Vous êtes sur la page 1sur 10

École supérieure polytechnique de Nouakchott

Département Génie Civil Hydraulique &


Environnement

TP : logiciel Robot Structural Analysis

GC431-Analyse de structures

Mohamed Cheikh TEGUEDY


med_cheikh.teguedy@esp.mr

March 7, 2019
Contents

1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2 Définition d’un problème RDM PLAN (Portique 2D) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
3 Définition d’une section et calculs caractéristiques sectorielles . . . . . . . . . . . . . . . . 3
4 Chargement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
5 Conventions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
5.1 Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
5.2 Déformée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
5.3 Convention de signe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
5.3.1 Portique plan : Poutre iso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
5.3.2 Portique plan : portique 2D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
5.3.3 Portique 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2
TP 1: Prise en main du logiciel de calcul de structure ROBOT

Objectifs: Prise en main du logiciel de calcul de structure ROBOT afin d’en faire un outil de vérification
et de calcul RDM.

1 Introduction
• Lancer le logiciel Autodesk Robot Structural Analysis;

• Se placer en modèle Structure Portique Plan.

2 Définition d’un problème RDM PLAN (Portique 2D)


• lignes de construction (facultatif)

• tracé des nœuds et barres

• attribution des sections aux barres

• définition des appuis

• création du chargement

• calcul et résolution d’un problème RDM

Résolution problème RDM : Après avoir tracé les lignes de construction (voir manuel Robot) il est
nécessaire de tracer les nœuds et lignes servant à définir les barres du problème RDM (voir figure 1).
Il peut être remarqué que l’avantage des lignes de construction est de passer directement au tracé
manuel des lignes sans passer par la définition des nœuds.
Ensuite, il faut : attribuer une section à l’élément barre ainsi créé, définir les conditions d’appui puis
le chargement (voir Manuel Robot). L’option calcul permet de calculer les efforts internes, contraintes
et flèches du système dans le domaine élastique. Pour effectuer des calculs plastiques, il est nécessaire
d’user de la fonction de calcul non-linéaire, qui n’est pas dans le cadre de ce TP.

Travail demandé : De manière intuitive, modéliser une poutre avec des conditions d’appui et un
chargement quelconque (à préciser dans le rapport). Lancer les calculs et donner les diagrammes
de moment fléchissant et effort tranchant.

3 Définition d’une section et calculs caractéristiques sectorielles


A partir du module Section, il est possible de définir une section manuellement qui n’apparaitrait pas
dans les catalogues du logiciel (voir figure 2). Ce module permet de calculer toutes les caractéristiques
sectorielles d’une section et de l’attribuer aux éléments poutres (barre dans robot).

3
Figure 1

Figure 2

Exercices demandés: Reprendre le TD RDM sur les caractéristiques sectorielles et vérifier les résultats
à l’aide de Robot (soit catalogue, soit grâce au module calcul de section).

• Faire impérativement les sections : carré, triangulaire, L, I, demi-tube et disque avec un trou.

• Aux sections modélisées : ajouter le tube rectangulaire et le té tel qu’indiqué sur la figure 3

Enregistrer ces 2 sections dans un catalogue.

4
Figure 3

4 Chargement
Afin d’appliquer un chargement sur une structure, il est nécessaire de suivre plusieurs étapes (voir Manuel
Robot).

• Définition des cas de charge : attention au poids propre

• Définition des charges à attribuer aux cas de charge précédemment créés

• Création de combinaisons de charge.

On soumet toujours la structure soit à des cas de charge, soit à des combinaisons de cas de charge. Les
cas de charge de Robot permettent de définir des charges permanentes, d’exploitation, climatiques etc.
Les charges attribuées aux différents cas de charge peuvent être linéiques, ponctuelles, nodales, etc. Dans
le cadre de ce TP, nous utiliserons un cas de charge simple : permanent. En revanche, il vous est demandé
pour chaque exercice d’appliquer une combinaison de charge ELU et ELS. Ces combinaisons devront être
faites manuellement en respectant les coefficients de pondération correspondant.

4! Attention ‼
Le premier cas de charge créé dans Robot : PERM1 (par défaut) intègre automatiquement le
poids propre de la structure. Toujours vérifier dans le tableau « CHARGEMENT » les charges
appliquées à la structure.

Remarque : Le logiciel Robot permet de calculer toutes les combinaisons d’action possible au sein d’une
structure. Il se base sur la norme choisie. Dans l’onglet « outil\préférence de l’affaire », il est possible de
définir la norme à utiliser. Il est donc nécessaire pour un calcul suivant l’Eurocode de vérifier les normes
utilisées par le logiciel. Cette partie sera vue en détail durant le cours et TP d’actions.

Travail demandé : Modéliser une poutre avec 2 cas de charge (Q et F) que l’on combine tel que :

Q ELU = 1.35 × ( Q + poidspropre) + 1.5 × F (1)

• Vérifier les valeurs de réaction d’appui;

• Vérifier les valeurs de moment maximal et effort tranchant maximal.

5
Figure 4

Figure 5

5 Conventions
5.1 Contraintes
Reprendre les sections tubulaire et en té afin de les utiliser dans la modélisation d’une poutre bi-appuyée
d’une portée de 6m, soumise à une charge uniformément répartie q = 8kN/m et une charge axiale de
traction N = 200kN (voir figure 4).
• Calculer avec Robot la flèche et les contraintes maximales et minimales pour les 2 sections données :
Smaxi , Smin , Contrainte effort axial.

• Afficher les contraintes sous la forme de tableaux

• Afficher les contraintes sous la forme de diagrammes

• Comparer ces résultats à ceux obtenus en utilisant la définition d’une section reconstituée.

• Comparer ces résultats avec un calcul à la main

• Remarque sur la valeur des contraintes maximales et minimales

6
• Calculer la flèche de la poutre :

– Donner la valeur de flèche maximale avec le tableau de résultats


– Donner la valeur de flèche avec l’outil de tracé de diagrammes, Comparer les résultats de
flèche obtenue avec déformée et déformée exacte

Aide de Robot :

• Déformée - si vous sélectionnez cette option, les structures déformées selon les charges appliquées seront
affichées. La structure déformée est créée à l’aide de fonctions polynômes du troisième degré (polynôme
d’Hermite). Les déplacements et les rotations des nœuds sont utilisées.

• Déformée exacte - si vous sélectionnez cette option, les structures déformées selon les charges appliquées
seront affichées. La déformée exacte peut être affichée uniquement pour des barres. Pour créer la
déformée exacte, les déplacements, les rotations des nœuds , ainsi que les forces internes causées par les
charges externes sont prises en compte. Vous pouvez sélectionner une couleur différente et une échelle
différente pour chacune des grandeurs mentionnées. Vous pouvez également afficher les déplacements
depuis l’analyse statique de la structure, ainsi que les modes propres depuis l’analyse de la structure
dynamique.

5.2 Déformée
Modéliser une poutre en flexion simple de section rectangulaire (50*100mm), de portée L = 5m. Le charge-
ment est une charge ponctuelle de 50kN.

• Calcul de la flèche théorique en flexion

• Comparaison avec le logiciel (calcul déformée puis déformée exacte). Modéliser la même poutre
avec la charge ponctuelle située à L/4 (sans diviser la barre).

• Calcul de la flèche analytique

• Comparaison avec les résultats du logiciel (calcul déformée puis déformée exacte)

• Refaire le modèle en cochant l’option générer nœud de calcul

• Utiliser l’opérateur permettant d’ouvrir une nouvelle fenêtre pour afficher la déformée afin de véri-
fier la position de flèche maximale et sa valeur

Modéliser la même poutre avec une portée de 0.5m et une charge ponctuelle à mi-travée de 500kN.

• Calcul de la flèche théorique de la poutre sous My seul

• Calcul de la flèche théorique de la poutre en tenant compte du cisaillement

• Comparaison avec les résultats de Robot

• Conclure

7
Figure 6

5.3 Convention de signe


Il s’agit dans ce chapitre d’étudier les conventions pour les éléments de type `‘barre" de robot. En effet,
les résultats tels que les moments, les efforts tranchant et axiaux dépendent de l’orientation du repère
local de chaque barre. Par conséquent la façon de dessiner des barres peut influer sur le signe des
efforts internes calculés.
Extrait de l’aide de Robot :
« La convention de signes pour les éléments barres est basée sur la convention des forces sectorielles. Suivant
cette règle, le signe des efforts sectoriels est le même que celui des forces nodales positives appliquées à
l’extrémité de l’élément produisant les mêmes effets. Il s’agit des efforts dont l’orientation est conforme à
l’orientation des axes du repère local. Par conséquent, les efforts de compression sont positifs et les efforts
de traction sont négatifs. Les moments fléchissants positifs MY provoquent la traction des fibres de la poutre
se trouvant du côté négatif de l’axe local z. Les moments fléchissants positifs MZ provoquent la traction des
fibres de la poutre se trouvant du côté positif de l’axe local « y ».»

Remarque : Pour les portiques plans (barres 2D), la convention de signes pour les efforts internes est
déterminée par rapport au repère local par défaut de la barre. La convention de signes NE CHANGE PAS
lors de la rotation du repère selon un angle GAMMA.
Directions positives des efforts et des moments sont illustrées sur la figure 7.

5.3.1 Portique plan : Poutre iso


Modéliser une poutre en flexion simple. Poutre sur 2 appuis avec une charge uniformément répartie et
une charge axiale.

• Tracer les diagrammes de moment, d’effort tranchant et d’effort axial sur la barre. Modéliser la
même barre, mais en 2 parties. Cela revient à couper la barre en 2, dessiner la première moitié de
gauche à droite et la seconde moitié de droite à gauche.

8
Figure 7

• Tracer les diagrammes de moment, d’effort tranchant et d’effort axial.


• Conclure.

5.3.2 Portique plan : portique 2D


Modéliser un portique plan articulé en pied, encastré en tête, avec une charge uniformément répartie sur
la poutre principale.
• Faire un premier cas avec des IPE 100 partout
• Faire un second cas en tournant l’IPE de la poutre d’un angle de 90°
• Regarder les efforts N, M, V.
• Avec le portique initial, séparer en 2 les poteaux et modéliser dans le sens inverse les premières
moitié des poteaux tel que :

Figure 8

• Constater les différences en termes d’effort axial, d’effort tranchant et de moment

9
5.3.3 Portique 3D
• Refaire le même exercice que le précédent en 3D et regarder ce qui change en termes d’efforts
internes.

• De la même façon diviser le poteau en 2 et dessiner les 2 parties de manière antagoniste, de sorte à
inverser l’orientation de l’axe z du repère local

• Changement de signe de My

Figure 9

10

Vous aimerez peut-être aussi