Vous êtes sur la page 1sur 2

Trois

 lois  universelles  mises  en  avant  par  la  philosophie  bouddhiste  :  


L’Impermanence,  l’interdépendance  et  la  loi  du  karma.  

I  -­‐  l’Impermanence  

Pour  commencer,  il  nous  faut  prendre  conscience  de  l’impermanence  des  
choses,  c’est-­‐à-­‐dire  du  fait  que  rien  de  demeure,  que  tout  évolue.  Que  tout  
ce  qui  commence  aura  inévitablement  une  fin.  Tout  ce  qui  a  été  réuni,  un  
jour  se  sépare.  Tout  ce  qui  a  été  construit  sera  un  jour  détruit.  Tout  ce  qui  
nait  doit  un  jour  mourir,  pour  qu’une  autre  naissance  puisse  avoir  lieu.  
 
L’impermanence  est  l’idée  selon  laquelle  les  phénomènes,  les  choses,  
les  êtres,  les  situations,  les  sentiments  évoluent,  changent  d’instant  en  
instant,  se  transforment  tout  le  temps.  

Nous  naissons,  vivons  une  enfance  puis  une  jeunesse,  nous  atteignons  la  
maturité,  puis  nous  dépérissons  et  nous  mourrons.  Il  en  est  ainsi  de  toute  
matière  vivante.  A  chaque  instant  les  cellules  qui  composent  notre  
organisme  meurent  et  d’autres  naissent  pour  les  remplacer.  D’une  heure  à  
l’autre  les  particules  qui  composent  mon  corps  ne  sont  plus  exactement  
toutes  les  mêmes.  

D’autres  philosophies  avancent  la  même  idée  :  Pour  Héraclite,  «  On  ne  se  
baigne  jamais  deux  fois  dans  le  même  fleuve  »    En  effet  tout  passe  et  s’écoule,  
ce  qui  s’oppose  à  l’idée  de  permanence,  d’identité  et  d’essence.  De  fait,  rien  
n’est  stable,  tout  se  défait  et  se  recompose  constamment.  Pour  Montaigne  :  
«  Le  monde  n’est  qu’une  branloire  pérenne  »,  indiquant  par  là  que  tout  
change  en  permanence,  que  rien  n’est  fixe  parce  que  le  monde  est  en  
perpétuel  devenir.  

Pour  les  bouddhistes,  contempler  l’impermanence  est  une  pratique  


méditative  qui  permet  de  prendre  conscience  du  caractère  éphémère  de  
toute  chose.  Cette  observation  est  la  première  étape  vers  l’apaisement.  
L’apaisement  consiste  à  ne  plus  tenter  de  lutter  contre  l’impermanence,  
mais  au  contraire  à  accompagner  le  mouvement  de  la  vie.  C’est  aussi  
s’inscrire  dans  l’instant  présent,  ou  dans  le  flux  du  Tao.  
Nous  vivons  aujourd’hui  un  moment  étonnant,  et  nous  prenons  conscience  
de  ces  phénomènes.  D’un  coté,  pour  la  plupart  d’entre  nous,  confinés  à  
domicile,  tous  les  jours  sont  un  peu  les  mêmes.  Nos  activités  et  nos  
distractions  se  répètent.  Nous  sommes  demandeurs  de  plus  de  diversité  
dans  notre  quotidien.  Et  d’un  autre  coté,  c’est  tout  le  contraire.  Nous  étions  
habitués  à  un  chemin  de  vie  qui,  malgré  ses  soubresauts,  paraissait  
immuable.  Et  d’un  coup  nous  nous  rendons  compte  que  plus  rien  n’est  sur.  
Notre  mode  de  vie,  nos  habitudes,  notre  parcours  de  vie,  tout  est  
bouleversé,  et  nous  comprenons  que  c’est  inéluctable.    

La  crise  du  coronavirus  bouleverse  nos  vies  et  nos  façons  d’envisager  le  
monde.  L’économie  fait  une  pause,  les  bourses  paniquent,  nous  ne  pouvons  
plus  sortir  de  chez  nous,  l’avenir  est  plein  d’incertitudes.  Cette  crise  nous  
révèle  la  non-­‐maîtrise  de  ce  que  nous  pensions  maîtriser.  Et  puis  la  peur  de  
la  mort  est  là.  Pour  nous  ou  pour  les  personnes  que  nous  aimons.  Or,  nous  
l’avons  vu,  la  mort  fait  parti  du  processus  de  la  vie,  et  la  vie  va  continuer.  
Au-­‐delà  des  drames  personnels  et  familiaux,  cette  crise  annonce  peut-­‐être  
un  renouvellement  de  nos  façons  de  concevoir  le  monde.  En  effet,  elle  
pourrait  bien  changer  les  comportements,  amener  de  nouveaux  
questionnements,  et  de  nouvelles  perspectives  plus  humanistes  et  plus  
solidaires.  

La  déstabilisation  que  nous  expérimentons  démontre  que  nous  vivons  dans  


une  certaine  illusion.  Illusion  de  la  permanence  des  choses,  illusion  de  notre  
possession  complète  du  savoir,  illusion  de  la  maîtrise  de  notre  destin,  
illusion  de  l’immortalité,  illusion  de  la  liberté,  illusion  de  notre  supériorité  
et  de  notre  pouvoir  par  rapport  au  reste  du  vivant.  

Le  sentiment  d’avoir  du  mal  à  prévoir,  à  contrôler  ou  à  maintenir  les  choses  
nous  cause  un  mal-­‐être,  allant  de  l’inquiétude  au  désespoir  en  passant  par  
la  colère.  Nous  avions  besoin  de  l’illusion  d’évoluer  dans  un  monde  stable,  
et  nous  devons  apprendre  à  accepter  l’impermanence.  

Accepter  l’impermanence  c’est  prendre  conscience  que  nous  sommes  inclus  


dans  le  fonctionnement  du  cosmos  tout  entier,  que  ce  cosmos  agit  selon  des  
lois  (dont  celle  du  changement  permanent)  qu’il  nous  faut  apprendre  à  
connaître  pour  nous  réaliser.