Vous êtes sur la page 1sur 5

Machines thermiques

Chapitre 2

Les transformations réversibles

Objectifs

A la fin de ce chapitre, l'étudiant doit être capable de

- distinguer les différentes transformations

- tracer les différentes transformations dans les diagrammes (P,V) et( T,S)

I. Transformations réversibles des gaz parfaits


Le fonctionnement d’une machine thermique est décrit par un cycle thermodynamique formé
d’une succession de plusieurs transformations, supposées réversibles.

Dans ce qui suit, on va étudier uniquement les systèmes fermés subissant des transformations
réversibles.

1. Systèmes fermés

1.1. Transformation isochore


Dans le cas d’une transformation isochore le volume reste constant (V1 = V2).
Le travail

Entre les deux états 1 et 2 est : � � = � ∫ −�dV est nul, donc W12 = 0 car dV = 0.
La chaleur
Le premier principe s'écrit alors :
∆ = � − = Équation 28
La variation de l’énergie interne se traduit en chaleur.

Les échanges thermiques accompagnant une transformation isochore est égale à la variation de
l’énergie interne du système.
Machines thermiques
1.2. Transformation isobare

La pression du gaz étant constante entre deux états 1 et 2 (P1 = P2).


Le travail
Le travail entre 1 et 2 vaut :

�=�∫ − =− ∫ =�− − Équation 29

La chaleur
∆ = + = − ∆ Équation 30
=�∆ + ∆ =∆ + Équation 31
On introduit la grandeur H , qui est l’enthalpie du système. Elle est définie par la relation

�= + Équation 32

Pour un temps dt, la relation s’écrit : � = + + ; En conséquence, =� +


=− + devient� = �− , Or dP=0 (transformation isobare), on en déduit
que, les échanges thermiques accompagnant une transformation isobare est égale à la variation
de l’enthalpie du système : = ∆�

1.3. Transformation isotherme

L'équation d'état donne : PV = Cte.


Le travail
Le travail échangé au cours de la transformation s'écrit :

�=�∫ − Équation 33

La pression varie suivant la loi PV = nRT => P1V1 = P2V2, d'ou l'expression du travail pour une
transformation isotherme :

�=�∫ − = −� ∫ = −� � Équation 34

Ce qui équivaut à:

�=� � � = � � Équation 35

La chaleur
La chaleur échangée est donnée par l'application du premier principe de la thermodynamique
ΔU12 = 0 :

= −� =� � =�− � ���������������������Équation 36
Machines thermiques
1.4. Transformation adiabatique (isentropique S = 0)

La transformation adiabatique s'effectue sans échange de chaleur (système thermiquement isolé)


alors Q12 = 0.

Relation de Laplace

=� + ������������������������������������������Équation 37
Considérons une masse d’un gaz parfait qui décrit une transformation adiabatique :

� =�− � � = ����������������Équation 38
Sachant que ���������������������� = + = n R dT Équation 39

De (39), on déduit ���������������� = + Équation 40



− = + Équation 41

� �
Ou encore ���������������� + +� = Équation 42

� �
+ = Équation 43

V P
En divisant par V×P, on obtient l’équation suivante : C +�C P
=
V

P p V
On peut aussi réécrire sous la forme + =
P v V

� P V
On introduit le coefficient = on aura +γ =
P V

Qui s’intègre en : ���ln + ln =


��u�b�en�ln =

�d′ �u�������������� � = Équation 44

p
�V v =�cst : l’adiabacité : relation de Laplace

RT -1
En remplaçant P = , on obtient en variables (T, V) : TV = Cte
V
−γ
De même, en variables (P, T) : �. � γ = C�e
Machines thermiques
Le travail
Le travail est défini par :

�=�∫ − ���������������������������������Équation 45

Puisque PV = P1V1 = P2V2 = Cte, on écrit :

γ dV γ dV
� � = � −� V ∫ = � −� V ∫
Vγ Vγ

On en déduit l'expression du travail :

. � − − . � − −
�=� ( − )= ( − ) Équation 46
− −

En utilisant la loi d'état, les chaleurs molaire ou massique, l'expression du travail peut s'écrire
sous d'autres formes :
n� m�
���� = n. C � − � = � m. c � − � =� � � − � �=� � � −�
γ− γ−
L’énergie interne
L'application du premier principe donne W12 + Q12 = ΔU12 avec Q12 = 0. Alors :
ΔU12 = W12

1.5.Transformation polytropique

Dans le cas de transformations réelles, les relations entre les grandeurs d'état sont plus ou moins
bornées par la transformation isotherme et la transformation adiabatique. Elles sont nommées
transformations polytropiques, telles que : PV k = Cte. avec 1< k < .
Le travail
Pour le calcul du travail échangé au cours d'une transformation polytropique, il s'agit du même
calcul que pour la transformation adiabatique en remplaçant γ par k :

�= � − Équation 47

Machines thermiques

La chaleur
La chaleur échangée au cours d'une transformation polytropique n'est pas nulle, le premier
principe donne :

=∆ −� �= .� − �� � −� Équation 48

On la donne également sous la forme :


−�
=� ������������������������� Équation 49
∆ −

Règle générale

La formule PVk=Cte englobe toutes les transformations précédentes:

Si K=0: transformation isobare

Si k=1: transformation isotherme

Si 1<k<� : transformation polytropique

Si K=� : transformation adiabatique

Si k=∞: transformation isochore

La presentation des differentes transformations dans le diagramme PV sont montrés


respectivement dans la figure suivante :

Figure 10: Allure des courbes caractéristiques isentropiques, isochore, isobare,


isotherme sur le diagramme (P, V)

Vous aimerez peut-être aussi