Vous êtes sur la page 1sur 15

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette  méthodologie  du  commentaire  composé  fonctionne  sur 
tous  les  types  de  textes  :  roman,  poésie,  théâtre,  et  même le 
texte argumentatif. Nous  verrons ensemble  des exemples pour 
chaque  cas.  La  plupart  des  outils  que  je  vais  présenter   sont 
connus  depuis  le  collège,  la  méthodologie  n'est  pas  complexe 
en  soi : en fait, la difficulté viendra surtout du  niveau culturel et 
littéraire des textes que vous allez aborder. 
 
Trois étapes  : on applique d'abord  5 grilles de lecture pour faire 
ressortir  tous  les  phénomènes  du  texte.  Ensuite,  quelques 
questions  simples  permettent de faire ressortir le plan. Enfin, je 
vous donnerai quelques conseils de rédaction.  
 
I ­ Les grilles de lecture 
 
1) Première grille de lecture, la structure du texte.  
 
> ​Le paratexte  avec le nom  de l'auteur, le titre, la date. Tout ce 
contexte  est  très  important  pour  ne pas  faire de  contresens… 
Méditez  pendant  2  minutes  :  vous  avez  forcément  des 
éléments  de  culture  générale  qui  vont  surgir  :  le  mouvement 
littéraire  lié  à  l'auteur,  des  événements  historiques  liés  à  la 
date, etc. 
 
>  Si  vous  avez  un  poème,  commencez  tout  de  suite  par  la 
métrique  :  combien  de pieds  par vers, quel  type  de rime ? ​Les 
rimes  plates  sont  plus  proches  de  prose  et de  la langue  orale, 
les  rimes  croisées  peuvent  montrer  une  progression,  une 
évolution ou  un  basculement, les rimes embrassées mettent en 
relation ou au contraire, montrent des contradictions​.  
 
> Dans  un poème,  cherchez les ​rimes signifiantes​. Ce n'est pas 
la  même chose si la pluie rime avec ennui ou avec folie ! Même 
dans un texte en prose, vous pouvez avoir des rimes internes​. 
 
> La division en ​paragraphes : pourquoi ces passages à la ligne ? 
En  poésie  on  aura  des  strophes.  ​Le  sonnet  par  exemple  est 
entièrement  dirigé  vers  une  pointe,  avec  un  moment  de 
basculement au niveau du premier tercet​… 
 
Pour ceux qui  travaillent  sur la poésie, j'ai  réalisé  une vidéo où  
j'applique  cette  méthodologie  pas  à  pas sur un sonnet qui  me 
​ sert de support et d'exemple, ​La Cloche Fêlée de Baudelaire​. 
 
>  Relevez  les  ​liens  ​logiques  de  cause,  de  conséquence, 
d'opposition,  d'addition,  etc.  Cela  permet de voir si le texte suit 
raisonnement,  une  argumentation  solide,  une  chronologie,  ou 
au contraire des émotions chaotiques… 
 
> Les ​paroles et  les  ​verbes ​de ​parole font souvent ressortir des 
moments  clé.  ​Dans  un  roman,  on  peut  avoir  des  dialogues  ou 
des  discours  rapportés.  Dans  le  théâtre,  les  personnages  ont 
des  répliques  plus  ou  moins  longues.  En poésie, on peut avoir 
des voix différentes avec des effets de polyphonie​. 
 
C'est le  cas par exemple dans La Cloche Fêlée de Baudelaire, où 
chaque  type  de  cloche  correspond  à  un  type  de  poésie, 
retraçant une sorte d'Histoire Littéraire en raccourci… 
 
>  Quel  est  le  ​type  ​de  ​narration ?  C'est valable  surtout pour le 
roman  :  Est­ce  qu'on  a  un  narrateur,  est­ce  qu'il  participe  à 
l'intrigue,  ​est­ce  qu'on  a  des  récits  enchâssés  comme dans  les 
Mille  et  Une  Nuits  avec  un  personnage  qui  raconte  l'histoire 
d'un  personnage  ​qui  raconte  l'histoire  d'un  ​personnage  ​qui  raconte 
l'histoire… 
 
 
2)  Deuxième  grille  de  lecture  :  les  personnes  et  les  sujets. 
Quels sont les acteurs et les thèmes principaux du passage ? 
 
>  ​La  présence  des  personnages  est  indiquée  par  les  noms 
propres,  prénoms,  et  par  les  pronoms  personnels.  Sont­ils 
nombreux  ?  Est­ce  qu’un  nouveau   personnage  apparaît,  
disparaît  ?  Quel  est  leur  rôle dans  l’intrigue ?  Vous  connaissez 
sans  doute  le  schéma  actanciel…  Vous  pouvez  aussi  avoir  un 
anti­héros, et des personnages évoqués mais absents. 
 
>  Les  pronoms  personnels  ont  un   sens,  notamment  les 
pronoms  «  on  » et « nous »  : qui désignent­ils en réalité ?... Les 
tournures  impersonnelles et  la  voix passive  permettent  parfois 
au  narrateur  d'éviter  de  mentionner  le  sujet  !  Mmm  si  c'est 
aussi secret, c'est sans doute pour une bonne raison... 
 
>  Tous  ​les  sujets  sont  importants,  ​même  s'ils  ne  sont  pas 
humains, même s'ils  sont abstraits​.  On  peut  se demander aussi 
quelle  est  leur  variété  :  est­ce  que  c'est  toujours  le  même 
sujet ? Est­ce qu'il y a une ​progression thématique​ ? 
 
Par   exemple  dans  le  Roman  expérimental  de  Zola,   le  mot 
« expérience  »  est  progressivement  remplacé  par  le  mot 
« roman  »  et  l'expérimentateur  est  petit  à  petit  identifié  au 
romancier lui­même​. 
 
Pour  ceux  qui  travaillent  sur  l'argumentation,  j'ai  réalisé  une 
vidéo où j'applique  cette méthodologie pas  à pas sur un extrait 
du  Roman  Expérimental  de  Zola  qui  me  sert  de  support  et 
d'exemple​. 
 
>  Les  ​reprises  anaphoriques  ​vont  aussi  vous aider  à découvrir 
les  fils  rouges  qui  parcourent  votre  passage.  Vous  savez,  tous 
ces  petits  mots  qui  évitent  les  répétition  :  ce,  cette,  ces,  ceci,  
cela, ​le tien, le mien, ​qui, que, ​les gens, ​lui, l'autre, la, le premier, le deuxième... 
 
> Comme  on  parle des  personnages j'ai ajouté  ici ​les verbes de 
perception​ ​et les verbes psychologiques. 
­  ​Les  verbes  de  perception  ​sont  souvent  accompagnés 
d’adjectifs  :  ​les  couleurs, mais  aussi  les  lumières, les sons, leur  
volume,  leur  hauteur,  les  sensations  comme  la   chaleur  ou  le 
froid.  L’odeur  est  souvent  liée  au  goût  :  c’est plutôt  rare,  donc 
n’hésitez pas à le faire remarquer quand vous les repérez ! 
­  ​Les  verbes  psychologiques  ​:  penser,  souhaiter,  connaître, 
savoir,  se  souvenir,  etc.  Toutes  ces  indications  de  subjectivité 
vous  aideront  à  repérer   la  focalisation  :  ​interne,  externe,  et 
omnisciente​. 
 
>  Et  quand  on  regarde  les  verbes,  bah,  on  regarde  aussi  les 
adverbes​ : « un peu, beaucoup, joyeusement, à l'envers »  
Vous  pourrez commenter leurs points communs, leur intensité, 
soit  vers  ​l'hyperbole  :  l'exagération​,  soit  vers  ​l'euphémisme  : 
l'atténuation​.  Si vous  avez  beaucoup de  formes  négatives,  cela 
signifie  certainement  quelque  chose  !  Souvent,  la  double 
négation  cache une ​litote  :  on  fait semblant d'atténuer pour au 
contraire  mettre  en  valeur...  De  même  pour  les  structures 
restrictives : « ne... que ». 
 
 
3) Troisième grille de  lecture : l'espace et le temps. On situe le 
décor et le contexte de l'extrait. 
 
>  Quels  sont  ​les  temps  employés  ?  Vous  savez  que  chaque 
temps  a  une  valeur  précise  :  c’est  ça  qui  vous  permettra  de 
faire des interprétations.  Le présent de vérité générale pour des 
propos  philosophiques,  le  passé  composé pour  des actions qui 
ont  encore  des  conséquences  dans  le  présent,  le  participe 
présent qui insiste sur la durée, etc. 
 
>  Ensuite,  repérez  ​la  progression  du temps  d’un  paragraphe  à 
l’autre : est­ce qu’on avance de minute en minute ?  
­  Est­ce  qu’on  saute  une  année  ou  deux  ?  ​(Un  saut  dans  le 
temps, c'est ce qu'on appelle une ellipse temporelle)  
­  Est­ce  qu’on  a  un  flash  back  ?  (Un  retour  dans  le  passé,  on 
appelle ça une analepse en littérature)  
­  Est­ce  qu'on  ​annonce  déjà  le  futur  ?  (C'est  ce  qu'on  appelle 
une prolepse)​...  
 
>  Relevez  les  petits  mots   qui  permettent  de  construire  les 
compléments  circonstanciels  de  temps  et  de  lieux  :  «  ici  et 
maintenant,  là­bas  et  plus  tard  »   ​quel  est  le  mouvement  du 
regard  ?  Imaginez   ce  que  vous  feriez  si  vous  deviez   porter  ce 
texte à l’écran​.  
 
>Au  théâtre,  on  utilise  souvent  des  ​démonstratifs  pour 
désigner des  accessoires importants dans la mise en scène. Par 
exemple dans Tartuffe : 
Ah mon Dieu, je vous prie !
Avant que de parler, prenez moi ​ce​ mouchoir ! [...]
Couvrez ​ce​ sein que je ne saurai voir.
 
Pour ceux qui  travaillent  sur le théâtre, j'ai réalisé une vidéo où 
j'applique  cette  méthodologie  pas  à  pas  sur  un  extrait  de 
Tartuffe de Molière, qui me sert de support et d'exemple​. 
 
>  C'est  le  moment  de  regarder  les  verbes de  mouvements et 
les verbes d'action​. 
­  Les  verbes  de  mouvement  :  aller,  venir,  déplacer.  Le  texte 
est­il dynamique ? Statique ? Qui se déplace ? 
­  Les  verbes  d’action  :  Ces  verbes  peuvent  servir  à  mettre  en 
place  des métaphores : les personnages sont­ils comparés à des 
animaux  ou  à  des  machines  ?  Au  contraire,  les  objets 
agissent­ils comme  des êtres animés ?  Et  quand on regarde les 
verbes, bah, on regarde aussi les ​adverbes​. 
 
4) Quatrième grille :  la  syntaxe et  le rythme, c'est surtout une 
question de ponctuation​. 
 
>  Est­ce  qu’on  a  des  ​phrases  ​longues​,  très  longues  ?   Une 
phrase  très  ​courte  ponctuellement  peut  servir  à  provoquer  la 
peur, la surprise, ou a mettre en valeur un propos. 
 
>  Les phrases  de types ​exclamatif  et ​interrogatif sont  toujours 
un  indice  de  subjectivité.  Est­ce  qu'on  a  des   interjections,  des 
questions  ouvertes,  fermées,  des  questions   rhétoriques  ?  ​Les 
questions  rhétoriques,  ce  sont  des  questions  qui  n'attendent 
pas de réponse parce que la réponse est évidente​. 
 
>  Les  ​parenthèses  permettent  souvent  au  narrateur 
d’intervenir,  d'exprimer  un  jugement  de  valeur.  Les  ​points  de 
suspensions  peuvent  marquer  une  ​réticence  ou  une 
interruption,  c'est  ce  qu'on  appelle  une  aposiopèse,  par 
exemple : bref… 
 
>  Les  ​italiques  sont  aussi  révélateurs,  c'est  comme  des  super 
guillemets...  Au théâtre, ​les ​didascalies  donnent des  indications 
scéniques​ toujours intéressantes à commenter. 
 
> S’il y a beaucoup de ​virgules​, c’est qu’on a des ​énumérations​, 
il  faut alors  trouver leur  logique :  ​une  gradation (une évolution 
en  intensité),  un  chiasme  (une  structure  en  miroir)  ?  Si 
vraiment  vous  ne  trouvez  pas  de  logique  dans  votre 
énumération, cela signifie encore quelque chose : l’auteur veut 
créer une impression de désordre ou d’absurdité. 
 
 
5)  Cinquième  grille  :  les  images vont  nous permettre de  faire 
ressortir ce qu'il y a de plus implicite dans le texte. 
 
>  Les  ​champs  lexicaux  forment  un  réseau  avec  tous  les  mots 
qui  se  rapportent  à  un  même  thème.  Ne  vous  arrêtez  pas  au 
simple  champ  lexical,  essayez  de  creuser  les  mots  utilisés  : 
sont­ils construit  sur  le même radical ? Est­ce que les mots sont 
composés, inventés ? 
 
>  Les  ​adjectifs  ​sont  souvent  appréciatifs  ou  dépréciatifs  : 
« utile, dangereux, honorable, malencontreux, »  etc. Parfois, ils 
ont  un ​sens caché  : le rouge peut symboliser le sang, le désir, la 
passion, la commune de Paris... 
 
>  Il  est  toujours  intéressant  de  chercher  quelques  ​effets 
sonores​ pour compléter votre analyse :  
­ ​Les allitérations désignent un retour de son consonne,  
­ Les assonances désignent un retour de son voyelle​. 
Il n'y a pas de  règles  objectives :  choisissez­les  pour illustrer au 
mieux votre raisonnement. 
 
> Les verbes  d’état : être, paraître, devenir, etc. ces verbes vont 
véhiculer  des  définitions,  des  jugements   de  valeur,  des 
comparaisons, des métaphores. 
 
>  Les  ​comparaisons  ​vont  faire  surgir  de  nouvelles  images.  Le 
secret  pour  bien  les  analyser,  c’est  de  se  poser  la  question  : 
quel  est véritablement le point commun entre le  comparant et 
le  comparé  ?  Est­ce  que  je  peux  retrouver  cette  même  idée 
ailleurs dans le texte ? 
 
> De même la ​métaphore ​va  enrichir l’univers du texte. Pour les 
trouver,  il  faut  imaginer  si  les  éléments  dont  on  parle  sont 
réellement présents dans la scène. 
 
Par   exemple,  dans  le  Père  Goriot,  Vautrin  est  comparé  à  un 
volcan  humain. Est­ce qu'il  y a  véritablement  un volcan  dans le 
décor  ?  ​Non  bien  sûr,  le  point  commun  entre  Vautrin  et  le 
volcan, c'est que tous les deux sont des forces de la Nature​. 
 
Pour ceux qui  travaillent  en particulier le roman, j'ai réalisé une 
vidéo où j'applique  cette méthodologie pas  à pas sur un extrait 
du Père Goriot de Balzac, qui me sert de support et d'exemple​. 
 
II ­ Le plan 
 
Les grilles de lectures nous donnent  plein d'idées, mais elle sont 
dans le  désordre. Chaque phénomène conduit à un effet et une 
interprétation.  Il  n'y  a  pas  36000  interprétations  possibles,  je 
vais  les  organiser  pour  faire  ressortir  une  logique  en  3  parties 
pour vos 3 axes de lecture. 
 
1)  La  première partie va traiter  l'effet plus  évident, l'émotion 
ou le thème principal, le genre ou le registre du texte.  
 
>  D’abord,  le propos  du  texte est­il ​positif ou négatif ? Utilisez 
un  vocabulaire  varié  :  éloge,  blâme,  euphorique,  dysphorique, 
mélioratif,  péjoratif,  appréciatif,  dépréciatif.  Si  vous  êtes  dans 
un texte  argumentatif, vous pouvez commencer  par dégager la 
thèse de l'auteur, ce qu'il défend en priorité. 
 
>  Vous  pouvez  aussi  vous  centrer  sur  ​l’émotion  ​du  passage  : 
tristesse,  colère,  peur  ...  joie,  rire,  émerveillement,  courage. 
Souvent,  ces  émotions  sont liées  à des thèmes  très simples : la 
solitude, l’amitié, l’amour, la nature, la ville, la guerre, etc. 
 
>  Les  émotions  sont  à  l’origine  des  ​registres  littéraires  (ou 
tonalités)​.   L​a  tristesse  a  donné  les  registres  pathétique  et 
lyrique,  la  peur  recoupe  le  registre  fantastique…  Aristote 
définit  le  sentiment  tragique comme  un  mélange  de terreur et 
de  pitié…  ​Au  fond,  il  n’y  a  qu’une  dizaine  de  registres 
principaux à connaître :  merveilleux, réaliste, épique, comique, 
etc. 
 
> Au­dessus des registres, vous  avez  les  ​mouvement littéraires 
à  travers  les  siècles.  Ils  sont  aussi  en  nombre  limité.  Au  XIXe 
siècle  :  le  réalisme,  le  naturalisme,  le  romantisme,  le 
symbolisme.   Au  XXe  siècle  le  surréalisme,  l’écriture  engagée. 
Au  XVIIe  :  les  Lumières.  Au  XVIe  siècle,  l’humanisme.  Chaque 
mouvement mérite un cours complet. 
 
>  Si  votre  texte  n’entre  pas  du  tout  dans  les  problématiques 
d'un  mouvement  littéraire,  ce  n’est  pas  la  peine  d’insister. 
Interrogez  le ​type de  discours :  est­ce que  nous avons un texte 
narratif, descriptif, explicatif, argumentatif ?  
 
>  Ensuite,  reliez  avec  le  ​genre  :   ce  n’est  pas  la  même  chose 
d’avoir  une  argumentation  dans  un  roman  ou  dans  une 
comédie  par  exemple.  Avec  un  texte  très  argumentatif,  on  a 
tendance  à  se  focaliser  sur  les  idées,  n'oubliez  pas  d'analyser 
surtout sa forme et sa dimension littéraire. 
 
>  Si  vous  étudiez  l'oeuvre  complète,   peut­être  que  vous  savez 
que votre texte correspond à un ​moment clé de l'intrigue​ ?  
­  Dans  un  roman,  ​la  première  page  s'appelle  l'incipit  :   il  doit 
séduire  le lecteur, créer  du  suspense,  donner  des informations  
importantes, préparer la suite.  
­  Au  théâtre,  ​la  première  scène  est  la  scène  d'exposition,  elle 
met  en  place  l'intrigue,  introduit les personnages, interpelle  le 
spectateur, prépare les rebondissements. 
 
Vous  pouvez mélanger  deux  ou trois ingrédients maximum. Par 
exemple : « Une expression ​lyrique et ​théâtrale des ​souffrances 
de Phèdre » on mélange le ​genre​, le ​registre​, et un ​thème​. 
 
Pour ceux qui  travaillent  sur le théâtre et la tragédie, j'ai réalisé 
une  vidéo  où  j'applique  cette  méthodologie  pas  à  pas  sur  un 
extrait  de  ​Phèdre  de  Racine,  qui  me  sert  de  support  et 
d'exemple​. 
 
2)  La  deuxième  partie  va  mettre  en  perspective,  creuser  un 
aspect  de  la  première  partie,  ou  au  contraire  nuancer, 
montrer des effets de contraste.  
 
Première  possibilité  :  ​mettre  en  perspective​,   développer   un 
élément que vous avez seulement évoqué en 1e partie. 
 
> ​L’intensité : l'effet développé en première partie atteint 
un  moment  de  paroxysme,  ou  au  contraire,  il  est 
volontairement  atténué.  Nuancez vos propos  en utilisant 
les négations, les euphémismes ou les litotes. 
 
> Vous  pouvez vous  concentrer  sur l’une de  vos grilles de 
lecture​,  ce  sera  une   deuxième  partie  plus  technique  sur 
les rythmes, les mouvements, une métaphore filée, etc.  
 
>  ​Le  point  de  vue  des  personnages  est  souvent  un  axe 
important  en  littérature.  Regardez  si  les  émotions 
contaminent  le monde extérieur.  Est­ce  qu'on entre dans 
la subjectivité d'un personnage, comment ? 
 
>  Enfin,  ​la  perspective  culturelle  :  appuyez­vous  sur  vos 
connaissances  personnelles  ou  sur  votre  cours.  Par 
exemple, l’écriture romantique fait émerger la figure d’un 
Héros romantique. 
 
Que  faire  maintenant,  si  vous  rencontrez  dans  le  texte  des 
éléments  en ​décalage  ou en contradiction avec votre première 
partie ? Vous avez 5 possibilités : 
 
­  Le  jeu  de  contrastes  :  Après  avoir  développé  une idée 
centrale,  évitez  de  la  contredire  directement,  proposez 
plutôt une analyse des jeux d’opposition. 
 
­  Le  jeu  avec les codes  ​: vous avez  parlé  de la  dimension 
romanesque  en  1ère  partie  ?  Regardez  si  l’auteur  joue 
avec les codes du genre, les horizons d’attente du lecteur. 
 
­  Le  mélange  des  genres  et  des  registres  :  développez 
alors  l’idée  d’un  texte  hybride  :  le  roman   utilise   des 
procédés du théâtre, la  poésie utilise des faits divers, etc. 
Parfois,  le  merveilleux  bascule  dans  le  fantastique,  le 
pathétique dans le tragique, etc. 
 
­  L’ironie  ​:  l’auteur  essaye  de  nous  faire  comprendre 
l’inverse  de  ce  qu’il  dit.  Montrez  bien  dès  la  1ère  partie 
que vous  n’êtes pas  dupes et  que vous réservez les effets 
d’ironie  pour  la  2ème  partie.  Si  vous  avez  peur  de  vous 
répéter  :  traitez  l'ironie  directement  en   première  partie, 
dans la dimension comique du texte par exemple. 
 
­  L’absurdité  :  ​dans  certains  cas,  l’auteur  utilise  la 
confusion  et  la  contradiction  comme  choix  esthétique 
pour  illustrer  la  folie,  la  fantaisie,  un  malaise 
métaphysique, une situation politique irrationnelle. 
 
Par   exemple  dans  l'Étranger  d'Albert  Camus,  le 
personnage  principal,  Meursault  est  coupable  d'un 
meurtre  sans  motif.  Il  a  tiré  à  cause  du  soleil,   de  la 
chaleur, nous sommes en plein dans l'absurdité​. 
 
3)  La  troisième  partie  va  résoudre  les  questions, expliciter la  
volonté  de  l'auteur,  donner  le  sens  profond  et  la  finalité  du 
passage. 
 
Si vous  manquez  de temps,  et que  vous n'avez pas grand chose 
en  deuxième  et  troisième  partie,  vous  pouvez  les  fondre  et 
rester  sur  un  plan  en  deux  parties,  mais  le  correcteur  se 
montrera alors plus exigeant. 
 
Je  vous  propose  6  types  d’axes  de lecture  au choix pour votre 
dernière partie. 
 
> ​Les  convictions  profondes  de l’auteur  : vous pouvez montrer 
que  l’auteur  est  engagé,  il défend des  idées, il se  base sur une 
vision  du  monde  ou  un  système  de  valeurs.  Distinguez  les 
présupposés,  les  concessions, les arguments liés  à la recherche 
de la vérité et ceux qui sont liés à l'action. 
 
>  Montrez  le  ​sens  symbolique  et  caché  du  texte.  Les 
métaphores  et  les  images  révélent  le  projet  de  l’auteur. 
Peut­être  que  votre  passage  est  une  parabole :  une  petite 
histoire qui sert à démontrer une idée. 
 
>  Le  passage  a  ​un  rôle   dans  l’ensemble  de  l’ouvrage  de 
l’auteur :  votre   troisième  partie  va  mettre  en  évidence  la 
manière dont le passage prépare la suite de l’intrigue. 
 
>  Le  texte  est  un  ​manifeste  esthétique​.   L'auteur  défend  une 
forme  d'art  novatrice  et  originale,  qui  révèle  une  vision  du 
monde. En quoi cette oeuvre marque­t­elle l'histoire littéraire ? 
 
>  Enfin,  vous  pouvez  montrer  que  le  texte  offre une ​réflexion 
sur  l’écriture​.  Si  le  théâtre  parle  de divertissement,  de parole,  
de  rôle,  c’est  qu’il  parle  de  théâtre.  Si  le  roman  parle  de 
communication, d’écriture, d’oeuvre d’art, c’est  qu’il parle aussi 
du  roman.  Si  la  poésie  parle  de  chanson,  de  musique,  de 
silence, c’est qu’elle parle de poésie. 
 
Vous  pouvez  mélanger  ces  différentes  idées,  car  elles  sont 
souvent  complémentaires  :  le  système  de  valeur  d'un écrivain 
coïncide avec une écriture et des choix artistiques. 
 
4)  Maintenant  que  vous  avez  votre  plan  au  brouillon, 
distribuez  les  indices  que  vous  avez  relevés  dans  l’une  des 
trois parties.  
 
Vous  pouvez utiliser  plusieurs méthodes pour répartir vos idées  
de façon efficace : 
>  Si  vous  manquez  de  temps  :  utilisez  un  code  couleur 
directement sur votre feuille de brouillon. 
> Si vous  avez  un  peu plus de temps divisez une feuille en 3, ou 
prenez  trois  feuilles  simples,  et  répartissez  les  idées  avec  les 
numéros  de  ligne  (pas  besoin  de  recopier  les  citations 
complètes).  N’utilisez  jamais le verso :  vous avez besoin d'avoir 
une vue parfaite de votre plan​. 
 
N’hésitez  pas à  mettre  de côté les idées moins percutantes : en 
effet,  rien  ne  nous  oblige  à  parler  absolument  de  tout.  Vous 
verrez  avec  la  pratique  qu'il  faut  parfois tordre  un peu le  plan 
de  manière  artificielle  si  on  veut  obtenir  trois  partie  et  trois 
sous­parties homogènes. 
 
III ­ La rédaction 
 
1) Maintenant que le plan est prêt, vous allez  pouvoir rédiger 
votre introduction en 5 parties. 
 
Pour  réaliser  votre  ​accroche​,   ce  n’est  pas  la  peine  de  rentrer 
dans  tous  les  détails  de  la  vie  de  l’auteur  :  choisissez  un 
élément  culturel  percutant,  simple  et  unique,  qui  va   vous 
donner un bon point d’entrée : 
> Une citation de la préface ou d'un ouvrage de référence 
> Une autre oeuvre du même auteur 
>  Un  élément  biographique,  anecdotique,  mais  qui  démontre 
votre culture générale. 
> Un événement historique contemporain 
> Un mouvement littéraire 
> Un débat philosophique 
>  Une  autre  oeuvre  d'art,  comme  un  tableau,  un  élément  tiré 
de votre cours d'Histoire des Arts. 
 
Si  vous  avez  du  mal  à  faire  un  lien  avec  votre  ​présentation 
rapide  de  l'oeuvre​,  c’est  que  vous  avez  mal  choisi  votre 
accroche. Le lien doit être immédiat et évident. 

 
La  situation  de  l’extrait  est  aussi  une  phrase  très  simple,  je 
vous propose par exemple : 
 
La  ​problématique  s’imposera  alors  comme  une  question 
évidente,  liée  à la  fois  à  ​l’accroche​,  à ​l’oeuvre​, et  à la  ​situation 
de  l’extrait​. La problématique articule 3 choses : ​le comment​, le 
quoi ​et le ​pourquoi​.   
 
>  ​Comment  ​?  Les  effets  stylistiques,  la  manière  d’écrire,  les 
procédés  littéraires   :  c’est  ce  qu’on   analysera  dans  le 
développement.  La  problématique  commence  quasiment 
toujours avec le mot “comment”. 
 
>  ​Quoi  ​?  C’est  quoi  ce  texte  dont  on  parle  ?  Un  roman,  une 
argumentation,  une  pièce  comique,  tragique,  un  poème 
lyrique ? c’est  le texte  et ses  caractéristiques en tant qu’objet : 
le  genre,  le  mouvement,  la  forme.  Et  comme  par  magie  cela 
correspond au 1er et au 2e axe de lecture ! 
 
>  ​Pourquoi  ​?  c’est  le  but  de   l’auteur,  la  finalité  du  texte  : 
pourquoi  avoir  écrit  un  texte  comme  ça  ?  Et  cela  correspond 
comme par magie à votre 3e axe de lecture. 
 
La  problématique est donc toujours sur ce modèle : « Comment 
l’auteur nous transmet­il le pourquoi, avec le quoi. »  
 
On peut commencer par le pourquoi et terminer avec le quoi : 

 
Inversement,  on  peut  commencer  par  le ​quoi​, et terminer  par 
le ​pourquoi​ : 

 
Pour​ annoncer le plan​, j'utilise toujours trois phrases :  
Pour la première partie : 

Le  «  ​nous  » et le lien  logique  « ​d'abord »  permettent  d'inclure 


immédiatement le correcteur dans notre démarche. 
 
Pour la deuxième partie : 

Le ​futur​ permet de montrer qu’on sait où on va. 
 
Pour la troisième partie,  on  peut  être  plus direct en mettant le 
« quoi » en sujet de la phrase, suivi du « pourquoi » : 

je vous laisse utiliser votre dictionnaire de synonyme ! 
 
Si  vous  êtes  en  devoir  sur  table,  rédigez  votre  conclusion  dès 
maintenant.  Vous  pourrez  la  recopier  à la  fin  si  vous  manquez 
de temps. Le correcteur ne verra pas qu’il manque une  dernière 
sous­partie, si vous lui mettez une conclusion​.  
 
2)  Pour  la  conclusion,  restez  simple,  vous  allez  réutiliser 
l'annonce  de  plan  en  l'enrichissant  à  peine  à  l'aide  de 
quelques allusions aux sous­parties.  

 
Souvent,  on  demande  aux  étudiants  de  rédiger  une ouverture 
en  conclusion.  Terminez  simplement  sur  un  élément  culturel 
qui permet de prendre un peu de distance : 
> Inscrivez  l'oeuvre dans un  ​ensemble  plus vaste : un projet ou 
un  mouvement  littéraire,  l'Histoire  avec  un  grand  H,  une 
réflexion philosophique, un combat politique... 
>  Interrogez  la  ​question  de  la  réception  :  comment  l'oeuvre  
a­t­elle  été  accueillie  à  l'époque  ?  Quelle  est  sa  postérité  ? 
L'oeuvre  est­elle  encore  d'actualité  ?  Est­elle  adaptée  au 
cinéma, mise en scène de manière moderne ? 
> Faites  allusion  à ​une autre oeuvre littéraire ou artistique​, qui 
présente des  similitudes, afin  de montrer votre culture et votre 
capacité à créer des liens. 
 
 
3)  Maintenant,  vous  aller  pouvoir  passer  au  développement. 
Voici quelques conseils : 
 
>  Utilisez  toujours  des  ​liens  logiques  pour  passer  d’un 
paragraphe  à  l’autre  :  d’abord,  ensuite,  enfin,  cependant… 
N’hésitez  pas  à  aller  chercher  des listes de  mots  de liaison  sur 
internet pour les réutiliser. 
 
>  Faites  des  ​phrases  simples​,  quitte  à  répéter  des groupes de 
mots. Gardez en tête ce schéma : 
­ Le sujet : c'est le phénomène, avec son nom technique. 
­ Le complément d'objet désigne l'effet.  

 
>  Chaque  ​paragraphe  est  composé  comme  un  feu  tricolore 
selon  le  schéma  suivant  :  ​Idée  principale  /  ​Exemples  / 
Interprétation​. 

 
> Rédigez  des transitions pour passer d’une partie à l’autre, une 
ou deux lignes maximum en  montrant bien l'évolution de votre 
pensée : 

  
>  Soignez  la  mise  en  page  :  ​sautez  une  ligne  avant  et  après 
chaque  transition,  cela  permettra  de  mettre  en  valeur  les 
parties.  Il  faut  que  le  correcteur  puisse  de  se  repérer 
visuellement à travers votre devoir​. 
 
>  Relisez­vous,  quitte  à  rajouter  des  ratures  au  dernier 
moment.  Chaque  faute  d'orthographe  corrigée représente des 
points en plus sur la note finale. 
 
Je vous propose de vous rendre maintenant en  description pour 
accéder  à toutes mes ressources méthodologiques sur le bac de 
français, 
Au revoir !