Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

dans leur coin avec les laboratoires. Elle bute sur


l'essentiel : y a-t-il une plus-value à travailler en
Retards de vaccins: grosses secousses pour
commun?
Ursula von der Leyen
PAR LUDOVIC LAMANT L'eurodéputée française Manon Aubry (LFI),
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 8 FÉVRIER 2021
partisane d'une approche à 27 dans les négociations,
Les critiques à l'encontre de la présidente de la tempête contre l'actuelle Commission : « Elle s'est
Commission se sont durcies ces derniers jours. Elle couchée devant les laboratoires pharmaceutiques.
est accusée de gérer la crise en solitaire, ou encore Elle a accepté de prépayer les laboratoires, avant de
de rechigner à publier les contrats conclus avec les connaître les résultats de leurs recherches. Elle s'est
laboratoires pharmaceutiques. laissé imposer les conditions par les laboratoires, qui
ne respectent même pas les conditions qui avaient été
À la tête du groupe des Verts au Parlement européen,
fixées. Et à la fin, ils gardent la propriété intellectuelle
le Belge Philippe Lamberts s'agace, à la question de
des brevets ? On se fait avoir trois fois, quatre fois,
savoir si Ursula von der Leyen doit démissionner. «
cinq fois... »
Quand je lis certains commentaires dans la presse, il
me semble qu'il y a un préjugé sexiste. On la décrit Manque de transparence, lenteur du dispositif de
comme une “control freak” [maniaque du contrôle], négociations à 27, contrats biaisés en faveur
incapable de déléguer. Mais lorsqu'un homme fait ça, de l'industrie, notamment sur la question de la
on loue au contraire ses qualités de leadership. Je responsabilité, gestion autoritaire de la crise... «
n'aime pas ces critiques. » L’opinion publique observe que sur le terrain, la
situation est compliquée, qu'en plus on n’a pas le
Il insiste : « Elle a commis des erreurs dans sa
droit de voir les contrats, et que tout cela se fait avec
gestion. Mais nous ne crions pas avec les loups.
notre pognon, avance l'eurodéputé écologiste David
Lorsque certains États membres connaissent des
Cormand. C'est pour ça qu'il y a urgence à rendre
difficultés d'organisation pour distribuer le vaccin,
publique l'intégralité des contrats. Mais von der Leyen
ou que des laboratoires ne remplissent pas leurs
a aussi fait ce qu'il y avait de mieux à faire, pour éviter
obligations contractuelles, le responsable doit être la
la concurrence entre les pays de l'UE. Nous déplorons
Commission, et Ursula von der Leyen, si l'on en croit
aujourd'hui les effets dont on chérit les causes. »
le débat public de certains États membres. »
Des dirigeants de deux pays, en particulier, s'en
Désignée à la surprise générale à la tête de l'exécutif
prennent de manière virulente à la gestion de la
européen à l'été 2019, sur proposition notamment du
présidente de la Commission. En Allemagne, d'abord,
camp français, l'ancienne ministre allemande de la
où la campagne des élections fédérales, en septembre,
défense, proche d'Angela Merkel, traverse les jours les
tend déjà les positions au sein de la coalition. La
plus chahutés de son début de mandat. Qu'il semble
critiquer revient aussi à prendre ses distances avec la
loin, ce jour de fin décembre, lorsque les premières
ligne d'Angela Merkel sur la crise sanitaire.
doses de vaccin étaient sur le point d'être administrées
en Europe, où Ursula von der Leyen se félicitait d'un « Si la Commission nous avait demandé plus de
« émouvant moment d'unité ». moyens financiers, nous aurions donné l’argent
nécessaire », a déclaré le ministre des finances
Les retards de livraison de vaccins, apparus au cours
Olaf Scholz, candidat des sociaux-démocrates (SPD,
du mois de janvier, ont tout changé : l'Europe peine
pourtant très pro-européen). Selon Bild, le même
à apporter à ses citoyens la preuve que sa stratégie
Scholz aurait qualifié de « vraie merde » le plan de
d'achats groupés, à 27, est plus pertinente qu'une
la Commission, au cours d'un conseil des ministres.
approche éclatée, si les États avaient négocié chacun
Quant à Markus Söder, le patron des conservateurs
bavarois, et l'un des favoris pour devenir le candidat

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

de la CDU-CSU à la chancellerie, il s'en est Le mécanisme prévoit pourtant une liste d'exemptions,
pris aux « procédures bureaucratiques typiquement qui profite à 92 pays, du voisinage de l'Europe, ou
européennes », ajoutant que « la gravité de la situation parmi les plus démunis. « La communication de la
a été gravement sous-estimée ». Commission est déplorable, se désole une source au
Alors que le débat reste plutôt feutré en France, les sein de l'institution. Cela passe pour du nationalisme,
critiques les plus rudes sont venues du Royaume-Uni, alors que l'on oublie de rappeler que les Américains
où les partisans du Brexit y voient la confirmation et les Britanniques, eux, ont obtenu des clauses
que leur pays s'en sortira mieux seul et sans l'UE. d'exclusivité dans les contrats, selon lesquelles les
En décembre, lorsque le Royaume-Uni était devenu vaccins produits aux États-Unis restent aux États-
le premier pays au monde à autoriser le vaccin Unis. Cela n'a pas été notre approche. »
Pfizer-BioNTech, Gavin Williamson, secrétaire d'État L'« accident » de l'article 16 n'a rien arrangé : la
en charge de l'éducation, avait déjà lancé aux première version du règlement présentée vendredi
Européens : « Nous sommes un pays bien meilleur que dernier revenait à rétablir une frontière physique entre
chacun d'entre eux. » l'Irlande et l'Irlande du Nord, bref, à revenir sur
l'un des acquis ultra-sensibles de la négociation du
Brexit, risquant de déstabiliser les équilibres de l'île...
Une erreur majeure, qui a crispé un peu plus les
relations avec Londres mais aussi avec Dublin, et
dont la présidente de la Commission a assumé « la
pleine responsabilité ». Le passage a été supprimé dès
le vendredi soir, mais le mal est fait : l'impression
Ursula von der Leyen le 20 janvier 2021 à d'une présidente qui décide seule avec son équipe
Bruxelles © Martin Bertrand / Hans Lucas - AFP.
rapprochée, à coups de règlements d'urgence, sans
Le climat s'est encore dégradé vendredi, lors de la consulter les États ni les commissaires de son équipe –
présentation d'un « mécanisme de transparence et au risque d'emmener l'Europe dans le mur, à un
d'autorisation des exportations » de vaccins hors moment crucial de la gestion de la pandémie. « Seul
UE. En vigueur depuis samedi dernier, ce dispositif le pape est infaillible », s'est hasardé le porte-parole
prévoit de bloquer les exportations de vaccins à des de la Commission, le Français Éric Mamer, au risque
pays hors UE, si les laboratoires qui les produisent d'attiser un peu plus les critiques.
sur le sol européen n’ont pas, dans un premier temps,
Face à l'incendie qui menace, Ursula von der Leyen
respecté leurs engagements de livraison vis-à-vis de
s'est démenée cette semaine, multipliant les entretiens
l’Union.
en forme de mea culpa avec des « pools » de
Ce geste a été perçu comme la marque d'un dangereux journalistes (dont, côté français,Le Monde du mardi :
« protectionnisme vaccinal » par certains, à l'instar « Quand vous prenez des décisions dans l'urgence,
de Jean-Claude Juncker, le prédécesseur d'Ursula von il y a toujours un risque de rater quelque chose »,
der Leyen. Le Luxembourgeois a jugé nécessaire puis La Croix, vendredi : « Nous avons sous-estimé
de sortir du bois : « Je suis très opposé à ce que les difficultés de la vaccination »). Elle a aussi échangé
l'Union européenne donne l'impression de prendre avec les groupes parlementaires majoritaires au sein
soin de nous uniquement, et que les souffrances de l'hémicycle, pour justifier sa stratégie. Quant à
d'autres populations, notamment dans les pays les plus Sandra Gallina, la négociatrice en chef des contrats
pauvres, et les continents les plus pauvres, ne nous pour le compte de la Commission, elle s'est elle aussi
concernent pas. » présentée devant un panel de députés pour défendre
son bilan.

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

L'enquête que Mediapart publie ce samedi sur les de l'Europe : « Les nombreuses failles de l'UE sont
coulisses des négociations sur les vaccins montre que liées à un malaise plus profond, un malaise que la crise
les responsabilités sont souvent partagées avec les de l'euro avait révélé, et que la pandémie, à présent,
États membres. L'exécutif bruxellois a par exemple exacerbe. Quel malaise? L'incroyable immunité de
hérité du contrat négocié avec AstraZeneca par l'UE lorsqu'elle se confronte à la plus petite dose de
un groupe de quatre pays, dont l'Allemagne et la démocratie. »
France, au printemps 2020. La volonté des Français Au-delà de la gestion de crise des semaines à venir,
– qui s'en défendent – de maintenir Sanofi dans Ursula von der Leyen joue donc la crédibilité de
le panier de vaccins européens s'avère aujourd'hui l'Europe sur la santé. En novembre 2020, l'institution
lourde de conséquences. C'est un modèle économique a présenté son projet d'Europe de la santé, manière
plus large, favorable à certains gros laboratoires de rendre pérennes les compétences sur la santé que
pharmaceutiques, qui se trouve aujourd'hui mis en la Commission a récupérées en pleine pandémie du
cause. Covid. « Il faut se rappeler qu'au printemps dernier
À Bruxelles, les souvenirs de la déflagration de la crise nous nous sommes emparés d'une terra incognita,
grecque, et d'une Europe menacée dans son existence d'une compétence qui était jusque-là entièrement dans
même, sont encore frais. Dans une analyse publiée par la main des États. Mais qui peut savoir si l'on va
l'hebdomadaire britannique New Statesman, l'ancien pouvoir la conserver ? », s'inquiète une source à la
ministre grec Yanis Varoufakis rapproche les deux Commission. Si Ursula von der Leyen ne parvient
moments. Il fustige l'opacité des discussions, comme pas à éteindre les critiques sur sa gestion de crise, il
les effets pervers du couple franco-allemand en pilier sera sans doute difficile, pour l'UE, de consolider ces
compétences pour les prochaines pandémies.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3