Vous êtes sur la page 1sur 62

Département de Génie Civil

Mémoire construction
métallique 2
Conception et dimensionnement d’un bâtiment
métallique de type « halle »

Réalisé par :
Bouzidi Mouldi et Limam Sami
(3AGC3)

Enseigné par :
Mr Zakhama Ramzi

Année 2013/2014

1
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Table des matières

Introduction ................................................................................................................................ 5

Chapitre 0 Les éléments de charpentes métalliques ........................................................... 6

I. Les pannes ................................................................................................................... 6

II. Les portiques transversaux ....................................................................................... 8

III. Les contreventements verticaux ............................................................................. 11

IV. Les contreventements longitudinaux ..................................................................... 12

V. Planchers ................................................................................................................ 12

Chapitre 1 Calcul des charges du vent selon NV65 ............................................................ 15

I. Données du projet ...................................................................................................... 15

II. Pression dynamique de base .................................................................................. 16

III. Direction du vent .................................................................................................... 16

IV. Modification des pressions dynamiques de base ................................................... 17

V. Calcul d’action de vent .......................................................................................... 22

Chapitre 2 Conception de la Structure ...................................................................... 24

I . Donnes du projet .......................................................................................................... 24

II. Calcul des entraxes ................................................................................................ 25

Chapitre 3 : Analyse globale .............................................................................................. 27

I. Règlements et normes de calcul ................................................................................ 27

II. Caractéristiques du matériau .................................................................................. 27

III. Evaluation des charges ........................................................................................... 28

IV. Combinaisons d’actions ......................................................................................... 28

Chapitre 4 Conception des éléments de charpente Métallique..................................... 30

I. Dimensionnement d’une panne ................................................................................. 30

II. Dimensionnement des liernes ................................................................................ 38

III. Calcul de l’effort maximal revenant aux liernes .................................................... 39

IV. Dimensionnement d’une lisse ................................................................................ 40

2
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
V. Dimensionnement et vérification des fermes à treillis ........................................... 45

VI. Dimensionnement des barres ................................................................................. 47

VII. Etude d’un poteau ...................................................................................................... 51

Chapitre 5 : Calcul des assemblages ....................................................................... 54

I. Assemblage des cornières .......................................................................................... 54

Chapitre 6 Devis Estimatif ........................................................................................ 59

I. Devis quantitatif ........................................................................................................ 59

II. Devis estimatif ....................................................................................................... 60

Conclusion ................................................................................................................................ 62

LISTE DE FIGURE
Figure 1:Attache d’une panne par échantignole ......................................................................... 7
Figure 2:différente type de ferme ............................................................................................... 8
Figure 3:Fixation à encastrement ............................................................................................. 11
Figure 4: Fixation à articulation ............................................................................................... 11
Figure 5:Plancher simple .......................................................................................................... 13
Figure 6:cornières ..................................................................................................................... 13
Figure 7:tiges filetées avec écrous ........................................................................................... 13
Figure 8:Plancher à filet ........................................................................................................... 14
Figure 9:Dispositions particulières ........................................................................................... 14
Figure 10: Exemple de carte de charge de vent en Tunisie ...................................................... 16
Figure 11: Exposition des surfaces........................................................................................... 17
Figure 12:paramètres de calcul de vent .................................................................................... 17
Figure 13:Coefficient de réduction des pressions dynamiques ................................................ 19
Figure 14: Coefficient γ0 pour les constructions prismatiques à base quadrangulaire reposant
sur le sol ................................................................................................................................... 20
Figure 15: Coefficient Ce des versant plans pour (f<h/2) ........................................................ 21
Figure 16: Dimensions géométriques des mailles .................................................................... 25
Figure 17: système de contreventement ................................................................................... 27
Figure 18 Diagramme des moments fléchissant ...................................................................... 32
Figure 19 Diagramme des moments fléchissant ...................................................................... 33

3
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 20: Répartition des efforts dus aux liernes .................................................................... 39
Figure 21:défition de chargement et des appuis sur RDM6 ..................................................... 45
Figure 22: défition de liaisons routile ...................................................................................... 46
Figure 23:diagramme des efforts normaux .............................................................................. 46
Figure 24:disposition des boulons dans l’assemblage poteau ferme ........................................ 56
Figure 25: Coupe longitudinale d’assemblage poteau ferme ................................................... 59

LISTE DE TABLEAUX
Tableau 1: Données .................................................................................................................. 15
Tableau 2: Pression dynamique de base ................................................................................... 16
Tableau 3:Coefficients de pression extérieure pour les parois verticales ................................ 21
Tableau 4: Coefficients de pression extérieure pour la toiture ................................................. 21
Tableau 5:coefficients de pression intérieure en cas de surpression et de dépression ............. 22
Tableau 6:Coefficients de pression résultants pour Sa............................................................. 22
Tableau 7:Coefficients de pression résultants pour Sb ............................................................ 22
Tableau 8:Tableau de vent maximal pour les parois verticales ............................................... 23
Tableau 9:Tableau de vent maximal pour le Toiture ............................................................... 23
Tableau 10: Valeur de Ψ0 ......................................................................................................... 29
Tableau 11:Caractéristiques du profilé HEA 260 .................................................................... 52
Tableau 12:Vérification du flambement .................................................................................. 53
Tableau 13:Caractéristiques du profilé IPE 240 ...................................................................... 55
Tableau 14:Caractéristiques du profilé HEA 260 .................................................................... 56
Tableau 15 Devis quantitatif des fermes à treillis .................................................................... 60
Tableau 16 Devis quantitatifs des pannes ................................................................................ 60
Tableau 17 Devis quantitatifs des lisses ................................................................................... 60
Tableau 18 : Devis quantitatifs des poteaux ............................................................................. 60
Tableau 19 : Devis estimatif..................................................................................................... 60

4
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Introduction
Le présent travail consiste à réaliser la conception et le calcul des éléments de ce bâtiment en
utilisant les normes françaises et européennes telles que l’EUROCODE 3, NV65.
La construction métallique n’a fait que progresser, ce développement est dû à ses
nombreux avantages : construction légère, résistante, économique, se montant et se démontant
facilement et rapidement, incombustible, …
Notre projet est constitué de cinq parties. Dans la première, on étudiera les charges de
vent et dans la deuxième partie on étudiera les différents éléments d’une charpente métallique.
Puis on fait l’analyse globale et dimensionnement de tous les éléments de structure et
finalement on calcul les assemblages et devis estimatif du projet.

5
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Chapitre 0 Les éléments de charpentes métalliques

I. Les pannes
Les pannes sont les composants les plus importants de l’ossature. Elles ont pour
fonction de supporter la couverture. Elles sont orientées perpendiculairement à la pente des
versants et assurent par flexion le report des charges appliquées à la couverture sur les
systèmes porteurs transversaux qui sont en général des portiques régulièrement espacées.
Les pannes sont destinées à supporter :
Les charges permanentes de couverture.
Les charges de neige qui dépendent des conditions du site de l’ouvrage et de la
forme de la toiture.
Les charges dus au vent qui dépendent aussi des conditions du terrain de la
construction et de la forme de la construction.
La charge d’entretien.
Les charges d’eau accumulée pour le cas où la pente de la toiture est faible et
les éléments de la structure sont déformables.
Les différents types de pannes qui sont utilisées sont :
 Profilés laminés à chaud
 Profilés pliés
 Poutrelles ajourées
Ils sont utilisés pour des raisons de l’esthétique. Elles ne sont économiques que pour des
portées importantes (plus de 8 mètres environ) et des charges importantes.
 Pannes à treillis :
Ils sont utilisés pour des portées supérieures à 8 mètres environ. Le plan moyen des treillis est
toujours en position verticale contrairement aux profilés laminés à chaud et les profilés pliés.
Il existe différentes sections de membrure des pannes à treillis ;
- A simple cornières.
- A double cornières.
- A demi-profilé I ou H.

6
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
- En profils creux carrés.
- En profils creux ronds.
Les pannes sont fréquemment liaisonnés à leurs supports par le biais de plats pliés
appelés échantignoles (Fig.1). Lorsque les charges appliquées à la toiture sont importantes, la
résistance de ces éléments doit faire l’objet d’une vérification.

Figure 1:Attache d’une panne par échantignole

les empannons et les fermes treillis :


En général, on appuie les pannes sur des poutres treillis dont l’inclinaison de la
membrure supérieure permet de créer directement la pente des versants. On parle de fermes
dans le cas où ces poutres porteraient de poteau à poteau. Ils participent donc à la stabilité
transversale de l’ossature par leur encastrement en tête de ces poteaux.
Les empannons sont utilisées lorsque les distances entre les poteaux sont très
importantes. Pour cela, on recoupe la portée des pannes en disposant entre les fermes ces
empannons qui s’appuient eux même sur des poutres treillis parallèles aux pannes et disposés
en bas des versants.
Les fermes et les empannons ont pour rôle de supporter les pannes et de reprendre les
différentes charges complémentaires et qui sont :
 Des charges permanentes liées par exemple à un faux-plafond.
 Des charges d’exploitation liées par exemple aux besoins de manutention
Des géométries variées peuvent être envisagées pour les empannons et les fermes treillis en
fonction des critères architecturaux et des critères d’exploitation. Ces variations portent sur les
inclinaisons relatives des membrures et sur la forme donnée à la triangulation entre
membrures. Mais on cherche généralement de concevoir cette triangulation de telle sorte que,

7
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
sous les charges principales
appliquées, les barres les
plus longues soient
tendues et les barres les
plus courtes soient comprimées.

Figure 2:différente type de ferme

Les sections les plus couramment utilisées pour construire les poutres treillis des
combles des bâtiments sont les cornières jumelées ; qui sont des profils facilement disponibles
et qui offrent une gamme de sections très étendue, aisées à assembler par boulonnage et par
l’intermédiaire des goussets qui peuvent trouver place dans l’entrefer. Lorsque les charges
appliquées sont particulièrement importantes, les cornières peuvent être remplacées par des
profils laminés en U jumelées. En membrures, on utilise souvent les profils laminés en H ; qui
permettent d’obtenir des fortes sections et d’offrir une rigidité en flexion importante lorsqu’il
s’agit des charges appliquées en dehors des nœuds.
Mais, pour certains bâtiments, les critères esthétiques reçoivent certaine priorité. On
peut alors envisager des poutres treillis constituées de tubes circulaires ou rectangulaires,
assemblés par soudure.

II.Les portiques transversaux


Les portiques transversaux sont constitués par un ensemble de barres rigidement liés entre
elles pour travailler essentiellement en flexion et qui assurent deux fonctions dans l’ossature
du bâtiment ; d’une part elles présentent un appui pour les pannes de couverture et aux
poutres des niveaux intermédiaires éventuels, et d’autre part, elles assurent la stabilité
horizontale dans un plan transversal de la construction. Les profils en I, laminées ou
reconstitués soudés sont les mieux adaptés aux sollicitations de flexion. On trouve d’autres
solutions envisageables mais ils sont moins répondus, on cite par exemple : poteaux et
traverses en treillis, poteaux et traverses en caissons reconstitués soudés…

8
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
La vérification de dimensionnement des portiques transversaux s’occupe de plusieurs
paramètres :
 Vérification des critères d’état limite de service qui se traduit par une limitation des
déformations verticales des traverses et des déformations horizontales en tête des
poteaux et entre deux niveaux successifs.
 Vérification de la résistance en sections des traverses et des poteaux.
 Vérification de la stabilité au flambement des poteaux.
 Stabilité au déversement des traverses et des poteaux.
 Vérification des résistances locales au droit des joints et des variations des directions
des semelles.
 Vérification des capacités des assemblages de continuité et des assemblages
d’encastrement poteau-traverse.
 Vérification des dispositions constructives à la liaison des pieds de poteaux avec les
fondations.
Les charges reprises par les portiques comportent, en plus de celles amenés par la toiture
(charges permanentes et la neige), les actions du vent et les charges d’exploitation :
- Les actions du vent génèrent plusieurs cas de charges en fonction de la direction du
vent, transversale ou longitudinal. La dissymétrie de l’ossature et la présence
d’ouvertures importantes dans les parois peuvent conduire à distinguer, pour une
même direction, les deux sens possibles du vent.
- Les charges d’exploitation ont pour origine ; les équipements suspendus aux traverses
supérieurs, les charges de planchers de niveaux intermédiaires et enfin les actions des
ponts roulants et les poutres roulantes.
1. Les traverses
Les traverses sont dimensionnées vis à vis de la flexion. L’effort normal qu’elles subissent du
fait de leur encastrement sur les poteaux reste pratiquement négligeable dans les
configurations courantes. Mais, cette hypothèse n’est pas valable dans certaines conditions.
On cite par exemple :
 Lorsque la raideur relative des poteaux est anormalement élevée ; les moments sur
appuis des traverses deviennent très importantes et provoquent une forte réaction
horizontale en pied du poteau et celle ci doit être équilibrée en compression par les
traverses.

9
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
 Lorsque la pente des versants est très élevée, une partie des charges verticales est
reprise directement en compression dans les traverses, le fonctionnement du
portique se rapproche alors de celui d’un arc
2. Les poteaux
Les poteaux assurent la transmission des charges verticales au sol. Ils sont sollicités
principalement en compression simple et éventuellement en flexion composée sous l’effet des
charges horizontales (vent, engins mobiles,…). Ces poteaux doivent présenter une raideur
transversale procurant la résistance au flambement, à moins d’être retenue par des
entretoisements horizontaux.
Les poteaux sont dimensionnés par la condition de stabilité en flexion composée, car le plus
souvent, la compression simple ne représente, en terme de contraintes, qu’une partie très
faible de la sollicitation.
En ce qui concerne le flambement, des méthodes simplifiés, fournis par des règles de calcul,
permettent dans les situations courantes, de déterminer les valeurs du flambement à retenir en
fonction de la rigidité des poteaux et celle des traverses.
Le risque de déversement des poteaux est également à prendre en considération dans l’analyse
de la stabilité ; il est important que la tête des poteaux soit efficacement maintenue vis-à-vis
du déversement s’agissant de la section la plus sensible. En générale, les codes de calcul ne
font pratiquement que superposer le phénomène de déversement au traitement de la stabilité
au flambement.
Les bases des poteaux sont fixées sur leurs fondations de deux manières :
Fixation à encastrement
Les bases des poteaux sont encastrés sur leurs fondations soit par platines épais, soit par
goussets, soit à sommier (Fig.4).
Lorsque le fût du poteau est noyé dans le sol ou dans un massif en béton, la corrosion risque
d’attaquer la section la plus sollicitée du poteau, ce qui va nécessiter des précautions
spéciales, on site par exemple, les peintures bitumineuses qui n’est pas esthétique et qui est
caractérisé par un entretien difficile. Aussi, on trouve, le fausse – platine soudé à ce niveau, de
sorte que la corrosion attaque la platine et pas le fût du poteau.

10
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 3:Fixation à encastrement

Fixation à articulation :
Les bases des poteaux sont articulées à leurs fondations. Cette articulation peut être faite de
trois manières (Fig.5).
- Articulation à platine mince et ceci pour les poteaux faiblement chargés ; dans cette
solution, les boulons de scellement sont placés dans l’axe du poteau.
- Articulation à grain en acier mi-dur.
- Articulation à plaques d’élastomère.
En ce qui concerne les deux derniers, il faut prendre des précautions s’il y a risque de
soulèvement, on site par exemple, les crapauds qui ont pour rôle de s’opposer au soulèvement
sans empêcher la rotation d’appui. On trouve aussi les boulons de scellement placés dans
l’axe du poteau.

Figure 4: Fixation à articulation

III. Les contreventements verticaux


Les contreventements verticaux sont des éléments rigides situés dans les plans verticaux au
nombre minimal de trois. Ils ont pour fonction d’assurer la stabilité transversale et
longitudinale de la structure du bâtiment et aussi de chaque corps du bâtiment limité par des
11
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
joints de dilatation de la sollicitation horizontale. . Ces plans verticaux de contreventement
peuvent être réalisés soit :
 Par des remplissages rigides
 Par des portiques
 Par simple encastrement au sol

IV. Les contreventements


longitudinaux
Le contreventement longitudinal a pour rôle de reprendre l’ensemble des charges horizontales
longitudinales, amenés par les différents composants de la structure dans le plan de la toiture
et aux niveaux des chemins de roulement et des planchers intermédiaires éventuels, et de les
transmettre aux fondations par le biais de systèmes verticaux de stabilité. Il faut comptabiliser
dans ces charges, les efforts d’instabilité hors de plan des éléments comprimés et fléchis des
structures transversales.
Sauf dans les cas où ils existent des contraintes particulières d’exploitation imposant le
respect des gabarits de passage contraignant, on retient généralement pour constituer.
Le contreventement longitudinal des sous-ensembles triangulés, aussi bien horizontalement
que verticalement. Il s’agit donc le plus souvent :
 D’une poutre au vent triangulée dans le plan des versants de toiture.
 De poutres triangulées de même nature installée dans le plan de planchers
intermédiaires.
 Des palées verticales triangulées installées dans chaque file de poteau.

V. Planchers
Les planchers réalisent une partition dans le sens horizontal du volume délimité par
l’enveloppe du bâtiment et l’on peut assigner à cette partition des fonctions des très variées,
dépendant du type d’ouvrage concerné.
On peut citer :
- La fonction structurelle.
- L’isolation phonique.
- L’isolation thermique.
- L’étanchéité.
- Le confinement vis-à-vis d’un incendie éventuel.

12
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
1. Plancher simple
Les poutrelles ou solives qui reposent directement sur les murs (Fig.6). Cette disposition
n’est possible que lorsque la plus petite dimension du plancher soit inférieure à 5 mètres.

Figure 5:Plancher simple

Les solives sont en I P N de 80 à 240 millimètres de hauteur, suivant la charge et la portée ;


l’écartement de cette poutre varie de 5,5 à 1,2 mètres. L’appui des solives sur les murs doit
avoir 0,20 à 0,35 mètres de longueur, cet appui se fait sur une couche de ciment ou sur une
plaque de fer. Il est utile d’ancrer un certain nombre de solives dans les murs, par fer rond ou
par cornières (Fig.7).

Figure 6:cornières
Il est également utile d’entretoiser les solives, lorsqu’elles sont de grande longueur pour
maintenir leur écartement fixe. A cet effet, on utilise des tiges filetées avec écrous (Fig.8).

Figure 7:tiges filetées avec écrous

13
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
2. Plancher à filet
Lorsque la portée dépasse 5 m, on utilise une poutre maîtresse, appelée « filet », sur laquelle
viennent s’assembler les solives (Fig.10). Les filets peuvent être longitudinaux ou
transversaux. Eventuellement, pour les grandes portées, on appuie les filets sur des supports
intermédiaires.

Figure 8:Plancher à filet


3. Dispositions particulières
Lorsqu’il est nécessaire de prévoir une ouverture importante dans le plancher ; pour le
passage d’un escalier par exemple, il est nécessaire de couper un certain nombre de solives
(Fig.11) et de les appuyer sur une poutre transversale appelée « chevêtre »

Figure 9:Dispositions particulières

14
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Chapitre 1 Calcul des charges du vent selon NV65

I. Données du projet

SITE NORMAL
Bâtiment Ouvert
Région II
Tableau 1: Données

15
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
II.Pression dynamique de base

Figure 10: Exemple de carte de charge de vent en Tunisie


Les valeurs de la pression dynamique normale et extrême varient selon les régions
données par la carte du vent. Notre zone appartient à la région II, donc, les valeurs
de pression dynamique de base sont celles données par le tableau 1 suivant : q10= 0,7kN/m2 .

Région Charge de vent normale Charge de vent extrême


I 0.5 KN /m2 0.875 KN /m2
II 0.7 KN /m2 1.225 KN /m2
III 0.9 KN /m2 1.575 KN /m2
Tableau 2: Pression dynamique de base

III. Direction du vent


La direction d’ensemble moyenne du vent est supposée horizontale

16
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 11: Exposition des surfaces

IV. Modification des pressions


dynamiques de base
D’après le document technique « NV65», on va déterminer l’action du vent sur
L’ossature métallique :

Figure 12:paramètres de calcul de vent


1. Pression dynamique agissant à la hauteur h
Soit qh, la pression dynamique agissant à la hauteur H au dessus du sol exprimée en
Mètres. Pour les hauteurs H comprises entre 0 et 500m, le rapport entre qh et q10
est défini par la formule suivante :

Kh =

17
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Avec q10 =0.7 KN /m2
Pour notre cas, H =Hf= 12.21 m, ce qui nous donne un rapport de : Kh= 1.046

2. Effet de site
A l’intérieur d’une région à laquelle correspondent des valeurs déterminées des
pressions dynamiques de base, il convient de tenir compte de la nature du site d’implantation
de la construction. Les valeurs des pressions dynamiques de base normales et extrême
définies ci-dessus doivent être multipliées par un coefficient de site « Ks ». Dans un
site normal dans la région ІI, le coefficient de site est :

Ks =1
3. Effet de masque
Il y a effet de masque lorsqu'une construction est masquée partiellement ou totalement par
d'autres constructions ayant une grande probabilité de durée. Une réduction d’environ
25% de la pression dynamique de base peut être appliquée dans le cas où on peut compter sur
un effet d'abri résultant de la présence d'autres constructions. Et on le prend égale à 1 pour des
raisons de sécurité.
L’environnement de la structure ne contient pas d’obstacles qui peuvent masquer notre
Bâtiment, ainsi :

Km =1
4. Amplification dynamique
Pour tenir compte de cet effet, il faut pondérer les pressions dynamiques de base par
un coefficient « d'amplification dynamique » β.

Dans notre cas on prend : β =1


5. Effet de dimension
Le vent est irrégulier, surtout au voisinage du sol, et ne souffle pas avec la même
vigueur simultanément en tout point d’une même surface ; la pression moyenne diminue donc
quand la surface frappée augmente. On en tient compte en multipliant la pression dynamique
par un coefficient réducteur (δ) fonction de la plus grande dimension, horizontale ou verticale,
de la surface offerte au vent afférente à l’élément considéré dans le calcul.
Les dimensions horizontales ou verticales de la surface offerte au vent afférente à l’élément
considéré dans le calcul sont 80 m et 10 m.

18
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Pour la grande dimension 80 m et Hf = 12.21 m on tire : δ = 0,71. (Voir figure 14)

Figure 13:Coefficient de réduction des pressions dynamiques


La totalité des réductions autorisées par les règles : effet de masque et effet de dimension ne
doivent en aucun cas, dépasser 33 %. (NV.65, article 2.2.6)
δ = 0,71 et Km= 1 (1 – Km. δ) = (1- 0,71) = 0,29 = 29 % < 33% OK

6. Coefficient résultant

Le coefficient de pression est : Cr = Ce- Ci


 Les actions extérieures sont caractérisées par un coefficient Ce
 Les actions intérieures sont caractérisées par un coefficient Ci
 On calcul tout d’abord les rapports de dimension « λ » :
Le rapport de dimensions λ, pour une direction donnée de vent, est le rapport de la hauteur h
de la construction à la dimension horizontale de la face frappée

Avec a est la longueur de la face long-pan.

19
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Avec b est la longueur de la face pignon.

Avec : Sa: la face long-pan et Sb: la face pignon


Les calculs des coefficients de pressions
 Vent normal au pignon ϒb0
λb = 0,339 < 1 on calcule «ϒb0 » par le quadrant inférieur droit (voir figure 15) en
fonction de λa.

Ainsi, λa = 0,153 ϒb0 =0.85


 Vent normal au pignon ϒa0
λa = 0,153 < 0,5 on calcule «ϒa0» par le quadrant inférieur gauche (voir figure15)
en fonction de λa.
Ainsi, λb = 0,339 ϒa0 =0.88

Figure 14: Coefficient γ0 pour les constructions prismatiques à base


quadrangulaire reposant sur le sol

Coefficient de pression extérieure Ce :


Le coefficient de pression extérieure est déterminé pour les parois verticales et les toitures.
o Parois verticales :
Face au vent : Ce = +0.8
Face sous vent : Ce = -(1.3 ϒ0 -0.8)
Le tableau suivant illustre les valeurs des coefficients de pression pour les parois verticales
pour notre cas :

20
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Le tableau suivant illustre les valeurs des coefficients de pression pour les parois verticales
pour notre cas :
Ce
Direction du vent ϒ0
Face au vent Face Sous vent
Vent normal à Sa 0 .88 +0.8 -0.344
Vent normal à Sb 0.85 +0.8 -0.305
Tableau 3:Coefficients de pression extérieure pour les parois verticales
o Toiture :
Pour notre projet, on est dans le cas de toiture à versants plans dont la dimension f (f=1,5m)
est inférieure à la moitié de la hauteur h (h=6,5m) de la construction. Alors, les coefficients de
pression Ce sont déterminés par le diagramme de la figure 16 en fonction de l’angle
d’inclinaison α du versant considéré par rapport à la direction du vent et du coefficient déjà
déterminé.

Figure 15: Coefficient Ce des versant plans pour (f<h/2)

α =7°
Ce
Toiture au vent Ce= -0.32
Toiture sous vent Ce= -0.22
Tableau 4: Coefficients de pression extérieure pour la toiture

Coefficient de pression intérieure Ci:

21
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Notre construction étant deux faces pignon ouvertes, les coefficients de pression intérieure
sont donnés par :
Ci= + 0.6 (1.8-1.3 ϒ0) En cas de surpression
Ci= - 0.6 (1.8-1.3 ϒ0) En cas de dépression
Le tableau 5 suivant donne les valeurs de coefficients de pression intérieure respectivement en
surpression et en dépression.
Ci (Vent Normale Sa) Ci (Vent Normale Sb)
En cas de surpression 0.3936 0.417
En cas de dépression -0.2064 -0.183
Tableau 5:coefficients de pression intérieure en cas de surpression et de
dépression
Calcul du coefficient de pression Cr :
Les tableaux 6 et 7 ci-dessous résument les valeurs des coefficients Cr pour la toiture et les
parois verticales en surpression et en dépression pour Sa et Sb
Cr = Ce-Ci

Paroi verticale Sa
Au vent sous vent
en surpression 0.4 -0.73
en dépression 1.14 0

Toiture
Au vent sous vent
en surpression -0.71 -0.61
en dépression 0.024 0.124
Tableau 6:Coefficients de pression résultants pour Sa

Paroi verticale Sb
Au vent sous vent
en surpression 0.383 -0.722
en dépression 0.983 -0.122
Tableau 7:Coefficients de pression résultants pour Sb

V. Calcul d’action de vent


La pression du vent sur une paroi est donnée par la formule suivante qui fait intervenir

22
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
les différents coefficients déterminés précédemment :

P=0.52×Cr KN /m2

Pour déterminer les valeurs les plus défavorables de l’action du vent sur une paroi, il faut
choisir les valeurs des coefficients de pression les plus élevées en valeurs absolues.
Les résultats des coefficients choisis sont résumés dans les tableaux 8 ET 9 suivant :

PAROI VERTICALE
vent de surpression Vent de dépression
Cr -0.7376 1.144
P (KN/m2) -0.383 0.594
Tableau 8:Tableau de vent maximal pour les parois verticales

Toiture
vent de soulèvement Vent de dépression
-0.7136 0.124
Cr
-0.37 0.064
P (KN/m2)
Tableau 9:Tableau de vent maximal pour le Toiture
 Pour conclure, on retient les résultats suivant
 Vent de pression sur parois verticales : W↑= 0.594 KN/m2
 Vent de soulèvement sur toiture : W↓=-0.37 KN/m2

23
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Chapitre 2 Conception de la Structure

I . Donnes du projet
Données géométriques :
Longueur : 80 m
Largeur : 36 m
Hauteur : 10 m
Inclinaison : 7°

Données vent :
 Site normal
 Les deux faces pignon doivent être ouvertes
Charges considérés :
 Poids propre des couvertures, isolation et étanchéité multicouche :Gcouv=0.25 KN /m2 .
 Poids propre du bardage, isolation et accessoires de pose :Gbard=0.22 KN /m2 .
 Poids propre des pannes(ou lisse) :Gsecond estimé à 0.1 KN /m2 .
 Charges d’entretien Qentretien=0.2 KN /m2.
 Charges de poussière :Qpoussiere=0.15 KN /m2 .*
Nuance de l’acier : S235
Pieds de poteau : articulés.

24
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
II. Calcul des entraxes
1. Entraxe de portique
Les longueurs des pannes comprises entre 6 à 8 m.
On fixant la longueur de notre panne L=8 m. (choix adéquat).
N : nombre des portiques.
E : espacement entre les portiques (entraxe).
- Nportique = (80 /8) +1=11 portiques.
- E= (80 /10) = 8 m.
NB : Dans ce projet, nous avons utilisé des portiques avec fermes à treillis parce que la portée
des portiques égale à 30m, est grande.

Figure 16: Dimensions géométriques des mailles

2. Entraxe de panne
Pour le calcul des pannes avec les profilés laminés à chaud, on a opté pour le type «
IPE», généralement utilisé pour ce type d’éléments, qui convient le plus aux types de
sollicitations qui lui est imposées.
On prend l’entraxe =3 m

25
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Il reste seulement de faire la configuration finale des pannes dans le toiture et la mise en place
des pannes hyperstatiques et isostatiques de façons qui on obtient une distribution des
charges bien modères sur toutes les pannes de toiture.
 On va choisir encore une couverture de portée 3m et de caractéristiques suivantes :
Epaisseur de la tôle (de couverture) : ecouv = 0,7 mm
Hauteur de la tôle (de couverture) : hcouv = 40 mm

Nombre des pannes : notre bâtiment dispose de 7 pannes par versant le long du
long pan. Npanne = 7 × 2 Npanne = 14

 Longueur de l’ensemble des pannes utilisées dans le bâtiment :

Ltot = Npanne × Llong


 Npanne = 14 : nombre de toutes les pannes utilisées dans le bâtiment
 Llong = 80 m
Ltot = 960 m
3. Les lisses
On va choisir de travailler avec des lisses isostatiques avec des liernes à mi-portée :
Portée des lisses : C’est l’entraxe des fermes ou portiques. Dans ce projet les
lisses sont de portée égale à 8m.

Nombre des lisses : notre bâtiment dispose de 5 (10/2) lisses le long de chaque
façade. Nlisse = 5 × 2

Nlisse = 10
 Longueur totale de l’ensable des lisses dans bâtiment :

Ltot = Nlisse × Llong


Ltot = 10 ×80
Ltot = 800m
4. Contreventement
Les contreventements sont des systèmes qui font descendre les charges horizontales
jusqu’aux fondations.

26
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 17: système de contreventement

Chapitre 3 : Analyse globale

Dans ce chapitre, nous allons présenter les différentes hypothèses de calcul des structures
en acier ainsi que les charges agissantes sur la charpente. En effet, les charges que subisse
cette dernière dépendent des données générales suivantes :
 Sa constitution : les charges permanentes
 Sa localisation : les surcharges climatiques(dans notre cas les surcharges du vent)
 Son type d’usage :les charges d’exploitation.

I. Règlements et normes de calcul


Les calculs de justification seront menés conformément aux prescriptions des
documents suivants :
Règles de l’Eurocode 3 « Calcul et justification des structures métalliques »
Règles de NV65

II. Caractéristiques du matériau


Le matériau utilisé pour la construction du bâtiment industriel objet de notre étude est l’acier.
Il a les caractéristiques suivantes :
Nuance : S235
Limite d’élasticité : fy = 235 MPa
Résistance ultime à la traction : fu = 360 MPa
Module d’élasticité : E = 2,1×105MPa

27
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Module d’élasticité transversal : G = 0,8×105MPa
Densité :ρ = 7850 kg/m3
Coefficient de poisson : ν = 0,3
Contrainte limite élastique de cisaillement pur : τ = 152 MPa
Coefficient de dilatation thermique : λ= 11×106

III. Evaluation des charges


1. Les charges permanentes
Il s’agit des charges agissantes de façon continue sur l’ossature du bâtiment et qui sont les
suivantes :
Poids propre des couvertures : Gcouv= 0,25 kN/m²
Poids propre des pannes: Gsecond estimé à 0,1 kN/m2
Poids propre du bardage Gbardage=0,22 kN/m²
2. Les charges d’exploitation
La charge de poussière : C’est une charge due à l’accumulation de la poussière sur la
toiture du bâtiment. Elle est égale à : Qpoussiére= 0,15kN/m²
La charge d’entretien : Q = Qentretien= 0,2 kN/m²
La surcharge du vent (calculé dans le chapitre précédent)
 Vent de pression sur parois verticales : W↑= 0.594 KN/m2
 Vent de soulèvement sur toiture : W↓=-0.37 KN/m2

IV. Combinaisons d’actions


1. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELU
La combinaison d’actions est donnée par :

28
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Les valeurs de Ψ0 sont données par le tableau suivant :
Dans le cas du vent de pression les combinaisons possibles sont :
Charge Vent température
Ψ0 0.87 0.67 0.53
Tableau 10: Valeur de Ψ0
Dans le cas du vent de pression les combinaisons possibles sont :

Combinaison 1 : 1,35 G + 1,5 Q + 1,5 ∗ (0,87 P) = 0,968 KN/m²


Combinaison 2 : 1,35 G + 1,5 P + 1,5 ∗ (0,87 Q) = 0,958 KN/m²

Il s’avère que la première combinaison est la plus défavorable.


 Vent de soulèvement :
Dans le cas du vent de soulèvement la seule combinaison est :
G + 1,5W↑= −0.205 KN/m²
2. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELS
Elles sont données par :

On a combinaison 1 :
G+Q+0.87* P=0.68 KN/m²
Combinaison 2:
G+P+0.87*Q = 0.674KN/m²
 On remarque que comme à l’ELU, la première combinaison est la plus défavorable.

29
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Chapitre 4 Conception des éléments de charpente
Métallique

I. Dimensionnement d’une panne


Les pannes sont des poutres destinées à transmettent les charges et surcharges s’appliquant sur
la couverture à la traverse ou bien la ferme. Elles sont réalisées soit en profilé I ou UPN et
sollicitées en flexion déviée.

1. Détermination des sollicitations :


Compte tenu de la pente des versants, les pannes sont posées inclinées d’un angle « α =7°» et
de ce fait elles travaillent en flexion déviée et le poids propre des pannes estimé à 0.1 KN/m²

 Evaluation des charges :


Espacement des pannes e=3 m
Nombre des pannes : N = n(e) +1=5+1=6 pannes
On opte pour 6 pannes espacé de 3 m
o charge permanente :
- couverture : G1= 250 x 3 = 750 N/m
- panne (estimé) : G2= 300 N/m
o charge d’exploitation:
- Charge d’entretien : Qent = 20 x 3 = 60 N/m
- Charge de poussière : Qpouss = 15 x 3 = 45 N/m
o charge climatique du vent (W):
- Cas de surpression : W1=0 N/m
- Cas de dépression : W2=-594.67 x3= -1784.01 N/m

30
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
o combinaison de charge :
L’ELU :
Combinaison Résultat KN/m
Vdes [1.35 x (1.25 G1+G2) + 1.5 (Qent + Qpouss)] cos(α) 3.03
Hdes [1.35 x (1.25 G1+G2) + 1.5 (Qent + Qpouss)]sin(α) 0.372
Vasend [1.25x G1 + G2 + 1.5 W2] cos(α) -1.565
Hasend [1.25x G1 + G2 + 1.5 W2] sin(α) -0.192

l’ELS :
Combinaison Résultat KN/m
Vdes [(1.25 G1+G2) + (Qent + Qpouss)] cos(α) 2.12
Hdes [ (1.25 G1+G2)+ (Qent + Qpouss)] sin(α) 0.26
Vasend [1.25x G1 + G2 + W2] cos(α) -0.68
Hasend [1.25x G1 + G2 + W2] sin(α) -0.083

donc la plus défavorable c'est : Vdes = 3.03 KN/m


Hdes = 0.372 KN/m

2. Calcul des moments

Moment suivant l’axe Z-Z :

Mz.sd = (Hdes x L²)/8 =

Mz.sd= 2.98 KN.m


Moment suivant l’axe Y-Y :

My.sd= ( Vdes x L²)/8 =

My.sd= 24.25 KN.m

31
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
3. Dimensionnement des pannes
 Suivant l’inertie faible (avec liernes)

La figure suivante représente le diagramme des moments fléchissant de la panne avec


présence de lierne :

Figure 18 Diagramme des moments fléchissant

Hdes, ELU

Le moment d’inertie du profilé en limitant la valeur de la flèche finale de la panne.


Critère 1 : Condition de résistance
On doit vérifier que la condition My,max soit toujours vérifiée.

Avec :

 Suivant l’inertie forte

Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

IPE100 ( )

Lors de dimensionnement d’un profilé de panne, il convient de calculer deux moments de


flexion distincts, selon les deux plans principaux d’inertie du profilé.
 Suivant l’inertie forte (L = Lp = 8m)

32
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 19 Diagramme des moments fléchissant

Vdes ,ELU

on suppose que cette section est de classe 1 ou 2 donc :

My,sd Mpl.y =

Mz,sd Mpl.z =

choix IPE : =

: =

Wpl,y = 109.66cm3 et Wpl,z = 13.46 cm3


IPE 160 Wpl,y = 123.9 cm3 et Wpl,z = 26.1 cm3
G2 = Gpanne = 0.158 KN/m
Mpl,y = 29.11 KN.m
Mpl,z = 6.13 KN.m
Donc à L'ELU :
Vdes = 3.03 KN/m My.sd = 24.25 KN.m
Hdes = 0.372 KN/m Mz.sd = 2.98 KN.m

à L'ELS :
Vdes = 2.219 KN/m My.ELS = 17.036 KN.m
Hdes = 0.26 KN/m Mz.ELS = 2.092 KN.m

Dans la suite, nous avons choisi de travailler avec des pannes isostatiques (IPE160) ayant les
caractéristiques géométriques présentées dans le tableau ci-dessous.
h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) A(cm²) hi(mm) d(mm) Gp(kg/m) L(m)
160 82 5 7.4 9 20.1 164 146 15.8 8

33
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Iy(cm4) Wel,y(cm3) Wpl,y(cm3) iy(cm) Iz(cm4) Wel,z(cm3) Wpl,z(cm3) iz(cm) It(cm4) Iw(cm6)
689.3 108.7 123.9 6.58 44,92 16.66 26.1 1,84 3.6 3960

vérification au cisaillement :

*) classe du profilé :
-classe de l’âme :
d/tw= = 25.44 < 72ε âme de classe 1

- classe de la semelle :

c/tf= = 5.54 < 10ε semelle de classe 1

**) vérification du moment :


My,sd Mpl,y ==> 24.25 KN.m 29.12 KN.m

Mz,sd Mpl,z ==> 2.98 KN.m 6.13 KN.m

OK

**) vérification de l'effort tranchant :

Vy,sd = = = 1.49 KN

Vz,sd = = = 12.12 KN

1) suivant l’axe Z-Z :

34
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Vpl.rd =

Aυ.z = 1.04*h*tw= 8.32 cm²

Vpl.rd = Vpl.rd = = 112.88 KN

Vz.sd= 12.12 KN < Vpl.rd = 112.88 KN


OK
***) Effet de l'effort tranchant sur le moment :

suivant l’axe Z-Z : Vpl.rd * 0.5 > Vz.sd 112.88* 0.5 > 1.12
OK
vérification de la flèche
A L'ELS :
Vdes = 2.12 KN/m
Hdes = 0.261 KN/m

fy < fad
fz < fad

fad= = = 0.03 m

fy =

fz =

fy = = 0.009 < fad = 0.04 m

fz = = 0.007 < fad = 0.04 m

OK
vérification de déversement :
déversement = flambement latéral + rotation de la section transversale
* )semelle supérieure :la semelle supérieure qui est comprimée sous l’action des charges
verticales descendantes est susceptible de diverser .Vu quelle est fixée à la toiture il n y a
donc pas risque de déversement .

35
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
**) semelle inferieure : la semelle inferieure qui est comprimée sous l’action du vent de
soulèvement est susceptible de déverser du moment quelle est libre tout au long de sa portée .
*)calcul du barre :

λLT =

0.5
=

λLT =

= 1 puisque la section est de classe 1

λLT = = 0.017 < 0.4

= 93.9

λLT = = 1.63

pas de risque de déversement

poutre à section transversale constante et doublement symétrique

Mcr = [ (( + )0.5 - ]

It = (2*b*tf3 + dtw3 )

Iw = Iz ( )²

G=

 k=1 :poutre articule à deux extrémités


 kw=1 :aucun dispositif n’empêche le gauchissement aux extrémités de la poutre
 les coefficients C1 et C2 s’obtient à partir du diagramme du moment fléchissant dans le
cas d’une charge uniformément repartie et pour k=1 on obtient C1=1.132 , C2=0.459

36
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Mcr = [ (( + )0.5 - ]

It = (2*82*7.43 + 127.2*53 ) = 274.52 cm4

Iw = 68.31 ( )² = 3976.8 cm6

zg = = = 80 mm = 0.08 m

G = 0.808 108 KN/m²Mcr = [( +

)0.5 - ]

Mcr = 104.108 KN.m

Mpl,y = 29.11 KN.m < Mcr = 104.108 KN.m


calcul de λLT :

λLT =

= 1 : section de classe 1

= 123.9*10-6 m

fy = 235 MPa

λLT =

= 0.28 < 0.4


pas de risque de diversement
vérification au voilement :
pas de risque de voilement ( section de poutre de classe 1 )
4. assemblage panne-traverse :
l’échantignole est un dispositif de fixation permettent d’attacher les pannes aux fermes .
le principale effort de résistance de l’échantignole est le moment de renversement du aux
chargements ( surtout sous l’action de soulèvement du vent )

37
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Panne à fixer a B C t d0 Diamètre des
boulons
IPE160 48 70 22 6 14 12

II. Dimensionnement des liernes

38
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés de
barres rondes ou de petites cornières.
Compte tenue de la faible inertie transversale des pannes, et dès lorsque la pente des versants
atteint 8 à 10%, l’effet de la charge devient préjudiciable et conduit à des sections de

pannes importantes, donc onéreuses.

III. Calcul de l’effort maximal


revenant aux liernes
La réaction R au niveau du lierne :
R=1.25 (L/2) =1.25 x 0.14 x 3 = 0.7kN

Effort de traction dans le tronçon de lierne L1 provenant de la panne sablière:


T1 = R/2 = 0.35kN
Figure 20: Répartition des efforts dus aux
Effort dans le tronçon L2 :
liernes
T2 = R + T1 = 1.05kN
Effort dans le tronçon L3 :
T3 = R + T2 = 1.75kN
Effort dans le tronçon L4 :
T4 = R + T3 = 2.45kN
Effort dans le tronçon L5 :
T5 = R + T4 = 3.15kN
Effort dans le tronçon L6 :
T6 = R + T5 = 3.85kN
On n’a pas besoin de calculer T7 car T6 est le
tronçon le plus sollicité.

5. Calcul de la section des liernes


Le tronçon le plus sollicité est L6 Nature de la sollicitation : TRACTION
 Résistance plastique de la section brute:

 Condition de vérification à la Résistance:

39
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
T6 < Npl A

 Calcul du diamètre nécessaire:

D > 4.79 mm

 On choisit des barres de diamètres 10 mm (Φ10)

IV. Dimensionnement d’une lisse


1. Calcul des charges

Figure 21: Cas de charges pour les lisses

 Charge permanente
Glisse = 0,1kN/m²
Gbard = 0,22kN/m²
Charge permanente totale :
G = Glisse + Gbard
G = 0,32 kN/m²
 Surcharge climatique:(Vent appliqué sur le bardage)
W = 0,594 kN/m²
 Calcul des combinaisons de charges les plus défavorables
Les combinaisons les plus défavorables à retenir à l'ELU sont:
 Charge verticale : P1ELU = 1,35 G = 0,432 kN/m²

40
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
 Charge horizontale : P2ELU = 1,5 W = 0,891 kN/m²

Les combinaisons les plus défavorables à retenir à l'ELS sont:


 Charge verticale: P1ELS = G = 0,32 kN/m²
 Charge horizontale: P2ELS = W = 0,594 kN/m²
 Classification des combinaisons de charges les plus défavorables par mètre
linéaire:
La combinaison de charge la plus défavorable à l’ELU et à l’ELS suivant l’inertie forte et
faible est déterminée comme suit :(on désigne par al l’entraxe des lisse)
 Suivant l’inertie forte (on a : al = 2m)
A l’ELU
Pz,ELU = P2ELU × al = 1,782 kN/ml
A l’ELS
Pz,ELS = P2ELS × al = 1,188 kN/ml
 Suivant l’inertie faible
A l’ELU
Py,ELU = P1ELU × al = 0,864 kN/ml
A l’ELS
Py,ELS = P1ELS × al = 0,64 kN/ml
 Calcul du moment
On a : L = Lportique = 8m (c’est la portée des lisses)
 Suivant l’inertie forte

My,ELU = Pz,ELU = 1,782 = 14.256 kN.m


 Suivant l’inertie faible (avec suspente)

Mz,ELU = Py,ELU = 0,64 = 1.28 kN.m

 Calcul de l’effort tranchant

 Suivant l’inertie forte

41
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Vz,ELU = Pz,ELU = 7.128 kN
 Suivant l’inertie faible (avec suspente)

Vy,ELU = Py,ELU = 2.16 kN


V. Prédimensionnement de la lisse
 Critère 1 : Condition de la flèche (généralement dimensionnâtes)
La flèche maximale de la panne doit rester inférieure à une flèche limite admissible :

(Avec L = Lportique)

On doit alors toujours avoir :

Avec :
 Suivant l’inertie forte
Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

On choisit IPE A 160 ( )

 Suivant l’inertie faible


Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

On choisit IPE 0 200 ( )

 Critère 2 : Condition de résistance

On doit vérifier que la condition soit toujours vérifiée.

Avec :
 Suivant l’inertie forte
Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

42
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
IPE100 ( )
 Suivant l’inertie faible (avec suspentes)
Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

IPE80 ( )

Dans la suite, nous avons choisi de travailler avec des pannes isostatiques (IPE A 160) qui
obéit aux conditions de flèche et de résistance avec des suspentes à mi-portée ayant les
caractéristiques géométriques présentées dans le tableau ci-dessous.
Tableau : caractéristiques géométriques du profilé IPE A 160
h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) A(cm²) hi(mm) d(mm) Gp(kg/m) L(m)
157 82 4 5,9 9 16,2 145,2 127,2 12,7 8
Iy(cm4) Wel,y(cm3) Wpl,y(cm3) iy(cm) Iz(cm4) Wel,z(cm3) Wpl,z(cm3) iz(cm) It(cm4) Iw(cm6)
698.3 87,81 99.09 6.53 54.43 13.27 20.7 1,83 1.96 3090

2. Classe du profilé
 Vérification au niveau de l’âme
d/tw = 31.8 < 72
 Vérification de la semelle
c/tf = 6.61 < 10

La section et de classe 1

Les profilés laminés IPE sont de classe 1, donc, les vérifications seront faites en plasticité.

3. Vérification de la résistance
 Vérification du moment fléchissant
On doit vérifier que le moment sollicitant ne dépasse pas le moment résistant de la section
transversale à l’ELU :
Pour un IPE A 160 nous avons :
 Suivant l’inertie forte
43
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
>
 Suivant l’inertie faible

>
Les moments suivant la forte et la faible inertie sont vérifiés

 Vérification de l’effort tranchant


 Suivant l’inertie forte
Av  f y
Vz , Rd 
M  3
Il faut vérifier que : Vz , Rd  VEd , z avec 0

Effort tranchant parallèle à l’âme :


Av  1.04  h  t w  41.6cm 2
235
V z .rd  41.6  10 1   564.4kN  VEd , z  5,26kN
3 Vérifiée
 Interaction effort tranchant / moment fléchissant

De plus, on a VEd , z  0.5  Vz ,rd  46,40kN


Il n’y a pas interaction entre le moment fléchissant et l’effort tranchant
 Vérification à la flexion bi axiale
Les lisses sont soumises à une flexion déviée sans effort normal, ce qui revient à vérifier :

Avec : (sections en I) et (pas d’effort normal).

Ce qui donne :  vérifiée.

Les lisses obéissent aux conditions de résistance

44
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
4. Vérification de la rigidité
 Suivant l’inertie forte

f1 = < f adm = L/200


f1 = 1.94 cm < f adm = 4 cm
La condition de flèche suivant la forte inertie est vérifiée
 Suivant l’inertie faible (avec suspentes)

f1 =0,41 < f adm = L/200


f1 = 2,34 cm < f adm = 4 cm
La condition de flèche suivant la faible inertie est vérifiée

V. Dimensionnement et vérification
des fermes à treillis
Le calcul de la ferme se fait de la manière suivante : on détermine les charges et les
surcharges agissant sur la ferme, on calcule les forces concentrées aux nœuds et on cherche
les efforts dans toutes les barres puis on choisit leurs sections ; enfin, on vérifie leur
résistance, rigidité et cisaillement et enfin, on calcule et on construit les joints nœuds, détails
de la ferme.
La détermination des sollicitations pour le portique est réalisée pour un modèle 2D (figure
17 , figure 18)en utilisant le logiciel d’éléments finis RDM 6, dont les résultats sont les
suivantes (figure 19) :

Figure 22:défition de chargement et des appuis sur RDM6

45
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Figure 23: défition de liaisons routile

Figure 24:diagramme des efforts normaux

En raison de symétrie on s’est comptenté d’afficher juste les efforts normaux d’un seul
versant (tableau 3.2).
La traverse est soumise aux même charges que les pannes sauf que ici il faut ajouter pour les
charges permanentes le poids propre de la ferme qui estimé à

 Charge descendante :

F= QELU × 6+1.35 × PP=2 ,91 × 6+ 1.35 × 2=


0.35*1.95*6+.35*1.95*6+0.263*6*1.95/16=8.38kN
F/2=4.19kN
Nature Numéro Effort normal (kN)
2 -123.3
3 -193.4
4 -230.5
5 -249.2
6 -258.8
7 -250.1
8 -238.8
9 -222.0
Membrure supérieure 10 -222.0
11 -222.0
12 -238.8
13 -250.1

46
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
14 -258.8
15 -249.2
16 -230.5
17 -193.4

VI. Dimensionnement des barres


MEMBRURE SUPERIEURE
Barre 1-2 :
N = - 182199 N= -18219.9 kg (compression)

Longueur l de la barre :
0

(Dans le plan de la ferme.)

ly = l0 = 2.5 m (Dans le plan ⊥ au plan de la ferme.)


Elancement limite : λlim =120
 Choisir λ = 90
 K = 1.651

 Choisir la section :

Soit deux cornières à ailes égales

A= 21.22 cm² et ix =2.13cm


 Vérification de la barre à la sécurité :
(1Cornière)

(2Cornière)

47
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
λx =

λy =

λmax = < λlim=120

MEMBRURE INFERIEURE
Barre (1-10) :

N = +181724 N= +18172.4kg (Traction)


Longueur l de la barre : l0 = 2.5 m
0

lx= 0.9 l0 = 2.5m (dans le plan de la ferme)


ly = l0 =2.5m (Dans le plan ⊥ au plan de la ferme.)
Elancement limite : λlim =400
 Calcul de la section :

 Choisir la section :
Soit deux cornières à ailes égales

= 15.9 cm² et ix =1.82cm

 Vérification de la barre à la sécurité :


(1Cornière)

48
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
(2Cornière)

λx =

λy =

λmax = < λlim=400

DIAGONALES
Barre (6-15) :

N = - 16492 N= - 1649.2 kg (Compression)


Longueur l de la barre : l0 =2.5 m
0

lx= 0.9 l0 = 2.25 m (dans le plan de la ferme)


ly = l0 =2.5 m (Dans le plan ⊥ au plan de la ferme.)
Elancement limite : λlim =150
 Choisir λ = 90
 K = 1.651

Remarque : L’effort de compression est faible ⇒ on choisit la section nécessaire en se basant


sur l’élancement limite : λlim =150

Soit deux cornières à ailes égales

= 15.9 cm² et ix =1.82cm

49
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
λx =

avec k= 2.748

MONTANTS
Barre (6-14) :

N = + 12400 N=+ 1240 kg (Traction)


Longueur l de la barre :
0

lx= 0.9 l0 =0.5 m (dans le plan de la ferme)


ly = l0 =0.5 m (Dans le plan ⊥ au plan de la ferme.)
Elancement limite : λlim =450
 Calcul de la section :

 Choisir la section minimale autorisée par le règlement


Soit deux cornières à ailes égales

= 8.54 cm² et ix =1.36cm

 vérifier l’élancement limite :

λx =

Figure 3.7 : type de profilé

50
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
VII. Etude d’un poteau
Poteau central
Ce poteau est soumis d’une part aux efforts transmis par les traverses et à son poids propre,
Ce poteau travaille donc à la flexion bi-axiale et à la compression simple ( figure 3.8). les
résultats obtenus affichés sur RDM6 sont représentés dans la figure 3.9.

Figure 3.9 : diagramme de moment fléchissant

1. Sollicitation
Le calcul sur le logiciel RDM6 nous a donné ces valeurs :
NEd= 43.26 kN
My,Ed=212.6kN.m
Vz,Ed= 37.6 kN
2. Pré-dimensionnement du poteau
La Condition de la résistance est :

A.N = 904.68cm3

Wnec  904.68cm3  On trouve que le profilé adéquat qui répond aux vérifications
nécessaires est le HEA 260, dont les caractéristiques sont les suivantes :

51
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
A(cm²) h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) Wpl,y(cm3)
86.82 250 260 7.5 12.5 24 429.5

Wel,y(cm3) Iy(cm4) Iz(cm4) It(cm4) Iw*10- iy(cm) iz(cm)


3
(cm6)
836.4 10450 3668 52.37 516.4 10.97 6.5
Tableau 11:Caractéristiques du profilé HEA 260
3. Incidence de l’effort tranchant

Il faut vérifier : =

Av est l’aire de cisaillement telle que : Av = 1,04. h. tw


Av = 1,04. 0,25. 0,0075  Av = 19.96 10-4 m²

= = 270.81 kN

Ainsi : VEd= 37.6 kN < = 270.81 kN

L’incidence de l’effort tranchant sur le moment fléchissant peut être négligée.


4. Incidence de l’effort normal

Il faut vérifier que : NEd<min ( , )

AN:

0.25 Npl,Rd= 510.06 kN > NEd= 43.26 kN

= > NEd= 43.26 kN

Ainsi :
L’incidence de l’effort normal sur le moment fléchissant peut être négligée.
5. Vérification au Flambement :
Longueur de flambement selon l’axe fort Lfy = 0.7 * 11.3= 7.91 m
Longueur de flambement selon l’axe faible Lfz = 2.5 m
courbe de flambement : Suivant y-y : αy = 0,34, suivant z-z : αz = 0,49.

52
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Paramètres de flambement Inertie forte (Y-Y) Inertie faible (Z-Z)

lf
  38.4 72.1
i


  0.4 0.76
1

 
  0.5  1     0.2   
2
 0.614 0.926

1
  0.926 0.687
2
  2  

Tableau 12:Vérification du flambement

 Il y a risque de flambement.

 Vérification :

Donc

53
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Chapitre 5 : Calcul des assemblages

Les assemblages ont pour fonction d’assurer la liaison des composants métalliques
élémentaires entre eux afin de réaliser l’ossature de l’ouvrage. Ils sont conçus et dimensionnés
pour transmettre et répartir les sollicitations entre les pièces selon le mode de liaison adoptée
sans induire à des sollicitations parasites.
Pour notre projet, on va travailler avec des assemblages rigides, boulonnés avec des boulons
ordinaires et des assemblages soudés pour les cornières.
Deux types d’assemblage seront présentés dans ce chapitre, celui au niveau de lafere à treilli
(assemblage cornière) et celui de poteau ferme.

I. Assemblage des cornières


1. Calcul de la gorge utile
On va assurer l’assemblage entre les cornières (de la membrure supérieure de la ferme en
treillis) en utilisant un gaussée, donc on va calculer dans cette partie la longueur de la soudure
et la valeur de la gorge utile.
On va faire la soudure de 2 cornières L 70  70  8 mm avec un gaussé d’épaisseur de 8
mm ; donc l’épaisseur de la plus faible pièce a ressemblé égale à 8mm.
a =5mm
Dans cette partie on va faire le calcul du cas le plus défavorable et par suite on va adapter ce
type de soudure pour tous les assemblages.
2. Calcul de la longueur de soudure
 MW  BW  N  3
L1 
2  a  fu
Avec a=5 mm ; N= 182.199kN ; fy=235MPa ; fu=360 MPa ;  MW =1.25 ; BW=0.8

1,25  0,8 182.199  3


L1 
2  5  360

54
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
On aura donc L1>8.7 cm L1= 9 cm
L =2L1=18cm

3. Vérification de la soudure
On doit vérifier le cordons latéraux donc on doit vérifier que :
 MW  BW  N  3
aL 
fu

1,25  0,8  0.182199  3


0,005  0,18  0,0009   0,0008
360
Donc l’assemblage est assuré par une soudure avec la longueur de la gorge utile a=5 mm et la
longueur total de soudure L= 18 cm avec une soudure à cordon latéraux.
4. Assemblage traverse-poteau
Cet assemblage est réalisé par des boulons non précontraints HM de classe 8.8.

5. Les efforts à transmettre


Les efforts à utiliser sont les efforts maximaux de la traverse au niveau de l’appui :
Mmax = 212.6kN.m
Nmax = 43.26 kN
Vmax= 37.6 kN

A(cm²) h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) Pmin(mm) Wpl,y(cm3)


39.12 240 120 6.2 9.8 66 366.6

Wel,y(cm3) Iy(cm4) Iz(cm4) It(cm4) Iw*10- iy(cm) iz(cm)


3 6
(cm )
324.3 3892 283.6 12.88 37.39 9.97 2.69
Tableau 13:Caractéristiques du profilé IPE 240

A(cm²) h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) Wpl,y(cm3)


86.82 250 260 7.5 12.5 24 429.5

55
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Wel,y(cm3) Iy(cm4) Iz(cm4) It(cm4) Iw*10- iy(cm) iz(cm)
3
(cm6)
836.4 10450 3668 52.37 516.4 10.97 6.5
Tableau 14:Caractéristiques du profilé HEA 260

6. Disposition des boulons dans l’assemblage


Notre assemblage est formé de 12 boulons M16 CL 8.8, une platine de dimension
120*450*15. L’assemblage est fait entre panne sablière IPE160, poteau et jarret (chute IPE
160) à l’intermédiaire d’une platine ( figure 24).

Figure 25:disposition des boulons dans l’assemblage poteau ferme

7. Vérification de la résistance de l’assemblage à la traction


L’effort maximal est déduit dans le premier boulon :
On a

La résistance en traction par boulon, d’après l’eurocode 3, est donnée par :

or il faut vérifier que

avec

56
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
D’où soit

8. Vérification de la résistance de l’assemblage au cisaillement


L’effort de cisaillement de calcul par boulon est donnée par :
avec : nombre de boulons de l’assemblage

D’où et dans ce ces il faut vérifier :

La résistance des boulons au cisaillement


Pour les classes 8.8 et selon l’eurocode 3 on a :

Avec m=1 : nombre de surface de cisaillement

et

D’où on a

Résistance à la pression diamétrale des pièces assemblées


Il faut vérifier que :

Avec

fu : contrainte de rupture en traction tel que fu varie entre 340 MPa et 470 MPa pour la
nuance d’acier S235 : On prend fu = 340 MPa

Ce qui donne

D’où on a

57
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
9. Résistance de l’assemblage simultanément au cisaillement et à la
traction
Dans ce cas il faut vérifier que :

Vérification de la résistance de l’âme de poteau (âme non raidie)

Résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue

On détermine :

Il faut vérifier que

Avec

: entraxe entre rangées des boulons

D’où 114.56kN

Ce qui donne que donc la condition n’est pas vérifiée alors il faut renforcer

l’âme du poteau dans la zone tendue par un raidisseur transversal.

Résistance de l’âme de poteau dans la zone comprimée

Dans ce cas, il faut vérifier que

Avec

Et

D’où

Ce qui vérifie que

58
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Après avoir fait les vérifications on a essayé de donner une coupe longitudinale (figure 25) .

Figure 26: Coupe longitudinale d’assemblage poteau ferme

Chapitre 6 Devis Estimatif

I. Devis quantitatif
1. Ferme à treillis
Longueur totale Section Poids (kg/m) Poids (kg)
(m)
Membrure 36.27 2L 80×80×8 9.63 349.2801
supérieure

Montant 31.87 2L 50×50×5 3.77 120.1499


Diagonale 43.38 2L 40×40×5 2.97 128.8386

Membrure 36 2L 80×80×10 11.9 428.4


inférieure

Poids d’un treillis 1026.6686

59
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Poids total 11 11293.355
treillis

Tableau 15 Devis quantitatif des fermes à treillis


2. Pannes
Longuer total en Section Poids (kg/m) Poids(kg/m)
(m)
450×8m 3600 IPE160 15.8 56880

Tableau 16 Devis quantitatifs des pannes


3. lisses
Longueur total Section Poids Poids
en (m)
400×8m 2400 IPE A160 10,4 24960
Tableau 17 Devis quantitatifs des lisses

4. poteaux
Longueur total Section Poids kg/ml Poids kg
en (m)
25×6 150 HEA260 68,2 10230
Tableau 18 : Devis quantitatifs des poteaux

II. Devis estimatif

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total (DT)


(DT/unité)
Poteaux 10230 3 .1875 32608,125
Pannes 34830 3 .1875 110020,625
Lisses 24960 3.1875 79560
Fermes 22979,58 3.1875 73247,41
Tableau 19 : Devis estimatif

60
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
61
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014
Conclusion
Durant cette mémoire, nous avons pu appliquer le cours qu'on a étudié, et c'était une occasion
pour voir l'importance de la conception et le dimensionnement l’ossature métallique. Pour
autant, nous avons manuellement dimensionné la plupart de ses éléments.
Ce projet nous a donné une expérience limitée qu’elle soit essentielle pour passer à la vie
professionnelle ; il nous a permis de confronter des problèmes réels, chercher les solutions
possibles tout en respectant l’aspect économique, les conditions et les moyens de la mise en
œuvre.

62
BOUZIDI MOULDI SAMI LIMAM 3AGC3 ENIT 2014

Vous aimerez peut-être aussi