Vous êtes sur la page 1sur 1

Trois

 lois  universelles  mises  en  avant  par  la  philosophie  bouddhiste  :  


L’Impermanence,  l’interdépendance  et  la  loi  du  karma.  

III  –  La  Loi  du  Karma  

La   loi   du   Karma   est   un   concept   central   dans   plusieurs   religions   issues   de   l’Inde   dont  
principalement   l’Indouisme   et   le   Bouddhisme.   Si   nous   laissons   de   coté   les   conceptions  
religieuses,   nous   pouvons   considérer   que   fondamentalement   le   Karma   est   la   notion  
désignant  le  cycle  des  causes  et  des  conséquences  liées  à  l'existence  de  tous  les  êtres.   Le  
karma  représente  à  la  fois  l’action  et  la  conséquence  de  l’action,  la  cause  et  l’effet.  Rien  
d’exotique  dans  cette  notion  souvent  mal  comprise:  chaque  action  génère  une  force  qui  
revient  ensuite  à  nous  d’une  manière  ou  d’une  autre.  
Ainsi,  si  nous  voulons  créer  le  bonheur  ou  la  joie  dans  notre  vie,  nous  devons  apprendre  
à   semer   les   graines   du   bonheur   ou   de   la   joie.   Le   karma   implique   un   choix   conscient,  
(c‘est  l’intention  qui  compte)  que  nous  pouvons  exercer  dans  chacune  de  nos  pensées  de  
nos  paroles  et  de  nos  actions.    

Ce  karma  agit  aussi  bien  au  niveau  individuel  que  collectif.  Ainsi  un  virus,  échappé  d’un  
marché   aux   poissons   ou   d’un   laboratoire   pour   une   cause   qui   ne   nous   est   pas   encore  
connue,  à,  par  un  jeu  infini  de  cause  et  d’effets,  immobilisé  trois  milliards  d’individus  et  
nous  empèche  de  nous  réunir  en  loge  chaque  mois.  C’est  ici  l’humanité  et  ses  actions  qui  
sont   en   cause.   De   même,   si   par   mes   paroles   j’ai   offensé   une   personne,   ces   paroles  
produiront  des  effets,  et  de  causes  en  effets,  j’en  subirai  les  conséquences.    

Il  faut  cependant  faire  attention,  il  n’y  a  pas  de  jugement,  en  la  matière.  Et  personne  pour  
juger.  Le  retour  du  Karma  («  qui  sème  le  vent  récolte  la  tempête  »)  n’est  ni  une  punition,  
ni   une   récompense.   Il   s’agit   du   mouvement   cyclique   du   monde   impermanent.   Chaque  
graine   va   donner   un   fruit,   qui   donnera   à   son   tour   une   graine   qui   produira   un   fruit.  
L’interdépendance   faisant   que   ce   qui   me   touche   impactera   aussi   mon   voisin,   et   de  
proche  en  proche  possiblement  tous  les  êtres  avec  lesquels  je  suis  connecté.      

Le   karma   est   il   un   fatalisme  ?   Oui   et   non.   Je   peux   être   impacté   par   des   actions   dont   mon  
petit   «  moi  »   personnel   n’est   pas   directement   responsable.   Mais   s’il   existe   une  
responsabilité   personnelle,   il   existe   aussi   une   responsabilité   collective.   Le   fait   de  
personnellement   respecter   le   confinement   me   permet   de   rester   à   l’abri   d’une  
transmission   du   virus.   Mais   collectivement   le   fait   de   respecter   le   confinement   devrait  
permettre  de  contrôler  l’épidémie  plus  rapidement.  

Connaître   la   loi   du   Karma,   comme   toutes   les   lois   qui   régissent   le   cosmos,   nous   fait   à  
nouveau   prendre   conscience   de   notre   responsabilité   dans   tout   ce   qui   nous   arrive.   Ce  
n’est   la   faute   ni   du   hasard,   ni   de   mon   patron,   ni   de   ma   famille.   Notre   rôle   d’homme   libre  
est   d’agir   avec   discernement,   de   ne   pas   nous   laisser   conduire   par   les   trois   poisons   du  
bouddhisme   (l’ignorance,   l’avidité   et   la   colère),   pour   devenir   les   architectes   de   notre  
devenir.  Pour  cela  soyons  attentifs  à  chaque  geste,  chaque  parole,  chaque  action,  pour,  
en  nous  améliorant,  améliorer  l’humanité  toute  entière.