Vous êtes sur la page 1sur 9

FONCTIONS POLYNOMES

EXERCICES CORRIGES
Exercice n°1. VRAI ou FAUX ?
1) P est un polynôme pair (pour tout réel x, P ( − x ) = P ( x ) ). Si α est racine de P, alors −α est aussi racine de P.

2) n étant un entier naturel supérieur ou égal à deux, ( x + 1) − x 2 n − 2 x − 1 se factorise par x ( x + 1)( 2 x + 1)


2n

3) Deux polynômes qui ont exactement les mêmes racines sont égaux.
4) L'équation x3 + x − 2 = 0 admet trois solutions réelles.

Exercice n°2.
Soit le polynôme P ( x) = x3 − 6 x 2 +3 x + 10
1) Calculer P(2). Que peut-on en déduire ?
(
2) Déterminer trois nombres réels a, b et c tels que, pour tout réel x, P ( x) = ( x − 2 ) ax 2 + bx + c )
3) Factoriser P(x) en produit de facteurs du premier degré.
4) Résoudre dans ℝ l’inéquation P(x)=0.
Exercice n°3.
On donne une fonction polynôme f ( x) = x 4 − 3x 3 + x 2 − 5 x + 6
1) Calculer f(1).
2) Sachant que f ( x ) = ( x − 1) g ( x ) , avec g, polynôme du troisième degré de la forme g ( x) = ax 3 + bx 2 + cx + d , Calculer
g(x) par identification.
3) Calculer g(3).
4) Factoriser encore f(x).
Exercice n°4.
Pour chacun des polynômes suivants : - Le factoriser au maximum en utilisant la racine α donnée
- Dresser le tableau de signes de la fonction polynôme
- Résoudre l’inéquation proposée
1) f ( x) = x − 2 x + 1
3
α =1 inéquation f ( x) > 0
2) g ( x) = x 4 + 8 x 3 + 24 x 2 + 32 x + 16 α = −2 inéquation g ( x) ≤ 0

Exercice n°5.
Résoudre dans ℝ les équations ou inéquations proposées :
1) x 3 + x 2 − 2 x − 2 = 0 .
2) x 5 + x 4 − 5x 3 − 5x 2 + 6x + 6 = 0 sachant que − 3 et 3 sont solutions.
3) x 3 + 2 x 2 − x − 2 > 0 .
x 2 − 3x + 2
4) < 0.
x3 − 1
Exercice n°6.
Le polynôme P( x ) = x 4 − 6x 2 + 5 est-il factorisable par x 2 − 1 ?

Exercice n°7.
Déterminer a et b pour que le polynôme P ( x) = − x5 + 2 x 4 − 3 x3 + 4 x 2 + ax + b admette -3 et 2 pour racines.

Exercice n°8.
1
Résoudre l’équation x 4 + 10x 3 + 26x 2 + 10x + 1 = 0 à l’aide du changement de variable X = x + .
x

Page 1/9 jgcuaz@hotmail.com


Exercice n°9.
On considère une feuille de papier carrée de côté 3. En découpant quatre coins carrés de côté x, et en pliant les bords, on
réalise une boîte dont on note V(x) le volume.

1) a) Dans quel intervalle I doit varier x ?


b) Montrer que, pour tout x appartenant à I, V ( x) = 4 x 3 − 12 x 2 + 9 x
2) Pour tout réel x, on pose P ( x) = 4 x 3 − 12 x 2 + 9 x − 2 .
a) Calculer P(2) et en déduire une factorisation de P(x).
b) Montrer que, pour tout x appartenant à I, V ( x ) − 2 ≤ 0 .
3) Déduire de ce qui précède la valeur de x pour laquelle V(x) est maximal et donner cette valeur maximale.
Exercice n°10.
On souhaite trouver un polynôme de degré 4 dont la courbe représentative :
- coupe l’axe des abscisses au point d’abscisse 4
- passe par les points A(1;6),B(2;6),C(3,6).
1) Vérifiez que P1 ( x ) = −2 x 4 + 19 x3 − 64 x 2 + 89 x − 36 est solution du problème.
2) On se propose de trouver tous les polynômes satisfaisant à ces conditions.
Soit P un tel polynôme. On considère alors la fonction f définie par f ( x ) = P ( x ) − 6
a) Calculez f(1) et f(4)
b) Vérifiez que f est un polynôme de degré 4.
Donnez trois racines distinctes de f et déduisez l’existence d’un polynôme g tel que f ( x ) = ( x − 1)( x − 2 )( x − 3) g ( x )
c) Quel est le degré de g ? Calculez g(4)
d) Déduisez de ce qui précède que le polynôme g est de la forme g ( x ) = ax − (1 + 4a )
e) Concluez sur l’ensemble des solutions du problème.

Page 2/9 jgcuaz@hotmail.com


POLYNOMES
CORRECTION
Exercice n°1
1) VRAI Si α est racine de P, P (α ) = 0 . Mais puisque P est pair, P ( −α ) = P (α ) = 0 donc −α est aussi racine de P.

1
2) VRAI Les racines du polynôme Q ( x ) = x ( x + 1)( 2 x + 1) sont respectivement –1,0 et − . Puisque les polynômes
2
x → x , x → x + 1 et x → 2 x + 1 ne se divisent pas entre eux, le polynôme Q ( x ) = x ( x + 1)( 2 x + 1) divisera

1
P ( x ) = ( x + 1) − x 2 n − 2 x − 1 si et seulement si les nombres –1,0 et −
2n
sont également racines de P. On calcule donc :
2

P ( 0 ) = ( 0 + 1) − 02 n − 2 × 0 − 1 = 1 − 0 − 0 − 1 = 0 ,
2n

puis P ( −1) = ( −1 + 1) − ( −1) − 2 × ( −1) − 1 = 0 − 1 + 2 − 1 = 0


2n 2n

2n 2n 2n 2n
 1  1   1  1 1 1
et enfin P  −  =  − + 1 −  −  − 2  −  − 1 =   −   + 1 − 1 = 0
 2  2   2  2 2 2
1
Puisque les nombres –1,0 et − sont racines de P, le polynôme Q ( x ) = x ( x + 1)( 2 x + 1) divise
2

P ( x ) = ( x + 1) − x 2 n − 2 x − 1
2n

3) FAUX Deux polynômes ayant les mêmes racines peuvent être proportionnels et non égaux. Par exemple,
P ( x ) = x 2 − 1 et Q ( x ) = 2 x 2 − 2 ont les mêmes racines (1 et –1), mais ne sont pas égaux

4) FAUX Si on note P ( x ) = x3 + x − 2 , on remarque que P (1) = 13 + 1 − 2 = 0 , donc on factorise

(
P ( x ) = ( x − 1) ax 2 + bx + c )
a = 1

( )
Par identification, on trouve b = 1 , c’est-à-dire P ( x ) = ( x − 1) x 2 + x + 2 ⇔ x 3 + x − 2 = ( x − 1) x 2 + x + 2 ( )
c = −2

L’équation x3 + x − 2 = 0 est donc équivalente à x − 1 = 0 ou x 2 + x + 2 = 0

En revanche l’équation x 2 + x + 2 = 0 n’admet pas de solution réelle car son discriminant est négatif.
L’équation x3 + x − 2 = 0 n’admet donc qu’un seule racine réelle : 1

Exercice n°2
1) On calcule P (2) = 23 − 6 × 22 +3 × 2 + 10 = 0 . 2 est donc racine du polynôme P, que l’on peut donc factoriser par ( x − 2 )
2) 1ère méthode : Par identification
( )
Pour tout x ∈ ℝ , ( x − 2 ) ax 2 + bx + c = ax 3 + bx 2 + cx − 2ax 2 − 2bx − 2c

= ax 3 + ( b − 2a ) x 2 + ( c − 2b ) x − 2c
a = 1 a = 1 a = 1
b − 2a = −6 b = −6 + 2a b = −4
  
(2
)
Ainsi, ( x − 2 ) ax + bx + c = P ( x ) si et seulement si  ⇔ ⇔
c − 2b = 3 c = 3 + 2b c = −5
 −2c = 10  −2c = 10 c = −5

(
Ainsi, P ( x ) = ( x − 2 ) x 2 − 4 x − 5 )

Page 3/9 jgcuaz@hotmail.com


2ème méthode : Par division des polynômes
P ( x)
( )
Pour tout x ∈ ℝ , ( x − 2 ) ax 2 + bx + c = P ( x ) ⇔ ax 2 + bx + c =
x−2
On calcule :

(
On retrouve bien ax 2 + bx + c = x 2 − 4 x − 5 donc P ( x ) = ( x − 2 ) x 2 − 4 x − 5 )
3) Si on note Q ( x ) = x 2 − 4 x − 5 , le calcul de son discriminant vaut ∆ = ( −4 ) − 4 × 1 × ( −5 ) = 36 , d’où l’existence de deux
2

4 − 36 4 + 36
racines réelles distinctes x1 = = −1 et x2 = = 5 , qui permettent de factoriser Q:
2 ×1 2 ×1
Q ( x ) = ( x − x1 )( x − x2 ) = ( x + 1)( x − 5 ) , donc de factoriser P : P ( x ) = ( x − 2 )( x + 1)( x − 5 )

4) Ainsi P ( x ) = 0 ⇔ ( x − 2 )( x + 1)( x − 5 ) = 0 et d’après la règle du produit nul, cette équation admet trois solutions
réelles distinctes : -1 ;2 ;5. Ainsi S = {−1; 2;5}

Exercice n°3
1) On calcule f (1) = 14 − 3 × 13 + 12 − 5 × 1 + 6 = 0 . Le nombre 1 est donc racine du polynôme f , que l’on peut donc
factoriser par ( x − 1)
( ) (
2) Pour tout x ∈ ℝ , ( x − 1) ax 3 + bx 2 + cx + d = ax 4 + bx3 + cx 2 + dx − ax 3 + bx 2 + cx + d )
= ax 4 + ( b − a ) x 3 + ( c − b ) x 2 + ( d − c ) x − d

( )
Ainsi, f ( x ) = ( x − 1) ax3 + bx 2 + cx + d ⇔ ax 4 + ( b − a ) x 3 + ( c − b ) x 2 + ( d − c ) x − d = x 4 − 3 x3 + x 2 − 5 x + 6

a = 1 a = 1
b − a = −3 b = −3 + a = −2
 
⇔ c − b = 1 ⇔ c = 1 + b = −1 Ainsi g ( x ) = x 3 − 2 x 2 − x − 6
d − c = −5  d = −5 + c = −6
 
−d = 6  −d = 6 ⇔ d = −6
3) On calcule g ( 3) = 33 − 2 × 32 − 3 − 6 = 27 − 18 − 3 − 6 = 0 . Le nombre 3 est racine du polynôme g. On peut donc
(
factoriser g ( x ) par x − 3 pour écrire g ( x ) = ( x − 3) ax 2 + bx + c )
( 2
)
4) Pour tout x ∈ ℝ , ( x − 3) ax + bx + c = ax + bx + cx − 3ax − 3bx − 3c
3 2 2

= ax + ( b − 3a ) x + ( c − 3b ) x − 3c
3 2

( )
Ainsi g ( x ) = ( x − 3) ax 2 + bx + c si et seulement si ax 3 + ( b − 3a ) x 2 + ( c − 3b ) x − 3c = x3 − 2 x 2 − x − 6
a = 1 a = 1
b − 3a = −2 b = −2 + 3a = 1
 
⇔
c − 3b = −1
⇔
c = − 1 + 3b = 2
Ainsi g ( x ) = ( x − 3) x 2 + x + 2 ( )
 
 −3c = −6  −3c = −6 ⇔ c = 2
Si on note h ( x ) = x 2 + x + 2 , le calcul de son discriminant donne ∆ = 12 − 4 × 1 × 2 = −7 , donc h N’EST PAS factorisable

(
dans ℝ . On en reste donc à l’écriture f ( x ) = ( x − 1)( x − 3) x 2 + x + 2 )

Page 4/9 jgcuaz@hotmail.com


Exercice n°4
1) On vérifie que α = 1 est racine de f en calculant f (α ) = 13 − 2 × 1 + 1 = 0
(
On peut donc factoriser f par ( x − 1) en cherchant trois réels a , b et c tels que f ( x) = ( x − 1) ax 2 + bx + c )
( )
En développant ( x − 1) ax + bx + c = ax + bx + cx − ax − bx − c = ax + ( b − a ) x + ( c − b ) x − c ,
2 3 2 2 3 2

a = 1 a = 1
b − a = 0 b = a = 1
 
On identifie ax 3 + ( b − a ) x 2 + ( c − b ) x − c = x 3 − 2 x + 1 si et seulement si  ⇔
c − b = −2 c = −2 + b = −1
 −c = 1 ⇔ c = −1  −c = 1 ⇔ c = −1

( )
Ainsi f ( x) = ( x − 1) x 2 + x − 1 . Si on note Q ( x ) = x 2 + x − 1 , on calcule son discriminant ∆ = 12 − 4 × 1 × ( −1) = 5 . Le
−1 − 5 −1 − 5 −1 + 5 −1 + 5
polynôme Q admet donc deux racines distinctes réelles x1 = = et x2 = = , ce qui nous
2 ×1 2 2 ×1 2
 −1 − 5  −1 + 5 
permettra de le factoriser : Q ( x ) = ( x − x1 )( x − x2 ) =  x −  x− 
 2   2
 
 −1 − 5  −1 + 5 
Ainsi, f ( x ) = ( x − 1)  x −  x−  Cette écriture nous permet de dresser le tableau de signes de
 2  2 

l’expression f(x)
donc de conclure que l’inéquation f ( x) > 0
admet pour solution :
 −1 − 5 −1 + 5 
S = ;  ∪ ]1; +∞[
 2 2 

2) On vérifie que α = −2 est racine de g en calculant g (α ) = ( −2 ) + 8 × ( −2 ) + 24 × ( −2 ) + 32 × ( −2 ) + 16 = 0


4 3 2

(
On peut donc factoriser g par ( x + 2 ) en cherchant quatre réels a , b , c et d, tels que g ( x) = ( x + 2 ) ax3 + bx 2 + cx + d )
g ( x)
On obtient h ( x ) = ax3 + bx 2 + cx + d par division : h ( x ) =
x+2
(
Ainsi, g ( x) = ( x + 2 ) x 3 + 6 x 2 + 12 x + 8 )
Si on note h ( x ) = x + 6 x + 12 x + 8 , on calcule
3 2

h ( −2 ) = ( −2 ) + 6 × ( −2 ) + 12 × ( −2 ) + 8 = 0 , ce qui nous permettra


3 2

(
de factoriser h ( x ) = ( x + 2 ) ax 2 + bx + c . )
Si on note l ( x ) = ax + bx + c , on obtiendra l ( x ) = ax 2 + bx + c par division :
2

h( x )
l ( x) =
x+2
Ainsi l ( x ) = x 2 + 4 x + 4

Page 5/9 jgcuaz@hotmail.com


Comme on remarque que l ( x ) = x 2 + 4 x + 4 = ( x + 2 ) , on peut donc achever la factorisation :
2

( )
h ( x ) = ( x + 2 ) x 2 + 4 x + 4 = ( x + 2 )( x + 2 ) = ( x + 2 ) donc g ( x ) = ( x + 2 )( x + 2 ) = ( x + 2 )
2 3 3 4

L’inéquation g ( x ) ≤ 0 ⇔ ( x + 2 ) ≤ 0 n’est réalisée que si et seulement si x + 2 = 0 donc S = {−2}


4

Exercice n°5
1) Si on note P ( x ) = x3 + x 2 − 2 x − 2 , il faut factoriser le polynôme P pour résoudre l’équation P ( x ) = 0
On calcule P ( −1) = ( −1) + ( −1) − 2 × ( −1) − 2 = −1 + 1 + 2 − 2 = 0 , ce qui permet de factoriser P sous la forme
3 2

(
P ( x ) = ( x + 1) ax 2 + bx + c . )
On développe ( x + 1) ( ax 2 + bx + c ) = ax3 + bx 2 + cx + ax 2 + bx + c = ax3 + ( a + b ) x 2 + ( b + c ) x + c , pour procéder à une
identification : ( x + 1) ( ax 2 + bx + c ) = P ( x ) si et seulement si ax3 + ( a + b ) x 2 + ( b + c ) x + c = x3 + x 2 − 2 x − 2 donc si et
a = 1 a = 1
a + b = 1 b = 1 − a = 0
seulement si 

b + c = − 2
⇔

c = −2 − b = −2
(
. Ainsi P ( x ) = ( x + 1) x 2 − 2 = ( x + 1) x − 2 ) ( )( x + 2 )
 
c = −2 c = −2
D’après la règle du produit nul, l’équation P ( x ) = 0 admet donc pour solution x = −1 , x = 2 et x = − 2 . Ainsi

{
S = − 2; −1; 2 }
2) Si on note P ( x ) = x5 + x 4 − 5 x 3 − 5 x 2 + 6 x + 6 et si on sait que − 3 et 3 sont solutions de l’équation P ( x ) = 0 , cela
( )( )
signifie que l’on peut factoriser P par x − 3 x + 3 = x 2 − 3 . On écrit donc P ( x ) = x 2 − 3 ax3 + bx 2 + cx + d et on ( )( )
détermine ax 3 + bx 2 + cx + d par division de
P ( x ) = x5 + x 4 − 5 x 3 − 5 x 2 + 6 x + 6 par x 2 − 3

Ainsi ( )(
P ( x ) = x5 + x 4 − 5 x 3 − 5 x 2 + 6 x + 6 = x 2 − 3 x3 + x 2 − 2 x − 2 ) et puisqu’on a factorisé le polynôme

(
Q ( x ) = x 3 + x 2 − 2 x − 2 dans la question précédente, on conclut que P ( x ) = x − 3 x + 3 ( x + 1) x − 2 )( ) ( )( x + 2 ) , ce
qui nous permet de conclure que l’équation P ( x ) = 0 admet pour ensemble de solutions S = {− 3; − 2; −1; 2; 3}

3) Si on note P ( x ) = x3 + 2 x 2 − x − 2 , il faut factoriser le polynôme P pour dresser son tableau de signes et résoudre
l’inéquation P ( x ) > 0 . On calcule P (1) = 13 + 2 × 12 − 1 − 2 = 0 , ce qui permet de factoriser P sous la forme
( )
P ( x ) = ( x − 1) ax 2 + bx + c . On développe pour procéder à une identification :
( x − 1) ( ax + bx + c ) = ax + bx 2 + cx − ax 2 − bx − c = ax3 + ( b − a ) x 2 + ( c − b ) x − c
2 3

( x − 1) ( ax 2 + bx + c ) = P ( x ) si et seulement si ax3 + ( b − a ) x 2 + ( c − b ) x − c = x3 + 2 x 2 − x − 2 donc si et seulement si :


a = 1 a = 1
b − a = 2 b = 2 + a = 3
 

c − b = −1
⇔
c = − 1 + b = 2
(
. Ainsi P ( x ) = ( x − 1) x 2 + 3 x + 2 )
 
 −c = −2 c = 2

Page 6/9 jgcuaz@hotmail.com


On note Q ( x ) = x 2 + 3x + 2 le polynôme dont on calcule le discriminant pour le factoriser : ∆ = 32 − 4 × 1 × 2 = 1 . Le
−3 − 1 −3 + 1
polynôme admet donc deux racines réelles distinctes x1 = = −2 et x2 = = −1 , qui nous permettent de le
2 ×1 2 ×1
factoriser : Q ( x ) = ( x − x1 )( x − x2 ) = ( x + 1)( x + 2 ) . Ainsi P ( x ) = ( x − 1)( x + 1)( x + 2 ) , ce qui nous permet de dresser son
tableau de signes :

L’inéquation P ( x ) > 0 a donc pour ensemble de solutions S = ]−2; −1[ ∪ ]1; +∞[
x 2 − 3x + 2
4) L’inéquation < 0 n’est définie que si et seulement si x3 − 1 ≠ 0
x3 − 1
Notons P ( x ) = x 2 − 3x + 2 et Q ( x ) = x 3 − 1
On calcule le discriminant du polynôme P : ∆ = ( −3) − 4 × 1 × 2 = 9 − 8 = 1 . Le polynôme P admet donc deux racines
2

3− 1 3+ 1
réelles distinctes : x1 = =1 et x2 = =2, qui nous permettent de le factoriser :
2 ×1 2 ×1
P ( x ) = ( x − x1 )( x − x2 ) = ( x − 1)( x − 2 )
Le polynôme Q admet 1 pour racine car Q (1) = 13 − 1 = 0 . On peut donc le factoriser par ( x − 1) , sous la forme
(
Q ( x ) = ( x − 1) ax + bx + c .
2
)
On développe ( x − 1) ( ax 2 + bx + c ) = ax3 + bx 2 + cx − ax 2 − bx − c = ax3 + ( b − a ) x 2 + ( c − b ) x − c pour effectuer une
identification : Q ( x ) = ( x − 1) ( ax 2 + bx + c ) si et seulement si ax 3 + ( b − a ) x 2 + ( c − b ) x − c = x 3 − 1 donc si et seulement
a = 1 a = 1
b − a = 0 b = a = 1
 
si 
c − b = 0
⇔
c = b = 1
( )
. Ainsi, Q ( x ) = ( x − 1) x 2 + x + 1 . Puisque le discriminant du polynôme x → x 2 + x + 1 est
 
 −c = −1 c = 1
strictement négatif ( ∆ = 12 − 4 × 1 × 1 = −3 ), ce polynôme n’est pas factorisable dans ℝ et pour tout x ∈ ℝ , x 2 + x + 1 > 0 .
( )
Ainsi Q ( x ) = 0 ⇔ ( x − 1) x 2 + x + 1 = 0 ⇔ x − 1 = 0 ⇔ x = 1
x − 3x + 2
2

L’inéquation < 0 est donc définie si et seulement si x ≠ 1


x3 − 1
x 2 − 3x + 2 P ( x ) ( x − 1)( x − 2 ) x−2
Pour tout x ≠ 1 , on peut écrire = = = 2 , et puisque pour tout x ∈ ℝ ,
x −1
3
(
Q ( x ) ( x − 1) x 2 + x + 1 )
x + x +1
x − 3x + 2
2

x 2 + x + 1 > 0 , l’inéquaion < 0 est équivalente à x − 2 < 0 . Ainsi S = ]−∞;2[


x3 − 1
Exercice n°6
Les racines du polynôme Q ( x ) = x 2 − 1 sont –1 et 1
Le polynôme P( x ) = x 4 − 6x 2 + 5 sera factorisable par Q ( x ) = x 2 − 1 si et seulement si –1 et 1 sont racines de P.
On calcule P (1) = 14 − 6 × 12 + 5 = 0 et P ( −1) = ( −1) − 6 × ( −1) + 5 = 0 . Puisque –1 et 1 sont racines de P, le polynôme
4 2

P( x ) = x 4 − 6x 2 + 5 est factorisable par Q ( x ) = x 2 − 1

Page 7/9 jgcuaz@hotmail.com


Exercice n°7
Le polynôme P ( x) = − x5 + 2 x 4 − 3 x3 + 4 x 2 + ax + b admettra -3 et 2 pour racines si et seulement si :
P (−3) = 0 ⇔ − ( −3) + 2 × ( −3) − 3 × ( −3) + 4 × ( −3) + a × ( −3) + b = 0
5 4 3 2

⇔ 243 + 2 × 81 − 3 × ( −27 ) + 4 × 9 − 3a + b = 0
⇔ 243 + 2 × 81 − 3 × ( −27 ) + 4 × 9 − 3a + b = 0
⇔ −3a + b = −522
et
P (2) = 0 ⇔ − ( 2 ) + 2 × ( 2 ) − 3 × ( 2 ) + 4 × ( 2 ) + a × 2 + b = 0
5 4 3 2

⇔ 2a + b = 8
 530
−3a + b = −522 L1  −5a = −530 L1 − L2  a= = 106 L1 − L2
On résout le système  ⇔ ⇔ 5
 2a + b = 8 L2  b = 8 − 2a L2 
b = 8 − 2 × 106 = −204 L2
Ainsi, P ( x) = − x5 + 2 x 4 − 3 x3 + 4 x 2 + 106 x − 204

Exercice n°8
On constate que 0 n’est pas solution de l’équation, donc on peut factoriser par x , de sorte que l’équation
x 4 + 10x 3 + 26x 2 + 10x + 1 = 0 devient équivalente à :
x 4 + 10 x3 + 26 x 2 + 10 x + 1 = 0
 10 1 
⇔ x 2  x 2 + 10 x + 26 + + 2  = 0
 x x 
10 1
Comme 0 n’est pas solution de l’équation, il «suffit de résoudre l’équation x 2 + 10 x + 26 + + =0
x x2
2 2
1  1 1 1 1
Si on pose X = x + , alors X 2 =  x +  = x2 + 2 × x × +   = x2 + 2 + 2
x  x x  x x
Ainsi
10 1 1  10 
x 2 + 10 x + 26 + + 2 = 0 ⇔ x 2 + 2 + 10  x +  + 26 = 0
x x x  x
⇔ X 2 − 2 + 10 X + 26 = 0 ⇔ X 2 + 10 X + 24 = 0
On résout l’équation X 2 + 10 X + 24 = 0 en calculant son discriminant : ∆ = 102 − 4 × 1 × 24 = 4 , donc l’équation
−10 − 4 −10 + 4
X 2 + 10 X + 24 = 0 admet deux solutions réelles distinctes : X 1 = = −6 et X 2 = = −4
2 ×1 2 ×1
On revient à l’inconnue x en résolvant :
1 x 2 + 1 −6 x 1 x 2 + 1 −4 x
x + = −6 ⇔ = ⇔ x 2 + 6 x + 1 = 0 et x + = −4 ⇔ = ⇔ x2 + 4 x + 1 = 0
x x x x x x
On calcule le discriminant de la première équation x 2 + 6 x + 1 = 0 : ∆ = 62 − 4 × 1 × 1 = 32 . L’équation admet donc deux
−6 − 32 −6 − 4 2 −6 + 32 −6 + 4 2
solutions réelles distinctes : x1 = = = −3 − 2 2 et x2 = = = −3 + 2 2
2 ×1 2 2 ×1 2
On calcule le discriminant de la deuxième équation x 2 + 4 x + 1 = 0 : ∆ = 42 − 4 × 1 × 1 = 12 . L’équation admet donc deux
−4 − 12 −4 − 2 3 −4 + 12 −4 + 2 3
solutions réelles distinctes : x3 = = = −2 − 3 et x4 = = = −2 + 3
2 ×1 2 2 ×1 2
Les solutions de l’équation x 4 + 10x 3 + 26x 2 + 10x + 1 = 0 sont donc les quatres réels ci-dessus.
{
S = −3 − 2 2; −2 − 3; −2 + 3; −3 + 2 2 }

Page 8/9 jgcuaz@hotmail.com


Exercice n°9
1) a) x désignant une distance, on doit avoir x ≥ 0 . Comme de plus, il est impossible de couper plus que la longueur d’un
3  3
côté, on doit avoir 2 x ≤ 3 ⇔ x ≤ . Ainsi x ∈  0, 
2  2
b) Les dimensions de la boîte seront respectivement x , 3 − 2x et 3 − 2x , de sorte que le volume sera donné par

( )
V ( x) = x ( 3 − 2 x )( 3 − 2 x ) = x 9 − 12 x + 4 x 2 = 4 x3 − 12 x 2 + 9 x

(
2) On calcule P (2) = 4 × 23 − 12 × 22 + 9 × 2 − 2 = 0 , donc P peut se factoriser sous la forme P ( x) = ( x − 2 ) ax 2 + bx + c )
On développe ( x − 2 ) ( ax 2 + bx + c ) = ax3 + bx 2 + cx − 2ax 2 − 2bx − 2c = ax3 + ( b − 2a ) x 2 + ( c − 2b ) x − 2c pour réaliser

( )
une identification : P ( x ) = ( x − 2 ) ax 2 + bx + c si et seulement si ax 3 + ( b − 2a ) x 2 + ( c − 2b ) x − 2c = 4 x 3 − 12 x 2 + 9 x − 2

a = 4 a = 4
b − 2a = −12 b = −12 + 2a = −4
 
donc si et seulement si  ⇔ ( )
. Ainsi P ( x) = ( x − 2 ) 4 x 2 − 4 x + 1 = ( x − 2 )( 2 x − 1)
2

c − 2b = 9 c = 9 + 2b = 1
 −2c = −2  −2c = −2 ⇔ c = 1

 3
Puisque pour tout x ∈  0,  , on a ( x − 2 ) ≤ 0 et ( 2 x − 1) ≥ 0 , on aura P ( x) ≤ 0 ⇔ V ( x ) ≤ 2
2

 2
2
 3 1 1  1  1 1
3) Pour tout x ∈  0,  , P ( x) ≤ 0 et P   =  − 2  2 × − 1 = 0 . Ainsi V   = 2 . Pour x = , le volume V(x) est
 2 2 2  2  2 2
maximal et vaut 2

Exercice n°10
1) La courbe représentative de P1 coupe l’axe des abscisses au point d’abscisse 4 si et seulement si P1 ( 4 ) = 0 . On calcule
P1 ( 4 ) = −2 × 44 + 19 × 43 − 64 × 42 + 89 × 4 − 36 = 0
On vérifie de plus que P1 (1) = −2 × 14 + 19 × 13 − 64 × 12 + 89 × 1 − 36 = 6 , P1 ( 2 ) = −2 × 24 + 19 × 23 − 64 × 22 + 89 × 2 − 36 = 6
et P1 ( 3) = −2 × 34 + 19 × 33 − 64 × 32 + 89 × 3 − 36 = 6 , donc la courbe représentative de P1 passe par les points
A(1;6),B(2;6),C(3,6).
2) a) Puisque la courbe représentative de P passe par les points A(1;6),B(2;6),C(3,6) et coupe l’axe des abscisses au point
d’abscisse 4, on aura P (1) = P ( 2 ) = P ( 3) = P ( 4 ) = 6
On calcule f (1) = P (1) − 6 = 6 − 6 = 0 et f ( 4 ) = P ( 4 ) − 6 = 6 − 6 = 0
b) f est un polynôme de degré 4 car P est de degré 4 et qu’on lui soustrait juste 6, ce qui ne change pas son coefficient
dominant. De plus f ( 2 ) = P ( 2 ) − 6 = 6 − 6 = 0 et f ( 3) = P ( 3) − 6 = 6 − 6 = 0
Le polynôme P admet donc trois racines réeeles distinctes qui sont 1,2 et 3
Il existe donc un polynôme g tel que f ( x ) = ( x − 1)( x − 2 )( x − 3) g ( x )
c) deg ( g ) = deg ( P ) − deg ( ( x − 1)( x − 2 )( x − 3) ) = 4 − 3 = 1 . g est donc un fonction affine, de la forme g ( x ) = ax + b
d) Puisque f ( 4 ) = 6 ⇔ ( 4 − 1)( 4 − 2 )( 4 − 3) g ( 4 ) = 6 , on aura 6 g ( 4 ) = 6 ⇔ g ( 4 ) = 1 . Ainsi 4a + b = 1 ⇔ b = 1 − 4a et g
sera donc de la forme g ( x ) = ax − (1 + 4a )
e) L’ensemble des solutions du problème est constitué de toutes les fonctions de la forme
P ( x ) = 6 + ( x − 1)( x − 2 )( x − 3) ( ax − (1 + 4a ) ) , a ∈ ℝ

Page 9/9 jgcuaz@hotmail.com