Vous êtes sur la page 1sur 59

COURS DE MATHEMATIQUES

FINANCIERES

Professeur Mohammed IDRISSI KAITOUNI

1
CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE

2
I/ Définitions :

Un capital C placé pendant une période, génère une somme appelée Intérêts.
Le calcul des intérêts dépend de la période de placement. Il faut distinguer
deux cas :
1) Le court terme, pour les périodes inférieures à une
année financière = 360 jours, par convention.
Dans ce cas, on parle d'intérêts simples qui progressent linéairement
selon la formule :

In =
𝐶𝐶 𝑡𝑡 𝑛𝑛 où t est le taux d'intérêts annuel
36000
et n = le nombre de jours de placement

Exemple 1 :
C = 10000 DH , t = 8 % et n = 130 j
10000 ∗ 8 ∗ 130
I 130 = = 288,88 DH
36000

Exemple 2 :
C = 10000 DH , t = 8 % et n = 180 j
10000 ∗ 8 ∗ 180
I 180 = = 400 DH
36000
800
Remarquons que 400 DH = avec 800 DH = 8 % de 10000 DH qui
2
représentent les intérêts d'une année, ce qui correspond à la linéarité des
intérêts simples.
D'autre part :
10000 ∗ 8 ∗ 6
I 180 j = I 6 mois = = 400
1200

Donc on peut utiliser la formule des intérêts simples lorsque la durée de


placement est un multiple m de mois :

𝐶𝐶 𝑡𝑡 𝑚𝑚
Im =
1200

3
2) Le moyen et long terme, pour les périodes qui dépassent une année.
Dans ce cas, on parle d'intérêts composés avec la formule :

Cn= C0 ( 1 + t ) n

avec C 0 = capital initial, n = nombre d'années de placement ,


t= taux d'intérêts et C n le capital après n années appelé : valeur
capitalisée VC.
C 0 s'appelle aussi, la valeur actuelle VA.
si C 0 = 10000 DH, t = 8 % = 0,08 et n =1 alors
C 1 = 10000 * 0,08 + 10000
= 10000 * 1,08
= 10800 DH
C 2 = C 1 + C 1 t = ( 1 + t ) C 1 = ( 1 + t )2 C 0 = 11664.
La suite C n est une suite géométrique de raison ( 1 + t )
On peut utiliser la formule C n = C 0 ( 1 + t ) n de 4 manières, selon le besoin de
l'utilisateur.
a) Valeur capitalisée :

Un capital C 0 = 3000 € a été placé pendant n = 5 ans à t = 10 % .


Quelle est la valeur capitalisée à la fin de la 5ème année ?
C 5 ans = 3000 * ( 1,10 )5 = 4831 , 53 €

b) Valeur actuelle :
Combien doit-on placer aujourd'hui sur un compte à 10 % pour obtenir
5124,35 € après 4 ans ?
VA = C 0 = C 4 / (1 + t)4 = 5124,35 / (1,10)4 = 3500 €

4
c) Durée de placement :

Pendant combien de temps, doit on placer 6000 € à t = 9 % pour obtenir


9231,7437 € ?

C n = C 0 (1+ t)n (1+ t)n = C n / C 0 n = log (Cn / C0) / log (1 + t)

9231,7437
n = log ( ) / log (1,09) = 5 ans
6000

d) Taux d'intérêt :
Un capital de 2500 € placé pendant 2 ans a donné une valeur capitalisée
de 2862,25 €.
Quel est le taux de ce placement ?
C n = C 0 (1+ t)n (1+ t)n = C n / C 0 (1+ t) = (C n / C 0 )1/n

t = (Cn / C0)1/n - 1

2862,25 0,5
t=( ) - 1 = 0,07 = 7 % .
2500

II / Taux équivalents – Taux proportionnels :

Soit un capital C 0 = 30000 DH placé pendant 18 mois à un taux d'intérêt


annuel t a = 10 % .
Définissons le taux mensuel équivalent au taux annuel t = 10 %
1m 2m … 12 mois

C 12 mois = C 0 ( 1 + t mens )12


= C 0 ( 1 + t an )1

5
D'où t mens = ( 1 + t an )1/12 – 1

Pour notre exemple :

t mens = ( 1,10 )1/12 - 1 = 0,00797414


Le capital C 0 = 30000 va donner après 18 mois :
C 18 mois = 30000 * ( 1 + t mens ) 18
= 30000 * 1,00797414 18
= 34610 , 69172 DH
On peut vérifier ce résultat avec le taux annuel t a = 10 %
et n = 1,5 an ( 18 mois )
C 1,5 an = C 0 ( 1 + t an )1,5
= 30000 * 1,10 1,5
= 34610 , 69 .. DH

On définit d'une manière analogue, le taux trimestriel équivalent à 1 taux


annuel t a , par t trim = ( 1 + t an ) ¼ -1

Pour l'exemple précédent :

t trim = ( 1,10 ) 1/4 -1= 0,024113689

C 18 mois = C 6 trim = 30000 * ( 1,024113689 ) 6


= 34610,69.. DH

6
On définit également le taux semestriel équivalent

t sem = ( 1 + t an ) ½ -1

Pour l'exemple précédent, 18 mois = 3 semestres


C 3 sem = 30000 * ( 1,048808 )3

t sem = ( 1,10 ) ½ - 1 = 0,048808....

= 34610,69… DH.

Les taux équivalents précédents, sont utilisés pour des périodes de


placement qui dépassent une année. Lorsqu'on a le court terme, on
utilise les taux proportionnels.
On définit ainsi les taux mensuel, trimestriel et semestriel proportionnels
par :

t mens , prop = t an / 12
t trim , prop = t an / 4
t sem , prop = t an / 2

III/ Taux moyen :


A/ Court terme :

Soient 2 capitaux C 1 = 12000 DH placé pendant n 1 = 70 jours à un taux


t 1 = 8 % et C 2 = 15000 DH placé pendant n 2 = 90 jours à t 2 = 10 % .
Calculons les intérêts simples générés par C 1 et C 2 .
I = I 1 + I 2 = ( C 1 t 1 n 1 / 36000 ) + ( C 2 t 2 n 2 / 36000 ) = 561,666 DH

7
Recalculons I avec un seul taux appelé taux moyen, noté t moy :
I = (( C 1 n 1 + C 2 n 2 ) / 36000 )) * t moy = 60,8333 t moy
561,666
Donc t moy = = 9,2328
60,8333

Ainsi tmoy = ( Σ Ci ni ti ) / ( Σ Ci ni )

t moy est la moyenne arithmétique des t i pondérés par C i n i .

B/ Moyen et long terme :

Exemple :
Deux équipes se sont succédées à la tête d'une multinationale pendant
n 1 = 3 ans et n 2 = 5 ans.
La première équipe a réalisé une croissance annuelle du chiffre d'affaire C 0
de t 1 = 6 % .
La deuxième a réalisé une croissance annuelle de 11 %
On a :
C 3 ans = C 0 ( 1 + t 1 )3

C 8 ans = C 3 ans ( 1 + t 2 )5 = C 0 ( 1 + t 1 )3 * ( 1 + t 2 )5
Or avec le taux moyen t moy :
C 8 ans = C 0 ( 1 + t moy )8 .

Ainsi ( 1 + t moy )8 = ( 1 + t 1 )3 * ( 1 + t 2 )5

8
1 + t moy = (( 1 + t 1 )3 * ( 1 + t 2 )5 ) 1/8

= ( 1,063 * 1,115 ) 1/8 = 1,090979..

Donc le taux moyen pendant 8 ans est 9,0979 %


On généralise cette définition à plusieurs périodes avec x i = 1 + t i
et 1 + t moy = G :

G = ( π xi ni ) ( 1 / Σ ni )

G est la moyenne géométrique des x i .

Log G = ( Σ ni log x i ) / ( Σ ni )

Finalement le log de la moyenne géométrique est la moyenne


arithmétique des log x i .

9
CHAPITRE 2 : ANNUITES

10
I/ Définitions :
On appelle annuités une suite de versements périodiques dans le but de
constituer un capital ou bien de rembourser un emprunt.
Considérons l'exemple de n=3 annuités constantes d'une valeur a = 10000 DH
versées à la fin de chaque année pendant 3 années sur un compte avec un taux
annuel t = 10 % .
Calculons la valeur capitalisée VC de ces 3 annuités à la fin de
la troisième année.
1ère année 2ème année 3ème année

VC
a a a

VC ( 3 annuités ) = VC ( 1ère annuité ) + VC ( 2ème annuité ) + VC ( 3ème annuité )


= a ( 1 + t )2 + a ( 1 + t ) + a
= 10000 x 1,12 + 10000 x ( 1,1) + 10000
= 12100 + 11000 + 10000
= 33100 DH
Néanmoins , VC ( 3 annuités ) = a ( ( 1 + t )2 + ( 1 + t ) + 1 )
= a ( ( 1+ t )3 – 1 ) / ( 1 + t – 1 )
= a ( ( 1+ t )3 – 1 ) / t

Généralisons à n annuités a :
VC ( n annuités ) = a ( 1 + t ) n-1 + a ( 1 + t ) n-2 + … + a ( 1 + t ) + a
= a ( (1 + t ) n-1 + … + ( 1 + t ) + 1 )

Rappelons que 1 + r + r 2 + … + r n-1 = ( r n – 1 ) / ( r – 1 )

11
Ainsi :
VC ( n annuités ) = a ( ( 1 + t )n – 1 ) / ( ( 1 + t ) – 1 )

VC ( n annuités ) = a (( 1 + t )n – 1 ) / t

Cette formule est une relation entre 4 paramètres :


l'annuité a , le nombre de versements n , le taux t et la valeur capitalisée VC .
On peut choisir 3 paramètres et trouver le 4ème selon le besoin de l'utilisateur,
comme le montrent les exemples suivants :

A/ Valeur capitalisée :
Une personne a procédé à 4 versements d'une valeur constante de 20000 DH ,
à la fin de chaque année , sur un compte à 8 % .
Quel est le capital constitué à la fin de la 4ème année ?
Il s'agit de calculer :
VC ( 4 annuités ) = a (( 1 + t )n – 1 ) / t

= 20000 x ( 1,08 4 - 1 ) / 0,08


= 90122 , 24 DH

B/ Annuité :
Un responsable prévoit l'achat d'une machine après 5 ans, dont le prix futur
coûtera 91576 , 5 DH .
Pour disposer de cette somme, il décide de verser chaque année une annuité a
sur un compte à 10 % .
Quelle est la valeur de ce versement a ?

a = t x VC / (( 1 +t )n – 1 )

12
a = 0,1 x 91576 , 5 / ( 1,1 5 -1)
= 15000 DH .

C/ Durée de versements n :
Une personne a effectué une série de versements d'une valeur de 22000 DH
chaque fin d'année, sur un compte à 9 % . Le capital constitué à la fin de ces
versements est :
VC = 165513 , 36
Quel est le nombre des versements ?
VC = a (( 1 + t )n – 1 ) / t
𝑡𝑡 ∗ 𝑉𝑉𝑉𝑉
( 1 + t )n = +1
𝑎𝑎
𝑡𝑡 ∗ 𝑉𝑉𝑉𝑉
n log ( 1 + t ) = log ( +1)
𝑎𝑎

𝑡𝑡 ∗ 𝑉𝑉𝑉𝑉
n = log ( + 1 ) / log ( 1 + t )
𝑎𝑎

0,09 ∗ 165513 ,36


n = log ( + 1 ) / log (1,09)
22000
=6

D/ Valeur du taux :
Le versement annuel de 4 annuités de 10000 DH a permis d'obtenir 44399,43
à la fin de la 4ème année.
Calculer le taux.
a (( 1 + t )n – 1 ) / t = VC
10000 (( 1 + t )4 – 1 ) / t = 44399,43

13
Cette équation est non linéaire et il n'y a pas de méthodes classiques pour la
résoudre.
On peut néanmoins utiliser une méthode numérique (Analyse numérique),
ou bien raisonner par tâtonnement, ou bien utiliser la fonction taux d'Excel.
Pour cet exemple, on trouve :
t = 0,07 = 7 %

II/ Applications :
1ère application :
Le responsable achat d'une entreprise veut acquérir un nouvel équipement
après 4 ans. Pour ce faire, il a décidé de verser 4 annuités annuelles sur un
compte rémunéré à 7,5% ( annuel ).
1) Sachant que le coût futur de cet équipement est 150000 DH, calculer
l'annuité à verser.

VC ( 4 annuités ) = a (( 1 +t )n – 1 ) / t

150000 = a ( 1,075 4 – 1 ) / 0,075

a = (150000 x 0,075) / ( 1,075 4 – 1 )

a = 33535 , 1263 DH

2) Combien doit-il verser mensuellement sur le même compte


à 7,5 % ( annuel ) pour disposer après 4 ans des 150000 DH ?

a mens = VC x t mens / ( 1 + t mens 4 x 12 – 1 )

t mens = ( 1 + t an ) 1/12 – 1 = 1,075 1/12 – 1

= 0,006044919

14
a mens = 150000 x 0,006044919 / ( 1,006044919 48 – 1 )

= 2702 , 894964 DH

On peut remarquer que la valeur capitalisée de 12 annuités mensuelles est


égale à l'annuité annuelle :
VC ( 12 a mens ) = a mens ( ( 1 + t mens ) 12 – 1 ) / t mens

33535 , 1263 = 2702 , 894964 ( 1,006044919 12 – 1 ) / 0,006044919

3) Ce responsable veut acquérir cet équipement plus tôt. Il décide alors de


verser annuellement 46430 , 64423 DH.

Calculer la durée n qui permet de respecter cette condition.

𝑡𝑡 ∗ 𝑉𝑉𝑉𝑉
n = log ( + 1 ) / log ( 1 + t )
𝑎𝑎

0,075 ∗ 150000
= log ( + 1 ) / log ( 1 , 075 )
46430 ,64423

= 3 ans.

2ème application :
Un jeune veut acheter une voiture qui coûte aujourd'hui 140000 DH.
Après négociation avec la banque, il s'est engagé à rembourser
les 140000 DH sur 8 ans, à un taux de 10 % par des annuités mensuelles.

Quelle est la valeur de l'annuité mensuelle qu'il doit verser pendant 8 ans
pour rembourser cet emprunt ?

15
Il faut commencer par calculer la valeur capitalisée de 140000 DH après 8 ans.

VC ( 140000 ) = 140000 x 1,10 8


= 300102 , 4334

VC ( 140000 ) = VC ( 8 x 12 annuités mensuelles a )


= a (( 1 + t mens ) 8 x 12
– 1 ) / t mens
a = ( 300102 , 4334 x t mens ) / ( 1 + t mens 96 – 1 )
avec t mens = ( 1 + t an ) 1/12 – 1
= 2092 , 586887 DH.

Remarque :
Lorsqu'il s'agit de calculer l'annuité pour rembourser un emprunt k , il est
nécessaire de calculer d'abord la valeur capitalisée de cet emprunt
après n années :
VC ( k ) = k ( 1 + t ) n et ensuite d'utiliser VC ( k ) = VC ( n annuités )

Cependant, on peut utiliser directement la formule de la valeur actuelle VA


de n annuités qui représente k .

a a … a
VA

a a a

VA ( n annuités ) = + + … +
1+t (1+t)2 (1+t)n

16
a 1 1

= (1 + + … + )
(1+t ) 1+t ( 1 + t ) n–1

a 1 1

= (1 - ) / (1 - )
(1 + t ) ( 1 + t )n (1+t)

a ( 1 + t )n -1 1+t

(1+t) ( 1 + t )n t

VA = a (( 1 + t ) n – 1 ) / ( t ( 1 + t ) n )

Ainsi pour l'exemple précédent :

VA x t mens x ( 1 + t mens ) n
a=
( 1 + t mens ) n – 1

Remarquons que VC = VA ( 1 + t ) n

17
CHAPITRE 3 : TABLEAUX
D'AMORTISSEMENT D'UN
EMPRUNT INDIVIS

18
I / Introduction :

Les entreprises font appel aux organismes financiers pour obtenir les capitaux
nécessaires au lancement de leurs projets.
Cependant, il faut distinguer deux types d'emprunt :
Les emprunts indivis où le prêteur est unique.
Les emprunts obligataires où les prêteurs sont nombreux.

Nous présentons dans ce chapitre les principes de négociation pour obtenir


et rembourser un emprunt indivis K, à savoir, le taux de l'emprunt, sa durée, la
nature de l'annuité de remboursement ( fixe ou variable, mensuelle ,
trimestrielle , semestrielle … ) et nous présentons des simulations avec des
études comparatives.

II / Tableau d'amortissement à annuité fixe :

Considérons un emprunt de K = 1000000 DH remboursable sur n = 4 ans, par


des annuités annuelles a , à un taux t = 10 % .
Commençons par calculer la valeur de l'annuité annuelle a.
La valeur capitalisée de K après n = 4 ans est
VC(K) = K ( 1 + t ) n = 1000000 x 1,10 4
V C ( n annuités ) = a ( (1 + t ) n – 1 ) / t
= a ( 1,10 4 – 1 ) / 0,10
Comme V C ( K ) = V C ( n annuités ) ,
K ( 1 + t ) n = a ( (1 + t ) n – 1 ) / t

19
d' où ar = K ( 1 + t ) n t / ( (1 + t ) n – 1 )

a r = ( 1000000 x 1,10 4 x 0,10 ) / ( 1,104 – 1 )


= 315470 , 8037 DH

On aurait pu obtenir le même résultat avec la formule de la valeur actuelle des


annuités.

VA ( n annuités ) = a ( (1 + t ) n – 1 ) / ( (1 + t ) n . t )
Or pour un emprunt K , VA ( K ) = K
Donc a = K (1 + t ) n . t / ( (1 + t ) n – 1 )

Les intérêts sont : I=na – K

I = 4 x 315470 , 8037 – 1000000


= 261883 , 215 DH

Chaque annuité versée a est composée d'une partie intérêt I p et d'une partie
amortissement M p
a = Ip + Mp avec Ip = Cp . t
Lorsque l'annuité a est versée, le capital restant CR p est le capital C p moins
Mp
CR p = C p – M p
Pour la première année, ( première ligne du tableau )
p = 1 , C 1 = K = 1000000 , I 1 = C 1 . t = 100000 DH
et M 1 = a – I 1 = 215470 , 8037
CR 1 = C 1 – M 1 = 1000000 – 215470 , 8037 = 784529 , 1963

20
La deuxième ligne du tableau est initialisée par C 2 = CR 1 = 784529 , 1963
et on calcule de la même manière : I 2 = C 2 . t = 78452 , 91963
M 2 = a – I 2 = 237017 , 8841 et CR 2 = C 2 – M 2 = 547511 , 3122

On continue ainsi avec C 3 = CR 2 et on obtient le tableau suivant :

p CP IP MP a CR P

1 K = 1000000 100000 215470 , 8037 315470 , 8037 784529 , 1963

2 784529 , 1963 78452 , 9196 237017 , 8841 315470 , 8037 547511 , 3122

3 547511 , 3122 54751 , 1312 260719 , 6725 315470 , 8037 286791 , 6397

4 286791 , 6397 28679 , 16397 286791 , 6397 315470 , 8037 0

TOTAL 261883 , 215 1000000 1261883 , 21

Analysons et interprétons ce tableau .

1) Remarquons d'abord que Σ I p = 261883 , 215 qu'on a déjà obtenu avec na – K ,


et Σ Mp = K .

2) M 2 = 237017 , 8841 = M 1 . ( 1 + t )
= 215470 , 8037 . 1,10
M p + 1 = a – I p + 1 = a – C p + 1 . t = a – CR p . t = a – (C p – M p ) t
= a – Cp t+M p t=( a – I p)+ M p t= M p +M p t=(1+t)M p

Donc, la suite des amortissements M p est une suite géométrique de raison ( 1 + t )

Ainsi M p = M1 ( 1 + t ) p-1

21
3) Présentons le même tableau avec des annuités fixes mensuelles .

a m = K ( 1 + t m ) 4 x 12 . t m / ( ( 1 + t m ) 4 x 12 – 1 )

avec t m = 0 , 00797414

a m = 25156 , 08307 DH

Donnons la première , la 24ème et la 48ème ligne du tableau.

1ère ligne :
K = C 1 = 1000000 , I 1 = C 1 . tm = 7974 , 14 ,
M 1 = a m – I 1 = 17181 , 94307 , a = 25156 , 08307
CR 1 = C 1 – M 1 = 982818 , 0569

Ligne 24 :
M 24 = M 1 ( 1 + t m ) 23 = 17181 , 94307 x 1,00797414 23
= 20625 , 67885 I 24 = a m – M 24
I 24 = 4530 , 404218 C 24 = I 24 / t m
C 24 = 568137 , 0303 et CR 24 = C 24 – M 24 = 547511 , 3…
Remarquons que CR 24 mois = C 2 ans

Ligne 48 :
M 48 = M 1 ( 1 + t m ) 47 = 24957 , 07116
I 48 = a m – M 48 = 199 , 0119144
C 48 = I 48 / t m = 24957 , 1…
CR 48 = C 48 – M 48 ≈ 0

22
III/ Tableau d'amortissement à annuités variables :

Nous avons déjà présenté le cas des annuités fixes et nous avons constaté que les
amortissements M p progressent suivant une suite géométrique de raison ( 1 + t ) .
Nous présentons maintenant le cas où l'annuité a p va être variable. Le cas le plus répandu
des annuités variables impose à l'amortissement M d'être constant.
Si le tableau contient n annuités a p , et comme la somme des amortissements est égale à K,
alors M = K/n

Pour pouvoir comparer les deux situations ( annuités fixes ou variables ) , reprenons le cas
de K = 1000000 DH avec t = 10 % et n = 4 ans où les annuités sont variables.

p CP IP M ap CR P

1 K = 1000000 100000 250000 350000 750000

2 750000 75000 250000 325000 500000

3 500000 50000 250000 300000 250000

4 250000 25000 250000 275000 0

TOTAL 250000 1000000 1250000

Analyse et interprétation :

1) La suite des annuités a p est décroissante:

a 2 = a 1 – 25000 , a 3 = a 2 – 25000 = a 1 – 2 x 25000

Montrons que : a p + 1 = a p – r où r = K t / n ( 25000 pour l'exemple )

a p + 1 = I p + 1 + M = C p + 1 t + M = CR p t + M
23
= ( Cp – M ) t + M = Cp t – M t + M

= ( Ip + M ) – M t = ap – M t = ap – K t / n

Donc a p est une suite arithmétique de raison – K t / n

Ainsi ap = a1 – ( p – 1 ) K t / n

Comme la raison – K t / n est négative , les annuités a p sont décroissantes.

C'est pourquoi, ce modèle de remboursement s'appelle modèle à annuités

dégressives.

Il s'appelle aussi, modèle à amortissement fixe.

2) Le capital restant CR p , est une suite linéaire.

En effet : CR 1 = 750000 ( Après 1 an , il reste ¾ K )

CR 2 = 500000 ( Après 2 ans , il reste K/2 )

CR 3 = 250000 ( Après 3 ans , il reste K/4 )

3) Σ Ip = Σ ( ap – M ) = Σ ap – K

= (a 1 + a 2 + … a n ) – K

) + … + ( a1 – ( n – 1 )
𝐾𝐾 𝑡𝑡 𝐾𝐾 𝑡𝑡
= a1 + ( a1– ) –K
𝑛𝑛 𝑛𝑛

𝐾𝐾 𝑡𝑡
= n a1 – (1+…+(n– 1))–K
𝑛𝑛

𝐾𝐾 𝑡𝑡 (𝑛𝑛−1) 𝑛𝑛
= n I1 + n M – –K
𝑛𝑛 2

(𝑛𝑛−1)
= nKt+K– Kt –K
2

24
n−1
= Kt(n– )
2

(𝑛𝑛 + 1)
= Kt
2

Σ Ip = Kt
(𝑛𝑛 + 1)
2

25
4 ) Comparaison des deux modèles :

p CP IP MP a CR P p CP IP M ap CR P

1 K = 1000000 100000 215470 , 8037 315470 , 8037 784529 , 1963 1 K = 1000000 100000 250000 350000 750000

2 784529 , 1963 78452 , 9196 237017 , 8841 315470 , 8037 547511 , 3122 2 750000 75000 250000 325000 500000

3 547511 , 3122 54751 , 1312 260719 , 6725 315470 , 8037 286791 , 6397 3 500000 50000 250000 300000 250000

4 286791 , 6397 28679 , 16397 286791 , 6397 315470 , 8037 0 4 250000 25000 250000 275000 0

TOTAL 261883 , 215 1000000 1261883 , 21 TOTAL 250000 1000000 1250000

26
Pour comparer les deux tableaux, utilisons les 3 critères :

A / Le total des intérêts :

Concernant ce 1er critère, le modèle à annuités dégressives est plus avantageux car :

Σ I deg = 250000 DH < Σ I fixes = 261883 , 215 DH

On peut montrer que :

Σ I deg = K t ( n + 1 ) / 2 < Σ I fixes = n a – K

B / L'annuité :

L'annuité dégressive commence largement supérieure à l'annuité fixe : C'est seulement


après la moitié du tableau ( 2 ans ) que la tendance s'inverse.

a 1 = 350000 > 315470 , 8 et a 2 = 325000 > 315470 , 8


a 3 = 300000 < 315470 , 8 et a 4 = 275000 < 315470 , 8

Ceci peut être un point négatif pour le modèle dégressif, notamment pour les
entreprises qui ne disposent pas d'assez de liquidité.

27
C/ Le capital restant :

Si on compare le capital restant CR P pour les 2 tableaux, on remarque que la solution


dégressive est plus intéressante.
Ce 3ème critère devient important, si l'entreprise envisage faire un paiement par
anticipation, (amélioration future de sa situation financière par exemple).

5 ) Solution mensuelle dégressive :

Reprenons K = 1000000 DH , t = 10 % et n = 4 ans avec des annuités mensuelles


dégressives.

𝐾𝐾 1000000
M= = = 20833 , 3333 DH
𝑛𝑛 48

1ère ligne :

C 1 = K = 1000000 , I 1 = C 1 t mois = C 1 x 0,00797414 = 7974 , 14


a 1 = M + I 1 = 28807 , 4737 > a fixe = 25156 , 08
CR 1 = C 1 – M = 979166 , 667

24ème ligne :

𝐾𝐾 𝑡𝑡
a 24 = a 1 – 23 = 28807 , 4737 – 23 x 166 , 127925 = 24986 , 5314 < a fixe
𝑛𝑛

I 24 = a 24 – M = 4153 , 19812
C 24 = I 24 / t mens = 520833 , 3…
CR 24 = C 24 – M = 520833 , 3 – 20833 , 3 = 500000 DH = K / 2

28
48ème ligne :

𝐾𝐾 𝑡𝑡
a 48 = a 1 – 47 = 20999 , 46…
48

I 48 = a 48 – M = 166 , 128…
C 48 = I 48 / t mens = 20833 , 3…
CR 48 = C 48 – M ≈ 0

29
CHAPITRE 4 : INDICATEURS DE RENTABILITE
D'UN PROJET

30
I/ Introduction :

L'étude de rentabilité d'un projet nécessite le calcul et l'analyse d'un certain nombre
d'indicateurs comme le gain G , le délai de récupération DR , l'indice de profitabilité IP…
L'objectif de ce chapitre est donner la définition mathématique de ces indicateurs, leur
méthode de calcul et leur interprétation.

II/ Exemple :

Un projet nécessite un investissement initial INV = 300000 € .


Une étude de rentabilité de ce projet effectuée sur une période n = 6 ans a montré que
les recettes annuelles prévisionnelles générées par ce projet sont estimées
à R = 120000 € / an , alors que les dépenses ( charges ) annuelles sont estimées
à D = 40000 € / an .
On suppose que le taux d'actualisation moyen pendant les 6 ans est t = 10 % annuel .
Commençons par définir le Cash-Flow annuel :
CF p = R p – D p
Pour notre exemple CF P = 120000 – 40000 = 80000 € / an
Cependant, au moment de l'étude, il faut actualiser les Cash-Flow futurs par :
CF p, act = CF p / ( 1 + t ) p
CF p, act = ( 120000 – 40000 ) / ( 1,10 ) p

31
p Rp Dp CF p , act = ( R p – D p ) / ( 1 + t ) p

1 120000 40000 80000 / 1,10 = 72727,27

2 120000 40000 80000 / 1,102 = 66115,7

3 120000 40000 80000 / 1,103 = 60105,18

4 120000 40000 80000 / 1,104 = 54641,07

5 120000 40000 80000 / 1,105 = 49673,7

6 120000 40000 80000 / 1,106 = 45157,9

total 348420,8

Le total des Cash-Flow actualisés sur la période de 6 ans est

VA = Σ CFp , act = Σ ( Rp – Dp ) / ( 1 + t )p = 348420,8 €

CF 1 CF 2 CF 6
VA
80000 80000 80000

32
Ainsi , le gain pendant les 6 ans est :

G = Σ CFp , act – INV

G = 348420,8 – 300000 = 48420,8 €

Lorsque G est positif, le projet est rentable.


Lorsque G est négatif, le projet n'est pas rentable.
Comme G est positif pour notre exemple, il faut voir les autres indicateurs à commencer par
le délai de récupération DR qui définit la durée minimale qu'il faut attendre pour avoir
un retour sur investissement et récupérer le capital initial.

Pour les 5 premières années, Σ CF act = 303262,9 € est supérieur à INV = 300000 €

Pour les 4 premières années, Σ CF act = 253589,2 € est inférieur à INV = 300000 €

La fonction F = Σ CF act = Σ ( R p – D p ) / ( 1 + t )p est une fonction continue

et strictement croissante, avec F ( 4 ans ) < INV et F ( 5 ans ) > INV


Le théorème des valeurs intermédiaires montre l'existence et l'unicité d'un t entre
4 ans et 5 ans, telle que F (t) = INV .
Cette valeur t est par définition le Délai de Récupération DR qui correspond au moment
où le total des Cash-Flow devient égal à l'investissement.
Pour trouver le DR , trois méthodes sont envisageables:

33
- Méthode d'interpolation linéaire :

303263

300000

253589

4 ans DR 5 ans

𝐷𝐷𝐷𝐷−4 300000−253589
= = 0,9343
5−4 303263−253589

DR = 4 , 9343 ans

La 2ème méthode consiste à trouver DR par tâtonnement entre 4 et 5 ans.


La 3ème méthode utilise Excel avec la fonction NPM .

Définissons maintenant le taux interne de rentabilité TIR qui représente le taux maximal
à ne pas dépasser pour que le projet reste négociable.

Si le taux d'actualisation t diminue ( 9 % par exemple ) les CF act


augmentent ( 358873,5 ) et le gain augmente aussi ( 58873,5 € )

34
Si le taux augmente ( 11 % par exemple ) les CF act diminuent ( 338443 € )
et le gain diminue ( 38443 € )
Donc on va augmenter le taux jusqu'à ce que la somme des CF devient égale à
l'investissement :

Pour t = 15,3 % , Σ CF act = 300328,3 € > INV .


Pour t = 15,4 % , Σ CF act = 299525,2 € < INV .

La fonction F = Σ CF act avec n = 6 et la variable taux


( Σ CF act = Σ ( R p – Dp ) / ( 1 + t )p ) est continue, strictement

décroissante, entre 15,3 % et 15,4 % .


Le théorème des valeurs intermédiaires montre l'existence et l'unicité d'un taux entre
15,3 % et 15,4 % tel que F (t) = INV .
Cette valeur t est par définition le taux interne de rentabilité TIR .

300328,3

300000

299528,8

15,3 TIR 15,4

TIR − 15,3 300328,3 − 300000


= = 0,4087909
15,4 − 15,3 300328,3 − 299525,2

35
TIR – 15,3 = 0,040879

TIR = 15,34 %

Si le taux d'actualisation dépasse TIR = 15,34 % alors ce projet n'est plus rentable.

On définit maintenant l'indice de profitabilité

IP = Σ CFact / INV

348420,8
Pour notre exemple IP = = 1,161402667
300000

Ce qui signifie que chaque euro investi rapporte 1,161402667 euro , ou bien le profit
généré par ce projet représente 16,1402667 % de l'investissement. On peut vérifier que
16,1402667 % de 300000 = 48420,8 € ce qui correspond au gain G déjà calculé.

36
III/ Comparaison de deux projets d'investissement :

Les détenteurs de capitaux sont sollicités par les investisseurs pour financer leurs projets.
Pour ce faire, il est nécessaire de calculer les indicateurs de rentabilité de chacun des
projets proposés, pour les comparer afin de choisir le plus opportun.
Pour mieux illustrer cette comparaison, considérons l'exemple suivant :
Un opérateur économique veut choisir entre les 2 projets suivants :
Le premier projet nécessite 300000 € = INV1 comme investissement initial.
Les recettes et les dépenses annuelles prévisionnelles sur 6 ans sont :
R 1 = 120000 € / an D 1 = 40000 € / an
Le taux d'actualisation moyen sur les 6 ans est t = 10 % annuel.
Le deuxième projet nécessite un investissement initial INV2 = 320000 € avec des recettes
et dépenses prévisionnelles sur 6 ans : R 2 = 140000 € / an et D 2 = 50000 € / an
Le taux d'actualisation moyen sur les 6 ans de l'étude est t = 10 % annuel.

Commençons par calculer les indicateurs de rentabilité du 2ème projet.

Σ CF 2,act = Σ (( 140000 – 50000 ) / (1,10)p) = 391973,46


G 2 = 71973,46 €
391973,46
IP 2 = = 1,225
320000

DR 2 = 4,61 an
TIR 2 = 17 %

37
Tableau de comparaison :

INV Σ CF act G DR TIR IP

Projet 1 300000 € 348420, € 48420, € 4,93 ans 15,34 % 1,16

Projet 2 320000 € 391973, € 71973, € 4,61 ans 17 % 1,225

Comparons les 2 projets critère par critère.

- Pour L'investissement INV : Le projet 1 est mieux car il demande un capital plus
léger.

- Pour La somme des Cash-Flow : Le projet 2 est plus intéressant car il rapporte plus.

- Pour Le gain G , le projet 2 est plus avantageux car, on gagne plus.

- Pour Le Délai de récupération, le projet 2 est plus avantageux car il récupère plus
vite.

- Pour Le taux Interne de Rentabilité, le projet 2 est mieux car il offre une marge de
négociation plus élevée.

- Pour L'Indice de Profitabilité, le projet 2 est plus intéressant car le profit est plus
grand.

Finalement, pour cet exemple, c'est le projet 2 qui est le plus opportun.
Néanmoins, il peut arriver en comparant les 2 projets d'avoir 4 critères pour l'un contre 2
pour l'autre, ou 3 critères pour chacun. Dans ce cas, il faut utiliser la méthode du Scoring
qui consiste à classer les critères par ordre de priorité, et donner à chacun un nombre de
points selon son importance ( pondération ).
Par exemple, si un chef de projet a une gestion de trésorerie rigoureuse, alors
le Délai de Récupération doit avoir un score élevé.

38
CHAPITRE 5 : ESCOMPTE COMMERCIAL

39
I/ Définitions :

Un effet de commerce est un papier qui est utilisé comme moyen de paiement, caractérisé
par:
- Sa valeur nominale notée V qui correspond à la somme inscrite sur l'effet.

- Son échéance qui représente la date à laquelle, la somme V peut être encaissée.

Néanmoins, il peut arriver que le détenteur d'un effet ait des problèmes de liquidité,
et cherche à encaisser la somme de l'effet avant l'échéance. Ceci est possible,
en s'adressant à un organisme escompteur, moyennant une somme appelée escompte
commercial E c .

II/ Court terme :

Soit un effet de valeur nominale V = 9000 DH escompté 70 jours avant son échéance à un
taux t = 8 %
𝑉𝑉 𝑡𝑡 𝑛𝑛
L'escompte commercial est Ec =
36000

9000 × 8 × 70
Ec = = 140 DH
36000

La valeur actuelle de l'effet est


VA = V – Ec = 9000 – 140 = 8860 DH

En plus de l'escompte E c , l'organisme escompteur facture des Frais Bancaires FB, soumis à
la TVA.
Supposons pour l'exemple que FB = 30 DH soumis à 7% de TVA.

40
L'escompte réel est Er = Ec + FB + TVA

E r = 140 + 30 + 0,07 x 30 = 172,1 DH


FB + TVA = 32,1 s'appelle agios.

La valeur nette est Vnette = V – Er

V nette = 9000 – 172,1 = 8827,9

Les agios augmentent le taux d'escompte t c , pour obtenir le taux réel t r qui correspond à
l'escompte réel E r : E r = V t r n / 36000

tr = 36000 Er / n V

36000 × 172,1
tr = = 9,83 …
70 × 9000

Remarquons que : t r = 9,83 % > tc = 8 %


et V nette = 8827,9 < VA = 8860 < V= 9000 DH

41
III/ Moyen terme :

Soit un effet de valeur nominale V = 9000 DH , escompté 18 mois avant son échéance à 8%
La valeur actuelle est VA = V / ( 1 + t )n

et Ec = V – VA = V ( 1 – (1 / ( 1+ t ) n )

VA = 9000 / 1,08 1,5 = 8018, 753739 DH


E c = 981,246 DH
E r = E c + FB + TVA = 981,246 + 30 + 2,1= 1013,346 DH
V nette = V / ( 1 + t r ) n tr = ( V / Vnette ) 1/n – 1

Avec V nette = V – E r = 7986,654 DH


t r = ( 9000 / 7986,654 ) 1/1,5 – 1 = 8,289 %

42
EXERCICES

43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59

Vous aimerez peut-être aussi