Vous êtes sur la page 1sur 2

 

Trois  lois  universelles  mises  en  avant  par  la  philosophie  bouddhiste  :  
L’Impermanence,  l’interdépendance  et  la  loi  du  karma.  

II  -­‐  l’Interdépendance  

Le   principe   de   l’interdépendance   est   l’un   des   enseignements   les  


plus   importants   du   bouddhisme.   Il   exprime   le   fait   que   les   êtres   et   les  
choses   n’existent   que   par   leur   interaction   permanente.   Nous   sommes  
tous  interdépendants  les  uns  des  autres.  

Nous   nous   vivons,   surtout   ici   en   occident,   comme   des   êtres   libres,   indépendants   et  
autonomes.  Pourtant  cette  pandémie  nous  fait  prendre  conscience  d’une  autre  réalité.  Si  
nous   regardons   du   plus   éloigné   au   plus   proche,   du   macrocosme   au   microcosme  que  
constatons  nous  ?  
 
De   crise   sanitaire   localisée,   la   pandémie   du   Covid-­‐19   est   devenue   en   un   temps   record  
une   crise   économique   et   sociale   mondiale.   Elle   nous   rappelle   dramatiquement   que   de  
tous   temps   nous   avons   été   soumis   à   cette   loi   de   l’interdépendance   avec   notre  
environnement,   c’est   à   dire   tout   le   vivant,   et   plus   spécialement   entre   nous,   humains,  
dans   nos   relations   économiques   et   sociales.   Un   virus   qui   a   contaminé   un   humain   à  
Wuhan   me   contraint   aujourd’hui   à   rester   confiné   chez   moi   en   Cévennes   et   à   modifier  
mes  interactions  sociales.  
 
La   situation   nous   a   fait   changer   notre   mode   de   vie   car   nous   avons   troqué   un   peu   de  
liberté   pour   plus   de   sécurité.   De   ce   fait   nous   prenons   conscience   d’autres  
interdépendances   de   proximité.   La   vie   quotidienne   est   chamboulée   et   nous   réalisons    
que   nous   ne   pourrions   pas   vivre   confortablement   comme   nous   en   avons   l’habitude   sans  
un   cultivateur   qui   va   produire   les   légumes   que   nous   consommons,   sans   un   transporteur  
qui   va   les   amener   près   de   chez   nous,   sans   un   commerçant   ou   une   caissière   de  
supermarché   qui  va  nous   permettre   de   les   acquérir.   Et   nous   applaudissons   les   «  héros  
du   quotidien  »   que   nous   ne   voyions   habituellement   pas,   jusque   l’éboueur   qui   vient  
ramasser  nos  poubelles.  

Nous  dépendons  tous  les  uns  des  autres.  «  Je  »  dépends  de  ce  qui  est  «  autre  que  moi  ».  
Par  ailleurs,  ce  que  nous  appelons  «  moi  »  est  fait  d’éléments  non-­‐moi.  Pour  ne  prendre  
que   l’exemple   du   corps,   sa   santé   dépend   de   l’équilibre   de   ses   constituants   organiques   et  
chimiques   dont   nombre   de   bactéries   et   de   microbes,   des   aliments   consommés,   mais  
aussi   du   mode   de   vie,   et   de   notre   environnement   d’une   manière   générale.   Notre   état  
intérieur   est   lui-­‐même   le   produit   de   causes   et   de   conditions   spécifiques.   Ce   que   nous  
sommes   en   tant   qu’être   humain,   et   tout   ce   que   nous   utilisons   et   consommons,   nous   le  
devons  à  d’autres.  

 
Finalement,  nous  commençons  à  comprendre  que    notre  bien-­‐être  dépend  du  bien-­‐être  
d’autrui.   Dans   le   contexte   d’une   interdépendance   chaque   jour   de   plus   en   plus  
apparente,  prendre   en   compte   les   intérêts   des   autres,   est,   à   l’évidence,   la   meilleure  
manière  de  servir  nos  propres  intérêts.  La  nécessité  de  coopérer  ne  peut  que  renforcer  
l’humanité,   dans   une   authentique   pratique   individuelle   d’amour   et   de   compassion.   Pour  
un   avenir   meilleur,   plus   heureux,   plus   stable   et   plus   civilisé,   chacun   de   nous   doit  
développer  un  réel  sentiment  sincère  de  fraternité  et  de  Solidarité.  

Partant   de   la   motivation   universelle   qu’est   notre   aspiration   au   bonheur,   l’éthique  


consiste   simplement   à   agir   en   commençant   par   éviter   d’infliger   aux   autres   la   souffrance  
dont   nous   ne   voudrions   pas   être   victimes.   «  Ne  fais  pas  à  autrui  ce  que  tu  ne  voudrais  pas  
qu’il   te   fut   fait  à   toi-­‐même».  Que  nous  pouvons  entendre  aussi  comme  :  «  Fais   aux   autres  
tout   le   bien   que   tu   voudrais   qu’il   te   fissent   à   toi-­‐même  ».   La   reconnaissance   de   cette  
réciprocité   qui   découle   de   l’interdépendance   est   le   dénominateur   commun   de   cette  
éthique,  fondée  sur  la  sagesse  de  reconnaître  notre  petite  place  dans  le  cosmos,  la  force  
et  la  persévérance  de  nous  engager  sincèrement  dans  le  soutien  envers  les    plus  faibles  
et   les   plus   démunis,   et   l’harmonie   à   préserver   dans   notre   rapport   au   vivant.   C’est  
pourquoi   elle   est   omniprésente   dans   toutes   les   traditions   religieuses,   spirituelles   et  
philosophiques.  

Le   virus   nous   révèle   ce   qui   était   occulté   dans   nos   esprits   compartimentés:   la   complexité  
de   notre   monde   humain   n’existe   que   dans   l’interdépendance   et   l’inter-­‐solidarité   avec  
tout   le   vivant.   Il   nous   enseigne   alors   que   cette   interdépendance   doit   susciter   une  
authentique   solidarité   humaine   dans   la   prise   de   conscience   de   notre   communauté   de  
destin.