Vous êtes sur la page 1sur 55

Table des matières

1 Les différentes ressources d’énergie 1


1.1 L’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.1.1 Unité de mesure de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.1.2 Formes d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.1.2.1 Energie primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.2.2 Energie finale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Ressources d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.1 Energies fossiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.1.1 Le charbon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.1.2 Le Pétrole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.1.3 Le Gaz Naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.1.4 Les centrales thermiques à flamme . . . . . . . . . 6
1.2.2 Energies fissiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2.2.1 Les centrales nucléaires . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2.3 Energies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.2.3.1 Energie solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.2.3.2 Energie éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.3.3 Energie hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.2.3.4 Energie des mers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.2.3.5 Energie de la biomasse . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.2.3.6 Energie de la géothermie . . . . . . . . . . . . . . . 15

2 Stockage de l’énergie 16
2.1 Stockage de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.1 Rôles de stockage d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.2 Formes de stockage d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2 Techniques de stockage d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2.1 Station de transfert d’énergie par pompage . . . . . . . . . . 18

i
TABLE DES MATIÈRES

2.2.2 Stockage de l’air comprimé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19


2.2.3 Stockage thermique d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.4 Stockage électrochimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.5 Stockage électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.6 Stockage chimique d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.6.1 Electrolyseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.6.2 Pile à combustible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

3 Consommations, réserves et évolutions des ressources d’énergie 25


3.1 Consommation énergétique mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.1.1 Répartition de la consommation finale par secteurs . . . . . 27
3.1.2 Consommation finale par personne . . . . . . . . . . . . . . 27
3.2 Réserves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.2.1 Charbon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.2.2 Gaz naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.3 Pétrole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.4 Uranium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.5 Energies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3 Développement des ressources d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . 30

4 Les différents types de pollutions 31


4.1 Energies et équilibre menacé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.1.1 Impacts d’utilisation des énergies . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.2 La pollution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.2.1 Classification des pollutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2.1.1 Pollution des eaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2.1.2 Pollution de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2.1.3 Pollution des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.2.2 Les niveaux de pollution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.2.2.1 Pollutions locale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.2.2.2 Pollutions globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.3 Déchets nucléaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
4.4 Impacts des énergies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

5 Détection et traitement des polluants et des déchets 37


5.1 Détecter et traiter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
5.2 Quantification des polluants de l’eau et de sol . . . . . . . . . . . . 38
5.2.1 Détection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

ii
TABLE DES MATIÈRES

5.2.2 Traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.3 Quantification des polluants de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.3.1 Détection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.3.2 Traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

6 Impact des pollutions sur la santé et l’environnement 42


6.1 Environnement et santé menacés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
6.2 Effets de la pollution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.2.1 Exposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.2.2 Conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.3 Effets des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
6.4 La prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Références I

iii
Liste des figures

1.1 Schéma descriptif des formes d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . 3


1.2 Diagramme des énergies fossiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 Schéma descriptif d’une centrale thermique à flamme . . . . . . . . 6
1.4 Diagramme de fonctionnement des chaudières aux énergies fossiles 7
1.5 Schématisation d’une fission nucléaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6 Schéma explicatif d’une centrale nucléaire . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.7 Diagramme des énergies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.8 Rayonnement direct et diffus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.9 Schéma équivalent du fonctionnement de la cellule photovoltaïque 11
1.10 Schéma équivalent du fonctionnement d’un chauffe eau solaire . . 12
1.11 Schéma descriptif d’une éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.12 Schéma fonctionnel d’une centrale hydraulique . . . . . . . . . . . . 13
1.13 Une hydro-éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.14 Le bois énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.15 Site géothermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

2.1 Schéma de fonctionnement d’une STEP . . . . . . . . . . . . . . . . 19


2.2 Schéma de principe d’une installation CAES . . . . . . . . . . . . . 19
2.3 Stockage d’énergie sous forme thermique . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4 Principe de fonctionnement d’une batterie électrochimique (plomb-
acide) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.5 Schéma explicatif d’un supercondensateur . . . . . . . . . . . . . . 22
2.6 Schéma explicatif d’un électrolyseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.7 Schémas synoptique de fonctionnement d’une pile à combustible . 23

3.1 Répartition de la consommation mondiale d’énergie (statistiques


2014 de AIE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2 Répartition de la consommation finale par personne (statistiques
2014 de AIE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

iv
LISTE DES FIGURES

4.1 Impacts de l’utilisation des énergies sur l’environnement . . . . . . 32


4.2 Couche d’ozone et l’effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.3 Les pollutions des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

5.1 Technique de traitement des eaux usées . . . . . . . . . . . . . . . . 39


5.2 Technique de traitement de l’air par condensation . . . . . . . . . . 41

6.1 Schéma total de l’impact des activités humaines sur la dégradation


de l’environnement et de la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
6.2 Diagramme des effets de la qualité de l’air sur la santé . . . . . . . . 45
6.3 Diagramme des effets des déchets sur la santé . . . . . . . . . . . . 46

v
Liste des tableaux

3.1 Répartition de la consommation mondiale par secteur . . . . . . . . 27


Main.lot

vi
Chapitre 1

Les différentes ressources d’énergie

1
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.1 L’énergie
Un changement d’état dans un système peut être caractériser par une gran-
deur physique appelée ENERGIE :

• Modification de la température (énergie thermique) ;


• Modification de la vitesse (énergie cinétique) ;
• Modification de la composition chimique (énergie chimique, combustion) ;
• Modification de la composition atomique (énergie nucléaire).

Dans un système clos, l’énergie se conserve. On ne peut donc pas « produire


» de l’énergie, mais juste la transformer.

D’autres manifestations d’énergie surgi notamment dans le monde techno-


logique, écologique et surtout économique ; soit pour évoquer les ressources
énergétiques, leur consommation, leur réserves ou leur impact sur l’environne-
ment.

1.1.1 Unité de mesure de l’énergie


Le travail produit par une force de 1 newton dont le point d’application
se déplace de 1 mètre dans la direction de la force est le Joule J (Unité S.I de
l’énergie).Il existe d’autres unités tel que :

• Le wattheure : 1 W h = 3600 J ;
• La calorie : 1 cal = 4, 18 J ;
• La tonne équivalent pétrole : 1 tep = 11, 6 M W h.

On peut trouver en d’autres termes d’autres unités de mesure associées a la


grandeur d’énergie.

1.1.2 Formes d’énergie


Les énergies sont généralement classées en deux catégories :

2
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.1.2.1 Energie primaire

Pour obtenir une prestation ou un service, nécessaire pour satisfaire un


besoin, on doit toujours convertir une énergie primaire (prélevée dans les
gisements naturels) en une autre forme d’énergie utilisable.Par exemple ; pour
se réchauffer, il faut mettre en œuvre un processus de production de chaleur,
par exemple brûler un combustible. Les énergies primaires ne sont pas réparties
de manière uniforme sur la planète. Certains pays dépendent des autres pour
leur approvisionnement. Cette situation entraîne des échanges économiques
importants et influence les relations entre états au niveau politique.

1.1.2.2 Energie finale

L’énergie finale (généralement c’est l’énergie électrique) est celle qui arrive
aux bornes des usagers, industriels ou domestiques, elle dépend à la fois des
technologies de conversion de l’énergie primaire et de la proportion des différents
usages finaux.

F IGURE 1.1 – Schéma descriptif des formes d’énergie

3
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.2 Ressources d’énergie


Les sources énergétiques utilisées dans le passé et qui seront significativement
mobilisables au cours du siècle prochain et a fortiori avant 2050 sont de trois
types :

• Les énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon) ;


• Les énergies fissiles (uranium, plutonium) ;
• Les énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, hydraulique, géother-
mie, énergies des mers).

1.2.1 Energies fossiles


Les énergies fossiles regroupent trois ressources d’énergie à savoir le charbon,
le pétrole et le gaz naturel qui proviennent de la décomposition de végétaux et
d’organismes vivants qui ont été enfouis sous la terre, ils sont principalement
composés de molécules à base de carbone. Ces ressources diminuent quand on
les utilise car il leur faut des millions d’années pour se former et sont donc des
sources d’énergies non renouvelable.

Energies Fossiles

Pétrole

Charbon Gaz Naturel

F IGURE 1.2 – Diagramme des énergies fossiles

4
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.2.1.1 Le charbon

Le charbon est une matière combustible qui représente 80 % des énergies


fossiles disponibles. C’est l’énergie fossile la plus abondante mais aussi la mieux
répartie. Quand l’homme a découvert le charbon il l’a utilisé pour chauffer les
maisons ou faire tourner les machines des usines ou faire fonctionner les trains.
Le charbon est surtout utilisé actuellement dans les centrales thermiques pour la
production d’électricité.

1.2.1.2 Le Pétrole

Le pétrole tient son nom du latin "petra" qui signifie pierre et "oleum", huile.
C’est une huile minérale naturelle très foncée et plus dense que l’eau douce. Le
pétrole brut est un mélange de milliers d’hydrocarbures et de résidus d’eau et de
solides. Le raffinage consiste à :

• Extraire l’eau et les solides du pétrole brut ;


• Séparer et traiter les hydrocarbures.

Le pétrole sert dans tous les domaines énergétiques, mais c’est dans les
transports que sa domination est la plus nette : il fournit la quasi-totalité des
carburants liquides qui sont utilisés aussi comme combustibles dans les centrales
classiques.

1.2.1.3 Le Gaz Naturel

Il y a des millions d’années des organismes vivants microscopiques ont été


enfouis dans le sol et se sont transformés en gaz naturel sous l’action d’une
température élevée, d’une forte pression et de l’absence de contact avec l’air.
Chez les particuliers, il est utilisé pour le chauffage et la cuisson des aliments,
voire comme carburant pour les véhicules. Le gaz naturel (essentiellement du
méthane) est l’énergie fossile ayant la meilleure efficacité énergétique du marché,
il est exploité dans l’industrie pour produire de la chaleur et de l’électricité.

5
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.2.1.4 Les centrales thermiques à flamme

Les centrales thermiques à flamme sont aussi appelées centrales thermiques


classiques. Elles utilisent comme combustible le fioul, le gaz naturel et le charbon.

F IGURE 1.3 – Schéma descriptif d’une centrale thermique à flamme

Les centrales thermiques classiques produisent de l’électricité en entraînant


des turbines à l’aide de vapeur d’eau sous pression. Tout d’abord, un combustible
est brûlé dans les brûleurs de la chaudière. La température au niveau de ces
brûleurs est de 1500°C environ. Cette combustion produit de la chaleur qui a
pour conséquence :

• Augmenter la pression à 170bars environ (pression régnant dans la chau-


dière) ;
• Vaporiser l’eau circulant dans le circuit autour de 560C (du fait de la
pression élevée, la température d’ébullition de l’eau n’est plus à 100C mais
autour de 560C).

Cette vapeur entraîne alors successivement trois turbines qui entraînent


à leur tour un alternateur. C’est cet alternateur qui produit l’électricité. Du
fait de ce passage dans les turbines, la pression de la vapeur d’eau a diminué
jusqu’à 50mbars environ. La vapeur passe ensuite dans un condenseur où elle est

6
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

refroidie pour redevenir liquide. Le condenseur est un circuit d’eau très souvent
reliée à une tour de refroidissement. La vapeur d’eau échange de sa chaleur avec
l’eau du circuit de refroidissement et redevient liquide tandis que l’eau du circuit
de refroidissement passe dans la tour de refroidissement où elle est refroidie par
des courants d’air ascendant puis repart vers le condenseur.

• Fonctionnement des Chaudières à combustibles fossile

Le schéma ci-dessous décrit le fonctionnement général des chaudières à com-


bustibles fossiles abordés précédemment :

Chaudières

Dans les chaudières à Quant au pétrole, il faut le


charbon, il faut d'abord liquéfier en le chauffant avant
Pour le gaz, aucun traitement
transformer celui-ci en fines de l'injecter dans les brûleurs
n'est nécessaire. Il est
particules dans un broyeur, car il est trop visqueux pour
directement envoyé dans les
puis mélanger ces particules être utilisé tel quel.
brûleurs.
à de l'air réchauffé avant
d'introduire le tout sous
pression dans le brûleur.

F IGURE 1.4 – Diagramme de fonctionnement des chaudières aux énergies fossiles

N.B : La vitesse d’utilisation des combustibles fossiles est si importante


depuis le 19e siècle que l’humanité épuise ses réserves fossiles environ un million
de fois plus vite que ce que la nature a mis pour les constituer.

1.2.2 Energies fissiles


50 ans après la mise en services du premier réacteur, le nucléaire se place au
quatrième rang des sources d’énergie primaire, après le pétrole, le charbon et
le gaz. La fission nucléaire est une réaction nucléaire qui se produit lorsqu’un
neutron rencontre certains noyaux atomiques lourds (uranium, plutonium). En se
cassant, le noyau dégage de l’énergie dont la majeure partie peut être transformée
en chaleur.

7
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

F IGURE 1.5 – Schématisation d’une fission nucléaire

1.2.2.1 Les centrales nucléaires

Une centrale nucléaire fonctionne sur le principe de la fission nucléaire, Le


réacteur nucléaire permet de produire à volonté une réaction de fission en chaîne
et d’en régler l’intensité. L’énergie considérable produite par cette réaction est
utilisée dans une “chaudière nucléaire” qui transforme de l’eau en vapeur. A l’in-
térieur de la centrale électronucléaire, la force motrice de cette vapeur actionne
un turbo-alternateur et produit de l’électricité. A la sortie du turboalternateur, la
vapeur est retransformée en eau dans un “condenseur” refroidi par l’eau de mer
ou de rivière ou encore par l’air frais et humide qui s’engouffre dans les tours
en béton appelées “aéroréfrigérants”. Cette eau est ramenée vers le réacteur nu-
cléaire pour être à nouveau transformée en vapeur refermant ainsi le cycle.

F IGURE 1.6 – Schéma explicatif d’une centrale nucléaire

8
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1˘ Réacteur : le combustible (en vert) chauffe l’eau sous pression. Les barres
de commande (en gris) absorbent des ne pour contrôler la réaction nucléaire ou
l’arrêter ;

2˘ Réfrigérant et modérateur : le combustible et les barres de commande sont


immergés dans de l’eau qui sert à la fois à refroidir le cœur du réacteur et à
ralentir (modérer) les neutrons ;

3˘ Générateur de vapeur : l’eau chaude du réacteur est envoyée par pompage


dans un échangeur de chaleur qui produit de la vapeur à haute pression ;

4˘ Turboalternateur : la vapeur entraîne le groupe turboalternateur qui


produit l’électricité ;

5˘ Condenseur : il condense la vapeur à sa sortie de la turbine ;

6˘ Tour de réfrigération : elle extrait la chaleur de l’eau du condenseur qu’elle


ramène à température quasi ambiante.

1.2.3 Energies renouvelables

Une énergie est dite renouvelable lorsqu’elle provient de sources que la na-
ture renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable
dont les stocks s’épuisent. Leur répartition régionale est beaucoup moins inégali-
taire que celle des énergies fossiles. Pratiquement, chacune des régions du monde
dispose, au niveau local, sous une forme ou une autre (soleil, biomasse, vent,
hydraulique, etc.), de ressources renouvelables importantes dont l’exploitation
potentielle pourrait jouer un rôle majeur dans leurs bilans énergétiques. Surnom-
mées "énergies propres" ou "énergies vertes", leur exploitation engendre très peu
de déchets et d’émissions polluantes mais leur pouvoir énergétique est beaucoup
plus faible que celui des énergies non renouvelables. Toutes ces sources d’énergie
peuvent être transformées par des moyens plus ou moins sophistiqués en énergie
directement utile à l’homme.

9
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

F IGURE 1.7 – Diagramme des énergies renouvelables

1.2.3.1 Energie solaire

Le Soleil nous envoie chaque jour une quantité considérable d’énergie, qu’on
peut récupérer sous forme de chaleur ou transformer en électricité. Le rayonne-
ment solaire capté par la surface terrestre se divise en rayonnement direct, qui
nous parvient en ligne droite par temps clair, et en rayonnement diffus, qui est
dispersé ou réfléchi par des composants de l’atmosphère.

F IGURE 1.8 – Rayonnement direct et diffus

10
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

• Energie solaire photovoltaïque

L’énergie Photovoltaïque est la transformation de la lumière du soleil en élec-


tricité par l’intermédiaire de panneaux photovoltaïques.

F IGURE 1.9 – Schéma équivalent du fonctionnement de la cellule photovoltaïque

Une cellule solaire est un dispositif qui convertit les photons des rayons
solaires en courant et tension continu. Une cellule photovoltaïque typique en
silicium est une plaquette mince constituées en une couche très mince de silicium
dopé au phosphore (de type N) sur le dessus d’une couche plus épaisse de
silicium dopé au bore (de type P). Un champ électrique est créé à proximité de la
surface supérieure de la cellule où ces deux couches sont en contact (la jonction
P − N ). Lorsque la lumière du soleil frappe la surface du semi-conducteur, un
électron jaillit et est attiré vers le matériau semi-conducteur de type N, cela
entraînera plus de charges négatives dans le type N et plus de charges positives
dans les semi-conducteurs de type P, générant un courant grâce au champ
électrique régnant au niveau de la jonction.

• Energie solaire thermique

La chaleur émise par le soleil peut servir à produire de l’électricité dans une
centrale solaire thermique. A l’aide de miroirs paraboliques, les rayons du soleil
sont concentrés vers un tube rempli d’un fluide qui, surchauffé, va permettre de
faire tourner une turbine à vapeur.

Le chauffeeau solaire est un système qui sert à produire de l’eau chaude


avec l’énergie solaire Un fluide calo-porteur circule dans un absorbeur noir à
l’intérieur d’un panneau vitré sur l’une de ses faces et isolé sur les autres. Grâce à

11
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

F IGURE 1.10 – Schéma équivalent du fonctionnement d’un chauffe eau solaire

un échangeur thermique, il va chauffer un volume d’eau placé dans un réservoir.

1.2.3.2 Energie éolienne

C’est le soleil, en réchauffant inégalement la surface de la planète, qui crée


des mouvements de masses d’air « le vent ». Les premières « machines » à vent
datent de l’antiquité. L’énergie éolienne servait alors à fournir un travail méca-
nique, utile pour moudre le grain ou pomper de l’eau : c’est le moulin à vent.
Aujourd’hui, c’est avec des éoliennes qu’on capte la force du vent, pour produire
de l’électricité.

F IGURE 1.11 – Schéma descriptif d’une éolienne

12
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

Le vent entraîne la rotation des pales (1). Dans la nacelle, une boite de vitesse
(2) augmente la fréquence de rotation, permettant à une génératrice (3) de
produire l’électricité (4) qui sera injectée dans le réseau.

N.B : Une éolienne ne démarre pas si la vitesse du vent est trop faible. Mais
pour des raisons de sécurité, elle s’arrête également de tourner si le vent dépasse
une certaine vitesse.

1.2.3.3 Energie hydraulique

L’énergie hydraulique nous sert à produire de l’électricité à l’aide de barrages


qui ont des constructions artificielles qui s’opposent à l’écoulement naturel de
l’eau. : c’est l’hydroélectricité. Dans les centrales hydrauliques, on transforme
l’énergie crée par l’eau. Que ce soit en plaine ou en montagne, le principe est
le même : l’énergie de l’eau, au fil de l’eau ou à partir d’un réservoir, est trans-
formée en énergie mécanique par une turbine, puis en énergie électrique par une
génératrice.

F IGURE 1.12 – Schéma fonctionnel d’une centrale hydraulique

1.2.3.4 Energie des mers

Garce aux constructions artificielles tel que les hydro-éoliennes qui s’opposent
à la force de la marée et permet de produire de l’électricité en transformant l’éner-
gie crée par l’eau. Cette énergie est convertie successivement en énergie méca-
nique par la turbine, puis en électricité par l’alternateur couplé à la turbine.

13
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

F IGURE 1.13 – Une hydro-éolienne

1.2.3.5 Energie de la biomasse

Les matières organiques végétales ou animales sont utilisées pour produire


de la chaleur. On appelle cette énergie la biomasse. La combustion du bois est la
plus ancienne des utilisations de cette énergie : dès la préhistoire les hommes ont
appris à utiliser le feu pour s’éclairer, se chauffer et cuire les aliments. Il se pré-
sente sous plusieurs formes : granulés, plaquettes de bois déchiqueté, bûches...

F IGURE 1.14 – Le bois énergie

14
CHAPITRE 1. LES DIFFÉRENTES RESSOURCES D’ÉNERGIE

1.2.3.6 Energie de la géothermie

Plus on s’enfonce sous Terre, plus la température augmente de +3C


Chapitre 2

Stockage de l’énergie

16
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

2.1 Stockage de l’énergie


La fonction du stockage d’énergie est essentielle pour apporter de la flexibilité
et renforcer la fiabilité des systèmes énergétiques. On distingue dans la présente
fiche deux types de stockage : le stockage à grand échelle et le stockage à petite
échelle.

2.1.1 Rôles de stockage d’énergie


Le stockage de l’électricité vise à répondre à quatre problématiques princi-
pales :
• Récupération de la production excédentaire d’énergie par rapport à la de-
mande du moment ;
• Fourniture d’énergie pour alimenter un pic de demande occasionnel ;
• Fourniture d’énergie pour compenser l’insuffisance due au caractère inter-
mittent de l’offre ;
• Fourniture d’énergie en cas de défaillance du système électrique ou de
mauvaise qualité du réseau local.

2.1.2 Formes de stockage d’énergie


Sauf dans des cas bien particuliers, il est difficile de stocker directement l’élec-
tricité. Il faut dès lors la transformer en une autre forme d’énergie plus facilement
stockable :
1. Mécanique : Cette catégorie regroupe les voies les plus connues de stockage
à grande échelle, les STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage)
et les CAES (Compressed Air Energy Storage). Elle inclut aussi les volants
d’inertie, et plus généralement tout type de stockage d’énergie potentielle
ou cinétique.
2. Electrochimique : Les batteries. C’est la voie la plus connue du grand public,
les batteries ayant de nombreuses applications quotidiennes (véhicules, té-
léphones portables. . . ). Les technologies de batteries sont multiples et pos-
sèdent des caractéristiques très variables.
3. Thermique : De nombreuses solutions de stockage de froid (glace, liquides
cryogéniques) et de chaud (sels fondus, accumulateurs de vapeur, graviers

17
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

ou billes à changement de phase. . . ) existent et permettent de stocker l’éner-


gie sous forme thermique avant de la restituer, le plus souvent directement
sous forme de chaleur ou de froid, mais aussi parfois sous forme électrique.
4. Electrostatique/magnétique : Certains systèmes permettent de stocker
l’énergie directement sous forme électrique : les condensateurs, qui per-
mettent d’accumuler des électrons. Les SMES (Superconduction magnetic
energy storage), eux, la convertissent en énergie magnétique.
5. Chimique : Il s’agit d’utiliser l’électricité pour constituer un composant
chimique, une molécule, qui a ensuite la capacité, en brûlant ou via une
pile à combustible par exemple, de restituer de l’énergie. L’hydrogène et le
méthanol en sont deux exemples.

2.2 Techniques de stockage d’énergie


La forme de stockage la plus adaptée au cas particulier considéré dépendra de
l’usage final. Il est par exemple possible d’éviter les pertes liées à une conversion
électrique inutile en utilisant directement un stockage de chaleur pour répondre
à des besoins de ce type.

2.2.1 Station de transfert d’énergie par pompage


Les Station de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) sont composées de
deux retenues d’eau à des hauteurs différentes reliées par un système de canali-
sations. En aval, un système de turbinage et de pompage permet de générer ou de
stocker de l’électricité en fonction de l’équilibre offre demande et des demandes
du réseau en services.

L’eau du réservoir aval est pompée vers le réservoir amont pendant les
périodes creuses, permettant ainsi de stocker l’énergie sous forme gravitaire.
Lors des périodes de pointe, l’électricité est réinjectée sur le réseau par l’opé-
ration inverse qui et le turbinage. Les STEP sont des solutions de stockage à
grande échelle, qui permet de stocker d’importantes quantités d’énergie, jusqu’à
plusieurs jours de production en fonction de la taille des réservoirs.

18
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

F IGURE 2.1 – Schéma de fonctionnement d’une STEP

2.2.2 Stockage de l’air comprimé


Le stockage d’air comprimé sous pression (Compressed Air Energy Storage
"CAES") constitue, avec les STEP, une des techniques permettant de stocker l’élec-
tricité à grande échelle. L’air est comprimé quand un excès d’électricité est dispo-
nible et il alimente une turbine quand la demande d’électricité est forte.

F IGURE 2.2 – Schéma de principe d’une installation CAES

Dans ces installations l’électricité disponible pendant des heures creuses sert
à comprimer l’air avec un turbocompresseur. L’air comprimé est stocké dans
des cavernes situées à de grandes profondeurs. Pour récupéré l’électricité, l’air

19
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

comprimé est réchauffé dans une cambre de combustion grâce à un appoint du


gaz naturel, puis détendu dans la turbine. La chaleur résiduelle est récupéré
pour préchauffé l’air comprimé.

2.2.3 Stockage thermique d’énergie


Le stockage thermique (chaud et froid) est un cas particulier de stockage d’uti-
lité, mature, et capable de répondre aux besoins des industriels, des bâtiments
tertiaires, et même des particuliers. L’exemple le plus probant est sans doute le
stockage diffus dans les ballons d’eau chaude pour l’habitat. Stocker l’eau chaude
durant les périodes creuses permet d’éviter les surconsommations d’électricité
lors des périodes de pointe. De manière similaire, des solutions de stockage de
froid efficaces existent pour les besoins en climatisation des bâtiments collectifs,
ou pour la production de froid industriel.

F IGURE 2.3 – Stockage d’énergie sous forme thermique

En effet, en stockant la chaleur ou le froid en période de faible demande


d’électricité, le potentiel de décalage des appels de puissance est important.

2.2.4 Stockage électrochimique


L’énergie électrique peut être emmagasinée dans des accumulateurs, sous
forme d’énergie chimique. Ces accumulateurs sont constitués d’un couple élec-

20
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

trochimique, composé de deux électrodes séparées par un électrolyte et aux in-


terfaces desquelles interviennent des réactions d’oxydation ou de réduction qui
cèdent ou absorbent des électrons. Les ions ainsi générés circulent dans l’élec-
trolyte. Pour avoir une grande énergie stockée, il faut un grand nombre d’élec-
trons échangés par mole, ainsi qu’une réaction entre un élément très oxydant et
un autre très réducteur. La décharge d’un accumulateur fournit moins d’éner-
gie électrique que sa charge, car les réactions électrochimiques s’accompagnent
d’une assez forte dégradation en chaleur.

F IGURE 2.4 – Principe de fonctionnement d’une batterie électrochimique (plomb-acide)

La capacité de stockage de puissance et d’énergie varie en fonction des


technologies (plomb-acide, nickel-cadmium, lithium-ion, sodium-soufre...).

2.2.5 Stockage électrostatique


Un condensateur permet le stockage d’électricité de façon statique, par ac-
cumulation de charges, sur les deux électrodes servant de collecteurs lorsqu’on
impose un potentiel entre celles-ci. En fait, une accumulation de charges se pro-
duit dès qu’on place un conducteur électronique dans un électrolyte. La mise sous

21
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

tension d’un tel système accroît l’accumulation proportionnellement au voltage


entre les deux électrodes.

F IGURE 2.5 – Schéma explicatif d’un supercondensateur

Ces électrodes sont séparées soit par le vide,soit par un matériau diélectrique
en couche mince. La tension entre les armatures peut être très élevée (de l’ordre
de plusieurs kV olts/cm). Comme l’accumulation des charges par polarisation
des électrodes se fait sans modification de structure aux électrodes, la longévité
en cyclage de charge-décharge de ce type de système est très élevée, puisque
plusieurs dizaines de milliers de cycles sont possibles. De plus, les temps de
charge-décharge sont très courts (< ms) d’où des puissances impulsionnelles
extrêmement élevées.

il est possible de définir une typologie des condensateurs, correspondant à


des principes ou des technologies différentes (Condensateurs électrochimiques,
Les supercondensateurs...).

2.2.6 Stockage chimique d’énergie

Pour les systèmes de stockage via l’hydrogène, les systèmes proposés com-
binent l’usage de l’hydrogène pour des applications énergétiques, industrielles,
de transport ou de secours.

22
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

2.2.6.1 Electrolyseur

Un électrolyseur intermittent convertit, pendant les périodes de faible de-


mande, l’énergie électrique en hydrogène qui est ensuite comprimé, liquéfié ou
stocké sous forme d’hydrure métallique.

F IGURE 2.6 – Schéma explicatif d’un électrolyseur

2.2.6.2 Pile à combustible

En période de forte demande d’électricité, une pile à combustible convertit


l’hydrogène en électricité selon le principe illustré sur la figure ci-dessous.

F IGURE 2.7 – Schémas synoptique de fonctionnement d’une pile à combustible

23
CHAPITRE 2. STOCKAGE DE L’ÉNERGIE

L’intérêt de ce type de système réside dans la grande flexibilité d’usage du


vecteur d’hydrogène. La capacité en énergie est dimensionné par la taille des
réservoirs et peut aller de plusieurs heures à plusieurs jours en fonction de
l’application du système (secours, décalage de consommation).

Pendant leur utilisation, les électrolyseurs et les piles à combustible dégagent


de la chaleur (entre 20 et 50 % de l’énergie du système selon la technologie), dont
la valorisation améliore la rentabilité économique du système.

24
Chapitre 3

Consommations, réserves et
évolutions des ressources d’énergie

25
CHAPITRE 3. CONSOMMATIONS, RÉSERVES ET ÉVOLUTIONS DES
RESSOURCES D’ÉNERGIE

3.1 Consommation énergétique mondiale


La révolution industrielle va permettre la révolution énergétique et faire ex-
ploser les besoins énergétiques de nos sociétés. La Chine est le 1er consommateur
d’énergie dans le monde, une donnée à pondérer par son nombre d’habitants. À
retenir :

• La consommation d’énergie finale dans le monde a atteint 8 979 Mtep en


2012 ;
• Près d’un tiers de l’énergie primaire disponible est « perdue » lors du pro-
cessus de transformation en énergie finale (de 13371 Mtep à 8979 Mtep) :
l’essentiel de la perte est due aux centrales électriques et au rendement des
autres usines de transformation ;
• Entre 1973 et 2012, la consommation d’énergie dans le monde a presque
doublé (+ 92%).

F IGURE 3.1 – Répartition de la consommation mondiale d’énergie (statistiques 2014 de


AIE)

Pour permettre la consommation finale de ces 9 milliards de tep, il a fallu


produire près de 13,4 Mtep d’énergie primaire, comprenant notamment l’énergie
utilisée pour transformer les ressources initiales. 81,7 % de cette production
provenait de la combustion d’énergies fossiles. Le reste de la production d’éner-
gie provenait du nucléaire (4,8 %) et des énergies renouvelables (13,5 %) : bois

26
CHAPITRE 3. CONSOMMATIONS, RÉSERVES ET ÉVOLUTIONS DES
RESSOURCES D’ÉNERGIE

énergie, énergie hydraulique, éolien, solaire, biocarburants, etc.

3.1.1 Répartition de la consommation finale par secteurs


La répartition de la consommation finale entre les différents secteurs est
présentée dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 3.1 – Répartition de la consommation mondiale finale par secteur

Part de la consommation Consommation mondiale


finale en (%) en 2012 en (Mtep)
Consommation finale 100 8 979
Industrie 28,3 2 541
Transports 27,9 2 507
Résidentiel, agriculture 34,8 3 122
Usage hors énergie 9,0 809

3.1.2 Consommation finale par personne


Un habitant d’un pays développé consomme en moyenne 115 fois plus d’éner-
gie qu’un habitant des sociétés traditionnelles. Ainsi la consommation par habi-
tant reste-t-elle très variable d’un pays à l’autre, comme le montre le graphique
suivant.

Le paysage de la consommation d’énergie pose les termes d’une probléma-


tique complexe, différente à court terme et à long terme. On voit, sur le long
terme, qu’il est l’effet de quatre tendances lourdes :

• La croissance démographique mondiale qui augmente mécaniquement la


demande (+1,5% par an) ;
• La mondialisation de l’accès au mode de vie des pays développés qui aug-
mente la production par personne (+1,5% par an) ;
• Les mouvements de prix des énergies ;
• Les progrès dans la production et l’utilisation de l’énergie (-1% par an) ;
• La volonté politique d’agir contre le réchauffement climatique par un
contrôle des émissions de gaz à effet de serre.

27
CHAPITRE 3. CONSOMMATIONS, RÉSERVES ET ÉVOLUTIONS DES
RESSOURCES D’ÉNERGIE

F IGURE 3.2 – Répartition de la consommation finale par personne (statistiques 2014 de


AIE)

3.2 Réserves

Quand on parle de réserves, il s’agit de réserves prouvées et exploitables


avec les technologies actuelles. Autrement dit, de quantités dont l’existence est
certaine et que l’on pourra extraire. Cela ne désigne donc pas la totalité des
quantités existantes dans le sous-sol. En réalité, les estimations des réserves
mondiales varient en fonction des découvertes, de l’évolution des techniques et
de l’économie qui rend plus ou moins rentable l’exploitation des gisements.

3.2.1 Charbon

Les principaux pays riches en charbon sont situés en zones tempérées. Ce sont
les Etats-Unis, la Belgique, la France (nord de la France), l’Allemagne, la Pologne,
la Russie et la Chine. Les réserves exploitables de charbon correspondent à 10
000 milliards de tonnes soit sept fois plus que celles du gaz et du pétrole. Ces
réserves sont suffisantes pour subvenir aux besoins pendant environ 300 ans.

28
CHAPITRE 3. CONSOMMATIONS, RÉSERVES ET ÉVOLUTIONS DES
RESSOURCES D’ÉNERGIE

3.2.2 Gaz naturel


Les réserves mondiales actuelles représentent plus de 70 ans de consom-
mation au rythme actuel de consommation soit plus de 150 000 milliards de
mètres cube. De plus, chaque année, on trouve plus de gaz naturel que l’on en
consomme. Aujourd’hui, encore 3% des quantités de gaz trouvées sont brûlées à
la torche dans les pays pétroliers éloignés des grands centres de consommation,
faute de débouché. Sa consommation est en constante progression dans le
monde. En 2000, il représentait 24% de l’énergie mondiale consommée contre
10% en 1950.

3.2.3 Pétrole
Les réserves actuelles de pétrole prouvées, elles sont relativement minimes
étant donné que l’on consomme plus que ce que l’on découvre. En effet, elles
seraient de 50 milliards de tonnes environ, ce qui correspond à une autonomie
de 50 ans, au rythme de consommation actuelle.

3.2.4 Uranium
D’après les dernières estimations de AIEA, les réserves mondiales d’uranium
sont de 5,4 millions de tonnes (réserves prouvées, réserves probables et pos-
sibles). Les réserves prouvées sont de 2,65 millions de tonnes. Les ressources
identifiées d’uranium ont augmenté de 12, 5% depuis 2008, en raison des in-
vestissements réalisés dans la prospection minière. Les réserves d’uranium les
plus importantes sont localisées en Australie (31% des réserves mondiales), au
Kazakhstan, au Canada, en Russie, en Namibie, au Niger, en Ouzbékistan et
en Afrique du Sud. Les ressources en uranium identifiées sont suffisantes pour
assurer les besoins du secteur pendant 100 ans, au rythme de consommation de
2010.

3.2.5 Energies renouvelables


Les énergies renouvelables sont par définition inépuisables. Leur évaluation
se fait, non en termes de réserves, mais en considérant le flux énergétique po-

29
CHAPITRE 3. CONSOMMATIONS, RÉSERVES ET ÉVOLUTIONS DES
RESSOURCES D’ÉNERGIE

tentiel que peut fournir chacune de ces sources d’énergies. Comme pour toutes
les sources d’énergie, on obtient la quantité d’énergie produite en multipliant
le temps de production par la puissance moyenne disponible. Il est assez diffi-
cile de connaître le potentiel de chaque énergie car celui-ci varie selon les sources.

3.3 Développement des ressources d’énergie


La consommation totale d’énergie dans le monde devrait passer de 9 Gtep
par an à l’heure actuelle, à 22 Gtep par an en 2050. À cette date, les combus-
tibles fossiles représentent 70% de cette consommation (le charbon et le pétrole
représentent 26% chacun, et le gaz naturel 18%) et les sources d’énergie non
fossiles 30% ; ce dernier pourcentage se divise à peu près également entre énergie
renouvelable et énergie nucléaire.

30
Chapitre 4

Les différents types de pollutions

31
CHAPITRE 4. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POLLUTIONS

4.1 Energies et équilibre menacé

La vie sur la planète repose sur des équilibres et des flux très sensibles.
L’activité humaine met en œuvre des quantités d’énergie et de matières très
importantes, qui font peser une grave menace sur ces équilibres naturels. En
consommant principalement des énergies fossiles et fissiles, les sociétés indus-
trialisées épuisent les ressources et modifient les cycles naturels de manière
préoccupante.

4.1.1 Impacts d’utilisation des énergies

Les principaux impacts sur l’environnement découlant de notre consomma-


tion d’énergie sont les suivants :

F IGURE 4.1 – Impacts de l’utilisation des énergies sur l’environnement

4.2 La pollution

Une pollution est un phénomène ou élément perturbateur d’un équilibre


établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie. La plus part du
temps elle est due à l’activité de l’homme mais pas toujours.

32
CHAPITRE 4. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POLLUTIONS

4.2.1 Classification des pollutions


Nous trouvons les pollutions dans les trois états de la matière :

• Pollution des eaux (liquide) ;


• Pollution de l’air (gaz) ;
• Pollution des sols (solide).

4.2.1.1 Pollution des eaux

Les différentes sources de pollution de l’eau quelles soient organiques (les


pesticides, les fertilisants, les pétroles et huiles), chimiques (les métaux lourds,
les substances Acides/Basiques) ou biologiques (les eaux usées, introduction
d’espèces invasives) sont :

• Agricole : les produits en cause sont les nitrates et les pesticides (par infil-
tration) ;
• Industrielle : les produits en cause sont les produits chimiques et les hydro-
carbures (par infiltration et ruissellement) ;
• Urbaine : les produits en cause sont les huiles, carburants et eaux usées (par
infiltration et ruissellement) ;
• Accidentelle : les produits en cause sont les produits chimiques et produits
organiques (par infiltration et ruissellement).

4.2.1.2 Pollution de l’air

La pollution atmosphérique correspond à la présence dans l’atmosphère


d’un ou plusieurs polluants à des concentrations créant un effet toxique ou
écotoxique. Le polluant peut être :

• Anthropiques (industriel, domestique, trafic routier ) ;


• Naturelles (volcanisme, émissions naturelles de méthane et d’ozone).

La couche d’ozone sert d’écran pour filtrer les rayons du soleil et conserver
l’air recouvrant la terre. Les sources d’altération de la couche d’ozone sont les
CFC ou fréons « gaz a effet de serre ».

33
CHAPITRE 4. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POLLUTIONS

F IGURE 4.2 – Couche d’ozone et l’effet de serre

Qu’est-ce que l’effet de serre ?

La fine couche d’atmosphère qui entoure la terre laisse passer la lumière du


soleil, mais empêche une partie de la chaleur de repartir dans l’espace. Cet « effet
de serre» naturel est important pour la survie de la planète. Il permet d’avoir une
température moyenne de15C, contre −18C si ce phénomène n’intervenait pas.
Depuis la révolution industrielle, l’homme consomme des quantités d’énergies
fossiles toujours plus importantes. La combustion de ces ressources produit
des gaz (par exemple le CO2, CH4, CFC, N2O...) qui renforcent l’effet de serre
naturel et entraînent un réchauffement excessif de la planète.

N.B :Augmenter la quantité de «gaz à effet de serre» dans l’atmosphère, c’est


un peu comme poser un double vitrage ou mettre un deuxième pull ( à quantité
d’énergie équivalente, la température intérieure augmente).

4.2.1.3 Pollution des sols

La propagation de la pollution sera différentes selon que les sols sont compo-
sés de :

• Graviers à particules grossières centimétriques ;


• Sables à particules fines millimétriques ;
• Sables limoneux à particules très fines micrométriques.

34
CHAPITRE 4. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POLLUTIONS

F IGURE 4.3 – Les pollutions des sols

L’écoulement de la nappe à travers un sol limoneux diffusera la pollution


plus lentement que dans un sol grossier.

D’autre coté, selon la nature des polluants :

• Si la pollution est miscible, elle se propage dans la totalité de la nappe (c’est


le cas notamment des eaux contenant des métaux) ;
• Si la pollution est due à des substances suspendus, elle peut flotter à la
surface de la nappe (sa propagation à travers les sols dépendra alors du
niveau de la nappe).

4.2.2 Les niveaux de pollution


4.2.2.1 Pollutions locale

Emise par une source fixe (exemple : cheminée, usine. . . ), ou émise par
des sources mobiles (voitures, épandeurs de pesticides, transport maritime...),
l’ensemble de ces sources cause et contribuant à une pollution d’ordre important
(exemple : augmentation de l’effet de serre due au CO2 ou composés organiques
volatils dans l’espace domestique).

4.2.2.2 Pollutions globale

Une tonne de pétrole contient 800kg de carbone, qui se convertissent lors de


la combustion en trois tonnes de gaz carbonique (CO2). Une tonne équivalente

35
CHAPITRE 4. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POLLUTIONS

de gaz dégage environ deux tonnes de gaz carbonique et une tonne équivalente
de charbon environ trois tonnes de gaz carbonique. Chaque année, plusieurs
milliards de tonnes de carbone sont ainsi «déstockées» du sous-sol pour être
«restockées» dans l’atmosphère.c’est ainsi qu’on parle beaucoup aujourd’hui du
pollution globale ou encore réchauffement climatique et il apparaît de plus en
plus certain que les activités humaines sont en cause, notamment la production
de CO2 liée à la consommation d’énergie.

4.3 Déchets nucléaires


Cinq centrales nucléaires produisent en moyenne chaque année 735 tonnes
de déchets faiblement et moyennement radioactifs et 12 tonnes de déchets
hautement radioactifs. La durée d’activité de ces déchets se compte en dizaines
de milliers d’années. Les déchets faiblement radioactifs sont traités et les autres
déchets nucléaires sont destinés aux lieux de stockage sous emballage spéciale.

4.4 Impacts des énergies renouvelables


L’utilisation des énergies renouvelables entraîne également des impacts sur
l’environnement. Ces conséquences sont certes nettement moins importantes
que celles liées aux énergies non renouvelables, mais elles sont bien réelles.
Les barrages ont un impact environnemental et humain (vallées noyées) ; ils
présentent un risque en cas de rupture ; ils modifient le régime de la rivière en
aval et perturbent les écosystèmes, sans oublier l’impact visuel. La combustion
du bois entraîne une diminution de la qualité de l’air. Une exploitation inadaptée
peut provoquer des phénomènes de déforestation, désertification, érosion des
sols ou glissements de terrain. Les éoliennes génèrent du bruit et des impacts
visuels sur le paysage (crêtes, collines).

36
Chapitre 5

Détection et traitement des polluants


et des déchets

37
CHAPITRE 5. DÉTECTION ET TRAITEMENT DES POLLUANTS ET DES
DÉCHETS

5.1 Détecter et traiter


La détection et traitement des déchets et polluants devient très importante
à la fois d’un point de vue domestique et industriel si l’on considère la crois-
sance de la pollution ces dernières années. Les polluants de l’eau, des sols ou
atmosphériques ont des effets sur la santé humaine et animale. Si ces polluants
restaient à la même place, le problème causé par cette pollution serait aisé à
résoudre, mais malheureusement, ces polluants se déplacent sur des centaines et
même des milliers de kilomètres à partir de leur source d’émission ayant pour
conséquences la formation de plusieurs menace environnementales et sanitaires.

5.2 Quantification des polluants de l’eau et de sol


Une eau polluée peut contenir un très grand nombre de molécules qui
peuvent être minérales ou organiques, qui sont solubles ou particulaires, qui sont
très, ou pas toxiques. . . Donc si on devait identifier individuellement toutes les
molécules qui sont présentes, cela demanderait beaucoup de temps, beaucoup
de matériel, et donc beaucoup d’argent. . . et «plus c’est cher..... moins on peut en
faire ! » C’est pourquoi, on utilise souvent des mesures globales de la pollution
qui vont nous donner une idée de la quantité totale de matière présente. Ces
mesures peuvent être faites sur les eaux brutes ou alors sur la partie soluble de
l’effluent. Les paramètres mesurés pour caractériser une eau ou un sol sont : les
matières en suspension, le carbone organique total, la demande biologique en
oxygène, les matières toxiques, les différentes formes des produits azotés, les
différentes formes des produits phosphorés, les germes pathogènes, le pH, la
température, la couleur principalement...

5.2.1 Détection
L’incidence des rejets sur notre environnement peut s’apprécier au regard
des élévations de températures, des modifications du pH, des consommations
d’oxygène du milieu ainsi que des effets spécifiques inhérents à chaque polluant.
Ceci conduit à la modification de l’équilibre des écosystèmes. Les modifications
de température de pH, perturbent le développement normal de la faune te de
la flore. Le rejet de matière organique entraîne une surconsommation d’oxygène

38
CHAPITRE 5. DÉTECTION ET TRAITEMENT DES POLLUANTS ET DES
DÉCHETS

par les micro-organismes et en prive d’autant les poissons. Les matières en


suspension conduisent aussi au colmatage des branchies des poissons, les rejets
d’azote et de phosphore favorisent l’eutrophisation des lacs.

5.2.2 Traitement
• La première technique de réduction des émissions de polluants dans l’eau
est la réduction « à la source » qui passe par une meilleure maîtrise des
procédés et se traduit par une moindre production d’effluents. Les procé-
dés de traitement consistent alors à piéger, concentrer ou transformer les
substances polluantes afin de réduire les caractères polluants des effluents
industriels avant rejet. Ces techniques aboutissent dans la majorité des cas à
la production de déchets qu’il faut éliminer par ailleurs (boues, sels, concen-
trats, filtres usagés. . . ).
• Deuxièmement les stations d’épuration conventionnelles pour les eaux et
les boues, ainsi que de certaines filières avancées pour le traitement de
l’eau, sont actuellement le moyen le plus adéquat.

F IGURE 5.1 – Technique de traitement des eaux usées

39
CHAPITRE 5. DÉTECTION ET TRAITEMENT DES POLLUANTS ET DES
DÉCHETS

5.3 Quantification des polluants de l’air


La pollution de l’air résulte à la fois, des émissions de polluants provenant
de divers secteurs d’activité (industries, transports, agriculture, chauffage. . . ) ;
de phénomènes d’origine naturelle (vents de sable du Sahara, érosion des
sols, éruptions volcaniques. . . ) ; de réactions chimiques se produisant dans
l’atmosphère entre les divers polluants présents et à l’origine de la formation de
polluants dits « secondaires ». On définit un pic de pollution par une quantité
trop élevée d’un ou de plusieurs polluants dans l’air, qui peuvent présenter
un risque pour la santé et l’environnement lorsqu’ils dépassent alors les seuils
réglementaires.

5.3.1 Détection
C’est un irritant respiratoire qui agit en synergie avec les particules et se
retrouve davantage dans les zones industrielles. En effet, ils provoquent à court
terme un accroissement de la morbidité (nombre de personnes souffrant d’une
maladie donnée pendant un temps donné dans une population) respiratoire
voire à plus long terme, des risques de bronchite chronique, des crises de toux,
une aggravation des crises d’asthme, des maladies pulmonaires chroniques et
peut conduire à une mort prématurée

5.3.2 Traitement
Le captage et le drainage des émissions atmosphériques est parfois né-
cessaire lorsque les flux massiques sont trop importants, qu’ils ne respectent
pas les normes de rejets en vigueur ou lorsque les risques sanitaires sont trop
importants. Il existe différentes méthodes de traitement des effluents gazeux,
Les techniques les plus couramment utilisées sont l’adsorption et l’absorption.
Néanmoins, les traitements biologiques et l’oxydation catalytique présentent des
avantages non négligeables.

Le choix du type de traitement, ainsi que son dimensionnement, devra


prendre en considération : les coûts (installation et fonctionnement notamment
en termes de consommation énergétique et de gestion des sous-produits), le type
de polluants (volatilité, biodégradabilité . . . ) ainsi que leurs concentrations, les

40
CHAPITRE 5. DÉTECTION ET TRAITEMENT DES POLLUANTS ET DES
DÉCHETS

débits, le temps de réaction, les températures, les rendements épuratoires, la te-


neur en humidité, la teneur en oxygène, la variabilité des concentrations et des
débits en entrée.

F IGURE 5.2 – Technique de traitement de l’air par condensation

41
Chapitre 6

Impact des pollutions sur la santé et


l’environnement

42
CHAPITRE 6. IMPACT DES POLLUTIONS SUR LA SANTÉ ET
L’ENVIRONNEMENT

6.1 Environnement et santé menacés

nombreuses activités humaines, qu’elles soient industrielles, chimiques, agri-


coles, voire domestiques, sont responsables de dégradations de l’environnement
(réchauffement de la planète, changements climatiques et perturbations des éco-
systèmes, diminution de la couche d’ozone, pollution des sols et des eaux mais
également de l’air, etc.). Ces « menaces environnementales » constituent un risque
majeur pour la santé de l’homme (apparition et/ou recrudescence de pathologies
diverses : maladies cancéreuses, maladies infectieuses, malformations congéni-
tales, pathologies cardiovasculaires et respiratoires, diminution de la qualité de
vie et du bien-être, etc.).

F IGURE 6.1 – Schéma total de l’impact des activités humaines sur la dégradation de l’en-
vironnement et de la santé

43
CHAPITRE 6. IMPACT DES POLLUTIONS SUR LA SANTÉ ET
L’ENVIRONNEMENT

6.2 Effets de la pollution


6.2.1 Exposition
Le pouvoir de réchauffement et la durée de vie dans l’atmosphère varient en
fonction du gaz :

• Le CO2 a une durée de vie de 100 ans ;


• Le CH4 a un pouvoir de réchauffement 21 fois supérieur au CO2 et reste 12
ans dans l’atmosphère ;
• Le N2O a un pouvoir de réchauffement 310 fois supérieur au CO2 et reste
120 ans dans l’atmosphère.

Ainsi, pour estimer le potentiel de réchauffement global, tous les gaz sont
convertis en équivalent CO2 (éqCO2).

6.2.2 Conséquences
La pollution atmosphérique a des effets sur la santé et sur l’environnement
et donc des répercussions économiques. Selon l’OMS (Organisation mondiale de
la santé) dans ses lignes directrices relatives à l’air (synthèse de l’évaluation des
risques) : « Le fait de respirer de l’air pur est considéré comme une condition
essentielle de la santé et du bien-être de l’homme. Cependant la pollution de l’air
continue de faire peser une menace importante sur le plan sanitaire partout dans
le monde. [. . . ] Plus de 2 millions de décès prématurés peuvent chaque année
être attribués aux effets de la pollution de l’air extérieur dans les villes et de l’air
à l’intérieur des habitations [. . . ] à travers le monde ».

44
CHAPITRE 6. IMPACT DES POLLUTIONS SUR LA SANTÉ ET
L’ENVIRONNEMENT

F IGURE 6.2 – Diagramme des effets de la qualité de l’air sur la santé

6.3 Effets des déchets


En ce qui concerne les déchets, trois types de déchets peuvent être envisa-
gés : les déchets dits dangereux et qui représentent un danger spécifique pour la
santé de l’homme et son environnement, les déchets inertes qui n’altèrent ni le
sol, ni l’eau ni l’air et qui donc ne devraient entraîner aucun préjudice sanitaire ni
menace environnementale et enfin les déchets non dangereux parce que ni dan-
gereux ni inertes. Les déchets peuvent être éliminés de différentes manières : par
compostage, par incinération, par enfouissement. Toutefois, ces différentes tech-
niques d’élimination de déchets ne sont pas sans effets ni risques sanitaires. Par
exemple, enfouissement des déchets libère en majorité des HAP (hydrocarbures
aromatiques polycycliques), des composés organochlorés (dioxine par exemple),
des métaux lourds (arsenic, chrome, plomb, etc.) ce qui altère la qualité des eaux
et des sols par conséquent entraîne des préjudices sanitaires et environnemen-
tales.

45
CHAPITRE 6. IMPACT DES POLLUTIONS SUR LA SANTÉ ET
L’ENVIRONNEMENT

F IGURE 6.3 – Diagramme des effets des déchets sur la santé

6.4 La prévention
En matière de santé environnementale, le « principe de précaution » doit
rester un principe de rigueur et le manque de certitudes scientifiques quant à
certains effets néfastes ne peut en aucun cas sous-tendre l’absence de décisions.
En effet, une des difficultés rencontrées dans l’évaluation de l’exposition envi-
ronnementale réside dans l’existence d’un temps de latence (plus ou moins long)
entre le moment où s’installe la pollution et l’apparition des effets sanitaires liés
à cette pollution. L’exposition en termes de risque pour l’environnement entraîne
fréquemment des effets tardifs et souligne ainsi la difficulté du traitement des
données épidémiologiques (il s’agit bien souvent d’études rétrospectives). De
plus, pour certains polluants, il est difficile de déterminer avec précision le lien
de causalité avec le développement pathologique observé, d’autres interactions
et synergies étant toujours possibles.

46
Références

Sylvain LE ROUX.Energie et développement urbain durable. Thèse de


Doctorat de l’université de Limoges. 2008.

Olivier DÉRUELLE. Mise au point d’un système de spectroscopie pour


mesurer des sections efficaces neutroniques applicables à un possible dévelop-
pement du nucléaire comme source d’énergie. Thèse de Doctorat en sciences de
l’université de PARIS XI. 2002.

Benjamin DESSUS. Énergies renouvelables, développement et environne-


ment "discours, réalités et perspectives". InstItut de l’énergIe et de l’envIronne-
ment de la francophonIe. Les cahiers de Global Chance. N°23, 2007.

Djamila REKIOUA, Ernest MATAGNE.Optimization of Photovoltaic Power


Systems "Modelization, Simulation and Control" . Édition Springer. 2012.

Lilia ABDELHAMID.Contribution à l’Amélioration des Performances des


Générateurs Eoliens - Evaluation de l’Impact des Energies Renouvelables sur
l’Environnement. Thèse de Doctorat en sciences de l’université Hadj Lakhdar de
Batna. 2012.

Pierre ODRU .Le stockage de l’énergie. Édition DUNOD. 2013.

Ahmed MOHAMMEDI, Djamila REKIOUA, Toufik REKIOUA, Seddik


BACHA.Valve Regulated Lead Acid battery behavior in a renewable energy
system under an ideal Mediterranean climate. International Journal of Hydrogen
Energy. 2016.

Site internet de l’Agence Internationale de l’Energie.


http ://www.iea.org/publications/freepublications/publication/key-world-

I
RÉFÉRENCES

energy-statistics.html. 2015.

ENERGIE les cinquante prochaines années. ORGANISATION DE COOPÉ-


RATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES. 2016.

Zaher AL BARAKEH. Suivi de pollution atmosphérique par système multi-


capteurs – méthode mixte de classification et de détermination d’un indice
de pollution. Thèse de Doctorat de l’École Nationale Supérieure des Mines de
Saint-Étienne. 2012.

Philippe Hartmann, François Bordet, Christian Chevalier, Jean-Luc Colin,


Michel Khalanski.CENTRALES NUCLÉAIRES ET ENVIRONNEMENT : Prélè-
vements d’eau et rejets. Chapitres du guide.

S. Colombano, A. Saada, V. Guerin, P. Bataillard, G. Bellenfant, S. Beranger,


D. Hube, C. Blanc, C. Zornig et I. Girardeau.Quelles techniques pour quels
traitements - Analyse coûts bénéfices. Rapport Final (géosciences pour une terre
durable brgm). 2010.

D. DOUMONT, F. LIBION.Impact sur la santé des différents polluants :


quels effets à court, moyen et long terme ?. Série de dossiers techniques. 2006.

Anne-Laure BORIE. POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET SANTE : LES SU-


JETS A RISQUE EN LIMOUSIN, ETATS DES LIEUX DES ATTENTES LOCALES
POUR UNE INFORMATION PLUS CIBLEE. Thèse de Doctorat en PHARMACIE
de l’université de Limoges. 2006.

II
RÉFÉRENCES

III

Vous aimerez peut-être aussi