Vous êtes sur la page 1sur 8

TP 2 : ARACTERISTIQUES PHYSIQUES

DES ELEMENTS LOGIQUES


I- INTRODUCTION :
Il existe plusieurs familles logiques. On les classe en fonction de la configuration de la
porte de base. Nous étudierons les 2 familles logiques les plus importantes:

* Logique TTL : (transistors logic) appelés aussi logique saturée, dont les niveaux logiques
sont parfaitement définis en utilisant des transistors commutant d’un état bloqué (OFF) à un
état saturé. Toutes les familles TTL présentent d’excellentes caractéristiques. Elles se
distinguent entre elles sur 2 caractéristiques: la dissipation de puissance (famille «L» Low
power) et la vitesse (famille « S » Schottky).

* Logique CMOS : les avantages de la technologie CMOS résident dans la faible


consommation des circuits et dans la faible surface d’intégration. Cette famille peut
fonctionner avec des tensions d’alimentation comprises entre 3 et 15V, mais le temps de
propagation à travers porte est de 20 ns.

ENTRANCE-SORTANCE :

* L’entrance (Fan-in) d’une porte logique correspond au nombre maximal d’entrées


qui peuvent attaquer cette porte. Il est possible d’utiliser des expansseurs pour augmenter le
nombre d’entrées d’une porte, mais le temps de propagation apparaît comme une limitation.

* La sortance (Fan-out) d’une porte logique correspond au nombre maximal d’entrées


unitaires qu’elle peut alimenter simultanément sans que les niveaux de sortie sortent de leurs
spécifications.

Ce T.P est une prise de contact avec l’électronique numérique expérimentale: on


manipulera uniquement des portes de base (NAND). Le but de cette manipulation est de
donner les caractéristiques des portes NAND à deux entrées.

II- Relevé des caractéristiques des portes TTL (74LS00) et CMOS (4011) :
Les portes seront alimentées sous leur tension nominale de +5 V.

1) Caractéristique d’entrée:

Compléter les tableaux suivants et tracer les caractéristiques Ie = f(ve ) et Vs= f(Ve)
(courant Ie positif quand il rentre dans la porte) dans les 3 cas suivant :
-L’autre entrée est au +5v
-L’autre entrée est au 0v
- les deux entrées sont réunies.
a) A est niveau haut :
*TTL

Ie

Ve(V)

Vs(V)
*CMOS

Ie

Ve(V)

Vs(V)

b) A est niveau bas


*TTL
Ie

Ve(V)

Vs(V)

*CMOS

Ie

Ve(V)

Vs(V)

c) A et B sont réunies
*TTL

Ie

Ve(V)

Vs(V)
*CMOS

Ie

Ve(V)

Vs(V)
2- C
aractéristique de transfert :

Visualisation des caractéristiques sur l’oscilloscope

Soit le schéma de la fig. 2. Appliquer à l’entrée dune porte un signal triangulaire de basse
fréquence évoluant entre 0 et 5 Volts et utiliser oscilloscope en mode XY pour visualiser les
courbes de transfert.

Relever la caractéristique Vs = f(ve) dans les 3 cas précédent(figure 2)

Pour une entrée au niveau 1(Figure 3), compléter les tableaux suivants et tracer Vs =
f(R), R variant de zéro à l’infini.

Pour une entrée au niveau 1, compléter les tableaux suivants et tracer Vs = f(R), R
variant de zéro à l’infini.

*Pour TTL

R(KΩ)
Vs(V)

*Pour CMOS

R(KΩ)
Vs(V)
Conclusion en ce qui concerne la commande des portes.

3- Caractéristique de sortie :
a- courant de la sortie au niveau haut :Voh, Ioh.
Pour s=1 (A=B=0), compléter les tableaux suivants et tracer Vs = f(Is), Is variant de 0 à
20 mA.

Vs(V)
Is

*CMOS

Vs(V)
Is

- Courant de la sortie au niveau bas: Iol.


Pour s=0 (A=B=1), compléter les tableaux suivants et tracer Vs =f(Is )

*TTL

Vs(V)
Is

*CMOS

Vs(V)
Is

Déduire de ces essais la sortance d’une porte.


4- Puissance consommée (7400LS et 4011)
Pour les manipulations suivantes, il faut que les 4 portes soient branchées de la même
façon. Le courant consommé par une porte est le courant mesuré divisé par 4 puisque le
circuit contient 4 portes et possède une alimentation commune pour les 4.
I sil : courant consommée par la porte entrée au niveau bas.
I sih : courant consommée par la porte entrée au niveau haut.

Mesurer I sil et I sih, en déduire la puissance consommée.


TP3 : ETUDE DU CIRCUIT RC

La manipulation a pour but d’étudier la réponse fréquentielle de circuits


RC du 1er ordre tels que les circuits passe haut, passe bas et passe bande. La
connaissance de la réponse fréquentielle suffit pour caractériser entièrement la
transmittance du circuit et par suite, le circuit lui-même.

A- Etude théorique
I- Circuits passe bas

I-1 Considérons le circuit de la figure 1 :

a) Calculer H(jω)= V2/V1


b) Calculer la fréquence de coupure théorique de passe bas ω0
c) Calculer GdB= 20logH(jω)et la phase 
d) Tracer les asymptotes pour G et la phase et par la suite les tracer
e) Chercher la fréquence de coupure fc à partir du tracé de G.

Remarque :
H(jω) et φ varient en fonction de la fréquence c’est ce que l’on appelle la
réponse en fréquence.

I-2 Simulation
a) Réaliser le montage de la figure 3 en utilisant la résistance R = 100Ω et la
capacité C= 0.1 μF

A l aide de la simulation Proteus ; essayer de faire la fréquence de fc/10 à


10fc (ou fc est la fréquence de coupure théorique)

2- Représentation graphique de la réponse en fréquence: diagramme de


Bode

La représentation graphique de la réponse en fréquence des circuits, c’est


à dire la fonction H(jω) peut être effectuée à l’aide de deux courbes que l’on
trace en portant en abscisses, sur échelle logarithmique, la pulsation ω ou la
fréquence f.
La première courbe représente les variations du module de H(jω)(courbe
de réponse en amplitude).

La deuxième courbe représente les variations de l’argument H(jω) (courbe


de réponse en phase).

Ces deux courbes constituent le diagramme de Bode et les systèmes


d’axes utilisés, le plan de Bode.
3- Comparer la courbe théorique et de simulation ainsi que les deux
fréquences fth et fsim

II- Circuits passe haut :


1- considérons le circuit de la figure 2.

a) Réaliser le montage à l aide de Proteus de la figure 3 en utilisant la


résistance R = 100Ω et la capacité C= 0.1μF

Refaire les mêmes questions que I(voir le passe bas)

III- Circuits passe bas et passe haut en cascade :

Le circuit de la figure 3 représente un filtre passe bande élémentaire qui


résulte de l’action conjuguée des filtres passe bas et passe haut en série:
Soient G1 le gain du filtre passe bas et G2 celui du filtre passe haut. Si l’on peut
négliger l’influence de la charge constituée par le second filtre sur la sortie du
premier on peut écrire :

La courbe de réponse d’un filtre passe bande a l’allure suivante (figure 4)


Elle est entièrement déterminée par les points A1, B1, B, C1, C2 définissant
respectivement le gain maximum, les deux limites de la bande à gain maximum
et les deux limites de la bande passante (fréquences de coupure). Les fréquences
de coupure sont définies par : Gmax-3dB

a) le montage à l aide de Proteus de la figure 3 en utilisant R1 = 100Ω ;


R2= 1KΩ et C= 0.1μF

b) Tracer les courbes de réponse asymptotiques théoriques, en amplitude G


et en phase φ où G=G1+G2 et 
c) Tracer sur les mêmes axes les courbes résu1tantes
d) Déterminer à partir de G ; les fréquences de coupure fcsim et fc2sim.
e) Vérifier ces valeurs par des calculs numériques simples des fréquences de
coupures fc1th et fc2th
f) Comparer les fréquences de coupure (fc1sim ;fc2sim.) et ( fc1th ; fc2th)
Conclure!