Vous êtes sur la page 1sur 143

UNIVERSITE MOHAMMED V – RABAT

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES


ECONOMIQUES ET SOCIALES
AGDAL

COURS DE DROIT
COMMERCIAL
PROFESSEUR Chakib EL OUFIR

MASTER S 1
GESTION FINANCIERE,
COMPTABLE ET FISCALE
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

ANNÉE UNIVERSITAIRE 2016 - 2017

2
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

INTRODUCTION
Alors que l’économie est la science d’observation des phénomènes du
monde des richesses (modes de production et de circulation des richesses), le
droit est la discipline qui le réglemente. 
Le droit est directement lié aux sciences économiques, car les activités
économiques ne peuvent s’exercer dans le désordre, il faut qu’elles soient
réglementées. Le droit va établir des règles qui vont régir les activités
économiques. Il sera au service des économistes puisqu’il va réglementer tout
ce qui concerne la production et la circulation des richesses.
Ce qui nous interesse directement de ces règles, ce sont celles qui
concernent la production et la circulation des richesses, les règles qui régissent
le monde économique, celui de la spéculation, de la recherche du profit.
L’ensemble de ces règles forme le droit commercial.
Qu’est ce que le droit commercial ? Quelles sont ses particularités ?
Quelles sont ses sources ? Et quelles en sont les juridictions compétentes ?

I - DEFINITION ET PARTICULARITES DU DROIT


COMMERCIAL 
C’est un droit qui fait partie du droit privé qui régit les opérations de
production et de circulation des richesses effectuées par les commerçants soit
dans leurs relations entre eux, soit dans leurs rapports avec leurs clients.
Vu la nature du monde des affaires, le droit commercial se distingue du
droit civil tantôt par un certain formalisme, tantôt par une certaine souplesse.
A - LE FORMALISME DU DROIT COMMERCIAL
Ce formalisme est en effet très utile pour assurer la sécurité du crédit dans
les opérations commerciales.
Le crédit constitue le noyau de toutes les relations commerciales. Pour
cela, il doit être entouré d’un formalisme plus rigoureux que celui éxigé par le
droit civil. C’est ce qui explique le formalisme des institutions du droit
commercial : celui des effets de commerce, de la vente et du nantissement du
fonds de commerce, de la faillite, le formalisme rigoureux pour la constitution
des sociétés commerciales, etc.

3
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B - LA SOUPLESSE DU DROIT COMMERCIAL 


Elle s’explique, quant à elle, par la rapidité que nécessite la réalisation
des opérations commerciales. Ainsi, et contrairement aux règles rigides du droit
civil, en droit commercial on admet le principe de la liberté de la preuve entre
les commerçants.
C’est ce qui permet à ces derniers de conclure leurs contrats par les
moyens les plus rapides (téléphone, fax ou même verbalement) sans avoir à se
soucier, au préalable, du formalisme des écritures qu’exige le droit civil.

II - LES SOURCES DU DROIT COMMERCIAL 


Avec la rapidité de l’évolution du monde des affaires, on ne peut se
permettre de compter uniquement sur les sources écrites ; c’est pourquoi les
sources non écrites y jouent un rôle fondamental.
A- LES SOURCES ECRITES
Dans cette catégorie il existe des sources nationales et d’autres
internationales.
A - LES SOURCES NATIONALES 
1/ Le code de commerce et la refonte du droit des affaires 
Depuis le protectorat, la zone française du Maroc était régie par le code
de commerce du 12 août 1913. Après l'indépendance il a été généralisé à tout
le Royaume. Ce code était largement inspiré du code de commerce français de
1807.
Il fut enfin remplacé par un nouveau code de commerce  par un dahir n°
1-96-83 du 1er août 1996 portant promulgation de la loi 15/95 formant code de
commerce1.
Le droit des affaires a connu une refonte dans son ensemble durant ces
dernières années, elle a concerné notamment : la comptabilité commerciale2, le
domaine bancaire3, la bourse des valeurs4, le domaine des investissements5,
1
B.O. n° 4418, du 3 octobre 1996, pp. 568-634.
2
Dahir 25/12/1992 portant promulgation de la loi 9/88 relative aux obligations comptables des
commerçants (B.O. n° 4183 du 30/12/1992, p.623).
3
Dahir portant loi 1/93 du 6/7/1993 relatif à l’exercice de l’activité des établissements de
crédit et de leur contrôle, appelée « loi bancaire » (B.O. n°4210 du 7/7/1993, p.333).
4
Dahir portant loi n° 1-93-211 du 21 septembre 1993 relatif à la Bourse des valeurs (B.O. n°
4223 du 6/10/1993, p. 513).
5
La loi cadre n° 18/95 formant charte de l’investissement, dahir du 8/11/1995 (B.O. n° 4336 du
6/12/1995).

4
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

les sociétés anonymes6, les autres sociétés commerciales7, les tribunaux de


commerce8, la loi sur la liberté des prix et de la concurrence 9, la loi relative à la
protection de la propriété industrielle10, etc.
2/ Le D.O.C. :
Le D.O.C. est notre code civil (Dahir formant code des obligations et
contrats également du 12 août 1913).
En tant que code de droit privé marocain, le D.O.C. constitue ce qu'on
appelle le droit commun. Par conséquent, en cas de lacune des règles
commerciales, ce sont ses règles qui s’appliquent.
À ce propos, le nouveau code de commerce stipule dans son article
2 : « il est statué en matière commerciale, conformément aux lois, coutumes et
usages du commerce ou au droit civil, dans la mesure où il ne contredit pas les
principes fondamentaux du droit commercial ». Même les lois relatives aux
sociétés renvoient à l'application des règles du DOC lorsqu'elles ne sont pas
contradictoires avec elles.
B- LES SOURCES INTERNATIONALES 
Il s’agit des conventions internationales qui constituent une source
fondamentale du droit commercial.
Ces conventions peuvent être bilatérales se limitant à régler certaines
questions entre deux États signataires ou entre un État et un groupement
économique régional (par exemple l’accord d’association entre le Maroc et la
CE).
Il existe aussi des conventions internationales, par exemple les traités
internationaux ratifiés par le Maroc tels que ceux sur les transports maritimes,
ferroviaire, routier et aérien ; les accords du GATT ; les conventions
internationales portant lois uniformes (les conventions de Genève du 7 juin

6
Ddahir n° 1-96-124 du 30 août 1996 portant promulgation de la loi 17/95 relative aux
sociétés anonymes (B.O. n° 4422, du 17 octobre 1996, pp. 661-704).
7
Dahir n° 1-97-49 du 13 février 1997 portant promulgation de la loi 5/96 sur la société en nom
collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à
responsabilité limitée et la société en participation (B.O. n° 4478 du 1 er mai 1997, p. 482).
8
Dahir n° 1-97-65 du 12 février 1997 portant promulgation de la loi 53/95 instituant des
juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997, n° 4482, p. 520).
9
Loi n° 06-99 promulguée par Dahir n° 1-00-225 du 5 juin 2000, Bulletin Officiel n° 4810 du
Jeudi 6 Juillet 2000.
10
Loi n°17-97 promulguée par Dahir N° 1-00-19 du 15 Février 2000.

5
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

1930 sur la lettre de change et le billet à ordre et du 19 mars 1931 sur le


chèque).
Le droit commercial n’a pas que des sources écrites, il en a d’autres
importants, mêmes non écrites.
B- LES SOURCES NON ECRITES
Il s’agit des usages et de la jurisprudence.
A- LES USAGES COMMERCIAUX
Bien que le droit commercial soit codifié, les usages commerciaux
continuent d’en constituer une source fondamentale ; car la législation, avec sa
lenteur, est incapable de suivre l’évolution rapide du monde des affaires.
Les usages sont des règles générales non écrites issues de pratiques
professionnelles constantes et tacitement acceptées par les commerçants à
l’occasion des négociations ou de l’exécution de leurs opérations
commerciales.
Ce sont les pratiques qui créent des règles par la force de l’habitude
professionnelle.
C’est à l’occasion de la conclusion des contrats et de leur exécution que
le rôle des usages intervient, par exemple, en matière de ventes commerciales
ce sont les usages de chaque profession qui fixent les délais, les modalités et
les modes de paiement, les délais de livraison, la charge de la livraison et ses
frais, la charge des frais de courtage et leur taux, les risques des défauts des
marchandises, etc.
Les usages peuvent réglementer toute une institution nouvellement
créée, par exemple le leasing était, avant le nouveau code, presque
exclusivement régis par les usages.
B - LA JURISPRUDENCE
C’est la solution donnée par un ensemble de décisions concordantes
rendues par les juridictions sur une question de droit.
Ce sont les précédents judiciaires qui servent de guide aux décisions
des juridictions à travers la pyramide judiciaire, l’unification de la jurisprudence
se réalise d’ailleurs par le biais des voies de recours.
Il n’est pas besoin d’insister sur le rôle de la jurisprudence en matière
commerciale ; c’est aux tribunaux qu’il revient d’interpréter les lois et les
contrats conclus entre commerçants, de fixer les usages auxquels ils se

6
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

réfèrent, de déterminer le statut des institutions nouvelles créées par la


pratique.

III– LES JURIDICTIONS DE COMMERCE


Il n’existait pas au Maroc de juridictions spécialisées en matière
commerciale ; ce sont les juridictions de droit commun qui connaissaient des
affaires commerciales. Les juridictions de commerce n’ont été instituées que
récemment par le dahir du 12 février 1997 portant promulgation de la loi 53/95 ;
il s’agit des tribunaux de commerce et des cours d’appel de commerce.
A – LES TRIBUNAUX DE COMMERCE 11
A – COMPOSITION
À la différence de la France, où les juges des tribunaux de commerce
sont élus parmi les commerçants, le Maroc a opté pour des magistrats de
carrière.
Le tribunal de commerce tient ses audiences et rend ses jugements par
trois magistrats, un président et deux assesseurs, le parquet y est représenté.
B – COMPÉTENCE 
Les tribunaux de commerce sont compétents pour connaître des actions
relatives aux contrats commerciaux, des actions entre commerçants à
l’occasion de leurs activités commerciales, des actions relatives aux effets de
commerce, des différends entre associés d’une société commerciale et des
différends à raison de fonds de commerce.
Dans sa rédaction initiale, l'article 6 de la loi relative aux tribunaux de
commerce prévoyait que les tribunaux de commerce connaissent en premier et
dernier ressort des demandes dont le principal ne dépasse pas la valeur de 9
000 dhs et en premier ressort de toutes les demandes d’une valeur supérieure
à ce montant.
Cet article a été modifié par une loi n° 18-02 promulguée par dahir du
13/6/200212. Désormais, cet article est ainsi formulé : "les tribunaux de
commerce sont compétents pour connaître des demandes dont le principal
excède la valeur de 20 000 dirhams…".

11
Il existe actuellement 8 tribunaux de première instance de commerce: Agadir, Marrakech,
Meknes, Fes, Oujda, Tanger, Rabat et Casablanca.
12
(B.O. n° 5030 du 15/8/2002)

7
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B – Les cours d’appel de commerce 13

A – COMPOSITION 
La cour d’appel de commerce comprend un premier président, des
présidents de chambres et des conseillers, un ministère public composé d’un
procureur général du roi et de ses substituts, un greffe et un secrétariat du
ministère public.
Elle tient ses audiences et rend ses arrêts par un président de chambre
et deux conseillers, assistés d’un greffier.
B – COMPÉTENCE 
La cour d’appel de commerce connaît des appels contre les jugements
rendus par le tribunal de commerce.
L’appel doit être formé dans un délai de 15 jours à compter de la date de
la notification du jugement du tribunal de commerce.

Plan du cour :

Première partie : La matière du droit commerciale


Deuxième partie : Les instruments du commerce

PREMIÈRE PARTIE :

LA MATIERE DU DROIT COMMERCIAL


Quelle est la matière du droit commercial ? Est-ce le commerçant ou
l’acte de commerce ? Autrement dit, que régit le droit commercial, le
commerçant ou les actes de commerce ?
C’est que nous sommes en présence de deux conceptions du droit
commercial : l’une subjective, l’autre objective.
Le système subjectif : Dans ce système, le droit commercial est le droit
des commerçants ; l’acte de commerce se définit par l’activité commerciale de
son auteur. Autrement dit, c’est le commerçant qui donne la qualification
commerciale aux actes accomplis par lui. Par exemple, lorsqu’un acte est

13
Il existe actuellement trois cours d'appel de commerce: Casablanca, Fes et Agadir

8
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

effectué par un commerçant, c’est un acte de commerce ; si le même acte est


exercé par un non-commerçant, il est civil.
Les actes de commerce sont donc, dans ce système, strictement l’œuvre
des commerçants et nul ne peut accomplir un acte de commerce s’il n’exerce
pas une profession commerciale.
Le système objectif : Dans ce système c’est l’inverse qui se produit,
c’est l’acte de commerce qui donne la qualité commerciale à celui qui l’exerce.
Le droit commercial est le droit des actes de commerce et non celui des
commerçants, on parle du code de commerce et non du code des commerçants
; lorsque la loi qualifie un acte de commercial, toute personne, même un non
commerçant, qui accomplirait un tel acte serait assujettie au droit commercial.
Ce système repose exclusivement sur l’acte effectué, indépendamment
de la personne de son auteur.
La position du législateur : Le code de commerce de 1913, à l’instar
du code français de 1807, se voulait adopter les deux systèmes. Le nouveau
code de commerce de 1996 annonce la même position en disposant dans son
article 1er que «la présente loi régit les commerçants et les actes de
commerce ».
Mais malgré cette apparence qui laisse entendre que notre code adopte
les deux systèmes, il ressort des diverses dispositions de ce dernier que la
tendance objective y a le maître mot.
Néanmoins, quelque soit le système adopté, nous pouvons considérer
que la matière du droit commercial est double : ce sont les activités
commerciales et les actes du commerce qui en constituent l’objet et le
commerçant le sujet.
Plan de la première partie :
Chapitre I – L'objet du droit commercial
Chapitre II – Le sujet du droit commercial

CHAPITRE 1 - L’OBJET DU DROIT COMMERCIAL


Le législateur de 1996 a énormément élargi le champ commercial.
Il a, d’abord, consacré légalement certaines activités économiques que la
jurisprudence avait commercialisé comme le secteur des assurances,

9
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

l’exploitation des entrepôts et des magasins généraux, l’imprimerie et l’édition,


etc.
Il a même envahi les domaines sacrés du droit civil, à savoir les
immeubles et l’artisanat.
L’article 6 parle actuellement d’activités commerciales (section 1), qui se
distinguent de ce que le code de commerce appelle les actes de commerce
(section 2).

Section I - LES ACTIVITES COMMERCIALES


L’article 6 du nouveau code a énuméré un grand nombre d'activités
commerciales que nous pouvons ranger dans trois secteurs :
- les activités de production
- les activités de distribution ;
- et les activités de services.
§ 1 - LES ACTIVITES DE PRODUCTION
Ce sont des activités dont l’exploitation n’est pas précédées d’une
circulation antérieure, autrement dit les exploitants ne vendent que leur propre
production et ne spéculent pas sur des produits qu’ils achètent.
Actuellement, les seules activités de production de caractère
commercial, sont la recherche et l’exploitation des mines et des carrières (art.
6-4°), c’est à dire les industries extractives.
La recherche et l’exploitation des mines sont commerciales depuis le
dahir 16 avril 1951, alors que la recherche et l’exploitation des carrières ne le
sont que depuis le code de 199614.
On remarquera que l’agriculture 15 et la pêche, qui sont aussi des activités
de production, sont restées dans le domaine civil.
Il en est de même bien entendu de la production intellectuelle (les
créations de l’esprit). Restent donc encore régis par le droit civil les auteurs
d’ouvrages, les créateurs de nouvelles inventions (les inventeurs de nouveaux

14
- Exemples des mines : fer, cuivre et tous les métaux, phosphate, charbon, etc. Les carrières
sont de sable, de marbre, de pierres, d’ardoise, d’argile, etc.
15
- Il ne peut s’agir bien entendu que des exploitations agricoles traditionnelles ; les
cultivateurs et les éleveurs traditionnels ne sont pas des commerçants même s’ils achètent leurs
produits comme les semences, les engrais ou les animaux qu’ils revendent ; par contre, les
exploitations agricoles modernes (d’agroalimentaire ou d’élevage industriel) ne peuvent être
exclues du domaine commercial.

10
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

logiciels par exemple), le compositeur d’une œuvre musicale, l’artiste peintre


qui vendent les produits de leur création.
§ 2 – LES ACTIVITES DE DISTRIBUTION
La distribution est l’ensemble des opérations par lesquelles les produits
sont répartis entre les consommateurs.
Deux activités de distributions peuvent se dégager de l'art. 6 : l’achat
pour revente et la fourniture.
A - L’ACHAT POUR REVENDRE
L'achat pour revendre peut avoir pour objet aussi bien les meubles
(corporels ou incorporels) ou les immeubles16.
Cet achat doit avoir lieu avec l'intention de revendre et quel que soit, en
l’état ou après transformation, c'est-à-dire qu'il s'agisse de meubles ou
d'immeubles, la revente constitue une activité commerciale qu'ils soient
revendus tels qu'ils ont été achetés ou après les avoir travaillés. Ainsi, nous
pouvons intégrer dans ce secteur non seulement les industries de
transformation, mais aussi certaines petites entreprises comme la menuiserie,
la boulangerie ou la pâtisserie.
Mais si le contrat de vente est un contrat à exécution instantanée, le
contrat de fourniture est un contrat à exécution successive.
B - LA FOURNITURE
C’est le contrat par lequel le fournisseur s’engage, moyennant un prix, à
délivrer des produits qu’il se procure (achète) préalablement aux livraisons ou à
effectuer des services à ses clients, de manière périodique ou continue. C’est
pourquoi le contrat de fourniture est un contrat à exécution successive.
Par conséquent, la fourniture peut concerner aussi bien les biens que les
services.
Par «produits» il faut entendre les denrées et les marchandises (produits
alimentaires ou industriels), mais aussi actuellement l’eau, l’électricité et le gaz.
La fourniture peut également concerner les services. Les services dont il
est question ici sont ceux qui sont fournis de manière périodique et régulière ;
exemples : les services d’entretien et de réparations des appareils, machines,
véhicules…ou le service de gardiennage.

16
Par contre, la location des immeubles reste civile.

11
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Et, dans le cadre de la politique d’extension de la commercialité de


certains services publics, le législateur de 1996 a intégré dans les activités
commerciales même les services rendus en matière de postes et
télécommunications (art. 6-18°).
§ 3 - LES ACTIVITES DE SERVICES
Il s’agit d’activités qui consistent à exécuter un travail au profit des clients
ou de mettre à leur disposition l’usage temporaire de certains biens.
Trois catégories d’activités de services se dégagent de l’art. 6.
A - LES SERVICES DE L’INTERMEDIATION
L’objet de ces activités réside seulement dans l’information, le conseil et
l’assistance aux tiers cocontractants.
a - Le courtage 
C’est l’activité par laquelle une personne (le courtier) met deux
personnes en relation en vue de la conclusion d’un contrat.
Par conséquent, le courtier n’intervient d’aucune manière dans le contrat
conclu entre les personnes qu’il rapproche.
b - La commission
Le contrat de commission est une variété de mandat en vertu duquel le
commissionnaire s’engage à réaliser des opérations tels que des achats ou des
ventes pour le compte du commettant, mais en son nom personnel.
À la différence du simple mandataire qui traite au nom de son mandant,
le commissionnaire contracte avec les tiers en son nom personnel. Les tiers
(les cocontractants) ne connaissent que le commissionnaire.
Dans la pratique, les commissionnaires sont désignés par des
dénominations techniques suivant leurs domaines de spécialisation : les
intermédiaires de la bourse (ou agents de change en France), les
commissionnaires de transport, les transitaires de douane, les mandataires des
halles, etc.
c - Les bureaux et agences d’affaires
Ce sont des activités qui consistent à administrer les affaires des autres
et à gérer leurs biens, moyennant rémunération. Les agences d’affaires
peuvent même être spécialisées dans certains domaines ; ces spécialités ont
même été prises en considération par le nouveau code qui cite expressément

12
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

les agences de voyages, les agences de publicité 17 et les agences


d’information18.
B - LES SERVICES FINANCIERS
C’est l’ensemble des activités qui ont pour objet la spéculation sur
l’argent.
L’alinéa 7 de l’article 6 mentionne la banque, le crédit et les
transactions financières, mais il faut aussi ajouter les assurances (al. 8) qui
visent d’ailleurs la spéculation sur l’argent (les primes d’assurance).
Que veut-on dire par activités de banque, de crédit et de finance ?
Les définitions sont désormais données par la loi bancaire 19.
1 - La banque
D’après la loi bancaire, les principales activités bancaires sont :  
- la réception de fonds du public ;
- la distribution de crédits ;
- et la mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement
ou leur gestion.
2 - Le crédit 
Il consiste, d’après l’article 3 de la loi bancaire, en trois opérations, qui
doivent toutes être effectuées à titre onéreux20. Ces opérations sont :
- met ou s'oblige de mettre des fonds à la disposition d'une autre
personne, à charge pour celle-ci de les rembourser ;
- ou prend dans l'intérêt d'une autre personne, un engagement par
signature sous forme d'aval, de cautionnement ou de toute autre garantie.

17
- Ce sont toutes les agences de publicité qui interviennent entre les annonceurs et les médias
(télévision, radio, journaux…)
18
- Les agences d’information sont appelées en pratique les agences de renseignements
commerciaux ; elles sont spécialisées dans l’ingénierie financière, le marketing et tous les
services destinés à faciliter la création et le développement des entreprises.
On ne peut bien entendu exclure du domaine commercial les agences de presse ou les organes
de presse (journaux et périodiques autres que les journaux d’opinion) dans la mesure où
l’information est devenue une véritable industrie avec des moyens financiers et techniques
considérables à visée commerciale incontestée.
19
- Dahir n° 1-05-178 du 14 février 2006 portant promulgation de la loi n° 34-03 relative aux
établissements de crédit et organismes assimilés. B.O. n° 5400 du 2 mars 2006 p. 298.
20
- C’est une condition essentielle, car les prêts concédés à titre gratuit ne sont pas considérés
du crédit.

13
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3 - Les transactions financières


Il s’agit en fait de l’activité des sociétés de financements telles que
définies par l’article 10, al.3 de la loi bancaire, comme les sociétés de crédit à la
consommation. C’est donc pour ce genre d’établissements que l’article 6 du
code de commerce a réservé ce concept de transactions financières qu’il a
délibérément séparé des autres concepts de la banque et du crédit.
4 - L’assurance
Le code de 1996 parle des opérations d’assurances «à primes fixes »,
c'est-à-dire les assurances du secteur commercial, pour les distinguer des
assurances mutuelles21.
C - LES AUTRES SERVICES
Quatre activités prévues par l'article 6 peuvent être rangées dans ce
cadre.
1 – L'activité industrielle
L’art. 6-5° parle d’activité industrielle. Il s’agit de toute activité qui
consiste à effectuer des travaux sur des biens meubles 22 ou immeubles.
Mais à la différence avec l'achat pour revente après transformation où il
y a achat de la matière première qui sera transformée pour être revendue,
l'article 6 désigne par activités industrielles celles où les produits ou matières
premières sont fournis à l'industriel par ses clients à charges pour lui de les leur
restituer après transformation.
Mentionnons enfin dans le cadre des autres services, l'extension de la
commercialité pour la première fois à l’artisanat23, l’imprimerie et l’édition, le
bâtiment et les travaux publics.
L’activité industrielle peut également avoir pour objet les immeubles (les
entreprises ayant pour objet d’effectuer des travaux sur des immeubles tels que

21
Telles que la M.A.E.M. (Mutuelle d’Assurances des Enseignants du Maroc), et la M.A.M.D.A.
(Mutuelle Agricole Marocaine d’Assurance) et des organismes de prévoyance sociale telles que
la M.G.P.A.P.M. (Mutuelle Générale du Personnel des Administrations Publiques du Maroc),
la M.G.E.N. (la mutuelle générale de l’éducation nationale et les organismes à caractère social
telles que la CNSS (caisse nationale de la sécurité sociale) et la CIMR (caisse
interprofessionnelle marocaine de retraite).
22
- Certaines activités telles que la blanchisserie peuvent entrer dans cette catégorie.
23
- Ce qui inclue aujourd’hui tous les petits artisans comme le coiffeur, le tailleur, le plombier,
l’électricien, le maçon ; actuellement même les chauffeurs de taxis indépendants, qui étaient
jadis assimilés aux artisans, n’échappent pas au droit commercial.

14
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

le nivellement et le terrassement et qu’on appelait les manufactures


immobilières).
2 - La location de meubles
La location est une activité de service en vertu de laquelle le bailleur met
à la disposition de son locataire la jouissance temporaire de certains biens.
En vertu de l’art 6 - 1° et 2° toute location des biens meubles corporels
(voitures, machines, bijoux,…) ou incorporels (des films) est une activité
commerciale quelle que soit l’origine de ces biens, qu’ils soient achetés ou
seulement loués.
Le législateur de 1996 est resté muet sur les opérations de location des
immeubles. L’achat d’immeubles en vue de leur location demeure donc une
activité civile.
3 - L’exploitation de locaux à usage public
Au sein de l’article 6 on dénombre quatre sortes de ces établissements.
- La vente aux enchères publiques : Il s’agit de l’exploitation de salles de
ventes aux enchères publiques des marchandises.
- L’exploitation de magasins généraux : ce sont des entrepôts dans
lesquels les marchandises sont déposées contre remise de titres négociables,
appelés récépissés - warrants, qui permettent la vente ou le nantissement de
ces marchandises sans leur déplacement.
- L’exploitation des entrepôts publics : ce sont également des locaux de
dépôt de marchandises mais, avec remise de simples reçus qui ne bénéficient
pas des vertus des récépissés - warrants. Exemple : les entrepôts des ports ou
des aéroports, les entrepôts frigorifiques, les garde-meubles, les garages de
voitures, etc.
- L’organisation de spectacles publics : il s’agit de l’organisation de
spectacles offerts au public dans des salles ou locaux destinés à cet effet dans
un but lucratif (théâtre, cinéma, salles de conférences et lieux des
manifestations sportives professionnelles).
Quant à l’industrie hôtelière (l’hôtellerie et la restauration), on ne peut
soutenir qu’il s’agit d’une activité civile.

15
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

4 - Le transport
La commercialité du transport se base sur le fait qu’il participe à la
circulation des richesses, qu’il s’agisse du transport des personnes ou des
marchandises et quel que soit le mode de transport.

Section II - LES ACTES DE COMMERCE


Les actes de commerce sont ceux qui ne peuvent être exercés à titre
professionnel, et leur pratique, même habituelle, ne confère pas la qualité de
commerçant à celui qui en fait usage, néanmoins elle donne lieu à l’application
des règles du droit commercial.
Rentrent dans cette catégorie les actes de commerce par la forme
(art.9), les actes de commerce par accessoire (art.10) et les actes mixtes
(art.4).
§ I - LES ACTES DE COMMERCE PAR LA FORME
Les actes de commerce par la forme sont des actes qui sont toujours
commerciaux quelle que soit la qualité des parties (commerçants ou non
commerçants) et quel que soit l’objet de l’opération qui leur donne naissance
(commerciale ou civile).
Ces actes sont la lettre de change et les sociétés commerciales.
A - LA LETTRE DE CHANGE
Du fait que la lettre de change est un acte de commerce par la forme, il
en résulte les conséquences suivantes :
1°/ Les personnes qui s’obligent par lettre de change sont soumises aux
règles du droit commercial.
2°/ La lettre de change est commerciale quelle que soit la cause pour
laquelle elle a été signée (civile ou commerciale).
Ceci distingue la lettre de change notamment du chèque dont la nature
dépend de la nature civile ou commerciale de la créance sous-jacente.
B - LES SOCIETES COMMERCIALES
En principe, les sociétés devraient, comme les personnes physiques,
obéir aux mêmes critères de la commercialité, c’est-à-dire qu’une société serait
civile ou commerciale suivant l’objet de son activité.

16
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Cependant, la SA, la société en commandite par actions et la SARL,


même ayant un objet civil, sont devenues des sociétés commerciales par la
forme depuis la législation du protectorat.
De son côté, la loi 5/96 a rendu commerciales par la forme même la
société en nom collectif et et la société en commandite simple.
§ II - LES ACTES DE COMMERCE PAR ACCESSOIRE
L’article 10 du nouveau code stipule : « sont également réputés actes de
commerce, les faits et actes accomplis par le commerçant à l’occasion de son
commerce » ; ce sont donc les actes de commerce par accessoire.
Ces actes sont en réalité de nature civile et, lorsqu’ils sont effectués par
un commerçant pour les besoins de son commerce, ils acquièrent la qualité
d’actes de commerce. Exemple, le commerçant qui achète un camion pour
livrer ses marchandises, ou du mobilier pour son agence d’affaires ou des
machines pour son usine, etc.24
Ces actes ne constituent pas l’objet du commerce du commerçant ou
son activité, il n’y a pas l’idée d’achat pour revendre. Donc, l’acte d’achat est en
lui-même un acte civil, mais qui devient commercial par accessoire à l’activité
commerciale du commerçant, on dit qu’il est commercial par accessoire.
Signalons enfin que l’article 9 de la loi 53/95 a attribué au tribunal de
commerce la compétence pour connaître de l’ensemble du litige commercial qui
comporte un objet civil et, donc, des actes de commerce par accessoire.
§ III - LES ACTES MIXTES
Ce sont des actes qui sont commerciaux pour une partie et civils pour
l’autre. Exemple : un consommateur qui achète des produits ou de la
marchandise chez un commerçant ; cet acte a une double qualité : il est civil
pour le consommateur et commercial pour le commerçant.

24
- On peut encore citer les crédits que le commerçant contracte pour le développement de son
entreprise, les contrats d’assurance relatifs aux opérations commerciales (les assurances
contractées en vue de l’obtention de crédits bancaires, les assurances relatives aux transports
des marchandises ou du personnel), les contrats d’assurance relatifs aux biens de
l’entreprise (assurance incendie des magasins, entrepôts), les contrats de travail conclus entre
le commerçant et ses employés, l’achat ou la location d’immeubles pour l’exercice du
commerce, etc.

17
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

C’est le cas pour toutes les ventes au détail ou ventes à la


consommation : l’acte est commercial pour le vendeur et civil pour le
consommateur.
Devant le silence du code de 1913, c’est la jurisprudence qui a toujours
décidé des règles à appliquer aux actes mixtes avant que le code de 1996 ne
les consacre légalement. Son article 4 dispose en effet que «lorsque l’acte est
commercial pour un contractant et civil pour l’autre, les règles du droit
commercial s’appliquent à la partie pour qui l’acte est commercial ; elles ne
peuvent être opposées à la partie pour qui l’acte est civil sauf disposition
spéciale contraire ».
Par conséquent, les solutions consacrées précédemment par la doctrine
et la jurisprudence en matière des actes mixtes resteront toujours applicables :
1 - La compétence judiciaire
Actuellement, avec la création des tribunaux de commerce, la loi a confié
au commerçant de convenir avec le non commerçant d’attribuer la compétence
au tribunal de commerce pour connaître des litiges pouvant les opposer à
l’occasion de l’exercice de l’activité du commerçant.
2 - La preuve
La jurisprudence a appliqué le principe suivant lequel le régime des
preuves s’apprécie en fonction de la personne contre laquelle la preuve doit
être faite.
Par conséquent, dans un acte mixte :
- le commerçant ne peut invoquer la liberté de la preuve contre le non
commerçant, il ne peut établir la preuve à l’égard de ce dernier qu’en se
conformant aux règles du droit civil (nécessité d'un écrit lorsque l’opération
excède 250 dhs).
- inversement, lorsque le non commerçant doit fournir la preuve contre le
commerçant, la preuve sera libre pour lui (c’est-à-dire même par témoins).
3 - La prescription
# Avant le code de 1996 il était fait application des règles du D.O.C. qui
prévoyait deux prescriptions :
- une prescription de 5 ans, s’agissant d’obligations contractées entre
commerçants pour les besoins de leur commerce ;
- la prescription en matière civile de 15 ans.

18
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

# Actuellement, avec le nouveau code, lorsqu’il s’agit des actes mixtes,


cette prescription est unifiée ; l’article 5 a prévu désormais une seule
prescription de 5 ans, qu’il s’agisse de relations entre commerçants à l’occasion
de leur commerce ou de relations entre commerçants et non commerçants.

CHAPITRE II - LE SUJET DU DROIT


COMMERCIAL
Si les activités commerciales et les actes de commerce constituent
l’objet du droit commercial, le commerçant reste le sujet de ce droit.

Section I - DEFINITION DU COMMERÇANT


La définition du commerçant résulte expressément de l’article 6 du
nouveau code qui stipule que la qualité de commerçant s’acquiert par l’exercice
habituel ou professionnel des activités commerciales.
Toutefois cette condition est insuffisante pour définir le commerçant, une
autre condition s’impose, à savoir l’exercice des activités commerciales pour
son propre compte.
§ I - L’EXERCICE HABITUEL OU PROFESSIONNEL DES ACTIVITÉS
COMMERCIALES
Nous avons déjà eu l’occasion de voir que le commerçant est celui qui
exerce les activités commerciales, mais de manière habituelle ou
professionnelle.
Qu’est-ce que l’habitude et qu'est-ce que la profession ?
- L’habitude : veut dire une répétition régulière de l’activité commerciale,
autrement dit, l’exercice par entreprise des activités de l’article 6 ; en
conséquence, l’exercice occasionnel de ces activités ne peut plus qualifier un
commerçant. D’ailleurs, il ne faut pas oublier la condition supplémentaire de
l’article 6 concernant la publicité au registre du commerce.
- La profession : doit consister dans l’exercice d’une activité qui procure
le moyen de satisfaire aux besoins de l’existence de celui qui l’exerce.
Celui qui exerce une activité commerciale de manière habituelle doit tirer
de cet exercice tout ou une partie importante de ses moyens d’existence.
Encore faut-il qu’il le fasse pour son propre compte.

19
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ II - L’EXERCICE POUR SON PROPRE COMPTE


Il s’agit là d’une règle qui connaît néanmoins des exceptions.
A – LA RÈGLE
La qualité de commerçant s’acquiert en définitif par l’exercice habituel ou
professionnel des activités commerciales, mais pour son propre compte.
Autrement dit, la règle en la matière est la suivante : celui qui exerce des
activités commerciales, même s’il en fait sa profession habituelle, n’est pas un
commerçant tant qu’il le fait pour le compte d’autrui.
Le commerce suppose une indépendance totale dans l’exercice de la
profession. Il suppose aussi un certain risque : le commerçant peut faire des
bénéfices mais il peut aussi subir des pertes ; d’où la règle : tous ceux qui
exercent le commerce pour le compte d’une autre personne et ne subissent pas
de risque ne sont pas des commerçants.
Rentrent dans cette catégorie les employés, dans la mesure où ils sont
subordonnés à leurs employeurs par un contrat de travail et restent indifférents
aux risques du commerce, et les mandataires qui ne font que représenter leurs
mandants dans le commerce (exemples les représentants de commerce et les
administrateurs des sociétés commerciales).
B - LES EXCEPTIONS
Certaines personnes, bien qu’elles agissent pour le compte d’autrui, sont
considérées des commerçants alors qu’elles ne remplissent pas la condition
d’indépendance corrélative au risque.
a - Les commissionnaires
Nous avons déjà eu l’occasion de voir que le contrat de commission est
une sorte de mandat ; à ce titre, le commissionnaire ne devrait pas, en principe,
être considéré commerçant puisqu’il est un simple mandataire qui traite pour le
compte d’autrui, son commettant.
Nous avons vu aussi que le commissionnaire, à la différence du
mandataire, traite en son propre nom. Cependant, ce n’est pas pour cette
raison que le commissionnaire est un commerçant, mais parce qu’il exerce une
activité commerciale à part entière prévue par l’article 6-9° : la commission.

20
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

b - Les prête-noms
Le prête-nom est celui qui prête son nom dans des actes où le véritable
cocontractant ne peut ou ne veut pas voir figurer le sien.
C’est donc en apparence seulement que le prête-nom exerce le
commerce, c’est en apparence qu’il contracte avec les tiers en son nom et pour
son compte alors qu’en réalité, il le fait pour le compte d’autrui ; à ce titre, il ne
devrait pas être considéré commerçant.
Pourtant, vu l’importance accordée en droit commercial à la théorie de
l’apparence, le prête-nom est, sans hésitation, qualifié commerçant.

Section II - LA CONDITION JURIDIQUE DU


COMMERCANT
Un commerçant doit satisfaire à des conditions relatives à la capacité
commerciale et à des conditions ayant trait aux restrictions à l’exercice du
commerce.
§ I - LA CAPACITE COMMERCIALE
Désormais, en vertu de nos textes, l’incapacité d’exercer le commerce
frappe seulement le mineur et le majeur interdit, quant à la femme mariée, elle
ne fait plus partie des incapables 25, l'article 17 du code de commerce prévoit en
effet que "la femme mariée peut exercer le commerce sans autorisation de son
mari. Toute convention contraire est réputée nulle".
Le mineur est celui qui n’a pas atteint l’âge de la majorité qui est
actuellement fixé à 18 années grégoriennes révolues26 27,
Bien que l’article 218 du code de la famille prévoit que  le mineur qui a
atteint l’âge de 16 ans puisse être émancipé par le tribunal, cette émancipation
ne lui permet de gérer ses biens que dans le domaine civil ; pour pouvoir
exercer le commerce, le code de commerce exige, en plus, une autorisation
spéciale de son tuteur.

25
- V. à ce sujet notre article paru dans le journal L’opinion du 21 mars 1996, p. 1, intitulé :
«La restauration du droit de la femme mariée à la liberté d’exercer le commerce».
26
Sous le dahir du 14 mars 1938, l'âge de la majorité était fixé à 25 ans, sous le dahir du 25
janvier 1958 formant CSP il est passé à 21 ans, ensuite à 20 ans par dahir du 11 juin 1992.
27
Depuis la modification de l’ancien code de statut personnel par le dahir du 24 mars 2003
(B.O .n° 5096 du Jeudi 3 Avril 2003) prévu actuellement par l’article 209 du nouveau Code de la
famille.

21
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ II - LES RESTRICTIONS A LA LIBERTE DU COMMERCE


La liberté du commerce est un principe fondamental de notre droit,
consacré désormais par la constitution28.
Toutefois, cette liberté du commerce est limitée par certaines restrictions.
Le non-respect de ces restrictions est puni, suivant les cas, par des
sanctions disciplinaires ou administratives et même, le cas échéant, pénales.
En outre, les opérations commerciales effectuées par le contrevenant
sont considérés valables et peuvent le soumettre aux règles du droit
commercial, notamment celles relatives aux procédures de redressement et de
liquidation judiciaires.
Cette règle est maintenant consacrée expressément par l’article 11 du
code de commerce qui dispose que «toute personne qui, en dépit d’une
interdiction, d’une déchéance ou d’une incompatibilité, exerce habituellement
une activité commerciale, est réputé commerçant ».
A - LES INCOMPATIBILITÉS
Il arrive que certaines personnes exercent certaines professions, et cela
ne les empêche pas d’exercer le commerce en parallèle. Mais cette faculté
n’est pas toujours possible, car le législateur estime, pour différentes raisons,
que certaines professions sont incompatibles avec l’exercice du commerce, par
exemple les médecins, les avocats, les adouls, les notaires, les fonctionnaires,
etc.
B - LES DÉCHÉANCES
Il s’agit d’une autre restriction à l’exercice du commerce qui vise les
commerçants ou les postulants au commerce, c’est-à-dire les personnes qui ont
fait l’objet de certaines condamnations pénales (pour vol, escroquerie, abus de
confiance, émission de chèque sans provision, infractions fiscales ou
douanières, banqueroute, etc.) ou d’une liquidation judiciaire.
En outre, la déchéance commerciale emporte interdiction de diriger,
toute entreprise ayant une activité économique (art 711 code de commerce).

28
- L’article 15 de la constitution dispose que le droit d’entreprendre demeure garanti.

22
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Ces déchéances résultent de divers textes législatifs spéciaux 29 (ce sont


des déchéances de plein droit) mais, dans certains cas, elles doivent être
prononcées par jugement.
C - LES INTERDICTIONS
Au titre de cette restriction, le commerçant n’a pas le droit de postuler à
l’exercice de certaines activités commerciales :
- lorsque ces activités sont interdites par le législateur : par exemple
l’interdiction du commerce de la fausse monnaie (art. 335 C.P.), l’interdiction du
commerce lié aux jeux de hasard (art. 282 C.P.), l’interdiction du commerce des
objets et images contraires aux mœurs (art. 59 dahir 15/11/1958 formant code
de la presse), le commerce des stupéfiants ;
- ou lorsque ces activités constituent un monopole de l’Etat : par
exemple la recherche du pétrole et du gaz, l’exploitation et le commerce des
phosphates, le transport ferroviaire, etc.
D - LES AUTORISATIONS
Il s’agit de l’interdiction d’exercer certaines activités commerciales sans
autorisation préalable des autorités administratives.
En effet, dans certains cas, une autorisation administrative, sous forme
d’agrément ou de licence, est nécessaire avant l’ouverture du commerce ou
l’exercice de certaines activités commerciales, par exemple :
- la vente des boissons alcooliques (qui est soumise, suivant le cas, à
une licence ou à une autorisation),
- les activités cinématographiques (notamment les clubs vidéo soumis à
une autorisation du C.C.M.),
- les agences de voyages (qui doivent être autorisées par le ministère du
tourisme),
- le transport public des personnes (soumis à des agréments du
ministère du transport), etc.
Dans d’autres cas l’existence de ces autorisations s’explique par des
exigences de la profession, par exemple l’ouverture d’une pharmacie nécessite
d’être titulaire d’un diplôme de pharmacien, les banques et les sociétés
d’assurances doivent être inscrites sur les listes de ces professions, etc.
29
- Par exemple la loi bancaire du 6/7/1993 (art 31), la profession d’agent d’affaires : dahir du
12/1/1945, les agences de voyages : dahir portant loi du 8/10/1977, les pharmaciens : dahir du
19/2/1960, les intermédiaires d’assurances : dahir portant loi du 9/10/1977, etc.

23
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Il faut ajouter que certaines activités ne peuvent être exercées que par
des personnes morales, par exemple les activités bancaires.

Section III - LES OBLIGATIONS DU COMMERCANT


En plus des obligations communes à toutes les entreprises économiques
(les obligations sociales, les obligations fiscales…), le commerçant est soumis à
des obligations spéciales, les unes nouvelles, les autres traditionnelles.
§1 – LES OBLIGATIONS NOUVELLES
En effet, dans le but d’assurer un meilleur contrôle fiscal, le code de
1996 a institué de nouvelles obligations à la charge des commerçants, il s’agit
de :
- l’obligation pour le commerçant, pour les besoins de son commerce,
d’ouvrir un compte dans un établissement bancaire ou dans Al Barid Bank qui
est une filiale du groupe Poste Maroc depuis le 8 juin 2010. (art.18) ;
- et l’obligation de payer par chèque barré ou par virement bancaire,
toute opération entre commerçants pour faits de commerce d’une valeur
supérieure à 10000 dhs. L’inobservation de cette règle est passible d’une
amende qui ne peut être inférieure à 6% de la valeur payée autrement que par
chèque ou virement bancaire ; les deux commerçants, c’est-à-dire le créancier
et le débiteur, sont responsables solidairement du paiement de cette amende.
Mais ici surgissent 2 problèmes pratiques:
Le 1er : Chèque barré
Le 2ème : Le fractionnement des factures
 Comment le 1er problème a été réglé?
C'est en se basant sur l'article 311 al. 2 du code de commerce que,
depuis le 1er février 2011 un règlement interbancaire (du GPBM) a instauré
l'obligation des chèques pré-barrés et non endossables pour les clients
patentés des banques (les personnes morales, les entreprises individuelles et
les professions libérales).
L'article 311 dispose que: "Tout établissement bancaire… peut délivrer
des formules de chèques barrés d'avance et rendues, par une mention
expresse de l'établissement bancaire, non transmissibles par voie
d'endossement, sauf au profit d'un établissement bancaire ou d'un
établissement assimilé"

24
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

 Comment le 2ème problème a été réglé?


La loi de finance 2016 a modifié l’article 11 CGI relatif aux charges non
déductibles en prévoyant:
« Ne sont déductibles du résultat fiscal que dans la limite de 10 000 dhs
par jour et par fournisseur, les dépenses afférentes aux charges visées à
l’article 10 dont le règlement n’est pas justifié par chèque barré non
endossable, effet de commerce, moyen magnétique de paiement,
virement bancaire, procédé électronique ou par compensation avec
une créance à l’égard d’une même personne… »

§2 – LA PUBLICITE AU REGISTRE DE COMMERCE


Le R.C. a pour rôle de faire connaître les commerçants, son objectif est
d’organiser une publicité juridique (non commerciale) sur le commerçant ; il
fournit aux tiers, qui sont en relation avec le commerçant, des informations
relatives à sa situation juridique et à ses activités commerciales.
C’est pour cette raison que le code de commerce a fait du R.C. un
document public ; toute personne peut se faire délivrer une copie ou un extrait
certifié des inscriptions qui y sont portées ou un certificat attestant l’inexistence
d’une inscription ou qu’une inscription a été rayée.
A - LE FONCTIONNEMENT DU R.C. 
Comment est-il organisé ? Quelles sont les personnes assujetties à
l'immatriculation ? Et quelles sont les différentes inscriptions ?
a - L’organisation du R.C.
Le R.C. est constitué par des registres locaux et un registre central :
Les registres locaux sont actuellement institués auprès de chaque
tribunal de commerce ou de première instance le cas échéant ; ils sont tenus
par le secrétariat-greffe et leur fonctionnement est surveillé par le président du
tribunal ou par un juge désigné par lui.
Le registre central du commerce est tenu à l’office de la propriété
industrielle à Casablanca. Il a pour but :
- de centraliser toutes les déclarations contenues dans les registres
locaux que lui transmettent les secrétaires greffiers des tribunaux ;

25
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- et de délivrer les certificats relatifs aux inscriptions portées sur le


registre.
b - Les personnes assujetties
Toutes les personnes physiques et morales (sociétés commerciales,
GIE), de droit privé ou de droit public, marocaines ou étrangères exerçant une
activité commerciale sur le territoire marocain sont tenues de se faire
immatriculer au R.C. du tribunal où est situé leur siège.
L’immatriculation est également obligatoire lors de l’ouverture d’une
succursale ou d’une agence d’entreprise marocaine ou étrangère.
c - Les inscriptions au R.C.
Ces inscriptions sont au nombre de trois :
1 - Les immatriculations
Il existe trois sortes d’immatriculations.
1°/ L’immatriculation principale
Tout commerçant, personne physique ou morale, doit se faire
immatriculer au R.C.; la demande d’immatriculation doit avoir lieu dans les 3
mois de l’ouverture de l’établissement commercial ou de l’acquisition du fonds
de commerce pour les personnes physiques, et dans les trois mois de leur
constitution pour les personnes morales.
Mais il ne peut y avoir qu’une seule immatriculation. Il s’agit de la
première immatriculation au R.C. qu’on appelle immatriculation principale.
Ainsi, un commerçant (personne physique ou personne morale) ne peut
avoir qu’un seul numéro d’immatriculation à titre principal car, l’immatriculation
a un caractère personnel, c’est-à-dire qu’elle est rattachée au commerçant, non
à son activité commerciale ou à ses établissements de commerce. S’il est établi
qu’un commerçant possède des immatriculations principales dans plusieurs
registres locaux ou dans un même registre local sous plusieurs numéros, il peut
être sanctionné et le juge peut procéder d’office aux radiations nécessaires.
2°/ Les inscriptions complémentaires
Si le nouvel établissement se trouve dans le ressort du tribunal où la
personne assujettie a son immatriculation principale, il y a lieu seulement à
inscription complémentaire, il ne s’agit pas d’une immatriculation mais
uniquement d’une inscription modificative.

26
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3°/ Les immatriculations secondaires


Si le nouvel établissement se situe dans le ressort d’un autre tribunal que
celui de l’immatriculation principale, il y a lieu à demander une immatriculation
secondaire au tribunal du lieu de la succursale ou de l’agence ou de la création
de la nouvelle activité, avec indication de l’immatriculation principale. Dans ce
cas, une inscription modificative doit également être portée au R.C. de
l’immatriculation principale.
Ces inscriptions sont nécessaires à l’occasion, et dans les 3 mois, de
l’ouverture des succursales ou agences ou de la création d’une nouvelle activité
par le commerçant déjà immatriculé au R.C., c’est-à-dire ayant au préalable
une immatriculation principale.
Quant à la succursale, agence de sociétés commerciales ou de
commerçants dont le siège social ou l’établissement principal se trouve à
l’étranger, et la représentation commerciale ou agence commerciale de
collectivités ou établissements publics étrangers, elles doivent requérir une
immatriculation principale au R.C. du tribunal du lieu où le fonds de commerce
est exploité (Art. 41) dans les 3 mois de leur ouverture (Art. 75). En cas de
pluralité de fonds exploités, il est procédé suivant le cas, à inscription
complémentaire ou à immatriculation secondaire (Art. 41).
2 - Les inscriptions modificatives
Tout changement ou modification concernant les mentions qui figurent
sur le R.C. doit faire l’objet d’une demande d’inscription modificative (art. 50)
dans le mois suivant le changement.
Par exemple, pour les personnes morales les décisions modifiant les
statuts de la société (l’augmentation ou la diminution du capital social, la forme
juridique de la société, la dénomination sociale), la nomination de nouveaux
gérants, des membres des organes d’administration, etc.
3 - Les radiations
La radiation est le fait de rayer l’immatriculation du commerçant du R.C.
par exemple en cas de cessation totale de l’activité commerciale, en cas de
décès du commerçant, en cas de dissolution d’une société, etc. 30
Les radiations peuvent être requises par les intéressés eux-mêmes, soit
opérées d'office par ordonnance du président du tribunal.
30
- V. art. 51 à 57 code de commerce.

27
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B - LES EFFETS DE L’IMMATRICULATION


a - Les effets à l'égard des personnes physiques
L’absence d’effets de l’immatriculation en vertu du dahir du 1 er septembre
1926 avait poussé la jurisprudence à juger que «la seule inscription au R.C. ne
suffit pas pour donner à la personne inscrite la qualité de commerçant »31.
L’immatriculation au R.C. ne constituait nullement une présomption d’être
commerçant.
1 - La présomption de commercialité
Désormais, avec le nouveau code de commerce, toute personne
immatriculée au R.C. est présumée avoir la qualité de commerçant.
Néanmoins, il faut souligner que le nouveau code ne s’est pas
«aventuré » jusqu’à donner à l’immatriculation l’effet d’une présomption
irréfragable (ou absolue), il s’est contenté de lui accorder une présomption
simple, c’est-à-dire susceptible de preuve contraire.
Ce qui veut dire que, sous l'ancien code, il appartenait au commerçant
de prouver qu'il est commerçant ; actuellement, c'est à l'adversaire de
démontrer qu'il n'est pas commerçant.
2 - Les effets du défaut d’immatriculation
En vertu de la politique du nouveau code de commerce, lorsque le
commerçant n'est pas immatriculé au registre de commerce :
- d’une part, il se voit privé de tous les droits dont bénéficient les
commerçants, par exemples : il ne peut produire ses documents comptables en
justice pour faire preuve, ni invoquer la prescription quinquennale à l’égard des
non commerçants, ni revendiquer le droit à la propriété commerciale, etc.
- d’autre part, il se trouve soumis à toutes les obligations des
commerçants, par exemple, quand c’est dans son intérêt, il ne peut invoquer le
défaut d’immatriculation pour se soustraire aux procédures de redressement ou
de liquidation judiciaires qui sont spéciales aux commerçants.
Enfin, le code de commerce sanctionne d’une amende de 1 000 à 5 000
dhs :
1°/ Tout commerçant, gérant ou membre des organes d’administration,
de direction ou de gestion d’une société commerciale, tout directeur d’une

31
- TPI d’Oujda, 24 mai 1961, Revue Marocaine de Droit du 1/11/1961, pp. 415 - 417.

28
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

succursale ou d’une agence d’un établissement ou d’une société commerciale,


tenu de se faire immatriculer au R.C. qui ne requiert pas dans les délais
prescrits les inscriptions obligatoires.
Cette amende concerne toutes les mesures d’inscription : le défaut
d’immatriculations, d’inscriptions complémentaires ou modificatives et le défaut
de radiation.
2°/ La même amende est encourue lorsque l’assujetti prend plusieurs
immatriculations principales.
3°/ Elle frappe aussi tout manquement à l’obligation de mentionner le
numéro et le lieu de l’immatriculation au R.C. dans les documents de commerce
(factures, lettres, bons de commandes…).
b - Les effets à l’égard des personnes morales 
Dans notre ancienne législation, l’immatriculation au R.C. n’était pas une
condition pour l’acquisition de la personnalité morale, une société commerciale
jouissait de la personnalité morale dès sa constitution, indépendamment de
l’immatriculation au R.C.
Actuellement, avec les nouvelles lois relatives aux sociétés, celles-ci ne
jouissent de la personnalité morale qu’à partir de leur immatriculation au
R.C.
§ 3 - LA TENUE D’UNE COMPTABILITE
L’utilité de la comptabilité n’est plus aujourd’hui à démontrer, tant dans
l’intérêt du commerçant (bonne gestion et moyen de preuve) que de celui des
tiers (informations sur la situation du commerçant) ou de l’Etat (contrôle des
déclarations fiscales).
La tenue des livres de commerce était réglementée par le code de
commerce de 1913, cette réglementation s’est révélée dépassée par l’évolution
des pratiques commerciales et comptables.
Pour se mettre à jour par rapport à cette évolution, le législateur a du
intervenir par la loi 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants,
promulguée par dahir du 25 décembre 1992 32.

32
- B.O. 30/12/1992, n° 4183 bis, p. 623.

29
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

A - LES LIVRES ET DOCUMENTS COMPTABLES


Désormais, notre législation actuelle ne dispense plus aucun
commerçant, aussi modeste que soit son commerce, de la tenue de la
comptabilité commerciale. L’article 1er de la loi 9-88 impose en effet à toute
personne, physique ou morale, ayant la qualité de commerçant de tenir une
comptabilité dans les formes qu’elle prescrit.
Dans ce but trois livres comptables sont obligatoires pour tous les
commerçants, à savoir :
- le livre journal : C’est un registre où sont enregistrées
chronologiquement opération par opération et jour par jour les mouvements
affectant les actifs et les passifs de l’entreprise. On y enregistre par exemple
toutes les ventes et tous les achats de la journée, les factures payées, les
salaires versés…
- le grand livre : C’est un livre où sont reportées les écritures du livre -
journal ; il a pour objet de récapituler et d’enregistrer ces écritures suivant le
plan de comptes du commerçant. Il s’agit en quelque sorte d’un recueil de tous
les comptes ouverts par l’entreprise commerciale.
- et le livre d'inventaire : L’art. 5 de la loi impose aux commerçants de
dresser un inventaire des éléments actifs et passifs de l’entreprise au moins
une fois par exercice ; à cette fin, le commerçant doit tenir un livre d’inventaire
sur lequel il doit transcrire le bilan et le C.P.C. (compte des produits et charges)
de chaque exercice.
En outre, elle oblige les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est
supérieur à 10.000.000 dhs33 d’établir un certain nombre de documents
comptables supplémentaires tels que le manuel, l’état des soldes de gestion
(l’E.S.G.), le tableau de financement, l’état des informations
complémentaires (ETIC) et les états de synthèse annuels (ES).
B - LES REGLES RELATIVES À LA TENUE DE LA COMPTABILITE ET
LEURS SANCTIONS
Analysons d’abord ces règles, ensuite leurs sanctions.

33
Article 4 de la loi modifié par l'article 1er de la loi n° 44-03 promulguée par le dahir
n° 1-05-211du 14 février 2006 ; B.O. n° 5404 du 16 mars 2006

30
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

a - Les règles
Afin de veiller sur l’authenticité des écritures comptables et la sincérité
des opérations effectuées par les commerçants, l’article 22 de la loi exige que
les documents comptables soient établis «sans blanc ni altération d’aucune
sorte », c’est-à-dire qu’il est interdit de laisser des blancs susceptibles d’être
remplis en cas de besoin ou de biffer des écritures, celles-ci doivent, le cas
échéant, tout simplement être rectifiées par d’autres écritures en sens inverse,
autrement dit procéder à la contre-passation.
C’est d’ailleurs pour les mêmes raisons que l’article 8 dispose que le livre
journal et le livre d’inventaire sont cotés et paraphés sans frais par le greffier du
tribunal du siège de l’entreprise. Chaque livre reçoit un numéro répertorié par le
greffier sur un registre spécial. Ne sont pas tenues à cette obligation les
personnes physiques dont le chiffre d'affaires annuel n'excède pas deux
millions de dirhams (2.000.000 DH), à l'exception des agents d'assurances 34.
Par ailleurs, l’article 22 exige des commerçants de conserver leurs
documents comptables et leurs pièces justificatives pendant 10 ans. L’article 26
du code de commerce les oblige, de son côté, de classer et conserver pendant
10 ans, à partir de leur date, les originaux des correspondances reçues et les
copies de celles envoyées.
b - Les sanctions
Les sanctions de ces formalités sont d’ordre fiscal et pénal.
1 - Les sanctions fiscales
Comme les documents comptables servent de base à l’établissement
des déclarations fiscales, ils peuvent faire l’objet de vérification de la part des
inspecteurs des impôts. Aussi, lorsque ces documents ne respectent pas les
normes prescrites par la loi 9-88, l’article 23 de cette dernière laisse la faculté à
l’administration des impôts de les rejeter et d’établir une imposition forfaitaire.
Elle peut même appliquer, le cas échéant, des sanctions pécuniaires
(majorations, indemnités de retard, etc.)
2 - Les sanctions pénales
S’il s’avère que le commerçant a falsifié les livres et documents
comptables, il peut être poursuivi pour banqueroute ou pour fraude fiscale ou
pour faux en écriture du commerce.
34
Loi n° 44-03

31
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

D’un autre côté, en cas d’ouverture d’une procédure de traitement, les


dirigeants d’une entreprise individuelle ou à forme collective risquent d’être
poursuivis pour banqueroute35 lorsqu’il se révèle qu’ils ont tenu une comptabilité
fictive ou fait disparaître des documents comptables de l’entreprise ou de la
société ou s’ils se sont abstenus de tenir toute comptabilité prescrite par la loi.
Par ailleurs, la loi de finances 1996-1997 a, pour la première fois,
incriminé la fraude fiscale ; cette loi prévoit cinq faits qui peuvent constituer la
fraude fiscale, parmi lesquels la production d’une comptabilité fausse ou fictive
et la soustraction ou la destruction des documents comptables 36.
C - LA PREUVE PAR LES DOCUMENTS COMPTABLES
L’un des intérêts de la tenue de la comptabilité pour le commerçant, et
non des moins importants, est qu’elle peut lui servir de preuve à l’égard des
autres commerçants.
Si les principes techniques de la comptabilité ont été réglementés par la
loi 9-88, les règles relatives à la preuve sont demeurées prévues par le code de
commerce dans ses articles 19 à 26.
Deux sortes de questions se posent à ce sujet : l’une relative à la force
probante des documents comptables, l’autre concerne les modes de production
de ces documents en justice.
a - La force probante des documents comptables
En ce qui concerne la preuve, il y a lieu de distinguer deux hypothèses,
suivant que les documents comptables sont invoqués contre le commerçant qui
les tient ou qu’ils sont invoqués par lui contre les tiers.
1 - Les documents comptables sont invoqués comme preuve contre
le commerçant qui les tient
Cette hypothèse se présente de la manière suivante : un détaillant
achète de la marchandise de chez son fournisseur mais il prétend ne pas l’avoir
reçue, pourtant, dans les livres de ce détaillant, il est fait mention de sa
35
- La sanction encourue est l’emprisonnement de 1 à 5 ans et une amende de 10 000 à 100000
dhs ou l’une de ces deux peines seulement. Ces peines sont portées au double lorsque le
banqueroutier est dirigeant d’une société dont les actions sont cotées en bourse.
36
- La sanction prévue est l’amende de 5 000 à 50 000 dhs qu’il s’agisse de l’IS, de l’IGR ou de
la TVA (Art. 12, 13 et14 LF) ; en cas de récidive, le contrevenant est passible, en plus de cette
amende, d’un emprisonnement de 1 à 3 mois. (Il faut rappeler que l’emprisonnement ne peut
être prononcé que contre les personnes physiques, s’il s’agit d’une personne morale, il
s’appliquera à ses dirigeants). Ajoutons que ces infractions doivent être constatées par deux
inspecteurs des finances par procès-verbal.

32
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

réception. Dans ce cas, le fournisseur peut-il invoquer les livres du détaillant


comme preuve contre ce dernier d’avoir reçu la marchandise ?
En réalité, ces écritures constituent un aveu du commerçant. C’est
pourquoi l’article 20 du nouveau code de commerce a prévu expressément que
les tiers peuvent opposer au commerçant le contenu de sa comptabilité ; mieux
encore, cette comptabilité peut servir de preuve contre lui alors même qu’elle
soit « irrégulièrement tenue ».
2 - Les documents comptables invoqués comme preuve par le
commerçant qui les tient
L’un des intérêts de la tenue de la comptabilité pour le commerçant, et
non des moins importants, est qu’elle peut lui servir de preuve à l’égard des
tiers. Néanmoins, il convient de distinguer, suivant que le tiers est un
commerçant ou un non-commerçant.
2-1/ La preuve est dirigée contre un commerçant
Des dispositions de l’article 438 DOC 37 on a déduit une règle générale
suivant laquelle nul ne peut se constituer une preuve à soi-même.
L’article 19 du code de commerce déroge cependant à cette règle en
admettant qu’une comptabilité régulièrement tenue est admise par le juge pour
faire preuve entre les commerçants à raison des faits de commerce.
Par conséquent, en cas de litige entre commerçants à propos de leurs
affaires commerciales, chacun peut invoquer ses propres documents
comptables pour faire preuve contre l’autre, à condition qu’ils soient
régulièrement tenus.
2-2/ La preuve est dirigée contre un non commerçant
Contrairement à l’hypothèse précédente où les commerçants se trouvent
à égalité des preuves, les documents comptables d’un commerçant ne peuvent,
en principe, revêtir une force probante à l’égard d’un non-commerçant. En plus
du fait que ce dernier n’a pas de moyens de défense pour faire face aux
documents du commerçant, il faut rappeler qu’en matière d’actes mixtes les
règles du droit commercial, notamment celle de la liberté de la preuve, ne
peuvent être opposées au non-commerçant (art. 4) ; ceci sans oublier que les
documents du commerçant sont des preuves de sa propre création.

37
- V. art. 433 et suiv. D.O.C.

33
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Néanmoins, on peut trouver une atténuation à ce principe dans la


disposition de l’article 433 DOC qui a été reprise par l’article 21 du code 1996
suivant laquelle « lorsque les documents comptables correspondent à un
double qui se trouve entre les mains de la partie adverse, ils constituent pleine
preuve contre elle et en sa faveur ».
Il faut déduire de cet article qu’il suffit que le non-commerçant détienne
une copie de ces documents, pour que celle-ci constitue une preuve contre lui
ou en sa faveur38.
La question se pose en pratique à propos des relevés de comptes établis
par les banques à l’intention de leurs clients non commerçants. La
jurisprudence tantôt leur refuse la force probante, tantôt y puise un
commencement de preuve, tantôt enfin elle leur reconnaît une force probante 39.
Mais le législateur, par principe, n’a pas fait d’exception à la règle de
l’art. 4 relative aux actes mixtes ; bien au contraire, il a adopté une position
explicite à ce sujet en décidant que les relevés de comptes établis par les
établissements de crédit ne sont admis comme moyens de preuve qu’entre eux
et leurs clients commerçants.
b - Les modes de production en justice
Les documents comptables peuvent donc être invoqués en justice
comme preuve de leurs allégations soit par le commerçant qui les tient, dans ce
cas il les mettra de sa propre volonté entre les mains de la justice, soit par les
tiers, et la loi met à leur disposition deux procédés : la communication et la
représentation. Mais le juge peut ordonner d’office l’un ou l’autre de ces
procédés, c’est-à-dire sans que ce soit requis par les parties.
1 - La communication
« La communication est la production intégrale des documents
comptables ». Elle consiste donc pour le commerçant de mettre toute sa
comptabilité à la disposition de la partie adverse. L’article 24 laisse toutefois
aux parties de décider de la manière dont la communication doit être établie -
38
- Rappelons cependant que les tiers, commerçants ou non, peuvent invoquer en leur faveur la
comptabilité d’un commerçant sans avoir à en détenir un double (art. 20 code de commerce).
39
- V. dans ce dernier sens, à titre d’exemple, TPI Casablanca, section commerciale, du
15/10/1987, aff. BCM c/ Barich Omar, n° 2547, RMD, 1987, n° 15, p. 306 qui a jugé que dans
la mesure où le relevé de compte établi par la banque est extrait de ses livres et registres
régulièrement tenus, sa contestation non appuyée par des moyens de preuve est insuffisante à
lui retirer sa valeur probante.

34
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

notamment la remise des documents à un expert - et à défaut d’accord, de les


déposer au secrétariat-greffe du tribunal.
C’est dire le danger que présente la communication pour le commerçant
qui verra tous les secrets de son commerce dévoilés à son adversaire.
C’est pourquoi l’article 24 du code de 1996 a prévu des cas
exceptionnels où la communication peut être ordonnée en justice, à savoir « les
affaires de succession, de partage, de redressement ou de liquidation judiciaire
et dans les autres cas où ces documents sont communs aux parties ».
On remarquera donc que la communication se justifie dans ces affaires
par deux raisons : soit que les adversaires ont le même droit sur ces documents
(succession, partage de société, etc.), soit par la cessation de l’activité du
commerçant (redressement ou liquidation judiciaire, le commerçant ne courant
plus aucun danger à dévoiler sa comptabilité).
2 - La représentation
« La représentation consiste à extraire de la comptabilité les seules
écritures qui intéressent les litiges soumis au tribunal » (art. 23 code
commerce).
Aussi, la représentation se distingue-t-elle de la communication en ce
que :
- seules les parties de la comptabilité qui concernent le litige en question
sont produites en justice ;
- les documents sont examinés par le juge lui-même ou par un expert
nommé par lui afin d’y extraire les écritures concernant le procès, ils ne peuvent
donc être confiés à l’adversaire ;
- enfin, et par conséquent, la représentation n’est pas limitée aux
situations énumérées par l’article 24.
Il reste à signaler que si le commerçant refuse, sur injonction du juge, de
produire sa comptabilité, ou s’il déclare ne pas avoir de comptabilité, le juge
peut déférer le serment à l’autre partie pour appuyer ses prétentions (art. 25).
Si cette dernière prête ce serment dit supplétoire 40, elle sera alors crue
sur sa parole et gagnera son procès au détriment du commerçant qui a refusé
de produire sa comptabilité ou qui a déclaré ne pas en avoir.
40
- Ce serment est appelé ainsi dans la mesure où il supplée à la production de preuve en faveur
de celui auquel il est déféré ; autrement dit, en cas d’absence de preuve, le serment lui est
déféré.

35
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Une nouvelle catégorie de commerçants est désormais dispensée de


l'obligation de tenir une comptabilité et de l'obligation de s'inscrire au registre de
commerce, ce sont les nouveaux auto–entrepreneurs.

Section IV – L'auto-entrepreneur
La loi 114/1341 a instauré un nouveau statut des auto-entrepreneurs. Son
objectif est de lutter contre l'informel pour deux raisons: limiter la concurrence
livrée par l'informel et surtout élargir l'assiette fiscale.
Au sens de la loi, l'auto-entrepreneur est toute personne physique
exerçant, à titre individuel, une activité industrielle, commerciale ou artisanale,
ou prestataire de services, dont le chiffre d'affaires annuel encaissé ne dépasse
pas :
• 500.000 dirhams pour les activités industrielles, commerciales et artisanales ;
• et 200.000 dirhams pour les prestations de services.
La liste des activités industrielles, commerciales et artisanales et la liste
des prestations de services sont fixées par voie réglementaire.
Plusieurs avantages sont associés à ce régime, notamment:
- du côté social, la population concernée devrait bénéficier d'une
couverture sociale;
- du point de vue formel, un allègement est prévu concernant la
contrainte de la domiciliation, puisque les auto-entrepreneurs peuvent
exercer leurs activités dans leur propre lieu de résidence ou dans un
local partagé entre plusieurs entreprises;
- sur le plan comptable, l'auto-entrepreneur est dispensé des lourdes
obligations comptables classiques, il est seulement tenu à une
comptabilité simplifiée de caisse, càd de tenir un registre des achats

41
- Dahir n°1-15-06 du 29 rabii II 143 6 (19 février 2015) portant promulgation de la loi
n° 114-13 relative au statut de l'auto-entrepreneur. B.O. n° 6344 du 19 mars 2015.V.
aussi le décret n°2-15-257 du 10 avril 2015 fixant la composition et les modalités de
fonctionnement du conseil national de l'auto-entrepreneur; le décret n°2-15-258 du 10
avril 2015 pris en application des articles 5, 6 et 8 de la loi n°114-13 relative au statut
de l'auto-entrepreneur fixant les modalités d'inscription au registre des auto-
entrepreneurs et le décret n°2-15-263 du 10 avril 2015 relatif à l'exclusion des
contribuables exerçant certaines professions, activités et prestations de service du
bénéfice du régime fiscal applicable à l'auto-entrepreneur, B.O. n°6358 du 7/5/2015.

36
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

et des ventes qui doit être visé par le responsable du service


d'assiette du lieu de son domicile fiscale42 ;
- sous l'angle fiscal, déjà la loi de finances de 2014, càd avant
l'adoption du projet de loi par le parlement, a prévu un taux de
taxation très allégé (1% du chiffre d'affaires pour le commerce,
l'industrie et l'artisanat et 2% pour les prestations de services 43;
- du point de vue juridique l'auto-entrepreneur est désormais dispensé
de l'obligation d'immatriculation au registre de commerce, ce dernier
est remplacé par un registre national des auto-entrepreneurs; la
gestion de ce registre est confiée à Barid Al Maghrib pour le compte
de l'Etat. Poste Maroc est chargée des inscriptions mais aussi de la
réception des déclarations du chiffre d'affaires, de collecter les impôts
et les cotisations sociales44.
 On constatera cependant que le texte n'évoque nulle part les
effets juridiques de l'inscription au registre national des auto-
entrepreneurs à l'instar du code de commerce concernant le
registre de commerce ! La question reste, faute d'inscription
au registre de commerce est-ce que l'auto-entrepreneur est
quand même un commerçant ? En tout cas puisqu'aucune
réponse à cette question ne figure dans le texte, légalement
parlant, l'auto-entrepreneur ne peut guère prétendre au statut
de commerçant.
 cependant, en cas de dettes liées à son activité, tous ses
biens meubles et immeubles peuvent faire l'objet d'une saisie
à l'exception de sa résidence principale.

La radiation de l'auto-entrepreneur doit être opérée dès le dépassement


des seuils fixés par la loi45 durant deux exercices.
Dans ce cas, l'auto-entrepreneur devra muter en entreprise individuelle
ou en S.A.R.L. à associé unique avec toutes les contraintes que cela comporte.
42
- V. la circulaire de la direction générale des impôts concernant le régime fiscal 2014
appliqué aux auto-entrepreneurs, L'ECONOMISTE du 30 janvier 2014, P. 16
43
- Il convient de noter que c'est un impôt libératoire de l'impôt sur le revenu.
44
V. L'ECONOMISTE du 23 janvier 2015, p.2
45
- 500.000 dirhams pour les activités industrielles, commerciales et artisanales et
200.000 dirhams pour les prestations de services.

37
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Un observateur nous fait remarquer que "certains seront tentés de faire


en sorte de revenir au plafond pour continuer à payer des taux réduits, on
poussera encore les gens vers le noir"46

Une fois tous les actes de commerce et les activités commerciales


étudiés en tant qu’objet du croit commercial et la question relative au sujet du
droit commercial élucidée, une interrogation se pose automatiquement dans
notre esprit : pourquoi distinguer le domaine commercial du domaine civil ?
C’est toute la question de leur régime juridique.

Section V – LE REGIME JURIDIQUE DU DOMAINE


COMMERCIAL
Étudier le régime juridique des activités commerciales revient à relever
leurs particularités par rapport aux activités civiles.
§ I - LES PARTICULARITES DES REGLES DE FOND
Les particularités des règles de droit commercial dans ce domaine sont
diverses. A ce niveau de notre étude, on dégagera seulement certaines règles
générales, à titre d'exemple, du droit commercial qui se distinguent
foncièrement de celles du droit civil.
1°/ La capacité
Les règles de la capacité en matière commerciale se distinguent
fondamentalement de celles du droit civil.
Pour exercer le commerce, le mineur ne doit pas seulement être
émancipé, mais aussi être autorisé à faire le commerce.
2°/ La solidarité
Il y a solidarité entre les débiteurs lorsque chacun d’eux est
personnellement tenu de la totalité de la dette. Face à plusieurs débiteurs d’une
même dette, le créancier a le choix de réclamer à chacun d’eux,
individuellement ou collectivement, le paiement de la totalité de la dette.
En droit commun, c’est-à-dire dans les contrats civils «la solidarité entre
les débiteurs ne se présume pas » (art. 164 D.O.C.), elle doit être
expressément stipulée dans le contrat.
46
- L'ECONOMISTE du 23 janvier 2015, p.2.

38
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Mais en matière commerciale la solidarité est de droit : l’article 335 du


code 1996 dispose : « en matière commerciale la solidarité se présume » (V.
aussi art. 165 D.O.C.). Par conséquent, et contrairement au droit civil, pour
écarter l’application de la solidarité entre les commerçants une clause spéciale
doit être stipulée dans le contrat.
§ II - LES PARTICULARITES DES REGLES DE FORME
Les règles de forme sont celles qui gouvernent l’organisation judiciaire, le
fonctionnement de la justice, les actes de procédure, le déroulement du procès,
la preuve, les décisions judiciaires, les recours, etc. Les règles du droit
commercial se distinguent aussi dans ce domaine par rapport à celles du droit
civil à bien des égards.
1°/ La compétence judiciaire
La compétence judiciaire en matière commerciale appartient désormais
aux tribunaux de commerce47.
2°/ La preuve
En droit civil, la règle en matière de preuve est clairement exprimée par
l’article 443 D.O.C. qui exige la preuve par écrit pour toute demande en justice
qui dépasse la somme de 250 dhs.
En droit commercial, le principe est la liberté de la preuve. C’est-à-dire
que dans les affaires qui opposent les commerçants, il n’est pas nécessaire
d’établir la preuve par écrit (article 334 du code 1996).
Cependant, si une disposition législative ou une clause conventionnelle
l’exige, la preuve doit être rapportée par écrit, par exemple la loi exige un écrit
en matières de vente et de nantissement du fonds de commerce, des contrats
de sociétés commerciales, des effets de commerce, etc.
3°/ Le redressement et la liquidation judiciaires
Ces procédures sont particulières au droit commercial. Elles ont
remplacé la procédure de la faillite prévue par l'ancien code de commerce.
Elles constituent une garantie qui a pour but de protéger les créanciers contre
leurs débiteurs commerçants défaillants.
Lorsque la cessation de paiement du commerçant est dûment constatée,
ses créanciers doivent engager à son égard une procédure collective ; ils ne
peuvent poursuivre le débiteur de manière individuelle. Ils doivent se grouper
47
V. Introduction les juridictions de commerce.

39
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

dans leur action et se faire représenter par un syndic. Tout d’abord, une
procédure de redressement est tentée et, en cas d’échec, il est procédé soit à
la cession (vente de l’entreprise), soit à la liquidation des biens du commerçant.
Par contre, un non commerçant qui refuse de payer ses dettes, ne peut
être assujetti à ces procédures collectives, il est déclaré en état de déconfiture.
Chaque créancier exerce son action de manière individuelle. Celui qui
l’assignera en paiement le premier, sera payé en priorité, après avoir exercé
ses droits sur le patrimoine du débiteur (c’est pourquoi on parle dans ce
domaine du prix de la course).

4° / La prescription
Dans le domaine civil, le délai de prescription est de 15 ans.
Mais en matière commerciale ce délai n’est que de 5 ans. Ce court
délai s’explique :
- d’une part, par l’application du principe de la liberté de la preuve entre
les commerçants ;
- d’autre part, par le fait que, par la tenue de leur comptabilité, les
commerçants sont en mesure de se rendre compte de l’état de leurs créances.
Par conséquent, le délai de 5 ans est largement suffisant pour pouvoir les
réclamer.

CHAPITRE III – LES DIFFICULTES DE


L’ENTREPRISE
Le traitement des difficultés de l’entreprise passe tout d’abord par une
phase de prévention, qui consiste en une prévention des difficultés que pourra
rencontrer l’entreprise, puis leur traitement si possible par les moyens propres
de l’entreprise à travers ses organes.
Ce n’est qu’en cas d’échec des deux procédures de prévention interne
puis externe, que le chef de l’entreprise se verra dans l’obligation de déposer
bilan auprès du président du tribunal de commerce afin que son entreprise soit
soumise à une procédure de traitement des difficultés.

40
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Section I – PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DE


L’ENTREPRISE
Le nouveau code de commerce, à travers son livre V, distingue entre
deux types de prévention, à savoir entre, en premier lieu, une prévention
interne et, en second lieu, une prévention externe, qu’on étudiera
successivement dans cette première section.
§ I - LA PREVENTION INTERNE
La prévention interne est une sorte d’auto-prévention, elle a lieu par les
organes de l’entreprise et n’a pas besoin de recourir à l’autorité judiciaire afin
de régler la situation défaillante ou difficile dont est sujette l’entreprise.
La prévention par l’information ou alerte renferme en effet un double
aspect, tout d’abord elle permet un dépistage des difficultés puis leur révélation
au chef d’entreprise, afin de permettre à ce dernier de réagir à temps.
Une fois une menace de quelque nature qu’elle soit ou tout fait détecté
de nature à compromettre la continuité de l’exploitation, le commissaire aux
comptes, s’il en existe, ou tout associé dans la société doit en informer le chef
de l’entreprise.
Cette information doit se faire dans un délai de 8 jours de la découverte
des faits par lettre recommandée avec accusé de réception, invitant le chef de
l’entreprise à redresser la situation48.
Dans le cas où le chef d’entreprise n’intervient pas pour remédier à cette
situation dans un délai de 15 jours de la réception de la lettre, ou s’il n’arrive
pas personnellement ou après délibération du conseil d’administration ou du
conseil de surveillance à un résultat positif, il est tenu de faire délibérer la
prochaine assemblée générale pour statuer à ce sujet.
À défaut de délibération de l’assemblée générale à ce propos, ou s’il a
été constaté que malgré les décisions prises par cette assemblée, la continuité
de l’exploitation demeure compromise, le président du tribunal doit être informé
par le commissaire au compte ou par le chef de l’entreprise.

48
V. article 546 du code de commerce.

41
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Remarquons enfin que l’alerte préventive demeure, en pratique, très


souvent d’un effet utopique en raison de l’optimisme exagéré ou de
l’acharnement illusoire des dirigeants d’entreprise sur une amélioration future 49.
§ II - LA PREVENTION EXTERNE
La prévention externe intervient après que le recours à la méthode de
prévention interne est épuisé sans pouvoir aborder sur quelques résultats.
Cette deuxième étape de prévention se caractérise également par sa
nature non conflictuelle ou non contentieuse. Elle constitue une procédure
judiciaire dénuée des pouvoirs naturels du juge de dire le droit et de prononcer
des sanctions.
A - DÉCLENCHEMENT DE LA PROCÉDURE DE PRÉVENTION EXTERNE
Lorsque l’assemblée des actionnaires ne réussit pas à prendre une
décision permettant de redresser la situation ou en cas d’échec des mesures
prises lors de la procédure de prévention interne, la continuité de l’exploitation
demeure compromise, le commissaire aux comptes ou le chef de l’entreprise
est tenu d’informer le président du tribunal de la situation.
Il convient de noter, à cet égard, qu’aucun délai n’est prévu pour la
saisine du président du tribunal. D’après la doctrine, il est possible d’en déduire,
compte tenu de l’urgence censée caractériser ces situations, que cette saisine
doit être faite immédiatement et sans délai 50.
Une fois saisi, le président du tribunal convoque le chef de l’entreprise
pour envisager des mesures propre à redresser la situation de l’entreprise. À
l’issue de cet entretien, le président du tribunal peut, malgré toute disposition
contraire, obtenir communication des renseignements susceptibles de l’informer
sur la situation économique et financière de l’entreprise débitrice. Et ceci à
travers le commissaire aux comptes, les administrations (Impôts, Douanes..),
organismes publics (CNSS, Bank Al Maghrib,..), par le représentant du
personnel ou par toute autre personne.

49
DRISSI ALAMI MACHICHI (M.), Droit commercial fondamental au Maroc, Imprimerie
de Fédala, 2006, p. 533.
50
EL HAMMOUMI (A.), Droit des difficultés de l’entreprise : La prévention des
difficultés, le redressement judiciaire, la liquidation judiciaire, Librairie Dar Assalam, 3 e
éd., Rabat, 2008, p. 30.

42
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Soulignons enfin que le président du tribunal est seul compétent pour


déclencher la procédure de prévention externe, soit sur saisine du chef de
l’entreprise ou du commissaire aux comptes, soit d’office.
B - DÉSIGNATION D’UN MANDATAIRE SPÉCIAL
Si le président du tribunal juge que les difficultés de l’entreprise peuvent
être aplanies grâce à l’intervention d’un tiers pouvant réduire les oppositions
éventuelles des partenaires habituels de l’entreprise, il désigne, d’office ou sur
demande du chef de l’entreprise, ledit tiers en qualité de mandataire spécial et
lui assigne une mission et un délai pour l’accomplir.

Il convient de remarquer en ce sens que la loi ne prévoit aucune mesure


de publicité pour la désignation du mandataire spécial. Ce qui se justifie
probablement par la volonté du législateur de maintenir l’information sur les
difficultés de l’entreprise dans un cercle fermé, de manière à préserver les
chances de sa sauvegarde51.
C- LE RÈGLEMENT AMIABLE
La procédure de règlement amiable tend à permettre au débiteur de
négocier avec ses principaux créanciers, sous les auspices d’un conciliateur
désigné par le président du tribunal de commerce, afin d’assurer la mise en
œuvre des mesures de redressement aptes à remédier à la situation
compromise de l’entreprise.
a - Ouverture de la procédure de règlement amiable
La procédure de règlement amiable est ouverte à toute entreprise
commerciale ou artisanale qui, sans être en cessation des paiements 52, éprouve
une difficulté juridique, économique ou financière, ou des besoins ne pouvant
être couverts par un financement adapté à ses possibilités.

51
Id, p. 33.
52
Le code de commerce marocain ne donne malheureusement pas de définition de la
notion de cessation des paiements, il se limite à fixer sa date, contrairement au code
de commerce français qui la définie expressément, dans son article L. 631-1 comme
suit « Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur
mentionné aux articles L.631-2 ou L.631-3 qui, dans l'impossibilité de faire face au
passif exigible avec son actif disponible, est en cessation des paiements.». Le même
article dans sa rédaction nouvelle depuis le 15 février 2009 ordonnance n° 2008-1345
ajoute «... Le débiteur qui établit que les réserves de crédit ou les moratoires dont il
bénéficie de la part de ses créanciers lui permettent de faire face au passif exigible
avec son actif disponible n'est pas en cessation des paiements. »

43
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Le chef d’entreprise doit en ce sens adresser une requête au président


du tribunal où il expose sa situation financière, économique et sociale ainsi que
les mesures de règlement qu’il envisage, les délais de paiement ou les remises
de dettes qu’il estime nécessaires pour ce redressement. Dès réception de la
requête, le président du tribunal fait convoquer dans son cabinet, par le greffier,
le chef de l’entreprise pour recueillir ses explications.
Le président du tribunal peut à cet effet charger un expert d’établir un
rapport sur la situation économique, sociale et financière de l’entreprise. Il peut
aussi obtenir tout renseignement, de la part des établissements bancaires ou
financiers, de nature à donner une exacte information sur la situation de
l’entreprise.
Ce droit de communication peut être exercé nonobstant toute disposition
législative contraire, de sorte qu’aucune des personnes ou organismes
énumérés ci- dessus ne peut opposer le secret professionnel à l’enquête du
président. Cela implique aussi que le fisc sera appelé à déclarer sa créance qui
entre en ligne de compte dans le cadre de cette procédure53.
Ainsi, s’il apparaît que les propositions du chef de l’entreprise sont de
nature à favoriser le redressement de l’entreprise, le président du tribunal ouvre
le règlement amiable. Il désigne, à cet effet, un conciliateur et le charge de cette
mission pour une période qui ne peut dépasser 3 mois, passible d’une
prorogation d’un mois au plus à la demande de ce dernier.
b - Accord conclu entre le débiteur et ses créanciers
En application des dispositions de l’art. 554, le rôle du conciliateur sera
de favoriser le fonctionnement de l’entreprise et de rechercher la conclusion
d’un accord avec les créanciers. Le président du tribunal communique au
conciliateur les renseignements dont il dispose et, le cas échéant, le rapport
d’expertise visé dans l’art. 552 (sur la situation financière de l’entreprise).
Le conciliateur peut en ce sens saisir le président du tribunal s’il estime
qu’une suspension provisoire des poursuites serait de nature à faciliter la
conclusion dudit accord. Après avoir recueilli l’avis des principaux créanciers, le


(Acte par lequel un créancier accorde une réduction totale ou partielle de la dette à
son débiteur)
53
CHERKAOUI (H.), Droit commercial, Imprimerie Najah Al Jadida, 3e éd., 2010, p.
274.

44
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

président du tribunal rend une ordonnance 54 fixant la suspension pour une


durée n’excédant pas le terme de la mission du conciliateur.
Si un accord est conclu avec tous les créanciers, il est homologué par le
président du tribunal et déposé au greffe. Au cas où il y aurait un accord conclu
avec les principaux créanciers, le président du tribunal peut également
l’homologuer et accorder au débiteur les délais de paiement prévus par les
textes en vigueur pour les créances non incluses dans l’accord.
L’accord entre le chef de l’entreprise et les créanciers est constaté dans
un écrit signé par les parties et le conciliateur. Il est déposé au greffe.
c - Effets du règlement amiable
L’accord suspend pendant la durée de son exécution, toute action en
justice, toute poursuite individuelle tant sur les meubles que sur les immeubles
du débiteur dans le but d’obtenir le paiement des créances qui en font l’objet. Il
suspend également les délais impartis aux créanciers à peine de déchéance ou
de résolution des droits afférents à ces créanciers.
Si l’accord n’est pas exécuté, le tribunal prononce sa résolution ainsi que
la déchéance de tout délai de paiement accordé.

Section II - TRAITEMENT JUDICIAIRE DES


DIFFICULTES DE L’ENTREPRISE
Au cas où les procédures de prévention s’avéreraient infructueuses, le
chef de l’entreprise se verra dans ce cas dans l’obligation de demander
l’ouverture d’une procédure de traitement des difficultés auprès du président du
tribunal de commerce.
Les procédures de traitement des difficultés se déroulent en deux
phases. Tout d’abord une période d’observation s’impose afin d’établir un
diagnostic, puis celle-ci est suivie de l’exécution soit d’un plan de redressement
sous forme de continuation ou de cession, soit la liquidation judiciaire de
l’entreprise.

54
L’ordonnance rendue par le président du tribunal suspend et interdit toute action en
justice de la part de tous les créanciers dont la créance a son origine antérieurement à
ladite décision et tendant à la condamnation du débiteur au paiement d’une somme
d’argent ou à la résolution d’un contrat pour défaut de paiement d’une somme
d’argent. Elle arrête et interdit également toute voie d’exécution de la part de ces
créanciers tant sur les meubles que sur les immeubles.

45
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ I - Ouverture des procédures


D’après les dispositions de l’art. 560 du code de commerce « les
procédures de traitement des difficultés de l’entreprise sont applicables à tout
commerçant, à tout artisan et à toute société commerciale, qui n’est pas en
mesure de payer à l’échéance ses dettes exigibles, y compris celles qui sont
nées de ses engagements conclus dans le cadre de l’accord amiable. »
A - LES CONDITIONS D’OUVERTURE DES PROCÉDURES
Ces procédures de traitement qui sont le redressement judiciaire et la
liquidation judiciaire, obéissent à des conditions de fond (a) et à des conditions
de forme (b).
a - Conditions de fond d’ouverture des procédures
Les conditions de fond se rapportent au débiteur et à l’entreprise
personne morale débitrice en tant que tel. Elles se rapportent également à l’état
de cessation des paiements.
1 - Le débiteur
Les procédures de traitement des difficultés sont ouvertes contre tout
commerçant, tout artisan et à toute société commerciale. Ces procédures sont
aussi ouvertes à l’encontre du commerçant ou de l’artisan qui a mis fin à son
activité ou qui est décédé en état de cessation des paiements. L’ouverture de la
procédure est demandée dans ce cas dans l’année de la retraite ou du décès
du commerçant ou 55de l’artisan.
L’article 564 nous informe que la procédure peut être de même ouverte
contre l’associé en nom qui s’est retiré de la société en nom collectif dont la
cessation des paiements est antérieur à cette retraire.
Soulignons que dans le cas du commerçant qui n’est pas inscrit au
registre du commerce, la situation de ce dernier ne l’empêchera pas d’encourir
une procédure de redressement ou de liquidation, sous prétexte qu’il exerce le
commerce sans être inscrit. Les tiers peuvent se prévaloir contre lui de sa

55
Dans le cas de société membre d’un groupe, le principe de l’indépendance juridique
des filiales, à l’égard de la société mère et dans les rapports des filiales entre elles,
impose que des procédures distinctes soient ouvertes. Les groupements d’intérêt
économique (GIE), qu’ils soient civils ou commerciaux, sont également soumis à un
régime identique à celui des sociétés commerciales. V. à ce propos CHERKAOUI (H.),
Op.cit., p. 280.

46
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

qualité. Les sociétés commerciales forment quant à elles le champ d’application


principal des procédures de traitement56.
2 - L’état de cessation des paiements
Les procédures de traitement ne sont ouvertes qu’à l’encontre des
commerçants, artisans ou sociétés commerciales qui ne sont pas en mesure de
payer à l’échéance leurs dettes exigibles. L’article 560 du code de commerce
décide en ce sens qu’une entreprise est réputée être en état de cessation des
paiements, si cette dernière n’arrive pas à acquitter son passif exigible avec son
actif disponible. La cessation des paiements ne doit toutefois pas être
confondue avec l’insolvabilité57.
La loi précise, en outre, que la procédure peut être ouverte sur
l’assignation d’un créancier " quelle que soit la nature de sa créance ". Le
défaut de paiement d’une créance civile ou commerciale permet donc de
déclencher les procédures.
Un autre caractère de la créance, fixé par la jurisprudence, veut que
l’état de cessation des paiements ne puisse être déclaré que si le commerçant
ne paie pas une dette certaine, liquide et exigible.
Précisons enfin que la cessation des paiements doit être prouvée par le
créancier qui demande l’ouverture de la procédure. La preuve 58 peut être faite
par tous les moyens quand il s’agit d’une créance commerciale. S’il s’agit d’une
créance civile, la preuve est faite dans ce cas suivant les règles du D.O.C.
L’arrêt matériel des paiements peut être établi par tous les moyens car il s’agit
de questions de fait.
b - Conditions de forme d’ouverture des procédures
Les conditions de formes quant à elles sont relatives à la saisine du
tribunal (2) et à la détermination de celui compétent (1) pour connaître de la

56
Cf. CHERKAOUI (H.), Op.cit., p. 278 et s.
57
La cessation de paiements se distingue de l’insolvabilité. En effet, l’insolvable est le
débiteur qui ne paie pas, sous-entendu qu’il ne peut pas payer car son passif dépasse
son actif. Au contraire, le commerçant ou la société peut être solvable en ce sens que
son actif est supérieur à son passif.
58
Soulignons qu’en pratique, comme le défaut de paiement ne peut être relevé que
pour des dettes certaines, liquides et exigibles, les preuves apportées sont toujours les
mêmes : protêt des effets de commerce, impossibilité de payer les dettes des
emprunts obligataires, disparition du commerçant et fermeture de ses magasins...etc. ;
Cf. CHERKAOUI (H.), Op.cit., p. 282.

47
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

procédure de traitement, ainsi qu’elles se rapportent au jugement d’ouverture


(3) et à son contenu.
1 - Tribunal compétent
Le tribunal compétent est celui du lieu du principal établissement du
commerçant ou du siège social de la société.
Soulignons cependant que cette disposition légale remonte à une date
antérieure à la promulgation de la loi sur les tribunaux de commerce 59 de 1997.
C’est pourquoi elle ne précise pas qu’actuellement le tribunal compétent en
matière de difficultés d’entreprise est le tribunal de commerce 60.
Ce même tribunal qui a ouvert la procédure reste compétent pour toutes
les actions qui s’y rattachent. S’il se révèle que la procédure doit être étendue à
une ou plusieurs autres entreprises par suite de confusion de leurs patrimoines,
le tribunal initialement saisi reste compétent61.
2 - Saisine du tribunal
Le tribunal peut être saisi par le débiteur ou sur assignation d’un
créancier, comme il peut se saisir d’office ou sur requête du ministère public.
*La déclaration du débiteur
Le chef de l’entreprise qui se trouve dans l’état de cessation des
paiements doit demander l’ouverture d’une procédure de traitement par écrit au
greffe du tribunal dans le délai de 15 jours après le constat de cet état de
cessation62. Cette demande qui énonce les causes de la cessation des
paiements doit, en outre, être accompagnée de certains documents énumérés
dans l’article 562.
La déclaration de l’état de cessation des paiements incombe aux
dirigeants de droit63, ou de fait, ainsi qu’aux représentants permanents des
personnes morales dirigeantes. Ces personnes s’exposent à la déchéance

59
Dahir n° 1-97-65 du 4 chaoual 1417 (12 février 1997) portant promulgation de la loi
n° 53-95 instituant des juridictions de commerce, B.O n° 4482 du 15/05/1997, p. 520.
60
DRISSI ALAMI MACHICHI (M.), Op.cit., p. 550.
61
Article 570 du C.com.
62
V. article 561 du C.com.
63
Il s’agit des présidents (PDG), administrateurs, membres du directoire, directeurs
généraux et des gérants.

48
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

commerciale64 au cas où elles auraient omis de faire la déclaration dans le délai


prescrit65.
*L’assignation des créanciers :
Tout créancier de l’entreprise a le droit de demander l’ouverture des
procédures quelle que soit la nature de sa créance, compte tenu des
dispositions de l’article 563 du code de commerce. Ainsi, le défaut de paiement
d’une dette qu'elle soit civile ou commerciale permet de déclencher les
procédures de traitement.
L’action du créancier revêt un caractère particulier, elle tend au fait à
constater l’état de cessation des paiements du débiteur. Le créancier n’a donc
pas besoin d’un titre exécutoire. Le créancier qui agit ne peut prouver cet état
que par voie d’assignation, son action n’est enfermée dans aucun délai. Elle
peut donc être exercée tant que cette situation d’insolvabilité dure.
*La saisine d’office du tribunal :
L’article 563 dispose dans son deuxième alinéa que le tribunal peut aussi
se saisir d’office ou sur requête du ministère public, notamment en cas
d’inexécution des engagements financiers conclus dans le cadre de l’accord
amiable.
Ce droit reconnu au tribunal d’ouvrir d’office une procédure de traitement
ne signifie pas que le tribunal ne doit pas entendre le débiteur avant de statuer.
En effet, le législateur, à travers l’article 567, a posé une règle selon laquelle le
tribunal statue sur l’ouverture de la procédure après avoir entendu ou dûment
appelé le chef de l’entreprise en chambre du conseil. Comme il peut entendre
toute personne dont l’audition lui paraît utile.
Cette réserve posée par l’article 567 peut être également comprise dans
un sens d’éviter qu’une décision soit rendue à la suite d’une information
insuffisante66.

64
V. articles 711 à 720 du C.com.
65
Remarquons, qu’outre leur exposition à la déchéance commerciale, les dirigeants de
l’entreprise peuvent se voir ouvrir à leur encontre une procédure de redressement ou
de liquidation judiciaire. C’est ce qu’on appelle l’extension des procédures aux
dirigeants. Comme ils peuvent encourir dans les cas les plus graves les peines de
banqueroute qui arrivent jusqu’à 5 ans d’emprisonnement en plus d’une amende. V.
articles 721 à 723 du C.com.
66
MOTIK (M.), Droit commercial marocain, Imprimerie El Maarif Al Jadida, Rabat,
2001, p. 249.

49
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3 - Le jugement d’ouverture
Le jugement d’ouverture de la procédure fixe la date de cessation des
paiements (a). Dans le même jugement, le tribunal désigne (b) le syndic et le
juge-commissaire. Ce dernier se chargera de nommer un à trois contrôleurs
parmi les créanciers de l’entreprise. Ce jugement qui ouvre la procédure doit
être publié (c) dans un délai fixé par la loi, et peut faire l’objet de recours (d).
c - La fixation de la date de cessation des paiements
L’article 680 nous informe que la date de cessation des paiements est
fixée par le jugement d’ouverture de la procédure. Elle ne peut être antérieure
de plus de 18 mois à la date d’ouverture de la procédure.
Le même article ajoute que dans le cas où le jugement ne détermine pas
la date de cessation des paiements, cette dernière sera réputée être intervenue
à la date du jugement même.
Cette date peut être reportée une ou plusieurs fois à la demande du
syndic. La demande de modification de date devant être présentée au tribunal
avant l’expiration du délai de 15 jours à partir du jugement qui arrête le plan de
continuation ou de cession, ou, dans le cas de liquidation judiciaire, après le
dépôt de l’état des créances.
B - LES ORGANES DE LA PROCÉDURE
*Le juge-commissaire : C’est un juge du tribunal. Il est chargé de veiller
au déroulement rapide de la procédure et à la protection des intérêts en
présence. Dans ce cadre, il statue par ordonnance sur les demandes,
contestations et revendications relevant de sa compétence ainsi que sur les
réclamations formulées contre les actes du syndic. Ses ordonnances sont
immédiatement déposées au greffe. Elles font l’objet d’un recours devant la
Cour d’appel67.
Il a, en outre, le pouvoir d’ordonner ou d’autoriser un grand nombre
d’actes qui dépassent la compétence du syndic ou du débiteur.
Pour permettre au juge-commissaire de remplir sa mission, la loi prévoit
également que le procureur du Roi lui communique, sur sa demande ou
d’office, tous les renseignements qu’il détient et qui peuvent être utiles à la
procédure.

67
V. article 697 du C.com.

50
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

*Le syndic : La fonction de syndic est exercée par le greffier. Toutefois, le


tribunal peut, le cas échéant, la confier à un tiers 68. Il est chargé de mener les
opérations de redressement ou de liquidation judiciaire à partir du jugement
d’ouverture jusqu’à la clôture de la procédure.
Compte tenu des dispositions de l’article 642, le syndic a seul la qualité
pour agir au nom et dans l’intérêt des créanciers. À l’égard du débiteur, le rôle
du syndic varie suivant la nature de la procédure:
* Dans le redressement judiciaire, l’article 576 précise que le jugement
qui désigne le syndic, le charge de :
- soit surveiller les opérations de gestion ;
- soit d’assister le chef de l’entreprise pour tous les actes
concernant la gestion ou certains d’entre eux ;
- soit d’assurer seul, entièrement ou en partie, la gestion de
l’entreprise.
* Dans la liquidation judiciaire, le débiteur est représenté par le
syndic du fait du dessaisissement qui l’empêche d’accomplir un acte
juridique de quelque nature qui soit opposable aux créanciers.
À tout moment, le tribunal peut modifier la mission du syndic à sa
demande ou d’office. Il peut même le remplacer à la demande du juge-
commissaire, soit d’office, soit sur réclamation du débiteur ou d’un créancier.
*Les contrôleurs69 : Le juge-commissaire désigne un à trois contrôleurs
parmi les créanciers qui lui en font la demande, dont au moins un parmi les
créanciers titulaires de sûretés et un autre parmi les créanciers chirographaires.
Ils peuvent être des personnes physiques ou morales.
Dans le cas du redressement judiciaire, les contrôleurs assistent le
syndic dans ses fonctions et le juge-commissaire dans sa mission de
surveillance de l’administration de l’entreprise.
Dans la liquidation judiciaire, leur mission se limite au contrôle des
opérations de liquidation.

68
V. article 568, al. 3 du C.com.
69
En pratique, la fonction de contrôleur est assurée par le chef de fil des créanciers qui
est généralement une banque qui détient la créance la plus importante à l’encontre de
l’entreprise débitrice. Remarquons également dans le même sens que les fonctions de
contrôleur sont gratuites. Le contrôleur peut se faire représenter par l’un de ses
préposés ou par un avocat. Cf. EL HAMMOUMI (A.), Op.cit., p. 77 et s.

51
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Les contrôleurs peuvent prendre connaissance de tous les documents


transmis au syndic. Ils rendent compte aux autres créanciers de
l’accomplissement de leur mission à chaque étape de la procédure. Ils peuvent
être révoqués d’office par le tribunal, sans qu’une proposition lui soit faite dans
ce cadre par le juge-commissaire ou le syndic.
a - Publicité du jugement d’ouverture
Le jugement d’ouverture prend effet à partir de sa date, il est mentionné
sans délai au registre du commerce de l’entreprise contre laquelle la procédure
est ouverte. De plus, dans les 8 jours de son prononcé, un avis de la décision
est publié dans un JAL et au BO.
Cet avis invite les créanciers à déclarer leurs créances au syndic
désigné. Il est affiché par les soins du greffier au panneau réservé à cet effet au
tribunal.
Il convient de noter en ce sens que la loi ne prévoit pas de notification
du jugement à tout créancier demandeur, conformément à la règle de droit
commun70. Il ne prévoit cette mesure qu’à l’égard de l’entreprise soumise à la
procédure à laquelle le greffier notifie le jugement sans délai 71.
b - Les voies de recours
Les jugements et ordonnances rendues en matière de procédures de
traitement des difficultés et de liquidation sont exécutoires de plein droit72, ce
qui écarte l’effet suspensif qui est attaché, selon le droit commun, à l’appel.
L’opposition et la tierce opposition sont formées contre les décisions
rendues en matière de redressement et de liquidation et de déchéance
commerciale par déclaration au greffe du tribunal dans le délai de 10 jours à
compter du prononcé de la décision ou de sa publication au BO si cette
publication est prescrite.

70
DRISSI ALAMI MACHICHI (M.), Op.cit., p. 558.
71
V. article 569, al. 3 C.com.
72
Il faut noter que l’effet exécutoire du jugement d’ouverture de la procédure se justifie
par la nécessité de prendre d’urgence, dans l’intérêt des créanciers, des mesures qui
empêchent le débiteur de compromettre ou de faire disparaître ce qui reste de son
actif. Cf. CHERKAOUI (H.), Op.cit., p. 289.

52
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Ces mêmes décisions sont susceptibles d’appel et de pourvoi en


cassation, et ceci dans le délai de 10 jours à compter de la notification de la
décision ou de l’arrêt73.
Ces recours peuvent être exercés par le débiteur ou l’un des créanciers
et même par le ministère public si ce dernier est partie principale 74 à la
procédure.
 § II - La période d’observation
La période d’observation est une période d’immobilité où l’entreprise
bénéficie d’une suspension des poursuites susceptibles d’être intentées contre
elle, c'est-à-dire d’une sorte de moratoire général.
Il s’agit ici d’une période préparatoire pendant laquelle l’exploitation
continue, et au cours de laquelle le syndic commence par établir un rapport sur
la situation de l’entreprise. D’après ce rapport le tribunal décidera soit un plan
de redressement, soit la liquidation judiciaire.
A - PRÉPARATION DE LA SOLUTION
Le syndic avec le concours du chef de l’entreprise, et éventuellement
l’assistance d’un ou plusieurs experts, dresse dans un rapport le bilan financier,
économique et social de l’entreprise. Sur la base de ce rapport, le syndic
proposera soit un plan de redressement sous la forme de continuation de
l’entreprise ou sa cession à un tiers, soit sa liquidation judiciaire.
Ces propositions sont remises par le syndic au juge-commissaire à
l’expiration d’un délai maximum de 4 mois à compter de la date du jugement
d’ouverture de la procédure. Ce délai ne peut être renouvelé, à la demande du
syndic, qu’une seule fois.
B - PLAN DE LA SOLUTION
Le tribunal décide75, sur la base du rapport du syndic et après avoir
entendu le chef de l’entreprise, les contrôleurs et les délégués du personnel,
soit la continuation de l’entreprise, soit sa cession, soit sa liquidation judiciaire.

73
V. articles 728 à 732 du C.com.
74
V. article 6 du code de procédure civile.
75
La décision fixant le sort de l’entreprise est prise par le tribunal seul, mais afin de
respecter le principe du contradictoire, le tribunal ne peut statuer qu’après avoir
entendu ou dûment appeler ces organes. V. à ce propos GUYON (Y.), Droit des
affaires, tome 2 : Entreprises en difficultés, redressement judiciaire – faillite,
ECONOMICA DELTA, 9e éd., Paris, 2003, p. 210 et s.

53
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Remarquons à cet égard que le tribunal dispose d’un pouvoir souverain.


Il peut en effet approuver ou rejeter les conclusions du rapport du syndic, qui
peut lui-même proposer un redressement ou une liquidation. Le tribunal peut
également, quand le syndic propose une liquidation, décider la prolongation de
la période d’observation si celle-ci n’est pas expirée, afin de permettre
l’établissement d’un plan de continuation.
La décision du tribunal donne au plan un caractère définitif.
Il ne faut, toutefois, pas confondre le jugement qui a arrêté le plan ou
prononcé la liquidation judiciaire, avec celui qui a ouvert la procédure. Les
décisions prises dans le jugement qui arrête le plan sont irréversibles.
Précisons enfin, que les personnes qui exécuteront le plan, même à titre
d’associé, ne peuvent pas se voir imposer des charges autres que les
engagements qu’ils ont souscrits au cours de sa préparation 76.
§ III - Modalités du traitement
Compte tenu des dispositions de l’art. 568, le redressement judiciaire est
prononcé (A) s’il apparaît que la situation de l’entreprise n’est pas
irrémédiablement compromise. Dans le cas contraire, la liquidation judiciaire
sera prononcée (B).
A - LE REDRESSEMENT JUDICIAIRE DE L’ENTREPRISE
Sur la base du rapport établi par le syndic, le tribunal décide soit la
continuation de l’entreprise (a) s’il existe de fortes chances de redressement,
soit sa cession (b) à un tiers.
a - Le redressement par la continuation
La continuation de l’entreprise est prononcée lorsqu’il existe des
possibilités sérieuses de redressement et de règlement du passif.
1 - Le plan de continuation 77
Le plan de continuation arrêté par le tribunal indique les conditions et les
moyens de la continuation. Il indique ainsi, le cas échéant, les modifications
apportées à la gestion de l’entreprise selon les modalités d’apurement du
passif. Le tribunal peut arrêter le plan, même si la vérification des créances

76
V. article 591 du C.com.
77
Dans la pratique française, la continuation reste la solution retenue par un peu plus
de la moitié des plans de continuation, ce qui ne représente toutefois que 3 % des
procédures, puisque la plupart des temps celles-ci se terminent par une liquidation ;
Cf. GUYON (Y.), Op.cit., note 7, p. 294 ; Infostat Justice n° 19, janv. 1991.

54
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

n’est pas encore terminée, en raison des contestations portées devant la


justice. La durée du plan est fixée par le tribunal sans pouvoir excéder 10 ans.
Le plan mentionne également les modifications des statuts nécessaires à
la continuation de l’entreprise. Le syndic convoque à cet effet l’assemblée
compétente pour les mettre en œuvre.
Aussi, la continuation est accompagnée, s’il y a lieu, de l’arrêt, de
l’adjonction, ou de la cession de certaines branches d’activités. Remarquons ici
que l’adjonction reste peu probable car l’entreprise se trouve déjà en difficulté,
sauf dans le cas où certaines branches peuvent constituer un complément
nécessaire et avantageux pour celles déjà existantes 78.
Lorsque l’entreprise a fait l’objet d’une interdiction d’émettre des chèques
en raison de faits antérieurs au jugement d’ouverture, le tribunal peut prononcer
la suspension des effets de cette mesure pendant la durée d’exécution du plan
et du règlement du passif.
Le tribunal peut, par ailleurs, dans le jugement qui arrête le plan ou le
modifie décider que les biens qu’il estime indispensables à la continuation de
l’entreprise ne pourront être aliénés sans son autorisation, pour une durée qu’il
fixe. L’inaliénabilité est inscrite au registre du commerce de l’entreprise. Tout
acte passé en violation de cette inaliénabilité sera annulé à la demande de tout
intéressé présentée dans le délai de 3 ans à compter de la conclusion de l’acte
ou de sa publication79.
Précisons enfin, qu’une quelconque modification dans les objectifs et les
moyens du plan ne pourra être décidée que par le tribunal à la demande du
chef de l’entreprise et sur rapport du syndic.
2 - Apurement du passif dans le plan de continuation
Le tribunal donne acte des délais et remises accordés par les créanciers
au cours de la consultation menée par le syndic 80; ce qui allège le passif de
l’entreprise et permet son maintien. Le cas échéant, le tribunal pourra réduire
ces délais et remises afin de rapprocher les sacrifices consentis par les
créanciers;. Les créanciers qui n’ont accepté ni délai ni remises, ne pourront,
pour leur part, se voir imposer par le tribunal de remise contre leur gré.

78
Cf. CHERKAOUI (H.), Op.cit., p. 314.
79
Article 595 du C.com.
80
V. à cet effet articles 585 à 589 du C.com.

55
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En revanche, le tribunal peut imposer à tous les créanciers qu’ils soient


privilégiés81 ou chirographaires des délais uniformes de paiement, sous réserve
pour les créances à termes, des délais supérieurs stipulés par les parties avant
l’ouverture des procédures. Ces délais peuvent même excéder la durée du
plan. Le premier paiement doit intervenir dans le délai d’un an 82.
En cas de vente d’un bien grevé d’un privilège spécial, d’un
nantissement ou d’une hypothèque, les créanciers bénéficiaires de ces sûretés
ou titulaires d’un privilège général, sont payés sur le prix après le paiement des
créanciers qui les priment. Ce paiement anticipé s’impute sur le principal des
premiers dividendes à échoir et les intérêts y afférent sont remis de plein droit.
b - La cession de l’entreprise
La cession a pour but d’assurer le maintien d’activités susceptibles
d’exploitation autonome, de tout ou partie des emplois qui y sont attachés et
d’apurer le passif. Elle peut être totale ou partielle.
La cession est opérée suivant certaines modalités (1) fixées par la loi.
Elle produit des effets (2) tant bien à l’égard du cessionnaire qu’à l’égard des
créanciers.
1 - Modalités de la cession
Les offres de cession sont communiquées au syndic dans le délai qu’il a
fixé. Il en informe les contrôleurs. Toute offre doit indiquer : 1° les prévisions
d’activité de financement ; 2° le prix de cession et ses modalités de règlement ;
3° la date de réalisation de la cession ; 4° le niveau et les perspectives d’emploi
justifiés par l’activité considérée ; 5° les garanties souscrites en vue d’assurer
l’exécution de l’offre ; 6° les prévisions de vente d’actifs au cours des deux
années suivant la cession83.
Le juge qui examine cette offre en audience peut, à cet égard, demander
des explications complémentaires. Le syndic donne au tribunal tout élément qui
permet de vérifier le caractère sérieux de l’offre. Le tribunal retient, par la suite,
l’offre qui permet dans les meilleures conditions d’assurer le plus durablement
l’emploi attaché à l’ensemble cédé et le paiement des créanciers.

81
Les privilèges généraux portent sur l'ensemble des biens du débiteur, tandis que les
privilèges spéciaux ne concernent que quelques biens spécifiques.
82
V. article 598 du C.com.
83
Article 604 du C.com.

56
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Le syndic exécute le plan de cession arrêté par le tribunal, sa mission


dure jusqu’à la clôture de la procédure. Lorsque le paiement du prix de cession
est effectué et le montant réparti entre les créanciers, le tribunal prononce la
clôture de la procédure.
2 - Effets de la cession
La cession produit bien des effets tant à l’égard du cessionnaire qu’à
l’égard des créanciers de l’entreprise. L’article 610 dispose en effet que tant
que le prix de cession n’est pas intégralement payé, le cessionnaire ne pourra,
à l’exception des stocks, aliéner, donner en garantie ou donner en location
gérance les biens corporels ou incorporels qu’il a acquis. Tout acte passé en
violation de l’interdiction est annulé à la demande de tout intéressé présentée
dans le délai de 3 ans à compter de la conclusion de l’acte ou de sa publication.
Le cessionnaire rend compte au syndic de l’exécution des dispositions
arrêtées par le plan de cession. Au cas où le cessionnaire n’exécute pas ses
engagements, le tribunal pourra, d’office ou à la demande du syndic ou d’un
créancier, prononcer la résolution du plan.
Quant au sort des créanciers dans la cession, l’article 615 décide que le
prix de cession est réparti par le syndic entre les créanciers suivant leur rang.
Le jugement qui arrête le plan de cession totale de l’entreprise rend exigible les
dettes non échues.
Lorsque la cession porte sur des biens grevés d’un privilège spécial, d’un
nantissement ou d’une hypothèque, une quote-part du prix est affectée par le
tribunal à chacun de ces biens pour la répartition du prix et l’exercice du droit de
préférence.
Les créanciers titulaires de sûretés ne pourront également exercer leur
droit de suite contre le cessionnaire. Jusqu’au paiement complet du prix qui
emporte purge des inscriptions grevant les biens compris dans la cession, les
créanciers bénéficiaires d’un droit de suite ne pourront l’exercer qu’en cas
d’aliénation du bien cédé par le cessionnaire 84.

84
V. article 617 du C.com.

57
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B - LA LIQUIDATION JUDICIAIRE85 DE L’ENTREPRISE


La liquidation judiciaire est prononcée lorsque la situation de l’entreprise
est irrémédiablement compromise (art. 619), c'est-à-dire qu’il n’existe plus de
chances de redressement. Le jugement qui prononce la liquidation judiciaire
emporte dessaisissement du débiteur (a) de l’administration et de la disposition
de ses biens.
La procédure de liquidation judiciaire consistera en la réalisation de l’actif
disponible (b) en vue d’apurer le passif exigible (c).
a - Dessaisissement du débiteur
Le jugement qui prononce la liquidation judiciaire emporte de plein droit
dessaisissement pour le débiteur de l’administration et de la disposition de ses
biens, voire même de ceux qu’il a acquis à quelque titre que ce soit tant que la
liquidation judiciaire n’est pas clôturée.
Les droits et actions du débiteur concernant son patrimoine sont exercés,
pendant toute la durée de la liquidation, par le syndic.
La loi permet cependant au débiteur d’exercer les actions purement
personnelles comme la paternité, la nationalité ou le divorce. Il peut aussi se
constituer partie civile dans le but d’établir la culpabilité de l’auteur d’une
infraction pénale dont il serait victime, sans qu’il puisse toutefois encaisser les
dommages-intérêts et indemnités. Celles-ci bénéficieront à la liquidation 86.
b - Réalisation de l’actif
Les ventes d’immeubles ont lieu suivant les formes prescrites en matière
de saisie immobilière. Après avoir recueilli les observations des contrôleurs, le
débiteur et le syndic entendus ou dûment appelés, le juge-commissaire
détermine la mise à prix, les conditions essentielles de la vente et les modalités
de la publicité.
En outre, dans les mêmes conditions, si la consistance des biens, leur
emplacement ou les offres reçues permettent d’envisager une cession amiable
plus avantageuse, celle-ci peut être autorisée par le juge-commissaire, soit

85
Remarquons que plus de 90 % des procédures se terminent par une liquidation et
les chirographaires (créanciers) touchent rarement plus de 5 % du montant de leur
créance. V. GUYON (Y.), Ibid., note 1, p. 329 ; Infostat Justice n° 19, janv 1991.
86
DRISSI ALAMI MACHICHI (M.), Op.cit., p. 592.

58
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

sous forme d’adjudication amiable sur la mise à prix qu’il fixe, soit même de gré
à gré aux prix et modalités qu’il détermine 87.
Il convient de noter, par ailleurs, que des unités de production
composées de tout ou partie de l’actif mobilier ou immobilier peuvent faire
l’objet d’une cession globale. Le syndic suscite à cet effet des offres
d’acquisition et fixe le délai pendant lequel elles sont reçues. Le juge-
commissaire choisit l’offre la plus sérieuse permettant d’assurer l’emploi et le
paiement des créanciers88. Quant aux autres biens de l’entreprise, le juge-
commissaire ordonne leur vente aux enchères publiques ou de gré à gré après
avoir entendu le chef de l’entreprise et recueilli les observations des
contrôleurs.
c - Apurement du passif dans le plan de cession
Dans le cas où plusieurs distributions de sommes précèdent la répartition
du prix des immeubles, les créanciers privilégiés et hypothécaires admis
concourent aux répartitions dans la proportion de leurs créances totales.
Après la vente des immeubles et le règlement définitif de l’ordre entre les
créanciers hypothécaires et privilégiés, ceux d’entre eux qui viennent en rang
utile sur le prix des immeubles pour la totalité de leur créance ne perçoivent le
montant de leur collocation hypothécaire que sous la déduction des sommes
par eux reçues. Les sommes ainsi déduites profitent aux créanciers
chirographaires89.
Dans le cas de créanciers privilégiés ou hypothécaires, non remplis sur
le prix des immeubles, ceux-ci concourent avec les créanciers chirographaires
pour ce qui leur reste dû.
Enfin, le montant d’actif, distraction faite des frais et dépens de la
procédure, des subsides accordés par le juge-commissaire au chef de
l’entreprise ou aux dirigeants ou à leur famille et des sommes payées aux
créanciers privilégiés, est réparti entre tous les créanciers au marc le franc de
leurs créances admises. La part correspondant aux créances sur l’admission
desquelles il n’aurait pas été statué définitivement et, notamment, les

87
Article 622, al. 3 du C.com.
88
Article 623 du C.com.
89
Article 630 du C.com.

59
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

rémunérations des dirigeants sociaux tant qu’il n’aura pas été statué sur leur
cas, est mise en réserve90.
Enfin, à tout moment, le tribunal peut prononcer, même d’office, le chef
d’entreprise appelé sur rapport du juge-commissaire, la clôture de la liquidation
judiciaire lorsqu’il n’existe plus de passif exigible ou que le syndic dispose des
sommes suffisantes pour désintéresser les créanciers, ou lorsque la poursuite
des opérations de liquidation devient impossible du fait de l’insuffisance d’actif.

DEUXIÈME PARTIE :

LES INSTRUMENTS DU COMMERCE


Il s'agit des effets de commerce et du fonds de commerce.

CHAPITRE 1 – LES EFFETS DE COMMERCE


Il s’agit de la lettre de change, du billet à ordre et du chèque.

Section 1 – LA LETTRE DE CHANGE


La lettre de change (ou traite) est un écrit par lequel une personne
(tireur) donne l’ordre à l’un de ses débiteurs (tiré) de payer une certaine somme
à une date donnée à une troisième personne (bénéficiaire) ou à son ordre
(c’est-à-dire à une personne qu’elle désignera ultérieurement).
A l’origine, la lettre de change était un moyen de change, c’est-à-dire un
instrument de transport d’argent dans le commerce international 91.
Elle devient ensuite un instrument de paiement par lequel les débiteurs
payaient leurs créanciers ; mais elle n’est pas une monnaie car elle n’est
libératoire que si elle est effectivement payée.
90
V. article 634 du C.Com.
91
- C’est le cas d’un commerçant qui veut se rendre à l’étranger pour conclure des opérations
commerciales ; il va fournir les fonds nécessaires à son banquier (en monnaie locale) contre
lesquels il lui remet une lettre adressée à son banquier correspondant dans le pays où le
commerçant compte se rendre. Une fois sur place, ce dernier présente la lettre à la banque
destinataire pour se faire payer la somme mentionnée dans la monnaie de ce pays. D’où le nom
de lettre de change.

60
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Actuellement, la lettre de change est devenue un instrument de crédit car


le tireur peut l’escompter, c’est-à-dire la céder à un banquier qui lui en versera
par anticipation le montant principal sous déduction d’une retenue
correspondant à la commission (prix du service) et aux intérêts restant à courir
jusqu’à encaissement du titre. L’escompte est un des moyens que les
commerçants utilisent pour renflouer leur trésorerie en évitant l’attente du
paiement à terme.
Contrairement au chèque et au billet à ordre, la lettre de change est un
acte de commerce par la forme, c’est-à-dire qu’elle est commerciale quelles
que soient les personnes qui l’utilisent (commerçants ou non) et quel que soit
l’objet de la créance pour laquelle elle a été émise (civile ou commerciale).
La lettre de change est actuellement réglementée par les articles 159 à
231 du code de commerce de 1996.
Nous étudierons successivement l’émission de la lettre de change,
l’acceptation, les garanties de paiement, la circulation, le paiement, les
obstacles au paiement, enfin les recours faute de paiement.
§ 1 – L’EMISSION DE LA LETTRE DE CHANGE
Pour émettre une lettre de change, il faut respecter ses conditions de
validité qui sont soumises à des sanctions.
A – CONDITIONS DE VALIDITE
a – La capacité
La faculté de souscrire une lettre de change est soumise à une condition
de fond : tout signataire doit avoir la capacité de faire le commerce car, en vertu
de l’article 9 du code de commerce, la lettre de change est toujours un acte de
commerce.
b – Les mentions obligatoires
Titre solennel, la lettre de change n’est valable comme telle que si elle
contient un certain nombre de mentions obligatoires :
- La dénomination «lettre de change» insérée dans le texte,
- Le mandat pur et simple de payer une somme d’argent : « Payez »,
- L’indication de la date et du lieu où la lettre est créée,
- La signature du tireur,
- Le montant à payer,

61
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- L'échéance,
- Le nom du tiré,
- Le lieu de paiement,
- et le nom du bénéficiaire.
Signalons que la domiciliation n’est qu’une mention facultative qui rend la
traite payable au domicile d’un tiers et qui permet de faire effectuer le paiement
des échéances d’un prêt, d’un achat à crédit ou même les factures périodiques
par la banque.
B – SANCTION DE LA VALIDITÉ DE LA LETTRE DE CHANGE
a – Les omissions dans les mentions obligatoires
A défaut de contenir les mentions obligatoires, le titre est nul (article 160)
et ne vaut que comme un engagement ordinaire (telle qu’une cession de
créance ou une reconnaissance de dette s’il en remplit les conditions). Le
porteur de bonne foi perd ainsi toutes ses garanties cambiaires de paiement.
b – L’incapacité
L’article 164 code de commerce prévoit que «la lettre de change
souscrite par un mineur non commerçant est nulle à son égard, sauf les droits
des parties conformément au droit commun», c’est-à-dire le droit de le
poursuivre civilement dans la mesure où il reste tenu de son enrichissement.
Mais la signature du mineur sur une lettre de change ne porte pas
atteinte à la validité des autres signatures en raison du principe de
l’indépendance des signatures.
§ 2 – L’ACCEPTATION
A – FORMES ET MODALITES
L’acceptation est l’engagement du tiré donné sur la lettre par signature
de payer son montant à l’échéance à la personne qui en sera le porteur légitime
auquel il ne pourra opposer aucune exception (par exemple défaut de
provision, compensation92 à l’égard du tireur ou d’un précédent porteur, etc.).
L’acceptation est exprimée par le mot « acceptée » et la signature du tiré
au recto, mais souvent elle résulte de sa simple signature.

92
- La compensation est l’extinction réciproque de deux dettes.

62
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En principe, la présentation de la lettre de change à l’acceptation n’est


pas obligatoire ; cependant, une lettre sans acceptation est difficilement
négociable car le tiré pourrait refuser de payer.
Le plus souvent, elle est présentée à l’acceptation par le tireur lui-même
pour pouvoir la négocier facilement puisque, à l’égard du porteur, elle constitue
une garantie d’être payé à l’échéance.
B – CONSEQUENCES DE L’ACCEPTATION
a – Provision et valeur fournie
1 – Constitution de la provision
La créance du tireur sur le tiré s’appelle la provision. La provision est une
créance en somme d’argent ou en marchandises que le tireur détient sur le tiré.
Celui-ci est débiteur de la provision dès son acceptation (sa signature).
L’absence de provision ne frappe pas le titre de nullité, mais le rend
inopérant. Dans la pratique, c’est l’existence de la provision qui détermine
l’acceptation du tiré.
2 – Propriété de la provision
La remise du titre par le tireur au porteur confère à ce dernier la propriété
de la provision, laquelle peut être à nouveau transmise par endossement à un
nouveau bénéficiaire, et ainsi de suite, jusqu’à présentation de l’effet pour
escompte ou encaissement.
3 – La valeur fournie
Si le tireur a émis la traite au profit du bénéficiaire, c’est que ce dernier a
une créance chez le premier ; autrement dit, le tireur est débiteur du
bénéficiaire, celui-ci a du lui fournir une valeur en échange de laquelle le tireur
lui a remis la traite. Cette créance s’appelle «la valeur fournie».
b – Inopposabilité des exceptions du tiré au porteur
Le tiré accepteur ne peut pas opposer au porteur les exceptions que lui-
même aurait pu opposer au tireur ou aux porteurs précédents (article 171).
Exemples :
- l’exception de compensation à l’égard du tireur ou d’un porteur
antérieur,
- l’exception basée sur l’absence de cause (inexécution de l’obligation du
tireur), etc.

63
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Dans tous les cas, le porteur ne peut se prévaloir de l’inopposabilité des


exceptions que si le tiré a accepté la traite.
c – Les exceptions opposables au porteur
Cette règle de l’inopposabilité des exceptions n’est cependant pas
absolue ; autrement dit, il existe bien des exceptions que le tiré peut opposer au
porteur. Tels sont les cas lorsque :
- le tiré a une exception personnelle contre le porteur (compensation par
exemple) ;
- le tiré prouve que le porteur « a agi sciemment » à son détriment ; par
exemple, sachant que le tiré lui opposerait une exception de
compensation, le tireur, en connivence avec un tiers, endosse la traite au
profit de ce dernier, ce nouveau porteur serait de mauvaise foi, car il
aurait agi sciemment au détriment du tiré ;
- le tiré découvre des exceptions résultant du droit cambiaire (défaut
d’une mention obligatoire, une incapacité, etc.).
d – Les effets de complaisance et de cavalerie
Cette règle suivant laquelle la provision n’est indispensable qu’à
l’échéance a donné naissance à des pratiques contraires au but recherché par
le législateur.
Une première pratique consiste en ce qu’on appelle «les tirages en
l’air» : c’est le fait de tirer des lettres de changes sur des personnes
imaginaires, c’est une pratique susceptible de sanctions pénales.
Mais la pratique la plus répandue pendant les périodes de crises
financières est celle des effets de complaisance et de cavalerie.
La pratique de la traite de complaisance se résume de la manière
suivante : un commerçant qui a un besoin urgent de liquidités tire une lettre de
change et la présente à un ami commerçant, le tiré qui est insolvable mais qui
accepte da la signer « par complaisance » bien qu’il n’ait aucune dette à son
égard. Aussitôt, le tireur la fait escompter par son banquier et bénéficie ainsi
d’un crédit à court terme.
A l’échéance, aucun problème ne se poserait si le tireur verse au tiré les
fonds nécessaires, ou si le tiré solvable paie la traite en consentant ainsi un

64
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

crédit au tireur. Dans ces cas la traite de complaisance est tout à fait licite, c’est
ce qu’on peut appeler les «bons effets de complaisance».
Mais la situation risque de se compliquer si, à l’échéance, le tireur ne
dispose pas de fonds à verser au tiré. Dans ce cas, il tire une autre lettre qu’il
fait accepter par le même tiré ou par un autre commerçant et la fait escompter
pour obtenir les fonds à fournir au premier tiré et ainsi de suite... Par ce
chevauchement, ces effets de complaisance deviennent ce qu’on appelle « des
effets de cavalerie ».
Le plus souvent, durant les périodes de difficultés économiques, ces
tirages se font de manière réciproque, c’est-à-dire que les commerçants tirent
indéfiniment les uns sur les autres ; on est alors en présence de ce qu’on
appelle « les tirages croisés ».
§ 3 – LES GARANTIES DE PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE
Pour une efficacité nécessaire au paiement du titre, le législateur prévoit
des mesures de garantie qui font tout l’intérêt de la lettre de change  ; il s’agit du
principe du transfert de la propriété de la provision, de la solidarité et de l’aval.
A – LE TRANSFERT DE LA PROPIETE DE LA PROVISION
«La propriété de la provision est transmise de droit aux porteurs
successifs de la lettre de change» dit l’article 166 alinéa 4.
C’est le fameux principe de «la propriété de la provision» qui constitue
une garantie solide de paiement. Il résulte en effet de ce principe qu’une fois la
lettre émise, le tiré (qui en a connaissance par l’acceptation) ne peut plus
valablement payer le tireur (son créancier) ; sinon, il sera tenu à l’échéance de
payer, une seconde fois, le porteur.
En outre, en vertu de ce principe :
- le décès ou l’incapacité du tireur après l’émission sont sans influence
sur le droit du porteur sur la propriété de la provision ;
- le redressement ou la liquidation judiciaire du tireur n’ont pas d’effet sur
le droit du porteur de la lettre de change qui devient créancier direct du
tiré ;
- les créanciers du tireur ne peuvent former une saisie-arrêt entre les
mains du tiré sur la somme de la lettre de change ;

65
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- enfin, le tireur ne peut former opposition au paiement de la lettre qu’en


cas de perte ou de vol de celle-ci ou de redressement ou de liquidation
judiciaire du porteur (article 189).
B – LA SOLIDARITE
C’est un principe général du droit commercial qui s’applique à la garantie
de paiement de la lettre de change. Tous ceux qui ont tiré, accepté, endossé ou
avalisé une lettre de change, c’est-à-dire tous les signataires, sont
solidairement tenus de son paiement envers le dernier porteur qui, suivant ce
principe légal, peut réclamer à l’un ou plusieurs d’entre eux son montant total.
Le signataire poursuivi ne peut opposer au porteur les exceptions
fondées sur ses rapports avec le tireur ou avec les porteurs antérieurs .
Ce même droit (la solidarité) appartiendra à celui qui a remboursé la
lettre de change.
C – L’AVAL
Le donneur d’aval (avaliseur ou avaliste) est celui qui se porte caution de
la créance. Il garantit personnellement le paiement de tout ou partie de la lettre
de change.
L’aval est donné sur la lettre avec la mention «bon pour aval» et la
signature ; il peut être donné aussi sur une allonge ou par un acte séparé.
L’avaliseur est la caution solidaire du signataire en faveur duquel il s’est
engagé (l’avalisé). Il doit préciser pour quel signataire il s’engage, à défaut il est
réputé donné au tireur (article 180).
S’il a payé pour l’avalisé défaillant, il a un droit de recours non seulement
contre lui, mais contre tout autre signataire de la lettre en vertu du principe
cambiaire de la solidarité.
§ 4 – LA CIRCULATION DE LA LETTRE DE CHANGE
En tant que titre à ordre, la lettre de change est un effet destiné à circuler
en permettant la circulation de capitaux sans risque. Cette circulation s’opère
par la technique de l’endossement, c’est-à-dire par une mention écrite portée
au dos du titre et la signature.
Mais l’endossement ne permet pas seulement de transférer la propriété
de la lettre, il peut servir aussi pour donner la traite en garantie ou la remettre
pour encaissement par procuration.

66
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

A – L’ENDOSSEMENT TRANSLATIF DE PRORIETE


Cet endossement a pour effet de transférer la propriété de la lettre de
change de l’endosseur à l’endossataire (créancier de l’endosseur). Il se fait par
simple signature au dos. L’endossement peut être :
- nominatif : il porte la mention « payez à l’ordre de X », le nom du
bénéficiaire est alors précisé ;
- ou en blanc : il résulte de la simple signature au dos du titre, sans
indication du bénéficiaire et permet le transfert par tradition manuelle,
c’est-à-dire par simple remise matérielle du titre. Le porteur peut remplir
le blanc en y inscrivant son propre nom ou celui d’un nouveau
bénéficiaire (souvent le banquier) ;
- ou encore au porteur : il vaut comme un endossement en blanc93.
Cependant, il convient de préciser que le tireur a la possibilité d’exprimer
sa volonté de ne pas transmettre la lettre ; il lui suffit d’insérer dans la traite les
mots : « non à ordre » ou « non endossable », auquel cas le titre ne peut se
transmettre que par cession de créance selon l’article 195 DOC, il sera alors
dépourvu des effets du droit cambiaire.
Comme l’endosseur est aussi garant de l’acceptation et du paiement, il
peut également interdire un nouvel endossement.
B – L’ENDOSSEMENT PAR PROCURATION
Il résulte de l’endossement accompagné de la mention «valeur en
recouvrement» ou «pour encaissement» ou «par procuration». Il donne mandat
à l’endossataire, qui est le plus souvent un banquier, de recouvrer le montant
de l’effet. Il laisse subsister les exceptions opposables à l’endosseur.
Il faut bien distinguer l’encaissement de l’escompte. A l’encaissement, la
banque ne paie le porteur qu’après avoir encaissé l’effet, alors qu’à l’escompte
la banque crédite le porteur avant échéance du titre. Dans le premier cas, il
s’agit d’un encaissement sans risque pour le banquier et dans le second cas, il
s’agit d’un crédit qu’il consent au bénéficiaire.
C – L’ENDOSSEMENT PIGNORATIF
On le reconnaît à la mention «valeur en garantie» ou «en gage» suivie
de la signature. Il permet de donner la lettre au porteur, à titre de gage, c’est-à-

93
- Rappelons que s’il est possible d’endosser une lettre de change au porteur, il est interdit de
l’émettre au porteur.

67
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

dire en garantie de la créance. L’endossataire n’est que le possesseur du titre, il


ne peut l’endosser car il n’en a pas la propriété, et s’il le fait, il ne sera
considéré que comme un endossement à titre de procuration (article 172 al. 4).
D’un autre côté, selon l’article 172, l’endossataire peut exercer tous les
droits dérivant de la lettre de change, ce qui veut dire que si son débiteur
(l’endosseur) ne lui règle pas la dette à son terme, il peut présenter la lettre au
tiré à l’échéance pour se faire payer de sa créance. Le tiré ne peut lui opposer
les exceptions de l’endosseur.
§ 5 – LE PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE
A – L’ECHEANCE
L’échéance est la date de paiement de la lettre de change. Celle-ci peut
être tirée :
- «à vue» ou sans indication d’échéance : la traite est payable à la
présentation, c’est-à-dire dès le jour de son émission ; dans ce cas, elle
doit être présentée au paiement dans le délai d’un an à partir de sa date,
le tireur peut abréger ce délai ou en stipuler un plus long, quant aux
endosseurs, ils ne peuvent que l’abréger (article 182).
- À un délai de vue : elle est payable après un délai préfixé qui court de
l’acceptation, par exemple : dans 5 jours, 2 semaines, 2 mois, etc. de
l’acceptation par le tiré.
- À un délai de date : le délai court de la date d’émission de l’effet, par
exemple : payez dans 20 jours.
- À jour fixe : elle est payable à la date indiquée.
Le juge ne peut accorder de délais de grâce (article 231).
B – LA PRESENTATION AU PAIEMENT
a – Lieu et date de la présentation
La présentation doit être effectuée au lieu désigné, au jour de l’échéance
ou l’un des 5 jours ouvrables qui suivent. Sans mention particulière de lieu,
c’est le domicile du tiré qui détermine le lieu de paiement.
La mention de domiciliation, très fréquente, permet de fixer le lieu de
paiement à un endroit convenu, autre que celui du tiré. Dans la pratique, il s’agit
le plus souvent du domicile de la banque, celle-ci n’acceptant l’escompte que
lorsque le titre est domicilié.

68
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

b – La perception du montant de la créance


Tout porteur en apparence régulier peut se présenter pour obtenir
paiement de la lettre de change. Corrélativement, il suffit que le payeur soit de
bonne foi pour qu’il soit libéré. Le tiré doit simplement s’assurer de la régularité
des endossements en leur forme sans qu’il soit contraint de vérifier les
signatures (article 186).
§ 6 – LES OBSTACLES AU PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE
A – L’OPPOSITION AU PAIEMENT
La loi interdit l’opposition, sauf dans trois cas : perte ou vol de la traite et
la situation de règlement judiciaire du porteur (article 189).
Il appartient au porteur ayant perdu le titre de faire opposition auprès du
tiré afin d’empêcher le paiement du titre à tout porteur illégitime : celui qui aura
trouvé le titre. Le paiement à qui de droit ne pourra alors se faire que :
- sur autorisation du président du tribunal,
- après avoir fait opposition aux mains du tiré,
- donné caution,
- et justifié de sa propriété de la lettre de change (article 192).
Dans le deuxième cas, le syndic du porteur en règlement judiciaire
pourra faire opposition au tiré et se faire payer à lui-même pour intégrer la
créance dans l’actif de la procédure collective.
B – LE REFUS DE PAIEMENT
En cas de refus de paiement du tiré, le porteur qui bénéficie de garanties
étendues peut exercer un recours contre tous les signataires de la lettre de
change tenus à en garantir le paiement. Il doit faire dresser un protêt «faute de
paiement».
a – Le protêt
C’est un acte authentique dressé par un agent du greffe du tribunal qui
constate officiellement le refus de paiement et les motifs du refus.
Le protêt doit contenir la transcription littérale de la lettre de change, de
l’acceptation, des endossements et des recommandations qui y sont indiquées,
la sommation de payer le montant de la lettre, les motifs du refus de paiement
et indiquer la présence ou l’absence de celui qui doit payer.

69
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Celui qui a fait dresser protêt avise également son endosseur dans les 6
jours, lequel avise à son tour son endosseur dans les 3 jours et ainsi de suite
jusqu’au tireur. Aucun formalisme n’est requis pour l’avis. De son côté, l’agent
notificateur doit, dans les 3 jours qui suivent le protêt, prévenir le tireur par la
poste et par lettre recommandée.
b – Le cas de dispense du protêt
Cependant, si la lettre porte la mention «retour sans frais» ou «sans
protêt», le porteur est dispensé de la procédure du protêt. S’il le fait quand
même, il en supporte les frais. Cette clause évite au porteur les lenteurs et les
coûts non négligeables de cette procédure.
§ 7 – LES RECOURS
Il convient de distinguer le porteur diligent du porteur négligent. Le
premier est celui qui présente la lettre de change dans les délais légaux et fait
dresser à temps un protêt en cas de non-paiement ; le second est celui qui n’a
pas observé ces prescriptions.
A – LES RECOURS DU PORTEUR DILIGENT
À l’échéance, le porteur diligent, qui a présenté la traite et fait dresser
protêt, peut obtenir remboursement du montant de la lettre, des intérêts, des
frais de protêt et des avis en actionnant les signataires ou l’un d’eux devant le
tribunal ; le même droit de recours appartient à tout signataire qui a remboursé
le porteur ;
B – LES DECHEANCES DU PORTEUR NEGLIGENT
Le porteur négligent perd tous les recours cambiaires contre tous les
signataires de la traite (article 206), sauf :
- contre le tireur qui n’a pas fourni provision : la déchéance à son égard
n’aura lieu que s’il justifie avoir constitué provision ;
- contre le tiré accepteur car, ayant reçu provision, il ne peut se dérober
de son engagement sous prétexte de la négligence du porteur ;
- enfin, contre l’avaliste qui a donné aval pour le compte du tiré car, sans
cette précision, il est censé l’avoir donné pour le compte du tireur.
C – LES PRESCRIPTIONS DES RECOURS
Ce sont des délais très brefs fixés par le législateur en dehors desquels
aucune action cambiaire ne peut plus être exercée ; on dit qu’elle est prescrite.

70
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En matière de lettre de change :


- l’action cambiaire contre le tiré accepteur se prescrit par 3 ans à
compter de l’échéance,
- celle du porteur contre les endosseurs et contre le tireur par 1 an à
dater du protêt,
- enfin les actions des endosseurs entre eux et contre le tireur se
prescrivent par 6 mois à dater du jour du paiement de la lettre.

Section 2 – LE BILLET A ORDRE


§ 1 – SPECIFICITES
A – DÉFINITION
Le billet à ordre est un titre par lequel une personne, le souscripteur,
s’engage à payer à une certaine date une somme déterminée à une autre
personne, le bénéficiaire, ou à son ordre.
À la différence de la lettre de change, le billet à ordre met en rapport
seulement deux personnes : le souscripteur et le bénéficiaire. Le souscripteur
est en même temps tireur et tiré dans la mesure où il se donne l’ordre à lui-
même de payer le bénéficiaire à l’échéance. La spécificité du billet à ordre
découle des conséquences qui résultent de cette différence fondamentale.
Le billet à ordre est également un moyen de paiement et de crédit dont le
régime s’apparente à celui de la lettre de change, mais il est beaucoup moins
utilisé dans le commerce.
B – NATURE DU BILLET À ORDRE
L’article 9 du code de commerce dispose dans ce sens que :
« Indépendamment des dispositions des articles 6 et 7, sont réputés actes de
commerce :
- la lettre de change ;
- le billet à ordre signé même par un non-commerçant, lorsqu’il résulte
d’une transaction commerciale ».
De la sorte, le législateur laisse entendre que le billet à ordre est un acte
de commerce par la forme. Ce qui aurait été vrai si la phrase avait pris fin au
niveau de «même s’il est signé par un non commerçant», mais le même article
d’ajouter «lorsqu’il résulte d’une transaction commerciale».

71
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Par conséquent, le B.O ne sera commercial que si la dette à l’occasion


de laquelle il est souscrit est commerciale ; par a contrario, le B.O sera civil si
l’opération est civile.
Par l’insertion de cette condition, toute la théorie de la commercialité du
B.O par la forme a été détruite. Sa nature commerciale ou civile continuera de
dépendre de la nature de l’opération en vertu de laquelle il est souscrit ; donc,
le droit applicable au B.O restera, comme par le passé, déterminé en fonction
de sa nature civile ou commerciale.
C – RÉGIME CAMBIAIRE
La plupart des règles de la lettre de change sont applicables au billet à
ordre, notamment en ce qui concerne l’endossement, le paiement, le recours
faute de paiement, le protêt, les prescriptions, etc. C’est pourquoi le billet à
ordre, régi par les articles 232 à 238 du nouveau code de commerce, ne
comporte que peu de dispositions qui lui sont propres. Le code, en ses articles
234 à 236, renvoie pour les règles communes aux dispositions de la lettre de
change.
§ 2 – CONDITIONS DE VALIDITE
Elles sont pratiquement les mêmes que celles de la lettre de change,
sauf pour quelques originalités qu’il convient de signaler.
A – LES CONDITIONS DE FORME
Comme pour la lettre de change, pour être valable le billet à ordre doit
comporter un certain nombre de mentions obligatoires : les date et lieu de
souscription, la clause à ordre, le lieu de paiement, le nom du bénéficiaire, la
signature du souscripteur, etc.
Le billet à ordre se distingue cependant par :
a – La dénomination «billet à ordre»
Alors que la lettre de change doit comporter la dénomination «lettre de
change», qui implique automatiquement la clause à ordre, le billet à ordre doit
contenir au choix : soit la dénomination «billet à ordre», soit tout simplement «la
clause à ordre» insérée dan le texte du titre (je paierai à l’ordre de M. X.)

72
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

b – La promesse pure et simple de payer


Comme dans le billet à ordre il n’y a pas un mandat de payer donné à un
tiers (le tiré), cette promesse de payer (je paierai...) remplace le mandat de la
lettre de change.
B – LES CONDITIONS DE FOND
C’est à ce niveau que nous rencontrons le plus de différences par
rapport à la lettre de change dues à la nature du billet à ordre et à l’absence du
tiré.
a – La capacité
La capacité de faire des actes de commerce n’est requise que lorsque
l’acte est commercial.
Dans le cas contraire, si le mineur contracte une affaire civile (et c’est là
que le billet à ordre n’est pas commercial par sa forme), le billet sera civil et le
mineur devra seulement être émancipé, sans avoir à être autorisé à faire le
commerce. (Sa signature sur le billet à ordre ne sera pas nulle puisqu’il s’agit
d’un acte civil qui nécessite seulement l’émancipation du mineur).
b – Absence de la notion de provision
En matière de billet à ordre, il ne peut être question de provision qui est
normalement une créance du tireur sur le tiré ; alors que dans le billet à ordre le
souscripteur cumule ces deux qualités.
Partant, la théorie de la provision ne peut être appliquée au billet à ordre.
Il n’y a donc pas de provision, qui est une créance du tireur sur le tiré, pour que
le souscripteur du billet à ordre puisse en transmettre la propriété au
bénéficiaire. Il lui transmet seulement la valeur fournie qui demeure la propriété
du premier bénéficiaire.
La conséquence de cette différence de régime juridique avec la lettre de
change est que le porteur négligent conserve ses recours cambiaires contre le
souscripteur (alors qu’il perd ce droit en matière de lettre de change lorsque le
tireur prouve avoir fourni provision).
c – Absence de la notion d’acceptation
L’acceptation n’a pas de raison d’être en matière de billet à ordre
puisque le souscripteur, par sa signature à l’émission, s’engage juridiquement à
payer à l’échéance entre les mains du bénéficiaire ou à son ordre ; c’est

73
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

pourquoi l’article 237 précise que «le souscripteur d’un billet à ordre s’engage
de la même manière que l’accepteur d’une lettre de change».
Cependant, la présentation du billet à ordre au souscripteur pour visa est
nécessaire lorsque le titre est payable à un certain délai de vue, ce délai court
de la date du visa signé du souscripteur (article 238).

Section 3 – LE CHÈQUE
Nous envisagerons d’abord, les aspects techniques, ensuite, les
systèmes de protection du chèque.
§ 1 – LES ASPECTS TECHNIQUES
A – NATURE ET FONCTION DU CHÈQUE
Le chèque est un effet par lequel le tireur dispose de ses fonds déposés
chez le tiré (qui est obligatoirement une banque), en effectuant des retraits à
vue, soit à l’ordre de lui-même, soit à l’ordre du bénéficiaire.
Obligatoirement tiré sur un banquier, il est payable à vue (dès sa
présentation) et à ce titre il ne peut comporter une mention d’échéance de
paiement.
Néanmoins, le chèque n’est pas une monnaie ; sa remise n’est pas
libératoire tant qu’il n’est pas encaissé et n’opère pas novation de la créance94.
Par ailleurs, contrairement à la lettre de change, il n’est pas commercial
par la forme ; il est commercial ou civil suivant la nature de l’opération en
exécution de laquelle il a été émis.
B – LES CONDITIONS FORMELLES
Pour être valable, le chèque doit remplir des conditions de forme exigées
par la loi (voir spécimen suivant).
a – Les mentions obligatoires
Les mentions obligatoires que doit comporter le chèque sont :
- la dénomination de «chèque» ;
- l’ordre de paiement pur et simple (payez) ;
- la somme à payer en chiffres et en lettres ;
- le nom du tiré (la banque) ;
- le lieu du paiement (adresse de l’agence bancaire) ;
94
- Le chèque n’est pas novatoire (art 305 code 1996), c’est à dire que la remise d’un chèque
en paiement d’une dette ne remplace pas l’obligation qui lui a donné naissance ; celle-ci
subsiste avec toutes ses garanties jusqu’à ce que le chèque soit payé.

74
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- le lieu et la date de création ;


- le nom et la signature du tireur.
Suivant l’article 240 est nul le chèque qui ne correspond pas aux
formules délivrées par les banques ou dans lequel l’une des mentions
obligatoires fait défaut, mais il peut être considéré comme un titre ordinaire pour
servir de preuve à une créance lorsqu’il réunit les conditions de ce titre.
b – Les mentions facultatives
Ce sont les mentions que les parties demeurent libres de porter sur le
chèque :
- Le nom du bénéficiaire : Contrairement à la lettre de change, il n’est
pas obligatoire de mentionner le nom du bénéficiaire sur le chèque (article
243), car le chèque peut être émis au porteur ou en blanc, sans aucune
indication, il est alors considéré émis au porteur ; il peut aussi être stipulé
payable à personne dénommée ou à son ordre (chèque nominatif), dans ce cas
le bénéficiaire ne peut le transmettre que par endossement ;
- La clause non endossable ou non à ordre : Cette clause ne peut être
utile que lorsque le chèque est nominatif ; puisque le chèque au porteur ou à
blanc est transmissible par simple tradition. Le chèque qui porte la mention non
endossable ne peut être transmis que comme un titre civil ;
- Le barrement : Il consiste à tracer sur le recto du chèque deux barres
parallèles, il ne sera alors payé qu’à un banquier ou à un client du banquier.
Ainsi, le porteur d’un tel chèque ne pourra se faire payer qu’en l’endossant par
procuration à son banquier qui approvisionnera son compte du montant du
chèque encaissé par ledit banquier. Les banques effectuent entre elles les
paiements des chèques en procédant à leur compensation et donc par monnaie
scripturale, ce qui évite les mouvements numéraires.
Comme il ne peut être payé qu’à une banque, le chèque barré a été
conçu pour éviter les risques de perte ou de vol des chèques ; mais l’effet de
cette technique reste limité puisqu’il est possible d’endosser le chèque barré au
profit d’un bénéficiaire de bonne foi.
Le barrement est général lorsqu’il ne comporte aucune mention entre les
deux barre, il est spécial, se le nom d’une banque y est mentionné.

75
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- La certification : (le chèque certifié) Elle remplace l’acceptation en


matière de lettre de change. Comme le chèque est payable à vue, il n’a pas
besoin d’être accepté ; l’article 242 interdit expressément l’acceptation du
chèque. La certification est faite par la banque tirée qui porte au recto du
chèque la mention « certifié » et sa signature. Elle doit alors bloquer la provision
correspondant au montant du chèque au profit du porteur, mais seulement
jusqu’au terme du délai de présentation qui est de 20 jours suivant l’article 268
du nouveau code.
C – LE CHÈQUE, INSTRUMENT DE PAIEMENT FACULTATIF
Malgré l’usage répandu du chèque qui constitue, au Maroc, le second
moyen de paiement après les espèces, le droit n’oblige nullement l’acceptation
du chèque comme mode de paiement, à l’exception de certains cas très rares
dans notre législation. Tout commerçant ou particulier peut fort bien le refuser
et exiger la monnaie officielle ayant cours légal.
En effet, par dérogation au principe de l’usage facultatif du chèque,
l’article 306 du nouveau code de commerce a rendu obligatoire le paiement par
chèque barré ou par virement bancaire toute opération entre commerçants pour
faits de commerce d’une valeur supérieure à 10 000 dhs C’est pourquoi
d’ailleurs, le législateur a fait obligation aux commerçants d’ouvrir un compte
chèques (article 18).
D – LA PROVISION DU CHÈQUE
La provision est une somme d’argent mise à la disposition du tireur chez
le tiré au moment de la création du chèque.
a - Le contenu de la provision 
La provision du chèque peut être constituée par le dépôt de fonds chez
la banque (c’est-à-dire par le versement de sommes d’argent), la remise
d’effets de commerce à l’encaissement, elle peut aussi résulter d’une ouverture
de crédit.
b - Le moment de l’existence de la provision 
Contrairement à la lettre de change dont la provision n’est exigible qu’à
l’échéance, suivant les termes de l’article 241 le chèque doit avoir provision dès
le moment de la création du titre.

76
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Or, cette disposition exigeant l’existence de la provision au moment de la


création du chèque se trouve être, sinon en contradiction, du moins dépassée
par la nouvelle tendance de la politique pénale du même code de commerce
qui ne requiert la constitution de la provision qu’au moment de la présentation
du chèque au paiement (art. 316). Par conséquent, la loi n’exige plus une
provision préalable à l’émission du chèque.
c- Le transfert de la propriété de la provision
L’émission du chèque a pour effet de transférer la propriété de la
provision détenue par le banquier au bénéficiaire du chèque. Cette propriété
passera ensuite à tout nouveau porteur, que ce soit par tradition ou par
endossement. L’article 256 dispose en effet que l’endossement transmet tous
les droits résultant du chèque et notamment, la propriété de la provision.
E – JUSTIFICATION D’IDENTITE
L’article 251 a consacré officiellement l’obligation pour toute personne
qui « remet » un chèque en paiement de justifier de son identité au moyen d’un
document officiel portant sa photographie.
Comme le texte parle de « toute personne » qui remet un chèque en
paiement, il serait judicieux de savoir de quelle personne il s’agit ?
S’agit-il du tireur, qui doit justifier de son identité, lorsqu’il remet le
chèque en paiement à son créancier ?
Ou est-ce qu’il s’agit du porteur lorsqu’il présente le chèque à la banque
pour recouvrement ?
Nous pensons qu’il ne peut s’agir que du tireur pour les raisons
suivantes :
- d’une part, parce que le texte parle de la personne qui « remet » le
chèque en paiement dans le sens de l’émission car, si le législateur avait
l’intention de viser le bénéficiaire, il aurait parlé de « toute personne qui
présente un chèque au paiement » ;
- d’autre part, ce qui conforte encore cette position, c’est que l’article 251
figure parmi les dispositions du chapitre I relatif à la création du chèque
et non pas dans le chapitre IV relatif à la présentation et au paiement du
chèque.

77
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

F – LA CIRCULATION DU CHÈQUE
Rappelons que le chèque au porteur ou à blanc se transmet par tradition.
S’il est nominatif, il convient de distinguer :
+ s’il est non à ordre ou non endossable, il ne peut se transmettre que
par cession de créance ;
+ s’il est à ordre, il est transmissible par endossement :
- soit par endossement translatif de propriété : dans ce cas
l’endosseur a le choix de l’endosser au porteur ou à blanc (auquel
cas il peut circuler par tradition) ou même nominatif. 
- soit par endossement à titre de procuration, exactement comme
pour la lettre de change (en pratique, en cas de remise à
l’encaissement par la banque).
Mais l’endossement du chèque ne peut jamais être fait en garantie (à
titre pignoratif).
§ 2 – LES SYSTEMES DE PROTECTION DU CHEQUE 
En tant qu’effet de commerce, le chèque bénéficie naturellement de la
protection du système cambiaire, mais il se distingue en outre par une
protection traditionnelle et spéciale d’un système pénal auquel s’est greffé
récemment un autre système, mais bancaire cette fois.
A – LE SYSTEME CAMBIAIRE 
Le porteur impayé peut en effet exercer ses recours cambiaires contre
tous les signataires du chèque (e) ; mais pour cela il doit se montrer diligent et
accomplir certaines obligations de vigilance que la loi lui impose, à savoir
présenter le chèque au paiement (a) et, à défaut de paiement, faire dresser
protêt (b), donner les avis (c) tout en respectant les délais de prescription (d).
a – La présentation au paiement
Elle peut se faire dès le jour de l’émission puisque le chèque est payable
à vue. Le porteur dispose néanmoins d’un certain délai pendant lequel il doit
présenter le chèque au paiement sous peine de perdre son droit au recours
cambiaire.
Les délais sont actuellement de 20 jours de l’émission pour les chèques
émis au Maroc, et de 60 jours pour les chèques émis à l’étranger (article 268).

78
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Après l’expiration du délai de présentation, s’il a provision, le tiré est tenu


quand même de payer (article 271) sous peine d’une amende de 5000 à 50 000
dhs (article 319). Les peines étant délictuelles, la prescription d’une telle
infraction est donc délictuelle (5 ans).
Si la provision est insuffisante, le tiré a désormais l’obligation de
proposer au porteur le paiement jusqu’à concurrence de la provision
disponible ; dans ce cas, ce dernier ne peut pas refuser ce paiement et doit
délivrer une quittance au tiré et mention de ce paiement partiel doit être faite sur
le chèque (art. 273).
Il faut dire qu’actuellement dans la pratique, les banques refusent tout
paiement, même s’il ne s’agit que d’une insuffisance dérisoire. Et comme cette
obligation, à la différence de la précédente, est dépourvue de sanction, elle n’a
pas beaucoup de chance d’être appliquée.
b – Le protêt
A défaut de paiement, le porteur doit faire dresser protêt, comme en
matière de lettre de change, pour pouvoir exercer son recours cambiaire.
Le protêt doit être fait avant l’expiration du délai de présentation ; et si
celle-ci a lieu le dernier jour du délai, il peut être établi le premier jour ouvrable
suivant.
c – Les avis
Le porteur a ensuite un délai de 8 jours ouvrables qui suivent le jour du
protêt pour donner avis du défaut de paiement à son endosseur et au tireur. En
cas de clause de retour sans protêt, ce délai court du jour de la présentation.
Chaque endosseur doit aviser son endosseur dans les 4 jours ouvrables
qui suivent la réception de l’avis en remontant jusqu’au tireur.
De son côté, le secrétariat – greffe du tribunal est tenu de prévenir le
tireur des motifs du refus de paiement par lettre recommandée dans les 4 jours
du protêt, à condition, dit le texte, que le chèque contienne le nom et l’adresse
du tireur95 !

95
On sait que, en pratique, à la rigueur certains commerçants marquent le numéro de la carte
d'identité nationale et le numéro de téléphone du tireur sur le dos du chèque, mais jamais
l'adresse de ce dernier n'est marquée ni par la banque, ni par les commerçants.

79
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

d – Les délais de prescription 


Il s’agit de la prescription des recours cambiaires qui est une prescription
extinctive ou libératoire, c’est-à-dire qui éteint l’action cambiaire qui résulte de
l’engagement par chèque.
L’article 295 a prévu trois délais de prescription en fonction des parties
en présence :
- Pour les actions du porteur contre les endosseurs, le tireur et les autres
obligés la prescription est de 6 mois à partir de l’expiration du délai de
présentation.
- Pour les actions des divers obligés les uns contre les autres la
prescription est également de 6 mois à partir du jour où l’obligé a
remboursé ou du jour où il a lui-même été actionné en justice.
- Enfin, pour l’action du porteur contre le tiré le délai de prescription est
devenu d’1 un à partir de l’expiration du délai de présentation (au lieu de
3 ans précédemment prévu par le dahir de 1939).
e – Les recours cambiaires 
Lorsque le porteur aura accompli ses obligations de vigilance, il peut
alors exercer ses recours cambiaires contre toutes les personnes obligées en
vertu du chèque. Celles-ci sont en effet tenues solidairement envers le porteur
(art. 287). Ce dernier peut agir contre ces signataires individuellement ou
collectivement et sans avoir à respecter l’ordre dans lequel ils se sont obligés.
Cependant, en cas de déchéance, le porteur négligent ne perd pas tous
ses droits, il conserve :
- une action de droit commun contre les différents obligés ; 
- une action cambiaire contre le tiré qui a provision ;
- une action cambiaire contre le tireur qui n’a pas fait provision. Or, celui-
ci reste passible du pénal. Mais il convient de signaler que ces règles ne
s’appliquent que pour l’exercice de l’action cambiaire car, pour l’exercice
de l’action pénale :
- le porteur n’a pas besoin de faire dresser protêt ;
- et l’action publique ne s’éteint pas par les délais de prescription de
l’action cambiaire. Étant donné que nous sommes dans le domaine

80
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

délictuel, l’infraction ne s’éteindra que par la prescription correctionnelle


de 5 ans.
En pratique, tous les porteurs de chèques sans provision préfèrent
recourir au pénal vu son caractère répressif par rapport au système cambiaire,
mais actuellement le système bancaire s’est imposé préalablement au système
pénal.
B – LE SYSTEME BANCAIRE 
Ce système s’est désormais greffé sur le système pénal avant sa
consécration officielle par le législateur. Il est appliqué au Maroc depuis le 1 er
juin 1990, date de la mise en vigueur de la fameuse convention interbancaire
du 29 novembre 1989. Les différences techniques et répressives mises à part,
l’esprit du code de 1996 ne se distingue guère de celui de la convention
interbancaire.
a – Les obligations des banques
1 – Lors de l’ouverture des comptes
Nos textes actuels obligent désormais les banques, préalablement à
l’ouverture des comptes, de vérifier l’identité des postulants (personnes
physiques ou morales) par le moyen de documents officiels.
L’établissement bancaire doit ensuite, et préalablement à la délivrance
du premier chéquier, consulter Bank Al-Maghrib (B.M.) sur les antécédents
bancaires du postulant (les incidents de paiement et leurs suites).
2 – Lors des incidents de paiement
En cas d’incident de paiement, c’est-à-dire de refus de paiement d’un
chèque pour défaut de provision suffisante, la banque tirée doit adresser une
lettre d’injonction au tireur par laquelle, elle l’invite :
- à lui restituer, ainsi qu’à toutes les banques dont il est le client, les
formules de chèques en sa possession et en celle de ses mandataires ;
- et de ne plus émettre pendant 10 ans des chèques autres que les
chèques de retrait et les chèques certifiés.
La banque doit aussi en informer les mandataires du titulaire du compte
et, s’il s’agit d’un compte collectif, les autres titulaires du compte ; car ces
derniers subissent aussi, de plein droit les mêmes mesures tant en ce qui

81
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

concerne le compte objet de l’incident qu’en ce qui concerne les autres


comptes collectifs (art. 315).
Le tiré qui a refusé le paiement doit alors déclarer l’incident à B.M.
L’article 309 al. 1 oblige les banques, lorsqu’elles refusent de payer un
chèque, de délivrer au porteur un certificat de refus de paiement.
b – La réparation de l’incident
La loi permet au titulaire du compte qui reçoit l’injonction de retrouver la
faculté d’émission des chèques à condition de régulariser l’incident et de payer
une amende forfaitaire.
1 – La régularisation
Pour recouvrer sa faculté d’émission, le tireur a le choix entre deux
procédés de régularisation :
- soit la régularisation directe : c’est-à-dire le règlement du montant du
chèque impayé entre les mains du porteur, il doit alors présenter le
chèque acquitté au tiré ;
- soit la régularisation indirecte : en constituant une provision suffisante
et disponible pour le règlement du chèque par les soins du tiré.
2 – L’amende forfaitaire 
Après la régularisation, le tireur doit s’acquitter d’une amende forfaitaire
dont le taux dépend du nombre de répétition des incidents de paiement : (art.
314)
- à la 1ère injonction, le taux de l’amende est de 5 % du montant du
chèque impayé.
- à la 2nde injonction, ce taux est de 10 %.
- et, à partir de la 3ème injonction, il est de 20% 96.
Mais, la régularisation n’empêchera pas le tireur d’être poursuivi
pénalement.

96
- V. arrêté du ministre de l'économie et des finances du 12 août 1998 fixant les modalités
d'acquittement de cette amende. (B.O. n° 4618 du 3/9/1998, p. 497). Suivant ce texte, l'amende
forfaitaire doit être acquittée par l'intéressé à la perception de son choix au vu de l'injonction à
lui faite par la banque tirée. Cette injonction tient lieu de bulletin de versement, elle doit
comporter un certain nombre de mentions notamment le rang de l'injonction. Cette dernière
doit être établie en double exemplaire dont l'original est destiné à justifier la recette réalisée et
le second exemplaire est remis à l'intéressé après paiement pour justifier l'acquittement de
l'amende auprès de la banque.

82
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Néanmoins, pour assurer le respect de ce système bancaire, le


législateur a assujetti les banques à un véritable système de responsabilité.
c – La responsabilité des banques 
Cette responsabilité est assortie de deux sortes de sanctions, des
sanctions pénales et des sanctions de garantie.
1 – Les sanctions pénales
Les violations des obligations bancaires sont érigées en infractions
passibles d’une amende de 5000 à 50 000 dhs, notamment :
- le défaut de déclaration à B.M. des incidents de paiement et des
émissions au mépris de l’interdiction ;
- le refus de délivrer le certificat de refus de paiement ;
- la délivrance de formules de chèques à un interdit bancaire ou judiciaire
ou à son mandataire ;
- le défaut d’adresser une injonction en cas d’incident de paiement
invitant son auteur à restituer les formules de chèques et de ne plus
émettre de chèques pendant 10 ans.
Il appartient alors à B.M. de centraliser les renseignements concernant
ces infractions commises par les banques et de les communiquer au procureur
du Roi.
2 – Les sanctions de garantie
À défaut pour le banquier de respecter ses obligations, il devient garant
des émissions sans provision. Il doit payer jusqu’à concurrence de 10 000 dhs
par chèque malgré l’absence ou l’insuffisance ou l’indisponibilité de la
provision :
- tout chèque qu’il a délivré à un interdit bancaire ou judiciaire, ou à un
nouveau client avant d’avoir consulté B.M. ;
- et tout chèque dont il n’a pas réclamé la restitution suite à un incident.
Le banquier tiré qui a payé le chèque est alors subrogé dans les droits
du porteur à concurrence de la somme avancée.
d – Le rôle de Bank Al-Maghrib
Elle exerce son rôle par une sorte de « casier bancaire » (à l’instar du
casier judiciaire) détenu par le Service Central des Incidents de Paiement (le
S.C.I.P.). Car, en vertu de l’article 322, les banques sont tenues de déclarer à

83
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B.M. tous les incidents de paiement survenus dans leurs agences. Il en est de
même pour les tribunaux lorsqu’ils prononcent une interdiction d’émettre des
chèques.
Ainsi, le S.C.I.P. centralise tous les antécédents des clients ayant fait
l’objet d’une déclaration et se charge de les communiquer aux banques.
Ce service détient d’ailleurs aussi tous les renseignements sur les
violations par les banques de leurs obligations de contrôle et de leurs
obligations de sanction.
C – LE SYSTEME PENAL 
a – Les infractions en matière de chèque 
1 – L’omission de constituer ou de maintenir la provision 
Il s’agit de la fameuse émission de chèque sans provision du dahir de
1939 qui est l’infraction la plus courante en matière de chèque. Par sa nouvelle
formule, le législateur de 1996 a complètement modifié la physionomie de cette
infraction.
Alors que les articles 70 dahir de 1939 et 543 du code pénal
sanctionnaient celui qui, de mauvaise foi, a émis un chèque sans provision
préalable et disponible ou avec une provision inférieure au montant du chèque,
l’article 316-1° du nouveau code incrimine le tireur qui a omis de constituer ou
de maintenir la provision du chèque en vue de son paiement à présentation.
2 – L’opposition irrégulière 
L’opposition est l’acte par lequel le tireur fait défense au tiré de payer un
chèque qu’il a émis.
Sous le dahir de 1939, l’opposition était permise dans seulement deux
cas : la perte du chèque et la faillite du porteur. L’article 271 du code de 1996 a
ajouté trois autres cas légaux d’opposition : le vol, l’utilisation frauduleuse et la
falsification du chèque.  Par conséquent, celui qui fait opposition en dehors des
cas prévus par le législateur encourt les mêmes peines de l’émission sans
provision.
3- L’acceptation et l’endossement des chèques de garantie 
L’article 316-6°/ sanctionne «toute personne qui, en connaissance de
cause accepte de recevoir ou d’endosser un chèque à la condition qu’il ne soit
pas encaissé immédiatement et qu’il soit conservé à titre de garantie».

84
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

On notera enfin que pour faire respecter les interdictions bancaire et


judiciaire par les titulaires de comptes interdits, le code de 1996 a incriminé
l’émission de chèque au mépris d’une interdiction d’un emprisonnement d’un
mois à 2 ans et d’une amende de 1.000 à 10. 000 dhs malgré l’existence de la
provision. Et si la provision fait défaut, ces peines sont portées au double (art.
318).
b – Les sanctions pénales 
L’article 316 prévoit des sanctions communes à toutes les infractions en
matière de chèque à savoir, l’emprisonnement de 1 à 5 ans et une amende de
2.000 à 10.000 dhs sans qu’elle puisse être inférieure à 25% du montant du
chèque ou de l’insuffisance de la provision.
En outre, le tribunal peut prononcer une interdiction d’émission de
chèque de 5 ans avec injonction de restituer les formules de chèques au
banquier (art. 317).
Il peut aussi ordonner, aux frais du condamné, la publication des extraits
de la décision d’interdiction dans les journaux.
En ce qui concerne la récidive, toutes les infractions en matière de
chèque sont considérées comme constituant un même délit (art. 323).
Le sursis ne peut être accordé que pour les peines d’emprisonnement
(art. 324), il n’est donc pas applicable à l’amende.
Le tireur d’un chèque sans provision ne peut bénéficier des
circonstances atténuantes que s’il constitue ou complète la provision dans les
20 jours de la présentation.

85
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

CHAPITRE II - LE FONDS DE COMMERCE

Le fonds de commerce (F.C.) est désormais défini par l’art. 79 du code


de commerce de 1996 comme étant  « un bien meuble incorporel constitué
par l’ensemble des biens mobiliers affectés à l’exercice d’une ou de
plusieurs activités commerciales ».
Nous examinerons, d’abord, les éléments du F.C., ensuite les contrats
qui portent sur le F.C. et les règles destinées à le protéger.

Section I - LES ELEMENTS DU F.C.


Ces éléments sont traditionnellement divisés en deux catégories, suivant
leur nature, en éléments corporels et d’autres incorporels.
§ I - LES ELEMENTS CORPORELS
Il s’agit du mobilier commercial, des marchandises et du matériel et
l’outillage.
1 - Le mobilier commercial  : c’est-à-dire tous les objets mobiliers
comme les bureaux, les fauteuils, les chaises, les salons de réception, les
comptoirs …
2 - Les marchandises : C’est l’objet même du commerce, il s’agit de
tous les produits et objets destinés à la vente. Mais, en cas de vente du F.C.,
les marchandises font normalement l’objet d’un inventaire et leur prix est fixé
séparément.
3 - Le matériel et l’outillage  : Ces deux termes sont synonymes, ils
désignent tous les biens meubles, autres que le mobilier commercial, qui
servent à l’exploitation du fonds, exemple : les appareils et machines, les
moyens de transport…
Il faut noter cependant que ces éléments corporels n’ont pas toujours
une importance dans un F.C., sauf par exemple les appareils et machines dans
l’industrie, le mobilier dans l’hôtellerie ou les véhicules de transport (bus et cars)
dans le commerce de transport…
Par conséquent, bien que ces éléments corporels fassent partie du F.C. :
- le vendeur du fonds reste libre de les exclure de la vente et les vendre
à une autre personne ;

86
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- de son côté, l’acquéreur du F.C. peut parfaitement se passer du


matériel, outillage et mobiliers anciens.
Par ailleurs, il existe bien des F.C. qui n’ont pas de marchandises tels
que les fonds des courtiers et agents d’affaires…
Il reste que, ce sont les éléments incorporels qui confèrent son
importance au F.C.
§ II - LES ELEMENTS INCORPORELS 
Ce sont les éléments les plus divers du F.C. et les plus importants.
1 - La clientèle : C’est l’élément le plus important du F.C. ; d’ailleurs, en
vertu de l’art. 80 du code de commerce, la clientèle est devenue un élément
obligatoire du F.C.. Ce dernier ne peut en effet exister sans la clientèle.
La clientèle est la faculté de grouper les clients habituels au commerce.
Il ne s’agit donc pas de l’ensemble des clients d’un commerce, car le
commerçant ne possède pas la clientèle, il n’en a pas le monopole et il suffit
d’une mauvaise gestion pour la perdre.
Cependant, bien que la clientèle soit l’élément le plus important du F.C.,
cet élément reste insuffisant pour constituer à lui seul un F.C. ; la clientèle elle -
même n’existe que parce qu’elle est attachée à certains éléments du F.C., ce
sont ces éléments qui servent de support à la clientèle, ce sont eux qui sont en
mesure de grouper la clientèle. Ces éléments vont varier suivant le type de
commerce.
2 - Le nom commercial : C’est l’appellation empruntée par le
commerçant pour l’exercice de son commerce.
# Il peut s’agir du nom patronymique du commerçant (ou nom civil),
exp. Établissement Ben Chekroun97, ou d’un pseudonyme, exp. Garage El
Bahja, ou d’un nom de fantaisie, exp. Hôtel Yasmine.
# En ce qui concerne les sociétés commerciales, le nom commercial
est dit dénomination sociale qui est généralement désignée par l’objet de
l’activité de l’entreprise98.
Cependant, en cas de cession du F.C., le vendeur peut, par une clause
expresse, interdire à l’acquéreur d’user de son nom commercial, cette clause
97
- Le nom patronymique est hors du commerce, c’est-à-dire ne peut être cédé.
98
- La nouvelle loi sur les sociétés commerciales a supprimé la raison sociale, en ce
qui concerne les sociétés de personnes, qui était désignée, non par l’objet social,
mais par le ou les noms d’associés.

87
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

aura pour effet d’exclure la cession du nom commercial avec le F.C., dans ce
cas, le vendeur n’a plus le droit de céder l’usage du nom à un autre
commerçant, sous peine de concurrence déloyale.
# Le nom commercial fait par ailleurs l’objet d’une protection particulière
par le législateur.
3 - L’enseigne : C’est un signe distinctif qui sert à individualiser un
établissement commercial.
- L’enseigne peut prendre la forme d’un emblème figuratif, exp. la
coquille de Shell, le petit homme de neige de Michelin…
- Ca peut être une dénomination de fantaisie, exp. Hôtel au Lion d’Or,
1000 chemises, Au Rabais…, ou un nom d’une personne exp. Chez Bahaa’,
Chez Smaïl… ou le nom du quartier de l’emplacement du commerce, exp.
Café des Oudayas, Hôtel de la Tour Hassan…
- Souvent l’enseigne reprend le nom commercial présenté sous une
forme graphique originale, exp. le signe graphique de la CTM …
L’usage d’une enseigne semblable à celle d’un commerçant du même
lieu et faisant le commerce de produits semblables de manière à détourner sa
clientèle constitue une concurrence déloyale qui peut donner lieu à une action
en dommages-intérêts (Art. 84-2° DOC).
4 - Les licences : L’art. 80 parle des licences, mais il s’agit aussi des
autorisations et des agréments. Elles sont accordées par les autorités
administratives concernées pour l’exploitation de certains F.C., suivant le
domaine d’activité : tourisme, transport, hôtellerie, restauration, cinéma, vidéo,
boissons alcooliques…
5 - Le droit au bail : Ce droit n’a d’intérêt que dans le cas où le
commerçant n’est pas propriétaire du local dans lequel il exerce son commerce.
Il est désigné dans la pratique par l’expression de « propriété commerciale »,
ce qui exprime la protection accordée par le législateur aux locataires de locaux
à usage commercial contre les éventuels abus des propriétaires des murs qui
pourraient avoir des conséquences néfastes sur le commerçant. De plus, il est
difficile de concevoir une vente d’un F.C. sans local.
Le droit au bail est demeuré réglementé par le dahir du 24 mai 1955, ses
règles assurent au commerçant le droit au renouvellement du bail et, à défaut,
le droit à une indemnité.

88
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

6 - Les droits de propriété industrielle :


L’art. 80 dresse toute une énumération de ces droits ; il s’agit des
brevets d’invention, des licences, des marques de fabrique, de commerce et de
service, des dessins et modèles industriels « et, généralement, conclue cet
article, tous droits de propriété industrielle, littéraire ou artistique qui y sont
attachés ».
Ces droits continuent à être protégés par des textes spéciaux : les droits
de propriété industrielle sont réglementés par le dahir du 23 juin 1916 99, quant
aux droits de la propriété littéraire et artistique, qui sont assimilés aux droits
industriels, ils restent régis par le dahir du 29 juillet 1970 100.
Ces droits constituent un monopole du commerçant dans son
exploitation commerciale et, comme ils font partie du F.C., ils peuvent être
cédés avec ce dernier, mais pour les exclure il faut prévoir une clause expresse
dans le contrat de vente du F.C..

Section II - LES CONTRATS PORTANT SUR LE FONDS


DE COMMERCE
Le F.C., en tant qu’une universalité, c’est-à-dire de nature distincte des
éléments qui le composent, peut être vendu (§ I), affecté en nantissement (§ II),
des règles communes ont cependant pour but la protection des droits du
vendeur et du créancier nanti (§ III), enfin le FC peut être mis en location (§ IV).
§ I - LA VENTE DU FONDS DE COMMERCE
La vente du F.C., à l’instar de tout contrat, est d’abord soumise aux
règles générales du DOC et surtout à celles relatives au contrat de vente
prévues par ses articles 478 à 584.
Vu ses particularités commerciales, la vente du F.C. a fait l’objet d’une
réglementation spéciale qui fut contenue dans le dahir du 31 décembre 1914 101.
Cette réglementation a été reprise par le code de 1996 dans ses articles 81 à
103 tout en subissant des modifications substantielles.
Elle prévoit en effet des conditions particulières au contrat de vente du
F.C. et partant, des effets spéciaux.

99
- B.O. du 10/7/1916, p. 690.
100
- B.O. du 7/10/1970, p. 1378.
101
- B.O. du 11/1/1915, p. 14.

89
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

A - LES CONDITIONS DE LA VENTE


La vente du F.C. est soumise à des conditions de fond et de forme.
a - Les conditions de fond
Comme tout contrat, la vente du F.C. doit obéir aux règles générales en
la matière : le consentement des parties (protection contre les vices tels que
l’erreur, le dol et la violence), la capacité commerciale (les opérations portant
sur le FC étant des actes de commerce), l’objet de la vente (les éléments du
FC) et le prix de la vente.
b - Les conditions de forme
Afin de protéger l’acquéreur, l’article 81 code de commerce oblige le
vendeur d’insérer certains renseignements dans l’acte même de vente. Par
conséquent, la rédaction d’un écrit s’impose d’autant plus que l’omission de ces
mentions rend l’acte annulable.
Mais l’écrit ne doit pas prendre obligatoirement la forme authentique, il
peut être seulement sous seing privé.
B - LES EFFETS DE LA VENTE
Si la vente du F.C. fait l’objet d’une réglementation spéciale, c’est parce
qu’elle produit des effets particuliers en dehors des effets généraux de toute
vente.
Cette réglementation a justement pour effet de protéger tous les intérêts
en présence ; les droits de l’acquéreur, ceux du vendeur qui consent une vente
à crédit et ceux des tiers, en l’occurrence les créanciers du vendeur.
a - Les règles protectrices des droits de l’acquéreur
En dehors des règles générales à toute vente, l’acquéreur du F.C.
bénéficie d’une protection spéciale par le code de commerce.
1 - Les règles générales
Il s’agit des règles de droit commun de la vente qui posent certaines
obligations à la charge du vendeur.
- Tout d’abord, celui-ci s’oblige à transférer la propriété du F.C. à
l’acheteur.
- Ensuite, le vendeur est obligé, comme dans toute vente, de garantir
l’acheteur contre les vices cachés du F.C. 

90
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- Enfin, le vendeur est tenu envers l’acquéreur de l’obligation de non


concurrence.
2 - Les règles spéciales
Désormais, le code de 1996 a institué d’autres règles de nature formelle,
spécialement destinées à la protection de l’acquéreur.
L’art. 81 a, en effet, prescrit des mentions obligatoires à la charge du
vendeur.
L’acte doit donc obligatoirement mentionner :
le nom du vendeur, la date et la nature de son acte d’acquisition, le prix
de cette acquisition en spécifiant distinctement les prix des éléments
incorporels, des marchandises et du matériel ;
l’état des inscriptions des privilèges et nantissements pris sur le fonds ;
s’il y a lieu, le bail, sa date, sa durée, le montant du loyer actuel, le nom
et l’adresse du bailleur ;
l’origine de la propriété du fonds de commerce 102.
b - Les règles protectrices des droits du vendeur 
En tant que meuble, le FC obéit normalement aux règles de droit
commun relatives à la vente des biens meubles; à ce titre, l’acheteur du FC a
pour obligation principale le paiement du prix convenu.
Devant l’importance de l’investissement, un crédit est souvent consenti
par le vendeur à l’acquéreur du FC ; aussi, le législateur offre des garanties
légales au vendeur du FC : le privilège du vendeur (Art. 91 et 92 c. com.) et
l’action résolutoire (Art. 99 à 103 c. com.). Le vendeur peut même opter pour
leur cumul.
1 - Le privilège du vendeur
Pour pouvoir bénéficier de ce privilège, le vendeur doit l’inscrire au RC.
Le vendeur doit, à peine de nullité, procéder à cette inscription dans les 15
jours de la date de l’acte de vente. Cette inscription n’a pas besoin de
publication dans les journaux.
L’inscription de ce privilège fera alors bénéficier le vendeur d’un droit
de suite et d’un droit de préférence (V. infra § III).

102
- C'est-à-dire les propriétaires successifs du fonds de commerce.

91
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

2 - L’action résolutoire
Au moment de l’inscription de son privilège 103, le vendeur peut, en plus,
opter pour l’action résolutoire dans la perspective de récupérer son FC dans le
cas où il y verrait un intérêt. A défaut de paiement, elle lui permettra d’obtenir
l’effacement rétroactif du contrat de vente du FC pour inexécution par
l’acquéreur de son obligation de payer le prix.
Pour pouvoir exercer cette action, le vendeur doit la mentionner et la
réserver expressément lors de l’inscription de son privilège.
c - Les règles protectrices des droits des créanciers du vendeur
Lors de l’exercice de son activité, il est naturel que le commerçant soit
amené à recourir au crédit, que ce soit dans ses relations avec ses fournisseurs
ou avec les établissements de crédit. Il est donc normal qu’il doit procéder,
préalablement à la vente de son FC, à l’apurement de sa situation vis- à- vis de
ses créanciers ; ce qui n’est pas toujours le cas. C’est en prévision de certaines
pratiques malhonnêtes que le législateur a instauré des règles pour protéger
ces créanciers. Ces règles sont normalement destinées à sauvegarder les
intérêts des créanciers chirographaires, mais rien n’empêche, en droit, les
créanciers gagistes de s’en prévaloir ; alors que leur protection est assurée par
le droit de suite, il leur est inutile de recourir à l’application de ces règles 104.
Dans le but de protéger les droits des créanciers, trois mécanismes
complémentaires sont mis au point par le législateur : la publicité de la vente du
FC, l’opposition et la surenchère.
1 - La publicité
- Dépôt : Pour que les créanciers soient mis au courant de l’opération de
vente du FC, l’art. 83 du nouveau code impose tout d’abord, une fois l’acte de
vente enregistré, de déposer une expédition de l’acte notarié ou un exemplaire
de l’acte sous seing privé dans les 15 jours de sa date au secrétariat-greffe du
tribunal dans le ressort duquel est exploité le fonds ou le principal établissement
du fonds si la vente comprend des succursales.
- Publication au RC : Ensuite, un extrait de cet acte doit être publié au
RC.

103
- C'est-à-dire dans les 15 jours de l'acte.
104
- Cass. civ. 21 décembre 1937, D.H. 1938, p. 65.

92
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- Publications au BO et journaux d’annonces légales. : Enfin, une


double publication doit être entreprise :
* Une première publication de tout l’extrait inscrit au RC est effectuée
sans délai par le secrétaire-greffier au BO et dans un journal d’annonces
légales aux frais des parties.
* Cette publication doit être renouvelée par l’acquéreur entre le 8 ème et
le 15ème jours après la première insertion.
- La sanction : Etant destinés aux créanciers, le défaut de dépôt et de
publicité a pour conséquence que la vente du FC leur est inopposable et
l’acheteur reste tenu des dettes du vendeur (Art. 89). La jurisprudence est claire
à ce sujet, elle considère que l’acquéreur du fonds « n’est pas libéré vis-à-vis
des tiers créanciers. Il demeure susceptible d’être actionné par les créanciers
du vendeur »105. En outre, il reste redevable même à l’égard de l’administration
fiscale.
2 - L’opposition 
Une fois la seconde publicité accomplie, les créanciers du vendeur,
même si leur dette n’est pas encore exigible, ont un délai de 15 jours pour
former opposition au tribunal.
Il ne s’agit pas d’une opposition à la vente du FC, mais au paiement de
son prix au vendeur. Par conséquent, le prix de vente doit rester consigné entre
les mains de l’acheteur pendant le délai de l’opposition et même après ce délai
au cas où des oppositions seraient formées; s’il passe outre cette consignation
et paie quand même le vendeur, il ne sera guère libéré vis-à-vis des tiers (Art .
89).
Afin de remédier à cette situation de blocage du prix de vente, l’art. 85
permet au vendeur, après l’écoulement d’un délai de 10 jours de l’expiration du
délai des oppositions, de saisir en référé le président du tribunal afin de
l’autoriser à percevoir son prix à condition de verser à la caisse du tribunal une
somme suffisante, fixée par le président, pour désintéresser les créanciers
opposants.
3 - La surenchère
Tout créancier, qui se rend compte que le prix de vente déclaré est
insuffisant pour désintéresser les créanciers opposants ou inscrits, a la
105
- Trib. Casablanca, 27 février 1937, G.T.M. 10/4/1937, p. 111.

93
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

possibilité de formuler son désir d’acheter lui-même le FC en se déclarant


surenchérisseur106 et proposer de payer le prix déclaré majoré d’un sixième du
prix des éléments incorporels.
Lors de la surenchère, à défaut d’un plus fort enchérisseur, le fonds est
adjugé au créancier surenchérisseur du sixième.
§ II - LE NANTISSEMENT DU FC
Le code de commerce réglemente le nantissement du FC sans
déposséder le commerçant qui continue de l’exploiter.
Du reste, pour que le nantissement du FC puisse produire pleinement
ses effets, ses conditions (A) et ses formalités (B) doivent être rigoureusement
respectées.
A - LES CONDITIONS
Tous les éléments du FC énumérés à l’art. 80 sont susceptibles d’être
compris dans le nantissement à l’exclusion des marchandises, le législateur
entend garder cet élément du fonds aux créanciers ordinaires.
B - LES FORMALITÉS
Exactement comme pour l’acte de vente, le nantissement du FC doit être
dressé par un acte authentique ou sous seing privé et déposé au tribunal dans
lequel le fonds est inscrit dans les 15 jours de sa date.
Ce dépôt sera suivi de l’inscription d’un extrait de l’acte au RC, mais
aucune publication dans le BO ou les journaux n’est exigée.
Cette inscription du nantissement au RC doit, à peine de nullité, être
prise à la diligence du créancier gagiste dans les 15 jours de l’acte constitutif,
autrement dit, à défaut de cette inscription, le nantissement sera purement et
simplement inopposable aux autres créanciers du propriétaire du FC. Cette
inscription conserve le privilège pendant 5 ans et doit être renouvelée à
l’expiration de ce délai, sinon son effet prend fin et il est procédé à sa radiation
d’office par le greffier (Art. 137).
§ III - LES REGLES COMMUNES A LA VENTE ET AU NANTISSEMENT DU
FC
En dehors de l’action résolutoire qui est propre au vendeur du FC, le
législateur a institué des règles communes à la vente et au nantissement qui

106
- En réalité, cette procédure a pour objectif de lutter contre les pratiques de
dissimulation du prix réel de la vente.

94
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

ont pour effet de protéger les droits du vendeur et du créancier nanti ; il s’agit
en l’occurrence du droit de suite et du droit de préférence.
A - LE DROIT DE SUITE
En vertu du premier alinéa de l’art. 122 c.com. « les privilèges du
vendeur et du créancier gagiste suivent le fonds en quelques mains qu’il
passe ».
Il s’agit donc de ce droit qui permet aux créanciers privilégiés inscrits et
non payés de saisir le FC entre les mains de n’importe quelle personne et à
quelque titre que ce soit, qu’il s’agisse du propriétaire ou d’un nouvel acquéreur
en vue de le faire vendre aux enchères publiques.
B - LE DROIT DE PRÉFÉRENCE
Ce droit permet aux créanciers privilégiés, suite à la vente du FC aux
enchères publiques, de se faire payer sur le prix de la vente par priorité sur les
autres créanciers.
§ IV - LA GERANCE LIBRE
La gérance libre (ou gérance location) permet au propriétaire de donner
la gérance du fonds à une personne en vertu d’un contrat de location
moyennant un loyer qui peut prendre parfois la forme d’une participation aux
bénéfices. Dans ce cas, le gérant locataire bénéficie de la qualité de
commerçant et assume seul les risques de l’exploitation.
Le code de commerce de 1996 a réglementé pour la première fois la
gérance libre (articles 152 à 158) ; cette réglementation traite de la publicité du
contrat tout en veillant à la protection de tous les intérêts en présence.
A - LES REGLES RELATIVES À LA PUBLICITE
Ayant la qualité de commerçant, le gérant libre doit bien entendu
satisfaire à toutes les obligations du commerçant et notamment se faire
immatriculer au RC (art. 153 al. 1 c. com.). Mais la publicité dont il est question
au chapitre relatif à la gérance libre est de toute autre nature, elle a pour
objectif de faire connaître aux tiers que la propriété du fonds n’appartient pas au
gérant.
Pour ce faire, le législateur prévoit trois procédés de publicité :
# Tout d’abord, un extrait du contrat de gérance libre doit être publié
dans les 15 jours de sa date au BO et dans un journal d’annonces légales. Il
reste qu’il est dans l’intérêt du bailleur du fonds d’effectuer cette publicité dans

95
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

la mesure où il demeure, jusqu’à la publication et pendant les 6 mois qui


suivent, responsable solidairement avec le gérant des dettes contractées par
ce dernier à l’occasion de l’exploitation du fonds (art. 155).
# Il appartient, en outre, au bailleur du fonds de procéder aux formalités
relatives au RC ; il a le choix entre deux inscriptions :
- soit demander sa radiation du RC ;
- soit requérir la modification de son inscription personnelle avec la
mention expresse de la mise en gérance libre.
Autrement, le bailleur reste solidairement responsable des dettes de son
locataire tant qu’il n’a pas requis ces inscriptions (art. 60 et 155).
# Enfin, quant au gérant, il doit indiquer sur tous ses documents
commerciaux ainsi que sur toutes les pièces signées par lui ou en son nom, son
numéro d’immatriculation au RC avec mention du tribunal où il est inscrit et sa
qualité de gérant libre du fonds sous peine d’une amende de 2 000 à 10 000
dhs.
B - LES EFFETS DE LA LOCATION-GERANCE
Il s’agit en l’espèce, des effets du contrat de location qui mettent
certaines mesures à la charge du locataire et du bailleur.
- Le premier doit payer le loyer qui peut consister en une participation
aux bénéfices, exploiter le fonds dans les meilleures conditions, ne pas en
changer la destination, c’est-à-dire continuer le même commerce que le
bailleur.
En outre, n’étant pas propriétaire du fonds, le gérant ne peut le vendre ni
le donner en nantissement ; il ne peut non plus en sous louer la gestion sans le
consentement du bailleur étant donnée la nature intuitu personae du contrat.
- En contrepartie, le bailleur a pour obligation de mettre tous les
éléments du fonds à la disposition du gérant et ne doit pas en troubler la
jouissance, notamment par la concurrence…

96
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3ÈME PARTIE – LES SOCIÉTÉS COMMERCIALES


Il n'est pas de doute que les commerçants, personnes physiques, jouent
un rôle considérable dans notre vie économique, mais le pouvoir économique
des entreprises individuelles reste très limité en comparaison avec celui des
sociétés qui puisent leur force de la réunion des associés et de leurs capitaux,
avec des projets économiques plus ambitieux et des bénéfices souvent plus
avantageux.
Les sociétés commerciales sont non seulement plus puissantes dans le
commerce et l'industrie, mais des secteurs d'activités des plus importants ne
peuvent être exploités que par des sociétés anonymes, tels que la banque et
les assurances du secteur commercial.
II – LÉGISLATION
Notre législation des sociétés commerciales est désormais contenue
dans deux lois :
- la loi n° 17/95 relative aux SA, promulguée par dahir du 30 août 1996 107 ;
- et la loi n° 5/96 relative aux autres sociétés, promulguée par dahir du 13
février 1997108.

107
- BO n° 4422 du 17/10/1996, p.661. Cette loi a été modifiée par la loi 20-05 promulguée par
dahir n° 1-08-18 du 23 mai 2008, B.O. n°5640 du19/06/2008 ; la loi 21/05 promulguée par
dahir du 14 février 2006 modifiant la loi 5/96, B.O. n° 5400, du 2 mars 2006 et son article 19 a
été modifié par la loi 23-01 promulguée par dahir n°1-04-17 du 21/4/2004 modifiant la loi
relative au CDVM du 21/9/1993, B.O. du 6/5/2004.
108
- BO n° 4478 du 1/5/1997, p. 482.Cette loi a été modifiée par la loi 21-05 du 14/2/2006 BO
n° 5400 du 2/3/2006 et par la loi 24-10 du 2 juin 2011 BO n° 5956 bis du 30/6/2011.

97
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

CHAPITRE 1 - LE CONTRAT DE SOCIÉTÉ


Section 1 – LES CONDITIONS DE FORMATION DES
SOCIÉTÉS
§ 1 – LES CONDITIONS DE FOND
En vertu de l’article 982  «la société est un contrat par lequel deux ou
plusieurs personnes mettent en commun leurs biens ou leur travail, ou tous les
deux à la fois, en vue de partager le bénéfice qui pourra en résulter».
Il se dégage de cet article que le contrat de société est soumis à trois
conditions de fond qui concernent les associés, les apports, le partage des
bénéfices.
A – LES ASSOCIES
S'agissant d'un contrat, les associés doivent d'abord remplir les
conditions relatives à la capacité avant de s'intéresser au nombre d'associés
exigé par la loi.
a - La capacité
Il s’agit bien entendu de la capacité de s’obliger, à savoir l’aptitude à
contracter société.
Pour la souscription ou l'acquisition des parts ou actions de sociétés, les
mineurs incapables109 doivent être représentés par leur tuteur légal (père ou
mère) ou, après autorisation du juge, par leur tuteur testamentaire ou datif,
puisque l'acte de société est considéré par le D.O.C. comme un acte de
disposition (art. 11 al. 2).
A l'âge de 16 ans, le mineur émancipé peut être actionnaire d'une SA ou
d'une commandite par actions, commanditaire dans une commandite simple, ou
associé d'une SARL.
Cependant, dans les sociétés de personnes qui nécessitent la qualité de
commerçant, l’entrée d’un mineur, même émancipé, est subordonnée aux
conditions spéciales du droit commercial. Le mineur ne peut donc être associé

109
Qui n'ont pas atteint l'âge de la majorité légale qui est actuellement de 18 années
grégoriennes révolues.

98
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

dans une société en nom collectif, ou commandité dans une société en


commandite simple ou par actions que s'il est autorisé à faire le commerce.
b – Le nombre d'associés
Selon le principe posé par l'article 982 D.O.C. une société peut être
constituée au moins par deux associés.
Quant aux sociétés commerciales, le nombre minimal d’associés varie
selon le type de société : 5 pour la SA, 3 commanditaires au moins et un ou
plusieurs commandités pour la société en commandite par actions, deux pour la
SARL et un seul pour la SARL à associé unique et ce, et deux associés pour la
SNC.
B – LES APPORTS
On distingue trois types d’apports.
a. Les apports en numéraire
Ce sont les espèces (argent) apportées par les associés pour constituer
la société. Chaque associé remet aux fondateurs sa quote-part financière lors
de la constitution de la société.
b. Les apports en nature
Ils sont constitués par différents types de biens, autres que le numéraire,
susceptibles d’être capitalisés.
Ces apports peuvent prendre la forme d’immeubles (bâtiments, terrains,
etc.) ou de meubles corporels (ordinateurs, bureaux, machines, véhicules, etc.),
ou incorporels (brevets, fonds de commerce, logiciels, etc.)
Ces apports doivent faire l’objet d’une évaluation. Pour cela les associés
doivent, dans les sociétés autres que les sociétés de personnes, faire appel à
des commissaires aux apports chargés de donner, sous leur responsabilité, une
valeur à ces apports.
c. Les apports en industrie
Ils sont constitués par le savoir-faire de certains associés et ne sont
possibles que dans les sociétés de personnes et, dans certaines conditions,
dans les SARL. N’étant pas saisissables, ils n’entrent pas dans la constitution
du capital social (ce sont des apports non capitalisés).

99
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En revanche, ils donnent droit à une part des bénéfices et rendent leur
titulaire responsable des dettes de la société à concurrence de l’évaluation de
la valeur de son apport.
C – LE PARTAGE DES BENEFICES
La société est constituée dans le but de faire des bénéfices ou de profiter
d’une économie. Ainsi, chaque associé recevra une part des bénéfices au
prorata de ses apports. Ces règles s’appliquent également à la contribution des
associés aux pertes.
§ 2 – LES CONDITIONS DE FORME
Pour exister, une société doit remplir des conditions de forme
particulières ; elles sont identiques, à peu de chose près, pour toutes les
sociétés.
A – LES STATUTS
C’est l’acte fondateur de la société ; il consiste dans la rédaction et la
signature des statuts.
En principe, en vertu de l’article 987 D.O.C., le contrat de société est
simplement consensuel, c'est-à-dire que seul le consentement des parties est
nécessaire pour constituer une société ; cependant, s'agissant des sociétés
commerciales, il est obligatoire que les statuts soient établis par écrit.
Les statuts peuvent prendre la forme d’acte sous seing privé ou d’acte
authentique. Ils contiennent des indications sur :
- l’identité de la société (forme, objet social, siège social, durée, capital
social, etc.),
- celle des associés apporteurs (nom, domicile, types d’apport, montant,
etc.),
- ainsi que les règles de fonctionnement qui la régissent (gérance, tenue
des assemblées, partage des bénéfices, etc.).
B - SOUSCRIPTION DU CAPITAL ET LIBERATION DES APPORTS 
Une société ne peut être constituée que si tous les titres émis sont
souscrits par les associés.
a - La libération des apports en numéraire 
La libération est l’exécution de la souscription par la réalisation de
l’apport promis, soit en numéraire, soit en nature.

100
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En principe, la libération des apports se fait en totalité dès la constitution


des sociétés. Cependant, les actions en numéraire des S.A. et les parts en
numéraire des SARL (si capital il y a) doivent être libérées lors de la
souscription au moins du quart de leur valeur nominale, mais il peut être prévu
que la libération doit être intégrale dès la souscription.
Sinon, s'agissant de la S.A., la libération des 3/4 restants doit intervenir
en une ou même en plusieurs fois suivant la décision du conseil
d’administration ou du directoire dans un délai qui ne peut dépasser 3 ans à
compter de l’immatriculation de la S.A. au RC.
Et pour la SARL, la libération du surplus peut intervenir en une ou
plusieurs fois sur décision du gérant dans un délai qui ne peut excéder 5 ans à
compter de la date d’immatriculation.
b - La libération des apports en nature 
Les apports en nature doivent être intégralement libérés lors de la
constitution de toute sorte de société commerciale.
Ces apports doivent être transférés à la société en formation, mais après
avoir été vérifiés.
S'agissant des S.A., les fondateurs désignent un ou plusieurs
commissaires aux apports qui établissent un rapport sur l'évaluation des
apports en nature.
S'agissant de la SARL les commissaires aux apports sont obligatoires:
- quand la valeur d’un des apports dépasse 100 000 dh;
- et si le total des apports en nature est supérieur à la valeur de la moitié
du capital social (article 53).
Concernant les sociétés de personnes, l'évaluation des apports ne pose
pas de problème vu la responsabilité illimitée des associés.
C - LE DEPÔT DES FONDS EN BANQUE 
Cette formalité n'est prévue que pour les sociétés qui exigent un capital
minimum, notamment la S.A. (art. 22) ; la SARL n’est actuellement soumise à
cette formalité que lorsque le capital prévu par les associés dépasse 100 000
dhs selon la loi 24-10) (art. 51). Cette formalité a pour objectif d’éviter la
création de sociétés à capitaux fictifs.

101
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

En effet, les fonds provenant des souscriptions en numéraire doivent être


obligatoirement déposés par les fondateurs au nom de la société en formation,
dans les 8 jours de leur réception, dans un compte bancaire bloqué avec la liste
des souscripteurs indiquant les sommes versées par chacun d’eux.
D - LA DECLARATION DE SOUSCRIPTION ET DE VERSEMENT
Cette formalité ne concerne que les S.A. Lorsque le capital est
intégralement souscrit et les versements exigés sont effectués de manière
régulière, les fondateurs doivent établir une déclaration constatant ces
opérations soit par acte notarié, soit par acte sous seing privé ; dans ce dernier
cas, l’acte doit être déposé au greffe du tribunal du lieu du siège social 110.
E – LES FORMALITES DE DEPÔT AU TRIBUNAL
Les fondateurs de la société doivent déposer au tribunal du lieu du siège
social un certain nombre de pièces notamment :
- deux copies ou deux exemplaires des statuts certifiés conformes par le
représentant de la société ;
- les actes de nomination des premiers dirigeants,
- le cas échéant, le rapport du commissaire aux apports etc.
F – LA PUBLICITE DE LA CONSTITUTION
Afin d’assurer une plus grande transparence de la vie des sociétés et de
protéger leurs partenaires commerciaux, des conditions de publicité ont été
rendues obligatoires.
Après le dépôt des statuts et autres pièces au tribunal, les fondateurs
doivent faire une demande d’immatriculation au registre du commerce qui
permettra à la société d’acquérir la personnalité morale.
Ensuite, dans les 30 jours de l'immatriculation de la société au registre
du commerce, les fondateurs doivent faire publier un extrait des statuts dans un
journal d’annonces légales et au bulletin officiel. Cet extrait doit mentionner les
renseignements essentiels sur la constitution de la nouvelle société (forme,
dénomination, siège social, durée, montant du capital, etc.) ; il doit également
contenir le numéro de l'immatriculation de la société au registre de
commerce111.
110
- On constatera que, contrairement à l’article 1 alinéa 9 de la loi de 1922, la DSV n’est plus
obligatoirement notariée.
111
Loi 21/05 promulguée par dahir du 14 février 2006 modifiant la loi 5/96, B.O. n° 5400, du 2
mars 2006 et loi 20/05 concernant la S.A.

102
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Section 2 – ATTRIBUTS DES SOCIÉTÉS


Il s’agit d’étudier successivement les caractéristiques de la société.
§ 1 – LA DENOMINATION SOCIALE
Comme toutes les personnes juridiques, les sociétés s’identifient par un
nom ; c’est la dénomination sociale, qui peut être choisie sans limitation de
possibilités.
Certaines sociétés ont une raison sociale telles que les sociétés civiles. Il
s’agit d’une identification qui comprend tout ou partie des noms des associés
suivis de «et compagnie», exemple : société BENCHEKROUN, BENJELLOUN
et compagnie.
Actuellement les sociétés de personnes ne sont plus obligées d'adopter
une raison sociale ; quant aux autres sociétés commerciales, elles doivent,
obligatoirement, avoir une dénomination sociale.
§2 – LE SIEGE SOCIAL ET LA NATIONALITE
L'intérêt de la question est double : au niveau national et au niveau
international.
A – AU NIVEAU NATIONAL
Le siège social, qui doit être mentionné dans les statuts, représente le
domicile de la société :
- il permet de la localiser pour accomplir certaines opérations
(correspondances, impôts, etc.),
- les actions en justice contre la société doivent être intentées devant le
tribunal de son siège social,
- il permet aussi de déterminer le lieu des formalités de dépôt et de
publicité.
- il détermine en outre la nationalité de la société qui est celle du pays où
se situe son siège social. L’importance de la nationalité est considérable
puisqu’elle définit les lois applicables à la société (formation, fonctionnement,
etc.).

103
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B – SUR LE PLAN INTERNATIONAL : SOCIÉTÉS INTERNATIONALES ET SOCIÉTÉS

multinationales
Il existe cependant des sociétés qui ne sont régies par aucune loi
nationale, il s'agit des sociétés internationales qui sont comparées par
certains auteurs aux personnes physiques apatrides, avec cette différence
qu'elles sont créées par des conventions internationales (entre Etats) et régies
par leurs seuls statuts sans être rattachées à une loi nationale. On peut citer
comme exemples le S.A.S. (Scandinavian Air Lines System), la S.F.I. (Société
financière Internationale) etc.
A la différence des sociétés internationales, les sociétés
multinationales ont plusieurs nationalités. Ce sont des sociétés qui forment un
groupe (comprenant une société mère et des filiales 112) implanté sur le territoire
de plusieurs Etats et chaque unité du groupe bénéficie d'une autonomie
juridique. Il s'agit en fait d'une seule personne morale à laquelle les différents
États attribuent la nationalité.
En réalité, malgré ces différentes nationalités, presque toutes les
multinationales sont des sociétés qui n'ont qu'une seule nationalité, celle de la
société dominante dont les dirigeants possèdent le pouvoir réel de décision ;
c'est le groupe (composé de toutes les unités) qui est qualifié de
"multinationale". On citera comme exemples General motors, I.B.M., Nestlé, Air
Afrique, etc.
§3 – LE PATRIMOINE
Le patrimoine de la société se compose de l’actif, constitué par les
apports en numéraire et en nature des associés et par les biens acquis par elle
à l’occasion de son activité (meubles et immeubles), ainsi que du passif, qui
comprend l’ensemble des dettes de la société (les emprunts, les créances des
fournisseurs, les impôts, etc.)113
La société a un patrimoine qui lui est propre. On parle d'autonomie du
patrimoine, car il ne se confond pas avec celui des associés. Ainsi, l’actif de la
société n’appartient pas aux associés qui sont seulement titulaires de droits
112
Alors qu'une filiale n'a pas de personnalité morale distincte de la société, une succursale est
une annexe de l'entreprise gérée par la société mais qui a une personnalité morale propre.
113
- Il ne faut pas confondre patrimoine social et capital social. Alors que le premier comprend
et l’actif et le passif de la société, le capital social représente le montant des apports effectués
par les associés au profit de la société, il peut être augmenté par de nouveaux apports ou par
incorporation de réserves, il peut même parfois être réduit.

104
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

pécuniaires et non pécuniaires envers la société par la possession de parts ou


d’actions.
Les créanciers personnels des associés ne pourront en aucun cas saisir
le patrimoine social pour éteindre leurs créances. D’autre part, le passif de la
société ne peut être imputé sur le patrimoine des associés à l’exception des
sociétés de personnes dans lesquelles la responsabilité des associés est
indéfinie.

Section 4 – CLASSIFICATION DES SOCIÉTÉS DE


DROIT PRIVE
La classification des sociétés de droit privé nécessite de nombreuses
distinctions. Outre la distinction entre les sociétés civiles et les sociétés
commerciales, au sein de ces dernières s'opposent les sociétés de personnes
aux sociétés de capitaux ; et les SARL y occupent une place particulière.
§ 1 – SOCIÉTÉS CIVILES ET SOCIÉTÉS COMMERCIALES
Les sociétés sont civiles ou commerciales selon la nature de leur activité.
Sont civiles, les sociétés dont l’activité est de nature civile (agriculture,
pêche etc.) et commerciales, celles qui exercent l’une des activités
commerciales prévues par l’article 6 du code de commerce.
Toutefois, le législateur a décidé que toutes les sociétés qui prendraient
une des formes juridiques suivantes seraient considérées des sociétés
commerciales quel que soit leur objet : SA, SARL, Société en Nom Collectif
(SNC), Société en Commandite Simple (SCS) ou par actions (SCA). On dit
qu’elles sont commerciales par la forme.
§ 2 – SOCIÉTÉS DE PERSONNES ET SOCIÉTÉS DE CAPITAUX
A – LES SOCIÉTÉS DE PERSONNES (SNC ET SCS)
Ce sont des sociétés qui se caractérisent par :
- la prédominance du facteur personnel (l’intuitu personae) dans leur
constitution et leur fonctionnement ;
- l’engagement des associés au-delà de leurs apports, leur responsabilité
sera illimitée, c'est-à-dire solidaire et indéfinie ;
- en contrepartie de leur apport, les associés reçoivent des parts
d’intérêts ou parts sociales, qui sont des valeurs non négociables, c'est-à-dire
qu’elles ne sont cessibles que par la voie civile.

105
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B – LES SOCIÉTÉS DE CAPITAUX OU PAR ACTIONS (SA ET SCA)


Dans ce type de sociétés :
- la considération de la personne est indifférente, la somme des apports
individuels compte plus que la personne des apporteurs ;
- chaque associé n’est tenu que jusqu’à concurrence de son apport ;
- les associés reçoivent des actions qui sont négociables.
§ 3 – LA SARL
C’est une société à mi-chemin entre les deux groupes précédents :
- comme dans les sociétés de capitaux, les associés ne sont engagés
que jusqu’à concurrence de leurs apports ;
- comme dans les sociétés de personnes, les associés se connaissent
(intuitu personae) ;
- et les parts sociales ne sont pas négociables.

TABLEAU COMPARATIF DES CARACTERISTIQUES DES SOCIETES


COMMERCIALES
LES SOCIÉTÉS DE LES SOCIÉTÉS DE
PERSONNES LA SARL CAPITAUX
S.N.C. + SCS S.A + SCA
Intuitu personae Intuitu personae Les apports (capital)
Responsabilité illimitée Responsabilité limitée Responsabilité limitée
Parts sociales Parts sociables Actions
(non négociables) (non négociables) (négociables)

§ 4 – LES SOCIÉTÉS SANS PERSONNALITE


Dépourvues de la personnalité juridique, ces sociétés ont la qualité civile
lorsqu’elles ont pour objet une activité civile, mais lorsqu’il est commercial, elles
sont régies par les dispositions relatives à la SNC. Il s’agit de la société en
participation et de la société créée de fait qu'il ne faut pas confondre avec la
société de fait.
A – LA SOCIETE EN PARTICIPATION
Réglementée par la loi 5/96 (articles 88 à 91), la société en participation
est la plus simple des sociétés dans la mesure où la loi n’exige pour sa
constitution aucune condition de forme, ni de publicité ; de plus, elle n’a pas de

106
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

personnalité morale puisqu’elle n’est pas soumise à l’immatriculation (art 88),


elle est donc dépourvue de dénomination ou raison sociale, de siège social et
de patrimoine social.
La société en participation n'est pas destinée à être connue des tiers,
elle n'a d'existence que dans les rapports entre associés.
Elle peut être créée de fait114.
L'intérêt de cette société est grand pour les personnes qui ne désirent
pas dévoiler leur société.
La société en participation peut être utilisée de manières très diverses,
allant de l'achat d'un objet déterminé jusqu'à l'association entre des sociétés
industrielles très puissantes (par exemple pour la réalisation d'un projet
commun).
Selon l'article 89 de la loi 5/96, l'objet, les droits et les obligations des
associés et les conditions de gérance de la société sont convenus librement par
les associés, à condition de respecter les dispositions de contrat de société
prévues par le D.O.C.
Les apports des associés ne deviennent pas la propriété de la société, ils
sont simplement remis au gérant, de même les bénéfices tombent dans le
patrimoine du gérant qui devient le débiteur des associés.
Le gérant traite les affaires de la société en son nom personnel ;
toutefois, la société peut être connue des tiers (ostensible) et dans le cas
contraire, elle est occulte115.
Étant donné le caractère occulte de la société, les associés ne peuvent
pas tous assurer la gérance de la société, ils ne peuvent accomplir que des
actes de gestion interne. Le gérant, étant censé agir en son nom personnel, il
est seul engagé à l'égard des tiers. Mais si les associés agissent en leur qualité
d'associés avec les tiers, ils révèlent ainsi leur société (par exemple ouvrir un
compte au nom de la société ou faire révéler un nom social sur les documents
de la société, etc.), la société devient alors ostensible.

114
C'est-à-dire sans avoir l'intention de créer une société en participation.
115
- C’est pourquoi le législateur n’en exige aucune formalité de publicité. Ce caractère occulte
ne joue qu’à l’égard des tiers et non pas vis-à-vis de l’administration fiscale ; la société doit se
faire déclarer.

107
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Dans ce cas, si l'objet social est commercial, la société en participation


se transforme en société en nom collectif avec la responsabilité indéfinie et
solidaire des associés ; sinon, elle est civile.
Les associés sont donc liés par un contrat de société qu’ils doivent
respecter de la même façon que dans les autres sociétés.
B –SOCIETE CREEE DE FAIT / SOCIETE DE FAIT
- La société de fait est une société dont les associés ont voulu agir en
tant qu’associés, mais dont la société a continué de fonctionner tout en étant
entachée d’un vice de constitution, par exemple défaut d’un élément constitutif
essentiel qui entraîne l’annulation du contrat de société.
Avant sa nullité cette société a pu prendre une des formes des sociétés
(par exemple une SA, une SARL, etc.), elle a pu être immatriculée au registre
de commerce et partant avoir déjà acquis la personnalité juridique.
Cette nullité n'a cependant d'effet que sur l'avenir, les actes
antérieurement effectués sont valables, cette nullité étant inopposable aux tiers.
- La société créée de fait est une société dont les associés se sont
comportés, en fait, comme des associés sans qu’ils en soient conscients, c'est-
à-dire sans avoir voulu créer une société. C’est une société dont tous les
éléments fondamentaux du contrat de société sont réunis mais, contrairement à
la société de fait, elle n'a jamais acquis la personnalité morale.
Après sa découverte, cette société sera considérée comme société de
droit commun, mais si elle exerce une activité commerciale, elle sera
considérée comme une société en nom collectif entraînant la responsabilité
indéfinie et solidaire des associés.

CHAPITRE 2 – LES SOCIÉTÉS DE PERSONNES


Il s'agit de la société en nom collectif et de la société en commandite
simple.

Section 1 – LA SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF


La SNC est régie par les articles 3 à 18 de la loi 5/96.

108
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ 1 – LES CARACTERES GENERAUX


A – LE CAPITAL ET LA RESPONSABILITÉ

Elle ne nécessite pas de capital minimal. Les apports peuvent être faits
en numéraire, en nature ou en industrie ; ils donnent droit à l’attribution de parts
sociales d’égale valeur choisie par les associés.
Toutefois, la responsabilité des associés constitue une contrepartie à la
faiblesse de ce capital ; en effet, ces derniers sont responsables indéfiniment et
solidairement des dettes de la société.
B – LA CAPACITÉ DES ASSOCIÉS
L’article 3 de la loi 5/96 considère que tous les associés de la SNC ont la
qualité de commerçant. Partant, la capacité commerciale est requise des
associés. De fait, certaines catégories de personnes ne peuvent être associées
dans la SNC ; ce sont :
- les mineurs, même émancipés, s’ils ne sont pas autorisés à faire le
commerce ;
- les majeurs interdits ;
- les personnes dont la profession n’est pas compatible avec la qualité
de commerçant (avocat, fonctionnaire, etc.) ;
- les personnes dont l’activité commerciale se trouve interdite à raison
d’une incapacité ou d’une déchéance.
§ 2 – LA GESTION DES SOCIÉTÉS EN NOM COLLECTIF
A – LES CONDITIONS DE LA GÉRANCE
Le fonctionnement de la société est assuré par un ou plusieurs gérants
nommés dans les statuts (gérant statutaire) ou par acte ultérieur.
Sans stipulation des statuts, tous les associés sont gérants 116.
Si le gérant est associé, sa nomination requiert l’unanimité ; dans le cas
contraire, les statuts fixent librement les conditions de sa nomination.
Le gérant peut être une personne physique ou morale, dans ce dernier
cas, la personne morale doit désigner son représentant qui sera responsable de
la même manière que les personnes physiques.

116
Il faut par exemple mentionner dans les statuts que "la société sera dirigée par un ou deux
ou trois…gérants nommés par assemblée générale…" ; à défaut d'une disposition de ce genre,
tous les associés seront considérés des gérants.

109
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Le gérant doit avoir la capacité de faire le commerce, qu'il soit associé


ou non ; mais n’est pas obligatoirement commerçant dans le cas où il ne ferait
pas partie de la société (il n'est dans ce cas que mandataire).
Il lui est possible de cumuler plusieurs mandats de gérant dans plusieurs
sociétés ; mais il lui est interdit d'exercer une activité similaire à celle de la
société, sauf s'il est autorisé par les associés.
Sa rémunération est fixée par les statuts ou par décision ultérieure des
associés.
B – LES POUVOIRS DU GÉRANT
Il est habituel de distinguer les pouvoirs du gérant dans ses rapports
avec les associés et dans ses rapports avec les tiers.
a - Les pouvoirs du gérant face à ses associés
Dans les rapports avec les associés, le gérant peut accomplir tous les
actes de gestion dans l’intérêt de la société ; toutefois, les statuts prévoient
souvent une limitation de ses pouvoirs en soumettant certains actes à
l’autorisation préalable des associés (vente d’immeubles, dépenses excessives,
constitutions de sûretés, etc.).
b - Les pouvoirs du gérant face aux tiers
Dans ses rapports avec les tiers, le gérant engage la société par les
actes qui entrent dans le cadre de l’objet social, par conséquent, et
contrairement à la SARL, la société n'est pas tenue par les actes du gérant qui
dépassent l'objet social. Les clauses statutaires limitant les pouvoirs des
gérants sont inopposables aux tiers.
§ 3 - LES REGLES CONERNANT LES ASSOCIÉS
A – LA CESSION DES PARTS
L’associé qui veut vendre ses parts sociales doit obtenir l’autorisation de
tous les autres associés. En effet, dans les sociétés de personnes où les
associés sont peu nombreux, ces derniers doivent se protéger contre l’intrusion
de personnes indésirables dans la mesure où «l’intuitu personae» est très fort.
Lorsque l’agrément est refusé, l’associé doit rester dans la société ou
provoquer sa dissolution par une décision de justice pour "justes motifs".

110
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

B - LA RESPONSABILITÉ DES ASSOCIÉS


En cas de non-paiement des dettes par la société et 8 jours 117 après la
mise en demeure de celle – ci par acte extrajudiciaire 118, les créanciers peuvent
poursuivre les associés en paiement de l’intégralité du passif.
La responsabilité étant solidaire et indéfinie, les associés peuvent être
tenus de payer l’ensemble des dettes sur leurs biens personnels et un associé
risque, s’il est solvable, de payer les dettes des autres associés insolvables
(c'est-à-dire toute la dette sociale). Il aura toutefois par la suite la possibilité de
se retourner contre eux pour récupérer les sommes payées indûment (action
récursoire).

Section 2 - LA SOCIÉTÉ EN COMMANDITE SIMPLE


La société en commandite simple est réglementée par les articles 19 à
30 de la loi 5/96 et par certaines dispositions qui régissent la SNC.
§ 1 - LES CARACTERES GENERAUX
A- LES ASSOCIÉS
La société en commandite simple (ou société par intérêt) est une société
de personnes qui se caractérise par la coexistence de deux catégories
d'associés :
 des commandités qui ont le statut d'associés en nom collectif
 et des commanditaires qui ne répondent des dettes sociales qu'à
concurrence du montant de leur apport et qui n'ont pas, à ce titre,
la qualité de commerçant (article 20 loi 5/96).
Pour être valablement constituée, elle doit comprendre au moins deux
associés : un commandité et un commanditaire. Pour être commanditaire, il
suffit donc d'avoir la capacité civile.
B - LES APPORTS ET LE CAPITAL
Les commandités ont la possibilité de réaliser toute sorte d'apport, y
compris en industrie ; par contre, il est interdit aux commanditaires de faire des
apports en industrie.

117
- Ce délai peut être prolongé par ordonnance du président du tribunal, statuant en référé,
une seule fois et pour la même durée (article 3 alinéa 2).
118
- Il s’agit d’un acte dressé par un auxiliaire de justice (avocat, huissier de justice, etc.) en
dehors de toute procédure, c'est - à - dire avant toute action en justice.

111
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

La société en commandite simple ne nécessite pas non plus de capital


minimum puisque les commandités sont responsables solidairement et
indéfiniment ; ce qui constitue une garantie suffisante pour les créanciers
sociaux.
§ 2 - LA GESTION DE LA SCS
En ce qui concerne la gestion, ce sont les mêmes règles de la société en
nom collectif qui s'appliquent à la société en commandite simple 119. Dans la
mesure où les commandités sont les seuls à être responsables indéfiniment et
solidairement des dettes sociales, seuls leurs noms peuvent figurer dans la
dénomination sociale et ils sont les seuls à pouvoir s'occuper de la gestion de la
société.
Quant aux commanditaires, ils ne peuvent jamais être chargés de la
gestion puisqu'aux termes de l'article 25 "l'associé commanditaire ne peut faire
aucun acte de gestion engageant la société vis-à-vis des tiers, même en vertu
d'une procuration" sous peine de répondre solidairement et indéfiniment avec
les commandités des dettes sociales qui résultent des actes prohibés ou même
de l'ensemble des dettes si ces actes sont nombreux ou importants. Leur
pouvoir se limite donc aux décisions collectives.

119
Y compris la question relative au dépassement de l'objet social et des limites statutaires.

112
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

CHAPITRE 3 – LA S A R L
Actuellement, elle est régie par les articles 44 à 87 de la loi 5/96.
La SARL est considérée comme une société hybride dans la mesure où
elle possède certaines caractéristiques des sociétés de personnes et d’autres
des sociétés de capitaux.
Depuis la loi 5/96, il est devenu possible de créer une SARL à «associé
unique».

Section 1 – CARACTERES GENERAUX


§ 1 – CAPITAL ET RESPONSABILITE
Fixé par la loi 5/96 à 100 000 dhs, le capital minimum de la SARL a été
réduit à 10 000 dhs en 2006120 "afin de lutter contre l’informel". Malgré la
modicité de ce capital, la loi 24-10 a estimé qu’il « constitue une barrière à
l’entrée pour les entrepreneurs qui souhaitent formaliser leur activité sous la
forme sociétale », raison pour laquelle elle a carrément supprimé le capital
social. "Le capital de la société à responsabilité limitée est librement fixé par
les associés dans les statuts", prévoit le nouvel art. 46.
Comme dans les sociétés de personnes, lorsqu'un capital est prévu, les
apports sont représentés par des parts sociales égales, dont le montant
nominal était fixé initialement à 100 dh, ensuite à 10 dh. La loi 24-10 prévoit
seulement que le capital social est divisé en parts sociales à valeur nominale
égale, ce qui veut dire qu’il appartiendra désormais aux associés de déterminer
la valeur nominale.
Tout en supprimant le capital social, la loi 24-10 continue quand même à
interdire les apports en industrie dans la SARL (Art. 51 al. 3). Cependant, dans
notre système juridique si l'on interdit les apports en industrie dans une société,
c'est à cause de la responsabilité limitée des associés ; en plus du fait qu'ils ne
sont ni capitalisables ni saisissables.
Or, actuellement si la société est constituée sans aucun capital, les
associés n’y feront aucun apport, ni en nature ni en numéraire ni, bien sur en
industrie, on se demandera alors à quoi va se limiter leur responsabilité ?
120
Depuis la loi 21/05 promulguée par dahir du 14 février 2006, B.O. n° 5400 du 2 mars 2006.

113
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Malgré l’interdiction des apports en industrie dans la S.A.R.L., la loi 5/96


a quand même adopté une exception qui est d'ailleurs assorties d'un certain
nombre de conditions : l'apport en industrie ne peut être effectué dans la SARL
que s'il est lié à un apport en nature, par exemple lorsque l'apporteur apporte
un fonds de commerce à la société qui fait partie de l'activité de la société, il
pourra continuer à le gérer et l'on considérera cette gestion du fonds de
commerce comme un apport en industrie.
L’avantage de ce type de société consiste dans la responsabilité des
associés qui est limitée au montant de leurs apports. En cas de difficultés, leur
patrimoine personnel ne sera pas mis en cause comme dans les SNC.
Cependant, en pratique, cette limitation de responsabilité est souvent
mise en échec par le mécanisme du cautionnement bancaire demandé aux
associés, qui subordonne les prêts octroyés aux entreprises à la mise en œuvre
d’une telle garantie.
§ 2 – CAPACITE ET OBJET SOCIAL
A – LA CAPACITÉ DES ASSOCIÉS
Le nombre d’associés est limité à 50 ; au-delà de ce seuil, la SARL doit
se transformer en SA. À défaut de régularisation dans les deux ans, la SARL
sera dissoute de plein droit.
Pour devenir associé, la capacité civile suffit, contrairement à la SNC
dans laquelle la qualité de commerçant est indispensable.
B – L'OBJET SOCIAL
Certaines activités sont interdites à la SARL, l'article 44 al. 2 de la loi
dispose à ce sujet que les sociétés notamment de banque, du crédit, de
l’assurance, etc. ne peuvent adopter la forme de la SARL. Cette dérogation au
principe libéral s'explique par une certaine crainte du législateur quant au crédit
et à la solvabilité d'une telle société.

Section 2 – LA GESTION DE LA S.A.R.L.

114
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ 1 – LE GERANT
A – LES CONDITIONS DE LA GÉRANCE
La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérants, qui est obligatoirement
une personne physique121, associé ou non122.
D’autre part, certaines professions sont incompatibles avec la fonction de
gérant (les fonctionnaires par exemple).
Le cumul de mandats de gérant dans deux ou plusieurs SARL est
possible. Mais il est interdit au gérant d'exercer une activité similaire à celle de
la société, à moins qu'il ne soit autorisé par les associés.
La durée des fonctions de gérant relève des statuts ou de l’acte de
nomination, à défaut, elle est légalement fixée à 3 ans.
Sa rémunération est fixée par les statuts ou par décision ultérieure des
associés.
B – LA CESSATION DES FONCTIONS DE GÉRANT
Le gérant de la SARL a la possibilité de démissionner et les associés
peuvent le révoquer par décision représentant au moins trois quarts des parts
sociales (art. 69).
§ 2 – POUVOIRS DES GERANTS
Ils sont identiques à ceux des gérants de la SNC (v. art. 63).
Il existe toutefois une différence quant à l’engagement de la société vis-
à-vis des tiers. En effet, si pour la SNC la société est engagée dans la limite de
l’objet social, la SARL se trouve tenue de tous les actes de gestion du gérant
même s’ils dépassent l’objet social.
Les limites statutaires des pouvoirs du gérant sont inopposables aux
tiers.

Section 3 – LA SITUATION DES ASSOCIÉS


§ 2 – LES POUVOIRS DES ASSOCIÉS
A l’occasion des assemblées générales, les associés vont pouvoir
pleinement exercer leur pouvoir. En effet, leur vote permettra d’orienter l’activité

121
- On verra plus loin qu'il en est de même en ce qui concerne les SA pour le président du
conseil d'administration, le directeur général, les directeurs généraux délégués, le président et
le vice-président du conseil de surveillance ainsi que pour les membres du directoire.
122
- Cette possibilité de nommer un gérant étranger est très utile lorsque tous les associés sont
des personnes morales.

115
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

de la société comme ils le souhaitent. Il existe deux types d’assemblées


(ordinaire et extraordinaire).
A – L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE ANNUELLE
Elle doit se tenir dans les 6 mois qui suivent la clôture de l’exercice.
L’assemblée est convoquée soit par le gérant, soit par un commissaire
aux comptes en cas de problème.
Elle a pour fonction principale l’approbation des comptes annuels, mais
de nombreuses autres décisions peuvent être prises par les associés à cette
occasion (nomination et révocation du gérant, etc.).
Le nombre de voix dont bénéficie chaque associé est équivalent au
nombre de parts détenues123 et les décisions sont prises par un ou plusieurs
associés représentant plus de la moitié des parts sociales.
B – L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE
Ce deuxième type d’assemblée permet de modifier les statuts.
L’assemblée générale extraordinaire concerne toutes les décisions
importantes qui doivent être prises à une forte majorité. Toute modification des
statuts sera décidée par les associés représentant au moins les trois quarts du
capital social (article 75).
Cette majorité est nécessaire car les décisions prises peuvent entraîner
des conséquences graves pour la société, et par conséquent pour les intérêts
des associés (changement de dénomination, de siège social, fusion,
dissolution, etc.).
§ 3 – LA RESPONSABILITE DES ASSOCIÉS
Contrairement à la SNC, la responsabilité des associés est limitée à
leurs apports. Dans ces conditions, le montant de leurs pertes ne peut dépasser
ce qu’ils ont engagé dans la société.
Dans la pratique, les dettes étant reportées chaque année sur l’exercice
suivant, cette responsabilité ne sera réellement mise en jeu qu’à la dissolution
de la société ou après le paiement des dettes (l’apurement du passif social) ;
chaque associé retrouvera alors tout ou partie de son apport (ou même quelque
fois rien), mesurant ainsi l’étendue de sa responsabilité.

123
C'est-à-dire que chaque associé dispose d'un nombre de voix égal à celui des parts sociales
qu'il détient.

116
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

CHAPITRE 4 – LA SOCIETE ANONYME


La SA représente l’archétype des sociétés de capitaux. Apparue au
XIXème siècle à une époque d’expansion économique due à la révolution
industrielle, où la recherche et la mise en commun de capitaux importants
étaient indispensables afin de créer des entreprises de grande taille rendues
obligatoires par les avancées technologiques générées par le progrès
scientifique.
Actuellement nous disposons d’une loi spéciale consacrée à la seule SA,
il s’agit de la loi n°17-95 promulguée par dahir n° 1-96-124 du 30 août 1996 124.

Section 1 – LES CARCTERES GENERAUX


Comme pour toute société, la S.A. obéit pour sa constitution à des
conditions de forme (V. pour ces dernières, chapitre 1) et des conditions de
fond.
1 – La qualité d’associés : Le nombre des associés d’une SA doit être au
minimum de 5 ; il n’existe pas de maximum comme pour la SARL. La capacité
civile suffit : de fait, toute personne physique ou morale, marocaine ou
étrangère peut acquérir des actions d’une SA.
2 – Le capital social : Le montant des apports doit être au moins égal à
300 000 dh lorsque la société ne fait pas appel public à l’épargne et à 3 millions
de dh lorsqu’elle fait appel public à l’épargne, c'est-à-dire quand les fondateurs
utilisent des moyens publicitaires pour inciter des personnes à devenir leurs
associés.
Le capital social est divisé en actions dont le montant nominal ne peut
être inférieur à 50 dh, et à 10 dh pour les sociétés dont les titres sont cotés en
bourse (art. 246 al. 3 modifié par la loi 20/05). Alors que la valeur nominale était
de 100 dh, les pouvoirs publics ont expliqué cette baisse par le fait de rendre
les S.A. accessibles à un large éventail d'épargnants et donc de redynamiser le
marché boursier marocain.
Or, dans la réalité, le droit de souscription aux sociétés nouvellement
introduites à la cote de Casablanca n'a jamais atteint ce niveau de prix (10 dh) !

124
- B.O. n° 4422 du 17/10/1996, p. 661.

117
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3 – Les apports : Les associés qu’on nomme des actionnaires peuvent


faire des apports en numéraire et en nature 125, les apports en industrie étant
interdits.
La contrepartie des apports est représentée par des titres négociables
qu’on appelle des actions ; ces dernières peuvent être cotées en bourse. Par
conséquent, toute personne peut acheter ou céder librement les actions qu’elle
détient sur ce marché par l’intermédiaire des sociétés de bourse 126.
4 – L’objet social : La forme de la SA est imposée pour certaines
activités économiques : l’activité bancaire, les entreprises d’investissement, les
entreprises de crédit immobilier.

Section 2 – LA GESTION DE LA SA
La nouvelle loi offre désormais un choix entre deux types de gestion de
la SA : un mode traditionnel avec un conseil d’administration et son président,
et un type nouveau, avec un directoire et un conseil de surveillance, repris sur
la législation française elle-même inspirée du droit allemand.
En introduisant ce nouveau type de gestion, le législateur français avait
pour but de faire introduire dans le directoire (qui est - contrairement au conseil
d’administration ouvert aux non – actionnaires) les salariés de l’entreprise et
plus particulièrement les hauts cadres. Il est cependant étonnant qu’en France
plus de 99% des SA utilisent le mode traditionnel d’administration et moins de
1% ont recours au nouveau système avec directoire et conseil de surveillance.
Les SA ont le libre choix entre ces deux modes de gestion.
Nous envisagerons donc dans cette section d’abord, le type traditionnel
d’administration, ensuite, le type moderne.

§1 - LA SA AVEC CONSEIL D’ADMINISTRATION


A- LE CONSEIL D’ADMINISTRATION 
a – Composition
Le nombre des membres qui composent le conseil d’administration est
fixé entre 3 et 12 administrateurs ; toutefois, dans les sociétés dont les actions

125
V. introduction
126
La loi 20/05 a interdit de soumettre la négociabilité des actions cotées en bourse à
l'agrément des actionnaires (art.255).

118
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

sont inscrites à la cote de la bourse des valeurs, ce maximum est porté à 15


administrateurs.
Les membres du conseil font partie de la société, ce sont donc des
actionnaires.
Ils doivent posséder la capacité civile sans avoir la qualité de
commerçant ; néanmoins, comme pour les gérants, d’autres conditions sont à
respecter.
Ce sont des personnes physiques ou morales qui, dans ce cas, doivent
se faire représenter par un représentant permanent; il n’est pas obligé que les
administrateurs soient de nationalité marocaine ; ils peuvent cumuler, sans
limite, plusieurs mandats d’administrateur.
Un salarié de la société peut être nommé administrateur, à condition que
son contrat de travail, stipule l’article 43, corresponde à un emploi effectif 127

sous peine de nullité de sa nomination, d’autant plus qu’il ne doit pas perdre les
bénéfices de son contrat de travail, autrement dit, il doit continuer à percevoir
son salaire, d’acquérir l’ancienneté.
Mais le nombre des administrateurs salariés de la société, en vertu d’un
contrat de travail, ne peut toutefois pas dépasser le 1/3 des membres du
conseil d’administration ; on remarquera cependant que la loi ne prévoit pas de
sanction en cas de dépassement ! Il y a lieu de penser que les nominations
excédentaires peuvent être frappées de nullité.
b – Les pouvoirs du conseil d’administration
Actuellement, le conseil d'administration se contente de :
- déterminer les orientations de l'activité de la société et veiller à leur
application ;
- régler, par ses délibérations, les affaires de la société ;
- et procéder aux contrôles et vérifications qu'il juge opportuns.
- peut se saisir de toute question intéressant la bonne marche de la
société.

127
- C’est-à-dire qu’il faut qu’il y ait un lien de subordination entre le salarié et la société et,
suivant la jurisprudence française, le contrat de travail doit être « sérieux et sincère ». Mais,
comme le législateur n’a pas exigé un délai minimum d’ancienneté du contrat de travail, rien
n’interdit à l’intéressé de décrocher de la société un contrat de travail juste avant sa
nomination au poste d’administrateur.

119
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Il est actuellement possible pour les administrateurs de participer à


distance aux réunions du conseil d'administration par les moyens de
visioconférence128 et même de prendre part au vote de certaines décisions (art.
50)129.
B – LA DIRECTION GENERALE DE LA SOCIETE : LE PDG OU LE DG
Dans sa nouvelle rédaction l'article 67 laisse le choix au conseil
d'administration, et dans les conditions fixées dans les statuts 130, de confier la
direction générale de la société soit au président du conseil d'administration
(sous le titre de président directeur général), soit à une personne physique : le
directeur général131.
a – Le directeur général et ses directeurs généraux délégués
1. Statut
Le directeur général est une personne physique nommée par le conseil
d'administration parmi les actionnaires ou à l’extérieur de la société. Il peut
donc être un salarié de la société. La durée de sa fonction et sa rémunération
sont fixées par le conseil132.
Le directeur général peut se faire assister d'un ou plusieurs directeurs
généraux délégués (personnes physiques) mandatés par le conseil
d'administration.
La révocation du directeur général ou du directeur général délégué peut
intervenir à tout moment, mais elle peut donner lieur à des dommages intérêts
si elle est décidée sans juste motif. Cependant, cette révocation ne donne pas
lieu à la résiliation de leur contrat de travail s'ils sont en même temps salariés
de la société.

128
Surtout pour les sociétés qui ont plusieurs filiales.
129
En effet, certaines décisions importantes ne peuvent être prises par voie de visioconférence,
telles que l'élection du président du conseil d'administration ou du conseil de surveillance, la
nomination du directeur général et des directeurs généraux délégués ou du directoire ainsi que
leur révocation, l'établissement du rapport annuel de gestion.
130
- En cas de silence des statuts, stipule l'article 67dans sa nouvelle rédaction, la direction
générale est assurée par le président du conseil d'administration.
131
- Une fois le choix fait, le conseil d'administration doit en informer la prochaine assemblée
générale et procéder aux formalités de dépôt, de publicité et d'inscription au registre de
commerce.
132
- Si le directeur général est un administrateur, la durée de ses fonctions ne peut pas excéder
celle de son mandant.

120
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

2 - Pouvoirs
Le directeur général assume sous sa responsabilité la direction générale
de la société. Il la représente dans ses rapports avec les tiers.
Le directeur général est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir
au nom de la société. Il engage la société même pour les actes qui dépassent
l’objet social. Les limites statutaires ou celles fixées par le conseil
d'administration sont inopposables aux tiers.
L'étendue et la durée des pouvoirs des directeurs généraux délégués
vis-à-vis de la société sont déterminées par le conseil d'administration sur
proposition du directeur général. Mais à l'égard des tiers, ils disposent des
mêmes pouvoirs que le directeur général.
b – Le président du conseil d'administration
1. Statut
L’article 63 exige que le président soit élu par le conseil d’administration
exclusivement en son sein ; il doit donc obligatoirement, à peine de nullité de sa
nomination, être un administrateur de la société et être une personne physique ;
la durée de sa présidence ne peut excéder celle de son mandat
d’administrateur, mais il est rééligible133.
Il peut également être révoqué "ad nutum" par le conseil d'administration.
Comme il est administrateur, il peut aussi être révoqué en tant que tel par
l'assemblée générale et il sera indirectement mis fin à sa fonction de président.
La révocation ou la cessation de fonction du président, pour être
opposable aux tiers, doit faire l'objet d'une inscription au registre de commerce.
2. Pouvoirs
Le président du conseil d'administration, s'il n'est pas en même temps
PDG, il n'est plus investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes
circonstances au nom de la société, il ne représente plus la société dans ses
rapports avec les tiers ; il se contente désormais de :
- représenter le conseil d'administration ;
- organiser et diriger ses travaux, et en rendre compte à l'assemblée
générale ;
133
- A la différence de la loi française qui fixe à 2 le nombre de mandats que le président peut
exercer simultanément dans des SA, la loi 17/95 n’interdit guère le cumul de mandats, elle ne
prévoit non plus aucune limite d’âge, alors qu’en France cette limite est de 65 ans à défaut de
disposition statutaire.

121
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- veiller au bon fonctionnement des organes de la société et de s'assurer


que les administrateurs sont en mesure de remplir leur mission.
Ce n'est que dans le cas où les statuts gardent le silence sur le choix
laissé au conseil d'administration relatif à la formule de gestion, c'est-à-dire le
recours à la nomination d'un directeur général, que le président se charge de la
direction générale de la société, mais dans ce cas, sous le nom de Président
Directeur Général (PDG).
Et lorsque le président assure la direction générale de la société, ce sont
alors les mêmes dispositions concernant les pouvoirs du directeur général qui
s'appliquent.
§ 2 – LA S.A AVEC DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE
A – LE DIRECTOIRE
a – Conditions
Le directoire ne peut comprendre plus de 5 membres appelés directeurs,
7 si les actions de la société sont cotées à la bourse, mais lorsque le capital ne
dépasse pas 1 500 000 dh, les fonctions du directoire peuvent être exercées
par un directeur unique.
Ils sont nommés par le conseil de surveillance pour une durée de 4 ans à
défaut de dispositions statutaires (art. 81).
Ce sont obligatoirement des personnes physiques (sous peine de nullité
de leur nomination) qui, à la différence des administrateurs, peuvent être
choisies en dehors des actionnaires. Ils peuvent donc être choisis parmi les
salariés de la société, c'est d'ailleurs l'essence même de ce mode
d'administration.
Afin d’assurer l’indépendance du directoire par rapport au conseil de
surveillance, une règle est posée par la loi sur les SA : le non-cumul de
fonctions dans les deux organes. L’article 86 interdit formellement, en effet, aux
membres de ce dernier de siéger au directoire et s’il arrive qu’un membre du
conseil de surveillance soit désigné au directoire, sa nomination ne serait pas
nulle, mais il serait simplement et automatiquement mis fin à son mandat au
sein du conseil de surveillance dès son entrée en fonction.

122
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Et, lorsqu'une personne morale membre du conseil de surveillance est


représentée par une personne physique, il est interdit à cette dernière de faire
partie du directoire.
C’est l’acte de nomination établi par le conseil de surveillance qui fixe le
montant et le mode de rémunération de chacun des membres du directoire.
Lorsqu’un salarié devient membre du directoire, il ne perd pas le
bénéfice de son contrat de travail, par conséquent, rien n’empêche à ce qu’il
perçoive un salaire en plus de sa rémunération en tant que membre du
directoire.
b – Cessation des fonctions
Par dérogation à la règle du parallélisme des pouvoirs, les membres du
directoire, qui sont nommés par le conseil de surveillance sont révoqués par
l’assemblée ordinaire des actionnaires ; ils ne peuvent cependant être révoqués
par le conseil de surveillance que si les statuts le prévoient.
Contrairement encore aux administrateurs, qui peuvent être révoqués ad
nutum, la révocation des membres du directoire donne lieu à des dommages
intérêts si elle n’intervient pas pour justes motifs.
c – Pouvoirs du directoire
Ils sont identiques à ceux du directeur général (étendue, dépassement
de l’objet social, engagement de la société, limitations statutaires).
La société est représentée par un président du directoire nommé et
révoqué en tant que tel par le conseil de surveillance.
B – LE CONSEIL DE SURVEILLANCE
a – Conditions
Les mêmes règles gouvernent le conseil d'administration et le conseil de
surveillance en ce qui concerne la capacité, la rémunération, le nombre minimal
et maximal de conseillers (entre 3 et 12), les conditions de nomination, la durée
de leur mandat, la tenue des réunions…
Comme les administrateurs, les membres du conseil de surveillance
peuvent être révoqués à tout moment par l’assemblée générale ordinaire. Ils
ont aussi le droit de démissionner dans les mêmes conditions.
Les membres du conseil de surveillance peuvent être des personnes
morales, à condition d'être représentées par une personne physique.

123
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

b – Pouvoirs
La fonction principale du conseil de surveillance réside dans le contrôle
permanent de la gestion de la société par le directoire (art. 104). Il peut, à toute
époque de l’année, demander communication et copie de tous les documents
qu’il juge utiles afin de les consulter ou de les vérifier.
Il reçoit un rapport trimestriel et des documents annuels (notamment
l'état de synthèse) du directoire et possède des pouvoirs spécifiques
(autorisations spéciales, nominations des membres du directoire, répartition des
jetons de présence, etc.).

Section 3 - LA SITUATION DES ASSOCIÉS


§ 1 – LES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES
Afin de lutter contre l'absentéisme lors des assemblées générales et de
surmonter les problèmes de l'éloignement géographique, la loi a prévu la
possibilité pour les statuts de considérer présents, pour le calcul du quorum et
de la majorité, les actionnaires qui participent aux assemblées générales par
visioconférence. Mais il n'empêche qu'il est possible pour tout actionnaire de se
faire représenter par un autre actionnaire, par son conjoint ou par un ascendant
ou un descendant.
D'un autre côté, il est désormais possible de prévoir dans les statuts que
les actionnaires puissent voter par correspondance.
A - L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE
a – Convocation
Elle se tient, comme pour toutes les sociétés, dans les 6 mois qui suivent
la clôture de l’exercice. Les conditions de quorum sont de un quart des actions
sur première convocation ; lorsque l’assemblée ne peut valablement délibérer, il
doit être procédé à une deuxième convocation, auquel cas, aucun quorum n’est
requis.
b – Déroulement
Les décisions sont prises à la majorité des voix (la moitié plus une). Tout
associé peut participer aux assemblées, mais quelque fois les statuts exigent
un minimum d’actions qui ne peut être supérieur à 10.

124
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

c – Attributions
Les attributions de l’assemblée générale ordinaire sont importantes.
Elles concernent notamment l’approbation des comptes, le partage des
bénéfices, la nomination et la révocation du conseil d'administration et du
conseil de surveillance, éventuellement la révocation du directoire, etc.
B – LES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES EXTRAORDINAIRES
a – Principales attributions
Elles ont pour objet la modification des statuts, ce qui concerne aussi
bien:
 l’identité de la société (dénomination, siège social),
 que les règles de son fonctionnement (pouvoirs des dirigeants, tenues des
conseils, des assemblées, etc.),
 ou encore ses possibilités de transformation (augmentation ou réduction du
capital, fusion, scission, etc.),
 voire même sa dissolution.

b - Quorum et majorité
Il est de la moitié des actions ayant droit de vote sur première
convocation et du quart sur deuxième convocation ; sinon, comme la loi ne
permet pas de réduire ce quorum, cette deuxième assemblée est reportée à
une date qui ne peut dépasser les deux mois de celle à laquelle elle avait été
convoquée.
La majorité des deux tiers des voix dont disposent les actionnaires est
nécessaire pour prendre une décision.
Enfin, comme pour les SARL, la responsabilité des associés est limitée
aux apports et ne devient effective qu’à la dissolution de la société.
§ 2 - LES TITRES EMIS PAR LES SA
Ce sont les valeurs mobilières ; elles sont en principe négociables, c'est-
à-dire qu’elles peuvent être cédées librement et sans formalités particulières,
sauf exceptions prévues par les statuts134.
On distingue essentiellement les actions et les obligations, sans oublier
les nouveaux certificats d'investissement.

134
Rappelons que les statuts ne peuvent soumettre les actions cotées en bourse à l'agrément de
la société.

125
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

A - LES ACTIONS
Ce sont des titres qui permettent à l’actionnaire d’être titulaire de droits
pécuniaires (dividendes, boni de liquidation) et non pécuniaires (droit de vote,
de communication, d’information, etc.).
On distingue plusieurs catégories d’actions telles que :
- les actions à vote double : qui confèrent à leurs titulaires le double des
voix accordées aux actions ordinaires, ces actions ont pour but de récompenser
les actionnaires fidèles, c'est-à-dire dont les actions sont entièrement libérées
et pour lesquelles il est justifié d'une inscription nominative depuis deux ans au
moins au nom du même actionnaire. Ce droit de vote double est attribué soit
par les statuts, soit par une assemblée générale extraordinaire (art. 257);
- les actions à dividende prioritaire sans droit de vote : dont les titulaires
ont une priorité par rapport aux titulaires d’actions ordinaires pour la distribution
d’un premier dividende135 et, en contrepartie, ils sont privés du droit de participer
aux assemblées générales et d’y voter ;
- les actions d’apports : c'est-à-dire des apports en nature ; etc.
B - LES OBLIGATIONS
Ce sont des titres négociables qui représentent une créance à long
terme sur la société et donnent droit à la perception d’intérêts (alors que les
actionnaires ne sont pas assurés de toucher un dividende annuel). La valeur
nominale des obligations ne peut être inférieure à 50 dh, et à 10 dh pour les
sociétés dont les titres sont cotés en bourse (art.292 al.2) 136.
Leurs titulaires ne disposent pas du droit de vote.
Les sommes obtenues par la société au moyen de cette technique
particulière de crédit, lui permettent d’investir.
L’obligation joue donc un rôle important dans la vie financière des
sociétés ; c’est pourquoi, afin d’attirer des capitaux, les sociétés ont été
conduites à créer des types d’obligations donnant droit à des avantages
spécifiques.

135
- Il s’agit d’un dividende qui est prélevé sur le bénéfice distribuable de l’exercice avant toute
autre affectation. Ce dividende se situe donc au 4 ème rang après les prélèvements de frais de
constitution, l'augmentation du capital, la réserve légale et les pertes des exercices antérieurs.
136
Le même argument des pouvoirs publics vu supra à propos de la valeur nominale actuelle
des actions vaut pour les obligations, surtout concernant les obligations convertibles en
actions, nous dit la note de présentation du projet de loi.

126
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Ainsi, certaines obligations ne donnent droit qu’à un intérêt fixe, d’autres


offrent, en plus, une participation aux bénéfices (obligations participantes), de
même qu’il existe des obligations convertibles en actions et des obligations
avec bons de souscription d’actions, qui permettent à leur titulaire de devenir
actionnaires de la société émettrice137.
- Les obligations convertibles en actions (OCA) : ce sont des obligations
qui permettent à leurs titulaires de demander, à tout moment ou à certaines
périodes déterminées fixées par le contrat d'émission, à les convertir en
actions. C'est la raison pour laquelle leur taux d'intérêt est plus faible que celui
des obligations ordinaires.
- Les obligations à bons de souscription d'actions (OBSA) : ce sont des
obligations auxquelles, lors de leur émission, sont attachés des bons qui
donnent droit à la souscription à un certain nombre d'actions, dans des
conditions et des délais fixés préalablement. Le bon de souscription a une
autonomie par rapport à l'obligation ; il peut non seulement permettre la
souscription d'actions, mais il peut être cédé à un tiers. Leur taux est également
inférieur à celui des obligations ordinaires.
À la différence des obligations convertibles, les titulaires des OBSA ne
sont pas obligés, à l'arrivée des délais de libération des actions, d'opter entre la
conservation de leur situation d'obligataire et l'acquisition de la qualité
d'actionnaire. Autrement dit, les OBSA ne prennent pas fin avec la libération
des actions objet des bons de souscription ; dans les délais fixés, le titulaire des
OBSA reste obligataire même après avoir acquis la qualité d'actionnaire en
cumulant ainsi les deux qualités jusqu'à la fin du délai de remboursement des
obligations.
Dans les deux cas (OCA ou OBSA), il y a augmentation du capital, la
valeur des actions étant celle de la date des libérations, elle est généralement
prévue dans le contrat d'émission.
C - LES CERTIFICATS D’INVESTISSEMENT
De nos jours, on trouve sur le marché de nombreux titres utilisés par les
sociétés afin de se procurer des capitaux ; parmi ces titres on peut citer les
certificats d’investissement.

137
- Ces nouvelles obligations, bien que non réglementées par la loi, elles sont susceptibles de
connaître un grand essor en pratique.

127
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

Ce sont des actions démembrées qui ont pour fonction de procurer des
dividendes à de nouveaux actionnaires qui ne possèdent pas de droit de vote,
ce dernier étant représenté par des certificats de vote, ils sont répartis entre les
anciens actionnaires pour éviter des changements de majorité.

Section 4 - LES MOYENS DE CONCENTRATION


Ces opérations intéressent tous les types de société ; néanmoins, étant
pratiquées essentiellement dans les SA, nous les traiterons dans ce chapitre.
Elles concernent l’ensemble des techniques de concentration utilisées
par les sociétés dans le but d’améliorer leur capacité de production.
Il existe essentiellement trois :
* La fusion : constitue un des moyens le plus utilisé ; on distingue deux
procédés :
- la fusion pure et simple qui consiste pour deux sociétés à
associer leurs actifs pour se fondre juridiquement dans une nouvelle
société,
- et la fusion - absorption qui permet à une société de s’approprier
le capital d’une autre société qui disparaît juridiquement (il s’agit du cas
le plus fréquent).
* La fusion - scission : c’est lorsqu’une société se scinde en deux ou
plusieurs autres sociétés nouvelles.
* L’apport partiel d’actifs : c’est une technique, enfin, qui consiste pour
une société à apporter une partie de son patrimoine à une autre société tout en
conservant sa structure juridique d’origine.
Remarque sur la dissolution des S.A.:
Outre les causes communes à toutes les sociétés, les SA doivent être
dissoutes :
- si le nombre des actionnaires devient inférieur à 5 pendant plus d’un
an,
- lorsque le capital devient inférieur au minimum légal,
- ou enfin si les capitaux propres deviennent inférieurs au quart du
capital social et qu’ils ne sont pas constitués dans les deux ans à hauteur au
moins du quart du capital social (article 357).

128
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

BIBLIOGRAPHIE
I – THEORIE GENERALE DE DROIT COMMERCIAL
A – DROIT MAROCAIN
- CHOUKRI SOUBAI (A), Traité de droit commercial marocain et comparé,
Rabat, Imprimerie Al Maarif Al Jadida, (en arabe) :
* T I, Théorie générale de l'évolution du commerce et du droit
commercial et les actes de commerce par nature, 4 ème éd., 1994,
* T III, Les entreprises commerciales, les actes de commerce maritimes,
les actes de commerce par accessoire, les actes mixtes, le commerçant
individuel ses obligations et ses droits, 1993,
- DECROUX (P), Les sociétés en droit marocain, Rabat, Éditions LA PORTE,
3ème éd., 1987.
- DRISSI ALAMI MACHICHI (M), Droit commercial, Cour polycopié, Faculté de
droit de Rabat, 1974.
- MARTIN (D), Droit civil et commercial marocain, Casablanca, Al Madariss,
3ème éd. 1985.
- MOTIK (M), Droit commercial marocain, Rabat, Imp. AL MAARIF AL JADIDA,
2001.
- ZEROUAL (A.), Droit commercial, Cour policop. 3 ème année de licence droit
public, Faculté de droit, Rabat, sans date.
B – DROIT FRANCAIS
- GUYON (Y), Droit des affaires, T 1, Droit commercial général et sociétés, 6 ème
éd., Economica, 1990.
- HAMEL (J), LAGARDE (G), et JAUFFRET (A), Droit commercial, 2 ème éd., T
I, Volume I, Paris, Dalloz, 1980.
- de JUGLART (M) et IPPOLITO (B), Cours de droit commercial, Volume I,
9ème éd., Montchrestien, 1988.
- LE GALL (JP), Droit commercial, 12ème éd. Paris, Dalloz,1998, Coll. Mémentos
Dalloz.
- LUCAS (F.X), Droit commercial : actes de commerce, commerçant, fonds de
commerce, Paris, Montchrestien, 1998, Coll. Focus droit.

129
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- MERCADAL (B) et MACQUERON (P), Le droit des affaires en France –


Principes et approche pratique du droit des affaires et des activités
économiques, à jour au 1er août 1995, Paris, Ed. Francis LEFEBRE, 1995.
- PEDAMON (M), Droit commercial. Commerçants et fonds de commerce.
Concurrence et contrats du commerce, Paris, Dalloz, 1994.
- PIEDELIEVRE (A), PIEDELIEVRE (S), Actes de commerce, commerçants,
fonds de commerce, 2ème éd. Paris Dalloz, 1999.
- RIPERT (G) et ROBLOT (R), Traité élémentaire de droit commercial, TI,
12ème éd., Paris, LGDJ, 1986.
- RIPERT (G) et ROBLOT (R), Traité élémentaire de droit commercial, TII,
14ème éd., Paris, LGDJ, 1994.

II - BIBLIOGRAPHIE LES DIFFICULTES DE L’ENTREPRISE

CHERKAOUI (H.), Droit commercial, Imprimerie Najah Al Jadida, 3 ème


éd., 2010
DRISSI ALAMI MACHICHI (M.), Droit commercial fondamental au
Maroc, Imprimerie de Fédala, 2006
EL HAMMOUMI (A.), Droit des difficultés de l’entreprise : la prévention
des difficultés, le redressement judiciaire, la liquidation judiciaire, Librairie Dar
Assalam, 3e éd., Rabat, 2008

GUYON (Y.), Droit des Affaires, Tome 2 : Entreprises en difficultés,


redressement judiciaire – faillite, ECONOMICA DELTA, 9 e éd., Paris, 2003
MOTIK (M.), Droit commercial marocain, Imprimerie El Maârif Al Jadida,
Rabat, 2001

III – LES EFFETS DE COMMERCE


A – DROIT MAROCAIN
- CHAFII (M), Les effets de commerce à la lumière du nouveau code de
commerce, Marrakech, Walili, 1998, (en arabe).
- CHOUKRI SOUBAI (A), Traité des effets de commerce – TI : La lettre de
change et le billet à ordre, Rabat, Imprimerie Al Maarif Al Jadida, 1998.

130
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- CHOUKRI SOUBAI (A), Traité des effets de commerce – TII : Le chèque et les
autres moyens de paiement, Rabat, Imprimerie Al Maarif Al Jadida, 1998.
- BAKKOUR (E), Les effets de commerce en droit marocain, lettre de change et
chèque, Rabat, Babil, 1993.
B – DROIT FRANCAIS
- GAVALDA (Ch.) et STOUFFLET (J), Effets de commerce, chèques, carte de
paiement et de crédit, 3ème éd., Paris, Litec, 1998, Coll. Droit du crédit.
- JEANTIN (M.), Droit commercial, Instruments de paiement et de crédit –
Entreprises en difficultés, 4ème éd., Paris, Dalloz, 1995.
- KNANI (Y), Droit commercial – Les effets de commerce – Le chèque – le
virement et la carte de paiement, 2è éd., Centre de publication universitaire,
1999.
- PUTMAN (E.), Droit des affaires, T.4, Moyens de paiement et de crédit, Paris,
PUF, 1995.
IV - LE FONDS DE COMMERCE
A – DROIT MAROCAIN
- TIJANI (A), La gérance libre du fonds de commerce, in travaux de la
journée d'études du 24 mai 1997 : Les innovations du code de commerce et
leur impact sur l'entreprise marocaine, Publications de la Faculté des Sciences
Juridiques Économiques et Sociales de Rabat - Souissi, Série Colloques n° 2,
p. 15.
- BENSETTI (A), La publicité dans le code de commerce (fonds de
commerce et autres), in travaux de la journée d'études du 24 mai 1997 : Les
innovations du code de commerce et leur impact sur l'entreprise marocaine,
Publications de la Faculté des Sciences Juridiques Économiques et Sociales de
Rabat - Souissi, Série Colloques n° 2, p.15, (en arabe).
- GHMIJA (A), Le contrat de nantissement du matériel et des
équipements, in travaux de la journée d'études du 24 mai 1997 : Les
innovations du code de commerce et leur impact sur l'entreprise marocaine,
Publications de la Faculté des Sciences Juridiques Économiques et Sociales de
Rabat - Souissi, Série Colloques n° 2, p. 223, (en arabe).
- DOUMOU (Omar), Le nantissement du fonds de commerce, mémoire
de DES, Faculté de droit, Rabat, 1980.

131
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- MCHKAKA (R), Lecture à travers le code de commerce (3/


observations sur le fonds de commerce), in travaux de la journée d'études du
24 mai 1997: Les innovations du code de commerce et leur impact sur
l'entreprise marocaine, Publications de la Faculté des Sciences Juridiques
Économiques et Sociales de Rabat - Souissi, Série Colloques n° 2, p. 104, (en
arabe).
ERRHAIMINI (MA), Le fonds de commerce : textes, jurisprudence et
doctrine (France et Maroc), Mémoire de licence, Fac droit Rabat, 1999.
B – DROIT FRANCAIS
- BARRET (O.), Les contrats portant sur le fonds de commerce, Paris,
LGDJ, 2001.
- DELLATOLAS (J), Pratique des actes de vente de fonds de commerce,
Paris, Sirey, 1990.
- DERRUPPE (J), Le fonds de commerce, Paris, Dalloz, 1994, Coll.
Connaissance du droit.

V – LES SOCIÉTÉS COMMERCIALES

I – DROIT MAROCAIN

- BAHNINI (B), La SA en droit marocain, Analyse et explications,


Casablanca, Headline, 1998.
- CHERKAOUI (H.), La société anonyme, Casablanca, Najah Al Jadida,
1997.
- COUR SUPREME, Arrêts de la cour suprême en matière commerciale
de 1970 à 1997, Rabat, Al Maarif Al Jadida, 1997.
- DECROUX (P), Les sociétés en droit marocain, Rabat, Éditions LA
PORTE, 5ème éd., 1988.
- DRISSI ALAMI MACHICHI (M), Cours de droit commercial, cours
polycopié, Faculté de droit, Rabat, 1974.
- FCULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET
SOCIALES DE CASABLANCA (Colloque), La nouvelle réforme des SA :
implications et enjeux, Revue Marocaine de Droit et d'Économie du
Développement, n° 37, 1996.

132
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- MOTIK M'hamed, Le droit marocain des sociétés commerciales, Rabat,


EL MAARIF AL JADIDA, 2004.
‫ دراسة معمقة‬m،‫ ذات النفع االقتصادي‬m‫ الوسيط في الشركات والمجموعات‬، ‫ السباعي‬m‫ أحمد شكري‬-
‫ة‬mm‫ق بالمجموع‬mm‫ المتعل‬13.97 ‫انون رقم‬mm‫ والق‬17.95 ‫ و‬5.96 ‫دين رقم‬mm‫ركات الجدي‬mm‫ الش‬m‫في قانوني‬
‫ و‬3 ‫زء‬mm‫ الج‬، 2003 ‫ سنة‬2‫ و‬1 ‫ الجزء‬،‫ مطبعة المعارف الجديدة‬، ‫ الرباط‬،‫ذات النفع االقتصادي‬
.2005 ‫ سنة‬5 ‫ و الجزء‬2004 ‫ سنة‬4
-----------------------------------------
II – DROIT FRANÇAIS

- ANDRIEUX (Ph) et RAVEL (J), Code annoté des sociétés commerciales, 3 ème
éd., Paris, Ed. Groupe revue fiduciaire, avril 1995.
- BESARD (P), La société anonyme, Paris, Montchrestien, 1986.

- BONNARD J., Droit des sociétés, Les Fondamentaux, 9e éd., 2012,


Hachette.
- CHARTIER (Y), Droit des affaires, T 2, Sociétés commerciales, Paris, Thémis,
ème
PUF, 3 éd., 1992.

- CONSTANTIN A., Droit des sociétés, des groupes et des marchés


financiers, 5e éd., 2012, Mémento Dalloz.

- COZIAN M (†), VIANDIER A. et DEBOISSY Fl., Droit des sociétés, 25e éd.,
2012, Lexis-Nexis, coll. Les Manuels.
- DIDIER D. et DIDIER Ph., Droit commercial, Les sociétés, t. 2, Economica,
2011.

- DONDERO B., Droit des sociétés, 2ème éd., 2011, Hypercours, Dalloz.

- GIBIRILA D., Droit des sociétés, Ellipses, 2010.

- GUIRAMAND (F), HERAUD (A), Manuel et applications : Droit des sociétés,


Épreuve n°1, 5ème éd., Paris, Dunod, 1988, Coll. Expert sup. DECF.
- GUYON (Y), Droit des affaires, T 1, Droit commercial général et sociétés, 6 ème
éd., Economica, 1990.
- GUYON (Y), La société anonyme, Paris, Dalloz, 1994, Coll. Connaissance du
droit.
- HAMEL (J), LAGARDE (G) et JAUFFRET (A), Droit commercial, T. I, sociétés,
groupements d'intérêt économique, entreprises publiques, 2ème édition, 2ème volume, par
Gaston LAGARDE, Paris, Dalloz, 1980.

133
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

- HEMARD (J), TERRE (F) et MABILAT (P), Sociétés commerciales, Paris,


Dalloz, T 1 : 1972, T 2 : 1974, T 3 : 1978.
- HOUIN (R) et BOULOC (B), Les grands arrêts de la jurisprudence
commerciale, T 1, 2ème éd., Paris, Sirey, 1976.
- JEANTIN (M), Droit des sociétés, 2 ème édition, Paris, MONTCHRESTIEN,
1992.
- de JUGLART (M) et IPPOLITO (B), Cours de droit commercial, Les sociétés
commerciales, 2ème volume, 8ème édition, Paris, MONTCHRESTIEN, 1988.

- LE CANNU P. et DONDERO B., Droit des sociétés, 4e éd., 2011, Précis


Domat, Montchrestien, Lextenso éditions.

- MAGNIER V., Droit des sociétés, 2011, 5e éd., Cours Dalloz.

- Mémento pratique Francis LEFEBVRE, Droit des affaires. Sociétés


commerciales 2013, oct. 2012, éd. Francis Lefebvre.

- MESTRE J. (avec le concours de VELARDOCCHIO D. et BLANCHARD-


MERLE Ph. (avec la collaboration de A. FAUCHON), Droit commercial.
Sociétés commerciales, 15e éd., 2012, Précis Dalloz.

- MERLE (Ph.), Droit commercial, Sociétés commerciales, 3 ème édition, Paris,


Précis Dalloz, 1992.
- MERLE (Ph) et CHEVALLIER-MERLE (E), L'application jurisprudentielle de la
loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales, Paris, Dalloz, 1976.
- MESTRE (J) et FAYE (S) ou Lamy sociétés, Lamy sociétés commerciales,
1992.
- RIPERT (G) et ROBLOT (R), Traité élémentaire de droit commercial, T.I, 14 ème
éd., Paris, L.G.D.J., 1991.
- SAINTOURENS (B), Droit des sociétés, Cours, 2 ème éd. Paris, Vuibert, 1998,
Coll. Expertise comptable.

- SEBASTIEN C.), Sociétés commerciales, Lamy, 2012.

- SINE (L), Droit des sociétés, 2ème éd. Paris, Dunod, 1999.
- VALLANSAN (J) et DESMORIEUX (E), Société en participation et société créée de
fait, aspects juridiques et fiscaux, Paris, éd. GLN JOLY, 1996.

- VIDAL D., Droit des sociétés, 7e éd. 2010. LGDJ Manuel.

134
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

TABLE DES MATIERES


INTRODUCTION.............................................................................................................2
I - DEFINITION ET PARTICULARITES DU DROIT COMMERCIAL...............................2
A - LE FORMALISME DU DROIT COMMERCIAL................................................................2
B - LA SOUPLESSE DU DROIT COMMERCIAL....................................................................3
II - LES SOURCES DU DROIT COMMERCIAL...................................................................3
A- LES SOURCES ECRITES............................................................................................3
a - Les sources nationales............................................................................................................3
1/ Le code de commerce et la refonte du droit des affaires....................................................3
2/ Le D.O.C. :........................................................................................................................4
b- Les sources internationales......................................................................................................4
B- LES SOURCES NON ECRITES...................................................................................5
a- Les usages commerciaux.........................................................................................................5
b - La jurisprudence.....................................................................................................................6
III– LES JURIDICTIONS DE COMMERCE...........................................................................6
A – LES TRIBUNAUX DE COMMERCE ........................................................................6
a – Composition..........................................................................................................................6
b – Compétence...........................................................................................................................6
B – Les cours d’appel de commerce ................................................................................7
a – Composition..........................................................................................................................7
b – Compétence...........................................................................................................................7

PREMIÈRE PARTIE :.................................................................................................................8

LA MATIERE DU DROIT COMMERCIAL............................................................................8

CHAPITRE 1 - L’OBJET DU DROIT COMMERCIAL.........................................................9

SECTION I - LES ACTIVITES COMMERCIALES..................................................................9


§ 1 - LES ACTIVITES DE PRODUCTION.......................................................................9
§ 2 – LES ACTIVITES DE DISTRIBUTION...................................................................10
A - L’ACHAT POUR REVENDRE..........................................................................................10
B - LA FOURNITURE.............................................................................................................11
§ 3 - LES ACTIVITES DE SERVICES............................................................................11
A - LES SERVICES DE L’INTERMEDIATION.....................................................................11
a - Le courtage.....................................................................................................................11
b - La commission...............................................................................................................12
c - Les bureaux et agences d’affaires...................................................................................12
B - LES SERVICES FINANCIERS..........................................................................................12
1 - La banque.................................................................................................................13
2 - Le crédit...................................................................................................................13
3 - Les transactions financières.....................................................................................13
4 - L’assurance..............................................................................................................13
C - LES AUTRES SERVICES..................................................................................................14
1 – L'activité industrielle...............................................................................................14

135
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

2 - La location de meubles.............................................................................................14
3 - L’exploitation de locaux à usage public...................................................................15
4 - Le transport..............................................................................................................15
SECTION II - LES ACTES DE COMMERCE.........................................................................15
§ I - LES ACTES DE COMMERCE PAR LA FORME...................................................16
A - LA LETTRE DE CHANGE................................................................................................16
B - LES SOCIETES COMMERCIALES..................................................................................16
§ II - LES ACTES DE COMMERCE PAR ACCESSOIRE..............................................16
§ III - LES ACTES MIXTES...........................................................................................17

CHAPITRE II - LE SUJET DU DROIT COMMERCIAL.....................................................18

SECTION I - DEFINITION DU COMMERÇANT...................................................................18


§ I - L’EXERCICE HABITUEL OU PROFESSIONNEL DES ACTIVITÉS
COMMERCIALES.........................................................................................................................19
§ II - L’EXERCICE POUR SON PROPRE COMPTE....................................................19
A – LA RÈGLE.........................................................................................................................19
B - LES EXCEPTIONS.............................................................................................................20
a - Les commissionnaires....................................................................................................20
b - Les prête-noms...............................................................................................................20
SECTION II - LA CONDITION JURIDIQUE DU COMMERCANT......................................20
§ I - LA CAPACITE COMMERCIALE...........................................................................21
§ II - LES RESTRICTIONS A LA LIBERTE DU COMMERCE.....................................21
A - LES INCOMPATIBILITÉS................................................................................................22
B - LES DÉCHÉANCES...........................................................................................................22
C - LES INTERDICTIONS.......................................................................................................22
D - LES AUTORISATIONS.....................................................................................................23
SECTION III - LES OBLIGATIONS DU COMMERCANT....................................................23
§1 – LES OBLIGATIONS NOUVELLES........................................................................23
§2 – LA PUBLICITE AU REGISTRE DE COMMERCE................................................25
A - LE FONCTIONNEMENT DU R.C.....................................................................................25
a - L’organisation du R.C....................................................................................................25
b - Les personnes assujetties................................................................................................25
c - Les inscriptions au R.C...................................................................................................25
1 - Les immatriculations................................................................................................26
1°/ L’immatriculation principale.............................................................................26
2°/ Les inscriptions complémentaires......................................................................26
3°/ Les immatriculations secondaires......................................................................26
2 - Les inscriptions modificatives..................................................................................27
3 - Les radiations...........................................................................................................27
B - LES EFFETS DE L’IMMATRICULATION.......................................................................27
a - Les effets à l'égard des personnes physiques..................................................................27
1 - La présomption de commercialité............................................................................28
2 - Les effets du défaut d’immatriculation.....................................................................28

136
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

b - Les effets à l’égard des personnes morales.....................................................................29


§ 3 - LA TENUE D’UNE COMPTABILITE....................................................................29
A - LES LIVRES ET DOCUMENTS COMPTABLES.............................................................29
B - LES REGLES RELATIVES À LA TENUE DE LA COMPTABILITE ET LEURS
SANCTIONS............................................................................................................................................30
a - Les règles.......................................................................................................................30
b - Les sanctions..................................................................................................................31
1 - Les sanctions fiscales...............................................................................................31
2 - Les sanctions pénales...............................................................................................31
C - LA PREUVE PAR LES DOCUMENTS COMPTABLES..................................................32
a - La force probante des documents comptables.................................................................32
b - Les modes de production en justice................................................................................34
1 - La communication....................................................................................................35
2 - La représentation......................................................................................................35
SECTION IV – L'AUTO-ENTREPRENEUR....................................................................................36
SECTION V – LE REGIME JURIDIQUE DU DOMAINE COMMERCIAL..........................38
§ I - LES PARTICULARITES DES REGLES DE FOND...............................................38
1°/ La capacité...............................................................................................................39
2°/ La solidarité.............................................................................................................39
§ II - LES PARTICULARITES DES REGLES DE FORME............................................39
1°/ La compétence judiciaire.........................................................................................39
2°/ La preuve.................................................................................................................40
3°/ Le redressement et la liquidation judiciaires............................................................40

CHAPITRE III – LES DIFFICULTES DE L’ENTREPRISE................................................41

SECTION I – PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DE L’ENTREPRISE..............................41


§ I - LA PREVENTION INTERNE..................................................................................41
§ II - LA PREVENTION EXTERNE................................................................................42
A - Déclenchement de la procédure de prévention externe........................................................43
B - Désignation d’un mandataire spécial...................................................................................43
C- Le règlement amiable...........................................................................................................44
a - Ouverture de la procédure de règlement amiable............................................................44
b - Accord conclu entre le débiteur et ses créanciers...........................................................45
c - Effets du règlement amiable...........................................................................................46
SECTION II - TRAITEMENT JUDICIAIRE DES DIFFICULTES DE L’ENTREPRISE......46
§ I - Ouverture des procédures.......................................................................................47
A - Les conditions d’ouverture des procédures..........................................................................47
a - Conditions de fond d’ouverture des procédures..............................................................47
1 - Le débiteur...............................................................................................................47
2 - L’état de cessation des paiements.............................................................................48
b - Conditions de forme d’ouverture des procédures...........................................................49
1 - Tribunal compétent..................................................................................................49
2 - Saisine du tribunal....................................................................................................49
3 - Le jugement d’ouverture..........................................................................................51

137
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

c - La fixation de la date de cessation des paiements...........................................................51


B - Les organes de la procédure.................................................................................................51
a - Publicité du jugement d’ouverture..................................................................................53
b - Les voies de recours.......................................................................................................54
§ II - La période d’observation.......................................................................................54
A - Préparation de la solution....................................................................................................54
B - Plan de la solution...............................................................................................................55
a - Le redressement judiciaire de l’entreprise............................................................................56
a - Le redressement par la continuation...............................................................................56
1 - Le plan de continuation............................................................................................56
2 - Apurement du passif dans le plan de continuation...................................................57
b - La cession de l’entreprise...............................................................................................58
1 - Modalités de la cession............................................................................................58
2 - Effets de la cession...................................................................................................58
b - La liquidation judiciaire de l’entreprise................................................................................59
a - Dessaisissement du débiteur...........................................................................................60
b - Réalisation de l’actif......................................................................................................60
c - Apurement du passif dans le plan de cession..................................................................61

DEUXIÈME PARTIE :...............................................................................................................62

LES INSTRUMENTS DU COMMERCE.................................................................................62

CHAPITRE 1 – LES EFFETS DE COMMERCE...................................................................62

SECTION 1 – LA LETTRE DE CHANGE...............................................................................62


§ 1 – L’EMISSION DE LA LETTRE DE CHANGE........................................................63
A – CONDITIONS DE VALIDITE..........................................................................................63
a – La capacité.....................................................................................................................63
b – Les mentions obligatoires..............................................................................................63
B – SANCTION DE LA VALIDITÉ DE LA LETTRE DE CHANGE.....................................64
a – Les omissions dans les mentions obligatoires................................................................64
b – L’incapacité...................................................................................................................64
§ 2 – L’ACCEPTATION.................................................................................................64
A – FORMES ET MODALITES...............................................................................................64
B – CONSEQUENCES DE L’ACCEPTATION.......................................................................65
a – Provision et valeur fournie.............................................................................................65
1 – Constitution de la provision.....................................................................................65
2 – Propriété de la provision..........................................................................................65
3 – La valeur fournie.....................................................................................................65
b – Inopposabilité des exceptions du tiré au porteur............................................................65
c – Les exceptions opposables au porteur............................................................................66
d – Les effets de complaisance et de cavalerie.....................................................................66
§ 3 – LES GARANTIES DE PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE......................67
A – LE TRANSFERT DE LA PROPIETE DE LA PROVISION..............................................67
B – LA SOLIDARITE...............................................................................................................68
C – L’AVAL.............................................................................................................................68

138
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ 4 – LA CIRCULATION DE LA LETTRE DE CHANGE..............................................68


A – L’ENDOSSEMENT TRANSLATIF DE PRORIETE........................................................69
B – L’ENDOSSEMENT PAR PROCURATION......................................................................69
C – L’ENDOSSEMENT PIGNORATIF...................................................................................70
§ 5 – LE PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE....................................................70
A – L’ECHEANCE...................................................................................................................70
B – LA PRESENTATION AU PAIEMENT.............................................................................70
a – Lieu et date de la présentation........................................................................................70
b – La perception du montant de la créance.........................................................................71
§ 6 – LES OBSTACLES AU PAIEMENT DE LA LETTRE DE CHANGE.....................71
A – L’OPPOSITION AU PAIEMENT......................................................................................71
B – LE REFUS DE PAIEMENT...............................................................................................71
a – Le protêt........................................................................................................................71
b – Le cas de dispense du protêt..........................................................................................72
§ 7 – LES RECOURS......................................................................................................72
A – LES RECOURS DU PORTEUR DILIGENT.....................................................................72
B – LES DECHEANCES DU PORTEUR NEGLIGENT.........................................................72
C – LES PRESCRIPTIONS DES RECOURS...........................................................................73
SECTION 2 – LE BILLET A ORDRE......................................................................................73
§ 1 – SPECIFICITES......................................................................................................73
A – Définition............................................................................................................................73
B – Nature du billet à ordre.......................................................................................................73
C – Régime cambiaire...............................................................................................................74
§ 2 – CONDITIONS DE VALIDITE...............................................................................74
A – LES CONDITIONS DE FORME.......................................................................................74
a – La dénomination «billet à ordre»...................................................................................74
b – La promesse pure et simple de payer.............................................................................75
B – LES CONDITIONS DE FOND..........................................................................................75
a – La capacité.....................................................................................................................75
b – Absence de la notion de provision.................................................................................75
c – Absence de la notion d’acceptation................................................................................76
SECTION 3 – LE CHÈQUE......................................................................................................76
§ 1 – LES ASPECTS TECHNIQUES..............................................................................76
A – NATURE ET FONCTION DU CHÈQUE..........................................................................76
B – LES CONDITIONS FORMELLES....................................................................................76
a – Les mentions obligatoires..............................................................................................77
b – Les mentions facultatives..............................................................................................77
C – LE CHÈQUE, INSTRUMENT DE PAIEMENT FACULTATIF.......................................78
D – LA PROVISION DU CHÈQUE.........................................................................................78
a - Le contenu de la provision..............................................................................................78
b - Le moment de l’existence de la provision......................................................................79
c- Le transfert de la propriété de la provision......................................................................79
E – JUSTIFICATION D’IDENTITE.........................................................................................79
F – LA CIRCULATION DU CHÈQUE....................................................................................80

139
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ 2 – LES SYSTEMES DE PROTECTION DU CHEQUE..............................................80


A – LE SYSTEME CAMBIAIRE.............................................................................................80
a – La présentation au paiement..........................................................................................81
b – Le protêt........................................................................................................................81
c – Les avis..........................................................................................................................81
d – Les délais de prescription..............................................................................................82
e – Les recours cambiaires...................................................................................................82
B – LE SYSTEME BANCAIRE...............................................................................................83
a – Les obligations des banques...........................................................................................83
1 – Lors de l’ouverture des comptes..............................................................................83
2 – Lors des incidents de paiement................................................................................83
b – La réparation de l’incident.............................................................................................84
1 – La régularisation......................................................................................................84
2 – L’amende forfaitaire................................................................................................84
c – La responsabilité des banques........................................................................................85
1 – Les sanctions pénales..............................................................................................85
2 – Les sanctions de garantie.........................................................................................86
d – Le rôle de Bank Al-Maghrib..........................................................................................86
C – LE SYSTEME PENAL.......................................................................................................86
a – Les infractions en matière de chèque.............................................................................86
1 – L’omission de constituer ou de maintenir la provision............................................86
2 – L’opposition irrégulière...........................................................................................87
3- L’acceptation et l’endossement des chèques de garantie...........................................87
b – Les sanctions pénales....................................................................................................87

CHAPITRE II - LE FONDS DE COMMERCE......................................................................89

SECTION I - LES ELEMENTS DU F.C...................................................................................89


§ I - LES ELEMENTS CORPORELS..............................................................................89
§ II - LES ELEMENTS INCORPORELS.........................................................................90
SECTION II - LES CONTRATS PORTANT SUR LE FONDS DE COMMERCE.................92
§ I - LA VENTE DU FONDS DE COMMERCE.............................................................93
A - LES CONDITIONS DE LA VENTE..................................................................................93
a - Les conditions de fond....................................................................................................93
b - Les conditions de forme.................................................................................................93
B - LES EFFETS DE LA VENTE.............................................................................................93
a - Les règles protectrices des droits de l’acquéreur.............................................................94
1 - Les règles générales.................................................................................................94
2 - Les règles spéciales..................................................................................................94
b - Les règles protectrices des droits du vendeur.................................................................95
1 - Le privilège du vendeur...........................................................................................95
2 - L’action résolutoire..................................................................................................95
c - Les règles protectrices des droits des créanciers du vendeur..........................................95
1 - La publicité..............................................................................................................96
2 - L’opposition.............................................................................................................97

140
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

3 - La surenchère...........................................................................................................97
§ II - LE NANTISSEMENT DU FC................................................................................97
A - LES CONDITIONS............................................................................................................98
b - Les formalités.......................................................................................................................98
§ III - LES REGLES COMMUNES A LA VENTE ET AU NANTISSEMENT DU FC....98
A - Le droit de suite...................................................................................................................98
B - Le droit de préférence..........................................................................................................99
§ IV - LA GERANCE LIBRE...........................................................................................99
A - LES REGLES RELATIVES À LA PUBLICITE................................................................99
B - LES EFFETS DE LA LOCATION-GERANCE................................................................100

3ÈME PARTIE – LES SOCIÉTÉS COMMERCIALES..........................................................101

CHAPITRE 1 - LE CONTRAT DE SOCIÉTÉ......................................................................102

SECTION 1 – LES CONDITIONS DE FORMATION DES SOCIÉTÉS...............................102


§ 1 – LES CONDITIONS DE FOND............................................................................102
A – LES ASSOCIES...............................................................................................................102
a - La capacité...................................................................................................................102
b – Le nombre d'associés...................................................................................................103
B – LES APPORTS.................................................................................................................103
a. Les apports en numéraire...............................................................................................103
b. Les apports en nature.....................................................................................................103
c. Les apports en industrie.................................................................................................103
C – LE PARTAGE DES BENEFICES....................................................................................104
§ 2 – LES CONDITIONS DE FORME.........................................................................104
A – LES STATUTS.................................................................................................................104
B - SOUSCRIPTION DU CAPITAL ET LIBERATION DES APPORTS..............................104
a - La libération des apports en numéraire.........................................................................105
b - La libération des apports en nature...............................................................................105
C - LE DEPÔT DES FONDS EN BANQUE..........................................................................105
D - LA DECLARATION DE SOUSCRIPTION ET DE VERSEMENT.................................106
E – LES FORMALITES DE DEPÔT AU TRIBUNAL..........................................................106
F – LA PUBLICITE DE LA CONSTITUTION......................................................................106
SECTION 2 – ATTRIBUTS DES SOCIÉTÉS........................................................................107
§ 1 – LA DENOMINATION SOCIALE.........................................................................107
§2 – LE SIEGE SOCIAL ET LA NATIONALITE..........................................................107
A – au niveau national.............................................................................................................107
B – SUR LE PLAN INTERNATIONAL : SOCIÉTÉS INTERNATIONALES ET SOCIÉTÉS multinationales........108
§3 – LE PATRIMOINE.................................................................................................109
SECTION 4 – CLASSIFICATION DES SOCIÉTÉS DE DROIT PRIVE..............................109
§ 1 – SOCIÉTÉS CIVILES ET SOCIÉTÉS COMMERCIALES....................................109
§ 2 – SOCIÉTÉS DE PERSONNES ET SOCIÉTÉS DE CAPITAUX...........................110
A – LES SOCIÉTÉS DE PERSONNES (SNC ET SCS)........................................................110
B – LES SOCIÉTÉS DE CAPITAUX OU PAR ACTIONS (SA ET SCA).............................110

141
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

§ 3 – LA SARL...............................................................................................................110
§ 4 – LES SOCIÉTÉS SANS PERSONNALITE

CHAPITRE 2 – LES SOCIÉTÉS DE PERSONNES.............................................................111

SECTION 1 – LA SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF............................................................111


§ 1 – LES CARACTERES GENERAUX........................................................................111
A – LE CAPITAL ET LA RESPONSABILITÉ......................................................................111
B – LA CAPACITÉ DES ASSOCIÉS.....................................................................................111
§ 2 – LA GESTION DES SOCIÉTÉS EN NOM COLLECTIF......................................112
A – LES CONDITIONS DE LA GÉRANCE..........................................................................112
B – LES POUVOIRS DU GÉRANT.......................................................................................112
a - Les pouvoirs du gérant face à ses associés....................................................................112
b - Les pouvoirs du gérant face aux tiers...........................................................................113
§ 3 - LES REGLES CONERNANT LES ASSOCIÉS.....................................................113
A – LA CESSION DES PARTS..............................................................................................113
B - LA RESPONSABILITÉ DES ASSOCIÉS.......................................................................113
SECTION 2 - LA SOCIÉTÉ EN COMMANDITE SIMPLE..................................................113
§ 1 - LES CARACTERES GENERAUX.........................................................................114
A- LES ASSOCIÉS.................................................................................................................114
B - LES APPORTS ET LE CAPITAL....................................................................................114
§ 2 - LA GESTION DE LA SCS....................................................................................114

CHAPITRE 3 – LA S A R L...................................................................................................116

SECTION 1 – CARACTERES GENERAUX.........................................................................116


§ 1 – CAPITAL ET RESPONSABILITE........................................................................116
§ 2 – CAPACITE ET OBJET SOCIAL.........................................................................117
A – LA CAPACITÉ DES ASSOCIÉS....................................................................................117
B – L'OBJET SOCIAL............................................................................................................117
SECTION 2 – LA GESTION DE LA S.A.R.L........................................................................117
§ 1 – LE GERANT.........................................................................................................118
A – LES CONDITIONS DE LA GÉRANCE..........................................................................118
B – LA CESSATION DES FONCTIONS DE GÉRANT........................................................118
§ 2 – POUVOIRS DES GERANTS................................................................................118
SECTION 3 – LA SITUATION DES ASSOCIÉS..................................................................118
§ 2 – LES POUVOIRS DES ASSOCIÉS.......................................................................119
A – L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE ANNUELLE.............................................119
B – L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE......................................................119
§ 3 – LA RESPONSABILITE DES ASSOCIÉS.............................................................119

CHAPITRE 4 – LA SOCIETE ANONYME..........................................................................120

SECTION 1 – LES CARCTERES GENERAUX....................................................................120


SECTION 2 – LA GESTION DE LA SA................................................................................121
§ 1 - LA SA AVEC CONSEIL D’ADMINISTRATION..................................................122

142
Master GFCF 2016-2017 Professeur Chakib El Oufir

A- LE CONSEIL D’ADMINISTRATION..............................................................................122
a – Composition................................................................................................................122
b – Les pouvoirs du conseil d’administration....................................................................123
B – LA DIRECTION GENERALE DE LA SOCIETE : le pdg ou le dg.................................123
a – Le directeur général et ses directeurs généraux délégués.............................................124
1. Statut.......................................................................................................................124
2 - Pouvoirs.................................................................................................................124
b – Le président du conseil d'administration......................................................................124
1. Statut.......................................................................................................................124
2. Pouvoirs...............................................................................................................125

§ 2 – LA S.A AVEC DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE.....................126


A – LE DIRECTOIRE.............................................................................................................126
a – Conditions...................................................................................................................126
b – Cessation des fonctions...............................................................................................126
c – Pouvoirs du directoire..................................................................................................127
B – LE CONSEIL DE SURVEILLANCE...............................................................................127
a – Conditions...................................................................................................................127
b – Pouvoirs.......................................................................................................................127
SECTION 3 - LA SITUATION DES ASSOCIÉS...................................................................127
§ 1 – LES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES.......................................................................128
A - L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE....................................................................128
a – Convocation.................................................................................................................128
b – Déroulement................................................................................................................128
c – Attributions..................................................................................................................128
B – LES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES EXTRAORDINAIRES...........................................128
a – Principales attributions................................................................................................128
b - Quorum et majorité......................................................................................................129
§ 2 - LES TITRES EMIS PAR LES SA..........................................................................129
A - LES ACTIONS.................................................................................................................129
B - LES OBLIGATIONS........................................................................................................130
C - LES CERTIFICATS D’INVESTISSEMENT....................................................................131
SECTION 4 - LES MOYENS DE CONCENTRATION.........................................................132

BIBLIOGRAPHIE....................................................................................................................133

143

Vous aimerez peut-être aussi