Vous êtes sur la page 1sur 1

Introduction générale 15

Introduction générale

Contexte de l’étude

La consommation de gaz tend à augmenter jour en jour. Afin assurer sa distribution entre les
lieux d’extraction et les consommateurs, il est nécessaire de renouveler le parc de pipelines. Ce
réseau caractérisé par sa longue distance, son large diamètre, ses caractéristiques mécaniques et
chimiques et la pression interne doit être entretenu afin de le maintenir en service, en
permanence. Il est impératif donc de prendre en considération les différents problèmes
auxquels sont exposés ces tubes et particulièrement la corrosion qui contribue en grande partie
par ses effets à la diminution de la résistance du pipe et par conséquent de sa pression
maximale de service.
La maintenance des ouvrages métalliques consiste donc à les protéger en limitant les
défaillances tel que la fragilisation ou le perçage par la corrosion, à les réparer en cherchant à
compenser les pertes de rigidité ou de résistance dues aux pics de corrosion et à les renforcer en
améliorant les performances et la durabilité.
Ce problème de maintenance est des plus préoccupants dans l’industrie pétrolière dans la
mesure où le coût des ouvrages neufs est de plus en plus élevé et les conditions de réparation de
plus en plus difficiles.
Parmi les techniques de réparation des pipelines endommagés est la réparation des structures
métalliques par renforcement d’un matériau composite. Depuis une dizaine d’année, une
alternative est proposée : il s’agit de renforcer ou de réparer les ouvrages métalliques par des
matériaux composites à matrice polymère collés extérieurement sur des structures défectueuses
ou dégradées. Les matériaux composites, en particulier à base de fibres de carbone ou de verre,
de par leur rigidité spécifique, présentent un grand intérêt pour la réparation des pipes. De plus,
malgré leur prix élevé, ils présentent un avantage économique car ils peuvent être mis en œuvre
directement sur les structures pendant l’exploitation. Ceci permet de réduire considérablement
les coûts de maintenance.
L'analyse a démontré que par un tel système de réparation , le coût de maintenance peut être de
24% moins chère que celui d’une réparations par soudure sur pipe en acier et de 73% moins
chère qu’un remplacement complet de la section endommagée. [1].
Le confinement des ouvrages métalliques se réalise à l’aide d’enveloppes en matériaux
composites à base de fibres de verre, de carbone ou d’aramide. Ces enveloppes appliquées aux
ouvrages, améliorent le confinement du métal ainsi que sa ductilité et sa résistance. Ils
ralentissent également la croissance de la corrosion externe. Les différents composites offrent