Vous êtes sur la page 1sur 20

CHAPITRE 1

La nature de la monnaie

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction
II. Fonctions et formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

I. Introduction
• Plusieurs questions fondamentales :
• Qu’est-ce que la monnaie ?
• Qu’est-ce que la création monétaire ?
• Quels sont les risques de la création monétaire ?
• Quel rôle la monnaie joue-t-elle dans le fonctionnement d’une économie ?
• La monnaie se définit comme l’ensemble des moyens de paiement
immédiatement utilisable et accepté par la communauté pour le règlement
des échanges
• La monnaie est un actif présentant deux caractéristiques fondamentales : son
absence de rendement et sa liquidité
• Pour étudier le rôle mais aussi l’utilité de la monnaie, nous analyserons deux
types de situation : économie de troc (i.e. absence de monnaie) versus
économie monétaire (i.e. présence d’une monnaie)

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

II. Fonctions et formes de la monnaie

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

A. Les fonctions de la monnaie


• La monnaie doit remplir trois fonctions :
• Unité de compte
• Intermédiaire des échanges
• Réserve de valeur

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

1. Unité de compte
• La monnaie est une unité de mesure de la valeur
• Économie de troc : Il faut établir un rapport d’échange pour chaque couple de
biens
• Soit une économie avec 4 biens (A, B, C et D)
• Il faut alors établir les prix relatifs de chaque bien en fonction des ! − 1 autres
biens
• Supposons que les prix de ces quatre biens sont tels que
• $%& = (%), $%& = $*%+ et $%& = ,*%-
• 1./ = 0,5.3 , $%) = 4%+ et $%) = $4%-
• 1.5 = 0,1.3 , 1.5 = 0,2./ et $%+ = ,%-
• 1.7 = 1/30.3 , 1.7 = 1/15./ et 1.7 = 1/3.5
• Il y a donc … prix relatifs
• Généralisation à n biens : ! ! − 1 /2 prix relatifs
• Exemple : si ! = 1000, il y a 499 500 prix relatifs

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

1. Unité de compte
• Économie monétaire : une unité de mesure commune (euro, dollar, etc.)
• Dans notre économie avec 4 biens. Supposons que le bien A soit l’unité de
compte, i.e. le numéraire
• On a donc !" = 1
• Le système de prix devient
• 1 = 2!& = 10!( = 30!*
• Il n’y a plus que 3 prix relatifs, soit + − 1 prix
• Conclusion : l’économie monétaire engendre une réduction des coûts de
transaction
• La définition de prix monétaires facilite les choix des agents donc les échanges
• Elle offre aux agents la possibilité d’arbitrer plus aisément entre des
consommation potentiellement très variées
• Elle réduit les coûts de transaction et contribue à l’efficience des échanges

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

2. Intermédiaire des échanges


• La monnaie est un intermédiaire des échanges
• En l’absence de monnaie, un médecin, qui ne sait que soigner des malades,
devrait trouver un boulanger, un boucher, etc., acceptant de se faire soigner
contre du pain, de la viande, etc.
• Autre solution : trouver un agent intermédiaire
• Deux problèmes majeurs
• La recherche d’informations : qui a besoin de mes services ? Que vais-je recevoir en échange ?
• Possibilité de frais de stockage des biens à vendre ou de ceux reçus dans l’échange
• D’où des coûts de transaction
• Si le médecin a besoin de pain mais que le boulanger est en bonne santé. Alors
le médecin devra trouver un agent malade qui détient un bien que le
boulanger désire consommer
• La monnaie résout alors le problème de double coïncidence des besoins

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

2. Intermédiaire des échanges


• Alors le médecin, le boucher, le boulanger, etc., se consacrent à ce qu’ils savent
faire le mieux : soigner des malades, vendre de la viande, faire du pain, etc.
• D’où des gains d’efficience pour l’ensemble de l’économie, qui entraîne une
hausse du bien-être social
• La monnaie permet de simplifier les échanges par rapport à une économie de
troc qui nécessite la double coïncidence des besoins
• La monnaie va permettre le règlement de toutes transactions, quelles qu’elles
soient, à partir du moment où elle est acceptée par les individus de la
communauté
• La monnaie résout les problèmes des coûts de transaction et la double
coïncidence des besoins en s’imposant comme moyen de paiement
universellement accepté

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

2. Intermédiaire des échanges


• Dans une économie de troc, les biens s’échangent contre des biens
• Dans une économie monétaire, l’échange se fait selon la séquence
Biens => Monnaie => Biens
• Les biens n’achètent pas les biens
• Il faut avoir monétarisé sa production pour accéder au marché. Dès lors, les
possibilités d’échange sont élargies
• Pour remplir cette fonction d’intermédiaire des échanges, la monnaie doit
réunir les qualités suivantes (Mishkin, 2007) :
• Être standardisée
• Avoir cours légal
• Être divisible
• Être facilement transportable
• Être durable

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

3. Réserve de valeur
• La monnaie est une réserve de valeur
• On peut conserver la monnaie pour satisfaire des besoins futurs
• Épargner pour les prochaines vacances
• L’achat d’un bien immobilier
• Préparer sa retraite
• Faire face à une incertitude
• A tous ces besoins correspond tout une gamme de solutions d’épargne, i.e. une
gamme d’actifs très variée de conservation de la richesse dans le temps
• La monnaie est l’un de ces actifs
• La monnaie permet de transférer la richesse dans le temps. Elle est donc un
élément de décision dans les choix inter-temporels des agents
• Pour que cette fonction remplisse parfaitement son rôle, la monnaie ne doit
pas perdre de sa valeur

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

3. Réserve de valeur
• La monnaie est donc un actif particulier puisque
• il ne rapporte rien
• Sa valeur réelle est affectée par l’évolution des prix (inflation, déflation, hyperinflation)
• Si la monnaie est demandée c’est parce qu’elle a une qualité unique : sa
liquidité
• La monnaie est immédiatement mobilisable et mobilisée pour acheter des
biens ou des services
• Ce n’est pas le cas des comptes à terme, des lingots d’or, d’un appartement,
etc.
• Détenir de la monnaie permet alors de détenir un actif
• Liquide (satisfaction des besoins à court terme ou imprévus)
• Sans risque (i.e. dont le rendement est négatif la plupart du temps, au mieux nul)

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

B. Les formes de la monnaie


• Il existe, principalement, trois formes de monnaie :
• Monnaie métallique
• Monnaie fiduciaire
• Monnaie scripturale

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

1. La monnaie métallique
• La monnaie métallique est la monnaie constituée à partir de métal quelle que
soit sa nature : or, argent, cuivre, etc.
• La valeur de la monnaie repose sur le poids de métal qu’elle contient
• De nos jours, ce type de monnaie n’est plus utilisé dans les échanges
marchands
• Elle conserve cependant une valeur en fonction du poids du métal qu’elle
contient

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

2. La monnaie fiduciaire
• La monnaie fiduciaire tient son nom du latin fiducia qui signifie la confiance
• La monnaie fiduciaire est celle dont la valeur repose sur la confiance que lui
portent les individus l’utilisant
• Ce type de monnaie prend la forme de billets de banque mais aussi des pièces
de monnaie (1€, 2€, etc.)
• Ne JAMAIS confondre les pièces de 1€ avec les pièces métalliques
• L’émission de la monnaie fiduciaire revient à une entité publique (État, Banque
centrale)
• Cours légal, cours libre, cours forcé

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

3. La monnaie scripturale
• La monnaie scripturale repose sur l’écriture (le script)
• Elle est composée des comptes bancaires courants
• La monnaie scripturale s’exprime sous la forme d’un jeu d’écriture (crédit ou
débit d’un compte bancaire courant) entre deux individus ayant un compte
bancaire ou sein d’une même banque ou entre deux individus détenant un
compte bancaire dans deux banques distinctes
• La monnaie scripturale circule de compte en compte alors que la monnaie
fiduciaire circule de main en main

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

4. La monnaie électronique
• La monnaie électronique (e-money) se définit comme « toute valeur monétaire
représentant une créance qui est stockée sur un support électronique ; cette
valeur monétaire doit être émise contre la remise de fonds d’un montant dont
la valeur n’est pas inférieure à la valeur monétaire émise » (Commission
européenne)
• Deux types de monnaie électronique existent :
• Le porte-monnaie électronique : l’utilisation d’une puce
• Le porte-monnaie virtuel : l’utilisation du disque dur d’un ordinateur
• Dès lors, un champ très large de nouveaux instruments et mode de paiements
se crée
• Toutefois, la monnaie électronique reste avant tout un droit sur une somme
d’argent (0,2% des paiements scripturaux pour les PME en Europe)

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

5. La présentation comptable de la monnaie


• Rappel de comptabilité : le bilan comptable présente à une date donnée le
patrimoine d’un agent
• L’actif présente ce qui est possédé par l’agent
• Le passif décrit l’origine des fonds

Bilan d’une entreprise


Actif Passif
Immobilisations Capitaux propres
Capital circulant Dettes à long terme
Dettes à court terme

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction A. Les fonctions de la monnaie
II. Fonctions et formes de la monnaie B. Les formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

5. La présentation comptable de la monnaie


Bilan d’une banque
Actif Passif
Immobilisations Capitaux propres
Créances (créances sur l’économie) et Dettes
sur le Trésor (billets, comptes courants
créditeurs en monnaie centrale)
Engagements (dépôts à vue, dépôts
d’épargne, refinancement par la Banque
centrale)
• La monnaie est donc :
• un actif (représente une créance) pour celui qui la possède
• Un passif (i.e. une dette) pour celui qui l’a émise

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction
II. Fonctions et formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires


• C’est à la Banque centrale (BC) que revient le rôle de mesurer la quantité de
monnaie en circulation dans l’économie
• La BC définit et utilise des agrégats monétaires
• Les agrégats monétaires permettent de mesurer la quantité de monnaie en
circulation ET de classer les formes de monnaie selon un degré de liquidité
• Exemple concret : les agrégats monétaires de la zone euro
• Avec le Système européen de banques centrales (SEBC), trois agrégats sont
définis :
• Du plus étroit (M1)
• Au plus large (M3)
ou
• Du plus liquide (M1)
• Au moins liquide (M3)

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie


I. Introduction
II. Fonctions et formes de la monnaie
III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires

III. Mesurer la monnaie : les agrégats monétaires


• M1 est la monnaie au sens strict, incluant :
• Le numéraire (pièces et billets)
• Les dépôts à vue (ménages, entreprises, APU, etc.)
• M2 est un agrégat intermédiaire entre M1 et M3. Il inclut M1 auquel on ajoute :
• Les dépôts à terme inférieurs à deux ans
• Les dépôts avec préavis inférieurs à trois mois
• M3 est l’agrégat monétaire au sens large. Il inclut M2 auquel on ajoute :
• Les pensions
• Les titres de créances d’une durée inférieure ou égale à deux ans
• Les titres d’OPCVM

M3

M2

M1

Cyriac GUILLAUMIN Chapitre 1 : La nature de la monnaie

Vous aimerez peut-être aussi