Vous êtes sur la page 1sur 4

Laboratoire de simulation des matériaux (LSMX) Cours Milieux Continus

Département des Matériaux 3ème Semestre


EPFL J.-M Drezet, J. Valloton, K. Shahim & N. Chobaut

Corrigé No 4  15.10.10
Tenseur des contraintes I

1. Densité de force de contact



La densité de force de contact est donnée par t = σ →

n où →−
n est la normale
à la surface considérée. Les composantes
q normale et tangentielle sont alors

− → − →
−2
données par tn = t · n et tt = t −t .
2
n
1.  Pour les plans (O, x, y), (O, y, z) et (O, x, z), les normales sont sim-
plement → −
e3 , →−e1 et →−
e2 , respectivement. Les densités correspondantes
sont alors
 :     
t 3 1
−→   − →   − →  
txy =  2 , tyz =  1  et txz =  0  [Nmm−2 ]
0 t 2
On retrouve évidemment les colonnes du tenseur de contrainte σ . On
a ensuite : √
txy,n = 0 txy,t = √ t2 + 4
tyz,n = 3 tyz,t = √t2 + 1
txz,n = 0 txz,t = 5
−−→ −→
 La normale au plan passant par A, B et C est donnée par AB ×AC
−−→ −→ .
    kAB ×AC k
−1 −1
−−→ −→ −−→ −→
Avec AB =  2  et AC =  0  on trouve AB × AC =
   
0 4/3
 
8/3 √
−−→ −→
 4/3  et kAB × ACk = 2 329 .
 
2
 
7 + 3t/2
−−−→
On a alors tABC = √229  5  [Nmm−2 ]
 
2(t + 1)
tABC,n = 29 (3t + 11) [Nmm−2 ]
8

tABC,t = 29 1
1304 − 860t + 149t2 [Nmm−2 ]
−−→ −→ √
2. L'aire du triangle ABC est donnée par AABC = kAB × 2
AC k = 29 [m2 ].
3
−−−→ −−−→
La force de contact est alors donnée par : kFABC k = kAABC tABC k soit,
au temps t = 1 s, FABC = 7.1 · 106 [N].

2. Statique d'un barrage-poids

 L'équilibre des forces en tout point du barrage est donné par div(σ)+ρb~g =
~0.

1
Laboratoire de simulation des matériaux (LSMX) Cours Milieux Continus
Département des Matériaux 3ème Semestre
EPFL J.-M Drezet, J. Valloton, K. Shahim & N. Chobaut

 Une pression hydrostatique sur la face x = 0 est caractérisée en égalant


la force donnée par le tenseur des contraintes dans le barrage avec celle
donnée par le tenseur des contraintes dans l'eau à x = 0.

− →

 Une force nulle sur y = x implique que t = σ → −
n = 0 avec y = x.

On a donc :
 div(σ) + ρb~g = ~0 soit :
     
0 0 0
 C + F  +  ρb g  =  0  → F = −C − ρb g
     
0 0 0
   
−1 −Ay − B

− →
− →

 Sur la face x = 0, n =  0  → t = σ n =  −D
   

0 0
 
−p 0 0
Dans l'eau, la pression est hydrostatique → σe =  0 −p 0 . En
 
0 0 −p
 
p


x = 0 on a donc : t = σe → −
n = 0 
 
0
Or p = ρl gy , ce qui implique A = −ρl g et B = D = 0.

√1 √1 (Ay
− Cx + B − D)
   
2 2

− →
− →

 En x = y , n =  − √12
 √1
 → t = σ n =  2 (Cx − Ex − F y + D − G)  =
  

0 0
1
(Ax − Cx + B − D)
   
0 √
  √1 2
 0  =  2 (Cx − Ex − F x + D − G) 
 
0 0
On a donc que les constantes B = D = G = 0. On a aussi que A =
C = −ρl g et que C = E + F . On sait que F = −C − ρb g = (ρl − ρb )g et
donc E = (−2ρl + ρb )g .
 
0
Au sol, on a la normale ~n =  1 , donc :
 
0
 
Z H Z H −ρl gx
T = σ · ~ndx =  (−2ρl + ρb )gx + (ρl − ρb )gy  dx (1)
 
0 0
0
On obtient :
   
− 1 ρl gH 2 − 1 ρl gH 2
 1 2   12
T =  2 (−2ρl + ρb )gH + (ρl − ρb )gH  =  − 2 ρb gH 2 
2 2 (2)

0 0

2
Laboratoire de simulation des matériaux (LSMX) Cours Milieux Continus
Département des Matériaux 3ème Semestre
EPFL J.-M Drezet, J. Valloton, K. Shahim & N. Chobaut

Au sol, la composante normale correspond à l'inuence du poids du barrage,


et la composante de cisaillement correspond à l'inuence du poids de l'eau.
Attention au repère considéré, et donc aux signes ; le tenseur σ représente
en eet l'état des contraintes dans le béton. Il est donc normal que les deux
composantes soient négatives, puisque le barrage doit répondre à son propre
poids et à celui de l'eau pour que l'équilibre statique soit satisfait.

3. Contraintes Principales

1. Pour un élément de volume xy, on eectue un rotation d'un angle θ et


on applique l'équation :

σ 0 = [A]σ[A]T (3)
où [A] est la matrice de rotation nécessaire pour passer de la base (x,
y) à la base (x', y') et est donnée par (l'équation 4.20) :
!
cos(θ) sin(θ)
[A] = (4)
−sin(θ) cos(θ)
!
σxx σxy
Lorsque l'on applique l'équation 4 avec σ = et en sa-
σxy σyy
chant que :

1
cos(θ)2 = (1 + cos(2θ)) (5)
2
1
sin(θ)2 = (1 − cos(2θ)) (6)
2
1
cos(θ)sin(θ) = sin(2θ) (7)
2
on obtient :
 σxx +σyy σ −σ σ −σ 
+ xx 2 yy cos(2θ) + σxy sin(2θ) σxy cos(2θ) − xx 2 yy sin(2θ)
σ0 = 2
σ −σ σxx +σyy σ −σ
σxy cos(2θ) − xx 2 yy sin(2θ) 2 − xx 2 yy cos(2θ) − σxy sin(2θ)
(8)
Pour trouver la rotation nécessaire pour obtenir un repère orthonormé
dans lequel le tenseur n'a pour composantes que les contraintes princi-
pales, il sut d'égaliser les composantes tangentielles à zéro et résoudre
pour θ :

σxx − σyy
σxy cos(2θ) − sin(2θ) = 0 (9)
2
d'où :

3
Laboratoire de simulation des matériaux (LSMX) Cours Milieux Continus
Département des Matériaux 3ème Semestre
EPFL J.-M Drezet, J. Valloton, K. Shahim & N. Chobaut

1 2σxy
θ = arctan( ) (10)
2 σxx − σyy
Une autre façon de trouver l'angle θ est de trouver les maxima et mi-
nima de chacune des composantes du tenseur des contraintes (∂θ σxx
0 =

0, ∂θ σyy = 0). On retombe alors sur l'équation 9.


0

2. Avec σx = 84 MPa, σy = −30 MPa et σxy = −32 MPa, on trouve :

2σxy
2θ = arctan( ) = −29.3 → θ = −14.65 (11)
σxx − σyy
et donc σI = 92.4 MPa et σII = −38.4 MPa.

Pour obtenir l'orientation de l'élément de volume nécessaire pour avoir


le maximum de la composante de cisaillement, il sut de dériver cette
composante par rapport à l'angle θ et égaliser à zéro :

0
∂θ σxy = (−σxx + σyy) cos(2θ) − 2σxy sin(2θ) = 0 (12)

On obtient alors :
−σxx + σyy
2θ = arctan( ) = 60.7 → θ = 30.35 (13)
2σxy

Notez bien que l'angle pour lequel le cisaillement est maximal varie de
45 degrés par rapport à l'angle nécessaire pour trouver les contraintes
principales.