique de consolidation par paliers
La consolidation s’effectue en principe selon la méthode de consolidation par paliers, c’est-à-dire
en consolidant successivement des sous-ensembles consolidés dans des ensembles plus grands,
ce qui a pour conséquence :

• Pour les entreprises intégrées proportionnellement de constater le cas échéant, au passif du


bilan consolidé les intérêts minoritaires indirectes dans ces entreprises
• Pour les participations mise en équivalence, de mettre en équivalence des sous-groupes
consolidés et de constater des internes minoritaires sur la participation de second niveau

Cette technique repose sur deux principes :

• Les consolidations successives doivent nécessairement être effectués en commençant par la


société placés à l’extrémité inferieure de la chaine et en remontant vers la société mère
• Chaque sous consolidation est opéré en appliquant aux capitaux propres d’une filiale le
pourcentage de participation détenu par la société qui joue le rôle de mère dans le sous-
ensemble.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Exemple
L’organigramme d’un groupe est présenté ainsi

M Pourcentage de contrôle :
70%
-de M dans F1 : 70%(intégration globale)
-de M dans F2 : 60%(intégration globale)
F1
Pourcentage d’intérêt de groupe :
60% -de M dans F1 : 70%
-de F1 dans F2 : 60%
F2
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan M Bilan F1
Immobilisation 2500 Capital 1000 Immobilisation 630 Capital 200

Titre F1 140 Réserves 2000 Titre F2 60 Réserves 300

Actif Circulant 1460 Résultat 500 Actif Circulant 370 Résultat 64

Dettes 600 Dettes 496


Total 4100 Total 4100 Total 1060 Total 1060

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement

Bilan F2
Immobilisation 500 Capital 100

Réserves 300

Actif Circulant 320 Résultat 20

Dettes 400
Total 820 Total 820

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Les titres F1 et F2 ont été acquis à la création en N-4
La consolidation de ce groupe va se dérouler en deux étapes :

1) La consolidation devra nécessairement commencer par la société F2 et en


remontant vers F1 et M. La société F2 sera intégrée globalement dans la société F1
et formera ainsi le sous-groupe consolidé F1
Les capitaux propres de F2 seront partagés entre la part du sous-groupe F1 (60%
d’intérêt majoritaires) et la part des intérêts minoritaires 40%

2) Le sous-groupe F1 sera intégré localement dans la société M et formera ainsi le


groupe consolidé M
Les capitaux propres du sous-groupe F1 seront partagé entre la part du groupe M
PR Abdelmajid KCHIRI
(70% d’intérêt majoritaires et 30% part minoritaires
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Partage des capitaux propres de F2
Éléments Total Part du groupe 60% Intérêts minoritaires 40%
Capital 100 140 40
Réserves 300 210 120

Capitaux propres de F2
hors résultat 400 350 160

Elimination des titres F2 - 60


180
Résultat 20 12 8
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Écriture de partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan
Capital F2 100
Réserves F2 300
Résultat F2 20

Titres de Participation 60
de F2
Réserves Consolidées 180
Résultat Consolidé 12
Intérêt minoritaires
PR Abdelmajid KCHIRI 168
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Bilan du sous groupe F1
Bilan F1
Immobilisations 1130 (630 + 500) Capital 200

Réserves 480 (300 + 180)

Intérêt minoritaires 168


Actif Circulant 690 (370 + 320)
Résultat 76 (64 + 12)

Dettes 896 (400 + 496)

Total 1820 PR Abdelmajid KCHIRI Total 1820


CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Partage des capitaux propres du sous groupe F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêts minoritaires


30%
Capital 200 140 60
Réserves 480 336 144
Capitaux propres de F1
hors résultat 680 476 204
Elimination des titres F1 - 140
336
Résultat 76 53.2 22.8

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Ecriture de partage des capitaux propres du sous groupe F1
Compte de bilan

Capital F1 200
Réserves F1 480
Résultat F1 76
Titres de Participation 140
de F1
Réserves Consolidées 336
Résultat Consolidé 53,2
Intérêt minoritaires 226,8
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Bilan consolidé de M
Bilan M
Immob 3630 (2500 + 1130) Capital 1000

Réserves 2236 (2000 + 336)

Actif Circulant 2150 (1460 + 690) Résultat 553.2 (500 + 53.2)

I.minoritaires 394.8 (168 + 204 + 22.8)

Dettes 1496 (600 + 896)


Total 5780 PR Abdelmajid KCHIRI Total 5780
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
Exemple
L’organigramme d’un groupe est présenté ainsi

M Pourcentage de contrôle :
70%
-de M dans F1 : 70%(intégration globale)
-de M dans F2 : 30%(intégration proportionnelle)
F1
Pourcentage d’intérêt de groupe :
30% -de M dans F1 : 70%
-de F1 dans F2 : 30%
F2 -de M dans F2 : 70%*30% =21%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan M Bilan F1
Immobilisation 2500 Capital 1000 Immobilisation 630 Capital 200

Titre F1 140 Réserves 2000 Titre F1 30 Réserves 300

Actif Circulant 1460 Résultat 500 Actif Circulant 400 Résultat 64

Dettes 600 Dettes 496


Total 4100 Total 4100 Total 1060 Total 1060

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan F2
Immobilisation 500 Capital 100

Réserves 300

Actif Circulant 320 Résultat 20

Dettes 400
Total 820 Total 820

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
Les titres F1 et F2 ont été acquis a la création en N-4
La consolidation de ce groupe va se dérouler en deux étapes :

• La consolidation devra nécessairement commencer par la société F2 et en remontant


vers F1 et M. La société F2 sera intégrée proportionnellement dans la société F1 et
formera ainsi le sous-groupe consolidé F1
Les capitaux propres de F2 seront partagés entre la part du sous-groupe F1 (30%
d’intérêt majoritaires et la part des intérêts minoritaires 70%)

• Le sous-groupe F1 sera intégré globalement dans la société M et formera ainsi le groupe


consolidé M
Les capitaux propres du sous-groupe F1 seront partagé entre la part du groupe M (70%
d’intérêt majoritaires et 30% part minoritaires
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Partage des capitaux propres de F2

Éléments Total Part du groupe 30%


Capital 100 30
Réserves 300 90
Capitaux propres de F2 hors
résultat 400 120
Elimination des titres F2 - 30
90
Résultat 20 6

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Ecriture de Partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan

Capital F2 30
Réserves F2 90
Résultat F2 6
Titres de Participation 30
de F2
Réserves Consolidées 90
Résultat Consolidé 6

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Bilan du sous groupe F1

Bilan F1
Immob 780(630 + (30%*500)) Capital 200

Réserves 390(300+90)

Actif Circulant 496(400 + (320*30)) Résultat 70(64+6)

Dettes 616(496+ (400*30%))

Total 1276 PR Abdelmajid KCHIRI Total 1276


CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Partage des capitaux propres du sous groupe F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêts minoritaires


30%
Capital 200 140 60
Réserves 390 273 117
Capitaux propres de F1
hors résultat 590 413 177
Elimination des titres F1 - 140
273
Résultat 70 49 21

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Ecriture de partage des capitaux propres du sous groupe F1
Compte de bilan

Capital F1 200
Réserves F1 390
Résultat F1 70
Titres de Participation 140
de F1
Réserves Consolidées 273
Résultat Consolidé 49
Intérêt minoritaires 198
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.2 Sous filiale intégrée proportionnellement
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Bilan consolidé de M

Bilan M
Immobilisations 3280 (2500 + 780) Capital 1000

Réserves 2273 (2000 + 273)

Actif Circulant 1956 (1460 + 496) Résultat 549 (500 + 49)

I.minoritaires 198

Dettes 1216 (600 + 616)


Total 5236 Total 5236
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
Exemple
L’organigramme d’un groupe est présenté ainsi

M Pourcentage de contrôle :
70%
-de M dans F1 : 70%(intégration globale)
-de M dans F2 : 30%(intégration mise en équivalence)
F1
Pourcentage d’intérêt de groupe :
30% -de M dans F1 : 70%
-de F1 dans F2 : 30%
F2 -de M dans F2 : 70%*30% =21%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan M Bilan F1
Immobilisation 2500 Capital 1000 Immobilisation 630 Capital 200

Titre F1 140 Réserves 2000 Titre F1 30 Réserves 300

Actif Circulant 1460 Résultat 500 Actif Circulant 400 Résultat 64

Dettes 600 Dettes 496


Total 4100 Total 4100 Total 1060 Total 1060

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan F2
Immobilisation 500 Capital 100

Réserves 300

Actif Circulant 320 Résultat 20

Dettes 400
Total 820 Total 820

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
Les titres F1 et F2 ont été acquis à la création en N-4
La consolidation de ce groupe va se dérouler en deux étapes :

• La consolidation devra nécessairement commencer par la société F2 et en remontant


vers F1 et M. La société F2 sera mise en équivalence dans la société F1 et formera ainsi
le sous-groupe consolidé F1
Les capitaux propres de F2 seront partagés entre la part du sous-groupe F1 (30%
d’intérêt majoritaires) et la part des intérêts minoritaires 70%

• Le sous-groupe F1 sera intégré globalement dans la société M et formera ainsi le groupe


consolidé M
Les capitaux propres du sous-groupe F1 seront partagé entre la part du groupe M (70%
d’intérêt majoritaires et 30% part minoritaires
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Partage des capitaux propres de F2

Éléments Total Part du groupe 30%


Capital 100 30
Réserves 300 90
Capitaux propres de F2 hors
résultat 400 120
Elimination des titres F2 - 30
90
Résultat 20 6

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Ecriture de Partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan
Titre mis en 126
équivalence
TP de F1 30
Réserves Consolidées 90
Résultat Consolidé 6

Résultat global 6
Quotte part de résultat 6
sur les sociétés mises en
équivalence
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Bilan du sous groupe F1

Bilan F1
Immobilisations 630 Capital 200

Titre mis en 126


équivalence F2
Réserves 390

Actif Circulant 400 Résultat 70

Dettes 496
Total 1156 PR Abdelmajid KCHIRI Total 1156
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Partage des capitaux propres du sous groupe F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêts minoritaires


30%
Capital 200 140 60
Réserves 390 273 117
Capitaux propres de F1
hors résultat 590 413 177
Elimination des titres F1 - 140
273
Résultat 70 49 21

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Ecriture de partage des capitaux propres du sous groupe F1
Compte de bilan

Capital F1 200
Réserves F1 390
Résultat F1 70
Titres de Participation 140
de F1
Réserves Consolidées 273
Résultat Consolidé 49
Intérêt minoritaires 198
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


1) Technique de consolidation par paliers
1.3 Sous filiale mise en équivalence
 deuxième palier (consolidation de F1 dans M)
 Bilan consolidé de M

Bilan M
Immobilisations 3130 (2500 + 630) Capital 1000

Titres mis en 126 Réserves 2273 (2000 + 273)


équivalence
Résultat 549 (500 + 49)
Actif Circulant 1860 (1460 + 400)
I. minoritaires 198

Dettes 1096(600+496)
Total 5116 Total 5116
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Exemple
L’organigramme d’un groupe est présenté ainsi

70%

F1

60%

F2
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
Cette méthode peut également être utilisée. Elle consiste à consolider toutes les sociétés
dépendantes directement de la société mère. Elle repose sur l’utilisation des
pourcentages d’intérêts de la société mère.

Les capitaux propres de chacune des sociétés sont partagés en leur appliquant:
-d’une part, le pourcentage d’intérêts de la société mère dans la société concernée;
-D’autre part, le pourcentage d’intérêts complémentaire qui correspond aux intérêts
minoritaires

L’élimination des titres de participation est partagée entre la société mère et les intérêts
minoritaires. Ce partage est effectué en appliquant aux titres les pourcentages d’intérêts
respectifs de la société mère et desPRminoritaires
Abdelmajid KCHIRI
dans la société détentrice des titres
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Calcul de pourcentage d’intérêt dans les filiales

F1 F2
Pourcentage d’intérêt du groupe 70% 70% × 60% = 42%

Pourcentage des minoritaires 30% 100% - 42% = 58%

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Intégration globale de F1 dans M
 Partage des capitaux propres de F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêts minoritaires


30%
Capital 200 140 60
Réserves 300 210 90
Capitaux propres de F1
hors résultat 500 350 150
Elimination des titres F1 - 140
210
Résultat 64 44,80 19,20

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Intégration globale de F1 dans M
 Écritures de partage des capitaux propres de F1
Compte de bilan
Capital F1 200
Réserves F1 300
Résultat F1 64
Titres de Participation 140
de F1
Réserves Consolidées 210
Résultat Consolidé 44,8
Intérêt minoritaires 169,2
(150 + 19,20)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Intégration globale de F2 dans M
 Partage des capitaux propres de F2

Éléments Total Part du groupe 42% Intérêts minoritaires


58%
Capital 100 42 58
Réserves 300 126 174
Capitaux propres de F1
hors résultat 400 168 232
Elimination des titres F1 - 42 (60% × 70%) - 18 (30% × 60%)
126 214
Résultat 64 44,80 19,20

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Intégration globale de F2 dans M
 Ecritures de partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan
Capital F2 100
Réserves F2 300
Résultat F2 20
Titres de Participation 60
de F2
Réserves Consolidées 126
Résultat Consolidé 8,4
Intérêt minoritaires 225,6
(214+11,6)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures avec participations directes et indirectes (chaînage linéaire)


2) Technique de consolidation directe
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Bilan consolidé de M

Bilan M
Immobilisations 3630 (2500 + 630 + 500) Capital 1000

Réserves 2236 (2000 + 210 + 126)

Actif Circulant 2150 (1460 + 370 + 320) Résultat 553.2 (500 + 44,8 + 8,4)

I. minoritaires 394.8 (169,2 + 225,6)

Dettes 1496 (600 + 496 + 400)


Total 5780 Total 5780
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par palier
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Exemple:

M
Pourcentage de contrôle :
-de M dans F1 : 70%(intégration globale)
70% -de M dans F2 : 65% (40%+25%) (intégration
globale)
F1 25%

Pourcentage d’intérêt de groupe :


40%
-de M dans F1 : 70%
F2
-de F1 dans F2 : 40%
-de M dans F2 : 70% × 40% + 25% = 53%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
Les bilans individuels de M, F1 et F2 sont résumés ci-après :

Bilan M Bilan F1
Immobilisation 2500 Capital 1000 Immobilisation 630 Capital 200

Titre F1 140 Réserves 2000 40 Réserves 300


Titre F2
Titres F2 25
Actif Circulant 390 Résultat 64
Actif Circulant 1435 Résultat 500

Dettes 600 Dettes 496


Total 4100 Total 4100 Total 1060 Total 1060
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement

Bilan F2
Immobilisation 500 Capital 100

Réserves 300

Actif Circulant 320 Résultat 20

Dettes 400
Total 820 Total 820

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement

La société F1 détient 40% dans la société F2.le pourcentage des minoritaires


est de 60% mais la société M détient 25% dans F2, il convient de distinguer
parmi les intérêts minoritaires de F1 dans F2, les intérêts directes de M dans
F2 (25%) et les véritables intérêts minoritaires à l’égard du sous-groupe F1
(60%-25%=35%)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Partage des capitaux propres de F2

Éléments Total Part du sous-groupe Intérêts directes Intérêt


deF1 (40%) de M (25%) minoritaires(35%)
Capital 100 40 25 35
Réserves 300 120 75
Capitaux propres de 105
F2 hors résultat 400 160 100
Elimination des -40 -40 140
titres F2
120
Résultat 20 8 5 7
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Écriture de partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan
Capital F2 100
Réserves F2 300
Résultat F2 20
Titres de Participation de F2 40
Réserves Consolidées 120
Résultat Consolidé 8
Intérêt minoritaires (140+7) 147
Intérêt de M sur capital et 100
réserves de F2
Intérêt de M sur résultat F2 5
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Bilan du sous groupe F1

Bilan F1
Immobilisations 1130 (630+500) Capital 200
Réserves 420(300+120)
Actif Circulant 710 (390+320) Résultat 72(64+8)
Intérêt minoritaires 147
Intérêt de M sur capital et réserves de F2 100
Intérêt de M sur résultat F2 5
Dettes 896(400+496)
Total 1840 Total 1840

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Premier palier (consolidation de F2 dans F1)
 Intégration des intérêts du groupe M dans F2

Intérêts de M dans 100


capital et réserve de F2
Intérêts de M dans 5
résultat de F2
Titres de Participation de 25
F2
Réserves Consolidées 75
(300*25%)
Résultat Consolidé 5
(20*25%)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Deuxième palier palier (consolidation de F1 dans M)
 Partage des capitaux propres du sous-groupe F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêts minoritaires


30%
Capital 200 140 60
Réserves 420 294 126
Capitaux propres de F1
hors résultat 620 434 186
Elimination des titres F1 - 140
294
Résultat 72 50.4 21.6

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Deuxième palier palier (consolidation de F1 dans M)
 Écriture de partage des capitaux propres de F1
Compte de bilan

Capital F1 200
Réserves F1 420
Résultat F1 72
Titres de Participation de 140
F1
Réserves Consolidées 294
Résultat Consolidé 50.4
Intérêt minoritaires 207.6
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


1) Technique de consolidation par paliers
1.1 Sous filiale intégrée globalement
 Deuxième palier palier (consolidation de F1 dans M)
 Bilan consolidé de M
Bilan B
Immob 3630(2500+1130) Capital 1000

Réserves 2396(2000+294+75)

Actif 2145 (1435+710) Résultat 555.4 (500+50.4+5)


Circulant
Intérêts Minoritaires 354.6 (147+207.6)

Dettes 1496 (600+896)

Total 5775 PR Abdelmajid KCHIRI Total 5775


CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
Appliquons à l’exemple précédent la méthode de consolidation directe
 Calcul du pourcentage d’intérêts
F1 F2
Pourcentage 70% (70*40)+25=53%
d’intérêt du groupe
Pourcentage des 30% (100-53)=47%
minoritaires
Ces pourcentages permettent :
• le partage des capitaux propres de chaque société
• -’élimination des titres de participation
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
 intégration globale de F1 dans M
Partage des capitaux propres de F1

Éléments Total Part du groupe 70% Intérêt minoritaires


(30%)
Capital 200 140 60
Réserves 300 210 90
Capitaux propres de F1 150
hors résultat 500 350
Elimination des titres F1 - -140
210
Résultat 64 44.8 19.2
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
 intégration globale de F1 dans M
Écriture de partage des capitaux propres de F1
Compte de bilan
Capital F1 200
Réserves F1 300
Résultat F1 64
Titres de Participation de 140
F1
Réserves Consolidées 210
Résultat Consolidé 44.8
Intérêt minoritaires 169.2
PR Abdelmajid
(150+19.2)KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
 intégration globale de F2 dans M
Partage des capitaux propres de F2

Éléments Total Part du groupe Intérêt minoritaires(47%)


28%+25%=53%
Capital 100 53 47
Réserves 300 159 141
Capitaux propres de F1 hors résultat 188
400 212
Elimination des titres F2 détenu par M - -25
Elimination des titres F2detenu par F1 -28 -12
-40*70% -40*30%
159 176
Résultat 20PR Abdelmajid KCHIRI 10.6 9.4
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
 intégration globale de F2 dans M
Écriture de partage des capitaux propres de F2
Compte de bilan
Capital F1 100
Réserves F1 300
Résultat F1 20
Titres de Participation de 65
F1
Réserves Consolidées 159
Résultat Consolidé 10.6
Intérêt minoritaires 185.4
(176+9.4)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Structures à participations multiples


2) Technique de consolidation directe
2.1 Sous filiale intégrée globalement
 Bilan consolidé de M

Actif Passif
Immobilisations 3630(2500+630+ Capital 1000
500)
Réserves 2369(2000+210+159)
Actif Circulant 2145(1435+390+ Résultat 555.4(500+44.8+10.6)
320) Intérêt 354.6(169.2+185.4)
minoritaire
Dettes 1496(600+400+496)
Total 5775 Total 5775

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Le groupe bravo est constitué par cinq sociétés dont la société mère à savoir la société bravo est une société
anonyme qui détient :
-55% du capital de la société anonyme A
-30% de la société anonyme C :
-70% de la société anonyme D :
-15% de la société anonyme E :

La société anonyme A détient quant à elle 60% DU capital de la société anonyme C la société anonyme B détient une
participation de la 10% Dans la société anonyme A Enfin la société C possède 70% du capital de la société anonyme B

Toutes ces participations ont été acquise a la création la société anonyme bravo procédé a une consolidation directe
par intégration globale

Par ailleurs les retraitements d’homogénéité ont déjà été effectués ainsi que les au partager final des capitaux
PR Abdelmajid KCHIRI
propres aucune société ne fait l’objet d’un contrôle conjoint
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Annexe 1: Bilan des sociétés
Actif SA Bravo SA A SA B SA C
Immobilisation 1800 800 1200
Titre SA A 220 40
Titre SA B 420
Titre SA C 90 180
Titre SA D 80
Titre SA E 10
Stock 260 570 420 170
Créances 900 500 300 250
Disponibilité 30 25 4 20
Totaux 3390 2075
PR Abdelmajid KCHIRI 1964 1560
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Annexe 1: Bilan des sociétés

Passif SA Bravo SA A SA B SA C
Capital 1400 400 600 300
Réserve 800 600 380 340
Résultat 100 50 15 50
Dette financière 500 300 400 150
Autres dettes 590 725 569 720
Totaux 3390 2075 1964 1560

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Participation réciproques
Dans le cas de participation réciproques le calcul des pourcentages d’intérêts se fait par
itérations successives mais ces calculs qui sont longs et fastidieux peuvent être résumés
en utilisant la formule mathématique suivante :

 Intérêt majoritaires dans B = a (1-b) / 1-ab

A et b désignant les pourcentages directes de participation


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Participation circulaire
La formule établie dans le cas de participations réciproques peut être généralisés
aux participations circulaires ainsi les pourcentages d’intérêts majoritaires
deviennent en prenant l’exemple de trois sociétés en circuit ci-contre :
A

a c

B C
bPR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
Exemple
Participation circulaire
La formule établie dans le cas de participations réciproques peut être généralisés
aux participations circulaires ainsi les pourcentages d’intérêts majoritaires
deviennent en prenant l’exemple de trois sociétés en circuit ci-contre :

 Pourcentage d’intérêts majoritaires dans A : 1-c/1-abc


 Pourcentage d’intérêts majoritaires dans B : a (1-c)/1-abc
 Pourcentage d’intérêts majoritaires dans C : ab (1-c)/1-abc
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Organigramme définissant le périmètre de consolidation de BRAVO
70%
BRAVO D
15%
55% 30% E
60%
A C
10% 70%

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Calcul des pourcentages de contrôle de la société anonyme Bravo
Dans la société A Dans la société C
-Directement 55% -Directement 30%
-Indirectement 10% par l’intermédiaire de B -Indirectement 60% par l’intermédiaire de A
• Total 65% (contrôle exclusif) • Total 90% (contrôle exclusif)
Dans la société anonyme B Dans la société D
-Indirectement 70% par l’intermédiaire de C -Directement 70% (contrôle exclusif)
• Total 70% (contrôle exclusif) Dans la société E
-Directement 15% (Hors périmètre)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Calcul des pourcentages d’intérêts de la société anonyme Bravo
Dans la société A Dans la société C
- Pourcentage du groupe Bravo 55% + - Pourcentage du groupe Bravo 65,67%
(30%*70%*10%) / 1- (60%*70%*10%) = - Pourcentage des minoritaires 34,24%
59.60% Dans la société D
- Pourcentage des minoritaires 40.40% - Pourcentage du groupe Bravo 70%
Dans la société anonyme B
- Pourcentage des minoritaires 30%
- Pourcentage du groupe Bravo (30*70) + Dans la société E
(55*60*70) / 1-(60*70*10)= 46.03% - Pourcentage du groupe Bravo 15%
- Pourcentage des minoritaires 53.79% - Pourcentage des minoritaires 85%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Partage des capitaux propres de A
Éléments Total Part du groupe 5.6% Intérêt minoritaires
(40.4%)
Capital 400
Réserves 600
Capitaux propres de A hors résultat 1000 596 404
Elimination des titres A détenu par Bravo -220 -220
Elimination des titres A détenu par B -40 -40*46.03=-18.41 -40*53.97=-21.58
Reserve consolidé
357.58 382.412
Résultat 50 50*59.6= 29.8 20.2
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de A
Capital A 400
Réserves A 600
Résultat A 50
Titres de Participation 260
Réserves Consolidées 357.58
Résultat Consolidé 29.8
Intérêt minoritaires 402.61
(382.412+20.2)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Partage des capitaux propres de B
Éléments Total Part du groupe 46.03% Intérêt minoritaires
(53.97%)
Capital 600
Réserves 380
Capitaux propres de B hors résultat 528.906
980 451.094
Elimination des titres B détenu par C -420 -272.19
Reserve consolidé -40*46.03=-18.41 -420*34.24=-143.808

174.92 385.098
Résultat 15 15*46.03=6.90% 8.0955
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de B
Capital B 400
Réserves B 380
Résultat B 15
Titres de Participation 420
Réserves Consolidées 174.90
Résultat Consolidé 6.90
Intérêt minoritaires 391.19
(385.098+8.09)

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Partage des capitaux propres de C
Éléments Total Part du groupe 65.67% Intérêt minoritaires
(34.24%)
Capital 300
Réserves 340
Capitaux propres de C hors résultat 219.136
640 420.864
Elimination des titres détenu par Bravo -90 -90
Elimination des titres C détenu par A -180 -180*59.60=-107.28 -180*40.40=-72.72
Reserve consolidé
223.584 146.416
Résultat 50
PR Abdelmajid 50*65.76=32.88%
KCHIRI 17.12
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


1) Détermination des pourcentages d’intérêts et partage des capitaux
propres
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de C

Capital C 300
Réserves C 340
Résultat C 50
Titres de Participation 270
Réserves Consolidées 223.58
Résultat Consolidé 4
Intérêt minoritaires 32.88
(146.416+17.12) 163.53
6
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Définition Des titres d’autocontrôle du règlement 99-02
Les titres d’autocontrôle définis par le règlement 99.02 sont les titres de l’entreprise
consolidant détenus :
• soit par elle-même
• soit par les entreprise contrôlées c’est-à-dire les entreprise sous contrôle exclusif ou
conjoint
• Soit les titres de l’entreprise consolidant détenus par des entreprises sous influence
notable ne constituent pas des titres d’autocontrôle
EN NORMES IFRS
Les titres d’autocontrôle peuvent être acquis et détenus par l’entité ou par d’autre membre
de groupe consolidé cette terminologie laisse supposer que ces titres incluent les titres
détenus par l’entreprise consolidant mais égalent ceux détenus par les entités sous
contrôle conjoint au sous influencePRnotable
Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
Les titres représentatifs du capital de l’entreprise consolidante détenus par elle-même ou
par des entreprises contrôlées sont classés selon la destination qui leur est donnée
dans les comptes individuels de ces entreprises.
EN NORMES IFRS
• Si une entité rachète ses propres instruments de capitaux propres ceux-ci ‘les actions
propres’ doivent être déduits des capitaux propres
• En conséquence tous les titres d’autocontrôle doivent être portés en déduction des
capitaux propres indépendamment de leur classement comptable
• Aucune profit ou perte ne doit être comptabilisé dans le résultat lors de l’achat du vent
de l’émission ou de l’annulation d’instruments de capitaux propres de l’entité
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
Exemple
La société M détient une participation de 60% dans le capital de F1 acquise 300KE alors
que cette dernière détient une participation de 8 % Dans capital de M acquise 160KE

Les titres M détenus par F1 ont été comptabilisés dans les comptes individuels

Les capitaux propres au 31 /12N des deux sociétés sont les suivants :

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
Exemple
Société M Société F1
Capital 2000 500
Réserves 700 200
Résultat 50 15
M a distribué 25KE de dividendes au cours de l’exercice N

Aucune distribution n’est intervenue pour F1 et M au cours de l’exercice N+1 F1 cédé ses
titres M à l’extérieur pour un moment de 210 KE au 31/12N+1 L’impôt sur les plus-values
est de 20% PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
Exemple
Les capitaux propres au 31/12N+1 des deux sociétés sont les suivants :

Société M Société F1
Capital 2000 500
Réserves 750 215
Résultat ------------------- 40

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Détermination du pourcentage d’intérêts des associés majoritaires dans M et F1

Mère fictive
92%

8% 60%

F1
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Détermination du pourcentage d’intérêts des associés majoritaires dans M et F1
Pourcentage d’intérêts des associés majoritaires de M dans F1
• 92*60/1-(60*8)= 57.98%
Pourcentage d’intérêts des associés majoritaire dans M
• 92/1-(60*8)= 96.63%
Les pourcentages d’intérêts peuvent être obtenus en résolvant le système d’équations
suivant :
M=0.92+0.08F1
F1=0.6M PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Partage des capitaux propres de M
Éléments Total Part du groupe Intérêt minoritaires
57,98% (42,02%)
Capital 2000
Réserves 700
Capitaux propres de M hors résultat 2700 407,02 294,98
Elimination des titres F1 détenus par M 300 300*96,63% 300*3,37%
=289,89 =10,11
117,13 284,87
Résultat 15 - 2 7,53 5,47
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de M
Réserves 700
Résultat 50
Autre titre de 92.768
l’entreprise
consolidante
Titres d’autocontrôle 160
Réserves Consolidées 609.01
Résultat Consolidé 48.315
Intérêt minoritaires
PR Abdelmajid KCHIRI 25.443
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Partage des capitaux propres de F1
Éléments Total Part du groupe Intérêt minoritaires (3.27%)
96.63%
Capital 500
Réserves 200 + 2
Capitaux propres de M hors résultat 702 2609.01 90.99
Elimination des titres d’autocontrôle détenu 160 160*57.98% 160*42.02%
par F1 =92.768 =67.232
2516.242 23.758
Résultat 50 48.315 1.685
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de F1
Les dividendes doivent être éliminés par virement aux réserves consolidés de
l’entreprise F1 bénéficiaire de la distribution
Résultat 2
Réserves 2

Produit financier 2
Résultat global 2

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Ecriture de partage des capitaux propres de F1

Capital 500
Réserves 202
Résultat 13
Titres de participation 300
Réserves Consolidées 117.13
Résultat Consolidé 7.53
Intérêt minoritaires 290.34
(284.87*5.47)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 L’incidence sur la présentation des comptes consolidés au 31/12/N est la suivante :
Capitaux propres consolidé
• Capital 2000
• Reserve consolidé 609.01+117.13 =726.14
• Autre titres de l’entreprise consolidante =-92.768
• Résultat consolidé 48.315+7.53 =55.845
Total des capitaux propres consolidé 2689.217
Intérêt minoritaires 25.443 + 290.34 = 315.783
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Partage des capitaux propres de F1 au 31/12/N+1 :
Du fait de la cession des actions à l’extérieur du groupe, le prix de cession y compris la plus-
value ou la moins-value et l’impôt correspondant sont inscrit directement dans les réserves
consolidées
Résultat F1 40
Réserves F1 (50*80%) 40
Produit cession 210
Valeur comptable de 160
cession
Impôt sur les bénéfices 10
PR Abdelmajid
Résultat KCHIRI
global 40
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Tableau de partage des capitaux propres de F1:

Éléments Total Part du groupe 60% Intérêt minoritaires (40%)


Capital 500
Réserves 215+40
Capitaux propres de F1 hors résultat 755 453 302

Elimination des titres F1 détenu par M 300 -300


Reserve consolidé et intérêt minoritaires 153 302

Résultat 40-40
PR Abdelmajid KCHIRI
0 0
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 Écriture de partage des capitaux propres de F1:

Capital 500
Réserves 255
Titres de participation 300
Réserves Consolidées 153
Intérêt minoritaires 302

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE V STRUCTURES COMPLEXES

Cas des structures circulaires et réciproques


2) Traitement et présentation des titres d’autocontrôle de la société
consolidant
 Traitement comptable des titres d’autocontrôle
solution
 L’incidence sur la présentation des comptes consolidés au 31/12/N+1 est la suivante :
Capitaux propres consolidé
• Capital 2000
• Reserve consolidé 750+153 =903
• Résultat consolidé =0
Total des capitaux propres consolidé 2903
Intérêt minoritaires =302

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1- Augmentation sans changement de méthode


1.1 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée proportionnellement
1.3 Augmentation du pourcentage dans une entreprise qui reste mise en équivalence

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée proportionnellement
2.3 Intégration proportionnelle d’une entreprise précédemment mise en équivalence

3-Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.2 Cession partielle des titres d’une entreprise mise en équivalence
3.3 Sortie du périmètre
3.4 Traitement des anciens écarts d’acquisition imputés sur les capitaux propres en cas de
cession des titres concernés.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

4- Augmentation de capital
4.1 Augmentation de capital dans une entreprise sous contrôle exclusif
4.2 Augmentation de capital dans une entreprise mise en équivalence

5- Reclassement des actifs au sein d’un groupe


5.1 Nature des opérations
5.2 Traitement comptable

6- Fusion d’entreprises du groupe


6.1 Nature des opérations
6.2 Comptabilisation des apports dans les comptes individuels

7- Echange des participations minoritaires


7.1 Evaluation de l’échange à la juste valeur
7.2 Comptabilisation de l’échange dans les comptes individuels
7.3 Traitement Comptable dans les entreprises consolidées

PR Abdelmajid KCHIRI
8- Cas pratiques
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.

1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement


1.1.1 PRINCIPES
Qu’il s’agisse l’achat du lot initial ou de lots complémentaires, le prix d’achat de
titres a le même caractère : il s’agit de l’achat aux associés extérieurs au groupe de
leur part dans les capitaux propres correspondant au pourcentage de participation
acquis.
Les acquisitions complémentaires de titres ne remettent pas en cause les
évaluations des actifs en passifs identifiés, déterminées à la date de la prise de
contrôle .L’écart dégagé est affecté en totalité en écart d’acquisition
Ainsi , sauf dans le cas exceptionnelle d’une perte de valeur d’un ou plusieurs actifs
non détectée avant l’acquisition du lot complémentaire de prise de titres , la variation
de la juste valeur des actifs et passifs entre la date de prise de contrôle et la date
d’achat du lot complémentaire n’est pas prise en compte .
Aucune affectation complémentaire, notamment
PR Abdelmajid KCHIRI d’actifs incorporels, n’es possible .
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts
1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.
1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
1.1.2 Titres acquis en vue d’une cession ultérieure
A l’occasion de l’émission par une société-mère de titres de créances négociables
pouvant donner lieu à un échange ou à une conversion en actions nouvelles ou
existantes d’une société filiale cotée ( intégrée globalement en consolidation ) une
société-mère est amenée à acheter sur le marché un lot d’actions de sa filiale et a les
affecter à la couverture du risque de conversion ou d’échange.

Compte tenu notamment de l’incertitude existant quant a l’exercice de l’option


conversion ou d’échange des obligations en actions de la filiale, la commission des
opérations de bourse a estimé que l’acquisition de ce lot complémentaire de titres
devait être traitée comme une augmentation du pourcentage de contrôle exclusif relatif
a l’augmentation du pourcentage de détention d’une entreprise déjà intégrée
globalement .en effet le règlement ne prévoit pas la possibilité d’exclure un lot de titres
lors de la détermination du pourcentage de contrôle et prescrit qu’un écart d’acquisition
complémentaire soit comptabilisé

De surcroit une telle pratique aurait eu pour conséquence mécanique de reconnaitre


au passif du bilan consolidé des intérêts minoritaires fictifs dans les réserves consolidés
à hauteur du pourcentage non consolidé
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
• Début N, la société M prend le contrôle de F à hauteur de 60% pour un
cout d’acquisition de 60.
• Les bilans de M et F sont les suivants à la date de prise de contrôle
• Bilan de M au 01/01/N
Actif passif
Titre F 60 Capital 10

Disponibilité 100 Réserves 30

Total 160 Total 1820

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
Bilan de F au 01/01/N
Le terrain est évalué à 80.
Actif passif
Terrain 40 Capital 10
Réserves 30

Total 40 Total 40

• Au 31/12/N, la situation des capitaux propres est inchangée pour M et F


• Début N+1, M acquiert 30% dans F pour un cout d’acquisition de 40
• Les écarts d’acquisition ne sont pas amortis en règlement 99-02
• Par mesure de simplification, lesPRimpôts
Abdelmajiddifférés
KCHIRI ne seront pas pris en compte
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
1-Règlement 99-02
• 1.1 Consolidation de N
• Détermination de l’écart d’acquisition
• Cout d’acquisition des titres
• Quotte part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F :
(40+40)*60= 12 Ecart d’acquisition

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de consolidation N
• Compte de bilan
Terrain 40
Titres F (40*60) 24
Intérêt minoritaires 16
(40*40)

Ecart d’acquisition 12

Titres F 12
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de consolidation N
Compte de bilan

Capital 10
Reserve 30

Titres F (40*60) 24
Intérêt minoritaires 16

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Partage des capitaux propres

Éléments Total Part du groupe 60% Intérêts


minoritaires 40%
Capital 10
Réserves 30
Capitaux propres
40 24 16
Elimination des -24
titres F
Résultat 0 16
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Bilan consolidé fin N

Actif passif
Ecart 12 Capital 50
d’acquisition

Terrain 80 Réserves 110

Disponibilité 100 Intérêt 32


minoritaires

Total 192 Total 192


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
1-Règlement 99-02
1.2 Consolidation de N+1
• Détermination de l’écart d’acquisition complémentaire
• Pour l’analyse du 2eme lot, les capitaux propres sont retenus à la date
d’acquisition début N+1 :
• Capitaux propres achetés : 40*30%=12
• Ecart d’évaluation résiduel acheté 40*30=12
• Le montant des capitaux propres rachetés par le groupe aux minoritaires est
donc égal à 12+12=24
• Soit un écart d’acquisition complémentaire de 40-24=16
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 1.2 Consolidation de N+1
Compte de bilan
Terrain 40
Titres F (40*90) 36
Intérêt minoritaires 4
(40*10)

Ecart d’acquisition 28
(12+6)
Titres F 28
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 1.2 Consolidation de N+1
Compte de bilan

Capital 40
Reserve
Titres F 36
Intérêt minoritaires 4

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Partage des capitaux propres

Éléments Total Part du groupe 60% Intérêts


minoritaires 40%
Capital 10
Réserves 30
Capitaux propres
40 36 4
Elimination des -36
titres F
Résultat 0 4
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
 Bilan consolidé fin N+1

Actif passif
Ecart 28 Capital 50
d’acquisition

Terrain 80 Réserves 110

Disponibilité 60 Intérêt 8
minoritaires

Total 168 Total 168


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• La différence entre les liquidités versés par l’entité mère pour acquérir une
détention complémentaire de 30% soit 20 et l’écart d’acquisition
complémentaire de -4 se traduit par une réduction de l’actif consolidé qui
trouve sa contrepartie dans une réduction des capitaux propres consolidés
• Tableau de variation des capitaux propres consolidés
Avant l’acquisition Acquisition d’intérêts Apres l’acquisition
d’intérêts minoritaires minoritaires d’intérêts minoritaires

Part du groupe 160 160

intérêts minoritaires 32 24 8

Total 192 PR Abdelmajid


24 KCHIRI 168
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
• Par mesure des implications nous conservons la terminologie intérêt
minoritaires pour la participation ne donnant pas le contrôle
2-1 Consolidation de N
 Détermination du goodwill
• Cout d’acquisition des titres 60
• Quotte part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F (40+40)*60 =-48
• Goodwill acquéreur 12

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2-1 Consolidation de N
 Ecritures de consolidation N
• Comptes de bilan
Terrain 40
Titres F (40*60) 24
Intérêt minoritaires 16
(40*40)
goodwill 12
PR Abdelmajid KCHIRI
Titres F 12
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2-1 Consolidation de N
 Ecritures de consolidation N
• Comptes de bilan

Capital 10
Reserve 30

Titres F 24
Intérêt minoritaires 16
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2-1 Consolidation de N
 Partage des capitaux propres de F
Éléments Total Part du groupe 60% Intérêts minoritaires 40%
Capital 10
Réserves 30
Capitaux propres
40 24 16
Elimination des titres F -24

Résultat 0 16

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2-1 Consolidation de N
 Bilan consolidé fin N
Actif Passif
goodwill 12 Capital 50
terrain
80 Réserves 160
Disponibilité 100 intérêts minoritaires 32

Total 192 PR Abdelmajid KCHIRI Total 192


CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2.2-Consolidation de N+1
 Ecritures de consolidation N+1
• Comptes de bilan
Terrain 40
Titres F(40*90) 36
Intérêt minoritaires 4
(40*10)
goodwill 12
PR Abdelmajid KCHIRI
Titres F 12
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2.2-Consolidation de N+1
 Ecritures de consolidation N+1
• Comptes de bilan

Capital 10
Reserve 30
Titres F 32
Reserve consolidé 4
Intérêt minoritaires
PR Abdelmajid KCHIRI
4
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2.2-Consolidation de N+1
 Partage des capitaux propres de F

Éléments Total Part du groupe 90% Intérêts minoritaires


10%
Capital 10
Réserves 30
Capitaux propres
40 36 4
Elimination des titres F -32
PR Abdelmajid KCHIRI
Résultat 4 4
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
2.2-Consolidation de N+1
 Bilan consolidé fin N
Actif Passif
goodwill 12 Capital 50
terrain
80 Réserves 114
Disponibilité 80 intérêts 8
minoritaires

Total 172 Total 172


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
• Les liquidités versées par l’entité mère pour acquérir une détention
complémentaires de 30% soit 20% se traduisent par une réduction de l’actif
consolidé qui trouve sa contrepartie dans une réduction des capitaux propres
consolidés.
• Tableau de variation des capitaux propres consolidés
Avant l’acquisition Acquisition d’intérêts Apres l’acquisition
d’intérêts minoritaires minoritaires d’intérêts minoritaires

Part du groupe 160 4 164


intérêts minoritaires 32 24 8
Total 192 PR Abdelmajid
24 KCHIRI 172
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.1Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée globalement
Exemple 1
 Solution
• 2- Normes IFRS
• Les intérêts minoritaires sont en baisse de 24, avec un transfert vers les
majoritaires
-Dans l’écart d’évaluation de 40*30%=12
-Dans les capitaux propres de 40*30%=12
• La différence entre la réduction de la part des intérêts minoritaires dans la
valeur comptable de la filiale et le prix payé par l’entité mère pour acquérir 30%
d’intérêts complémentaires est intégralement imputée sur la part groupe

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
• En l’absence de disposition particulière du règlement 99-02 sur ce sujet, le
comité d’urgence du CNC s’est référé aux principes généraux de l’intégration
globale qui s’appliquent aux entreprises intégrées proportionnellement sous
réserve des dispositions particulières propres à ces entreprises.
• La méthode proportionnelle conduit à intégrer dans le bilan consolidé les actifs
et passifs de la filiale (à hauteur du pourcentage détenue) a la valeur évaluée au
moment de la première consolidation. Lors de l’acquisition ultérieure d’un lot de
titres et, dès lors que cette entreprise reste consolidée par intégration
proportionnelle à l’issue de cette acquisition complémentaire, les règles
suivantes sont, selon le Comité d’urgence, à appliquer pour traiter les
augmentations de pourcentages d’intérêts.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
• Les acquisitions complémentaires de titres ne remettent pas en cause les
évaluations des actifs et passifs identifiés, déterminés à la date de prise de
contrôle conjoint .L’écart dégagé est affecté en totalité en écart d’acquisition.
• L’écart d’acquisition complémentaires est comptabilisé conformément aux
règles précisées au paragraphe 2113 ‘Traitement comptable de l’écart
d’acquisition ‘ des règlement 99-02 (sociétés commerciales et entreprises
publiques) .
• Néanmoins, l’augmentation du pourcentage d’intérêt induit une augmentation
de la quote-part des valeurs comptables consolidées des actifs et des passifs de
cette entreprise inscrite au bilan consolidé.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
• Une société M a acquis le 2/01/N 30% des titres d’une société F1pour un
montant global de 240 K
• Il s’agit d’une filiale commune de gestion détenue par deux autres groupes
• Au moment de cette prise de participation les capitaux propres en K de la
société F1 se présentaient ainsi :
• Capital 400
• Reserve 100
• Total 500

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
• Au moment de la prise de participation les éléments identifiables suivant ont
été valorisés
• Un ensemble immobilier évalué à 400K inscrit à l’actif du bilan pour une valeur
comptable nette de 200 K.la construction ré estimée avait encore une durée de
vie de 8 ans valeur brute : 400 et amortissements : 300.
• La société M acquiert pour un prix de 57.75 K , le 1/07/N+2,une participation
complémentaire de 5% dans le capital de la société F1.lescapitaux propres des
F1 s’élevaient alors a :
• Capital 400
• Reserve 300
• Résultat 80
• Total 780
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
• Procédure de traitement comptable des écarts d’évaluation et de l’écart
d’acquisition lors de la consolidation de l’exercice N
 Détermination des écarts d’évaluation sur ces actifs identifiables
• Construction 180-100=80
• Terrain 220-100=120
• Total 200

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
 Détermination de l’écart d’acquisition
• La différence entre le cout d’acquisition des titre et la part acquisse dans la juste
valeur des actifs et passifs a la date d’acquisition de cette entreprise constitue
l’écart d’acquisition
• Cout d’acquisition des titres 240
• Quotte part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F1 210
• Ecart d’acquisition 30

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de retraitement des écarts d’évaluation
• Comptes de bilan
Amortissement de 90
construction
Construction 90

Terrain 36
construction 24
Titre de participation
PR Abdelmajid KCHIRI
60
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de retraitement des écarts d’évaluation
• Comptes de bilan
Résultat consolidé 3
Amortissement des 3
constructions

Dotation aux 3
amortissements
Résultat global
PR Abdelmajid KCHIRI
3
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de retraitement de l’écart d’acquisition
• Comptes de bilan
Ecart d’acquisition 30
Titre de 30
participation

Dotation aux 6
amortissements
Résultat global
PR Abdelmajid KCHIRI
6
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.2 Augmentation du pourcentage dans une entreprise intégrée
proportionnellement :
Exemple 1
 Solution
 Ecritures de retraitement de l’écart d’acquisition
• Comptes de bilan

Résultat consolidé 6

Ecart d’acquisition 6

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.3 Augmentation du pourcentage dans une entreprise qui reste mise en
équivalence :
• Si l’entreprise reste consolidée par mise en équivalence, la valeur de titre mise
en équivalence et, le cas échéant, l’écart d’acquisition est modifié comme suit :
• Lors d’une opération d’acquisition complémentaire, la mise en équivalence de
nouveaux titres suite la même règle que celle qui s’applique lors de la première
consolidation. Le nouvel écart d’acquisition est comptabilisé conformément aux
principes applicables aux écarts dégagés lors de la première consolidation.
L’écart de réévaluation éventuel de la valeur d’équivalence antérieur est porté
directement dans les capitaux propres consolidés.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.3 Augmentation du pourcentage dans une entreprise qui reste mise en
équivalence :
• L’écart d’acquisition complémentaire est déterminé par la différence entre :
• Le cout d’acquisition des titres complémentaires acquis et la quote-part que ces
titres représentent, à la date d’acquisition, dans la juste valeur des actifs et
passifs identifiables.
• La quote-part des capitaux propres antérieurement détenue doit être réévaluée
sur la base des justes valeurs à la date de la dernière acquisition et portée
directement en réserves consolidées.
• La valeur des titres mis en équivalence correspond donc à la quote-part
accumulée du groupe dans les justes valeurs des actifs et des passifs
identifiables de l’entreprise sous influence notable, déterminées à la date de la
dernière transaction.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

1-AUGMENTATION SANS CHANGEMENTDE METOHDE.


1.3 Augmentation du pourcentage dans une entreprise qui reste mise en
équivalence :
 NORMES IFRS
• Les IFRS ne traitent pas de l’augmentation du pourcentage d’intérêts dans une
entreprise mise en équivalence et qui le reste. Il conviendra de suivre les futurs
travaux de l’IASB pour savoir notamment si ces augmentations de pourcentage
pourraient être traitées par analogie avec le traitement des prises de contrôle
opérées par achats successifs de titres.
• A nous avis un écart d’acquisition complémentaire est déterminé par référence
à la juste valeur des actifs et passifs à la date d’acquisition du lot
complémentaire de titres.
• L’augmentation du pourcentage ne change pas fondamentalement la nature de
l’investissement dans l’entité qui reste mise en équivalence. Dans ce cas, la
quote-part antérieurement détenue n’est pas réévaluée à la juste valeur à la
date de la dernière acquisition. PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
• Les actifs et passifs sont identifiés et évalués à la date de la prise de
contrôle, conformément aux règles générales. L’écart de réévaluation
éventuel par rapport à la quote-part de capitaux propres antérieurement
consolidée par mise en équivalence est porté directement dans les
réserves consolidées.
• L’écart d’acquisition complémentaire des titres est déterminé par
différence entre :
• D’une part, le coût d’acquisition des titres complémentaires ;
• Et d’autre part, la quote-part que ces titres représentent dans les justes
valeurs des actifs et des passifs identifiables à la date de prise de contrôle.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
• La société M avait une participation de 20% dans la société F1 acquise
début N. la prise de contrôle est obtenue, début N+1, en achetant 60% du
capital de F1 pour un prix de 100 KDhs.
• Début N, les bilans de M et de F1 sont les suivants :
Bilan M
Actif Passif

Titres F1 30 Capital 40

Disponibilités 100 Réserves 90

Total 130 Total 130


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
• Bilan F1
Actif Passif
Construction 40 Capital 10
Réserves 30

Total 40 Total 40

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
• Début N, la construction est évaluée à 10 KDhs. La durée résiduelle
d’amortissement de la construction est de 5ans.
• Début N+1, les bilans de M et F1 sont les suivants :
• Bilan M

Actif Passif
Titres F1 130 Capital 40
Réserves 90

Total 130 Total 130


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
• Bilan F1
Actif Passif
Construction (40- 32 Capital 10
8)
Réserves (30-8) 22
Total 32 Total 32

• Début N+1, la construction est évaluée à 120 KDhs. L’amortissement de la


construction fin N dans les comptes individuels est égal à 40/5 ans = 8.
• La juste valeur de la participation déjà détenue (20%) est égale à 32 KDhs
début N+1.
• Les écarts d’acquisition ne sont pas amortis en Règlement 99-02.
• Par mesure de simplification, les impôts KCHIRI
PR Abdelmajid différés ne seront pas pris en compte.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Détermination de l’écart d’acquisition en N
• La juste valeur des actifs et passifs de F1 = 100
KDhs
• Coût d’acquisition des titres 30
• Quote-part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F1 100×20%=
-20
• Ecart d’acquisition 10
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Ecritures de consolidation N
• Compte de bilan
Ecart d’acquisition 10
Titres F1 10
Ecart d’acquisition
Titres mis en 16
équivalence 4
Résultat
Titres
PR F1 KCHIRI
Abdelmajid 20
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Partage des capitaux propres F1 début N
Eléments Total Part du groupe 20%
Capital 10
Réserves 30 20
Ecart d’évaluation construction 60 - (30 - 10)
Capitaux propres 100 0
Elimination des titres F1
Résultat - 20 (1) -4
Amortissement de l’écart sur la construction 40/5 ans dans les comptes individuels et 60/5 ans
pour l’écart d’évaluation. PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Bilan Consolidé fin N

Actif Passif
Ecart d’acquisition 10 Capital 40
Titres mis en 16 Réserves 90
équivalence 100 Résultat -4
Disponibilités
Total 126 Total 130

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Détermination de l’écart d’acquisition début N+1
• La juste valeur des actifs et passifs de F1 = 120
KDhs
• Coût d’acquisition complémentaire des titres
100
• Quote-part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F1 120×60%=
-72
• Ecart d’acquisition 28
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
 Ecritures de consolidation N+1
• Compte de bilan
Construction (120-30) 88
Titres F1 (88×80%) 70,4
Intérêts minoritaires 17,6
(88×20%)
Ecart d’acquisition 38
Titres F1 38
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
Partage des capitaux propres de F1 début N+1

Eléments Total Part du groupe 80% Intérêts minoritaires 20%

Capital 10
Réserves 22 25,6 6,4
Capitaux propres 32 - 21,6
Elimination des titres F1
Résultat 4 6,4
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.1 Intégration globale d’une entreprise précédemment mise en équivalence
 Exemple :
 Solution
Règlement 99-02
Bilan Consolidé début N+1
Actif Passif
Ecart d’acquisition 38 Capital 40
Construction 120 Réserves Consolidées (90 + 4) 94
Intérêts minoritaires (6,4 + 24
17,6)

Total 126 Total 130


• Les minoritaires sont évalués sur la base de la juste valeur des actifs et passifs, soit 120×20% début
N+1.
• Début N+1, avant la prise de participation complémentaire, le poste réserves est égal à 90-4= 86.
• Après la prise de participation complémentaire, le poste réserves augmente de 94-86= 8, qui
représente la réévaluation de la quote-part antérieurement détenue.
• L’écart de réévaluation de la quote-part antérieurement détenue est égal à :
PR Abdelmajid KCHIRI
• [120 – (32 + 60 – 12)] × 20%
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée proportionnellement
• Le coût d’acquisition total des titres (acquisition initiale et acquisitions
complémentaires donnant le contrôle exclusif) est déterminé conformément
aux règles générales.
• Les actifs et passifs sont identifiés et évalués, à la date de la prise de contrôle
exclusif, conformément aux règles générales. L’écart de réévaluation éventuel
par rapport à la quote-part de capitaux propres antérieurement consolidée
par IP est porté directement dans les réserves consolidées.
• Les principes applicables de la ME à l’IG sont identiques et sont les suivants :
• La détermination de l’écart d’acquisition complémentaire doit être opérée sur
la base des justes valeurs à la date de prise de contrôle exclusif ;
• La quote-part antérieurement détenue doit être réévaluée et son impact
inscrit directement en réserves consolidées ;
• Les intérêts minoritaires doivent être évalués sur la base des justes valeurs à la
date de prise de contrôle exclusif.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
• L’écart d’acquisition complémentaire peut être déterminé par différence
entre :
• Le coût d’acquisition des titres complémentaires,
• Et la quote-part complémentaire acquise dans les capitaux propres
consolidés à la date de prise de CE, en y incluant la valeur résiduelle à
cette date des écarts d’évaluation déterminés lors de la première
consolidation par IP.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
 Exemple :
• Une société M a acquis, le 01/07/N, 30% des titres d’une société F1 pour
un montant global de 3400 KDhs.
• Cette filiale contrôlée conjointement par trois groupes.
• Au moment de cette prise de participation, le bilan de la société F1 se
présentait ainsi en KDhs :

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
 Exemple :
Actif Brut Amt. Net Passif Net
Dépré.
Actifs immobilisés Capitaux propres
Concessions, brevets 1000 500 500 Capital 4000
Terrain 1600 1300 1600 Réserves 1500
Construction 2000 500 700 Résultat (du 1.1.N au 1.7.N) 400
IT 1500 200 1000 Provisions pour risques et 200
Prêt 500 300 500 charges 1100
Actif Circulant 1000 800 Dettes 500
Stocks de mses 1700 1400 Emprunt
Créances 700 700 Dettes fournisseurs
VMP 500 500
Disponibilités

Total 10500 2800 7700 Total 7700


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
• Exemple : La société M a acquis un deuxième lot de 40% le 02/01/N+2 pour un montant de 4000 KDhs.
• Au moment de cette seconde prise de participation, le bilan de la société F1 se présentait ainsi en KDhs :
Actif Brut Amt. Net Passif Net
Dépré.

Actifs immobilisés Capitaux propres


Concessions, brevets 1000 600 400 Capital 4000
Terrain 1600 1400 1600 Réserves 1800
Construction 2000 600 600 Résultat 200
IT 1500 200 900 Provisions pour risques et 100
Prêt 500 200 500 charges 800
Actif Circulant 800 600 Dettes 500
Stocks de mses 2000 1800 Emprunt
Créances 500 500 Dettes fournisseurs
VMP 500 500
Disponibilités
Total 10400 PR Abdelmajid KCHIRI
3000 7400 Total 7400
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
 Exemple :
• Les éléments identifiables suivants ont été valorisés au 01/07/N :
• Une marque développée de manière interne et évaluée selon la méthode
de capitalisation de la redevance à 1000 KDhs ;
• L’ensemble immobilier évalué à 3500 KDhs (2000 pour le terrain et 1500
pour la construction) inscrit à l’actif du bilan pour une valeur comptable
nette de 2300 KDhs (1600 pour le terrain et 700 pour la construction).
• La construction réestimée avait encore une durée de vie de 25ans.
• Les valeurs comptables des autres actifs et passifs constituent leur valeur
d’utilité.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
 Exemple :
• Les éléments identifiables suivant sont été valorisés au 02/01/N+2 :
• Une marque développée de manière interne et évaluée selon la méthode
de capitalisation de la redevance à 1200 KDhs (non amortissable) ;
• L’ensemble immobilier évalué à 3800 KDhs (2100 pour le terrain et 1700
pour la construction) inscrit à l’actif du bilan pour une valeur comptable
nette de 2200 KDhs (1600 pour le terrain et 600 pour la construction).
• La construction réestimée avait encore une durée de vie de 25ans.
• Les valeurs comptables des autres actifs et passifs constituent leur valeur
d’utilité.
• L’écart d’acquisition éventuel PRest
Abdelmajid KCHIRI
amorti sur 10ans.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
• Exemple : Solution
 Détermination de l’écart d’acquisition en N
• Identification et évaluation des actifs et des passifs à la juste valeur
Actif Net Passif Net

Marque 1000
Concessions, brevets 500 Provision risque 200
Terrains 2000 Emprunt 1100
Construction 1500 Fournisseurs 500
IT 1000
Prêt 500
Stocks 800
Créances 1400
VMP 700
Disponibilités 500
Total 9900 PR Abdelmajid KCHIRI
Total 1800
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
• Exemple : Solution
 Détermination de l’écart d’acquisition :
• La différence entre le coût d’acquisition des titres et la part acquise dans
l’actif net (juste valeur) à la date d’acquisition de cette entreprise
constitue l’écart d’acquisition.
• Coût d’acquisition des titres 3400
• Quote-part de M dans la juste valeur des actifs et passifs de F1
(8100×30%) = 2430
• Ecart d’acquisition 970

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée proportionnellement
• Exemple : Solution
 Détermination des écarts d’évaluation et d’acquisition en N+2
• Identification et évaluation des actifs et des passifs (Juste valeur) à la date de prise de CE le
02/01/N+2
Actif Net Passif Net
Marque 1200
Concessions, brevets 400 Provision risque 100
Terrains 2100 Emprunt 800
Construction 1700 Fournisseurs 500
IT 900
Prêt 500
Stocks 600
Créances 1800
VMP 500
Disponibilités 500 PR Abdelmajid KCHIRI
Total 10200 Total 1400
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode


2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée
proportionnellement
• Exemple : Solution
 Détermination de l’écart d’acquisition à la date de prise de contrôle :
• L’écart d’acquisition complémentaire des titres est déterminé par différence
entre :
• D’une part, le coût d’acquisition des titres complémentaires,
• Et d’autre part, la quote-part que ces titres représentant dans les justes
valeurs des actifs et des passifs identifiables à la date de prise de contrôle.
• Coût d’acquisition complémentaire des titres 4000
• Quote-part de cette acquisition dans la juste valeur des actifs et passifs de F1
(8800×40%)= 3520
• Ecart d’acquisition 480
• L’écart d’acquisition total est donc égal à :
– Ecart initial (année N) 970
-- écart complémentaire (année N+2) 480
PR Abdelmajid KCHIRI
• Ecart d’acquisition total1450
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode

2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée


proportionnellement
• Exemple : Solution
 Comptabilisation des écarts d’évaluation (consolidation exercice N+2)
• Compte de bilan

Autres immob. Incorporelles 1200


Terrains (2100 – 1600) 500
Construction (1700 – 600) 1100
Titres de participation 1960
(1200+500+1100) ×70% 840
Intérêts minoritaires
(1200+500+1100) ×30%
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode

2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée


proportionnellement
• Exemple : Solution
 Comptabilisation des écarts d’évaluation (consolidation exercice N+2)
• Compte de bilan
• L’écart de réévaluation de la quote-part antérieurement consolidée par
mise en équivalence est porté en réserves consolidées pour un montant
de 194,40.
• Ce montant peut être obtenu en comparant les capitaux propres retraités
des écarts d’évaluation initiaux au 02/01/N+2 avec la juste valeur des
actifs et passifs au 02/01/N+2.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode

2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée


proportionnellement
• Exemple : Solution
 Comptabilisation des écarts d’évaluation (consolidation exercice N+2)
• Compte de bilan
Capitaux propres comptables au 02/01/N+2 6000
Ecarts d’évaluation résiduels + 1000
Construction (1500 – 700) – (800/25 ans × 1,5) + 752
Terrain (2000 – 1600) + 400

Capitaux propres retraités au 02/01/N+2 9152


Quote-part antérieurement détenue : 8152 × 30% = 2445,6
Quote-part dans la juste valeur des actifs et passifs acquis : 8800 × 30% = 2640
Soit une différence de 194,40
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode

2.2 Intégration globale d’une entreprise précédemment intégrée


proportionnellement
• Exemple : Solution
 Comptabilisation des écarts d’acquisition (consolidation N+2)
• Compte de bilan

Ecart d’acquisition 1450

Titres de 1450
participation
(970+480)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

2- Augmentation avec changement de méthode

2.3 Intégration proportionnelle d’une entreprise précédemment mise en


équivalence
• Pour une entreprise précédemment mise en équivalence et désormais
intégrée proportionnellement, il convient de se référer aux règles définies
au CRC, règlement 99-02.
• Les dispositions applicables à l’IP d’une entreprise antérieurement ME
sont les mêmes que celles applicables en cas d’IG de cette même
entreprise.
• La seule différence concerne la non-inscription au bilan consolidé des
intérêts minoritaires directs dans l’entreprise nouvellement intégrée.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.1 Entreprise restant consolidée par IG
 Définition du résultat de cessions
• Dans le cas d’une cession partielle des titres d’une entreprise restant
consolidée par IG, l’ensemble des éléments concourant à la détermination de
la plus ou moins value (y compris une quote-part de l’écart d’acquisition et de
l’écart de conversion) est pris en compte au prorata de la cession réalisée pour
déterminer le résultat de cession.
• Dans les comptes individuels, le résultat de cession est la différence entre le
prix de cession et le coût d’achat des titres.
• Dans les comptes consolidés, le résultat de cession est la différence entre le
prix de cession et la valeur au bilan consolidé des titres vendus, laquelle
comprend le coût d’achat augmenté des réserves accumulées dans l’entreprise
depuis sa prise de contrôle (et, le cas échéant, le solde résiduel des écarts
d’acquisition). PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.1 Entreprise restant consolidée par IG
 Détermination du prix de cession
• Le prix de cession correspond à la juste valeur des liquidités, titres reçus
ou autres actifs reçus par le vendeur en contrepartie de la cession des
titres. Dans le cas le plus fréquent où la cession est effectuée par remise
de liquidités, la juste valeur correspond au nominal du prix de cession et
dans ce cas, il n’y a pas de divergence entre le prix de cession retenu dans
les comptes individuels et celui des comptes consolidés.
• Dans le cas où le paiement du prix est différé ou étalé et que les effets de
l’actualisation sont significatifs, le prix de cession retenu dans les comptes
individuels doit être retraité dans les comptes consolidés.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.1 Entreprise restant consolidée par IG
 Détermination de la valeur au bilan consolidé des titres cédés :
• La quote-part de l’entreprise détentrice des titres dans le résultat de la
filiale ou de la participation égalisé entre le début d’exercice de cession et
la date de cession est comprise dans les capitaux propres à la date de
cession.
• Ce résultat devrait être calculé à la date de la cession des titres en utilisant
les données comptables les plus récentes possibles ou une situation
provisoire récente corrigée des résultats significatifs réalisés entre la date
de la situation et celle de la cession.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.1 Entreprise restant consolidée par IG
 Détermination de la valeur au bilan consolidé des titres cédés :
• Les écarts résiduels de première consolidation sont à traiter
différemment, selon qu’il s’agit d’une évaluation ou d’une acquisition :
-les écarts d’évaluation, concernant le bilan de l’entreprise
consolidée, corrigeant ses capitaux propres. Comme ceux-ci, ils sont donc
fonction du pourcentage des titres cédés par rapport au total des titres de
l’entreprise consolidée ;
-l’écart d’acquisition, ne concernant que l’entreprise consolidante,
est fonction du pourcentage des titres cédés par rapport au pourcentage
des titres précédemment détenus par l’entreprise consolidante.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.1 Entreprise restant consolidée par IG
 Détermination du résultat consolidé de cession et la différence avec le
résultat individuel :
• Le résultat consolidé de cessions est égal à la différence entre le prix de
cession et la valeur au bilan consolidé des titres cédés telle que celle
précédemment calculée.
• Il est alors possible de calculer la différence entre le résultat individuel de
cession et le résultat consolidé de cession à éliminer en consolidation.
• Cette différence est virée du résultat aux réserves de l’entreprise
consolidante.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.3 Entreprise restant consolidée par mise en équivalence
• La cession partielle des titres peut aboutir à une perte de contrôle exclusif,
l’entreprise consolidante conservant une influence notable. Dans cette
hypothèse, le résultat de cession (comme précédemment) est la différence
entre le prix de cession et les éléments suivants :
- la part d’actif net cédé (c'est-à-dire l’augmentation des intérêts
minoritaires consécutive à la cession),et une quote-part de l’écart
d’acquisition.
• Il en résulte que :
- le résultat consolidé de cession est calculé et substitué au résultat
individuel de cession ;
- les actifs et les passifs cessent d’être intégrés et sont substitués dans le
bilan consolidé à la date de cession par la part du groupe dans l’actif net de la
filiale (y incluant les écarts d’évaluation résiduels) ;
- l’écart d’acquisition non cédé est maintenu au poste « Ecart
d’acquisition ». PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.1 Cession partielle d’une de titres d’une entreprise intégrée globalement
3.1.3 Entreprise restant consolidée par mise en équivalence
 Détermination du résultat consolidé de cession et de la différence avec le
résultat individuel
• Le résultat consolidé de cession est égal à la différence entre le prix de cession
et la valeur au bilan consolidé des titres cédés.
• Il est possible de calculer le différence entre le résultat individuel de cession et
le résultat consolidé de cession à éliminer en consolidation.
• Cette différence est virée du résultat aux réserves de l’entreprise consolidante.
• La détermination du résultat consolidé de cession et la différence avec le
résultat individuel de cession peuvent être ainsi présentées.
• Dans les comptes individuels, la valeur comptable des titres retenue pour la
détermination du résultat de cession correspond au coût d’entrée des titres
chez l’entreprise détentrice déterminé conformément au PCG.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.2 Cession partielle des titres d’une entreprise mise en équivalence
• Si une entreprise précédemment mise en équivalence reste consolidée
par mise en équivalence après une opération de cession, le résultat
consolidé de cession est égal à la différence, à la date de cession entre :
• d’une part, le prix de cession,
• et d’autre part, la fraction cédée de la quote-part des capitaux propres mis
en équivalence, augmentée le cas échéant, des fractions correspondantes
du solde non amorti de l’écart d’acquisition et de l’écart de conversion.
• La valeur des titres mis en équivalence et, le cas échéant, l’écart
d’acquisition, sont modifiés en conséquence.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.1 Date de sortie
• Une entreprise sort du périmètre de consolidation à la date de contrôle ou
influence notable.
• En cas de cession, le transfert du contrôle ou d’influence notable est en
général concomitant au transfert des droits de vote lié à celui des titres.
Ainsi, même si les accords de cession d’une entreprise intégrée sont
intervenus à la date de clôture d’un exercice, l’entreprise cédante continue
à consolider cette entreprise, car elle en a encore le contrôle.
• En cas de perte de contrôle sans cession, par exemple suite à une dilution
ou en raison de restrictions sévères et durables, la sortie du périmètre de
consolidation est concomitante au fait générateur de la perte de contrôle.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.2 Déconsolidation induite par une cession partielle de titres
• Détermination du résultat de cession
• La cession partielle de titres peut conduire à ce que la société mère (ou la
société du groupe détentrice des titres) n’ait plus d’influence notable sur
la société cédée.
• Dans cette hypothèse, le résultat de cession (comme précédemment) est
la différence entre le prix de cession et les éléments suivants :
- La part d’actif net cédé
- Une quote-part de l’écart d’acquisition net,
- Et le cas échéant, la quote-part cédée d’écart de conversion
antérieurement portée en capitaux propres.
• Ce dernier élément concerne uniquement les sociétés étrangères dont les
comptes sont convertis selonPRlaAbdelmajid
méthode du cours de clôture.
KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.2 Déconsolidation induite par une cession partielle de titres
• L’écart de conversion résiduel reste figé dans les capitaux propres
consolidés et ne contribue au résultat que lors de la cession des titres
concernés.
• La détermination du résultat consolidé de cession et la différence avec le
résultat individuel de cession peuvent être ainsi présentées.
• Dans les comptes individuels, la valeur comptable des titres retenue pour
la détermination du résultat de cession correspond au coût d’entrée des
titres chez l’entreprise détentrice déterminé conformément au PCG.
• Ce résultat de cession est comptabilisé à la date à laquelle le groupe perd
le contrôle ou l’influence notable sur la participation.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.3 Cession totale des titres à des tiers hors groupe
• Détermination du résultat consolidé de cession
• La plus ou moins value de cession se calcule à partir de la dernière valeur
en consolidation de l’entreprise comprenant le résultat jusqu’à la date de
cession, l’écart d’acquisition résiduel non amorti et, le cas échéant, l’écart
de conversion inscrit dans les capitaux propres, part du groupe.
• Le résultat consolidé de cession est donc égal à la différence entre le prix
de cession et la valeur au bilan consolidé des titres cédés telle que
précédemment calculée.
• Il est alors possible de calculer la différence entre le résultat individuel de
cession et le résultat consolidé de cession à éliminer en consolidation.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.4 Déconsolidation induite par la fusionn-absorption d’une filiale par
une entité hors groupe
• Aucune disposition spécifique n’est prévue par le règlement 99-02 dans le cas
d’une fusion-absorption d’une filiale du groupe par une entité hors groupe, à
l’issue de laquelle la participation du groupe dans l’entité fusionnée ne lui confère
plus ni contrôle ni influence notable.
• Il s’agit, par exemple, d’une société M détenant 90% d’une société A. La société A
est absorbée par une société B indépendante du groupe M. Après la fusion, la
société M aura 12% de la société B, qui ne sera pas consolidée.
• Cette opération doit être traitée comme une cession totale de la filiale à des tiers
hors groupe rémunérée par des titres de l’acquéreur, le groupe n’ayant plus ni
contrôle ni influence notable sur les actifs et passifs de la société absorbée.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.4- Traitement des anciens écarts d’acquisition imputés sur les capitaux
propres en cas de cession des titres concernés.
• En cas de cession de l’ensemble ou d’une partie des titres ou d’une
partie des titres ou d’une branche d’activité d’une entreprise pour
laquelle l’écart d’acquisition a été imputé sur les capitaux propres, il
convient de faire ressortir des capitaux propres la part d’écart
d’acquisition correspondante et de la comptabiliser en résultat sous
déduction d’un amortissement théorique, tel qu’il aurait été
pratiqué si l’écart avait été comptabilisé à l’actif.
• Cette disposition permet de faire apparaître dans les comptes
consolidés la vraie plus-value de cession.
• Tant que les écarts d’acquisition imputés ne sont pas
théoriquement amortis, cette disposition, qui n’a pas été reprise
dans le nouveau règlement, continue à s’appliquer à chaque cession

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

3- Diminution du pourcentage d’intérêts


3.3 Sortie du périmètre
3.3.4 Déconsolidation induite par la fusionn-absorption d’une filiale par une
entité hors groupe
• En conséquence, il convient de :
- Constater la cession de 100% de la société absorbée. Le résultat de cession doit
ainsi être déterminé par différence entre :
--Le prix de cession correspondant à la juste valeur des titres de l’absorbant reçu en
échange (1).
--Et la dernière valeur en consolidation de la société absorbée.
• La dernière valeur en consolidation de la société absorbée comprend le résultat jusqu’à
la date de cession, l’écart d’acquisition résiduel et le cas échéant, l’écart de conversion
inscrit dans les capitaux propres part du groupe.
• Comptabiliser à l’actif les titres de la société absorbante détenus à l’issue de la fusion
absorption, la valeur d’entrée étant égale :
--Si la société absorbante est cotée au cours de bourse des actions reçues en échange à la
date de l’opération
--Si la société absorbante n’est pas cotée, à sa valeur réelle telle qu’elle a été retenue pour
la détermination du rapport d’échange, à laquelle est appliqué le pourcentage attribué
à la société cédante. PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

4- Augmentation de capital
4.1 Augmentation de capital dans une entreprise sous contrôle
exclusif
4.1.1 Principes
• Les augmentations de capital sur des entreprises sous contrôle exclusif
peuvent se répartir selon deux catégories :
• Les augmentations de capital souscrites proportionnellement par les
associés au prorata de leur participation qui n’entraînent pas de variation
de pourcentage d’intérêt.
• Dans cette hypothèse, l’augmentation est neutre. Il n’y a aucune
conséquence dans les comptes consolidés sur les droits du groupe dans
les réserves avant ou après augmentation de capital. Aucune écriture
particulière n’est à constater ;

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

4- Augmentation de capital
4.1 Augmentation de capital dans une entreprise sous contrôle
exclusif
4.1.2 Augmentation de capital se traduisant par une
augmentation du pourcentage d’intérêt
• Le cas d’une augmentation du pourcentage d’intérêt consécutive à une
augmentation de capital de l’entreprise sous CE inégalement souscrite par
ses associés, dont certains ne font pas partie du groupe, est assimilé à une
acquisition partielle et se traduit donc par la constatation d’un écart
d’acquisition.
• Le règlement 99-02 n’autorise pas la comptabilisation de l’impact de
l’augmentation du pourcentage d’intérêt en résultat ou variation de
réserves.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

4- Augmentation de capital
4.1 Augmentation de capital dans une entreprise sous contrôle
exclusif
4.1.3 Augmentation de capital se traduisant par une diminution de
pourcentage d’intérêts
• Le cas d’une diminution du pourcentage d’intérêts consécutive à une
augmentation de capital de l’entreprise sous contrôle exclusif inégalement
souscrite par ses associés, dont certains ne font pas partie du groupe, est
assimilé à une cession partielle et se traduit donc par la constatation en
résultat de la plus ou moins-value dégagée.
• Dans le cas d’une cession partielle de titres d’une entreprise restant
consolidée par intégration globale, l’ensemble des éléments concourant à
la détermination de la plus ou moins-value est pris en compte au prorata
de la cession réalisée pour déterminer le résultat de cession.
• Le règlement n’autorise pas la comptabilisation de l’impact de la
diminution du pourcentage d’intérêts en écart d’acquisition ou en
variation de réserves. PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

4- Augmentation de capital
4.2 Augmentation de capital dans une entreprise mise en équivalence
• Le cas d’une diminution du pourcentage d’intérêts consécutive à une
augmentation de capital de l’entreprise mise en équivalence inégalement
souscrite par les associés de cette dernière, dont certains ne font pas partie du
groupe, est assimilé à une cession partielle et se traduit donc par la
constatation en résultat de la plus ou moins-value dégagée.
• Le règlement 99-02 n’autorise pas la comptabilisation de l’impact de la
diminution du pourcentage d’intérêts en écart d’acquisition ou en variation de
réserves.
• Le cas d’une augmentation du pourcentage d’intérêts consécutive à une
augmentation de capital de l’entreprise mise en équivalence inégalement
souscrite par les associés, dont certains ne font pas partie du groupe, est
assimilé à une acquisition partielle et se traduit dont par la constatation d’un
écart d’acquisition.
• Le règlement 99-02 n’autorise pas la comptabilisation de l’impact de
l’augmentation du pourcentage d’intérêts en résultat ou variation de réserves.
• Ces règles sont identiques à celles étudiées dans le cas d’une augmentation de
capital sous CE.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

5- Reclassement des actifs au sein d’un groupe


5.1 Nature des opérations
• Les opérations présentées ici ne visent que les reclassements d’actifs
opérés entre deux entreprises intégrées globalement (ou entre la mère et
une entreprise intégrée globalement) lorsque ces reclassements sont
comptabilisés dans un même jeu comptes consolidés intégrant l’entreprise
cessionnaire et l’entreprise cédante.
• Les opérations concernées par cette réglementation sont :
• Les reclassements d’actifs rémunérés en numéraire ou remises d’autres
actifs
• Les cessions, échange de titres d’une entreprise consolidée opérée entre
deux entreprises intégrées globalement.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

5- Reclassement des actifs au sein d’un groupe


5.2 Traitement comptable
• Ce traitement s’applique aux cas de reclassement de titres et d’actifs. Si cette
opération fait intervenir deux entreprises intégrées globalement, la plus ou
moins-value en résultant est de caractère interne. Elle est éliminée en totalité,
avec répartition entre les intérêts de l’entreprise consolidante et les intérêts
minoritaires dans l’entreprise ayant réalisé un résultat.
• En cas d’élimination de pertes, il convient de s’assurer que la valeur de
l’élément d’actif cédé n’est pas supérieure à la valeur actuelle de cet élément
de provisionner, s’il y a lieu, la moins-value latente.
• Les actifs sont maintenus à la valeur qu’ils avaient déjà dans les comptes
consolidés. Ce retour au coût historique est opéré par imputation de la totalité
du résultat de cession ou d’échange interne éliminé sur le coût des actifs chez
la société cessionnaire.
• Le traitement des modifications de pourcentages d’intérêts liées au transfert
total ou partiel des titres d’une entreprise consolidée entre deux entreprises
consolidées par IG, mais détenues avec taux d’intérêt différents, n’affecte pas
PR Abdelmajid KCHIRI
le résultat.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

6- Fusion d’entreprises du groupe


6.1 Nature des opérations
• Ne sont visées par les dispositions présentées ci-dessous que les
opérations qui présentent un caractère interne pour le groupe qui établit
des comptes consolidés.
• Il s’agit :
• De la fusion-absorption d’une filiale par l’entreprise consolidante ;
• De la fusion-absorption de l’entreprise consolidante par une de ses
filiales ;
• D’une fusion de deux entreprises intégrée globalement à une autre
entreprise intégrée globalement.
• Ces dispositions sont spécifiques aux opérations de fusion et d’apport
partiel réalisées entre deux entreprises intégrées globalement. Pour les
opérations entre deux entreprises, dont l’une n’est pas intégrée
globalement, le règlement 99-02 n’a pas prévu de dispositions spécifiques.
Celles-ci seront traitées selonPRles principes
Abdelmajid KCHIRI généraux.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

6- Fusion d’entreprises du groupe


6.2 Comptabilisation des apports dans les comptes individuels
• Le traité d’apport est le document de référence pour la comptabilisation des
opérations. Une seule méthode d’évaluation est applicable, pour une situation
donnée, afin de faire prévaloir de réalité économique sur les options fiscales.
La notion de contrôle sert de fondement à la méthode d’évaluation à
appliquer.
• La détermination des valeurs d’apport peut s’effectuer selon deux méthodes :
l’apport sur la base des valeurs comptables, d’une part, l’apport sur la base des
valeurs réelles, d’autre part.
• Le règlement comptable affirme le principe d’inscription des apports dans les
comptes de la société bénéficiaire pour les valeurs figurant dans le traité
d’apport. Ces valeurs doivent désormais être déterminées selon les modalités
fixées par le règlement comptable.
• Sauf situations particulières, les opérations de restructuration internes au
groupe devront obligatoirement être transcrites dans les comptes à la valeur
comptable.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

7- Echange des participations minoritaires


• Ces échanges interviennent dans le cadre :
• Des offres publiques d’échange,
• Des fusions avec l’échange de titres de l’absorbée contre des titres de
l’absorbante.
• Sont visés ici les échanges de participations minoritaires, c'est-à-dire non
consolidées, ni avant ni après l’échange.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

7- Echange des participations minoritaires


7.1 Evaluation de l’échange à la juste valeur
• Conformément au principe général, les échanges de participations
minoritaires se comptabilisent, dans tous les cas, à la valeur la plus sûre
des deux lots échangés et conduisent à la détermination d’une plus ou
moins-value par rapport à leur valeur comptable consolidée.
• Le coût d’entrée des titres acquis par voie d’échange correspond à la juste
valeur la plus sûre des deux lots échangés.
• La plus ou moins-value est égale à la différence entre ce coût d’entrée et la
valeur comptable consolidée des titres antérieurement détenus et remis
en échange.

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

7- Echange des participations minoritaires


7.2 Comptabilisation de l’échange dans les comptes individuels
7.2.1 Coût d’entrée des titres acquis par voie d’échange
• Le prix d’achat s’etend, pour les biens acquis par voie d’échange, de la
valeur vénale de celui des deux lots dont l’estimation est la plus sûre.
• Les règles applicables dans les comptes individuels prévoient que les titres
réçus en échange doivent être évalués à la valeur vénale, à moins que :
• La transaction d’échange n’ait pas de substance commerciale, c'est-à-dire
lorsque les flux futurs ne sont pas modifiés à l’issue de cette transaction
ou,La valeur vénale des titres reçus en échange ne peut être évaluée de
façon fiable.
• Dans ces deux derniers cas, le coût d’entrée des titres reçus en échange
est évalué à valeur comptable.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

7- Echange des participations minoritaires


7.2 Comptabilisation de l’échange dans les comptes individuels
7.2.2 Sursis d’imposition pour les opérations de fusion
• Les entreprises associées d’une société absorbée vont recevoir des actions
de la société absorbante dont la valeur est différente. Elles peuvent ne
constater aucun profit à l’occasion de cet échange des droits sociaux
consécutif à la fusion. L’absence d’imposition lors de l’échange n’est plus
subordonnée au maintien de la valeur comptable des titres qui sont remis
à l’échange. Les titres reçus sont donc inscrits pour leur valeur réelle à
l’actif.
• Peuvent bénéficier du sursis les entreprises soumises à l’IS de plein droit
ou sur option ainsi que les entreprises imposables à l’IR suivant un régime
réel, dans la catégorie des BIC ou BA.
• Le sursis d’imposition n’est pas impératif. Chaque associé peut opter ou
non pour le sursis d’imposition séparément pour chaque opération de
fusion (ou scission). PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

7- Echange des participations minoritaires


7.3 Traitement Comptable dans les entreprises consolidées

• Le principe retenu dans les comptes individuels est identique à celui


adopté par le règlement 99-02. En conséquence, il n’y a pas, en principe, à
opérer un retraitement dans les comptes consolidés.
• Le seul impact à constater dans les comptes consolidés concerne la
comptabilisation d’un impôt différé sur la plus-value en sursis d’imposition
dans le cas d’une opération de fusion

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
• Les dirigeants du groupe Conso (groupe non coté) vous confient les travaux de
consolidation suivants, en tenant compte des annexes 1, 2 et 3.
Travail à faire :
1- A l’aide de l’annexe 1, procédez aux travaux suivants :
a)Déterminer les écarts d’évaluation et l’écart d’acquisition avant la cession.
b) Déterminer le résultat consolidé de cession et le résultat individuel des titres cédés.
c) Comptabiliser les écritures de consolidation de N après cession.
2- A l’aide de l’annexe 2, procédez aux travaux suivants :
d)Déterminer les écarts d’évaluation et l’écart d’acquisition avant l’acquisition
complémentaire
e)Comptabiliser les écritures de consolidation de N après acquisition
3- A l’aide de l’annexe 3, procédez aux travaux suivants :
f) Déterminer le résultat consolidé de cession et le résultat individuel des titres cédés.
g) Comptabiliser les écritures de consolidation de N après cession, selon les deux
hypothèses suivantes
-La société Hervé est mise en équivalence après cette cession ;
-La société Hervé est intégrée proportionnellement après cette cession.
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Annexe 1

La société Conso a acquis, le 02/01/N-4, 70% des titres de la société Bernard pour un montant global de 900 KDhs.
Au moment de cette prise de participation, les capitaux propres en KDhs de la société Bernard se présentaient ainsi :
Capital 600
300
Réserves
Total 900

Au moment de la prise de participation, les éléments identifiables suivants ont été valorisés : un ensemble immobilier évalué à 650 KDhs
(300 pour le terrain et 350 pour la construction) inscrit à l’actif du bilan pour une valeur comptable nette de 400 KDhs (150 pour le terrain
et 250 pour la construction). La construction réestimée avait encore une durée de vie de 10 ans.
La société Conso cède, pour un prix de 870 KDhs, le 01/01/N, 55% du capital de la société Bernard, dont les capitaux propres s’élevaient
alors à

600
Capital 650
Réserves 80
Résultat
Total 1330

Le groupe amortit ses écarts d’acquisition sur une duréePR


deAbdelmajid
5 ans. KCHIRI
Par mesure de simplification, il ne sera pas tenu compte d’impôt différé sur les écarts d’évaluation.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Annexe 2

La société Conso a acquis, le 02/01/N-2, 60% des titres de la société Patrice pour un montant global de 700 KDhs.
Au moment de cette prise de participation, les capitaux propres en KDhs de la société Bernard se présentaient ainsi :

Capital 500
Réserves 150
Total 650

Au moment de la prise de participation, les éléments identifiables suivants ont été valorisés : un ensemble immobilier évalué à 500 KDhs
(300 pour le terrain et 200 pour la construction) inscrit à l’actif du bilan pour une valeur comptable nette de 150 KDhs (100 pour le terrain
et 50 pour la construction). La construction réestimée avait encore une durée de vie de 10 ans.
La société Conso acquiert, pour un prix de 190 KDhs, le 01/07/N, une participation complémentaire de 15% dans le capital de la société
Patrice. Les capitaux propres de Patrice s’élevaient alors à :

Capital 500
Réserves 250
Résultat 100
Total 850

Le groupe amortit ses écarts d’acquisition sur une durée de 5PR


ans.Abdelmajid KCHIRI
Par mesure de simplification, il ne sera pas tenu compte d’impôt différé sur les écarts d’évaluation.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Annexe 3

La société Conso a acquis, le 02/01/N-3, 55% des titres de la société Hervé pour un montant global de 700 KDhs.
Au moment de cette prise de participation, les capitaux propres en KDhs de la société Bernard se présentaient ainsi :
600
Capital
200
Réserves
800
Total

Au moment de la prise de participation, les éléments identifiables suivants ont été valorisés : un ensemble immobilier évalué à 600 KDhs
(300 pour le terrain et 300 pour la construction) inscrit à l’actif du bilan pour une valeur comptable nette de 270 KDhs (120 pour le terrain
et 150 pour la construction). La construction réestimée avait encore une durée de vie de 12 ans.
La société Conso cède, pour un prix de 200 KDhs, le 02/01/N, 10% du capital de la société Hervé.
Les capitaux propres de Hervé s’élevaient alors à :

600
Capital 400
Réserves
1000
Total

Le groupe amortit ses écarts d’acquisition sur une duréePR


deAbdelmajid
5 ans. KCHIRI
Par mesure de simplification, il ne sera pas tenu compte d’impôt différé sur les écarts d’évaluation.
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Détermination des écarts d’évaluation et d’acquisition avant la cession
 Détermination des écarts d’évaluation sur les actifs identifiables

Capital (350 - 250) 100


Réserves (300 – 150) 150
Total 250

 Détermination de l’écart d’acquisition


La différence entre le coût d’acquisition des titres et la part acquise dans la juste valeur des actifs
et passifs à la date d’acquisition de cette entreprise constitue l’écart d’acquisition.

Coût d’acquisition des titres 900


Quote-part de Conso dans la juste valeur des actifs et passifs de Bernard (900 - 805
+ 250) × 70%
Total PR Abdelmajid KCHIRI 95
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Résultat de cession des titres
 Consolidation de N

Situation de l’écart d’acquisition avant la cession le 01/10/N


Avant cession (70) Titres cédés (55/70) Après cession (15/70)
Vo 95 74,65 20,35
Amortissement 95/5 × 4,75 = 90,25 70,91 19,34
Valeur Nette 4,75 3,74 1,01

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Résultat de cession des titres
Détermination du résultat consolidé de cession et de la différence avec le résultat individuel de cession
Capitaux propres retenus à la date de la cession
a. Capitaux propres à la date de la cession 1330
b. Ecarts d’évaluation résiduels à la date de cession 250 – (100×1/10×4,75) 202,50
c. Pourcentage de participation cédé 55%
d. Montant des capitaux propres cédés (a+b) × (c (1330+202,50) × 55%) 842,875
e. Ecart d’acquisition résiduel des titres cédés [95- (95× 1/5 × 4,75 ans)] × 55/70 (1) 3,74
f. Valeur consolidée des titres cédés (d+e) (842,875 + 3,74) 846,615
g. Résultat consolidé de cession = Prix de vente – Valeur consolidée des titres cédés (979 – 846,615) 23,385
h. Résultat individuel de cession = Prix de vente – Prix d’acquisition des titres cédés 870 – (900 × 162,86
55/70) 139,475
i. Différence entre le résultat consolidé de cession et résultat individuel (162,86 – 23,385)
Attention de ne pas confondre le pourcentage d’intérêts cédé (rapport entre le nombre de titres cédés et le nombre total des titres
de la filiale, soit 55/100) et le pourcentage des titres cédés rapporté au nombre des titres que détenait la société cédante (soit
PR Abdelmajid KCHIRI
55/70)
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Résultat de cession des titres
La valeur des titres conservés est égale à :
Quote-part dans les capitaux propres conservés à la date de cession : 1330 15% 199,5

Quote-part de la valeur nette de l’écart d’évaluation correspondant aux titres


conservés : 202,5 × 15% 30,375

Valeur Nette de l’écart d’acquisition des titres conservés 1,01


230,885

Valeur comptable des titres conservés : 900 × 15/70 192,85

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Ecritures de consolidation
 retraitement des titres et de la plus-value de cession en N
Comptes de bilan
Titres de participation 38,035
Réserves consolidées 38,035
(230,885 – 192,85)
Valorisation des titres

Résultat consolidé 139,465


Réserves consolidées 139,465
Virement en réserves de la plus-value

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 1
Ecritures de consolidation
 retraitement des titres et de la plus-value de cession en N
Comptes de gestion

Charges 139,465
Résultat global 139,465

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Détermination des écarts d’évaluation et d’acquisition avant l’acquisition complémentaire
 Détermination des écarts d’évaluation sur les actifs identifiables
Capital (200 - 50) 150
Réserves (300 – 100) 200
Total 350

 Détermination de l’écart d’acquisition


La différence entre le coût d’acquisition des titres et la part acquise dans la juste valeur des actifs
et passifs à la date d’acquisition de cette entreprise constitue l’écart d’acquisition.

Coût d’acquisition des titres 700


Quote-part de Conso dans la juste valeur des actifs et passifs de Bernard (900 + 250) × - 600
70%
Total 100
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
Pour l’analyse du deuxième lot, les capitaux propres sont retenus à la date d’acquisition :

Capitaux propres achetés : 850 × 15% 127,5

Ecart d’évaluation résiduel acheté :

- montant initial : 150 + 200 350

- amortissement des constructions : (150/10) × 2,5 ans soit (150 – 37,5) × 15% = 37,5
46,875
Ecart d’acquisition : 190 – (127,5 + 46,875) 15,625

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement des écarts d’évaluation (consolidation exercice N)
Comptes de bilan
Terrains 200
Construction 150
Titres de participation 262,50
[(200+150) × 75%] 87,50
Intérêts minoritaires

Affectation des écarts d’évaluation

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement des écarts d’évaluation (consolidation exercice N)
Comptes de bilan
Résultat consolidé 11,25
(15×75%) 22,50
Réserves consolidées 11,25
(15×2×75%)
Intérêts minoritaires
(45×25%)
Amortissements des 45
constructions (30 pour N-
2 et N-1 et 15 pour N)
Amortissement de l’écart d’évaluation
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement des écarts d’évaluation (consolidation exercice N)
Comptes de gestion

Dotations aux 15
amortissements
Résultat global (150×1/10) 15
Amortissement de l’écart d’évaluation

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement de l’écart d’acquisition (consolidation exercice N)
Comptes de bilan
Ecart d’acquisition 115,62
5
Titres de participation 115,62
(1er lot 100 et 2ème lot 5
15,625)

Affectation de l’écart d’évaluation

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement de l’écart d’acquisition (consolidation exercice N)
Comptes de bilan
Résultat consolidé 21,5625
Amortissement 1er lot de 40
N (100/5=20)
Amortissement 2ème lot
de N (15/625/5)=1,5625)
Réserves consolidées
Amortissement 1er lot de
N-2 à N-1 (100/5 × 2=
40)
Ecart d’acquisition 61,5625
Amortissement de l’écart d’évaluation
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Ecritures de consolidation
 Ecritures de retraitement des écarts d’acquisition(consolidation exercice N)
Comptes de gestion

Dotations aux 21,5625


amortissements
Résultat global 21,5625
Amortissement de l’écart d’évaluation

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Détermination des écarts d’évaluation et d’acquisition avant l’acquisition complémentaire
 Détermination des écarts d’évaluation sur les actifs identifiables
Capital (200 - 50) 150
Réserves (300 – 100) 200
Total 350

 Détermination de l’écart d’acquisition


La différence entre le coût d’acquisition des titres et la part acquise dans la juste valeur des actifs
et passifs à la date d’acquisition de cette entreprise constitue l’écart d’acquisition.

Coût d’acquisition des titres 700


Quote-part de Conso dans la juste valeur des actifs et passifs de Bernard (900 + 250) × - 600
70%
Total 100
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 2
Détermination des écarts d’évaluation et d’acquisition avant l’acquisition complémentaire
 Détermination des écarts d’évaluation sur les actifs identifiables
Capital (300 - 150) 150
Réserves (300 – 120) 180
Total 330

 Détermination de l’écart d’acquisition


La différence entre le coût d’acquisition des titres et la part acquise dans la juste valeur des actifs
et passifs à la date d’acquisition de cette entreprise constitue l’écart d’acquisition.
Coût d’acquisition des titres 700
Quote-part de Conso dans la juste valeur des actifs et passifs de Bernard (900 + 250) × - 621,50
70%
Total 78,50

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Résultat de cession des titres

Situation de l’écart d’acquisition avant la cession le 02/01/N

Avant cession Titres cédés Après cession


(55) (10/55) (45/55)

Vo 78,5 14,2725 64,2275

Amortissement 78,5/5 × 3 = 47,10 8,56 38,54

Valeur Nette 31,4 5,7125 25,6875


PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Résultat de cession des titres
Détermination du résultat consolidé de cession et de la différence avec le résultat individuel de cession
Capitaux propres retenus à la date de la cession
a. Capitaux propres à la date de la cession 1000
b. Ecarts d’évaluation résiduels à la date de cession [330 – (150×1/12×3) 292,50
c. Pourcentage de participation cédé 10%
d. Montant des capitaux propres cédés (a+b) × (c (1000+292,50) × 10%) 129,25
e. Ecart d’acquisition résiduel des titres cédés [87,5- (78,5× 1/5 × 3 ans)] × 10/55 (1) 5,71
f. Valeur consolidée des titres cédés (d+e) (129,25 + 5,71) 134,96
g. Résultat consolidé de cession = Prix de vente – Valeur consolidée des titres cédés (200 – 134,96) 65,04
h. Résultat individuel de cession = Prix de vente – Prix d’acquisition des titres cédés 200 – (700 × 10/55) 72,73
i. Différence entre le résultat consolidé de cession et résultat individuel (72,73 – 65,04) 7,69

Attention de ne pas confondre le pourcentage d’intérêts cédé (rapport entre le nombre de titres cédés et le nombre total des titres de la
filiale, soit 10/100) et le pourcentage des titres cédés rapporté au nombre des titres que détenait la société cédante (soit 10/55)
PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Ecritures de consolidation
 Ecriture de retraitement de l’écart d’acquisition (consolidation N)
Comptes de bilan
Ecart d’acquisition 64,2275

Titres de participation 64,2275


(78,5×45/55)

Affectation de l’écart d’acquisition

Résultat consolidé 12,8455


(64,2275/5) 38,5365
Réserves consolidées
(64,2275/5) × 3
Ecart d’acquisition (64,2275×4) 51,3820

PR Abdelmajid
Amortissement de l’écart KCHIRI
d’acquisition
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Ecritures de consolidation
 Ecriture de retraitement de l’écart d’acquisition (consolidation N)
Comptes de gestion
Dotations aux 21,5625
amortissements
Résultat global 21,5625
Amortissement de l’écart d’acquisition

PR Abdelmajid KCHIRI
CHAPITRE VI Variation du pourcentage d’intérêts

8- Cas pratiques
 Société Conso
Solution
Annexe 3
Ecritures de consolidation
 Retraitement de la plus-value de cession
Comptes de bilan
Résultat consolidé 7,69
Réserves consolidées 7,69
Virement en réserves de la plus-value de
cession

Compte de gestion

Charges 7,69
Résultat global 7,69

PR Abdelmajid KCHIRI
CONCLUSION GÉNÉRALE

Le Maroc est engagé dans un processus de modernisation de son paysage économique et


financier. Ce processus n’est, en fait, pas un choix ou une option parmi d’autres, c’est une
obligation qui s’impose dans le contexte actuel de globalisation et de libre échange des produits,
des services et des capitaux. Aussi, la consolidation des comptes se base sur des techniques qui
se renouvellent et se développent dans l’espace et dans le temps. Grace à ses moyens, elle
obtient des résultats très détaillés sur l’ensemble des composantes de l’entreprise. C’est un outil
indispensable pour la prise de décisions au niveau des instances dirigeantes et un moyen
d’information pour les actionnaires, spéculateurs et même pour les salariés de l’entreprise.

Les comptes consolidés pallient les lacunes et insuffisances d’information que présentent
les comptes individuels des entreprises formant le groupe. En effet, ils permettent de révéler les
potentiels économiques et financiers réels du groupe en tant qu’entité à part entière.
PR Abdelmajid KCHIRI
BIBLIOGRAPHIE, WEBOGRAPHIE

Ouvrage :

• Bruno BACHY & Michel SION Analyse financière des comptes consolidés Normes IFRS 2ème
édition

• Jean-Michel PALOU Manuel de consolidation, principes et pratiques 7ème édition

• Eric TORT L’essentiel de la consolidation des comptes, 2ème édition

• Bruno BACHY & Michel SION Analyse financière des comptes consolidés Normes IFRS 2ème
édition 2007

• Jean Michel PALOU MANUEL DE CONSOLIDATION, Principes et pratiques ; édition 2016-


2017

• CODE GENERAL DE LA NORMALISATION COMPTABLE (CGNC)

PR Abdelmajid KCHIRI
BIBLIOGRAPHIE, WEBOGRAPHIE

Articles :

• Jean Corre Analyse longitudinale de la consolidation des comptes dans les revues comptables
professionnelles (1954-1985)

• Amélie VAN ELST Consolidation comptable : un outil de communication financière / Amélie


VAN ELST, Directeur de mission - Audit et Accompagnement financier, EY Montpellier,
7OFFICIEL by Métropolitain le Mardi 4 juillet 2017

PR Abdelmajid KCHIRI
BIBLIOGRAPHIE, WEBOGRAPHIE

Sites Web :

• Sophie de Oliveira LEITE Principes de Consolidation, Janvier 2012

• Khadija OUBAL Enseignant-chercheur FSJES–Rabat- Cours de comptabilité des groupes


https://fr.scribd.com/doc/264338091/Cours-de-Comptabilite-Des-Groupes

PR Abdelmajid KCHIRI
PR Abdelmajid KCHIRI