Vous êtes sur la page 1sur 102

-Questionnaire à choix multiple

TD n°II

Préparé par :
Mohammed Fahd Berrada
Imane Bouhaddou

Q1 : Pendant la phase de croissance du produit :

o Les ventes et les couts unitaires sont croissants


o Le nombre de clients augmente et les capacités de production se développent
o Les ventes sont à leur maximum et la rentabilité est positive
o Les ventes sont faibles et la rentabilité est généralement négative

Q2 : Quels sont les buts poursuivis par une étude de marché ?

o Etude des préférences des consommateurs et des produits sur le marché


o Connaitre l’historique du marché
o Découverte du consommateur-type
o Etude démographique et sociale des consommateurs

Q3 : La phase de lancement du cycle de vie de produit

o Privilégie la recherche de notoriété


o Est caractérisée par l’absence d’opérations promotionnelles
o Aucun de ces choix
o Est orientée vers une importante largeur de gamme

Q4 : Les études de motivation sont utilisées dans le cadre des :

o Etudes quantitatives
o Etudes qualitatives
o Etudes documentaires
o Aucun de ces choix

Q5 : L’étendue de la gamme est :

o Sa largeur et sa profondeur
o Sa profondeur
o Sa longueur
o Sa largeur

Q6 : Un prescripteur est un individu qui :

o Achète
o Revend
o Consomme
o Influence l’acte d’achat

Q7 : Vers quelles années est né le marketing :

o Années 1900
o Années 1950
o Années 1970
o Années 2000

Q8 : Le prix psychologique est un concept utilisé dans le cadre de :

o La méthode de fixation du prix à partir de la psychologique du vendeur


o La méthode de fixation du prix à partir de la demande
o La méthode de fixation du prix à partir de la concurrence
o La méthode de fixation du prix à partir des coûts

Q9 : Un panel est :

o Une marque qui bénéficie d’une grande notoriété


o Un produit automobile
o Un échantillon permanent et représentatif de ménage
o Un bien consommable

Q10 : Pendant la phase de croissance du produit :

o Les ventes et les couts unitaires sont croissants


o Le nombre de clients augmente et les capacités de production se développent
o Les ventes sont à leur maximum et la rentabilité est positive
o Les ventes sont faibles et la rentabilité est généralement négative

Q11 : « l’ensemble des moyens de communication directs, individuels, interactifs, ayant pour
but de déclencher, de la part des personnes visées, une action immédiate » est la définition
de :

o Marketing direct
o Sponsoring
o Force de vente
o Promotion des ventes

Q 12 : Quelles sont les différentes phases du cycle de vie d’un produit ?

o Lancement, croissance, maturité et déclin


o Aucun de ces choix
o Point mort, développement, marketing, acquisition
o Introduction, croissance, maturité, distribution

Q 13 : Cartel est une forme de concurrence :

o Loyale
o Déloyale
o Pure et parfaite
o Pure et simple

Q 14 : Etude documentaire c’est une étude qui :

o sert à collecter les informations disponibles avant d’entreprendre une enquête sur le
terrain
o sert à collecter les informations disponibles après d’entreprendre une enquête sur le
terrain
o Sert à collecter les informations externes
o Aucun de ces choix

1) Pour accompagner le changement de son logo, une grande banque réalise une
communication :  essentiellement interentreprises --- produit ---institutionnelle ---- par bouche
à oreille
2) Lorsqu’ un fabricant de produits alimentaires annonce qu’il retire du marché un de ses produits
présentant des dangers pour le consommateur :  sa notoriété augmente et son image se
dégrade  sa notoriété diminue et son image se dégrade  sa notoriété diminue et son image
s’améliore  sa notoriété augmente et son image s’améliore
3) Une entreprise désire promouvoir un logiciel de gestion de trésorerie auprès de directeurs
financiers. Parmi les actions de communication suivantes, laquelle semble la moins pertinente : 
un mailing ciblé auprès de prospects  un stand dans un salon spécialisé  une insertion
publicitaire dans un magazine économique  un spot télévisé à une heure de grande écoute
4) Dans un sondage en face à face pour estimer des intentions de vote, un enquêteur doit
impérativement :  rechercher à interroger des personnes intéressées par la politique *  être le
plus neutre possible avec les personnes interrogées * interroger essentiellement des amis, dont
il est certain de la sincérité  faire état de ses préférences politiques
5) Pour un fabricant de boissons, une politique d’écrémage consiste à : *  cibler des clients
susceptibles d’acheter des produits haut de gamme * se diversifier dans des produits laitiers 
se séparer de clients mauvais payeurs  se concentrer sur des activités génératrices de
bénéfices
6) Pour réaliser une étude rigoureuse sur l’opinion de parents d’élèves du secondaire, il est
préférable :  de mettre un questionnaire en ligne sur un site ministériel  d’interroger un
échantillon représentatif d’adultes * de mener une enquête à la sortie des collèges et des lycées
* d’insérer un questionnaire dans les publications d’associations de parents d’élèves
7) Le media planning  définit le contenu de médias  planifie la distribution de médias presse
dans des points de vente * optimise l’insertion d’espaces publicitaires dans des médias * est
surtout utilisé dans la communication hors médias
8) La segmentation  découpe un territoire selon la densité de points de vente  sert à préparer
une campagne unique de marketing * permet de déterminer des groupes de clients aux attentes
homogènes * est une méthode statistique pour analyser les réponses aux questions ouvertes
9) Parmi les éléments suivants, lequel ne relève pas d'une action de communication média ?
 une affiche sur un grand immeuble  une banderole sur un site internet
* le parrainage d'une exposition * une publicité à la télévision
10) Le cycle de vie du produit est :
 un cadre d'analyse théorique des ventes sur les marchés * correspond à la réalité de
l'évolution des ventes sur les marchés * un outil de prédiction des ventes lors du lancement d'un
produit  correspond au potentiel de ventes du produit sur le marché
11) Le marketing indifférencié consiste à
 cibler un segment rentable avec un produit
*proposer le même produit à tout le marché *  proposer plusieurs produits à un seul marché
 sélectionner les couples produits/marché
12) Cibler c'est : *sélectionner un segment de marché
* sélectionner un positionnement
 sélectionner un critère de segmentation
 manipuler les croyances du consommateur

1. INCORRECT L'étude de la microéconomie comprend l'étude :

De la croissance de la production et de l'emploi au


Votre réponse : fur et à mesure que les marchés s'étendent en
réaction à l'accroissement des prix dans
l'économie.
Réponse De la façon dont les entreprises, les travailleurs,
correcte : les consommateurs et les investisseurs
interagissent et prennent des décisions sur les
marchés.

  Faux. Il s'agit d'une mesure à l'échelle d'une économie entière.

2. INCORRECT Les modèles microéconomiques illustrent, entre autres :

Les arbitrages auxquels les consommateurs, les


Votre réponse : travailleurs et les entreprises doivent faire face et
les façons dont le gouvernement peut les aider à
maximiser leur bien-être et leurs profits.
Réponse Les arbitrages auxquels les consommateurs, les
correcte : travailleurs et les entreprises doivent faire face et
la manière dont ces arbitrages se réalisent sur les
marchés.

  Faux. La microéconomie étudie les arbitrages et interactions des


consommateurs, des travailleurs et des entreprises sur les marchés.

3. INCORRECT En microéconomie, la théorie du consommateur étudie :


Le montant des salaires, profits, dividendes et
Votre réponse : intérêts dont les consommateurs disposent pour
faire leurs achats sur les marchés.
Réponse La façon dont les consommateurs maximisent leur
correcte : bien-être en choisissant d'acheter un panier de
biens plutôt qu'un autre ou en arbitrant entre
consommation présente et consommation future,
étant donné leurs revenus limités.

  Faux. La théorie du consommateur étudie le comportement typique en


matière d'achats d'un consommateur isolé, et non les sources du revenu
agrégé des consommateurs.

4. INCORRECT Les prix sur un marché concurrentiel :

Sont fixés par les entreprises en fonction des coûts


Votre réponse : de production indépendamment de la valeur que
les consommateurs accordent aux biens et services
produits.
Réponse Sont déterminés par l'interaction des acheteurs et
correcte : des vendeurs sur le marché d'un certain produit.

  Faux. Le prix sur un marché concurrentiel est celui qui prévaut lorsque
les acheteurs et les vendeurs interagissent librement sur un marché.
Ainsi, la valeur que l'acheteur accorde au bien entre en ligne de compte.

5. INCORRECT La théorie économique tente :

De modéliser la totalité des mécanismes de


Votre réponse : l'économie.
Réponse D’expliquer les phénomènes observés et d'établir
correcte : des prédictions à l'aide de modèles mathématiques
des processus de décision des travailleurs, des
consommateurs, des entreprises et des
investisseurs.

  Faux. On ne juge pas une théorie sur sa complexité ou le réalisme de ses


hypothèses, mais sur la qualité de ses prédictions.

6. INCORRECT L'économie positive :

Analyse les sources de l'amélioration du niveau de


Votre réponse : vie qui résultent de politiques publiques
bénéfiques.
Réponse Repose sur les relations de cause à effet observées
correcte : dans l'économie.

  Faux. Le terme "bénéfique" implique une analyse qualitative qui n'est


généralement pas incluse dans les modèles d'économie positive.
7. CORRECT Laquelle de ces propositions est-elle un exemple d'analyse économique
positive ?

La proportion d’adolescentes enceintes aux États-Unis


Votre a chuté de 10 % entre 2000 et 2002 pour atteindre un
réponse : niveau de 76,4 pour 1 000 femmes âgées de 15 à 19
ans. Il s’agit du taux le plus faible jamais observé pour
ce pays.

  Vrai. L’économie positive observe et décrit "ce qui est" dans l’économie,
sans effectuer de jugement de valeur sur les faits observés.

8. CORRECT L'économie normative :

Analyse quelles politiques et quelles situations


Votre économiques sont les meilleures pour la société, ce qui
réponse : s’accompagne souvent de jugements de valeur.

  Vrai. L’économie normative s’intéresse généralement à la question de


savoir "ce qui devrait être".

9. INCORRECT Laquelle de ces propositions est-elle un exemple d’analyse économique


normative ?

Les élèves qui ont participé aux programmes visant


Votre réponse : à encourager les jeunes enfants à lire
quotidiennement ont de meilleures notes au lycée
que ceux qui n’y participent pas.
Réponse Les livres que les enseignants des écoles publiques
correcte : font lire aux élèves devraient être choisis à partir
d’une liste agréée afin de s’assurer que les élèves
ne lisent que de la littérature de qualité.

  Faux. C’est un exemple d’analyse économique positive.

10 CORRECT "Des études ont montré que la lecture pendant la petite enfance est
corrélée positivement avec les chances de réussite à l’université. Pour
. accroître le nombre de diplômés dans notre société, il est essentiel que le
gouvernement inclue la lecture dans les programmes scolaires des
maternelles." Cette proposition :

Est un exemple de recommandation de politique


Votre économique relevant de l’analyse économique
réponse : normative et s'appuie sur une analyse d’économie
positive.

  Vrai. La proposition comprend à la fois une relation de cause à effet


observée (économie positive) et des jugements de valeur (économie
normative) : le fait qu’obtenir un diplôme à l’université est désirable et
qu’il est souhaitable que le nombre de diplômés s’accroisse.
11 CORRECT En microéconomie, on définit un "marché" comme :
.
Un ensemble d’acheteurs et de vendeurs qui se
Votre rencontrent et déterminent le prix des biens et des
réponse : services par leurs interactions, réelles ou potentielles.

  Vrai. Le concept de marché comprend les acheteurs et les vendeurs qui


se réunissent sur des lieux d’échange physiques ou par téléphone, fax,
Internet ou d’autres moyens permis par les technologies de
communication.

12 INCORRECT Il est important pour les entreprises de déterminer le marché sur lequel
elles vendent leurs produits car :
.
Les coûts de production et de transport varient
Votre réponse : beaucoup en fonction de ce que l'entreprise produit
et pour qui.
Réponse Identifier correctement le marché sur lequel elles
correcte : opèrent ainsi que ses frontières géographiques aide
les entreprises à déterminer les produits
concurrents et les produits complémentaires, ainsi
que les entreprises concurrentes et les arbitrages à
réaliser autour des prix et de la production.

  Faux. Certes, les coûts de production sont élevés, mais les prix et la
concurrence sont également des variables clés pour déterminer la
profitabilité et prendre des décisions sur la production.

13 INCORRECT En microéconomie, une industrie est définie comme :


.
Un ensemble d'entreprises qui ont besoin d’usines
Votre réponse : pour produire les biens et services qu’elles
vendent.
Réponse L’offre d’un marché, c’est-à-dire un ensemble
correcte : d'entreprises vendant des produits identiques ou
proches.

  Faux. Une industrie est un ensemble d'entreprises vendant des produits


identiques ou proches.

14 INCORRECT Sur un marché, plusieurs entreprises peuvent vendre un même produit à


différents prix, car :
.
Le marché est parfaitement concurrentiel, donc les
Votre réponse : entreprises essaient de différencier leurs produits
en proposant des prix différents de ceux de leurs
concurrents.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Sur un marché parfaitement concurrentiel, le prix de deux produits


identiques est toujours le même.
15 INCORRECT Le prix nominal d’un bien :
.
Indique la façon dont, au fil du temps, le prix d’un
Votre réponse : bien change relativement au prix des autres biens.
Réponse Est le prix absolu en euros courants d’un bien, non
correcte : corrigé des effets de l’inflation.

  Faux. Le prix nominal d’un bien indique la manière dont le prix d’un bien
a varié à la fois par rapport au prix des autres biens et à travers
l’évolution du niveau général des prix (inflation ou déflation).

16 INCORRECT Le prix réel d’un bien :


.
Est le prix absolu d’un bien, non corrigé des effets
Votre réponse : de l’inflation.
Réponse Est le prix en euros constants, ajusté pour tenir
correcte : compte de l’inflation.

  Faux. Le prix réel d’un bien est ajusté pour tenir compte des variations
dues à l’inflation ou à la déflation.

17 INCORRECT Le salaire minimum en France était de 7,61 euros en 2004 et de 8,82


euros en 2009. L’indice des prix à la consommation était de 107,8 en
. 2004 et de 117,13 en 2009. Le salaire minimum en France exprimé en
euros de 2009 était de :

8,27 euros, ce qui implique une augmentation du


Votre réponse : salaire minimum réel de 6,7 % entre 2004 et
2009.
Réponse 8,82 euros en 2004, ce qui implique une non-
correcte : augmentation du salaire minimum entre 2004 et
2009.

  Vrai. En 2004, le salaire minimum exprimé en euros de 2009 était de


7,61 x (117,13 / 107,8) = 8,27 euros. Le taux de variation du salaire
minimum réel entre 2004 et 2009 a été de (8,82 - 8,27) / 8,27 = 6,7 %.

18 INCORRECT L’indice des prix à la production :


.
Désigne l’indice des prix que les producteurs
Votre réponse : utilisent pour ajuster le salaire des travailleurs tous
les ans.
Réponse Est utilisé pour mesurer le niveau agrégé des prix
correcte : des matériaux bruts et d’autres produits
intermédiaires achetés par les entreprises, ainsi
que le prix de gros des produits finis.

  Faux. Les ajustements de salaire dans l’économie sont habituellement


fondés sur les variations de l’indice des prix à la consommation.
19 INCORRECT La microéconomie utilise des prix en euros constants dans l’analyse des
marchés car :
.
Les prix en euros constants permettent aux
Votre réponse : microéconomistes d’estimer le taux d’inflation.
Réponse Les consommateurs et les producteurs s'appuient
correcte : sur les prix relatifs plutôt que sur les prix
nominaux pour prendre leurs décisions. L’évolution
des prix relatifs est plus facile à repérer une fois
que les prix ont été corrigés de l’inflation.

  Faux. L’inflation est une mesure à l’échelle de l’économie entière et est


principalement étudiée en macroéconomie.

20 INCORRECT L’analyse microéconomique est un outil de planification efficace pour les


entreprises car :
.
Les modèles permettent de prédire précisément les
Votre réponse : ventes et l’évolution du profit.
Réponse Les modèles permettent aux décideurs de prédire
correcte : l’évolution future des prix, de la production et des
coûts en réaction aux changements observés des
goûts des consommateurs, des prix des facteurs et
des politiques gouvernementales.

  Faux. Les modèles économiques peuvent établir de bonnes prédictions,


mais les fréquents renversements de tendance imprévus ainsi que les
chocs à l’échelle internationale rendent les prévisions obsolètes.

1. INCORRECT En microéconomie, la courbe d’offre du marché illustre :

La quantité d’un bien ou d’un service vendue sur


Votre réponse : un marché au cours d'une période de temps
donnée.
Réponse La relation entre le prix d’un bien ou d’un service
correcte : et la quantité que les entreprises sont prêtes à
offrir à ce prix.

  Faux. La courbe d’offre illustre l’offre hypothétique pour différents prix


possibles, pas la quantité effectivement vendue.

2. INCORRECT La pente de la courbe d’offre :

Est négative car les entreprises peuvent vendre


Votre réponse : davantage de produits lorsque les prix diminuent.
Réponse Est positive car plus les prix sont élevés, plus la
correcte : quantité que les entreprises souhaitent vendre sur
le marché est élevée.

  Faux. La pente de la courbe d’offre est positive : les entreprises


souhaitent produire plus lorsque les prix sont plus élevés.
3. CORRECT Une augmentation du coût du carburant modifie la courbe d’offre de
transport aérien de telle sorte que la courbe :

Se déplace vers le haut et vers la gauche, car la


Votre quantité offerte de transport aérien est plus faible pour
réponse : chaque niveau de prix.

  Vrai. L’augmentation du coût de production conduit l’industrie du


transport aérien à fixer des prix plus élevés pour chaque quantité, ce qui
se traduit par un déplacement vers le haut et vers la gauche de la courbe
d’offre.

4. CORRECT Une augmentation de l’offre se traduit par un déplacement vers la


__________ de la courbe d’offre de marché. On observe une
augmentation de l’offre lorsque _______________.

- Droite. - Les coûts des facteurs de production


Votre diminuent ou lorsque la technologie de production
réponse : s’améliore.

  Vrai. Dans ce scénario, les entreprises disposent d'une plus grande


quantité pour chaque niveau de prix.

5. CORRECT En microéconomie, la courbe de demande de marché représente :

Le lien entre le prix d’un bien et la quantité que les


Votre consommateurs sont prêts à acheter à un moment
réponse : donné.

  Vrai. La courbe de demande représente la quantité hypothétique que les


consommateurs voudraient acheter à différents prix.

6. INCORRECT La courbe de demande de marché est décroissante car :

Plus le prix est faible, plus la valeur du bien telle


Votre réponse : qu’elle est perçue par les consommateurs diminue
et plus la quantité demandée diminue.
Réponse Plus le prix est faible, plus la quantité demandée
correcte : est élevée car les consommateurs veulent et
peuvent acheter une plus grande quantité d’un
bien ou d’un service lorsque le prix est plus faible.

  Faux. La courbe de demande illustre la demande hypothétique à


différents prix, en maintenant constantes la qualité perçue par le
consommateur ainsi que les autres variables qui affectent la demande.

7. CORRECT Un accroissement de la demande pour un bien normal est illustré par un


déplacement vers la __________ de la courbe de demande de marché et
se produit lorsque __________.

- Droite. - Le revenu des consommateurs augmente.


Votre
réponse :

  Vrai. Les consommateurs vont, toutes choses égales par ailleurs,


demander une quantité plus grande d’un bien pour chaque niveau de prix
lorsque leur revenu augmente.

8. INCORRECT Une chute de la demande pour un bien normal est illustré par un
déplacement vers la __________ de la courbe de demande de marché et
se produit lorsque __________.

- Gauche. - Les entreprises accroissent leurs prix


Votre réponse : en réponse à une augmentation des coûts de
production.
Réponse - Gauche. - Les prix de biens substituables
correcte : diminuent.

  Faux. Ce scénario illustre une baisse de l’offre.

9. INCORRECT En microéconomie, le prix d’équilibre est défini comme le prix pour lequel
:

Les entreprises peuvent vendre la majeure partie


Votre réponse : de ce qu’elles ont produit.
Réponse La quantité demandée est égale à la quantité
correcte : offerte ; on n'observe ni excédent, ni pénurie.

  Faux. Le prix d’équilibre est celui pour lequel la quantité demandée est
égale à la quantité offerte. Les entreprises vendent la totalité de ce
qu’elles ont produit.

10 INCORRECT Le mécanisme de marché désigne :


.
Le processus d’enchère utilisé par les entreprises et
Votre réponse : les consommateurs.
Réponse La tendance des prix et des quantités à s’ajuster
correcte : jusqu’à ce que l’offre soit égale à la demande et
qu’il n’existe ni excédent ni pénurie.

  Faux. Les enchères ne sont qu’un type parmi d’autres de marché dans
lequel le mécanisme de marché à l’œuvre permet aux prix de s’ajuster
face à un excédent ou à une pénurie, et ce, jusqu’à ce que l’offre soit
égale à la demande.

11 CORRECT Un accroissement des salaires, du coût du capital et du revenu des


. consommateurs sur le marché d’un bien normal conduit à :

Une chute de l’offre, à un accroissement de la demande


Votre et à une hausse du prix d’équilibre.
réponse :

  Vrai. Un accroissement des coûts déplace la courbe d’offre vers la gauche


et la hausse du revenu déplace la courbe de demande vers la droite. Ces
deux mouvements conduisent à une hausse du prix sur le marché.

12 INCORRECT Quand un excédent découle d’une baisse de la demande, il disparaît à


terme car :
.
La demande augmente en réaction à l’excédent de
Votre réponse : biens.
Réponse Le prix va diminuer, ce qui va réduire la quantité
correcte : offerte et augmenter la quantité demandée,
jusqu’à ce que les quantités offertes et demandées
s’égalisent.

  Faux. La demande ne réagirait à l’existence d’un surplus que si le prix


diminuait. La baisse des prix est nécessaire pour accroître la quantité
demandée et éliminer l’excédent.

13 INCORRECT Les déplacements de la courbe d’offre, toutes choses égales par ailleurs,
conduisent à :
.
Une augmentation du prix d’équilibre du marché si
Votre réponse : le déplacement est dû à une chute de l’offre.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Bien que cette réponse soit correcte, la réponse 3 l’est également.

14 CORRECT Les déplacements de la courbe de demande, toutes choses égales par


ailleurs :
.
Conduisent à une augmentation du prix d’équilibre du
Votre marché si le déplacement est dû à une augmentation
réponse : de la demande.

  Vrai. Un accroissement de la demande, illustré par un déplacement vers


la droite de la courbe de demande, va provoquer une pénurie si le prix
reste inchangé. La pression imposée par les consommateurs va pousser
les prix à la hausse. Les quantités offertes vont augmenter, et l’équilibre
du marché se fixera à un prix et une quantité plus élevés.

15 INCORRECT Un accroissement simultané de l’offre et de la demande va


. systématiquement provoquer :

Un déplacement vers la droite des deux courbes,


Votre réponse : ce qui conduit à un prix et une quantité d’équilibre
plus élevés.
Réponse Un déplacement vers la droite des deux courbes,
correcte : ce qui conduit à une quantité d’équilibre plus
élevée. Néanmoins, il est impossible de déterminer
l’effet sur le prix en l’absence d’information
supplémentaire.

  Faux. Certes, une hausse simultanée de l’offre et de la demande va


accroître les quantités échangées sur le marché. Néanmoins, le nouveau
prix d’équilibre dépend de l’ampleur relative des hausses de l’offre et de
la demande. Si l’offre augmente plus que la demande, le prix va
diminuer. Si la demande augmente plus que l’offre, le prix va augmenter.

16 INCORRECT L’élasticité-prix de la demande :


.
Mesure la sensibilité de la quantité demandée au
Votre réponse : prix et se calcule avec la formule (∆P / P) / (∆Q /
Q) ou (Q / P) x (∆P / ∆Q).
Réponse Mesure la sensibilité de la quantité demandée au
correcte : prix et se calcule avec la formule (∆Q / Q) / (∆P /
P) ou (P / Q) x (∆Q / ∆P).

  Faux. L’élasticité-prix de la demande mesure effectivement la sensibilité


de la quantité demandée au prix, mais la bonne formule est (∆Q / Q) /
(∆P / P) ou (P / Q) x (∆Q / ∆P).

17 INCORRECT Quand la quantité demandée est très sensible aux variations du prix :
.
(∆Q / Q) > (∆P / P) et la demande est dite
Votre réponse : élastique.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse numéro 3 l’est


également.

18 INCORRECT La demande tendra à être plus élastique au prix si :


.
Il existe peu de substituts au bien ou au service en
Votre réponse : question et si le produit représente une part faible
du budget des consommateurs.
Réponse Il existe de nombreux substituts au bien ou au
correcte : service en question ; celui-ci représente alors une
part relativement grande du budget des
consommateurs et on raisonne sur une période de
temps relativement longue.

  Faux. La demande tend à être moins sensible au prix et donc plus rigide
dans ces conditions.

19 INCORRECT L’élasticité-prix de la demande le long d’une courbe de demande


linéaire :
.
Varie en valeur absolue, entre zéro (à l’intersection
Votre réponse : avec l’axe des ordonnées) et l’infini (à l’intersection
avec l’axe des abscisses).
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Mais le contraire est vrai. (P / Q) tend vers l’infini au voisinage de
l’axe des ordonnées, où Q tend vers zéro. Et (P / Q) est nul à
l’intersection avec l’axe des abscisses, où Pi>  = 0.

20 CORRECT L’élasticité-revenu de la demande :


.
Mesure la sensibilité de la quantité demandée au
Votre revenu et se calcule avec la formule (∆Q / Q) / (∆R /
réponse : R) ou (R / Q) x (∆Q / ∆R).

  Vrai. L’élasticité-revenu de la demande se calcule en divisant le taux de


variation de la quantité demandée par le taux de variation du revenu.

1. INCORREC
T
La théorie du comportement du consommateur permet aux
entreprises de comprendre :

La façon dont les consommateurs opèrent


Votre réponse : systématiquement des choix rationnels en trois
étapes distinctes.
Réponse La manière dont les variations de revenu et de
correcte : prix affectent la demande de biens et de
services.

  Faux. Les consommateurs ne sont pas toujours rationnels et


procèdent fréquemment à des achats impulsifs.

2. CORRECT Les trois hypothèses de base que doivent respecter les préférences
des consommateurs sont :

Les consommateurs peuvent comparer et classer


Votre selon leurs préférences tous les paniers de biens
réponse : disponibles sur le marché, leurs préférences sont
transitives et les consommateurs préfèrent toujours
disposer d'un bien en plus grande quantité.

  Vrai.
3. INCORREC
T
Une courbe d’indifférence représente ______________ et sa pente est
égale ____________________.

- Les différentes combinaisons de deux biens qui


Votre réponse : procurent le même niveau de satisfaction. - Au
prix d’un bien par rapport à l’autre.
Réponse - Les différentes combinaisons de deux biens qui
correcte : procurent le même niveau de satisfaction. - Au
taux marginal de substitution.

  Faux. La pente d’une courbe d’indifférence est le taux auquel on peut


sacrifier un bien pour un autre tout en maintenant le niveau de
satisfaction constant.

4. CORRECT Dans la théorie du comportement du consommateur, le taux marginal


de substitution (TMS) est :

La quantité d’un bien que l’on doit substituer à un


Votre autre pour maintenir la satisfaction constante le long
réponse : d’une courbe d’indifférence.

  Vrai.

5. INCORREC
T
Les courbes d’indifférence sont décroissantes et concaves, car :

Lorsqu’on se déplace vers le bas et vers la droite


Votre réponse : le long d’une courbe d’indifférence, et que l’on
substitue la consommation d’un bien à un autre,
la satisfaction totale diminue.
Réponse Le principe des utilités marginales décroissantes
correcte : implique que, lorsque la consommation d’un bien
augmente, on sacrifie de moins en moins
d’autres biens pour maintenir la satisfaction
constante.

  Faux. La satisfaction totale est constante le long d’une courbe


d’indifférence.

6. INCORREC
T
Dans la théorie du comportement du consommateur, deux biens sont
dits parfaitement substituables lorsque :

Les courbes d’indifférence représentant les


Votre réponse : différentes combinaisons des deux biens sont des
droites avec une pente égale à -1.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l’est aussi.


7. CORRECT Une fonction d’utilité ordinale :

Classe les paniers de biens du meilleur au moins bon


Votre dans l’ordre des préférences du consommateur, le
réponse : meilleur étant le plus éloigné de l’origine.

  Vrai.

8. INCORREC
T
Les contraintes budgétaires :

Existent pour le consommateur mais ne peuvent


Votre réponse : être quantifiées.
Réponse Limitent la quantité de biens et de services que
correcte : les consommateurs peuvent acheter au cours
d'une période donnée.

  Faux. Il est très facile de déterminer les contraintes budgétaires si on


connaît le revenu et le prix des paniers de biens que l’on étudie.

9. INCORREC
T
La droite de budget illustre toutes les combinaisons de deux
biens X et Y :

Qui peuvent être achetées avec un revenu


Votre réponse : donné, dont l'équation est R = Y + (Px / Py)X,
où Px et Py sont les prix des
biens X et Y et R représente le revenu.
Réponse Qui peuvent être achetées avec un revenu
correcte : donné, dont l'équation est Y = (R / Py) - (Px /
Py)X, où Px et Py sont les prix des
biens X et Y et R représente le revenu.

  Faux. La droite de budget a une pente négative égale à -(Px / Py),


et Y est la variable indépendante : Y = (R / Py) - (Px / Py)X.

10 INCORREC
T
Lorsque le prix d’un bien augmente et que le prix de l’autre bien ainsi
que le revenu sont maintenus constants, la droite de budget :
.
Se déplace parallèlement à la droite de budget
Votre réponse : initiale en s’éloignant de l’origine.
Réponse Effectue une rotation de telle sorte que le point
correcte : d’intersection entre la droite de budget et l’axe
associé au bien dont le prix a augmenté est plus
proche de l’origine.

  Faux. Quand le prix d’un bien change et que le prix de l’autre bien est
maintenu constant, la pente de la droite de budget change.
11 INCORREC
T
Quel est l’impact d’une augmentation en proportions égales des prix et
du revenu sur la droite de budget ?
.
L’impact est incertain : on a besoin de plus
Votre réponse : d’information sur le revenu, les prix et le taux
d’inflation pour répondre à cette question.
Réponses Aucun : la droite de budget ne se déplace pas
correctes : et ne tourne pas.

L’impact est incertain : on a besoin de plus


d’information sur le revenu, les prix et le taux
d’inflation pour répondre à cette question.

  Faux. Le pouvoir d’achat et la pente de la droite de budget ne varient


pas lorsque le revenu et les prix des biens augmentent dans des
proportions similaires.

12 INCORREC
T
Étant donné la contrainte budgétaire du consommateur, la
maximisation de la satisfaction se situe :
.
Sur un point sur la courbe d’indifférence la plus
Votre réponse : proche de l’origine.
Réponse Sur un point qui est sur la droite de budget et sur
correcte : la courbe d’indifférence la plus éloignée de
l’origine.

  Faux. Le consommateur choisira toujours un panier situé sur la courbe


d’indifférence la plus éloignée de l’origine pour maximiser sa
satisfaction, mais sur la droite de budget.

13 INCORREC
T
La pente de la droite de budget, lorsque le bien <i>Y est sur l’axe des
ordonnées et le bien X sur l’axe des abscisses, est constante et égale
. à:

L’opposé du taux marginal de substitution (TMS)


Votre réponse : du consommateur.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Le TMS est la pente de la courbe d’indifférence et n’est pas


constant : il diminue lorsque l’on se déplace vers le bas d’une courbe
d’indifférence convexe.

14 INCORREC
T
Au point où la courbe d’indifférence est tangente à la droite de
budget :
.
Le taux marginal de substitution est inférieur au
Votre réponse : rapport des prix des deux biens, et le
consommateur ne peut choisir un panier que
lorsque les deux sont égaux.
Réponse Le taux marginal de substitution est égal au
correcte : rapport des prix des deux biens, et la satisfaction
du consommateur est maximale.

  Faux. Lorsque la droite de budget est tangente à la courbe


d’indifférence, leurs pentes sont égales : TMS = -(Px / Py). Le
consommateur peut choisir n’importe quel panier disponible sur le
marché, mais la satisfaction est maximale sous cette condition.

15 INCORREC
T
L’utilité marginale mesure :
.
La variation dans la satisfaction lorsque l’on
Votre réponse : consomme une unité supplémentaire d’un bien et
une unité en moins d’un autre bien.
Réponse La satisfaction supplémentaire gagnée suite à la
correcte : consommation d’une unité supplémentaire d’un
bien ou d’un service, en gardant la
consommation de tous les autres biens et
services constante.

  Faux. L’utilité marginale est la satisfaction supplémentaire gagnée


suite à la consommation d’une unité supplémentaire d’un bien ou d’un
service, en gardant la consommation de tous les autres biens et
services constante.

16 INCORREC
T
Lorsque l’on se déplace le long d’une courbe d’indifférence et que l’on
consomme des paniers de biens différents contenant des biens X et
. des biens Y, la variation globale de la satisfaction est :

Égale au TMS et elle se représente par l’équation


Votre réponse : TMS = Px( ∆X) + Py ( ∆Y).
Réponse Égale à zéro et elle se représente par l’équation 0
correcte : = Umx ( ∆X) + Umy ( ∆Y), où Um désigne
l’utilité marginale.

  Faux. La courbe d’indifférence maintient la satisfaction constante.

17 CORRECT Dans la théorie du comportement du consommateur, le principe


d’égalisation marginale affirme que :
.
L’utilité est maximale lorsque le consommateur a
Votre égalisé l’utilité marginale par euro dépensé pour tous
réponse : les biens.

  Vrai. La satisfaction est maximale au point où la droite de budget est


tangente à une courbe d’indifférence ou lorsque TMSxy = Umx / Umy
= Px / Py (voir l’équation 3.5 dans le manuel) ou, autrement dit,
que Umx / Px = Umy / Py.

18 CORRECT Un consommateur a maximisé la satisfaction qu’il peut obtenir à partir


de la consommation de deux biens étant donné sa contrainte
. budgétaire. Si l’utilité marginale du bien X est de 25, que le prix du
bien X soit de 5 € et que l’utilité marginale du bien Y soit de 15,
alors :

Le prix du bien Y est de 3 €.
Votre
réponse :

  Vrai. Dans ce cas, <i>Umx / Px = Umy / Py.

19 INCORREC
T
Si l’utilité marginale du bien X est de 25, le prix du bien X de 5 €,
l’utilité marginale de Y de 15 et le prix du bien Y de 5 € également,
. alors :

L’utilité marginale par euro dépensé pour X est


Votre réponse : plus élevée que pour Y, et donc le consommateur
devrait choisir un panier de biens avec plus
de Y et moins de X jusqu’à ce que l’utilité
marginale de Y soit égale à celle de X.
Réponse L’utilité marginale par euro dépensé pour X est
correcte : plus élevée que pour Y, et donc le consommateur
devrait choisir un panier de biens avec plus
de X et moins de Y pour accroître sa satisfaction.

  Faux. La loi des utilités marginales décroissantes indique qu’un


accroissement de la consommation de Y entraînerait une chute (et non
une augmentation) de l’utilité marginale de Y. Dans ce cas, la
satisfaction du consommateur augmentera s’il consomme plus de X et
moins de Y.

20 INCORREC
T
L’accroissement de l’indice de prix de Laspeyres au fil du temps est
plus élevé que le coût réel de la vie, car :
.
L’indice des prix de Laspeyres est un indice à
Votre réponse : pondération variable qui mesure les variations
dans le coût de la vie au fil du temps en utilisant
le panier de biens et de services consommé
pendant l’année courante. Il ne prend pas en
compte les phénomènes de substitution qui
poussent les consommateurs à acheter les biens
dont le prix a baissé.
Réponse L’indice des prix de Laspeyres est un indice à
correcte : pondération fixe qui mesure les variations dans le
coût de la vie au fil du temps en utilisant le
panier de biens et de services consommé
pendant l’année de référence. Il ne prend pas en
compte les phénomènes de substitution qui
poussent les consommateurs à acheter les biens
dont le prix a baissé.

  Faux. L’indice des prix de Laspeyres est un indice à pondération fixe


qui utilise un panier de biens et de services consommés pendant
l’année de référence.
1. INCORREC
T
Selon la théorie de la demande des consommateurs, une hausse des prix
affecte la demande individuelle d'un bien :

En changeant la pente de la courbe d'indifférence,


Votre réponse : conduisant le consommateur à choisir un panier avec
une plus faible quantité de biens et de services.
Réponse En tournant et en déplaçant la droite de budget vers
correcte : l'origine, conduisant le consommateur à choisir un
panier avec une plus faible quantité de biens et de
services.

  Faux. Le changement des prix affecte la pente de la droite de budget


seulement.

2. INCORREC
T
La courbe de consommation-prix illustre :

Les différentes combinaisons de deux biens qui


Votre réponse : maximisent la satisfaction du consommateur lorsque
les prix de deux biens changent au fil du temps et
que le revenu est maintenu constant.
Réponse Les différentes combinaisons de deux biens que le
correcte : consommateur choisit pour maximiser sa satisfaction
lorsque le prix d'un bien change et que le revenu et
le prix de l’autre bien sont maintenus constants.

  Faux. Le prix du premier bien change ; le prix du second bien et le revenu


sont maintenus constants le long de la courbe de consommation-prix.

3. CORRECT Si, sur une carte d'indifférence, un bien normal Y est représenté sur l'axe
vertical et qu'un bien X soit représenté sur l'axe horizontal, quand le prix
de Y baisse :

La valeur absolue de la pente de la droite de budget


Votre augmente, le consommateur achète plus de Y, et le taux
réponse : marginal de substitution augmente.

  Vrai. La droite de budget fait une rotation et se déplace vers le haut


(pente plus raide), et comme le consommateur substitue les biens en
achetant le bien le moins cher, Y, le TMS augmente.

4. INCORREC
T
Quand le prix d'un produit dans le panier de consommation baisse, on se
déplace vers le bas et vers la droite le long de la courbe de demande de
ce bien et :

Le niveau d'utilité totale que le consommateur peut


Votre réponse : atteindre avec un niveau de revenu donné
augmente.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 est également


correcte.
5. INCORREC
T
Si un consommateur choisit des paniers de biens contenant les biens
normaux X et Y, quand le prix du bien X baisse :

Le consommateur achète davantage de bien X et la


Votre réponse : même quantité de bien Y parce que son pouvoir
d'achat a augmenté.
Réponse Le consommateur peut acheter davantage de
correcte : bien X et  de bien Y, selon ses préférences. En effet,
la baisse de prix de X augmente le pouvoir d'achat
du consommateur.

  Faux. L'effet de revenu d’une baisse des prix peut permettre au


consommateur d'acheter davantage des deux biens, selon ses
préférences.

6. INCORREC
T
Lorsque la courbe de consommation-revenu d'un bien a une pente
positive :

Le bien est considéré comme un bien normal et la


Votre réponse : quantité demandée augmente avec le revenu,
conduisant à un déplacement à gauche de la courbe
de demande.
Réponse L'élasticité-revenu de la demande est positive et le
correcte : bien est considéré comme un bien normal.

  Faux. Une augmentation de la demande est illustrée par un déplacement


vers la droite de la courbe de demande.

7. INCORREC
T
Toutes choses égales par ailleurs, la courbe de la demande :

Se déplace à droite suite à la hausse du revenu pour


Votre réponse : un bien normal et à gauche suite à la baisse du
revenu pour un bien inférieur.
Réponse Se déplace à droite suite à la hausse du revenu pour
correcte : un bien normal et à gauche suite à la baisse du
revenu pour un bien inférieur.

  Faux. La courbe de demande d’un bien inférieur se déplace à droite suite


à une hausse du revenu, car l'élasticité-revenu de la demande est
négative.

8. INCORREC
T
Si une courbe d'Engel est d’abord croissante mais qu'elle devienne
décroissante pour des niveaux de revenu plus élevés :

Le bien a une élasticité-revenu de la demande


Votre réponse : négative à de faibles niveaux de revenu, mais une
élasticité-revenu de la demande positive à des
niveaux de revenu élevés.
Réponse Le bien a une élasticité-revenu de la demande
correcte : positive à de faibles niveaux de revenu, mais une
élasticité-revenu de la demande négative à des
niveaux de revenu élevés.

  Faux. Une courbe d'Engel croissante à de faibles niveaux de revenu


indique une élasticité-revenu de la demande positive ; une courbe d’Engel
décroissante à des niveaux de revenu plus élevés indique une élasticité-
revenu de la demande négative.

9. CORRECT L'effet de substitution mesure la variation de la quantité demandée d'un


bien suite à la variation du prix de ce bien. Il est mesuré par :

La différence entre la quantité initiale achetée et la


Votre quantité représentée par le point de tangence entre la
réponse : droite de budget, avec une pente égale au nouveau ratio
de prix, et la courbe d'indifférence initiale.

  Vrai.

10 INCORREC
T
L'effet de revenu mesure la variation de la quantité demandée d'un bien :
.
Suite à la modification des prix relatifs, en
Votre réponse : maintenant constants le revenu et l’utilité.
Réponse Suite à la variation du pouvoir d'achat et se calcule,
correcte : comme l'effet total, sur la quantité demandée moins
l'effet de substitution.

  Faux. Le niveau de satisfaction susceptible d'être obtenu évolue dans la


direction opposée de la variation des prix, en raison du changement du
pouvoir d'achat.

11 INCORREC
T
Un consommateur maximise son utilité par la consommation de quatre
unités de vêtements (représentée sur l'axe vertical d'une carte
. d'indifférence) et de deux unités de nourriture (représentée sur l'axe
horizontal). Si le prix de la nourriture augmente de 5 $ à 6 $, que le prix
des vêtements demeure inchangé à 5 $ et que le budget reste de 30 $, le
consommateur se déplace à une courbe d'indifférence avec un niveau de
satisfaction _________________________ et le nouveau taux marginal
de substitution sera égal à _____________________________.

- Plus élevé. - 5 / 6.
Votre réponse :
Réponse - Plus faible. - 6 / 5.
correcte :

  Faux. La hausse de prix réduit le pouvoir d'achat et conduit ainsi à un


niveau de satisfaction inférieur. Aussi, le taux marginal de substitution est
égal au prix du bien représenté sur l'axe X divisé par le prix du bien
représenté sur l'axe Y, ou 6 / 5 dans cet exemple.
12 INCORREC
T
Sur une carte d'indifférence, les vêtements, représentés sur l'axe vertical,
coûtent 5 $ par unité, et les produits alimentaires, représentés sur l'axe
. horizontal, coûtent 5 $ par unité. Le prix des produits alimentaires
diminue suite à une récolte abondante engendrée par le beau temps. Si,
au nouveau panier optimal, le taux marginal de substitution est de 3 / 5,
quel est le nouveau bas prix des produits alimentaires ?

Les informations sont insuffisantes pour répondre à


Votre réponse : cette question.
Réponse 3 $.
correcte :

  Faux. Lorsque le consommateur achète le panier maximisant la


satisfaction, le taux marginal de substitution est égal à <i>P - Produits
alimentaires / P - Vêtements, la pente de la droite de budget et la courbe
d'indifférence au point de tangence, ou 3 $ / 5 $.

13 INCORREC
T
La courbe de demande de marché est :
.
La somme horizontale des courbes de demande
Votre réponse : individuelle de tous les consommateurs sur le
marché. Elle se déplace à gauche lorsque le nombre
de consommateurs sur le marché augmente.
Réponse La somme horizontale des courbes de demande
correcte : individuelle de tous les consommateurs sur le
marché. Elle se déplace à droite lorsque le nombre
de consommateurs sur le marché augmente.

  Faux. Quand le nombre de consommateurs sur un marché augmente, la


demande elle aussi augmente et la courbe de demande de marché se
déplace à droite.

14 CORRECT Si le responsable marketing d'une entreprise a estimé que l'élasticité-prix


de la demande pour le bien vendu par l’entreprise est égale à -1,5 :
.
Le responsable comprend que la demande est élastique
Votre au prix et qu’une augmentation des prix va entraîner
réponse : une baisse des dépenses totales de consommation.

  Vrai. Lorsque la valeur absolue de l'élasticité-prix de la demande est


supérieure à 1, la demande est élastique au prix ; une augmentation des
prix entraîne une baisse de la recette totale, et <i>vice versa.</i

15 INCORREC
T
Si une entreprise constate que l'élasticité-prix de la demande est égale à
-0,5, elle peut s'attendre à ce qu'une augmentation de prix :
.
Accroisse les ventes et les recettes, mais l'effet sur
Votre réponse : les profits est inconnu.
Réponse Accroisse les ventes et la rentabilité, car la recette
correcte : totale augmente et le coût total baisse.
  Faux. Avec une demande inélastique et une hausse des prix, le
pourcentage de diminution de la quantité demandée est inférieur au
pourcentage d'augmentation de prix, ce qui augmente le revenu, réduit
les coûts totaux, compte tenu de la faible quantité produite, et augmente
la rentabilité.

16 INCORREC
T
Si une entreprise constate que l'élasticité-prix de la demande est égale à
-2,5, elle peut s'attendre à ce qu'une augmentation de prix :
.
Accroisse les ventes, la recette totale et les profits,
Votre réponse : car la hausse des prix augmente la recette unitaire.
Réponse Réduise les ventes et la recette, mais on ne connaît
correcte : pas l'effet sur les profits sans plus d'informations.

  Faux. Lorsque la demande est élastique au prix, et lorsque le prix


augmente, le pourcentage de diminution de la quantité demandée est
supérieur au pourcentage d'augmentation de prix, ce qui réduit la recette.

17 INCORREC
T
Le surplus du consommateur est égal à :
.
La différence entre le prix qu'un consommateur paie
Votre réponse : pour un bien et le coût de production de ce bien : si
le consommateur paie 5 $ et que le coût unitaire de
production soit de 4 $, le surplus du consommateur
pour cette transaction est de 1 $.
Réponse La différence entre le prix qu'un consommateur est
correcte : prêt à payer pour un bien et le prix réellement payé
pour ce bien : si le consommateur est prêt à payer 7
$ et que le prix soit de 5 $, le surplus du
consommateur pour cette transaction est de 2 $.

  Faux. Le surplus du consommateur est égal au montant qu'un


consommateur est prêt à payer et le prix payé.

18 INCORREC
T
Le surplus total du consommateur, lorsque le prix à l’ordonnée de la
courbe de demande est de 20 $, le prix d'équilibre du marché est de 10 $
. et la quantité d'équilibre est de 20, est égal à :

20 $ x 10 $ x 20 = 4 000 $.
Votre réponse :
Réponse 1 / 2 (10 $ x 20) =100 $.
correcte :

  Faux. Le surplus du consommateur est égal à l'aire du triangle en dessous


de la courbe de demande et au-dessus du prix, ou 1 / 2 (10 x 20 $) =
100 $.

19 INCORREC
T
Une externalité de réseau se produit lorsque :
.
La quantité demandée d'un bien par un
Votre réponse : consommateur baisse en réaction à l'achat accru de
ce bien par d’autres consommateurs, par effet
d’imitation.
Réponse La quantité demandée d'un bien par un
correcte : consommateur augmente en réaction à l'achat accru
de ce bien par d’autres consommateurs, par effet
d’imitation.

  Faux. L'effet d’imitation augmente la demande d’un bien lorsque


davantage de gens en demandent.

20 INCORREC
T
Si l'élasticité-revenu de la demande pour un bien est de 1,5 :
.
La quantité demandée va croître de 1 500 $ chaque
Votre réponse : fois que le revenu augmentera de 1 000 $.
Réponse La quantité demandée augmentera de 7,5 % avec
correcte : une augmentation de 5 % du revenu.

  Faux. L’élasticité-revenu de la demande est fondée sur les variations en


pourcentage : on ne peut pas utiliser les variations absolues de revenu
pour estimer l'effet d'un changement du revenu sur la quantité
demandée.

1. INCORREC
T
La probabilité pour tous les événements possibles :

Est une mesure de la vraisemblance qu'un


Votre réponse : événement donné se produise ; la somme des
probabilités de tous les événements possibles
varie en fonction des valeurs assignées.
Réponse Est une mesure de la vraisemblance qu'un
correcte : événement donné se produise ; la somme des
probabilités de tous les événements possibles
doit être égale à 1.

  Faux. La somme des probabilités de tous les événements possibles


doit être égale à 1.

2. CORRECT Une probabilité objective est :

Liée à un événement possible selon la fréquence à


Votre laquelle l'événement tend à se réaliser.
réponse :

  Vrai.

3. INCORREC
T
La valeur espérée :
Mesure la valeur du résultat espéré avec la plus
Votre réponse : grande probabilité.
Réponse Mesure la moyenne pondérée des gains ou des
correcte : valeurs associés à tous les événements possibles.

  Faux. La valeur espérée est la moyenne pondérée des gains associés


à tous les événements possibles.

4. CORRECT Si la probabilité d’un événement 1 est de 0,75 avec un gain espéré de


5 000 $ et que la probabilité de l’événement 2 soit de 0,25 avec un
gain espéré de 20 000 $, la valeur espérée est :

(0,75 x 5 000) + (0,25 x 20 000 $) = 9 375 $.


Votre
réponse :

  Vrai.

5. INCORREC
T
On définit la variabilité comme :

L'éventail des résultats possibles sur plusieurs


Votre réponse : périodes.
Réponse La mesure selon laquelle les gains possibles
correcte : varient dans leurs résultats.

  Faux. La variabilité se mesure à l'aide des valeurs de toutes les issues


possibles pour un résultat espéré.

6. INCORREC
T
L'écart type se calcule comme :

La somme des écarts entre la valeur espérée et


Votre réponse : le gain associé à chaque résultat.
Réponse La somme des carrés des écarts entre les
correcte : résultats espérés et possibles, pondérée par leur
probabilité, mise à la racine carrée.

  Faux. L'écart type est la racine carrée de la moyenne pondérée du


carré des écarts entre les gains associés à chaque résultat et leur
valeur espérée.

7. INCORREC
T
On peut définir un individu averse au risque comme quelqu'un qui :

A une utilité marginale décroissante du revenu.


Votre réponse :
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :
  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l’est également.

8. INCORREC
T
On définit un individu qui a le goût du risque comme quelqu'un qui :

A une utilité marginale constante du revenu.


Votre réponse :
Réponse Préfère un revenu incertain plus élevé avec un
correcte : plus grand écart type à un revenu plus faible
avec un écart type plus faible.

  Faux. Un individu qui a le goût du risque a une utilité marginale


croissante du revenu et préfère parier sur la possibilité d'un revenu
plus élevé.

9. CORRECT John évalue deux opportunités d'investissement : l'une avec un


rendement de 5 % sur investissement (l’écart type est de 1 %) et
l’autre avec un rendement de 7,5 % sur investissement (l’écart type
est de 5 %). John va décider d'investir dans :

Le projet à 5 % s'il est averse au risque, en espérant


Votre obtenir un rendement de 5 % avec une faible
réponse : variabilité.

  Vrai.

10 INCORREC
T
La prime de risque est :
.
Le montant qu'une personne ayant le goût du
Votre réponse : risque est prête à payer pour prendre des
risques.
Réponse Le revenu maximum auquel une personne est
correcte : prête à renoncer ou le montant maximum qu'une
personne est disposée à payer pour éviter de
prendre des risques.

  Faux. Les gens s'attendent à recevoir des gains supplémentaires pour


la prise de risque, ils ne paient pas pour prendre des risques.

11 CORRECT Un investisseur envisage un investissement de 100 000 $ dans un


pays en développement. Il peut espérer un rendement de 75 000 $
. avec une probabilité de 0,75. Toutefois, il existe une probabilité de
0,25 qu'un coup d'État militaire se traduise par un rendement de 0 $.
Souscrire une assurance politique à 18 750 $ conduira à un
rendement espéré de _____________________ avec ou sans
assurance, mais réduit l'écart type de _________ à ____________.

56,250 $ ; 32,476 $ ; 0 $.
Votre
réponse :
  Vrai. La valeur espérée est de 0,75 (75 000 $) 0,25 (0) = 56 250 $
avec un écart type de 32 476 $, ce qui est égal à √ (0,75 (18,750 $ ^
2) + 0,25 (-56,250 $ ^ 2)). L'assurance réduit la variabilité à 0.

12 INCORREC
T
La valeur de l'information complète est égale à :
.
La moyenne pondérée de la valeur espérée d'un
Votre réponse : choix en information complète et la valeur
espérée d'un choix en information incomplète.
Réponse La différence entre la valeur espérée d'un choix
correcte : en information complète et la valeur espérée
d'un choix en information incomplète.

  Faux. La valeur de l’information complète est la différence entre les


valeurs espérées des deux choix.

13 INCORREC
T
Il existe une probabilité de 25 % qu'un investissement de 100 000 $
donne 25 000 $ et une probabilité de 75 % que l'investissement
. donne 10 000 $. Cependant, si vous achetez des études de marché
pour 5 000 $, vous pouvez investir avec certitude les 100 000 $ et
gagner 20 000 $. Dans ce cas, la valeur de l'information complète est
de :

5 000 $, et il n'est donc pas utile de payer 5 000


Votre réponse : $ pour l'étude de marché.
Réponse 6 250 $, et il est utile de payer les 5 000 $ pour
correcte : l'étude de marché.

  Faux. La valeur espérée du rendement de votre investissement est de


13 750 $ sans information complète et de 20 000 $ avec information
complète. Donc, la valeur de l'information complète est de 6 250 $ et
il serait alors intéressant de payer 5 000 $ pour les études de marché.

14 INCORREC
T
Le rendement réel d’un bon du Trésor :
.
Est généralement plus élevé que le rendement
Votre réponse : espéré, car le bon du Trésor est un actif sans
risque.
Réponse Est égal au rendement espéré car le bon du
correcte : Trésor est un actif sans risque.

  Faux. Un bon du Trésor est un actif sans risque, et donc le rendement


espéré est égal au rendement réel.

15 INCORREC
T
Quand on analyse l’arbitrage entre le risque et le rendement, la pente
de la droite de budget :
.
est appelée prix du risque, car elle indique le
Votre réponse : risque supplémentaire qu'un investisseur est prêt
à encourir pour obtenir un rendement plus élevé.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l’est aussi.

16 INCORREC
T
Les courbes d’indifférence représentant l’arbitrage entre le risque et le
rendement espéré sont croissantes, car :
.
Davantage de risque est nécessaire pour que les
Votre réponse : investisseurs acceptent que leurs taux de
rendement soient supérieurs au prix du risque.
Réponse Un investisseur averse au risque a besoin d’un
correcte : rendement espéré plus élevé à mesure que le
niveau de risque augmente.

  Faux. Un rendement espéré plus élevé doit être offert à l’investisseur


pour qu’il encoure un risque plus élevé au moment de
l’investissement.

17 CORRECT Une courbe d'indifférence qui représente l’arbitrage entre le risque et


le rendement pour un investisseur légèrement averse au risque
. aurait :

Une pente beaucoup plus faible que dans le cas d'un


Votre investisseur plus averse au risque, car il a besoin de
réponse : seulement une petite augmentation du rendement
espéré en échange d'un plus grand écart type.

  Vrai.

18 INCORREC
T
L’aversion à la perte fait référence à :
.
Une personne averse au risque préférant un
Votre réponse : revenu certain à un revenu plus élevé avec une
plus grande variabilité.
Réponse La tendance des individus à préférer éviter des
correcte : pertes plutôt que de réaliser des gains.

  Faux. L’aversion à la perte fait référence à une personne qui préfère


éviter une perte plutôt que de réaliser un gain.

19 CORRECT Un exemple de l'aversion à la perte inclurait :


.
Un investisseur qui refuse de vendre un actif à un
Votre prix inférieur à son prix d'achat, alors même qu’il
réponse : pourrait investir le produit des ventes dans d’autres
titres plus rentables.

  Vrai.
20 INCORREC
T
Les approximations dans la prise de décision, telles que "ancrage" et
le fait d’ignorer des informations :
.
Rendent les décisions d'achat de bien des gens
Votre réponse : totalement inefficaces.
Réponse Peuvent introduire un biais dans les décisions
correcte : d'achat, mais aussi faire gagner du temps dans
les décisions économiques de tous les jours,
compensant ainsi une partie du biais négatif
qu'elles introduisent.

  Faux. Le gain de temps résultant des règles mentales peut compenser


certains biais.

1. INCORREC
T
Les décisions d'une entreprise qui minimise le coût  sont prises pour :

Comprendre la fonction de production et le prix de


Votre réponse : vente, et décider ensuite de la part à utiliser de
chaque input pour un niveau donné de production.
Réponse Comprendre la fonction de production et les prix des
correcte : inputs, et décider ensuite de la part à utiliser de
chaque input pour un niveau donné de production.

  Faux. L'entreprise minimise les coûts de production en examinant le prix


des inputs.

2. CORRECT Les facteurs de production :

Sont des inputs que l'entreprise doit utiliser dans le


Votre processus de production ; ils comprennent le travail, le
réponse : matériel et le capital.

  Vrai.

3. INCORREC
T
La fonction de production de l'entreprise :

Illustre la production maximale que l'on peut obtenir


Votre réponse : pour chaque combinaison spécifique de facteurs de
production.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l'est également.

4. INCORREC
T
Le court terme décrit une période de temps :

Au cours de laquelle tous les facteurs de production


Votre réponse : peuvent varier.
Réponse Au cours de laquelle il est impossible de changer un
correcte : ou plusieurs facteurs de production.

  Faux. Au moins un facteur de production est fixe sur le court terme.

5. INCORREC
T
Une fonction de production à court terme :

Représente la production supplémentaire suite à la


Votre réponse : variation des quantités de tous les inputs utilisés
dans le processus de production.
Réponse Représente la production supplémentaire suite à
correcte : l'augmentation de la quantité d’inputs, en
maintenant au moins un input constant.

  Faux. Dans une fonction de production de court terme, au moins un input


est maintenu constant.

6. INCORREC
T
Supposons que deux ouvriers produisent chacun une moyenne de 300
unités. Un troisième ouvrier est embauché, et la production augmente
pour atteindre 810 unités. Alors :

La productivité moyenne du travail est négative.


Votre réponse :
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Si deux ouvriers ont produit une moyenne de 300 unités chacun, la
production totale était de 600. Grâce au troisième ouvrier, la production a
atteint 810. Par conséquent, la productivité moyenne a baissé à 270,
mais elle reste positive.

7. CORRECT La productivité moyenne du travail atteint son maximum lorsque la


productivité marginale du travail :

Est égale à la productivité moyenne du travail.


Votre
réponse :

  Vrai. La PML augmente jusqu'à ce qu'elle coupe la PmL ; ensuite la


PML baisse. Par conséquent, quand elles se croisent, c'est-à-dire quand
PML = PmL, la PML atteint son maximum.

8. INCORREC
T
Dans une fonction de production typique, la productivité marginale du
travail augmente dans un premier temps puis elle baisse :

En raison de la loi des rendements marginaux


Votre réponse : décroissants.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :
  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont
également.

9. INCORREC
T
Les rendements marginaux décroissants se produisent parce que :

Les premiers travailleurs embauchés sont les plus


Votre réponse : qualifiés, mais comme la quantité de travail
augmente la société attire une main-d'œuvre moins
qualifiée.
Réponse Lorsqu’on embauche davantage d’ouvriers, ces
correcte : derniers partagent de plus en plus les autres
facteurs fixes, et donc leur capacité à être de plus en
plus productifs est limitée.

  Faux. La théorie du producteur assume que tous les inputs sont de même
qualité.

10 INCORREC
T
Une isoquante mesure :
.
La quantité de bien susceptible d'être produite par
Votre réponse : différentes combinaisons de deux inputs.
Réponse Toutes les combinaisons possibles de deux inputs qui
correcte : rapportent le même niveau de production.

  Faux. Les combinaisons possibles de deux facteurs de production


nécessaires pour produire un niveau donné de production sont illustrées
le long de l’isoquante.

11 INCORREC
T
Si le capital est représenté sur l'axe vertical et le travail sur l'axe
horizontal, le taux marginal de substitution (TMST) est égal à :
.
Moins la pente de l’isoquante, ou le produit
Votre réponse : marginal du travail divisé par le produit marginal
du capital (PmL / PmK).
Réponses Moins la pente de l’isoquante, ou le produit
correctes : marginal du travail divisé par le produit marginal
du capital (PmL / PmK).

Moins la pente de l’isoquante, ou ( ∆L / ∆K), qui


est égal à (PmL  / PmK).

  Vrai.

12 INCORREC
T
Un mouvement le long de l’isoquante est représenté par l'équation :
.
(PmK) ∆K = (PmL) ∆L.
Votre réponse :
Réponse (PmK) ∆K + (PmL) ∆L = 0.
correcte :
  Faux. Pour que le mouvement le long d’une isoquante soit nul, lorsque
l'un des inputs augmente l'autre doit baisser : l'une des expressions ci-
dessus doit être négative.

13 INCORREC
T
Si le capital est représenté sur l'axe vertical et le travail sur l'axe
horizontal, le taux marginal de substitution (TMST) baisse :
.
Lorsqu’on utilise plus de facteur travail. La
Votre réponse : productivité marginale du travail diminue en raison
des rendements marginaux décroissants.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

14 INCORREC
T
Si le taux marginal de substitution technique TMST est égal à 4, alors :
.
La productivité marginale du capital est égale à 8 et
Votre réponse : la productivité marginale du travail est égale à 2.
Réponse La productivité marginale du capital est égale à 2 et
correcte : la productivité marginale du travail est égale à 8.

  Faux. Le TMST est égal à la productivité marginale du travail divisée par


la productivité marginale du capital.

15 INCORREC
T
Si, le long d’une isoquante, le capital baisse d’une unité et que le travail
augmente de quatre unités :
.
Quatre ouvriers sont nécessaires pour remplacer la
Votre réponse : perte de production suite à la baisse d’une unité du
capital, et ainsi le taux marginal de substitution
technique est égal à 4 - 1 = 3.
Réponse Quatre ouvriers sont nécessaires pour remplacer la
correcte : perte de production suite à la baisse d’une unité du
capital, et ainsi le taux marginal de substitution
technique est égal à 1 / 4.

  Faux. Le TMST est égal à 1 / 4, -(  ∆K / ∆L) ou -(-1 / 4).

16 INCORREC
T
Lorsque deux facteurs sont parfaitement substituables :
.
L’isoquante est une droite croissante et le TMST
Votre réponse : varie lorsqu’un facteur est utilisé plus que l’autre.
Réponse L’isoquante est une droite décroissante et le TMST
correcte : est constant quel que soit le niveau d’inputs.

  Faux. Puisque les deux facteurs sont des substituts parfaits, la pente et le
TMST sont constants.
17 INCORREC
T
Une fonction de production à proportions fixes :
.
Nécessite une combinaison d’inputs fixée pour
Votre réponse : chaque niveau de production, ce qui signifie
qu’aucune substitution des inputs n'est possible.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

18 CORRECT Augmenter la production en changeant l'échelle de production fait


référence au processus suivant :
.
Accroître l'ensemble des inputs dans la même proportion
Votre pour augmenter la production.
réponse :

  Vrai.

19 INCORREC
T
Une entreprise avec des rendements d’échelle constants considère que :
.
Augmenter les inputs de 50 % implique un
Votre réponse : doublement de la production totale.
Réponse Doubler les inputs implique un doublement de la
correcte : production totale.

  Faux. Des rendements d'échelle constants impliquent que la production


augmente dans les mêmes proportions que celles des inputs.

20 CORRECT Une entreprise avec des rendements d’échelle constants considère que :
.
Sur une carte d’isoquantes, la distance entre deux
Votre isoquantes est toujours la même à mesure que l’on
réponse : augmente la production de manière proportionnelle.

  Vrai.

1. INCORRECT La méthode de minimisation des coûts de production dépend :

Des coûts des facteurs de production.


Votre réponse :
Réponse De la technologie de production d’une entreprise et
correcte : des coûts des facteurs de production.
  Faux. La technologie de production détermine les combinaisons efficaces
des inputs susceptibles d'être utilisés dans le processus de production,
puis les coûts des inputs sont examinés. Les deux sont requis.

2. INCORRECT Les coûts économiques :

Incluent le coût des facteurs fixes et variables.


Votre réponse :
Réponse Incluent le coût des inputs, plus le coût
correcte : d'opportunité.

  Faux. Les coûts économiques comprennent également le coût


d'opportunité du manque à gagner sur les opportunités auxquelles
l’entreprise a renoncé.

3. INCORRECT Le coût d'opportunité d’un actif est égal :

Au montant que l'entreprise aurait pu gagner en


Votre réponse : louant cet actif.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l'est également.

4. INCORRECT On définit un coût fixe comme :

Un coût inchangé d'une période à une autre, mais


Votre réponse : qui ne sera pas payé si l'entreprise ferme.
Réponse Un coût qui ne varie pas avec les niveaux de
correcte : production et qui est présent, que l'entreprise
produise ou pas.

  Faux. Un coût fixe est dû que l'entreprise produise ou qu'elle ferme.

5. INCORRECT Si le coût total d'une entreprise est de 500 $ lorsque la production est
égale à 0, 1 000 $ lorsque la production est de 10 $ et 1 400 $ quand la
production est de 20, le coût fixe est égal à :

1 000 $.
Votre réponse :
Réponse 500 $.
correcte :

  Faux. Le coût fixe est le coût qui doit être payé lorsque la production est
nulle.
6. INCORRECT Voici un exemple de coûts irrécupérables :

Les dépenses de construction d'un immeuble.


Votre réponse :
Réponse Les frais de recherche et développement d'un
correcte : médicament.

  Faux. Les immeubles peuvent être loués sur le marché, et il est donc
possible de récupérer les coûts.

7. CORRECT Voici un exemple de coûts fixes :

Les salaires des cadres, les coûts des équipements et


Votre les bâtiments loués pour un an.
réponse :

  Vrai.

8. INCORRECT Le coût moyen est :

La somme des coûts variables et des coûts fixes,


Votre réponse : divisée par la quantité produite.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

9. CORRECT Le coût variable moyen est :

Le coût de production qui varie en fonction de la


Votre quantité produite divisée par le niveau de production.
réponse :

  Vrai. Le coût variable moyen est le coût variable total divisé par la
quantité produite.

10 INCORRECT Le coût marginal est :


.
La variation du coût total lorsque la production
Votre réponse : augmente d’une unité.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l'est également.


11 CORRECT Le coût fixe pour une entreprise est de 25 $. Le coût variable est le
suivant : une unité, 10 $ ; deux unités, 15 $ ; trois unités, 25 $. Pour
. cette entreprise :

Le coût marginal de production de la première unité et


Votre de la troisième est de 10 $.
réponse :

  Vrai. Dans les deux cas, ∆CV / ∆Q = 10 $.

12 INCORRECT Un club de fitness peut augmenter ses recettes de formation individuelle


en embauchant un professeur de gym supplémentaire, sans devoir
. acheter de nouvelles fournitures. Le coût fixe est égal à 100 $ par jour.
Si le professeur est engagé pour 100 $ par jour et qu’il forme six
personnes par jour :

Le coût marginal est de 33,33 $.


Votre réponse :
Réponse Le coût marginal est de 16,67 $.
correcte :

  Faux. ∆CV / ∆Q = w / ∆Q = 100 / 6 = 16,67.

13 INCORRECT Lorsqu’une fonction de production présente des rendements marginaux


décroissants :
.
Le coût marginal de production ne peut être
Votre réponse : déterminé à partir des informations fournies.
Réponse Le coût marginal commence à augmenter.
correcte :

  Faux. Chaque unité supplémentaire d’un input induit une hausse de plus
en plus petite de la quantité produite (à savoir, ∆Q baisse), et donc le
coût marginal de production augmente.

14 CORRECT À long terme :


.
Tous les inputs, comme le travail, les équipements, les
Votre bureaux ou les usines, peuvent varier ; le coût variable
réponse : est donc égal au coût total puisque le coût fixe est nul.

  Vrai.

15 CORRECT Le coût du capital est égal :


.
Au taux de location du capital si le capital est acheté ou
Votre loué.
réponse :
  Vrai. Les propriétaires du capital pourraient le louer au taux du marché.
Par conséquent, le taux de location représente le coût d'opportunité
d'utiliser le capital dans le processus de production plutôt que de le
louer.

16 INCORRECT Si on suppose que le processus de production fait intervenir deux


facteurs de production, le travail et le capital, la droite d’isocoût illustre :
.
Toutes les combinaisons possibles de travail et de
Votre réponse : capital que l'on peut acheter pour produire un
niveau donné de bien ou de service.
Réponse Toutes les combinaisons possibles de travail et de
correcte : capital que l'on peut acheter pour un coût total
donné.

  Faux. La droite d’isocoût indique toutes les combinaisons de capital et de


travail que l'on peut acheter pour un coût donné.

17 CORRECT Le coût mensuel du capital d’une entreprise est de 400 $ par unité, le
coût mensuel du travail est de 100 $ par unité et le budget mensuel est
. égal à 4 000 $. L'entreprise décide d'acheter 20 unités de travail, lorsque
la PmL = 10. Afin de minimiser les coûts, quel est le montant du capital
acheté par l’entreprise ? Quelle est la PmK (la productivité marginale du
capital) ?

Cinq unités de capital, et la productivité marginale du


Votre capital est de 40.
réponse :

  Vrai. Lorsque le coût atteint son minimum, la droite d’isocoût est


tangente à l’isoquante, et ainsi la pente de l’isoquante ∆K / ∆L = -PmL /
PmK  = -PL  / PK.

18 CORRECT Si l'entreprise opère à un point donné sur la droite budgétaire, lorsque la


production supplémentaire qui résulte de la dépense de 1 € additionnel
. en capital est supérieure à la production supplémentaire qui résulte de la
dépense de 1 € additionnel en travail, c'est-à-dire quand (PmK  / r) >
(PmL  / w) :

L'entreprise changera la combinaison d'inputs en


Votre utilisant plus de capital et moins de travail, car le dollar
réponse : supplémentaire dépensé en capital engendrera une
augmentation de la production plus grande que celle
qui sera perdue suite à la baisse du travail,
augmentant ainsi la production totale.

  Vrai. L'entreprise va basculer vers le capital jusqu'à ce que (PmK / r) =


(PmL  / w), et il sera alors impossible d’augmenter la production compte
tenu du budget.

19 CORRECT On peut estimer et tracer la courbe de coût total de long terme à l'aide
. du chemin d'expansion, qui est :

La courbe représentant les combinaisons optimales des


Votre facteurs de production, utilisables pour produire chaque
réponse : niveau de la production lorsque les deux facteurs sont
variables.

  Vrai.

20 CORRECT L’élasticité-coût EC = ( ∆C / C) / (  ∆q / q), où C est le coût total et q la


production totale :
.
Mesure les économies d'échelle ; lorsque EC < 1, le
Votre coût marginal de long terme est inférieur au coût
réponse : moyen et le coût moyen de long terme est décroissant.

  Vrai.

1. INCORREC
T
Dans un marché parfaitement concurrentiel :

Il existe un petit nombre d'entreprises vendant


Votre réponse : des produits uniques.
Réponse Aucune de ces réponses. Dans un marché
correcte : parfaitement concurrentiel, les entreprises
vendent des produits homogènes et considèrent
le prix du marché comme donné.

  Faux. Dans un marché parfaitement concurrentiel, les entreprises


vendent des produits homogènes.

2. CORRECT Les preneurs de prix :

Sont des entreprises qui considèrent le prix du


Votre marché comme donné. Comme elles ne vendent
réponse : qu’une petite proportion de la quantité totale offerte
sur le marché, leurs décisions n'ont aucun impact sur
le prix du marché.

  Vrai.

3. CORRECT Les trois caractéristiques principales d'un marché parfaitement


concurrentiel sont :

Les produits des entreprises sont homogènes, les


Votre entreprises sont preneurs de prix et peuvent
réponse : librement entrer sur le marché et en sortir.
  Vrai.

4. INCORREC
T
La théorie microéconomique suppose que toutes les entreprises
maximisent leurs profits, car :

On a observé que les dirigeants alignent toujours


Votre réponse : leurs objectifs avec ceux des actionnaires et
cherchent à maximiser les profits à court terme
et à long terme.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Parce qu'il est difficile pour les actionnaires de surveiller le


comportement des dirigeants, ces derniers s'écartent, à court terme,
des objectifs de long terme.

5. INCORREC
T
Les profits sont maximisés lorsque l'entreprise :

Produit une quantité au point où la recette


Votre réponse : marginale est supérieure au coût marginal.
Réponse Produit une quantité au point où la recette
correcte : marginale est égale au coût marginal.

  Faux. L'entreprise peut augmenter son profit lorsque la recette


marginale est supérieure au coût marginal.

6. INCORREC
T
La courbe de demande pour une entreprise en concurrence parfaite :

Est décroissante, puisque la quantité demandée


Votre réponse : augmente à mesure que l'entreprise fait baisser
les prix.
Réponse Est horizontale au prix du marché et elle est
correcte : parfaitement élastique.

  Faux. Une entreprise en concurrence parfaite est "preneur de prix".


Elle fait face à une courbe de demande horizontale au prix du marché.

7. INCORREC
T
La quantité qui maximise le profit d’une entreprise en concurrence
parfaite est telle que :

Le prix est égal à la recette marginale.


Votre réponse :
Réponse Le prix est égal au coût marginal.
correcte :

  Faux. Le prix est toujours égal à la recette marginale pour une


entreprise parfaitement concurrentielle.
8. INCORREC
T
Une entreprise peut décider de fermer à court terme :

Si la maximisation du profit s'effectue à un


Votre réponse : niveau de production tel que le prix est inférieur
au coût moyen.
Réponse Si le prix est inférieur au coût variable moyen.
correcte :

  Faux. Si le prix est supérieur au coût moyen, l’entreprise réalise un


profit en produisant. Elle va donc choisir de produire.

9. INCORREC
T
Si une entreprise en concurrence parfaite constate que la
maximisation du profit se produit lorsque le prix est égal au coût
marginal, lorsqu’il est inférieur au coût variable moyen :

L'entreprise choisit de produire à court terme,


Votre réponse : puisque la recette totale est supérieure au coût
variable. Cependant, elle quittera le marché à
long terme.
Réponse L'entreprise ne va pas produire à court terme ;
correcte : elle quittera le marché à long terme si elle pense
que les conditions du marché ne changeront pas.

  Faux. Lorsque le prix est inférieur au coût variable moyen, la recette


totale est inférieure au coût variable et l'entreprise quittera le marché.

10 CORRECT La courbe d'offre de court terme d’une entreprise en concurrence


parfaite :
.
Est la portion de la courbe de coût marginal située
Votre au-dessus de la courbe de coût variable moyen.
réponse :

  Vrai. Lorsque le prix est inférieur au coût variable moyen, l'entreprise


arrête de produire.

11 INCORREC
T
Si la fonction de coût total d’une entreprise en concurrence parfaite
est CT = 50 + 10q - q2 + (1 / 3)q3 et que le prix du marché soit de
. 130 $ :

Les informations fournies sont insuffisantes pour


Votre réponse : déterminer la production optimale.
Réponse La quantité optimale q est de 12.
correcte :

  Faux. La fonction de coût marginal est donnée par la dérivée première


de la fonction de coût total, et le profit est maximisé lorsque le coût
marginal est égal au prix de 130 $. La fonction de coût marginal de
l'entreprise est de 10 - 2q + q 2 qui est égal au prix de 130 $
lorsque q = 12.
12 INCORREC
T
Si la fonction de coût total d’une entreprise en concurrence parfaite
est CT = 50 + 10q - q2 + 1) / q3 et que le prix du marché soit de 130
. $, lorsque le profit est maximisé, la recette totale est de
_____________ et le profit est de ________________.

1 300 $ ; 917 $.
Votre réponse :
Réponse 1 560 $ ; 958 $.
correcte :

  Faux. Le profit est maximisé à un niveau de production de 12. La


recette totale est de 1 560 $, le coût total est de 602 $ et le profit est
de 958 $.

13 INCORREC
T
L'élasticité-prix de l'offre est égale :
.
Au pourcentage de variation de la quantité
Votre réponse : demandée divisé par le pourcentage de variation
de la quantité offerte.
Réponse Au pourcentage de variation de la quantité
correcte : offerte divisé par le pourcentage de variation des
prix.

  Faux. L’élasticité-prix de l'offre se mesure par le pourcentage de


variation de la quantité offerte divisé par le pourcentage de variation
des prix.

14 INCORREC
T
Une élasticité-prix de l'offre de 0,5 indique :
.
Une augmentation plus lente du coût marginal
Votre réponse : par rapport à un marché avec une élasticité-prix
de l'offre de 1,5.
Réponse Une augmentation plus rapide du coût marginal
correcte : par rapport à un marché avec une élasticité-prix
de l'offre de 1,5.

  Faux. Plus l'élasticité-prix de l'offre est faible, plus la courbe de coût


marginal est raide.

15 INCORREC
T
Le surplus du producteur est égal :
.
Au profit réalisé sur les unités produites au-delà
Votre réponse : du seuil de rentabilité.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Le surplus du producteur est égal à la différence entre le prix du


marché d'un bien et le coût marginal de production de ce bien.
16 INCORREC
T
Le surplus du producteur à court terme :
.
Est égal au profit lorsque le coût fixe est
Votre réponse : supérieur à zéro.
Réponse Est supérieur au profit lorsque le coût fixe est
correcte : supérieur à zéro.

  Faux. Le surplus du producteur est supérieur au profit lorsque le coût


fixe est supérieur à zéro.

17 INCORREC
T
À long terme, une entreprise parfaitement concurrentielle qui réalise
un profit économique nul :
.
Quittera le marché pour rechercher une meilleure
Votre réponse : utilisation de ses ressources.
Réponse Perçoit un taux normal de rendement sur ses
correcte : investissements.

  Faux. Les coûts économiques comprennent le coût d'opportunité de la


meilleure utilisation des ressources de l'entreprise. Donc, avec un
profit économique nul, l'entreprise ne fera pas mieux si elle emploie
ses ressources ailleurs.

18 INCORREC
T
Dans un marché parfaitement concurrentiel, quand les entreprises
réalisent des profits économiques :
.
Les entreprises réalisent des profits jusqu'à ce
Votre réponse : que la demande baisse, ce qui entraîne la baisse
du prix et les recettes marginales jusqu'à
atteindre un profit économique nul.
Réponse De nouvelles entreprises entrent dans le marché,
correcte : ce qui provoque la baisse du prix jusqu’à ce que
le profit soit nul.

  Faux. Dans un marché parfaitement concurrentiel, il y a libre entrée et


sortie, et les entreprises vont entrer jusqu'à ce que le prix baisse à un
niveau où le profit économique est nul.

19 INCORREC
T
À long terme, une branche à coût constant :
.
Se développe suite à la hausse de la demande en
Votre réponse : dépit de la hausse des coûts des facteurs ; la
courbe d’offre de long terme est donc horizontale
Réponse Peut se développer suite à la hausse de la
correcte : demande sans que le coût des facteurs change ;
la courbe d’offre de long terme est horizontale.

  Faux. Les coûts des facteurs restent constants dans une branche à
coût constant.
20 INCORREC
T
Une courbe d'offre à long terme croissante indique :
.
Une industrie dont les coûts des facteurs
Votre réponse : augmentent à mesure que la branche se
développe.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

1. INCORREC
T
La perte d'efficacité économique qui résulte de l’imposition d’un prix
plafond au-dessous du prix d'équilibre est :

La pénurie qui résulte du fait que la quantité offerte


Votre réponse : est supérieure à la quantité demandée.
Réponse La perte sèche.
correcte :

  Faux. Un prix plafond implique que la quantité offerte est inférieure à la


quantité demandée, ce qui entraîne la pénurie.

2. INCORREC
T
Le consommateur peut subir une perte nette de surplus des
consommateurs lorsque le gouvernement impose un prix plafond sur un
bien :

Si l’élasticité de la demande est égale à 1. Dans ce


Votre réponse : cas, la perte des consommateurs qui ont subi la
pénurie est plus grande que le gain des
consommateurs qui ont pu acheter le bien.
Réponse Si la demande est très inélastique. Dans ce cas, la
correcte : perte des consommateurs qui ont subi la pénurie est
plus grande que le gain des consommateurs qui ont
pu acheter le bien.

  Faux. Une demande inélastique entraîne une perte substantielle du


surplus des consommateurs en raison de la faible quantité offerte dans le
cas d'un prix plafond.

3. INCORREC
T
Les producteurs subissent une perte de surplus des producteurs suite à
l’imposition d’un prix plafond :

À cause de tous les producteurs qui restent sur le


Votre réponse : marché et qui reçoivent un prix plus bas pour les
biens vendus.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.
4. CORRECT La défaillance du marché se produit parfois dans un marché concurrentiel
non régulé :

Parce que les externalités ou l’information imparfaite


Votre impliquent que les prix ne transmettent plus les signaux
réponse : adéquats aux consommateurs et aux producteurs.

  Vrai.

5. CORRECT On définit une externalité comme :

La valeur d'un coût ou d’un bénéfice générée par une


Votre opération de marché supportée par un tiers et qui n’est
réponse : pas incluse dans le prix du marché.

  Vrai.

6. INCORREC
T
Supposons que la demande de blé, en millions de boisseaux, puisse être
exprimée par Q = 100 - 10P et l'offre par Q = 10P. Quelle est la perte
sèche pour la société si le gouvernement fixe un plafond de prix de 4 $ ?

20 millions de dollars.
Votre réponse :
Réponse 10 millions de dollars.
correcte :

  Faux. Le prix et la quantité d'équilibre sont de 5 $ et de 50 millions. À 4


$, la quantité offerte baisse à 40 millions, ce qui crée une pénurie.
Lorsque Q = 40 millions, le prix dans la fonction de demande est égal à 6
$. La perte sèche se situe entre les prix de 6 $ et de 4 $ ; la quantité
perdue est de 50 - 40 ou 10 millions. La perte de surplus des
consommateurs est de 0,5 x 1 $ x 10 = 5 millions de dollars ; la perte de
surplus des producteurs est de 0,5 x 1 $ x 10 = 5 millions de dollars. La
perte sèche totale est de 10 millions de dollars.

7. CORRECT Supposons que la demande de blé, en millions de boisseaux, puisse être


exprimée par Q = 100 - 10P et l'offre par Q = 10P. Si le gouvernement
fixe un quota de production de 45 millions de boisseaux pour soutenir les
prix et les revenus agricoles, quel est le gain total pour les producteurs ?

21,25 millions de dollars.


Votre
réponse :

  Vrai. La perte du surplus des producteurs due à la baisse de la production


est égale à 0,5 x 0,5 $ x -5 millions de boisseaux ou -1,25 million de
dollars. Le gain pour les producteurs dû à un prix plus élevé de 5,50 $
(par rapport au prix du marché qui est de 5 $) est de 0,50 $ x 45 millions
= 22,5 millions.
8. INCORREC
T
Supposons que la demande de blé, en millions de boisseaux, puisse être
exprimée par Q = 100 - 10P et l'offre par Q = 10P. Si le gouvernement
fixe un prix plancher de production en garantissant aux agriculteurs un
prix de 5,50 $, mais n'impose pas de quotas de production, quel est le
montant nécessaire pour acheter l’excédent de production de blé dû à la
hausse des prix ?

45 millions de dollars.
Votre réponse :
Réponse 55 millions de dollars.
correcte :

  Faux. Lorsque le prix est de 5,50 $, la quantité offerte est égale à 10


(5,50) = 55 alors que la quantité demandée est égale à 100 - 10 (5,5) =
45. Le gouvernement doit acheter l'offre excédentaire de 10 millions de
boisseaux au prix plancher de 5,50 $ ; les dépenses publiques sont de 55
millions de dollars.

9. INCORREC
T
Supposons que la demande de blé, en millions de boisseaux, puisse être
exprimée par Q = 100 - 10P et l'offre par Q = 10P. Si le gouvernement
fixe un prix plancher de 5,50 $ le boisseau de blé, quelle est la perte du
surplus des consommateurs ?

Les informations fournies sont insuffisantes pour


Votre réponse : répondre à cette question.
Réponse 23,75 millions de dollars.
correcte :

  Faux. La perte du surplus des consommateurs due à la baisse des achats


en raison de l’imposition d’un prix plus élevé est égale à 0,5 x 0,50 $ x (-
5) = -1,25 million de dollars. La perte du surplus des consommateurs
consécutive à un prix plus élevé des 45 millions de boisseaux achetés est
de 0,50 $ x 45 = 22,5 millions de dollars. La perte totale du surplus des
consommateurs est de 23,75 millions de dollars.

10 INCORREC
T
Si le gouvernement impose une limite sur le nombre des licences de
vente d'alcool :
.
Les ventes de boissons alcoolisées vont baisser et
Votre réponse : les prix augmenter, entraînant une perte sèche pour
la société.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

11 INCORREC
T
Si le gouvernement impose un droit de douane sur les voitures
importées :
.
Le surplus des consommateurs baisse d’un montant
Votre réponse : égal au droit de douane multiplié par le nombre de
voitures achetées.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Le surplus des consommateurs baisse d’un montant égal au droit de


douane multiplié par le nombre de voitures achetées, plus une perte
sèche due à la baisse de la quantité achetée en raison de la hausse du
prix.

12 CORRECT Lorsque le gouvernement impose une taxe sur la vente d'un bien ou d'un
service :
.
Le prix payé par l'acheteur doit dépasser le prix reçu par
Votre le vendeur par le montant de la taxe.
réponse :

  Vrai.

13 INCORREC
T
Supposons que la demande de pétrole de court terme (2005-2007), en
milliards de barils, puisse être exprimée par Q = 35,5 - 0,03P et l'offre à
. court terme par Q = 32 + 0,04P. Si le gouvernement impose une taxe de
5 $ le baril, qui paiera la taxe ?

L'acheteur paie la totalité de la taxe (5 $).


Votre réponse :
Réponse L'acheteur paie 2,86 $ et le vendeur paie 2,14 $.
correcte :

  Faux. Le prix d'équilibre initial est de 50 $. L'offre et la demande sont


égales à 35,5 $ - 0,03 (Pvendeur + 5 $) = 32 + 0,04 Pvendeur. Ainsi,
le Pvendeur est de 47,85 $. En ajoutant 5 $ (la différence entre le prix payé
par l'acheteur et le prix reçu par le vendeur doit être égale à l'impôt) au
prix du vendeur, on obtient le prix de l’acheteur qui est de 52,86 $.

14 INCORREC
T
Supposons que la demande de pétrole de court terme (2005-2007), en
milliards de barils, puisse être exprimée par Q = 35,5 - 0,03P et l'offre à
. court terme par Q = 32 + 0,04P. Supposons que le gouvernement impose
une taxe de 5 $ le baril. Quelle est la quantité d'équilibre du marché
avant et après l'impôt?

La quantité d'équilibre avant la taxe est de 34


Votre réponse : milliards de barils. La taxe n’a aucun effet sur la
quantité d’équilibre.
Réponse La quantité d'équilibre est de 34 milliards de barils
correcte : avant la taxe et de 33,9 milliards de barils après la
taxe.

  Faux. Le prix payé par les acheteurs après la taxe est de 52,86 $. Ainsi, la
quantité demandée baisse à 33,9 milliards et le prix reçu par le vendeur
baisse à 47,86 $ après la taxe, ce qui implique une quantité offerte de
33,9 milliards.
15 INCORREC
T
Lorsque le gouvernement impose une taxe sur la vente d'un bien ou d'un
service :
.
Plus la demande est inélastique, plus forte sera la
Votre réponse : part de la taxe payée par le vendeur.
Réponse Plus la demande est inélastique, plus forte sera la
correcte : part de la taxe payée par le consommateur.

  Faux. Quand la demande est inélastique, le poids de la taxe repose


essentiellement sur le consommateur.

16 INCORREC
T
Le ratio de transfert de la taxe :
.
Représente le pourcentage de la taxe supportée par
Votre réponse : les consommateurs.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 1 et 2 le sont


également.

17 INCORREC
T
Si l'élasticité-prix de la demande pour le gaz naturel est de -0,5 et
l'élasticité-prix de l'offre de 0,2, on peut s'attendre à ce que le
. pourcentage de la taxe supportée par les consommateurs soit égal à
__________.

71,4 %.
Votre réponse :
Réponse 28,6 %.
correcte :

  Faux. Il s'agit de la fraction de la taxe supportée par le vendeur.

18 INCORREC
T
Une subvention est :
.
Un paiement qui agit comme un impôt négatif pour
Votre réponse : réduire le prix payé par l'acheteur afin d'augmenter
la quantité demandée.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l'est également.

19 INCORREC
T
Les bénéfices d'une subvention :
.
Reviennent principalement aux acheteurs si le
Votre réponse : rapport entre l'élasticité-prix de la demande et
l'élasticité-prix de l'offre est élevé.
Réponse Aucune de ces réponses.
correcte :

  Faux. Les bénéfices reviennent principalement aux acheteurs si le rapport


entre l'élasticité-prix de la demande et l'élasticité-prix de l'offre est faible.

20 INCORREC
T
Supposons que la demande de blé, en millions de boisseaux, puisse être
exprimée par Q  D = 2 900 - 125P et l'offre par QS = 1 460 + 115P. De
. plus, supposons que le gouvernement décide de subventionner la
production de blé en versant une subvention de 1 $ par boisseau. Le prix
reçu par le vendeur et la quantité vendue avant la subvention sont de
_____________________ et après la subvention de
____________________________.

6 $ et de 2 150 millions de boisseaux ; 5,52 $ et de


Votre réponse : 2 150 millions de boisseaux.
Réponse 6 $ et de 2 150 millions de boisseaux ; 6,52 $ et de
correcte : 2 210 millions de boisseaux.

  Faux. La demande après la subvention est égale à 2 900 - 125 (PS - 1).
En égalisant la demande après la subvention et l'offre, on obtient 1 460 +
115 PS rendements = 6,52 $.

1. INCORREC
T
On définit le pouvoir de marché comme :

La capacité d'une entreprise à fixer n'importe quel


Votre réponse : prix.
Réponse La capacité d'un vendeur ou d’un acheteur
correcte : d'influencer le prix de marché.

  Faux. Toutes les entreprises sont contraintes par leur fonction de


demande pour fixer le prix.

2. INCORREC
T
Le prix fixé par un monopoleur :

Est beaucoup plus élevé que la valeur que l’acheteur


Votre réponse : accorde au bien.
Réponse Est déterminé par la quantité produite et la courbe
correcte : de demande de marché.

  Faux. Un monopole est contraint par sa courbe de demande lorsqu’il fixe


le prix. Il perd des ventes si le prix est supérieur à la recette marginale.

3. INCORREC
T
La recette marginale pour un monopole est égale à :

L'accroissement de recette lié à la vente d'une unité


Votre réponse : additionnelle de bien.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.

4. CORRECT Pour un monopole, la recette marginale est toujours inférieure au prix,


car :

Lorsque la production augmente, le prix de toutes les


Votre unités doit baisser pour vendre l'unité additionnelle.
réponse :

  Vrai.

5. INCORREC
T
La quantité qui maximise le profit d’un monopole est :

La quantité de production où l'élasticité-prix de la


Votre réponse : demande est égale à -1 et où la recette totale est
maximisée.
Réponse La quantité de production où la recette marginale est
correcte : égale au coût marginal.

  Faux. L'objectif de l’entreprise est la maximisation du profit, et non la


maximisation des recettes. Il est essentiel de prendre en compte les coûts
pour déterminer le niveau de production qui maximise le profit.

6. CORRECT La courbe d'offre d’un monopole :

N'existe pas.
Votre
réponse :

  Vrai. L'entreprise produit une quantité telle que la recette marginale est
égale au coût marginal (et le coût marginal est croissant).

7. INCORREC
T
Si un monopole fait face à une taxe unitaire de 1 $ sur sa production, il
facturera un prix :

Supérieur de 1 $ au prix facturé avant l’imposition


Votre réponse : de la taxe, car le monopole est le seul producteur
sur le marché et ne peut donc pas faire supporter au
consommateur la totalité de la taxe.
Réponse Qui correspond au point de sa courbe de demande
correcte : où la recette marginale est égale au coût marginal
majoré de 1 $ (c'est-à-dire lorsque Rm = Cm + 1 $).

  Faux. La courbe de coût marginal de l’entreprise se déplace vers le haut


d’un montant de 1 $ (la taxe) pour chaque quantité. Par conséquent, la
quantité qui maximise le profit est celle où Rm = Cm + 1 $.
8. CORRECT Supposons que la fonction de demande adressée à un monopole soit P =
700 - 5Q et que sa fonction de coût total soit 20Q 2. Supposons que le
gouvernement impose une taxe de 50 $ par unité produite. Le prix et la
quantité d'équilibre sont de __________________ avant l’imposition de
la taxe et de ____________________ après l’imposition de la taxe.

630 $ et de 14 $ ; 635 $ et de 13 $.
Votre
réponse :

  Vrai. La recette marginale est 700 - 10Q. En égalisant la recette


marginale et le coût marginal de 40Q, on obtient la quantité produite :
14. Après l'imposition de la taxe, CT = 20Q2 + 50Q, Cm = 40Q = 700 -
10Q = Rm. Q = 13 et P = 635 $.

9. CORRECT Un monopole multiétablissement maximise son profit lorsque :

La quantité totale produite se répartit entre les


Votre établissements, de façon que la recette marginale soit
réponse : égale au coût marginal de production de chaque
établissement.

  Vrai. Si la condition Rmtotale = Cmétablissement - 1 = Cmétablissement - 2


= Cmétablissement n n’est pas satisfaite, l'entreprise peut accroître les profits
en produisant dans l’établissement à faible coût marginal.

10 INCORREC
T
L'indice de pouvoir de monopole de Lerner est égal à :
.
Moins 1, divisé par l'élasticité-prix de la demande (-1
Votre réponse : / Ed). Plus ce nombre est élevé, plus le pouvoir de
monopole est faible.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Plus l’indice de Lerner, -1 / Ed, est élevé, plus grand est le pouvoir
de monopole.

11 CORRECT Pour un monopole, à la quantité maximisant le profit :


.
Le prix est supérieur au coût marginal (P > Cm).
Votre
réponse :

  Vrai.

12 CORRECT Le profit d’un monopole est maximisé quand P = Cm / (1 + (1 / Ed)) :


.
Si l’élasticité-prix de la demande, Ed, est élevée, le ratio
Votre prix moins coût marginal sur prix est faible et
réponse : l'entreprise a un faible pouvoir de monopole.

  Vrai.

13 CORRECT Une des principales sources du pouvoir de monopole dans un marché


est :
.
Une faible élasticité de la demande de marché.
Votre
réponse :

  Vrai. Plus l'élasticité de la demande de marché est faible, plus le pouvoir


de monopole est important.

14 CORRECT En supposant qu'un monopole et qu’une entreprise concurrentielle aient


les mêmes fonctions de coût, l'inefficacité du monopole :
.
Découle du prix élevé, de la faible quantité et de la perte
Votre sèche consécutive à des niveaux de production où la
réponse : recette marginale est égale au coût marginal.

  Vrai.

15 INCORREC
T
La réglementation des prix :
.
Entraîne toujours une perte sèche sur le marché.
Votre réponse :
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Lorsque la réglementation oblige le monopole à fixer un prix proche


du coût marginal, la perte sèche peut être réduite ou éliminée.

16 INCORREC
T
Dans la réglementation d'un monopole naturel, la fixation d’un prix égal
au coût marginal est impossible, car :
.
Un monopole naturel a des fonctions de coûts moyen
Votre réponse : et marginal décroissantes.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le sont


également.
17 INCORREC
T
Le pouvoir de monopsone :
.
Est la capacité d'un acheteur d’acheter en volume et
Votre réponse : de bénéficier, ainsi, d'une réduction sur le prix du
marché concurrentiel.
Réponse Permet à l’acheteur d’acquérir un bien pour un prix
correcte : inférieur à celui en vigueur sur un marché
concurrentiel.

  Faux. Il n'existe pas de prix concurrentiel dans le cas d'une situation de


monopsone, où un seul acheteur est capable d'influencer le prix de vente.

18 INCORREC
T
Le surplus des producteurs est réduit dans le cas d’un monopsone, car :
.
La production du marché est inférieure à celle en
Votre réponse : concurrence parfaite, et le surplus des producteurs
baisse suite à la baisse de la production.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. En posant P = CM, on obtient 112 - Q = 1 000 / Q + 2 ou 110 = 1


000 / Q + Q ou Q = 10. P = 112 - 10 = 102.

19 CORRECT La fixation des prix est interdite par la section 1 du Sherman Act, car :
.
Lorsque les entreprises s'entendent pour fixer un prix
Votre au-dessus du niveau concurrentiel, la concurrence est
réponse : réduite ce qui entraîne une perte sèche sur le marché.

  Vrai.

20 INCORREC
T
Les lois antitrust sont appliquées dans l'économie américaine :
.
Par la division antitrust du ministère de la Justice, en
Votre réponse : réponse à une plainte interne.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l’est aussi.

1. INCORREC
T
Selon la théorie économique, l'objectif
fondamental de toute stratégie de
tarification consiste à :
Baisser les prix, afin
Votre réponse : d'augmenter le
surplus du
consommateur et la
quantité vendue.
Réponse Capter le surplus du
correcte : consommateur et à
le transformer en
profit
supplémentaire pour
l'entreprise.

  Faux. L'objectif de la stratégie de


tarification est de transférer le surplus du
consommateur aux producteurs.

2. INCORREC
T
On définit la discrimination par les prix
comme :

La pratique qui
Votre réponse : consiste à fixer des
prix différents à
différents groupes
de consommateurs
pour un bien ou un
service, en modifiant
légèrement
l'emballage ou les
caractéristiques du
bien ou du service
pour les différents
groupes.
Réponse La pratique qui
correcte : consiste à fixer des
prix différents en
fonction de
différents groupes
de consommateurs
pour les mêmes
biens ou services.

  La discrimination par les prix consiste à


fixer des prix différents à des
consommateurs différents pour les
mêmes biens ou services.

3. CORRECT Une entreprise a constaté que la


demande mensuelle des boutiques en
centre-ville pour ses robes de designers
est PCV = 550 $ - 5QCV et que la recette
marginale est 550 $ - 10QCV. La demande
mensuelle des boutiques d’un centre
commercial est PCC = 300 $ - 1,25QCC $ et
la recette marginale est 300 $ -
2,50QOM $. Si le coût marginal de
production des robes de designers est de
50 $, l'entreprise fixera un prix de
_________ pour les boutiques du centre-
ville et un prix de _________ pour les
boutiques du centre commercial.

300 $ ; 175 $.
Votre
réponse :

  Vrai.

4. INCORREC
T
Un consommateur est prêt à acheter des
biens regroupés pour être achetés
ensemble :

Si le prix total est


Votre réponse : inférieur à la somme
des prix individuels
qu’il aurait à payer
pour acheter les
biens séparément.
Réponse Si le prix total est
correcte : inférieur ou égal au
prix de réserve du
consommateur pour
les biens.

  Faux. Le prix total doit être inférieur ou


égal à la valeur que le consommateur
attribue à chaque bien.

5. INCORREC
T
Avec une discrimination parfaite :

Le profit
Votre réponse : supplémentaire
réalisé par la
production d’une
unité supplémentaire
est égal à la
différence entre la
demande et le coût
marginal.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les


réponses 2 et 3 le sont également.

6. INCORREC
T
Un exemple de discrimination par les prix
intertemporelle :
Est de fixer des prix
Votre réponse : réduits certains
jours de la semaine
pour les personnes
âgées.
Réponse Est de publier un
correcte : nouveau livre
d’abord broché à un
prix plus élevé,
ensuite en livre de
poche à un prix plus
faible pour les
consommateurs dont
l'élasticité-prix de la
demande est plus
forte.

  Faux. La discrimination intertemporelle


sépare les consommateurs en différents
groupes à différents moments dans le
temps, pas dans un laps de temps.

7. INCORREC
T
Avec une tarification de pointe,
l’entreprise :

Fixe des prix plus


Votre réponse : bas durant les
périodes de pointe,
ce qui augmente
l'utilisation des
capacités et les
profits.
Réponse Tente d'accroître
correcte : l'efficacité
économique en
fixant des prix
différents, proches
du coût marginal de
production à
différents moments
dans le temps.

  Faux. La tarification de pointe consiste à


fixer un prix plus élevé lorsque la
demande et les coûts marginaux sont
plus élevés et un prix plus faible lorsque
la demande et les coûts marginaux sont
plus faibles.

8. CORRECT Avec un tarif binôme, T + P, une


entreprise avec un pouvoir de marché :

Tente de fixer un droit


Votre d'entrée, T, égal à la
réponse : totalité du surplus du
consommateur et
ensuite un prix
d’usage, P, égal au coût
marginal.

  Vrai.

9. INCORREC
T
La vente groupée est plus profitable que
la vente séparée lorsque :

Les dispositions à
Votre réponse : payer relatives des
consommateurs sont
inversées, c'est-à-
dire que le
consommateur A
paierait plus pour le
bien 1 que le
consommateur B, et
le consommateur B
paierait plus pour le
bien 2 que le
consommateur A.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les


réponses 2 et 3 le sont également.

10. INCORREC
T
On définit le prix de réserve comme :

Un prix fixé à
Votre réponse : l'avance par contrat.
Réponse Le prix maximal
correcte : qu'un consommateur
est prêt à payer
pour un bien.

  Faux. Dans la théorie économique, le prix


de réserve est le prix maximal qu'un
consommateur est prêt à payer pour un
bien.

11. INCORREC
T
Un consommateur est disposé à acheter
des articles groupés pour être achetés
ensemble s'il s'agit :

D'une vente groupée


Votre réponse : pure.
Réponse D'une vente groupée
correcte : mixte.
  Faux. Une vente groupée pure consiste à
vendre les produits uniquement en lots.
Une vente groupée mixte donne au
consommateur la possibilité de choisir
entre acheter les produits en lots ou les
acheter séparément.

12. INCORREC
T
Une vente groupée mixte se produit
lorsque l'entreprise :

Groupe une variété


Votre réponse : de différents
produits pour qu'ils
soient achetés en
lots.
Réponse Peut vendre des
correcte : produits soit
séparément, soit en
lots.

  Faux. Une vente groupée mixte se produit


lorsque les articles peuvent être achetés
séparément ou en lots.

13. INCORREC
T
Une vente groupée mixte peut être
profitable lorsque :

Le coût marginal
Votre réponse : pour chaque bien est
supérieur au prix de
réserve d'un ou de
plusieurs clients.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la


réponse 3 l’est également.

14. INCORREC
T
Avec une stratégie de vente groupée
mixte pour deux produits, les
consommateurs qui n'achètent rien sont
ceux :

Dont le prix de
Votre réponse : réserve pour les
deux produits est
inférieur au prix des
deux biens lorsqu’ils
sont vendus
séparément.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :
  Faux. Cette réponse est correcte, mais la
réponse 2 l'est également.

15. INCORREC
T
La stratégie de vente liée :

Consiste à exiger du
Votre réponse : consommateur qu'il
achète un bien au
prix de réserve fixé
pour une certaine
date.
Réponse Peut être utilisée
correcte : pour étendre le
pouvoir de marché
d'une entreprise en
exigeant qu'un bien
complémentaire soit
acheté avec le bien
principal, afin que
l'entreprise
maintienne le
monopole du produit
complémentaire.

  Faux.

16. CORRECT Avec la publicité, le coût marginal de


production :

Est inchangé, car la


Votre publicité est un coût fixe
réponse : qui déplace la courbe de
coût moyen vers le haut.

  Vrai.

17. INCORREC
T
Pour maximiser les profits, l'entreprise
devrait augmenter ses dépenses
publicitaires :

Jusqu'à ce que la
Votre réponse : recette marginale de
la publicité soit égale
au coût marginal de
production.
Réponse Jusqu'à ce que la
correcte : recette marginale
pour un euro
supplémentaire
dépensé en publicité
soit exactement
égale au coût
marginal des
dépenses en
publicité.

  Faux. Augmenter la publicité entraîne une


augmentation des ventes et du coût total
de production. Il faut augmenter la
publicité jusqu'à ce que la recette
marginale pour un euro supplémentaire
dépensé en publicité soit exactement
égale au coût marginal des dépenses en
publicité.

18. CORRECT Une élasticité de la demande aux


dépenses publicitaires égale à 2,5 signifie
que :

Lorsque les dépenses


Votre publicitaires augmentent
réponse : de 10 000 $ à 12 000 $,
la quantité demandée
augmente de 50 %.

  Vrai. 50 % / 20 % = 2,5.

19. CORRECT Pour maximiser les profits, il est essentiel


que le ratio des dépenses en publicité sur
les ventes :

Soit égal au rapport


Votre entre l'élasticité de la
réponse : demande aux dépenses
publicitaires et
l’élasticité-prix de la
demande : Ep  / ED.

  Vrai.

20. INCORREC
T
Si, après avoir procédé à des études de
marché, une société estime que son
élasticité de la demande aux dépenses
publicitaires est de 0,3, et que l'élasticité-
prix de la demande est de -3,4, alors
pour une entreprise dont les ventes
annuelles sont de 125 000 $, la règle
simple pour les dépenses en publicité
recommande que :

Environ 11 000 $
Votre réponse : soient dépensés en
publicité par an.
Réponse Réponses 1 et 3.
correcte :
  Faux. Cette réponse est correcte, mais la
réponse 3 l’est également.

1. INCORREC
T
Sur un marché en concurrence monopolistique, le pouvoir de
monopole d'une entreprise :

Est limité parce qu’il existe beaucoup de


Votre réponse : substituts proches au bien offert par cette
entreprise.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le


sont également.

2. CORRECT Pour une entreprise en concurrence monopolistique, la libre


entrée et sortie du marché :

Signifie que l'entreprise connaîtra un profit à


Votre long terme.
réponse :

  Vrai.

3. INCORREC
T
La courbe de demande d’une entreprise en concurrence
monopolistique :

Est horizontale, car il existe de


Votre réponse : nombreuses entreprises concurrentes ;
ainsi, si l'entreprise augmente son prix,
elle perdra tous ses clients.
Réponse Est décroissante, car ses produits sont
correcte : différenciés ; l'entreprise peut donc fixer
le prix de ses produits.

  Faux. Puisque l’entreprise vend des produits différenciés, elle


peut fixer le prix de ses produits.

4. INCORREC
T
Pour une entreprise en concurrence monopolistique, la
maximisation du profit se produit :

Lorsque l'élasticité-prix de la demande


Votre réponse : est Ep = -1 et lorsque la recette totale est
maximisée.
Réponse Lorsque la recette marginale est égale au
correcte : coût marginal et lorsque le prix est
supérieur au coût marginal.

  Faux. Une entreprise qui maximise le profit doit toujours


prendre en compte le coût total, et donc produire un niveau de
production qui maximise la recette totale moins le coût total,
ou la recette marginale lorsqu'elle est égale au coût marginal.
5. INCORREC
T
Une entreprise en concurrence monopolistique avec un profit
économique positif connaîtra à long terme :

Un profit économique nul.


Votre réponse :
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 1 l'est


également.

6. CORRECT À long terme, la courbe de la demande d’une entreprise en


concurrence monopolistique :

Se déplace vers le haut ou vers le bas en


Votre réponse à la sortie ou à l'entrée sur le
réponse : marché, jusqu'à ce qu'elle soit tangente à la
courbe du CM de l'entreprise, de sorte que le
prix soit égal au coût total moyen.

  Vrai.

7. INCORREC
T
En concurrence monopolistique, le prix est supérieur au coût
moyen minimum dans le long terme, car :

Les entreprises ont un pouvoir de


Votre réponse : monopole dans la mesure où leur produit
est unique ; elles n'ont donc aucune
incitation à réduire les coûts.
Réponse Des profits nuls se produisent à un point
correcte : au-dessus du minimum du coût moyen.

  Faux. À long terme, le prix est supérieur au coût moyen


minimum, car des profits nuls se produisent avant que le
marché s'élargisse et avant que le prix atteigne le point
minimum sur la courbe de coût moyen.

8. INCORREC
T
La structure de marché oligopolistique prévaut lorsque :

Les entreprises sont en concurrence sur le


Votre réponse : marché en s’alignant sur la hausse ou sur
la baisse de prix pratiquées par les autres
entreprises.
Réponse Seul un petit nombre d'entreprises produit
correcte : la plupart ou la totalité de la production
du marché.

  Faux. Dans un marché parfaitement concurrentiel, des


entreprises fixent un prix égal à celui de leurs concurrents,
même s'ils sont preneurs de prix.
9. CORRECT Chaque oligopole doit soigneusement examiner le prix, la
quantité produite, la publicité et les décisions d’investissement
qu’il prend, car :

Ses stratégies affecteront la rentabilité de ses


Votre concurrents, et les réactions de ses
réponse : concurrents aux stratégies mises en œuvre
auront une incidence sur la rentabilité de
l'entreprise.

  Vrai.

10. INCORREC
T
Une entreprise en situation  oligopolistique ne peut pas prendre
le prix du marché ou la courbe de sa demande donnée en
raison, car :

La hausse ou la baisse de la quantité


Votre réponse : produite conduit à des changements dans
la demande du marché de son bien ou
service.
Réponse Le comportement de ses concurrents peut
correcte : conduire à des changements dans la
demande de son produit ou de son
service.

  Faux. Les stratégies et le comportement de ses concurrents


peuvent conduire à des changements dans la demande de
l’entreprise.

11. CORRECT Une entreprise en situation  oligopolistique prendra les


meilleures décisions pour son entreprise :

Compte tenu de son anticipation des


Votre stratégies de ses concurrents et de leurs
réponse : réactions à sa stratégie.

  Vrai.

12. CORRECT Un équilibre de Nash est atteint dans un marché oligopolistique


:

Lorsque chaque entreprise prend des décisions


Votre optimales en fonction des actions de ses
réponse : concurrents..

  Vrai.
13. INCORREC
T
Selon le modèle de Cournot, la production d’une entreprise
maximisant le profit est :

Une fonction est décroissante de la


Votre réponse : production estimée de l’autre entreprise ;
on l'appelle sa courbe d'offre.
Réponse Une fonction est décroissante de la
correcte : production estimée de l’autre entreprise ;
on l'appelle la courbe de réaction.

  Faux. Une courbe d’offre illustre la combinaison de prix et de


quantité produite. La fonction décroissante de l’output dans le
modèle de Cournot est appelée la courbe de réaction.

14. CORRECT L'équilibre de Cournot se produit dans un marché


oligopolistique lorsque :

Chaque entreprise décide de sa production en


Votre fonction de sa courbe de réaction ; les
réponse : quantités de production d’équilibre se trouvent
à l’intersection des deux courbes de réaction.

  Vrai.

15. INCORREC
T
Dans le modèle de Stackelberg, l'avantage du leader :

Résulte du fait que l'entreprise 1 lève, en


Votre réponse : annonçant sa stratégie aux entreprises
concurrentes, l’incertitude du marché.
Réponse Résulte du fait que l’entreprise 1 annonce
correcte : sa production la première. Cela oblige le
concurrent à prendre comme acquise la
décision de l’entreprise leader de produire
beaucoup et à décider lui-même de
produire moins.

  Faux. L'avantage du leader est dû au profit plus élevé de


l'entreprise 1. L'entreprise concurrente est donc contrainte de
prendre la quantité élevée de l'entreprise 1 comme donnée et
doit limiter sa production pour ne pas provoquer une baisse des
prix à des niveaux non rentables.

16. INCORREC
T
Supposons que, dans un duopole, l'entreprise 2 fixe son niveau
de production après l'entreprise 1. La demande du marché
est P = 50 - Q et le coût marginal est nul. La recette totale de
l'entreprise 2 est ____________________, sa courbe de
réaction est ________________ et son niveau de production
qui maximise le profit est ________________________.

50Q2 - Q1Q2 - Q22 ; 50 - Q1 - 2 (Q2) ;


Votre réponse : 12,5.
Réponse 50Q2 - Q1Q2 - Q22 ; 25-1 / 2 (Q1) ; 12,5.
correcte :

  Faux. La recette marginale est égale à 50 - Q 1 - 2 (Q2).


Lorsqu'on égalise Rm = Cm = 0, la courbe de réaction est 25 -
1 / 2 (Q1).

17. INCORREC
T
Supposons que, dans un duopole, l'entreprise 2 fixe le prix
après l'entreprise 1 et que les entreprises produisent des
produits différenciés. Le coût marginal est nul et le coût fixe est
de 20 $. La demande de l'entreprise 2 est 30 - 2P2 + P1. La
courbe de réaction de l’entreprise 2 est :

P2 = 3 + 1 / 4 (P1), et le prix de


Votre réponse : l'entreprise 2 est négativement corrélé
avec le prix de l'entreprise 1.
Réponse P2 = 3 + 1 / 4 (P1), et le prix de
correcte : l'entreprise 2 est positivement corrélé
avec le prix de l'entreprise 1.

  Faux. Lorsque les produits sont différenciés, chaque entreprise


peut fixer un prix plus élevé quand l'autre entreprise augmente
son prix.

18. CORRECT Le dilemme du prisonnier peut être appliqué à l'oligopole


lorsque :

Quelle que soit la stratégie de l’entreprise 1,


Votre l'entreprise 2 pratique une concurrence
réponse : agressive, même si la coopération permet
d’atteindre des profits plus élevés.

  Vrai.

19. INCORREC
T
Une courbe de demande coudée dans un marché oligopolistique
illustre :

La façon dont un concurrent réagit en


Votre réponse : ajustant ses prix lorsque l’autre entreprise
augmente ou réduit ses prix.
Réponse Dans le cas d'une entreprise qui augmente
correcte : ou réduit ses prix, la façon dont les
entreprises concurrentes réagissent : en
maintenant leurs prix lorsque l'entreprise
augmente les siens, mais en s'alignant
lorsqu’elle les baisse.

  Faux. La rigidité des prix résulte en un marché oligopolistique.


En effet, une entreprise craint, face à une augmentation de ses
prix, que les concurrents ne suivent plus afin de capter une
plus grande part du marché.
20. INCORREC
T
Un cartel peut réussir à fixer un prix de marché au-dessus des
niveaux concurrentiels lorsque :

La collusion explicite et des accords


Votre réponse : formels sont légaux.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le


sont également.

1. CORRECT Dans la théorie économique, on définit un jeu comme :

Une situation où les entreprises prennent des


Votre décisions fondées sur les actions et les
réponse : réponses possibles des autres participants.

  Vrai.

2. CORRECT En théorie économique, les gains ou payoffs sont :

Les résultats qui génèrent des paiements ou


Votre des bénéfices pour les entreprises participant
réponse : à un jeu.

  Vrai.

3. INCORREC
T
Dans la théorie économique, un joueur rationnel est celui qui :

S'efforce de déclencher une séquence de


Votre réponse : réactions irrationnelles des concurrents.
Réponse Agit pour maximiser ses propres gains.
correcte :

  Faux. Un joueur rationnel cherche à maximiser ses propres


gains.

4. CORRECT Dans la théorie économique, la stratégie optimale de


l'entreprise est :

Une règle ou un plan d'action élaborés en vue


Votre de participer à un jeu et de maximiser le gain
réponse : espéré.

  Vrai.

5. CORRECT Un jeu coopératif est joué lorsque :


Les joueurs peuvent négocier des contrats
Votre visant à mettre en place des stratégies
réponse : communes.

  Vrai.

6. INCORREC
T
En théorie des jeux, une stratégie dominante est :

Une stratégie qui donne des résultats


Votre réponse : optimaux quelle que soit l’action de
l'entreprise concurrente.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l’est


également.

7. INCORREC
T
Dans la théorie économique, l'équilibre en stratégies
dominantes se produit lorsque :

Une entreprise a une stratégie dominante


Votre réponse : que les autres doivent suivre, et donc un
seul ensemble de gains est possible.
Réponse Chaque entreprise a une stratégie
correcte : dominante, et le résultat de chacune
d'elles est optimal indépendamment des
actions de ses concurrents.

  Faux. Un équilibre en stratégies dominantes se produit


uniquement lorsque chaque entreprise a une stratégie
dominante qui aboutit à un résultat optimal, indépendamment
des actions des concurrents.

8. INCORREC
T
Les entreprises A et B sont concurrentes et doivent choisir une
stratégie de prix. Si elles choisissent toutes les deux un prix
élevé, le profit de l'entreprise A est de 75 $ et le profit de
l'entreprise B est de 75 $. Si elles choisissent un prix bas, le
profit de l'entreprise A est de 15 $ et le profit de l'entreprise B
est de 15 $. Si A choisit un prix bas, tandis que B choisit un
prix élevé, le profit de A est de -75 $ (une perte) alors que le
profit de B est de 150 $. Si A choisit un prix élevé tandis que B
choisit un prix bas, le profit de A est de 150 $ alors que le
profit de B est -75 $ (une perte). Quelle est la stratégie
dominante de l’entreprise A ?

La stratégie dominante de l’entreprise A


Votre réponse : consiste à choisir un prix élevé.
Réponse La stratégie dominante de l’entreprise A
correcte : consiste à choisir un prix faible.
  Faux. Si l’entreprise A choisit un prix élevé et l'entreprise B
choisit aussi un prix élevé, l'entreprise B est incitée à baisser
son prix pour obtenir des profits au détriment de l’entreprise A.
Si l’entreprise A choisit un prix élevé et l'entreprise B choisit un
prix bas, l’entreprise A réalisera un profit négatif ; elle peut
mieux faire en réduisant le prix.

9. INCORREC
T
Les entreprises A et B sont des concurrentes qui doivent choisir
une stratégie de prix. Si elles choisissent toutes les deux un
prix élevé, le profit de l'entreprise A est de 75 $ et le profit de
l'entreprise B est de 75 $. Si elles choisissent un prix bas, le
profit de l'entreprise A est de 15 $ et le profit de l'entreprise B
est de 15 $. Si A choisit un prix bas tandis que B choisit un prix
élevé, le profit de A est de -75 $ (une perte) alors que le profit
de B est de 150 $. Si A choisit un prix élevé tandis que B
choisit un prix bas, le profit de A est de 150 $ alors que le
profit de B est de -75 $ (une perte). Quelle est la stratégie
dominante de l’entreprise B ?

La stratégie dominante de l’entreprise B


Votre réponse : consiste à choisir un prix élevé.
Réponse La stratégie dominante de l’entreprise B
correcte : consiste à choisir un prix faible.

  Faux. Si l’entreprise A choisit un prix élevé et l'entreprise B


choisit aussi un prix élevé, l’entreprise A est incitée à baisser
son prix pour réaliser des profits au détriment de l’entreprise B.
Si l'entreprise B choisit un prix élevé et l’entreprise A choisit un
prix bas, l’entreprise B encaissera des pertes ; elle peut mieux
faire en réduisant le prix.

10. INCORREC
T
Les entreprises A et B sont des concurrentes qui doivent choisir
une stratégie de prix. Si elles choisissent toutes les deux un
prix élevé, le profit de l'entreprise A est de 75 $ et le profit de
l'entreprise B est de 75 $. Si elles choisissent un prix bas, le
profit de l'entreprise A est de 15 $ et le profit de l'entreprise B
est de 15 $. Si A choisit un prix bas tandis que B choisit un prix
élevé, le profit de A est de -75 $ (une perte) alors que le profit
de B est de 150 $. Si A choisit un prix élevé tandis que B
choisit un prix bas, le profit de A est de 150 $ alors que le
profit de B est -75 $ (une perte). Si les entreprises A et B
peuvent passer un contrat :

La stratégie optimale pour les deux


Votre réponse : entreprises serait de choisir un prix faible.
Réponse Les entreprises A et B choisissent toutes
correcte : les deux un prix élevé.

  Faux. Quand il est possible de passer un contrat, le jeu devient


coopératif, et les entreprises A et B devraient toutes deux
dégager des profits plus élevés si elle coopèrent en maintenant
des prix élevés.
11. INCORREC
T
Les entreprises A et B sont des concurrentes qui doivent choisir
une stratégie de prix. Si elles choisissent toutes les deux un
prix élevé, le profit de l'entreprise A est de 75 $ et le profit de
l'entreprise B est de 75 $. Si elles choisissent un prix bas, le
profit de l'entreprise A est de 15 $ et le profit de l'entreprise B
est de 15 $. Si A choisit un prix bas tandis que B choisit un prix
élevé, le profit de A est de -75 $ (une perte) alors que le profit
de B est de 150 $. Si A choisit un prix élevé tandis que B
choisit un prix bas, le profit de A est de 150 $ alors que le
profit de B est de -75 $ (une perte). S'il est impossible de
passer un contrat, mais si le jeu est répété :

La stratégie optimale pour les deux


Votre réponse : entreprises serait de choisir un prix faible.
Réponse Les deux entreprises choisissent un prix
correcte : élévé.

  Faux. Lorsque le jeu est répété, les deux entreprises A et B


apprendront au fil du temps qu'elles pourraient réaliser des
profits plus élevés si elles ont coopéré implicitement en
maintenant des prix élevés.

12. INCORREC
T
Quand une entreprise maximise le gain espéré des stratégies
possibles :

Elle considère que tous les joueurs ne sont


Votre réponse : pas rationnels. Elle suppose donc que
l’entreprise concurrente choisira la
stratégie la moins rentable.
Réponse Les probabilités sont affectées à chacune
correcte : des stratégies possibles de l'entreprise
concurrentes et l’espérance de gain se
calcule à partir des résultats de la matrice
de gain. La stratégie choisie est celle dont
l’espérance de gain est la plus grande.

  Faux. L'entreprise attribue des probabilités à tous les résultats


possibles afin de déterminer sa stratégie optimale.

13. INCORREC
T
L’entreprise A calcule le bénéfice espéré si elle investit dans
une nouvelle technologie de communication. La probabilité est
de 30 % que l'entreprise B investisse également dans la
technologie et de 70 % que l'entreprise B n'investisse pas. Si
les deux entreprises choisissent d'investir, les gains seront de
500 $ pour chacune d'elles. Si aucune entreprise n’investit, les
gains seront de 250 $ pour chaque entreprise. Si l'entreprise A
choisit d'investir et l’entreprise B choisit de ne pas inverstir, le
gain de l'entreprise A est de -100 $ et celui de l'entreprise B
est de 200 $. Si l'entreprise A choisit de ne pas investir et
l’entreprise B choisit d’investir, le gain de l’entreprise A est de
200 $ et celui de l’entreprise B est de -100 $. Le gain espéré
pour l’entreprise A si elle investit est de ___________.

110 $.
Votre réponse :
Réponse 80 $.
correcte :

  Vrai. Pour calculer le gain espéré de l'investissement, on


multiplie chacune des probabilités par les résultats attendus et
on additionne les réponses : 30 % x 500 + 70 % x -100 = 80
$.

14. INCORREC
T
L’entreprise A calcule le bénéfice espéré si elle investit dans
une nouvelle technologie de communication. La probabilité est
de 30 % que l'entreprise B investisse également dans la
technologie et de 70 % que l'entreprise B n'investisse pas. Si
les deux entreprises choisissent d'investir, les gains seront de
500 $ pour chacune d'elles. Si aucune entreprise n’investit, les
gains seront de 250 $ pour chaque entreprise. Si l'entreprise A
choisit d'investir et l’entreprise B choisit de ne pas inverstir, le
gain de l'entreprise A est de -100 $ et celui de l'entreprise B
est de 200 $. Si l'entreprise A choisit de ne pas investir et
l’entreprise B choisit d’investir, le gain de l’entreprise A est de
200 $ et celui de l’entreprise B est de -100 $. Le gain espéré
pour l’entreprise A si elle n’investit pas est de ___________.

225 $.
Votre réponse :
Réponse 235 $.
correcte :

  Faux. Pour calculer le gain espéré de l'investissement, on


multiplie chacune des probabilités par les résultats attendus et
on additionne les réponses : 30 % x 200 + 70 % x 250 = 235
$.

15. INCORREC
T
L’entreprise A calcule le bénéfice espéré si elle investit dans
une nouvelle technologie de communication. La probabilité est
de 30 % que l'entreprise B investisse également dans la
technologie et de 70 % que l'entreprise B n'investisse pas. Si
les deux entreprises choisissent d'investir, les gains seront de
500 $ pour chacune d'elles. Si aucune entreprise n’investit, les
gains seront de 250 $ pour chaque entreprise. Si l'entreprise A
choisit d'investir et l’entreprise B choisit de ne pas inverstir, le
gain de l'entreprise A est de -100 $ et celui de l'entreprise B
est de 200 $. Si l'entreprise A choisit de ne pas investir et
l’entreprise B choisit d’investir, le gain de l’entreprise A est de
200 $ et celui de l’entreprise B est de -100 $. La stratégie
optimale pour l'entreprise A est :

D’investir.
Votre réponse :
Réponse De ne pas investir.
correcte :

  Faux. Le gain espéré si elle investit est de 80 $, mais le gain


espéré si elle n’investit pas est de 235 $.
16. INCORREC
T
Une stratégie du "œil pour œil" est :

Une stratégie de jeu séquentiel dans


Votre réponse : lequel le premier joueur choisit un niveau
de production et les entreprises
concurrentes se répartissent le reste du
marché.
Réponse Une stratégie de jeu répété, qui
correcte : récompense le comportement coopératif
et qui punit le comportement non
coopératif.

  Faux. Une stratégie du "œil pour œil" est une stratégie de jeu
répété, qui récompense le comportement coopératif et qui
punit le comportement non coopératif.

17. CORRECT Lorsqu’une entreprise choisit une action visant à obtenir un


avantage du leader sur un marché :

Il est essentiel que l'entreprise choisisse une


Votre menace crédible, qui contraint son
réponse : comportement futur.

  Vrai.

18. INCORREC
T
Puisque les barrières à l'entrée sont d'importantes sources du
pouvoir de monopole et de profits, une entreprise en place peut
:

Convaincre tout concurrent potentiel que


Votre réponse : l'entrée n'est pas rentable en augmentant
la capacité productive et en baissant les
prix.
Réponse Réponses 1 et3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l’est


également.

19. INCORREC
T
L’entreprise 1 bénéficie actuellement d'un monopole, mais
l'entreprise 2 envisage d’entrer sur le marché. Si l'entreprise 2
entre, et que l'entreprise 1 conserve un faible niveau de
production et des prix élevés, ses profits baisseront de moitié
et l'entreprise 2 réalisera un profit modeste. L'entreprise 1
menace d'accroître sa capacité de production, ce qui baissera
son prix et ses profits, et fera subir une perte à l’entreprise 2.
Pour réagir à la menace des prix faibles de l'entreprise 1 :

L'entreprise 2 entre sur le marché, car elle


Votre réponse : sait que la menace de l'entreprise 1 n'est
pas crédible.
Réponse Réponses 2 et 3.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 3 l'est


également.

1. INCORREC
T
Les marchés des facteurs sont :

Les marchés des terres et des ressources


Votre réponse : minérales.
Réponse Les marchés de main-d'œuvre, des
correcte : matières premières et du capital utilisés
comme inputs dans le processus de
production.

  Faux. Les marchés des facteurs sont les marchés de tous les
inputs utilisés dans le processus de production.

2. INCORREC
T
Une demande dérivée est :

La demande de métaux et minéraux


Votre réponse : vendus dans les marchés mondiaux.
Réponse La demande d’un facteur qui dépend du
correcte : coût des facteurs et du niveau de
production de l'entreprise.

  Faux. La demande dérivée est la demande des inputs utilisés


dans le processus de production.

3. INCORREC
T
À l’optimum, quand un marché des facteurs concurrentiel est
en équilibre, le prix du facteur sera égal :

À la recette factorielle marginale du


Votre réponse : facteur.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 1 et 2 le


sont également.

4. INCORREC
T
La recette factorielle marginale du travail est égale :

À la productivité marginale du travail


Votre réponse : multipliée par le prix du travail.
Réponses À la productivité marginale du travail
correctes : multipliée par le prix du travail.

À la productivité marginale du travail


multipliée par la recette marginale.

  Faux. La recette factorielle marginale du travail est égale à la


productivité marginale du travail multipliée par la recette
marginale.

5. INCORREC
T
Si le marché des facteurs est parfaitement concurrentiel, la
courbe d'offre de facteurs à l’entreprise est :

Une droite verticale au niveau de la


Votre réponse : quantité des facteurs qui maximise le
profit.
Réponse Une ligne horizontale coupant l’axe des
correcte : ordonnées au prix d'équilibre du facteur.

  Faux. Si le marché des facteurs est parfaitement concurrentiel,


aucun acheteur (l'entreprise) ne peut affecter les prix ;
l'entreprise peut donc acheter tout ce qu'elle désire au prix du
marché. La courbe d'offre de facteurs qui s’adresse à
l’entreprise est une droite horizontale et est égale au prix du
marché de ce facteur.

6. CORRECT Supposons qu'une entreprise dispose d'un montant fixe de


capital et que la production horaire augmente avec le travail
comme suit : travail 1, production 10 ; travail 2, production
17 ; travail 3, production 24 ; travail 4, production 29 ; travail
5, production 33 ; travail 6, production 36. Si le salaire est de 4
$ et le prix concurrentiel du produit est de 1 $, quel est le
nombre d’heures de travail qui maximise le profit ?

Cinq ouvriers.
Votre
réponse :

  Vrai. La productivité marginale horaire du cinquième ouvrier


est de 4 ; à ce niveau de production, le salaire horaire de 4 $
est égal à la recette factorielle marginale du travail : 4 $ (1 x 4
$).

7. INCORREC
T
Supposons qu'une nouvelle machine installée augmente la
production horaire du travail comme suit : travail 1, production
16 ; travail 2, production 34 ; travail 3, production 50 ; travail
4, production 64 ; travail 5, production 78 ; travail 6,
production 90. Supposons également que toutes les entreprises
de la branche installent cette machine. La hausse de la
demande de travail augmente le salaire horaire à 6 $ par heure
et le prix d'équilibre du bien produit tombe à 0,50 $. Quel est la
nouvelle quantité optimale du travail ?

Un ouvrier.
Votre réponse :
Réponse Six ouvriers.
correcte :

  Faux. La productivité marginale horaire du sixième ouvrier est


de 4 ; à ce niveau de production, le salaire horaire de 6 $ est
égal à la recette factorielle marginale du travail : 6 $ (0,50 $ x
12).

8. CORRECT La courbe d'offre de travail d’un individu constitue :

Une fonction de salaire et de choix de loisirs


Votre par rapport au revenu.
réponse :

  Vrai.

9. CORRECT La courbe d’offre de travail des individus se rebrousse à cause :

De l'effet de revenu d’un salaire plus élevé : le


Votre travailleur est en mesure d'acheter plus de
réponse : loisirs et de travailler moins d'heures, à des
niveaux de salaire plus élevés.

  Vrai.

10. INCORREC
T
Selon la théorie économique, à moindre niveau de salaire, le
salaire et le nombre d'heures de travail ont tendance à être
corrélés positivement car :

Des niveaux plus élevés de revenu sont


Votre réponse : souhaitables.
Réponse Le travailleur peut acheter plus de biens
correcte : et de services, et donc le coût
d'opportunité des loisirs augmente.

  Faux. À mesure que le salaire augmente, le travailleur peut


acheter plus de biens et de services, et donc le coût
d'opportunité des loisirs augmente.

11. INCORREC
T
Dans un marché du travail concurrentiel, tous les travailleurs
gagnent le même salaire car :

Les travailleurs génèrent la même recette


Votre réponse : factorielle marginale du travail, peu
importe l’entreprise qui les emploie.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le


sont également.
12. INCORREC
T
Dans un marché des facteurs, on définit la rente économique
comme :

Le montant que les acheteurs sont prêts à


Votre réponse : payer pour un facteur moins le coût
comptable d’offrir le facteur sur le
marché.
Réponse Aucune de ces réponses.
correcte :

  Faux. La rente économique est la différence entre le paiement


effectué au facteur de production et le paiement minimal qui
aurait dû lui être fait pour obtenir l’usage de ce même facteur.
Les coûts économiques sont inclus dans le paiement minimal.

13. INCORREC
T
La rente économique dans le cadre d’un marché de travail est :

Le surplus de salaire versé au-delà du


Votre réponse : montant minimal pour lequel les salariés
étaient prêts à travailler.
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais la réponse 2 l'est


également.

14. CORRECT Lorsque l'offre de terres est parfaitement inélastique, on


détermine le prix :

Entièrement par la demande.


Votre
réponse :

  Vrai.

15. CORRECT Dans un marché des facteurs où un acheteur a un pouvoir de


monopsone :

La dépense pour le facteur est supérieure au


Votre prix du facteur.
réponse :

  Vrai. Afin d'augmenter la quantité achetée, le monopsone doit


offrir un prix plus élevé et doit payer le prix élevé pour tous les
facteurs achetés.

16. INCORREC
T
La quantité optimale de salariés qu'un monopsone embauchera
est :
Celle où le salaire est égal à la recette
Votre réponse : factorielle marginale du travail.
Réponse Celle où la dépense factorielle marginale
correcte : du travail est égale à la recette factorielle
marginale du travail.

  Faux. Afin d'augmenter la quantité achetée, le monopsone doit


offrir un prix plus élevé et payer le prix élevé pour tous les
inputs achetés.

1. INCORREC
T
Les investisseurs préfèrent 1 000 $ aujourd'hui à 1 000 $ dans
un an, car :

Ils peuvent investir les 1 000 $ qui vont


Votre réponse : rapporter des intérêts ou des dividendes ;
leur valeur devrait donc être supérieure à
1 000 $ dans un an.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le


sont également.

2. INCORREC
T
La valeur présente actualisée d'un investissement en capital est
égale :

Au montant du capital investi plus les


Votre réponse : bénéfices annuels générés par
l'investissement.
Réponse Aux flux de paiement futurs générés par
correcte : l’investissement, ajustés en fonction du
coût d'opportunité du capital.

  Faux. La valeur actuelle nette d'un investissement est la valeur


future des flux de paiement ajustés en fonction du coût
d'opportunité du capital investi.

3. INCORREC
T
La valeur présente actualisée des flux de paiement futurs de
500 $ payés maintenant, 500 $ payés dans un an à partir
d’aujourd’hui et 500 $ payés dans deux ans à partir
d’aujourd’hui, sur la base d'un taux d'intérêt de 5 %, est égale
à:

VPA = -500 $ + 500 $ / (1 + 5 %) + 500


Votre réponse : $ / (1 + 5 %) .
2

Réponse VPA = 500 $ + 500 $ / (1 + 5 %) + 500 $


correcte : / (1 + 5 %)2.

  Faux. La valeur présente de 500 $ payés aujourd’hui est de


500 $, mais les deux flux de paiement futurs de 500 $ doivent
être actualisés au taux annuel de 5 % : VPA = 500 $ + 500 $ /
(1 + 5 %) + 500 $ / (1 + 5 %)2.
4. INCORREC
T
Si vous vous attendez à recevoir 1 000 $ par an pendant les 10
prochaines années, la valeur nette présente des flux de
paiement :

Augmente avec le taux d'intérêt.


Votre réponse :
Réponse Diminue avec l'augmentation du taux
correcte : d'intérêt.

  Faux. Plus le taux d'intérêt est élevé, plus le coût d'opportunité


du capital est élevé. Par conséquent, plus faible sera la valeur
de 1 000 $ reçus dans le futur par rapport à 1 000 $ reçus
maintenant.

5. INCORREC
T
La valeur actuelle d'une obligation de 1 000 $ est toujours
égale à :

1 000 $.
Votre réponse :
Réponse 1 000 $ divisé par 1 plus le taux d'intérêt
correcte : du marché : 1 000 $ / (1 + R).

  Faux. La valeur présente de l'obligation est égale à la valeur


nominale de 1 000 $, uniquement lorsque le taux d'intérêt
nominal et le taux d'intérêt du marché sont égaux. Sinon, la
valeur présente de l'obligation est de 1 000 $ / (1 + R)
où R est le taux d'intérêt du marché.

6. INCORREC
T
Si vous achetez une obligation dont la valeur nominale est de 1
000 $ et dont le taux d'intérêt nominal est de 0 %, à un prix de
952,38 $, le taux d'intérêt effectif est de ______.

10 %.
Votre réponse :
Réponse 5,0 %.
correcte :

  Faux. 952,38 $ x (1 + R) = 1 000 $ ; 1 000 $ / 952,38 $ =


1,05 = (1 + R), et donc R = 0,05 ou 5 %.

7. INCORREC
T
Si, pendant la même période, le rendement des obligations
d'une entreprise est beaucoup plus élevé que celui des
obligations d'une autre entreprise, la raison est probablement
que :

L'obligation à rendement élevé a un taux


Votre réponse : d’intérêt nominal plus élevé.
Réponse L'obligation à rendement élevé a un plus
correcte : grand risque.

  Faux. Le taux d'intérêt réel dépend du taux d'intérêt du marché


et non du taux d'intérêt nominal de l'obligation. L’entreprise qui
paie un taux d'intérêt plus élevé a un plus grand risque de
défaillance que l’autre entreprise.

8. CORRECT Le critère de la valeur actuelle nette des investissements en


capital consiste à :

Investir dans le projet si la valeur présente


Votre actualisée des flux financiers espérés pour un
réponse : investissement est supérieure à son coût.

  Vrai.

9. INCORREC
T
Le taux d'actualisation utilisé par l’entreprise pour calculer la
valeur actuelle nette est :

Dans le cas d’un investissement sans


Votre réponse : risque, égal au rendement d’un emprunt
d'État.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 1 et 2 le


sont également.

10. INCORREC
T
Le taux d'intérêt réel est :

Le taux d'intérêt nominal moins le taux


Votre réponse : d'actualisation.
Réponse Le taux d'intérêt nominal moins le taux
correcte : d'inflation attendu.

  Faux. Le taux d'intérêt réel est le taux d'intérêt nominal moins


le taux d'inflation attendu.

11. INCORREC
T
Un flux financier négatif est :

(vide)
Votre
réponse :

12. INCORREC
T
Une jeune entreprise de logiciels envisage d'investir 2 millions
de dollars maintenant et 2 millions de dollars l'an prochain pour
le lancement de son activité. Puis, entre la troisième et la
dixième année, elle espère obtenir un bénéfice de 500 000 $
chaque année. Quelle est la valeur actuelle nette de
l'investissement de 4 millions de dollars, sachant que le taux
d’intérêt ajusté au risque est de 5 %?

500 000 $.
Votre réponse :
Réponse 520 085 $.
correcte :

  Faux. La VAN = -2 millions de dollars + -2 millions de dollars /


(1 + 5 %) + 500 000 $ / (1 + 5 %)2 + 500 000 $ / (1 + 5
%)3 + 500 000 $ / (1 + 5 %)4... 500 000 $ / (1 + 5 %)10 =
-520 085 $.

13. INCORREC
T
Une prime de risque s'ajoute au taux d'actualisation lorsque les
flux financiers futurs sont incertains, car :

Les flux financiers futurs peuvent être


Votre réponse : supérieurs ou inférieurs aux flux espérés.
Réponse Les propriétaires de l’entreprise sont
correcte : averses au risque. Par conséquent, les
flux financiers futurs qui sont certains ont
plus de valeur pour les investisseurs que
ceux qui sont incertains.

  Faux. Les propriétaires de l'entreprise sont averses au risque.


Ainsi, les flux financiers futurs qui sont certains valent plus que
ceux qui sont incertains.

14. INCORREC
T
Un risque diversifiable :

Ne peut pas être éliminé lorsque


Votre réponse : l'entreprise investit dans plusieurs projets
ou lorsqu’elle investit dans des actions de
plusieurs sociétés.
Réponse Peut être éliminé lorsque l'entreprise
correcte : investit dans plusieurs projets ou
lorsqu’elle investit dans des actions de
plusieurs sociétés.

  Faux. Investir dans plusieurs projets ou dans les actions de


plusieurs sociétés élimine le risque diversifiable.

15. INCORREC
T
S'il existe un risque qu'une entreprise soit diversifiable, le taux
d'actualisation approprié pour un projet d'investissement est :

Égal à zéro, car on peut éliminer le risque


Votre réponse : par la diversification.
Réponse Le taux d’intérêt sans risque.
correcte :

  Faux. L'investissement perd des intérêts ou des revenus de


placement qui pourraient être gagnés ailleurs. Par conséquent,
on devrait utiliser le taux d’intérêt sans risque.
16. CORRECT Un risque non diversifiable peut provenir :

De guerres, de catastrophes naturelles ou de


Votre la récession économique.
réponse :

  Vrai.

17. INCORREC
T
L'actif bêta mesure :

La sensibilité du taux de rendement d'un


Votre réponse : actif aux variations du marché boursier.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 2 et 3 le


sont également.

18. CORRECT Si le taux d'intérêt sans risque est de 4 %, le rendement


espéré du marché boursier est de 9 % et l’actif bêta pour une
entreprise de haute technologie est de 1,2, le taux
d'actualisation approprié pour investir dans l'entreprise doit
être de ____.

10 %.
Votre
réponse :

  Vrai.

19. INCORREC
T
Un consommateur calculant la valeur actuelle nette de l’achat
de biens durables doit prendre en compte :

Le fait qu'il n'a pas à calculer la VAN s'il


Votre réponse : paie le bien à partir du revenu courant ou
de l'épargne.
Réponse La valeur des services futurs fournis par le
correcte : bien durable en plus des frais
d'exploitation futurs du bien.

  Faux. Que les biens durables soient financés par l'épargne ou


par des prêts, il existe un coût d'opportunité des revenus
d'intérêts perdus ou des intérêts payés.

20. INCORREC
T
Supposons qu’un tapis roulant coûte 1 200 $. Au cours des cinq
prochaines années, il aura un rendement de 1 000 $ par an.
L’entretien du tapis roulant coûtera 300 $ par année. À la fin
des cinq années, le tapis roulant peut être vendu 75 $. Si le
taux d'intérêt actuel de l’épargne est de 4 %, quelle est la
valeur actuelle nette du tapis roulant ?

1 991 $.
Votre réponse :
Réponse 1 978 $.
correcte :

  Faux. VAN = -1 200 $ + (1 000 $ - 300 $) / (1 + 4 %) + (1


000 $ - 300 $) / (1 + 4 %)2 + (1 000 $ - 300 $) / (1 + 4 % )
3
 + (1 000 $ - 300 $) / (1 + 4 %)4 + (1 000 $ - 300 $) / (1 + 4
%)5 + 75 $ / (1 + 4 %)5 = 1 978 $.

1. INCORREC
T
En économie, l'analyse d'équilibre général :

Présume que les changements dans un


Votre réponse : marché ont peu ou pas d'effets sur
d'autres marchés.
Réponse Prend en compte les interactions entre les
correcte : prix et les quantités sur différents
marchés.

  Faux. L’analyse d'équilibre général prend en compte les


interactions entre différents marchés.

2. CORRECT L'analyse d'équilibre partiel a tendance à sous-estimer l'impact


sur les prix d'une taxe sur un ou deux biens lorsque :

Les deux biens sont substituables.


Votre
réponse :

  Vrai.

3. INCORREC
T
On définit l’efficience au sens de Pareto comme :

Une allocation de biens pour laquelle


Votre réponse : chaque personne a reçu la partie la plus
équitable possible.
Réponse Une allocation de biens pour laquelle, une
correcte : fois atteinte, nul ne peut améliorer son
bien-être sans que celui d’au moins un
autre soit réduit.

  Faux. L’optimum de Pareto est une allocation de biens pour


laquelle, une fois atteinte, nul ne peut améliorer son bien-être
sans que celui d’au moins un autre soit réduit.

4. INCORREC
T
Si Andy est prêt à renoncer à quatre unités de nourriture pour
obtenir une unité de vin, alors le taux marginal de substitution
d’Andy du vin à la nourriture est de _____.

1 / 2.
Votre réponse :
Réponse 4.
correcte :

  Faux. Le TMS du vin à la nourriture est la quantité de


nourriture à laquelle Andy est prêt à renoncer afin d'obtenir
une unité de vin : 4 / 1 = 4.

5. INCORREC
T
Supposons que le taux marginal de substitution d’Andy du vin à
la nourriture soit de 3 et le taux marginal de substitution de
Bob du vin à la nourriture de 1. Des échanges mutuellement
avantageux peuvent survenir, car :

Andy est prêt à renoncer à trois unités de


Votre réponse : nourriture afin d'obtenir une unité de vin,
mais maintenant il ne peut échanger
qu’une unité contre une autre.
Réponse Andy serait prêt à échanger trois unités
correcte : d'aliments afin d'obtenir une unité de vin,
mais Bob est prêt à échanger seulement
une unité de nourriture contre une
bouteille de vin. Il y a donc une chance,
pour chacun d’entre eux, à améliorer leur
bien-être grâce à l’échange.

  Faux. Si les échanges sont mutuellement avantageux pour


Andy et Bob, les termes réels de l’échange vont de une unité à
trois unités de nourriture pour une unité de vin. Les termes
réels de l’échange dépendent du processus de transaction.

6. INCORREC
T
Lorsque l'efficience économique est atteinte, le taux marginal
de substitution entre n'importe quelle paire de biens :

Est plus faible pour les biens qui


Votre réponse : nécessitent moins de ressources dans le
processus de production.
Réponse Est identique pour tous les
correcte : consommateurs.

  Faux. Lorsque l'efficience est atteinte, les TMS entre n'importe


quelle paire de biens sont égaux pour tous les consommateurs.

7. CORRECT Dans une boîte d'Edgeworth représentant les paniers de biens


possibles de deux consommateurs, lorsque deux courbes
d'indifférence sont tangentes :

L'échange ne peut pas avoir lieu pour


Votre améliorer le bien-être d’une personne sans
réponse : réduire celui d’une autre.
  Vrai.

8. INCORREC
T
Dans un équilibre de marché concurrentiel, le taux marginal de
substitution entre deux produits sera identique pour tous les
consommateurs et :

Les biens sont alloués de telle façon qu'il


Votre réponse : est impossible d'améliorer le bien-être
d’une personne sans réduire celui d’au
moins une autre.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les réponses 1 et 2 le


sont également.

9. CORRECT La frontière des possibilités de production :

Illustre toutes les combinaisons efficientes de


Votre deux produits, susceptibles d'être produites
réponse : avec la dotation de facteurs de production
donnée en travail et en capital, pour une
technologie constante.

  Vrai.

10. INCORREC
T
La pente de la frontière des possibilités de production est
égale :

Au rapport des prix des deux biens.


Votre réponse :
Réponse Réponses 1 et 2.
correcte :

  Faux. Le prix ou la valeur des deux produits n'est pas


considérée le long de la frontière des possibilités de production.

11. INCORREC
T
Dans la théorie économique, on définit un avantage comparatif
ainsi :

Un pays a un pouvoir de marché lorsqu’il


Votre réponse : établit une structure des échanges et des
relations commerciales solides avant
d'autres pays.
Réponse Le pays 1 offre un avantage comparatif
correcte : lorsqu’il peut produire un bien X à un coût
d’opportunité plus faible que celui du pays
2, c'est-à-dire en renonçant à une
quantité plus faible du bien Y que le pays
2.

  Faux. Le pays 1 offre un avantage comparatif lorsqu’il peut


produire un bien X à un coût d’opportunité plus faible que celui
du pays 2, c'est-à-dire en renonçant à une quantité plus faible
du bien Y que le pays 2.

12. INCORREC
T
Dans la théorie économique, on définit un avantage absolu
ainsi :

Un pays offre un avantage de leader


Votre réponse : lorsqu’il établit une structure des
échanges et des relations commerciales
solides avant d'autres pays.
Réponse Un pays 1 offre un avantage absolu dans
correcte : la production d’un bien X lorsqu’il peut
produire ce bien avec moins de facteurs
de production ou avec un coût plus faible
que le pays 2.

  Faux. Un pays 1 offre un avantage absolu dans la production


d’un bien si le coût de production de ce bien, relativement à
ceux des autres biens, y est plus faible que celui du pays 2.

13. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le coût
d'opportunité de la production des aliments du Mali, en termes
de vêtements ?

1.
Votre réponse :
Réponse 2.
correcte :

  Faux. Le Mali a besoin de quatre heures pour produire une


unité de nourriture. Pendant ce temps, il aurait pu produire
deux unités de vêtements.

14. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le coût
d'opportunité de la production des vêtements du Mali en
termes de nourriture ?

2
Votre réponse :
Réponse ½.
correcte :
  Faux. Le Mali a besoin de deux heures pour produire une unité
de nourriture. Pendant ce temps, il aurait pu produire 1 / 2
unités de vêtements.

15. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le bien,
nourriture ou vêtements, pour lequel le Mali offre un avantage
comparatif ?

Ni la nourriture ni les vêtements.


Votre réponse :
Réponse Les vêtements.
correcte :

  Faux. Le Mali offre un avantage comparatif dans la production


de vêtements. Le coût d'opportunité de la production de
vêtements du Mali est de 1 / 2, tandis que celui du Brésil est de
2.

16. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le bien,
nourriture ou vêtements, pour lequel le Mali offre un avantage
absolu ?

Les informations fournies sont


Votre réponse : insuffisantes pour répondre à cette
question.
Réponse Ni la nourriture ni les vêtements.
correcte :

  Faux. Le Mali n’offre pas d’avantage absolu, ni dans la


production de nourriture ni dans celle de vêtements : le Brésil
produit des vêtements de façon aussi efficace que le Mali (le
temps nécessaire à la production est le même dans les deux
pays) et le Brésil produit la nourriture de manière plus efficace
(en moins de temps) que le Mali.

17. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le coût
d'opportunité de production des vêtements du Brésil, en termes
de nourriture ?

4.
Votre réponse :
Réponse 2
correcte :
  Faux. La production de vêtements nécessite deux heures au
Brésil. Pendant ce temps, le Brésil peut produire deux unités de
nourriture (chaque unité de nourriture nécessite seulement une
heure de production), de sorte que le coût d'opportunité de la
production de vêtements est de 2.

18. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le coût
d'opportunité de production de la nourriture du Brésil, en
termes de vêtements ?

2.
Votre réponse :
Réponse ½.
correcte :

  Faux. Produire une unité de nourriture nécessite une heure au


Brésil. Pendant ce temps, le Brésil peut produire 1 / 2 unités de
vêtements (chaque unité de vêtements nécessite deux heures),
de sorte que le coût d'opportunité de la production de
vêtements est de 1 / 2.

19. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Quel est le bien,
nourriture ou vêtements, pour lequel le Brésil offre un avantage
absolu ?

Les vêtements.
Votre réponse :
Réponse La nourriture.
correcte :

  Faux. Le Brésil produit une unité de nourriture en 1 / 4 de


temps alors que le Mali produit une unité de nourriture ; le
Brésil est donc plus efficace pour produire des aliments.

20. INCORREC
T
Au Mali, on peut produire une unité de vêtements en deux
heures et une unité de nourriture en quatre heures. Au Brésil,
on peut produire une unité de vêtements en deux heures et
une unité de nourriture en une heure. Le Brésil demande au
Mali d’échanger une unité de nourriture contre une unité de
vêtements. Le Mali :

N’acceptera pas. En effet, il n’est pas


Votre réponse : avantageux pour les deux pays
d’échanger avec un plus grand pays plus
efficace que le Mali dans la production de
plusieurs biens.
Réponse Tout ce qui précède.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les autres le sont


également.

1. CORRECT On définit l’information asymétrique comme :

Une situation dans laquelle un acheteur et un


Votre vendeur ne disposent pas des mêmes
réponse : informations au sujet d’une transaction.

  Vrai.

2. INCORREC
T
En raison de l’information asymétrique sur le marché des
voitures d’occasion :

La présence de voitures de bonne qualité


Votre réponse : sur le marché accroît le prix des voitures
de mauvaise qualité jusqu’à ce que celui-
ci soit égal au prix des voitures de bonne
qualité.
Réponse Les voitures de mauvaise qualité peuvent
correcte : évincer du marché les voitures de bonne
qualité.

  Faux. À cause du manque d’information, les consommateurs


pensent que la majorité des voitures vendues est de mauvaise
qualité. Par conséquent, le prix des voitures de bonne qualité
aura tendance à chuter.

3. INCORREC
T
Lorsque le marché des voitures d’occasion est constitué de
deux marchés séparés (les voitures de bonne qualité et les
voitures de mauvaise qualité), le prix d’équilibre est de 10 000
€ pour les voitures de bonne qualité et de 5 000 € pour les
voitures de mauvaise qualité. En présence d’information
asymétrique, les consommateurs pensent que 75 % des
voitures d’occasion sont de mauvaise qualité et 25 % de bonne
qualité. Compte tenu de ces éléments, on peut s’attendre à ce
que les voitures d’occasion soient vendues à un prix d’environ :

8 750 €, et la proportion de voitures de


Votre réponse : bonne qualité sur le marché va
augmenter.
Réponse 6 250 €. Ce prix est tellement faible qu’il
correcte : risque de faire sortir les voitures de bonne
qualité du marché.

  Faux. On peut s’attendre à ce que les consommateurs paient


10 000 € x 25 % + 5 000 € x 75 % = 6 250 €. Ce prix est
tellement faible qu’il risque de faire sortir les voitures de bonne
qualité du marché.
4. INCORREC
T
Les vendeurs de produits de bonne qualité tentent de corriger
les défaillances de marché associées à l’information
asymétrique :

En standardisant les produits vendus.


Votre réponse :
Réponse Toutes les réponses ci-dessus.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les autres le sont


également.

5. INCORREC
T
La sélection adverse survient lorsque :

Les consommateurs achètent


Votre réponse : constamment des produits de mauvaise
qualité à des prix faibles en raison de leur
contrainte budgétaire.
Réponse Des produits de différentes qualités sont
correcte : vendus au même prix, car les acheteurs
ou les vendeurs ne disposent pas de
suffisamment d’information pour
déterminer la qualité réelle du produit au
moment de la transaction.

  Faux. La sélection adverse advient lorsque des produits de


différentes qualités sont vendus au même prix, car les
acheteurs ou les vendeurs ne disposent pas de suffisamment
d’information pour déterminer la qualité réelle du produit au
moment de la transaction.

6. INCORREC
T
On définit les signaux de marché comme :

Une forme de défaillance de marché


Votre réponse : lorsque des produits de qualités
différentes sont vendus au même prix.
Réponse Un processus par lequel les vendeurs
correcte : envoient des signaux aux acheteurs, afin
de transmettre de l’information à propos
de la qualité d’un produit.

  Faux. C’est la définition de la sélection adverse. Les signaux de


marché sont un processus par lequel les vendeurs envoient des
signaux aux acheteurs, afin de transmettre de l’information à
propos de la qualité d’un produit.

7. INCORREC
T
Lorsque les personnes en bonne santé choisissent de payer
elles-mêmes leurs frais médicaux plutôt que d’avoir recours à
une assurance :
La proportion de personnes en mauvaise
Votre réponse : santé parmi les assurés augmente, ce qui
accroît les coûts et les primes
d’assurance.
Réponse Toutes les réponses ci-dessus.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les autres le sont


également.

8. INCORREC
T
Les signaux sur le marché du travail comprennent notamment
les tentatives effectuées par les travailleurs très productifs de
montrer qu’ils sont productifs :

En arrivant systématiquement à l’heure et


Votre réponse : en effectuant le nombre d’heures de
travail demandé.
Réponse En travaillant davantage et plus
correcte : longtemps.

  Faux. Six mois à un an peuvent être nécessaires à l’entreprise


pour qu'elle identifie les employés productifs. Ainsi, travailler le
nombre d’heures requis ne constitue pas un très bon signal de
productivité.

9. CORRECT L’éducation est un exemple de signal sur le marché du travail,


car :

Les travailleurs productifs tendent à être plus


Votre intelligents, plus disciplinés, plus dynamiques
réponse : et à travailler plus dur. Il est ainsi plus facile
pour eux d’atteindre un niveau d’études élevé.

  Vrai.

10. CORRECT Un individu va poursuivre sa scolarité à l’université :

Si le supplément de salaire espéré est plus


Votre élevé que le coût d’opportunité d’aller à
réponse : l’université.

  Vrai.

11. INCORREC
T
Supposons que le coût d’une année d’études soit de 20 000 €
pour un individu productif et de 50 000 € pour un individu peu
productif. Les deux types d’individus obtiennent leur diplôme
en quatre ans. Ce diplôme permet à un individu de gagner 100
000 € de plus au total pendant les 10 premières années sur le
marché du travail. Le bénéfice net lié au diplôme :

Est de -50 000 € pour une personne peu


Votre réponse : productive et de +20 000 € pour une
personne productive.
Réponse Est de -100 000 € pour une personne peu
correcte : productive et de +20 000 € pour une
personne productive.

  Faux. Le bénéfice net pour une personne peu productive est de


100 000 € - (50 000 € x 4) = -100 000 € et pour une personne
productive de 100 000 € - (20 000 € x 4) = 20 000 €.

12. INCORREC
T
Le marché de l’assurance pose un problème d’aléa moral, car :

Les individus qui ne sont pas assurés


Votre réponse : évitent de prendre des précautions qui
pourraient limiter les pertes.
Réponse Les individus assurés n’ont pas à
correcte : supporter le coût de comportements à
risque et prennent donc plus de risque
que s’ils n’étaient pas assurés.

  Faux. Les individus qui ne sont pas assurés sont souvent plus
prudents que ceux qui sont assurés. Les individus assurés n’ont
pas à supporter le coût de comportements à risque et prennent
donc plus de risque que s’ils n’étaient pas assurés.

13. INCORREC
T
La plupart des entreprises sont contrôlées par des managers
recrutés par les propriétaires des entreprises. Comme les
managers sont mieux informés du fonctionnement quotidien de
l’entreprise que les propriétaires :

Un problème de principal-agent surgit


Votre réponse : lorsque les managers se focalisent sur la
responsabilité fiscale et les profits au
détriment de la croissance de l’entreprise.
Réponse Un problème de principal-agent surgit
correcte : lorsque les managers se focalisent sur la
croissance de l’entreprise et les parts de
marché plutôt que sur les profits de long
terme.

  Faux. Le problème principal-agent survient lorsque les


managers ont d’autres objectifs que la maximisation des profits
de long terme de l’entreprise.

14. INCORREC
T
La capacité des managers à dévier de l’objectif de maximisation
du profit est limitée :

Car les managers peuvent être licenciés


Votre réponse : par les propriétaires ou le conseil
d’administration lorsque les propriétaires
considèrent les managers inefficaces.
Réponse Toutes les réponses ci-dessus.
correcte :

  Faux. Cette réponse est correcte, mais les autres le sont


également.

15. INCORREC
T
Le problème principal-agent existe également dans les
entreprises publiques car :

Les vérifications effectuées par le pouvoir


Votre réponse : législatif sur les managers des agences
gouvernementales sont efficaces mais
rarement effectuées.
Réponse Les vérifications effectuées par le pouvoir
correcte : législatif sur les managers des agences
gouvernementales ne seront
probablement pas très efficaces tant que
l’agence disposera d'une meilleure
information que le gouvernement sur les
coûts et les procédures.

  Faux. Les vérifications effectuées par le pouvoir législatif sur les


managers des agences gouvernementales ne seront
probablement pas très efficaces tant que l’agence disposera
d'une meilleure information que le gouvernement sur les coûts
et les procédures.

16. INCORREC
T
La théorie du salaire d’efficience :

Explique que le salaire n’affecte pas la


Votre réponse : productivité des travailleurs, mais
entraîne du chômage et incite les
employés à tirer au flanc.
Réponse Explique que la productivité du travail est
correcte : affectée par le salaire et que le chômage
peut découler du fait que les entreprises
paient un salaire plus élevé pour
désinciter les travailleurs à tirer au flanc.

  Faux. Les modèles de salaire d’efficience reconnaissent que la


productivité du travail peut dépendre du salaire ; un salaire
d’efficience plus élevé peut expliquer le chômage.

17. INCORREC
T
D’après la théorie du salaire d’efficience, le salaire d’efficience
désincite les travailleurs à tirer au flanc car :

Aucune de ces réponses.


Votre réponse :
Réponse Un salaire d’efficience plus élevé accroît le
correcte : chômage. Ainsi, les employés qui tirent au
flanc et perdent leur emploi savent qu’ils
peuvent rester au chômage un certain
temps.

  Faux. Un salaire d’efficience plus élevé accroît le chômage.


Ainsi, les employés qui tirent au flanc et perdent leur emploi
savent qu’ils peuvent rester au chômage un certain temps.

18. INCORREC
T
Plus le taux de chômage est élevé :

Plus la demande de la part des employés


Votre réponse : pour la mise en place d’un salaire
d’efficience est grande.
Réponse Plus la différence entre le salaire
correcte : d’efficience et le salaire concurrentiel est
faible.

  Faux. Plus le niveau de chômage est élevé, plus la différence


entre le salaire d’efficience et le salaire concurrentiel est faible.
Les employeurs n’ont pas besoin de fournir des incitations très
fortes à ne pas tirer au flanc lorsque les employés savent que
le risque d’une période de chômage de longue durée est élevé.

19. CORRECT Le modèle du tire-au-flanc stipule que :

Les travailleurs ont une incitation à tirer au


Votre flanc si les employeurs les paient au salaire de
réponse : marché. Ils savent en effet qu’ils pourront
retrouver facilement un emploi identique au
même salaire.

  Vrai.

20. CORRECT Une entreprise a mis en place un schéma de rémunération


incitatif, afin d'accroître le niveau d’effort de ses employés. Un
employé donné qui accroît son effort consacre un temps
supplémentaire à son travail, qu’il évalue à 10 000 € (c’est le
prix qu’il accorde aux loisirs s’il avait consacré son temps aux
loisirs plutôt qu’à travailler). L'entreprise n’offre pas de bonus
si la productivité de l’employé est inférieure à 40 000 €, mais
elle en offre un de 20 000 € si elle est supérieure à 40 000 €.
Lorsque cet employé fournit un effort, supposons que la
probabilité que sa productivité soit supérieure à 40 000 € soit
de 75 % et que la probabilité qu'elle soit inférieure à 40 000 €
soit de 25 %. Si l’employé ne fournit pas d’efforts, alors sa
productivité sera inférieure à 40 000 € avec certitude. Quelle
est la valeur espérée du bonus, nette du coût de l’effort, pour
cet employé ?

5 000 €.
Votre
réponse :
  Vrai. Le bonus espéré net est de (75 % x 20 000 + 25 % x 0) -
10 000 € = 5 000 €.

INCORRECT Les externalités de marché peuvent survenir lorsque :


(vide)
Votre
réponse :

2. INCORRECT Lorsqu’une entreprise ou un


consommateur impose un coût externe à
un agent non impliqué dans la
transaction :

(vide)
Votre
réponse :

3. INCORRECT Le marché de l’éducation se caractérise


par une externalité positive. Ainsi :

Il est impossible de
Votre réponse : savoir si la quantité
produite sur un
marché libre est
supérieure ou
inférieure à la
quantité
socialement
optimale.
Réponse Le niveau de
correcte : production sur un
marché libre est
inférieur au niveau
socialement
optimal.

  Faux. Lorsqu’une externalité positive


existe, le bénéfice marginal social est
plus élevé que le bénéfice marginal
privé. En conséquence, la quantité
d’éducation produite sur un marché libre
est inférieure à la quantité socialement
désirable.

4. INCORRECT Voici un exemple de coût externe :

Le prix élevé de
Votre réponse : l’essence dont les
automobilistes
doivent s’acquitter
à cause de
l’accroissement de
la demande durant
l’été.
Réponse La journée de
correcte : travail perdue par
une personne qui a
une crise d’asthme
à cause d’un niveau
de pollution trop
élevé.

  Faux. Les agents qui achètent de


l’essence sont impliqués dans la
transaction, donc le prix élevé n’est pas
un coût externe.

5. INCORRECT Le bénéfice marginal externe est :

L’accroissement
Votre réponse : total des bénéfices
externes que l’on
peut attendre de la
création d’une
nouvelle activité
générant une
externalité positive.
Réponse L’accroissement des
correcte : bénéfices obtenus
par une tierce
partie suite à
l’accroissement
d’une unité de la
quantité produite
par une entreprise.

  Faux. Le bénéfice marginal externe est


l’accroissement des bénéfices obtenus
par une tierce partie suite à
l’accroissement d’une unité de la
quantité produite par une entreprise.

6. CORRECT Voici un exemple de bénéfice externe :

Une baisse du risque de


Votre contracter une maladie
réponse : lorsque de plus en plus
de gens dans une
société donnée sont
vaccinés.

  Vrai.

7. CORRECT La courbe de demande pour les lingots


d’acier est donnée par l’équation P = 100
- 2Q et celle de l’offre de lingots d’acier
par P = 19 + Q. Q est exprimé en
millions de tonnes de lingots d’acier par
an et P est le prix en euros par tonne.
Supposons que la production de lingots
d’acier génère des déchets qui sont
rejetés dans une rivière. Si le coût
externe associé à cette pollution est
évalué à 6 € par tonne par an, la
quantité d’équilibre du marché est de
____________________________, mais
la quantité socialement optimale est de
________________________________.

27 millions de tonnes ;
Votre 25 millions de tonnes.
réponse :

  Vrai. La quantité d’équilibre du marché


est donnée par la résolution de l’équation
100 - 2Q = 19 + Q ; elle est donc égale
à 27. La quantité socialement optimale
se calcule en égalisant le bénéfice
marginal au coût marginal total, soit 100
- 2Q = (19 + 6) + Q, ce qui donne 75 =
3Q ou Q =25.

8. INCORRECT La courbe de CmR, avec le niveau de


pollution sur l’axe des abscisses et le
coût en euros par unité de pollution sur
l’axe des ordonnées :

Est croissante. En
Votre réponse : effet, lorsque le
niveau de réduction
des émissions
augmente, le coût
marginal de
réduction des
émissions
augmente.
Réponse Est décroissante. En
correcte : effet, pour des
niveaux de pollution
faibles, lorsqu’on a
déjà beaucoup
réduit les
émissions, réduire
davantage la
pollution devient de
plus en plus
coûteux.

  Faux. Effectivement, le coût marginal de


réduction des émissions augmente
lorsque les efforts de réduction des
émissions sont plus importants (et le
niveau de pollution diminue). Toutefois,
la courbe est décroissante.
9. INCORRECT Le gouvernement mène trois politiques,
dont l'objectif est d'inciter à réduire la
pollution :

La nationalisation
Votre réponse : des entreprises, des
amendes pour les
entreprises qui
polluent et des
quotas d’émission.
Réponse Les quotas
correcte : d’émission (avec
des amendes en cas
de dépassement),
une taxe sur les
émissions, des
droits à polluer
échangeables.

  Faux. Les trois politiques les plus


efficaces pour réduire la pollution sont :
les quotas d’émission (avec des amendes
en cas de dépassement), une taxe sur
les émissions, des droits à polluer
échangeables.

10. INCORRECT Dans le cas d’une taxe sur la pollution :

Les entreprises
Votre réponse : réduisent leurs
émissions à zéro,
afin d'éviter de
devoir payer la
taxe.
Réponse Les entreprises
correcte : réduisent les
émissions jusqu’à
ce que la taxe fixée
par le
gouvernement soit
égale au coût
marginal de
réduction des
émissions.

  Faux. Une entreprise qui maximise ses


profits va réduire ses émissions jusqu’à
ce que la taxe par unité de pollution
émise soit égale au coût marginal de
réduction des émissions.

11. INCORRECT Une taxe sur les émissions est préférable


à des quotas, car :
Une taxe donne aux
Votre réponse : entreprises une
incitation très forte
à installer de
nouveaux
équipements grâce
auxquels elle réduit
ses émissions bien
plus que dans le cas
d’un quota.
Réponse Toutes les réponses
correcte : ci-dessus.

  Faux. Cette réponse est correcte, mais


les autres le sont également.

12. INCORRECT Avec un système de permis à polluer


échangeables :

Le gouvernement
Votre réponse : distribue des permis
aux entreprises, ce
qui limite le niveau
total des émissions
à un niveau
acceptable. Il est
donc nécessaire que
chaque entreprise
dispose de
suffisamment de
permis pour
produire et générer
de la pollution.
Réponse Toutes les réponses
correcte : ci-dessus.

  Faux. Cette réponse est correcte, mais


les autres le sont également.

13. INCORRECT Le dépôt remboursable est la méthode la


plus efficace que le gouvernement puisse
mettre en place pour encourager le
recyclage, car :

Les recettes
Votre réponse : obtenues grâce au
programme aident
les collectivités
territoriales à payer
les coûts liés au
recyclage.
Réponse Le coût
correcte : d’opportunité de ne
pas récupérer le
dépôt incite les
individus à recycler
davantage ou à
internaliser le coût
externe de
traitement des
déchets.

  Faux. Le gouvernement souhaite que les


individus recyclent et récupèrent leur
dépôt, afin de réduire le coût externe de
traitement des déchets auquel cas
aucune recette fiscale n’est générée.

14. INCORRECT Afin de réduire les dégâts consécutifs à


l’accumulation d’un polluant dans un lac,
le gouvernement envisage de mettre en
place un programme de réduction de
déversement de nitrates afin de
préserver la faune et la flore aquatiques.
Le coût d’un tel programme est de 250
000 € aujourd’hui et de 250 000 € à la
fin des années 1, 2 et 3. Le bénéfice (la
perte évitée) est de 100 000 €
aujourd’hui, 198 000 € à la fin de l’année
1, 296 000 € à la fin de l’année 2 et 380
000 € à la fin de l’année 3. Si on suppose
que le taux d’escompte social est de 5
%, quelle est la VAN du projet et celui-ci
doit-il être entrepris ?

Le bénéfice net est


Votre réponse : de -200 000 €, et le
projet ne doit donc
pas être entrepris.
Réponse Le bénéfice net est
correcte : de -45 502 €, et le
projet ne doit donc
pas être entrepris.

  Faux. Le bénéfice net est de moins 250


000 € chaque année plus le bénéfice
annuel, escomptés à la fin des années 1
à 3 comme ceci : -150 000 - 52 000 / (1
+ 5 %) + 46 000 / (1 + 5 %)2 + 130
000 / (1 + 5 %)3 = -45 501,57. Le projet
ne doit pas être entrepris.

15. INCORRECT Afin de réduire les dégâts consécutifs à


l’accumulation d’un polluant dans un lac,
le gouvernement envisage de mettre en
place un programme de réduction de
déversement de nitrates afin de
préserver la faune et la flore aquatiques.
L’ingénieur en chef estime que le
programme doit être entrepris sur quatre
ans. Le coût d’un tel programme est de
250 000 € aujourd’hui et de 250 000 € à
la fin des années 1, 2, 3 et 4. Le bénéfice
(la perte évitée) est de 100 000 €
aujourd’hui, 198 000 € à la fin de l’année
1, 296 000 € à la fin de l’année 2, 380
000 € à la fin de l’année 3 et 476 000 €
à la fin de l’année 4. Si on suppose que
le taux d’escompte social est de 5 %,
quelle est la VAN du projet et doit-il être
entrepris ?

Le bénéfice net est


Votre réponse : de -180 498 €, et le
projet ne doit donc
pas être entrepris.
Réponse Le bénéfice net est
correcte : de 140 429 €, et le
projet doit donc
être entrepris.

  Faux. Le bénéfice net est de moins 250


000 € chaque année plus le bénéfice
annuel, escomptés à la fin des années 1
à 4 comme ceci : -150 000 - 52 000 / (1
+ 5 %) + 46 000 / (1 + 5 %)2 + 130
000 / (1 + 5 %)3 + 226 000 / (1 + 5
%)4 = 140 429,19 €. Le projet ne doit
pas être entrepris.

16. CORRECT En l’absence de droits de propriété sur


les ressources naturelles :

Personne ne bénéficie
Votre d’incitation à assurer la
réponse : continuité de la
productivité des
ressources, ce qui peut
conduire à leur
épuisement et à des
inefficiences.

  Vrai.

17. CORRECT Une station de pêche et une usine de


papier partagent un lac. L’usine réalise
un profit de 100 000 € par an. Installer
un équipement réduisant les
déversements de polluants dans le lac
coûterait 25 000 €, ce qui ferait chuter le
profit à 75 000 €. Le propriétaire de la
plage réalise un profit de 65 000 €
lorsque la pollution est faible, grâce à
l’installation d’un équipement de filtrage,
et un profit de 30 000 € lorsque l’usine
n’installe pas cet équipement et pollue.
Si on suppose que la station de pêche
possède les droits de propriété sur le
lac :

L’usine de papier va
Votre installer l’équipement.
réponse :

  Vrai. L’installation de l’équipement va


réduire les profits de l’usine de papier de
25 000 €. Toutefois, si la station de
pêche poursuit en justice l’usine de
papier, elle devra payer 35 000 € de
dommages et intérêts. Il est plus
profitable pour l’usine de réduire la
pollution.

18. INCORRECT Un bien public pur est :

Non rival mais


Votre réponse : exclusif.
Réponse À la fois non rival et
correcte : non exclusif.

  Faux. Un bien public pur est non exclusif,


au sens où une fois que le bien est
produit, il est impossible d’empêcher les
individus de le consommer.

19. INCORRECT Le problème du passager clandestin


advient lorsque :

Les biens publics


Votre réponse : sont rivaux et
exclusifs, donc les
consommateurs qui
ne paient pas pour
un bien ne peuvent
le consommer.
Réponse Les biens publics
correcte : sont non exclusifs,
donc on ne peut
empêcher les
consommateurs qui
ne paient pas pour
le bien de le
consommer.

  Faux. Cela décrit la plupart des biens


privés. Le problème du passager
clandestin advient, car les biens publics
sont non exclusifs. Par conséquent, ceux
qui ne paient pas pour le bien peuvent
toujours le consommer.
20. INCORRECT L’éducation publique est un bien fourni
par le gouvernement, car :

Il s'agit d'un bien


Votre réponse : public confronté au
problème du
passager
clandestin.
Réponse Elle produit des
correcte : externalités
positives. Un
marché privé
fournirait une
quantité d’éducation
inférieure à la
quantité optimale.

  Faux. L’éducation est un bien exclusif. Le


gouvernement fournit de l’éducation, car
elle produit des externalités positives. Un
marché privé fournirait une quantité
d’éducation sous-optimale.

Q1 : une stratégie de marketing différenciée consiste à : o Développer un marketing spécifique à un


seul segment pour à un marché donné o Développer un seul marketing mix pour l’ensemble de
marché o Développer une communication marketing spécifique à deux ou plusieurs segments sur un
marché donné o Développer un marketing mix spécifique pour chacun des segments ciblés par
l’entreprise sur un marché donné
Q2 : L’optique marketing sociétal est une approche centrée sur : o La satisfaction des besoins de
consommateurs o La réponse à toutes les attentes des consommateurs o La construction des
relations durables avec les différents acteurs du marché o La satisfaction du client et le bien être à
long terme du consommateur et de la société
Q3 : La segmentation stratégique consiste à : o Identifier des segments homogènes des
consommateurs o Distinguer des segments hétérogènes des clients o Identifier des domaines
d’activités stratégiques o Aucune réponse
Q4 : Le positionnement correspond à: o la place recherchée par l’entreprise dans l’univers
concurrentiel o la place que le produit occupe dans l’esprit des consommateurs du segment visé par
rapport aux concurrents o La place occupée par l’entreprise et sa marque dans l’esprit du
consommateur o Aucune réponse
Q5 : « Le jugement d’un individu qui résulte de la comparaison des performances perçues d’un
produit avec ses attentes » est la définition de : o Valeur o Désir o Satisfaction o Renforcement
Q6 : « C’est une force qui pousse le consommateur vers l’achat, déclenchée par un besoin considéré
comme critique » est la définition : o Satisfaction o Attitude o Apprentissage o Motivation
Q7 : La demande potentielle d’un bien ou d’un service est : o Aucun de ces choix o L’ensemble des
consommateurs o Le nombre d’acheteurs actuel * la quantité achetée o Nombre des entreprises *
quantité moyenne achetée
Q8 : Les panels sont des échantillons permanents dans le cadre : o Aucun de ces choix o Etude
qualitative o Etude documentaire o Etude quantitative
Q9 : Les études quantitatives consistent à : o Etudier les raisons profondes du comportement o
Repérer les attitudes fondamentales du consommateur o Mesurer des opinions et des
comportements o Collecter des informations secondaires
Q10 : Dans une étude qualitative, on utilise : o Un questionnaire o Un guide d’entretien o Une
stratégie o Les trois à la fois
1. Quels sont les buts poursuivis par une étude de marché ? o Etude des préférences des
consommateurs et des produits sur le marché o Connaitre l’historique du marché o Découverte du
consommateur-type o Etude démographique et sociale des consommateurs
2. Les études de motivation sont utilisées dans le cadre des : o Etudes quantitatives o Etudes
qualitatives o Etudes documentaires o Aucun de ces choix
3. Un panel est : o Une marque qui bénéficie d’une grande notoriété o Un produit automobile o Un
échantillon permanent et représentatif de ménage o Un bien consommable
4. Un Cartel est une forme de concurrence : o Loyale o Déloyale o Pure et parfaite o Pure et simple
5. Une Etude documentaire c’est une étude qui : o sert à collecter les informations disponibles avant
d’entreprendre une enquête sur le terrain o sert à collecter les informations disponibles après
d’entreprendre une enquête sur le terrain o Sert à collecter les informations externes o Aucun de ces
choix
6. une stratégie de marketing différenciée consiste à : o Développer un marketing spécifique à un
seul segment d’un marché donné o Développer un seul marketing mix pour l’ensemble de marché o
Développer une communication marketing spécifique à deux ou plusieurs segments sur un marché
donné o Développer un marketing mix spécifique pour chacun des segments ciblés par l’entreprise
sur un marché donné
7. L’optique marketing sociétal est une approche centrée sur : o La satisfaction des besoins de
consommateurs o La réponse à toutes les attentes des consommateurs o La construction des
relations durables avec les différents acteurs du marché o La satisfaction du client et le bien être à
long terme du consommateur et de la société
8. La segmentation consiste à : o Identifier des segments homogènes des consommateurs o
Distinguer des segments hétérogènes des clients o Identifier des domaines d’activités stratégiques o
Aucune réponse
9. Le positionnement correspond à: o la place recherchée par l’entreprise dans l’univers
concurrentiel o la place que le produit occupe dans l’esprit des consommateurs du segment visé par
rapport aux concurrents o La place occupée par l’entreprise et la marque dans l’esprit du
consommateur o Aucune réponse
10. Les études quantitatives consistent à : o Etudier les raisons profondes du comportement :
o Repérer les attitudes fondamentales du consommateur
o Mesurer des opinions et des comportements
o Collecter des informations secondaires
11. Dans une étude qualitative, on utilise : o Un questionnaire o Un guide d’entretien o Une stratégie
o Les trois à la fois