Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Mohamed Premier

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales


OUJDA

Année Universitaire : 2017 – 2018 Module 27 : Fiscalité d’entreprise


Filière : Sciences Economiques et de Gestion Session : Normale du printemps
Parcours : Sciences de Gestion (S5) Date : Mercredi 31/01/2018
Enseignant : M. BOUAZZA Durée : 1 heure (de 14h30 à 15h30)

NB :
- Les trois exercices sont indépendants.
- Utiliser les dispositions fiscales de 2017 dans l’ensemble des exercices.

Exercice N°1 (6 points) :

Vrai ou faux ? Justifier brièvement votre réponse.

1. L’assiette fiscale n’est rien d’autre que la somme due.


2. Le contribuable est la personne qui supporte effectivement le coût de l'impôt.
3. Le redevable ne joue que le rôle d’un intermédiaire dans le cas d’un impôt direct.
4. L’impôt retenu à la source est un impôt payé par un contribuable à la charge d’un
autre.
5. La TVA est un impôt réel et indirect.
6. L’IS est un impôt réel et direct.
7. Pour calculer la cotisation minimale, on peut utiliser soit un taux normal, soit un
taux réduit.
8. Le citoyen marocain est dans l’obligation de payer 10% pour les produits
pharmaceutiques qu’il achète.

Exercice N°2 (6 points) :

1. Au cours du mois de mars 2011, l’entreprise ALPHA a acheté un matériel au prix de


350.000 DH HT, amortissable sur 5 ans, TVA 20%.
Le prorata de déduction calculé sur la base des recettes de 2010 et appliqué en 2011
était de 83%.
Au cours des années suivantes, le prorata de déduction a varié comme suit : 76% en
2012 ; 92% en 2013 ; 87% en 2014 ; 95% en 2015 ; 81% en 2016 et 73% en 2017.
Question : Procéder aux régularisations qui s’imposent.

1/2
Exercice N°2 (suite) :

2. On suppose que cette entreprise a réalisé au cours de l’année 2017 les CA (HT) suivants :
• Ventes soumises à la TVA au taux de 20% : 750.000 DH
• Ventes exportées des produits avec droit de déduction : 250.000 DH
• Ventes exonérées sans droit de déduction : 375.000 DH
• Ventes et recettes en provenance d’activité hors champ d’application : 25.000 DH
Question : Calculer le prorata de déduction de TVA à appliquer par cette
entreprise au cours de l’année 2018.

Exercice N°3 (8 points) :

Le gérant de la société BETA vous demande de l’assister dans la préparation de la


déclaration fiscale de l’IS au titre de l’année 2016. L’analyse des écritures comptables
relatives à cette année vous a permis de dégager ce qui suit :
• Chiffre d’affaire HT : 10.376.800 DH
• Résultat comptable : 824.100 DH
• Produits non imposables : 213.400 DH
• Charges :
a) Droits de douane sur importation des matières premières 230.000 DH et sur
importation de matériel de production de 450.000 DH.
b) Fournitures de bureau d’un montant de 90.000 DH HT, dont 50.200 DH seulement qui
ont été effectivement consommées.
c) Don octroyé aux œuvres sociales du Ministère de l’éducation nationale (autorisées par
la loi à percevoir des dons) pour un montant de 120.000 DH.
d) Location d’une voiture auprès d’une société de location pour un montant de 35.000 DH
durant les cinq premiers mois de l’année 2016. Le prix de cette voiture, acquise en
2015 en état neuf, est de 370.000 DH TTC.

Travail à faire :
1. Préciser le sort fiscal de chaque charge sachant qu’aucun paiement n’a été effectué
en espèce. Justifier vos réponses.
2. Calculer le résultat fiscal et la cotisation minimale.
3. Calculer l’IS dû en 2016, en déduire les acomptes prévisionnels correspondants (on
suppose qu’il n’y aucun solde à reporter des années antérieures).

Travaillez bien et seul(e), bon courage !


2/2
Solution :
Exercice N°1 (6 points) :

Vrai ou faux ? Justifier brièvement votre réponse.

1. Non : L’assiette fiscale est le montant qui sert de base au calcul d'un impôt. C’est en
appliquant un taux à cette base qu’on détermine la somme due.
2. Oui. La personne qui supporte effectivement l'impôt est appelé « contribuable ». C’est le
redevable réel. Par contre on désigne par "redevable légal" la personne qui paye l'impôt au
Trésor Public.
3. Non. Il n’y a pas d’intermédiation dans le cas d’un impôt direct. Le redevable est lui-
même le contribuable.
4. Non. L’impôt retenu à la source, comme son nom l’indique, est prélevé déjà à la source. Il
n’y a aucun lieu pour le paiement. Prélever ce n’est pas payer.
5. Oui : La TVA est un impôt réel, parce qu’il s’applique sur les biens et les services, et
indirect, parce qu’il la personne – physique ou morale - qui le supporte est différente de
celle qui le paye. Aussi, il est dit indirect car son coût est dissimulé dans le prix.
6. Non : L’IS est un impôt direct, mais pas réel. Il est plutôt un impôt personnel, grevant les
personnes morales.
7. Non : Il y a trois taux pour calculer la cotisation minimale : 0,25%, 0,5% et 6% (art.144).
(la réponse Oui, à savoir 0,25% et 0,5%, est considérée aussi juste).
8. Non : Le taux appliqué au Maroc pour les produits pharmaceutiques est de 7%.
Barème : un point sera soustrait pour toute réponse fausse, aucune réponse ou
justification non satisfaisante, sans que la note de l’exercice soit négative.

Exercice N°2 (6 points) :


Question 1 : Procéder aux régularisations qui s’imposent.
1. Lors de l’achat : TVA déd = 350.000× 0,20 ×0, 83= 70.000×0,83 = 58.100 DH
2. En 2012 : 1/5 [58.100 – (70.000 × 0,76%)] = 980 DH (versement) ;
3. En 2013 : 1/5 [(70.000×0,92) - 58.100] = 1.260 DH (déduction) ;
4. En 2014 : la variation n’a pas dépassé 5 points, donc pas de régularisation ;
5. En 2015 : 1/5 [(70.000×0,95) - 58.100] = 1.680 DH (déduction) ;
6. En 2016 : la variation n’a pas dépassé 5 points, donc pas de régularisation.
7. En 2017 : même si la baisse est de plus de 5 points, le délai légal de 5 ans étant
dépassé, donc pas de régularisation.

Question 2 : Calcul du prorata de déduction.


 Numérateur = CA imposable (TTC) + CA exonéré avec DD ou réalisé en suspension
de TVA (TTC) = (750.000*1,2) + (250.000*1,2) = 900.000+300.000 = 1.200.000 DH.
 Dénominateur = Numérateur + CA hors champ ou exonéré sans droit de déduction
HT = 1.200.000 + 375.000 + 25.000 = 1.600.000
 Prorata = 1.200.000/1.600.000 = 0,75 = 75%.
Barème : un point sera soustrait pour tout calcul faux (méthode), ou
interprétation erronée (mots en rouge et en gras), sans que la note de l’exercice
soit négative.
Exercice N°3 (8 points) :
1. Préciser le sort fiscal de chaque charge :
a) Importation des matières premières : 230.000, charge déductible, donc pas de
rectification. Importation de matériel de production : Ce matériel est une
immobilisation. Il faut réintégrer cette charge : 450.000 DH.
b) Le montant de 90.000- 50.200 = 39.800 DH de fournitures de bureau n’est pas
consommé, il faut le réintégrer.
c) Don octroyé aux œuvres sociales du Ministère de l’éducation nationale (autorisées par
la loi à percevoir des dons) pour un montant de 120.000 DH. Soit 10.376.800*1,2* 2‰ =
24.902,32 DH. La somme qu’il faut réintégrer est 120.000-24.902,32 = 95.097,68 DH
(la non prise en considération de la TVA (montant HT), soit 99.246,68, est considérée
aussi une réponse juste).
d) Location d’une voiture :
 Amortissement comptable : 370.000 x 20% x 5/12 = 30.833,33 DH
 Amortissement déductible : 300.000 x 20% x 5/12 = 25.000 DH
 Le montant à réintégrer au résultat fiscal: 30.833,33 – 25.000 = 5.833,33 DH
Le montant des charges non déductibles est = 450.000+39.800+95.097,68+5.833,33
= 590.731,01 DH
Résultat fiscal = résultat comptable + charges non déductibles (réintégrations) –
produits non imposables (déductions)
= 824.100 + 590.731,01 - 213.400 = 1.201.431,01 DH
(NB : La base de l’IS doit être arrondie à la dizaine inférieure, soit 1.201.430 DH).
1.000.001<1.201.430 <5.000.000 : T= 30% : IS = 1.201.430x30%= 360.429 DH (déjà
arrondi au DH supérieur)

Cotisation minimale : 10.376.800 * 0,5% = 51.884 DH < 360.429 DH (on retient l’IS)

(NB : Il faut s’assurer que la CM > 3.000 DH)


Acomptes prévisionnels = 90.108 DH/trimestre
Barème : un point sera soustrait pour tout calcul faux (méthode) (mots en rouge
et en gras), sans que la note de l’exercice soit négative. L’omission des
arrondissements n’est pas considérée comme réponse fausse. Une erreur commise
ne se répercute pas sur le reste de l’exercice.