Vous êtes sur la page 1sur 8

4èmeAnnée

Mon mini –projet d’écriture N° 2


Un récit intégrant un passage dialogué

Mon mini –projet d’écriture N° 2

Je fais parler des personnages en racontant un évènement.

Sois mon ami ! Tends-moi la main !

La silhouette de texte à obtenir

Situation initiale.
(Le lieu- le temps- le personnage principal)
…………………………………………………………….
………………………………………………………...……………..

Situation intermédiaire
(L’élément perturbateur – le dialogue entre les
personnages)
…………………………………………………………….
………………………………………………………...……………..
- ……………………………………………………………………….
- …………………………………………………..………….………..
- ………………………………………………………….……..
- ………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………….

Situation finale
(La solution)
…………………………………………………………………...……………..
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………..…………………….

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Grille pour bien écrire mon deuxième
mini-projet d’écriture.

Je fais parler des personnages en racontant


un évènement.

oui non
1 J’écris les trois parties de l’histoire. (le début / la
suite / la fin )
2 Je fais parler les personnages.
3 J’indique qui parle à chaque réplique.
4 Je vais à la ligne à la fin de chaque réplique.
5 Je mets la ponctuation de chaque dialogue.
6 Je mets les majuscules au début de chaque
phrase et pour les noms propres.
7 Je présente bien mon texte.
Entraînement 1
1- Je réécris les parties du texte en ordre

Le pauvre chinois est effrayé. Il n’ose


pas se défendre. Alain s’adresse aux
vilains garçons à haute voix :
« - Pourquoi vous le maltraitez ? Qu’est-
ce qu’il a fait ? Laissez- le tranquille.
- Mais il refuse de parler et de jouer
avec nous.
- C’est un Chinois. Il est nouveau
dans le quartier. En plus, il ne
comprend pas le français. »

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Vers midi, Lucien Duval rentre de l’école.
Sur son chemin, il voit sur le trottoir d’en
face des vilains enfants en train d’arracher
le cartable de son ami chinois Yan Li.
Sans hésitation, Alain traverse la
chaussée en courant.

Oh ! Quelle joie d’avoir des amis et de les


aider. Une journée sans amis est une
journée sans soleil.

Les méchants garçons rougissent de


honte. Ils demandent pardon de Yan Lien
disant :« Nous sommes vraiment désolés.
C’est vrai, nous sommes différents mais
nous sommes amis. Merci Alain,
aujourd’hui, nous avons appris une bonne
leçon. »

Vers midi, Lucien Duval rentre de l’école. Sur son chemin, il voit sur
le trottoir d’en face des vilains enfants en train d’arracher le cartable
de son ami chinois Yan Li. Sans hésitation, Alain traverse la
chaussée en courant.

Début : …………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Suite :…………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
……………………………………………………….………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………….…………………………

Fin : …………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Entraînement 2
1- Complète le dialogue par les répliques du cadre :
- Il y a un petit garçon devant le magasin de jouets, au coin de cette rue,
dit une dame. Il pleure en appelant : « Maman ! Maman ! ».
- Quel âge a-t-il ? Lui demande un passant.
- Attendez-moi ici, dit le passant. Je vais vous aider à retrouver votre
fils.

A l’approche de l’Aïd, madame Albert va en ville pour faire des achats.


Son fils Paul l’accompagne.
Les rues sont très animées. Madame Albert va de magasin en magasin.
Soudain, elle se retourne, mais elle ne voit pas son fils.
Affolée, elle se met à crier : « Paul ! Paul ! Où es-tu ? Mon Dieu, je ne
retrouve pas mon fils, ajoute-t-elle.
-……………………………………………………………………………………….
-Il a cinq ans. Il porte une chemise blanche et un pantalon bleu, explique
la mère.
- ………………………………………………………….………………………..……
……………………………………….……………………………….…………………
-…………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….………………………
Quelques instants après, le passant revient en tenant le petit garçon
par la main.
2- Ecris deux répliques pour compléter le dialogue entre le passant et la
mère du petit garçon.
- ……………………………………………………………………………..……
……………………………………………………………………………..……………
-……………………………………………………………………………………
3- Imagine une fin à ce récit et écris-la en deux phrases :
…………………………………………………………………………………………
Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
1- Je réécris les parties du texte en ordre

Le pauvre chinois est effrayé. Il n’ose


pas se défendre. Alain s’adresse aux
vilains garçons à haute voix :
« - Pourquoi vous le maltraitez ? Qu’est-
ce qu’il a fait ? Laissez- le tranquille.
- Mais il refuse de parler et de jouer
avec nous.
- C’est un Chinois. Il est nouveau
dans le quartier. En plus, il ne
comprend pas le français. »

Vers midi, Lucien Duval rentre de l’école.


Sur son chemin, il voit sur le trottoir d’en
face des vilains enfants en train d’arracher
le cartable de son ami chinois Yan Li.
Sans hésitation, Alain traverse la
chaussée en courant.

Oh ! Quelle joie d’avoir des amis et de les


aider. Une journée sans amis est une
journée sans soleil.

Les méchants garçons rougissent de


honte. Ils demandent pardon de Yan Lien
disant :« Nous sommes vraiment désolés.
C’est vrai, nous sommes différents mais
nous sommes amis. Merci Alain,
aujourd’hui, nous avons appris une bonne
leçon. »

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Vers midi, Lucien Duval rentre de l’école. Sur son chemin, il voit sur
le trottoir d’en face des vilains enfants en train d’arracher le cartable
de son ami chinois Yan Li. Sans hésitation, Alain traverse la
chaussée en courant.

Début : Vers midi, Lucien Duval rentre de l’école. Sur son chemin, il
voit sur le trottoir d’en face des vilains enfants en train d’arracher le
cartable de son ami chinois Yan Li. Sans hésitation, Alain traverse la
chaussée en courant.

Suite : Le pauvre chinois est effrayé. Il n’ose pas se


défendre. Alain s’adresse aux vilains garçons à haute voix :
«- Pourquoi vous le maltraitez ? Qu’est- ce qu’il a fait ? Laissez- le
tranquille.
- Mais il refuse de parler et de jouer avec nous.
- C’est un Chinois. Il est nouveau dans le quartier. En plus, il
ne comprend pas le français. »
Les méchants garçons rougissent de honte. Ils demandent pardon
de Yan Lien disant :« Nous sommes vraiment désolés.
C’est vrai, nous sommes différents mais nous sommes amis.
Merci Alain, aujourd’hui, nous avons appris une bonne leçon. »

Fin : Oh ! Quelle joie d’avoir des amis et de les aider. Une journée
sans amis est une journée sans soleil.

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org
Entraînement 2
1- Complète le dialogue par les répliques du cadre :
- Il y a un petit garçon devant le magasin de jouets, au coin de cette rue,
dit une dame. Il pleure en appelant : « Maman ! Maman ! ».
- Quel âge a-t-il ? lui demande un passant.
- Attendez-moi ici, dit le passant. Je vais vous aider à retrouver votre
fils.

A l’approche de l’Aïd, madame Albert va en ville pour faire des achats.


Son fils Paul l’accompagne.
Les rues sont très animées. Madame Albert va de magasin en magasin.
Soudain, elle se retourne, mais elle ne voit pas son fils.
Affolée, elle se met à crier : « Paul ! Paul ! Où es-tu ? Mon Dieu, je ne
retrouve pas mon fils, ajoute-t-elle.
- Quel âge a-t-il ? lui demande un passant.
- Il a cinq ans. Il porte une chemise blanche et un pantalon bleu,
explique la mère.
- Il y a un petit garçon devant le magasin de jouets, au coin de cette
rue, dit une dame. Il pleure en appelant : « Maman ! Maman ! ».
- Attendez-moi ici, dit le passant. Je vais vous aider à retrouver votre
fils.
Quelques instants après, le passant revient en tenant le petit garçon
par la main.
2- Ecris deux répliques pour compléter le dialogue entre le passant et la
mère du petit garçon.
- Merci monsieur. Comme vous êtes gentil !
- Il n’y a pas de quoi madame. C’est mon devoir.
3- Imagine une fin à ce récit et écris-la en deux phrases :
Madame Albert saisit la main de son fils. Elle rentre vite à la maison.
Paul est dans sa chambre. Il est puni.

Tous droits réservés à : www.massarat‐educanet.org