Vous êtes sur la page 1sur 4

LIGNES D’INFLUENCE

INTRODUCTION
Les lignes d’influence montrent graphiquement comment varient les diverses grandeurs qu’on
rencontre habituellement, tous les effets élastiques auxquels s’intéresse la résistance des
matériaux, sous l’influence d’une charge constante qui se déplace sur la structure.
La grandeur ou effet élastique peut être :
 une contrainte en un point précis ;
 le déplacement (rotation - translation) d’une section donnée ;
 une composante de réaction d’un appui ;
 un élément de réduction dans une section donnée.

Considérons par exemple une poutre-console de longueur l sur laquelle circule une force P et
intéressons-nous au moment d’encastrement. Le moment d’encastrement est donné par
l’expression :
P
A B
(a) x
P
l
A
(a) x
a
l
(b) l.i.MB
l
a b
o
(b) a
l
a a Pl
(c) a
a

a a Pl
(c) a
Le moment d’encastrement est donné
a par l’expression :
a a
a
a MB = - P(l-x)
a a
a
a
Le facteur « - (l-x) » de l’équation (a) par lequel la force P est multipliée pour avoir le moment
a
en B est appelé fonction
a d’influence
a
(parfoisa coefficient d’influence) de MB. La ligne
représentative de cette fonction
a - représentée para la droite a-b de la Figure b - est appelée ligne
a
d’influence de MB. Le diagrammea oab (Figure b) est désigné par diagramme d’influence de
a a
M B. a
l.i.MB

a b
c
a

a a
a
a

a
a 1a
a

a a
a
a
UTILISATION DES LIGNES D’INFLUENCE
Les lignes d’influence permettent de :
- calculer assez facilement les effets élastiques produits par les chargements les plus
divers. Elles sont plus particulièrement utiles dans la recherche des valeurs extrêmes de
ces effets et des positions du chargement qui les provoquent.
- Reprenons l’exemple de la poutre-console et considérons un chargement composé de
trois charges concentrées dont les distances mutuelles (d1 et d2) sont invariables
(Signalons qu’un système de forces mobiles concentrées pouvant se déplacer en
maintenant fixes les distances entre les points d’application des forces est appelé
convoi.
- D’après la définition du diagramme d’influence et en vertu du principe de
superposition, le moment en B sous l’action du système de forces.

Exemple d’application
Reprenons l’exemple de la poutre-console, supposée de rigidité flexionnelle constante. On
veut tracer la ligne d’influence de la flèche  de l’extrémité libre A. D’après les résultats du
paragraphe précédent, le problème revient à déterminer la déformée de la poutre sous l’action
d’une force verticale unité appliquée en A (Figure a).

1
(a) A B
x

(b) f3
f1 f2

P P P
(c) A B
l/4 l/4

Figure

Cette déformée est donnée par :


1 3
 uxA  ( x  3l 2 x  2l 3 ) (a)
EI
L’expression obtenue, fonction d’influence, n’est pas une fonction linéaire de x. La ligne
d’influence est une parabole cubique (Figure b).

2
En guise d’application, calculons la flèche fA provoquée par le chargement de la figure c. Les
déplacements étant petits, la flèche cherchée peut s’obtenir par superposition des effets de
chacune des forces du chargement.
f A  Pf1  Pf 2  Pf 3  P(f1  f 2  f 3 )

Les flèches f1, f2 et f3 s’obtiennent par particularisation de l’expression (a) précédente. Il vient :
3 3 3
Pl 81 5 Pl 249 Pl
fA  (2   ) (128  81  40) 
EI 64 8 64EI 64 EI

Ligne d’influence d’une réaction d’appui


Les lignes d’influence offre un moyen assez simple de calcul ou de vérification des réactions.
Considérons la poutre bi-articulée de la figure a.
Les réactions RA et RB sont données par :
(l  x ) x
R A  1. et R B  1. (a)
l l
(l  x ) x
où et sont les coefficients d’influence de RA et RB, respectivement.
l l

P=1
A B
(a)

(b)
x l-x
(b) (b)
(b)
a

l (b) (b)
(b) y
(b) S
o
b
(b) (b)
(b) (b)
(b) l
y' S'
(c) o (b)

(b)
P1 P (b) Pn
(b) (b) 2
(d) (b)
A B

(b) (b) (b)


(b) (b) q (b)
(e) A B

(b)
(b) (b) (b)
Figure
n n
RA  
i 1
Pi y i et RB  P y
i 1
i
'
i

RA = qS et RB = qS’

1 l 1 3ql 1 l 1 ql
RA  q (1  )  et RB  q 
22 2 8 222 8

3
Méthode cinématique
Elle rappelle beaucoup la méthode précédente. Considérons la poutre bi-articulée de la figure
a. Pour tracer la ligne d’influence de la réaction de l’appui A, on supprime la liaison et on la
remplace par une force verticale RA puis on donne un déplacement vertical au mécanisme
obtenu qui peut tourner autour de l’appui B (Figure).

P=1
(a) A B

(b)
a (b) x l-x
(b) (b)b

j
(b) (b) (b) (b)

(b)  y
(b)
k
(b) RA (b)
(b)
Figure 9.12 (b)
(b)
L’équation des travaux virtuels s’écrit :

y
R A   1.y  0  R A 

où  est le déplacement du point d’application de la réaction RA. La droite jk (b) donne la


forme exacte de la ligne d’influence de la réaction. Pour avoir l’échelle correcte, il suffit de
prendre  = 1. La méthode est d’un grand service dans le cas de structures complexes.

A B C D
(a)

(b) (b) (b) (b)


(b)

+ 1
(b)
_
(b) (b)
(b) Figure
(b)
Considérons la poutre cantilever de la figure.
Pour construire la ligne d’influence de la réaction de l’appui B par exemple, on supprime
l’appui et on donne à la section B un déplacement unité positif (vers le haut). La nouvelle
configuration de la poutre ainsi obtenue définit la ligne d’influence cherchée (Figure b). De la
même manière, on trace les lignes d’influence des autres réactions.

Vous aimerez peut-être aussi