Vous êtes sur la page 1sur 6

Circuits et puissance en courant triphasé

Le système triphasé est le mode quasi exclusivement adopté de par le monde pour la
distribution de l’énergie électrique. Le transport de cette énergie électrique depuis les lieux
de production (source) jusqu'aux lieux de distribution (charge) se fait à travers trois fils

- Trois bornes 1, 2, 3, correspondant aux trois fils de transport et sont appelées "phases" ou
"lignes"
- Une borne N appelée "neutre" permet d'assurer une tension constante aux récepteurs.
Un circuit triphasé reçoit trois tensions sinusoïdales de même fréquence et déphasées
de 120° les unes par rapport aux autres. Le système triphasé est dit équilibré lorsqu'il est
formé de trois grandeurs ayant la même valeur efficace (ou la même amplitude).

Grandeurs triphasées
Un système de grandeurs triphasées (courants ou tensions) peut se mettre sous la forme :

Systèmes triphasés équilibrés et déséquilibrés


Un système de grandeurs (tensions ou courants) triphasées est dit équilibré si les trois
grandeurs, fonctions sinusoïdales du temps, ont la même amplitude : G1 = G2 = G3 = G
Dans le cas contraire, le système triphasé est dit déséquilibré.

Systèmes triphasés directs et indirects


Si les trois grandeurs passent par la valeur 0 dans l'ordre 1, 2, 3, 1, ..., le système triphasé est
dit direct. Il peut alors se mettre sous la forme :

Si les 3 grandeurs passent par la valeur 0 dans l'ordre 1, 3, 2, 1, ..., le système triphasé est dit
indirect. Il peut alors se mettre sous la forme :

.
Distribution triphasée
Une distribution triphasée comporte 3 ou 4 fils
-Trois conducteurs de phases
-Un conducteur de neutre qui n'est pas systématique mais qui est souvent distribué.

Tensions simples
Les différences de potentiel entre chacune des phases et le neutre constituent un système
de tensions triphasées notées généralement V (V1N, V2N, V3N) et appelées tensions simples ou
tensions de phase. Les équations ci-après traduisent les valeurs de ces ddps :

Vi la valeur efficace, ω la pulsation, 𝜑i la phase à l'origine et t le temps.


Dans le cas de distributions équilibrées, on a V1 = V2 = V3 = V.

Tensions composées
Les différences de potentiel entre les phases constituent un système de tensions notées
généralement U : (U12, U23, U31) et appelées tensions composées ou tensions de ligne.

Les tensions composées constituent un système de tensions triphasées si et uniquement si le


système de tensions simples est un système équilibré. Dans le cas de distributions
équilibrées, on a : U12 = U23 = U31 = U. La somme des trois tensions composées est nulle.

Les déphasages entre U12 et V1, U23 et V2, U31 et V3 sont égaux ; les tensions composées sont
en avance de /6 (30°) sur les tensions simples.

Relation entre tensions simples et composées

Dans le cas de distribution équilibrée, on a :


⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈12 = ⃗⃗⃗
𝑉1 − ⃗⃗⃗
𝑉2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈23 = 𝑉2 − ⃗⃗⃗
⃗⃗⃗ 𝑉3
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈31 = 𝑉3 − ⃗⃗⃗
⃗⃗⃗ 𝑉1
Pour construire U12 par exemple :

⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈12 = ⃗⃗⃗
𝑉1 − ⃗⃗⃗
𝑉2 Que nous pouvons écrire ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈12 = ⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑉1 + (−𝑉 2)
⃗⃗⃗2 ensuite faire la somme avec ⃗⃗⃗
Nous pouvons donc tracer −𝑉 𝑉1pour obtenir ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈12

Intensités
Les courants de ligne sont notés IL et les courants qui traversent un récepteur sont notés IP
(appelés aussi courants de phases). Dans un couplage dit 'étoile' IL = IP, alors que dans un
couplage dit 'triangle', il est nécessaire de décomposer chaque courant traversant les
récepteurs.
Ainsi on a:

IL1 = IP1 - IP2


IL2 = IP2 − IP3
IL3 = − IP3 − IP1

Récepteurs triphasés
Un récepteur triphasé est constitué de 3 dipôles. Si ces 3 dipôles sont absolument identiques
(même module et même déphasage tension/courant), le récepteur est dit équilibré.
Un récepteur triphasé peut être relié à l'alimentation de 2 manières :

Un récepteur équilibré alimenté par un système équilibré de tensions absorbera 3 courants


de ligne formant également un système triphasé équilibré.

Connexion d'un récepteur triphasé


Les trois dipôles qui constituent le récepteur triphasé sont reliés à 6 bornes
conventionnellement disposées comme l'indique la figure ci-dessous.

L'avantage de cette disposition est de permettre la réalisation des deux couplages avec des
barrettes d'égale longueur, la distance entre deux bornes contiguës étant constante.
L'appareil est fourni avec trois barrettes identiques dont la longueur permet un câblage
horizontal ou vertical. On doit utiliser ces barrettes de connexion afin de réaliser les
couplages désirés :

Couplage étoile
Le couplage étoile des enroulements (couplage le plus fréquent) s'obtient en plaçant 2
barrettes de connexions de la manière suivantes :
Les 3 bornes restantes seront câblées avec les 3 conducteurs de phases.
Les 3 bornes reliées ensemble par les deux barrettes constituent un point qui sera au
potentiel du neutre. Ce point peut être relié au neutre de la distribution, mais ce n'est pas
une obligation, cela est même fortement déconseillé pour les machines électriques.

Couplage triangle
Le couplage triangle des enroulements s'obtient en plaçant 3 barrettes de connexions de la
manière suivante :

Un câble de phase est relié ensuite à chaque barrette. Le câble de neutre n'est jamais
connecté dans un couplage triangle.

Plaques signalétiques des récepteurs triphasés


La plaque signalétique d'un récepteur triphasé précise la valeur des deux tensions entre
phases permettant de l'alimenter :

Exemple :
Pompe à eau : 220 / 380 :
-La première valeur est la tension entre phase requise pour câbler le récepteur en triangle
-La deuxième valeur est la tension entre phase requise pour câbler le récepteur en étoile

Puissance consommée par un récepteur triphasé

Puissance active
Le théorème de Boucherot impose que cela soit la somme des puissances consommées par
chacun des dipôles :

En étoile : 𝑃 = 𝑉1 𝐼𝐿1 cos 𝜑𝐿1 + 𝑉2 𝐼𝐿2 cos 𝜑𝐿2 + 𝑉3 𝐼𝐿3 cos 𝜑𝐿3
Soit, si le système est équilibré :
𝑈
𝑃 = 3𝑉𝐼𝐿 cos 𝜑𝐿 = 3 ( ) 𝐼𝐿 cos 𝜑𝐿 = √3𝑈𝐼𝐿 cos 𝜑𝐿
√3

En triangle : 𝑃 = 𝑈12 𝐼𝑃1 cos 𝜑𝑃1 + 𝑈23 𝐼𝑃2 cos 𝜑𝑃2 + 𝑈31 𝐼𝑃3 cos 𝜑𝑃3
Soit, si le système est équilibré :
𝐼
𝑃 = 3𝑈𝐼𝑃 cos 𝜑𝑃 = 3𝑈 𝐿⁄ cos 𝜑𝑃 = √3 𝑈𝐼𝐿 cos 𝜑𝑃
√3
Pour des récepteurs identiques (équilibrés) et quel que soit le couplage, nous pouvons donc
écrire :
𝑃 = √3𝑈𝐼𝐿 cos 𝜑
Intérêt du régime d’alimentation triphasée
Intérêt pour le transport de l'électricité
Le transport en triphasé permet d’économiser du câble et de diminuer les pertes par effet
joule : 3 fils de phases suffisent (le neutre n'est pas transporté, il est "recréé" au niveau du
dernier transformateur).
En effet, le déphasage entre chaque phase est tel que, pour un système équilibré, la somme
des trois courants est nulle (si les trois courants ont la même amplitude)
2𝜋 4𝜋
cos(𝑎) + cos(𝑎 + ) + cos( 𝑎 + ) = 0
3 3
Donc, en plus de faire l'économie d'un câble sur de longues distances, des économies sont,
en prime, réalisées sur les pertes par effets joule (un câble supplémentaire traversé par un
courant impliquerait des pertes supplémentaires), d’ou déjà le grand intérêt à avoir choisi
ces déphasages.

Intérêt pour la production de l'électricité


De meilleurs alternateurs
L'alternateur triphasé s'est imposé dès l'origine (avant 1900) comme le meilleur compromis.
Plus de 95 % de l’énergie électrique est produite par des alternateurs synchrones, des
machines électromécaniques fournissant des tensions de fréquences proportionnelles à leur
vitesse de rotation. Ces machines sont moins coûteuses et ont un meilleur rendement que
les machines à courant continu (dynamos) qui délivrent des tensions continues.
Les alternateurs (machines synchrones) triphasés qui produisent l'énergie électrique ont un
meilleur rendement et un meilleur rapport poids/puissance qu'un alternateur monophasé
de même puissance.

Annulation de la puissance fluctuante


Soit un alternateur monophasé capable de fournir 100 A sous une tension de 600 V et de
fréquence 50 Hz. L'expression de la puissance délivrée se met sous la forme :

La puissance active qui peut être délivrée (le premier terme de la somme) est comprise entre
0 et 60 kW (elle dépend du facteur de puissance de la charge), mais la puissance fluctuante
(le deuxième terme de la somme) est une puissance sinusoïdale de fréquence 100 Hz et
d’amplitude obligatoirement égale à 60 KW. La turbine, du fait de son inertie, tourne avec
une vitesse mécanique quasi constante, et donc à chaque instant elle fournit une puissance
identique. Ces différences de puissance se traduisent par des oscillations de couples qui
sont, en majeure partie, absorbées par l’élasticité de l’arbre de transmission et finissent par
provoquer sa destruction. Pour supprimer cette puissance fluctuante, les alternateurs de
grande puissance doivent donc nécessairement produire un système de tensions
polyphasées, il faut en fait produire n phases (n ≥ 2) déphasées, convenablement, dans le
temps. Par exemple en diphasé:

La puissance fluctuante a bien été annulée contrairement au système monophasé.


Le même résonnement peut être tenu pour 3 phases qui offrent en plus un champ tournant
uniforme pour l’alimentation des moteurs

Vous aimerez peut-être aussi