Vous êtes sur la page 1sur 32

GERU 18-10-16

Université Hassan 1er – FST – Settat


Département de Géologie Appliquée

Module BCG15

Structure Interne de la Terre


Les diaporama du cours de même que le polycopié et tout document
concernant le cours sont à votre disposition dans le groupe suivant :

http://fr.groups.yahoo.com/group/groupe_geologie1/
Veuillez vous inscrire au groupe le plus vite possible, en ouvrant une boite
email à yahoo.fr et soumettre votre demande d’inscription au groupe via ce
lien ci-dessus.
Aicha_rochdi@yahoo.fr

3-4- Structure interne de la terre

Pour déterminer la structure interne de la terre on a recourt à plusieurs spécialités,


principalement des informations de la sismologie et la gravimétrie.

3-4-1- informations sismiques

La sismologie concerne l'étude de la propagation des ondes provoquées par les tremblements
de terre qui peuvent être naturels ou artificiels (essais nucléaires, explosions de charges, … ).

 Un tremblement de terre est la conséquence d'une rupture des roches en profondeur par
exemple le long d'une faille.

 Cette rupture provoque des vibrations appelées ondes sismiques qui se propagent dans
les roches dans toutes les directions à la manière d'une ride à la surface de l'eau

 Le point de rupture s'appelle foyer ou hypocentre. Les vibrations peuvent atteindre


directement la surface de la terre en un point dit épicentre et se trouve à la verticale du
foyer, là où il y aurait le tremblement de terre.

Séminaire 2 1
GERU 18-10-16

D
ID

Les ondes sismiques

Aussi, les ondes sismiques vont se réfléchir ou se réfracter avant d'atteindre indirectement la
surface de la terre.

Figure II-1 : (I) Loi de Descartes appliquée aux ondes sismiques. (II) Devenir de l'onde
sismique dans un terrain stratifié.

Séminaire 2 2
GERU 18-10-16

L'effet du séisme dépend :


- de l'intensité de ce dernier,
- de la profondeur du foyer
- de la nature du sol et du sous-sol.

Conséquences : Il produit des fissures, des failles, des modifications de pentes, des glissements
de terrain, des avalanches de neiges et de blocs, des ras de marées ou Tsunamis, …

D'après la profondeur du foyer, on distingue :


- les séismes superficiels : foyers entre 0 et 60 km ;
- séisme intermédiaire : foyers entre 60 et 300 km ;
- séismes profonds : foyers entre 300 et 700 km.

L'échelle de MERCALI se base sur les effets macroscopiques observables du séisme comme par
exemple :
-degré 2 : oscillation des maisons ;
-degré 5 : déplacement des meubles, fissures dans les murs et les dormeurs sont réveillés;
-degré 7 : destruction partielle des maisons ; impossibilité de marcher ; panique de la populations
-degré 8 : destruction totale des maisons et bouleversement du paysage géologique.

Appareillage de mesure des séismes : Sismographe

Les sismographes sont constitués d'une masse très lourde placée sur une barre fixée à une de
ses extrémités et qui pivote soit dans un plan vertical (pour le sismographe mesurant la
composante verticale), soit dans un plan horizontal (pour les sismographes mesurant les
composantes horizontales

Figure I-8 A : Schémas de sismographes simples enregistrant des mouvements


horizontaux et verticaux du sol

Séminaire 2 3
GERU 18-10-16

Composition d’un sismogramme

Exemple de sismogramme (13h21mn 32s) enregistré par une station de mesure géophysique
située à 2216 km de l'épicentre

Le sismogramme ci-dessous a été enregistré à Strasbourg, le 19 septembre


1985 à 13h30, lors du séisme de Mexico à près de 10 000 km de distance.

Séminaire 2 4
GERU 18-10-16

Les différents types d'ondes sismiques :

-Les ondes P :
•Les premières à être enregistrées, longitudinales et correspondent à des compressions.
•Elles se transmettent à l'air et propagent le "grondement" du tremblement de terre.
•Elles oscillent en arrière et en avant dans la même direction de leur mouvements se
propagent dans les solides et aussi bien dans les liquides car lors de la compression de
ces matériaux ces derniers se comportent élastiquement et reviennent à leur état initial.
•Dans tous les matériaux ces ondes se propagent plus vite que les ondes S.

Les ondes S :
•Ce sont les secondes à être enregistrées.
•Elles sont transversales et analogues à des vagues.
•Elles produisent des cisaillements qui ont un très grand pouvoir destructeur.
•Elles ne traversent pas les liquides et sont modifiées quand elles passent par les
milieux visqueux.

Séminaire 2 5
GERU 18-10-16

- Les ondes L : plus lentes (low) sont de deux types :


•de Rayleigh qui produisent des trajectoires circulaires comparables à ceux de la
houle en mer.
•de Love qui sont transversales avec trajectoires en torsion.
Les ondes L sont beaucoup plus lentes que les précédentes, se propagent en surface et sur
des distances plus courtes que les ondes P et S (quelques milliers de km !).

Déplacement de la matière au passage d'une


onde L : ce déplacement est horizontal et
perpendiculaire à la direction de vibration.

Pour une meilleure quantification des séismes, Richter (1935) a crée la notion de
magnitude d'un séisme qui est le log décimal de l'amplitude (A) maximale mesurée en
micromètre sur l'enregistrement d'un séisme par un sismographe et exprimée en fonction
d’un certain nombre de paramètre de terrain et de calibration.

Elle représente une mesure indirecte de l'énergie libérée au foyer.

A
M b  log( )  Q( D, h)
T

A est l'amplitude maximale mesurée, D est la distance épicentrale (toujours en degré) et


h est la profondeur hypocentrale. Q est une fonction de calibration dépendant des deux
précédents paramètres. En général la période dominante T est autour de 1 sec, période
minimum des ondes P pour des distances télésismiques (D > 30o) ?!!!

Séminaire 2 6
GERU 18-10-16

De combien de station de mesures sismiques a-ton besoin pour déterminer la


localisation d’un séisme ?

Exemple de calcul de la
magnitude d’un séisme à
travers des abaques.

Séminaire 2 7
GERU 18-10-16

L'hodographe :
C'est un graphique qui donne le temps de parcours des diverses ondes en fonction de la distance
de l'épicentre aux différentes stations d'observation .
Sur ce graphique on remarque que les stations de mesures géophysiques qui sont situées entre
11500km et 15900km (105°-140°) n'enregistrent pas d'ondes provenant d'un séisme, c'est ce
qu'on appelle la zone d'ombre.
L' hodographe permet de déterminer l'épicentre des séismes.

Séminaire 2 8
GERU 18-10-16

Résultat des études sismologique à l'échelle du globe :

Pour reconnaître la structure interne du globe, on se base sur quelques propriétés de la


propagation des ondes sismiques.
• les ondes sismiques se propagent dans toutes les directions à partir de leur source, elles
peuvent être directes ou subir des réflexions et des réfractions
• La vitesse des ondes sismiques dépend de la densité et l'élasticité du matériel traversé.
Elles sont très rapides dans les matériaux rigides

Onde P

Onde S

Séminaire 2 9
GERU 18-10-16

Séminaire 2 10
GERU 18-10-16

Séminaire 2 11
GERU 18-10-16

Les ondes P montrent l'existence:


- du noyau et de la graine qui sur l'hodographe provoquent une zone d'ombre relative
aux discontinuités de Gutenberg et de Lehman.
- de la croûte terrestre.

-Les ondes S ne traversent pas les liquides et sont modifiées par les milieux visqueux.
Elles permettent de mettre en évidence l'Asthénosphère et le manteau inférieur.

en évidence 3 discontinuités dans la constitution de la terre :


- Le Moho entre 10 et 70 km de profondeur,
- la discontinuité de Gutenberg à 2900 km,
- la discontinuité de Lehman à 5400 km.

En conclusion, les tremblements de terre par l'étude de la propagation et de la vitesse des


ondes sismiques ont permis de déterminer la structure interne de la terre.

Pourquoi les séismes ont une répartition selon des lignes bien particulières ?

Séminaire 2 12
GERU 18-10-16

II- Données gravimétriques

Rappels :
On appelle pesanteur, l'attraction apparente de tout corps par la terre. C'est la
résultante de deux phénomènes :

 La gravité

qui est l'effet de l'attraction universelle définie d'après la loi de Newton entre deux
masses M et m qui s'attirent avec une force proportionnelle aux masses M et m et
inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare.

F  K M.m2
d

K étant la constante de gravitation universelle ; K = 0,66 10-7 (dans le système cgs)

 K = 6,67 10-11 m3kg-2s-2 (en SI)

Séminaire 2 13
GERU 18-10-16

 La force axifuge

qui est liée à la rotation de la planète par la formule suivante :

Fc 2.. .p
2

où  est la vitesse angulaire et p est la distance à l'axe de rotation de la Terre.

Comment varie ces deux forces entre les deux pôles et l'équateur ?

Séminaire 2 14
GERU 18-10-16

Notion de : - géoïde
- ellipsoïde de référence

Fg K M.m2
R
p

Fc  2. . . p
2

Fc2.. .R.cos()
2

Les valeur de Fg et Fc varient à la surface du géoïde en fonction de :

- l'altitude : Fg  & Fc 

- la latitude : Fg  & Fc 

Séminaire 2 15
GERU 18-10-16

Voici quelques unes des valeurs de différents ellipsoïdes.

la masse (m) d'un objet en chute libre et la force qui lui est appliquée sont reliées par
l'équation suivante :

f = m.g

D'après la loi de Newton donnée dans l'équation (2) on peut écrire que :

M .m
f K 2
 m.g
d
d étant l'équivalent de R d'où :

K .M
g 2
R
g étant l'intensité de la pesanteur, M la masse de la Terre et R son rayon au point de mesure de g.

Séminaire 2 16
GERU 18-10-16

Rappel : On sait que la vitesse d'un corps en chute libre est donnée par l'équation
suivante :

V= g.t

g est donc le quotient d'une vitesse par un temps, c'est donc une accélération qui est due
à la gravité. Elle est exprimée généralement en cm.s-2. Cette unité a reçu, en hommage à
Galilée, le nom de gal. Sa valeur moyenne est de l'ordre de 981 gals  9,81 N/Kg ou ms-2

L'horizontale définie comme étant la perpendiculaire à la verticale matérialisé par le fil de


plomb est appelée équipotentielle de pesanteur. La valeur de g n'est pas forcément
constante sur cette surface, elle est définie par la direction de g et non pas son intensité. On
appelle donc géoïde, la surface équipotentielle de pesanteur qui correspond au niveau des
océans.

Le modèle d’ellipsoïde le plus retenu dans le monde est celui de (Stokes en 1949 et Helmert
1884) qui correspondrait à un ellipsoïde de révolution présentant un aplatissement de
1/298.25.

La valeur de g théorique (go) peut ainsi être calculer en tout point à la surface de
l'ellipsoïdes, en fonction de la latitude () par la formule :

go = 978,0318.( 1 + 0,0053024.sin2() – 0,0000058sin2(2) )

- la constante 978,0318 représente une estimation statistique de gt (g à l'équateur) faite à


partir de différentes mesures et corrigée à partir de données de satellites ;
- le terme "sin2()" incorpore les effets de l'aplatissement et de la force axifuge ;
- le terme "sin2(2)" est une correction de non-conformité de détail entre le sphéroïde et
l'ellipsoïde sensé le représenter.

Séminaire 2 17
GERU 18-10-16

Le géoïde
Comment décrire la forme de la Terre ?
 Surface perpendiculaire au champ
de pesanteur
 Représentée par le niveau moyen
des océans

Modèle de ce géoïde
Sphéroïde de référence
GRS80
r = a/(1+e cos(phi))
a = 6378,1270 km
e = 1/298,2572236

Séminaire 2 18
GERU 18-10-16

La carte du géoïde en écarts


positifs ou négatifs par rapport à
un sphéroïde d'aplatissement
1/298 !

Déviation de la verticale par le relief

Les anomalies de la gravité :

Les valeurs calculées de g ne correspondent pas aux valeurs de g mesurées, car


plusieurs facteurs influencent la valeur de la pesanteur en plus de la latitude et
qui sont : altitude & topographie

g  K .M déviation de la verticale => g 


(Rh)
2

On appelle anomalie de la gravité la différence entre le go calculée et gm


mesurée par un gravimètre :

Dg = gm-go (mgal)

 Pour remédier à la grande différence entre go et gm, on introduit un certain


nombre de corrections

Séminaire 2 19
GERU 18-10-16

(1) (2) (3)

(3)

K .M
gm  gh 
(R  h)
2

K .M
go  2
R
(1)

(1) La correction à l'aire libre ou correction de Faye, concerne l'altitude et elle est
formulée de la manière suivante :

g o ( R  h)
2
1 2h h 2 2h
 2
 ( R 2
 2 Rh  h 2
). 2
 1   2  1
gm R R R R R

2gmh
 go  gm 
R

go : gravité au point P à la surface du géoïde


gm : gravité mesuré au point A à l’altitude h

Séminaire 2 20
GERU 18-10-16

Si on prend le rayon moyen de la terre, le deuxième terme de l'équation (12 )est de l'ordre
de 0,3 milligal/m d'altitude.

 g mcAL  g m  0,3h

On appelle anomalie à " l'air libre" :

Dgal= gmcAL- go

((2)

(2) La correction de plateau, concerne l’effet de la matière comprise entre le P et la


surface du géoide, mais elle est généralement négligeable.

(3)

(3) Correction topographique ou intervient un terme t dit terme de Bouguer et qui


correspond à l'accélération de l'attraction f' de la masse du pendule par le relief. Le
terme t est en moyenne voisin du 1/3 du terme de Faye, c'est-à-dire environ
0,1milligal/m d'altitude:

2gmh Rq : !!! Sur les continents le


g mcT  g m  t  g m  terme de Faye s'ajoute et le
3R terme de Topographie se
retranche, alors que pour les

 g mcT  g m  0,1h
océans c'est l'inverse.

On appelle anomalie topographique : Dgt= gmct- go

Séminaire 2 21
GERU 18-10-16

La correction de Bouguer et la somme des deux corrections et devient alors :

2g m h 2g m h gmh
g mcB  g m    gm  4 ( )
R 3R 3 R
 g mcB  g m  0,3h  0,1h
On appelle anomalie de Bouguer :

DgB = gmcB - go

Exemple : Soit un point situé à 1038m d'altitude, go calculé à ce point est


980712,7mgal, et gm est de 980332,9mgal.
Calculer la correction à l'air libre, et la correction de Bouguer.
Que remarquez-vous concernant l'anomalie de Bouguer ?

Cal = 311,4mgal DgB = -103,8mgal


CB = 207,6 mgal

- Application :

2gmh 2gmh
  ......correction.de.Bouguer.  terme.de.Faye  terme.de.Bouguer  0,3h  0,1h
R 3R

2gmh
.......... ....est.le.terme.de.correction.de.Faye.ou.d ' air.libre.  0,3h
R

Correction à l’air libre est = 0,3 x 1038 = 311,4mgal

Correction de Bouguer est = (0,3 x1038) –(0,1x1038) = 207,6 mgal

L’anomalie de Bouguer :
DgB = gmcB - go = (980332,9 + 207,6) – 980712,7 = -172,2mgal

Séminaire 2 22
GERU 18-10-16

La comparaison entre la valeur mesurée de g puis corrigée par Bouguer et la valeur


calculée go à la surface du géoïde montre que la correction de Bouguer n'est pas
suffisante pour expliquer les anomalies de gravité observées à la surfaces de la terre. Il
existe toujours une anomalie résiduelle qui a besoin d'être expliquée par un autre
phénomène

3-4-3- Théorie de l'isostasie :


a- Hypothèses :

La théorie de l'isostasie fait appelle à la notion de compensation pour expliquer les


différences entre g calculée et g mesurée. Cette théorie fait intervenir l'équilibre vertical
de la croûte terrestre équilibre isostatique ou isostasie.

- g(mesurée & corrigée) - go > 0 excédent de masse

- g(mesurée & corrigée)- go < 0 déficit de masse

Deux hypothèses sont proposées pour expliquer ces anomalies résiduelles :

L'hypothèse d'Airy suppose la croûte terrestre homogène et de faible densité et elle


flotterait au-dessus d'une masse de forte densité et qui supporte les déformations fluides.

principe d'Archimède

Toutes élévation topographique sera compensée par des racines en profondeur qui
s'enfoncent de plus en plus que la montagne est haute. La surface de compensation varie
entre 50 et 80 Km.

Séminaire 2 23
GERU 18-10-16

Le principe d’isostasie locale


 Les variations de masse sont
compensées en profondeur
un excès de masse en hauteur par un déficit en
profondeur
 Modèle de Pratt/modèle d’Airy

L'hypothèse de Pratt admet que l'écorce terrestre est formée de block de densité
différente et reposant sur une surface de compensation située aux environ de
100Km. La hauteur des blocks varie en sens inverse de la densité.

Quel model adopté ?

En conclusion, le modèle d'Airy rend compte de ce qui se passe sur les continents tandis
que celui de Pratt est plus utilisable au niveau des océans, où la croûte se refroidit en
s'éloignant de la dorsale, et augmente ainsi de densité.

Séminaire 2 24
GERU 18-10-16

Modèle de Pratt Modèle d’Airy

re r3 re
r2
r1
r1

r’’ r2 r2 r’
SC

D.re+(H-D)r1+ r ’’. r2 D.re+(H-D-a).r1+(a+r+r’).r2 =


=H.r2+ r ’’. r2 = H.r1+(r+r’).r2
= (H+h+r).r1 (r’. r2)
=(H+h).r3+ r ’’. r2

3-4-4- Réajustement isostatique

Exemple de la Scandinavie

Des anciennes plages se trouvent percher à 400 m d'altitude grâce à ce réajustement


isostatique !!

L'Erosion des chaînes de montagnes jeunes est de l'ordre de 200m /Ma, celle de
l'ensemble des continents serait en moyenne de 50m/Ma. S'il n'y avait pas de
surrection ( réajustement isostatique) tous les reliefs actuels seraient arasés en
moins de 100 Ma.

3-4-5- Conclusion :

L'ensemble de ces données met en évidence l'existence de mouvements verticaux au


niveau des enveloppes externes du globe terrestre.

 Faites le schéma !

Séminaire 2 25
GERU 18-10-16

3-5- Composition chimique du globe terrestre :

Données sur la croûte terrestre

On note que 8 à 10 éléments sont les plus abondants dans la croûte et représentent à eux
seule plus de 99% de la masse totale. On remarque également que la majorité des éléments
sont rares à la surface de la terre.
L'oxygène occupe 92% en volume de la croûte et il se retrouve dans la majorité des oxydes
formant les roches de la croûte.

Séminaire 2 26
GERU 18-10-16

Données sur le globe terrestre

Séminaire 2 27
GERU 18-10-16

-la lithosphère = écorce terrestre


+ partie supérieure du manteau
supérieur ; ces deux couches sont
séparées par une discontinuité dite
de Mohovicic en honneur au
chercheur qui la mise en évidence
en 1909 ;
- l'asthénosphère qui correspond
à la partie inférieure du manteau
supérieur. Alors que le mateau
inférieur plus bas est limité par la
discontinuité de Gutenberg ;
-le noyau divisé en deux par la
discontinuité de Lehman en
écaille et graine.

Séminaire 2 28
GERU 18-10-16

Lithosphère

Asthénosphère

Séminaire 2 29
GERU 18-10-16

- les atmophiles et hydrophiles


sont localisés dans l'atmosphère
et l'hydrosphère ce sont O2, H2,
N2, gaz rares…

-les lithophiles sont localisées


dans les roches et ils constituent
les principaux minéraux
essentiellement des silicates.

Séminaire 2 30
GERU 18-10-16

- les sidérophiles comportent


tous les éléments qui s'associent
préférentiellement avec le Fer,
mais aussi avec le Nickel,
Cobalt, l'Or et le platine.

- les chalcophiles se sont tous les


éléments comme le Cuivre et qui
s'associent facilement avec le
souffre (Zn, Ag, Hg, Ti,…). Le fer
fait également partie de ce
groupe.

Séminaire 2 31
GERU 18-10-16

Conclusion : Cette répartition d'éléments en familles malgré


qu'elle soit très simplifiée, elle permet de monter qu'il existe une
relation entre la méga structure de la terre et sa composition
chimique. Bien sûr il existe des exceptions à cette répartition ce
qui implique qu'il y a des échanges entre les différentes parties du
globe terrestre.

Séminaire 2 32

Vous aimerez peut-être aussi