Vous êtes sur la page 1sur 2

Notes sur les textes du thème Identités culturelles et revendications

identitaires

T1 Identité des jeunes en contexte minoritaire

Ce texte parle des dilemmes qui interviennent lors du développement des identités des
jeunes issues de minorités. En effet on oublie souvent que ces jeunes reçoivent des
éducations qui varient des jeunes ne venant pas de minorité, l’éducation qu’ils reçoivent de
leurs parents est possiblement différente. En plus de cette éducation des parents vient
l’éducation reçue par le système éducatif, l’école, qui tend et qui a pour objectif d’apporter
la même éducation à tous les enfants, à ne pas laisser un certain groupe sur le côté.
Ces jeunes se retrouvent donc avec une multi-appartenance, qui va forcément leur apporter
une identité différente. Le challenge pour les sociétés est, en plus d’accepter ces jeunes et
leurs identités multiculturelles, de réussir à intégrer ces identités comme étant une force
utile au développement de la société.

T2 Revendications identitaires

Les mouvements identitaires et les revendications qui viennent avec sont de plus en plus
nombreuses dans nos sociétés. Une partie de la population décide de s’isoler et de partir en
lutte contre un comportement ou directement contre des individus qu’ils considèrent être
un autre groupe. Selon le professeur Gérald Bronner, « ce repli identitaire est la volonté de
s’identifier à l’un des traits de son identité à concurrence des autres », ce repli vient en
totale contradiction avec le fait qu’un individu a de multiples facettes et vient à nier sa
propre complexité. Ce phénomène vient souvent d’une victimisation et d’une peur de ces
groupes. Accuser un groupe bien précis permet aux individus de les accuser de tous les maux
qu’ils subissent, ce n’est pas de leur faute si les malheurs qu’ils leurs arrivent se produisent.
C’est un fonctionnement et mécanisme assez simple du cerveau humain, il est toujours plus
simple de rejeter la faute et d’accuser un autre. De plus, selon les neurosciences, notre
cerveau est conçu pour s’apparenter à un groupe et identifier un « nous » et un « eux » bien
défini. Enfin ces revendications identitaires s’accompagnent souvent d’une peur de l’autre et
surtout d’une peur de voir disparaitre l’identité à laquelle on se raccroche. Bien sûr cela
amène à une méfiance et une haine de certains groupes ciblés.

T3 Les politiques identitaires sont-elles émancipatrices ou régressives

Depuis des siècles nos sociétés créent et adoptent des politiques identitaires, visant la
plupart du temps à isoler, désavantager ou même faire fuir et exterminer des populations
minoritaires. Cependant depuis peu, ces politiques ne sont plus forcément à but de nuire,
elles peuvent venir d’une réelle envie d’améliorer les conditions des minorités.
Par exemple en Amérique Latine, des populations autochtones ont obtenu des droits et des
terres, leur reconnaissant leur statut d’autochtone et leur permettant de retrouver une
liberté et une autonomie perdue après des années de répression et de soumission.
Cependant est-ce que ces politiques sont forcément bonne et émancipatrices ? pour cet
exemple des autochtones, il y a des bienfaits, cependant d’un autre côté il enferme ces
populations dans un moule les forçant à conserver d’anciennes traditions, et empêchant
tout changement.
Ainsi ces différentes politiques peuvent avoir des aspects positifs mais aussi mener à une
création d’encore plus d’inégalités et d’isolement entre les populations.

T4 Cabale au Canada

Ce texte parle d’un phénomène et d’un débat assez complexe, que l’on peut qualifier de
« cancel culture ». Depuis peu, le concept de cancel culture, venant d’Amérique du Nord, a
fait son apparition. Il s’agit de bannir, ou de faire disparaître tout simplement des œuvres
d’artistes ayant ou ayant eu des vices impardonnables, racisme, viol, pédophilie… Mais pas
seulement, aussi des œuvres faisant allusions à des évènement ou des mots aujourd’hui
considéré comme raciste par exemple.
Ainsi la question est, est-ce qu’il faut séparer l’œuvre de son artiste ? Sa condition d’artiste
ne devrait en aucun cas permettre à un individu d’échapper à une condamnation, mais est-
ce que l’œuvre est coupable des mêmes vices ?
Le texte prend en exemple les films du réalisateur Claude Jutra, qui s’est avéré être un
pédophille. Bien que l’acte soit horrible et condamnable, ses films ne sont pas liés à sa
pédophilie et pourraient être dissociés de l’individus, surtout qu’étant mort il ne tire plus
bénéfice de l’exploitation de ces films.
Ce mouvement peut être comparé à un mouvement de censure venant d’un groupe
d’individus qui décide seul de ce qui est acceptable ou non.

Classe sociale plus cancel culture