Vous êtes sur la page 1sur 40

REPUBLIQUE ALGERIENE DEMOCRATIQUE

ETPOPULAIRE

MINISTER DE LENSEIGNEMENT DSUPERIEUR ET DE


LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE M’HAMED BOUGRA


BOUMERDES

Département : Génie Mécanique


Filière : Génie Electromécanique

 Thème

Les différents types d’échangeur de chaleur

 Group : A
 Réaliser par : Laddi Younes
 Réaliser par : Mr. Settet Ahmed
Année universitaire : 2020/2021
 Introduction :

Echangeur de chaleur = élément clef des systèmes énergétiques

 Dispositif qui permet le transfert de chaleur d’un fluide à un autre sans les mélanger. Le
flux thermique traverse la surface d’échange qui sépare les deux fluides.
 Domaine d’application très large (HVAC, procédé industriel, secteur bâtiment, chimie,
récupération d’énergie thermique, réfrigération, centrales de production d’électricité,…).
 Dans des procédés industriels, 90% de l'énergie thermique transite au moins une fois
dans un échangeur de chaleur (dans le procédé lui-même et lors de la valorisation de la
chaleur du procédé).
 Toutes les machines thermodynamiques fermées comportent au moins 2 échangeurs de
chaleur (machines frigorifiques, cycle de Rankine).
 Le choix d’un échangeur de chaleur, pour une application donnée, dépend de nombreux
paramètres : domaine de température et de pression des fluides, propriétés physiques
et agressivité de ces fluides, maintenance et encombrement. Il est évident que le fait de
disposer d’un échangeur bien adapté, bien dimensionné, bien réalisé et bien utilisé
permet un gain de rendement et d’énergie des procédés.
 Différents types d’échangeur de chaleur en fonction de l’application et du procédé
considéré.

Échangeur de la chaleur  
 Définition :
Un échangeur de chaleur est un dispositif permettant de transférer de l'énergie thermique
d'un fluide vers un autre, sans les mélanger. Le flux thermique traverse la surface d'échange
qui sépare les fluides.

Ou c'est un équipement thermique statique qui transfère l'énergie de chauffage d'un liquide
à un autre. Exemple, échangeur d'eau chaude sanitaire. L'eau chaude de la chaudière, appelée
réseau primaire, est transférée vers l'eau chaude sanitaire (appelée réseau secondaire). La
conception de l'échangeur peut être à plaque ou tubulaire en acier ou en acier inoxydable ou
encore mise en œuvre plastique pour des liquides plus sensibles comme l'eau de mer, l'eau
avec des acides dans l'industrie chimique. La plupart du temps, on utilise cette méthode pour
refroidir ou réchauffer un liquide ou un gaz qu'il est impossible ou difficile de refroidir ou
chauffer directement, par exemple l'eau d'un circuit primaire de refroidissement, d'une
centrale nucléaire. L'échangeur de chaleur le plus commun est celui à plaques. De nouveaux
échangeurs à fils fins permettent des échanges eau/air à très faibles écarts de température en
chauffage ou refroidissement.

L’échangeur de chaleur - dispositif dans lequel se réalise un transfert thermique entre deux
milieux dû à une différence de température entre les milieux. Dans les maisons à très basse
consommation énergétique ou à énergie positive, un système de ventilation à double flux peut
intégrer un échangeur réchauffant l'air entrant avec l'énergie prélevée dans l'air sortant.

L'échangeur thermique crée une dis connexion entre le fluide primaire et le fluide
secondaire en lui transférant de la chaleur. Ou du froid car les échangeurs dans la technique
frigorifique fonctionnent sur le même principe d'échange. Cette séparation des réseaux est
importante car selon le concept, on veut éviter que les fluides se mélangent pour des questions
de fonctionnement (exemple eau de chaudière et eau chaude sanitaire) ou de gestion
(exemple, séparation avec les chauffages CIC d'appartements, réseaux urbains comme le
CPCU).

L'échangeur thermique traite l'eau comme l'air et la séparation des fluides se comprend
aisément dans le cas de VMC double flux avec échangeur récupérateur. L'air vicié cédant ses
calories à l'air neuf sans rentrer en contact avec celui-ci.

figure.1
 Fonctionnement d’un échangeur de chaleur :

Un échangeur thermique ne mélange pas les deux fluides, il permet simplement le transfert
de chaleur entre les deux. Pour cela, les deux fluides sont séparés par une paroi très
conductrice (cuivre, aluminium, inox, acier). L'écart de température entre les deux fluides
permettra le transfert de chaleur, la chaleur allant toujours du plus chaud vers le plus froid. De
ce fait, au niveau de l'échangeur, le premier fluide entre chaud et ressort refroidi, tandis que le
second fluide entre froid et ressort plus chaud.
Généralement, dans un échangeur thermique, les fluides évoluent à contre-courant (l'un
entre haut et l'autre entre en bas) ou à courant croisé (l'un avance horizontalement, l'autre
verticalement). Ce phénomène permet d'améliorer le transfert de chaleur par rapport à une
évolution à co-courant (les deux fluides avancent dans le même sens).
La qualité du transfert de chaleur dépend donc de plusieurs caractéristiques : le type de
paroi, le type de fluide, la vitesse du fluide (plus exactement s'il est en régime laminaire ou
turbulent), l'écart de température entre les deux fluides. Pour améliorer l'échange, certains
échangeurs augmentent la vitesse du fluide, par exemple en utilisant des ventilateurs pour
augmenter la vitesse de l'air. On parle de convection forcée. Pour un radiateur classique, sans
ventilateur, on parlera de convection naturelle

 Types d’échangeurs de chaleur :


Les échangeurs de chaleur sont généralement classés en fonction de la disposition des flux
et du type de construction. L’échangeur de chaleur le plus simple est celui pour lequel les
fluides chauds et froids se déplacent dans le même sens ou dans des directions opposées. Cet
échangeur de chaleur est constitué de deux tuyaux concentriques de diamètres différents.
 arrangement à flux parallèle : Dans l’arrangement à flux parallèle, les fluides chauds
et froids entrent par la même
extrémité, s’écoulent dans la même
direction et partent par la même
extrémité.

 arrangement à contre-
courant : Dans le dispositif à
contre-courant, les fluides entrent
par des extrémités opposées,
s’écoulent dans des directions
opposées et sortent par des
extrémités opposées.
La figure représente les directions du
flux de fluide dans les échangeurs
parallèles et à contre-courant. Dans des
conditions comparables, plus de chaleur est
transférée dans un agencement à contre-
courant que dans un échangeur de chaleur à figure.2
écoulement parallèle. Les profils de
température des deux échangeurs de
chaleur indiquent deux inconvénients
majeurs dans la conception à flux
parallèle.

-La grande différence de température


aux extrémités entraîne d’importantes
contraintes thermiques.

-La température du fluide froid sortant


de l’échangeur de chaleur ne dépasse
jamais la température la plus basse du
fluide chaud.

-La conception d’un échangeur de figure.3


chaleur à écoulement parallèle est
avantageuse lorsque deux fluides doivent
être amenés à presque la même
température.
-La surface de transfert de chaleur dans les échangeurs de chaleur peut être agencée sous
plusieurs formes.

Les échangeurs de chaleur sont donc également classés comme:

Échangeurs de chaleur à double tube : 

Les échangeurs de chaleur à double tube sont

bon marché pour la conception et la maintenance, ce qui en fait un bon choix pour les petites
industries. Dans ces échangeurs, un fluide s’écoule à l’intérieur du tube et l’autre fluide
s’écoule à l’extérieur. Bien qu’ils soient simples et bon marché, leur faible efficacité couplée
à l’espace élevé occupé à grande échelle, a conduit les industries modernes à utiliser des
échangeurs de chaleur plus efficaces comme la coque et le tube.
Échangeurs de chaleur à coque et à tube :

Les échangeurs de chaleur à coque et à tube dans leurs diverses modifications de


construction sont probablement la configuration d’échangeur de chaleur de base la plus
répandue et la plus couramment utilisée dans l’industrie. Les échangeurs de chaleur à coque et
à tube sont en outre classés en fonction du nombre de passages de coque et de tube
impliqués. Les échangeurs de chaleur à coque et à tube sont généralement utilisés pour des
applications à haute pression (avec des pressions supérieures à 30 bars et des températures
supérieures à 260 °C). En effet, les échangeurs de chaleur à coque et à tube peuvent résister à
des pressions élevées en raison de leur forme. Dans ce type d’échangeur de chaleur, un certain
nombre de tuyaux de petit diamètre sont installés entre deux plaques tubulaires et le fluide
primaire s’écoule à travers ces tubes. Le faisceau de tubes est placé à l’intérieur d’une coque
et le fluide secondaire s’écoule a travers la coque et sur la surface des tubes. En génie
nucléaire, l’eau d’alimentation en vapeur de la chaleur produite dans un cœur de réacteur
nucléaire. Pour augmenter la quantité de chaleur transférée et la puissance générée, la surface
d’échange de chaleur doit être maximisée. Ceci est obtenu en utilisant des tubes. Chaque
générateur de vapeur peut contenir de 3 000 à 16 000 tubes, chacun d’environ 19 mm de
diamètre.
Échangeurs de chaleur à plaques :

Un échangeur de chaleur à plaques est un type d’échangeur de chaleur qui utilise des
plaques métalliques pour transférer la chaleur entre deux fluides. Cet agencement est
populaire avec les échangeurs de chaleur utilisant de l’air ou du gaz ainsi qu’un débit de
fluide à plus faible vitesse. L’exemple classique d’un échangeur de chaleur se trouve dans un
moteur à combustion interne dans lequel un liquide de refroidissement du moteur circule à
travers les serpentins du radiateur et de l’air passe devant les serpentins, ce qui refroidit le
liquide de refroidissement et chauffe l’air entrant. Par rapport aux échangeurs à coque et à
tube, l’agencement à plaques empilées a généralement un volume et un coût inférieurs. Une
autre différence entre les deux est que les échangeurs à plaques servent généralement des
fluides de basse à moyenne pression, par rapport aux pressions moyennes et élevées de la
coque et du tube.

L'échangeur à plaques est un type d'échangeur de chaleur qui connaît un usage croissant
dans l'industrie. Il se compose de la plupart de plaques disposées en forme de millefeuilles
et scindées les unes des autres d'un petit espace (quelques millimètres) où circulent les
fluides. Le périmètre des plaques est bordé d'un joint qui permet par compression de la
structure d'éviter les fuites.
Les plaques ne sont pas plates, mais possèdent une surface ondulée selon un schéma
bien précis pour créer un flux turbulent synonyme d'un meilleur transfert de chaleur, mais
permet aussi de canaliser les fluides se déplaçant à la surface vers les coins de la plaque.
Le fluide se déplace, par exemple, du coin inférieur gauche vers le coin supérieur droit de
la plaque, où un orifice lié à un tuyau lui sert à passer de l'autre côté de la plaque et de
sauter une couche du millefeuille (un espace entre 2 plaques) avant de s'écouler à nouveau
le long de la plaque suivante. Ainsi chaque fluide ne circule parallèlement à une plaque
que l'ensemble des 2 espaces.
Les avantages de ce type d'échangeur est sa simplicité qui est fait un échangeur peu
coûteux et aisément adaptable par ajout/retrait de plaques afin d'augmenter/diminuer la
surface d'échange suivant les besoins (Attention : la surface ne peut être augmentée de
manière illimitée à cause de la perte de charge). La surface avec l'extérieur est réduite au
minimum, ce qui sert à limiter les pertes thermiques et l'étroitesse de l'espace où circulent
les fluides mais aussi le profil des plaques assurent un flux turbulent qui permet un
excellent transfert de chaleur.
Cependant ces derniers paramètres entraînent une importante perte de charge qui limite
le nombre de passage des fluides entre les plaques. Cette perte de charge ne peut être
compensée par une pression d'entrée des fluides élevée (<2.5 MPA)  car une trop grande
pression causerait des fuites au travers des joints positionnés entre les plaques. La
différence de températures entre les 2 fluides ne doit pas être trop grande aussi pour
éviter une déformation des plaques par dilatation/contraction de ces dernières qui
empêcherait les joints entre les plaques d'être idéalement étanches.

La turbulence sert à diminuer l'encrassement de la surface d'échange de 10-25% comparé


à un échangeur à faisceau tubulaire. Comparativement à un échangeur à faisceau tubulaire

la surface d'échange est inférieure de 50% pour le même transfert de chaleur

Schéma d'un
échangeur à
plaques

Figure. Figure.
Colonne de bouhy :

Excellente alternative aux échangeurs à plaques dans les


sécheurs d'air comprimé, la colonne de Bouhy est en fait
un échangeur à tête d'épingle auquel a été ajouté un
séparateur air/eau centrifuge dans la partie inférieure. Le
système dispose de deux échangeurs coaxiaux, le premier
permettant d’amener l'air en dessous de son point de
rosée, le second permettant de la fois à ramener l'air à une
température convenant à son utilisation et en particulier à
augmenter l'efficacité dur refroidissement. Ce type
d'échangeur se définit par une très faible perte en charge.

Échangeur à bloc :

L'échangeur à bloc est un type d'échangeur de chaleur réservé à des applications


spécifiques. Il consiste en un bloc d'une matière thermiquement conductrice percé de
multiples canaux dans lesquels circulent les 2 fluides. Le bloc est le plus fréquemment
composé de graphite additionné quelquefois de polymères pour perfectionner les
propriétés mécaniques de l'échangeur. Le bloc est positionné dans une structure qui assure
la distribution des liquides dans les canaux.
Le bloc peut avoir différentes formes : cylindrique ou cubique. Il peut toujours être
composé d'un seul bloc ou de plusieurs parties empilées de façon à permettre les fluides de
passer d'une partie à l'autre. L'intérêt de ce type d'échangeur de chaleur est
essentiellement sa résistance chimique aux liquides corrosifs mais aussi sa capacité
modulaire : le bloc peut aisément être remplacé en cas de fuites. Le fait que le rapport
volume libre pour passage des fluides/volume du bloc est particulièrement petit crée une
grande inertie dans les cas de changements de température : le bloc agit comme un
réservoir et peut lisser les différences de température.
Les blocs sont cependant fragiles tant aux chocs qu'aux grands écarts de température
(problème de dilatation non-uniforme pouvant conduire à des fissurations du bloc).

Le prix est assez élevé comparé aux autres types d'échangeurs et le transfert de chaleur
est généralement moyen : l'épaisseur de la paroi d'échange est plus grande que pour une
surface d'échange en métal pour cause de fragilité,
ce qui
augmente la
résistance au
transfert.

Schéma d'un échangeur à bloc


complexe

Schéma d'un échangeur à


bloc simple

Figure. Figure.

Avantages Inconvénients Utilisation


 -Bonne résistance  -Sensible aux grands -Vapeur/eau.
chimique. écarts de T.
   -Eau/eau.
 -Inertie.  -Sensible aux chocs. 
   -Eau surchauffée/eau.
 -Peu de pertes  -Coefficients de 
thermiques. transfert moyen.
 -Liquides corrosifs.
 -Modulable. -Prix.

Échangeur à tubes en U :

Avantages Inconvénients Utilisation


 -Résiste aux fortes -Encombrement.  -Eau/eau.
pressions.  
  -Prix de revient élevé. -Eau surchauffée/eau.
 -Libre dilatation des 
tubes et du corps.  -Débouchage  -Huile/eau.
 complexe. 
 -Toutes puissances.  -Process.
Echangeur tubulaire :

Un échangeur tubulaire peut être reconnu comme l'échangeur de chaleur le plus simple : il
consiste en 2 tubes concentriques. Un fluide circule dans le tube interne tandis que le second
passe dans l'espace entre les 2 tubes. Facile à nettoyer ou à réparer, il sert à travailler avec des
liquides à hautes pressions. Ne permet qu'un échange de chaleur limité et ne possède qu'une
petite surface d'échange (maximum 50 m2).

Avantages Inconvénients Utilisation


 -très bon coefficient  -Puissance  -Eau/eau.
global de transmission limitée. 
thermique.    -Vapeur/eau.
 -Risque de 
-Prix peu élevés. "claquement" si le  -Fluides
diamètre des tuyaux thermiques/eau.
 -Fiable etFigure.
simple, peu est petit (<50 mm) et  Figure.
de pannes. si la longueur est  -Fluides
grande. frigorigènes.

Echangeur à faisceau tubulaire horizontal:


Un schéma typique d'un échangeur tubes calandre (shell and tubes exchanger ou échangeur à
tubes et virole) est présenté ci-contre. L'appareil est constitué d'un faisceau de tubes, disposés
à l'intérieur d'une enveloppe dénommée calandre. L'un des fluides circule au sein des tubes et
l'autre au sein de la calandre, autour des tubes. On ajoute généralement des chicanes dans la
calandre, qui jouent le rôle de promoteurs de turbulence et perfectionnent le transfert hors des
tubes.

A chaque extrémité du faisceau sont fixées des boîtes de distribution qui assurent la
circulation du fluide à l'intérieur du faisceau en une ou plusieurs passes. La calandre est elle
aussi pourvue de tubulures d'entrée et de sortie pour le second fluide (qui circule hors des
tubes) suivant le chemin imposé par les chicanes (voir figure).

Schéma d'un échangeur tubulaire

Figure.

Avantages Inconvénients Utilisation


 -Résiste aux fortes  -Contraintes sur les  -Eau/eau.
pressions. tubes. 
 -Pour l'ensemble des   -Vapeur/eau.
puissances.  -Difficulté de 
 -Economique. nettoyage (multitube).  -Huile/eau.
 -Accepte des grands  
écarts de température.  -Sensible aux  -Eau surchauffée/eau.
 -Peut être utilisé en vibrations.
condensation partielle.
Echangeur à faisceau tubulaire vertical :

Avantages Inconvénients Utilisation


 -Faible  -Formation de  -Vapeur HP/eau.
encombrement au sol. poche d'air. 
  -Eau
 -L'échangeur surchauffée/eau.
peut être plein de 
condensat.  -Si le volume est  -Fluide
 supérieur à 100 L, thermique/eau.
 -Parfaitement soumis au contrôle des 
adapté à l'échange appareils sous pression  -Fumées/eau.
vapeur haute (CH). 
pression/eau.  -Process. Schéma d'un
échangeur
tubulaire

Figure.

 Échangeur à spirales :

Un échangeur à spirales consiste en 2 plaques de métal enroulées de manière hélicoïdale


pour forme une paire de canaux en spirale. Le diamètre de l'échangeur est assez grand avec
une surface d'échange maximale d'environ 185 m^2 pour un diamètre de 1.5 m, ce qui le place
dans la catégorie des échangeurs non-compacts.
L'échange de chaleur n'est pas aussi bon que celui de
l'échangeur à plaques, car la surface d'échange ne
possède pas en règle générale de profil, mais pour une
même capacité d'échange, un échangeur spiral nécessite
20% de moins de surface d'échange qu'un échangeur à
faisceau tubulaire.
Utilisable pour les liquides visqueux ou pour les
mélanges liquide-solide et possède une capacité
autonettoyante lui donnant la possibilité un

Figure.
encrassement réduit comparé à l'échangeur à faisceau tubulaire. Ne peut travailler qu'avec des
différences de températures et de pression limitées.

Avantages Inconvénients Utilisation


 -Grande surface de  -Non démontable  -Eau/eau.
contact.

 -Large passage.
  -Vapeur/eau.
 -Encombrement
réduit.

 -Excellent  -Ecarts de T limités.  -Eau surchauffée/eau.
condenseur.

 -Autonettoyant.
Echangeurs de chaleur à ailettes

Général
Les échangeurs de chaleur à ailettes sont surtout utilisés pour refroidir et échauffer des liquides au moyen
de gaz ou inversement. L’eau, la saumure, la vapeur saturée, l’huile hydraulique, l’huile lubrifiante, l’huile
thermique, les agents réfrigérants qui condensent ou s’évaporent etc. conviennent comme agents
réfrigérants ou chauffants.
La construction en ailettes permet de ranger une grande surface extérieure active dans un volume minime.
Les différentes séries comprennent des surfaces thermoconductrices de 0.1 à 8000 m2.

Domaines d'application
Les échangeurs de chaleur à ailettes conviennent à des utilisations très variées et s’emploient dans les
branches les plus diverses de l'industrie, comme par exemple :
• Usines génératrices
• l’industrie mécanique
• l’industrie du papier
• l’industrie chimique
• la technologie des procédés industriels
• la technologie de l'environnement
• les techniques de chauffage et de ventilation

Construction et fonction
Pour l'essentiel, les échangeurs de chaleur à ailettes se composent de tubes carottiers avec des ailettes
embouties ou fixées par pression, d’une carcasse et de plusieurs collecteurs ou boîtes déflectrices. La
conduite des matériaux peut être adaptée individuellement en fonction des caractéristiques de
fonctionnement exigées. Des variations de construction spéciales permettent de compenser également
sans difficultés des dilatations thermiques importantes des tubes. Pour les applications avec des exigences
très strictes vis-à-vis de la corrosion et de hautes pressions de service (jusqu'à 800 bar), on dispose de
combinaisons de matériel spéciales tube/ailettes.

Matériaux
Les combinaisons de matériel suivantes sont possibles (matériaux spéciaux sur demande):
Tubes: cuivre, cupronickel, acier, acier inoxydable
Ailettes: aluminium, cuivre, acier inoxydable
Carcasse: aluminium, acier, acier galvanisé, acier inoxydable

Type FLNB
Les refroidisseurs d'huile à air de la série FLNB ont été conçus selon les dernières connaissances de la
thermotechnique et se composent d’éléments en aluminium avec carcasse/capot et ventilateur. La série
standard comprend 12 types avec une puissance de refroidissement de max. 150kW. L'application
principale consiste à refroidir de retour l'huile hydraulique, l'huile lubrifiante ou l'huile à engrenages.

Type LK
Les réfrigérants de retour du type LK sont utilisés la plupart du temps pour dissiper la chaleur excédentaire
dans l’air ambiant. Outre des applications dans des circuits hydrauliques comme l’eau, la saumure etc., ce
type de construction peut aussi s’utiliser comme condenseur. La série standard comprend 24 types avec
des surfaces thermoconductrices de max. 1200 m2.
Type LBD
Ce type est utilisé pour échauffer l’air du processus ou le gaz du processus par condensation de vapeur
saturée ou de vapeur surchauffée. Selon les exigences, on dispose de différents matériels comme l’acier
galvanisé, l’acier inoxydable etc. Des applications à hautes pressions de service (jusqu'à 800 bar) avec les
certificats d'épreuve correspondants sont également possibles.

Type LBF
On utilise ce type universel d'échangeur de chaleur à ailettes pour échauffer et refroidir des gaz et des
liquides. Différentes combinaisons de matériel allant du cuivre, du cupronickel, du laiton, de l’aluminium , à
des types complètement inoxydables pour une haute résistance à la corrosion sont possibles. Les différents
éléments peuvent présenter une longueur de construction de 8000mm

Type LBW
La récupération de la chaleur à partir d'air vicié déjà utilisé prend de plus en plus d’importance. La série
LBW est centrée particulièrement sur l'utilisation précieuse de la chaleur perdue. On peut ainsi utiliser
même de grands courants d’air vicié à un bas niveau de température.
Type KKG
Les refroidisseurs à haute pression représentent une application spéciale. Lors de la compression de gaz
naturels ou de gaz techniques, on atteint des pressions finales pouvant aller jusqu'à 800 bar.
La série KKG permet de réaliser le refroidissement des gaz comprimés simplement et en toute sécurité.

Echangeurs de chaleur à faisceau tubulaire

- Refroidisseur / réchauffeur pour liquides - Refroidisseur d'huile - Condenseur de vapeur -


Générateur de vapeur - Echangeur de chaleur pour gaz d'échappement
Général
Les échangeurs de chaleur à faisceau tubulaire sont en premier lieu désignés pour la transmission de
chaleur entre différent liquides et gaz. Des résultats excellents ont été obtenus en réchauffant, resp. en
refroidissant des liquides et gaz au moyen d'eau, d'huile thermique, de vapeur saturée etc. La série
standard se compose de 6 dimensions avec des surfaces de transfert thermique de 0.5 à 500 m2.

Domaines d'application
Les échangeurs à faisceau tubulaire ont one grande variété et s'appliquent dans différent branches de
l'industrie, par exemple

• Usines génératrices
• Industrie de construction mécanique
• Construction des engrenages
• Industrie chimique
• Ingénierie des processus

Construction et fonction
Pour l'essentiel les échangeurs de chaleur se composent du corps et du faisceau tubulaire. Le corps est
une construction de soudure et contient tout les éléments de raccordement, de jonction et de fixation. En
série le faisceau tubulaire à y installer est prévu comme modèle à deux passages. La variation de la
construction avec des tubes U (modèle U), la variation avec le fond de tubes flottant (modèle D) ou avec un
compensateur fixe (modèle K) tout les types permettent une grande expansion de longueur entre le corps et
le faisceau par suite d'extension de chaleur.

Matériels
Les combinaisons de matériel suivantes sont possibles (matériaux spéciaux sur demande):
Tube du corps: acier St37-2. St37-2 galvanisé, acier inoxydable V2A/V4A
Couvercle: acier St37-2, St37-2 chargé d'une couche de RILSAN, acier inoxydable V2A/V4A
Tubes de refroidissement: SF-CU, CuZn20Al, CuNi10Fe, CuNi30Fe, acier inoxydable V2A/V4A

Type G: Echangeur de chaleur à faisceau tubulaire


Universelle pour refroidir ou échauffer liquides et gaz. On utilise des matériaux différentes jusqu'aux aciers
inoxydables de teneur maximum et de haute résistance à la corrosion. Aussi surpressions d'opération
jusqu'à 800 bar sont possibles. La série standard comprend 6 dimensions avec des surfaces de transfert
jusqu'à 150m2.
Type GK: Condenseur à faisceau tubulaire
On utilise le type GK pour échauffer des liquides et gaz au moyen de vapeur saturée, de vapeur
surchauffée ou des agents réfrigérants. Selon l'application la vapeur est dirigée dans ou autour des tubes.
Différent types, en position horizontale ou verticale avec des puissances de transfert jusqu'à 20MW sont
disponibles.

Type GV: Evaporateur à faisceau tubulaire


Le type GV est appliqué pour refroidir des liquides au moyen d'évaporation des agents réfrigérants, surtout
aussi pour l' ammoniaque. Cette série comprend différent constructions en position horizontale ou verticale
avec faisceau tubulaire démontable ou soudé de manière fixe.
Type GD: Générateur de vapeur
On utilise la série GD pour la production indirecte de vapeur à basse ou à haute pression. Ils sont chauffés
par vapeur, par eau chaud ou huile caloporteur. Ces types, pour la plupart installés en position horizontale,
sont, dépendant de la pression et du volume, produits avec les certificats d'épreuve correspondants.

Type GA: Echangeur de chaleur pour gaz d'échappement


Pour récupérer la chaleur de gaz fumé on utilise le type GA. La chaleur récupérée des procès de
combustion thermique, des installations de couplage chaleur-force etc. est délivrée à l'eau chaud, à l'huile
thermique ou à l'air de combustion. Avec des applica-tions spéciaux aussi la chaleur de condensation des
gaz fumé peut être récupérée.

Type GS: Echangeur de chaleur de sécurité


Par l'usage d'une tube double le risque de mélange des deux fluides est supprimé. L'espace est rempli d'un
liquide de blocage qui absorbe l'expansion de la chaleur et qui contrôle l'étanchéité des tubes. Des fuites
éventuelles sont immédiatement signalées.

Echangeurs de chaleur à faisceau tubulaire stériles


- WFI / Refroidisseur/réchauffeur de produit - CIP-Solution d’échangeur de chaleur -Refroidisseur de
gazd’échappement / Condenseur - Réchauffeur de gaz d’échappement

Général
Les échangeurs de chaleur à faisceau tubulaire stériles d’ETS répondent à toutes les directives cGMP et
peuvent être parfaitement utilisés dans des installations FDA.
La structure DTS (Double Tube Sheet) des appareils garantit la séparation suffisante entre le fluide primaire
et le fluide secondaire.
Le positionnement des tubes supérieur et inférieur assure une vidange et une purge complètes de
l’échangeur de chaleur.
L’enveloppe est vidangée et purgée par le biais de raccords ou de perçages situés dans les plaques
intérieures de tube.
L’isolation de l’échangeur de chaleur est gainée de tôle en inox poli.
Afin de garantie une longue durée de vie, les appareils sont pourvus de compensateurs dont le
fonctionnement est contrôlé dans chaque cas selon les tensions thermiques.
Grâce à la normalisation des composants, disponibles départ magasin, les échangeurs de chaleur stériles
d’ETS peuvent être livrés à court terme et sont concurrentiels

Domaines d’application
• Industrie pharmaceutique
• Biochimi

Caractéristiques de produit
• Conforme aux directives actuellesde cGMP
• Double plaque de tube DTS
• Exécution sans espace mortdu côté fluide
• Le côté tube et l’enveloppe se vident et sepurgent complètement
• Raccords stériles du côté fluide
• Rugosité de surface des pièces en contactavec le fluide atteignant ≤ 0.4 µm(meulé et si nécessaire
électro-poli)
• Tube de l‘échangeur de chaleur sans raccord et électro-poli
• Etanchéité par joint torique certifié FDA etUSP Class VI
• Modèle simple ou multi flux
• Montage horizontal ou vertical
• Isolation par une gaine en acier inox
• Possibilité de compensateur
• Matières : 1.4435, 1.4404, 1.4539 et autresaciers inox de haut alliage
• Teneur en ferrite ≤ 0.5

Contrôles et validation
• Test de pression
• PT-Contrôle
• Radiographie-Contrôle
• Test de fuite à l’hélium
• Protocole de nettoyage
• Exécution et validation selon PE

Echangeurs de chaleur à faisceau tubulaire stériles, modèle 1 flux


 

Echangeurs de chaleur à plaques


- modèle brasé - modèle à joints - modèle semi-soudé - type courant-libre - évaporateur -
condenseur - modèles spéciaux
ETS fournit des échangeurs de chaleur à plaques pour pratiquement tous les secteurs où des échangeurs
de chaleur sont normalement utilisés, mais sur une base plus performante et rentable.
Les échangeurs de chaleur à plaques peuvent être fournis pour des pressions différentielles jusqu’à 30 bars
et des températures de -180°C à +200°C. Grâce à l’utilisation de joints spéciaux, ces échangeur de chaleur
à plaques peuvent également être utilisé pour des liquides agressifs.
Comparé aux échangeurs thermiques tubulaires ou en spirale, l’échangeur thermique ETS se caractérise
par des avantages suivants :
• rendement thermique plus grand
• installation et commande simples
• modèle compacte
• plus grande flexibilité
• meilleure récupération de la chaleur

De par sa longue expérience, aussi bien dans le domaine de la fabrication que pour le calcul des
échangeurs de chaleur à plaques, ETS travaille à un niveau qualitatif très élevé. Grâce à des programmes
informatiques spécialement développés, on peut rapidement trouver une solution optimale et fiable à un prix
concurrentiel. Des modèles concus spécialements selon les spécifications du client, ainsi que des petites et
moyennes séries sont livrables à court terme.

Domaines d'application
L’utilisation des échangeurs de chaleur à plaques est très variée dans les secteurs les plus divers, comme
par exemple:
• l'idustrie
• la marine
• l'industrie alimentaire
• les laiteries
• le chauffage
• le chauffage urbain

Matériaux
Les plaques de l’échangeur thermique standards sont livrées en 1.4301, 1.4401 ou en titane. En fonction
du modèle, les plaques finales sont soit en Ac37, soit en acier inox. D’autres matériaux sont livrables sur
demande.

Type SL
Ces échangeurs à plaques brasées n'ont pas de joint et permettent un fonctionnement dans des
températures variant de -180°C à +200°C, ceci sous des pressions pouvant atteindre 30 bar. La haute
turbulence garantit un excellent transfert thermique avec un besoin de place réduit. Ce type est utilisé pour
les échanges entre liquides dans l'industrie, dans le secteur domestique et comme condenseurs ou
vaporisateurs dans des installations frigorifiques.

Type S
Les échangeurs à joints sont conçus pour une application avec des puissances de transfert plus élevées,
surtout pour des liquides dans l'industrie, dans la marine et dans le secteur domestique. La pression
maximale est de 20 bar à 160°C.

Type SF
Les échangeurs "courant-libre" permettent de refroidir ou échauffer des fluides chargés de fibres ou
particules solides sans risquer des dépôts sur les plaques. Les applications typiques sont le refroidissement
du yoghourt, des jus de fruits, de la glace, du moût de bière, de la sauce tomate, ainsi que l'eau des égouts,
de la cellulose, etc.
Type SW
L'échangeur "semi-soudé" est utilisé pour des fluides à haute pression et pour des matières agressives où
joints et braages sont incosmpatibles. La ligne de soudure se trouve hors le la rainure des joints et rend la
corrosion impossible.

Type SPS
L’échangeur de chaleur à plaques à „soudure circulaire“ fonctionne comme un échangeur thermique
tubulaire, à la différence que les tubes sont remplacés par des plaques plus efficientes. Celles-ci sont
soudées au laser/TIG pour former un bloc et montées dans un tube fourreau. Avantages : pas de joints,
exploitation fiable, jusqu’à 250°C et 25 bars, peu encombrant, etc. Le modèle SPS est utilisé pour le
chauffage urbain, la vapeur ou l’huile, ainsi que comme évaporateur et condenseur.
Type SS
Pour des applications où les prescriptions ou autres raisons exigent une sécurité particulière, on peut avoir
recours à des échangeurs de chaleur de sécurité. Ici les fluides sont séparés par des doubles parois en
acier spécial. Dans le cas peu probable d’une fuite interne, l’écoulement du fluide hors de l’espace de
sécurité serait visible de l’extérieur et empêcherait un mélange des deux fluides.

Type WW
Ces types d’appareils sont fabriqués en chambres de tôle plate et peuvent être utilisés de manière très
polyvalente. Les canaux des plaques sont des écarteurs ronds ou à plots soudés alternativement. Il n’y a
pas de joints entre ces tôles des chambres. Les deux côtés sont complètement séparés les uns des autres
et soudés, un mélange de produit est exclus. Avantages : pas de joints, exploitation fiable jusqu’à 300°C et
16 bars, modèle compacte, etc.

Echangeurs de chaleur à faisceau tubulaire stériles, modèle 2 flux


 

Echangeurs de chaleur à faisceau tubulaire double, version industrie pharmaceutique


Echangeurs de chaleur spéciaux

- refroidisseurs de gaz comprimé - échangeur de chaleur des gaz de combustion - réchauffeur de


gaz - refroidisseur à courant d’air forcé - échangeur de chaleur gaz/gaz - échangeur de chaleur à
tubes double

Général
Les échangeurs de chaleur spéciaux sont construits la plupart du temps comme combinaison de plusieurs
types de base d’échangeurs de chaleur, par ex. les échangeurs de chaleur à faisceau tubulaire, à ailettes
ou à plaques. Afin de satisfaire les exigences particulières, on associe par ex. la grande surface des
échangeurs à ailettes à la résistance à la pression des échangeurs à faisceau tubulaire. Cela permet de
satisfaire efficacement des exigences particulières vis-à-vis du refroidissement ou de l’échauffement de gaz
et de liquides, comme par ex. d’importantes dilatations de température, de hautes pressions de service,
d’importantes charges thermiques ou mécaniques, une résistance élevée à la corrosion etc. Tous les
échangeurs de chaleur sont fabriqués selon les prescriptions en vigueur et remis en cas de besoin avec les
certificats d’essai correspondants, spécifiques aux pays.

Domaines d’application
Les échangeurs de chaleur spéciaux sont utilisés pour les processus les plus divers et s’emploient dans de
nombreuses branches de l’industrie, par ex.
• Usines génératrices
• l’industrie mécanique
• l’industrie du papier
• l’industrie chimique
• la technologie des procédés industriels
• la technologie de l’environnement

Construction et fonction
En raison des exigences bien particulières et des possibilités variées de combiner différents types de base,
les solutions personnalisées se situent au premier plan.
Outres des applications individuelles, on développe également des séries entières. Des applications pour
des pressions de service allant jusqu’à 800 bar ou des températures de –260°C à +800°C, des matériaux
spéciaux, caractérisés par une très grande résistance à la corrosion, ou d’importantes charges thermiques
peuvent ainsi être réalisés efficacement.

Matériaux
Différents matériaux sont possibles :
le cuivre, le cupronickel, l’aluminium, l’acier, l’acier inoxydable, des matériaux spéciaux.

Type KKG
Les refroidisseurs de gaz comprimé à air sont utilisés pour le refroidissement de gaz naturels, d’air ou de
gaz chimiques au moyen d’air. On emploie en fonction du cas d’utilisation des modèles à un ou plusieurs
étages. Les méthodes de fabrication spéciales permettent de réaliser des pressions de service allant
jusqu’à 800 bar et d’obtenir de hautes puissances frigorifiques.

Type GBR
Les échangeurs de chaleur des gaz de combustion servent au refroidissement ou à la mise à profit de la
chaleur perdue des gaz de combustion, c’est-à-dire à l’échauffement d’air frais ou de processus. Construits
comme registres à tubes lisses, ceux-ci peuvent également être utilisés en cas d’assez grande proportion
de poussières dans les gaz de combustion, par ex. lors de l’incinération des ordures ménagères.
Type GB/RB
Les échangeurs de chaleur gaz/gaz sont principalement utilisés pour la récupération de la chaleur entre l’air
vicié réchauffé, pollué et en partie agressif et l’air frais ou les gaz de processus dans l’industrie. Les
appareils sont caractérisés par une haute puissance calorifique spécifique, une étanchéité absolue au gaz
et des pertes de pression minimes.

Type LBG
Les refroidisseurs à courant d’air forcé sont utilisés pour le refroidissement de l’air ou de gaz au moyen
d’eau, d’eau/glycol ou d’une évaporation directe. Des applications caractéristiques sont le séchage de gaz
ou la séparation c’est-à-dire la récupération de solvants à partir de l’air vicié.

Type KO
Les échangeurs de chaleur coaxiaux servent au refroidissement et à l’échauffement de liquides et de gaz à
débits volumétriques relativement faibles. En raison de sa forme de construction, ce type fonctionne comme
pur échangeur de chaleur à contre-courant même à de faibles écarts de température. Il peut par exemple
être utilisé pour des applications à basse température avec de l’hélium à –260°C ou pour du gaz comprimé
jusqu’à 500 bar.
Constructions spéciales
Pour les applications les plus diverses, on développe des solutions optimisées pour les besoins du client,
comme par ex. des registres à vapeur pour lave-linge, des serpentins de réfrigération pour machines à
nettoyer, des réchauffeurs d’huile thermique pour séchoirs, des condenseurs pour installations stériles, etc.
6. Logiciels de dimensionnement des échangeurs de chaleur
Les problèmes de dimensionnement de ce composant primordial et essentiel concernent avant
tout le traitement des aspects thermo-hydrauliques. La complexité du problème de calcul
thermique des échangeurs vient de plusieurs facteurs et contraintes, notamment la diversité
des technologies des appareils et la nature de la physique des écoulements. Il faut donc pour
cela[14] [3]:

 caractériser un modèle d’écoulement, surtout lorsque celui-ci est complexe ;


 choisir des corrélations empiriques adaptées : ce problème peut être
précisément résolu par les fabricants en réalisant des campagnes d’essais qui
permettent d’établir des corrélations propres à chacune de ses gammes
d’échangeur ; il est plus difficile pour les exploitants qui bénéficie de
l’utilisation de technologie issue de plusieurs fabricants : dans ce cas, ils
peuvent alors se rapporter aux corrélations qui sont présentées dans la
littérature[15] ;
 adopter un algorithme de résolution : on peut en effet choisir des algorithmes de
type dimensionnement ou de type simulation qui utilisent des méthodes
analytiques ou numériques.

On fournit ci-dessous une liste non exhaustive des principaux logiciels de dimensionnement
d’échangeur thermique :

 Xchanger suitede chez HTRI (Heat Transfer Research Incorporation) : logiciel


de référence qui inclut le dimensionnement des principales technologies
d’échangeurs pour quasiment toutes les configurations standardisées (tubes et
calandre, plaques et joints, plaques et ailettes, batterie à ailette, Kettle …etc.) ;
 EDR (Exchanger Design and Rating) de chez AspenTech (anciennement
HTFS) : logiciel de référence qui inclut également le dimensionnement des
principales technologies d’échangeurs pour quasimenttoutes les configurations
standardisées ;
 Prosec de chez Prosim : logiciels très puissants pour la simulation des
échangeurs à plaques et ondes multifluides (applications cryogéniques
(liquéfaction d’air) essentiellement) ;
 CETUC du GRETh (Groupement pour la Recherche sur les Echangeurs
Thermiques) : logiciel validé par expérimentation qui permet le
dimensionnement d’échangeurs à tubes et calandre uniquement ;
 CEPAJ du GRETh : logiciel validé par expérimentation qui permet le
dimensionnement d’échangeurs à plaques uniquement ;
 EchTherm de NeoTherm Consulting et diffusé exclusivement par le GRETh :
boite à outils du thermicien qui inclut une multitude d’outils numériques de
calculs de coefficients d’échanges et de pertes de charge pour la majeure partie
des technologies d’échangeurs et pour quasiment tous les modes de
fonctionnement (monophasique et diphasique) ; il inclut également des modules
simplifiée de dimensionnement (tube et calandre, plaques et joint, batterie à
ailette, caloduc…etc.) ainsi qu’un outil d’aide au choix technologique ;
 Les logiciels de CFD (Computational Fluid Dynamic) pour les méthodes par
volumes ou éléments finis qui permettent la résolution couplée des équations de
transferts thermiques et de la mécanique des fluides (Navier-Stockes). On citera
les principaux logiciels comme Fluentde chez ANSYS, Comsol Multiphysics de
chez COMSOL, SolidWorks Flow simulation de chez Dassault systèmes,
STARCCM+ de CD-Adapco : ces logiciels pointus sont réservés à la résolution
de problèmes spécifiques liés au dimensionnement d’échangeur. Ils sont trop
lourd (tarif et prise en main) pour la réalisation d’un dimensionnement simple
mais souvent indispensables pour la recherche de nouvelles géométries
complexes permettant d’améliorer les échanges thermiques, par exemple.

Cette liste n’est pas  exhaustive de tous les logiciels disponibles sur le marché mais elle
permet d’apprécier les principaux et surtout ceux qui sont utilisés par les industriels.  On voit
que le nombre de logiciels reste réduit et que l’utilisateur n’a que peu de choix sur les outils
de dimensionnement d’échangeur. Certains développements ont permis de mettre en place des
outils robustes, constamment mis à jour (cf. HTRI ; AspenTech) et qui sont parfois des outils
imposés (code de calcul) dans certains Cahier Des Charges (CDC). Sans conteste, le
développement d’un logiciel à usage interne reste marginal et réservé aux fabricants
d’échangeurs thermiques.

7. Conclusions
Le dimensionnement d’un échangeur, nous venons de le voir, est un processus complexe et
souvent sujet à de nombreuses contraintes et hypothèses. Il suppose en effet de préciser :

 la modélisation de l’échangeur retenu ;


 les propriétés thermophysiques des fluides ;
 le choix technologique réalisé ;
 les lois (corrélations) d’échange et de perte de pression spécifiques et adaptées ;
 les contraintes d’intégration et de design (compacité, performance thermique et
perte de charge acceptable) ;
 les contraintes liées à l’utilisation de certains fluides (résistance
d’encrassement, étanchéité, inspection);
 le choix d’un logiciel de calculs appropriés aux besoins ;
 le prix de l’échangeur (qui passe par sa conception, sa fabrication et sa mise en
place).

À l’évidence, le fait de disposer d’un échangeur bien adapté, bien dimensionné, bien réalisé et
bien utilisé permet un gain non négligeable de rendement et donc d’énergie dans les process.

Symbole Unité Défini


A – Consta

C – Rappo
{dot{C

$$dot{C}$$ W/K Débit d

Cp J/kg-K Chaleu

D m Diamè

Dh m Diamè

e m Epaiss

h W/m²-K Coeffic

H J/kg Enthal

L m Longu

Lv J/kg Chaleu

Nu – Nombr

NUT – Nombr

P W Puissan
Pm m Périmè

Pr – Nombr

qm kg/s Débit m

Re – Nombr

R K/W Resista

S m² Surfac

Sp m² Section

T K ou °C Tempé

U W/m²-K Coeffic

x M Longu

xv – Titre m

Lettre grecque

Symbole Unité Définitio

ɛ – Efficacité

λ W/m-K Conducti
µ kg/m-s Viscosité

ρ kg/m3 Masse vo

∆h J/kg Chaleur l

∆T K ou °C Différenc

∆Tln K ou °C Ecart de

∆xv – Différenc

Indice :

Symbole Définition

c chaud

e entrée

ext externe

f froid

int interne

l liquide

min minimum
max maximum

s sortie

sat saturation (rapporté à l’état saturé d’un fluide)

v vapeur

Quel modèle d’échangeur thermique choisir ?


Pour choisir entre un échangeur de chaleur à tubes et un echangeur a plaque, plusieurs
critères sont à prendre en compte. Il faut considérer les avantages et inconvénients de
chaque modèle. Les échangeurs à tubes gagnent en dimensions. Ils peuvent accueillir
d’importantes quantités de fluides et supporter de fortes pressions. Seulement, ils sont
moins performants que les échangeurs thermiques à plaques. De plus, ces équipements
requièrent une maintenance régulière.
Les échangeurs à plaques et à joints, à leur tour, sont solides, autonettoyants et faciles à
démonter. Cependant, leur perte de charge est souvent assez importante. Quant aux
échangeurs à plaques brasées, ils sont très compacts, autonettoyants et simples à
démonter. Seulement, ces machines ne résistent pas aux températures de fluides de plus
de 200 °C. Leur perte de charge est aussi assez importante. Les échangeurs à plaques
soudées, à leur tour, ont l’avantage d’être très solides, autonettoyants et résistants à de
très hautes températures. De plus, ils permettent un nettoyage à haute pression.
Toutefois, ces modèles d’échangeur ne sont pas démontables et leur perte de charge est
également assez importante.

Vous aimerez peut-être aussi