Vous êtes sur la page 1sur 34

idées

MAGAZINE
ÊTRE NOIR ET POLICIER  Le secret médical à
AUX ÉTATS­UNIS l’épreuve du Covid-19

WEEK-END
UNIQUEMENT EN FRANCE MÉTROPOLITAINE,
EN BELGIQUE ET AU LUXEMBOURG

SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 - 76E ANNÉE - NO 23562 - 4,70 € - FRANCE MÉTROPOLITAINE - WWW.LEMONDE.FR - FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Le Covid­19 a fortement accentué les inégalités 
▶ L’enquête EpiCov, coor­ ▶ Si les personnes aisées ▶ Immigrés et pauvres ▶ Le gouvernement a placé ▶ En Allemagne,
donnée par l’Inserm, vient ont été les premières ont été les plus exposés en zone d’alerte maximale la hausse des cas de
de dresser le premier touchées au début de au virus en raison de de nouvelles métropoles : contaminations inquiète
portrait à grande échelle l’épidémie, la situation leurs conditions de travail Lille, Lyon, Grenoble les autorités sanitaires
de la population infectée s’est ensuite inversée et de logement et Saint­Etienne PAGE S 10 À 12 E T PAGE 32

Sophie
La réforme de l’ISF a dopé les 
LA FIN 
Pétronin
et son fils,
revenus des 0,1 % les plus riches
Sébastien

DU CALVAIRE  Chadaud­
Pétronin,
à Bamako,
c’est un rapport inflammable
qu’a livré jeudi France Stratégie. Il
constate que, à la suite d’une très
les 0,1 % de 2017 ». Et souligne que
cette forte hausse des dividendes,
« de plus en plus concentrée dans
POUR SOPHIE  le 8 octobre.
MICHÈLE CATTANI/AFP
forte augmentation des distribu­
tions de dividendes en 2018, « les
la population », est à mettre en re­
lation avec les réformes Macron
PÉTRONIN 0,1 % de Français les plus aisés ont
été un quart de fois plus riches que
de la fiscalité du patrimoine.
PAGE 19 ET ÉDITORIAL – PAGE 33

▶ Après quatre ans


de captivité au Mali,
aux mains des Veolia­Suez Sport
djihadistes, l’huma­
nitaire française Ces cinq jours  Le foot français
a été libérée, jeudi
8 octobre, en même
où l’Etat  menacé de krach
temps qu’un a perdu la face par Mediapro
Malien et deux
otages italiens Censé arbitrer le duel Le groupe espagnol,
PAGE 4 entre les géants français, qui diffuse la Ligue 1,
le gouvernement aura veut renégocier les droits
montré son impuissance qu’il verse aux clubs
PAGE 18 PAG E 23

Police Portrait Allain Bougrain­Dubourg,  Etats­Unis


Le succès inédit
Effroi après  un amour animal du vote par FESTIVAL DE LOCARNO
Une émouvante réflexion
sur la maternité.
l’agression anticipation MENTION SPÉCIALE DU JURY
PRIX ŒCUMÉNIQUE
LABEL EUROPA CINEMAS
LE FIGARO

d’Herblay PAGE 6 L’une des plus belles


découvertes de la rentrée.
MARIANNE
Deux membres de la po­ Biélorussie
lice judiciaire ont été griè­
Les campagnes,
MATERNAL
vement blessés dans des
circonstances encore mys­ socle du régime
térieuses, au cours de la Loukachenko
nuit de mercredi à jeudi, UN FILM DE MAURA DELPERO
PAGE 2
provoquant de vives réac­
tions du gouvernement
PAGE 13
Environnement
Nobel L’Anses passe
au crible
Louise Glück,  les alternatives
poétesse au glyphosate
PAGE 9
du mouvement
Le 2 octobre, à Paris. VALERIO VINCENZO POUR « LE MONDE »
L’Américaine, autrice de Danse
« L’Iris sauvage », jamais pionnier de la défense de l’envi­
ronnement, producteur d’émis­
inimitiés. A 73 ans, le président
de la Ligue pour la protection des
Les foules en
traduite en français,
a remporté le prix sions animalières, longtemps ci­ oiseaux jette un regard gogue­ mouvement de
ble préférée des chasseurs, Allain nard sur les tentatives de Macron
de littérature 2020 Bougrain­Dubourg a mené des pour séduire la ruralité.
Boris Charmatz ACTUELLEMENT AU CINÉMA
PAGE 27 combats qui lui ont valu coups et PAGE 24 PAGE 25
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 4,90 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 440 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 4,90 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

La Biélorussie des champs, socle du régime
Face au soulèvement, Alexandre Loukachenko cherche à conserver le soutien des habitants des campagnes

minsk ­ correspondance

U
n trajet qui serpente
entre les usines et les
champs, croise les
lieux de mémoire des
horreurs de l’occupation nazie, et
s’enfonce dans une épaisse forêt
de pins, de sapins et de bouleaux.
Il suffit d’une traversée d’une
heure et trente minutes depuis
Minsk, la capitale de Biélorussie,
pour atteindre le village de Bere­
zino, dans la voblast de Vitebsk,
une des six régions administrati­
ves du pays. Une bourgade de
200 habitants avec des maisons
basses, grises ou colorées, deux
magasins pour des produits de
première nécessité, une église or­
thodoxe et un petit hôpital. Un
lieu paisible et retiré, resté plutôt
fidèle à Alexandre Loukachenko,
que l’actualité agitée des derniè­
res semaines est quand même ve­
nue perturber.
« Nous n’avons pas eu de guerre
depuis des années, pourquoi est­ce
qu’il faudrait en créer une mainte­
nant ? », maugrée Nikolaï Akulka.
Ce retraité, ancien kolkhozien, as­
sure que de nombreux villageois
ont voté pour celui dont la réélec­
tion frauduleuse à la tête du pays,
le 9 août, a déclenché un mouve­
ment de contestation pacifique
inédit dans le pays. Lui­même par­
tisan du président, il déplore les
images de violence diffusées à la
télévision et s’inquiète : « La révo­
lution, les émeutes, tout ça, ça va
mener à un conflit où les gens vont
s’attaquer avec des armes. Nous Des villageois biélorusses manifestent pour soutenir le président Alexandre Loukachenko, à Minsk, le 16 août. VOLHA SHUKAILA/TUT.BY.
avons eu assez de la Grande Guerre
patriotique [deuxième guerre
mondiale], tout a été détruit. » ment une certaine souveraineté ciologie de l’université de Bor­ sation des soutiens d’Alexandre − son oncle − à avoir soutenu
alimentaire. Pour autant, la popu­ deaux et auteur du livre Le Goût Loukachenko. « Dès que quelqu’un
« Les gens Alexandre Loukachenko.
Service public de proximité lation rurale ne représente plus des tyrans : une ethnographie poli­ s’exprime contre les manifes­ ont peur. La télé « Dans les grandes et moyennes
Conserver sa popularité dans les que 22,4 % du pays, contre 31,9 % tique du quotidien en Biélorussie, tations, il va être rabaissé et désigné villes, on sent qu’il y a un mouve­
campagnes est un enjeu de taille en 1996, selon le comité national « la peur et la propagande contri­ [par les manifestants] comme
nous dit que ment. Mais dans les petits villages
pour Alexandre Loukachenko, qui des statistiques de Biélorussie. buent à soutenir le régime, mais “zombifié” par la télé, traité d’idiot, la Pologne comme le mien, tu ne peux pas
a fait de ces territoires le socle de L’importance du secteur de l’agri­ s’il n’y a pas un monde qui tient de vendu… » le sentir. Rien n’a changé depuis le
son régime depuis vingt­six ans. culture a elle­même évolué, pas­ derrière, ça ne suffit pas ». Pour cet
va occuper 9 août », déclare­t­il, souriant, en
Lorsqu’il arrive au pouvoir, en sant de 19 % du PIB dans les ancien enseignant au Centre fran­ Corruption rampante la Biélorussie » savourant une cigarette près
1994, l’homme, ancien chef de années 1990 à 8 %, aujourd’hui. co­biélorusse de sciences politi­ « Je ne pense pas qu’il ait eu 80 % d’une cabane de pêcheur, le long
NIKOLAÏ AKULKA
sovkhoze (une ferme d’Etat sovié­ Derrière les bâtiments gris d’un ques, le monde rural a un fort at­ aux élections, mais 60 %, oui, c’est de la Berezina. Le jeune homme,
agriculteur
tique), décide de renouer avec la kolkhoze laissé à l’abandon, Niko­ tachement à l’héritage soviétique possible », affirme Vasily Maz­ qui évoque la corruption ram­
tradition soviétique et de main­ laï Akulka fait visiter son jardin, et, de fait, à la Russie voisine. « Il y kewitch, fermier et partisan pante dans son entreprise, est
tenir un système de campagne col­ avec ses ruches et ses machines a vraiment cette idée que, grâce d’Alexandre Loukachenko. Plutôt convaincu que la révolution vien­
lectivisée. Ce modèle économique agricoles, témoins du siècle passé. aux ressources du système collecti­ méfiant lorsqu’on lui pose des tefois lieu dans le monde rural. dra des grandes villes.
s’accompagne d’un modèle social « Les gens ont peur, affirme le sep­ visé et aux ressources informelles, questions sur le régime, l’homme Alexandre, jeune ouvrier dans Fataliste, Nikolaï Akulka, par­
populaire, avec le développement tuagénaire, accoudé à la clôture. les gens qui travaillent peuvent se montre volubile lorsqu’il s’agit une entreprise publique de cons­ tisan de Loukachenko, estime
d’un important service public de La télévision nous dit que la Polo­ avoir une vie honnête, une vie mo­ de son exploitation. « Si les mani­ truction de bâtiment, se sou­ quant à lui qu’un changement de
proximité. Les campagnes sont ré­ gne va occuper la Biélorussie et que rale », explique le chercheur. festants sont malheureux, qu’ils vient de cette journée, fin août, président n’améliorera pas la si­
gulièrement sillonnées par le pré­ l’OTAN va s’installer aux frontiè­ « Personne n’entend ceux qui ne viennent remplir les champs et où il a rejoint 500 manifestants tuation. « Le problème, c’est que
sident, qui veille aux nominations res », affirme­t­il, l’air désolé, avant veulent pas de la chute du régime, travailler », dit­il. de la ville voisine, Dokshytsy, nous n’avons pas d’argent, déplo­
dans les kolkhozes et participe aux de répéter la propagande du pré­ et pourtant, ils sont partout », Si les manifestations des oppo­ 7 000 habitants, afin de réclamer re­t­il. Nous n’avons pas de gaz, de
récoltes de fin d’année. sident : « Les manifestants sont affirme Anna Colin Lebedev, spé­ sants se déroulent principale­ de nouvelles élections. Partisan pétrole, et quand il y a des tensions
Résultat, moins de 10 % des payés par des pays étrangers. » cialiste des espaces post­soviéti­ ment dans la capitale et les gran­ de la candidate de l’opposition, avec la Russie, elle refuse de payer
produits agricoles sont importés Selon Ronan Hervouet, maître ques. La chercheuse en sciences des villes, quelques rassemble­ Svetlana Tsikhanovskaïa, il dit ne nos produits laitiers. » 
dans le pays, qui atteint rapide­ de conférences à la faculté de so­ politiques observe une stigmati­ ments contre le régime ont tou­ connaître qu’une seule personne thomas d’istria

« Les traitements dégradants en détention sont d’ordre systémique »


Selon Anaïs Marin, rapporteuse spéciale de l’ONU sur les droits de l’homme, « les violences lors des arrestations se sont intensifiées »

ENTRETIEN changé depuis l’époque soviéti­


que. Les victimes n’ont aucun re­
arrêtées pour avoir participé à des
manifestations non autorisées.
avocat. La peine de détention
administrative pour avoir parti­
dernièrement avec les avocats de
l’opposante Maria Kolesnikova,
Méconnaissait­elle la nature
de ce régime ?
varsovie ­ envoyée spéciale
cours possible. La loi ne les protège cipé à des manifestations non Ilya Salei et Maxime Znak. La grande majorité des Biélorus­

A naïs Marin est la rappor­


teuse spéciale des Na­
tions unies sur les droits
de l’homme en Biélorussie.
pas, et il est difficile de porter
plainte, car cela nécessite de se
tourner vers la police ou la justice,
deux institutions qui protègent
les auteurs de tortures.
Les prisons ne sont­elles
pas saturées ?
Les manifestants sont retenus
quelques heures ou quelques jours
jusqu’à leur procès. Je suis préoc­
autorisées est en général de
quinze jours, mais c’est cumulatif.
Il arrive donc que certains sortent
de prison mais y retournent aussi­
tôt, comme ce fut le cas pour le
Combien de manifestants
ont­ils été tués ?
Il y aurait eu entre trois et sept
morts. Le premier est mort la
ses ne s’intéressait pas à la poli­
tique jusqu’à cette année. Tant
qu’on n’est pas un opposant, on
peut vivre avec la sensation que
l’ordre et la sécurité règnent en
Les tortures en détention cupée par le fait qu’ils sont délibé­ blogueur Sergueï Tsikhanovski. deuxième nuit après l’élection. Biélorussie. Mais les choses ont
semblent moins courantes Le mode de répression des rément exposés au Covid. Ces pra­ Le sort de ceux qui sont jugés Les autorités disent qu’il a sauté changé le 12 août, trois jours après
qu’après la réélection fraudu­ manifestations a­t­il évolué ? tiques répressives sont dans les pour des infractions au code pénal sur un engin explosif qu’il s’apprê­ le scrutin, quand Internet a été
leuse d’Alexandre Louka­ De nouveaux outils de répres­ gènes de ce régime. Dès les années est en général couru d’avance. tait à faire détoner contre les poli­ rétabli pendant quelques heures.
chenko, le 9 août. Qu’en est­il ? sion sont utilisés, comme les ca­ 1990, quand Loukachenko voulait C’est une justice expéditive, abso­ ciers antiémeute, mais c’est faux : Les gens qui ont été consulter
Les quelque 500 cas de tortures nons à eau et les munitions en punir un haut fonctionnaire dé­ lument pas transparente. On y des vidéos montrent cet homme en masse les réseaux sociaux et
qui nous ont été rapportés ont eu caoutchouc. D’habitude, c’est la loyal, il était fréquent qu’il soit juge à charge, la présomption d’in­ prendre une balle et tomber. Des la chaîne Telegram ont alors
lieu surtout au moment des inter­ matraque. Il y aurait également nommé à un poste dans la zone nocence est bafouée constam­ gens sont morts de leurs blessures pris conscience de l’ampleur des
pellations massives, les trois pre­ eu des tirs à balles réelles. Les vio­ contaminée de Tchernobyl. ment, et le juge est un exécutant aux urgences ou en détention, violences. Pour beaucoup, cette
miers jours après le scrutin. L’at­ lences lors des arrestations per­ des ordres du procureur. Les avo­ faute de soins, mais les autorités découverte fut comme un élec­
tention internationale, plus soute­ sistent, et se sont même intensi­ Comment les procès cats, qui défendent des opposants nient que les coups fatals aient été trochoc. Car même au regard de
nue, a permis de faire reculer ces fiées, par exemple à l’égard des se déroulent­ils ? politiques ou des activistes des portés par les forces de l’ordre. la loi biélorusse, ces violences
pratiques. Mais les traitements dé­ femmes, auparavant épargnées. Depuis plusieurs semaines, les droits de l’homme, sont On compte également sept dispa­ étaient injustifiées et dispropor­
gradants en détention sont d’or­ Elles manifestent tous les same­ procès se tiennent majoritaire­ systématiquement intimidés et ritions forcées, dont deux person­ tionnées. D’où le mot d’ordre
dre systémique en Biélorussie. dis, et cela se solde à chaque fois ment en ligne sous prétexte de peuvent perdre leur licence. La nes retrouvées mortes. principal des manifestants : « Ar­
Ils visent les opposants politiques par des centaines d’arrestations. Covid, sans que les détenus aient nouveauté, c’est qu’ils sont deve­ rêtez les violences. » 
et tous ceux qui critiquent le gou­ Depuis la présidentielle du 9 août, parfois l’autorisation de sortir de nus eux­mêmes la cible d’arresta­ Ces violences ont provoqué un propos recueillis par
vernement. La situation n’a guère plus de 11 000 personnes ont été leur cellule pour rencontrer leur tions abusives, comme on l’a vu choc au sein de la population. faustine vincent
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 international | 3

Le Haut­Karabakh, reflet et la puissance en treillis. Telle est


la Turquie aujourd’hui. En soute­
nant sur tous les plans l’offensive
S­400 achetés à la Russie – sont
une succession d’humiliations
pour l’Alliance. Ankara comprend
qu’avant, on le voit en Libye
comme dans le Caucase, et Moscou
se retrouve sur la même ligne que

du désordre mondial
de l’Azerbaïdjan, « elle confirme aussi que les Européens, pris au Paris concernant le Karabakh »,
son engagement dans l’entrepre­ piège du Brexit et de leurs propres note un diplomate français. « On
neuriat géopolitique et veut élever divisions, ont bien du mal à proje­ ressent un déjà­vu historique, sou­
son statut régional, disposer d’une ter leur puissance à l’extérieur. ligne Thomas de Waal, du centre
autre scène où elle peut négocier Reste la Russie, dont le Caucase Carnegie. Nous sommes de retour
L’entrée de la Turquie dans le conflit, au côté de un compromis avec Moscou, est le jardin rocailleux. Sa passi­ à la fin du XIXe siècle, début du XXe,
après la Syrie et la Libye », souli­ vité interroge, même si Vladimir dans le choc entre grandes puis­
l’Azerbaïdjan, illustre sa volonté de profiter du vide gne Laurence Broers. Poutine a convié vendredi à Mos­ sances russe et ottomane. » Le fu­
cou les chefs de la diplomatie de tur, réinterprétation du passé…
laissé par les Etats­Unis et des hésitations de la Russie Retour à la fin du XIXe siècle l’Arménie et de l’Azerbaïdjan. Elle Ce drame se déroule, encore
L’entrée en jeu de la Turquie est dispose d’une base militaire en une fois, dans le voisinage immé­
une nouvelle démonstration du Arménie, à Gumri, tout en ven­ diat de la Russie, où une très
nationalisme islamique militarisé dant des armes à l’Azerbaïdjan. grande agitation a lieu : septième
ANALYSE munistes avec les minorités ethni­
ques et religieuses. En 1988, en
membre. Comme à l’OTAN, elle
piétine ses engagements. La Rus­
promu par Recep Tayyip Erdogan,
le président turc. Il représente
L’Arménie se pensait protégée par
l’accord de défense signé avec
année de guerre dans le Donbass
ukrainien, deux mois de mani­

R
ègle numéro 1 d’un pleine perestroïka, le parlement sie en est une coprésidente. Elle a aussi une fuite en avant par rap­ Moscou. Le réveil est rude. La Rus­ festations pacifiques ininterrom­
conflit gelé : il ne l’est local a demandé son rattache­ contribué puissamment à la crise port à sa gestion de la crise sani­ sie prétend moins résoudre le pues en Biélorussie, et mainte­
pas vraiment. Règle nu­ ment à l’Arménie, ouvrant les hos­ du multilatéralisme en annexant taire et la situation politique inté­ conflit que se rendre indispensa­ nant, de nouveaux troubles poli­
méro 2 : le dégel se pro­ tilités avec Bakou. Au moment de la Crimée. Les Etats­Unis en sont rieure. Ankara a choisi un timing ble à tout processus politique. tiques au Kirghizistan, à la suite
duit de façon rapide et brutale, la chute de l’URSS, fin 1991, un ré­ un autre coprésident. Le Karabakh parfait pour soutenir l’opération Mais l’intrusion turque et l’opéra­ de fraudes électorales alléguées…
prenant au dépourvu ceux qui, férendum d’indépendance a été est depuis longtemps, à leurs de Bakou. Les élections américai­ tion de Bakou représentent un Dans cet espace, la Russie subit
par lassitude, avaient fini par s’en organisé. Le cessez­le­feu conclu yeux, un dossier annexe. Reste la nes ont lieu dans moins d’un défi. « La relation entre la Russie et les événements au moins autant
désintéresser. Le Haut­Karabakh en 1994 après trois ans d’une France, qui ne peut peser seule. mois, Washington est absorbé par la Turquie n’est plus aussi bonne qu’elle les provoque. Les dénon­
est un cas d’école, dispute territo­ guerre sanglante a scellé une dé­ L’Azerbaïdjan remet en cause son ce scrutin et par le Covid­19. Le re­ ciations paresseuses par Moscou
riale lancinante au sein de l’espace faite pour l’Azerbaïdjan, privé de rôle comme coprésident, en rai­ trait des Etats­Unis des crises du d’une main de l’étranger ne doi­
post­soviétique. Mais dans les 13 % de son territoire. son des propos d’Emmanuel monde, en particulier au Moyen­ vent pas cacher les mouvements
affrontements meurtriers actuels, Depuis, Bakou a la revanche aux Macron contre la Turquie et l’en­ Orient, a offert des ouvertures La Russie subit tectoniques propres à chaque si­
provoqués par l’offensive de lèvres, en revendiquant – aussi à voi de mercenaires syriens. inédites aux Etats carnivores. tuation. Turquie ou Russie, peu
l’Azerbaïdjan depuis le 27 septem­ juste titre – des liens historiques Le Haut­Karabakh est le dernier La Turquie sait que l’OTAN est
les événements importe. Tout Etat carnivore a
bre contre ce territoire peuplé ma­ profonds avec le Karabakh. Avec la théâtre d’une pièce dont les re­ paralysée sur un plan politique, au moins autant tendance à surestimer ses capaci­
joritairement d’Arméniens, il faut manne pétrolière, le pays a ren­ présentations se multiplient : incapable de résoudre ses contra­ tés. Sa toxicité peut, parfois, se re­
veiller à distinguer les formes forcé son armée, grâce à des équi­ l’avènement des Etats carnivores, dictions internes. Ses provo­
qu’elle les tourner contre lui. 
anciennes de cette crise, telles pements russes, turcs et israéliens, qui croient dans le fait accompli cations – comme sur les missiles provoque piotr smolar
qu’elles existent depuis des décen­ notamment les fameux drones
nies, des symptômes nouveaux. tueurs. La guerre de quatre jours
Le conflit du Haut­Karabakh est en 2016 a été une alerte sérieuse,
d’abord territorial. Il met aux confirmant les ambitions de re­
prises deux principes, celui du conquête de l’Azerbaïdjan. Mais
droit d’un peuple – les Arméniens en 2018, le mouvement démocra­
de l’enclave – à l’autodétermina­ tique en Arménie a porté au pou­
tion, et celui de l’intégrité territo­ voir Nikol Pachinian et provoqué
riale d’un Etat, l’Azerbaïdjan. Deux un changement générationnel.
récits se font aussi face et s’igno­
rent, irréconciliables. Il est ques­ Etats carnivores
tion de patriotisme, de victimes et L’ex­président, Serge Sarkissian,
de souffrances passées, d’enra­ natif du Karabakh, incarnait le re­
cinement culturel et cultuel. fus arménien de tout compromis.
L’intervention turque aux côtés Un espoir de règlement négocié
de Bakou pétrifie les Arméniens, émergea. Nikol Pachinian et Ilham
du pays ou de la diaspora. Le Aliev, le président de l’Azerbaïdjan,
souvenir du génocide de 1915 se mirent d’accord pour installer
s’enroule autour des branches de une ligne directe entre les deux
chaque famille, il est le trauma­ capitales. Mais les malentendus
tisme fondateur. Voilà pourquoi le sur l’ordre des avancées souhai­
premier ministre, Nikol Pachi­ tées ne furent pas levés. « Les deux
nian, a hâtivement parlé de « me­ parties ont suivi un plan B,
nace existentielle » au sujet de souligne Laurence Broers, expert
l’opération militaire en cours. du Caucase du Sud au centre
« Ces dernières années, la tempé­ Chatham House. L’intégration in­
rature des relations entre Armé­ formelle du Karabakh, côté armé­
niens et Turcs était normale, souli­ nien, et la montée en gamme mili­
gne Thomas de Waal, du centre taire du côté de Bakou. »
Carnegie. Même si la Turquie sou­ Le groupe de Minsk, composé de
tenait l’Azerbaïdjan politiquement, onze membres et coprésidé par la
les Arméniens voyageaient en Tur­ Russie, les Etats­Unis et la France,
quie, faisaient des affaires. Plu­ a essayé au fil des ans plusieurs
sieurs milliers vivent à Istanbul. Là, formules. Furent envisagés une
d’un coup, un siècle est effacé. Nous autonomie forte pour le Karabakh
voilà de retour en 1920, quand dans le cadre de l’Azerbaïdjan, puis
pour la dernière fois les soldats un échange de territoires, avant de
turcs étaient dans le Caucase. » De mettre sur la table des principes,
l’autre côté, la population en et non un statut final. Mais, pour
Azerbaïdjan vit dans le souvenir de nombreuses raisons, liées aux
des 500 000 personnes expulsées protagonistes comme au manque
des territoires entre l’Arménie et le de volonté décisive des média­
Haut­Karabakh, lorsqu’ils passè­ teurs – par exemple sur une force
rent sous contrôle d’Erevan, au d’interposition internationale –,
début des années 1990. ces tentatives échouèrent.
Les deux parties, pour diffé­ Le groupe de Minsk continue à
rentes raisons, considèrent le publier des communiqués d’appel
Haut­Karabakh « comme leur Jéru­ au cessez­le­feu. Jeudi, il organi­
salem », selon Thomas de Waal. sait des consultations à Genève.
Pour l’Arménie, c’est un berceau Mais il ressemble à un vestige de
historique, riche d’églises ancien­ l’ordre post­guerre froide, un ap­
nes, comme la cathédrale Ghazan­ pendice rouillé du système multi­
chetsots de Chouchi, bombardée latéral qui menace de se détacher,
ces derniers jours. La décision, sous les coups de semonce de l’un
prise à l’époque soviétique, de rat­ des protagonistes du conflit.
tacher ce territoire à l’Azerbaïdjan La question de la viabilité du
en 1921 illustre, aux yeux des Ar­ groupe de Minsk se pose, mais
méniens, les bidouillages funes­ aucune alternative crédible n’est
tes commis par les autorités com­ avancée. La Turquie en est un

GÉORGIE RUSSIE

Gumri
AZERBAÏDJAN
ARMÉNIE
Bakou
e

Erevan Stepanakert
enn
pi

TURQUIE AZ.
as

C
IRAN r
Me

Territoire contrôlé par les forces arméniennes,


vidé de la population azérie
Haut-Karabakh 100 km
Ligne de cessez-le-feu de 1994 Infographie Le Monde
0123
4 | international SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Intense débat en Sophie Pétronin libre après


Corée du Sud sur la quatre ans de captivité au Mali
libéralisation de l’IVG Les djihadistes ont aussi libéré l’homme politique Soumaïla Cissé
Le gouvernement doit modifier la loi,
à la demande de la Cour constitutionnelle
Sophie Pétronin
au palais
tokyo ­ correspondance
La Cour présidentiel,
à Bamako,

E n proposant un accès limité


à l’avortement, le gouver­
nement sud­coréen mé­
contente les partisans de la dépé­
nalisation de l’interruption volon­
constitutionnelle
a recommandé
d’autoriser l’IVG
le 8 octobre. AP

taire de grossesse (IVG) comme ses


au cours des
opposants. Selon un projet de loi 22 premières
présenté le 7 octobre, l’avortement
pourrait être accepté jusqu’à qua­
semaines
torze semaines de grossesse, voire
vingt­quatre semaines en cas de
viol ou si la grossesse pose des pro­ rée, mais aucun recours n’est pos­
blèmes de santé pour la mère ou sible en cas de complication. Les
présente des risques congénitaux femmes risquent un an de prison
graves pour le fœtus. ou une amende de 2 millions de
Le projet doit être examiné à l’As­ wons (1 470 euros). Les personnes
semblée dans les quarante jours et qui réalisent l’avortement encou­
entrer en vigueur en janvier 2021. rent deux années de détention.
L’initiative vise à se conformer En 2017, un obstétricien gynéco­
à une injonction d’avril 2019 de logue condamné pour avoir prati­
la Cour constitutionnelle, qui a qué 69 avortements et qui jugeait
demandé au gouvernement d’a­ l’interdiction de l’IVG contraire à la
mender la législation, très restric­ Constitution, a déposé une re­
tive, d’ici à la fin de l’année. quête auprès de la Cour constitu­
Le texte provoque un fort rejet tionnelle. Celle­ci lui a donné rai­
de la part des opposants à l’IVG, son, estimant injuste d’accorder
comme la conférence des évêques plus d’importance à la protection
de Corée, très mobilisée sur la du fœtus qu’aux droits des fem­
question et pour laquelle la vie hu­ mes. La loi actuelle « limite le droit
maine doit être protégée « dès le de la femme enceinte de choisir li­
moment de la conception », une brement, ce qui va à l’encontre du

P
position partagée par les puissan­ principe selon lequel les atteintes our les nouvelles autori­ La famille, de sang comme poli­ une source proche du dossier. Le source, « de tout petits poissons
tes Eglises protestantes évangéli­ aux droits de la personne doivent tés maliennes, nées il y a tique, de Soumaïla Cissé, elle, cas de M. Cissé aurait alors été as­ qui n’avaient pas été jugés », des
ques et presbytériennes. être limitées au minimum », a­t­elle peine deux mois d’un s’est longtemps interrogée sur la socié à celui de Sophie Pétronin cadres du djihad, affiliés à Al­
expliqué, exhortant le gouverne­ coup d’Etat en douceur, volonté de l’ancien pouvoir à Ba­ et concentré entre les mains de la Qaida, font partie des personnes
Texte « insuffisant » ment à modifier la législation c’est un succès d’affichage sans mako de faire libérer son pre­ sécurité d’Etat. « Selon mes infor­ libérées.
Les partisans de l’IVG, eux, trou­ existante. La Cour avait recom­ pareil. Sophie Pétronin, la der­ mier opposant, un homme de mations, 6 milliards de francs CFA Parmi eux, figurent notam­
vent le projet timoré. « Non seule­ mandé d’autoriser le droit à l’IVG nière otage française dans le 70 ans, nécessitant des injec­ [9,1 millions d’euros] ont été dé­ ment le Mauritanien Fawaz Ould
ment le texte ne reflète pas la vo­ au cours des vingt­deux premiè­ monde, Soumaïla Cissé, l’une des tions régulières d’insuline. Ja­ caissés après cela à Bamako », in­ Ahmed, alias « Ibrahim 10 », un
lonté des femmes, mais il porte at­ res semaines, car au­delà de cette principales personnalités politi­ mais, les groupes djihadistes dique un négociateur du désert. lieutenant de Mokhtar Belmokh­
teinte à leur droit de choisir », a re­ période, un fœtus peut théorique­ ques du pays, ainsi que deux Ita­ n’avaient eu entre leurs mains Moussa Diawara, l’ancien patron tar arrêté en 2016, impliqué dans
gretté Goh Gyeong­sim, directrice ment survivre seul. liens, Nicola Chiacchio et le père une personnalité d’une telle en­ de la sécurité d’Etat, s’est depuis les attentats contre le restaurant
de l’organisation Médecins pour En août, le conseil en matière Pier Luigi Maccalli, ont été libérés vergure nationale, potentiel chef évaporé dans la nature mais le La Terrasse à Bamako (6 morts) et
l’action humanitaire. « Il est ab­ d’égalité des genres, organe con­ jeudi 8 octobre. Les quatre otages de l’Etat après avoir trois fois service qu’il dirigeait, sous l’im­ l’Hôtel Byblos à Sévaré (22 morts)
surde de fixer une durée d’autorisa­ sultatif du ministère de la justice, étaient détenus par le Jamaat échoué au second tour de l’élec­ pulsion des nouvelles autorités, en 2015 ; un autre Mauritanien,
tion pour un avortement, étant avait conseillé une levée totale de Nosrat al­Islam wal­Mouslimin, tion présidentielle. a cependant conservé un rôle Abou Dardar, qui s’était rendu
donné les différences de condition l’interdiction de l’avortement afin le Groupe de soutien à l’islam et Sans qu’il soit encore possible de prépondérant dans la gestion de aux forces françaises en 2014 ; ou
physique des femmes », ajoute de garantir le droit des femmes à aux musulmans (GSIM), la princi­ faire le lien, la démission forcée ces libérations. Dans son com­ bien encore Mimi Ould Baba, ar­
Hong Yeon­ji, dirigeante de Korea décider elle­même ce qui a trait à pale alliance djihadiste au Sahel d’Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK ») muniqué, le gouvernement ma­ rêté en janvier 2017 au Mali et
Womenlink, l’une des principales la grossesse. L’organisme estimait liée à Al­Qaida. le 18 août, a coïncidé avec une accé­ lien rapporte que cet épilogue considéré comme le logisticien
organisations féministes du pays. une telle mesure préférable à la L’annonce de ces libérations est lération des évènements. A peine heureux a été obtenu « grâce aux des attentats de Ouagadougou au
Même le Parti démocrate au pou­ fixation d’un nombre de semai­ venue jeudi soir de Bamako, puis a trois jours après la prise du pou­ efforts conjugués des services de Burkina Faso en janvier 2016
voir trouve le texte « insuffisant » nes pour recourir à l’IVG. Malgré été rapidement confirmée par voir par un groupe de colonels, le renseignement, des forces armées (30 morts) puis de Grand­Bassam
et promet de le retravailler. l’appui de plus de la moitié des l’Elysée qui dit avoir « appris avec Comité international de la Croix­ et de sécurité, des partenaires du en Côte d’Ivoire (19 morts) en
Adoptée en 1953, l’interdiction Sud­Coréens, l’activisme des dé­ un immense soulagement » la libé­ Rouge a fait savoir qu’il avait remis Mali et de la cellule de crise. » mars de la même année.
de l’avortement a été légèrement tracteurs d’une trop large libérali­ ration de cette travailleuse huma­ des lettres de M. Cissé à sa famille. A la joie des familles de ceux qui
assouplie en 1973, avec l’introduc­ sation a convaincu le gouverne­ nitaire [Sophie Pétronin] et en « re­ Il s’agissait là de sa première « Il a fait monter les enchères » ont recouvré la liberté devrait en
tion de certaines exceptions, en ment de rester prudent. mercie tout particulièrement les preuve de vie officielle, même si, En revanche, il en est un que les écho répondre la frustration des
particulier pour les grossesses « La réalité qui voit les femmes en­ autorités maliennes ». Le président de bonne source, une vidéo de lui changements de pouvoir à Ba­ soldats ou des policiers qui ont
consécutives à un inceste, un viol, durer la violence et la stigmatisa­ français, Emmanuel Macron, a par était parvenue précédemment mako affectent peu, c’est Ahmada contribué à leurs arrestations et la
ou en cas de maladie génétique ou tion associées à l’avortement n’a ailleurs précisé sur Twitter qu’il ac­ aux services maliens, sans que Ag Bibi, l’intermédiaire de l’Etat colère de ceux qui ont perdu un
de danger pour la femme en­ pas changé. Le gouvernement et cueillerait Sophie Pétronin à son ceux­ci en informent ses proches. malien dans ces négociations fi­ proche dans ces attaques.
ceinte. Dans les faits, l’IVG est tolé­ l’Assemblée nationale doivent pro­ retour en France vendredi. Son rapt, jamais revendiqué, se nales avec Iyad Ag Ghali, l’émir du D’autant que toutes les sources
téger les femmes qui subissent un serait déroulé en trois temps : une GSIM. Cet homme, dont la vie proches du dossier confirment
avortement et ne pas les laisser « Refus de négocier » attaque violente par un groupe pourrait faire l’objet de plusieurs qu’une importante rançon – dont
souffrir seules », estime Na Young, Depuis dimanche et la révélation encore inconnu puis une revente chapitres d’un manuel de survie le montant n’est pas avéré – est
Dans les faits, dirigeante de Share, organisation que des dizaines de prisonniers à la katiba Macina, active dans le en milieu hostile, a poussé l’art venue s’ajouter aux libérations de
l’IVG est tolérée, de défense des droits des femmes. djihadistes – 206 selon le GSIM centre du pays et, enfin, une re­ d’être alternativement avec et combattants. « Pour faire libérer
En 2017, 49 700 avortements ont par la chaîne Tadayit sur le réseau montée auprès d’une katiba pré­ contre l’Etat à un niveau rare­ des otages, cela passe par deux rè­
mais aucun été pratiqués en Corée du Sud, se­ Telegram – venaient d’être libé­ sente dans le septentrion malien. ment atteint. Issu du même clan gles qui ne changent pas : des sor­
recours n’est lon les estimations disponibles. rés, pour être ensuite transportés Le gouvernement malien avait touareg des Ifoghas qu’Iyad Ag ties de prison et le versement d’une
Près de 30 % des Sud­Coréennes de entre Tessalit dans le nord du par la suite formé une cellule de Ghali et natif de la même bour­ rançon », rappelle le négociateur
possible en cas 15 à 44 ans y auraient eu recours.  Mali et Niono dans le centre, le crise chargée « d’assurer la coordi­ gade proche de Kidal, il a été, au précédemment cité.
de complication philippe mesmer bruit d’une réapparition immi­ nation de l’ensemble des actions côté de celui qui a depuis basculé Au regard de toute cette agita­
nente de Sophie Pétronin, enle­ en vue de la libération du chef de dans le djihadisme, de toutes les tion, un membre de la société ci­
vée à Gao le 24 décembre 2016, et file de l’opposition politique et de rébellions qui ont secoué le nord vile originaire du nord du Mali
de Soumaïla Cissé, kidnappé le ses compagnons ». du Mali depuis 1990. confie son désarroi : « Après avoir
25 mars 2020 dans la région de Coiffée par Boubou Cissé, l’ul­ Proche d’Alger, il a aussi un pied échappé à une tentative d’enlève­
Niafunké alors qu’il battait cam­ time premier ministre d’« IBK », à Bamako, où depuis 2007 il a son ment en 2012, Sophie Pétronin
7 18 oct. 2020 pagne pour les élections législati­ et dirigée par l’ex­premier minis­ siège à l’Assemblée nationale, s’est­elle rendu compte qu’elle

LA VIE DE
ves, ne faisait qu’amplifier. tre Ousmane Issoufi Maïga, cette toujours aux couleurs du pou­ n’avait pas autant d’amis qu’elle le
Les deux familles attendaient, équipe avait dû se mettre en ré­ voir. Ahmada Ag Bibi avait, avec pensait à Gao, qu’elle provoquait
GALILÉE angoissées et prudentes, un ins­
tant qui ne cessait de se faire dési­
serve à la mi­juin, avant de réap­
paraître. « Elle était pourtant très
le négociateur français Jean­
Marc Gadoullet, obtenu en fé­
des jalousies en candidatant à des
financements avec son associa­
TEXTE
rer. Depuis les deux enlèvements avancée lorsque IBK lui a de­ vrier 2011 les trois premières li­ tion ? Est­ce que les gens se ren­
BERTOLT BRECHT respectifs, chacune s’était con­ mandé de décrocher », indique bérations des sept otages em­ dent compte qu’une fois encore,
MISE EN SCÈNE
vaincue de devoir lutter contre ployés par Areva et Vinci, enlevés avec l’argent des rançons, les dji­
CLAUDIA STAVISKY
une raison d’Etat qui prolonge­ à Arlit au Niger. Ce tandem avait hadistes vont pouvoir s’offrir des
rait la détention de leur proche. ensuite été remplacé par une armes et des jeunes recrues ? »
Avec PHILIPPE TORRETON
Avant que n’arrive la délivrance
« Les gens ont-ils autre équipe. Il est cette fois resté Une amertume qu’il n’est pas le
et GABIN BASTARD
conscience
Illustration : Martin Lebrun - Licences : 1119751 / 1119752 / 1119753

FRÉDÉRIC BORIE des retrouvailles, Sébastien Cha­ dans la boucle des négociations seul à exprimer dans une région
ALEXANDRE CARRIÈRE daud­Pétronin, parti mardi en jusqu’au bout. « Il a surtout fait où les groupes djihadistes, après
MAXIME COGGIO ou MARTIN SÈVE urgence pour un énième voyage
qu’avec l’argent monter les enchères car, avec lui, avoir été largement défaits, ne
GUY-PIERRE COULEAU à Bamako, a, à plusieurs reprises, des rançons les Iyad et les siens savent qu’ils peu­ cessent désormais d’élargir leur
MATTHIAS DISTEFANO accusé les autorités françaises de vent obtenir plus », souffle un rayon d’action. 
NANOU GARCIA
« sacrifier » sa mère, une femme
djihadistes vont connaisseur du dossier. cyril bensimon
MICHEL HERMON
BENJAMIN JUNGERS THEATREDESCELESTINS.COM aujourd’hui âgée de 75 ans que les pouvoir s’offrir des Bien qu’une large majorité des
vidéos transmises par ses ravis­ combattants islamistes, ou pré­
MARIE TORRETON
seurs montraient très éprouvée
armes ? », interroge sentés comme tels, sortis de pri­
par leur « refus de négocier ». un Malien son soient, selon une bonne Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 international | 5

Indonésie: vague de colère contre le gouvernement


Votée lundi, une loi sur l’investissement est dénoncée par les syndicats, l’opposition et les écologistes

bangkok ­ manifestation à Makassar, la nou­ bureaucratiques dans une nation


correspondant en Asie du Sud­Est velle législation va « supprimer les
PHILIPPINES
où l’obtention d’une licence peut
La loi va
VIETNAM
réglementations concernant le sa­ prendre treize jours ­ contre neuf bénéficier

U
ne loi sur l’investisse­ laire minimal, permettant aux en­ en Chine. Les milieux des affaires
ment provoque une treprises de définir arbitrairement Medan MALAISIE indonésiens se comparent avec
aux « capitalistes,
colère d’ampleur na­ le montant de [l’équivalent indo­ Jambi Palu certains de leurs voisins sud­est aux investisseurs

SU
KALIMANTAN

MA
tionale en Indonésie : nésien du SMIC] ». asiatiques, tel le Vietnam où le ré­
SULAWESI PAPOUASIE et aux

TR
des milliers d’employés, d’ou­ La cible des contestataires est le gime autoritaire postcommuniste

A
Djakarta BALI Makassar
vriers et de syndicalistes ont ma­ président Joko Widodo, un musul­ JAVA jouit d’une meilleure réputation à conglomérats »
nifesté, jeudi 8 octobre, dans les man libéral réélu en 2019 et dont l’international en ce qui concerne
rues de plusieurs grandes villes les priorités du nouveau mandat OCÉAN INDIEN INDONÉSIE les facilités d’investissement.
de l’archipel. A Djakarta, Bali, Me­ semblent plus que jamais se foca­ La loi penche nettement du côté investisseurs et aux conglomé­
dan et Jambi (deux villes de la liser sur le développement écono­ 750 km AUSTRALIE des entrepreneurs, moins vers ce­ rats » et contribuera à « écraser »
grande île de Sumatra) ainsi qu’à mique et la construction d’infras­ lui des employés : ces derniers ne le peuple.
Makassar et Palu (Sulawesi ­ ex­ tructures. Ces adversaires lui re­ verront plus leurs minima sala­ Le passage de cette législation
Célèbes), des heurts parfois vio­ prochent son alliance avec les lois afin de créer des services plus 260 millions d’habitants) va pro­ riaux garantis au niveau national, suscite également de l’aigreur
lents ont eu lieu avec les forces de puissants milieux d’affaires qui rapides de telle manière que l’Indo­ voquer une chute de la croissance qui seront déterminés par les hors des frontières indonésien­
l’ordre. Huit cent personnes ont ont contribué à sa réélection, l’ac­ nésie pourra répondre plus rapide­ inédite depuis la fin de l’ère Su­ gouvernorats de provinces. Les nes puisque la secrétaire géné­
été arrêtées dans la capitale. cusant notamment de faire passer ment aux évolutions du monde », harto. Les conséquences sociales indemnités de licenciement se­ rale de la Confédération interna­
Votée lundi 5 octobre au parle­ l’économie avant les acquis démo­ avait, au mois de janvier, déclaré à du Covid­19 ont ajouté six mil­ ront réduites d’un maximum de tionale des syndicats, Sharan
ment, cette loi est dénoncée avec cratiques engrangés depuis la fin la BBC « Jokowi » ­ le surnom du lions de chômeurs aux sept mil­ 32 mois de salaire à 19. Les impôts Burrow, a déclaré qu’il était
vigueur par les syndicats, ces der­ de la dictature du général Suharto, président. lions de personnes déjà en recher­ sur les entreprises passeront gra­ « ahurissant de constater qu’en
niers affirmant que, sous pré­ en 1998. Sept des neuf partis poli­ che d’emplois. duellement de 22 à 20 %. Le congé pleine période de pandémie, l’In­
texte de lever des obstacles bu­ tiques représentés au Parlement, Chute de la croissance inédite La vision d’un président aux hebdomadaire pourra être ra­ donésie choisisse de déstabiliser
reaucratiques à l’investissement, dont celui du président, ont voté Le directeur du Bureau de coordi­ humbles origines qui doit, en par­ mené de deux jours à une journée les vies de son peuple pour laisser
elle va remettre en question cer­ en faveur de la loi que devrait nation de l’investissement indo­ tie, ses deux victoires aux prési­ par l’entreprise. Les restrictions à les grandes compagnies exploiter
tains droits dont bénéficiaient bientôt signer le chef de l’Etat. nésien, Bahlil Lahadalia, a ren­ dentielles ­ il a été élu une pre­ l’emploi des étrangers seront as­ ses richesses ».
jusque­là les travailleurs. Tout « Nous voulons simplifier et accé­ chéri ces derniers jours affirmant mière fois en 2014 ­ à sa réputation souplies ainsi que les réglementa­ Le président Jokowi est certes
cela au bénéfice des plus riches et lérer le processus d’attribution des que la loi va permettre aux quel­ d’« homme du peuple » est aussi, tions en vigueur pour protéger un dirigeant qui a montré sa capa­
au mépris de la protection de l’en­ licences [aux investisseurs] et que trois millions de jeunes arri­ au plan économique, d’inspira­ l’environnement. Selon Phelim cité à faire preuve de certaines ca­
vironnement, ajoutent les dé­ pour cela il faut harmoniser des vant chaque année sur le marché tion nettement libérale. L’année Kine, de l’ONG « Mighty earth », le pacités de conciliation. En 2019, il
tracteurs de cette législation. de trouver plus facilement du tra­ dernière, déjà, il ne s’était pas op­ gouvernement indonésien vient, avait fini par s’opposer à un projet
Ladite loi, une « Bible » de vail. « C’est une loi du futur, pas une posé au vote d’une autre loi rédui­ à cet égard, de se rendre coupable de loi criminalisant les relations
905 pages qui va permettre loi du passé », a­t­il soutenu, préci­ sant les pouvoirs de la KPK, d’un « tragique mauvais calcul », sexuelles hors mariage, ce qui
d’amender quelque 75 disposi­ Les adversaires sant que 153 compagnies sont prê­ l’agence de lutte anti corruption. la nouvelle loi permettant « dans aurait rendu, entre autres consé­
tions législatives en vigueur, sou­ tes à investir dans l’archipel, une Ses adversaires avaient interprété les faits de légitimer une déforesta­ quences, l’homosexualité illégale.
lève également un tollé dans les
du président perspective prometteuse en ter­ l’approbation présidentielle à une tion incontrôlée ». Mais cette fois­ci, il y a peu
milieux des défenseurs des droits Joko Widodo mes de créations d’emplois. telle législation par son souci de La colère a gagné aussi d’autres de chance pour que le président
de l’Homme et des écologistes. La La situation économique du consolider le soutien que lui ont milieux, notamment ceux de revienne sur son soutien à une loi
branche internationale d’Am­
lui reprochent plus grand pays musulman du apporté d’importants hommes grandes associations musulma­ qui incarne l’esprit de son deu­
nesty international l’a tout bon­ son alliance avec monde est alarmante en cette pé­ d’affaires avant sa réélection. nes modérées comme la Nahdla­ xième mandat : l’« homme du
nement qualifiée de « catastro­ riode de pandémie qui, si elle n’a Pour Joko Widodo, il s’agit cette tul ulema (NU) dont le chef, Said peuple » semble bel et bien de­
phique ». Selon un ouvrier inter­
les puissants fait qu’une douzaine de milliers fois de permettre aux investis­ Aqil Siroj, a affirmé que la loi va venu celui du « business ». 
viewé jeudi par l’AFP dans une milieux d’affaires de morts (pour une population de seurs de s’affranchir des lourdeurs bénéficier aux « capitalistes, aux bruno philip
0123
6 | international SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Aux Etats­Unis, le choix du vote par anticipation


Un nombre inédit d’Américains ont déjà voté, un engouement lié à la pandémie et au climat politique

5,6 millions
d’Américains
REPORTAGE ont voté par
fairfax, haymarket (virginie) ­
envoyée spéciale anticipation dans

C
ertains ont pris leurs une vingtaine
précautions : un livre
pour passer le temps,
d’Etats, contre
une chaise pliante pour 80 000 en 2016
supporter l’attente. Tous sont
masqués, postés à deux mètres de
distance les uns des autres. A File d’attente de Fairfax, Mike Smith. Les débats
10 heures, mercredi 7 octobre, le pour voter par entre les candidats ou la campagne
soleil tape déjà et une longue file anticipation, électorale ne changeront plus rien
serpente devant les locaux du dans un aux positions des uns et des
gouvernement du comté de Fair­ bureau autres. » Plutôt conservateur, il
fax (Virginie). A peine en retrait, de vote de avait soutenu le candidat républi­
deux tentes aux couleurs des Fairfax cain modéré John Kasich lors des
candidats, bleu pour le démocrate (Virginie), primaires de 2016 et n’avait pas
Joe Biden, rouge pour le républi­ le 7 octobre. voulu voter pour M. Trump. La
cain Donald Trump, accueillent TASOS KATOPODIS/AFP démocrate Hillary Clinton ne
les électeurs. l’avait pas convaincu non plus, il
Il faut compter quarante­cinq s’était donc abstenu. Mais, après
minutes avant d’accéder aux bu­ quatre ans de trumpisme, son
reaux de vote. Mais les râleurs sont opinion est faite : « Joe Biden est
rares. « Je pensais éviter les longues centriste ; il va remettre le pays
queues du 3 novembre, c’est raté ! dans la bonne direction. »
Mais au moins il fait beau », expli­
que en souriant Mike Smith. Ce « Haine » contre Kamala Harris
fonctionnaire de 48 ans tient « à Dans la file devant lui, John (nom
voter en personne pour être sûr que d’emprunt), un bandana vague­
[sa] voix soit bien entendue ». ment ajusté sur son visage, peste
professionnelles ou médicales. pation dans une vingtaine la vie publique américaine, pro­ « fraudes » liées au vote par corres­ contre le rejet que suscite Donald
« Records historiques » Depuis, le succès ne se dément d’Etats ; il y a quatre ans, un mois cessus électoral compris. pondance. Depuis plusieurs mois, Trump. « On ne vote pas pour un
La Virginie est l’un des premiers pas. « On bat des records histori­ avant le jour du scrutin, seules « Cette année, les gens sont in­ M. Trump, qui vote lui­même par homme, mais pour un parti et pour
Etats américains à avoir lancé, fin ques », se félicite Ibraheem Sami­ 80 000 personnes (sur les quiets, à cause du virus et en raison courrier, assure régulièrement les faits », explique cet homme
septembre, le vote anticipé (en rah, un élu local, jeune, d’origine 139 millions de votants) avaient des polémiques sur le vote par cor­ que « ce scrutin sera le plus inexact d’affaires de 64 ans, apparemment
personne ou par correspon­ immigrée et démocrate, à l’image saisi cette possibilité, selon le respondance, explique Erin Sunde, et le plus truqué de l’histoire ». Des satisfait des politiques menées
dance) pour l’élection présiden­ de ce comté urbain qui a contribué décompte du site United States venue voter mercredi à Fairfax. Et, accusations non étayées par les depuis quatre ans « sur les impôts,
tielle du 3 novembre. Tradition à faire de la Virginie un Etat « bleu » Elections Project. Mais l’enthou­ en raison de la situation politique dépouillements précédents. l’immigration, l’avortement, les
américaine, cette procédure ré­ (la couleur du Parti démocrate). Ici, siasme est aussi partisan : 62 % tendue, on s’attend à une participa­ La crainte présidentielle est tou­ armes, l’emploi ». Il reconnaît tou­
pond cette année à une situation plus de 820 000 personnes ont des électeurs démocrates décla­ tion élevée le 3 novembre ; du coup tefois partagée par Jennifer Parker, tefois une même « haine » suscitée
particulière, liée à la pandémie, déjà fait leur choix entre Donald rent vouloir exercer leur devoir on préfère voter maintenant pour une pimpante mère de famille de par Kamala Harris, la vice­prési­
aux polémiques sur le système Trump et Joe Biden, soit 20 % du civique avant le jour de l’élection, faciliter le décompte. » Cette démo­ 56 ans, croisée à Haymarket, petite dente de M. Biden, du côté républi­
électoral et au climat politique. nombre de ceux qui s’étaient selon un sondage de Gallup, paru crate de 46 ans sera mobilisée ville d’un comté situé à la frontière cain. « Certains détestent tellement
Comme 36 Etats, la Virginie en a déplacés en 2016. mercredi, contre seulement 28 % dans un bureau de vote le jour de entre la Virginie urbaine, majori­ Trump qu’ils ont décidé dès le pre­
facilité les conditions et ne de­ Et l’engouement est national. A des républicains. Cet écart inédit l’élection et, comme beaucoup, tairement démocrate, et ses ré­ mier jour qu’ils ne voteraient ja­
mande plus aux électeurs de justi­ travers le pays, 5,6 millions entre les intentions des deux s’inquiète des propos récurrents gions rurales plus conservatrices. mais pour lui », regrette aussi
fier leur choix par des raisons d’Américains ont voté par antici­ camps souligne la politisation de du président américain sur les Devant la bibliothèque munici­ Mm Parker, qui voit, pour sa part,
pale transformée en bureau de dans le président, « un homme qui
vote, se tenant un peu à l’écart du tient ses promesses, proactif dans
Donald Trump refuse de participer à un débat à distance flot régulier d’électeurs, cette
chauffeuse Uber au chômage est la
sa lutte contre le virus ».
« Cela fait quatre ans qu’on sait
seule personne non masquée ; un pour qui on votera : contre
donald trump a créé la surprise, au modérateur de couper le micro d’un sième le jeudi 29 octobre, cinq jours avant geste qui la classe immanquable­ Trump », confirment à quelques
jeudi 8 octobre, en refusant de participer candidat ne respectant par les règles arrê­ le scrutin. Bill Stepien a accusé la même ment parmi les soutiens de Do­ pas de là Jerry Jacques et Lisa, un
au deuxième débat avec Joe Biden prévu le tées par la commission, en accord avec les commission de faire le jeu du candidat dé­ nald Trump. « J’ai peur que les dé­ couple d’officiers retraités de l’ar­
15 octobre. Il a pris cette décision pour équipes de campagne, a été évoquée après mocrate, Joe Biden, jugeant « extrême­ mocrates ne volent l’élection », ex­ mée de l’air. Eux n’avaient jamais
protester contre les modalités de son or­ le premier débat, pollué par les interrup­ ment suspect » l’annonce des nouvelles plique­t­elle. La républicaine a voté de manière anticipée aupara­
ganisation arrêtées par la commission des tions incessantes du président. règles, qui, selon lui, visait à « détourner toutefois choisi de voter par antici­ vant. Cette fois, ils veulent être
débats présidentiels, une institution bi­ l’attention de la victoire totale » du vice­ pation car, « sans être une conspi­ sûrs que leur voix soit « bien prise
partisane. Traditionnellement consacré Repousser le débat d’une semaine président Mike Pence face à la colistière rationniste », elle craint « des vio­ en compte ». Le couple espère aussi
aux questions posées par des Américains Dans un premier temps, le directeur de démocrate, Kamala Harris, la veille. lences le jour du vote ». qu’une forte mobilisation précoce
sélectionnés par cette commission, ce dé­ campagne de Donald Trump, Bill Stepien, Dans un troisième communiqué publié L’extrême polarisation de l’élec­ pour leur candidat incitera « ceux
bat devait être organisé à distance du fait qui observe une quarantaine du fait de sa jeudi soir, le directeur de campagne a en­ torat et l’enjeu du scrutin, vu par qui ont tendance à aller avec le
de la contamination de Donald Trump par contamination par le Covid­19, a appuyé fin argué de garanties présentées par le beaucoup comme un référendum flot » à voter pour Joe Biden. Selon
le coronavirus. sa décision, précisant qu’il allait organiser médecin de la Maison Blanche, Sean sur la personne de M. Trump, ex­ la moyenne des sondages calculée
« Je ne vais pas perdre mon temps dans un meeting à la place. Conley, pour exiger de la commission pliquent aussi le recours massif au par le site RealClearPolitics, la dy­
un débat virtuel. Ce n’est pas le but d’un dé­ Quatre heures plus tard, il a semblé se qu’elle organise le débat du 15 octobre vote anticipé. « Les différences sont namique serait déjà enclenchée : le
bat, vous vous asseyez derrière l’ordinateur raviser en mettant en demeure la com­ comme prévu initialement, en présence tellement énormes entre les deux candidat démocrate disposait, le
et vous faites un débat, ridicule. Et puis ils mission des débats présidentiels de re­ des deux candidats.  candidats que je ne vois pas com­ 8 octobre, d’une avance de près de
vous coupent quand ils veulent », a com­ pousser d’une semaine le débat prévu le gilles paris ment des gens peuvent encore être dix points sur son adversaire. 
menté le président. L’idée de permettre jeudi 15 octobre, et d’en rajouter un troi­ (washington, correspondant) “indécis”, estime le fonctionnaire stéphanie le bars

A Bratislava, deux visions des relations entre l’Europe et Washington


La France et l’Allemagne cherchent à affirmer le rôle de l’UE dans le monde, sans convaincre les pays très atlantistes d’Europe centrale

bratislava ministre des affaires étrangères, active », fière de son « modèle hu­ core un peu sacrilège dans cette ré­ va changer les choses. » Le minis­ Les autres ministres des affaires
Jean­Yves Le Drian, pour promou­ maniste » et prête à la projeter gion où, pour des raisons histori­ tre allemand a mis en garde étrangères présents à Bratislava,

P as facile de faire de l’évan­


gélisation en terre infi­
dèle. Les chefs de la diplo­
matie française et allemande en
ont fait ensemble l’expérience,
voir le concept d’« Europe puis­
sance » et une UE plus affirmée
dans un monde qui se défait. Les
pays baltes et l’Europe centrale, ex­
pays communistes membres de
dans le monde.
Cette Europe­là, a expliqué
M. Le Drian, doit faire face à « la
triple maladie du multilatéra­
lisme », dont il a désigné à chaque
ques, les Etats­Unis sont toujours
considérés comme les seuls vrais
garants de la sécurité de l’Europe.

Mue allemande
l’audience contre les « illusions »
qui peuvent régner sur un retour
en arrière à Washington : pour
lui, « les Etats­Unis se retireront
un peu plus du monde, et l’Europe
cependant, n’ont pas été convain­
cus par le duo franco­allemand
sur ce sujet. Pour le ministre rou­
main, Bogdan Aurescu, « quel que
soit le vainqueur des élections amé­
jeudi 8 octobre, en prêchant à l’UE depuis seulement seize ans, fois le coupable : « la tentation du L’Allemagne elle­même a eu devra assumer plus de respon­ ricaines, nous avons besoin du lien
Bratislava, devant d’irréductibles sont une cible privilégiée. Un an retrait unilatéral » (Trump), « le beaucoup de mal à évoluer sur le sabilité ». transatlantique ». Son collègue
atlantistes, la nécessité de renfor­ après sa visite à Prague, où il avait blocage systématique » (la Russie) sujet sous la présidence Trump, Dans un entretien accordé au grec, Nikos Dendias, a conseillé
cer l’Europe face à un allié améri­ prononcé un discours remarqué et « l’instrumentalisation de nos mais, aujourd’hui, elle semble Monde à Berlin cette semaine, d’« aborder la nouvelle administra­
cain qui s’éloigne, selon Paris et sur le poids de l’histoire en Europe institutions communes » (la bien avoir accompli sa mue. Car à Norbert Röttgen, président tion [américaine] d’une manière
Berlin, inexorablement. centrale, M. Le Drian venait en­ Chine). Avec les Etats­Unis, les Bratislava, Heiko Maas a renchéri (CDU) de la commission des affai­ très positive ». Le Polonais, le Tchè­
Le duo, à vrai dire, était impro­ foncer le clou dans la capitale slo­ Européens doivent s’« affirmer sur les propos de son collègue res étrangères au Bundestag et que et le Slovaque ont eux aussi
visé. Le Français avait certes pré­ vaque, à la tribune du forum inter­ davantage », pour répondre à « la français : « Nous vivons dans un candidat à la succession d’Angela rappelé l’importance du « lien
paré l’opération : elle s’inscrit dans national Globsec. perspective d’une mutation pro­ monde de rivalités de grandes Merkel, était sur la même ligne. transatlantique ». Le renforcer,
le cadre de l’offensive élyséenne, L’Allemand, lui, n’était pas prévu fonde de la garantie de sécurité puissances – les Etats­Unis, la Plus réservée, la ministre de la dé­ oui, a concédé le Français, « mais le
déployée à travers l’Union euro­ au programme mais a décidé de que l’Amérique offre à ses alliés ». Russie, la Chine, a­t­il dit. Je suis fense, Annegret Kramp­Karren­ fonder autrement, car ces tendan­
péenne (UE) aussi bien par le pré­ venir au dernier moment. Heiko Et ce, quel que soit le président qui d’accord avec Jean­Yves : nous bauer, reconnaît que la relation ces sont de longue durée ». Visible­
sident Macron que par son bras Maas a donc d’abord écouté sortira des urnes le 3 novembre. avons besoin d’une approche com­ transatlantique est en « réorien­ ment, la pédagogie pourrait elle
droit sur l’Europe, le secrétaire « Jean­Yves » exposer la vision C’est un discours dont les Fran­ mune des Etats­Unis – et je ne crois tation » mais la considère tou­ aussi être de longue durée. 
d’Etat Clément Beaune, et par le d’une Europe souveraine, « pro­ çais sont familiers, mais qui est en­ pas que l’élection [du 3 novembre] jours prioritaire. sylvie kauffmann
Qu’est-ce qu’on mange ?
Y a quoi dedans exactement ? Et c’ est emballé dans quoi ?
Et c’ est fait où ? Et les ingrédients, ils viennent d’ où ? Et c’ est bon ?
Et c’ est bon pour la santé ? Et c’ est le prix juste pour ceux qui
le produisent ? Et c’ est quoi le saccharose ? Et si ça se termine
en « ose », c’ est forcément mauvais ? Et tous ces « E », d’ ailleurs ?
On en parle de tous ces « E » ? Et pourquoi le gluten, on n’ en parlait
pas avant ? Et pourquoi on parle toujours de mieux manger,
et jamais de mieux boire ? Et s’ il y a moins de sel, y a moins
de goût ? Et ça respecte l’ environnement ? Et si y a moins de
conservateurs, ça se conserve moins longtemps ? Et si c’ est bio,
c’est forcément plus cher ? Et si c’est pas bio, c’est forcément pas bon ?
Et c’ est de saison ? Même s’ il y a plus de saisons ?

Parce qu’ on devrait tous pouvoir mieux manger sans se poser


autant de questions, chez Intermarché, nous avons déjà
amélioré 650 de nos produits. Et nous ne nous arrêtons pas là :
notre objectif est d’en améliorer plus de 6500 d’ici 2025.
C’ est ça être producteurs et commerçants. D’autres questions ?
Alors rendez-vous sur Intermarche.com.

Annonceur : ITM Alimentaire International - RCS PARIS 341 192 227 - SAS au capital de 149 184 € - Siège social : 24, rue Auguste Chabrières 75737 Paris Cedex 15 - Sous réserve d’erreurs typographiques - 2020.
PLANÈTE
0123
8| SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Comment protéger 30 % de la planète
Plusieurs études scientifiques identifient les priorités en matière de sauvegarde du vivant d’ici à 2030

P
rotéger 30 % de la pla­
nète d’ici à 2030. Telle est
l’ambition qui semble se
dessiner en matière de
conservation de la nature. Le pro­
jet de cadre mondial qui doit être
négocié lors de la 15e édition de la
Conférence des parties (COP) de la
Convention des Nations unies sur
la diversité biologique en 2021,
dont la version actualisée a été
publiée le 1er septembre, affiche
cet objectif. « J’invite tous les Etats
à rejoindre la coalition [menée par
la France et le Costa­Rica] qui vise
la protection de 30 % des espaces
terrestres et maritimes », a lancé le
président Emmanuel Macron lors
du sommet de l’ONU sur la biodi­
versité fin septembre.
S’il s’impose progressivement,
ce chiffre de 30 % relève du con­
sensus politique davantage que de
fondements scientifiques, des
chercheurs appelant plutôt à pro­
téger la moitié de la planète. C’est
le cas du célèbre biologiste améri­
cain Edward O. Wilson, considéré
comme le père de la notion de
« biodiversité » et qui a publié
en 2016 l’ouvrage Half­Earth (« la
moitié de la Terre », WW Norton
& Co, 2006, non traduit). Les aires
protégées, des espaces géographi­
ques définis, reconnus et gérés
pour assurer à long terme la con­
servation de la nature, demeurent
la pierre angulaire des politiques
visant à enrayer l’érosion de la bio­
diversité. « La nécessité de protéger
la moitié de la planète est actée
d’un point de vue scientifique mais Vue aérienne de la forêt amazonienne, à Belterra (Brésil), en novembre 2019. LEO CORREA/AP
au plan politique, beaucoup de
pays trouvent que 30 %, c’est déjà
trop », précise Thierry Lefebvre, du Il y a dix ans, à l’issue des négo­ espèces menacées d’extinction zones de nature sauvage, celles­ci espèces les unes après les autres,
programme « Aires protégées » de ciations d’Aichi au Japon, la com­ sont protégées de façon adéquate sont presque entièrement ignorées
« La nécessité de de façon séparée, mais ces espèces
l’Union internationale de conser­ munauté internationale s’était – c’est­à­dire qu’une proportion dans les accords multilatéraux car protéger la moitié se déplacent, il faut que l’évolution
vation de la nature (UICN). engagée à protéger 17 % des terres suffisante de leur aire de répar­ elles sont supposées être relative­ puisse se poursuivre, insiste
Une étude publiée le 4 septem­ et 10 % des mers d’ici à 2020. Sur tition est protégée. Sur les ment à l’abri des menaces », écri­
de la planète est Thierry Lefebvre. Au­delà des chif­
bre dans la revue Science Advances les vingt objectifs adoptés à l’épo­ 15 000 « zones­clés pour la biodi­ vaient les chercheurs. actée d’un point de fres, l’un des enjeux est de penser
avance, elle aussi, le chiffre de que, c’est l’un des rares à avoir versité », environ un tiers n’était Aujourd’hui, cette vision est en de façon systémique pour bâtir un
50 %. L’équipe de chercheurs, me­ connu des progrès notables. Entre pas couvertes par les aires proté­ train de changer. « Certains pen­
vue scientifique » réseau d’aires protégées connec­
née par l’ONG américaine Resolve, 2010 et 2019, la couverture des gées en 2019. « Depuis dix ans, les sent qu’il faut d’abord préserver la THIERRY LEFEBVRE tées, efficaces et fonctionnelles. »
a cartographié les différentes aires aires protégées est passée de 14,1 % aires protégées ont été créées en biodiversité là où elle est la plus Union internationale « Il ne faut pas oublier que l’ob­
à protéger afin de résoudre à la à 15,3 % des terres et de 2,9 % à 7,5 % fonction de leur faible coût pour menacée et d’autres ont une ap­ de conservation de la nature jectif, ce n’est pas de créer des aires
fois les crises climatique et de la des mers. En s’appuyant sur le l’activité humaine plutôt que pour proche plus préventive, en insistant protégées, c’est bien d’empêcher le
biodiversité, en les classant en dif­ bilan d’Aichi, une étude publiée un gain réel en matière de bio­ sur le fait qu’il faut anticiper de déclin des espèces et des écosystè­
férentes catégories : celles où vi­ dans Nature mercredi 7 octobre diversité, souligne Victor Cazalis. nouvelles pressions par exemple en Ces études récentes insistent mes, ajoute Victor Cazalis. Il faut
vent des espèces rares (les préser­ dresse les priorités pour la pro­ Les zones où il y a le plus de pois­ Sibérie ou dans les pôles, explique sur un dernier point : l’impor­ que l’on ait une approche qui se fo­
ver nécessiterait de protéger 2,3 % chaine décennie. « Nous sommes à sons, par exemple, ont été trois fois Thierry Lefebvre. En réalité, nous tance de créer des corridors afin calise sur les résultats. » Pour cela,
de terres supplémentaires), les un moment charnière, explique moins protégées que les zones avons besoin de combiner ces deux que toutes ces aires protégées il faudra accroître les moyens fi­
zones de forte biodiversité (6 %), Victor Cazalis, l’un des auteurs de moins riches en biodiversité. » approches. » Selon une étude pu­ soient reliées entre elles. Une nanciers et humains alloués au
les habitats des grands mammifè­ ces travaux et doctorant de l’uni­ bliée dans One Earth le 18 septem­ dimension encore largement fonctionnement des aires proté­
res (6,3 %), les espaces sauvages versité de Montpellier au Centre Derniers espaces sauvages bre, 1,9 million de km2 – soit envi­ ignorée et pourtant d’impor­ gées, alors que seules 11 % d’entre
(16 %) et les zones propices à la d’écologie fonctionnelle et évolu­ Au­delà de ces espaces, de plus en ron la superficie du Mexique – de tance majeure pour permettre la elles ont déclaré avoir un système
stabilisation du climat (4,7 %). tive. On s’est beaucoup focalisé sur plus de voix appellent à protéger terres intactes ont été « fortement migration des espèces, notam­ d’évaluation de la qualité de leur
« Protéger 50 % de la planète per­ l’objectif quantitatif d’Aichi, mais il en priorité les derniers espaces modifiées » entre 2000 et 2013. ment en période de dérèglement gestion. « L’action la plus efficace
mettrait de constituer un “filet de y a aussi des dimensions qualita­ sauvages ou quasi sauvages de la La protection des zones permet­ climatique. est de renforcer et de financer les
sécurité global” pour résoudre les tives importantes. » planète. Fin 2016, la revue Current tant de séquestrer et de stocker du L’ONG Resolve propose d’utili­ peuples autochtones pour qu’ils
deux défis existentiels de notre D’abord, les aires protégées doi­ Biology rappelait que ces zones carbone telles que les forêts pri­ ser le « défi de Bonn », une initia­ protègent leurs terres, pointe aussi
époque, explique Eric Dinerstein, vent être représentatives des es­ sont essentielles pour la protec­ maires, les prairies, les tourbières tive visant à restaurer 350 mil­ Eric Dinerstein, car 37 % de notre
le principal auteur de cette étude pèces et des écorégions – des zo­ tion des espèces menacées, pour ou les océans – qui se superposent lions d’hectares de terres dégra­ “filet de sécurité” se trouvent sous
et directeur du programme biodi­ nes écologiquement homogènes le stockage du carbone mais aussi en partie aux espaces intacts ou à dées et déboisées d’ici à 2030, leur juridiction. Ils ont un rôle cru­
versité à Resolve. Mais le chiffre de en termes d’habitats et d’espèces. pour réguler les climats locaux. forte biodiversité – apparaît égale­ pour constituer ces corridors. cial à jouer. » 
30 % est néanmoins un bon début. » Aujourd’hui, moins de 22 % des « Malgré la myriade d’atouts des ment cruciale. « On a tendance à protéger les perrine mouterde

Pas de suspension de la pêche malgré l’hécatombe de dauphins


Le gouvernement a arbitré en faveur de la filière, alors que plus de 1 300 cétacés ont été retrouvés morts cette année sur la côte Atlantique

D eux semaines tournantes


d’interruption, comme
l’a proposé un groupe in­
tergouvernemental piloté par la
France ? Au moins deux mois,
ONG auprès de la Commission
européenne en 2019 et la menace,
le 2 juillet, d’une mise en demeure
de la part de Bruxelles, qui de­
mande des mesures de sauve­
la probabilité que la Commission
européenne – qui « a l’opinion avec
elle sur ce sujet » – s’en contente.
« Le constat est sévère, et irréfuta­
ble : les échouages continuent à
mortalité a lieu l’hiver dans le
golfe de Gascogne. Mais l’affaire se
corse, car la Bretagne est à son tour
confrontée au phénomène : plus
de 230 dauphins se sont échoués
chaluts pélagiques à partir du
1er janvier 2021, un renforcement
des survols aériens des bateaux,
ainsi que la déclaration systémati­
que des captures collatérales par
réseau océan pour France Nature
Environnement. Nous sommes
abasourdis par l’affirmation d’An­
nick Girardin selon laquelle on ne
connaîtrait rien des dauphins de
comme le réclament les ONG envi­ garde de cette espèce protégée, la augmenter », ajoutait la ministre. sur ses côtes depuis le début de les pêcheurs. Cette obligation, déjà notre littoral, alors que c’est la po­
ronnementales ? Durant combien ministre de la mer s’est rangée aux l’année, dont beaucoup cet été. décidée en 2011, était obligatoire pulation de nos côtes la mieux do­
de temps faudrait­il fermer la pê­ arguments de la filière pêche. « Propositions trop limitées » En réponse, Annick Girardin a depuis le 1er janvier 2019, mais tou­ cumentée par les scientifiques… »
che dans le golfe de Gascogne pour Pourtant, le 17 septembre, Mi­mars, à la veille du confine­ présenté, mercredi, lors d’une réu­ jours pas effective. Plus auda­ La France doit fournir d’ici fin oc­
y limiter l’hécatombe de dauphins Mme Girardin tenait un discours ment, l’observatoire Pelagis (uni­ nion du groupe de travail sur les cieux : sur la base du volontariat tobre une réponse satisfaisante à
communs ? La ministre de la mer, moins tranché devant les mem­ versité de La Rochelle­CNRS) avait cétacés qui rassemble des repré­ pourraient être embarqués des ca­ la Commission européenne, faute
Annick Girardin, a arbitré mer­ bres du Comité national des pê­ déjà identifié 1 100 cétacés morts sentants de l’administration, des méras, voire des observateurs sur de quoi elle risque d’écoper d’une
credi 7 octobre : elle a annoncé ches maritimes. « La question durant l’hiver. L’année précé­ pêcheurs, des scientifiques et des les gros chalutiers. amende. Elle est mise en cause
qu’il n’y aura pas d’arrêt des activi­ complexe et sensible des captures dente, le décompte s’élevait à 1 231 associations environnementales, « Ces propositions sont bien trop dans deux procédures : d’une part,
tés des chalutiers pélagiques, ni accidentelles de dauphins, au­delà du 1er janvier au 30 avril ; les carcas­ des mesures dont certaines sont limitées. Nous proposons de former pour son incapacité à protéger
des fileyeurs. Les pêcheurs ne vou­ des aspects environnementaux, ses portaient les traces d’engins de déjà testées depuis plusieurs an­ les pêcheurs au comportement des l’habitat du dauphin commun.
laient pas en entendre parler. nuit profondément à l’image de pêche à 85 % ou 86 %. Or, les scien­ nées. Son ministère (qui n’a pas ré­ dauphins, d’équiper tous les ba­ D’autre part, elle est sommée de
Malgré la sensibilité du public au votre filière », les prévenait­elle. tifiques considèrent que le nom­ pondu à nos sollicitations) a de teaux – les chalutiers et les plus de prendre, avec l’Espagne et le Portu­
sort des cétacés, malgré les avis Elle évoquait une fermeture de la bre d’animaux morts qui coulent nouveau annoncé, sans détail de 500 fileyeurs –, de caméras et gal, des mesures pour mettre fin
des scientifiques du Conseil inter­ pêche de deux semaines, entre directement au fond de l’eau est financement, davantage de « pin­ d’améliorer techniquement les dé­ au carnage de cétacés entre la Bre­
national pour l’exploration de la autres mesures à prendre « à court sans doute dix fois supérieur. De­ gers » – des répulsifs acoustiques clarations de capture, commente tagne et la côte ibérique. 
mer, la plainte de vingt­quatre terme », tout en s’interrogeant sur puis plusieurs années, le pic de déjà utilisés en Bretagne – sur les Elodie Martinie­Cousty, pilote du martine valo
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 planète | 9

Les autorités sanitaires limitent Rendez­vous manqué


à l’Assemblée sur
l’usage du glyphosate la condition animale
Dans les situations où l’herbicide n’est pas substituable sans un fort Les députés n’ont pas pu se prononcer
sur la proposition de loi de Cédric Villani
impact sur l’activité agricole, son emploi pourra toutefois se poursuivre

C
e n’est pas demain que
les agriculteurs aban­
donneront complète­
ment le glyphosate
Dans la vigne,
cette restriction
maximale actuellement autori­
sée, précise l’agence.
Ces impasses techniques recou­
vrent aussi « l’impossibilité de dis­
présenter d’inconvénient prati­
que ou économique majeur, sou­
ligne l’agence. Dans le cas des
grandes cultures, le labour entre
D eux heures de débat
pour une occasion man­
quée. A l’issue de vifs
échanges dans l’hémicycle, les
députés ne sont pas parvenus à
bien­être animal redessinait une
nouvelle carte politique. Du côté
des opposants au texte, des mots­
clés sont revenus avec insistance :
les « pratiques ancestrales », pour
pour désherber leurs rangs de
correspond à une poser à court terme sur le marché deux cycles annuels de cultures aller jusqu’au vote de la proposi­ désigner certaines chasses tradi­
pommes de terre ou de vignes réduction de 80 % français de machines agricoles permet de se passer de l’usage de tion de loi sur la condition ani­ tionnelles ; l’« humanisme », par
à la binette, comme le jardinier permettant le désherbage sous le désherbants chimiques. Elle in­ male portée par Cédric Villani opposition à l’antispécisme ; ou
du dimanche. Mais ils devront en
par rapport à la rang », que ce soit en viticulture terdit donc l’usage du glyphosate (groupe Ecologie, démocratie et les « intérêts financiers », accusés
limiter fortement l’usage. C’est le dose actuellement ou en arboriculture, ou « la des­ lorsqu’une parcelle a été labourée solidarité), jeudi 8 octobre. de guider l’esprit du texte, en allu­
sens d’un rapport rendu vendredi truction des plantes indésirables entre deux cultures. Déjà réécrit en commission, une sion à l’engagement de plusieurs
9 octobre par l’Agence nationale
autorisée vivaces (adventices) difficiles à éli­ Quant aux usages non agricoles semaine plus tôt, et dépouillé de chefs d’entreprise, dont Xavier
de sécurité sanitaire de l’alimen­ miner ». Elles concernent aussi (désherbage de voies ferrées, de ses articles portant sur l’élevage in­ Niel (actionnaire à titre individuel
tation, de l’environnement et du bien l’arboriculture fruitière (où monuments, etc.) de l’herbicide, tensif et sur l’interdiction de cer­ du Monde), dans un projet de réfé­
travail (Anses). pour l’agriculture, l’alimentation le glyphosate reste autorisé pour ils ne sont pas affectés, l’agence es­ taines chasses, le texte proposait rendum d’initiative partagée sur
Dans le cadre du « plan de sortie et l’environnement (Inrae) rele­ les fruits récoltés au sol, comme timant que les pratiques alternati­ d’inscrire dans la loi l’interdiction la condition animale. Pascal Brin­
du glyphosate » du gouverne­ vant des situations d’« impasse les noix ou les pommes à cidres) ves pourraient présenter des ris­ de la présence d’animaux sauva­ deau (UDI) a accusé l’association
ment, l’Anses a lancé une évalua­ technique », où « aucune alterna­ que les grandes cultures (céréales, ques accrus pour les opérateurs. ges dans les cirques ainsi que de L214 de « spammer » sa boîte mail ;
tion des « alternatives non chimi­ tive » d’usage courant ne permet colza, tournesol…) où l’herbicide Les conclusions de cette évalua­ mettre fin aux élevages de visons Caroline Fiat (La France insou­
ques » à cet herbicide, le plus uti­ de répondre à court terme aux est là aussi autorisé dans les « lut­ tion seront désormais prises en pour leur fourrure. Deux disposi­ mise) lui a répondu que des chas­
lisé dans le monde, et très contro­ besoins des professionnels, sans tes obligatoires réglementées ». compte par l’Anses pour renouve­ tions que le gouvernement avait seurs avaient « tenté de l’intimi­
versé depuis son classement, 2015, nécessiter une « modification ler ou délivrer les autorisations de reprises à son compte quelques der ». Revendiquant une position
comme « cancérogène probable » substantielle des pratiques », qui La vigne, l’arboriculture fruitière mise sur le marché (AMM) des jours auparavant, lors d’annonces « d’équilibre », M. Villani a invoqué
par le Centre international de re­ aurait un « fort impact sur l’acti­ Comme pour la vigne, ces autori­ produits à base de glyphosate, fait faites par la ministre de la transi­ « l’esprit transpartisan » qui avait
cherche sur le cancer (CRC), une vité agricole ». sations sont toutefois assorties de savoir l’autorité sanitaire. Le tion écologique, Barbara Pompili, permis de voter, en 1850, la pre­
agence de l’Organisation mon­ Par « impasse technique », l’An­ limitations : 900 g/ha pour l’arbo­ 30 septembre, elle a renouvelé les le 29 septembre. mière loi française sur le bien­être
diale de la santé. Au terme de ce ses entend en premier lieu les riculture fruitière et 1 080 gram­ AMM de trois préparations et ac­ animal, la loi Grammont.
travail, l’agence de Maisons­Alfort situations où le passage d’outils mes par an et par hectare pour les cordé deux nouvelles autorisa­ « Un débat essentiel » « Vous ouvrez un débat dont
annonce qu’elle n’autorisera plus mécaniques est irréalisable à grandes cultures, soit une réduc­ tions, avec des usages restreints. Avec une journée parlementaire nous n’avons pas le temps, alors
que les usages du glyphosate pour cause de terrains en forte pente tion de 60 % de la dose maximale Elle a également retiré ou refusé consacrée aux conditions d’accès qu’il est essentiel. Il devrait être re­
lesquels elle n’a identifié aucune ou caillouteux. C’est le cas, en par­ autorisée dans les deux cas. la mise sur le marché de quatre à l’interruption volontaire de pris par le gouvernement, car il
alternative « non chimique ». ticulier, pour de nombreuses vi­ Lorsque le désherbage mécani­ produits. Les restrictions d’usage grossesse, les députés n’avaient s’agit du rapport de l’homme à la
En effet, si l’évaluation conclut gnes. Dans ces conditions, l’usage que (ou le maintien de zones en­ seront mises en application dans plus que la fin de soirée pour dé­ nature », a demandé Jean­Christo­
qu’il existe « des situations où le du glyphosate reste « autorisé ». Il herbées) est possible, que ce soit un délai de six mois. Selon l’Anses, battre de la condition animale. phe Lagarde (UDI). La secrétaire
glyphosate peut être remplacé », il s’accompagne néanmoins d’une entre les rangs de vignes ou des elles permettront de réduire « dès Un examen éclair pour des pro­ d’Etat chargée de la biodiversité,
y a aussi « des usages où le gly­ restriction de la dose annuelle arbres fruitiers, l’Anses annonce 2021 » les quantités de glyphosate blématiques nombreuses, qui Bérangère Abba, s’est engagée à ce
phosate n’est pas substituable ». maximale autorisée à 450 gram­ en revanche l’« interdiction » du utilisées en France.  n’ont pu être qu’effleurées. que « cette réflexion ait lieu dans
L’Anses se réfère à des travaux de mes par hectare, soit une réduc­ glyphosate. Ces alternatives sont stéphane foucart Les échanges ont cependant cet hémicycle ». 
l’Institut national de recherche tion de 80 % par rapport à la dose déjà couramment utilisées sans et stéphane mandard montré combien la question du mathilde gérard

BMW SÉRIE 1 ÉDITION SPORT


DÈS 295 €/MOIS*
AVEC MAJORATION DU 1ER LOYER DE 2600 €,
ENTRETIEN** ET EXTENSION DE GARANTIE INCLUS.

Le plaisir de conduire

* Exemple pour une BMW 116i Édition Sport. Location Longue Durée sur 36 mois et pour 30000 km intégrant l’entretien et l’extension de garantie. 36 loyers linéaires de 294,29 €/mois,
et avec majoration du premier loyer de 2505,71 €.
Modèle présenté : BMW 116i Édition Sport avec options. Loyer : 300,00 €/mois, et avec majoration du premier loyer de 2600,00 €.
Offre réservée aux particuliers, valable pour toute commande d’une BMW 116i Édition Sport jusqu’au 31/12/2020 dans les concessions BMW participantes. Exclusion faite des montants relatifs aux bonus ou malus écologiques susceptibles de s’appliquer.
Sous réserve d’acceptation par BMW Financial Services - Département de BMW Finance - SNC au capital de 87 000 000 € RCS Versailles B 343 606 448 - TVA FR 65 343 606 448. Courtier en Assurances immatriculé à l’ORIAS n°07 008 883 (www.orias.fr).
Consommations en cycle mixte : 5,8 l/100 km. CO2 : 132 g/km selon la norme européenne WLTP. ** Hors pièces d’usure.
0123
10 | planète SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

C R I S E   S A N I TA I R E

Le Covid­19 est socialement inégalitaire


L’enquête EpiCov, coordonnée par l’Inserm, dresse le premier portrait à grande échelle des personnes infectées

C Séroprévalence : les métiers de la santé Logements surpeuplés : Dégradation financière :


ette photo était atten­ mes (31 %) ayant dû continuer à
due. Une image de l’im­ en première ligne les immigrés premiers touchés plus d’une personne sur quatre touchée travailler continûment à l’exté­
pact de la pandémie rieur pendant le confinement.
de Covid­19 en France. Proportion de personnes ayant contracté Proportion de personnes vivant Part de personnes dont la situation financière A l’inverse, les distinctions socia­
le virus du Covid-19 dans un logement surpeuplé, en % s’est dégradée, en %
Quelle proportion de la popula­ les, professionnelles ou d’origine
tion avait été infectée par le virus ?
Quelles professions, quels groupes 11,4 % Immigrés d’origine non européenne
(de première génération)
Artisans,
salariés du bâtiment 44,8
apparaissent criantes. Ainsi 50 %
des cadres ont pu télétravailler,
sociaux, issus de quelles origines ? parmi les professions Aides à domicile 36,5 contre 1 % des ouvriers. Là encore
Mais plus largement encore, com­ essentielles dans Agents de nettoyage les immigrés sont en première li­
31,4
ment l’épidémie et les règles nou­ le domaine des soins, Revenus les plus faibles (1er décile) Livreurs, postiers, gne : ils sont les moins nombreux
velles qu’elle nous a imposées contre 4,5 % dans conducteurs, policiers 28 à avoir travaillé à distance (15,4 %)
avaient­elles pesé sur la vie des la population française Aides-soignants 27,9 et les plus nombreux à n’avoir pas
Français, dans toute leur diversité ? Sans diplôme Infirmiers 22,5
pu travailler du tout (18,4 %).

9,2 %
Cette batterie de questions, l’en­ Les chercheurs constatent toute­
quête EpiCov, lancée par l’Institut Enseignants 14,9 fois que les dispositifs d’aide mis
national de la santé et de la recher­ *Moins de 18 m par habitant
2
parmi les habitants Ensemble Ensemble pour les professions en place par l’Etat, et notamment
vivant à plusieurs dans
che médicale (Inserm), avec le d’un logement surpeuplé* 14 % essentielles : 28,9 % le chômage technique ou partiel,
concours de la Direction de la re­ le même logement. ont bien rempli leur office, en
cherche, des études, de l’évalua­ protégeant les plus faibles : 42 %
tion et des statistiques (Drees), de Télétravail ou chômage partiel se sont imposés pour plus d’un tiers des Français des plus pauvres ont pu en profi­
l’Insee et de l’agence de sécurité Organisation du travail, en % (personnes ayant un emploi avant le confinement) ter contre 24 % des plus riches,
sanitaire Santé publique France, y
10,7 % 21,2 % Télétravail uniquement
23 % des ouvriers (contre 7,8 % des
apporte une série de réponses Chômage technique ou partiel cadres supérieurs) mais encore
N’ont pas travaillé Télétravail
éclairantes. Rendus publics ven­ 45 % des immigrés non européens
dredi 9 octobre, les résultats de
uniquement Agriculteurs, entrepreneurs 4% 15,5 % 20,3 % et plus de 50 % des ouvriers.
complet en partie
son premier volet dressent un ta­ Cadres supérieurs 49,9 % Les personnes exerçant une pro­
bleau aussi contrasté que détaillé Professions intermédiaires 22,7 % fession considérée comme essen­
du pays frappé par le coronavirus. tielle présentent un profil particu­
Employés qualifiés 28,7 %
En mai, 4,5 % de la population de lier : 70 % d’entre elles ont travaillé
France métropolitaine avait été Employés non qualifiés 7,5 % à temps plein sur le lieu de travail.
touchée par le virus. Les sérologies Ouvriers qualifiés 1,1 % « Sans l’intervention des autorités
réalisées sur un échantillon repré­ 31,2 % 36,8 % 64,2 % en faveur du maintien de l’activité
Travail à l’extérieur Télétravail Ouvriers non qualifiés 0,9 % Pas d’activité
sentatif de la population française économique, ces inégalités se se­
de 15 000 personnes ont confirmé uniquement et travail Ensemble partielle raient sans doute aggravées da­
les résultats déjà avancés par l’Ins­ à l’extérieur 21,2 vantage », insiste les chercheurs.
titut Pasteur pendant l’été. Autant Infographie : Le Monde Source : Drees ; Institut pour la recherche en santé publique Si une personne sur quatre dé­
dire que l’on était très loin de l’im­ clare avoir vu sa situation finan­
munité de groupe, évaluée à envi­ cière se dégrader, elles sont 38 % à
ron 60 % de la population. grave de la maladie, et particulière­ immigrés européens et de 4,1 % ment, facteur de risque établi : il le penser chez les plus pauvres
ment les plus âgées, ont été invitées chez ceux dont les parents sont EN MAI, 4,5 %  touche 23 % des ouvriers qualifiés (20 % chez les plus aisés), 32 %
Transmission familiale à moins sortir de chez elles. ». nés en France. Des enquêtes réali­ DE LA POPULATION contre 11 % des cadres. En zoo­ chez les titulaires de BEP ou de
Sans surprise, la géographie de la Les autres éléments du portrait­ sées aux Etats­Unis constatent mant encore, on constate que 21 % CAP (22 % chez les « bac + 5 ») et
séroprévalence suit celle des hos­ robot du Français le plus touché aussi la surreprésentation des po­ DE FRANCE  des personnels de nettoyage, 18 % 38 % chez les immigrés non euro­
pitalisations et des décès observés mélangent des traits attendus et pulations noires et hispaniques des aides à domicile, 20 % des péens (27 % chez les Français nés
pendant la première vague. La pro­ de vraies surprises. Il s’agit plutôt parmi les malades. MÉTROPOLITAINE AVAIT ÉTÉ  ouvriers du bâtiment vivent dans de parents français).
portion de personnes positives va­ d’une femme (5 % de prévalence cette promiscuité. La proportion C’est à « un effet cumulatif des
rie ainsi de 1,5 % en région Bourgo­ contre 3,9 % pour les hommes, Paysage social contrasté
TOUCHÉE PAR LE VIRUS passe à 29 % chez les 10 % des per­ inégalités sociales » que conclut ce
gne­Franche­Comté à 6,7 % dans le alors même que ces derniers déve­ Surprise en revanche, les niveaux sonnes aux revenus les plus fai­ premier volet de l’enquête. Ainsi,
Grand­Est et 9,2 % en Ile­de­France. loppent beaucoup plus de formes de vie les plus touchés sont aux bles, et à 41 % chez les immigrés « les groupes sociaux les plus
Au niveau départemental, le Haut­ graves), travaillant essentielle­ deux extrêmes du spectre, les 10 % de l’Inserm, coordinatrice de Sa­ non européens de première géné­ concernés par le risque d’exposi­
Rhin reste le plus frappé, avec une ment dans le domaine du soin les plus pauvres (5,7 %) et les 10 % pris et d’EpiCov. Socialement, il a ration (30 % pour la seconde). De tion, qui adoptent tout autant les
prévalence de 10,6 %, suivi par les (11,4 %), diplômée (6,2 % chez les les plus riches (6 %), contre même creusé les inégalités. » Dans plus, ces derniers sont 71 % à habi­ gestes barrières, sont aussi ceux
départements de la petite cou­ « bac + 3 » et plus), vivant dans une environ 3 % pour les quatre déciles un second volet d’EpiCov, publié ter dans une commune « très qui ont été les plus contaminés par
ronne (9,5 %) et Paris (9 %). En cette commune très dense (6,4 %), un médians. Un phénomène vrai­ dans la revue Questions de santé dense », autre critère favorable à la le virus », insiste l’enquête dans sa
fin de printemps, les Bouches­du­ quartier prioritaire (8,2 %) et sur­ semblablement lié à la nature des publique, les chercheurs ont inter­ contamination, contre 31 % pour conclusion. Ce sont eux qui enre­
Rhône et leurs 3,5 % semblaient tout dans un logement « surpeu­ interactions sociales dans ces rogé en mai un échantillon aléa­ les non­immigrés. Des contrastes gistrent, par ailleurs, le plus de pa­
relativement épargnés. plé », soit moins de 18 mètres car­ deux groupes, que pourrait expli­ toire de 135 000 personnes, re­ dont l’ampleur a surpris les au­ thologies associées, « au risque
Moins attendus sont les résultats rés par personne (9,2 %). Ce Fran­ quer une autre enquête de l’In­ dressé pour obtenir une estima­ teurs, qui sont pourtant habitués de développer des formes graves
par catégorie d’âge. Lors de cette çais type partage par ailleurs son serm, en cours de publication. tion représentative de la popula­ aux études sur les inégalités. de la maladie ». Eux enfin qui ont
première vague, le virus a ciblé en foyer avec un autre cas suspect Baptisée Sapris, celle­ci a suivi tion. De quoi analyser tout à la fois D’autant que ces inégalités ont « connu une dégradation particu­
premier lieu les 30­49 ans (6,5 %). A (12,9 %), témoignant de l’impor­ 66 000 personnes avant et pen­ « l’effet des conditions de vie sur l’ex­ été renforcées par le confinement, lièrement marquée de leur situa­
l’inverse, seulement 1,3 % des per­ tance de la transmission familiale. dant le confinement. En mars, ce position au virus et, réciproque­ constate l’enquête. Pas celles de tion financière » pendant le confi­
sonnes âgées de plus de 65 ans ont Quant à sa couleur de peau, elle sont les classes favorisées qui dé­ ment, ceux de l’épidémie sur les con­ genre : les deux sexes semblent nement. Pauvres, urbains, mal­lo­
été infectées. « Les premiers, au est plutôt foncée, puisque la claraient le plus de symptômes ; en ditions de vie », indique l’article. avoir été cette fois pareillement gés, immigrés… Seront­ils aussi
cours de la vie active, ont pu avoir prévalence est de 9,4 % chez les mai, c’était l’inverse. « Le confine­ Le paysage social dans lequel in­ affectés, du moins pour ce qui est les plus affectés dans la durée ? Ré­
plus de contacts, propose la Drees. immigrés d’origine non euro­ ment a été efficace, c’est indéniable, tervient le confinement se révèle du travail et des revenus ici obser­ ponse dans quelques mois, après
A l’inverse, les personnes les plus à péenne, de 6,2 % chez leurs en­ mais il a surtout profité aux plus particulièrement contrasté. Ainsi vés. On trouve ainsi une même la seconde vague de l’enquête. 
risque de développer une forme fants, de seulement 4,8 % chez les riches, commente Nathalie Bajos, le surpeuplement dans le loge­ proportion d’hommes et de fem­ nathaniel herzberg

« Déconstruire certains discours sur la surexposition des immigrés »


La sociologue Nathalie Bajos et le démographe et anthropologue François Héran reviennent sur les enjeux de l’enquête EpiCov

ENTRETIEN giques la réalité des données de


séroprévalence de l’épidémie. Sur
Qu’a apporté ce croisement
des approches ?
péens et leurs enfants. Le risque,
c’est d’essentialiser ces résultats.
l’origine. Depuis 2003, dans tou­
tes les grandes enquêtes de
Nous voulions distinguer immi­
gration visible et non visible. Eux

D irectrice de recherche à
l’Inserm, la sociologue
Nathalie Bajos a coor­
donné l’enquête « Epidémiologie
et conditions de vie » (EpiCov) sur
le Covid, je pense que c’est unique.
C’est ce qui permet de décons­
truire certains discours établis,
par exemple sur les raisons de la
surexposition des immigrés.
F.H. : Il a permis de mettre en
perspective les différents indica­
teurs, en sortant qui plus est des
catégories habituelles. Savoir par
exemple que 21 % des agents de
Mais, si l’on tient compte de la
structure professionnelle, des re­
venus, des conditions de loge­
ment, qui sont ici documentés, il
n’y a plus d’effet immigré.
l’Insee, on relève le pays de nais­
sance et la première nationalité
des personnes interrogées et de
leurs parents.
ont voulu en rester à la séparation
entre Européens et non­Euro­
péens. Nous avons cédé pour que
les choses avancent. Mais cela
traduit la frilosité d’une partie de
la France à l’heure du Covid­19. François Héran : C’est l’une des nettoyage vivent en logement D’autant que l’enquête a montré Disposer de telles données la statistique publique.
Démographe et anthropologue, plus grosses enquêtes jamais surpeuplé, on n’en avait aucune qu’ils respectent autant que les a­t­il posé des difficultés ? C’est l’éternel problème du
professeur au Collège de France, réalisée en France, hors recense­ idée précise. On comprend alors autres les gestes barrières (mas­ N.B. : Oui. La Drees [direction de modèle républicain que l’on peut
François Héran en a coprésidé le ment, conduite qui plus est en un tout de suite que ces personnes que, gel, distanciation physique), la recherche, des études, de l’éva­ voir de deux manières : soit par la
conseil scientifique. temps record. cumulent deux risques de conta­ comme globalement les catégo­ luation et des statistiques du mi­ répétition inlassable de cet idéal
mination. ries populaires, d’ailleurs… nistère de la santé] considérait qui doit s’imposer à tous, soit par
Qu’est­ce qui fait l’originalité Comment cela a­t­il été N.B. : C’est aussi grâce à ce croi­ F.H. : Ce sont ces conditions de que ces données n’étaient pas la mesure de l’écart entre l’idéal et
de cette étude dans le paysage possible ? sement que l’on comprend la vie qui expliquent les écarts, pas prioritaires, qu’il fallait aller vite la réalité. Pour moi, la statistique
du Covid­19 ? N.B. : Par une réactivité de tou­ place de la question des origines l’Homo arabicus, l’Homo ottoma­ et qu’on intégrerait ces questions est un bien public. L’Etat doit être
Nathalie Bajos : C’est une des tes les instances, statistiques ou dans ce paysage. Les données nius, ou que sais­je… Toute chose dans un second temps. Pour comptable dans les deux sens du
très rares enquêtes qui aborde si­ épidémiologiques. Tous les ac­ épidémiologiques constatent un égale par ailleurs, le Covid ne fait nous, c’était au contraire fonda­ terme : capable de compter et
multanément les enjeux sociaux teurs ont joué le jeu. Sortir en gradient spectaculaire entre les pas la différence. mental. Cela a été arbitré… en capable de rendre des comptes.
et épidémiologiques et c’est toute octobre des données de mai, ça immigrés de première généra­ Mais pour démontrer que haut lieu. Sur ce second terrain, il reste du
sa richesse. Cela permet de com­ peut sembler long ; mais pour la tion non européenne, leurs en­ l’origine ne joue pas, encore F.H. : Ensuite, nous avons eu chemin à faire. 
prendre avec les analyses sociolo­ recherche, c’est du jamais­vu. fants, puis les immigrés euro­ faut­il disposer de la variable de une discussion sur les catégories. propos recueillis par n. h.
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 planète | 11

▶▶▶

Quatre nouvelles métropoles en alerte maximale


Alors que la situation sanitaire se dégrade, des restrictions vont toucher Lille, Grenoble, Lyon et Saint­Etienne

saint­étienne, lille, grenoble, mitées devraient être imposées Paris Classement des territoires ment depuis le début de la crise
lyon ­ correspondants dans les amphithéâtres universi­ et petite couronne annoncé le 8 octobre, en vigueur sanitaire, le maire de Saint­
taires. Les salles de sport de­ à partir du samedi 10 octobre Etienne et vice­président des Ré­

C
ette fois, pas de tempête vraient en outre fermer leurs por­ Lille publicains, Gaël Perdriau a, dé­
Alerte (72 départements)
médiatique contre un tes, tout comme les piscines pour noncé, jeudi, un manque de pré­
Rouen Taux d’incidence supérieur
oukase venu de Paris. les publics adultes. « Nous rééva­ voyance et d’anticipation, « alors
à 50 pour 100 000 habitants
Pas de référé déposé en luons en permanence l’effet de ces même que cette seconde vague
urgence devant la justice admi­ mesures. Elles ne sont pas prises au Alerte renforcée (8 territoires) était annoncée ». Il a demandé que
nistrative. L’annonce du passage, doigt mouillé », a insisté M. Véran. Rennes Taux d’incidence supérieur les bars et restaurants restent
à partir de samedi matin, de Lille, Si le ministre de la santé a certes à 150 pour 100 000 habitants, ouverts dans sa ville. Des discus­
Grenoble, Lyon et Saint­Etienne relevé « une amélioration sensi­ Dijon et taux d’incidence pour les personnes sions devaient avoir lieu, ven­
en « zone d’alerte maximale » ble » à Nice et Bordeaux, et « une âgées supérieur à 50 dredi matin, avec la préfète de la
face à l’épidémie de Covid­19 a été inflexion positive » à Rennes et Clermont- Alerte maximale (10 territoires) Loire, qui devait annoncer de nou­
critiquée, mais accueillie avec un Aix­Marseille, pour lesquelles il a Ferrand Lyon Taux d’incidence supérieur velles mesures en fin d’après­
certain fatalisme par les élus de dit espérer « pouvoir annoncer des à 250 pour 100 000 habitants, midi.
ces communes. bonnes nouvelles la semaine pro­ Saint- Grenoble
Etienne et taux d’incidence pour les personnes
Alors qu’Aix­Marseille et Paris fi­ chaine », la tendance générale Bordeaux âgées supérieur à 100, part des malades « Épidémie de pauvreté »
guraient déjà dans cette catégo­ n’est pas bonne. « La situation sa­
Montpellier Nice du Covid dans la réanimation au niveau « Si les bars ferment et si les restau­
rie, d’autres métropoles pour­ nitaire continue hélas de se dégra­ Toulouse régional supérieure à 30 % rants ont de nouvelles restrictions,
raient bientôt les rejoindre, a pré­ der en France », a­t­il souligné. ce sera un nouveau coup de mas­
Métropole Etat d’urgence sanitaire (0 territoire)
venu le ministre de la santé, Oli­ Aix-Marseille
sue pour l’économie locale », dé­
vier Véran, lors de sa conférence « Une décision lourde » Hors zone d’alerte (29 départements) plore Irène Breuil, présidente de
de presse hebdomadaire, jeudi Le nombre de personnes diagnos­ Guadeloupe Martinique Mayotte La Réunion Guyane la chambre de commerce et d’in­
8 octobre. Toulouse et Montpel­ tiquées positives au Covid­19 au dustrie de Saint­Etienne, chargée
lier, qui présentent « des caracté­ cours des sept derniers jours dé­ d’appliquer le plan de relance
Source : Santé publique France
ristiques épidémiques inquiétan­ passe les 116 pour 100 000 habi­ gouvernemental dans le départe­
tes », pourraient ainsi intégrer tants en France, ce taux d’inci­ Infographie Le Monde ment. « Cela me semble un peu fa­
cette liste d’ici à lundi matin. Di­ dence étant bien supérieur dans cile de dire que l’on arrêtera le Co­
jon et Clermont­Ferrand ont été les métropoles qui basculent en vid uniquement en ciblant les bars
placées en « zone d’alerte renfor­ zone d’alerte maximale : 270 à hôpitaux de la région. « C’est une Patrick Goldstein, pour qui « les et les restaurants. Pourquoi n’ap­
cée », un cran en dessous. Lyon, 306 à Saint­Etienne, 279 à décision lourde » qui « veut dire mesures qui ont été appliquées à LES MALADES plique­t­on pas également des jau­
Dans ces métropoles où la situa­ Grenoble et 308 à Lille, soit au­des­ qu’on va prendre une marée très Paris depuis maintenant une se­  DU COVID­19  ges dans les centres commer­
tion s’est trop dégradée, les bars sus du seuil d’alerte de 250 nou­ forte et qu’il faut mettre toutes les maine doivent incontestablement, ciaux ? », s’interroge­t­elle.
devront rester fermés pour au veaux cas pour 100 000 habitants. forces dans la bataille », prévient si on regarde ces indicateurs, s’ap­ OCCUPENT DÉSORMAIS  A Grenoble, le maire, Eric Piolle,
moins quinze jours, tandis que les Sur tout le pays, plus de Aurélien Rousseau, le directeur pliquer à notre métropole lilloise ». a jugé, jeudi soir, « un petit peu dé­
restaurants devront appliquer un 1 400 patients atteints du Co­ général de l’agence. Les patrons de bars, en colère PRÈS DE 41 % DES LITS  routant » le passage de sa ville en
protocole sanitaire strict : dis­ vid­19 se trouvaient jeudi en réa­ Les malades du Covid­19 oc­ après les nouvelles restrictions sa­ zone d’alerte maximale, car « les
tance minimum entre les tables, nimation sur un total de quelque cupent désormais près de 41 % des nitaires et la fermeture de leurs
DE RÉANIMATION chiffres n’ont pas grandement évo­
recueil des coordonnées des 5 000 lits. Jeudi matin, l’agence ré­ lits de réanimation. Le passage établissements à 22 heures appli­ lué depuis la semaine dernière ». A
clients… Les foires et salons pro­ gionale de santé (ARS) Ile­de­ à 60 % déclencherait « l’état d’ur­ quées depuis le 24 septembre, ses yeux, les mesures administra­
fessionnels devraient être inter­ France a annoncé l’activation du gence sanitaire », a ainsi expliqué avaient manifesté leur ire, le M. Véran, en visitant le centre de tives prises ces dernières semai­
dits, tandis que des jauges plus li­ « plan blanc renforcé » dans les M. Véran, jeudi, en reconnaissant 29 septembre. Un rassemblement dépistage de Gerland. Le disposi­ nes « ont créé une épidémie de pau­
que ce statut pourrait alors « s’ac­ était prévu, vendredi 9 octobre, tif, installé dans le palais des vreté car ce sont tous les petits bou­
compagner d’autres mesures, avec à l’appel du collectif Main dans la sports, permet de tester de 450 à lots qui s’arrêtent. Ces personnes­là
Le fonds de solidarité va aider des fermetures de commerces non
essentiels ». « Mon message n’est
main pour sauver nos entrepri­
ses, lancé par Guillaume Delbarre,
1 500 personnes par jour, avec des
résultats disponibles en moins de
ne sont pas accompagnées par la
bonne mesure, qui est le chômage
75 000 entreprises de plus pas de dire : on va vers ça », a­t­il
toutefois prévenu.
patron du Privilège, un bar du
Vieux­Lille, qui dit avoir vécu l’an­
douze heures. Pour l’élu écolo­
giste, « il y a des aménagements
partiel ».
L’édile écologiste a fait part de
A Lille, le basculement de la mé­ nonce de la fermeture des bars possibles », et « sans cesse accroî­ son inquiétude sur les vacances
convaincu qu’il faudra « vivre avec le virus », mais que la tropole en zone d’alerte maxi­ comme « un coup de massue ». tre la contrainte n’est pas toujours scolaires de la Toussaint. « Quelle
préoccupation sanitaire et la question économique doivent male n’a pris personne de court. la bonne pédagogie ». décision prendre pour les dizaines
aller de pair, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a an­ Après avoir demandé, le 1er octo­ Manque de prévoyance Alors que le taux d’occupation de milliers d’étudiants qui vont re­
noncé, jeudi 8 octobre, un élargissement et un renforcement bre, au premier ministre, Jean S’il n’a pas marqué son désaccord des lits de réanimation monte à partir chez eux et potentiellement
du fonds de solidarité, afin de soutenir les secteurs qui Castex, que sa ville bénéficie d’un de façon aussi tonitruante que 31 %, le professeur Bruno Lina, contaminer des proches en situa­
n’étaient pas encore inclus dans le périmètre de ce dispositif. sursis de dix jours, la maire, Mar­ son homologue marseillaise, Mi­ membre du conseil scientifique, tion de vulnérabilité ? », a­t­il de­
Bercy répond ainsi positivement aux demandes des filières tine Aubry, a dû se résigner cette chèle Rubirola, le maire de Lyon, estime que « la tendance est en mandé, précisant avoir « lancé un
pénalisées par les dernières restrictions sanitaires, comme fois à ce nouveau statut au regard Grégory Doucet, juge, lui aussi, in­ train de s’améliorer » dans la ville. comité avec l’ensemble du monde
l’événementiel, les salles de sport ou de fitness, les entreprises des mauvais chiffres des derniers juste la batterie de restrictions dé­ « Avec le port du masque, l’hygiène, universitaire pour faire cette pré­
du monde de la culture, celles de relation publiques, les servi­ jours. La situation de la métropole sormais imposées à sa ville. « On a la distanciation, les tests rapides, il vention­là » auprès des jeunes. 
ces de sécurité… D’autres professions sont visées par cet élar­ du Nord est « incontestablement les moyens pour répondre à l’évo­ n’est pas nécessaire d’augmenter françois béguin,
gissement : les graphistes, très dépendants de l’événementiel une des plus mauvaises de lution de l’épidémie, pas la peine les mesures qui sont prises », as­ luc chatel, laurie moniez,
ou de la culture, les loueurs de voitures ou les fleuristes qui vi­ France », estimait, jeudi matin, le d’aller plus loin », déclarait­il, mer­ sure le chercheur lyonnais. Cons­ benoît pavan
vent des réceptions ou autres mariages. Sont aussi concernés chef des urgences du CHU de Lille, credi, la veille des annonces de tant dans la critique du gouverne­ et richard schittly
la blanchisserie, liée à l’activité hôtelière, et les arts de la table,
suspendus aux commandes des restaurateurs…
Au total, 31 activités dont l’inventaire n’aurait pas été désa­
voué par Prévert, puisqu’il va jusqu’aux bouquinistes des
quais de Seine, victimes de la désertion des touristes étrangers
ou les fabricants de foie gras, qui souffrent également de l’arrêt
des festivités. Selon Bercy, 75 000 entreprises supplémentaires
sont éligibles aux sommes versées par le fonds de solidarité.

Conditions assouplies
Mis en place dès mars pour aider les TPE (indépendants, mi­
cro­entrepreneurs et professions libérales) ayant fait l’objet
d’une interdiction d’accueil du public, le fonds de solidarité
permet de toucher une aide mensuelle comprise entre 1 500
et 10 000 euros, suivant la taille de l’entreprise et la perte de
chiffre d’affaires. Financé par l’Etat et les régions, avec une
contribution de 400 millions d’euros du secteur des assuran­
ces, le fonds de solidarité a déjà permis de verser 6 milliards
d’euros au bénéfice de 150 000 d’entreprises, principalement
dans les secteurs de l’hôtellerie ou la restauration, et répon­
dant à des conditions précises : lesdites entreprises devaient
compter dix salariés au maximum, réaliser un chiffre d’affai­
res inférieur à 2 millions d’euros (sous certaines conditions)
et un bénéfice annuel imposable inférieur à 60 000 euros.
Ces conditions sont dorénavant assouplies : le fonds est ac­
cessible aux sociétés comptant jusqu’à 50 salariés. Celles qui
subissent, en raison des contraintes sanitaires, une perte de
chiffre d’affaires allant jusqu’à 70 % pourront également solli­
citer cette aide, alors que le seuil était précédemment fixé à
80 % du chiffre d’affaires.
Autres mesures annoncées par Bruno Le Maire : l’extension
de la prise en charge à 100 % du chômage partiel pour cer­
tains secteurs (tourisme, événementiel, culture et sport) jus­
qu’à la fin de l’année 2020 et l’exonération des cotisations so­
ciales pour les entreprises faisant l’objet d’une fermeture ad­
ministrative, totale ou partielle. Et ce « jusqu’à ce que les mesu­
res de restriction soient levées ». 
béatrice madeline
0123
12 | planète SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

C R I S E   S A N I TA I R E

L’Italie en alerte la « vague », manquait de tout et a


failli s’effondrer. Désormais, dans
la lutte contre l’épidémie, l’Italie,
premier pays à avoir dû l’affronter,
SI LA TENDANCE À LA 
HAUSSE EST TROP NETTE 
cherchant à mobiliser autour de
ce thème, le chef politique de la
Ligue, Matteo Salvini (extrême
droite) n’a réussi qu’à entamer son
n’ont été que très peu allégés. Par
exemple, sur les trains à grande
vitesse, on continue à ne mettre
en vente qu’une place sur deux,

et fière de POUR NE PAS ÊTRE 
fait partie des « bons élèves », de capital de popularité. pour permettre le plus de distan­
ceux que l’on cite en exemple pour A l’inverse, le président du con­ ciation physique possible. Cette
ses bonnes pratiques publiques et INQUIÉTANTE, LA SITUATION  seil, Giuseppe Conte, est au plus contrainte, au coût économique
le civisme des populations. haut dans les sondages. Lui qui, astronomique, a conduit la com­
RESTE RELATIVEMENT 

résister au virus
Certes, ces derniers jours, le depuis le début de la crise, ne cesse pagnie privée Italo, concurrente
rythme de la contagion s’est accé­ CONFORTABLE  d’en appeler au sens de l’effort et de l’opérateur public Trenitalia, à
léré, comme partout ailleurs en du sacrifice de ses concitoyens, demander l’aide de l’Etat pour
Europe. Selon le dernier bulletin SUR LE PLAN HOSPITALIER reste stable, autour des 65 % d’opi­ compenser ce manque à gagner,
quotidien de la protection civile nions favorables, un niveau tout menaçant, dans le cas contraire,
Les Italiens respectent italienne, délivré en fin d’après­
midi, jeudi 8 octobre, tous les hors de contrôle, et la situation
simplement inédit dans l’histoire
de la République italienne.
de mettre la clé sous la porte.
Dans la même logique, les écoles
les consignes et apprécient indicateurs montrent une rapide
aggravation de la situation. Avec
menace de devenir très tendue sur
le front hospitalier, les infrastruc­
De même, lors des élections ré­
gionales des 20 et 21 septembre,
italiennes qui ont ouvert leurs
portes à partir du 14 septembre,
la fermeté de Giuseppe Conte, 4 458 nouveaux cas (et une
moyenne hebdomadaire de 60 %
tures sanitaires de la région étant
loin d’être comparables avec celles
les présidents sortants ayant rem­
porté les victoires les plus larges,
après plus de six mois de ferme­
ture, ont adopté des protocoles
le chef du gouvernement supérieure à celle de la semaine
précédente), 164 hospitalisés en
du nord du pays.
Si la tendance à une augmen­
Luca Zaia (Ligue, Vénétie) et Vin­
cenzo De Luca (Parti démocrate,
très contraignants, qui ont été sui­
vis, avec plus ou moins de facilité,
plus (dont 21 patients supplé­ tation est trop nette pour ne pas Campanie), ont précisément été sur l’ensemble du territoire.
mentaires en soins intensifs) et être inquiétante, la situation reste ceux qui ont tenu à leurs adminis­ Au­delà de la litanie des décrets
22 morts, l’Italie n’est pas épar­ relativement confortable sur le trés les discours les plus fermes et gouvernementaux et des inter­
rome ­ correspondant peut aller dans les zones non à gnée par la « deuxième vague » plan hospitalier. En effet, le pays intransigeants. Le gouverneur de dictions supplémentaires édic­
risque d’Europe. En Italie, par de contaminations, actuelle­ compte pour l’heure un peu plus la Campanie avait promis « le tées par les présidents de région,

A
ngela Merkel semblait exemple, ils agissent avec une ment à l’œuvre. de 4 000 hospitalisations, dont lance­flammes » à ses jeunes ad­ le plus impressionnant est que ces
très préoccupée, lundi grande prudence. » 358 en soins intensifs (au plus fort ministrés qui sortiraient sans rai­ restrictions sont suivies – voire
28 septembre, lors de sa Ces quelques mots d’éloges ont Pas de contestation de la crise, en avril, il y avait son durant le confinement ; il a été anticipées – par l’immense majo­
conférence de presse aussitôt été repris à l’infini par les Contrairement au printemps, la 4 000 malades en réanimation). réélu avec 70 % des suffrages. rité des Italiens. Bien sûr, la peur
tenue à Berlin au sortir d’une réu­ médias italiens. « Merkel conseille Lombardie est relativement épar­ Cela n’a pas empêché les régions Après un confinement très des amendes n’est pas pour rien
nion en ligne avec les dirigeants l’Italie pour les vacances », a ainsi gnée par cette recrudescence, tan­ italiennes de prendre des mesures strict, le gouvernement a veillé à dans l’attention extrême portée
des Länder. Alors que l’épidémie titré immédiatement le Corriere dis que c’est cette fois­ci le Latium de restriction dès la fin du mois de ce que le déconfinement se fasse au port du masque et aux gestes
due au coronavirus repartait de della Sera, non sans une légère (région de Rome) et le sud de la septembre, notamment en impo­ de la façon la plus progressive et barrières que la population mani­
plus belle dans l’Europe entière, et exagération – il aurait été plus Péninsule qui sont les plus dure­ sant le port du masque en exté­ prudente possible. Ainsi, au prin­ feste. Mais elle compte sans doute
que l’Allemagne observait les pre­ juste de signaler qu’elle ne la dé­ ment touchés. La situation est rieur. Le gouvernement italien a temps, ont été adoptés des proto­ moins que le souvenir du
miers signes d’un redémarrage de conseillait pas. Mais, pour le reste, particulièrement préoccupante d’ailleurs généralisé cette obliga­ coles sanitaires très stricts – voire drame de la Lombardie, notam­
la contagion, la chancelière alle­ l’hommage est sans ambiguïté : il a dans la région de Naples. Avec tion, à compter du 8 octobre, sans kafkaïens –, notamment dans ment, fin mars, les images de ces
mande a dissuadé ses concitoyens aussitôt été vu, en Italie, comme la 757 nouveaux cas enregistrés en que cela entraîne, pour l’heure, la l’hôtellerie, la restauration ou les convois militaires qui empor­
de se rendre dans les diverses preuve d’un basculement. Campanie pour un peu moins de moindre contestation dans l’opi­ transports en commun. Et alors taient loin de Bergame les cer­
zones à risque, qui se multipliaient Oublié ce terrible mois de 10 000 tests, soit un taux de posi­ nion publique : aucun mouve­ même que les chiffres de l’épidé­ cueils qui s’entassaient, faute de
en Europe. Avant d’ajouter : « On mars 2020 où le système de santé tifs de près de 8 %, la progression ment antimasque n’est parvenu à mie étaient plutôt encourageants, place dans les églises. 
peut voyager en Allemagne, et on lombard, dépassé par l’ampleur de de la contagion semble désormais se développer en Italie et, en au début de l’été, ces protocoles jérôme gautheret

Cacophonie et inquiétude en Allemagne face Epreuve de force sur le


à la hausse du nombre de contaminations confinement de Madrid
L’Etat et la région divergent sur la gestion
Le projet de certaines régions de limiter la liberté de circulation dans le pays fait polémique sanitaire de la capitale espagnole

berlin ­ correspondant nal de Mecklembourg­Poméra­ ces dissonances ont enfin ravivé le madrid ­ correspondante nes de décourager les déplace­
LE MINISTRE  nie­Occidentale, au bord de la débat, toujours prêt à enflammer ments.

L a dernière fois que l’Allema­


gne avait enregistré plus de
4 000 nouveaux cas de
Covid­19 en vingt­quatre heures,
c’était le 9 avril, pendant le confi­
DE LA SANTÉ, JENS 
SPAHN, S’EST DIT 
« EXTRÊMEMENT 
Baltique, décidait d’imposer une
quarantaine incompressible de
cinq jours à l’ensemble des voya­
geurs venant d’une « zone à ris­
que », le Land voisin du Schleswig­
l’Allemagne, sur les vertus et les li­
mites du fédéralisme.
Avec parfois des prises de posi­
tion intéressantes à observer d’un
point de vue politique à un an des
S ous le regard de plus en
plus incrédule et déconte­
nancé des Madrilènes, le
vaudeville de la gestion chaotique
de la pandémie de Covid­19 dans
« Nous demandons aux Madrilè­
nes de ne pas sortir de Madrid », a
insisté la présidente de la commu­
nauté autonome de Madrid, la
conservatrice Isabelle Diaz Ayuso,
nement. Le seuil a de nouveau été PRÉOCCUPÉ »  Holstein annonçait, de son côté, élections législatives. Par exemple la capitale espagnole a connu un quelques heures après la décision
franchi, jeudi 8 octobre, et les auto­ qu’il accepterait toute personne de la part du conservateur Markus nouveau revirement, jeudi 8 oc­ de justice. C’est pourtant elle qui
rités craignent qu’il ne soit bientôt munie d’un test négatif réalisé Söder (CSU), le ministre­président tobre. Six jours après avoir été dé­ se trouve à l’origine du recours dé­
largement dépassé. « Il est possible à un an du départ attendu d’Angela dans les quarante­huit heures. de Bavière, qui se fait le chantre de crétée, la fermeture de la ville, où posé devant la justice contre la
que nous ayons plus de 10 000 cas Merkel de la chancellerie. Dans un souci de cohérence, une règles « uniformes » sur l’ensemble il n’était plus possible d’entrer ni fermeture de la capitale.
par jour et que le virus se propage En début de semaine, les choses visioconférence a été organisée, du territoire, alors que son Land de sortir que pour des motifs pro­ La dirigeante locale du Parti po­
de façon incontrôlée », a prévenu paraissaient pourtant claires. « Je mercredi après­midi, entre les est traditionnellement l’avocat le fessionnels, éducatifs ou sanitai­ pulaire (PP), qui n’est pas à une
Lothar Wieler, le président de l’ins­ ne crois pas qu’il faille sans cesse responsables des Länder et le chef plus résolu des autonomies régio­ res, a été annulée par le tribunal contradiction près, a promis des
titut de santé Robert­Koch, jeudi, parler de nouvelles mesures de res­ de la chancellerie fédérale, Helge nales. Une conversion aux atouts supérieur de justice de Madrid. mesures « sensées, justes et pondé­
lors d’une conférence de presse. triction. J’aimerais déjà que les rè­ Braun. Mais le résultat a été mi­ du centralisme analysée par cer­ Dans leur décision, les six ma­ rées » afin de compenser la fin du
Présent à ses côtés, le ministre de gles actuellement en vigueur soient tigé. Si plusieurs régions se sont tains comme la preuve que le chef gistrats soulignent que les restric­ « confinement périmétral » dans la
la santé, Jens Spahn, s’est dit lui respectées », déclarait M. Spahn, mises d’accord sur des règles plus de la CSU se prépare à être candi­ tions imposées à Madrid et à neuf capitale. Mais, dans la nuit, le chef
aussi « extrêmement préoccupé » lundi. Cela n’a pas empêché le ou moins communes, d’autres re­ dat à la succession de Mme Merkel. communes proches « affectent du gouvernement, Pedro Sanchez,
par ces chiffres. « Jusqu’à présent, Land de Berlin d’annoncer, le fusaient toujours, jeudi, le prin­ A un an des législatives, les des droits et libertés fondamenta­ a annoncé la réunion d’un conseil
pratiquement aucun pays en Eu­ lendemain, que les bars, les res­ cipe même de restrictions de cir­ vieilles rivalités politico­régiona­ les ». Or, ceux­ci ne peuvent être des ministres extraordinaire, ven­
rope n’a réussi à traverser cette crise taurants et les magasins seraient culation à l’intérieur du territoire les sont en tout cas de retour. En limités par la loi invoquée par le dredi matin, dans le but de décré­
aussi bien que le nôtre. Il dépend de fermés de 23 heures à 6 heures du allemand, à l’instar de Berlin ou de témoigne l’avalanche de critiques ministère de la santé. Ils tancent le ter l’état d’alerte à Madrid.
chacun de nous de ne pas gâcher ce matin à partir de samedi, et ce au la Thuringe… Inédites depuis le proférées ces derniers jours par de gouvernement et rappellent que Epicentre de la seconde vague
qui a été accompli », a­t­il déclaré. moins jusqu’au 31 octobre. confinement du printemps, ces nombreux responsables conser­ le royaume ne se trouvant plus en pandémique, la capitale est aussi
Depuis le début de l’épidémie, entraves à la liberté de mouve­ vateurs contre la majorité de gau­ état d’alerte, un nouveau cadre ju­ devenue le théâtre d’une bataille
un peu plus de 9 500 personnes Efficacité discutée ment ont déclenché de vives criti­ che à la tête du Land de Berlin, ridique aurait dû être approuvé. politique entre le gouvernement
sont mortes du Covid­19 en Parallèlement, des Länder ont ques. D’abord, parce qu’elles ont celui où le taux d’incidence est le La fermeture des bars et restau­ espagnol, las d’attendre une réac­
Allemagne, soit 115 pour 1 million décidé d’interdire les séjours à été annoncées sans la moindre plus élevé (50,2 pour 100 000 habi­ rants à 23 heures et la réduction de tion ferme de la région face à la
d’habitants (contre environ l’hôtel et dans les résidences tou­ coordination, prenant tout le tants). « La situation à Berlin m’in­ leur capacité de 50 % ont en re­ hausse des cas et des hospitalisa­
500 en France, 600 en Italie, ristiques aux voyageurs venant de monde de court, et ce à quelques quiète particulièrement. J’ai peur vanche été maintenues, tout tions, et la communauté de
700 en Espagne et 870 en Belgi­ « zones à risque », autrement dit là jours des vacances d’automne, qu’elle ne soit plus contrôlable », comme l’interdiction des réu­ Madrid, désireuse de préserver
que). Quant aux malades du où le nombre de contaminations rendant celles­ci difficiles à pré­ déclarait ainsi M. Söder, mardi, nions de plus de six personnes. l’économie en ne confinant que
Covid­19 en réanimation, ils sont pour 100 000 habitants dé­ voir pour beaucoup de familles. depuis la capitale bavaroise, les quartiers où l’incidence est de
environ 240 outre­Rhin (contre un passe 50 pendant sept jours d’affi­ Ensuite, parce que leur efficacité jouant à plein l’opposition tradi­ Epicentre de la seconde vague plus de 1 000 cas pour 100 000 ha­
peu plus de 1 400 dans l’Hexa­ lée. Mais cela s’est vite transformé sanitaire est très discutée. « Inter­ tionnelle entre Munich la discipli­ Alors qu’un week­end de trois bitants sur quatorze jours.
gone). Dans un tel contexte, carac­ en cacophonie totale, chaque ré­ dire les séjours à l’hôtel aurait du née et Berlin la libertaire. jours se profile, à l’occasion de la Seule lueur d’espoir, au cours
térisé, d’un côté, par une forte gion profitant des prérogatives sens si on avait la preuve qu’il s’agit A gauche, la riposte n’a pas tardé. fête nationale, le 12 octobre, le di­ des derniers jours, la région a vu
hausse des contaminations mais, considérables que lui confère la d’un facteur de contamination. « Personne n’a instrumentalisé po­ recteur du centre de coordination les courbes d’hospitalisation et
de l’autre, par un nombre toujours structure fédérale de l’Allemagne Mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui litiquement le nombre très éle­ de la pandémie, l’épidémiologiste d’incidence s’aplanir. Elles de­
relativement bas de cas graves et pour fixer ses propres règles. le virus se propage principalement vé de contaminations en Bavière et Fernando Simon, n’a pu qu’ex­ meurent cependant très élevées,
de décès, la stratégie allemande de En l’espace de quelques heures, lors de fêtes privées, de mariages, en Rhénanie­du­Nord­Westpha­ horter les Madrilènes à faire avec un taux d’occupation des
lutte contre le Covid­19 est de on apprenait ainsi que certains de grands rassemblements dans lie », Land dirigé par un autre preuve de « responsabilité » et à ne hôpitaux par des malades du
moins en moins lisible. Länder souhaitaient interdire de des endroits fermés. C’est typique­ conservateur, Armin Laschet, lui se rendre ni dans leur résidence Covid­19 de 21 % (40 % dans les
Les derniers jours l’ont montré, séjour tous les voyageurs venant ment le genre de mesure bureau­ aussi potentiel candidat à la chan­ secondaire à la campagne, ni en services de soins intensifs). Plus
avec une succession d’annonces de Berlin, tandis que d’autres cratique qui n’aura aucun effet », cellerie, a ainsi réagi Lars Klingbeil, vacances sur la côte. Selon la généralement, l’Espagne tout en­
contradictoires entre gouverne­ étaient prêts à accueillir ceux déclarait ainsi le député social­dé­ le secrétaire général du SPD. Avant presse nationale, le gouverne­ tière fait face à une forte reprise
ment fédéral et Länder, donnant le habitant un arrondissement de la mocrate (SPD) Karl Lauterbach, d’ajouter : « Markus Söder joue ici ment d’Andalousie, région en épidémique, qui provoque en
sentiment d’un manque criant de capitale où le taux d’incidence est lui­même épidémiologiste, jeudi, les mini­Trump à vouloir diviser le proie elle aussi à une forte aug­ moyenne plus d’une centaine de
coordination, le tout sur fond de inférieur à 50. Autre exemple : dans un entretien au site d’infor­ pays. C’est indécent. »  mentation des cas de Covid­19, morts par jour. 
rivalités politiques grandissantes alors que le gouvernement régio­ mation T­Online. Sans surprise, thomas wieder aurait prié les autorités madrilè­ sandrine morel
FRANCE
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 | 13

Emoi après l’agression de deux policiers
Le scénario de l’attaque par trois hommes à Herblay se dessine. Une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre

U
n acte d’une « grande
sauvagerie » pour le
premier ministre,
Jean Castex ; des fonc­
tionnaires « massacrés » pour le
ministre de l’intérieur, Gérald
Darmanin ; un drame « insuppor­
table », pour le garde des sceaux,
Eric Dupond­Moretti… Le gouver­
nement n’a pas eu de mots assez
durs pour qualifier la « tentative
de meurtre », selon les mots du
directeur général de la police
nationale, Frédéric Veaux, à l’en­
contre de deux fonctionnaires, à
Herblay­sur­Seine (Val­d’Oise),
dans la nuit du mercredi 7 au
jeudi 8 octobre.
Le scénario de cette violente
agression commence peu à peu à
se dessiner. Selon les premiers
éléments de l’enquête donnés par
le parquet de Pontoise, ces deux
membres de la police judiciaire de
Cergy­Pontoise, un major de
45 ans et un gardien de la paix de
30 ans, étaient en mission de sur­
veillance en civil, à bord de leur
véhicule dans une zone indus­
trielle, quand ils ont été pris à par­
tie par trois individus. Après avoir
indiqué leur qualité, ils ont été ex­
traits de leur voiture et roués de
coups. Les malfaiteurs auraient
cru avoir affaire à des gens du
voyage déguisés. S’emparant des
armes de service des agents, ils
leur ont tiré dessus à sept repri­
ses, les atteignant six fois.

Trois suspects
L’un des deux policiers, le plus
jeune, a été touché quatre fois, au A Herblay­sur­Seine (Val­d’Oise) le 8 octobre, sur les lieux de l’agression des deux policiers la nuit précédente. VÉRONIQUE BEAUGRAND/MAXPPP
genou, à la cuisse et à l’abdomen.
Il était toujours hospitalisé ven­
dredi entre la vie et la mort, à l’hô­ positaire de l’autorité publique ». A l’époque, quatre policiers Ludovic Collignon, d’Alliance Po­ « gilets jaunes ». La dernière
pital Bichat à Paris (18e arrondis­ Elle a été confiée à la direction ré­ avaient été attaqués et brûlés avec lice nationale interrogé par Le Pa­
En 2016, le drame étude, publiée en novembre 2019
sement). L’autre, le major, a reçu gionale de la police judiciaire de un cocktail Molotov jeté à l’inté­ risien, « les agressions [sont] quasi de Viry-Châtillon, par l’Observatoire national de la
deux balles dans la jambe. Moins Versailles, en collaboration avec rieur de leur véhicule. « Avant, le quotidiennes dans le Val­d’Oise. délinquance et des réponses
gravement touché, il a réussi à la direction centrale de police ju­ fait d’être policier protégeait de ce Mais aller tirer à bout portant sept
– quatre policiers pénales, recensait 25 policiers et
donner l’alerte. Il était hospitalisé diciaire. Les agresseurs ont égale­ type d’agression. Maintenant, ils fois, je n’ai jamais vu cela ». attaqués gendarmes tués durant l’exercice
jeudi à Pontoise, mais ses jours ment dérobé un téléphone porta­ n’ont plus peur de nous, c’est de leurs fonctions en 2018 (contre
n’étaient pas en danger. Il a été en­ ble, une radio et ont dégradé le vé­ même l’inverse. Il y a la volonté, « Cette affaire nous bouleverse »
puis brûlés – 15 en 2017). Par ailleurs,
tendu par les enquêteurs. hicule de police. Selon les infor­ quand on a l’occasion, de se faire Il y a quatre ans, l’agression de avait provoqué « 20 306 policiers et gendarmes ont
Les deux hommes présentent mations du Monde, la trace des un flic », témoignait à chaud, Viry­Châtillon avait provoqué un déclaré avoir été blessés ou s’être
en outre de nombreuses traces de trois suspects n’avait toujours pas jeudi, un commissaire de police. profond séisme au sein de la pro­
un profond blessés dans le cadre de leurs activi­
coups, notamment à la tête, avec été retrouvée jeudi soir. Les syndicats de police ont vive­ fession. Le Mouvement des poli­ séisme au sein tés, que ce soit en mission de police
une fracture du crâne pour le pre­ L’émoi politique fait écho à la ment réagi toute la journée de ciers en colère, qui avait secoué ou durant les heures de service »,
mier. Il y a eu « selon toute vrai­ forte émotion au sein des forces jeudi. Linda Kebbab, déléguée na­ l’institution, était né peu de
de la profession précise le rapport. 53 % d’entre
semblance la claire intention de de l’ordre. Les tentatives de meur­ tionale d’Unité SGP Police FO, a temps après. La hiérarchie vou­ eux ont été blessés au cours d’une
tuer », a expliqué Gérald Darma­ tre par arme à feu contre des poli­ confié sur Europe 1 son « effroi », drait éviter une onde de choc de mission, comme les deux poli­
nin. Le ministre de l’intérieur s’est ciers restent peu fréquentes en sa « colère » et son « désespoir » cet acabit. Frédéric Veaux, le di­ Ces dernières années, les indica­ ciers d’Herblay, soit une hausse de
rendu au chevet du second fonc­ France, mais la violence de la après avoir appris la nouvelle : recteur général de la police natio­ teurs de la violence à l’encontre de 15 % par rapport à 2017. Un chiffre
tionnaire jeudi matin, pour lui scène décrite a spontanément fait « On a le sentiment que pour la nale, a adressé une lettre à ses membres des forces de l’ordre interpelle particulièrement : le
apporter son soutien. ressurgir dans les rangs les ima­ moindre petite mission anodine, troupes jeudi. « Cette affaire nous sont en constante augmentation, nombre de policiers blessés par
Une enquête a été ouverte par le ges du drame de Viry­Châtillon une simple vérification de domi­ révolte et nous bouleverse », avec un fort effet dû aux opéra­ arme (de tout type) a bondi de
parquet de Pontoise pour « tenta­ (Essonne), survenu quatre ans cile, comme on en fait tous les jours écrit­il aux fonctionnaires, pour tions de maintien de l’ordre dans 60 % entre 2017 et 2018. 
tive de meurtre sur personne dé­ plus tôt, jour pour jour. (…), notre vie est en danger. » Pour les assurer de son soutien. le cadre des manifestations des nicolas chapuis

Les politiques dénoncent « un acte de grande sauvagerie »


L’agression des deux policiers a ravivé la question de l’insécurité, alors qu’un déplacement ministériel sur la délinquance est prévu ce vendredi

D ans la communication
gouvernementale,
mercredi 7 octobre de­
vait être le moment de la rencon­
tre du chef de l’Etat avec les sinis­
ce
« Cela fait un
moment que l’on
sent monter une
ble », appelant à ce que les auteurs
soient arrêtés et jugés.
Hasard du calendrier, les trois
hommes étaient attendus ven­
dredi à Toulouse pour la signa­
indignée dès mercredi sur Twit­
ter. Que faut­il faire pour que le
gouvernement prenne la situation
au sérieux et décrète un énorme
tour de vis contre la criminalité ? »
ajouté. Face à ses contempteurs,
le ministre de l’intérieur a réfuté
une attitude « ignoble » de la part
de la présidente du RN, ajoutant :
« Quand des policiers se battent
doute « pas dénué de fondement,
ni d’intelligence ». « On a peut­être
laissé filer une idéologie, selon moi
mortifère, qui consiste à excuser a
priori les auteurs d’actes criminels
trés de la tempête Alex, dans l’ar­
haine du flic » ture du premier « contrat de sécu­ Dans son sillage, Jordan Bardella, contre la mort, on ne fait pas de au prétexte qu’ils étaient d’origine
rière­pays niçois. Une séquence FRANÇOIS PUPPONI rité intégrée », un partenariat Etat­ vice­président du parti, évoquait politique sur eux. » étrangère », ajoute le député.
de cohésion nationale après la ca­ député (PS) du Val-d’Oise commune conçu « pour s’adapter des « barbares » montant « cha­ Au­delà de la droite tradition­ La gauche n’est pas en reste. Au
tastrophe naturelle. L’agression, aux besoins de sécurité du terri­ que fois d’un cran dans la vio­ nelle, au sein même de la majo­ Parti socialiste, le député du
dans la soirée, de deux policiers toire » et contrer la « banalisation lence » en raison d’« une justice rité, l’événement mobilise l’aile Val­d’Oise François Pupponi
en mission de surveillance, atta­ RTL, après un été marqué par de la délinquance du quotidien, toujours plus clémente », tandis droite comme d’anciens socialis­ estime ainsi que « cela fait un mo­
qués, dépouillés de leurs armes et les manifestations contre les vio­ comme l’ensemble des violences ». que le sénateur RN Stéphane Ra­ tes sur un discours d’ordre et de ment que l’on sent monter une
grièvement blessés par balles par lences policières. « On doit rétablir vier lâchait le mot de « racailles ». « valeurs ». La députée des Yveli­ haine du flic, cela fait longtemps
trois hommes à Herblay­sur­ l’autorité, rassurer nos policiers et Faiblesse gouvernementale La droite du parti Les Républi­ nes Aurore Bergé a estimé, jeudi, que les barrières sont tombées, c’en
Seine, dans le Val­d’Oise, a replacé nos gendarmes, leur donner les Si l’agression d’Herblay confère cains (LR) n’a pas été en reste pour que l’agression « reposait la ques­ est la confirmation ». Pour le dé­
au cœur du débat public la ques­ moyens matériels et juridiques », une nouvelle profondeur au dénoncer une forme de faiblesse tion de la réponse pénale », appe­ puté, « il faut comprendre que l’on
tion de l’insécurité et son cortège a­t­il assuré. déplacement, elle est aussi l’occa­ gouvernementale. Pour le prési­ lant à éviter que les auteurs de tels a basculé dans autre chose, il va
d’arrière­pensées politiques. Le premier ministre, Jean sion, pour les oppositions, de ton­ dent du parti, Christian Jacob, « il actes ne se retrouvent en liberté. falloir trouver une réponse adap­
Au ministère de l’intérieur, Castex, a fustigé pour sa part « les ner contre l’exécutif selon des li­ y a eu un laxisme, un laisser­faire, Pour le député LRM (Eure) Bruno tée ». Il n’y a guère que la gauche
Gérald Darmanin, adepte du lâches individus qui ont odieuse­ gnes bien connues et de libérer le un manque de réaction de ce Questel, « s’il ne faut pas faire d’un de la gauche qui se garde d’extra­
concept emprunté à l’extrême ment attaqué deux de nos poli­ lexique usuel de l’extrême droite. gouvernement. Le président, ses fait, aussi dramatique soit­il, une poler, Alexis Corbière (La France
droite d’« ensauvagement », s’est ciers ». Ces derniers « ont aussi pris La présidente du Rassemblement ministres n’ont pas pris la mesure rémanence de la société dans son insoumise, Seine­Saint­Denis) di­
ému, sur place, d’« actes de grande pour cible la République : elle n’ac­ national (RN) a ainsi été l’une des de l’explosion des agressions, ensemble, il est certain qu’il y a des sant simplement, sur Twitter, sa
sauvagerie (…), une sauvagerie qui ceptera jamais qu’on menace la premières à s’émouvoir de l’atta­ notamment en direction des forces barrières qui tombent ». « Il faut « solidarité » avec les deux poli­
est devenue quotidienne ». « Je vie de ceux qui la protègent », a­t­il que. « Hier nos pompiers agressés, de l’ordre », a­t­il déclaré sur Eu­ des valeurs, il faut du respect », esti­ ciers, tandis qu’au Parti commu­
pense à tous les policiers, tous les ajouté, tandis que le ministre de la cette nuit une tentative d’assassi­ rope 1. « J’entends les discours [de me­t­il, jugeant que le diagnostic niste, Stéphane Peu (Seine­Saint­
gendarmes, qui voient leur métier justice, Eric Dupond­Moretti, dé­ nat contre deux policiers. La situa­ M. Darmanin] mais concrètement d’un de ses anciens collègues so­ Denis) affirmait son « soutien ». 
décrié », a­t­il ajouté, jeudi soir sur nonçait un « drame insupporta­ tion devient gravissime, s’est­elle qu’est­ce qui a changé ? », a­t­il cialistes, Manuel Valls, n’était sans julie carriat
0123
14 | france SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Trafic de cannabis : une lutte « inefficace »


J UST I C E
Un proche de Manuel
Valls à la tête de la lutte
contre la radicalisation
Selon Le Parisien, le préfet
Christian Gravel devrait être
nommé à la direction du
Une étude du think tank Terra Nova conseille, pour tarir les trafics, d’aller vers la légalisation
Comité interministériel de
prévention de la délinquance

L « L’image
et de la radicalisation. Ancien es chiffres sont fièrement Mathieu Zagrodzki qui, dans le res à mener. Pour ce jeune poli­ le modèle de la livraison de nour­
conseiller en communication égrenés, comme autant rapport, se défend de toute cier, qui « rêvait » de travailler riture, change également la
de François Hollande, de témoins de la volonté qui revient, naïveté ou angélisme sur la ques­ dans la lutte contre les trafics, le donne. L’impossibilité d’inter­
l’homme est un proche de implacable de l’Etat de c’est celle de tion : « Le but de cette publication désenchantement est brutal : « Je cepter les communications sur
l’ex­premier ministre Manuel lutter contre le fléau de la drogue. n’est pas de se mettre du côté des voyais ça comme quelque chose de des messageries cryptées, conju­
Valls, dont il a été directeur « 612 interpellations, plus de 80 kg l’impression de trafiquants, ni de prôner une atti­ noble. Aujourd’hui, il reste le côté guée à la difficulté de « filocher »
de cabinet à la mairie d’Evry de stupéfiants, 10 635 euros et vider l’océan à tude défaitiste, encore moins de plaisant de bosser aux stups, on est les livreurs à scooter, qui ne trans­
(Essonne). « Son parcours et quatorze armes à feu saisis, faire passer le cannabis pour un privilégiés par rapport à d’autres portent qui plus est que de faibles
son investissement, notam­ 1 947 amendes forfaitaires dres­ la petite cuillère » produit inoffensif. Il s’agit simple­ services, les moyens, les enquêtes quantités, rend les enquêtes
ment dans le combat culturel sées » sur l’ensemble du territoire, MATHIEU ZAGRODZKI ment de répondre au mieux à la les filatures… Mais ce qu’on fait n’a extrêmement compliquées.
autour de Stop Djihadisme pour la semaine passée, an­ auteur de l’étude demande sociale de sécurité. En aucun sens. C’est totalement ineffi­ Pour se donner les moyens de
[site de prévention] au cours nonce le compte Twitter de de Terra Nova l’espèce, la police et l’institution cace. Croire qu’on va arrêter les démanteler ces réseaux de plus
du précédent quinquennat, Gérald Darmanin, dimanche judiciaire ne résolvent ni le pro­ trafics, c’est totalement utopique. en plus sophistiqués, Mathieu
son expertise quant aux sujets 4 octobre. Depuis sa nomination blème sécuritaire ni le problème Il faut regarder d’autres modèles. » Zagrodzki suggère « un change­
liés à la radicalisation en juillet, le nouveau ministre de sanitaire lié à la vente de stupé­ ment de direction ». « La légalisa­
et à la lutte contre les dérives l’intérieur a fait de la répression socié au Centre de recherches fiants. Elles ne répondent pas à la Enquêtes compliquées tion n’est pas la solution miracle,
sectaires justifient pleinement des trafics de stupéfiant la pre­ sociologiques sur le droit et les demande sociale en la matière, Face à cette réalité, le rapport de mais simplement une approche
de lui confier cette mission mière de ses priorités et la ma­ institutions pénales, spécialiste s’épuisent avec des affaires qui ont Terra Nova note des « disparités plus pragmatique permettant
exigeante », confie au Parisien trice de sa communication. des questions policières, plaide peu de sens, mènent des actions très importantes entre territoi­ d’affronter le problème sur le long
la ministre déléguée à l’inté­ Pour quels résultats ? Outre la « pour une autre stratégie policière ayant peu d’effets durables au prix res ». Certains quartiers sont très terme », écrit le chercheur. Sans
rieur, Marlène Schiappa. faiblesse des données avancées et pénale » : « Les Français sont les de ressources importantes. » fortement touchés par les nuisan­ occulter les risques, notamment
– en 2019, les services de police plus gros consommateurs de Si beaucoup de policiers sont ces générées par les trafics. Par socio­économiques pour les fa­
S A NT É ont saisi environ 100 tonnes de cannabis d’Europe et parmi les réticents à l’idée de dépénaliser le ailleurs, la loi n’est pas appliquée milles qui vivent de l’argent de
Cannabis médical : feu drogue et 87 millions d’euros plus gros consommateurs d’opia­ cannabis, le constat d’échec sur la de la même façon sur l’ensemble la drogue, il liste les avantages :
vert pour les premières d’avoirs, soit une moyenne de cés, malgré une des législations les stratégie est partagé. « On passe du territoire. « La consommation l’assèchement des réseaux, l’éco­
expérimentations quelque 2 tonnes et 1,7 million plus répressives. Ça ne fonctionne beaucoup plus de temps à s’achar­ est de facto dépénalisée dans nomie de centaines de milliers
Le ministère de la santé a d’euros par semaine –, la méthode pas. Il faut concentrer l’effort sur ner sur les consommateurs qu’à certains grands centres urbains, d’heures de travail policier consa­
publié, vendredi 9 octobre, employée suscite au sein de l’ap­ les gros trafics, et pour les assécher, essayer de démanteler les réseaux, estime l’étude. De l’aveu général, crées aux procédures pour usage
un décret très attendu par pareil policier et judiciaire une il faut aller vers une régulation ou raconte Cédric (qui a demandé les policiers ne ramènent pas au de stupéfiant, l’amélioration des
les malades autorisant les grande perplexité. Le retour de la une légalisation du cannabis. » l’anonymat), un gardien de la paix poste une personne contrôlée avec relations entre les forces de l’or­
premières expérimentations, politique du chiffre, le ciblage des travaillant dans une brigade de une faible quantité de cannabis. » dre et la population, le désengor­
dans un cadre très contrôlé consommateurs par la création Constat d’échec stupéfiants dans une grande ville. Plusieurs fonctionnaires expli­ gement de la chaîne pénale…
et limité, du cannabis à usage d’une amende forfaitaire et l’in­ Le débat, qui dure depuis des C’est une consigne politique, mais quent avoir leur propre échelle De son expérience à la brigade
thérapeutique. L’Assemblée tensification de la répression années, est cette fois­ci abordé c’est extrêmement chronophage, d’évaluation. « Pour moins de des stups, Cédric a retenu un
nationale avait permis ce test ressemblent à la poursuite d’une sous l’angle des professionnels ça épuise les gens, ça engorge les dix grammes, ça n’est pas la peine argument supplémentaire qui
grandeur nature en 2019, mais stratégie qui peine à démontrer de la sécurité et de la justice. Des commissariats et on ne constate d’aller plus loin (…), le gars va sortir plaide en ce sens : « On discute
il avait été retardé en raison son efficacité. magistrats et des policiers de aucune diminution du trafic ou de avant que j’aie fini de taper la pro­ souvent avec les trafiquants qu’on
de la crise sanitaire. L’expéri­ Dans une étude du think tank terrain ont été longuement audi­ la consommation. » cédure », confie une gardienne de a arrêtés, aucun d’entre eux n’est
mentation devra commencer de gauche Terra Nova, publiée tionnés pour ce rapport. Au total, 100 000 personnes la paix parisienne. favorable à la dépénalisation du
nécessairement avant vendredi 9 octobre, dont « L’image qui revient, c’est celle sont ainsi interpellées chaque La mutation du trafic, avec la cannabis. Ils n’auraient plus
mars 2021 et concernera Le Monde a eu connaissance, de l’impression de vider l’océan à année pour « usage simple » de mise en place de centrales d’ap­ d’emploi ! » 
3 000 patients. – (AFP.) Mathieu Zagrodzki, chercheur as­ la petite cuillère », explique drogue, avec autant de procédu­ pels et de services à domicile, sur nicolas chapuis

Pédocriminalité : un vaste coup de filet a mené à 65 interpellations


Les suspects ont consulté et téléchargé des vidéos pédopornographiques. Une quarantaine de départements sont concernés

A u terme d’une enquête


tentaculaire, dont il as­
sure la coordination,
l’Office central pour la répression
des violences aux personnes
ces personnes grâce au logiciel de
surveillance américain Child
Protection System (CPS), notam­
ment utilisé par le FBI.
« On a ciblé des profils – à 99 %
vidéos et photos pédopornogra­
phiques, de 100 disques durs,
70 téléphones, ordinateurs et
tablettes, 120 clés USB et d’une
centaine de CD et DVD. L’une des
et vidéos saisies, il se met en
scène en train de violer sa fille,
âgée de 14 ans. « Identifié par la
BPM de Paris, cet informaticien,
analyste programmeur, a été
Un informaticien
de 56 ans s’est
filmé en train
République de Montpellier. Ven­
dredi, le sexagénaire devait être
« présenté dans le cadre d’une
comparution à délai différé »,
ajoute M. Bélargent.
(OCRVP) de la direction centrale des hommes – qui nous sem­ personnes interpellées détenait placé en garde à vue et a reconnu de violer sa fille. A Gaillon (Eure), l’imam d’une
de la police judiciaire a lancé blaient inquiétants : soit des gens la masse colossale de 176 téraoc­ les faits, dont ceux de viols et mosquée a été arrêté, mardi, pour
un coup de filet antipédocrimi­ qui avaient déjà été condamnés, tets de données téléchargées. Un d’agressions sexuelles, indique
Il a été mis en avoir consulté et téléchargé – se­
nel d’une envergure inédite en soit des gens qui présentaient un système hydraulique lui permet­ Antoine Pesme, vice­procureur examen pour lon lui « par curiosité » – plusieurs
France. Comme l’ont révélé environnement professionnel ou tait de refroidir ses serveurs de la République de Créteil. Il a été centaines d’images pédoporno­
Le Parisien et RTL, 65 personnes, familial qui pouvait les pousser à informatiques. mis en examen pour importation,
viols incestueux graphiques. Ce quinquagénaire,
âgées de 28 à 75 ans, et soupçon­ passer à l’acte », explique le com­ Les perquisitions et l’analyse enregistrement, détention et dif­ sur mineure de nationalité algérienne, a été
nées de se livrer à du télécharge­ missaire divisionnaire Eric Bérot, des supports informatiques ont fusion d’images pédopornogra­ jugé jeudi en comparution immé­
ment de fichiers pédopornogra­ chef de l’OCRVP. Avec cette opéra­ mis au jour des contenus « d’une phiques depuis 2011 et pour agres­ diate au tribunal d’Evreux et a été
phiques, ont été interpellées et tion inédite, on a voulu mettre un violence insoutenable », comme le sions sexuelles et viols incestueux donné les remontées d’informa­ condamné à six mois de prison
placées en garde à vue, de lundi 5 coup de projecteur sur un phéno­ souligne Eric Bérot (scènes sur mineure de moins de 15 ans tions » lors de l’enquête, laissant ferme puis incarcéré. A Valencien­
à jeudi 8 octobre, dans une mène inquiétant et montrer que la sadomasochistes, viols de nour­ avec ascendant depuis 2014. » « les parquets et services de po­ nes (Nord), un homme a été
quarantaine de départements, France se donne les moyens de lut­ rissons). Treize personnes inter­ Mercredi, le quinquagénaire a été lice judiciaire locaux se saisir de condamné en comparution im­
dont le Val­de­Marne, le Pas­de­ ter contre cette déviance qui tou­ pellées étaient déjà inscrites au placé en détention provisoire. leur affaire ». médiate à dix mois ferme.
Calais, le Nord, la Seine­Maritime, che toutes les catégories de la so­ fichier judiciaire automatisé des Au Havre (Seine­Maritime), les Le secrétaire d’Etat chargé de
l’Eure, l’Hérault, le Var, et les Pyré­ ciété : chômeurs, cadres, profes­ auteurs d’infractions sexuelles et « 300 gigaoctets de fichiers » autorités ont interpellé un couple l’enfance et des familles, Adrien
nées­Orientales. seurs, éducateurs, retraités, des violentes (Fijais), et quatre per­ En Meurthe­et­Moselle, un édu­ d’une quarantaine d’années, utili­ Taquet, a salué « le travail remar­
Initialement programmée gens divorcés, en couple, avec ou sonnes ont été mises en cause cateur sportif de 39 ans est sateur de réseaux de partage de fi­ quable des enquêteurs ». « Renfor­
avant le confinement, baptisée sans enfants… » pour des faits de viols ou d’agres­ soupçonné d’avoir abusé sexuel­ chiers pédopornographiques, et cer la répression, c’est aussi
« Police2Pedo », l’opération de sions sexuelles sur mineurs. lement d’un mineur. Des vidéos dont l’adresse IP a été identifiée. donner aux services d’enquête
l’OCRVP ciblait des internau­ « Violence insoutenable » Dans le Val­de­Marne, un père de scènes de viols ont été retrou­ Dans l’Hérault, un retraité de spécialisés (gendarmerie et police)
tes utilisateurs d’un système Cette enquête, qui a mobilisé de famille de 56 ans a été inter­ vées par les enquêteurs. « Ce que 62 ans a été placé en garde à vue des moyens à la hauteur de
d’échange de fichiers pédoporno­ 60 spécialistes en cybercrimina­ pellé le 5 octobre par la brigade de nous disent les pédophiles, c’est après avoir « été trouvé en posses­ cette délinquance exponentielle »,
graphiques. Et ce sans recours à lité et 220 fonctionnaires de la protection des mineurs (BPM) de qu’Internet désinhibe et favorise sion de 300 gigaoctets de fichiers a­t­il déclaré, jeudi, à l’Agence
des serveurs comme intermédiai­ police judiciaire, a permis la la police judiciaire parisienne. le passage à l’acte », observe le pa­ pédopornographiques », précise France­Presse. 
res. Les enquêteurs ont identifié saisie d’au moins un million de Sur plusieurs milliers de photos tron de l’OCRVP, qui a « coor­ Fabrice Bélargent, procureur de la rémi dupré

Questions
politiques TV canal 27

ALI BADDOU, CARINE BÉCARD, FRANÇOISE FRESSOZ ET NATHALIE SAINT-CRICQ


© photo : Christophe Abramowitz

EN DIRECT SUR FRANCE INTER ET FRANCEINFO TV (CANAL 27)

DIMANCHE 11 OCTOBRE À 12H


VOTRE RENDEZ-VOUS POLITIQUE DU DIMANCHE
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 france | 15

Eric Dupond­Moretti à l’épreuve du conflit d’intérêts


La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a demandé, jeudi, des précisions au garde des sceaux

L
a lettre de la Haute Auto­
rité pour la transparence
L’entourage
de la vie publique (HA­ du ministre a
TVP) est parvenue en dé­
but de semaine, par porteur, au
rappelé que
ministre de la justice, Eric Du­ des mesures ont
pond­Moretti, après une réunion
de son collège, mardi 6 octobre.
d’ores et déjà été
L’autorité administrative indé­ prises s’agissant
pendante chargée de contrôler la
probité des responsables publics,
de son ancienne
qualifiée en son temps par l’an­ profession
cien avocat d’« espèce de truc Le garde
populiste », veut obtenir des préci­ des sceaux,
sions sur la façon dont il s’est Eric Dupond­ par Nicole Belloubet, prédéces­
organisé pour éviter de « possibles Moretti, à Ville­ seure de M. Dupond­Moretti au
conflits d’intérêts » dans ses nou­ sous­la­Ferté ministère de la justice, avait con­
velles fonctions. Il s’agit, pour (Aube), clu à un manque de rigueur mais
l’instance désormais présidée par le 22 septembre. à aucune faute. Devenu entre­
Didier Migaud, ex­premier prési­ FRANÇOIS temps garde des sceaux, Eric Du­
dent de la Cour des comptes, de NASCIMBENI/AFP pond­Moretti avait retiré la
garantir l’impartialité des futures plainte qu’il avait déposée pour
décisions et du mandat du « abus d’autorité » et « atteinte à la
nouveau garde des sceaux. vie privée » mais avait jugé utile
de lancer une enquête adminis­
Situation particulière trative en visant nommément
Les demandes de précisions trois magistrats du PNF. Cela à
adressées à Eric Dupond­Moretti quelques semaines du procès
font suite à la déclaration d’inté­ pour corruption de son ami
rêts récemment remise par le mi­ Thierry Herzog et de l’ancien
nistre à la Haute Autorité, dans le président Nicolas Sarkozy, dans
délai légal de deux mois après sa lequel doit requérir le PNF.
nomination, le 6 juillet, en même Une décision qui a soulevé une
temps que sa déclaration de patri­ fronde des magistrats. Le 7 octo­
moine. Elles s’inscrivent « dans le rêts est d’imposer des déports. Le s’agissant de son ancienne çoit des rapports adressés par les tement limiter l’information du ca­ bre, la cour d’appel de Paris a voté
cadre normal du contrôle » fait de ne pas déférer aux injonc­ profession d’avocat, « afin d’éviter parquets généraux. binet du garde des sceaux. » à l’unanimité une motion accu­
qu’exerce la HATVP sur ces décla­ tions de la Haute Autorité, ou de toute remontée d’information « L’éventuelle transmission au ca­ sant le ministre de la justice de
rations obligatoires pour tous les ne pas lui communiquer les infor­ concernant son ancienne clien­ binet [de ces rapports] dans des Fronde des magistrats « piétiner le principe démocratique
nouveaux entrants au gouverne­ mations et pièces utiles, est puni tèle ». La chancellerie explique procédures individuelles que le Parmi les soupçons de conflit de la séparation des pouvoirs au
ment, insiste­t­on à la Haute d’un an d’emprisonnement et de avoir mis en place un « dispositif garde des sceaux aurait eu à d’intérêts, celui concernant l’atti­ profit d’intérêts strictement pri­
Autorité. Le ministre de la justice 15 000 euros d’amende. spécifique » face à la situation connaître en qualité d’avocat pour­ tude du ministre vis­à­vis du vés » et appelé le président de la
dispose d’un délai de quinze jours « Pour l’heure, nous pouvons particulière d’un avocat deve­ rait être de nature à mettre en Parquet national financier (PNF) République à agir. Jeudi, le député
pour lui répondre. juste confirmer avoir reçu en nant garde des sceaux : les doute sa neutralité et à alimenter n’est pas le moindre. Fin juin, le « insoumis » Ugo Bernalicis puis
Ce n’est qu’une fois ces échan­ temps et heure la déclaration dossiers suivis par Eric Dupond­ des soupçons d’intervention­ PNF avait été mis en cause pour l’association Anticor ont, pour
ges terminés et les éclaircisse­ d’Eric Dupond­Moretti, comme Moretti lorsqu’il était avocat et nisme », écrit ainsi la directrice du avoir épluché les relevés télépho­ leur part, tour à tour annoncé sai­
ments obtenus que le collège déli­ d’ailleurs celle de l’ensemble des ceux toujours suivis par son cabinet du ministre à la DACG, niques détaillés d’avocats, dont sir la Cour de justice de la Républi­
bérera, fin octobre. Les déclara­ ministres, et indiquer que ces ancien cabinet ne devront pas dans une lettre datée du 29 sep­ celui d’Eric Dupond­Moretti, afin que du cas du ministre pour
tions d’Eric Dupond­Moretti déclarations sont en cours de faire l’objet de remontées d’infor­ tembre, « (…) Aussi, s’agissant des d’identifier qui avait pu informer « prise illégale d’intérêts ». Des dé­
seront alors publiées en ligne, vérification », indique au Monde mations au ministre. Une liste procédures dans lesquelles la DACG l’avocat de Nicolas Sarkozy, veloppements qui interviennent
avec celles des autres membres la HATVP. précise de ces procédures a été est informée de ce que monsieur Thierry Herzog, que le téléphone alors que la plainte d’Eric Du­
du gouvernement de Jean Castex. Sans attendre, l’entourage Eric transmise, fin septembre, à la di­ Eric Dupond­Moretti est intervenu occulte de l’ancien président de la pond­Moretti a été classée par le
La HATVP ayant un pouvoir d’in­ Dupond­Moretti a rappelé que rection des affaires criminelles et en qualité d’avocat ou dans les­ République était sur écoute. parquet de Nanterre pour
jonction, l’une des options à sa des mesures ont d’ores et déjà été des grâces (DACG), cette direction quelles le cabinet [d’avocats] Vey Un rapport de l’inspection absence d’infractions. 
main en matière de conflit d’inté­ prises, à la demande du ministre, du ministère de la justice qui re­ intervient, il devra être veillé à stric­ générale de la justice, commandé anne michel et simon piel

« Où sont tous les gens à qui Serge Procès de Sid Ahmed Ghlam:
Dassault a donné de l’argent ? »
«On parlait de mariage, du djihad»
U n dossier d’instruction de plus de
1 000 cotes, huit ans d’enquête, des
témoins par dizaines, un réquisitoire
de 141 pages et puis… une ordonnance de ren­
voi de 39 pages et 5 prévenus présents au tribu­
ment tranchée en raison de l’urgence. « Les ga­
mins ne mangeaient pas chez eux, a dit M. Le­
bigre. On n’a pas gagné en achetant des votes
mais en travaillant sur le terrain. » Et quand
bien même les bénéficiaires des libéralités de
Emilie L. a expliqué sa relation avec l’homme accusé du meurtre
d’Aurélie Châtelain et de la tentative d’attentat à Villejuif, en 2015

nal correctionnel de Paris. A l’issue de la pre­


mière semaine du procès consacré aux soup­
çons d’achats de vote à Corbeil­Essonnes (Es­
sonne), le « système Dassault » fait pâle figure.
Jean­Pierre Bechter, 75 ans, bras droit de l’in­
l’édile auraient donc pu avoir quelques raisons
de voter pour lui, il « n’était pas dans l’isoloir ».
« Cela s’appelle du clientélisme, est intervenu
Jérôme Karsenti, le conseil de l’association
Anticor, partie civile au procès. Serge Dassault
D rapée dans un long man­
teau noir, voile sur le
visage, Emilie L. s’est
avancée à la barre, jeudi 8 octobre,
au matin du quatrième jour du
exemple, explique­t­elle, « il chan­
geait de pièce pour pas être dans la
même que moi, car dans notre reli­
gion la mixité, c’est interdit ».
Des regards s’échangent, puis
créants ». Ils recommencent à évo­
quer le mariage, peut­être en par­
tant dans un pays musulman
pour esquiver la famille du jeune
homme. A son retour de vacances
dustriel, qui « n’était pas en mesure de refuser a fabriqué de la discorde. » « C’était pas non procès de Sid Ahmed Ghlam de­ des messages sur Facebook ou en Algérie, à la rentrée 2014, Sid
quoi que ce soit à Serge Dassault », s’exprime plus la loi du Far West », a répondu M. Lebigre, vant la cour d’assises spéciale de Skype. Ils évoquent le fait de par­ Ahmed lui ramène des bagues et
avec difficulté à la suite d’un AVC. Younès Bou­ dont la fille a pourtant été agressée en 2013 Paris pour l’assassinat, en 2015, tir ensemble au « front », en Syrie, des robes. Quelques jours plus
nouara, l’une des figures du quartier des Tar­ par plusieurs person­ d’Aurélie Châtelain, et la tentative Sid Ahmed Ghlam lui ramène de tard, il lui annonce qu’il part en
terêts, bénéficiaire de l’argent du maire (1995­ nes à la recherche de d’attentat contre une église de Vil­ la foire musulmane du Bourget Turquie. Il lui confie une pochette
2009), et à qui l’« on a dit en prison qu’il valait l’argent de Dassault.
DEVANT LE TRIBUNAL,  lejuif (Val­de­Marne). La veille, la (Seine­Saint­Denis) « plusieurs contenant sa carte bancaire, des
mieux qu’il ferme sa gueule », est aphone. Si aucun prêt, ou IL NE RESTE GUÈRE  sœur de l’accusé, Hind, avait beau­ livres sur le mariage religieux en papiers, une clé de chiffrement
Machiré Gassama, directeur de la jeunesse et presque, n’a été rem­ coup évoqué la relation de son islam ». Ils songent à s’unir, condi­ pour échanger des messages cryp­
des sports à la mairie de Corbeil­Essonnes a, boursé, c’est, selon PLUS QUE L’ANCIEN frère avec Emilie L., estimant que tion sine qua non pour pouvoir se tés. Lorsqu’il revient, elle est dans
lui, jusqu’ici fait valoir son droit au silence. M. Lebigre, parce que cette dernière avait pu jouer un parler – « dans notre religion les une situation personnelle com­
« Serge Dassault a été
BRAS DROIT  rôle dans la radicalisation du jeune hommes et les femmes ne se par­ plexe, craint de perdre la garde de
« Cela s’appelle du clientélisme » piégé par des JACQUES LEBIGRE  homme. « Bien sûr, et on va dire lent pas ». Mais la famille Ghlam ses enfants, et a surtout rencontré
Mounir Labidi, soupçonné d’avoir touché de voyous ». « Voyous » aussi que c’est moi qui l’ai mis en n’est pas d’accord. Emilie L. en ré­ un autre homme. Elle tente donc
l’argent de l’avionneur pour participer à ses qui, au grand dam de POUR DÉFENDRE UNE  contact avec Daech ? Je n’ai jamais sume les raisons : « Je ne suis pas de cesser sa relation avec lui. Ils
campagnes, est en fuite. Mamadou Kebé, ren­ plusieurs prévenus, mis un pied en Turquie, je ne parle vierge, j’ai deux enfants, je suis plus auront quelques derniers échan­
voyé pour les mêmes raisons, s’est pendu en ne sont pas renvoyés NOUVELLE DÉFINITION  pas arabe… », a réfuté la concernée. vieille que lui. » Déçue, elle se jette ges, juste avant les faits. Elle s’at­
janvier 2019, à l’âge de 38 ans. Gérard Limat, le
comptable de Serge Dassault, chargé notam­
devant le tribunal.
Certes, certains d’en­
DU GAULLISME SOCIAL La femme âgée de 30 ans est re­
venue longuement et d’une voix
dans une brève relation avec un
autre homme – Farid Benlad­
tendait à apprendre qu’il était
parti rejoindre l’Etat islamique,
ment des comptes luxembourgeois desquels tre eux ont été con­ posée sur sa rencontre avec Sid ghem, cité dans plusieurs dossiers mais pas à ce projet d’attentat. « Ce
sont parties des centaines de milliers d’euros damnés pour tentative d’extorsion par Ahmed Ghlam en 2013, alors de terrorisme djihadiste – qu’elle n’est pas quelqu’un de méchant. Je
à destination de nombreux jeunes de Corbeil­ ailleurs, mais aucune des parties n’a jugé bon qu’elle vient de s’installer à Saint­ épouse en 2013 à Nancy. Le couple le voyais pas faire ça en France. »
Essonnes, est mort en 2019, tout comme le de les citer comme témoins. Dizier (Haute­Marne), où vit la se sépare quelques mois plus tard. Durant toute l’audition, Emilie L.
personnage central du dossier, Serge Das­ « Où sont tous les gens à qui Serge Dassault a famille du jeune homme. Conver­ ne lui a pas jeté un regard. En toute
sault, décédé en 2018 à 93 ans. Il ne reste guère donné de l’argent ? », a demandé l’avocat de tie au salafisme, Emilie L. vit « Je ne le voyais pas faire ça » fin d’audience, la jeune femme a
plus que son ancien bras droit à la mairie, Younès Bounouara, David­Olivier Kaminski, seule, séparée du père de ses deux Emilie L. revient à Saint­Dizier et demandé : « Pourquoi il a détruit
Jacques Lebigre, 79 ans, pour défendre une au tribunal, accentuant un peu plus l’impres­ enfants, et porte « fièrement » le recommence à échanger avec Sid ma vie ? Pourquoi il m’a impliqué
nouvelle définition du gaullisme social et as­ sion que tout le monde participait, bon gré mal voile intégral, ce qui lui vaut des Ahmed. « On parlait par Internet, dans ce projet, ça fait cinq ans et
surer que le maire de Corbeil­Essonnes n’a fait gré, à une audience bien loin des enjeux. Ceux ennuis réguliers avec les autori­ sur Facebook (…) de tout et de rien, demi que je vis avec ce boulet… » La
que se substituer à « la chose publique » qui, si d’un milliardaire qui, trop heureux d’être élu à tés, mais aussi l’admiration de des enfants, de lui, de moi, de notre présidente, Xavière Simeoni, a
elle n’avait pas été défaillante, serait venue en la tête d’une ville qu’il convoitait depuis pres­ Hind. Elle passe de longs mo­ vision du mariage, de nos souhaits, proposé à Sid Ahmed Ghlam de ré­
aide aux plus démunis de la ville. que vingt ans, s’est cru autorisé à redéfinir les ments chez les Ghlam. C’est ainsi du djihad. » Ils s’échangent des pondre. « Je m’excuse de l’avoir mê­
Si la question de la difficulté comptable s’est règles du vivre ensemble avec sa fortune per­ qu’elle croise Sid Ahmed, qu’elle vidéos de l’Etat islamique, elle lée à cette histoire », a­t­il dit. « Je lui
posée au vu de l’utilisation des moyens privés sonnelle, pour le meilleur et pour le pire.  trouve « respectueux, gentil, partage avec le jeune homme un pardonne », a conclu Emilie L. 
du maire milliardaire, celle­ci a été rapide­ simon piel calme, attentif », « une crème ». Par « regard de colère » envers « les mé­ samuel laurent
0123
16 | france SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Comment l’histoire de l’esclavage est enseignée


La Fondation pour la mémoire de l’esclavage note des lacunes dans les manuels et des approches disparates

U
ne place ténue dans l’importance d’« apporter des classes, les élèves les plus jeunes
les manuels de l’école réponses à la jeunesse française réagissent avec des émotions, qui
primaire, des appro­ sur ce passé » et de restituer varient de « comment a­t­on pu
ches disparates selon « l’histoire de leur pays, dans toute faire cela ? » à « comment a­t­on pu
les filières et les territoires au ly­ sa complexité ». se laisser faire ? ». « Cela déstabilise
cée, une terminologie peu pré­ Pourquoi ce pan de l’histoire de nos collègues, rapporte Eric Mes­
cise… La France peut mieux faire France peine­t­il à trouver une nard, car nombre d’entre eux ne se
sur l’enseignement de l’histoire place stabilisée dans les program­ sentent pas formés pour enseigner
de l’esclavage et des traites négriè­ mes scolaires, près de vingt ans l’histoire de cette question sensi­
res, selon une note de la Fonda­ après la loi Taubira ? Voté en 2001, ble. » Les connaissances des ensei­
tion pour la mémoire de l’escla­ ce texte déclarait que la France re­ gnants du secondaire, même his­
vage diffusée vendredi 9 octobre. connaît les traites et l’esclavage toriens, varient selon les généra­
A l’occasion des Rendez­vous de comme crimes contre l’humanité tions. « Ceux qui ont vingt ans de
l’histoire à Blois, l’institution pré­ (article 1), et enjoignait à l’école et à carrière ont fait leurs études avant
sidée par l’ancien premier minis­ l’université de leur donner la la loi Taubira, décrypte Benoît
tre Jean­Marc Ayrault a passé en « place conséquente qu’ils méri­ Falaize. De plus, l’historiographie
revue des manuels scolaires de tent » (article 2). « La première tra­ s’est vraiment étoffée sur le sujet
tous niveaux, de l’école élémen­ duction effective de la loi Taubira ces quinze dernières années. »
taire au lycée. dans les programmes a lieu Et pourtant, sur le terrain aussi,
Un premier constat s’impose à en 2008, se souvient Myriam l’enseignement évolue. « Aujour­
la lecture de cette étude coordon­ Cottias, directrice de recherche au d’hui, à l’école, les esclaves ne sont
née par l’historien Benoît Falaize, CNRS et ancienne présidente du plus seulement représentés par des
chercheur au centre d’histoire de Comité national pour la mémoire flèches sur une carte du monde
Sciences Po : sur l’esclavage, les et l’histoire de l’esclavage. Mais mais comme des hommes et des
élèves n’apprennent pas la même cette obligation d’enseignement se femmes », remarque Laurence
chose selon les filières et les terri­ heurte à plusieurs reprises à des in­ De Cock, enseignante de lycée et
toires où ils sont scolarisés. Les terprétations de non­spécialistes, membre du collectif d’historiens
programmes du lycée profession­ guidés par des représentations Aggiornamento, qui souligne que
nel, réécrits en 2018, sont « les plus idéologiques. » les programmes d’histoire, cons­
complets ». Ils abordent les traites, L’esclavage et les traites ne sont truits à partir d’« une multitude de
l’esclavage et la vie quotidienne pas de simples « sujets d’his­ contraintes », présentent forcé­
sur les plantations, ainsi que la toire » ; ils suscitent des débats, ment des « lacunes », sur l’escla­
principale révolte d’esclaves, celle parfois des polémiques, notam­ vage comme sur d’autres sujets.
de Saint­Domingue, qui s’achève ment parce qu’une partie de l’opi­ Les enseignants sont de plus en
sur la proclamation d’indépen­ nion publique persiste à « raciali­ plus nombreux à intégrer le point
dance de la République d’Haïti ser la question, en en faisant un su­ de vue des esclaves par le biais de
(1791­1804). jet d’opposition entre Blancs et récits autobiographiques, comme
En revanche, le programme du Noirs, où les Blancs se retrouve­ le ministère de l’éducation
lycée général – lui aussi refondé raient mis en accusation », analyse nationale les y encourage. Un
en 2018 – n’aborde pas explicite­ l’historienne. enseignant de collège parisien,
ment cette période. En 2de, l’escla­ Pour les spécialistes, c’est préci­ Mohand­Kamel Chabane, raconte
vage doit être étudié à travers le sément en étoffant et en com­ par exemple avoir montré à ses 4es
développement de l’économie su­ plexifiant les approches dans les le film Twelve Years a Slave, de
crière au Brésil et dans les îles por­ programmes et les manuels sco­ Steve McQueen, tiré du témoi­
tugaises ; et à travers la conquête laires que la France pourra sortir gnage autobiographique de
des Amériques. En 1re, les élèves de ce double écueil de la culpabi­ Solomon Northup (Douze ans
n’aborderont que la seconde abo­ lité et d’une présentation morali­ d’esclavage, 1853). « Ce genre de ré­
lition de 1848… Sauf ceux scolari­ sante des faits – encore dominante cit fait mouche, parce qu’il bat en
sés en Guadeloupe et en Martini­ dans certains manuels, regrette la brèche une idée reçue : on perçoit
que, qui étudieront aussi la ré­ fondation, en particulier ceux à l’esclave comme une victime, alors
volte de Saint­Domingue, men­ destination des plus petits. « Dire que c’est aussi un acteur, résume
tionnée dans le programme. que “l’esclavage, c’est mal” ne sert à l’enseignant. Les élèves sont pas­
rien, poursuit Myriam Cottias. En s’il en est, ne peut être abordé sans national » républicain, qui voulait programmes et les manuels n’of­ sionnés par ce sujet, quelle que soit
« Représentations idéologiques » revanche, aborder l’histoire de l’es­ le point de vue des esclaves eux­ que l’abolition de 1848 soit l’af­ frant qu’une vision partielle de ce leur origine. »
La Fondation pour la mémoire de clavage et des traites en classe doit mêmes, ni sans raconter les diffé­ faire d’un seul homme, Victor qui se joue en classe. « Il faut Autre avancée, le concours
l’esclavage constate que la place permettre de réfléchir sur l’origine rentes formes de résistance, plai­ Schœlcher. « Dans le schœlche­ enquêter à nouveau sur les prati­ La Flamme de l’égalité, qui récom­
faite à ces questions évolue dans des mécanismes de racisme et de dent les spécialistes. « Personne n’a risme classique, à aucun moment ques scolaires et les représenta­ pense des projets scolaires sur l’es­
les manuels au gré des réécritures discrimination. » Ce sujet, sensible envie de s’identifier à une victime », les personnes noires n’étaient pré­ tions que les enseignants se font clavage et les traites, a connu un
de programmes. Au collège, cet résume Benoît Falaize. La fonda­ sentées comme actives dans leur de ces sujets », plaide Benoît Fa­ succès grandissant, passant de
enseignement – au programme tion regrette ainsi la quasi­ab­ propre libération, alors que l’his­ laize, coauteur d’une étude de 89 classes inscrites en 2016 à 522
en 4e – se développe et se com­ sence des révoltes d’esclaves dans toire des sociétés esclavagistes est l’Institut national de recherche en 2019. « Dès la première année,
plexifie depuis 2016. En revanche,
La place de les programmes scolaires, et leur constellée de révoltes et de résis­ pédagogique sur le sujet en 2010. des dizaines de classes ont sou­
il régresse à l’école primaire l’histoire de articulation avec le fait révolution­ tance, explique Pierre­Yves Boc­ La place de l’histoire de l’escla­ haité participer, se souvient
depuis 2015, et au lycée général naire français – en particulier la ré­ quet, directeur adjoint de la Fon­ vage dans l’enseignement dé­ Myriam Cottias, cocréatrice de ce
depuis 2018. Lors de la refonte des
l’esclavage dans volte de Saint­Domingue. Cet évé­ dation pour la mémoire de l’escla­ pend encore largement de l’appé­ concours, imaginé sur le modèle
programmes d’histoire associée à l’enseignement nement montre pourtant com­ vage et ancienne plume de Fran­ tence de l’enseignant, « a fortiori à du concours national de la Résis­
la réforme du lycée, Jean­Marc ment l’universalisme issu de la çois Hollande. Evidemment, cela l’école primaire, où certains n’ont tance et de la déportation. Cela
Ayrault et Christiane Taubira
dépend encore Révolution française est « mis à ne doit pas faire oublier le quoti­ pas étudié l’histoire à l’univer­ nous a montré que les enseignants
avaient d’ailleurs fait part au mi­ largement l’épreuve dans le contexte colo­ dien des personnes en esclavage, sité », rappelle Eric Mesnard, pro­ avaient fait eux­mêmes le chemi­
nistre de l’éducation nationale, nial », explique le texte. fait de peur et d’exploitation. » fesseur d’histoire à l’université nement pour prendre en charge ce
Jean­Michel Blanquer, de leur « in­
de l’appétence Même problème lorsque les ma­ La fondation réclame enfin un Paris­Est­Créteil et formateur sujet en classe. » 
quiétude » à ce sujet, insistant sur de l’enseignant nuels se rapprochent du « roman bilan des pratiques scolaires, les dans le premier degré. Dans les violaine morin

IVG : l’allongement du délai adopté en première lecture à l’Assemblée


La proposition de loi examinée jeudi prévoit également la suppression de la double clause de conscience des médecins sur l’avortement

A vancée historique en
faveur des droits des
femmes pour les uns,
débat de société majeur bâclé
selon les autres. A l’issue d’une
ques freins à l’accès à l’IVG [inter­
ruption volontaire de grossesse] »,
s’est réjoui auprès du Monde la
rapporteure du texte, Albane
Gaillot (EDS, Val­de­Marne), qui a
femmes à l’IVG dans les territoires
où aucun gynécologue obstétri­
cien ne la pratique », souligne
Mme Gaillot.
Alors que 232 000 femmes ont
avoir saisi le Comité consultatif
national d’éthique (CCNE), qui
devrait rendre son avis courant
novembre, avant le passage du
texte au Sénat. « Cette extension
ment repris tout au long de la jour­
née par les opposants au texte, qui
n’ont cessé d’interpeller les repré­
sentants du gouvernement – Oli­
vier Véran puis Brigitte Bourgui­
vant des droits des femmes ! Il
s’agit de faire en sorte que ce droit
ne soit plus seulement un droit
totémique, mais un droit réel, qui
se concrétise dans la vie des fem­
journée de discussions bien sou­ défendu tout au long de la journée eu recours à l’avortement pose des questions relatives à la gnon, ministre déléguée chargée mes », a­t­elle plaidé.
vent houleuses, l’Assemblée na­ cette proposition de loi inscrite en 2019, un chiffre qui cache des protection de la santé de la de l’autonomie. Cette dernière a Dans les bancs d’en face, des
tionale a adopté, jeudi 8 octobre dans la niche parlementaire réser­ disparités territoriales importan­ femme et à l’analyse de la ainsi dû rappeler dans l’après­ centristes à la droite, les oppo­
en première lecture, la proposi­ vée à son groupe. tes, les débats les plus vifs ont complexité des gestes techniques midi : « Ce n’est pas un texte du gou­ sants ont fustigé la rupture intro­
tion de loi du groupe Ecologie Dé­ porté sur l’allongement des à accomplir ; ces enjeux interpel­ vernement que nous étudions, duite avec « l’équilibre » de la loi
mocratie Solidarité (EDS) visant à « Un droit réel » délais, demandé de longue date lent jusqu’aux plus farouches mais une proposition de loi. » Veil, certains, à l’image de Jean­
renforcer le droit à l’avortement. Elle apporte trois changements par les militantes du Planning défenseurs du droit à l’avorte­ Il faut dire que les députés de la Christophe Lagarde (Union des
Au total, 86 députés ont voté en significatifs à la loi Veil de 1975 : familial. La mesure, clivante poli­ ment. Je ne peux, en conscience, majorité se sont, sur ce sujet, démocrates et indépendants, Sei­
sa faveur, 59 contre, et 7 se sont l’allongement du délai légal de tiquement, divise aussi les considérer que nous disposons de émancipés de la tutelle gouverne­ ne­Saint­Denis) ou de Marine Le
abstenus. Aux côtés d’une gauche recours à l’IVG de douze à professionnels de la santé, dont tous les éléments pour prendre mentale. Plusieurs oratrices et Pen (Rassemblement national,
unie en faveur du texte, les élus de quatorze semaines de grossesse, un certain nombre, comme les une telle décision aujourd’hui », a orateurs ont défendu la proposi­ Pas­de­Calais) dénonçant « une
La République en marche (LRM) se la suppression de la double clause membres du Collège national des considéré M. Véran. tion de loi avec force, à l’image dérive idéologique » à l’œuvre.
sont massivement prononcés de conscience des médecins, et la gynécologues et obstétriciens Tout en se défendant d’être en notamment de Marie­Pierre Cette première étape franchie,
pour la proposition de loi, en possibilité pour les sages­fem­ français, s’y oppose, en mettant désaccord « sur le fond » de la Rixain, la présidente (LRM) de la le texte doit désormais être
votant à 48 voix pour, 10 contre, et mes de pratiquer des IVG en avant la délicatesse du geste proposition de loi, le ministre délégation aux droits des fem­ inscrit à l’agenda du Sénat,
4 abstentions. Chez Les Républi­ chirurgicales jusqu’à dix semai­ technique à effectuer à ce stade a fait valoir sur l’ensemble du mes et à l’égalité des chances possiblement avec l’appui des
cains, seuls 2 députés ont voté nes. « Cette disposition, qui est une de la grossesse. texte « une position de sagesse entre les hommes et les femmes à socialistes, avant d’espérer reve­
pour. « C’est une belle avancée qui demande des sages­femmes elles­ Face à ces positions antagonis­ hautement mesurée » du gouver­ l’Assemblée nationale. « Aujour­ nir en deuxième lecture à l’As­
fait progresser les droits des fem­ mêmes, permettra d’améliorer tes, le ministre de la santé, Olivier nement, eu égard à « la méthode » d’hui, l’IVG n’est plus une question semblée nationale. 
mes, et qui permet de lever quel­ significativement l’accès des Véran, a rappelé jeudi matin employée. Un argumentaire large­ éthique, mais une question rele­ solène cordier
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 france | 17

En renonçant à la présidentielle, Les « inamovibles » de la


haute fonction publique
Baroin met LR sur les nerfs au banc des accusés
Le parti de droite est confronté à un vif débat interne sur l’organisation La politiste Chloé Morin analyse, dans un
essai, le rôle joué par la technocratie française
ou non d’une primaire pour désigner son candidat en 2022

U
n seul être vous man­
que et tout est dépeu­
plé. Comme dans le
cas du parti Les Répu­
Gérard Larcher,
le président
parfaite de distinguer « ceux qui
sont capables de garder leurs
nerfs » des autres. « Nous n’avons
pas le droit d’ajouter de la fébrilité
afin de réfléchir à cette question,
MM. Larcher et Jacob travailleront
ensemble à trouver une solution
qui sera, précise le second, « sou­
C’ est le leitmotiv du mo­
ment : haro sur la haute
fonction publique, sus
à « l’Etat profond ». Depuis la crise
des « gilets jaunes », qui a une
de masques et autre matériel de
protection. Et si deux commis­
sions d’enquête parlementaire
examinent les ressorts de la
gestion de la crise, l’experte estime
blicains (LR), où les ambitions des
du Sénat, a à la fébrilité du pays, c’est une mise au vote des militants ». nouvelle fois mis en lumière la qu’il sera extrêmement difficile
uns se fracassent sur les opposi­ précisé vouloir question de responsabilité politi­ fracture entre le peuple et les éli­ d’établir des responsabilités.
tions des autres au lendemain du que », juge­t­il, estimant qu’il est « Il faut garder son calme » tes, les critiques pleuvent sur la
renoncement de François Baroin
« travailler dans temps de « commencer à distri­ Pour beaucoup, une telle am­ technostructure, accusée par les « Envers du décor »
à représenter son parti en 2022. les semaines à buer les camomilles » aux vertus biance est la résultante directe de responsables politiques de frei­ Ce livre est fondé sur l’expérience
Celui qui devait être le sauveur de calmantes qu’il envisage de plus d’un an d’attente de l’an­ ner, voire de bloquer, l’action personnelle de Mme Morin, qui a
son mouvement lors du prochain
venir à proposer prendre aussi. Pour Damien nonce de la candidature de Fran­ publique. Dans un essai intitulé travaillé pendant cinq ans à Mati­
scrutin présidentiel a fait ces un système Abad, président du groupe LR à çois Baroin. LR, rappellent les Les Inamovibles de la République gnon, comme conseillère chargée
derniers jours le tour des élus im­ l’Assemblée nationale, les « choses membres du parti, a, après tout, (L’Aube et la Fondation Jean­Jau­ de l’opinion, entre 2012 et 2017. Elle
portants pour leur expliquer sa
de départage » doivent sortir et les bulles explo­ été mis en ordre de marche pour rès, 221 pages, 18 euros), paru jeu­ raconte donc aussi de l’intérieur
décision de ne pas y aller, laissant ser ». « L’unité, tranche­t­il, ne se assurer au maire de Troyes un at­ di, la spécialiste de l’opinion et ex­ cet « envers du décor de la décision
derrière lui un vide abyssal et un décrète pas, elle se construit. » terrissage en douceur en temps perte associée à la Fondation publique ». A titre d’exemple, elle
parti en surchauffe. à l’union autour d’un seul objectif : Au­delà des prises de position voulu. Chiraquiens tous les deux, Jean­Jaurès, Chloé Morin, s’atta­ cite le projet de François Hollande
Résultat, LR s’est offert une pe­ la reconquête pour les Français. » des uns contre les autres, le princi­ Christian Jacob et François Baroin que à ce serpent de mer de la vie et Manuel Valls de regrouper la
tite séance de catharsis générali­ S’il visait plus particulièrement pal objet de cette guerre des nerfs se connaissent de longue date. politique française, toile de fond fine fleur des universités, dont Po­
sée, jeudi 8 octobre, lors d’un certaines sorties dans la presse est l’organisation, ou non, pour la Las, l’ancien ministre de l’écono­ du malaise démocratique. lytechnique, dans une même en­
séminaire parlementaire qui d’Aurélien Pradié, député du Lot présidentielle, d’une primaire ca­ mie, qui n’a jamais vraiment fait Homogénéité des élites, entre­ tité, afin de faire face à la concur­
s’annonçait pourtant plutôt et numéro trois du parti qui pable de trancher entre les préten­ état de sa volonté d’être candidat, soi, inertie, décision politique rence internationale. Mort­née, la
apaisé. Surprenant son public, qui crispe de plus en plus en interne, dants au poste qu’aurait dû occu­ a fini par annoncer aux uns et aux sous influence, voire dominée par réforme a dû affronter la résis­
ne l’attendait pas sur ce terrain, François­Xavier Bellamy a mis au per François Baroin. Un système autres son renoncement, notam­ la technostructure : Chloé Morin tance du puissant réseau des poly­
l’eurodéputé François­Xavier Bel­ jour les divisions et l’ambiance de « départage » qui pourrait, ment à Eric Woerth, député de souligne les dysfonctionnements techniciens. « Si tu vas au bout, tu
lamy a terminé son discours sur électrique qui règnent au sein de selon certains, d’une part profiter l’Oise et ancien ministre du bud­ du système, pris en grippe par peux dire adieu à ta carrière », s’est
une adresse assez personnelle à LR depuis quelques semaines. au sénateur de la Vendée Bruno get, que le maire de Troyes a vu Emmanuel Macron lui­même. entendu dire l’un des instigateurs
ses camarades. « Je suis affligé de « C’était important de se voir Retailleau, jugé trop conserva­ mardi matin. « Baroin n’a jamais Comme Nicolas Sarkozy avant lui, de la fusion. L’Ecole polytechni­
voir que notre famille politique se aujourd’hui, décrypte un élu de teur, et nuire, d’autre part, au trompé personne, juge l’élu. Beau­ le chef de l’Etat rend la haute fonc­ que est donc restée « inchangée ».
livre depuis quelques semaines à premier plan, car tout le monde président de la région Hauts­de­ coup de gens ont pris leurs désirs tion publique responsable de l’en­ « Intouchable », résume Mme Mo­
une guerre de tranchées qui res­ est sur les nerfs depuis le renonce­ France, Xavier Bertrand, qui n’en pour des réalités. » Et l’élu d’ajou­ lisement des réformes. « Les hauts rin, qui voit là un « symbole de la
semble plus à une guerre des bou­ ment de Baroin ; 90 % des députés veut pas. Or, personne ter : « Notre calendrier ne doit pas fonctionnaires forment une caste capacité de quelques hauts fonc­
tons qu’à un vrai débat de fond », a­ et des sénateurs veulent que ça se aujourd’hui à la direction du parti être dicté par celui des candidats bénéficiant d’avantages hors du tionnaires, souvent membres des
t­il franchement regretté. règle. » « Privé de la présence apai­ ne semble emballé par cette solu­ sinon on va s’y perdre. Il faut gar­ temps », écrivait­il déjà dans Révo­ grands corps, à mettre la volonté
sante et consensuelle de François tion, préférant attendre que s’im­ der son calme, on ne gagnera que lution (éd. XO), son ouvrage de politique en échec ».
« Fractures internes » Baroin, Christian Jacob [le prési­ pose « un candidat naturel ». A l’in­ si on imprime dans l’opinion. » campagne de 2017, soucieux d’ap­ Pour autant, l’experte n’élude
L’élu a ensuite fustigé les « confi­ dent du parti] se retrouve désor­ verse, Bruno Retailleau, qui dé­ « C’est une tempête de sable, paraître comme hors système, pas le fait qu’un certain nombre de
dentiels, les off ou les on » et ré­ mais confronté aux fractures in­ fend « un départage transparent », souffle l’eurodéputé Brice Horte­ alors qu’il est lui­même issu de responsables politiques ont ten­
clamé un « peu de sang­froid » et ternes et surtout à l’opposition en­ estime que « l’heure des hommes feux. On ne voit rien, on ne sait pas l’un de ces grands corps décriés, dance à se dédouaner trop
« d’unité ». La députée du Doubs tre une partie des parlementaires providentiels est révolue ». qui, on ne sait pas comment, mais dont il a proposé la suppression. facilement de leurs propres man­
Annie Genevard a emboîté le pas – dont les trois présidents de Devant les parlementaires, Gé­ ça finira par se dissiper. » « C’est Mais, six mois après la remise du quements en accusant la technos­
à son camarade sur Twitter en dé­ groupe – et son secrétaire géné­ rard Larcher, le président du Sé­ comme dans un couple, on se dis­ rapport Thiriez, qui établit des tructure de tous les maux. « Com­
clarant : « Donnons l’exemple, ras­ ral », analyse le député de Vau­ nat, a quant à lui précisé vouloir pute, puis on se réconcilie », pistes de réforme pour l’ENA, ment peut­on encore avoir le sens
le­bol des querelles d’ego… mascu­ cluse Julien Aubert. « travailler dans les semaines à ve­ abonde Damien Abad. Même les cette promesse n’a pas vu le jour. de l’Etat quand plus personne ne
lines. Stop aux petites phrases bles­ Principal mis en cause de la ma­ nir à proposer un système de dé­ mariages les plus solides peuvent « Ici, la volonté politique ne semble donne de sens à l’action publi­
santes. Ne remettons pas en route tinée, Aurélien Pradié estime partage ». Oublié donc le groupe aussi finir par un divorce.  pas suffire », écrit Chloé Morin. que ? », interroge­t­elle. Dans cet
la machine à diviser. Le devoir est pour sa part que c’est l’occasion de travail qui devait être constitué sarah belouezzane essai tranchant, l’autrice, qui se dé­
« Confiscation du pouvoir » fend d’alimenter un discours éga­
Pour l’autrice, M. Macron porte litariste ou anti­élite, insiste sur la
une responsabilité dans le fait que nécessité de poser un « diagnostic
la haute fonction publique s’im­ raisonnable » sur le sujet car la mé­

La justice dénie le statut de salarié pose trop souvent au pouvoir po­


litique, se prévalant de la « raison »
et du « bien », avec comme consé­
connaissance de la haute adminis­
tration, dit­elle, « nourrit les fantas­
mes » et accroît le malaise.
quence le fameux TINA (« there is Elle formule un certain nombre
à des travailleurs de plates­formes numériques no alternative », il n’y a pas d’alter­
native au libéralisme économi­
que), théorisé par Margaret That­
de propositions visant à « déver­
rouiller l’accès à l’élite et à mettre
un terme au sentiment d’irrespon­
cher. En arrivant au pouvoir sabilité organisée au sommet de
Un arrêt rendu par la cour d’appel de Paris, jeudi, va à l’encontre de la jurisprudence en 2017, le chef de l’Etat a, selon l’Etat ». Elle propose d’ouvrir la
Mme Morin, encouragé cette « dé­ moitié des postes de direction
rive » en dépolitisant le gouverne­ dans l’administration à des recru­

N ouvelle péripétie dans le


feuilleton judiciaire des
travailleurs « ubérisés ».
Jeudi 8 octobre, la cour d’appel de
Paris a débouté deux livreurs à
Fin 2014, les deux runners de
Tok Tok Tok ont saisi le conseil de
prud’hommes de Paris afin que
soit requalifiée en contrat de tra­
vail leur relation avec la start­up.
Cet arrêt
est rendu
au moment où
tion qui caractérisent le lien de
subordination », ajoute­t­il. En
d’autres termes, « l’arrêt Uber de la
Cour de cassation, qui avait été dé­
noncé par des start­up comme si­
ment, sous couvert de pragma­
tisme, avec des nominations de
ministres experts plutôt que poli­
tiques. La limitation du nombre
de conseillers dans les cabinets a
tements sur contrat, accessibles à
tous les profils (public ou privé),
de fusionner les grands corps
pour « casser les corporatismes »,
d’ouvrir les carrières administrati­
vélo qui demandaient à se voir re­ Sans succès. Ils ont donc interjeté le gouvernement gnant l’arrêt de mort de leur aussi donné plus de poids à l’ad­ ves aux diplômés des universités,
connaître le statut de salarié pour appel. Leur argumentaire consiste modèle – au demeurant très discu­ ministration. « Je ne connais pas de permettre que ceux qui assu­
la période où ils collaboraient à démontrer qu’ils n’étaient nulle­
réfléchit à des table –, ne signifie pas la requalifi­ un poids lourd politique, ex­minis­ rent un service civique soient dis­
avec une plate­forme numérique. ment indépendants, contraire­ mesures pour cation systématique de l’ensemble tre ou simple député, qui n’ait pas pensés du niveau de diplôme
Cet arrêt retient l’attention car il ment à ce que laisserait supposer des travailleurs des plates­formes d’anecdote sur cette confiscation pour passer les concours adminis­
va à contresens de décisions leur statut d’autoentrepreneur :
réguler ce champ en salariés », observe M. Lokiec. du pouvoir à bas bruit par la haute tratifs, ou de revaloriser les insti­
d’autres juridictions dans des af­ de nombreuses contraintes pe­ de l’économie administration », résume­t­elle. tuts régionaux d’administration
faires similaires. Il est rendu au saient sur eux, disent­ils, ce qui Une « première » Pour Chloé Morin, l’actuelle crise afin de « déparisianiser » l’Etat.
moment même où le gouverne­ prouve l’existence d’un lien de su­ L’avocate de Tok Tok Tok, Me Ma­ sanitaire a joué un rôle de « révéla­ Elle propose aussi plusieurs
ment réfléchit à de nouvelles me­ bordination caractérisant la tion juridique » entre eux et la rianne Lecot, se réjouit de la sen­ teur », mettant brutalement en mesures pour « rétablir une vraie
sures pour réguler ce champ de condition de salarié. start­up. Tous les éléments tence prononcée jeudi, y voyant lumière de « graves insuffisances » culture du service public » : démis­
l’économie, dont l’expansion factuels qu’ils mettaient en avant une « vraie avancée jurispruden­ dans l’appareil d’Etat. Alors qu’au­ sion après cinq ans de tout fonc­
bouscule notre modèle social, « Cas par cas » ont, en effet, été jugés inopérants. tielle ». C’est, selon elle, une « pre­ cun débat sur la pertinence de tionnaire ayant rejoint le privé ;
très largement appuyé sur le sala­ Ainsi, ils invoquent notamment Une telle décision frappe les mière », s’agissant d’un différend confiner le pays n’a eu lieu, l’admi­ lier l’évolution des carrières à la
riat. Le sujet doit d’ailleurs faire le fait d’avoir été soumis à une esprits car elle va à rebours – entre avec des runners porté devant nistration s’est montrée « ta­ réussite ou à l’échec des fonctions
l’objet de discussions, cet « clause d’exclusivité » qui leur autres – d’un arrêt rendu en mars une cour d’appel. Pour sa part, tillonne, lourde, inadaptée », exi­ passées ; proportionner les rému­
automne, entre l’exécutif et les interdisait d’effectuer des livrai­ par la Cour de cassation. La haute Me Kevin Mention, le conseil des geant beaucoup des citoyens, sans nérations en fonction de l’impor­
partenaires sociaux. sons pour d’autres sociétés. Ils juridiction avait alors requalifié deux livreurs, dénonce un arrêt être pour autant capable de pour­ tance des missions pour l’intérêt
La décision de la cour d’appel affirment également que la plate­ en contrat de travail la relation de nature « politique » qui dit voir aux besoins élémentaires des général. 
concerne deux coursiers (ou forme leur avait fourni le matériel entre Uber et un de ses chauf­ « l’inverse de ce que nous avions Français, qui ont manqué de tests, solenn de royer
« runners »), qui ont effectué des nécessaire pour réaliser la presta­ feurs. En statuant comme elle l’a réuni dans le dossier ».
livraisons à domicile pour le tion (téléphone portable, uni­ fait jeudi, la cour d’appel de Paris « Nous irons devant la Cour de
compte de la société Tok Tok Tok. forme complet aux couleurs de la remet en exergue un point cassation et je suis certain qu’elle
Payés à la tâche, ils ont exercé leur société, carte bancaire…). En fondamental : les litiges de ce balaiera la décision d’appel », con­
activité en qualité d’autoentre­ outre, Tok Tok Tok contrôlait, type sont appréciés au « cas par fie Jérôme Pimot, l’un des cour­ S AINT-DE NIS des agents municipaux mise
preneur : ce statut est moins pro­ d’après eux, le port de la tenue et cas, en fonction des conditions siers déboutés, qui est par ailleurs Intrusion « violente » en place par la mairie,
tecteur que celui de salarié et per­ avait prévu des sanctions en cas dans lesquelles le travailleur une figure connue de la contesta­ de manifestants lors ces manifestants – une
met à la plate­forme, recourant d’oubli. Ils assurent, qui plus est, exerce son activité », décrypte tion contre les plates­formes nu­ du conseil municipal cinquantaine – ont agressé
ainsi à des livreurs, de s’affranchir ne pas avoir eu le choix des jours Pascal Lokiec, professeur à l’école mériques puisqu’il a cofondé le Plusieurs dizaines de mani­ physiquement et verbale­
du code du travail comme du et horaires de travail. de droit de la Sorbonne. Collectif des livreurs autonomes à festants ont fait « violem­ ment certains élus, selon la
paiement de cotisations sociales. Dans deux arrêts distincts mais « Les juges ont considéré qu’en vélo de Paris. Pour M. Lokiec, ce ment » intrusion, jeudi 8 octo­ municipalité. Le maire socia­
Un modèle dont s’est également avec des motivations très pro­ l’espèce, le travailleur ne se situait rebondissement « montre l’impé­ bre au soir, dans une réunion liste, Mathieu Hanotin, élu
inspiré Uber, le groupe de trans­ ches, la cour d’appel a rejeté la pas dans le cadre d’un service rieuse nécessité de créer un vérita­ du conseil municipal en juin, a indiqué que
port par véhicules de tourisme demande des runners, estimant organisé et ne démontrait pas ble statut pour les travailleurs in­ de Saint­Denis (Seine­Saint­ la municipalité allait porter
avec chauffeur – d’où le néolo­ qu’ils « ne rapport[aient] pas la l’existence cumulée des pouvoirs dépendants des plates­formes ».  Denis). « Opposés »à la ré­ plainte « face à cette
gisme « travailleurs ubérisés ». preuve » d’un « lien de subordina­ de direction, de contrôle et de sanc­ bertrand bissuel forme du temps de travail agression violente ».
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
18 | SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Veolia­Suez : comment l’Etat a perdu la face
Récit des cinq jours durant lesquels s’est joué le premier round du duel entre les géants de l’eau et des déchets

RÉCIT eaux. Un point très important


pour les élus locaux désireux de
Jeudi 1er octobre, ral de l’Elysée, a reçu Philippe
Varin et Bertrand Camus, le direc­
quement la « trahison » de ses ca­
marades d’Engie. Ce jour­là, M. Le
rapprochement « faisait sens » –
n’ont semblé à la manœuvre sur

E
n se rasant devant son disposer pour la gestion de leurs entre le teur général de Suez, pour leur Maire n’est d’ailleurs pas le seul à cette affaire.
miroir, dimanche 4 octo­ réseaux d’eau d’un concurrent dire qu’il fallait aller vite et qu’il vouloir peser sur le scrutin. Aussi La partie jouée par l’Etat laisse
bre au matin, Bruno solide face à Veolia.
« croquant de souhaitait une offre alternative bien chez Suez que chez Veolia, songeur. Personne ne parvient à
Le Maire, le ministre de Ce matin­là, M. Le Maire pouvait thon rouge » et le crédible. Bercy s’est d’ailleurs des émissaires de tout poil ten­ expliquer comment l’exécutif a pu
l’économie, pensait avoir devant presque visualiser la photo où il battu pour faire émerger cette tent d’influencer la décision de tel laisser une telle cacophonie
lui le nouveau parrain du capita­ poserait, triomphant, entre M. Va­
« baba au rhum, solution. Emmanuel Moulin, le ou tel. Juste avant le conseil, Gé­ s’installer dans une entreprise où
lisme français. Alors que depuis rin et M. Frérot. Un accord lui mangue rôtie », directeur du cabinet de rard Mestrallet, l’ancien président l’Etat est le premier actionnaire.
un mois et l’annonce d’un projet permettrait de passer pour le mi­ M. Le Maire, a même appelé GIC, d’Engie, fait même passer à cer­ Autrement dit : si Emmanuel Ma­
de rachat de Suez par Veolia, les nistre capable de sortir par le haut
les échanges le fonds souverain singapourien tains administrateurs une lettre cron était favorable à cette opéra­
deux groupes de services se dé­ de l’une des batailles les plus vio­ s’étaient révélés associé à Ardian, pour les rassurer incendiaire que Philippe Varin tion, pourquoi a­t­il confié ce dos­
chiraient sur la place publique à lentes du CAC 40 – et d’en tirer un sur le fait que les pouvoirs publics vient d’adresser à Bruno Le Maire sier à Bruno Le Maire sans ligne di­
coups de communiqués rageurs, bénéfice politique certain. Mais
constructifs français étaient ouverts à leurs dans laquelle il menace d’agir en rectrice claire ?
le ministre était parvenu à faire rien ne s’est passé comme prévu. avances. Mais lundi, Ardian sent justice contre son actionnaire de
s’asseoir autour de la table de né­ que le vent a tourné. référence. Au cas où. Porter le chapeau
gociation leurs dirigeants. Un camouflet terrible Lauvergeon et Delphine Ernotte, Le conseil d’Engie est pro­ Depuis la rentrée, tous les Depuis le vote humiliant de lundi,
Jeudi 1er octobre, Jean­Pierre Cla­ Dans la soirée du lundi 5 octobre, la présidente de France Télévi­ grammé à 18 heures. Bercy gagne « M. Bons Offices » de Paris se dé­ l’exécutif fait mine de se désinté­
madieu, le président d’Engie, ven­ le ministre a été bafoué par le sions – refuse en bloc le projet de une heure en le faisant décaler à mènent. Philippe Villin, le ban­ resser du problème. Comprendre :
deur à Veolia de la quasi­totalité conseil d’administration d’Engie, tailler « un mini­Suez ». « On nous 19 heures : toute la journée, le quier au carnet d’adresses long dans une affaire où il n’y a que des
de sa participation de 32 % chez qui a voté à sept voix (celle du pré­ laisse des miettes ». Les femmes de ministre cherche coûte que coûte comme le bras, blacklisté par la coups à prendre, à dix­huit mois
Suez, avait reçu à dîner à la tour sident, de cinq administrateurs et ce comité sont identifiées comme à rapprocher les belligérants et Macronie, œuvre en sous­main d’une présidentielle, il est inutile
Engie, à la Défense, Philippe une du représentant de la CGC) les meneuses de la résistance. obtenir in extremis la paix des pour Veolia. Suez a rameuté les d’exposer le président de la Répu­
Varin, le président de son ex­fi­ contre quatre – dont trois prove­ Face à l’impuissance avouée de braves. Mais pas seulement. Il « papys flingueurs », de Jean Peyre­ blique. Les conseillers ne cachent
liale, et Antoine Frérot, le PDG de nant des représentants de l’Etat – Philippe Varin, Bruno Le Maire réalise que le conseil d’Engie va ap­ levade (ex­Crédit lyonnais) à l’an­ pas leurs craintes quant aux con­
Veolia. Entre le « croquant de thon en faveur de la vente de 29,9 % du appelle Antoine Frérot pour obte­ prouver la vente à Veolia, malgré le cien commissaire général à l’in­ séquences de cette opération sur
rouge aux aromates » et le « baba capital de Suez à Veolia. Un ca­ nir un délai. Mercredi 30 septem­ non des représentants de l’Etat. Il vestissement, René Ricol, de l’emploi à moyen terme. Echec des
au rhum, mangue rôtie et crème mouflet terrible pour l’Etat. Com­ bre, le leader des services à l’envi­ appelle Françoise Malrieu, une Gérard Mestrallet à Henri Proglio négociations, attitude équivoque
glacée », les échanges s’étaient ment la situation a­t­elle pu déra­ ronnement avait accepté de re­ ancienne de Lazard membre du (ex­Veolia). Les amis politiques se de l’Elysée et de Matignon…
révélés constructifs. per à ce point ? pousser de cinq jours l’expiration conseil d’administration, très ap­ mobilisent, à l’image de l’ancien Bruno Le Maire et son cabinet
Les négociations engagées dans Le locataire de Bercy l’avait mar­ de sa proposition de rachat de préciée à Bercy, pour prendre la ministre centriste Jean­Louis voient rouge. On a joué le jeu, on a
la foulée avaient amené Antoine telé : il exige que l’offre de Veolia 29,9 % de Suez. Cette fois, le minis­ température. Borloo, proche d’Henri Proglio, été exemplaires, répète­t­on à
Frérot à des concessions. Il avait soit jugée amicale par le conseil tre demande un report jusqu’au En réalité, les positions sont ou encore de l’ancien ministre du Bercy. Oui mais. Le ministre de
renforcé les garanties apportées à d’administration de Suez. Or, dans jeudi 8 octobre, avant son départ claires. La semaine précédente, redressement productif, Arnaud l’économie est désormais celui qui
l’emploi chez Suez, consenti à ne la journée de dimanche, Philippe direction Bratislava pour un fo­ M. Clamadieu a fait procéder à un Montebourg, dont le banquier de doit porter le chapeau de cet
pas lancer d’OPA sans un accueil Varin lui­même l’avoue à Bruno Le rum européen. Le patron de Veo­ tour de table. Les administrateurs confiance, Arié Flack, est man­ échec. Dans un entretien au Fi­
favorable du conseil d’adminis­ Maire : les administrateurs de lia refuse. Le 5 octobre au soir, son indépendants soutiennent tous daté par le groupe d’environne­ garo, vendredi 9 octobre, il étale
tration de Suez et surtout élargi, à Suez le pressent de ne rien céder à offre tombe. Le ministre enrage. l’offre améliorée de Veolia ainsi ment assiégé. son amertume en multipliant les
la demande de Philippe Varin, le un Veolia qui se comporte en ter­ Clamadieu, Frérot, Varin se font que les deux représentants de la Suez a pris soin de rallier des critiques contre les dirigeants des
périmètre qu’il comptait céder au rain conquis. Un comité ad hoc au copieusement engueuler. Bruno CFDT et celui de la CFE­CGC. L’ad­ gens réputés proches d’Emma­ groupes concernés. Pressé de se
fonds Meridiam, autour de Suez sein du conseil – qui compte no­ Le Maire prévient tout le monde : ministrateur CGT, lui, a prévu de nuel Macron, comme son an­ justifier, il répète qu’il a agi avec le
Eau France, l’ex­Lyonnaise des tamment l’ex­PDG d’Areva Anne les administrateurs représen­ voter contre. Le ministre de l’éco­ cienne plume Sylvain Fort et l’es­ soutien de l’Elysée et de Matignon.
tants l’Etat au conseil d’Engie nomie a contacté les dirigeants sayiste Mathieu Laine. Une façon Le gouvernement s’est pris les
voteront contre la vente à Veolia. des deux organisations syndica­ de lutter contre la dynamique ini­ pieds dans le tapis. Au Parlement,
Cela fait bien les affaires de Suez, les, Laurent Berger (CFDT) et Phi­ tiale, avec cette impression tenace il va devoir affronter à la fois la co­
qui cherche par tous les moyens à lippe Martinez (CGT). que l’Elysée a béni au mois d’août lère des oppositions, mais aussi les
gagner du temps. Et pour cause : le A Laurent Berger, Bruno Le le projet de Veolia. Ironiquement, doutes au sein de la majorité LRM
groupe espère une offre d’Ardian, Maire explique que le vote prévu le nouveau porte­parole du Châ­ et MoDem. Au point que plus de
pour contrer celle de son archiri­ des administrateurs CFDT va à teau, Clément Leonarduzzi, assu­ soixante députés de la majorité
val. Dimanche 4 octobre au soir, l’encontre des déclarations du lea­ rait la défense de Suez chez Publi­ soutiennent une proposition de
Dominique Senequier, la fonda­ der syndical, réservé sur cette cis avant son départ à la mi­sep­ loi pour interdire les OPA hostiles
trice de ce fonds d’investisse­ opération. Ebranlé, le patron de la tembre. En sens inverse, Mayada en période d’urgence sanitaire. Un

Le grand entretien ment, a fait miroiter un prix de


18,50 euros par action, supérieur
confédération fait passer la consi­
gne de ne pas soutenir la tran­
Boulos, la communicante du pre­
mier ministre, Jean Castex, comp­
texte qui critique sans détour le
manque de cohérence de l’Etat
sur l’actualité du monde aux 18 euros de Veolia. La diri­
geante promet de dévoiler un pro­
saction. S’abstenir alors ? Mais
dans un conseil d’administration,
tait Engie parmi ses clients chez
Havas. En fait, ni l’Elysée ni Mati­
dans cette affaire.
Emmanuel Macron espérait se
Ce samedi à 12 h 00 jet lundi à la mi­journée, avant le
conseil décisif d’Engie. Pourtant,
cela revient à s’opposer. C’est
d’ailleurs la position choisie par
gnon – depuis la déclaration mala­
droite de Jean Castex disant que le
tenir à l’écart de cette bataille
boursière. Il se retrouve avec un
le lendemain, Ardian jette Patrice Durand, l’un des adminis­ début de fronde dans la majorité.
DELPHINE O l’éponge. Bizarre. trateurs élus par l’assemblée gé­ Bruno Le Maire voulait apparaître
ambassadrice de France, secrétaire Chez Suez, on accuse Engie – qui nérale sur proposition de l’Etat. Fi­ comme le médiateur parfait. Il
Photo © Christophe Lartige / TV5MONDE

générale du Forum Génération Egalité réfute – d’avoir découragé le fonds nalement, les deux hommes de la Dans la soirée du ressort lessivé et affaibli de cette
en affirmant que cette offre serait CFDT quitteront la salle au mo­ bataille. D’autant que l’histoire est
répond aux questions
perçue comme « inamicale ». De­ ment du vote.
lundi 5 octobre, loin d’être terminée : l’OPA menée
de Françoise Joly (TV5MONDE)
et Harold Thibault (Le Monde). puis le début, Jean­Pierre Clama­ La CFDT Engie se justifie en assu­ le ministre par Veolia pourrait prendre,
dieu répète que, pour comparer la rant que ses votes n’auraient pas au mieux, douze à dix­huit mois,
Diffusion sur TV5MONDE
proposition d’Ardian à celle de fait basculer la décision et renvoie
de l’économie, et va se heurter à la résistance ac­
et sur Internationales.fr
Veolia, la contre­offre doit être la balle à M. Le Maire. « Si l’Etat Bruno Le Maire, tive de Suez et de ses soutiens
ferme, autrement dit sans condi­ avait vraiment voulu bloquer cette politiques. 
en partenariat avec
tions. Or, Ardian a posé plusieurs opération, Macron n’avait qu’à ap­
a été bafoué raphaëlle besse desmoulières,
préalables, dont six semaines peler Clamadieu pour tout arrê­ par le conseil isabelle chaperon,
pour vérifier les comptes de Suez. ter », souligne José Belo de la CFDT claire gatinois,
C’est long. Vendredi 2 octobre, Engie. L’épisode laissera des tra­
d’administration alexandre lemarié
Alexis Kohler, le secrétaire géné­ ces : la CFDT Suez a dénoncé publi­ d’Engie et nabil wakim
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 économie & entreprise | 19

ISF : les revenus des 0,1 % les plus riches ont explosé
Un rapport sur les effets des réformes Macron, dont la suppression de l’impôt sur la fortune, fait ce constat

C’
est un rapport hau­ palement sur des données de l’an­ mité ne leur permettent pas de de l’investissement et de l’emploi », était d’inciter à l’investissement en
tement inflamma­ née 2018 –, les informations qu’il trancher. Mais ils ont, en parallèle,
Toute la question assure les proches du ministre de France en sortant les biens produc­
ble, à l’heure où fournit sont plus précises. Les divi­ étudié une autre réforme de la fis­ est de savoir l’économie. tifs de l’ISF. Réintégrons les comptes
l’épidémie de Co­ dendes distribués ont augmenté calité, plus ancienne et « inverse » : Autre argument : « Les foyers les bancaires et les assurances­vie
vid­19 fait basculer de plus en plus de plus de 60 % en 2018, passant de celle de 2013.
ce que ces plus riches ont été concernés par la (non investies directement en ac­
de ménages modestes dans la 14,3 milliards d’euros en 2017 à A l’époque, la présidence de Fran­ Français très plus grande partie de la hausse des tions) dans l’assiette de l’IFI. Ce ne
pauvreté et où l’exécutif assume 23,2 milliards, « et la hausse çois Hollande avait impulsé le dividendes, mais auparavant ces sont pas des biens productifs. Leur
de donner la priorité à des mesu­ se poursuit en 2019 », expliquent mouvement contraire : les reve­
aisés ont fait derniers n’étaient tout simplement exonération n’incite en rien à l’in­
res proentreprises dans son plan les auteurs de l’étude. nus du capital avaient été alignés et feront de plus versés [car trop taxés]. Donc vestissement », a réagi la députée
de relance pour doper l’économie De plus, « l’augmentation des di­ sur le barème de l’impôt sur le re­ soit ils étaient thésaurisés dans des Ecologie Démocratie Solidarité
et l’emploi. La suppression de videndes est de plus en plus concen­ venu, donc globalement davan­
cet argent sociétés holding, soit ils induisaient (ex­LRM) de la Meuse Emilie Ca­
l’impôt sur la fortune (ISF) et l’ins­ trée dans la population » : en 2018, tage taxés. « Pour l’heure, le comité des comportements d’optimisa­ riou, qui a déposé un amende­
tauration de la « flat tax » au dé­ 0,1 % des foyers fiscaux (soit est incapable de répondre par oui tion », argue­t­on à Bercy. ment au budget en ce sens.
but du quinquennat ont eu pour 38 000 personnes environ) ont ou par non à la question de savoir si nement, qui a prévu dans son plan Le rapport note en effet une Le 25 avril 2019, Emmanuel Ma­
effet de faire augmenter les reve­ perçu les deux tiers des montants la réforme de 2018 a eu un impact de relance de baisser de 20 mil­ hausse des consommations inter­ cron avait déclaré : « Cette réforme
nus des 0,1 % des Français les plus totaux, alors qu’ils n’en recevaient positif sur l’économie. Mais en étu­ liards les impôts de production médiaires des entreprises, « ce qui (…) sera évaluée en 2020 et (…) si elle
aisés, tandis que la distribution de que la moitié en 2017. Et les ultrari­ diant la réforme symétrique de des entreprises. correspond probablement à des n’est pas efficace, nous la corrige­
dividendes, de plus en plus con­ ches (0,01 % des foyers fiscaux, 2013, on ne voit pas d’impact sur « Ces réformes ont permis de rap­ frais des dirigeants échappant à rons. » Un an et demi et deux rap­
centrée, a explosé. 3 800 personnes environ) qui en l’investissement des entreprises », procher la taxation des revenus du tout impôt », explique le ministère. ports d’évaluation plus tard, le dis­
Ce sont les conclusions qui res­ captaient un cinquième, en ont assène Fabrice Lenglart, le prési­ capital des standards internatio­ La hausse des dividendes a ainsi cours a changé. « Il n’est pas ques­
sortent du deuxième rapport du reçu le tiers. dent du comité d’évaluation. naux. Elles s’inscrivent bien dans permis davantage de recettes fis­ tion dans le contexte de crise ac­
comité d’évaluation des réformes Une sacrée pierre dans le jardin l’action du gouvernement pour cales, si bien que sur un coût bud­ tuelle de revenir à une instabilité
de la fiscalité, publié jeudi 8 octo­ Davantage de recettes fiscales de Bercy et des tenants de la politi­ améliorer la compétitivité fran­ gétaire attendu à 1,1 milliard fiscale nuisible ni d’augmenter les
bre. Réalisé sous l’égide de France Si l’on s’intéresse aux revenus, « les que de l’offre, selon laquelle soute­ çaise et l’investissement », soutient d’euros, ce sont environ 500 mil­ impôts, qui ont baissé de 45 mil­
Stratégie, organisme d’évaluation 0,1 % de Français les plus aisés sont nir massivement les entreprises Bercy. « L’effet sur l’emploi prendra lions qui sont rentrés, par ricochet, liards d’euros pour les ménages et
et de prospective rattaché à Mati­ un quart de fois plus riches que les permet de doper in fine la crois­ du temps à se matérialiser mais à dans les caisses de l’Etat. les entreprises depuis le début du
gnon, ce travail d’économistes, de 0,1 % de 2017 », souligne France sance et l’emploi. Or, c’est précisé­ moyen terme, il bénéficiera à l’en­ « La proposition de campagne de quinquennat », répond Bercy. 
députés, de représentants de Stratégie. « Plusieurs éléments lais­ ment la ligne actuelle du gouver­ semble de la population, en créant LRM [La République en marche] audrey tonnelier
l’Insee, du Trésor, ou encore du sent clairement penser que la forte
Medef et de la CFDT est la suite hausse des dividendes reçus par les
d’un premier document. ménages en 2018 est en partie cau­
Celui­ci peinait à conclure sur sée par la réforme du PFU », insiste
l’efficacité des réformes­phares du le rapport.
quinquennat en matière de fisca­ Sur l’exil fiscal, que la réforme de
lité du capital : la suppression, de­ 2018 cherchait à endiguer, le rap­
puis le 1er janvier 2018, de l’impôt port livre des conclusions « pru­
de solidarité sur la fortune (ISF), dentes » : certes, le nombre de dé­
transformé en impôt sur la for­ parts hors de France des contri­
tune immobilière (IFI), et la créa­ buables aisés a baissé dès 2017 et
tion d’un prélèvement forfaitaire l’annonce des intentions du gou­
unique (PFU, « flat tax ») de 30 % vernement, et le nombre de re­
sur les revenus du capital. tours dans l’Hexagone a tendance
Deux mesures visant initialement à s’intensifier. Mais les comparai­
à « favoriser la croissance de notre sons sont rendues délicates par le
tissu d’entreprises, stimuler l’inves­ changement de périmètre (l’IFI a
tissement et l’innovation », selon la entre­temps remplacé l’ISF).
lettre de mission de Matignon au Toute la question est de savoir ce
comité, en décembre 2018. que ces Français très aisés ont fait
Si ce deuxième rapport indique et feront de cet argent : l’épargner,
de nouveau qu’une évaluation le dépenser, l’investir dans l’éco­
complète des deux réformes reste nomie ? Là encore, les données ac­
impossible – il s’est appuyé princi­ tuellement à la disposition du co­

PERTES & PROFITS | IBM
p ar phi l i ppe e scand e

Un Indien
pour sauver « Big Blue »
On ne rappellera jamais assez l’in­ Cette révolution fondamentale
fluence de l’Inde sur l’informati­ représente un nouveau choc
que américaine. Elle a fourni les pour IBM, qui s’est enrichi grâce
bataillons d’opérateurs aux gran­ à la vente, à l’installation et à
des heures de la mondialisation l’entretien de machines et de
des services et, désormais, elle ali­ logiciels dans les entreprises.
mente le pays en PDG. Trois des Il faut, à la place, investir lourde­
plus prestigieuses entreprises in­ ment dans de gigantesques cen­
formatiques des Etats­Unis sont tres de données répartis dans le
dirigées par des diplômés des monde et hébergeant les infor­
nombreux instituts indiens de mations et services des clients.
technologie – Sundar Pichai, le
PDG de Google, Satya Nadella, ce­ Manque d’agilité
lui de Microsoft, et Arvind Kris­ Dès le début des années 2000,
hna, celui d’IBM. Comme un be­ « Big Blue » avait anticipé cette
soin vital de sang neuf. évolution, mais pas son timing et
M. Krishna est le plus récent et ses conséquences. Résultat, ce
il a hérité de la tâche la plus sont de nouveaux acteurs
lourde. Intronisé PDG d’IBM en comme Amazon ou Google qui
avril 2020, il doit sortir la plus ont prospéré, suivis de Microsoft,
ancienne entreprise informati­ l’ex­rival d’IBM au temps des PC,
que du monde du sommeil pro­ qui, sous la férule de Satya Na­
fond dans laquelle elle est plon­ della, a pris le virage bien plus tôt.
gée depuis près de vingt ans. C’est tout le drame de « Big
Sa première grande décision a Blue », cette armée d’ingénieurs
été annoncée jeudi 8 octobre. en costume­cravate, dont les ori­
Il va couper l’entreprise en gines remontent à 1886, qui a
deux, en se séparant de son acti­ tout inventé, du plus gros ordina­
vité de services d’infrastructures, teur au plus petit, qui a conquis
qui représente, à elle seule, près la planète la première, pressenti
de 19 milliards de dollars avant les autres la révolution
(16,2 milliards d’euros) de chiffre Internet, acheté des milliers d’en­
d’affaires et 90 000 personnes. treprises, et a manqué, au niveau
Un virage stratégique majeur, interne, de l’agilité nécessaire
destiné à focaliser la société sur pour suivre la course des start­up
le nouveau Graal de l’informati­ californiennes. En 1990, au bord
que, le cloud computing. Cette du gouffre, elle a été sauvée par
informatique en réseau permet un banquier, Louis Gerstner, qui
aux entreprises de ne plus avoir lui a fait prendre le virage des
de gros ordinateurs dans leurs services. Elle tente l’inverse
locaux et d’utiliser les logiciels aujourd’hui, pour prouver qu’elle
comme de simples services Web. n’a pas l’âge de ses artères. 
0123
20 | économie & entreprise SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Allemagne : les salariés Google et la presse française


des services publics
veulent être mieux payés se rapprochent d’un accord
Salués durant le confinement pour leurs La firme américaine pourrait verser 25 millions à 30 millions d’euros
« métiers essentiels », ils se mettent en grève
par an pour rétribuer les contenus de la presse quotidienne et régionale

L’
berlin ­ correspondance velle vague de cessation de travail heure est, semble­t­il, Certains titres nourrissent en­ montre que le droit de la concur­
est annoncée pour vendredi 9 oc­ au dégel entre Google
La rémunération core des réticences. Le point le rence offre des outils pour prévenir

C ombien doit être payé un


éboueur ? Une infirmière ?
Un éducateur de jeunes en­
fants ? Une conductrice de tram ?
En Allemagne aussi, la plupart de
tobre : plusieurs régions vont con­
naître des perturbations dans les
transports, les crèches communa­
les ou les hôpitaux.
Malgré la sensibilisation due à la
et les médias français.
Jeudi 8 octobre au soir,
l’Alliance de la presse d’informa­
tion générale a diffusé un com­
muniqué plus avenant que les dé­
sera fixée
en fonction
d’un barème dont
plus délicat touche à la réparti­
tion financière entre droits voi­
sins et News Showcase. L’un dé­
coule de la loi et porte sur les ex­
traits déjà utilisés par Google.
en urgence les possibles abus de
position dominante ».
Google va aussi devoir conclure
les négociations lancées en paral­
lèle avec le Syndicat des éditeurs
ces métiers sont peu considérés période du confinement, la cam­ clarations martiales échangées
le principal critère L’autre relève d’une logique d’ac­ de la presse magazine et avec
socialement, et mal payés. Durant pagne de Verdi est loin de re­ avec le moteur de recherche ces est l’audience cords de licence commerciale et l’Agence France­Presse. Voire dis­
la crise sanitaire, ce sont pourtant cueillir un soutien débordant en derniers mois. Les médias ont concerne un produit nouveau. cuter avec le Syndicat de la presse
ceux qui ont continué à travailler Allemagne. De nombreux obser­ « pris note de l’évolution de Google
du média Les éditeurs souhaitent maxi­ indépendante d’information en
malgré les risques de contamina­ vateurs critiquent la méthode. sur la rémunération de l’utilisa­ miser la valorisation des droits ligne (Contexte, Mediapart, Arrêt
tion, leurs métiers étant considé­ Alors que le nombre d’infections tion des publications de presse en voisins, jugés plus pérennes. Goo­ sur images…), initialement op­
rés comme « essentiels ». est en hausse dans le pays, les grè­ ligne, en particulier au titre du péenne sur le droit d’auteur de gle, pour sa part, favorise News posé au principe du droit voisin
« Applaudir ne suffit pas », ac­ ves d’avertissement contribuent à droit voisin des éditeurs ». 2019 afin d’autoriser les médias à Showcase, craignant que le prin­ par peur de renforcer la « dépen­
cuse depuis quelques jours le syn­ perturber le quotidien de ceux qui L’Alliance – qui représente les demander aux plates­formes nu­ cipe de rémunération d’extraits dance » des médias. Autant de ré­
dicat Verdi, brocardant l’hypocri­ ont déjà payé un lourd tribut à la quotidiens nationaux, dont Le mériques une rémunération de contenus dans son moteur de munérations qui s’ajouteront
sie révélée par la crise du Covid : les pandémie : les familles avec de Monde, mais aussi la presse régio­ pour l’utilisation d’extraits de recherche ne fasse tache d’huile aux mesures de soutien déjà mi­
habitants des classes moyennes jeunes enfants, dépendantes des nale quotidienne et hebdoma­ leurs articles. Ensuite, News sur d’autres continents ou dans ses en place par Google pour cer­
supérieures des centres­villes écoles, ou les salariés des métiers daire – a ajouté vouloir « repren­ Showcase, un nouvel espace créé d’autres secteurs. tains médias français. Les médias
prêts à célébrer à leur balcon les pour lesquels le télétravail n’est dre de bonne foi des discus­ par Google pendant les négocia­ vont, eux, se tourner vers les
petites mains des services essen­ pas possible, condamnés aux bou­ sions avec Google », tout en don­ tions en vue d’accueillir des con­ Répercussions internationales autres plates­formes numériques
tiels comme « héros du Corona », chons s’ils ne peuvent pas prendre nant « mandat à un groupe tenus entiers de médias, dans un Des journaux souhaitent aussi en concernées par le droit voisin : Fa­
oublient souvent que ces derniers les transports en commun. Et tous d’éditeurs pour rapidement préci­ nouvel onglet de son moteur de savoir plus sur News Showcase. cebook, mais aussi Apple News,
sont bien moins payés qu’eux. Le les fonctionnaires ne sont pas, ser le champ d’un accord­cadre au recherche d’actualités. Google invite les médias à y pu­ Twitter, LinkedIn, Bing…
syndicat relève l’écart des rémuné­ loin s’en faut, payés au même ni­ titre du droit voisin et déterminer Selon nos informations, le mon­ blier des articles ou des formats L’épreuve de force en France a
rations en Allemagne : les conduc­ veau que les conductrices de tram. ses modalités précises ». tant global discuté dans l’accord­ innovants. Les titres payants aussi des répercussions interna­
teurs de bus et de tram gagnent en Le problème n’est pas entre sala­ Mercredi, l’Alliance et l’entre­ cadre avec l’Alliance est de l’ordre pourront y afficher des articles tionales. Tous les pays de l’Union
moyenne 11,38 euros brut de l’heu­ riés de la fonction publique et du prise américaine avaient, fait inha­ de 25 millions à 30 millions rendus gratuits pour l’occasion. européenne doivent transposer
re, les assistantes et assistants mé­ privé, mais plutôt celui de la masse bituel, publié un communiqué d’euros par an. Beaucoup moins Mais selon quelles modalités ? A le droit voisin. L’Australie prépare
dicaux 11,56, les employés des ser­ des travailleurs à bas salaires. Se­ commun pour annoncer être que les 150 millions d’euros de­ quelle fréquence ? Les médias une loi similaire. Aux Etats­Unis,
vices de traitement des déchets lon une étude publiée en juillet par « proches d’un accord ». Celui­ci n’a mandés en 2019 par les médias, aimeraient établir un suivi avec le rapport parlementaire sur les
16,88, tandis que « les autres mé­ la fondation Bertelsmann, 7,7 mil­ finalement pas été ratifié en l’état sur la base d’une étude évaluant Google afin de pouvoir mettre à « monopoles » des géants du nu­
tiers », souligne le syndicat, ga­ lions de travailleurs, soit plus d’un par le conseil d’administration de leur manque à gagner publicitaire jour les modalités du mérique propose de permettre
gnent en moyenne 19,38 euros cinquième des salariés en Allema­ l’Alliance, jeudi après­midi. Toute­ autour du double. Mais plus que contrat­cadre à l’avenir. aux médias américains de négo­
brut de l’heure. Verdi réclame gne gagnaient moins de 11,40 eu­ fois, cela n’a pas empêché Google les 20 millions d’euros par an dis­ La presse française a été encou­ cier collectivement avec les pla­
donc de substantielles revalorisa­ ros de l’heure. Aucun autre pays d’afficher son optimisme : « Nous tribués par le fonds pour l’innova­ ragée à prolonger les négocia­ tes­formes.
tions pour les 2,3 millions d’em­ européen, à performance écono­ nous félicitons de cette nouvelle tion de la presse créé en France par tions par une décision favorable De son côté, Google a annoncé,
ployés de la fonction publique : mique similaire, n’affiche une étape franchie (…) et nous sommes Google en 2013 (et depuis trans­ de la cour d’appel de Paris, rendue le 1er octobre, vouloir investir
4,8 % de hausse, avec une augmen­ telle proportion de faibles salaires. pleinement engagés à finaliser les formé en fonds européen, puis jeudi. Celle­ci a rejeté le recours de 1 milliard de dollars (850 millions
tation de 150 euros minimum. En 2018, soulignent les auteurs, les détails de la mise en œuvre de cet mondial). Google et validé la décision de d’euros) sur trois ans pour sceller,
fameux « héros du Corona » for­ accord­cadre, qui couvre les droits L’argent sera réparti entre les l’Autorité de la concurrence, qui, dans le monde entier, des accords
Critiques de la méthode maient plus de la moitié des sala­ voisins et News Showcase. » quelque 300 membres de l’Al­ au mois d’avril, lui avait ordonné de licence pour son espace Show­
Pour renforcer son pouvoir de né­ riés mal payés. On y retrouve à 18 % Il y a en effet deux composan­ liance, qui devront chacun nouer de négocier, sous trois mois et case. Deux cents médias en ont
gociation, le syndicat a lancé de­ des travailleurs précaires dans tes dans le projet de contrat entre un accord avec Google. La rému­ « de bonne foi ». La présidente de déjà signé, en Allemagne, au Bré­
puis quelques jours une série de l’éducation, la santé et l’action so­ les médias et le moteur de re­ nération sera fixée en fonction l’autorité, Isabelle de Silva, s’est fé­ sil, au Royaume­Uni, en Argen­
grèves « d’avertissements » dans ciale, mais surtout (29 %) des em­ cherche : d’abord, les droits voi­ d’un barème dont le principal cri­ licitée sur le réseau social Twitter tine ou au Canada. 
tout le pays. Ce type d’action est ployés du commerce de gros et de sins créés par la directive euro­ tère est l’audience du média. d’une « décision importante, qui alexandre piquard
classique en Allemagne, il consiste détail, de l’industrie du transport
à cesser le travail quelques heures et de l’alimentaire, des branches
seulement, en amont d’une négo­ bien moins syndiquées que les ser­
ciation. Après un premier épisode vices publics. 
de grève fin septembre, une nou­ cécile boutelet
Mis en place au printemps 2019, le revenu
de citoyenneté italien est remis en cause
HORS-SÉRIE
Le dispositif qui vient en aide à 1,2 million de familles devrait être réformé en 2021

UNE VIE, UNE ŒUVRE rome ­ correspondant première ouverture en ce sens a pées, la majorité d’entre elles, au
été faite le 26 septembre, dans le
Reste qu’en ces sud du pays, ne disposant même
ÉDITION
2020 C’ était dans le centre de
Rome, il y a deux ans, le
soir du 27 septem­
bre 2018. Quelques minutes après
l’annonce d’un accord avec leur
cadre du Festival d’économie de
Trente, quand le président du con­
seil, Giuseppe Conte, a annoncé sa
volonté de « réorganiser » la me­
sure, annonçant une profonde ré­
temps de crise, il
paraît difficile de
supprimer une
pas d’une connexion Internet.
Pour ses contempteurs, le re­
venu de citoyenneté relève plus de
l’aide sociale que du dispositif de
retour à l’emploi, et s’apparente
partenaire de gouvernement, la Li­ forme au printemps 2021.
mesure sociale plus à une manœuvre clientéliste
gue de Matteo Salvini (extrême Luigi Di Maio s’est aussitôt dé­ qui a permis en direction des populations du
droite), ouvertement hostile au re­ claré ouvert à la discussion, tout Sud (selon l’institut italien des sta­
venu de citoyenneté, les ministres en prenant la défense de sa me­
à des millions tistiques, plus de 12 % des familles
M5S (antisystème) du gouverne­ sure : « L’aide aux personnes les plus d’Italiens de ne de Campanie en bénéficient, con­
ment étaient apparus au balcon pauvres est le premier devoir d’un tre moins de 1 % en Trentin­Haut­
du palais Chigi, siège de la prési­ Etat démocratique. Mais cela ne si­
pas sombrer Adige) qu’à une véritable mesure
dence du conseil italienne, pour gnifie pas que cette aide ne puisse de justice sociale. A cette accusa­
fêter leur victoire avec une poi­ pas être améliorée ». Peu de temps tion s’ajoute celle d’encourager
Charles gnée de militants présents. Sous le
regard d’une nuée de caméras. Ce
après, Nicola Zingaretti, secrétaire
général du Parti démocrate (cen­
Ainsi, pour ne pas prêter le flanc
aux accusations d’« assistanat »
l’économie souterraine, particu­
lièrement au sud du pays. « Pour
de Gaulle soir­là, leur chef de file, tre gauche), partenaire de gouver­ qui émanaient de l’intérieur moi cette aide est une gigantesque
L’intraitable aujourd’hui vice­premier minis­
tre, Luigi Di Maio, concepteur du
nement du M5S, a lui aussi appelé
à l’ouverture d’une « phase de revi­
même de la majorité, les concep­
teurs de la mesure ont condi­
incitation à frauder », accusait
ainsi, comme tant d’autres, le di­
projet, avait même annoncé que le sitation » de cette mesure. tionné cette aide à la recherche ac­ recteur de l’hôpital de Reggio de
Sa vérité est dans sa légende, par Bertrand Le Gendre gouvernement venait d’« abolir la tive d’un emploi. Présentés Calabre dans les colonnes du Cor­
pauvreté » : le revenu de citoyen­ Eloigné de ses ambitions comme le bras armé de cette ré­ riere della sera, fin septembre.
neté, mesure­phare du Mouve­ Présenté à l’origine par le Mouve­ forme, les 3 000 « navigatori » qui Reste qu’en ces temps d’effon­
ment 5 Etoiles, allait voir le jour, au ment 5 Etoiles comme un em­ ont été engagés pour aider les allo­ drement de l’économie, il paraît
printemps 2019, offrant un nouvel bryon de revenu universel, garan­ cataires dans leur recherche d’em­ difficile de supprimer une mesure

CHARLES DE GAULLE espoir à des millions de familles.


Dix­huit mois après le début ef­
tissant à chaque famille un re­
venu mensuel d’au moins
ploi se sont révélés pour l’heure
parfaitement inutiles. Un an et de­
sociale qui a permis à des millions
d’Italiens de tenir la tête hors de

L’INTRAITABLE fectif de la mise en œuvre de cette


mesure, la situation a bien changé.
783 euros, le revenu de citoyen­
neté mis en place début 2019 était
mie après la mise en œuvre du re­
venu de citoyenneté, seuls 710 000
l’eau. « Heureusement que nous
avons disposé d’une mesure de pro­
Désormais, l’heure n’est plus vrai­ en réalité très éloigné de ses ambi­ allocataires (soit moins de 60 % du tection sociale comme le revenu de
Un hors-série du « Monde » ment aux embrassades triom­ tions initiales. « Quand nous som­ total) ont reçu leur première con­ citoyenneté durant le confine­
phantes, mais plutôt à une remise mes arrivés au pouvoir, nous vocation. Pire encore, les « naviga­ ment », n’a pas manqué de souli­
124 pages - 8,50 € à plat générale du système, qui l’avons mis en place en s’adaptant tori » n’ont eu qu’un peu plus de gner le premier ministre italien
Chez votre marchand de journaux vient actuellement en aide à aux capacités de financement du 200 000 offres d’emploi à leur pro­ Giuseppe Conte, lors du Festival
et sur lemonde.fr/boutique 1,2 million de familles (pour 3 mil­ pays. Bien sûr nous avions en tête poser. Cette inefficacité est tout d’économie de Trente. Reste seule­
lions de personnes au total), jugé une réforme plus profonde, mais il sauf une surprise alors que les ment à le rendre plus efficace, en
trop coûteux (environ 8 milliards fallait de toute façon aller de agences pour l’emploi du pays clarifiant ses objectifs. 
d’euros par an) et inefficace. La l’avant », a concédé M. Di Maio. sont dramatiquement sous­équi­ jérôme gautheret
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 économie & entreprise | 21

L
es salles de cinéma du
monde entier dépéris­
sent, s’étiolent, se dé­
sespèrent chaque jour
davantage en voyant
les studios hollywoo­
diens reporter la sortie de leurs
très gros films. Ceux précisément
qui doivent enfin apporter un
peu d’oxygène aux exploitants.
Depuis le début de la pandémie
de Covid­19, deux logiques s’af­
frontent.
D’un côté, les mastodontes
comme Disney, Warner Bros, Uni­
versal, Sony, Paramount ou Me­
tro­Goldwyn­Mayer (MGM) re­
tiennent les blockbusters dans
lesquels ils ont investi des centai­
nes de millions de dollars. Seule
une énorme sortie orchestrée au
niveau mondial peut, selon eux,
permettre de les rentabiliser. De
l’autre, les salles n’arrivent pas à
sortir la tête hors de l’eau en pro­
posant uniquement des longs­
métrages nationaux, européens
ou de patrimoine (film dont la
première date de sortie en salle
est antérieure à dix ans). Les gros
films américains capables de drai­
ner des millions de spectateurs
leur font cruellement défaut. « Mourir peut attendre », le 25e opus des James Bond, a été une nouvelle fois reporté, au 2 avril 2021. UNIVERSAL PICTURES FRANCE
Ces derniers jours se sont révé­
lés particulièrement rudes en dé­
ceptions. Warner Bros et Legen­
dary Pictures ont annoncé, mardi
6 octobre, que Dune, de Denis Vil­
leneuve, adapté du classique de
PLEIN CADRE
Frank Herbert, ne sortira pas le
18 décembre mais le 1er octo­
bre 2021 aux Etats­Unis. Mourir
peut attendre, le 25e opus des Ja­
mes Bond, a une nouvelle fois été
reporté, au 2 avril 2021, dans l’es­
Cinéma : SOS blockbusters
poir d’une sortie mondiale. Les
fans devront encore patienter
Les studios reportent, les unes après les autres, les sorties de leurs grosses
pour voir Daniel Craig, retraité
des services secrets, couler provi­
productions à des jours meilleurs, estimant que seul un lancement
soirement des jours heureux en
Jamaïque. MGM, Universal et les
mondial les rentabilisera. Les salles dépérissent sans ces longs­métrages
producteurs de Bond, Michael G.
Wilson et Barbara Broccoli, n’ont
pas voulu prendre de risque.
« Avec la reprise de la pandémie, la
crainte de reconfinements, le nom­ York et Chicago. » Sans compter en Europe perdent de l’argent. essai pâtissent de l’absence des départ, mais surtout les très coû­
bre de salles fermées dans le que les studios, qui ont mis en « D’ici à ce que les studios se déci­ films américains porteurs », assu­
Le nouveau teuses campagnes de promotion
monde, la nervosité est très forte, chantier un blockbuster souvent dent, des salles auront fermé », re­t­il. Dans le pays du cinéma report du dernier et de distribution. « C’est parce
l’incertitude folle. Une sortie aussi trois ou quatre ans avant sa sortie, prévoit la PDG de l’UNIC, persua­ d’auteur, jamais il n’a donc été que Christopher Nolan a autant
importante que celle de James n’ont aucune envie de le « griller ». dée qu’avec une telle stratégie les autant question que de sauver les
James Bond voulu défendre son bébé en salle
Bond, avec un objectif de 700 mil­ Or, le marché américain repré­ studios hypothèquent aussi leur blockbusters hollywoodiens. a précipité que ce film n’est pas sorti sur une
lions à 1 milliard de dollars [soit sente à lui seul un quart des recet­ retour futur quand la pandémie La fréquentation en salle en plate­forme de vidéo à la de­
595 millions à 850 millions d’eu­ tes mondiales des salles de ci­ aura disparu. « Les cartes ne sont France accuse une chute specta­
la fermeture mande », assure un expert.
ros] de recettes était intenable », néma (11,4 milliards de dollars sur pas entre nos mains », regrette­t­ culaire de 62,7 % pour les neuf de 536 salles
assure Xavier Albert, directeur un total de 42,5 milliards en 2019, elle. Faute d’être entendue à Hol­ premiers mois de l’année, selon « GRANDE TRAHISON »
général d’Universal Pictures In­ selon Comscore). lywood, elle multiplie les deman­ le Centre national du cinéma et
américaines et Contrairement à Warner Bros,
ternational France. Ce décalage « Nous sommes en contact avec des de soutiens gouvernemen­ de l’image animée (CNC), même si 127 britanniques Disney s’est mis à dos les exploi­
des aventures de 007 a précipité, les studios pour leur rappeler que taux, pour porter secours aux sal­ le mois de septembre a quelque tants en sautant la case salle
dès le 5 octobre, la fermeture pro­ les salles européennes ont rouvert les. Et leur permettre de survivre peu enrayé cette dégringolade
de Cineworld pour commercialiser directe­
visoire de 536 cinémas améri­ dans la perspective d’un calendrier en 2021. (–50,9 %). Or, l’absence des gros­ ment Mulan, de Niki Caro, sur sa
cains et 127 britanniques de la de sorties. Et le public est là quand La crise s’est aggravée au fil des ses locomotives américaines pé­ propre plate­forme Disney+. Na­
chaîne Cineworld, affectant au to­ de nouveaux films sortent », plaide mois. Faute de visibilité sur l’am­ nalise non seulement les salles, ni à Lille et ni à Bordeaux. Per­ thanaël Karmitz, président du di­
tal 45 000 salariés. Laura Houlgatte. Que les œuvres pleur de la pandémie, les studios mais tout l’écosystème du cinéma sonne ne peut se priver de 40 % rectoire de MK2, ne décolère pas.
soient nationales ou américaines. américains ont repoussé une à français. Spécificité hexagonale, du marché. » Dans le magazine en ligne « Le
UN CATALOGUE INTERMINABLE Elle cite les bons résultats de Little une toutes leurs sorties. La litanie chaque ticket d’entrée est taxé à Dans ce contexte, Tenet fait of­ Film français » du 23 septembre,
Laura Houlgatte, PDG de l’Union Women, de Greta Gerwig, au Da­ ressemble à un catalogue inter­ 10,7 %, afin de financer la produc­ fice d’exception miraculeuse de­ il qualifie cette stratégie de
internationale des cinémas nemark, Trolls World Tour, de minable : Disney a annoncé le re­ tion de films français. Si bien que puis le début de la pandémie. « grande trahison ».
(UNIC), qui regroupe les exploi­ Walt Dohrn et David Smith, ou port à 2021 de Black Widow, de les longs­métrages américains Warner Bros reste le seul studio à De son côté, Universal Pictures a
tants européens, se désole qu’« il Scooby !, de Tony Cervone, aux Cate Shortland, avec Scarlett Jo­ ont rapporté, en 2019, 89 millions avoir joué la salle. Olivier Sna­ innové en sortant aux Etats­Unis
ne reste désormais plus qu’un seul Pays­Bas. A ses yeux, « les studios hansson, et de West Side Story, de d’euros au cinéma tricolore. Une noudj rappelle ainsi que « Tenet Trolls 2 en vidéo à la demande pre­
très gros film de Warner Bros, ont une vision très américano­cen­ Steven Spielberg. Warner Bros a manne non négligeable au regard est sorti en France le 26 août, ex­ mium, moyennant 19,99 dollars
Wonder Woman 1984, de Patty trée. Pour eux, tant que les ciné­ décalé le prochain Matrix à des 106,2 millions d’euros de Ca­ ceptionnellement dix jours avant pour le visionner pendant qua­
Jenkins, encore calé avant la fin de mas de New York et de Californie fin 2021 et Batman à 2022. Sans nal+, encore le principal banquier les Etats­Unis ». Si le film de rante­huit heures. Ce film sortira
l’année, le 30 décembre ». Sera­t­il ne sont pas rouverts, ils ne peuvent compter, chez Universal, le report du 7e art. Christopher Nolan, d’un budget en salle, en France, le 14 octobre.
aussi reporté ? Olivier Snanoudj, pas sortir de films ». de la sortie de Fast & Furious 9, de Alors comment peser dans la de 205 millions de dollars, a fran­ Pour calmer le jeu avec les exploi­
senior vice­président distribu­ « En continuant de repousser Justin Lin, reporté à avril 2021, ou, décision des studios de Los Ange­ chi le cap des 2 millions de spec­ tants et éviter un boycott à l’ave­
tion cinéma chez Warner Bros En­ leurs titres, ils mettent en péril la chez Sony Pictures, celui de Spi­ les et tenter de les convaincre qu’il tateurs dans l’Hexagone le nir, Universal partage les recettes
tertainment France, prévient déjà viabilité des salles », redoute­t­ der­Man. Homecoming 3, de Jon est possible d’effectuer des sorties 28 septembre, le plus beau résul­ avec le plus gros réseau américain
que la décision de bouger ou non elle, en ajoutant que les cinémas Watts, reprogrammé dans un an. pays par pays ? Marc­Olivier Seb­ tat de l’année en salle, Olivier de salles, AMC. Une solution hy­
la sortie du film sera prise à Los Paramount a aussi décalé au bag est bien obligé d’en convenir : Snanoudj reste pourtant mi­fi­ bride qui n’est pas destinée à con­
Angeles, selon une analyse des 14 juillet 2021 Top Gun. Maverick, « Nous avons juste la capacité de gue mi­raisin. « Nous sommes tinuer une fois la pandémie pas­
risques. « Si un film ne peut pas de Joseph Kosinski, avec Tom faire remonter des messages par le loin de l’objectif initial, d’avant­ sée. Mais, quand la crise sanitaire
sortir aux Etats­Unis, ce qui obère
La fréquentation Cruise dans le rôle­titre. biais des bureaux européens des Covid, qui prévoyait 3 millions sera derrière nous, des dizaines
sa rentabilité, il n’y a pas d’autre des salles La crise due au Covid­19 révèle studios, situés à Londres. » De son d’entrées, dit­il. Si on arrive à de blockbusters amoncelés par
choix que d’attendre », dit­il. Son plus que jamais la dangereuse dé­ côté, Victor Hadida, président de 2,5 millions, ce sera formidable » les studios en attendant des
confrère Stéphane Huard, prési­
françaises accuse pendance des salles vis­à­vis des la Fédération nationale des édi­ pour un film qui a profité de l’ab­ temps meilleurs risquent alors de
dent de Sony Pictures Entertain­ une chute studios hollywoodiens. « C’est le teurs de films (FNEF), a cons­ sence de concurrence. s’abattre en masse sur les salles.
ment France, complète : « Il faut contrecoup de la mondialisation cience qu’« il est impossible, pour L’équation n’est pas gagnée : Voire de s’entre­dévorer et de se
prendre en compte une donnée
de 62,7 % pour de la distribution du cinéma », ex­ un studio, de rentabiliser un film si pour que le studio ne perde pas cannibaliser, en passant de la pire
psychologique forte. A Los Ange­ les neuf premiers plique Marc­Olivier Sebbag, délé­ sa sortie est programmée sans d’argent, les recettes mondiales disette connue au cinéma à une
les, là où sont installés tous les stu­ gué général de la Fédération na­ le marché américain ». « C’est com­ devront atteindre 500 millions à opulence pantagruélique et peut­
dios, les cinémas sont toujours fer­
mois de l’année, tionale des cinémas français me si un film français ne sortait 600 millions de dollars, ce qui être peu digeste. 
més, comme à San Francisco, New selon le CNC (FNCF). « Même les salles d’art et ni à Paris, ni à Lyon, ni à Marseille, permet de couvrir le budget de nicole vulser
22 | argent 0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Combien vous coûte votre conseiller financier SOS CONSO 


CHRONIQUE PAR RAFAËLE RIVAIS
Sa rémunération est opaque. Les nouvelles pratiques plus transparentes restent rares
Covid-19 et expulsion
d’un logement
V
ous êtes­vous déjà que si vous achetez vos place­ frais et les honoraires à régler par
posé la question de sa­ ments auprès de votre conseiller POUR UNE  les clients, on s’aperçoit qu’ils n’y
voir comment votre bancaire ou d’un « producteur » ASSURANCE­VIE QUE  gagnent pas vraiment. »
conseiller financier ré­ d’assurance : c’est leur emplo­ M. Séraqui tient cependant à
munère les prestations qu’il vous yeur qui encaisse ces frais et qui VOUS AVEZ SOUSCRITE, noter que « 61 % des conseillers

E
« offre » ? Combien facture­t­il règle ensuite le salaire des con­ adhérents à la chambre déclarent n cette période de crise sanitaire et économique,
pour vous recevoir, établir un bi­ seillers, en l’agrémentant de pri­ LE CONSEILLER RÉCUPÈRE  un mode de rémunération hy­ comment éviter que des locataires ne payant plus
lan patrimonial, s’enquérir de vo­ mes ou de bonus, selon son ni­ bride, à base de commissions et leur loyer se retrouvent à la rue, alors que leur pro­
tre situation financière et fami­ veau de vente.
LA MAJEURE PARTIE DES  d’honoraires. Et rien n’interdit à priétaire dispose d’un jugement ordonnant l’expul­
liale, proposer des produits de FRAIS SUR VERSEMENTS  un client et à son conseiller de se sion ? L’histoire suivante illustre cette difficulté : le 1er dé­
placement ou d’investissement Une autre approche mettre d’accord pour adopter le cembre 2018, Baptiste Y, locataire de Josette X, cesse de payer
qui correspondent à vos attentes Longtemps très opaque, ce sys­ QUE VOUS AVEZ RÉGLÉS mode de rémunération qui leur les 600 euros mensuels qu’il lui doit, sans lui en expliquer
et à votre situation, faire ensuite tème de rémunération est de­ convient le mieux ». la raison – elle découvrira qu’il a perdu son emploi de som­
le point régulièrement avec vous ? venu un peu plus transparent Meyer Azogui, qui dirige Cyrus melier. Il ne tente pas non plus de s’expliquer devant le tri­
La réponse est simple : rien ! avec l’introduction de directives buteurs. Les frais y sont donc lo­ Conseil, l’un des plus gros cabi­ bunal d’instance d’Albi (Tarn), où elle le fait assigner ; le
Pour autant, ces services sont européennes (MIF2 et DDA), qui giquement inférieurs. nets de gestion de patrimoine du 8 juillet 2019, celui­ci ordonne son expulsion « avec, le cas
loin d’être gratuits. Les conseil­ obligent chaque intermédiaire fi­ Gros avantage de cette prati­ pays, pointe un autre problème : échéant, le concours de la force publique ».
lers se rémunèrent donc de ma­ nancier à faire figurer dans ses que : il n’est pas possible d’ac­ « Lorsque l’on facture des hono­ Le 19 juillet 2019, un huissier mandaté par Josette délivre à
nière discrète, en recevant des informations le total des frais cuser le conseiller de mettre en raires, il faut y ajouter la TVA à Baptiste un commandement de quitter les lieux dans les
commissions proportionnelles prélevés et la part revenant au avant des produits qui lui appor­ 20 %, qui vient renchérir le prix du deux mois. Le 18 octobre 2019, il tente sans succès de le faire
aux frais des produits qu’ils vous distributeur. Il est donc plus fa­ tent les plus grosses commis­ conseil, alors que les commissions partir. Le 7 novembre 2019, alors que la trêve hivernale a dé­
vendent. Pour une assurance­vie cile de savoir exactement ce que sions, comme c’est le cas avec le n’y sont pas soumises. » La facture buté depuis quelques jours, il réquisitionne la force publique.
que vous avez souscrite, par vous coûte le conseil fourni par schéma classique. se trouve donc majorée pour le Le préfet du Tarn soumet sa demande à la commission dé­
exemple, le conseiller récupère la votre intermédiaire habituel, et Bertrand Tourmente, d’Althos client. partementale de coordination des actions de prévention des
majeure partie des frais sur ver­ de juger si sa rémunération est Patrimoine, a adopté le clean Reste un autre frein au déve­ expulsions locatives (CCAPEX) : celle­ci re­
sements que vous avez réglés. justifiée par le niveau de satisfac­ share depuis plusieurs années. loppement du clean share : la groupe un grand nombre de partenaires,
Puis, chaque année, il reçoit tion apporté. « Nous facturons à nos clients faiblesse de l’offre. Peu de con­ CRISE SANITAIRE  notamment des travailleurs sociaux qui,
une commission sur les capitaux En réponse à ces pratiques, cer­ 0,95 % par an des sommes qui trats d’assurance­vie ont adopté OBLIGE, LA TRÊVE  lorsque les locataires leur paraissent de
qui fructifient, elle aussi payée tains professionnels du patri­ nous sont confiées. Nous pouvons cette grille de rémunération, et bonne foi, tentent de leur éviter cette solu­
grâce aux frais prélevés par l’as­ moine développent une autre ap­ donc investir leur épargne dans des rares sont les fonds d’investisse­ HIVERNALE tion ultime. Réunie le 28 février 2020, elle
sureur et à l’intérieur des com­ proche, connue sous le nom de parts spécifiques, sans commis­ ment qui le proposent. accepte que, dans le cas de Baptiste, le pré­
partiments financiers. Une com­ « clean share » (littéralement sion, ou dans des parts institution­ Selon la société d’analyse de A ÉTÉ PROLONGÉE  fet accorde le concours de la force publi­
mission d’autant plus généreuse « part propre »). Ici, pas question nelles, moins chargées en frais. » Et fonds Quantalys, seuls 42 fonds que à l’expulsion, après le 31 mars, date
qu’il vous aura recommandé des pour le professionnel de se rému­ lorsqu’il n’est pas possible de con­ pratiquant le clean share sont
JUSQU’AU d’achèvement de la trêve hivernale.
supports d’investissement non nérer grâce aux frais du place­ seiller des produits sans commis­ disponibles en France sur un to­ 10 JUILLET Mais entre­temps survient l’état d’ur­
garantis, si possible investis ment : il fixe sa rémunération de sion, le conseiller en patrimoine tal de 9 411 fonds référencés ! S’il gence sanitaire, lié à l’épidémie due au co­
en actions ; là où les frais de ges­ manière transparente avec son informe le client des montants reste possible d’orienter l’épar­ ronavirus. Pour que les personnes en difficulté ne soient pas
tion (du fonds et du contrat) sont client, puis propose des produits perçus et les déduit du montant gne vers des parts de fonds desti­ exposées au Covid­19, la trêve hivernale est prolongée jus­
souvent les plus importants. Le d’investissement qui ne versent prévu de ses prestations. nés aux institutionnels généra­ qu’au 31 mai, puis jusqu’au 10 juillet. Et, après cette date, seu­
mécanisme est à peu près identi­ pas de commissions aux distri­ « Cette pratique du clean share lement moins chargés en frais, le les celles qui disposent d’une solution d’hébergement pour­
reste assez confidentielle, relève ticket d’entrée très élevé, en cen­ ront être mises dehors, prévient le ministre du logement, Ju­
Julien Séraqui, président de la taines de milliers d’euros par­ lien Denormandie, dans une instruction aux préfets du
Chambre nationale des con­ fois, les réserve aux personnes 30 juin. Les bailleurs contraints de conserver les autres pour­

1 %
seillers en gestion de patrimoine. les plus fortunées. ront solliciter une indemnisation de l’Etat.
Les conseillers et les clients n’ap­ C’est cependant la voie que vient Le 26 août, la CCAPEX du Tarn, de nouveau réunie, constate
précient pas vraiment cette prati­ d’emprunter Allianz pour son que Baptiste ne saurait où aller, s’il était expulsé. Elle décon­
que, car s’il y a en moyenne 1 % nouveau contrat d’assurance­vie, seille donc le concours de la force publique. Mais elle insiste
C’est, en moyenne, le montant annuel des rétrocessions de com- d’écart sur les frais de gestion en qui propose une centaine de pour que le sommelier fasse une demande de logement so­
mission que reçoivent les distributeurs d’assurance-vie. Il est cal- faveur du clean share, les produits fonds sans commission (0,6 % de cial avant son prochain rendez­vous, fixé au 30 septembre. Le
culé sur la valeur atteinte par le capital. Ces commissions sont ver- qui le proposent, en particulier en frais de gestion en moyenne), aux jour dit, elle constate qu’il n’a pas accompli cette démarche ;
sées par l’assureur et prélevées sur les frais de gestion du contrat, assurance­vie, ont souvent des prix de frais de gestion du contrat mais apprend par l’huissier… qu’il est parti, de son propre
mais elles proviennent aussi des rétrocessions effectuées par les frais de gestion supérieurs, car plus élevés que la moyenne (1,4 % chef. Celui­ci va procéder officiellement à une « reprise des
sociétés de gestion. Les rémunérations sont plus importantes pour l’assureur ne peut pas, lui non par an). Selon l’assureur, le total lieux ». Josette sera alors indemnisée pour les trois mois qui
les produits immobiliers comme les sociétés civiles de placement plus, compter sur les commissions des frais s’élève ainsi à 2 %, contre se sont écoulés depuis le 11 juillet. Mais ne touchera rien, ni
immobilier (SCPI) – de l’ordre de 5 % ou plus –, mais celles-ci ne versées par les fonds pour se ré­ 2,7 % sur le marché.  pour les trois mois et demi de prolongation de la trêve hiver­
sont versées qu’une seule fois, lors de la souscription. munérer. Si l’on additionne ces éric leroux nale ni pour les seize mois précédents d’impayés. 

GESTION COLLECTIVE CLIGNOTANT
Faut­il encore miser sur les fonds pétrole ? GRAN D PRIX DE L A FIN ANC E S O LIDAIRE
Les lecteurs du « Monde » appelés à voter
Pour la onzième année d’affilée, Le Monde et Finansol
organisent les Grands Prix de la finance solidaire.

L e début de l’année 2020 a


été marqué par un brutal
décrochage des prix du pé­
trole, s’expliquant principale­
ment par la crise économique
Nom du fonds
(code ISIN)
Les fonds pétrole à la peine
Société
de gestion
Rendement annualisé, en %
sur 3 ans sur 5 ans
positionnement d’une partie de
son portefeuille sur des produc­
teurs d’énergies décarbonées qui
a permis au fonds Etoile Energie
Europe de se distinguer de ses
Cette édition est particulière à plus d’un titre, d’abord
par le nombre de candidatures de structures de
l’économie sociale et solidaire (ESS) reçues : 151, en
hausse par rapport à la précédente édition. Puis, la
mobilisation des acteurs de l’ESS pour faire face
Etoile Energie
due au coronavirus. En effet, les Europe C Amundi – 0,92 +2 pairs en termes de performance à la crise due au Covid­19 a conduit Finansol et
restrictions de déplacements (FR0010541086) au cours de ces dernières années. Le Monde à créer un prix spécial. Les internautes sont
dans de nombreux pays ont fait BNP Paribas Energie invités à choisir leur coup de cœur sur le site du
Europe Classic BNP Paribas
« fondre la demande mondiale – 7,63 – 2,41 L’énergie verte, segment porteur Monde (Lemonde.fr/argent) jusqu’au 11 octobre.
(FR0010077461) AM
d’or noir », précise Malik Had­ Le secteur de l’énergie pétrolière
douk, directeur de la gestion di­ BGF World Energy conserve donc encore quelques
A2 EUR BlackRock
versifiée chez CPR Asset Manage­ – 12,37 – 8,91 atouts auprès des investisseurs
(LU0171301533) Investment Management
ment. Ainsi, le baril d’or noir coté
à New York, qui s’échangeait en­
qui souhaitent diversifier leurs
placements. A condition toute­
QUESTION À UN EXPERT
SG Actions Energie C CPR
core à plus de 60 dollars (plus de (FR0000423147) – 14,02 – 8,21 fois de sélectionner des sociétés
Asset Management
51 euros) en décembre 2019, a vu du secteur faiblement exposées
NN (L) Energy
sa valeur fondre quasiment de
P Dis USD NN à la seule production d’hydrocar­
moitié, entraînant dans sa chute (LU0119201282) Investment Partners
– 15,02 – 8,90
bures ou bien capables de saisir Comment utiliser l’assurance-vie
l’ensemble des valeurs du secteur les opportunités offertes par
pétrolier cotées en Bourse. SOURCE : MORNINGSTAR
le segment porteur des énergies pour garantir un emprunt ?
Toutefois, la contre­performan­ vertes.
ce de ces valeurs est loin d’avoir ments à leurs actionnaires, mal­ Ainsi, à titre d’exemple, Christo­ Il faut également exclure « les stéphane absolu, directeur associé Pyxis conseil
été homogène. Ainsi, comme le gré un environnement boursier phe de Failly indique que « la part entreprises aux comportements
rappelle Christophe de Failly, gé­ actuellement marqué par une de ces énergies vertes devrait re­ les plus controversés en matière Un contrat d’assurance-vie, s’il dispose des fonds nécessaires, peut
rant du fonds Etoile Energie Eu­ chute généralisée des dividendes, présenter 25 % du chiffre d’affaires de critères ESG [environnemen­ être un outil pouvant servir à garantir la dette de l’emprunteur. Il
rope, chez Etoile Gestion, filiale d’après une récente étude publiée de Total à l’horizon 2040, contre taux, sociaux et de gouver­ existe trois mécanismes de garantie. En premier lieu, la désignation
d’Amundi, « les investisseurs ont par la société de gestion Janus moins de 5 % à l’heure actuelle ». nance] », insiste Anastasia Nay­ de la banque comme bénéficiaire du contrat d’assurance-vie. Cette
sanctionné dans une moindre me­ Henderson. Un changement de cap de nature mushina, gérante chez NN In­ technique peut s’avérer très utile, notamment si l’emprunteur est
sure les entreprises spécialisées à séduire davantage les investis­ vestment Partners. Enfin, plu­ difficilement assurable en cas de décès. Aucune taxation n’est alors
dans le domaine du raffinage, de Changement de cap seurs qui alignent désormais de tôt que d’investir directement due au moment du décès et la banque récupère les fonds au dé-
la distribution de produits pétro­ De leur côté, les géants du sec­ plus en plus leur stratégie d’inves­ dans les actions de ces sociétés, nouement du contrat. La limite de cette solution repose sur l’ab-
liers ou encore des infrastructures teur, comme Exxon Mobil, Che­ tissement avec des objectifs de il est conseillé aux épargnants sence de possibilité pour la banque de procéder au rachat du
énergétiques comme les pipelines vron ou encore BP, voient leurs développement durable. qui n’ont pas le temps de gérer contrat du vivant du souscripteur, s’il ne peut honorer sa dette.
et les activités de stockage, car el­ bénéfices fortement baisser dans D’ailleurs, des sociétés position­ un portefeuille et souhaitent se Deuxième solution, nantir (affecter un bien à la garantie d’une dette)
les présentent une moindre sensi­ le sillage de la chute du baril. nées sur le secteur des énergies positionner sur ce type de va­ son contrat d’assurance-vie. Le nantissement interviendra de préfé-
bilité de leur chiffre d’affaires à la Pour réduire leur dépendance au vertes, comme le danois Orsted leurs de se tourner vers des pro­ rence avant toute acceptation de la clause bénéficiaire par un tiers.
volatilité du cours de l’or noir ». pétrole, certains d’entre eux, no­ (anciennement DONG Energy), duits de gestion collective, en La banque peut alors exercer son droit de rachat sur le contrat,
Parmi elles, on peut citer des so­ tamment les majors européen­ mais aussi les entreprises françai­ particulier à travers des fonds même en cours de vie de ce dernier, peu importe la désignation
ciétés européennes comme Ru­ nes, n’hésitent pas à accélérer la ses Voltalia et Neoen, ont enregis­ spécialisés. Près d’une ving­ d’un bénéficiaire par la suite. Enfin, troisième possibilité, mettre en
bis, Royal Vopak NV ou encore diversification de leurs activités tré des performances spectaculai­ taine sont actuellement dispo­ place une délégation de créance par laquelle l’assureur accepte
Enagas et Technigaz. Cerise sur le dans le secteur des énergies re­ res depuis fin 2019 malgré un en­ nibles pour les investisseurs à la demande du souscripteur de verser les fonds le cas échéant
gâteau, ces entreprises conti­ nouvelables, comme l’éolien ou vironnement boursier particuliè­ particuliers français.  à la banque. Le prêteur peut ainsi exercer directement le rachat
nuent d’offrir de solides rende­ encore le solaire. rement morose. C’est d’ailleurs le romain thomas sur le contrat d’assurance-vie. 
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 sports | 23

La fragilité de Mediapro menace le football français


Le groupe espagnol, qui diffuse la Ligue 1, veut renégocier les droits de retransmission qu’il verse aux clubs

L’
heure était au silence « Il y a une ligue et un diffuseur être pour les aider à démarrer, la li­ Mediapro à l’obtention d’une ga­
radio et au désarroi qui ont signé un contrat, c’est à eux gue avait concentré plusieurs belles
Jaume Roures rantie bancaire. Mais l’espagnol LES CHIFFRES
dans le monde du bal­ de gérer ce dossier. Chacun doit res­ affiches les premières journées du n’a pas réglé avait refusé, et n’était pas entré sur
lon rond jeudi 8 octo­ ter à sa place », tranche Claude Mi­ championnat », avance­t­on chez le marché italien.
bre. Déjà très affectés par la crise chy, président de l’Union des clubs un distributeur. De bonne source,
les 172 millions Les clubs sont censés toucher
due au Covid­19, qui réduit forte­ professionnels de football, qui la chaîne aurait engrangé entre d’euros de droits leur argent le 17 octobre. « C’est évi­ 780 MILLIONS
ment leurs recettes, les clubs fran­ analyse la situation avec fatalité : 350 000 et 400 000 abonnés, et dent que, le 17 octobre, on n’aura C’est la somme, en euros, que
çais de football professionnel ne « On est dans une situation écono­ espère voir repartir la machine le
télé qu’il devait pas trouvé un accord, a prévenu Mediapro a promis de verser
peuvent que s’inquiéter après les mique globale pas simple, alors je 20 octobre, date de la reprise de la au 6 octobre M. Roures. Mais on peut trouver chaque année jusqu’en 2024 aux
déclarations de Jaume Roures. Le ne vois pas pourquoi, dans ce con­ Ligue des champions, dont elle des formules qui arrangent la situa­ clubs professionnels français.
fondateur de Mediapro, déten­ texte, le football serait protégé. » partage les droits de diffusion
à la LFP tion économique des clubs. »
teur des droits de retransmission Sous le couvert de l’anonymat, cette saison avec RMC Sport. Ces derniers vont ressortir en­
du championnat de France pour les langues se délient vis­à­vis de core plus fragilisés. La pandémie a 172 MILLIONS
les saisons 2020 à 2024, n’a pas Jaume Roures. « Au printemps, il Bras de fer psychologique pro », assure un proche de la LFP. La déjà coûté 1,27 milliard d’euros de C’est le montant, en euros,
réglé les 172 millions d’euros de critiquait Canal+ et BeIN Sports, Mais Jaume Roures a­t­il envie ligue se refusait à tout commen­ chiffre d’affaires à la filière du des droits télé que le groupe
droits télé qu’il devait au 6 octo­ qui ne réglaient pas les droits d’aller au bout de l’aventure ? La taire jeudi. En théorie, Mediapro football professionnel, dont espagnol n’a pas réglé
bre à la Ligue de football profes­ [quand le championnat 2019­ question est sur toutes les lèvres. ne peut invoquer aucun argument 605 millions d’euros rien qu’aux le 6 octobre à la Ligue de
sionnel (LFP), et a fait savoir, dans 2020 avait été arrêté], assurant « Que ce refus de payer arrive aussi juridique pour négocier une ris­ clubs, selon une étude comman­ football professionnel.
un entretien à L’Equipe, qu’il sou­ que lui payait toujours. On voit rapidement est assez inquiétant, tourne : les matchs ont lieu, le huis dée par la Ligue 1 et réalisée par le
haitait « rediscuter le contrat de aujourd’hui que ce n’est pas le cas. quand l’on sait que, dès le début, il clos n’est pas une clause suspen­ cabinet EY en juin. Le secteur
cette saison ». Or, quand on veut négocier, on y avait des doutes. Certains pen­ sive. Et comment justifier l’impact pourrait subir entre 659 millions DE 350 000 À 400 000
Cette annonce est de très mau­ commence par s’acquitter de ses saient qu’il ne voulait pas lancer du coronavirus, quand les aficio­ et 951 millions d’euros de manque Il s’agit du nombre de téléspec-
vais augure alors que le groupe factures », se plaint une figure his­ leur chaîne, mais seulement reven­ nados, privés de stade, sont cloués à gagner cette saison, et suppri­ tateurs qui se sont abonnés
hispanique, éditeur de la nouvelle torique de la Ligue 1. « La crise du dre des droits », indique­t­on au chez eux ? « L’argument du mer entre 3 400 et 8 000 emplois, à la chaîne Téléfoot, lancée
chaîne de télévision payante, Covid­19 a bon dos. La réalité, c’est sein d’un grand club français. Covid­19 tient difficilement », note­ une prévision qui n’anticipait pas par Mediapro le 21 août pour
Téléfoot, est devenu le nouvel ar­ que le modèle de Mediapro était Plusieurs signaux alimentent la t­on au sein d’un grand club. une défection de Mediapro. la reprise du championnat
gentier du football français. déjà tendu. Mais la ligue et les méfiance. Mediapro a énormé­ C’est un bras de fer psychologi­ C’est toute l’économie du foot­ de France.
En 2018, il a fait exploser la facture clubs ont préféré ne pas le voir », ment tardé avant de constituer les que qui est en train de se jouer. ball qui pourrait s’effondrer.
des droits télévisuels, raflant l’es­ souligne un autre président. équipes de Téléfoot. Puis Jaume Sans paiement de la part du diffu­ « Quand des engagements contrac­
sentiel du championnat au détri­ Jeudi soir, lors d’une réunion té­ Roures a requis, dès septembre, seur sous trente jours, la ligue peut tuels sont pris, il s’agit de les respec­ 1,27 MILLIARD
ment de Canal+ et BeIN Sports léphonique, les clubs de Ligue 1, un délai de paiement : cette de­ récupérer ses droits de diffusion. ter. Parce qu’il y va aujourd’hui de C’est le montant, en euros, des
pour 780 millions d’euros par an. encore sonnés, souhaitaient « po­ mande a été examinée puis refu­ Une hypothèse compliquée à met­ la survie non seulement du football pertes liées au Covid-19 pour la
Pour éviter « la cacophonie », litiser le dossier » et « aller voir les sée par le conseil d’administra­ tre en œuvre, alors que Téléfoot est professionnel, mais du football filière du football professionnel,
explique un patron de club, la LFP, ministres », relate une source. tion de la LFP, le 24. Avant cela, dès lancée. « C’est le dilemme du pri­ tout court », a commenté la minis­ dont 605 millions d’euros pour
sur laquelle la pression est forte, a Selon nos informations, après 2019, Jaume Roures avait voulu sonnier », résume un diffuseur. tre déléguée aux sports, Roxana les clubs.
défendu aux clubs de s’exprimer un démarrage honorable, la céder l’un de ses lots de matchs à La LFP a­t­elle les moyens d’obli­ Maracineanu. Politiquement, le
publiquement. Rares sont ceux chaîne Téléfoot – commercialisée Canal+, mais les parties n’étaient ger Mediapro à payer ? Elle n’a pas dossier est explosif. S’il est difficile
qui ont bravé l’interdiction. Le pré­ 25,90 euros par mois et diffusée pas tombées d’accord sur le prix. demandé de garantie bancaire, se de laisser tomber des équipes à DE 3 400 À 8 000
sident de l’Olympique de Mar­ chez SFR, Orange, Bouygues et « Cet épisode a renforcé Canal+ contentant de « la caution de son l’ancrage local important, pas sûr C’est le nombre d’emplois que
seille, Jacques­Henri Eyraud, qui Free, à l’exception de Canal+, son dans ses convictions », analyse la actionnaire ». C’est un fonds chi­ que l’Etat aide des clubs dont les le foot professionnel pourrait
avait soutenu l’arrivée de Media­ ennemi – a connu un arrêt brutal même source. La filiale de Vivendi nois, Orient Hontai Capital, qui dé­ joueurs touchent, pour certains, supprimer lors de la saison
pro, affirme « faire toute confiance « après PSG­Marseille », le 13 sep­ pourrait se poser en sauveur en tient 54 % du capital. Pour mé­ des salaires mirobolants.  2020-2021.
à la direction de la LFP pour œuvrer tembre. « Depuis deux ou trois récupérant la Ligue 1. Mais peut­ moire, la Serie A italienne avait sandrine cassini
dans l’intérêt du football français ». matchs, cela n’évolue plus. Peut­ être pas « au prix payé par Media­ soumis la cession de ses droits à et alexandre pedro

« Il y avait un doute dès le départ


sur la solidité financière de Mediapro » & argent
Spécialiste des droits télévisuels du football, Pierre Maes évoque les
conséquences d’un éventuel défaut de paiement du groupe espagnol organisent

ENTRETIEN Oui, mais il a échoué avec mière Ligue [syndicat réunissant LES GRANDS PRIX DE LA FINANCE SOLIDAIRE
Canal+, qui reste très puissant les principaux clubs de Ligue 1],

C 2020
onsultant international dans le paysage du sport. Et con­ s’était inquiété de la solidité fi­
en droits télévisuels du cernant ces accords avec les FAI, nancière de Mediapro. Il avait été
sport, Pierre Maes est on ne sait pas si Mediapro a ob­ rappelé à l’ordre, mais cela mon­
l’auteur du livre Le Business des tenu des minimums garantis trait bien qu’il y avait un doute 11 e ÉDITION
droits TV du foot (FYP, 2019). Criti­ pour que Free ou Orange, par dès le départ.
que sur le projet de Mediapro, il exemple, puissent proposer Télé­
rappelle que ce dernier n’avait pas foot à leurs clients. Quand SFR James Roure évoque la crise
pour intention au départ de créer avait acquis les droits de la Ligue sanitaire pour justifier
une chaîne, baptisée depuis
« Téléfoot la chaîne du foot ».
des champions, les autres FAI
avaient refusé de verser ces mini­
sa volonté de renégocier.
Est­ce un argument recevable ? VOTEZ POUR
Comment interprétez­vous
mums garantis pour diffuser
RMC Sport. Ils n’avaient pas cédé,
Beaucoup d’acteurs du football
doutaient de l’objectif de 3,5 mil­ LE PRIX COUP DE CŒUR !
la volonté du président estimant le prix trop élevé. lions d’abonnés, le point d’équili­
de Mediapro, Jaume Roures,
de demander à renégocier
Dans le cas qui nous intéresse, il
se dit que Mediapro aurait fini par
bre fixé par Roures. Le Covid­19
n’a rien changé. Il est très difficile
Les nominés 2020 sont
le contrat le liant à la Ligue ? renoncer à ces minimums. Il y de recruter et de garder un • Solinum, l'association qui met l'innovation au service
Dès 2018 et l’appel d’offres, avait une grosse pression du abonné. Le portefeuille des
donc avant le Covid­19, j’ai eu des monde du football français pour clients est déjà très sollicité par de l'action sociale.
doutes sur la solidité financière
de Mediapro et sur le « deal » de
élargir la diffusion de la Ligue 1.
Là, elle est presque générale – hor­
différentes offres d’abonnement
et il y a surtout le piratage, dont
• L'Association de jeunes pour le développement à Bagnolet
la Ligue. Ce qui se passe au­ mis Canal + –, mais avec des ris­ on mesure encore mal l’étendue, (AJDB), l'association qui accompagne et fédère les jeunes
jourd’hui est un aboutissement ques financiers plus importants mais qui est un facteur majeur. pour entretenir le lien social dans leur quartier.
assez logique. Pour les gens qui pour Mediapro.
connaissent le business du foot­ Que se passerait­il en cas • France Nature Environnement Haute-Savoie, l’association
ball, Mediapro est avant tout une En choisissant Mediapro, de défaut de paiement ? de sensibilisation à la protection de l'environnement.
agence. Et une agence achète et la LFP et les présidents de club On peut imaginer un football en
vend des droits en prenant, si ont opté pour le mieux panique en cas de défaut de paie­
possible, une plus­value au offrant, quitte à avoir ment de Mediapro, et un nouvel
passage. C’était l’intention pre­ une exposition moins appel d’offres en catastrophe.
mière de Mediapro, même si son importante que sur Canal+ Canal + pourrait alors revenir en
président, Jaume Roures, s’en ou BeIN Sports… force. A partir du moment où le VOTEZ POUR VOTRE PROJET
défendait. Dans tous les appels d’offres, en groupe Canal + n’a pas signé un
Entre l’appel d’offres et le début France comme à l’étranger, le accord de distribution pour Télé­ « COUP DE CŒUR » sur lemonde.fr/GPFS-2020
de la diffusion cette saison, Me­ débat entre les revenus et l’expo­ foot, c’est qu’il attend et espère
diapro avait deux ans pour sition a toujours tourné court et que Mediapro coule. Et pour eux, En cette période particulière, Le Monde et Finansol ont souhaité
revendre ses droits et réaliser une en faveur des revenus. Le meilleur cela arrive plus tôt que prévu. distinguer une entreprise ayant créé ou développé une réponse
bonne affaire. Cela explique exemple est celui des droits télé­ Il faut ajouter que Mediapro a
pourquoi le groupe a été aussi visuels de la Ligue des cham­ signé un accord avec Altice pour
à un défi posé par la crise du Covid-19.
lent à créer sa chaîne. Mais il a fini pions. Il y a encore une dizaine codiffuser la Ligue des cham­ Le nom du lauréat sera révélé lors du live du 2 novembre diffusé
par le faire car il n’a pas trouvé d’années, la Coupe d’Europe était pions jusqu’en huitièmes de fi­ sur la page du « Monde Argent ».
d’acheteurs. principalement diffusée sur des nale, et cela dans l’idée de doper
chaînes gratuites, ce n’est plus le ses abonnements avec un produit
Pourtant, Mediapro distribue cas aujourd’hui. Ce n’est pas une très attractif. Mais cet accord ne
Téléfoot auprès des principaux spécificité française. court que sur cette saison, avant
fournisseurs d’accès (FAI) Cela n’a pas empêché certaines que la Coupe d’Europe ne re­
que sont Free, SFR, Bouygues inquiétudes du côté des prési­ tourne sur Canal + et BeIN Sports
Telecom et Orange. dents. Peu de temps après l’appel à partir de la saison prochaine. 
Cela aurait dû lui donner d’offres, Bernard Caïazzo, le prési­ propos recueillis par
de la visibilité… dent de Saint­Etienne et de Pre­ alexandre pedro
24 | horizons 0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Allain Bougrain­Dubourg, au siège


de Nature Productions, à Paris,
le 2 octobre. VALERIO VINCENZO POUR « LE MONDE »

L
es présidents passent, les minis­
tres valsent, les humains se com­
promettent. Il reste. « Je main­
tiendrai », la devise du prince
rebelle Guillaume d’Orange, irait
comme un gant de mousquetaire
à ce descendant de d’Artagnan. Bougrain­
Dubourg, 73 ans, Allain de son prénom, avec
deux ailes, a de la branche. La pommette tou­
jours haute, la paupière un peu tombante, un
petit cheveu arrimé sur la langue, l’ami des
animaux et de la biodiversité poursuit son
inlassable combat en faveur du vivant depuis
plus d’un demi­siècle. Quand un représen­
tant du monde d’avant milite depuis si long­
temps pour le monde d’après, en mieux, cela
donne envie d’aller voir de plus près.
Le constat est rude. La majorité vote le re­
tour aux néonicotinoïdes tueurs d’abeilles,
alors que la France s’est engagée, fin septem­
bre, avec une soixantaine d’autres Etats à
« inverser la courbe de perte de biodiversité
d’ici à 2030 ». Le gouvernement bricole en
toute hâte des annonces pour court­circui­
ter Cédric Villani, dont la proposition de loi
sur le bien­être animal a été examinée, jeudi
8 octobre, par l’Assemblée nationale. Le pré­
sident traite les écologistes réticents à la 5G
d’« amish » favorables au retour de la lampe
à huile. La convention des citoyens sur le cli­
mat « s’enlise ». Sans parler des catastrophes
dites « naturelles » dues à la folie des hom­
mes. Bougrain­Dubourg conclut : « L’exécutif
court derrière la société avec un aveuglement
pathétique. Il a une lourde responsabilité. » Il
ajoute : « Macron, prisonnier des lobbys, a la

Allain, avec deux ailes


naïveté de croire qu’en draguant les chas­
seurs il va séduire la ruralité. Très mauvaise
analyse politique. » Ce n’est pas une conces­
sion provisoire sur la chasse à la glu qui le
fera changer d’avis.
Il a pris des coups. Reçu des menaces de
mort. A été harcelé sur son portable. Mais il
ne cessera jamais de lutter contre le broyage
des poussins ou la castration à vif des porce­
lets. L’homme ouvre un œil rond de fuligule Allain Bougrain­Dubourg, descendant de d’Artagnan et écologiste de la première
milouin (un canard) quand on lui demande
s’il a des ennemis. La question glisse. Puis le heure, continue de mener son combat pour les animaux contre vents et marées
président de la Ligue pour la protection des
oiseaux (LPO) se met à rire – il rit beaucoup
et, rien que pour cela, on est content de venir
faire un tour dans son capharnaüm. Ce
souvenir hilarant remonte au jour où il s’est de Monier de Beauvallon, descendante de la Nous sommes en 1977. Brigitte Bardot, jamais ce qu’il a commencé à combattre » – et
aperçu que sa campagne annuelle contre lignée des Cardaillac, qu’il est apparenté au 42 ans, atterrit au Canada pour dénoncer la souligne qu’il sauve chaque année des cen­
l’hécatombe des tourterelles dans le Médoc premier des Mousquetaires. boucherie de milliers de blanchons dont la taines d’espèces menacées. « Bref ! Alain est
– au printemps, en pleine période de L’école l’ennuie. On l’envoie en pension. Un fourrure immaculée est très convoitée. Le un type bien, un ami pour de vrai, un combat­
reproduction – était systématiquement septennat de notes plus ou moins médio­ jeune reporter, 29 ans, déjà sur place, a pris tant calme mais efficace. »
suivie par un stagiaire de l’ENA. « C’est forma­ cres, au cours duquel il remporte, chaque contact avec l’actrice avant de partir, sans Quand elle a voulu se marier, il s’en est
teur pour eux », lui avait glissé le préfet, car, année, l’élection de chef de classe. Il faut être sûr de la retrouver. Ils ne se connaissent allé. L’oiseau n’a jamais été bagué. Ce fut la
chaque année, un peloton de gendarmes croire que ce garçon solitaire, aimanté par le pas, mais elle a soutenu les Jeunes Amis des même chanson avec l’artiste américaine
s’échinait à éviter les incidents entre une Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, animaux, auxquels il adhère depuis l’âge de Jeane Manson, qui a longtemps vécu en
horde de chasseurs et Bougrain­Dubourg, juste à côté du pensionnat, a du charisme. Les 12 ans. En 1962, Jean­Paul Steiger, son ami, France. Ils ont eu une fille, Marianne
entouré d’une nuée d’associations. animaux figés dans l’éternité le regardent président de l’association, s’est fait embau­ Bougrain­Dubourg, son adorée. Il admet
avec bienveillance, de leurs yeux de verre cher aux abattoirs de Vaugirard et en a tiré un sans peine qu’il a toujours voulu rester plei­
UN RÉSISTANT DANS LA FAMILLE coloré. La girafe en haut de l’escalier de pierre, récit glaçant qu’il a envoyé à « BB ». La star nement disponible pour son engagement,
Crachats, intimidations physiques, tirs au les fauves au rugissement silencieux, les rend public le scandale dans « Cinq colonnes partir en reportage, alerter le monde. C’est
pied à balles réelles, insultes, rien n’était squelettes de dinosaure, tout excite son à la une », l’émission­phare de la France gaul­ pourtant tout le contraire d’un don Juan.
épargné à ces écologistes de la première imagination. Ah ce ne sont pas les bêtes qui le liste. Les pouvoirs publics s’émeuvent. Envi­ Aucune cruauté ni de volonté de domina­
heure. En 1991, quand il vient avec son ami traiteraient de bon à rien ! Une aimable ron cinquante ans plus tard, l’association tion dans cet homme. « La LPO, c’est 70 % de
Théodore Monod, 89 ans, et Sophie Marceau, ménagerie, vivante celle­là, cohabite avec la L214 reprend le travail de zéro. mon temps. Il y a maintenant 500 salariés,
24 ans, le commandant de gendarmerie famille nombreuse Bougrain­Dubourg, A l’époque des bébés phoques, Brigitte 60 000 membres. On vend des mangeoires,
l’avertit : « Vous avez avec vous une personne grâce à l’indulgence d’Edmée. Bardot n’est pas découragée. Ils se rencon­ des nichoirs, on signe des contrats avec l’Etat
âgée fragile et une jeune fille qui ne devine pas L’été, ils filent à l’île de Ré. C’est lui qui a trent. « Sept ans d’une très, très belle histoire, pour gérer des réserves naturelles », dit­il en
ce qui l’attend. Tout peut arriver. J’ai prévu un gardé la maison, au bord de la plage de « MACRON,  dit­il. Je crois que je lui ai apporté un peu de lu­ zozotant parfois sur les sifflantes. La LPO a
hélicoptère, mais vous serez le seul responsa­ Montamer. Son refuge, son immuable. Au PRISONNIER  cidité et elle m’a appris à ne pas rougir de pleu­ aussi des partenariats avec de grandes
ble. » Ni le célèbre biologiste et explorateur, ni loin, on voit Oléron. Le photographe venu rer en public. » Ils s’appellent toujours. Ils ont entreprises privées – peut­être un peu de
l’actrice ne veulent abdiquer. Par une chaleur pour Le Monde s’est mis en tête de réaliser son DES LOBBYS, A LA  mené mille combats ensemble. A contrecœur greenwashing, mais aussi beaucoup
accablante, toutes vitres fermées, leur image dans la cave bordélique du local pari­ et l’estomac noué, il est allé raconter une d’actions concrètes.
voiture avance sous un bombardement sien de Bougrain­Dubourg. « Vous pourriez NAÏVETÉ DE CROIRE  petite anecdote au tribunal pour illustrer son Pendant le confinement dû au Covid­19, la
d’œufs pourris, de quolibets et de menaces. remettre votre manteau, là ? » C’est un caban, intégrité et sa générosité admirable, quand LPO a proposé des outils pour identifier les
Force est de s’arrêter. Des haut­parleurs cra­ de l’arabe qaba, qui a bien dû donner « cape »,
QU’EN DRAGUANT  elle a tenu des propos à caractère raciste. Il sa­ oiseaux, dont on a recommencé à entendre
chotent : « Les chasseurs du Médoc et de la porté depuis des siècles par les nomades du LES CHASSEURS  vait bien que ce n’était pas le sujet. A 86 ans, le chant. « On a eu 900 000 retours. Cela a été
Gironde sont des gens responsables. » Les gen­ désert, puis par les pirates et, enfin, par la au fond de son lit avec une laryngite, elle a extraordinaire. » Tous les dimanches soir, il
darmes finissent par ouvrir le chemin du marine nationale, au XIXe siècle, doté de dou­ IL VA SÉDUIRE  tenu à écrire ce qu’elle pensait d’Allain défend la planète sur RTL, dans la tranche
trio, mètre après mètre. Brigitte Bardot l’a bles boutons à l’ancre qui permettaient de le Bougrain­Dubourg, à défaut de pouvoir le horaire de Vincent Parizot. Il a publié une
souvent accompagné dans ces expéditions. croiser à droite ou à gauche, selon le sens du LA RURALITÉ. TRÈS  dire au Monde. De fatigue, elle a oublié un « l » vingtaine de livres, dont deux avec Yann
Avant d’aborder ce chapitre essentiel, finis­ vent. Soudain, on sent danser les embruns MAUVAISE ANALYSE  à Allain, mais c’est une des plus jolies lettres Arthus­Bertrand, un autre préfacé par
sons­en avec les origines : du côté paternel, autour de l’homme qui n’a jamais retourné sa d’amour qui soient. Elle commence et se ter­ Nicolas Hulot, puis une réjouissante auto­
l’arrière­grand­père est banquier, le grand­ veste, ni cédé aux sirènes de la politique. POLITIQUE » mine de la même façon : « Je l’aime, un peu, biographie, Il faut continuer de marcher (La
père général, le père résistant, plus jeune Il a bien eu une vague délégation à la condi­ beaucoup, très fort et pour toujours. » Martinière, 2015), suivi d’On a marché sur la
ALLAIN
député de l’Assemblée nationale consti­ tion animale sur un coin de bureau auprès de Terre. Journal d’un militant, aux éditions Les
BOUGRAIN-DUBOURG
tuante en 1945 et créateur du groupe des Pierre Méhaignerie, ministre de l’agriculture, L’ESPRIT « CHARLIE » Echappés (336 pages, 20 euros), celles de
président de la Ligue pour
Républicains indépendants. Il abandonne la en 1981, mais est­ce bien la peine de le men­ La comédienne, adulée autrefois par le Charlie Hebdo, son autre famille.
la protection des oiseaux
politique, devient homme d’affaires et élève tionner ? On ne l’imagine pas non plus ven­ monde entier, se montre sans fard, sincère, Il avait rencontré Cabu sur le plateau de
à la dure ses quatre enfants, qui vouvoient dre des produits pour la douche au nom de vibrante pour féliciter son ancien compa­ Dorothée, où le dessinateur a mis pendant
leurs parents. Il leur rapporte aussi des mer­ ses émissions de télé. Pourtant, il en a réalisé gnon des victoires remportées, comme celle, dix ans en images les histoires des enfants
veilles de ses voyages lointains. Patrice bon nombre qui rappelleront des souvenirs à « magnifique » et toute récente, en faveur des dans « Récré A2 ». « Ils ont tous quelque chose
Bougrain­Dubourg, alias M. Allain dans le ré­ plusieurs générations de spectateurs. Dans tourterelles du Médoc, après trente années en commun : le dessin, l’humour, l’amour des
seau Kléber pendant la guerre, est particuliè­ l’ordre, de 1976 à 2003 : « Des animaux et des de lutte. « Il a tenté de m’apprendre la patience animaux. Je n’en connais pas un qui chasse
rement rosse avec son fils Allain. Pour une hommes », « Terre des bêtes », « Entre chien et la diplomatie, en vain ! Moi, je lui reprochais ou qui va aux corridas. » Tous les mardis, il
raison que l’on a déjà oubliée, il lui interdit de et loup », « Animalia », « C’est tout bête », « A d’être trop bien élevé, de perdre son temps à leur écrit une chronique, de la part d’un
remettre les pieds dans l’appartement fami­ tire d’aile », « Animaux », « Au nom de la expliquer aux ministres concernés les problè­ animal « aux humains déconfinés ». Sa
lial pendant trois ans, et à tous de lui parler faune », peut­être y en a­t­il eu d’autres. Mais mes urgents à résoudre, en vain ! », écrit­elle. copine Luce Lapin, qui tient la rubrique
ou de mentionner son nom. Heureusement c’est par un reportage sur le massacre des jeu­ Mais quels que soient les chemins emprun­ animalière à Charlie, l’adore. « Des Bougrain,
qu’Edmée est là. Sa douce mère le voit en nes phoques sur la banquise qu’il est entré tés, elle a le sentiment qu’ils ont « fait avancer y en aura qu’un. » 
cachette et le cajole. C’est par Edmée Bouïre dans l’œil médiatique. les choses ». Elle loue sa ténacité – « Il ne lâche béatrice gurrey
CULTURE
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 | 25

Les foules 
en mouvement 
de Boris 
Charmatz
Le Festival d’automne, à Paris,
programme une dizaine
de spectacles du chorégraphe

DANSE explique­t­il. Il me fallait entraî­


ner toute une ville dans le mouve­

C’
est La Ruée, vendredi ment et investir l’espace public. »
18 septembre, à la Celui qui parle naturellement
MC93 de Bobigny grand, avec un sens de la langue
(Seine­Saint­Denis), aussi sensuel qu’affûté – rien que
et on croise les doigts en remet­ les titres des spectacles Levée des
tant son masque sur le nez : conflits ou 10 000 gestes sortent la
quarante performeurs sont dissé­ longue­vue –, devient l’homme Boris Charmatz, en mai, au Grand Palais, à Paris. SEBASTIEN DOLIDON
minés dans tout le théâtre pen­ des flux. Il lâche des meutes de
dant trois heures avec six cents danseurs sur les places de Rennes,
spectateurs qui déambulent tran­ de Brest, mais encore sur le Anne Teresa De Keersmaeker pour de travail « vert, urbain, chorégra­ Parallèlement à cette nuée jette sur scène à la sauvage après
quillement, pilotés par les tarmac de l’aéroport désaffecté de Partita 2, sur la partition de Bach, phique » : « Ce serait un nouveau automnale, il se replie dans la « des échauffements de grand­père
ouvreurs. Ce sera bientôt La Tempelhof, à Berlin, en 2017, ou à jouée en direct par la violoniste genre d’institution sans toit, sans création d’un solo. « Pendant le avec un peu de yoga et des étire­
Ronde/Happening Tempête, le la Tate Modern, à Londres, Amandine Beyer, à l’affiche du murs, mais dans la ville où les confinement, je me suis demandé ments doux » s’apaiserait­il ? « On
15 janvier 2021, au Grand Palais, à en 2015. « Ce qui était extraordi­ Festival d’Avignon en 2013. corps en mouvement forment l’ar­ ce qu’était l’essentiel, qu’est­ce qu’il peut aussi siffler violemment. » 
Paris : deux cents danseurs et co­ naire, c’est la combinaison entre la Dans la Cour d’honneur du chitecture visible. Il faut repenser fallait sauver, se souvient­il. Sans rosita boisseau
médiens, dix­sept heures au total, petite bascule conceptuelle qui fait Palais des papes, l’experte en écri­ l’urbain… » Il vient de faire cet été musique, je me suis retrouvé à
et on se projette sur un avenir plus bouger notre imagination conte­ ture et l’improvisateur bondissant un test à Zurich, au bord du lac, le danser en sifflant. En pleine tem­ Portrait Boris Charmatz.
serein qu’aujourd’hui. nue dans le titre de l’opération “Et offrent une collision génération­ nez dans l’herbe. « La pluie, le pête sanitaire, ça a été un ressour­ Festival d’automne.
Le trait d’union de ces deux opé­ si un musée d’art devenait un mu­ nelle pleine de fraîcheur. « C’est froid, la danse par tous les cement. » Retour au souffle, à la Jusqu’au 16 janvier 2021.
rations massives s’appelle Boris sée de la danse ?” et la macro­ sans doute à cause de nos différen­ temps… », résume­t­il en souriant. respiration profonde. Celui qui se Festival­automne.com
Charmatz. A 47 ans, le danseur et échelle de la Tate investie par cin­ ces que ça a marché entre nous et
chorégraphe, tête chercheuse du quante danseurs », se souvient c’était un plaisir de travailler avec
spectacle vivant depuis près de Catherine Wood, curatrice. Boris, raconte la chorégraphe. C’est
trente ans, se fait tirer le portrait Comme il a un jour intitulé un un superbe danseur très intuitif qui
sur le fil d’une dizaine d’événe­ livre Je suis une école, Boris aime le risque, l’exploration. Il est
ments­spectacles dans le cadre du Charmatz est, à l’instar de comme de l’eau sauvage. Il bouge
Festival d’automne. Avec un goût nombre d’interprètes passés par tout le temps avec une énorme
affirmé pour les mouvements de des formations variées, une his­ force mais aussi parfois quelque
foule. Persister, en pleine crise sa­ toire de la danse à lui tout seul. « Je chose d’impénétrable. »
nitaire, dans les déplacements de m’y suis toujours intéressé mais
masse, a une saveur douce­amère. aussi à celle de la performance Interprètes téméraires
Boris Charmatz s’en amuse dont on ne peut faire l’économie Cette bougeotte sophistiquée en­
presque, tant l’époque contre­ lorsqu’on crée des spectacles », pré­ traîne dans son sillage des inter­
carre son tempérament. « Ce dont cise­t­il. Brillant danseur, il a hé­ prètes téméraires. La comédienne
j’ai envie est exactement ce qu’il ne bergé tous les styles. Lâchez­le et danseuse Marlène Saldana, qui
faut pas faire en ce moment, re­ dans l’espace et le voilà qui dégou­ collabore avec lui depuis 2014, en
connaît­il. J’aime le chaos, le pille un flot de gestes classiques, témoigne : « Sa danse est tellement
brouillon, et je me suis demandé contemporains, hip­hop, comme dure qu’on ne peut pas faire sem­
jusqu’où l’aménagement de ces on surfe sur un champ de mines : blant. Les répétitions sont plutôt
projets était possible en raison des « J’ai fait un peu de hip­hop lorsque joyeuses avec Boris qui sait mettre
contraintes sanitaires. Lorsque j’ai j’avais 11 ans, en 6e, mais je prenais des gens ensemble et créer une
élaboré le programme de ce “Por­ déjà des cours de classique, à émulation. Pour la performance
trait”, j’ai éliminé le spectacle Chambéry, et je me suis retrouvé Danse de nuit, on était six et on a
Danse de nuit où l’on est courant, au Conservatoire de Grenoble, tellement pratiqué dans les rues
transpirant, où l’on se porte au mi­ dans le cours de Jean­Luc Chirpaz, qu’on avait fini par presque devenir
lieu des gens. Dans le contexte, qui venait de l’Opéra de Paris, et des animaux qui se retrouvaient
c’était impossible. » Il ne peut qui m’a donné envie d’y aller. » les uns les autres au milieu de six
s’empêcher d’ajouter : « On est en Celui qui aime aussi le ping­ cents spectateurs. Sans compter
négociation permanente avec les pong intègre l’école du Ballet qu’il ne nous cantonne pas au rôle
limites, mais on fera La Ronde/ en 1986, enchaîne avec le Conser­ d’interprète. Avec lui, on discute de
Happening Tempête, même en te­ vatoire national supérieur de mu­ philosophie, d’architecture… »
nue de cosmonaute s’il le faut ! » sique et de danse de Lyon où ses Et on l’ouvre aussi sur scène
amis sont Dimitri Chamblas et pour causer haut et fort en dan­
L’homme des flux Benjamin Millepied. Il avait sant. « On m’a beaucoup parlé lors­
Cette attraction pour les soulève­ d’ailleurs ouvert en 2015 la pre­ que j’étais étudiant de la relation
ments chorégraphiques fait chan­ mière saison de Millepied à danse et musique, et peu à peu, j’ai
ger d’aiguillage le travail de Boris l’Opéra national de Paris avec la eu plutôt envie d’explorer le rap­
Charmatz depuis dix ans. « C’est déambulation 20 Danseurs pour port du geste avec le texte pour
quelqu’un qui cherche toujours, le XXe siècle, reprise dans le cadre montrer en quelque sorte ce que le
affirme Hortense Archambault, du Festival d’automne. danseur a dans la tête, souligne le
aux manettes de la MC93 de Bobi­ Boris Charmatz est un curieux chorégraphe. Il ne s’agit pas de
gny, ancienne codirectrice du toujours affamé. Parallèlement à danse­théâtre mais de présenter
Festival d’Avignon, de 2004 à 2013, ses créations, il se moule dans la un corps dans son entièreté avec
dont Charmatz fut artiste­associé gestuelle de Vaslav Nijinski son cerveau… Par ailleurs, j’ai vécu
en 2011. Chacun de ses spectacles en 2000, s’enroule dans les voiles enfant dans des flots de paroles.
depuis ses débuts est un acte fort. Il d’Isadora Duncan sous la direction Mes parents étaient communistes
interroge les formes et est attentif d’Elisabeth Schwartz, s’enracine et il y avait toujours des militants à
à défendre des sujets complexes en dans le butô japonais pour le spec­ la maison. On y parlait beaucoup. »
les rendant accessibles. » tacle La Danseuse malade (2008), Politique, Boris Charmatz ?
Après quelques pièces de format avec Jeanne Balibar… Il collabore Dans La Ruée, des extraits de
restreint comme le duo A bras le aussi avec la chorégraphe belge l’ouvrage collectif L’Histoire mon­
corps (1993), empoignade mascu­ diale de la France (2017), piloté par
line musclée, Aatt enen tionon Patrick Boucheron, balancés par
(1996), trio perché sur un échafau­ les danseurs, évoquent l’affaire
dage, ou Herses (Une lente intro­ « Ce dont Dreyfus, Simone de Beauvoir, le
duction), échappée utopique de Vél’d’Hiv’, le colonialisme…
cinq interprètes nus en 1997, Boris
j’ai envie est Charmatz a lui­même écrit
Charmatz lance la machine plein exactement en 2002 un faux discours intitulé
pot. « Lorsque j’ai pris la direction J’ai failli, qu’aurait pu tenir Lionel
du Musée de la danse, Centre cho­
ce qu’il ne faut Jospin après sa défaite aux élec­
régraphique national de Rennes, pas faire tions cette même année. S’il se dit
en 2009, je ne me voyais pas seule­ « peu engagé politiquement », il
ment créer des solos ou des perfor­
en ce moment » rêve néanmoins pour sa compa­
mances pour un spectateur et un BORIS CHARMATZ gnie Terrain, créée en 2019 après
piano comme héâtre­élévision, chorégraphe son départ de Rennes, d’un lieu
0123
26 | culture SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

L’atelier à tubes
de Tristan Salvati
Le producteur parisien a été révélé
par sa collaboration avec Angèle

MUSIQUE Louane (Maman, Chambre 12),


M. Pokora (Le Monde), Marina

A
près plusieurs années Kaye (Homeless) ou Cœur de
passées dans une cave Pirate (Prémonition, Somnam­
du 11e arrondissement bule). Soit déjà quelques millions Tristan Salvati,
de Paris, Tristan Salvati de streams en restant ignoré du dans son
vient d’installer au rez­de­chaus­ public, avant que le réalisateur du studio
sée d’un immeuble de « South nouvel album de Julien Doré, parisien, en
Pigalle » son studio d’enregistre­ Aimée (numéro 1 du top, fin sep­ septembre.
ment. Comme une concession à la tembre 2020), sorte un peu de GOLEDZINOWSKI
lumière pour un homme de l’om­ l’anonymat grâce à une jeune
bre ? Si le jour passe timidement Bruxelloise, Angèle Van Laeken,
derrière la vague de panneaux dite Angèle, dont le premier
dessinée par l’ingénieur acousti­ album, Brol (920 000 exemplaires
cien Michel Deluc, le minima­ écoulés depuis sa sortie en 2018),
lisme spartiate de l’équipement – s’est mué en phénomène généra­
un ordinateur posé sur une petite tionnel.
table, un tabouret, deux encein­ une photo d’elle, assiette de spa­ variété (Julie Pietri, Jeanne Mas…) « Il est de loin le qu’ingénieur du son, se révèle
tes, un canapé, un piano droit et Fasciné par Jimi Hendrix ghettis renversée sur la tête, a su et si son oncle, Alain Salvati, s’est précieuse. « Ne connaissant pas le
quelques instruments – n’a pas « A part des professionnels, per­ la convaincre. « Sans trop y croire, fait connaître comme multi­ins­ ‘réal’le plus doué solfège, j’adapte généralement
l’éclat du matériel censé être l’apa­ sonne ne me connaissait vraiment je suis allée à Paris dans son stu­ trumentiste au côté de Véronique et le plus humble mon chant à la mélodie que je
nage des as de la production. avant qu’Angèle parle régulière­ dio et j’ai tout de suite été frappée Sanson. Tout en suivant des cours viens de trouver, explique Julien
Et pourtant, c’est bien avec cette ment de notre collaboration », par sa gentillesse, son humour et de violon au Conservatoire, il se du monde » Doré. Quand j’ai rencontré Tristan
version améliorée du « home stu­ constate ce grand blond dégarni son bon goût, raconte­t­elle. On a met au piano en autodidacte. « Le ANGÈLE
la première fois, il s’est mis au
dio » que ce discret Parisien de au sourire timide, dont les arran­ travaillé sur la chanson Je veux violon incarnait le travail techni­ chanteuse piano et m’a proposé d’autres to­
33 ans a réalisé et parfois composé gements et la réalisation ont tes yeux, on a gardé tous les élé­ que, le piano, le plaisir de l’émo­ nalités pour que ma voix ressorte
quelques­uns des plus gros succès boosté les tubes malicieux (Tout ments de ma démo, en y ajoutant tion », analyse celui qui a très tôt mieux et valorise mes textes. »
de la pop francophone de ces dix oublier, Flou, La loi de Murphy…) juste ce qu’il fallait. Il me laissait bricolé au clavier ses premières castings en quête d’interprètes. Impressionné par le multi­ins­
dernières années. « Si je vais par­ de la nouvelle reine de la pop ur­ jouer et écoutait toutes les idées compositions. Des esquisses de succès (Margaux trumentiste – « on a fait le disque
fois capter la virtuosité de musi­ baine. Celle­ci se méfiait pourtant que je lui proposais. Depuis, je n’ai Fasciné par la virtuosité de Jimi Avril, Sidoine) le font remarquer à deux, moi à la guitare et aux cla­
ciens dans des studios très équipés, des producteurs parisiens : plus jamais douté qu’il est de loin Hendrix, l’adolescent négocie d’une industrie qui lui passe ses viers, lui en s’occupant de tous les
précise Tristan Salvati, j’ai pris « J’avais l’impression qu’ils ne me le “réal” le plus doué et humble du avec ses parents l’achat d’une gui­ premières commandes. S’il est ap­ autres instruments » –, le chanteur
goût à faire le maximum de choses prendraient pas au sérieux et monde. » tare électrique, « en promettant, précié pour sa polyvalence, un cévenol admire son instinct : « Un
seul dans mon cocon. » changeraient complètement mes Né en 1987 à Rueil­Malmaison en échange, d’arrêter la cigarette ». « son » propre se dessine au fil des jour, en voulant lui faire écouter
Loin des feux de la rampe, ce maquettes », se souvient­elle. (Hauts­de­Seine), ce petit­fils de Peu convaincu pas les expérien­ expériences : « Sans doute dans une maquette, j’ai accidentelle­
multi­instrumentiste à l’oreille Tristan Salvati, qui avait repéré violoniste d’orchestre baigne ces dans ses premiers groupes de ma façon de mêler la modernité ment déclenché un titre que j’avais
absolue a procédé ainsi pour de­ les premiers sons d’Angèle sur In­ dans la musique classique, même rock, il travaille dans son coin d’un drum digital [une rythmique écarté. Alors que je m’excusais, il
venir l’artisan de tubes pour ternet avant de craquer devant si son père est agent d’artistes de sans se résoudre à une carrière numérique], à une instrumenta­ m’a dit : “Attends ! On va doubler le
solo : « Certains, comme Angèle ou tion organique et des synthés tempo, rentrer une ligne de
Julien Doré, accrochent naturelle­ analogiques. » basse…”. En 30 secondes il a trans­
ment la lumière. Pas moi. » La tendance, particulièrement formé une chanson molle et vapo­
outre­Atlantique, est aux équi­ reuse en Nous, un des meilleurs ti­
Psychologie essentielle pes de producteurs auteurs, mais tres de l’album. »
C’est donc en se mettant au ser­ le Français défend une concep­ Ce souci d’efficacité « tout pu­
“Un beau film sur la quête de paternité, porté par vice d’autres talents qu’il épa­ tion artisanale et holistique. blic » manque parfois de l’audace

un épatant trio de comédiens”


nouira sa passion des sons pop. « Mon boulot : permettre aux ar­ des acteurs­producteurs du R’n’B
« Des titres comme Digital Love, de tistes de réaliser ce qu’ils ont en américain (Pharrell Williams,
HHH Première Daft Punk, ou If I Ever Feel Better, tête, en exacerbant le potentiel Kendrick Lamar…). Le Français
de Phœnix, ont changé ma vie par des chansons. » La psychologie y tente de démontrer le contraire
“Jalil Lespert a rarement été aussi convaincant. leur façon de mettre l’innovation
au service de chansons », assure
est essentielle. « Je fais très atten­
tion à ce qui se passe dans le ca­
en faisant écouter piste par piste
un titre de la chanteuse P. R2B, où
Ni aussi émouvant” cet admirateur de Philippe Zdar
(1967­2019), pionnier de la house
napé derrière moi quand je suis à
la console. Dès que je perçois un
il a intégré distorsions et bizarre­
ries sans nuire à la séduction mé­
Télérama au sein de Cassius et réalisateur peu de tension ou un peu d’inat­ lodique. En précisant aussi qu’en
mixeur pour Phœnix, The tention, j’en parle, je réimplique la France, « les textes doivent être mis
“Un drame passionnel Rapture ou Beastie Boys. personne. » en valeur, beaucoup plus qu’aux
“Coup de cœur !” Au début des années 2010, le di­ La formation musicale classique Etats­Unis ». 
Notre Temps bouleversant” plômé en ostéopathie lance des de ce réalisateur, plus arrangeur stéphane davet
Biba

“Il flotte un parfum de danger et de fatalité dans


ce thriller amoureux subtilement interprété”
Femme actuelle
Au Palladium de New York, quand
“Intense et émouvant, Frank Zappa fêtait Halloween, en 1981
un des plus beaux films de l’automne” Trois concerts du guitariste sont rassemblés dans un coffret
Le Parisien Magazine

ROCK du 1er novembre sont au pro­


gramme. Dans le coffret de six CD,
le guitariste Steve Vai, à qui il con­
fie des parties solistes et des inter­

G rand amateur de films de


série Z, le guitariste,
auteur et compositeur,
chanteur et chef d’orchestre amé­
ricain Frank Zappa (1940­1993) ne
un masque de Zappa grimé en
comte Dracula – surnommé
Count Frankula – et une cape amu­
seront les fans et les amateurs de
publication physique en ces temps
ventions complexes. Vai, alors âgé
de 20 ans, fait partie du groupe
depuis quelques mois et Zappa lui
a donné le surnom de « Stunt Gui­
tarist » (stunt signifie « cascade »,
pouvait pas passer à côté de la fête de domination du dématérialisé. « acrobatie ») et lui compose
d’Halloween et de ses rites de dé­ Zappa vient de publier, fin sep­ même un morceau destiné à le
guisements avec fantômes, vam­ tembre 1981, un double album, mettre en valeur, Stevie’s Span­
pires, créatures de l’espace et You Are What You Is, qui mêle des king, qui fait ses débuts ici.
autres monstres. A chaque fois compositions instrumentales so­ Mais c’est bien Zappa qui ouvre
que les dates d’une tournée cor­ phistiquées à des chansons sur le bal, avec des classiques de son
respondaient, il aura fait de ses une forme pop et rock, dont plu­ talent d’instrumentiste et de com­
concerts du 31 octobre un mo­ sieurs lui permettent, comme positeur, Chunga’s Revenge, Black
ment particulier, devant un pu­ souvent, de commenter la société Napkins et Zoot Allures. Chaque
blic souvent costumé. américaine. Répartis sur les diffé­ concert dépasse les deux heures,
Jalil Lespert Après la publication de celui rents concerts, la quasi­totalité équilibre bien mené des moments
donné en 1973 à l’Auditorium des titres de l’album sont inter­ les plus accessibles du répertoire
Louise Bourgoin Mélanie Doutey Theatre de Chicago, de l’intégralité prétés au milieu d’un parcours ré­ de Zappa et de déploiements or­

L’enfant rêve
de l’« Halloween Run » qui, au Pal­ trospectif vers des thèmes de la chestraux aux entremêlements
ladium, lui permit d’occuper la fin des années 1970 et de 1980. rythmiques, harmoniques et
scène new­yorkaise du 28 au mélodiques toujours étonnants. Il
31 octobre 1977, avec un finale de Guitariste cascadeur est aussi possible d’acquérir sous
près de trois heures, et enfin des Zappa est à la tête d’un groupe ri­ le nom d’Halloween 81 (Highlights)
extraits dans la même salle de la goureux, avec Ray White au chant un album simple, qui rassemble
Un film de Raphaël Jacoulot soirée du 31 donnée l’année sui­ et à la guitare, les claviéristes une sélection de ces trois concerts
vante, c’est à une nouvelle fête mu­ Tommy Mars et Robert Martin, le somptueux. 
Actuellement sicale que l’on est convié. Avec Hal­
loween 81, là aussi au Palladium,
percussionniste Ed Mann, et no­
tamment la rythmique consti­
sylvain siclier

ses deux concerts du 31, l’un à tuée de Scott Thunes à la basse et 1 coffret de 6 CD, Zappa
20 heures, l’autre à minuit, et celui Chad Wackerman à la batterie, et Records/Universal Music.
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 culture | 27

Un Nobel pour la poétesse Louise Glück


L’Américaine, autrice de « L’Iris sauvage », « voix à la beauté austère », remporte le prix de littérature 2020

C’
est à une figure choix de la poétesse Wislawa gine hongroise, Louise Glück mais plutôt pour reconstituer ce vage : « Au bout de ma douleur/il y
quasi inconnue en Szymborska (1923­2012), en 1996. passe son enfance à Long Island,
Il y a, chez Glück, qui fait le tissu d’une vie. Il serait avait une porte./Ecoute­moi bien :
France, et pourtant Jusqu’à présent, seuls des ex­ fait un passage par l’université la conscience très réducteur de parler de thèmes ce que tu appelles la mort,/ je m’en
essentielle dans le traits de L’Iris sauvage avaient Columbia, et publie son premier chez Louise Glück », insiste Marie souviens./En haut, des bruits, le
paysage de la poésie américaine paru en traduction dans les re­ recueil, le bien nommé Firstborn
mouvante Olivier, maître de conférences en bruissement des branches de pin./
contemporaine, que les jurés de vues Po&sie (2014) et Europe (« premier né ») à 25 ans. d’appartenir littérature anglo­américaine à Puis plus rien. Le soleil pâle/vacilla
l’Académie suédoise viennent de (2013), à quoi il faut ajouter une l’université Paris­Est­Créteil et sur la surface sèche./C’est une
décerner leur récompense. La poignée de poèmes isolés, tirés de Ecriture concise
à un grand tout, spécialiste de Glück, qu’elle a dé­ chose terrible que de survivre/
poétesse américaine Louise Vita Nova (1999) et Descending Fi­ Mais c’est surtout Descending mais sans couverte alors qu’elle faisait ses comme conscience/enterrée dans
Glück – déjà distinguée par le gure (1980), toujours dans Po&sie, Figure qui confirme la vigueur de études à Berkeley (Californie), la terre sombre. »
prestigieux National Book Award mais il y a plus de vingt et trente son talent. Et marque le début
effusion lyrique puis qu’elle a traduite, et à la­ Influencée par Emily Dickinson
pour Faithful and Virtuous Night ans (1999 et 1985). En langue origi­ d’une carrière émaillée d’hon­ quelle elle a consacré une thèse. (1830­1886), Louise Glück prati­
(2014), ainsi que par le prix Pulit­ nale pourtant, sa production est neurs. En 2003, Louise Glück de­ Louise Glück dit le vécu, l’in­ que une poésie distanciée, mais
zer pour The Wild Iris (1992) – est imposante : dix­sept recueils – les vient « Poet Laureate », une sorte en mouvement, non figées, un time, sans jamais parler d’elle. Sa concrète, attentive à la vibration
devenue, jeudi 8 octobre, la lau­ derniers publiés par la presti­ de poète officiel américain, am­ peu comme le sable des plages de poésie est traversée par le fémi­ des sens et aux détails du quoti­
réate du 113e prix Nobel de littéra­ gieuse maison new­yorkaise bassadeur de sa discipline. La Long Island. Dans Proofs and nin, mais son « je » avance mas­ dien, profonde sous son appa­
ture. Une consécration succédant Farrar, Straus and Giroux –, ainsi même année, elle prend la direc­ Theories, Glück fait l’éloge du qué, jamais sexué. « Il peut être rente simplicité. Cette limpidité
à celle de l’auteur autrichien Peter qu’un essai sur la création poéti­ tion de la collection « Yale Series « malléable », de « l’inachevé », du masculin ou féminin, représenter qui la rend accessible à tous est
Handke en 2019. que, Proofs and Theories (1994). of Younger Poets » à Yale Univer­ « façonnable », de « l’évolutif », par le divin, un simple jardinier ou en­ certainement l’une des raisons
Est­ce parce qu’elle écrit unique­ Est­on heureusement prédes­ sity Press, dont elle aura la res­ opposition à tout ce qui est fini, core une fleur qui fait l’expérience de sa grande popularité améri­
ment de la poésie – un marché de tiné, lorsqu’on s’appelle Glück, à ponsabilité jusqu’en 2010. fixé, figé. D’où la difficulté de lui de la mortalité rapide », explique caine. Le jury Nobel ne s’est pas
niche pour l’édition – que Louise aimer la musique, celle des notes Aujourd’hui encore, elle enseigne assigner un genre poétique pré­ Marie Olivier. Il y a, chez elle, la trompé en couronnant cette
Glück, à 77 ans, est demeurée comme celle des mots ? Les asso­ à l’université de New Haven cis. Et même de cerner exacte­ conscience mouvante d’apparte­ « voix à la beauté austère », capa­
ignorée des lecteurs français ? Le nances, rythmes, symboles, sono­ (Connecticut), où elle jouit d’un ment ses registres d’inspiration. nir à un grand tout, mais sans ef­ ble de mettre au jour, sous le ver­
fait est que sa consécration sou­ rités, cela fait plus de cin­ statut d’écrivain en résidence. « La naissance, le deuil, la fusion lyrique ni épanchement. nis de l’individuel, de l’humble et
daine a créé un effet de surprise quante ans que l’artiste les tra­ Les caractéristiques de la poéti­ vieillesse, la mort, l’anorexie, la L’écriture est concise, brève, du minuscule, la portée univer­
semblable à celui qu’avait provo­ vaille. Née le 22 avril 1943 à New que glückienne ? D’abord son trahison, le divorce, la spiritua­ chaque mot compte, comme en selle de nos existences. 
qué, hors de sa Pologne natale, le York, au sein d’une famille d’ori­ tropisme pour toutes les formes lité… tout cela traverse son œuvre, témoignent ces vers de L’Iris sau­ florence noiville

La Bourse du commerce
ouvrira à Paris
le 23 janvier 2021
Le bâtiment situé en face du Forum des Halles
a été renové par le Japonais Tadao Ando. Il
accueillera les œuvres de la collection Pinault

ARTS Sous la verrière

P révue mi­juin 2020,


l’ouverture de la Bourse du
commerce, métamorpho­
sée en lieu d’expositions parisien
de la Pinault Collection, est désor­
de 35 mètres
de haut, Tadao
Ando a dressé un
mais annoncée pour le 23 janvier
cylindre de béton
2021. Le projet avait été rendu pu­ de 29 mètres
blic le 27 avril 2016 par Anne
Hidalgo et l’homme d’affaires et
de diamètre
collectionneur français. A mi­che­ et 9,30 mètres
min entre le Louvre et le Centre
Pompidou, il confirme la centrali­
de haut
sation de la géographie muséale
parisienne.
Le chantier avait commencé en dre d’Ando. L’anneau de peinture
juin 2017, selon le projet conçu par allégorique en hommage au com­
l’architecte japonais Tadao Ando. merce transcontinental, exécuté
Chantier complexe : la halle au en 1889 sous la verrière, a été net­
blé, édifiée par Nicolas Le Camus toyé et restauré.
de Mézières entre 1763 et 1766 On en était là en mars 2020. Il ne
selon le principe du cercle et de la restait que des ajustements tech­
sphère, cher aux utopistes, est niques à parachever à l’intérieur
coiffée, en 1811­1812, d’une cou­ de la Bourse et, à l’extérieur,
pole à structure de fer alors révo­ l’aménagement des abords, qui
lutionnaire. Devenu Bourse du relève des services de la Mairie de
commerce et réaménagé pour cet Paris. Après trois mois de suspen­
usage par Henri Blondel dans les sion, ces travaux de finition ont
années 1880, le bâtiment est alors repris, et leur état d’avancement
orné d’un porche monumental, permettra une ouverture fin jan­
des étages sont construits autour vier, alors qu’elle avait été annon­
du rond central et un ensemble cée d’abord dans le courant du
immobilier monumental encer­ printemps. Sur ce que l’on verra
cle la Bourse côté rue du Louvre. alors, aucune information n’a été
livrée, pour l’heure.
6 800 m2 découpés en dix espaces On sait seulement que l’ensem­
Il a d’abord fallu débarrasser l’en­ ble du bâtiment sera investi par
semble des aménagements et en­ des œuvres de la collection et
combrements – entresols, cloi­ qu’il y aura de tout : peintures,
sons, machineries en sous­sol – sculptures, installations, photo­
accumulés durant plus d’un siè­ graphies, vidéos, films, son, lu­
cle pour retrouver les volumes mière. « L’exposition d’ouverture
initiaux. Sous la verrière de 35 m sera donc constituée d’une série
de haut, qui est le cœur de l’édi­ d’expositions en résonance les
fice, Tadao Ando a dressé un cy­ unes par rapport aux autres », an­
lindre de béton de 29 m de nonce le communiqué d’un laco­
diamètre et de 9,30 m de haut, dé­ nisme décevant.
coupant ainsi un second cercle Etant donné que la collection
dans le cercle initial. Les étages la­ rassemble plus de 10 000 œuvres
téraux ont été reconfigurés en es­ de près de 380 artistes de toutes
paces d’expositions de différen­ générations, de toutes nationali­
tes dimensions, selon qu’ils rece­ tés et de tous modes d’expres­
vront de la photographie ou de la sion, il serait imprudent d’avan­
peinture – par exemple. cer quelque pronostic que ce soit
La surface totale ouverte à la vi­ sur les choix de François Pinault,
site annoncée sera de 6 800 m2 et ceci d’autant plus que les noms
découpés en dix espaces répartis qui ont régulièrement circulé ont
sur les différents niveaux. Des cir­ été tout aussi régulièrement dé­
culations ont été établies entre mentis. 
eux et autour, et à partir du cylin­ philippe dagen
28 | télévision 0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Eloge et élégie de l’âge d’or de la presse VOTRE


SOIRÉE
TÉLÉ
« Spotlight » suit l’enquête du « Boston Globe » qui révéla des faits de pédophilie dans l’Eglise catholique en 2002

CINÉ+ PREMIER quêtes au long cours. Début 2001,


SAMEDI 10 - 20 H 50 Spotlight s’apprête à s’intéresser à SAMEDI  10 OCTOBRE
FILM la police de Boston. Mais le nou­
veau directeur de la rédaction, TF1

L
e cardinal Bernard Law Marty Baron (Liev Schreiber), les 21.05 The Voice Kids
était l’une des personnali­ oriente vers une affaire de pédo­ Divertissement présenté
tés les plus influentes de philie impliquant un prêtre du par Nikos Aliagas et Karine Ferri.
Boston et du Massachu­ diocèse de Boston, John Geoghan. 00.20 Télé-réalité : que sont-ils
setts, où se trouve l’une des plus On aura remarqué que trois des devenus ?
importantes populations catholi­ interprètes de Spotlight ont in­ Divertissement (2018).
ques des Etats­Unis. En décem­ carné des super­héros (Batman,
bre 2002, il a démissionné de sa Hulk, Dents de Sabre) et s’il est France 2
charge après qu’il eut été établi une part de spectacle dans le film, 21.05 Les Comiques préférés
que ce pouvoir avait été exercé au c’est de voir Michael Keaton, Mark des Français : 50 ans d’humour
profit de criminels, des pédophiles Ruffalo et Liev Schreiber maîtri­ Divertissement présenté
utilisant leur position de prêtre ser leurs super­pouvoirs d’acteur. par Laurence Boccolini.
pour violer et agresser des enfants. Il faut ajouter à ce trio Rachel 23.20 On est en direct
Spotlight raconte comment cette McAdams – qui incarne la plus ca­ Talk-show présenté
vérité cachée a été établie et révé­ tholique des journalistes de par Laurent Ruquier.
lée. Elle l’a été non pas grâce aux l’équipe – et Brian d’Arcy James en
mécanismes de régulation des ins­ fantassin de l’investigation. France 3
titutions publiques – services de L’ultime plan, qui montre les ro­ 21.05 Commissaire Magellan
protection de l’enfance, police, jus­ tatives du Globe tournant dans la Série. Avec Jacques Spiesser,
tice – ou religieuses, mais par un nuit du 5 au 6 janvier 2002 pour Selma Kouchy (Fr., 2020).
pouvoir extérieur, le Boston Globe, imprimer le premier des 250 arti­ 22.40 Commissaire Magellan
quotidien fondé en 1872, alors pro­ Michael Keaton, Rachel McAdams et Brian d’Arcy James (de gauche à droite). CINÉ +/WARNER/KERRY HAYES cles que le quotidien devait Série. Avec Jacques Spiesser,
priété du groupe New York Times. consacrer au scandale, est sans François-Eric Gendron (Fr., 2013).
doute une des dernières de l’his­
Mise en scène détaillée processus de découverte est plus du Boston Globe, Tom McCarthy, elle peut régner – une presse libre toire du cinéma à mettre en scène Canal+
Le dévoilement des secrets, la dé­ ennuyeux, fait d’accumulation de metteur en scène et coscénariste, et scrupuleuse, capable de consa­ cette conclusion industrielle. L’in­ 21.00 Rugby
couverte des coupables sont détails en apparence anodins, de s’est imposé une discipline qui est crer des ressources importantes à formation se passera bientôt d’en­ Racing 92-Toulouse. Top 14,
parmi les plus puissants vecteurs compilations minutieuses. celle des enquêteurs rigoureux, des enquêtes à l’issue incertaine. cre et de papier, et Spotlight est, 14e journée. En direct.
de fiction. Ils permettent aux con­ Spotlight, produit du show­busi­ s’interdisant les ingrédients qui Bref, Spotlight est un grand film à plus qu’un éloge, une élégie à ce 23.20 112 mètres, histoire
teurs de jouer avec l’intelligence ness américain moderne (joué par font de ces histoires un peu en­ la gloire du journalisme, en qui fut l’âge d’or de la presse.  d’un record du monde
du spectateur, en dispensant les des stars, candidat aux Oscars, fi­ nuyeuses qui transforment le même temps que le rappel de la thomas sotinel Documentaire de Louis Villers
informations de façon à susciter nancé par des indépendants, dis­ monde un spectacle plaisant. perversion d’une des plus ancien­ (Fr., 2020, 50 min).
l’attente, l’excitation, avant de la tribué par de grands studios), se si­ L’éloge de la transparence passe nes institutions de la planète. Spotlight, de Tom McCarthy.
satisfaire par des révélations spec­ tue du côté de la vraie vie. Pour ra­ ici par la mise en scène détaillée Le titre est emprunté au nom de Avec Michael Keaton, France 5
taculaires. Dans la vraie vie, ce conter l’enquête des journalistes des conditions dans lesquelles l’équipe du Globe chargée des en­ Mark Ruffalo (EU, 2015, 2 h 08). 20.50 Echappées belles
Magazine présenté
par Ismaël Khelifa.
22.25 Edgar Degas,
Mary Cassatt, les enfants

Déambulation romantique entre collègues de bureau terribles de l’impressionnisme


Documentaire d’Aurélie Rouvier
et Catherine Aventurier
Avec « 18h30 », minisérie en forme de « walk and talk », Arte.tv confirme l’excellente tenue de ses webséries (Fr., 2017, 55 min).

Arte
20.50 Homo sapiens,
ARTE.TV comment Eric et Mélissa, deux col­ parlées (le walk and talk, très prisé répondent les clowneries tristes l’hiver, un tour différent, sans les nouvelles origines
À LA DEMANDE lègues de bureau, vont se rencon­ des séries américaines, utilisé ici de Nicolas Grandhomme (Skam). perdre de son charme. Documentaire d’Olivier Julien
SÉRIE trer, se trouver, puis se rater. A dans sa forme la plus épurée) se Délicate, l’alchimie qui naît entre Il est rare qu’une série en 22 épi­ (Fr., 2020, 90 min).
moins que. transforment au fil des semaines eux au long de la saison est l’une sodes – même quand ils ne dépas­ 22.20 A la rencontre

C ombien de temps, com­


bien d’argent, combien de
gens faut­il pour conter
une histoire qui nous touche en
plein cœur ? La coproduction Ar­
Il a 46 ans et travaille depuis
treize ans dans l’entreprise, elle en
a 31 et vient d’être embauchée en
CDD. Il est père de famille, elle est
en couple. Ils traversent chaque
en débats, en rigolades, en dispu­
tes, puis en confidences. Et plus si
affinités comme on dit.

Délicate alchimie
des choses les plus attendrissan­
tes que l’on ait vues sur un petit
écran ces derniers mois.
L’autre force de 18h30 est la vita­
lité de son écriture, qui s’autorise
sent pas les 5 minutes chacun – ait
un goût de trop peu. Avec 18h30 –
mais aussi Lost in Traplanta ou Il
revient quand Bertrand ? –, Arte.tv
confirme l’excellente tenue de ses
de Neandertal
Documentaire de Rob Hope
et Pascal Cuissot (Fr., 2019, 55 min).

M6
te­La Blogothèque intitulée 18h30 soir, à 18 h 30 donc, la même dalle Entremêlant avec beaucoup de fi­ des détours souvent drôles par le webséries originales.  21.05 The Rookie :
le confirme : pas beaucoup. En bétonnée d’un quartier d’affaires nesse la « rom com » et la comédie burlesque et la parodie. D’abord lé­ audrey fournier le flic de Los Angeles
vingt­deux épisodes de cinq mi­ bordelais pour rejoindre leur arrêt de bureau, 18h30 séduit avant tout gère, la série est traversée en son Série. Avec Nathan Fillion, Mekia Cox
nutes, la websérie créée par Sylvain de bus (« team écolo ! » « ah non, grâce à la justesse et aux mimi­ mitan par des accents plus graves, 18h30, créé par Sylvain Gouverneur (EU, 2019).
Gouverneur et le journaliste­scé­ moi c’est team “j’emmène pas ma ques désopilantes de ses acteurs : lorsque les attentats du 13­Novem­ et Maxime Chamoux. Avec Pauline 22.50 The Rookie :
nariste­compositeur touche­à­ bagnole ici” »). Polies et maladroi­ à la fausse réserve de Pauline bre viennent effleurer les person­ Etienne, Nicolas Grandhomme le flic de Los Angeles
tout Maxime Chamoux raconte tes au début, ces déambulations Etienne (Le Bureau des légendes) nages. Elle prend alors, au début de (Fr., 2019, 22 × 5 min environ). Série. Avec Eric Winter (EU, 2019).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Comme un dessous qui peut éveil-


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 237
PAR PHILIPPE DUPUIS
ler les sens. II. Rejointe malgré son N°20­237 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
avance. Points opposés. III. Chez les Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
Grecs. Triplé romain. Perdu à la cam- 9 5 6 2 8 4 1 3 7

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 7 1 3 9 6 5 2 8 4 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


pagne. IV. Se fait entendre à bonne
2 8 4 1 7 3 5 9 6 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I
distance. V. En liberté. Les bonnes 8 2 3 4 9 5 2 7 6 1 8 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
ne doivent pas être ratées. VI. Canton 1 7 5 6 9 8 3 4 2 Par courrier électronique :
abojournalpapier@lemonde.fr.
II du Morbihan. La maman de Colette. 9 6 4 6 2 8 4 3 1 7 5 9
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
8 9 2 3 5 6 4 7 1
VII. Plates à l’étal et dans nos as- 4 3 7 8 1 2 9 6 5 Courrier des lecteurs
III
siettes. Reste à terre. VIII. Joli pique.
6 5 6 1 7 4 9 8 2 3 Par courrier électronique :
courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Personnel. Fourrure de moufette. 4 5 7
IV Très difficile
IX. Apprécie les fonds vaseux. Entre Médiateur : mediateur@lemonde.fr

V le jéjunum et le gros. X. Concentre- 3 7 8 5 4 Complétez toute la


grille avec des chiffres
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Emploi : www.talents.fr/
raient dans les affaires. allant de 1 à 9.
VI 5 8 2 7 Chaque chiffre ne doit Collection : Le Monde sur CD-ROM :
VERTICALEMENT CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
être utilisé qu’une
VII 1. Comme un gardon en bout de 3 4 seule fois par ligne,
Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60

ligne. 2. Ne rien laisser sur place. 6 7 1 2 9 5 par colonne et par La reproduction de tout article est interdite
VIII carré de neuf cases. sans l’accord de l’administration. Commission
3. Défense internationale. Pendant paritaire des publications et agences de presse
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
le premier cycle. Facile à franchir. n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
4. Ouverture de gamme. En salade
X ou à l’apéritif. 5. Dans le Fouta-Dja-
lon, en Guinée. Venu des Terre Arc- Politique, sécurité, racisme...
tiques. 6. Fils de Guillaume IX et Hors-série Octobre-novembre 2020
8,50 € Sur tous les sujets, les Américains Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 236 prince d’Antioche. Personnel. 7. Char- semblent irréconciliables. 67-69, avenue
gées de substances dangereuses. À l’approche de la présidentielle, Pierre-Mendès-France
75013 PARIS
HORIZONTALEMENT I. Globalisante. II. Ribote. Agnan. III. Ebène. Bon. Pt. 8. Queue de laitue. Au fond du parc. les décryptages de la presse étrangère. Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Nis. RPR. Emir. V. Ode. Meublera. VI. Ui. Voilier. VII. Intrigant. Gl. Attaqua à belles dents. 9. Coq de
LES L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. Lei. Ente. Cil. IX. Lutine. Nulle. X. Existentiels. bruyère et de montagne. Loi à refaire.
FRACTURES 93290 Tremblay-en-France

VERTICALEMENT 1. Grenouille. 2. Libidineux. 3. Obèse. Titi. 4. Bon. Vr. Is.


10. Prête à tout abandonner. 11. Fait DE L’AMÉRIQUE
Montpellier (« Midi Libre »)
du nouveau. S’est penché sur les Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
5. Atermoient. 6. Le. Peignée. 7. Brûlât. 8. Sao. Binent. 9. Agnelet. Ui. EN VENTE CHEZ VOTRE MARCHAND Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
lampes et les ondes. 12. Essaient d’at-
En partenariat avec

10. Nn. Mer. Clé. 11. Tapir. Gill. 12. Entrailles.


DE JOURNAUX durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
tirer discrètement l’attention. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier

20 - 237 daté samedi 10 octobre.indd 1 30/09/20 15:57


0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 carnet | 29
Anne Meneboo-Dantant, Françoise Maquerlot (†), M. et Mme François Sutra Fourcade,

Claude Vigée Le Carnet


sa compagne,
Jean-François, Hélène et Philippe,
ses enfants,
Ses petits-enfants
son épouse,
Lucie et Denis,
ses enfants,
Michel et Danielle,
son frère et sa belle-sœur,
M. et Mme Pascal Sutra Fourcade,
ses enfants,

Alice, Henri, Hermine et Roland,

Poète Merci de nous adresser


Et ses arrière-petits-enfants,

ont l’extrême douleur d’annoncer


le décès de
Annie et Thierry,
ses cousins,
François,
Théodore, Diane et Émile,
ses petits-enfants,

ont la tristesse de faire part du décès


son neveu, du
vos demandes Charles CRETTIEN, Cyrille,
son meilleur ami colonel de l’armée de l’air
Ainsi que tous ceux qui l’ont aimé
par mail en précisant ambassadeur de France e.r, et entouré,
Christian « Blaise »
officier de la Légion d’honneur, SUTRA FOURCADE,
impérativement officier de l’ordre national du Mérite, chevalier de le Légion d’honneur,
ont la tristesse de faire part du décès
ministre plénipotentiaire officier de l’ordre national du Mérite,
de
hors classe, croix de la Valeur militaire,
votre numéro de médaille de l’Aéronautique,
M. Jean-Pierre MAQUERLOT,
qui s’est éteint paisiblement le lundi professeur émérite
téléphone personnel, 5 octobre 2020, à Paris. à l’université de Rouen, survenu le 1er octobre 2020,
dans sa quatre-vingt-treizième année.
votre nom et prénom, Les obsèques religieuses seront survenu à Rouen, le 4 octobre 2020,
célébrées le lundi 12 octobre, à 10 h 30, à l’âge de soixante-dix-neuf ans. Les obsèques ont eu lieu ce
adresse postale en l’église Saint-Julien-Le-Pauvre, vendredi 9 octobre, à 15 heures,
1, rue Saint-Julien-Le-Pauvre, Paris 5e, La cérémonie civile sera célébrée au cimetière Saint-Roch, à Graulhet
au crématorium du Petit-Quevilly, (Tarn).
et votre éventuelle suivies de la crémation au
crématorium du cimetière du Père- le lundi 12 octobre, à 13 h 15.
référence d’abonnement. Lachaise, Paris 20e.
L’inhumation se déroulera le Remerciements
mardi 13 octobre, à 11 heures, au
Catherine et Jean-Pierre Chamayou, Profondément touchés par les
cimetière d’Ourton (Pas-de-Calais),
L’équipe du Carnet Laurence Fraysse, dans l’intimité familiale. témoignages de sympathie reçus lors
ses enfants, du décès de
reviendra vers vous Jean-Hugues, Clara, Cet avis tient lieu de faire-part.
ses petits-enfants, Jacques GINESTIÉ,
professeur des Universités,
dans les meilleurs délais. Anne et Louis-Xavier,
font part du décès de ses enfants, l’Inspé, Institut national supérieur du
Gaspard, Paul-Baptiste et Véra, professorat et de l’éducation et
M. Hugues FRAYSSE,
carnet@mpublicite.fr officier de l’ordre national du Mérite,
ses petits-enfants,
Pierre Divier,
l’ensemble de la communauté d’Aix-
chevalier Marseille université vous remercient
son frère, très sincèrement.
dans l’ordre des Palmes académiques, Romain,
AU CARNET DU «MONDE» médaillé d’honneur son neveu,
de la jeunesse et des sports, Marc Diedisheim,
Naissances directeur général son cousin
En 2005. des CISP Ravel et Kellerman et sa famille,
JEAN CLAUDE GISBERT/OPALE/LEEMAGE (1964-1999),
Christine et Jean-Michel LAIR,
ont la douleur de faire part du décès
Séverine et Adrien, du
survenu le 5 octobre 2020,
Christine et Michaël CHOTARD, dans sa quatre-vingt-neuvième année.
François et Laurent, docteur Jacqueline MAZZOLA,

L’
écrivain et poète Claude 3 JANVIER 1921 Naissance née DIEDISHEIM-DIVIER,
ont la joie d’annoncer la naissance La cérémonie religieuse sera
Vigée aurait eu 100 ans à Bischwiller (Bas-Rhin) à Genève (Suisse), le 18 mai 1943,
de célébrée le lundi 12 octobre, La Fédération des Aveugles
au début de l’année 1942 Echappe à la Shoah à 10 heures, en l’église Notre-Dame de France
gynécologue,
prochaine. Né le 3 jan­ et s’exile aux Etats-Unis de Saint-Mandé (Val-de-Marne), rend hommage
vier 1921 à Bischwiller, près de Ha­ 1950 « La Lutte avec l’ange » Léonard et Théodore, 84, avenue du Général-de-Gaulle. à ses généreux bienfaiteurs.
survenu le 6 octobre 2020.
gueneau, dans le Bas­Rhin, il est 1960 S’installe et enseigne
le 20 septembre 2020, L’inhumation aura lieu dans la Un culte d’action de grâce aura En désignant notre association
mort vendredi 2 octobre à Paris. à Jérusalem
sépulture familiale au cimetière sud lieu le samedi 10 octobre, à 17 h 30, comme bénéficiaire
Homme de douceur, de verbe et 1994-1995 « Un panier de Saint-Mandé. au Temple de l’Annonciation, 19, rue de leur patrimoine,
de conviction, il est l’une des gran­ de houblon » chez
Cortambert, Paris 16e. ils contribuent à améliorer
des voix – mais pas la plus toni­ 2 OCTOBRE 2020 Mort à Paris Emilie et Guillaume LAIR. 25, rue du Général-Archinard, la vie quotidienne
truante – de la poésie française et 75012 Paris. 157, avenue Malakoff, des personnes aveugles
juive. Une voix de conscience, de 8, Cité des Fleurs, 75016 Paris. et malvoyantes.
lyrisme exigeant et de pensée limard. Une bibliographie abon­ 75017 Paris. La famille Leur mémoire restera à jamais
ouverte, au­delà de soi­même, sur dante – notamment chez Flam­ Et les proches, Francis Derriennic, ancrée dans nos souvenirs.
son époux, Nous ne les oublierons jamais.
l’histoire et la destinée du peuple marion – témoigne d’une inspira­ Décès ont la tristesse de faire part du décès Gaëlle Derriennic,
auquel il appartenait. tion toujours active. de Yoann Derriennic Fédération des Aveugles
Issu d’une famille juive établie Mais l’étape essentielle et cen­ Ses amis et anciens collègues de la et sa compagne, Sandrine Hérisson, de France,
en Alsace depuis trois siècles, de trale de sa vie (et aussi de son SEMITAN Yves GERARD, ses enfants, 6, rue Gager Gabillot,
musicologue, Hana-Rose, Augustin, Apolline, 75015 Paris.
son vrai nom Claude André œuvre) est celle du retour concret ses petits-enfants,
Strauss, Claude Vigée parle dans à ses origines juives. « A Jérusalem, rendent hommage à professeur honoraire Tél. : 01 44 42 91 91.
du Conservatoire national
son enfance le dialecte alsacien, dès mon arrivée le 7 juin 1960, tout ont la douleur de faire part du décès
supérieur de musique
bas­alémanique, avant d’accéder m’a parlé d’une façon extraordi­ Michel BIGEY, de Paris,
de Souvenir
à la langue française. Sa famille naire », se souvient­il dans un en­ ingénieur ECP, Jocelyne MÉTAUT, Il y a deux ans, le 10 octobre 2018,
appartient à la petite bourgeoisie, tretien au Monde en 1983. Et aussi : directeur général survenu le 6 octobre 2020, épouse DERRIENNIC, nous quittait
marquée, racontera­t­il, par un « Ma vie m’est apparue comme une de la Société des transports dans sa quatre-vingt-huitième année.
« voltairisme instinctif, mélange toute petite allégorie de celle de de l’agglomération nantaise survenu le 4 octobre 2020, Raymond H. LÉVY.
La cérémonie religieuse sera à Versailles.
de libre­pensée et de pacifisme ». mon peuple. » Il apprend l’hébreu (SEMITAN) célébrée le mercredi 14 octobre,
Durant son adolescence, il lit l’An­ et devient enseignant à l’univer­ Vous l’avez connu, aimé ?
de 1979 à 1989, à 15 heures, en l’église Notre-Dame- La levée de corps aura lieu le lundi Pensez à lui.
thologie juive, d’Edmond Fleg sité hébraïque. « Ma venue en Is­ des-Blancs-Manteaux, Paris 4e, suivie 12 octobre, à 11 h 30, au funérarium
(1874­1963), premier pas vers la raël n’a pas été un changement de de l’inhumation à 16 h 45, au de Versailles, 15, route de la Porte-
décédé à Nantes, « Tu n’es plus là où tu étais,
cimetière de La Villette, Paris 19e. de-Buc où ses proches pourront
prise de conscience de son iden­ carrière ni un tournant de ma vie, à l’âge de quatre-vingt-six ans. mais tu es partout là où je suis.»
se recueillir avant la cérémonie
tité. Et il n’arrêtera jamais sa mar­ c’était l’aventure d’un poète qui re­ d’adieu qui se tiendra le même jour, Victor Hugo.
Un registre à signatures recevra
che dans cette direction. tourne à ses origines. » Sans rien Concepteur et réalisateur du vos messages d’amitié et de à 14 heures au crématorium du
En 1938, il termine ses études se­ ignorer des tensions et conflits tramway nantais, il est à l’origine du condoléances. cimetière du Père-Lachaise, 71, rue Communication diverse
condaires à Strasbourg, et entre à que l’existence de l’Etat d’Israël a des Rondeaux, Paris 20e.
renouveau du tramway en France.
l’université. Au début de l’occupa­ pu favoriser, Claude Vigée croit à
tion nazie, il est expulsé d’Alsace. la « refonte d’un Etat du peuple juif, Christiane GOIRAND, Michel Moutet,
Paris. écrivain sous le nom son frère,
Plusieurs des siens seront dépor­ reprenant ce qui avait été détruit Jeanne, Yves, Serge, Eric, Marius,
tés. Il participe au mouvement de par Titus et Hadrien », dans un en­ de Christiane GIL,
André, Jacques et Anne-Elisabeth,
Les enfants ses neveux et nièces,
résistance de l’Armée juive à Tou­ tretien au Monde, en 2003. nous a quittés paisiblement le
Et les petits-enfants,
louse et publie ses premiers poè­ Aux yeux du poète nourri de la 11 septembre 2020.
La famille, ont la douleur de faire part du décès
mes dans la revue Poésie, créée Bible et du Talmud, mais aussi de de
Les amis, Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
par Pierre Seghers. Il fait égale­ la pensée de Bergson sur le temps, Le conseil d’administration,
ment la connaissance de Jean Cas­ il importe d’élargir le spectre per­ M. Claude Chirouse, Aimée MOUTET, Les bénévoles de SOS Amitié
sou, Pierre Emmanuel et Joë Bous­ sonnel : « Je ne sais pas s’il y a une ont la tristesse d’annoncer le décès co-fondateur, docteur ès lettres, écoutent
du Mme Florence Mazerat, maître de conférence par téléphone et/ou par internet
quet. Ces rencontres, et d’autres poésie juive, mais le destin juif est et professeur émérite
directrice générale ceux qui souffrent de solitude,
plus tard, marqueront son par­ lui­même poésie. Etre juif et poète, à l’université de Villetaneuse
Et l’ensemble des salariés, de mal-être et peuvent avoir
cours intellectuel et spirituel. c’est tout un. Le poète est toujours docteur Paris XIII,
des pensées suicidaires.
entre deux extrêmes : la célébra­ Claude CANET-PALAYSI, ont l’immense tristesse de faire part
survenu le lundi 5 octobre 2020,
De multiples amitiés tion du monde et l’horreur du du décès de leur président, Nous recherchons des écoutants
à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.
En novembre 1942, il embarque monde. C’est dans l’intime fusion survenu à Paris, le 6 octobre 2020, bénévoles
avec sa mère, de Lisbonne pour de ces deux pôles que se trouve la à l’âge de quatre-vingt-neuf ans. M. Alain JUNQUA, Une cérémonie religieuse sera sur toute la France.
New York. Il termine son doctorat vie. A cet égard, chaque poète, s’il célébrée le 13 octobre, à 14 h 30, en L’écoute peut sauver des vies
survenu à La Rochelle, l’église de Notre-Dame-du-Perpétuel- et enrichir la vôtre !
et obtient un poste d’enseignant est vraiment poète, partage quel­ Pierre Leroy, le 7 octobre 2020, Secours, 65, avenue du Général-de- Choix des heures d’écoute,
de littérature française, d’abord à que chose du destin juif. » président de l’Institut mémoires de à l’âge de soixante-dix-sept ans. Gaulle, à Puteaux. formation assurée.
Columbus (Ohio) puis près de Bos­ En 1994 et 1995, il publie les deux l’édition contemporaine,
ton, à l’université Brandeis, où il volumes de ses Mémoires, Un pa­ Nathalie Léger, AEPC, L’inhumation aura lieu à 15 h 45, En IdF RDV sur
présidera le département de lan­ nier de houblon (JC Lattès). A partir 51, avenue Chevreul, au cimetière de Puteaux Nouveau,
directrice générale, 93370 Montfermeil. 467, boulevard Aimé-Césaire, à www.sosamitieidf.asso.fr
gues romanes. Mais cet exil, de 2001, Claude Vigée s’installe à Albert Dichy, Nanterre. En région RDV sur
Claude Vigée l’associe à l’ennui, Paris, où son épouse décède directeur littéraire, www.sos-amitie.com
Marie-Line, Cet avis tient lieu de faire-part.
même s’il rencontre le philosophe en 2007. L’année précédente, il Le conseil d’administration, sa femme,
et sociologue Herbert Marcuse ou avait prononcé l’une des conféren­ Le conseil scientifique Rahel, Daniel et Skender,
le compositeur Leonard Bernstein, ces de carême à Notre­Dame de Et toute l’équipe ses enfants, Société éditrice du « Monde » SA
et même s’il retrouve là­bas sa Paris, sur le thème de l’espérance. Philip, Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
de l’IMEC, son gendre, Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
cousine Evy, qu’il épouse en 1947. De nombreux prix, dont celui de Directeur de la rédaction Luc Bronner
Léonora et Gaston,
La décennie suivante, il revient poésie de l’Académie française Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
ont la très grande tristesse de faire ses petits-enfants, Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre,
durant l’été en France. En 1950, il (1996), ont couronné son œuvre. Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements)
part du décès de Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
publie son premier livre de poè­ En 2007, une Association des amis ont l’infinie douleur de faire part du Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian
mes, La Lutte avec l’ange (L’Har­ de l’œuvre de Claude Vigée se crée décès, survenu à Paris, le 2 octobre Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées)
mattan). Son activité littéraire, de qui lance une revue, Peut­être. Olivier CORPET, 2020, de Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
fondateur et directeur Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
critique, de prosateur et de poète En 2018, un cahier de plus de Chef d’édition Sabine Ledoux
de l’IMEC (1988-2013). Abye MAKONNEN, Directrice du design Mélina Zerbib
sera dès lors intense, favorisée par 500 pages (Jusqu’à l’aube future) un homme d’une grande élégance Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
de multiples amitiés, dont celle, paraît, contenant ses œuvres poé­ et d’une extrême générosité. Photographie Nicolas Jimenez
vite interrompue, d’Albert Camus tiques complètes, dont la rédac­ Son intrépidité, son inventivité, Infographie Delphine Papin
son sens de l’engagement ont forgé Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
qui fera publier en 1957 un recueil tion s’étend de 1950 à 2015.  90, boulevard de Port-Royal, Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
de poèmes, L’Eté indien, chez Gal­ patrick kéchichian l’esprit de l’IMEC. 75005 Paris. Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
IDÉES
0123
30 | SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

ÉMILIE SETO

Le
au risque du Covid-19
secret médical
Pierre angulaire de la charte déontologique l’isolement des personnes malades et conta­
gieuses », puis le recensement, « pour cha­
logique et éthique médicale », l’Académie
nationale de médecine s’est montrée plus
médicale depuis Hippocrate, cette loi du silence cun de ces patients, pour l’ensemble des per­ circonspecte encore. Ce dispositif « porte at­
sonnes avec qui ils ont été en contact rappro­ teinte à deux droits fondamentaux : d’une
est aujourd’hui mise à mal par la nécessité de briser ché au cours des jours précédant l’apparition part, il permet la circulation de données per­
des symptômes ». sonnelles de santé, “le cas échéant hors le
les chaînes de transmission de la pandémie. Depuis le mois de mai, des milliers de sala­ consentement des intéressés”, créant une ex­
riés de la Caisse nationale d’assurance­mala­ ception à la libre volonté des personnes ;
Sous peine de fragiliser le contrat de confiance die (CNAM) et des agences régionales de d’autre part, il introduit une nouvelle déroga­
santé (ARS) appellent ainsi chaque jour les tion au secret médical, a­t­elle souligné. Or le
entre le praticien et son patient ? personnes ayant un test positif que leur ont secret médical est un principe majeur du

U
signalées les médecins de ville, et les cas droit des personnes, une composante de la di­
contacts qu’elles veulent bien déclarer. Afin gnité humaine et du respect de la vie privée,
n patient hospitalisé pour des que de Normandie (Eren), dans le contexte de détecter et de briser les chaînes de trans­ un élément fondamental de la relation de
soins courants a été diagnostiqué actuel, la levée du secret médical que nous mission le plus rapidement possible, les confiance médecin­malade ».
positif au Covid­19. Il vit à domi­ venons d’évoquer ne se justifie pas. « Cela membres de ces « brigades » prescrivent des
cile, en famille, et bénéficie d’ordi­ aurait du sens si l’on pouvait mettre en place tests, déterminent si un isolement est né­ « COMME UN TABOU »
naire de la présence de profession­ une politique véritablement efficace pour les cessaire, délivrent des arrêts de travail. Pour Si sa levée fait à ce point débat, c’est que le
nels soignants. Pour des raisons sujets Covid+, avec des moyens d’hospitalisa­ faciliter cette chaîne d’opérations, un télé­ secret médical constitue pour la profession
personnelles – peur de l’isolement, du man­ tion, d’hôtellerie, d’indemnisations consé­ service dénommé « Contact Covid » a été dé­ la clé de voûte de la déontologie. « C’est la
que de soins, de la perte d’un travail en inté­ quentes en cas de perte de travail, précise­ veloppé. Conçu pour « enregistrer l’ensemble cheville ouvrière de la morale médicale, la
rim –, il ne veut pas informer son entourage t­il. Or aucune de ces conditions n’est actuel­ des informations concernant le patient et les condition sine qua non d’une pratique res­
de sa contagiosité. Quelle conduite son mé­ lement garantie. De même, on entend de plus cas contacts recensés par le médecin », il est pectueuse, affirme Jean­Christophe Coffin,
decin doit­il adopter ? Doit­il respecter sa dé­ en plus dire que cette maladie peut entraîner également accessible, précise le site Ameli, historien de la santé à l’université Paris­
cision ? Questionner l’entourage du patient des séquelles. Comment être certain, si on la aux biologistes et aux pharmaciens.
avant d’envisager le retour au domicile et révèle, que cela ne nous portera pas préjudice Le prix à payer pour éviter un reconfine­
trahir ainsi le secret médical ? La question en termes d’assurance, par exemple pour ment généralisé ? Si le Conseil national de « LE SECRET MÉDICAL, 
n’a rien de théorique. Depuis le début de la contracter un prêt ? » l’ordre des médecins (CNOM) ne s’est pas
pandémie, elle se pose régulièrement aux alarmé de l’article 6 de la loi d’urgence sani­ C’EST LA CHEVILLE 
praticiens, dont certains transmettent leurs « IDENTIFICATION, SUIVI ET ISOLEMENT » taire, autorisant « un système d’information
interrogations aux espaces de réflexion Situation hautement épidémique oblige, aux seules fins de lutter contre l’épidémie de OUVRIÈRE DE LA MORALE 
éthique régionaux (ERER). le secret médical a pourtant bel et bien été Covid­19 », il n’en a pas moins précisé que MÉDICALE, LA CONDITION 
« Dès lors qu’une pathologie entraîne une levé, indirectement du moins, par le « con­ « l’ordre, garant de la spécificité et de la protec­
problématique collective majeure, la ques­ tact tracing ». Mis en place au printemps tion des principes du secret médical (…), res­ SINE QUA NON 
tion de la levée du secret médical se pose, qui dans le cadre de la loi sur l’urgence sanitaire tera vigilant à ce que les dérogations prévues
implique la recherche d’un équilibre entre le – désormais prorogée jusqu’au 1er avril restent strictement limitées à la lutte contre la D’UNE PRATIQUE 
respect de la vie privée et l’intérêt collectif », 2021 –, ce dispositif numérisé vise à casser propagation de la pandémie de Covid­19 pen­
rappelle le professeur Grégoire Moutel. les chaînes de contamination en deux éta­ dant une durée elle aussi strictement limitée ».
RESPECTUEUSE »
Pour ce praticien hospitalier au CHU de pes successives, détaillées sur le site de l’As­ Dans un communiqué publié le 5 mai JEAN-CHRISTOPHE COFFIN
Caen, directeur de l’espace de réflexion éthi­ surance­maladie : « l’identification, le suivi et 2020, intitulé « Covid­19, traçage épidémio­ historien de la santé
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 idées | 31

VIII. Ce principe fonctionne comme un ta­ viction se répand, aux débuts de la IIIe Répu­ de santé), afin qu’ils mettent en œuvre des
bou, et les tabous sont souvent structurants blique, qu’il est utile d’aller chez le médecin mesures collectives visant à protéger des su­ « SI LE COVID­19 
dans nos comportements : un médecin qui parce qu’il peut vous guérir, poursuit l’histo­ jets contacts ». Pour ce praticien hospitalier, N’EST PAS JUGULÉ, 
brise le secret, c’est vraiment une transgres­ rien de la santé. Il y a donc un boom de la le fait que les médecins soient tenus d’enre­
sion très forte. » consultation, avec une très forte concurrence gistrer leurs patients diagnostiqués positifs SI LE VIRUS DEVIENT 
D’autant que cette loi du silence renvoie entre les praticiens. Pour assurer la supério­ au Covid­19 dans le cadre du téléservice
inévitablement à Hippocrate, la figure de lé­ rité morale du médecin vis­à­vis de sa patien­ « Contact Covid » ne constitue donc pas un RÉCURRENT COMME 
gende dont le serment, lu à voix haute par tèle, on passe alors par l’appropriation d’un manquement à l’éthique. Mais le devoir de LA GRIPPE SAISONNIÈRE, 
tous les praticiens à la fin de leurs études, code d’honneur, un code moral dont le transparence du médecin s’arrête là. A la
constitue la plus ancienne mention écrite meilleur exemple est le secret médical. » Un mi­septembre, deux semaines après la ren­ LA DÉROGATION 
du secret médical connue à ce jour : « Ad­ droit considéré comme fondamental pour trée des classes, la conduite à tenir face aux
mis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les patients, et un fondement essentiel du élèves présentant des « symptômes évoca­ DEVIENDRA­T­ELLE 
les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à soin qui permet d’établir la confiance avec le teurs » a notamment été précisée par le mi­
l’intérieur des maisons, je respecterai les se­ professionnel de santé. Lequel en devient le nistère de l’éducation : ces enfants sont
PÉRENNE ? »
crets des foyers » (texte revu par l’ordre des principal garant. autorisés à revenir en cours « si les parents BRUNO PY
médecins en 2012). La déclaration de Genève En témoignent les débats auxquels a don­ attestent par écrit avoir consulté un médecin juriste
(ou Serment du médecin), adoptée par l’As­ né lieu, dans les années 1900, la propagation et qu’un test n’a pas été prescrit ». Pas de cer­
sociation médicale mondiale en 1948 et fi­ de la syphilis, maladie sexuellement trans­ tificat médical, donc, à faire valoir.
gurant en annexe du code de déontologie missible alors mortelle. A l’Académie de mé­ « Avant l’été, la ligne de conduite était que En 1994, le Conseil national du sida (CNS),
médicale, apporte la précision suivante : « Je decine comme dans d’autres sociétés savan­ si un enfant était atteint, cela donnait lieu à dont la présidente était alors l’anthropolo­
respecterai les secrets qui me seront confiés, tes, on s’interroge avec fougue : doit­on con­ un certificat médical – autrement dit à une gue Françoise Héritier, professeure au Col­
même après la mort de mon patient. » tinuer de faire du mariage une affaire violation du secret, mais consentie par les lège de France, soulignait notamment que
Si cette loi d’airain date de l’Antiquité, elle d’amour, ou faut­il en faire une affaire de parents −, rappelle Grégoire Moutel. Depuis, « l’infection à VIH et le sida ont renouvelé et
n’a pourtant pas toujours, par la suite, cons­ science ? Autrement dit : si l’un des futurs le gouvernement a changé de pied : c’est aux rendu plus aiguë encore la contradiction en­
titué l’un des piliers de la médecine occiden­ époux est atteint de la syphilis, le médecin parents qu’il revient d’attester de l’état de tre les impératifs de respect des droits de la
tale. Le Guide d’exercice professionnel des de famille doit­il en faire la déclaration ? « De santé de leur enfant. Même s’il souligne les personne, concrétisés par l’obligation de se­
médecins a beau déclarer que « la règle du mémoire, c’est la première fois que la ques­ risques de mensonges inhérents à cette si­ cret professionnel, et les impératifs de protec­
secret fait partie des traditions médicales les tion du secret médical se pose de manière tuation (« déclarer qu’un enfant est atteint tion de la collectivité, représentée ici par le
plus anciennes et les plus universelles », cette aussi concrète : il ne s’agit plus seulement de alors qu’il ne l’est pas pour le protéger d’aller partenaire d’une personne séropositive ».
affirmation est contredite par de nombreux discuter en termes de valeur, mais de décider à l’école ; dire qu’il n’est pas atteint alors qu’il Concrètement, si une personne séroposi­
experts. Dans le Dictionnaire de la pensée ce qu’il convient de faire », souligne Jean­ l’est pour pouvoir continuer son activité pro­ tive refusait d’en informer son partenaire,
médicale (direction Dominique Lecourt, Christophe Coffin. fessionnelle), ce spécialiste de l’éthique mé­ son médecin devait­il le faire à sa place ? Le
PUF 2004), la juriste Dominique Thouvenin Le professeur Paul Brouardel (1837­1906), dicale ne souhaite pas une dérogation plus CNS avait finalement tranché par la néga­
qualifie cette vision de « légende dorée ». Lé­ alors doyen de la Faculté de médecine de Pa­ importante au secret dans le contexte ac­ tive, estimant qu’il ne pouvait y avoir, « de la
gende qui accréditerait l’idée, « séduisante ris, insiste beaucoup sur le danger qu’il y tuel. De même n’est­il guère favorable à sa part du médecin, recherche des partenaires
pour la profession », que les médecins se se­ aurait à briser le principe du secret. Un levée dans le cas des violences faites aux sexuels pour notification qu’en abolissant
raient soumis spontanément, depuis plus consensus est finalement trouvé : l’informa­ femmes. Une proposition qui figure parmi gravement et sans doute définitivement le
de deux millénaires, à une obligation désor­ tion doit être donnée, mais uniquement à la les mesures annoncées par le gouverne­ contrat de confiance qu’établit le secret pro­
mais imposée par l’Etat. famille. Il s’agit de rester dans le domaine du ment, en novembre 2019, à l’issue du Gre­ fessionnel ». L’infection à VIH, il est vrai, fi­
« De la seule existence du serment d’Hippo­ privé, non pas de transformer le médecin en nelle contre les violences conjugales, et qui gure désormais sur la liste des maladies à
crate et par la continuité de sa tradition ver­ auxiliaire de l’Etat. divise les professionnels de santé. Nombre déclaration obligatoire, mais celle­ci est ano­
bale, il résulterait que, depuis le Ve siècle d’entre eux dénoncent en effet une « fausse nyme. « Le secret, résume Bruno Py, reste
avant J.­C., et au moins dans les pays de la DÉROGATIONS bonne idée », craignant de briser le lien de plus fort que le sida. »
Méditerranée, le secret médical fut toujours Depuis cette époque, les dérogations au se­ confiance avec leurs patientes pour qui ils
une des pierres angulaires de la déontologie cret médical sont restées rares et stricte­ sont souvent le dernier confident. A quoi « RUPTURE DE LA DIGUE »
médicale. Or une telle affirmation est faus­ ment régulées. En France, ce principe déon­ s’ajoute le risque que le conjoint redouble Il n’en va pas de même avec le Covid­19 qui
se », notait déjà l’historien de la médecine tologique est désormais encadré par trois de violence s’il apprend qu’il a été dénoncé. consacre, selon lui, « la rupture de la digue du
Mirko Grmek dans un article publié en 1966 textes législatifs : le code pénal, le code de « Des femmes victimes de violences, j’en ai secret », notamment à travers l’application
(« Le secret médical du serment d’Hippo­ déontologie médicale et le code de la santé tous les jours dans mon service, insiste Gré­ « Contact Covid ». Certes, un cadre protec­
crate au code pénal de Napoléon »). publique. A eux trois, ils précisent le con­ goire Moutel. Elles me disent toutes : “Sur­ teur a été prévu pour ces données sensibles
De fait, le droit romain classique n’en fait tenu du secret, les sanctions encourues tout, ne faites pas ça ! Est­ce qu’ensuite on (elles seront accessibles pendant une durée
pas mention, et Claude Galien (IIe siècle), le pour sa révélation, mais aussi les déroga­ me donnera un logement ? La possibilité limitée et « pseudonymisées »). Mais, pour
dernier des grands médecins de l’Antiquité tions qui permettent de révéler certains d’un revenu décent ? Est­ce que je serai sûre ce juriste, « la révolution qui découle de l’état
gréco­romaine, ne s’en soucie ni dans ses faits dans certaines circonstances. que mes enfants resteront avec moi ?” Il faut d’urgence sanitaire est que, désormais, les in­
écrits ni dans ses actions. A la période mé­ Dans le code de déontologie médicale, à prendre garde à ce que les dérogations au formations concernent des cas contacts qui
diévale, l’intérêt du groupe prévalant sur ce­ caractère réglementaire, il est ainsi précisé secret médical ne soulèvent pas plus de pro­ ne sont pas des patients ». On ne surveille
lui de l’individu, le secret n’est pas non plus que le médecin « participe aux actions de vi­ blèmes qu’elles n’en résolvent. » Dans un plus des maladies, ni même des malades,
valorisé. Au XIIIe siècle, précise Mirko Gr­ gilance sanitaire », et que « la collecte, l’enre­ communiqué publié le 18 décembre 2019, mais les relations entre individus.
mek, il ne figure pas dans les statuts de la Fa­ gistrement, le traitement et la transmission le CNOM n’en a pas moins approuvé la pos­ « Si le Covid­19 n’est pas jugulé, si le virus de­
culté de médecine de Paris. Il n’y apparaîtra d’informations nominatives ou indirecte­ sibilité d’un signalement, même sans ac­ vient récurrent comme la grippe saisonnière,
qu’en 1598 : la Renaissance est à l’œuvre, et ment nominatives sont autorisés dans les cord de la victime, afin que tout médecin si d’autres virus se manifestent demain, la dé­
avec elle un regain d’intérêt pour la protec­ conditions prévues par la loi ». « ayant l’intime conviction que sa patiente rogation deviendra­t­elle pérenne ? Il faut
tion de l’individu et de son intimité. Le code de la santé publique, quant à lui, est en danger vital immédiat et qu’elle se plaider sans relâche pour que l’exception ne
En 1810, le code civil Napoléon l’instaure comprend une liste de 34 maladies à décla­ trouve sous l’emprise de l’auteur des violen­ devienne pas la règle », insiste Bruno Py.
de manière catégorique chez les médecins et ration obligatoire. Celle­ci doit être faite par ces » puisse en informer le procureur de la En 2000, dans la Revue juridique de l’Ouest,
leurs auxiliaires, faisant de la France le pre­ le médecin auprès des services sanitaires, République. Brigitte Feuillet­Le Mintier, professeure à la
mier pays à introduire dans sa législation la eux­mêmes tenus à la confidentialité. Pour Du signalement des violences conjugales faculté de droit et de science politique de
protection du secret professionnel. « Con­ certaines de ces maladies, particulièrement (dans l’intérêt de la patiente) au « contact Rennes, concluait un article consacré au se­
trairement à ce que raconte une histoire ré­ graves et contagieuses (tuberculose, certai­ tracing » des patients diagnostiqués positifs cret médical par cette question : « Une valeur
trospective du secret médical, ce n’est pas la nes méningites), cette déclaration est no­ au Covid­19 (dans l’intérêt collectif), une autre que celle qui tend à assurer à tout ma­
médecine à proprement parler qui a imposé minale : des données comme l’initiale du brèche durable se dessinerait­elle dans le lade la certitude qu’il peut tout confier (son
le secret : c’est l’Etat », insiste Jean­Christophe nom du patient, son prénom, sa date de bouclier du secret médical ? C’est ce que corps, son intimité corporelle, son état, ses
Coffin. Mais, dès la fin du XIXe siècle, la pro­ naissance ou le code postal de son domicile craint le juriste Bruno Py. Dans un article ré­ états d’âme, ses faiblesses, son humanité) mé­
fession, qui revendique ses caractéristiques sont transmises. cemment publié sur le site d’actualité des rite­t­elle de passer en priorité, et peut­elle
libérales (choix de patientèle, liberté de Dans ce cas, « le secret médical s’impose éditions Dalloz, intitulé « Secret profession­ justifier une limite au secret professionnel ? »
prescription, entente directe entre le méde­ entre les acteurs de la chaîne de soins d’un nel, que n’avons­nous pas retenu de l’expé­ Autrement dit : sommes­nous prêts à accep­
cin et le malade), s’en approprie le principe. même patient, précise Grégoire Moutel. rience du sida ? », ce professeur de droit ter une société où nous n’aurons plus la cer­
Elle ne le lâchera plus. Mais il peut, et il doit, être partagé avec privé à l’université de Lorraine rappelle les titude que les secrets confiés à notre méde­
« Le XIXe siècle étant particulièrement riche d’autres médecins non soignants mais habi­ débats auxquels avait donné lieu, au début cin ne seront pas dévoilés ? 
en progrès scientifiques et techniques, la con­ lités (Assurance­maladie, agences régionales des années 1990, l’épidémie due au VIH. catherine vincent

La prudence du Comité consultatif national d’éthique pour garantir le respect de la vie privée
en mars, confronté à l’accélération de l’épidémie cas d’une pandémie grave et intervenant brutale­ devait­elle également concerner les médecins ? sur le risque d’un porteur d’une maladie génétique
de Covid­19 et à la mise en œuvre de l’état d’ur­ ment, le gouvernement pourrait prendre, soit sur le Le secret médical pouvait­il dans ce cas être dé­ grave que l’on pourrait prévenir est généralement
gence sanitaire, le Comité consultatif national fondement d’un décret proclamant l’état d’urgence, rogé au nom de l’intérêt des autres et du droit à assurée par la personne elle­même, quand elle est
d’éthique (CCNE) publiait une série de recomman­ soit sur la base de la théorie des circonstances ex­ l’information de chacun ? bien conseillée », les sages ont considéré que l’atti­
dations. Parmi les points abordés : la confidentia­ ceptionnelles, des mesures telles que la réquisition Le CCNE, dans cet avis, a distingué deux types de tude privilégiant la confiance et la persuasion était
lité des données de santé. Remarquant que « des ou le confinement de certaines catégories de ci­ cas : celui où l’information n’offre « aucun béné­ le plus sûr moyen d’aboutir à ce que ces données
personnes à l’étranger et plus récemment en France toyens, ou des restrictions à la circulation », notait fice médical » (maladie sans prévention ni traite­ soient délivrées aux intéressés. Dans ce conflit de
ont choisi de révéler publiquement leur état de l’épidémiologiste Annick Alpérovitch, rappor­ ment, telle la chorée de Huntington), et celui où valeurs, le Comité a ainsi considéré que le respect
santé », le CCNE estimait nécessaire « qu’il soit rap­ teuse de l’avis. Mais, ajoutait­elle, « l’état d’urgence elle est susceptible d’en procurer. Dans le premier du secret médical était justifié « au nom même de
pelé impérativement à tous les acteurs, particuliers, sanitaire ne saurait justifier, sauf circonstance cas, le CCNE s’est prononcé en faveur du droit au l’efficacité maximale avec laquelle une information
soignants, acteurs publics et médias qu’il existe des d’une exceptionnelle gravité, le sacrifice du respect silence. « Dans la mesure où chaque patient a droit pourra être acquise, et alors, seulement, transmise ».
textes de loi concernant le respect de la confidentia­ de la vie privée des personnes et de la confidentialité au secret médical quelle que soit sa maladie, dans En 2004, la loi de bioéthique a rendu obligatoire
lité des données médicales et l’identité des person­ des informations afférentes à leur santé ». la mesure également où cette maladie n’offre pas l’information des proches lorsque des mesures de
nes atteintes, et qu’elles doivent prévaloir en situa­ d’espoir thérapeutique aux proches et que ceux­ci dépistage génétique et de prévention sont possi­
tion d’épidémie et de menace pour la santé ». Droit au silence pourraient non sans raison reprocher au médecin bles. Mais elle a veillé au strict respect du secret
Pour une large part, cette réflexion menée dans C’est dans un tout autre contexte, celui des tests d’avoir inutilement plongé leur vie dans un climat médical, comme l’a réitéré la loi de bioéthique
l’urgence s’inspirait de l’avis (n° 106) rendu en fé­ génétiques, que le CCNE avait abordé, en 2003, la d’angoisse quotidienne, il paraît inenvisageable de 2011. Une procédure très formelle a été établie
vrier 2009, époque à laquelle l’épizootie d’in­ question du secret médical. Intitulé « A propos de d’imposer un devoir d’obligation d’informer la fa­ autour de la transmission de l’information à la fa­
fluenza aviaire due au virus H5N1, qui touchait l’obligation d’information génétique familiale en mille en pareil cas. » mille, qui préserve autant que possible la vie privée
alors de nombreux pays d’Asie, faisait craindre la cas de nécessité médicale », l’avis n° 76 s’inscri­ A contrario le secret médical devait­il être systé­ du patient : si celui­ci refuse d’informer lui­même
survenue d’une pandémie grippale chez l’homme. vait dans une actualité très spécifique : il était matiquement levé lorsque des mesures préventi­ ses apparentés, ou s’il souhaite rester dans l’igno­
Sous le titre : « Questions éthiques soulevées par alors question d’inscrire dans la loi l’obligation, ves ou thérapeutiques permettraient de réduire ou rance du diagnostic, il peut autoriser le médecin
une possible pandémie grippale », ce texte passait pour une personne porteuse d’une maladie gé­ de corriger les effets d’une anomalie génétique ? Là prescripteur à procéder à cette information – sans
en revue l’ensemble des questions mettant en ten­ nétique grave, d’en informer sa parentèle s’il encore, le comité a choisi la prudence. Parce que la pour autant que ce dernier révèle l’identité de la
sion le respect des droits individuels et les impéra­ existait pour cette pathologie un traitement ou rupture du secret médical est « de nature à ruiner la personne diagnostiquée. 
tifs de sécurité sanitaire. « Nul doute que dans le une prévention efficace. Cette obligation légale confiance du malade », et parce que « l’information c. v.
0123
32 | idées SAMEDI 10 OCTOBRE 2020

Emmanuel Hirsch Essais vaccinaux du LE LIVRE

Covid-19 : l’intérêt supérieur de la société ISLAMISME À L’ÉCOLE :


peut-il justifier d’exposer la personne ? RETROUVER LE SENS
DES CHIFFRES
Le professeur d’éthique médicale souligne la nécessité

C
lemme suscité par la hiérarchisation né­
de trouver un équilibre entre la qualité de la recherche cessaire de ses décisions, au regard d’exi­ umulant anecdotes, témoignages détaillés, récits
et l’instauration de procédures trop contraignantes qui gences parfois contradictoires entre l’inté­ personnels et rétrospective des vingt dernières an­
rêt de l’individu et celui de la collectivité. nées, le livre de Jean­Pierre Obin est une analyse an­
pourraient entraver la mise à disposition des traitements Le code de déontologie médicale souligne goissée de la montée en puissance du phénomène
sa double responsabilité « au service de islamiste dans la jeunesse scolarisée et du déni qu’elle
l’individu et de la santé publique ». aurait rencontré. L’auteur, sur ce dossier, n’est pas n’im­

L’
Dans quelles conditions inclure des vo­ porte qui : ancien inspecteur général de l’éducation natio­
Inserm ouvre son site Covireivac tutionnelles ou des incitations lontaires dont l’état de santé actuel ne nale, il avait coordonné, en 2004, un rapport sur Les signes
pour recruter les 25 000 volontaires financières susceptibles d’accroître les ris­ justifie pas de les exposer à un risque et manifestations d’appartenance religieuse dans les établis­
qui contribueront aux essais clini­ ques des personnes plus exposées que possible dans une expérimentation vac­ sements scolaires. Ce « rapport Obin », connu pour avoir
ques des vaccins préventifs du Co­ d’autres à une possible contamination, du cinale, qui, au mieux, en tireraient béné­ aussitôt été enterré – le cabinet de François Fillon, ministre
vid­19. Dans le contexte de controverses fait de leur vulnérabilité sociale. Les cos­ fice à titre préventif si elle s’avérait pour de l’éducation, jugeait qu’il tombait mal –, puis rendu
scientifiques et de défiance à l’égard de la monautes russes ont refusé le vaccin eux efficace ? Je ne minimise pas la valeur public par des « fuites », a fait date en tant que document à
décision publique, la démarche de l’In­ « Spoutnik V » avant leur départ vers la morale d’un tel engagement. Les règles la fois institutionnel et crédible sur ces questions. Cepen­
serm pourrait s’avérer plus délicate à met­ Station spatiale internationale ! qui s’imposeraient alors seraient relati­ dant, là où ce rapport soulignait qu’il ne
tre en œuvre qu’il n’y paraît, faute d’argu­ A l’épreuve de la menace pandémique ves à l’anticipation et à la limitation des saurait « prêter à généralisation et à drama­
ments plus probants que « solidaire et vo­ – qui nous oblige à décider dans un con­ risques. Il convient de les minimiser et de tisation excessive », le propos actuel de Jean­
lontaire » pour justifier l’acceptabilité de texte contraint et donc à décider de ce qui procéder à l’évaluation la plus juste possi­ Pierre Obin, désormais personnel, mûri et
cette recherche. doit être priorisé –, plusieurs questions se ble entre avantages escomptés et risques délié du devoir de réserve, comporte, dès
Dès lors qu’il est fait appel, pour des rai­ posent. Même si elles paraissent théori­ acceptables. Par exemple, une personne ses premières lignes, des affirmations pour
sons fondées, à la mobilisation de la so­ ques en France, où nous disposons d’ins­ ayant été incluse dans le bras placebo de le moins tranchées.
ciété, des points de vigilance justifient tances rigoureuses d’évaluation des pro­ l’étude pourrait se croire, à tort, protégée, Ainsi, revenant sur le refus, par certains
des précisions. Dans le contexte de pan­ tocoles de recherche, il nous faut les évo­ et donc s’exposer indûment à un risque élèves, de rendre hommage aux victimes
démie, les règles éthiques d’encadrement quer dans le cadre d’un dialogue de contamination. Renoncer aux mesu­ des attentats contre Charlie Hebdo, le 7 jan­
d’un essai vaccinal sont­elles compatibles responsable avec la société. Comment ap­ res de prévention aurait également des vier 2015, il met en cause « les efforts du mi­
avec l’urgence et, dans ce cas, quelles précier les critères méthodologiques et conséquences pour des tiers. nistère de l’éducation nationale [Najat Val­
sont­elles, suivies par quelle instance in­ décisionnels de l’expérimentation vacci­ En 2004, des essais préventifs du VIH­ laud­Belkacem] pour dissimuler puis mini­
dépendante pour en assurer le contrôle ? nale ? Est­on en droit de considérer que sida, menés notamment au Cameroun miser l’ampleur » de ces incidents. Il assure
La question mérite d’être posée l’intérêt supérieur de la société justifie sur 400 femmes prostituées, ont été con­ que, « dans certaines académies et dans les
aujourd’hui, alors que les annonces d’es­ d’exposer la personne à des risques, si sidérés non éthiques dès lors que ces per­ COMMENT ON A LAISSÉ  zones d’éducation prioritaire », « une majo­
sais sont faites dans différents pays, susci­ c’est le cas, qui, en pratique courante, sonnes s’exposaient à des risques visant L’ISLAMISME  rité » de collèges et de lycées ont été concer­
tant déjà quelques réserves sur les moda­ s’avéreraient inacceptables ? à démontrer que celles sous placebo PÉNÉTRER L’ÉCOLE, nés. Estimation extrême que personne ne
lités pratiques d’organisation de ces étu­ étaient davantage contaminées que les de Jean-Pierre Obin, peut techniquement confirmer ni infirmer,
des, leur éthique et même la validité des Indemnisation des préjudices autres… Le 2 avril, à propos du recours au Hermann, 166 p., 18 euros mais qui ne fera certes pas l’unanimité des
premiers résultats annoncés. En dépit des engagements auxquels sont BCG en prévention du Covid­19, un méde­ observateurs ou acteurs de l’époque. En la
Le développement d’un vaccin préventif tenus les promoteurs d’essais, qu’en se­ cin s’autorisait encore à affirmer, sur LCI : matière, cependant, l’interprétation est dé­
du Covid­19 relève d’un enjeu supérieur rait­il de l’indemnisation des préjudices « Si je peux être provocateur, est­ce qu’on terminante : il suffit d’un seul élève « dissonant » une fois
de santé publique, on le comprend. Mais liés à une expérimentation développée ne devrait pas faire cette étude en Afrique, pour dire qu’un établissement a été touché.
son expérimentation ne peut se faire sans sans précautions, y compris, on le constate où il n’y a pas de masques, pas de traite­ L’auteur multiplie les exemples, tous accablants et tous
dispositifs stricts, notamment de nature à dans certains pays non démocratiques, ment, pas de réanimation, un peu comme convaincants, de pressions islamistes sur l’école et ses per­
éviter de soumettre à un risque indu des sans que l’information et le consentement c’est fait d’ailleurs sur certaines études sonnels, et dont, dans certaines zones, le départ massif des
personnes qui seraient incluses dans un relèvent de procédures fiables ? Comment avec le sida, ou chez les prostituées, on es­ élèves juifs du secteur public est une des conséquences les
essai éthiquement contestable. En situa­ concevoir en pratique la juste position en­ saie des choses parce qu’on sait qu’elles plus choquantes et les plus occultées. Il présente un flori­
tion de crise sanitaire et d’urgence, cer­ tre urgence sanitaire et souci de l’intérêt sont hautement exposées ? » C’est dire que lège des lâchetés, complaisances ou compromissions dont
tains principes peuvent faire l’objet de dé­ direct de la personne ? N’oublions pas que notre devoir de vigilance, y compris dans certains enseignants ou responsables éducatifs ont pu se
rogations, dès lors qu’elles sont justifiées, le médecin peut être confronté au di­ des pays bénéficiant d’instances de régu­ rendre coupables en ce domaine. Au fil des chapitres, il li­
concertées, accompagnées de mesures lation de la recherche, impose des règles vre aussi son analyse de l’attraction islamiste sur une
d’information, de suivi et d’évaluation explicites, transparentes, évaluées dans frange de la jeunesse et du « déni » qu’il dénonce dans une
pertinentes et rigoureuses. Qu’en est­il, leur effectivité. partie du spectre politique français. Il exprime son rejet de
dans ces conditions, des droits, de la sécu­ La Recommandation du conseil sur la « la complaisance et l’angélisme dominant une gauche qui
rité, de la dignité et du bien­être des parti­ gouvernance des essais clinique (OCDE) proclame que l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam ».
cipants énoncés dans les textes de bioé­ du 10 décembre 2012 précise que, « pour Emporté dans cet élan, il juge « entrées dans l’orbite isla­
thique ? Même si l’inoculation du virus un essai donné, le niveau de risque concer­ mo­gauchiste » des organisations telles que l’Union natio­
n’est pas envisagée dans le protocole fran­
çais, le « challenge infection » semble
LE CODE DE nant les droits des patients, leur intégrité
physique et leur sécurité devrait être éva­
nale des étudiants de France (UNEF) mais aussi, de manière
déconcertante, la Ligue des droits de l’homme et la Fédéra­
avoir été retenu dans d’autres pays. DÉONTOLOGIE lué au regard du bénéfice potentiel associé tion des conseils de parents d’élèves (FCPE). Jean­Pierre
Les enjeux de souveraineté nationale, de à la recherche ». La notion de « bénéfice Obin met en cause Rodrigo Arenas, le président de cette or­
compétition scientifique, de retour sur in­ MÉDICALE potentiel associé à la recherche » concerne ganisation, qui, s’indigne­t­il, a utilisé « une affiche électo­
vestissement des firmes pharmaceuti­ effectivement chacun d’entre nous, de rale présentant une mère voilée revendiquant son droit à ac­
ques (en l’occurrence soutenues par des
SOULIGNE telle sorte qu’un devoir de solidarité compagner des sorties scolaires ». Sans l’aborder explicite­
investissements publics massifs) ne doi­ SA DOUBLE pourrait influer sur la décision indivi­ ment, Jean­Pierre Obin se range ainsi parmi les partisans
vent pas altérer les vigilances qui condi­ duelle d’acceptation d’un risque propor­ de l’interdiction des accompagnements scolaires aux mè­
tionnent l’acceptabilité et la soutenabilité RESPONSABILITÉ, tionné aux enjeux d’intérêt général. Une res voilées, mesure dont on peut gager que les islamistes
de l’essai, l’adhésion des volontaires qui autre question se poserait dès lors que le feraient leur miel pour valider leur discours sur la persécu­
acceptent de s’y associer, et donc la qua­ « AU SERVICE DE vaccin serait validé du point de vue de tion des musulmans. Trop longtemps, sur les atteintes à la
lité des résultats. Notons que les modali­ L’INDIVIDU ET DE LA son efficacité et de sa sécurité, mais égale­ laïcité, « la poussière a été poussée sous le tapis », souligne­
tés de recrutement des volontaires peu­ ment que son accessibilité serait univer­ t­il, jugeant que seule l’arrivée de Jean­Michel Blanquer –
vent être biaisées par des pressions insti­ SANTÉ PUBLIQUE » selle. Pourrait­on, alors, imposer la vacci­ auquel il rend hommage – au ministère de l’éducation na­
nation à tous, au même titre, par exem­ tionale marque la fin de cette coupable inconscience.
ple, que le port du masque relève
d’obligations de réciprocité en termes de Une appréciation dramatisante
mesures de santé publique ? A l’appui de ses analyses, Jean­Pierre Obin cite un sondage
L’équilibre doit donc être trouvé entre la sur « les enseignants et la laïcité » réalisé par l’IFOP en jan­
qualité d’une recherche menée dans des vier 2018 et publié en mars de la même année pour le
conditions qui permettent d’aboutir à des Comité national d’action laïque (CNAL), organisation peu
données incontestables, et le souci d’évi­ suspecte de complaisance et dont l’ex­président, Jean­Paul
HORS-SÉRIE ter que des procédures par trop contrai­ Delahaye (ancien directeur général de l’enseignement sco­
gnantes n’entravent la mise à disposition laire du ministre de l’éducation Vincent Peillon), fut un
des traitements urgemment attendus en des inspecteurs généraux associés au rapport de 2004.
situation de crise sanitaire majeure. Les Mais là où Jean­Pierre Obin voit une évidente aggrava­
conditions doivent alors être réunies tion en cours, ce sondage montrait l’inverse en indiquant
pour que nos chercheurs puissent assu­ que, pour les 38 % d’enseignants ayant été confrontés à
mer leurs missions dans des conditions des contestations de la loi de 2004 sur les signes religieux
irréprochables. La communauté scientifi­ (contestations dont le ton, les circonstances et la durée ne
que est garante de pratiques et de condui­ sont pas précisés), le dialogue avait, « dans 98 % des cas,
tes respectueuses de valeurs éthiques qui permis de régler les problèmes ». Le même sondage esti­
lui confèrent une dignité. Le lancement mait à 1 % la proportion d’enseignants jugeant « très
du recrutement de volontaires pour des tendu » le climat scolaire autour de la laïcité dans leur éta­
essais vaccinaux du Covid­19 mériterait, blissement, 8 % « plutôt tendu », 57 % « apaisé » et 34 %
je pense, une approche éthique et socié­ « très apaisé », soit un total de 91 % concluant à l’apaise­

GOUVERNER
tale qui jusqu’à présent aura manqué.  ment. Même si les chiffres sont moins bons dans l’éduca­
tion prioritaire, cela ne fait pas très guerre civile en gesta­
tion. Mais 1 % + 8 % sur 850 000 enseignants et 12 millions
De Périclès à Xi Jinping
d’élèves scolarisés, cela fait beaucoup d’incidents, par défi­
nition malaisants ou choquants. Leur appréciation dra­
matisante par Jean­Pierre Obin comblera la partie de l’opi­
GOUVERNER Emmanuel Hirsch est professeur nion et des médias qui voient dans tout voile d’une mu­
Un hors-série du « Monde » d’éthique médicale, à l’université sulmane une offense aux valeurs de la République. Il n’est
100 pages - 8,50 € Paris-Saclay, président du Conseil pas dit qu’elle aide à trouver la juste réponse au projet isla­
Chez votre marchand de journaux
et sur lemonde.fr/boutique pour l’éthique de la recherche miste, qui n’est pas une vue de l’esprit. 
et l’intégrité scientifique luc cédelle
0123
SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 0123 | 33

CULTURE | CHRONIQUE SUPPRESSION 


p a r m i c he l g ue r ri n
DE L’ISF : 
Indécents, les UN ÉCHEC  était trop tôt pour établir un bilan fiable. Un
an plus tard, la prudence reste de mise quant
deux tiers de cette somme ont été captés par
38 000 personnes, et le tiers par seulement
POLITIQUE aux effets de la transformation de l’ISF en 3 800 personnes. En un an, la fortune des
millions promis à l’Opéra ? impôt sur la fortune immobilière (IFI) et de
l’instauration d’un prélèvement forfaitaire
unique à 30 % sur les revenus du capital.
0,1 % des Français les plus riches s’est accrue
d’un quart – mouvement de concentration
du capital incompréhensible pour l’opinion.
Selon le comité, trois constats sont toute­ Cet accroissement d’une fortune si con­

L’
Opéra national de Paris IL EST ÉTRANGE  fois possibles. D’abord, le niveau des prélè­ centrée est­il bénéfique à l’ensemble de
va recevoir 81 millions vements sur le capital en France est désor­ l’économie ? A­t­il permis de réorienter
d’euros dans le cadre du QUE MME BACHELOT  mais conforme à la moyenne de ce qui est l’épargne vers le financement des entrepri­
plan de relance, comme pratiqué dans les autres pays développés. ses, moteur à terme de la création d’em­
si la somme allait de soi. Or elle ne ANNONCE 81 MILLIONS  Ensuite, la réforme a permis de faire chuter plois ? Le comité d’évaluation n’est toujours
va pas de soi. L’information était le nombre des départs de contribuables for­ pas en mesure de répondre avec certitude à
AVANT MÊME 
nichée dans Le Figaro du 14 sep­
tembre, qui listait les primes ex­
ceptionnelles attribuées à chaque
lieu culturel pour compenser
leurs pertes causées par la pandé­
QUE LUI SOIT LIVRÉ 
UN AUDIT SUR 
D epuis le premier jour du quin­
quennat d’Emmanuel Macron, la
suppression de l’impôt sur la for­
tune (ISF) n’aura cessé de nourrir un débat
qui peine à trouver sa conclusion. En s’atta­
tunés. Enfin, la moindre taxation du capital
a provoqué une augmentation spectacu­
laire du versement de dividendes en 2018,
tendance qui s’est prolongée en 2019.
Sur le plan budgétaire, cela peut être con­
ces questions. Ce bilan risque d’être d’autant
plus compliqué à tirer que la crise provo­
quée par la pandémie de Covid­19 va dura­
blement brouiller les repères.
La réforme de l’ISF est donc, d’ores et déjà,
mie de Covid­19 et pour soutenir L’OPÉRA DE PARIS quant à une disposition si fortement sym­ sidéré comme une bonne nouvelle, davan­ un échec sur le plan politique pour Emma­
leurs prestataires : 46 millions bolique, le président de la République a tage de dividendes signifiant une assiette nuel Macron. En outre, elle est en passe de
pour le Louvre, 40 pour le Grand prêté le flanc à la critique. fiscale élargie et donc davantage de recettes devenir anachronique. La crise a en effet en­
Palais, 21 pour le Centre Pompi­ autre injustice, cette fois territo­ « Cadeau fait aux riches » pour les uns, in­ pour l’Etat. Mieux vaut que ces revenus core amplifié le creusement des inégalités
dou, 11 pour la Comédie­Fran­ riale : tout pour l’Opéra à Paris, dispensable rééquilibrage de la fiscalité du soient taxés plutôt qu’ils soient thésaurisés au profit d’une petite minorité de déten­
çaise, 3,8 pour la Philharmonie de rien ou presque pour la musique capital, favorable à l’emploi et à l’investisse­ dans des structures financières hors de teurs du capital. Tandis que le risque de crise
Paris, 2,9 pour le Palais de Tokyo, en région. ment pour les autres, la question fait tou­ portée du fisc. En revanche, la contrepartie sociale s’accroît, une réflexion sur la fiscalité
2,5 pour l’Opéra­Comique… Ce dernier a ajouté, un brin caus­ jours l’objet d’interprétations diamétrale­ politique est embarrassante pour le pou­ s’impose. Si l’ISF, qui avait un effet redistri­
Les 81 millions de l’Opéra de Pa­ tique : « J’espère que le personnel de ment opposées, deux ans après la mise en voir, d’autant plus qu’elle renforce un peu butif limité, n’était pas forcément l’outil adé­
ris semblent hors norme, même l’Opéra de Paris aura à cœur de œuvre de la mesure. Et le comité d’évalua­ plus l’image d’un « président des riches », quat, d’autres pistes, comme une réforme de
si l’enseigne fait vivre deux bâti­ dire qu’il faut aider tout le monde. » tion des réformes de la fiscalité reconnaît sa sinon des ultrariches. l’impôt sur les successions ou une taxation
ments lourds, Bastille pour Or le personnel et les syndicats de difficulté à trancher entre les deux, dans son Le comité d’évaluation constate en effet plus forte des hauts revenus, doivent être
l’opéra, Garnier pour la danse. ladite maison, si prompts à défen­ deuxième rapport, publié jeudi 8 octobre. une extrême concentration au sein de la po­ envisagées. Il est indispensable que cette
C’est deux fois plus que ce que re­ dre leurs intérêts, convaincus que Ce comité avait déjà rédigé un premier pulation des bénéficiaires des 23 milliards question fasse l’objet d’un débat approfondi
cevra le Louvre, vingt fois plus tout leur est dû et que rien n’est avis, en octobre 2019, qui concluait qu’il d’euros de dividendes versés en 2018. Les lors de la campagne présidentielle de 2022. 
que la Philharmonie. C’est 40 % assez beau pour eux, d’autant
de l’enveloppe dévolue à l’ensem­ qu’on leur répète qu’ils sont les
ble du spectacle subventionné meilleurs au monde, sont discrets
(206 millions). sur cette question.
La somme vise à sauver une
maison qui affichera plus de Suspicion de favoritisme
50 millions de pertes à la fin de On peut comprendre que Ro­
l’année 2020. On n’a jamais vu un selyne Bachelot joue les pompiè­
établissement culturel si mal en res dans un opéra qui, par
point. 50 millions, c’est plus de la ailleurs, a perdu un tiers de son
moitié de la subvention que l’Etat mécénat, la moitié de ses abonne­
lui donne chaque année, c’est le ments et dont la rentrée est plom­
double de celle de la Comédie­ bée par le Covid et tronquée par
Française. Sauf que l’Opéra est des travaux dans les deux bâti­
très mal à cause du Covid, mais ments. Mais la ministre a créé la
aussi d’une grève, entamée le suspicion de favoritisme en rai­
5 décembre 2019, la plus longue son de son goût prononcé pour
de son histoire, contre la réforme l’art lyrique. Elle semble accorder
des retraites et pour la défense de une prime au désastre et récom­
son régime spécial, provoquant penser une maison où des syndi­

VOUS PARTEZ EN VACANCES ?


l’annulation de 97 représenta­ cats ont pu se mettre en grève
tions et des pertes de 15 millions. une demi­heure à peine avant un
Et puis, 20 des 81 millions pro­ lever de rideau, avec du public
mis iront à la construction d’une dans la salle.
salle de 820 places, prévue à Bas­ Il est étrange que Mme Bachelot
tille dès son ouverture en 1989,
mais sans cesse ajournée. Elle est
relancée selon un jeu de chaises
annonce 81 millions avant même
que lui soit livré un audit sur
l’Opéra de Paris, le 15 novembre.
FAITES SUIVRE VOTRE JOURNAL !*
musicales. L’opéra dispose d’ate­ Que cet audit n’ait pas été lancé
liers de décors et costumes sur un dès sa nomination en juillet, alors
site au nord de Paris, qu’il doit que le désastre était connu, et
quitter pour voir naître à la place qu’elle n’ait pas attendu les recom­ Rendez-vous sur votre compte, à la rubrique
une Cité du théâtre. En échange, il mandations pour ciseler sa ré­
logera ses ateliers dans un espace
à côté de Bastille, avec en prime
ponse financière peut surprendre.
Roselyne Bachelot attend pour­
« Votre abonnement – Vacances et déplacements »
une salle. Mais quand on sait l’état
des finances du pays, de la culture
tant des auteurs du rapport, Geor­
ges­François Hirsch et Christophe
au moins 9 jours avant votre départ
et de l’Opéra de Paris, ainsi que les Tardieu, deux anciens de la mai­
fractures territoriales, le simple son, « un diagnostic sans conces­
fait d’envisager de construire une sion ». Elle devrait être servie. Le *
pour une durée minimale de 7 jours
salle à Paris (la Cité du théâtre tandem pourrait épingler le gon­
aussi), de surcroît à la rentabilité flement de la masse salariale et maximale de 3 mois, en France
incertaine, semble indécent. (1 895 agents, près de 70 % des dé­ métropolitaine
Nombre de responsables cultu­ penses), des coûts artistiques, du
rels sont estomaqués, pour ne pas prix des places. Epingler l’Etat qui,
dire plus, par les millions qui vont en dix ans, a réduit son aide de
pleuvoir sur l’Opéra de Paris. 16,5 millions, obligeant son an­
Mais, comme ils sont eux aussi cien directeur, Stéphane Lissner,
mal en point, et arrosés par l’ar­ à compenser en trouvant du mé­
gent de l’Etat­providence, ils se cénat (avec succès), mais qui peut
taisent. Pas le moment de jouer s’avérer versatile. Epingler l’Etat
les râleurs. Autant dire que l’Etat a encore qui, depuis des lustres, a
trouvé avec le Covid le meilleur acheté la paix sociale face aux • C’EST VOTRE PREMIÈRE
moment pour escamoter l’état syndicats les plus radicaux de la VISITE :
dramatique de l’Opéra dans son culture. Epingler la convention
sauvetage global de la culture. collective qui s’apparente à une créez votre compte au moyen
Il se trouve tout de même la Fé­ forêt de privilèges. Epingler le de votre numéro de client +
dération des ensembles vocaux projet de nouvelle salle…
et instrumentaux spécialisés (Fe­ Le rapport pourrait remettre la
votre code postal + votre
vis) pour juger « insoutenables » maison en ébullition, d’autant adresse courriel sur :
et « intolérables » les millions pro­ que la réforme des retraites n’est lemonde.fr/sfuser/account
mis à l’Opéra de Paris et la disette pas enterrée. Mais il faudra bien
qui attend les musiciens indépen­ que l’Etat se demande ce que si­
dants en France. Le chef d’orches­ gnifie un service public de l’opéra. • VOUS POSSÉDEZ DÉJÀ
tre François­Xavier Roth, le Le modèle économique et esthéti­
24 septembre sur France Musi­ que de la maison, qui repose pour UN COMPTE SUR LE SITE
que, s’est dit « choqué » par une beaucoup sur la billetterie – offrir LEMONDE.FR :
le meilleur, avoir une Bastille
pleine, des tickets très chers –, de­
identifiez-vous directement
vrait être revu à la baisse. Reste à avec votre adresse courriel sur
LA MINISTRE  cette maison à être exemplaire, secure.lemonde.fr/sfuser/
ATTEND POURTANT  tant la « forme opéra », pourtant
connexion, rubrique «Votre
synthèse merveilleuse de tous les
DES AUTEURS  arts, n’est pas en vogue, notam­ abonnement – Vacances et
ment chez les élus, qui la voient
DU RAPPORT « UN  comme un « truc » réservé aux
déplacements»
DIAGNOSTIC SANS  vieux et aux riches, alors qu’ils
n’ont à la bouche que les mots de
CONCESSION » « démocratisation culturelle ». 

Tirage du Monde daté vendredi 9 octobre : 143 894 exemplaires