Vous êtes sur la page 1sur 14

Bulletin du Comité flamand

de France

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Comité flamand de France. Auteur du texte. Bulletin du Comité
flamand de France. 1925-02-05.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart


des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le
domaine public provenant des collections de la BnF. Leur
réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet
1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le
cadre d’une publication académique ou scientifique est libre et
gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment
du maintien de la mention de source des contenus telle que
précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale
de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus
générant directement des revenus : publication vendue (à
l’exception des ouvrages académiques ou scientifiques), une
exposition, une production audiovisuelle, un service ou un produit
payant, un support à vocation promotionnelle etc.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable
du titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les
bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont
signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à
s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de
réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du
code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica


sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans
un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la
conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en
matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces
dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par
la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition,


contacter
utilisation.commerciale@bnf.fr.
Le Nouvel Hôtel de Ville
de l1ille
~

-
-Le Comité Flamand de France^ se livrant à l'étude
de l'histoire, de la Littérature, d& l'Art du passé dans
notre région est, sans conteste, une des Sociétés savantes
les plus vivantes de ce département.

présents.
Comme tel, notre Comité suit attentivement l'évolu-
'tion de l'Art dans toutes ses manifestations en ces temps
On a beaucoup construit dans ce pays depuis la
guerre, mais peu de chose a été édifié suivant des
idées
aussi sagement neuves et aussi rationnelles que l Hôtel
de Ville de Lille conçu par M. Em. Dubuisson.
Ce dernier ne saurait trop être félicité d être sorti
des formules d'architectures courantes et du plagiat des
styles anciens, plus ou moins bien compris ou interpré-
tés. Il ne doit pas moins être complimenté d'avoir eu le
réel courage de soutenir ses idées dans l exécution du
plan de ce nouvel Hôtel de Ville, dont la construction
marquera certainement dans les Annales de l 'Architec-
ture dans le Nord de la France.
Il convient d'ajouter qu'en ces temps utilitaires,
M. Em. Dubuisson, n'est pas un simple constructeur,
mais un architecte connaissant la philosophie de son
art. -
Tout en mettant à exécution des idées essentiellement
.

neuves, il a retenu les beaux principes des bons archi-


tectes d'autrefois : les grandes lignes constructives se
dégagent nettement de son édifice et en accusent la sil-
houette. L'ornementation y est directement soumise et
est parfaitement appropriée par son dessin, sa colora-
tion aux matériaux employés : le ciment armé et la
brique.
Le nouvel Hôtel de Ville de Lille n'intéresse p'as sed-
lément les architectes et artistes épris d'idées nouvelles,,
mais de plus les archéologues qui n'étudient pas seule-
ment d'après les livres, les monuments, mais. ces der-
niers mêmes.
Par son œuvre, M. Em. Dubuisson, dont le talent
honore' notre compagnie, montre quelle belle applica-
tion on peut tirer par un sage discernement, des prih-.
cipes de l'architecture de toutes les époques pour élever
un édifice conforme en tous points à nos idées et
exigences modernes.
Eni. THÉODORE.

Principes généraux
Alors qu'aux époques antérieures, l'Hôtel de Ville
ne comportait qu'une salle de réunion et quelques salles
de service., dé nos jours, si la division primitive subsiste, .
'Hôtel de Ville d'une grande cité industrielle, la Mai-
son commune, doit être conçu de. façon différente; les
services sont nombreux, leur importance s'accroît et se
modifie assez rapidement, amenant des extensions et
des changements d'attribution de locaux.
L'Hôtel de Ville moderne peut se diviser £n deux
parties distinctes la partie administrative, où seront
:
.groupés les bureaux; la partie réception, où seront
groupées les salles de réunions,, salle de fêtes, salle des,
mariages, salle de délibération et leurs annexes
L'une et l'autre partie doivent être très accessibles au
public.
Dans la partie administrative, le rez-de-chaussée
sera réservé de préférence aux services qui sont en con-
tact fréquent avec le public, de façon à éviter les circu-
lations dans les escaliers, la perte de temps et la fatigue
qui enrésultent..
Le public doit trouver aisément le guichet où ildoit
s'adresser; la disposition doit s'inspirer de celle des
grands établissements financiers.
Dispositions générales
Partant de ces principes, et en raison de la situation
du terrain en partie libre et en partie construit, la dis-
position générale du plan qui comprend un bâtiment
administratif et un bâtiment de réception, a été
déterminé par deux directives :
1° Construire immédiatement sur l'espace libre de la
place Ruault, sans attendre les délais d'expropriation,
,
le bâtiment administratif du Nouvel Hôtel de Ville, ce
bâtiment s'étendant en longueur suivant la configura-
tion générale de la Place et laissant àu pourtour des
constructions une circulation provisoire suffisante.
2° Orienter le bâtiment de réception de façon à obte-
nir un éclairage satisfaisant de la façade principale, ne
pas gêner le sens de la circulation de la Nouvelle Gare
au Boulevard des Ecoles, et donner un aspect pitto-
resque et agréable à toute cette partie de la Ville.
Après avoir établi le Bâtiment administratif sur la
Place Ruault, il a été nécessaire de ramener autant que
possible vers l'ouest la façade principale du Bâtiment
de Réceptions, pour qu 'elle ne soit pas privée des rayons
de soleil et qu'elle soit disposée dans le sens de la circu-
lation.
plan général..
Ces directives ont déterminé la forme irrégulière du
~

Disposition et aspect de la façade principale


La façade principale, qui a presque exactement la
direction N. E.-S. 0. (nord-est-sud-ouest), a son pavil-
lon central situé en oblique, dans le prolongement de
l'axe,de la voie qui se dirige vers la nouvelle gare, de
façon que, venant de celle-ci, on aperçoive en raccourci,
la façade principale presqu'entière avec le beffroi en
arrière.
En arrivant de la Gare sur la Place de l'Hôtel de
Ville, on découvre, au premier plan, un pavillon avec
terrasse formant motif complet, encadré du bâtiment
de face principale et du bâtiment delà Salle des Mariages
sur la rue Saint-Sauveur.
Ce pavillon sert de porche d'entrée à la Salle des
Mariages et à la Salle de Délibérations du Conseil
Municipal.
La façade convexe sur la rue Saint-Sauveur permet
la différence de caractère architectural des diverses par-
ties de cette façade.
Puis, la Façade principale se développe sur la Place
de l'Hôtel de Ville, oÙ aboutissent :
Le Boulevard venant de Fives
;
Le Boulevard venant de la Gare ;
Le Boulevard reliant le Boulevard de Roubaix-Tour-
coing au Boulevard des Ecoles et aux routes de.
Douai et d'Arras ;
La Rue prolongeant la Rue Neuve et aboutissant
dans l'axe de la façade de l'Hôtel de Ville
;
La Rue se dirigeant vers la Préfecture.
Bâtiment principal, Salles de réception et
escalier d'honneur
Sur la façade principale s'ouvrent? à chaque extré-
mité, un double passage de voitures, puis -deux salles de
réunions largement ouvertes sur la place et auxquelles
on peut également accéder par le porche central. Les
services annexes de ces salles de réunions sont disposés
à l'entresol de la galerie sur cour et
au sous-sol, des
escaliers placés pres du vestibule central permettent
l'accès de ces annexes. Dans les points triangulaires de
cette partie du bâtiment principal sont logés les conduits
de chaleur de l'étage et les conduits d'aération des
sols et rez-de-chaussée. La forme de ces points sous- ~

outre. été don-née par la division des piles de façade a, 6n


et
le support des fermes apparentes de la grande salle du
premier étage.
A droite de la façade s'élève le beffroi avec salle d'at-
tente et escalier pour accéder à la tour.
Au centre de la façade principale, un porche
contrebas du sol du premier étage forme abri et tribune, en
il dégage les baies centrales de la façade
sans inter-
rompre la ligne générale de l'étage.
Dans le pignon central est aménagé le Carillon, à
une hauteur qui permet de l'entendre malgré les bruits
de la rue.
Le premier étage est occupé par une salle de récep-
tion, salle d'auditions et de conférences elle est accom-
;
pagnée : à droite sous le beffroi, à gauche sous la tou-
relle, de salles annexes pouvant être utilisées
buffets et cuisines dans les cas de réception. comme
Les services indispensables à une grande salle de fêtes
sont placés à différents niveaux des paliers du grand
escalier;
Au rez-de-chaussée, W.-C. et toilettes;
Au premier palier, grand vestiaire avec
dégagement
par deux escaliers situés à l'arrière;
Au deuxième palier, W.-C. et toilettes.
Sous le premier palier, un passage-de voitures permet
de descendre 'à couvert et de pénétrer dans le grand
escalier.
En arrière de ce passage, sont les trémies pour
déverser le charbon nécessaire à la chaufferie.
Au premier étage, sur le vestiaire, dans le fbnd du
grand escalier, sont disposés le bureau particulier et le
bureau de réception du Maire ; ces bureaux sont en
communication avec ceux du Secrétariat général, dans
le bâtiment du fond parallèle au bâtiment principal, et
avec la salle de réception et de fête par le pourtour du
grand escalier.
Secrétariat général
Le Secrétariat général est aménagé dans le bâtiment
du fond de la cour nord, au premier étage et à l'entre-
sol, à proximité du logement du Secrétaire général,«et
liaison avec le premier étage du Bâtiment adminis-
en
tratif, par des galeries aboutissant aux escaliers de la
grande galerie publique. Le Secrétariat est aussi en
communication avec les archives situées au troisième
étage du Bâtiment administratif par l'escalier .octogonal
et l'ascenseur placés à l'extrémité du bâtiment contre
l'escalier public.
Le rez-de-chaussée de ce bâtiment comprend des
remises et garages de voitures et bicyclettes.
Le deuxiéme étage est occupé par les salles de com-
missions. '
Bâtiment de la Salle des mariages et de délibé-
rations
Ce bâtiment, placé à gauche de la cour nord, sur la
rue Saint-Sauveur, comprend, au rez-de-chaussée côté, : une

salle des mariages avec salle d'attente de chaque


l'une pour le groupement à l'arrivée, l'autre pour le
groupement au départ.
On peut accéder à ces salles, soit par les perrons exté-
rieurs, sur rue Saint-Sauveur, soit par le perron sur
cour, soit par le pavillon d'angle.
Sur certaines parties des pièces annexes de ce service,
un petit entresol est prévu pour tribune de musiciens et
dépôts.
Un service de W.-C., vestiaire, toilettes, est aménagé
sous le palier d'escalier, au niveau du sol de la rue et en
communicatfon avec la cour.
Comme nous le verrons plus loin, les bureaux de
l' Elat-Civil sont au même niveau, dans le bâtiment en
prolongement sur la rue Saint-Sauveur.
Le premier étage de cette aile comprend la Salle de
Délibérations du Conseil Municipal ; le public accède à
la tribune par un escalier placé près de la tourelle
d'angle ; cette tribune, disposéè sur le côté de là Salle,
pour faciliter la surveillance des occupants, a une salle
d'attente placée au-dessous, au niveau du palier d'arri-
vée et une terrasse extérieure. r
Une tribune réservée est située de l'autre côté, sur la
Salle d'attente des Conseillers Municipaux, qui ont aussi
à leur disposition une terrasse extérieure.
A l'extrémité du pavillon, au-delà de l'escalier réservé
aux Conseillers Municipaux, est la Salle de réunion et
Bibliothèque des Conseillers.
Etat-civil et logements du Secrétaire général
et du Régisseur
Sur la rue Saint-Sauveur, entre l'aile des Mariages et
le Bâtiment administratif, se trouvent, au rez-de-chaus-
sée, les bureaux de I' Etat-Civil, qui sont ainsi à proxi-
mité de la Salle des Mariages et en contact avec les
bâtiments des Services administratifs.
La salle des registres est située en demi sous-sol ; on
y accède par un escalier donnant dans les bureaux.
A l'entresol sont les appartements du Secrétaire géné-
ral et du Régisseur, qui ont chacun leur escalier parti-
culier avec entrée sur rue, escalier qui leur donne accès
à tous les étages.
Le premier étage, qui est au même niveau dans tout
l'ensemble des constructions, est occupé parles bureaux
particuliers des Adjoints, qui peuvent ainsi être en
liaison avec le Secrétariat, les Services administratifs et
la Bibliothèque.
En arrière sont les Bâtiments administratifs.,
Bâtiments administratifs
L'ensemble des Bâtiments administratifs est constitué
d'une ossature dans laquelle les cloisons peuvent être
établies ou supprimées, suivant les modifications ou
extensions de services.
Les constructions sont disposées pour donner toute
facilité au public, pour donner au personnel des locaux
pratiques et clairs répondant aux besoins d'hygiène,
pour permettre une surveillance facile:
Si aucune spécification des services n'est fixée de façon
immuable, le rez-de-chaussée est toutefois réservé aux
guichets qui sont le plus utilisés par le public ; celui-ci
peut y pénétrer 'par les extrémités d'une galerie qui a
ses accès vers la porte de Paris et vers la rue Saint-
Sauveur. Les guichets s'échelonnent le long de cette
galerie et au pourtour des halls formant une suite de
82 guichets.
Le service se fait entièrement en arrière de ces gui-
chets et en dehors du public.
Chaque guichet est formé d'une case clôturée d'une
cloison basse, de façon à ce que les employés placés à
proximité ne soient pas dérangés par les conversations
tenùes au guichet.
Au centre de la galerie du public est prévu un bureau
de renseignements avec local, pour aider à la rédaction
des actes et formules administratives, de l'autre côté il
existe des lavabos et W.-C., et le long de la paroi sont
installés bancs et tables à la disposition du public.
Sur la galerie principale qui se répète à chaque étage
en partie réduite, s'ouvre quatre pavillons réservés aux
services.
Le public n'a pas accès dans ces pavillons, dont le
tracé est perpendiculaire à la rue Boilly et qui ont à
leur extrémité vers cette rue, vestiaires, lavabos, W.-
C., monte-charge et escaliers, mettant les différents
étages en communication.
Entresol
La hauteur du rez-de-chaussée étant de 7 m. 15 entre
planchers, il a été prévu un entresol dans les parties qui
ne donnent ni sur les halls ni sur la galerie, et où la
hauteur serait gênante.
Dans les pavillons extrêmes sont disposés des bureaux
éclairés sur rues. En plus de l'escalier placé à l'extrémité
du pavillon, un escalier spécial conduit à ces bureaux.
-Dans les pavillons extrêmes et dans les pavillons
milieu, des bureaux d'entresol sont éclairés sur les cours
des petits halls n'existent que sur la largeur de ces
cours ; ces bureaux sont réservés aux dépôts, archives
courantes, chefs de service ou du personnel, en raison
de la situation dominante.
On accède à ces entresols soit directement des halls
par de petits escaliers et du pavillon par l'escalier de
service situé à l'extrémité.
Ces entresols sont pourvus de vestiaires et. de W.-C.
lavabos.
Premier étage
Le public est amené à la galerie du premier étage par
deux grands escaliers avec ascenseurs. Le long de cette
galerie sont disposés quelques guichets et des bureaux
de Contrôleurs, Contributions, Voirie, etc. Le premier
étage des pavillons est occupé par des bureaux où le
public n'a pas accès.
Aux extrémités de la galerie publique sont deux salles
pour adjudications et grandes commissions extra-muni-
cipales.
Le deuxième étage reproduit les mêmes dispositions.

Troisième étage
Le troisième étage est réservé aux Archives.
Au-dessus de chaque pavillon, et en communication
avec les différents étages par les monte-charges et les
escaliers, sont les archives de chaque service.
Dans la partie au-dessus de la grande galerie sont les
archives générales en communication avec le Secrétariat
général, par l'escalier en tourelle sur cour sud ei l'as-
censeur.
De la grande galerie du rez-de-chaussée et de celle des
étages, on peut accéder aux ailes prolongeant les pavil-
lons extrêmes d'un coté: Recette municipale, Services
des Finances et Octroi, de l'autre Etat-Civil et
:
Bureaux d'Adjoints.
Chaufferie
Entre les deux escaliers du publie, au deuxième sous-
sol, est disposée la Chaufferie.
Les chaudières sont installées sous la galerie, l'éclairage
se fait au moyen d'un grand lanterneau entre escaliers.
Les cheminées conduits de fumée et ventilation sont
au centre; des W.-C., lavabos et douches, en contre-
haut du deuxième sous-sol, sont réservés aux chauffeurs.
Le charbon est amené directement dans les soutes par
des trémies placées sous le vestiaire en arrière du grand
escalier d'honneur ; les scories sont évacuées dans une
fosse à -Un angle de la chaufferie, où elles sont reprises
par une chaîne à godets qui les élèves dans un silo placé
contre la passerelle du premier étage, passerelle reliant
le Secrétariat général aux Bâtiments administratifs.
Les tombereaux chargent les scories en se plaçant
sous la trémie. disposée à la partie inférieur du silo.
Premier Sous-sol
Le, premier sous-sol du Bâtiment administratif est
réservé au dépôt de matériel, de fournitures classiques,
de cantines et de remise de vélos du personnel.
Le matériel est amené par la cour intérieur derrière
les petits halls jusqu'à l'escalier spécial et jusqu'au
monte-charge placés au centre, en face de la maison
du gardien.
Dans les faces sur rues des pavillons extrêmes, les
sôus-sols s'ouvrant sur la rue pourront ètre aménagés
en bureaux annexes, postes, téléphone, tabac, bouti-
ques ou magasins de fournitures.
Deuxième Sous-sol
Le deuxième sous-sol, au niveau duquel se trouve
la chaufferie et qui est le niveau de l'unique sous-sol
des bâtiments de réception, se trouve à la cote 19,50 ;
il ne couvre pas, dans la partie administrative, toute
la surface des bâtiments il ne forme dans cette partie
que des galeries permettant de placer le retour des
canalisations de chauffage, les canalisations diverses,
ventilation, électricité, etc... On y pénètre par le dessous
des grands escaliers du public, par des escaliers débou-
chant sur cour.
Ils sont éclairés sur un côté par des soupiraux don-
nant dans les cours anglaises, au pied de la grande
galerie publique.
Le niveau du premier sous-sol est à la cote 22,00, le
niveau des cours intérieures à la cote 24,15, et le niveau
du sol des rues variant de 22,94 à 24,00.

Finances et Recette municipale


En prolongement du pavillon extrême vers Porte de
Paris, en arrière du Beffroi, sont placés les services de
la Recette municipale, des Finances, de l' Octroi ou
des taxes qui le remplaceront.
L'accès de la Recette municipale se fait directement
sur l'extérieur et sensiblement au niveau du sol de la
rue.
Ces services peuvent être parfaitement enclos.
Des guichets sont disposés autour de la partie réser-
vée au public, des vestiaires et W.-C. sont prévus dans
une cour joignant le vestibule de la grande galerie.
Les Caisses sont placées contre le beffroi, qui ren-
ferme les coffres à rez-de-chaussée et au sous-sol.
A proximité un lavabo et un W.-C. sont réservés
aux caissiers.
Le Receveur municipal a son bureau et son appar-
tement à l'entresol ; un escalier en tourelle donnant sur
la rue, conduit à son appartement, et dessert tous les
étages pour son usage personnel ; un escalier débou-
chant sur le hall public dessert son bureau et son secré-
tariat.
Les services qui dépendent de la Recette municipale
ou qui ont des rapports constants avec elle, sont amé-
nagés aux étages.
Au troisième étage sont les Archives de ces services.
La liaison entre tous les étages de cette partie du
bâtiment se fait par un escalier et un ascenseur ayant
accès dans le vestibule de la grande galerie publique.
Cette aile peut donc former un ensemble distinct. Au
premier étage, toutefois, une galerie met en communi-
cation la façade principale et le bâtiment administratif,
permettant à cet étage le circuit complet dans tous les
bàtiments,

Vous aimerez peut-être aussi