Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Mohamed Premier

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales


OUJDA

Année Universitaire : 2018 – 2019 Module 27 : Fiscalité d’entreprise


Filière : Sciences Economiques et de Gestion Session : Printemps (rattrapage)
Parcours : Sciences de Gestion (S5) Date : Mardi 26/02/2019
Enseignant : M. BOUAZZA Durée : 1 heure (de 16h à 17h)

NB :
• Les quatre exercices sont indépendants.
• Utiliser les dispositions fiscales de 2018 dans l’ensemble des exercices.
• Tous les montants sont HT, sauf indication contraire.

Exercice N°1 (6 points) :


Vrai ou faux ? Justifiez brièvement vos réponses.

1. Les revenus agricoles sont soumis à l’impôt sur le revenu.


2. La TVA est un impôt personnel, direct et permanent.
3. Les établissements de crédit au Maroc paient un taux progressif en matière de l’IS.
4. L’impôt joue a un rôle économique signifie que l’impôt corrige les inégalités des revenus.
5. L’efficacité fiscale signifie que la charge fiscale doit être distribuée selon la capacité
contributive de chaque contribuable.
6. Les engins et filets de pêche bénéficient d’un taux réduit de 7% en matière de TVA.

Exercice N°2 (4 points) :


 La société BETA SA a réalisé au cours de l’année 2018 les CA (HT) suivants :
- Ventes soumises à la TVA au taux de 20% : 750.000 DH
- Ventes exportées des produits avec droit de déduction : 250.000 DH
- Ventes exonérées sans droit de déduction : 375.000 DH
- Ventes et recettes en provenance d’activité hors champ d’application : 25.000 DH

Quetuion1 : Calculer le prorata de déduction de TVA à appliquer par cette


entreprise au cours de l’année 2019.

 Au cours du mois de janvier 2019, cette entreprise a réalisé les charges suivantes, réglées
toutes par chèques :
- Achats de marchandises au Maroc taxables : 22.000 DH TTC
- Fourniture de bureau : 9.800 DH TTC
- Frais d’eau : 1.450 DH TTC
- Honoraires de notaire 6.400 DH TTC (TVA 10%)

Question 2 : Calculer la TVA déductible au titre du mois de janvier 2019.

1/2
Exercice N°3 (4 points) :

Soit une société anonyme qui a payé en 2018 quatre acomptes dont le montant total est de
120.000 DH.
Régulariser la situation fiscale de cette société (montants des acomptes à verser au titre de
l’année 2019) en supposant que :
1. L’IS dû au titre de l’année 2018 est de 140.000 DH.
2. L’IS dû au titre de l’année 2018 est de 100.000 DH.

N.B : on suppose pour les deux cas que la cotisation minimale est inférieure à l’IS dû.

Exercice N°4 (6 points) :


Préciser le sort fiscal des charges suivantes, en justifiant vos réponses :
1. Achats de marchandises, comptabilisés en TTC : 60.000 DH (TVA récupérable : 20%).
2. Tantième ordinaire : 55.400 DH.
3. Cadeaux publicitaires (400 unités à 67 DH HT/unité) : 26.800 DH.
4. Amortissement d’une voiture de tourisme (acquise en 2016 à 380.000 DH TTC, taux
d’amortissement 25%) : 95.000 DH.
5. Majoration pour paiement tardif des acomptes : 3.400 DH
6. Don octroyé à une association reconnue d’utilité publique : 28.000 DH

N.B :
 Le chiffre s’affaire HT de cette société est de 6.200.000 DH
 Toutes les opérations ont été réglées par chèque, sauf les opérations 5 et 6 en
espèce.

Bon courage !

2/2
Solution
Exercice N°1 (6 points) :
1. Les revenus agricoles sont soumis à l’impôt sur le revenu.
 Vrai : Les revenus agricoles font partie des 5 revenus catégoriels passibles à l’IR.
2. La TVA est un impôt personnel, direct et permanent.
 Faux : Aucun des trois. C’est plutôt un impôt réel, indirect et occasionnel. Réel parce qu’il
concerne les biens et les services et non les personnes. Indirect pare que la personne qui le
supporte est différente de celle qu’elle le verse au trésor. Occasionnel parce qu’il n’est supporté
par le contribuable qu’à l’occasion de la consommation d’un bien ou un servie.
3. Les établissements de crédit au Maroc paient un taux progressif en matière de l’IS.
 Faux : ils payent un taux normal de 37%.
4. L’impôt joue a un rôle économique signifie que l’impôt corrige les inégalités des revenus.
 Faux : la correction des revenus est plutôt une affaire sociale. Le rôle économique signifie
que l’impôt permet de favoriser ou défavoriser certains secteurs afin de régulariser l’économie.
5. L’efficacité fiscale signifie que la charge fiscale doit être distribuée selon la capacité
contributive de chaque contribuable.
 Faux : Le sens de l’efficacité fiscale c’est qu’un système fiscal doit s’assoir sur un impôt
simple, facilement gérable, rentable, supportable par le redevable, peu coûteux pour
l’administration fiscale (personnel et logistiques) ….
6. Les engins et filets de pêche bénéficient d’un taux réduit de 7% en matière de TVA.
 Faux : Le taux appliqué pour les engins et filets de pêche est le taux réduit de 10%.

Exercice N°2 (4 points) :


Question 1 : Calcul du prorata de déduction à appliquer en 2019 :

 Numérateur = CA imposable (TTC) + CA exonéré avec DD ou réalisé en suspension


de TVA (TTC) = (750.000*1,2) + (250.000*1,2) = 900.000+300.000 = 1.200.000 DH.
 Dénominateur = Numérateur + CA hors champ ou exonéré sans droit de déduction
HT = 1.200.000 + 375.000 + 25.000 = 1.600.000
 Prorata = 1.200.000/1.600.000 = 0,75 = 75%.
Question 2 : Calcul de la TVA déductible au titre du mois de janvier 2019.
Eléments Calcul Montant
Marchandises taxables : 22.000 DH TTC (TVA 20%) 22.000*(20/120) 3.666,67
Fourniture de bureau : 9.800 DH TTC (TVA 20%) 9.800*(20/120)*75% 1.225,00
Frais d’eau : 1.450 DH TTC (TVA 7%) 1.450* (7/107) *75% 71,14
Honoraires de notaire 6.400 DH TTC (TVA 10%) 6.400*(10/110)*75% 436,36
= Total de TVA récupérable - 5.399,17
NB. Pour l’opération 1, la déduction est totale (produit 100% imposable), pour les autres
opérations, la déduction est partielle (on ne peut faire distinction entre ce qui est
imposables et non imposable). Si la facture de la marchandise a été réglée en espèce, la
TVA admise serait de 10.000*(20/120) = 10.000 /6 =1.667 DH.
Exercice N°3 (4 points) :

1. Si l’IS dû au titre de l’année 2018 est de 140.000 DH, les acomptes à payer au titre de
l’année 2019 (dans l’hypothèse de l’absence du reliquat) sont de: 140.000/4 = 35.000.
Cependant il y a une manque à payer de : 140.000 DH – 120.000 DH = 20.000 DH que
l’entreprise doit à verser avant le 31/03/2019. Il en ressort :
Elément Montant
Reliquat + 1eracompte 2019 à payer avant le 31/03/2019. 55.000
2 ème acompte à payer avant le 30/06/2019 35.000
3 ème acompte à payer avant le 30/09/2019 35.000
4ème acompte à payer avant le 31/12/2019 35.000

2. Si l’IS dû au titre de l’année 2018 est de 100.000 DH, les acomptes à payer au titre de
l’année 2019 (dans l’hypothèse de l’absence du reliquat) sont de : 100.000/4 = 25.000.
Cependant, il y a un surplus déjà payé de : 120.000 DH – 100.000 DH = 20.000 DH que
l’entreprise doit récupérer sur les acomptes qui viennent jusqu’à son épuisement :
Elément Montant
Reliquat - 1er
acompte 2019 à payer avant le 31/03/2019. 5.000
2 ème acompte à payer avant le 30/06/2019 25.000
3 ème acompte à payer avant le 30/09/2019 25.000
4ème acompte à payer avant le 31/12/2019 25.000
N.B : on suppose pour les deux cas que la cotisation minimale est inférieure à l’IS dû.
Exercice N°4 (6 points) :
Préciser le sort fiscal des charges suivantes, en justifiant vos réponses :
1. Achats de marchandises, comptabilisés en TTC : 60.000 DH (TVA récupérable : 20%).
Déductible en HT : A réintégrer 60.000 /6 = 10.000 de TVA
2. Tantième ordinaire : 55.400 DH.
C’est un prélèvement sur le bénéfice, donc charge non déductible à réintégrer en totalité.
3. Cadeaux publicitaires (400 unités à 67 DH HT/unité) : 26.800 DH.
67 * 1,2 = 80,40 DH < 100 DH, donc pas de dépassement de seuil, mais déductible en
TTC, il faut alors déduire le montant de la TVA : 26.800*0,2 = 5.360 DH.
4. Amortissement d’une voiture de tourisme (acquise en 2016 à 380.000 DH TTC, taux
d’amortissement 25%) : 95.000 DH.
En 2016, cette voiture est encore amortissable (5 ans). Mais il y a un dépassement du
montant et du taux. Le montant d’amortissement autorisé étant de 300.000*0,2=60.000
DH. A réintégrer alors 95.000 - 60.000 = 35.000 DH.
5. Majoration pour paiement tardif des acomptes : 3.400 DH.
C’est majoration dite « fiscale ». Il faut la réintégrer ca elle est non déductible.
6. Don octroyé à une association reconnue d’utilité publique : 28.000 DH.
C’est un don de 1ère catégorie, il n’y a pas de limite. Mais c’est une charge douteuse, car
payée en espèce. Le montant maximal autorisé étant 10.000 DH TTC, ou 8.333 HT. A
réintégrer alors : 28.000 - 8.333,33 = 18.466,67 DH.