Vous êtes sur la page 1sur 53

Chapitre III

Les Assemblages

Cours de Construction Métallique _ B. BEN SAID _ ENAU 2011 2012


1) Généralités :

1.1 ) Rôle des assemblages :

- Réunir et de solidariser plusieurs pièces entre elles

- Assurer la transmission et la répartition des diverses sollicitations entre les pièces


( sans générer des sollicitations parasites)

On distingue :

- Les assemblages articulés : transmettent uniquement les efforts normaux et tranchants.

- Les assemblages rigides : qui transmettent en plus les divers moments.


1.2 ) Types d'assemblages :

- Le rivetage : n’est plus utilisé


- Le boulonnage : démontable
- Le soudage : permanent
- Modes de fonctionnement :

- Fonctionnement par obstacle : Cas des boulons ordinaires

- Fonctionnement par adhérence : Cas des soudures


- Fonctionnement par obstacle et adhérence : Cas des boulons précontraints

1. 3 ) Dispositions constructives :

- Eviter l'assemblage par recouvrement simple :

Un assemblage par recouvrement simple crée un moment de flexion parasite qui déforme l’assemblage.
Solution : créer des assemblages symétriques :

- S'assurer que les axes neutres des barres soient concourants aux nœuds des treillis :

Moments supplémentaires dus à la non superposition de l’axe neutre et axe de trusquinage dans certaines
poutres en treillis.

=> Tenir compte des contraintes engendrées par ces moments secondaires,
- Eviter les moments supplémentaires par effet levier :

Un assemblage réalisé avec des tôles d’épaisseur insuffisante, se déforme.

Cette déformation conduit à une augmentation de l’effort dans le boulon, due à la force Q appelée force de levier.

=> rupture prématurée des boulons .

=> Concevoir des assemblages rigides


2) Les assemblages boulonnés :

2.1 ) Introduction :

On distingue :

- Les boulons de charpente métallique (boulons ordinaires), aciers de la classe 4.6 => 6.8

- Les boulons à haute résistance (HR) , aciers de la classe 8.8 et 10.9

Valeurs de la limite d’élasticité fyb


et de résistance à la traction fub des boulons
Classe 4.6 4.8 5.6 5.8 6.8 8.8 10.9
fyb (N/mm2) 240 320 300 400 480 640 900

fub (N/mm2) 400 400 500 500 600 800 1000

Tableau n°1 : caractéristiques mécaniques des boulons selon leur classe de résistance
2.2 ) Dispositions constructives :

a) Positionnement des boulons :


Les distances entre axes des boulons, et entre axes des boulons et bords des pièces (pinces) sont limitées par :
- Des valeurs minimales :
- pour faciliter la mise en place des boulons,
- pour permettre le passage des clés,
- pour éviter le déchirement de la tôle.

- Des valeurs maximales :


- pour conserver un bon contact entre les pièces assemblées,
- pour éviter les assemblages trop longs.

e1 : pince
t : épaisseur d’une tôle
b) Diamètre des boulons :

- Eviter d’utiliser des boulons de diamètres différents dans un même assemblage.


- Ne pas utiliser des boulons de classes différentes.
- Le choix du diamètre des boulons se fait en fonction des efforts à transmettre.

c) Effet de la longueur :

- La charge de ruine est influencée par la longueur des assemblages


- Dans un assemblage long, les boulons situés aux extrémités sont plus sollicités que les autres.
3) Dimensionnent des assemblages boulonnées :

3.1 ) Dimensionnement des boulons ordinaires :

3 .1.1) Mode de transmission des forces :

Vérification à effectuer
F/2
F

F/2
Pression latérale
Joint boulonné

Vérification à effectuer pour les pièces assemblées


3.1.2) Résistance à un effort de cisaillement :

Ab
Fv = 0.6 ´ fub ´ (3.1) Pour les classes de qualité 4.6, 5.6 et 8.8
γ Mb

Ab
Fv = 0.5 ´ fub ´
(3.2) Pour les classes de qualité 4.8, 5.8, 6.8 et 10.9
γ Mb

Avec :
Ab = A aire de la section brute du boulon, si le plan de cisaillement passe
par la partie non filetée

Ab = As aire de la section résistante du boulon, si le plan de cisaillement


passe par la partie filetée

γMb : coefficient partiel de sécurité


γMb = 1.25 ( pour un boulon cisaillé)
Diamètre nominal du boulon
12 14 16 18 20 22 24 27 30
d (mm)

Sections résistantes As 84 115 157 192 245 303 353 459 561

Tableau n°2 : Valeurs des sections résistantes As

- Condition de résistance :

Ab
F £ nb ´ m ´ 0,5 ´ f ub ´
g Mb
F £ nb ´ m ´ FV
Ab
F £ nb ´ m ´ 0,6 ´ f ub ´
g Mb

F F/2
F F

F/2
e1 e e e e1 e e e

Une section cisaillée m = 1 Deux sections cisaillées m = 2


- Application 1 :
Pour chacun des cas suivants, déterminer l’effort maximal F que l’assemblage boulonné peut supporter.

F
F F F

F F F F

Données :
- Classe des boulons : 4.8
- Diamètre des boulons 12 mm
- Toute la tige des boulons est filetée.
3.1.3) Résistance à un effort de traction :

Résistance d’un boulon à la traction FT : FT = 0.9 ´ fub ´ AS (3.3)


γ Mb
Avec :

As : aire de la section résistante du boulon

γMb = 1.5 ( pour un boulon sollicité à la traction)

Condition de résistance de l’assemblage boulonné : F £ nb ´ FT


- Application 2 :
On considère un tube carré 40x40x2 qui est soudé sur une plaque d’épaisseur 10 mm. La plaque est fixé à
une autre plaque d’épaisseur 15 mm par 6 boulons de diamètre 12 mm et de classe 5.8.

1) Déterminer l’effort de traction maximal que les boulons peuvent transmettre ?


2) Déterminer l’effort de traction maximal que le tube peut supporté ?
3) Déterminer l’effort maximal qu’on peut appliquer à cet assemblage ?

Données :
- Tube en acier S235

- Coefficient de sécurité γ1 = 1.1


3.1.4) Résistance à un effort combiné (cisaillement + traction) :

V’

N’
F’

1- Vérification de la résistance de l’assemblage au cisaillement V’ : V ' £ nb ´ m ´ FV

2- Vérification de la résistance de l’assemblage à la traction N’ : N ' £ nb ´ FT

3- Vérification de la loi d’interaction :


V N
+ £1 (3.4)
FV 1.4 ´ FT

Avec :
V'
V : Effort de cisaillement par boulon : V=
nb
N'
N : Effort de traction par boulon : N=
nb
FV : Valeur de calcul de la résistance au cisaillement du boulon

FT : Valeur de calcul de la résistance à la traction du boulon


- Application 3 :
On considère l’assemblage suivant qui est assuré par 4 boulons de diamètre 12 mm et soumis à une force
F = 100kN.

1) Déterminer les composantes horizontale V’ et verticale N’ de F


2) Vérifier la résistance de l’assemblage à la traction ?
3) Vérifier la résistance de l’assemblage au cisaillement ?
4) Vérifier la résistance de l’assemblage boulonné à F ?

Données :
- Classe des boulons 6.8
- Toute la tige des boulons est filetée.
- Angle d’inclinaison de F est égale à 45°
3.1.4 ) Résistance des pièces assemblées :

- Rupture par pression latérale :

Ovalisation des trous Arrachement des pinces

- Rupture de la section brute :

Rupture de la section brute


- Rupture de la section nette :

Rupture de la section nette


a) Résistance à la pression latérale :

d´t
FB = 2.5 ´ a ´ f u ´ (3.4)
γ Mb

fu = résistance à la traction de la pièce assemblée

d = diamètre de la tige du boulon

t = épaisseur de la pièce assemblée


γMb : coefficient partiel de sécurité (γMb = 1.25 car le boulon est cisaillé)
p1 1 e f
a = min( - , 1 , ub ,1)
3d 0 4 3d 0 f u
fub = résistance à la traction du boulon
d0 = d+1 mm si d ≤ 14 mm
d0 = diamètre du trou de perçage d0 = d+2 mm si 16 ≤ d ≤ 24 mm
d0 = d+3 mm si d ≥ 27 mm
p1 = entre-axe des boulons
e1 = pince

F
Condition de résistance de la pièce assemblée à la pression latérale : £ FB
nb
b) Résistance de la section brute :

fy
FR = ´A (3.5)
γ M1

fy : limite d’élasticité de la pièce assemblée

A : aire de la section brute

F F

Condition de résistance de la section brute : F £ FR


c) Résistance de la section nette :

A n et
N U = 0 .9 ´ f u ´ (3.6)
γ M2

fu : contrainte de rupture de la pièce

Anet : aire de la section nette


γM2 = 1.25

F F

Condition de résistance de la section nette : F £ Nu


Calcul de l’aire de la section nette Anet :

A b = t×b
A net = t (b - 2×d 0 )

A b = t×b
F A net = min (A n1 , A n2 )
- Application 4 :
On considère l’assemblage suivant entre une plaque d’épaisseur 10 mm (plaque (1)) et deux plaques d’épaisseur 6 mm
(plaques (2) et (3)). Cet assemblage doit résister à un effort F = 350 kN.

F F

35 35 20

25 mm
F F
50 mm
25 mm

1) Déterminez le diamètre des boulons dont toute la tige est filetée.


2) Quelle est la plaque dont la seule vérification est suffisante ? Justifiez votre réponse.
3) Vérifiez la résistance à la pression latérale. Quelles solutions proposer si elle n’est pas vérifiée ?
4) Vérifiez la résistance de la section brute. Quelles solutions proposer si elle n’est pas vérifiée ?
5) Vérifiez la résistance de la section nette. Quelles solutions proposer si elle n’est pas vérifiée ?
Données :
- Classe des boulons : 5.8

- Plaques en acier S235 avec coefficient de sécurité γM1 = 1,1


- Application 4 :

F F

35 35 20

25 mm
F F
50 mm
25 mm

1) Déterminez le diamètre des boulons dont toute la tige est filetée.

Les boulons travaillent au cisaillement, la condition de résistance s’écrit dans ce cas :


Ab
F £ nb ´ m ´ FV ==> F £ nb ´ m ´ 0,5 ´ f ub ´
g Mb
Avec :
nb= 8
m=2
f ub = 500 N / mm 2
Ab = As (car toute la tige du boulon est filetée)
F ´ g Mb 350000 ´ 1, 25
As ³ As ³ = 109, 4 mm2
nb ´ m ´ 0,5 ´ fub 8 ´ 2 ´ 0,5 ´ 500

On choisit d =14mm, soit As =115 mm2 (>109,4mm2)


F F

35 35 20

25 mm
F F
50 mm
25 mm

2) La plaque (1) est d’épaisseur 10 mm et elle est soumise à F, tant dis que les plaques (2) et (3) sont soumises à F/2 et
sont d’épaisseur 6 mm ( > à l’épaisseur/2 de la plaque (1)). On en conclut que la plaque (1) est plus sollicitée que les
autres plaques, donc si elle résiste alors les autres vont résister.
3) Vérification de la résistance à la pression latérale :
d´t
La valeur de la résistance à la pression latérale est donnée par la formule suivante : FB = 2,5 ´ a ´ f u ´
γ Mb
Avec :
d = 14 mm
fu = 360 N/mm2
t = 10 mm
γMb = 1,25
p1 1 e f 35 1 20 500 500
a = min( - , 1 , ub ,1) = min( - , , ,1) = min(0.527, 0.444, ,1) = 0.444
3d 0 4 3d 0 f u 3 ´15 4 3 ´15 360 360
14 ´ 10
FB = 2,5 ´ 0, 444 ´ 360 ´ = 44755 N
1,25
F F 350000
L’effort exercé par chaque boulon sur la plaque (1) est égale à : = = = 43750 N < FB
nb 8 8
==> Les plaques résistent à la pression latérale.
35 35 20

25 mm
F F
50 mm
25 mm

Anet1 Anet2
4) Vérification de la résistance de la section brute :
fy
La valeur de la résistance de la section brute est donnée par la formule suivante : FR = ´A
γ M1
Avec : fy : 235 N/mm2 (limite d’élasticité de la pièce assemblée)
A : aire de la section brute, A = t ´ b = 10 ´100 = 1000 mm 2
γM1 = 1,1
235
FR = ´1000 = 213636 N < F = 350000 N ==> La section brute ne résiste pas à F.
1,1
Solution : ==> Augmenter l’épaisseur t (exemple t = 18 mm).

4) Vérification de la résistance de la section nette (avec la nouvelle épaisseur t = 18 mm pour la plaque (1)) :
Anet
La valeur de la résistance de la section nette est donnée par la formule suivante : N u = 0,9 ´ fu ´
γ M2
Avec : fu : 360 N/mm2 (limite de rupture de la pièce assemblée)
γM2 = 1,25
Anet = min( Anet1 , Anet 2 ) Anet1 = t ´ (b - 2 ´ d 0 ) = 18 ´ (100 - 2 ´ 15) = 1260 mm 2
Anet 2 = t ´ (25 + 30 + 30 + 25 - 3 ´ d 0 ) = 18 ´ (110 - 3 ´ 15) = 1170 mm 2
1170
N u = 0,9 ´ 360 ´ = 303264 N < F = 350000 N ==> La section nette ne résiste pas à F.
1,25
Solutions : ==> Augmenter l’épaisseur t (exemple t = 22 mm), augmenter la largeur b, augmenter la résistance
des pièces (S275 ou S355) .
3.2 ) Dimensionnement des boulons précontraints :

3.2.1) Principe de fonctionnement :

La résistance au glissement dépend de :

- L’effort de précontrainte exercé par le boulon fortement serré.


- Le coefficient de frottement m des pièces en contact, il dépend de l’état de surface de ces pièces.

Les surfaces sont classées en 4 catégories selon le traitement qu’elles ont subit :
· m = 0,5 pour les surfaces de classe A
· m = 0,4 pour les surfaces de classe B
· m = 0,3 pour les surfaces de classe C
· m = 0,2 pour les surfaces de classe D
3.2.2) Caractéristiques mécaniques des boulons :

On distingue deux classes de boulons HR :


- Les boulons HR1 ou HR 10.9
- Les boulons HR2 ou HR 8.8

Désignation fub (MPa) fyb (MPa) DL/L (%)


HR 10.9 1000 900 ≥8
HR 8.8 800 640 ≥12

3.2.3) Résistance au glissement :

La résistance au glissement FS d’un boulon HR a pour expression :

FP
FS = k s ´ m ´ m ´ (3.9)
γ MS
FP
FS = k s ´ m ´ m ´ (3.9)
γ MS

Avec :
- FP : force de précontrainte,
- m : coefficient de frottement des pièces,
- m : nombre d’interfaces de frottement,
- kS : coefficient fonction de la dimension des trous de perçage :
- kS = 1,0 pour les trous à tolérance normale à savoir :
1 mm pour les boulons Ø12 et Ø14,
2 mm pour les boulons Ø 16 à Ø24,
3 mm pour les boulons Ø27 et plus.
- kS = 0,85 pour les trous avec jeu important.

- kS = 0,7 pour les trous oblongs.

γ
- MS : coefficient partiel de sécurité qui vaut :
Ø à l’ELU (Etat limite ultime)

γ = 1,25 pour les trous à tolérance normale et les trous oblongs dont le grand axe est perpendiculaire à
MS
l’axe de l’effort.

γMS = 1,4 pour les trous avec jeu important ou les trous oblongs dont le grand axe est parallèle à l’effort.
Ø à l ELS (Etat limite de service)

γMS = 1,10 pour les trous à tolérance normale et les trous oblongs dont le grand axe est

perpendiculaire à l’axe de l’effort.

- Force de précontrainte FP :
F P = 0 .7 ´ f u b ´ A S (3.10)

fub : valeur de résistance à la traction du boulon.

As : section résistante
- Application 5 :
Pour chacun des cas suivants, déterminer l’effort maximal F que l’assemblage boulonné peut supporter.

F
F F F

F F F F

Données :
- Classe des boulons : HR1
- Diamètre des boulons 12 mm
- Les boulons ont subit un sablage et une peinture au silicate de zinc.
- Les trous sont à tolérance normale.
3.2. 4) Résistance simultanée au glissement et à la traction :

(FP - 0.8 ´ FT )
FV £ FS = ks ´ m ´ m ´ (3.11)
γ MS
4) Dimensionnent des assemblages soudés :

Le soudage est une opération qui consiste à assembler des pièces par
liaison intime de la matière, obtenue par fusion ou plastification de leur zone
de contact.
Le soudage implique :
- l’existence d’une source de chaleur suffisante pour provoquer la fusion
des matériaux. Elle peut avoir plusieurs origines : électrique (arc,
résistance, plasma), chimique (combustion de gaz), mécanique (friction,
choc).

- une aptitude du matériau à être soudé, appelée soudabilité. Elle dépend


des qualités propres du matériau (tous les matériaux ne sont pas
soudables), des affinités relatives entre matériaux (deux matériaux
soudables, peuvent ne pas l’être entre eux)
- les changements de la structure du matériau sous l’effet de la chaleur dont les
conséquences peuvent être la fragilisation du matériau, la chute de ses
caractéristiques mécaniques ...
- l’apparition de fissurations et de criques au refroidissement
- l’apparition de déformations des pièces dues aux effets de la dilatation et du retrait
- l’apparition de contraintes internes résiduelles.
Avantages :
- il assure la continuité de la matière, et de ce fait il garantit une bonne
transmission des efforts.
- il ne nécessite pas l’utilisation de pièces secondaires (goussets, attaches, …)
- il présente moins d’encombrant et donc plus esthétique.

Inconvénients :
- il est indispensable que le métal de base soit soudable.
- il nécessite un contrôle des soudures qui est onéreux
- il nécessite une main-d’œuvre qualifiée et un matériel spécifique.
4.1 ) Les procédés de soudage :
a ) Procédés à l’arc électrique :
- Procédé à l’électrode fusible
- Procédé à l’électrode non fusible (TIG)
- Procédé à l’électrode fusible nue (MIG MAG)
b ) Procédé à l’arc au plasma :
b ) Procédé chimique au chalumeau oxyacétylénique :
4.2) Les types de soudures :

4.2.1 ) Les soudures en bout :

4.2.2 ) Les soudures d’angle :


4.3) Précautions constructives :

- Déformations dans les pièces librement dilatables :

- Déformations dans les pièces bridées :


- Précautions :

- 1er cas :
- Dresser les pièces à froid
- Effectuer des cordons par tronçons discontinus
- Donner aux pièces des déformations initiales inverses.
- 2ème cas :

- Assouplir le bridage

- Post-chauffer les pièces


4.3) Calcul des cordons de soudure :

- Notations :
a : épaisseur utile

l : longueur du cordon
N : Effort pondéré appliqué à chaque cordon.
s
: composante perpendiculaire à la section,
: composante perpendiculaire à la section
t^ : composante dans le plan de la section perpendiculaire à l’axe longitudinal du cordon
tP : composante dans le plan de la section parallèle à l’axe longitudinal du cordon
a) Formule fondamentale :

fu
b w s + 3(t + t ) £
2 2 2
^ P
g Mw

Nuances d’acier
g Mw bw b w . g Mw
fy fu

235 MPa 360 MPa 1,25 0,80 1,00

275 MPa 430 MPa 1,30 0,85 1,10

355 MPa 510 MPa 1,35 0,90 1,20


b) Cordons frontaux :
c) Cordons latéraux :
d) Cordons obliques :

Vous aimerez peut-être aussi