Vous êtes sur la page 1sur 24

Logistique de distribution.

Plan du cours

1-1 Typologie de logistique

1-2 Différence entre logistique et supplychain.

1-3: Logistique dans la grande distribution.

1-3-1: Situation actuelle de la logistique dans la grande distribution au Maroc.

1-3-1-1: Logistique du circuit de commerce traditionnel

COMMUNIVER, DISLOG, etc.

1-3-1-2: Logistique dans la distribution moderne.

- La centrale d’achat : un moyen de réaliser des économies d’échelle

-La centrale de service : un conseiller technique pour ses adhérents.

1-4: L'intégration de la fonction logistique dans la grande distribution.

1-4-1: L'intégration de la fonction logistique: Moyen de réduction des coûts logistiques.

1-4-1-1: Le contrôle des lieux de stockage.

1-4-1-2: Le contrôle de l'information.

1-4-1-3: L'intégration de la fonction logistique: arme concurrentielle du distributeur.

1-4-1-4: L'intégration de la fonction logistique: Moyen de réduction du niveau du stock.

1-4-1-5: L'intégration de la fonction logistique: levier de massification des flux.

1-4-1-6: L'intégration de la fonction logistique: levier de gestion plus efficace dans le


magasin.

1-4-2 Le contrôle des assortiments dans les points de vente.

1-4-3: Formes d'intégration de la fonction logistique de distribution.

1-5 La variable logistique dans les relations entre distributeur et fournisseur.

1-5-1 Les formes de coopérations entre le distributeur et le fournisseur.

1-5-1-1 Gestion partagée des approvisionnements.

1-5-1-2 La Gestion collaborative de la planification, de la prévision et des


réapprovisionnements (CPFR).

1-5-1-3 Le Cross-docking

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 1


Logistique de distribution.

1-5-1-4 La gestion des flux d'information.

A- Gestion des flux physiques par des moyens d'identification automatique.

B- Gestion automatisée des transferts d'information: Utilisation de la Technologie EDI.

-------------------------------------------------

Chapitre 1. : Logistique dans la grande distribution au Maroc.

Le concept de logistique est à l'origine un terme militaire qui désigne l’art de combiner tous
les moyens de transport, de ravitaillement et de logement des soldats.

Ce terme a été utilisé dans la gestion de l’entreprise. Il englobe « les activités qui
maîtrisent les flux de produits, la coordination des ressources et des débouchés, en réalisant un
niveau de service donné au moindre coût »1.

1-1 Typologie de logistique

Il existe plusieurs types de logistique:

– la logistique militaire: qui vise à transporter sur un terrain de combat les forces et tout ce
qui est nécessaire à leur mise en œuvre opérationnelle et leur soutien;

– la logistique d’approvisionnement : qui permet d’amener dans les usines les produits de
base, composants et sous-ensembles nécessaires à la production;

– la logistique d’approvisionnement général : qui permet d’apporter à des entreprises de


service ou des administrations les produits divers dont elles ont besoin pour leur activité
(fournitures de bureau par exemple);

– la logistique de production qui consiste à apporter au pied des lignes de production, les
matériaux et composants nécessaires à la production et à planifier la production.Cette
logistique tend à absorber la gestion de production tout entière;

– la logistique de distribution: celle des distributeurs, qui consiste à apporter au


consommateur final, soit dans les grandes surfaces commerciales, soit chez lui, les produits
dont il a besoin;

– la logistique de soutien, née chez les militaires mais étendue à d’autres secteurs,
aéronautique, énergie, industrie, etc., qui consiste à organiser tout ce qui est nécessaire pour
maintenir en opération un système complexe, y compris à travers des activités de
maintenance;

1
James L. Heskett, « Logistics : essential to strategy », Harvard Business Review, nov.-déc. 1977, traduit par « La
logistique, élément clé de la stratégie », Harvard-L’Expansion, n°8.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 2


Logistique de distribution.

– lalogistique dite de service après-vente assez proche de la logistique de soutien avec cette
différence qu’elle est exercée dans un cadre marchand par celui qui a vendu un bien.On utilise
assez souvent l’expression « management de services » pour désigner le pilotage de cette
activité.On notera cependant que cette forme de logistique de soutien tend de plus en plus
souvent à être exercée par des spécialistes du soutien différents du fabricant et de l’utilisateur
et dit « Third Party Maintenance»;

– la« reverse logistics », parfois traduite en français par « logistique à l’envers ou inverse », «
rétro-logistique » ou encore « logistique des retours », qui consiste à reprendre des produits
dont le client ne veut pas ou qu’il veut faire réparer, ou encore à traiter des déchets industriels,
emballages, produits inutilisables depuis les épaves de voiture jusqu’aux toners
d’imprimantes.

Du reste, la logistique en tant que mode de gestion regroupant l’ensemble des


opérations physiques dans l’entreprise se divise en logistique de flux et en logistique de
soutien. Chacune présente des caractéristiques assez différentes de l’autre. En effet, la
logistique de flux concerne la production et la distribution. Elle est plus liée aux techniques de
gestion de la production et aux techniques de marketing et de ventes. En revanche, la
logistique de soutien est davantage liée à des méthodes de maintenance et de gestion de
rechanges, particulièrement développées dans le domaine militaire ou dans celui de la
maintenance des équipements techniques.

On constate donc qu’il y avait des logistiques différentes. Pour les unir, on a créé le
concept de Supply Chain.

1-2 Différence entre logistique et supply chain.

Le « Supply chain Council définit la Supply chain comme: «la suite des étapes de
production et distribution d’un produit depuis les fournisseurs des fournisseurs du producteur
jusqu’aux clients de ses clients».En d’autres termes, la supply chain est un ensemble de trois
entreprises (ou plus) directement liées par un ou plusieurs flux amont et aval de produits, de
services, d’informations et financiers, du point d’origine au point de consommation finale.

La Supply chainest la chaîne composée de tous les intervenants de toutes les


entreprises qui contribuent à apporter un produitsoit à des consommateurs; on parle alors de
business to consumers (en abrégé B to C ou encore B2C) ;soit à des entreprises utilisatrices
pour produire d’autres biens ou les consommer.On parle alors de business to business (en
abrégé B to B ou encore B2B).

Dans ce processus dela Supply chain, le rôle du manager consiste à coordonner


systémiquement et stratégiquement les fonctions traditionnelles de l’entreprise dans un réseau
interentreprises selon une approche globale liant l’ensemble des acteurs de la source vers le
consommateur final appelée «approche End to End » avec pour objectif d’améliorer les
performances à long terme à la fois de l’entreprise concernée et de la Supply Chain dans son
ensemble. Cette fonction s’appelle «Supply Chain Management».

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 3


Logistique de distribution.

En revanche, la logistique est une partie des processus de la Supply Chain qui permet
de planifier, mettre en œuvre et contrôler le flux efficient ainsi que le stockage de biens et de
services et d’informations du point d’origine au point de consommation finale, avec, pour
objectif, de satisfaire les exigences du client.

Le présent chapitre se propose d'analyser la logistique dans la grande distributionau


Maroc.

1-3: Logistique dans la grande distribution.

La logistique de distribution peut être définie comme «l’ensemble d’activités interconnectées


ayant pour mission le transfert physique des produits finis de l’industriel vers ses clients.
L’objectif est de faire en sorte que le produit souhaité par le client soit au bon endroit, à
l’heure convenue, dans la quantité attendue et au meilleur coût »2. Ainsi, pour distribuer ses
produits, le fournisseur exerce plusieurs activités à savoir:

- le transport des produits (depuis les centres de production jusqu’aux points de stockage, de
vente ou de consommation);

- l’entreposage;

- la manutention;

- l’emballage de protection;

- les contrôles de conformité;

- les flux d’information qui pilotent et contrôlent ces opérations physiques à savoir les
prévisions de la demande, les opérations de planification ou encore le traitement administratif
des commandes et la tenue des stocks.

1-3-1:Situation actuelle de la logistique dans la grande distribution au Maroc.

La logistique de distribution au Maroc se présente sous deux formes selon qu’elle est
pratiquée par le commerce traditionnel ou par la distribution moderne.

1-3-1-1:Logistique du circuit de commercetraditionnel

2
A. Fady, L.Bironneau, T. Morvan, « La logistique dans la distribution », Article in « Management de la
distribution », Dunod, 2006, page 287.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 4


Logistique de distribution.

Le commerce traditionnel se caractérise par une extrême atomisation du tissu commercial. Les
industriels doivent alimenter une multitude de commerçants indépendants de taille
relativement modeste. Pour ce faire, ils ont traditionnellement recours à des intermédiaires,
grossistes ou négociants à qui ils délèguent une grande partie des activités logistiques à savoir
le transport, le stockage, la préparation des commandes des magasins et les livraisons pour se
consacrer uniquement aux tâches de production.

Pour certains producteurs comme la société de raffinage de sucre COSUMAR, les


minoteries industrielles pour la farine subventionnée, les huileries, ils livrent les grossistes à
partir de l’usine ou des entrepôts à charge pour eux de servir les demi-grossistes et les
détaillants3.

D’autres producteurs intègrent l’outil logistique pour maîtriser l’écoulement de leurs


produits et, en corollaire, contrôler le circuit de distribution. Ils créent, à cet effet, un
ensemble coordonné de dépôts régionaux et locaux pour desservir de manière optimale leurs
différents marchés en massifiant les flux. En effet, les détaillants passent des commandes de
tailles si réduites qu’il n’est pas rentable de les livrer directement depuis les usines. Par
conséquent, l’unique façon de réaliser des acheminements par quantités économiques est alors
de disposer d’un réseau hiérarchisé d’entrepôts ayant pour mission de consolider le flux en
provenance des usines, avant l’éclatement vers les points de vente. C’est le cas par exemple
dessociétés de produits laitiers. Ceux qui n’ont pas opté pour cette alternativeont externalisé la
fonction logistique à des prestataires logistiques comme COMMUNIVER, DISLOG, etc.

1-3-1-2: Logistique dans la distribution moderne.

Le développement de la « grande distribution » au Maroc à partir de la deuxième


moitié des années quatre-vingts du 20ème siècle a entrainé dans son sillagela concentration
commerciale des entreprises de distribution et du coup, a donné un nouvel élan à l'évolution
de la logistique de distribution. L’émergence des hypermarchés et supermarchés, c’est-à-dire
de magasins de grandes tailles disposant de réserves arrières, contribue à l'augmentation de la
taille des commandes. Pour obtenir des remises tarifaires de la part des industriels, les points
de vente passent des commandes de taille importante, souvent par unité de charges complètes

3
Officiellement, le stade de demi-gros est supprimé. Mais en réalité, les grossistes de Derb Omar ou Derb Ben
Jdia à Casablanca continuent de recevoir des commerçants venus de tout le Maroc avec leurs propres camions.
Ces derniers approvisionnent les détaillants de leurs localités respectives.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 5


Logistique de distribution.

(un camion totalement rempli). Pour les industriels, il devient donc rentable de les livrer
directement.

Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, une nouvelle mutation est intervenue. Les
distributeurs prennent progressivement le contrôle des opérations d’approvisionnement de
leurs magasins, en lieu et place des industriels et des grossistes.

Et pour cause, dans un environnement hyper- concurrentiel, le distributeur est obligé de


maintenir sa part de marché et de conquérir de nouveaux marchés en vue d'élargir sa zone de
chalandise. Pour ce faire, il est appelé à offrir à sa clientèle un service égal voire supérieur à
celui de la concurrence. Ceci implique la fixation des objectifs en termes de disponibilité des
produits et des services correspondants, de délai de traitement et de livraison des commandes,
de prix d'achat et de flux des produits pour assurer un écoulement sans rupture avec ses
fournisseurs. Pour atteindre ces objectifs, le distributeur doit disposer d'une force d'achat
importante pour infléchir les exigences des fournisseurs et disposer d'une organisation
technique et humaine sophistiquée pour pouvoir gérer ses achats (avoir des acheteurs
qualifiés, suivre régulièrement les prix de vente des fournisseurs, etc.). Compte tenu de sa
taille, cette solution ne serait pas économique. Dans ces conditions, plutôt que de se faire
livrer directement, les distributeurs préfèrent massifier les flux sur quelques entrepôts et/ou
plates-formes leur appartenant en propre ou confiés à des prestataires de services, avant
d’approvisionner eux-mêmes leurs points de vente4. La centrale d'achat est née.

- La centrale d’achat : un moyen de réaliser des économies d’échelle

La centrale d'achat est une entité juridique ayant pour mission la collecte de toutes les
informations relatives aux ventes de ses adhérents et la centralisation des renseignements sur
les fournisseurs (producteurs, importateurs et prestataires de service). Elle négocie les prix
avec ces derniers et collecte les commandes de ses adhérents ou du groupe d'enseignes de qui
elle dépend après avoir confronté leurs besoins avec les possibilités d'offre des fournisseurs5.
On distingue généralement deux catégories de centrales à savoir la centrale d'achat qui se

4
La plate-forme (cross docking) est un lieu servant à accélérer le transit de produits. Sur ce site logistique, les
livraisons sont reçues, éclatées en fonction des destinataires et expédiées immédiatement ou dans un délai
très court de façon à réduire le stock à son niveau quasi-nul (cross-docking). Par contre, l'entrepôt (ou dépôt)
est un lieu de stockage des marchandises pour des délais plus longs.
5
Le cas de la palte-forme du Groupe Label'Vie à Skhirat ou de Marjane Holding à Nouasseur.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 6


Logistique de distribution.

subdivise en centrale de sélection et en centrale de sélection et d'achat d'une part, et 1a


centrale de service d'autre part6.

- La centrale de sélection

La centrale de sélection a pour principale mission de sélectionner les fournisseurs et les


références qui correspondent le mieux à ses adhérents en fonction de leurs besoins. A cet
effet, elle prend en charge:- la recherche des fournisseurs;

- la connaissance et l’analyse de leurs produits;

- la comparaison des produits offerts par les différents fournisseurs;

- la détermination du rapport qualité -prix pour chaque produit.

Sur la base de ces éléments, la centrale de sélection dresse une liste des fournisseurs sérieux
qu'elle propose à ses adhérents. Ces derniers ont toute latitude de choisir les fournisseurs qui
leur conviennent le plus et de leur passer la commande.

Une autre forme de centrale de sélection ne se limite pas à la sélection des fournisseurs
mais préconise aux adhérents le choix des références et de l’assortiment qui conviennent au
magasin et à l'attente de sa clientèle. Mais, comme la centrale de sélection, le rôle de cette
centrale dite de sélection et d'orientation se limite à la proposition et non à la prise de décision
qui reste du ressort de l'adhèrent.

- La centrale de sélection et d'achat.

La centrale de sélection et d'achat accomplit les mêmes tâches que la centrale de


sélection mais se charge en plus de collecter les commandes de ses adhérents pour les
transmettre aux fournisseurs. A cet égard, deux sortes de centrales d'achat sont à distinguer:

- les centrales d'achat dites autoritaires. Elles imposent à leurs adhérents les
produits à vendre qui sont généralement des magasins appartenant aux centrales. Ils peuvent
être également des franchisés obligés de suivre la politique commerciale de la centrale ;

- les centrales d'achat libérales. Celles- ci n'imposent pas de conditions à ses


membres en ce qui concerne les modalités de passation des commandes aux fournisseurs.

6
M. Benoun, M. Biroulés, C. Sordet, "La distribution: une nouvelle industrie", op. cit. Page 104.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 7


Logistique de distribution.

Mais eu égard à l'importance de sa surface financière, les adhérents ont intérêt à passer par
elle pour obtenir de meilleurs prix.

La centrale de service : un conseiller technique pour ses adhérents.

La centrale de service met à la disposition de ses adhérents un ensemble de services


dans les domaines commercial, technique et de gestion. Ainsi, elle leur fournit les conseils, les
études et les interventions nécessaires pour l'implantation, la construction et l'exploitation des
grandes surfaces de vente7.

En général, les services rendus par les centrales d'achat et les centrales de service sont
complémentaires. Dans certains cas, ces dernières interviennent auprès des premières pour
constituer la collection propre à chaque magasin à partir de la collection générale de la
centrale d'achat. La rémunération des services rendus par la centrale d’achat et la centrale de
service à leurs adhérents se présente sous forme:

- d'un pourcentage du chiffre d'affaires contributif convenu par contrat entre la centrale et
l’adhérent ayant transité par cette dernière ;

- des ristournes obtenues par la centrale auprès des fournisseurs ;

- en fonction du chiffre d'affaires total réalisé par l'adhérent ayant transité ou pas par 1a
centrale d'achat. Quant à la centrale de service, elle est rémunérée soit en fonction d'un
pourcentage du chiffre d'affaires, soit en fonction des services rendus déterminés en fonction
d'un barème préétabli.

Pour augmenter leur pouvoir de négociation vis-à-vis des fournisseurs, les centrales
d'achat se sont regroupées dans le cadre des concentrations. L'objectif étant d'obtenir des
fournisseurs davantage de réductions des prix pour compenser la faiblesse des marges
bénéficiaires des entreprises de distribution. A titre d'illustration, la méga- centrale Arci
regroupe onze grosses centrales d'achat dont Auchan, Carrefour, Casino et promodés8.

En conclusion, la centrale d'achat doit jouer le rôle d'un véritable catalyseur


d’information. C'est une sorte de courroie de transmission d'information entre les adhérents et
les fournisseurs. En amont, elle doit réaliser des études de marché pour connaître la vente de
tous les produits et être au courant des innovations technologiques et des nouveautés dans le

7
M. Benoun, M. Biroulés, C. Sordet, "La distribution : une nouvelle industrie", op. cit. page 108.
8
A. Dayan, "Manuel de 1a distribution", op. cit. page 130.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 8


Logistique de distribution.

domaine des tendances. De même, avec la mondialisation des échanges, elle doit avoir une
vocation internationale nouant des liens avec les centrales d'achat d'autres pays pour élargir
son champ d'intervention. En aval, elle doit suivre l'évolution des ventes de ses clients,
connaître leurs assortiments et leurs références, s'informer sur les produits qui se vendent
plus et ceux qui se vendent moins.

Enfin, à travers cette communication permanente avec ses différents partenaires, la centrale
d'achat peut être en mesure d'établir la collection la plus adéquate pour ses adhérents et rendre
en fin de compte service au consommateur.

1-4: L'intégration de la fonction logistique dans la grande distribution.

Les firmes de distributionprennent depuis quelques années en charge de façon progressive


l'approvisionnement de leurs magasins à la place des fournisseurs (producteurs, importateurs
ou grossistes). La stratégie d'appropriation du canal logistique est guidée par la volonté de
bénéficier des marges issues du processus logistique que s'appropriaient les fournisseurs en
livrant directement les magasins. Deux raisons fondamentales sous-tendent leurs stratégies à
savoir l'objectif de réduire des coûts logistiques et la volonté de mieux maîtriser les
assortiments dans les différents magasins.

1-4-1: L'intégration de la fonction logistique: Moyen de réduction des coûts logistiques.

Des études en France ont montré que les coûts logistiques dans la grande distribution
représentent entre 5% et 6% du Chiffre d'affaires. De ce fait, les dépenses logistiques
dépassent celles relatives à la rémunération du personnel et le coût des bâtiments. Par
conséquent, les distributeurs s'efforcent d'exploiter ce gisement de productivité pour
sauvegarder ou améliorer leur rentabilité dans ce secteur marqué par une concurrence
horizontale très acharnée.

La réduction des coûts se fait par le contrôle des lieux de stockage, le contrôle de
l'information,

1-4-1-1: Le contrôle des lieux de stockage.

L'apparition des grandes firmes spécialisées dans la grande distribution a pousséles


distributeurs à contrôler eux-mêmes directement ou indirectement les chaînes
d'approvisionnement jusque-là l'apanage des seuls fournisseurs qui approvisionnent les

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 9


Logistique de distribution.

distributeurs franco de port9.Ce contrôle concerne les flux physiques qui amène les
distributeurs à créer leurs propres plates-formes ou les sous-traitent à des prestataires
spécialisés mais demeurent étroitement contrôlées par les distributeurs10.

Grâce à l'appropriation des entrepôts et des plates-formes de distribution, le distributeur prend


en charge les opérations de transport et des services logistiques (transport, délai, fréquence,
manutention, gardiennage, entretien, etc.). Ceci lui permet d'avoir trois avantages en matière
de coût. Le premier avantage permet au distributeur de se focaliser lors de la négociation avec
le fournisseur sur le prix d'achat désormais séparé de l'autre composante du coût d'achat à
savoir le service logistique notamment le service de transport dont le coût est supporté par le
distributeur11. Le deuxième avantage consiste à donner la latitude au distributeur de pouvoir
diminuer son prix de vente pour demeurer compétitif sans pour autant être sanctionné de
vendre à perte12. En effet, la marge logistique dégagée de la différence entre l'économie
réalisée sur le prix d'achat et le coût logistique résultant de la centralisation des achats sera
utilisée en partie ou totalement pour réduire le prix de vente au consommateur. En troisième
lieu, le distributeur dispose de possibilité de négociation sur les tarifs de vente dans le cadre
des conditions générales de vente avec ses fournisseurs13. En France, la circulaire Dutreuil
prévoit des réductions à accorder par le fournisseur "en contrepartie de services rendus par
l'acheteur et qui ne sont détachables de l'opération d'achat-vente, comme par exemple les
services logistiques fournis à l'occasion de la livraison des produits. Ainsi, la rémunération
non prévue dans les conditions générales de vente du fabricant, d'un service de stockage rendu
par un distributeur tout au long de l'année, alors même que les ventes de produits au

9
Franco de port (Carriage paid) désigne une commande pour laquelle l'acheteur ne paie pas de frais logistiques
supplémentaires (transport, délai, fréquence, etc.). Le fournisseur estime que la commande de son client a
atteint un objectif intéressant et dont les frais de port peuvent être absorbés par la marge dégagée.
10
Voir paragraphe, (.-2-6: Formes d'intégration de la fonction logistique de distribution, page….).
11
En payant le prix d'achat au fournisseur, le distributeur paie en fait deux composantes: le produit physique
en tant que tel (sucre, lessive, etc.) et le service approvisionnement ou service logistique (transport, délai,
fréquence, manutention, gardiennage, entretien, etc.)
12
L'article 7 de la loi n° 06-99 sur la liberté des prix et de la concurrence considère comme abus le fait de
pratiquer des prix de vente aux consommateurs abusivement bas par rapport aux coûts de production, de
transformation et de commercialisation, dès lors que ces offres ou pratiques ont pour objet ou peuvent avoir
pour effet d'éliminer un marché, ou d'empêcher d'accéder à un marché, une entreprise ou l'un de ses produits.
En France, la loi Galland fixe un seuil de revente à perte déterminé sur la base du prix unitaire du produit
mentionné sur la facture majoré des taxes et du prix de transport. Les distributeurs ont donc tout intérêt à
assurer eux-mêmes le transport pour faire baisser ce seuil.
13
En vertu de l'Article 52 de la loi 06-99, tout producteur, prestataire de services, importateur ou grossiste est
tenu de communiquer à tout acheteur de produit ou demandeur de prestation de service pour une activité
professionnelle qui en fait la demande, son barème de prix et ses conditions de vente. Celles-ci comprennent
les conditions de règlement ou les garanties de paiement et, le cas échéant, les réductions accordées quelle
que soit leur date de règlement.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 10


Logistique de distribution.

consommateur présentent un caractère saisonnier, se fera par une réduction de prix et


constitue une condition particulière de vente".

Par conséquent, le distributeur peut utiliser les services logistiques comme moyen de
baisser le prix d'achat de ses marchandises et obtenir des ristournes auprès du fournisseur qui
sont la contrepartie de la livraison massive sur un nombre de points limités. A cela s'ajoutent
aussi des remises qui correspondent au transfert vers le distributeur d'un certain nombre de
fonctions supportées avant par le fournisseur telles le stockage, la préparation de commande
terminale pour les magasins.

Il parait donc que la gestion centralisée du stockage par l'intermédiaire des entrepôts et des
plates-formes de distribution permet constitue un levier stratégique d'achat important lui
permettant d'avoir la possibilité de renégocier les conditions d'achat en se focalisant sur le
service logistique qu'il achète à son fournisseur, d'élargir la gamme des fournisseurs tout en
intensifiant la concurrence entre eux et d'accélérer l'introduction de nouveaux produits14.

1-4-1-2: Le contrôle de l'information.

Le contrôle concerne aussi le flux d'information.Des enseignes telles que Carrefour-


Promodès mettent en connexion électronique les caisses enregistreuses de leurs
Hypermarchés avec les centres serveurs centraux. Les lecteurs optiques scannent les codes à
barres et transmettent instantanément les informations sur les produits correspondant aux
serveurs centraux. Ceci permet la connaissance des ventes réalisées quotidiennement dans
chaque magasin en volume, en chiffres d'affaires et par type de produit. Ces informations
offrent au distributeur de multiples avantages:

- Elles donnent au distributeur un avantage comparatif sur le fournisseur qu'il utilise au


moment de la négociation pour lui monnayer la rétrocession de l'information la plus fine sur
les ventes de leurs produits en linéaire dont il devient le maître (Ventes par produit et par
linéaire) ou la mettre à la disposition de leurs partenaires15. En effet, la maîtrise de l'outil
logistique par le distributeur limite la visibilité du fournisseur sur le marché confiné désormais
à livrer un seul entrepôt au lieu de "N" magasins auparavant. Par conséquent, il ne connait pas
la consommation réelle par magasin.

14
P.P DORNIER, M. FENDER, "La logistique globale", Editions d'Organisation, 2001, page 210.
15
P.P DORNIER, M. FENDER, "La logistique globale", Editions d'Organisation, 2001,page 207.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 11


Logistique de distribution.

- Elles facilitent aussi la mise en place des systèmes de "recomplètement" automatiques grâce
à la Gestion partagées des Approvisionnement16.

- Ces informations consistent, enfin, à mettre au point des promotions ciblées au sein du
magasin, en choisissant la période convenable voire même en procédant à des promotions
virtuelles17.

1-4-1-3: L'intégration de la fonction logistique: arme concurrentielle du distributeur.

Les entrepôts et les plates-formes de distribution constituent un levier important dans les
stratégies d'achat des enseignes de grande distribution dans la mesure où ils favorisent la
réduction du niveau du stock et la réduction des coûts logistiques. (Une étude Eurostaf de
Décembre 2002 a montré qu'une réduction des stocks de 2% à 3% se traduit chez le
distributeur par 0,5% à 1% de marge supplémentaire. Autre exemple, d'après LSA (N°1871,
Septembre 2004), un (1) jour de stock au niveau mondial coûte 150 millions d'Euros à
Carrefour.).

1-4-1-4: L'intégration de la fonction logistique: Moyen de réduction du niveau du stock.

La centralisation des stocks permet la réduction du niveau de ces derniers. En effet, elle
favorise la réduction du niveau global des stocks de sécurité détenus par les différents
magasins car il est rare que tous les magasins soient confrontés à une augmentation subite et
simultanée de la demande. De même, la centralisation des stocks au niveau de l'entrepôt ou de
la plate-forme réduit la taille des réserves dans les magasins, ce qui permet d'augmenter la
surface commerciale et, partant, d'optimiser chaque mètre carré dégagé en l'intégrant dans le
linéaire sans recours à l'extension physique synonyme de coûts supplémentaires
d'investissement. (Surtout que le mètre carré d'un magasin situé en centre-ville coûte cher par
rapport au même mètre carré d'une plate-forme située en rase campagne faiblement urbanisée,
cas de la plate-forme de Label'vie de Skhirat).

1-4-1-5: L'intégration de la fonction logistique: levier de massification des flux.

16
La gestion des stocks par le fournisseur ou gestion partagée des approvisionnements (Vendor- Managed
Inventory) consiste à piloter les niveaux de stock par les consommations. Le fournisseur suit le niveau des
stocks chez le client et assure son réassortiment continu.
17
Un lot virtuel est une offre promotionnelle qui conditionne l'obtention d'une gratuité ou d'une réduction à
l'achat simultané d'un nombre déterminé d'unités de produits présentés séparément.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 12


Logistique de distribution.

La plate-forme de distribution permet de concentrer des volumes importants de marchandises


provenant de plusieurs origines. Il s'agit de réduire le nombre de trafics sur les principaux
itinéraires par le regroupement de plusieurs marchandises de manière à maximiser leur
productivité par rapport aux livraisons séparées. Elle peut concerner une seule et même
entreprise, ou bien contribuer à une mutualisation des coûts par la mutualisation du transport
de marchandises provenant de fournisseurs différents18.

La concentration des flux vise à minimiser les coûts d'achat et les coûts inhérents aux services
logistiques. En effet, le distributeur, en massifiant les flux, peut bénéficier de remises
quantitatives intéressantes octroyées par le fournisseur. Cette remise peut être utilisée par le
distributeur comme arme concurrentielle car elle lui permet de réduire le prix de vente tout en
préservant sa marge bénéficiaire. Par ailleurs, la massification des flux génère au distributeur
des économies intéressantes dans différentes opérations du processus d'administration des
ventes, de transport et de préparation des commandes. Ces économies sont générées de la
diminution du nombre de commandes passées désormais centralisées sur un entrepôt ou une
plate-forme au lieu de "N" magasins.Les coûts de transport baissent aussi car la livraison par
grande quantités permettent l'optimisation de la capacité des camions et, partant, réduisent les
charges d'exploitation.

1-4-1-6: L'intégration de la fonction logistique: levier de gestion plus efficace dans le


magasin.

Le passage des marchandises par l'entrepôt offre deux avantages principaux au distributeur.
D'abord, il permet au magasin de se focaliser sur son cœur de métier à savoir la vente. Ainsi,
les quais de réception du magasinsont désengorgés pour seconsacrer aux marchandises
urgentes comme les produits frais et ultra-frais.De même, on ne trouve plus une multitude de
camions attendant leur tour devant les quais des magasins durant plusieurs heures pour
décharger quelques palettes. Avec le passage par entrepôt, les livraisons se font sur rendez-
vous à des heures précises et par camions complets provenant des entrepôts19. Par
conséquent, les quais du magasin, le matériel de manutention et le personnel sont utilisés avec
efficacité et efficience. C'est ainsi que les employés des différents rayons peuvent venir
directement chercher aux quais leurs marchandises, ce qui allège les réserves de quantités

18
http://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire/Massification-242292.htm#9qfPwQI4mtogI3hS.97,
19/08/2018 à 12h42.
19
On l'appelle "camion panaché", c'est-à-dire, un chargement associant dans un même véhicule des produits
de diverses familles.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 13


Logistique de distribution.

relativement importantes de marchandises. De même, certaines opérations logistiques de


manutention entre quai et réserve de contrôle de conformité des marchandises aux
prescriptions du cahiers des charges, les mises en place de protections antivols ou des codes à
barres sur les produits, les opérations de réapprovisionnement ou de facturation, le rangement
des produits dans les réserves, la procédure de renvoi des produits non conformes au
fournisseur sont devenues inutiles au sein du magasin car désormais effectuées au niveau de
l'entrepôt. Enfin, la mise en rayon des produits dans le magasin est facilitée par certaines
opérations logistiquesqui se font désormais au sein de l'entrepôt au lieu du magasin comme la
préparation des palettes ou des Rolls par univers leur permettant de s'insérer directement dans
le linéaire20.Ensuite, le passage par la plate-forme permet de limiter les coûts logistiques en
magasin qui peuvent atteindre 50% du coût logistique global par produit21.

Outre l'objectif de réduction des coûts logistiques, la stratégie d'appropriation du canal


logistique par le distributeur est guidée par la volonté de mieux maîtriser les assortiments dans
les différents magasins.

1-4-2 Le contrôle des assortiments dans les points de vente.

L'intégration de l'outil logistique par le distributeur lui permet de composer son assortiment
d'une manière différenciée par rapport à ceux des concurrents. Cette différenciation est
obtenue grâce à l'accès aux références des petits fournisseurs, à l'homogénéisation des
assortiments, à l'amélioration de la qualité du service logistique de distribution, à la fiabilité
du contrôle de la qualité des marchandises et à la facilitation du retour rapide aux
fournisseurs des produits peu demandés.

Ainsi, la disposition d'entrepôt ou de plate-forme encourage le distributeur à accéder


aux références des petits fournisseurs qui n'ont pas la capacité logistique suffisante pour livrer
directement les magasins. L'élargissement du portefeuille des fournisseurs est de nature à
créer la concurrence entre les fournisseurs et à différencier l'offre en produits.

De même, la disposition d'entrepôts permet d'homogénéiser les assortiments. En effet,


le passage des produits par l'entrepôt ou par la plate-forme de distribution facilite la mise en
place de politiques communes en matière de développement de Marque de distributeur et de

20
Cette logique s'appelle le' store sequencing" qui consiste à mettresur la palette, dans l'entrepôt déjà, la
première couche de produits de façon à correspondre au premier mètre du rayon, la deuxième couche
correspondant au deuxième mètre et ainsi de suite.
21
Source: étude LSA sur le "défi des 100 derniers mètres", 2 Mars 2006, pages 58 et 59.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 14


Logistique de distribution.

Trade-marketing englobant tous les magasins de la même enseigne22. Cette homogénéisation


favorise la massification des flux et permet d'unifier la publicité à tous les magasins à l'aide de
catalogues régionaux ou nationaux communs ce qui diminue les frais de publicité.

Par ailleurs, le passage par l'entrepôt améliore significativement la qualité du service


logistique de distribution. Ainsi, on approvisionne par des quantités importantes. La
fréquence d'approvisionnement devient plus forte. Par conséquent, les dates de péremption
des produits sont plus longues. Enfin, on supprime le problème d'allocation des quantités
entre les divers stocks.

Le passage par entrepôt ou par plate-forme rend également plus fiable le contrôle de la
qualité des marchandises reçues des fournisseurs. Ainsi, le distributeur peut instaurer
l'agréage des livraisons par un qualiticien qui veille au contrôle de la conformité des
marchandises aux prescriptions du cahier des charges. Ceci limite les diverses appréciations
subjectives des chefs de rayons lors de la réception des marchandises dans les magasins car ils
n'ont ni le temps ni les compétences techniques pour le faire.

Enfin, le passage par entrepôt ou par plate-forme facilite le retour rapide aux
fournisseurs des produits peu demandés étant donné qu'il concentre ce type de produits. Ceci
est de nature à dynamiser les ventes tout en assurant une plus grande "fraîcheur" dans les
linéaires. Les produits concernés par cette logistique inversée sont ceux ayant une forte valeur
ajoutée mais qui se démodent rapidement comme les CD ou les produits multimédia (jeux
vidéo, logiciels, DVD23.

1-4-3: Formes d'intégration de la fonction logistique de distribution.

Le souci d'une meilleure composition des assortiments24 pousse le distributeur à développer sa


logistique. Ce développement peut revêtir deux formes; soit une intégration totale de la
fonction logistique se traduisant par un investissement lourd en flotte de véhicules, en
entrepôts, en engins de manutentions, etc.25; soit une sous-traitance d'une partie de la
logistique de distribution à des prestataires spécialisés tout en maintenant leurs prérogatives

22
Coopération nouée entre fournisseur et distributeur pour entreprendre des actions marketing communes
afin de mieux répondre aux attentes du consommateur. Le Trade marketing porte aussi sur l’optimisation de la
supply chain pour la rendre plus efficace et éventuellement moins coûteuse aussi bien pour le fabricant que
pour le distributeur afin de réduire les ruptures.
23
Exemple chez Casino, 30% environ des produits livrés mensuellement en magasin sont renvoyés aux
fournisseurs (Gérard Cliquet, A. Fady et G. Basset, "Management de la distribution, page 299.)
24
Voir Supra paragraphe: .-2-2 "Le contrôle des assortiments dans les points de vente", page 13.
25
L'enseigne Casino en France a créé des filiales pour prendre en charge la fonction logistique.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 15


Logistique de distribution.

de contrôle sur eux grâce à une équipe réduite de logisticiens internes et un système
informatique développé26. Si le distributeur décide de sous-traiter, il doit opter pour l'une ou
les opérations logistiques suivantes:

- les opérations physiques qui permettent de mettre les produits à la disposition du client. Il
s'agit des mouvements de transport usine- entrepôt et entrepôt-magasin, de manutention et de
stockage à l'intérieur des entrepôts et des plates-formes (déchargement, mise en stock, retrait,
etc.) ainsi que les mouvements de préparation comme le contrôle avant la mise en stock, la
préparation de la commande et de l'emballage.

- les opérations administratives qui permettent de réaliser matériellement les opérations de


mouvements physiques. Elles regroupent le traitement administratif des commandes des
clients et des fournisseurs, la tenue des stocks et le suivi des actions entreprises (tableau de
bord, etc.).

- les opérations de planificationqui comprennent la prévision de la demande des produits


finis, la programmation des approvisionnements, l'ordonnancement des transports de
livraison, etc.

D'habitude, ce sont les opérations de mouvements physiques et les opérations


administratives qui sont les plus couramment sous-traitées contrairement aux opérations de
planification qui sont le plus souvent prise en charge par le distributeur lui-même pour exercer
son contrôle sur tout le processus logistique27.

Néanmoins, la volonté des firmes de distribution de se concentrer sur leur métier de


base à savoir la vente au détail, de consacrer les ressources financières à développer d'autres
formules de vente au lieu de l'acquisition des moyens logistiques, de chercher à obtenir des
coûts réduits offerts par un prestataire logistique spécialisé qui bénéficie des économies
d'échelles et leur souci de transformer les charges fixes liées à sa prise en charge des moyens
logistiques en charges variables les ont conduits à abandonner progressivement l'intégration
de la fonction logistique au profit de sa sous-traitance.

26
Gérard Cliquet, A. Fady et G. Basset, "Management de la distribution, page 299.
27
Toutefois, le distributeur a tendance à sous-traiter les opérations de planification avec l'apparition des 4PL
(fourth party logistics) par opposition aux 3PL constitués du client-transporteur-fournisseur dont la prestation
se limite à prendre en charge les flux physiques uniquement. Par contre, le 4PL n'est pas un prestataire
d'exécution mais un prestataire de pilotage de la Supply Chain dans son ensemble comprenant le choix des
prestataires qui accompagnent le client tout au long du processus logistique, la coordination de l'ensemble des
intervenants dans ce processus et la mise en place des systèmes d'information.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 16


Logistique de distribution.

1-5La variable logistique dans les relations entre distributeur et fournisseur.

Lorsque le distributeur décide de référencer un produit, il prend en considération la variable


logistique.

Certes, pour référencer un fournisseur, le distributeur tient compte d'une part, de la réputation
de ce dernier, de sa taille, de son ancienneté, de son budget publicitaire global, de l'intensité et
de la durée des relation qui les lient ensemble, et d'autre part de la qualité du produit, de son
caractère innovant, de son prix de vente au consommateur, de son positionnement vis-à-vis de
la concurrence, de la notoriété et de l'image de la marque choisie et des conditions financières
proposées par le fournisseur.

Néanmoins, l'acheteurprend aussi en considération le problème de la gestion des flux de


marchandises en négociant la normalisation des unités de charge (palettes, camions, etc.), des
unités de conditionnement (cartons, suremballage, etc.) et la gestion des flux des informations
connexes surtout les données informatisées (fiches produits et commandes par EDI) 28.Il
négocie également les conditions organisationnelles, c'est-à-dire le niveau de service client sur
la base de l'optimisation des divers circuits logistiques (livraisons directes ou via entrepôts) et
selon la rotation des produits, la fréquence des commandes, etc.29.

1-5-1Les formes de coopérations entre le distributeur et le fournisseur.

L'introduction des initiatives ECR liant le fournisseur au distributeur a amélioré


significativement la coopération logistique entre ces deux protagonistes30.Cette coopération
concerne les domaines suivants:

28
Echanges de données informatisées,EDI: technologique permettant la transmission des documents
commerciaux habituels (facture, commande, avis de règlement) dans un format standard d’un ordinateur à un
autre à travers des lignes téléphoniques sans recourir à la télécopie (fax) ou au courrier postal. Pratiquement,
un achat en ligne via EDI se déroule comme suit: l’acheteur parcoure le catalogue électronique, clique sur les
éléments qu’il désire acheter. L’ordinateur du fournisseur reçoit la commande, vérifie la solvabilité du client et
la disponibilité des articles commandés. Les services stock et distribution reçoivent une notification en ligne et
préparent l’expédition. Enfin, le service comptable facture l’acheteur en ligne. L’EDI permet d’éviter les coûts
inhérents à l’ouverture du courrier, à son acheminement vers le service concerné, aux vérifications nécessaires
et aux nouvelles saisies des informations dans un système informatique différent , réduit le risque d’erreur de
saisie, raccourcit le délai et peut réduire le niveau des stocks.
29
Gérard Cliquet, A. Fady et G. Basset, op. cit. page304.
30
« Efficient consumer response, ECR »: Ensemble d’initiatives conjointes industrie-commerce reposant sur
l'utilisation du scanning et sur le développement d'un E.D.I. performant de manière à réduire les délais de
réaction du producteur par la réduction des volumes et des délais de stockage et permettant également
d'améliorer la planification et le ciblage des opérations promotionnelles qui seront alors plus ciblées grâce à
une meilleure identification électronique, précise et instantanée du consommateur, lors de l'achat en GMS ou à
distance.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 17


Logistique de distribution.

- l'approvisionnement des points de ventes grâce à la gestion partagée des


approvisionnements31;

- la préparation de la commande avec le crossdocking;

- l'élaboration des prévisions de vente le "collaborative planning forcasting and replenishment,


CPFR"32.

1-5-1-1 Gestion partagée des approvisionnements.

Nous avons dans les développements précédents comment certaines enseignes contrôlent les
informations en mettant en connexion électronique les caisses enregistreuses de leurs
Hypermarchés avec les centres serveurs centraux33.Grâce à ces informations, le fournisseur
reçoit les informations sur les sorties de ses entrepôtset les sorties des caisses du distributeur.
Il connait en temps réel les ventes de ses produits en magasins et les mouvements de stocks de
ses produits vers les magasins du distributeur. Du coup, il peut alors prendre en charge les
approvisionnements du distributeur en définissant les quantités à commander.

La gestion partagée des approvisionnements fait partie du "juste-à-temps" qui consiste à gérer
le flux d'approvisionnement par la demande des consommateurs au lieu de les pousser depuis
les usines.

Dans la grande distribution, la GPA est utilisée dans les produits d'épicerie, du bazar, de
l'électroménager, de l'outillage.

La GPA offre des avantages aussi bien pour le fournisseur que pour le distributeur. Ainsi, le
fournisseur connaît mieux les besoins du distributeur car il maîtrise les consommations dans
ses magasins. Par conséquent, il peut anticiper de quelques jours les pics de consommation. Il
peut aussi mieux établir ses prévisions ce qui lui permet d'optimiser sa production, sa
logistique (planification des livraisons, des tournées) et améliorer son taux de service (la
bonne livraison au bon endroit, à l'heure convenue). Le distributeur profite aussi de la GPA
pour obtenir une baisse conséquente de ses stocks en raison du passage en flux tendus. Le
31
Il s'agit de Gestion partagée des approvisionnements ou la gestion des stocks par le fournisseur « vendor –
managed inventory ». Le fournisseur suit le niveau des stocks chez le client et assure son réassortiment
continu.
32
Il s'agit de la Gestion collaborative de la planification, de la prévision et des réapprovisionnements
33
Cf. sous-paragraphe1-4-1-2: Le contrôle de l'information.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 18


Logistique de distribution.

service client est amélioré (ruptures en linéaires moins nombreuses, la durée de vie des
produits qui ne sont plus stockés devient plus longue34). De même, la GPA permet de libérer
des espaces dans l'entrepôt ce qui permet d'augmenter le nombre de références qui y sont
gérées.

La GPA peut prendre plusieurs formes adaptatives telles que:

- la "Vendor Managed Inventory" formule qui va au-delà du GPA en ce sens qu'elle permet au
fournisseur de localiser le stock chez le client tout en restant à sa charge. Autrement dit, le
client ne paie que les achats prélevés dans le stock. Il s'ensuit que le fournisseur décide des
approvisionnements à opérer chez le client.

- la gestion mutualisée des approvisionnements par laquelle plusieurs fournisseurs ou


prestataires envisagent de grouper leurs livraisons à leurs clients. Cette technique permet de
massifier en amont les flux de plusieurs fournisseurs, de combiner une réduction des stocks
avec une augmentation des fréquences de livraison et une baisse des coûts de
distribution.Cette formule GPA présente l'avantage d'être accessible aux fournisseurs qui ne
peuvent remplir individuellement un camion à chaque livraison.

- une autre variante du GPA est utilisée par les fournisseurs qui ne peuvent investir dans les
EDI. Il s'agit de la GPA "allégée" par laquelle le client annonce quotidiennement sur son site
Intranet le niveau de ses stocks dans ses entrepôts. Les fournisseurs intéressés consultent le
site et soumettent leurs propositions de réapprovisionnement de l'entrepôt concerné par ses
produits.

Néanmoins, l'approche GPA est intéressante surtout pour les articles dits de "Fond de rayon"
; c'est-à-dire ceux où la demande est relativement stable. En revanche, les produits
saisonniers et les produits en promotion, cette formule est inadaptée et elle est remplacée par
le CPFR (Collaborative Planning Forcasting and replenishment).

1-5-1-2 La Gestion collaborative de la planification, de la prévision et des


réapprovisionnements (CPFR).

Développé par Wal-Mart aux USA, le CPFR permet d'aligner l'offre sur la demande surtout
pour les Produits PGC. A cet effet, les fournisseurs et les distributeurs partagent leurs
informations concernant les sorties de caisse, les données du stock, les périodes de

34
En effet, les consommateurs préfèrent les produits dont la DLC est plus longue.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 19


Logistique de distribution.

promotions, les heures d'ouverture et de fermeture des magasins, l'introduction de nouveaux


produits, la capacité disponible au niveau de l'usine, etc. Grâce à ces informations partagées,
les deux partenaires élaborent en commun des prévisions fiables sur les volumes d'achats, sur
l'introduction de nouveaux produits ou sur les promotions. Ainsi, les décisions de
réapprovisionnement ne se basent plus sur des historiques des données et des ajustements
aléatoires mais sur des prévisions de vente fiables résultant d'une collaboration étroite entre
distributeur et fournisseur.

Ainsi, le CPFR relie progressivement les magasins aux usines; ce qui permet d'augmenter le
volume d'affaires, de réaliser une plus efficacité des promotions, de réduire les stocks
notamment les excédents des produits promotionnels en fin de campagne.

1-5-1-3 Le Cross-docking

Le cross-docking est une technique logistique à préparer la commande de chaque magasin du


distributeur chez le fournisseur. Le distributeur se limite à rassembler sur sa plate-forme de
distribution les différentes palettes ou cartons destinés à chaque magasin pour effectuer le
chargement de ses camions.

Le cross-docking est très appliqué pour les produits frais sensibles aux risques d'avaries et aux
dates de péremption (DLC). En effet, le transfert se fait de quai à quai sans stockage
intermédiaire. Ceci permet d'éviter le stock et résout le problème de l'allotement35. Il permet
aussi de réduire les opérations de manipulation ce qui diminue le risque d'avarie ou d'erreur.

Toutefois, le cross-docking représente une charge supplémentaire pour le fournisseur qui doit
supporter la préparation fine des commandes des magasins. De même, il y a souvent des
palettes incomplètes en raison des besoins différents des magasins.

Pour réduire les surcoûts générés par les opérations de cross-docking, les industriels
mutualisent leurs moyens logistiques de deux manières à savoir le recours à des prestataires
logistiques ou la création de plateformes de consolidation industrielle.

A- Le prestataire logistique. Il s'agit d'entreprise logistique indépendante qui consolide sur ses
plateformes les flux de plusieurs petits fournisseurs. Ces derniers fournissent au prestataire
des palettes homogènes; chez le prestataire, ces palettes sont démontées puis refaites en
fonction des besoins des différents magasins. Elles peuvent être constituées d'articles de

35
L'allotement est l'opération de répartition des marchandises entre les différentes surfaces commerciales.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 20


Logistique de distribution.

plusieurs fournisseurs. Cette méthode présente l'avantage de bien remplir les palettes et
d'optimiser les transports.

B- Création d'une plateforme commune par les fournisseurs. Les fournisseurs mutualisent
leurs moyens en développant une plateforme commune. Par conséquent, la massification se
fait chez les fournisseurs au lieu d'être assurée dans une plateforme du distributeur. Ceci
permet de supprimer le stockage chez ce dernier.

Néanmoins, un bon pilotage de la fonction logistique de distribution conformément à


l'approche ECR nécessite des informations fiables pour prendre des décisions efficaces.

1-5-1-4 La gestion des flux d'information.

Le distributeur utilise les technologies de l'information et de la communication pour assurer la


fluidité de l'information avec ses fournisseurs car une information automatisée et rationalisée
appliquée aux flux de marchandises facilite la communication entre le distributeur et le
fournisseur. A cet effet, le distributeur utilise deux technologies complémentaires pour
automatiser l'identification et la transmission des flux d'information.

A- Gestion des flux physiques par des moyens d'identification automatique.

La chaîne logistique devient de plus en plus complexe eu égard d'une part à la diversité des
acteurs (producteurs, importateurs, entrepôts, plates-formes, transporteurs, distributeurs); et
aux ruptures de charges occasionnéesd'autre part. Ceci impose l'utilisation de techniques
d'identification automatique pour caractériser de manière très précise les flux physiques
(Produit, carton, palette, conteneur, moyen de transport). Ces techniques sont:

- le Code à barres. Il s'agit d'un langage commun codifié des produits, des colis et des palettes.
Cette codification est imposée par l'obligation de traçabilité36. On trouve le code à barres
EAN 13 spécifique aux unités vendues en magasin37. Il y a aussi le code à barres EAN 28
pour les unités logistiques utilisées en entrepôt. Les codes à barres permettent d'unifier les
pratiques des différents acteurs vers les mêmes exigences d'organisation, de contrôle et de
sécurité;

36
La traçabilité est la possibilité d'identifier l'origine et de reconstituer le parcours (d'un produit), de la
production à la distribution.
37
EAN: European Article Numbering (organisme international de codification). L'EAN (code à barres) identifie
des articles ou des unités logistiques de façon unique. Il peut être lu lors du passage aux caisses par un lecteur
de codes-barres. Le numéro EAN constitue la base de contrôle du flux des marchandises, du fabricant jusqu'au
consommateur final.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 21


Logistique de distribution.

- les étiquettes radiofréquence (étiquettes intelligentes). Il s'agit de puces électroniques qui


peuvent être lues sans contact physique ou visuel. A la différence du code à barres, on utilise
fréquences invisibles et des champs magnétiques. L'identification se fait donc sans lecteur
optique. Cette technologie permet d'identifier à distance des objets non visibles par exemple
des objets en vrac dans unecorbeille métallique, dans un container ou dans Roll-présentoir de
Feil. L'utilisation des étiquettes radiofréquences présente les avantages suivants:

- la puce n'est pas visible lors de la lecture de l'étiquette;

- l'étiquette résiste à la poussière, à l'humidité, etc.

- elle lit et identifie plusieurs codes en même temps;

- elle suit les produits de façon unique et assure une traçabilité plus fine.

-la lecture se fait par plusieurs supports tels les scanners, les imprimantes à codes, les
terminaux portables, les systèmes radiofréquences.

B- Gestion automatisée des transferts d'information: Utilisation de la Technologie EDI.

L'introduction de l'approche ECR impliquant les différents acteurs dans la gestion des flux
physiques engendre une augmentation des quantités d'informations échangées. Par
conséquent, il devient nécessaire d'utiliser un système d'information pour résoudre ce
problème. D'où l'utilisation de l’échange des données informatisées (EDI). L’EDI est une
technologique qui permet la transmission des documents commerciaux habituels et répétitifs
(facture, commande, avis de règlement) dans un format standard d’un ordinateur à un autre à
travers des lignes téléphoniques sans recourir à la télécopie (fax) ou au courrier postal38.

Le rôle de la technologie EDI est de créer des messages qui permettent la gestion de la
relation commerciale. Dans la grande distribution, ces messages sont:

- les messages qui permettent la réalisation de la transaction commerciale. Il s'agit de la fiche-


produit, la commande (Exemple: message EDI ORDERS Préco: précommande), les
catalogues-listes de prix, les factures;

38
Pratiquement, un achat en ligne via EDI se déroule comme suit: l’acheteur parcoure le catalogue électronique, clique sur
les éléments qu’il désire acheter. L’ordinateur du fournisseur reçoit la commande, vérifie la solvabilité du client et la
disponibilité des articles commandés. Les services stock et distribution reçoivent une notification en ligne et préparent
l’expédition. Enfin, le service comptable facture l’acheteur en ligne.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 22


Logistique de distribution.

- les messages de transport. Il s'agit de la réservation ferme, de la confirmation de réservation,


l'expédition (Exemples: Numéro d'expédition et de commande, SSCC et attachés "GTIN"39.

- les messages indiquant l'état des stocks (Exemple: message EDI INVRPT: INVentory
RePorT);

- les messages Banque-Entreprise. Ce sont l'ordre de paiement multiple, l'avis de paiement


(Exemple: message EDI INVOIC ou "Invoice"), etc.

En grande distribution, l'EDI offre de multiples avantages. Ainsi, il permet de


développer des formes de partenariat, d'optimiser les approvisionnements et de réduire les
coûts administratifs inhérents à l’ouverture du courrier, à son acheminement vers le service
concerné, aux vérifications nécessaires et aux nouvelles saisies des informations dans un
système informatique différent40. De même, l’EDI réduit le risque d’erreur de saisie,
raccourcit le délai et peut réduire le niveau des stocks.

Cette rationalisationdes transactions commerciales est rendue possible grâce à une double
intégration physique et informationnelle offerte par l'EDI comme le montre le schéma suivant
entre l'enseigne Carrefour et l'entrepôt:

EDI

CARREFOUR Entrepôt client

- Réception de la ORDERS
- Envoi de la
commande, commande,
préparation et
création d'un avis
d'expédition.

- Marquages des
- Réception du
unités logistiques par Avis d'expédition: DESADV
chargement,
les fournisseurs
pointage de chaque
(EAN128)
unité logistique
- Lecture optique des
- Rapprochement des
étiquettes EAN128:
unités logistiques
chargement Accusé de réception: RECADV
avec l'avis
d'expédition

39
Global Trade Item Number/ code identifiant toute unité commerciale de façon internationale et unique
comme le code EAN/UCC 13.
40
Ceci fait gagner à l’entreprise entre 5 et 125 euros par document ; ce qui est énorme compte tenu des
centaines de milliers de documents manipulés quotidiennement par les employés.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 23


Logistique de distribution.

Légende:

-ORDERS: Passer la commande du produit ou du service

-DESADV (DESpach ADVice): transmettre les informations sur la livraison de l'article

-RECADV (RECeving ADVice): accuser réception des marchandises.

Cours préparé par Pr. Abdelouahed MESSAOUDI 24

Vous aimerez peut-être aussi