Vous êtes sur la page 1sur 29

Projet de classe :

Automatisation et supervision du contrôle de la


vitesse d’un moteur

Réalisé par : KAIDI Hanaa Encadré par : Mr. ECHCHATBI Abdelwahed

ARAR Wydad

NIYAR Assia

GHASSOUINE Mouad

HAFID Abdelkrim

2019 /2020
Table des matières
Introduction générale : ........................................................................................................................... 4
I. Chapitre 1: Généralités et mise en point du projet .................................................................................... 6
1. Introduction : ............................................................................................................................................................... 6
2. Automate programmable : ............................................................................................................................................ 6
a. Définition :............................................................................................................................................................... 6
b. Domaine d’emploi des automates : ........................................................................................................................... 6
c. Les avantages des automates programmables : .......................................................................................................... 7
d. Nature des informations traitées par l’automate : ...................................................................................................... 7
e. Architecture d’un API : ............................................................................................................................................ 7
f. Critères de Choix d’un automate programmable industriel :...................................................................................... 7
3. Schneider Modicon M340 : .......................................................................................................................................... 8
4. La supervision : ............................................................................................................................................................ 9
5. Les Variateurs de vitesse : ........................................................................................................................................... 10
6. ALTIVAR :................................................................................................................................................................ 11
Variateur de vitesse ATV31 4KW 500V TRI 7,2KVA 500V TR. ............................................................................. 11
7. Les moteurs asynchrones triphasés : ........................................................................................................................... 11
8. Les câbles Ethernet: ................................................................................................................................................... 11
9. Switch : ...................................................................................................................................................................... 12
10. Contacteur : ........................................................................................................................................................... 12
11. Disjoncteur : .......................................................................................................................................................... 13
12. Problématique : ...................................................................................................................................................... 13
II. Chapitre 2 : Réalisation du projet ...................................................................................................... 15
Introduction : ..................................................................................................................................................................... 15
1. Planning du projet : .................................................................................................................................................... 15
2. Analyse fonctionnelle : ............................................................................................................................................... 15
a. La bête a corne : ..................................................................................................................................................... 16
b. Diagramme pieuvre : .............................................................................................................................................. 16
c. Diagramme SADT : ............................................................................................................................................... 17
d. Diagramme FAST : ................................................................................................................................................ 18
3. Réalisation du projet sur les logiciels : ........................................................................................................................ 18
a. Unity pro : ............................................................................................................................................................. 19
4. Configuration matérielle: ............................................................................................................................................ 20
a. Partie 1 : Programme UNITY PRO XL et chargement sur l’automate : .................................................................. 21
b. Partie 2 : Connexion entre KEPSERVER et le SCADA InTouch : ......................................................................... 24
c. Partie 3 : Création du réseau local : ........................................................................................................................ 27
Conclusion : ....................................................................................................................................................................... 28
Conclusion générale et perspectives: ......................................................................................................... 29

p. 2
Liste des figures
Figure 1 : Automatisme industriel ..................................................................................................................... 6
Figure 2 : Architecture d’un API ....................................................................................................................... 7
Figure 3: Schneider Modicon M340 ................................................................................................................... 8
Figure 4: Schneider Modicon M340 ................................................................................................................... 9
Figure 5 : Câble Ethernet 6XV1870-3RH60 ..................................................................................................... 12
Figure 6: Un Switch NH227-2TP 27-Port 10/100 ............................................................................................ 12
Figure 7: Aperçu des accessoires pour les contacteurs ...................................................................................... 13
Figure 8 : Disjoncteur...................................................................................................................................... 13
Figure 9: La bête à corne ................................................................................................................................ 16
Figure 10 : Diagramme pieuvre ....................................................................................................................... 17
Figure 11: Diagramme SADT (niveau a0) ........................................................................................................ 18
Figure 12: Diagramme FAST .......................................................................................................................... 18
Figure 13 : Logo Unity Pro XL ........................................................................................................................ 19
Figure 14: Logo KEPServerEX........................................................................................................................ 20
Figure 15: Logo Intouch .................................................................................................................................. 20
Figure 16 : Le positionnement des composants sur le rack ............................................................................... 21
Figure 17 : Configuration de réseau ETHERNET ............................................................................................ 21
Figure 18: Configuration ETHERNET ............................................................................................................ 22
Figure 19: Configuration du port Série ............................................................................................................ 22
Figure 20: Le programme de contrôle .............................................................................................................. 23
Figure 21: Définir l’adresse de l’automate ....................................................................................................... 23
Figure 22: Table d’animation .......................................................................................................................... 24
Figure 23: Table d’animation en marche.......................................................................................................... 24
Figure 24: Configuration « channel » ............................................................................................................... 24
Figure 25: Configuration du device ................................................................................................................. 25
Figure 26: Variables de contrôle ...................................................................................................................... 25
Figure 27: Définir l’alias ................................................................................................................................. 25
Figure 28 : Configuration du nom d’accès ....................................................................................................... 26
Figure 29: Dictionnaires des données .............................................................................................................. 26
Figure 30: L’interface de visualisation............................................................................................................. 27
Figure 31: Etablir la connexion KEPserver ...................................................................................................... 27
Figure 32: Reconfiguration du nom d’accès ..................................................................................................... 28
Figure 33 : Test connexion entre KEPserver et INTOUCH.............................................................................. 28
Figure 34: Visualisation du système sur INTOUCH ........................................................................................ 28

p. 3
Introduction générale :

Dans le domaine industriel, l’automatisation et la supervision d’une installation sont devenues


indispensables avec le fonctionnement des chaines de production en continu 24hrs/24,7jrs/7, et ce afin de
se substituer aux tâches jusqu’alors effectuées par l’être humain et qui sont caractérisées par la répétition,
la simplicité et même parfois le danger. En plus, les machines automatisées ont une précision et rapidité
meilleures que l’être humain, sans oublier qu’on peut s’en servir dans de nombreux domaines.

L’automatisation fait appel à des Systèmes électriques qui englobent toute la hiérarchie de contrôle-
commande depuis les capteurs de mesure, en passant par les automates, les bus de communications, la
visualisation, l’archivage jusqu'à la gestion de production et des ressources de l’entreprise. Elle passe par la
mise en place d’un outil de supervision intelligent qui s’interface avec l’ensemble des automates et
systèmes, qui permet le développement et/ou l’exploitation d’une application de supervision.

C’est de son impact flagrant que l’automatisation trouve tout son intérêt. En effet, elle n’a pas seulement
contribué à révolutionner le monde manuel en le transformant en un univers digital, elle a aussi des
impacts sur les modalités intrinsèques à la conception et l’utilisation d’une technologie définie comme
étant moderne.

Grâce à cette modernisation sur laquelle se fonde la relation entre les connaissances théoriques et celles
pratiques tirées du monde professionnel, il est nécessaire et indispensable que toute formation soit
couronnée par des projets.

Notre projet consiste à contrôler et varier la vitesse d’un moteur à l’aide d’un variateur de vitesse
ALTIVAR 31, qui est lui-même contrôlé par un automate Schneider Modicon M340. La réalisation de ce
projet ce fait a partir ces logiciels : Unity pro,Kepserver et Intouch.

Ce présent projet est réparti en deux chapitres décrivant les volets principaux. Le premier chapitre
comportera quatre articulations, il portera sur les automates programmables et la supervision, mettra en
perspective la signification des variateurs de vitesse, et mettra en relief le moteur asynchrone et ces
composants. Le deuxième chapitre se chargera de la réalisation du projet, en faisant une analyse
fonctionnelle et puis la réalisation du projet avec les logiciels cités avant en faisant la configuration
matérielle et testant la connexion.

p. 4
CHAPITRE I :

GÉNÉRALITÉS ET MISE EN
POINT DU PROJET

p. 5
I. Chapitre 1: Généralités et mise en point du projet

1. Introduction :

Lors de ce chapitre, nous comptons traiter les différents composants utilisées pour la réalisation de ce
projet qui sont : les automates, les variateurs de vitesse, un switch, des câbles, un disjoncteur… pour
ensuite expliciter notre problématique suivi pour mettre en place ce projet.

2. Automate programmable :
a. Définition :
Un automate programmable industriel est un appareil électronique programmable similaire à un
ordinateur servant à commander des procédés industriels. Il est spécialement conçu pour automatiser ces
procédés. Sa programmation détermine quelles commandes il doit donner en fonction de l’état de
différents dispositifs de détection (capteurs).

Figure 1 : Automatisme industriel

b. Domaine d’emploi des automates :


On utilise les API dans tous les secteurs industriels pour la commande des machines (convoyage,
emballage ...) ou Des chaînes de production (automobile, agroalimentaire, ...) ou il peut également assurer
des fonctions de régulation de processus (métallurgie, chimie ...). Il est de plus en plus utilisé dans Le
domaine du bâtiment (tertiaire et industriel) .Pour le contrôle du chauffage, de l'éclairage, de la sécurité ou
des alarmes.

p. 6
c. Les avantages des automates programmables :
Dès leurs introductions, les API gagnent de la popularité dans les industries et deviennent de plus en plus
essentiels et indispensables pour assurer un bon fonctionnement des processus. On peut citer quelques
avantages qu’ils offrent :

La facilité de mise en œuvre relativement aux autres systèmes d’automatisation qui les précédents ;
La flexibilité dans la possibilité d’ajout ou de suppression d’une ou plusieurs entrées/sorties
(capteur/actionneurs) ;
La possibilité d’agir sur deux paramètres le matériel et le programme ;
La rapidité d’exécution ;
La possibilité de tester ses programmes avant utilisation ;
La possibilité de mettre en œuvre plusieurs automates en réseaux.

d. Nature des informations traitées par l’automate :


Les informations peuvent être de type :

Tout Ou Rien (TOR) : L’information ne peut prendre que deux états (vrai/faux, o ou1). C’est le
type d’informations délivrées par un détecteur, un bouton poussoir…etc.
Analogique : L’information est continue et peut prendre une valeur comprise dans une plage bien
déterminée. C’est le type d’information délivrée par un capteur (pression, température…etc.)
Numérique : L’information est contenue dans des mots codés sous forme binaire ou bien
hexadécimale. C’est le type d’information délivrée par un ordinateur ou un module intelligent.

e. Architecture d’un API :

Figure 2 : Architecture d’un API


f. Critères de Choix d’un automate programmable industriel :
Après l’établissement du cahier des charges, il revient à l’utilisateur de regarder sur le marché
l’automate le mieux adapté aux besoins, en considérant un certain nombre de critères importants :

p. 7
Le choix d'un automate programmable est en premier lieu le choix d'une société ou d'un groupe et
Les compétences/expériences de l’équipe d’automaticiens en mise en œuvre et en programmation
de la gamme d’automate ;
Les capacités de traitement du processeur (vitesse, données, opérations, temps...) ;
Le nombre d’entrées/sorties nécessaire ;
Le type des entrées/sorties nécessaire ;
La qualité du service après-vente (La documentation, durée de la garantie, la formation).

3. Schneider Modicon M340 :


a. Généralités :

Les processeurs de plate-forme automatisée Modicon M340 gèrent l'ensemble de la station automate,
qui se compose de modules d'entrée/sortie TOR, de modules d'entrée/sortie analogiques, de modules de
comptage, de modules experts et de modules de communication. Ces modules sont répartis sur un ou
plusieurs racks raccordés au bus local. Chaque rack doit comporter sa propre alimentation ; le rack
principal accueille l'unité centrale.

b. Illustration :

Le schéma suivant présente un exemple de configuration de la station automate Modicon M340 avec un
rack :

Figure 3: Schneider Modicon M340


c. Tableau des repères :

Le tableau suivant décrit la composition de la station automate ci-dessus.

p. 8
Tableau 1 : composition d’une automate

d. Caractéristiques :

Programmation par option USB et interface Homme/machine ;

Disponibilité des ports Ethernet, CANopen et Modbus ;

Mémoire confortable grâce à la disponibilité d’une carte mémoire ;

Robustesse et durabilité dans les environnement industriels (Température, humidité, chocs …) ;

Multitâche garantie.

Figure 4: Schneider Modicon M340

4. La supervision :

a. Définition :

La supervision est une forme évoluée de dialogue Homme-Machine, dont la possibilité va bien au-delà
de celle des fonctions de conduite et surveillance réalisée avec des interfaces de dialogues.
Les fonctions de la supervision sont nombreuses, on peut citer quelques-unes :

Elle répond à des besoins nécessitant en général une puissance de traitement importante ;

p. 9
Assure la communication entre les équipements d’automatismes et les outils consistant à surveiller
l’état de fonctionnement d’un procédé dont les possibilités vont bien au-delà de celle de fonctions
de conduite et surveillance réalisée avec les interfaces informatiques d’ordonnancement et de
gestion de production ;
Coordonne le fonctionnement d’un ensemble de machines enchainées constituants une ligne de
production, en assurant l’exécution d’ordres communs (marche, arrêt,…) et de tâches telles que la
synchronisation ;
Assiste l’opérateur dans les opérations de diagnostic et de maintenance.
b. Avantages de la supervision :

Un système de supervision donne de l’aide à l’opérateur dans la conduite du processus, son but est de
présenter à l’opérateur des résultats expliqués et interprétés, et son avantage principal est :

La surveillance du processus à distance ;


La détection des défauts ;
Le diagnostic et le traitement des alarmes ;
Le traitement des données.

5. Les Variateurs de vitesse :


a. Définition :

Un variateur électronique de vitesse est un dispositif destiné à régler la vitesse et le couple d'un moteur
électrique à courant alternatif en faisant varier la fréquence et la tension, respectivement le courant,
délivrées à la sortie de celui-ci.

b. Application :

Leurs applications vont des plus petits aux plus grands moteurs, comme ceux utilisés par les perceuses.
Alors qu'environ un quart de la consommation d'électricité mondiale provient des moteurs électriques
utilisés par l'industrie, les variateurs de vitesse ne restent que peu répandus, alors qu'ils permettent
d'importantes réductions de consommation d'énergie.

Les progrès de l'électronique de puissance ont permis de réduire le coût et la taille des variateurs de
vitesse ces quatre dernières décennies. Ils ont concerné à la fois les interrupteurs semi-conducteurs utilisés,
la topologie, les méthodes utilisées en contrôle commande et en simulation, ainsi que le matériel et les
logiciels employés pour la commande.

p. 10
6. ALTIVAR :

Variateur de vitesse ATV31 4KW 500V TRI 7,2KVA 500V TR.


Tableau 2 : caractéristiques d’un ATV31

7. Les moteurs asynchrones triphasés :

a. Définition :

Les moteurs asynchrones triphasés représentent plus de 80% du parc moteur électrique dans l’industrie.
Ils sont des machines robustes, économiques à l’achat et ne nécessitant que peu de maintenance.
De plus, leur vitesse de rotation est presque constante sur une large plage de puissance. Ce type des
moteurs est utilisé pour transformer l’énergie électrique en énergie mécanique grâce à des phénomènes
électromagnétiques.

8. Les câbles Ethernet:

a. Définition :

Il s’agit d’un câble utilisé pour la transmission de données informatiques. Il permet de connecter votre
console, votre décodeur tv ou encore votre ordinateur à une connexion Internet. Il relie votre LiveBox au
périphérique que vous souhaitez connecter. Le câble Ethernet prend également comme surnom
"connexion filaire", puisqu'au contraire de la Wi-Fi qui vous permet d'avoir une connexion à Internet sans
utiliser de câble, le câble Ethernet est lui, comme son nom l'indique, le câble qui vous relie à une

p. 11
connexion. Il en existe une multitude présentant des différences structurelles. C'est ainsi qu'ils sont aussi
classés en catégories.

Figure 5 : Câble Ethernet 6XV1870-3RH60

9. Switch :
NH227-2TP 27-Port 10/100

Un Switch, commutateur ou commutateur réseau en français, est un équipement qui fonctionne comme un
pont multiport et qui permet de relier plusieurs segments d'un réseau informatique entre eux.

Le Switch est chargé d'analyser les trames qui arrivent sur les ports d'entrée. Il opère une filtration des données
afin de les orienter vers le bon port. Le Switch a donc une double fonction de filtrage et de connectivité. Il sert de
véhicule au transport de trame, comme peut également le faire le routage. Il crée également des circuits virtuels.

Figure 6: Un Switch NH227-2TP 27-Port 10/100

10. Contacteur :

Un contacteur est un appareil électrotechnique destiné à établir ou interrompre le passage du courant, à


partir d'une commande à distance, électrique ou pneumatique. Il a la même fonction qu'un relais
électromécanique, sauf que ses contacts sont prévus pour supporter un courant beaucoup plus important.

p. 12
Les contacteurs sont utilisés afin d'alimenter des moteurs industriels de petite, moyenne et grande
puissance. Ils possèdent un pouvoir de coupure important.

Figure 7: Aperçu des accessoires pour les contacteurs

11. Disjoncteur :

Un disjoncteur est un dispositif électromécanique, de protection dont la fonction est d'interrompre


le courant électrique en cas d'incident sur un circuit électrique. Il est capable d'interrompre un courant de
surcharge ou un courant de court-circuit dans une installation. Suivant sa conception, il peut surveiller un
ou plusieurs paramètres d'une ligne électrique. Sa principale caractéristique par rapport au fusible est qu'il
est réarmable (il est prévu pour ne subir aucune avarie lors de son fonctionnement).

Figure 8 : Disjoncteur

12. Problématique :
Comment pouvons-nous à l’aide d’un automate SCHNEIDER ELECTRIC Modicon M340, contrôler un moteur
en agissant sur sa vitesse à l’aide d’un variateur de vitesse ? Et comment utiliser un serveur de base de données
(KEPSERVER) et un SCADA (In Touch) pour superviser ce moteur en liant entre les deux ? Et enfin comment
créer un réseau liant l’automate, le serveur de base de données, et le SCADA sachant que chacun de ces logiciels
fonctionnera dans une machine distincte ?

Conclusion :
A travers ce chapitre nous avons vu tous les composants nécessaires à la réalisation pour après passer à la partie
pratique.
p. 13
CHAPITRE II :
RÉALISTAION DU PROJET

p. 14
II. Chapitre 2 : Réalisation du projet

Introduction :

Cette partie portera sur les étapes de la réalisation de notre projet en commençant par le planning suivi
ensuite l’analyse fonctionnelle et les différents logiciels utilisés et finalement les configurations nécessaires
pour la réalisation du projet.

1. Planning du projet :

Notre projet a été déroulé dans une période de quatre semaines comme l’illustre la figure ci-dessous :

Tableau 3 : Le planning du projet

1ère semaine 2ème semaine 3ème semaine 4ème semaine

Prise et initialisation de sujet Simulation 1er programme

Recherche documentaire Simulation 2ème programme

Etude fonctionnelle Rédaction du rapport

2. Analyse fonctionnelle :

L’analyse fonctionnelle est une méthode dont l’objet est de contribuer à générer les fonctions de service
et techniques relatives à ce projet.

Cette méthode va nous permettre d’analyser tous les facteurs qui rentrent dans la conception de ce
système.

Cette analyse est répartie en 4 :

p. 15
La bête à cornes ;
Le diagramme pieuvre ;
Le diagramme SADT ;
Le diagramme FAST.
a. La bête a corne :

Cet outil définit le besoin auquel répond le système. La méthode d’analyse du besoin s’appuie sur deux
hypothèses :

Hypothèse 1 : La satisfaction du besoin est réalisée par l’utilisation du produit à concevoir.


Hypothèse 2 : Le besoin est satisfait par le changement d’état d’une matière d’œuvre.

Figure 9: La bête à corne

b. Diagramme pieuvre :

Cet outil identifie les fonctions d’un système, recherche les fonctions attendues et leurs relations
dans l’analyse fonctionnelle du besoin.

Fonctions principales : c’est la réponse à la question suivante : Quelles sont les raisons pour
lesquelles l’objet a été créé ? Il faut exprimer le but de chaque relation créée, chaque but
détermine ainsi une fonction principale.

p. 16
Fonctions contraintes : quelles sont les contraintes auxquelles l’objet doit satisfaire ? Pour
chaque position d’utilisation, il s’agit de définir les contraintes imposées au produit par son
milieu extérieur d’utilisation. Le but de ces relations est appelé fonction contrainte.

Figure 10 : Diagramme pieuvre

Fonction de service :

FP : Automatiser le contrôle de la vitesse d’un moteur.

FC1 : Contrôler la vitesse.

FC2 : Respecter les règles de sécurité.

FC3 : S’adapter à l’énergie d’alimentation disponible.

FC4 : Résister au milieu ambiant.

FC5 : Doit être conforme aux normes.

FC6 : Maintenir le bon fonctionnement.

c. Diagramme SADT :

La méthode SADT est un langage de communication et une méthode d'analyse par niveaux
successifs d'approche descriptive d'un ensemble quel qu'il soit. On peut appliquer le SADT à la gestion
d'une entreprise tout comme à un système automatisé.
p. 17
Figure 11: Diagramme SADT (niveau a0)

d. Diagramme FAST :

Un diagramme FAST présente une traduction rigoureuse de chacune des fonctions de service en
fonction(s) technique(s), puis matériellement en solution(s) constructive(s). Il se construit de gauche à
droite, dans une logique du pourquoi au comment. Grâce à sa culture technique et scientifique,
l'ingénieur développe les fonctions de service du produit en fonctions techniques. Il choisit des solutions
pour construire finalement le produit.

Le diagramme FAST constitue alors un ensemble de données essentielles permettant d'avoir une
bonne connaissance d'un produit complexe et ainsi de pouvoir améliorer la solution proposée.

Figure 12: Diagramme FAST

p. 18
3. Réalisation du projet sur les logiciels :

a. Unity pro :

Unity Pro permet de programmer les automates Modicon M340, Premium, Atrium, Quantum.
Actuellement PL7-Pro cohabite avec Unity sur la gamme des automates Premium, il est toutefois possible
de faire migrer certains processeurs utilisant PL7-Pro vers des processeurs Unity par une mise à jour du
système d’exploitation.

Unity Pro propose les langages suivants pour la création du programme utilisateur :

Langage à blocs fonctions (FBD : Function Bloc Diagram) ;

Langage Ladder (LD) ;

Langage List (IL) ;

Langage Littéral Structuré (ST) ;

Diagramme fonctionnel en séquence (SFC : Sequential Fonctionnal Chart, grafcet).

Figure 13 : Logo Unity Pro XL

a. Kep server :

KEPServerEX représente la nouvelle génération des technologies de communication Kepware. Basé sur
plus de 20 années de développement, la solution KEPServerEX est la plus avancée des serveurs de
communication OPC du marché, certifié par la fondation OPC.

La plateforme de communication KEPServerEX dispose d'une liste d'interfaces decommunication


nombreuses (Serveur OPC DA, UA, AE, .Net, HDA, Agent SNMP, DDE...).

Grâce à son Plug-in "IoT Gateway" (assurant l'interopérabilité des systèmes au travers d'un système de
transmission des données fiable et sécurisé répondant aux exigence des architecture grande échelle: "Big
Data"), KEPServerEX se place au cœur de l'IIoT (Industrial Internet of Things) et de l'industrie 4.0, en
proposant ainsi une solution ouverte, complète, simple d'utilisation et évolutive.

p. 19
Figure 14: Logo KEPServerEX

b. Intouch :

Wonderware InTouch, est l'interface Homme-Machine (IHM) la plus évoluée, évolutive et intuitive du
marché .InTouch, logiciel de supervision industrielle et de visualisation des process, utilise la technologie
graphique la plus sophistiquée et est tout simplement le produit de visualisation de procédés industriels le
plus intuitif sur le marché. Il offre une innovation permanente de 1er plan, une légendaire facilité
d’utilisation et une connectivité inégalée.

Figure 15: Logo Intouch

4. Configuration matérielle:

Dans cette partie nous allons voir les différentes configurations que nous avons faites pour réaliser ce
TP. Ce dernier sera divisé en trois parties :

La première consiste à élaborer le programme sur UNITYPRO XL, le charger sur notre automate et
tester son fonctionnement sur le moteur.

La deuxième nécessitera l’utilisation du serveur de données KEPSERVER et du SCADA InTouch sur


le même ordinateur et voir comment nous pouvons lier entre les deux pour pouvoir contrôler le moteur
grâce à la vue créer sur InTouch.

Et la troisième et dernière partie consistera à créer un Réseau local dans lequel une machine jouera le
rôle d’un serveur de donnée et une autre dans laquelle sera installer notre SCADA et pouvoir établir la
connexion entre ces différentes machines et l’automate.

p. 20
a. Partie 1 : Programme UNITY PRO XL et chargement sur l’automate :

Après avoir choisi l’automate adéquat qui est le « Modicon M340 », la première étape consiste à mettre
en place un RAC de 6 positions dans lequel il aura le CPU, puis un module BMX DDI 1602 avec 16
entrées TOR, puis un module BMX DRA 1605 avec 16 sorties TOR.

Figure 16 : Le positionnement des composants sur le rack

Nous allons après créer un réseau que nous allons appeler « Ethernet-1 », et qui portera l’adresse de
notre automate, ce réseau sera lier au port Ethernet du CPU :

Figure 17 : Configuration de réseau ETHERNET

Viens après la configuration du port Ethernet de notre automate.

p. 21
Figure 18: Configuration ETHERNET

Puis la configuration du port Série en indiquant son type qui sera « Maitre » et la vitesse de transmission
9600 bits/s :

Figure 19: Configuration du port Série

Nous passons après à l’élaboration du programme en langage structurel en créant une nouvelle section.

p. 22
Figure 20: Le programme de contrôle

Ce programme consiste à créer trois boutons poussoirs :

Le premier à l’adresse M0 qui sera le bouton d’arrêt (Mot de commande 4111).


Le deuxième à l’adresse M1 qui sera le bouton Marche avant (Mot de commande 15).
Le troisième à l’adresse M2 qui sera le bouton Marche Arrière (Mot de commande 2063).

Nous aurons aussi besoin d’un mot pour la variable Vitesse à l’adresse MW20. Cette variable est réelle
et nous permettra de contrôler la vitesse du moteur (entre 0 et 500).

Enfin nous aurons besoin de deux variables de lecture pour afficher le courant (MW40) et aussi afficher
la vitesse (MW30).

La prochaine étape consiste à compiler le programme puis tester la connexion avec l’automate en entrant son
adresse qui est « 84.6.167.50 » :

Figure 21: Définir l’adresse de l’automate

Pour pouvoir contrôler notre automate, il faut créer une table d’animation dans laquelle seront
indiquées les différentes adresses utilisées dans le programme :

p. 23
Figure 22: Table d’animation

En charge le programme dans l’automate et on teste le fonctionnement de notre moteur :

Figure 23: Table d’animation en marche

b. Partie 2 : Connexion entre KEPSERVER et le SCADA InTouch :

La première chose à faire est la configuration sur « KEPSERVER », on commence par créer un
« Channel » de type « Modbus TCP/IP Ethernet », et après on identifie l’adresse de l’ordinateur sur lequel
est installé KEP Server (84.6.167.11) :

Figure 24: Configuration « channel »

p. 24
Puis dans ce « Channel », on crée un « Device » qui va contenir les variables du programme chargé dans
l’automate. L’ID de ce « Device » doit contenir l’adresse Ip de l’automate (84.6.167.50) :

Figure 25: Configuration du device

On entre les variables (tags) nécessaire au contrôle de notre moteur :

Figure 26: Variables de contrôle

Et enfin, on vient créer un « Alias » qui nous sera utile dans le SCADA InTouch :

Figure 27: Définir l’alias

On passe maintenant à la configuration du SCADA InTouch, la première chose à faire est de créer une
vue qui représentera l’interface de commande du moteur :

Nous devons tout d’abord configurer un Nom d’accès que l’on va appeler « API1 » dans lequel nous
configurons l’adresse de l’ordinateur qui contient le serveur KEPSERVER, puis on configure le nom de
l’application qui contient les variables qui « Server-Runtime », et enfin dans « Nom de rubrique » on entre
l’alias que nous avions configuré qui est « automate1 » :

p. 25
Figure 28 : Configuration du nom d’accès

Ensuite, dans « Dictionnaires des données », nous allons entrer les différentes variables :

Figure 29: Dictionnaires des données

On passe après à la création de la vue, on vient positionner trois boutons « Arrêt », « Marche Avant »,
« Marche Arrière », puis un curseur qui nous permettra de varier la vitesse, et afficheur qui nous permettra
d’afficher la valeur du Courant :
p. 26
Figure 30: L’interface de visualisation

Cette interface nous permettra de contrôler notre moteur directement depuis l’ordinateur.
On revient à KEPserver et en lance la connexion :

Figure 31: Etablir la connexion KEPserver

c. Partie 3 : Création du réseau local

Cette partie consiste à créer un réseau local dans lequel KEP SERVER sera installer dans une machine
différente que celle qui contient le SCADA « InTouch ». Pour cela nous allons lier deux ordinateurs avec
l’automate en utilisant un switch et en configurant les machines avec des adresses IP du même réseau.
Dans notre cas l’ordinateur avec « KEPSERVER » portera l’adresse 84.6.167.12 et l’ordinateur avec
« InTouch » 84.6.167.11. Pour cela il faut reconfigurer le Nom d’accès avec l’adresse IP de l’ordinateur
qui contient KEPSERVER :

p. 27
Figure 32: Reconfiguration du nom d’accès

Pour vérifier la connexion entre KEPSERVER et InTouch, nous lançons un Ping depuis l’ordinateur
qui contient la SCADA vers le service KEPSERVER de l’autre ordinateur :

Figure 33 : Test connexion entre KEPserver et INTOUCH

La réponse est alors positive, la connexion est établie entre les deux ordinateurs et on peut alors
commander le moteur depuis le SCADA.

Figure 34: Visualisation du système sur INTOUCH

Conclusion :

Dans cette partie nous avons vu comment on peut à l’aide des logiciels UNITY PRO, KEPserver et
INTOUCH, configurer un système de contrôle et de supervision.

p. 28
Conclusion générale et perspectives

Le but de notre projet est d’automatiser et de superviser le contrôle de vitesse d’un moteur asynchrone à
travers un variateur de vitesse commander par un automate Schneider Modicon M340. L’une des
premières démarches suivit pour réaliser notre but est de mettre en point une problématique poignante et
établir une description sur les différents composants utilisés, ses différents caractéristiques, avantages,
inconvénients…etc

En second plan, nos efforts se sont focalisés sur l’étude du système afin de comprendre plus en
précision les fondements de base de notre sujet, nous avons trouvé nécessaire d’y ajouté une analyse
fonctionnelle en citant les différents diagrammes : bête à côrnes, pieuvre, SADT et finalement le FAST ;
pour bien éclaircir le fonctionnement de notre système.
Quant à la troisième et dernière étape on a présenté les différents logiciels utilisés dans la réalisation de
notre projet : INTOUCH, KEPserver, UNITY pro, pour ensuite faire une description générale sur les
différentes étapes suivies qui sont divisées en 3 parties : La première est « Programmer dans UNITY PRO
et chargement sur l’automate » la deuxième est « Connexion entre KEPSERVER et le SCADA
InTouch » et la troisième « Création du réseau local ».

La technologie est un domaine qui ne connait ni limite ni fin, est notre domaine d’étude n’échappe pas
à la règle. De nos jours, les APIs en certes connu un impact poignant, mais l’évolution fait que ses
équipements n’auront plus autant d’importance dans le futur qu’ils ont maintenant. L’avancement
technologique fera surement que ces derniers deviendront un lointain souvenir, mais les outils dont nous
disposons maintenant représente un commencement de l’évolution dans ce domaine.

p. 29