Vous êtes sur la page 1sur 3

Corrosion Prediction

by: Gordon A. Aaker, P.E.

L'exemple de calcul suivant peut être utilisé comme un guide pour prédire le taux de corrosion des
effets du CO2

1. Conditions de service

Operating Condition = 245 psi (16.33 Bars),


Mol % CO2 = 4.0%,
Partial Pressure CO2 = 9.8 psi (.6533 Bars),
Temperature = 120 ° F (48 ° C).

2. Effet de la corrosion

La corrosion de l'acier au carbone dans un environnement de CO2 humide peut conduire à du


carbonate de fer en tant que produit de réaction. Bien que des travaux récents suggèrent que une
matrice de carbure de fer est d'abord produite sur la surface de l'acier, un dépôt de carbonate, ce qui
permettra de protéger le métal sous-jacent, peut souvent être formée . La formation et la
protectrion d'une telle ampleur dépend d'un certain nombre de facteurs tels que la solubilité du
carbonate de fer ( qui varie avec le pH et la présence d'autres sels ) , la vitesse de réaction de l' acier
sous-jacent et de l'état de surface ( rugosité / la propreté ) . En outre, la persistance de la couche sera
sensible aux turbulences et peut croître à une épaisseur telle qu'elle fissures et des écailles . La
pratique actuelle est de ne pas se fier à cette échelle de carbonate de donner une protection
continue sur toute la longueur d'une ligne d'écoulement d'hydrocarbure ou d'une ligne à
l'exportation . En particulier dans les régions du haut débit ou à des cordons de soudure , le
détachement de la couche peut conduire à un taux rapide de la corrosion localisée ( Mesa Attaque ) .
Bien que l'échelle de carbonate peut protéger la majorité d'une ligne, la vitesse de corrosion utilisée
pour les calculs de conception doit être fondée sur l'équation de Waard et Milliams . Cependant, à
des températures de 60 ° C ou plus la couche est considéré comme stable et suffisamment
protectrice pour entrainer la modification de l' un des facteurs multiplicateurs de l’équation de
Waard Milliams,

F(s): V = F(s) v(dWM)

où V est la vitesse de corrosion ajusté, F (s) est le facteur de mise à l'échelle et v (DWM) est le taux de
corrosion calculée à partir de l'équation originale de Waard et Milliams.

Log F(s) = (2500/(T+273)) - 7.5


Log F(s) = (2500/(48°C+273)) - 7.5
Log F(s) = (2500/321) - 7.5
Log F(s) = 7.788 - 7.50
Log F(s) = 0.2882
F(s) = 1.941

Etant donné que la température est inférieure à 60 ° C.

Si la correction pour les hautes température est prise en compte alors on ne tient pas compte de
la correction du pH. L’équation de Waard et Milliams a été réalisée à faibles pressions partielles de
CO2 (<1 bar). La fugacité d'une espèce de gaz est effectivement l'activité d'une espèce de gaz pour
des gaz parfaits à basse pression est égale à cette pression partielle. À des pressions plus élevées, en
raison de la non-idéalité, la fugacité ou l'activité de CO2 est inférieure à sa pression partielle, ce qui
devrait être utilisé dans le calcul du taux de corrosion. Il est possible de calculer la fugacité de CO2 (f
CO2) et de l'utiliser dans l'équation de Waard et Milliams corrigée de la pression partielle:

f CO2 = (a)(ppCO2)

Où f est la fugacité du CO2 CO2, (a) est le coefficient de fugacité et ppCO2 est la pression partielle de
CO2

Pour une pression de fonctionnement de 245 psi

ppCO2 = Pressure( % CO2)


ppCO2 = 245 psi (4.0%)
ppCO2 = 9.8 psi or 0.6533 Bars
Log(a) = P total (0.0031 - 1.4/(T + 273))
Log(a) = (245/15)Bars(0.0031 - 1.4/(68°C +273))
Log(a) = (16.33Bars)(0.0031 - 1.4/321)
Log(a) = (16.33Bars)(0.0031 - .0044)
Log(a) = (16.33Bars)(-0.0013)
Log(a) = -0.0212
(a) =.9523

ensuite, la pression partielle corrigée calculée est la suivante:

f CO2 = (a)(ppCO2)
f CO2 = (0.9523)(0.6533 Bars)
f CO2 = 0.6221

le taux de corrosion v (DWM) est donnée par:

Log(v) = 5.8 - 1710/(t + 273) + 0.67


Log(f CO2) Log(v) = 5.8 - 1710/(48 + 273) + 0.67Log(0.6221)
Log(v) = 5.8 - 1710/(321) + 0.67(-.2061)
Log(v) = 5.8 - 5.32 + - 0.1381
Log(v) = 0.3419

(v) = 2,19 mm et le taux de corrosion ajustée V est:

V = F(s) v(dWM)
V = (1.0) ( 2.19 mm) V
V = 2.19 mm per year.

L'utilisation d'inhibiteurs peut être efficace à 90%, par conséquent, avec des inhibiteurs, V = 0,219
mm par an. Pour 20 ans:

V = 0.219 mm(20 yrs)


V = 4.3 mm = 0.17244 inches

La prévision ci-dessus est reconnue comme étant très prudente et est habituellement modifié
V = 0.17 inches x 0.60 = 0.102 inches

La Surépaisseur de corrosion minimum requise pour 20 ans est de 0,102 pouces.

3. Effets de la vitesse:

Il est connu que dans des conditions de phase mixte sans présence de solides qu'un état
d'écoulement biphasique endommage facilement la couche formée. En conséquence, la vitesse de
corrosion d'acier au carbone serait au moins égale à celles prédites si aucun tartre de carbonate de
fer est formée. Lorsque la couche est endommagé, la corrosion par piqûres aura lieu. Pour les
systèmes, qui sont principalement en phase liquide, et sans matières solides, les vitesses
d'écoulement superficielles supérieures à environ 2,7 mètres par seconde provoquent une
dommages et une corrosion similaire à la condition d'écoulement biphasique. Si des solides sont
présents, plusieurs couches de protection sont facilement éliminées et les taux de corrosion seront
au moins aussi grands que prévu si aucun dépôt de carbonate de fer ne s’est formé.

Vous aimerez peut-être aussi