Vous êtes sur la page 1sur 9

REPUBLIQUE DU BENIN

*********
Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation
Professionnelle (MESTFP)

***********

Année scolaire : 2020-2021

***********

Complexe scolaire : LES PALMIERS Classe : 2nd CD

Discipline : Science de la Vie de la Terre (SVT)

EXPOSE SUR

LA FABRICATION D’ORGANE ARTIFICIELS

GROUPE no 2

MEMBRES DU GROUPE CHEF DE GROUPE

ADEOTCHOUN Amamath GBENOU Oscar

ANANI Miracle

ODUNLAMI Melchisédek

YEHOUN Eugène

Sous la supervision de: Mr OKE Florent


PLAN DE L’EXPOSE

INTRODUCTION

CORPS DU DEVOIR

I. Les organes artificiels

a) Définition et exemple
b) Historiographie

II. Différents cas de fabrication d’organe sur le plan médical

a) Méthode de fabrication d’organes artificiels


b) Catégories d’organes artificiels
c) Structure des organes artificiels
1. Cas des poumons
2. Cas de la peau
3. Cas du foie
d) Fonctionnement des organes artificiels
1. Cas des poumons
2. Cas de la peau
3. Cas du foie

III. Avantages et inconvénients des organes artificiels

a) Avantages des organes artificiels


b) Inconvénients des organes artificiels

CONCLUSION
Introduction

Partout dans le monde, le manque de donneurs d'organes est un grave


problème sanitaire auquel le XXIème siècle doit faire face. De nos jours nous
pouvons observer divers procédés permettant de remplir la fonction des
organes défaillants, par exemple la dialyse, mais ces procédés sont très limités.
Face à ce dilemme, les chercheurs se tournent vers des organes artificiels de
plus en plus indépendants qui semblent être la seule solution durable.Ce qui
nous amène à nous poser la question : Est ce que les organes artificiels
pourront pallier le manque de greffons d'ici 2040? C’est pourquoi dans un
premier temps nous nous pencherons sur les problèmes que pose le manque
de greffons et nous verrons ensuite les solutions existantes ainsi que les projets
pour l'avenir afin de les résoudre. Qu’est-ce que la bio fabrication ?
I. Les organes artificiels

a) Définition et exemple

Un organe artificiel est un organe ou un tissu fabriqué par l'homme qui


est implanté ou intégré dans un être humain - en interface avec un tissu vivant
- pour remplacer un organe naturel, pour dupliquer ou augmenter une ou
plusieurs fonctions spécifiques afin que le patient puisse reprendre une vie
normale comme dès que possible. La fonction remplacée n'a pas à être liée au
maintien de la vie, mais c'est souvent le cas. Par exemple, les os et les
articulations de remplacement, comme ceux trouvés dans les arthroplasties
(intervention chirurgicale consistant à remplacer en partie ou en totalité une
articulation douloureuse et /ou non fonctionnelle par une prothèse) de la
hanche, pourraient également être considérés comme des organes artificiels.
Cependant, cet appareil n’est pas attaché en permanence à une alimentation
électrique fixe ou à d'autres ressources fixes telles que des filtres ou des unités
de traitement chimique. (La recharge rapide périodique des piles, le
remplissage des produits chimiques et / ou le nettoyage / le remplacement des
filtres empêcheraient un appareil d'être appelé un organe artificiel.) Ainsi, une
machine de dialyse, tout en étant un appareil de survie très efficace et d'une
importance cruciale qui remplace presque complètement les fonctions d'un
rein, n'est pas un organe artificiel. De ce fait, comme organe artificiel, nous
pouvons citer : le cœur artificiel, le foie artificiel, etc.

b) Historiographie

Pendant de nombreuses années, la science-fiction a exploré l’idée de


traiter les maladies au moyen de dispositifs artificiels. Les références visant à
remplacer des organes humains par des dispositifs mécaniques implantables
sont présentes dans de nombreux ouvrages littéraires et films :
de Robocop à Iron Man, en passant par Frankenstein ou Edward aux mains
d’argent, l’homme bionique a toujours été un sujet majeur d’inspiration des
auteurs. Avec le vieillissement de la population, une personne de plus de 65
ans sur cinq bénéficie déjà d’un remplacement d’organe (prothèse, implant
dentaire, valve, etc.).Depuis 50 ans, la recherche sur les organes artificiels n’a
cessé de progresser, offrant une alternative réelle à la transplantation et une
meilleure qualité de vie aux patients. Historiquement, cette recherche a débuté
par la « supplémentation » de défaillance de certains organes par un dispositif
pouvant remplacer partiellement leur fonction. La première dialyse rénale date
de 1945, la pose du premier implant cochléaire (destiné aux déficients auditifs)
des années 1960, et le premier pacemaker (dispositif implanté dans
l'organisme fournissant des impulsions électriques destinées à stimuler les
muscles cardiaques en permettant ainsi, par exemple, d'accélérer la pulsation
du cœur lorsqu'il est trop lent) a été implanté au milieu des années 1970. Le
remplacement d’un organe biologique dans son intégralité par une pièce
artificielle est plus récent. Les progrès réalisés en médecine et en bio-ingénierie
depuis la fin du XXe siècle ont permis progressivement le passage de la fiction à
la réalité. Même si la solution optimale demeure encore la transplantation
d’organes de donneurs apparentés, en cas de pénurie de dons, les organes
artificiels représentent un atout majeur pour de très nombreux patients.

II. Différents cas de fabrication d’organe sur le plan médical

a) Méthodes de fabrication d’organes artificiels


L'ingénierie tissulaire ou génie tissulaire (en anglais, tissue engineering)
est l'ensemble des techniques faisant appel aux principes et aux méthodes de
l'ingénierie, de la culture cellulaire, des sciences de la vie, des sciences des
matériaux pour comprendre les relations entre les structures et les fonctions
des tissus normaux et pathologiques des mammifères, afin de développer des
substituts biologiques pouvant restaurer, maintenir ou améliorer les fonctions
des tissus1. Elle possède divers méthodes permettant de fabriquer des
d’organes artificiels. Au nombre de ces méthodes nous pouvons citer : la bio-
impression 3D, l’utilisation des appareils électriques et des biomatériaux.
La bio-impression est une application biomédicale des procédés de fabrication
additive permettant de produire artificiellement des tissus biologiques. La bio-
impression peut être définie comme la structuration spatiale de cellules
vivantes et d'autres produits biologiques en les empilant et en les assemblant
en utilisant une méthode de dépôt couche par couche assistée par ordinateur
pour développer des tissus vivants et des organes

b) Catégorie d’organes artificiels

On classe les organes selon leurs fonctions, leur disposition leur nombre
(un organe peut appartenir à plusieurs classes).Classement partiel :
 Organes vitaux, qui sont ceux dont l'organisme ne peut se passer ou qui
le mettent en danger de mort en cas de blessure ou amputation. Ce sont
généralement aussi des organes internes tels que le cerveau ou
des viscères
 Organes creux (cœur ou vessie)
 Organes multiples (ex : ganglions lymphatique), doubles (ex : poumons,
reins), uniques (ex: foie, cœur, cerveau)
  Organe lymphoïde
 Organes génitaux (de la reproduction)
  Organes préhensiles (mains, pieds, bec, tentacules, queue chez certains
singes et reptiles)
 Organes embryonnaires (par exemple, chez l'humain : les branchies ou la
queue qui apparaissent puis disparaissent au cours de l’embryogenèse)
et
 Organes-reliques (Comme chez l'humain le coccyx, reste d'une queue,
ou l'appendice, relique de cæcum, bien que ce cas soit discuté,
l'appendice pouvant avoir un rôle immunitaire

c) Structure des organes artificiels


1. Cas du poumon artificiel

 Le principal atout de ces organes d'un nouveau genre est de limiter le rejet. Ils
sont en effet composés de biomatériaux compatibles avec le corps humain,
parfois traités chimiquement. L'autre avantage de ces organes du futur est leur
taille de plus en plus petite, qui facilite la vie du patient.
Les oxygénateurs sanguins actuels ou membranes sont composés d’un
enchevêtrement de fibres creuses. Les fibres creuses sont des tubes en
polymère (polyméthylpentène [PMP]) dont la paroi mesure entre 20 à 50 µm
d’épaisseur avec un diamètre extérieur de 200 à 400 µm. La lumière de ces
fibres creuses est balayée par un gaz avec des fractions d’O 2 variant de 21 à
100 % (figure 1). Le sang, lui, coule dans l’interstice entre ces fibres,
perpendiculairement au sens du flux de gaz (figure 2). Comme la paroi des
fibres creuses est poreuse, l’O 2 diffuse le long de son gradient de concentration
au travers de la fibre vers l’interstice rempli de sang et le CO2, dans le sens
inverse, soit de l’interstice vers la lumière des fibres. Le rôle de la membrane de
décarboxylation et d’oxygénation du sang est ainsi rempli.

Vous aimerez peut-être aussi