Vous êtes sur la page 1sur 517

RICHARD

ASSUIED
ANNE-MARIE
RAGOT
CE1
Livre de
Français

Guide de l’enseignant

Pour pouvoir visualiser correctement la phonétique à l’intérieur du guide, vous


pouvez vous procurer la police Api TLFQ.
SOMMAIRE

• Unité 1.................... 3 • Unité 7.................... 231


- Livre.................................. 3 - Livre.................................. 231
- Cahier............................... 28 - Cahier............................... 253

• Unité 2.................... 36 • Unité 8.................... 269


- Livre.................................. 36 - Livre.................................. 269
- Cahier............................... 55 - Cahier............................... 289

• Unité 3.................... 69 • Unité 9.................. 310


- Livre.................................. 69 - Livre.................................. 310
- Cahier............................... 92 - Cahier............................... 334

• Unité 4.................... 108 • Unité 10................. 351


- Livre.................................. 108 - Livre.................................. 351
- Cahier............................... 131 - Cahier............................... 376

• Unité 5.................... 148 • Unité 11................. 394


- Livre.................................. 148 - Livre.................................. 394
- Cahier............................... 171 - Cahier............................... 414

• Unité 6.................... 191 • Unité 12................. 432


- Livre.................................. 191 - Livre.................................. 432
- Cahier............................... 212 - Cahier............................... 457

• Matériel photocopiable......................................................... 477

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 1

UNITÉ 1
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


3
Coccinelle CE1 Unité 1

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de rentrée (1) livre p. 4

Pour commencer :
- Présenter la lecture : on va lire une histoire complète, en plusieurs épisodes.
C’est le premier épisode. Lire le titre. Feuilleter le livre. Combien d’épisodes
trouve-t-on ? Où est le dernier épisode ?
- Cette histoire est parue dans un livre. Repérer la première de couverture,
l’identité du titre avec celui du livre. Aura-t-on le même texte dans notre Livre de Français ?
Oui, c’est ce que veut dire « histoire complète ».
- Le titre Drôle de rentrée (1) : C’est le titre du chapitre. Sur cette page, on lit
la première partie de ce chapitre.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Un jeune garçon et un chat.
1. Qui sont les personnages ? C’est un chat : museau, moustaches, oreilles, tête ronde,
longue queue.
Comment est ce chat : roux et marron ; les yeux fermés ;
un collier au cou.
Le garçon : cheveux marron, de la même couleur que son
chat ; pas de chaussures, des chaussettes blanches, pull
rouge, pantalon bleu. Pyjama ou habillé ? On ne sait pas.

2. Où sont-ils ? Sur un lit : oreiller blanc, couverture bleue, drap de


dessous bleu clair, drap de dessus blanc.
Le garçon est assis sur la couverture et le drap.
Dans les activités suivantes,
- encourager les élèves à donner toutes leurs idées.
Il ne s’agit pas de rechercher une bonne réponse,
mais d’explorer tout ce qui est possible dans cette situation.
- discuter les réponses sans valider. Le travail sur l’illustration
prépare la lecture, mais ne doit pas faire croire aux élèves
qu’un texte peut se deviner : pour savoir, il faut le lire.

Réponses possibles : ils jouent ; le garçon gronde le


3. Que font-ils ?
chat ; ils se parlent… Le garçon tient le chat debout
comme pour lui parler en face, comme s’il parlait à une
autre personne, pour être sûr que le chat l’écoute bien…
Observer et interpréter
ASSOCIER DES ATTITUDES,
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES
4. Le garçon a-t-il l’air gai, triste, Faire justifier les réponses.
inquiet, joueur, fâché… ?

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est le personnage de l’illustration qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : De quoi parle cette histoire ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Ouvrez votre livre, je vais relire. Nous discuterons vos réponses après.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


4
Coccinelle CE1 Unité 1

Texte entier, livre ouvert


Essayez de redire l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte.
N’apporter que l’aide nécessaire pour qu’il puisse aller au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe


Les points importants
Expliquer les mots  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties
difficiles de phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
Expliquer les autres mots qui pourraient ne pas être compris. Par
exemple : pour répondre à l’enfant, le chat ronronne (et non pas fait
miaou) : un chat ronronne quand il se sent bien, quand il a
confiance. Avec ce mot, on comprend qu’il est l’ami du garçon.

3. Oral collectif de compréhension


1. Qui raconte cette histoire ? 1. On sait que c’est un garçon
Un garçon ou une fille ? - par l’illustration
JUSTIFIER - par la fin de la première phrase : j’étais un peu inquiet.
- ce qui est sûr Une fille dirait : j’étais un peu inquiète
- parce que le personnage dit qu’il aimerait avoir au moins
- ce qui est vraisemblable un copain. Le plus souvent les garçons veulent avoir des
copains, et les filles veulent avoir des copines.

2. À quel moment de l’année 2. Une seule indication : la veille de la rentrée. Il n’y a pas
se passe cette histoire ? de date. Dans notre pays, à quel moment de l’année, à
COMPRENDRE À PARTIR DE quel mois a lieu la rentrée ? Prendre un calendrier : quand
L’EXPÉRIENCE PERSONNELLE était la veille de la rentrée pour nous ? (jour, mois et date)

3. À quel moment de la journée 3. C’est le soir.


se passe cette histoire ? - Il n’y a pas d’indice sur l’illustration : cf. pyjama ou habillé ?
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE - Chercher la partie du texte qui permet de répondre de
façon sure : Et j’ai fini par m’endormir.

4. Pourquoi le héros de l’histoire 4. Chercher la partie du texte qui répond à la question.


n’a-t-il pas de copain à l’école ? - L’école est nouvelle pour lui : ce n’est pas une école
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE neuve, c’est lui qui est nouveau dans cette école.
- Il a déménagé juste avant l’été : il n’a pas eu le temps de
se faire de nouveaux copains là où il habite maintenant.
C’étaient les vacances, la plupart des enfants, lui peut-être
aussi, étaient ailleurs, en vacances.
5. Avec qui aimerait-il aller 5. Faire réfléchir les élèves sur au moins un copain.
à l’école ? Il aimerait aller à l’école avec des copains, mais comme il
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE
n’en a pas, il aimerait au moins emmener son chat. Ainsi, il
irait dans cette nouvelle école avec quelqu’un qu’il connait.
Revenir à j’étais un peu inquiet. De quoi est-il inquiet ?
6. D’après toi, pourquoi les 6. Accepter toutes les réponses pourvu qu’elles soient
animaux sont-ils interdits raisonnables, même si elles sont saugrenues, comme
à l’école ? par exemple : ils n’écouteraient pas la maitresse.
FORMULER UNE HYPOTHÈSE Pour ne pas déranger la classe, pour ne pas distraire
les élèves, pour éviter des maladies, des allergies.
On ne peut pas amener son animal à l’école, mais une classe
peut faire un élevage pour observer la vie des animaux.
4. Lecture silencieuse des élèves, puis lecture à haute voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


5
Coccinelle CE1 Unité 1

Étude du code Le son /y/ comme dans lunettes livre p. 5


Le son /u/ comme à la fin de chou
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : distinguer les sons /y/ et /u/ ; contrôler leur prononciation ;
identifier leurs graphies ;
mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien avec
- assurer la l’illustration.
compréhension - Repérer le dialogue entre les deux personnages : le premier se plaint
de la comptine de ne pas retrouver ses lunettes. Le second lui fait remarquer, en se
moquant gentiment, qu’elles ne sont pas loin : autour de son cou.
Rechercher le
son 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
tu entends le son /y/ comme dans lunettes.
– analyser - Pour chaque mot trouvé, 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
chercher immédiatement le rue perdu lunettes
nombre de syllabes :
les frapper, ou les compter mur farfelu
sur les doigts, ou les tracer plus suspendues
sur l’ardoise à mesure.
- Inscrire le mot dans le tableau.
- Représenter chaque syllabe par une vague.
- Rechercher oralement d’autres mots qui contiennent le son /y/.
Les découper en syllabes. Les inscrire dans le tableau.

2. Continue ton tableau : 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes


- marque avec un point rue perdu lunettes
– discriminer rouge la place du son
le son dans la syllabe. mur farfelu
à l’intérieur de - Identifier la syllabe qui plus suspendues
la syllabe. contient le son. Marquer la
place du son.

- Entoure la lettre qui écrit le son.


Observer l’écrit - Découper exactement le
Identifier la mot en syllabes par des 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
graphie traits verticaux. rue perdu lunettes
- analyser la - rechercher la lettre qui
relation phonème mur farfelu
écrit le son /y/. L’entourer.
– graphème Chaque élève recopie tous plus suspendues
les mots dans son tableau
des graphies.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


6
Coccinelle CE1 Unité 1

Étude du code (suite) Le son /y/ comme dans lunettes livre p. 5


Le son /u/ comme à la fin de chou
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : distinguer les sons /y/ et /u/ ; contrôler leur prononciation ;
identifier leurs graphies ; mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique
courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux de traitement de l’activité 3 sur le modèle
des activités 1 et 2.
Lire la comptine
- Relecture de la comptine par l’enseignant.
- Faire le lien avec l’illustration en ciblant les mots contenant le son /u/ :
- assurer la
partout, chou, genoux, trous, cou.
compréhension
Expliquer Zazou tout fou : un zazou est un personnage qui fait des
de la comptine
choses bizarres, qui ne fait pas comme tout le monde.

1. Fais le même travail pour le son /u/ 1 syllabe 2


Rechercher le
comme dans chou. syllabes
son
- Chercher les mots de la comptine dans cour partout
lesquels on entend /u/.
- analyser les choux genoux
Pour chaque mot trouvé, chercher
mots en syllabes
immédiatement le nombre de syllabes : trous Zazou
les frapper, ou les compter sur les doigts,
ou les tracer sur l’ardoise à mesure. tout
- Inscrire le mot dans le tableau. fou
- Représenter chaque syllabe
par une vague. cou
- Rechercher oralement d’autres mots
qui contiennent le son /u/.
Les découper en syllabes. Les inscrire dans le tableau.

Continuer le tableau : 1 syllabe 2 syllabes


- discriminer le
son à l’intérieur - Marquer avec un point rouge la place cour partout
de la syllabe. du son dans la syllabe. choux genoux
- Identifier la syllabe qui contient le son.
- Marquer la place du son. trous Zazou
tout
fou

- Entourer les lettres qui écrivent le son. 1 syllabe 2 syllabes


Observer l’écrit cour partout
- Découper exactement le mot en syllabes
Identifier la
par des traits verticaux. choux genoux
graphie
- Rechercher les lettres qui écrivent le son /u/.
Les entourer. trous Zazou
- analyser la
Chaque élève recopie tous les mots tout
relation phonème
dans son tableau des graphies.
– graphème
fou

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


7
Coccinelle CE1 Unité 1

cahier p. 6 Le son /y/ comme dans lunettes

1. J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins
écouter : quand j’entends/y/ comme dans lunettes.
analyse sonore
du lexique Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
Puis les rassembler en tableau 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
semblable à celui fait mur barbu peinture
avec les mots du livre :
vagues, points, syllabes
pull tube chaussures
séparées par un trait, écriture
du son entourée.
Puis les élèves reportent grue statue lunettes
ces mots dans le tableau des
graphies. voiture

mur – tube – peinture – autobus


chaussures – pull – barbu –
lunettes – grue – statue – nuage
voiture – autobus – nuage

2. Je complète les mots avec les syllabes que l’on me donne.


2. Écouter - Faire lire les syllabes données. Identifier les dessins, les nommer.
et écrire : - Démontrer sur le premier item le travail à faire avant d’écrire :
identifier une dire le nom, segmenter les syllabes, lire la syllabe déjà écrite,
syllabe et son prononcer isolément la syllabe à recopier et l’épeler :
écriture du su-cre, je dois écrire la syllabe su, s u.
- Travail individuel
du sucre – une jupe
une ceinture – une plume
une bulle – une fusée

Le son /u/ comme à la fin de chou

3. Nommer des 3. J’écris à leur place les noms des parties du corps.
parties du - Analyser le support : les mots à écrire sont donnés. Il faudra
corps.
les reporter sur le dessin.
Suivre le trajet d’une partie du corps à la réglure où il faudra en écrire
le nom.
- Lire les mots. Remarquer : ils contiennent tous le son /u/.
Retrouver sa graphie dans chacun des mots, l’épeler : ou, o u.
Situer ces parties du corps sur soi ou sur un camarade.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


8
Coccinelle CE1 Unité 1

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de rentrée (2) livre p. 6

Pour commencer :
- Demander aux élèves de raconter le premier épisode.
- Puis lecture à haute voix de la partie 1 du chapitre par l’enseignant.
- Le titre Drôle de rentrée (2) : C’est toujours le même livre, le même chapitre.
Sur cette page, on lit la deuxième partie de ce chapitre.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER La maitresse : visage rond, cheveux gris, grosses
1. Qui sont les personnages ? lunettes, pull bleu, jupe verte. Elle sourit un peu,
Que font-ils ? mais elle ferme les yeux, elle ne semble pas sourire
aux enfants. Elle tient une baguette derrière son dos.
Le garçon de l’histoire et deux autres élèves :
un garçon et une fille. Le garçon et la fille baissent la tête.
La fille sourit ; elle marche de façon décidée. Le garçon
n’a pas l’air content de rentrer en classe. Le héros regarde
droit devant lui.
Décrire les personnages, les vêtements et l’équipement
(cartables, sac)

2. Où sont-ils ? Ils rentrent dans la classe. On voit une estrade derrière


le héros.

Observer et interpréter À quatre : mimer la scène.


ASSOCIER DES ATTITUDES, Encourager les élèves à donner toutes leurs idées.
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES Il ne s’agit pas de rechercher une bonne réponse,
3. Regardez les élèves, leur visage, mais de découvrir qu’une illustration nous fait comprendre
leur manière de marcher. beaucoup de choses si l’on prend le temps de l’analyser.
À votre avis, à quoi pensent-ils ?
Que ressentent-ils ?

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Quand se passe cet épisode de l’histoire ? Que se passe-t-il ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Ouvrez votre livre, je vais relire. Nous discuterons vos réponses après.
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte. N’apporter que l’aide nécessaire
pour qu’il puisse aller au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe, livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


9
Coccinelle CE1 Unité 1

Les points importants


Repérer les  Premier paragraphe : le héros de l’histoire, le narrateur.
différents  Deuxième paragraphe
locuteurs - première phrase (On … dit :) : le héros de l’histoire.
- Depuis Bonjour jusqu’à poésie : la maitresse. Donner la signification du
tiret en début de ligne : quelqu’un prend la parole.
- Depuis Elle a ouvert jusqu’à lu : le héros qui raconte, le narrateur.
- La poésie : C’est bien la maitresse qui parle mais elle lit un texte écrit
par un poète. Remarquer l’italique, qui montre qu’il s’agit d’une citation,
qu’elle lit un texte.
- Depuis À ce moment jusqu’à demandé : le héros narrateur.
- La dernière ligne : la maitresse.

3. Oral collectif de compréhension


1. Présente la maitresse 1. Rappeler l’analyse de l’illustration. Rechercher ce que
de cette classe. dit le texte. Comparer texte et illustration.
FAIRE LE LIEN ENTRE TEXTE - illustration : cf. la description plus haut.
ET ILLUSTRATION - texte : elle est ronde, c’est-à-dire grosse (les élèves
l’auront peut-être déjà vu dans l’illustration). Elle est petite.
Donner la parole à plusieurs élèves pour qu’ils présentent
la maitresse, comme s’ils parlaient à quelqu’un qui ne la
connait pas.

2. Comment commence la première 2. Retrouver la partie du texte qui répond à la question :


journée de classe ? les enfants s’assoient ; la maitresse les salue ;
RECHERCHER DES INFORMATIONS elle lit une poésie.
EXPLICITES
REFORMULER

3. Demander aux élèves de montrer


3. Avec ta main, montre :
- ce qu’ils font quand ils frappent à la porte. Voir qu’il y a
- comment on gratte à la porte
plusieurs façons de le faire. On se sert de son index
- comment on frappe à la porte.
recourbé ou de son poing.
COMPRENDRE L’EMPLOI D’UN MOT À
PARTIR DE L’EXPÉRIENCE
- ce qu’ils font quand ils grattent un bouton, une piqure de
PERSONNELLE moustique : on se sert de ses ongles.
Montrer gratter à la porte.
Quel est le bruit le plus fort, le plus faible ?

4. D’après toi, qui a gratté 4. Dans l’état actuel du texte, on ne peut supposer qu’une
à la porte ? réponse : un élève en retard qui n’ose pas frapper trop fort
FORMULER UNE HYPOTHÈSE et qui gratte timidement. Cela ne peut pas être le directeur
ou la directrice de l’école, ou un autre maitre ou une autre
maitresse : il ou elle frapperait normalement.
Certains élèves peuvent penser au chat, qui aurait suivi
son maitre : il ne peut que gratter, il ne peut pas frapper.
Annoncer que la réponse sera donnée dans la prochaine
lecture.

5. Lis ce texte avec un camarade 5. L’analyse du texte a été faite au moment de la lecture
ou une camarade. de l’enseignant.
Former des groupes de deux élèves. Leur laisser du temps
pour préparer la lecture.

4. Lecture à haute voix des élèves.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


10
Coccinelle CE1 Unité 1

Étude du code Le son /wa/ comme dans étoile livre p. 7

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /wa/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

- Lecture par l’enseignant. Les élèves reformulent l’histoire avec


Lire la comptine leurs mots. Apporter les connaissances si nécessaire : oiseau de proie
et étoile de mer. S’assurer de la connaissance du nom étoile filante.
- assurer la - Distinguer les trois paragraphes.
compréhension - le premier et le troisième paragraphes sont le récit d’un narrateur qui
de la comptine n’est pas un personnage mais l’auteur. Il apparait dans l’avant-dernier
vers : je crois.
- Qui parle dans le second ? Identifier l’étoile de mer. Comment aurait-
on pu montrer qu’un personnage prend la parole ? Rappeler l’analyse
du texte de lecture : où pourrait mettre un tiret ? : – Au secours…
- Quel moment de la comptine est représenté dans l’illustration ?

1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels tu entends


Rechercher le le son /wa/ comme dans étoile.
son
- Pour chaque mot trouvé, 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
chercher immédiatement bois noire étoile
- analyser les
le nombre de syllabes : proie oiseau voyage
mots en syllabes les frapper, ou les compter
sur les doigts, ou les tracer froid poisson
sur l’ardoise à mesure. noie
- Inscrire le mot dans le tableau. soie
- Représenter chaque syllabe doigts
par une vague. crois
- Rechercher oralement d’autres
mots qui contiennent le son /wa/.
Les découper en syllabes. Les inscrire dans le tableau.

2. Continue ton tableau :


- discriminer le
son à l’intérieur - Marquer avec un point 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
de la syllabe. rouge la place du son bois soie noire étoile
dans la syllabe. proie doigts oiseau voyage
- Identifier la syllabe
froid crois poisson
qui contient le son.
- Marquer la place noie
du son.

Observer l’écrit 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes


- Entoure les lettres qui
Identifier la bois soie noire étoile
écrivent le son.
graphie
- Découper exactement proie doigts oiseau voyage
le mot en syllabes par
- analyser la froid crois poisson
des traits verticaux.
relation phonème
- rechercher les lettres noie
– graphème
qui écrivent le son /wa/.
Les entourer. Les épeler.
Chaque élève recopie tous les mots dans son tableau des graphies.
Le y est une façon d’écrire ii : voi ia ge. C’est pourquoi le trait de
séparation entre les syllabes passe au milieu du y.
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
11
Coccinelle CE1 Unité 1

cahier p. 8 Le son /wa/ comme dans étoile

1. Je complète les mots avec les syllabes que l’on me donne.


1. Écouter et
PRÉPARATION ORALE
écrire :
identifier une - Faire lire les syllabes données. Identifier les dessins, les nommer.
syllabe et son Démontrer sur le premier item le travail à faire avant d’écrire :
écriture dire le nom, segmenter les syllabes, lire la syllabe déjà écrite,
prononcer isolément la syllabe à recopier et l’épeler :
un poisson, je dois écrire la syllabe poi : p,o,i.
TRAVAIL INDIVIDUEL
un poisson – une armoire
une ardoise – une poignée
une voile – un croissant
une balançoire – un couloir

2. Distinguer 2. J’écris les deux mots. Il y a une seule lettre de différence


deux mots entre les deux.
proches,
PRÉPARATION ORALE
contrôler leur
écriture - Identifier les dessins, les nommer.
- Les découper en syllabes : mi/ roir ; ti/ roir. Quelle syllabe change ?
- Quelles lettres écrivent mi ? Quelles lettres écrivent ti ?
TRAVAIL INDIVIDUEL
Demander d’écrire un déterminant devant chacun des deux mots.
un miroir - un tiroir

LE MOT MYSTÈRE
Épeler pour J’écris dans la grille le mot qui correspond à chaque dessin.
constituer des PRÉPARATION ORALE
images - Analyser le support : cinq images, chacune devant une ligne.
orthographiques Expliquer le fonctionnement du mot-mystère : on écrit sur chaque ligne
le nom qui correspond au dessin, une lettre par case.
À la fin, les lettres écrites dans la colonne verte formeront un mot.
On le lira de haut en bas, verticalement. La première lettre du mot
mystère sera celle en haut, la dernière lettre celle du bas.
- Observer la première ligne : combien de cases ? 7 cases.
Combien de lettres faut-il pour écrire le mot voiture ? Épeler.
Compter les lettres.
Placer les lettres dans les cases.
TRAVAIL INDIVIDUEL
- Indiquer aux élèves qu’ils peuvent rechercher de l’aide, si nécessaire,
 dans les syllabes de l'exercice 1 (voi, poi),
 dans leur tableau des graphies
voiture – poire – boite – étoile - oiseau

Tous les mots à écrire relèvent de la compétence actuelle des élèves,


dans la mesure où ils disposent de l’aide dont ils peuvent avoir besoin.
LE MOT MYSTÈRE : TROIS
Lire le mot mystère, vérifier qu’on le connait et le comprend,
puis l’écrire.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


12
Coccinelle CE1 Unité 1

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de rentrée (3) livre p. 8

Pour commencer :
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire.
- Puis lecture à haute voix des pages 4 et 6 par l’enseignant.
- Le titre Drôle de rentrée (3) : C’est toujours le même livre, le même chapitre.
Sur cette page, on lit la troisième partie de ce chapitre.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Un chien : on voit sa tête, marron ; longues oreilles ;
1. Qui voit-on ? Que voit-on ? il tire la langue ; yeux grand ouverts ; deux pattes posées
sur une table.
Une table d’écolier : un stylo, une trousse, une règle,
une feuille de papier, un cahier, une pochette de couleur
violette. Si on retourne le livre on lit Ouaf : le mot
commence par une majuscule, c’est peut-être le nom
du chien. Le dossier d’une chaise : on comprend que
le chien est assis à une table d’écolier.

2. Où est-il ? On comprend qu’il est à l’école, mais c’est étonnant


puisque l’on a lu dans le premier épisode de l’histoire
que les animaux sont interdits à l’école.
Observer et interpréter
ANTICIPER Faire le lien avec l’épisode précédent : on a gratté à
3 À votre avis, pourquoi ce chien la porte de la classe. Nous avons fait l’hypothèse d’un
est-il ici ? élève en retard et timide, ou du chat du garçon.
C’était peut-être ce chien qui grattait.
INTERPRÉTER LES ATTITUDES On a l’impression qu’il est attentif, qu’il écoute.
4. Ce chien est-il en train de Le dessinateur a montré des oreilles bien ouvertes.
travailler ? Il regarde droit devant lui, pas ailleurs comme ferait
un élève distrait. Il prend une attitude d’attention, il tire
la langue, comme on fait quelquefois quand on s’applique
beaucoup.

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Que se passe-t-il ce matin dans la classe ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
Quelle réponse le texte apporte-t-il aux questions que nous nous sommes posées ?
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte. N’apporter que l’aide nécessaire
pour qu’il puisse aller au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe, livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes
les différentes énonciations.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


13
Coccinelle CE1 Unité 1

Les points importants


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique

Repérer les À mesure, remarquer le tiret, qui indique la prise de parole.


différents  Premier paragraphe : le narrateur ; la maitresse, le chien puis dans la
locuteurs même phrase le narrateur, la maitresse, le narrateur.
 Deuxième paragraphe : le narrateur.
 Troisième paragraphe : le narrateur ; la maitresse, qui parle aux élèves
puis qui lit la poésie, toujours écrite en italique.
 Quatrième paragraphe : le narrateur ; la maitresse ; le narrateur.

3. Lecture à haute voix des élèves.


Répartir les rôles de lecture paragraphe par paragraphe.
Laisser du temps aux élèves pour préparer leur lecture.

4. Oral collectif de compréhension


1. Pourquoi le garçon pense-t-il que 1. Faire le lien avec ce qui est déjà connu : il sait que la
la maitresse est très myope ? maitresse voit mal parce qu’elle porte de grosses lunettes.
INFÉRENCE À PARTIR DU TEXTE Il pense maintenant qu’elle voit très mal, qu’elle est très
myope, parce qu’elle ne voit même pas que c’est un chien
qui entre, elle lui parle comme à un élève. Et pourtant le
chien n’est pas très loin d’elle !
2. Arguments pour penser que oui :
2. D’après toi, - sur l’illustration un cahier porte son nom.
- le chien s’appelle-t-il vraiment Arguments pour penser que non :
Ouaf ? - Le doute de l’enfant : J’ai pensé que la maitresse était
ARGUMENTER très myope. La maitresse ne voit pas que c’est un chien
qui rentre. Elle pense que l’aboiement ouaf répond à sa
question Comment t’appelles-tu ? que Ouaf est un prénom.
Retour sur l’illustration : C’est peut-être elle qui écrit Ouaf
sur le cahier.
Le chien s’appelle peut-être Ouaf comme le chat s’appelle
Mahou, mais même dans ce cas, un chien ne répond pas
quand on lui demande son nom !

- Ouaf est-il un bon élève ? Retrouver les arguments


Dis pourquoi. - de l’analyse de l’illustration
ARGUMENTER - dans le texte : le texte confirme l’illustration, le chien
s’installe à la table comme pour mieux écouter.

Reprendre la différence entre frapper et gratter. Déduire :


3. Le perroquet a-t-il gratté à la
trois petits coups secs : toc toc toc, donc il a frappé.
porte ou frappé à la porte ?
INFÉRER
Discuter : Avec quelle partie de son corps le perroquet a-t-il
frappé à la porte ?

4. Explique le titre : Drôle de rentrée Chercher des synonymes de Drôle de rentrée :


une rentrée bizarre, étonnante, extraordinaire, surprenante.
Il y a des animaux dans la classe alors qu’ils sont interdits.
Pour le héros de l’histoire, c’est une nouvelle école qui ne
ressemble pas du tout à son ancienne école.
La maitresse est bizarre puisqu’elle ne distingue pas
un enfant d’un animal.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


14
Coccinelle CE1 Unité 1

GRAMMAIRE La phrase
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : définir la phrase par la reconnaissance de ses propriétés
de sens à l’oral. Faire correspondre la majuscule et le point aux limites de la phrase écrite.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les trois phrases du support de la leçon

1. Étudier le support
- Faire le lien avec l’histoire lue. Situer la scène : le moment où le
chien entre en classe. La maitresse s’adresse à lui : on voit une bulle
de parole. Que dit la maitresse ?
Le garçon héros de l’histoire est assis à sa table. Il regarde avec
étonnement. On voit une bulle de pensée (elle est reliée à sa tête par
des petits cercles). Que se dit-il ?
- Jouer la scène à deux.
2. Manipuler
- Écrire au tableau : Tu es en. Est-ce que qu’on comprend ?
Maitresse est très : est-ce qu’on comprend ?
1. Mobiliser la La maitresse est : est-ce qu’on comprend ?
conscience - Discuter : au tableau, on lit des mots les uns à la suite des autres.
syntaxique : On connait tous ces mots, mais la suite de mots n’a pas de sens. On
- on sait si une ne comprend pas ce qu’elle veut dire. Il manque encore des mots. Les
suite de mots phrases ne sont pas finies.
forme ou non une Chercher des manières de compléter ces suites de mots
phrase pour faire des phrases :
- une phrase a du Exemples : Tu es en avance. – Tu es en panne. – Tu es en voiture. –
sens. On la Tu es en classe…
comprend. La maitresse est gentille. La maitresse est grande. La maitresse est
absente. La maitresse est contente…
Conclure : une phrase est une suite de mots qui a du sens.
Quand on parle on fait des phrases, on prononce des suites de mots
qui ont du sens. Celui qui écoute nous comprend.
2. Identifier les 3. Réfléchir avec les questions du livre
limites de la 1. Sur le dessin, la maitresse dit deux phrases.
phrase écrite Comment commence la première phrase ? Comment finit-elle ?
- dans le support Dire aux élèves : quand vous entendez une suite de mots, vous
de la leçon savez que c’est une phrase. Et quand ces mots sont écrits ?
Observer les deux phrases au tableau.
Les élèves seront sans doute d’abord attentifs aux premier et dernier
mots : elle commence par Tu, elle finit par retard.
Attirer leur attention sur :
- l’écriture de Tu : T majuscule. L’entourer ou le repasser en couleur.
- le signe après retard. Il termine la phrase. L’entourer.
Donner son nom et l’écrire au tableau : point d’exclamation.
- dans le texte
Rechercher dans le texte de la p. 8 d’autres phrases qui ressemblent
à la première phrase de la maitresse :
Eh bien, va vite t’asseoir, Ouaf !
Se poser les questions sur lesquelles on vient de réfléchir :
- Est-ce que cette suite de mots veut dire quelque chose ?
Est-ce qu’elle a du sens ? Oui. On comprend ce qu’elle veut dire
quand on lit le texte.
- Comment commence-t-elle ? Comment finit-elle ? Majuscule et point
d’exclamation. C’est bien une phrase.
- Très bien ! Se poser les mêmes questions. C’est bien une phrase.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


15
Coccinelle CE1 Unité 1

La différence entre phrase verbale et non-verbale sera faite plus tard dans la
scolarité. Au CE1, ce qui importe, c’est la notion de phrase comme unité de
sens pourvue de ses limites à l‘écrit.
- Reprenons ! Mêmes questions.
- Là, on a entendu trois petits coups secs : toc toc toc !
Mêmes questions.
Comment commence la seconde phrase ? Comment finit-elle ?
Même travail pour Comment t’appelles-tu ? Donner et écrire le nom du
point : point d’interrogation.
Observer le passage de la première à la seconde phrase : après un
point, une nouvelle phrase commence. Elle commence toujours par
une majuscule. Après un point, on écrit toujours une majuscule.
Rechercher dans le texte de la p. 8 d’autres phrases qui ressemblent à
celle-ci :
- Oui ?
- Qu’est-ce que c’est ? Se poser les mêmes questions que pour
la première phrase.
2. Combien de phrases dit le garçon ? Justifie ta réponse.
3. Distinguer - Entourer la majuscule au début de l’énoncé : La. Où la phrase se
ligne et phrase termine-t-elle ? Pour terminer une phrase, il faut un signe après le
- dans le support dernier mot. Entourer ce signe. Le nommer et écrire au tableau : point.
de la leçon - Conclure : le garçon dit une seule phrase. Elle commence par une
majuscule et se termine par un point. Elle est écrite sur deux lignes.
- Rechercher dans le texte de la page 8
- dans le texte a) une phrase qui se termine par un point, écrite sur une seule ligne :
La porte s’est ouverte, et un chien est rentré.
Ouaf ! a fait le chien.
Si la question se pose, indiquer qu’ici le point d’exclamation ne sert pas
à terminer une phrase, mais à marquer que le chien aboie fort.
Après ce point d’exclamation il n’y a pas de majuscule, donc la phrase
n’est pas terminée.
J’ai pensé que la maitresse était très myope.
La porte s’est ouverte, et un perroquet est entré.
b) une phrase terminée par un point, écrite sur plusieurs lignes.
Ouaf s’est assis… pour mieux écouter.

4. Identifier les 3. Combien de points différents vois-tu dans ces bulles ?


points - Observer les trois noms des signes de ponctuation écrits au tableau :
on remarque qu’ils contiennent tous le mot point. Tous ces signes
s’appellent des points. Dans les bulles, il y a trois points différents.
Annoncer qu’on apprendra à bien connaître les différents points
dans la prochaine leçon.
Récapituler ce que l’on a appris :
- La phrase est une suite de mots qui a du sens. Quand on parle on fait
des phrases.
- À l’écrit, la phrase commence par une majuscule et se termine
par un point.
- Il y a des points différents.

Lire la rubrique Je retiens.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


16
Coccinelle CE1 Unité 1

Exercices Livre p. 9
1. Combien de phrases y a-t-il dans ce texte ?
1.2. Combien de points ?
Reconnaitre - Orienter l’attention : quand on doit reconnaitre une phrase, que
les limites de faut-il chercher ? Reformuler la règle majuscule – point.
la phrase - Lecture silencieuse. Laisser les élèves chercher.
- Correction collective : il y a cinq phrases, cinq points.
Un point pour finir chaque phrase.
Demander à chaque élève de lire une phrase.
Donner le début d’une phrase, demander par quel mot
elle se termine.
Donner la fin d’une phrase, demander par quel mot
elle commence.
Donner le début et la fin d’une phrase. Demander à un élève
de lire la phrase entière.
Demander de lire la première phrase, la dernière phrase.

2. Je sépare les phrases par //.


- Lecture silencieuse du texte, puis lecture à haute voix.
- Rappeler le nom des points du texte.
- Travail individuel : les élèves copient le texte et le découpent.
- Correction individuelle.
Sylvia est sportive.// Elle court vite sur 100 mètres ! //Demain, elle participe
à un championnat cadet. // Nous espérons tous qu’elle gagnera ! //

3. J’ajoute les majuscules et les points, puis je lis les phrases.


3. Contrôler - Observer l’exercice. Les phrases sont séparées par des //.
l’écriture des Combien y a-t-il de phrases ?
limites de la - Lecture à haute voix. S’arrêter un peu longuement à la fin
phrase de chaque phrase.
- Travail individuel : les élèves copient le texte.
- Correction collective : justifier chaque majuscule et point : C’est le
début de la phrase ou c’est une nouvelle phrase. J’écris une majuscule
au début du premier mot.
C’est la fin de la phrase. J’écris un point. Après le point,
je n’oublie pas de recommencer avec une majuscule, etc.
Dans cet exercice, le point simple suffit.
Si des élèves proposent des points d’exclamation à la fin des deux dernières
phrases, valider et leur demander de lire ces phrases à haute voix. Annoncer
que l’on continuera ce travail à la prochaine leçon.

Cahier p. 10
Lire et compléter la règle.
Présenter le travail : on retrouve la règle du livre, on doit écrire
un exemple pour cette règle.
Les élèves proposent des phrases. L’enseignant les écrit au tableau.
Il commente ce qu’il fait : Je commence la phrase : j’écris une
majuscule. Je finis la phrase : je mets un point.
On peut ensuite :
- soit choisir une phrase commune à toute la classe ;
- soit laisser aux élèves le choix de recopier une des phrases
au tableau.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


17
Coccinelle CE1 Unité 1

1. Je sépare les phrases par un double trait //.


Je m’appelle Lola, mais tout le monde m’appelle Drôla. // Vous voulez peut-être
1. Reconnaitre les savoir pourquoi. // Je suis la championne des histoires
limites de la drôles. // Tous les soirs, j’invente une nouvelle histoire pour faire rire mes
phrase. Distinguer parents. //
début de phrase Même s’il n’y a pas d’erreur, discuter sur le nom propre. Drôla ne commence
et nom propre pas une phrase. Avant Drôla, la phrase n’est pas finie.
Il n’y a pas de point et si on s’arrête à Drôla quand on lit, cela n’a pas de sens.
Drôla est un nom propre qui fait partie de la phrase.
Quand un mot commence par une majuscule, cela ne veut pas forcément dire
qu’il commence une phrase. À l’intérieur d’un texte, s’il n’y a pas un point
avant la majuscule, un point qui indique que la phrase précédente est finie,
le mot avec une majuscule fait partie de la phrase.

2. Je lis le texte.
Je compte le nombre de lignes, le nombre de phrases.
2. Distinguer 2 lignes. 4 phrases.
phrase et ligne Correction : Demander aux élèves de justifier leur réponse.
Demander de lire : la première phrase ; la dernière phrase ; la phrase
qui se termine par pommes ; une phrase qui commence par Elle ;
la phrase de quatre mots, etc.
3. Sur chaque ligne il y a deux phrases qui se suivent.
Je les sépare et je les recopie.
3. Faire la
synthèse des 1. Tous les élèves ont une responsabilité. Léa essuie le tableau.
2. Je ramasse les cahiers. Ma voisine compte les absents.
connaissances
3. Nous sortons de classe. Nous suivons les chefs de rangs.
sur la phrase :
Correction :
sens et limites à
au tableau : reproduire les lignes du livre.
l’écrit.
au TBI : afficher l’exercice
- Les élèves proposent les phrases oralement. Pour chaque proposition,
demander si on peut le dire, si on le comprend. Une fois l’accord
obtenu, séparer les phrases par un double trait //.
- Constater que, si on écrit sans mettre les majuscules et les points,
c’est difficile de comprendre : on ne sait pas bien où les phrases
commencent et finissent.
- Ajouter les majuscules et les points.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


18
Coccinelle CE1 Unité 1

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle d’élèves (1) livre p. 10

Pour commencer :
- Le titre Drôle d’élèves (1) : C’est le titre du nouveau chapitre. C’est toujours le même livre.
Sur cette page, on lit la première partie de ce deuxième chapitre.
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire. Y a-t-il déjà eu
de drôles d’élèves ?

1. Observer, décrire et interpréter les illustrations. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Un perroquet qui vole : bec crochu ; plusieurs couleurs ;
1. Qui voit-on ? Que voit-on ? on voit un sac d’écolier, une règle qui dépasse. On a
Que font les personnages ? l’impression qu’il va vite : grand battement d’ailes, et même
il perd des plumes : peut-être parce qu’il était en retard ?
l’école vue de l’extérieur : de la rue puisque l’on voit
le mot ÉCOLE écrit presqu’en entier sur une porte.
Par la fenêtre on voit la maitresse et un animal avec
de grandes oreilles, sans doute un âne.
Il porte des lunettes. La maitresse lui parle.
Avec le sac d’écolier du perroquet et les lunettes de l’âne,
on comprend que ces animaux sont vraiment des écoliers.

Observer et interpréter Faire le lien avec les épisodes précédents :


ANTICIPER On savait déjà qu’un perroquet était arrivé dans la classe,
2 À votre avis, pourquoi l’âne en retard.
est-il ici ? Avant lui un chien était arrivé en classe, déjà en retard.
Maintenant on voit un âne : l’âne vient peut-être lui aussi
à l’école ; dans ce cas il est lui aussi en retard, comme
le chien et le perroquet.

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Que se passe-t-il maintenant dans la classe ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
Quelle réponse le texte apporte-t-il aux questions que nous nous sommes posées ?
- On sait que l’âne vient à l’école.
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte. N’apporter que l’aide nécessaire pour qu’il puisse aller
au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe, livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Les points importants


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


19
Coccinelle CE1 Unité 1

Repérer les À mesure, remarquer le tiret, qui indique la prise de parole.


différents - 1er paragraphe : le narrateur ; la maitresse ; le perroquet puis dans
locuteurs la même phrase le narrateur ; la maitresse ; le narrateur ; la maitresse
qui lit la poésie (en italique)
- 2e paragraphe : le narrateur ; la maitresse puis dans la même phrase
le narrateur, puis à nouveau la maitresse ; le narrateur ; la maitresse ;
l’âne puis dans la même phrase le narrateur ; la maitresse.

Faire le lien Lire en réalisant les indications d’intonation : cogné (boum boum boum) ;
entre texte et crié (Oui ?) ; s’est exclamée (Tu es vraiment … t’appelles-tu ?). On sait
intonation à la fin que l’âne crie fort, le réaliser aussi dans la lecture de Hi han !
Discuter avec les élèves de ces intonations : rechercher leur justification
dans le texte : cogné ; crié ; s’est exclamée ; ne crie pas si fort.

3. Lecture à haute voix des élèves.


Répartir les rôles de lecture paragraphe par paragraphe.
Laisser du temps aux élèves pour préparer leur lecture.
4. Oral collectif de compréhension
1. Que fait le perroquet quand 1. Il répond à la maitresse. Il ne fait pas exactement
il entre en classe ? ce qu’elle lui demande : il ne s’assied pas, il se perche
RECHERCHER DES INFORMATIONS sur une table. Mais, comme le chien, il prend une attitude
EXPLICITES d’attention : il penche la tête comme pour mieux écouter.
REFORMULER

2. Retrouve p. 6, p. 8 et sur cette 2. Rechercher la poésie dans les trois pages. C’est le texte
page la poésie que la maitresse en italique.
veut lire aux élèves. Lire les trois états de la poésie et comparer : à chaque fois
Que se passe-t-il ? il y a un vers de moins. Elle est interrompue chaque fois
ANALYSER ET ÉTABLIR DES par l’arrivée d’un nouvel animal, et chaque fois plus tôt :
RELATIONS DE CAUSE A EFFET elle a de moins en moins le temps de lire.

3. Relève les mots qui font L’âne fait beaucoup de bruit :


comprendre - cogner, c’est frapper très fort. Cogner très fort, c’est faire
- que l’âne fait beaucoup de bruit encore plus de bruit que simplement cogner.
- que la maitresse commence à - boum, boum, boum : onomatopée qui s’utilise pour signifier
s’énerver un fruit très fort
RECHERCHER DES INFORMATIONS Discuter : avec quelle partie du corps l’âne frappe-t-il à la
EXPLICITES
porte ? Sans doute avec ses sabots : il donne des coups
de sabots, ce qui fait beaucoup de bruit.
- La maitresse lui dit : ne crie pas si fort.
La maitresse commence à s’énerver.
- elle s’exclame : elle dit d’une voix très forte. Elle ne l’a pas
fait pour l’arrivée du chien ni du perroquet.
- je ne suis pas sourde : elle n’est pas vraiment en colère,
mais elle commence à s’impatienter.
Discuter pourquoi la maitresse s’énerve.
Elle est tout le temps interrompue par des retardataires.
Elle ne peut pas aller au bout de sa poésie. L’âne arrive
le plus tard, et fait plus de bruit que les autres, alors
la maitresse commence à s’énerver sur lui.

4. Pourquoi l’âne doit-il aller La maitresse donne les deux raisons :


s’asseoir au fond de la classe ? - il est grand
RECHERCHER DES INFORMATIONS - il n’y a plus de place devant.
EXPLICITES

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


20
Coccinelle CE1 Unité 1

CONJUGAISON le passé, le présent, le futur


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : nommer et définir les catégories du temps.
1. Activité orale
Prendre - Qu’est-ce que nous avons fait hier en classe ? (Choisir un moment
conscience que précis, marquant, de la journée).
l’on sait parler du Si nécessaire, corriger les réponses des élèves qui présentent
passé, du des erreurs de temps de conjugaison (On plante des graines dans
présent, du futur des petits pots  On a planté…). Noter les réponses au tableau
les unes sous les autres.
- Qu’est-ce que tu as fait hier soir ? (Poser la question à quelques
élèves). Noter les réponses au tableau dans la même colonne.
- Qu’est-ce que nous ferons … (cet après-midi, demain, lundi
prochain… Choisir des moments importants de la vie de la classe).
Noter les réponses au tableau dans une autre colonne.
- Qu’est-ce que tu feras ce soir ? (Poser la question à quelques
élèves). Noter les réponses au tableau dans la même colonne.
- Écrire dans une nouvelle colonne :
Nous sommes en classe.
Nous parlons ensemble.
La maitresse pose des questions.
Les élèves répondent.
- Catégoriser les trois colonnes : laquelle nous fait comprendre
que c’est passé, c’est fini ? Quelle colonne nous fait comprendre
qu’on parle de ce qui se passe en ce moment ? Quelle colonne
nous fait comprendre que ce sera plus tard, que cela va arriver,
que cela se passera après ?

2. La situation d’apprentissage
Identifier - Sur le livre ou au TBI : décrire les deux photos du support.
sémantiquement 1. des enfants. Ils se promènent sur un chemin dans une forêt. Ils sont
le passé, le accompagnés par des grandes personnes. Ils portent des sacs.
présent, le futur Ils ramassent sans doute des choses dans la forêt.
dans un texte 2. deux enfants assis à une table. Ils sont peut-être à l’école.
narratif bref Devant eux, sur la table, on voit des feuilles d’arbres jaunes.
Le garçon tient une feuille. Ils parlent.
- Lire les textes. Dans quelle colonne de l’activité précédente
les place-t-on ? Lequel parle de quelque chose qui est passé ? Etc.
Justifier : on a ramassé les feuilles avant de les rapporter en classe. On
a d’abord pris des photos, maintenant on les met en ordre.
On comprend que maintenant les enfants sont en train de tout préparer
pour faire plus tard une exposition.
3. Lire le Je retiens.
Demander aux élèves de venir mettre les mots passé, présent,
futur, en tête des colonnes au tableau.
Identifier le Exercices livre p. 11.
passé, le présent, 1. Pour chaque phrase, je dis si elle parle du passé, du présent
le futur ou du futur.
1. à partir de sa - Lire et commenter les groupes de phrases. Avec les tirets au début
compétence de chaque ligne, on comprend que ce sont deux personnes qui se
orale parlent. Les élèves les lisent à haute voix par groupes de deux.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


21
Coccinelle CE1 Unité 1

Réaliser l’exercice à deux, en appui sur l’oral : qui parle


du passé ? du présent ? du futur ?
Tramé bleu : passé – présent
Tramé jaune : présent – futur
Tramé vert : passé – futur
Tramé rose : présent – passé – présent
Correction : pour vérifier, faire varier le verbe
Si je dis Est-ce que tu aimes ton livre ? est-ce que je parle encore
du passé ? Si je dis Je te le prêterai est-ce que cela veut dire que
c’est maintenant ou plus tard ?
Cette manipulation anticipe sur la future leçon de conjugaison
et la prépare.

2.3. dans un texte 2. Je recopie la phrase qui parle du présent.


narratif bref La voiture s’arrête au feu rouge.
3. Je recopie la phrase qui parle du futur.
Elle viendra bientôt nous voir.

Cahier p. 11

Lire et compléter la règle.


Rappeler le travail à faire dans cet encadré : on retrouve la règle
du livre, on doit écrire un exemple pour cette règle.
Lire et catégoriser les trois phrases. Les élèves reportent les mots
passé, présent, futur.
Je mange à la cantine : présent – J’ai mangé à la cantine : passé
Je mangerai à la cantine : futur

1. Je classe les phrases dans le tableau.


J’écris le numéro des phrases.
- Observer l’exercice : Il se compose de 7 phrases numérotées.
- Lire les phrases : elles forment un texte. Demander aux élèves
de dire avec leurs mots ce qu’ils ont compris de ce texte.
- Observer le tableau : il faut chercher si les phrases parlent du
passé, du présent ou du futur.
- Commencer le travail collectivement pour la première phrase.
Passé : 1, 2, 3, 4. – Présent : 5, 6 – Futur : 7

2. Je recopie les phrases dans l’ordre : passé, présent futur.


Si certains élèves ont du mal à manipuler les phrases dans leur
tête, l’enseignant peut leur proposer les phrases découpées
- Lire les quatre phrases. Imaginer la situation. Répondre
collectivement à la question : Comment cette histoire
commence-t-elle ?
- Travail individuel.
- Correction : Deux solutions pour le présent.
Le directeur a décidé de construire une nouvelle classe.
Les travaux avancent vite. On voit déjà les murs et le toit.
ou On voit déjà les murs et le toit. Les travaux avancent vite.
La nouvelle classe ouvrira l’an prochain.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


22
Coccinelle CE1 Unité 1

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle d’élèves (2) livre p. 12

Pour commencer :
Les élèves récapitulent l’histoire. Puis l’enseignant relit les quatre premiers épisodes.
1. Observer, décrire et interpréter les illustrations. Sur le livre ou le TBI.
Observer et décrire Le héros de l’histoire et son chat. Il est sur le chemin
ANALYSER ET NOMMER de l’école, on ne sait pas s’il y va ou s’il en revient.
1. Qui sont les personnages ? Il porte son sac sur le dos : c’est le même cartable que
Que font-ils ? page 6 mais il n’a pas la même couleur. Son chat est
à l’intérieur. On sait depuis le début qu’il souhaiterait
emmener son chat à l’école. Il a peut-être décidé de le
faire puisque d’autres animaux vont à l’école. Mais ces
animaux y sont allés seuls. Une illustration montre même
le perroquet emportant son sac de classe. Ici le chat ne va
pas à l’école tout seul, c’est le garçon qui l’emmène.
Au bord du chemin il y a de l’herbe. On voit un petit oiseau
bleu : il regarde en sens inverse.
Ils passent le long d’un mur couvert d’affiches. Celle que
l’on voit le mieux annonce le spectacle d’un guitariste.

Comparer les dessins du garçon et de son chat page 6


Observer et interpréter et page 12. Tout s’inverse :
ASSOCIER DES ATTITUDES, - c’est lui qui a les yeux fermés et le chat les yeux grand
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES ouverts
2. Le garçon a-t-il l’air gai, triste, - il n’a plus la bouche triste, mais souriante
inquiet, joueur, fâché… ? - il n’a plus l’air inquiet, c’est le chat qui semble curieux de
savoir ce qui lui arrive.
Discuter : comment expliquer ces changements ?

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Qu’arrive-t-il au garçon dans cet épisode ? Que comprend-il ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.

Texte entier, livre ouvert.


Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte. N’apporter que l’aide nécessaire pour qu’il puisse aller
au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe, livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Les points importants


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties
mots difficiles de phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


23
Coccinelle CE1 Unité 1

Repérer les Ici, seulement deux : le héros et la maitresse :


différents - « Tu as une journée de retard …t’asseoir ! »
locuteurs - Une fourmi de dix-huit mètres…
Remarquer les guillemets : autre façon d’introduire la prise de parole.
Les premiers guillemets : le garçon se parle à lui-même.
Les seconds guillemets : la maitresse parle.

3. Lecture à haute voix des élèves.


Répartir les rôles de lecture paragraphe par paragraphe.
Laisser du temps aux élèves pour préparer leur lecture.

4. Oral collectif de compréhension


1. Pourquoi le garçon pense-t-il 1. Il pense que, comme la maitresse est très myope, elle
qu’il pourra peut-être amener son prendra Mahou pour un élève, comme cela s’est déjà
chat à l’école ? passé avec les autres animaux.
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE Mais il dit « peut-être » :
- il n’est pas sûr que la maitresse continuera d’accepter :
elle avait commencé à s’énerver
- il n’y a plus de place devant, or le chat est tout petit : est-
ce que la maitresse voudra bien le faire asseoir derrière ?
- peut-être la maitresse aura-t-elle compris qu’elle
a confondu des animaux avec des élèves, et qu’elle ne
les acceptera plus.

2. Quand la sonnerie retentit, 2. Il n’y va pas :


le garçon va-t-il en récréation ? - ni en rêve (il entend juste la sonnerie)
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE - ni en réalité : il doit se réveiller et se lever.

3. Pourquoi le garçon est-il sûr 3. Pourquoi est-il sûr ?


d’avoir rêvé ? Raconte son rêve. - Identifier la réponse qu’apporte le texte : C’était mon réveil
RECHERCHER DES INFORMATIONS qui sonnait, et non pas la sonnerie de la récréation.
EXPLICITES - Demander aux élèves d’imaginer qu’ils sont à la place du
MOBILISER LE VOCABULAIRE DU garçon : qu’est-ce qui peut encore lui faire comprendre qu’il
RÉVEIL a rêvé ?
Vocabulaire susceptible d’intervenir : la lumière du jour,
le lit, la chambre, la maman qui appelle ou vient réveiller,
le cartable prêt à partir à l’école, les miaulements du chat
etc.
Raconter son rêve :
- Ce n’est pas raconter toute l’histoire : le rêve commence,
quand le garçon arrive à l’école le jour de la rentrée,
page 6 et non page 4.
- Inviter les élèves à raconter chacun à sa façon. Ne pas
rechercher la production de tous les détails du texte.
Mettre un sablier-minute : on ne devra pas raconter plus
de temps. Premier écoulement : les élèves pensent
à ce qu’ils vont dire. Écoulements suivants : ils racontent,
chacun à leur tour.
4. À ton avis, pourquoi a-t-il fait
ce rêve ? 4. Avant de s’endormir, il était inquiet, il voulait aller
INTERPRÉTER à l’école avec son chat pour ne pas être seul sans copain.
Il a rêvé d’une école où il pourrait réaliser son désir,
où il pourrait amener son chat.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


24
Coccinelle CE1 Unité 1

VOCABULAIRE Des mots pour le passé, le présent, le futur


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : consolider l’expression du temps à l’oral dans le contexte de
la vie quotidienne ; situer les catégories du temps dans différents repères (journée, semaine,
mois).
MATÉRIEL : l’emploi du temps de la classe reproduit en grand au tableau.
TBI ou trois grandes bandes à afficher au tableau avec les emplois du temps
du livre. Matériel de l’unité, p. 478
DURÉE : 2 x 20 minutes pour la leçon ; 30 minutes pour les exercices.

Situer présent, 1. Pour commencer


passé, futur dans - Afficher l’emploi du temps de la classe.
le repère familier Situer le moment où l’on parle. Poser des questions sur les activités
a) de l’emploi passées (Qu’avons-nous fait à …heures ? À quel moment avons-nous
du temps d’une fait…) et à venir (Que ferons-nous à …. ? À quel moment de la
journée de classe journée ferons-nous… ?)
- Colorier sur l’emploi du temps de la classe et pour le moment
présent les zones passé, présent, futur.

2. Sur le livre, ou les emplois du temps affichés au tableau, ou au


TBI
1. L’emploi du temps du jour
- Le présenter. C’est l’emploi du temps d’une autre classe. Le situer
par rapport au moment présent de la leçon : Il est … heures. Nous,
nous sommes en train de faire une leçon de vocabulaire. Et dans
cette classe, que font-ils ?
- Imaginer que l’on est dans cette classe et qu’il est 10 h du matin.
Que fait-on en ce moment ? Demander aux élèves de donner la
réponse de plusieurs façons et d’utiliser les mots maintenant… ; en ce
Introduire le moment…
lexique du Exemple : Maintenant, c’est la récréation.
repérage dans le Maintenant, je vais (on va) en récréation.
temps proche En ce moment, je joue (on joue) dans la cour.
En ce moment, je descends (on descend) en récréation…
- Au tableau, demander aux élèves de venir montrer ce qui s’est
passé avant. Le colorier (surligner, tramer…). Demander ensuite de
dire de plusieurs façons ce qu’ils ont fait avant. On utilisera les mots
Ce matin… Avant… et on fera le plus possible des phrases avec je.
Exemples : Ce matin, j’ai récité la poésie.
Avant, j’ai récité la poésie à 8 h 30 et puis on a fait des
mathématiques.
Ce matin, j’ai commencé par copier ma poésie et puis j’ai
fait des opérations, etc.
Si le mot après apparait pour situer la seconde activité par rapport à la
première, (Ce matin, on a commencé par la poésie, et après on, a fait des
mathématiques) ne pas relever. C’est un excellent usage de ces expressions
de temps, qui sont toutes relatives ; cela montre que les élèves ont déjà une
bonne maitrise de la langue orale. Si les élèves le remarquent, expliquer :
Quand on parle d’avant, on parle de plusieurs choses, de plusieurs moments.
On peut dire après, pour faire comprendre que les mathématiques, c’était la
seconde activité, celle qui est venue après la poésie. Mais on est toujours en
train de parler de ce qui s’est passé avant 10 heures.
- Faire le même travail pour ce que je ferai après.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


25
Coccinelle CE1 Unité 1

2. Les activités de la semaine


b) de l’emploi Même déroulement que pour l’emploi du temps de la journée.
du temps des - Situer le jour d’origine dans la classe : aujourd’hui nous sommes…
activités Repérer les rapports entre les jours : hier, nous étions… ; avant-hier
régulières d’une ou il y a deux jours, demain, après-demain ou dans deux jours.
semaine de
- Sur l’emploi du temps du livre :
classe
situer le jour d’origine : nous sommes mardi.
Demander aux élèves de donner, le plus possible, des réponses
avec je et d’utiliser soit les noms des jours, soit les expressions
de temps données. Chercher à varier les formulations.
Introduire les Exemple : Aujourd’hui, je vais à la bibliothèque.
termes Aujourd’hui, je choisis un nouveau livre à la bibliothèque.
relationnels de Aujourd’hui, je rends mon livre à la bibliothèque.
temps entre les Mais aussi : Aujourd’hui, c’est le jour de la bibliothèque.
jours de la Ou encore : Aujourd’hui, nous allons (on va) à la bibliothèque. Etc.
semaine
3. Les activités du mois
c) des activités Même déroulement. Utiliser un calendrier de la classe si
exceptionnelles des évènement importants ont déjà eu lieu ou sont prévus.
de la classe ou Introduire les repérages temporels : cette semaine, la semaine
de l’école dernière, la semaine prochaine.
Introduire le Repérer sur le tableau Les activités du mois de septembre
lexique du temps la semaine d’origine.
lointain Demander aux élèves d’utiliser dans leurs réponses les expressions
de temps données. Chercher à varier le plus possible les formulations.
Présenter le Je retiens.
- Lire les colonnes : retrouver les mots que l’on a utilisés,
et d’autres mots possibles pour dire le temps.
- Présenter l’usage du tableau : on sait déjà utiliser beaucoup de
ces mots quand on parle. il ne s’agit pas de les apprendre tous par
cœur. On utilisera ce tableau quand on aura besoin de trouver un mot
juste.
Cahier p. 12.
On retrouve le tableau du livre. Il n’y a rien à compléter.
1. Je complète le début de la phrase pour dire à quel moment
cela se passe.
1. 2. Choisir une
- Oral collectif : lire les phrases. Les situer dans le temps.
expression du
Pour les deux premiers couples de phrases, demander aux élèves
temps cohérente
de proposer plusieurs débuts choisis dans le tableau du haut de la
avec un contexte.
page. Juger les propositions : toutes ne sont pas possibles du point
de vue du sens. Ainsi, il serait bizarre de dire Hier, je ne savais pas
encore lire. Aujourd’hui je sais lire : on n’apprend pas à lire en un jour.
- Travail individuel pour les deux derniers couples de phrases.
Couple 1 : avant, l’année dernière, il y a un an – aujourd’hui, cette année,
maintenant.
Couple 2 : hier, avant-hier – aujourd’hui, maintenant, en ce moment
Couple 3 : hier, avant-hier, il y a … jours, la semaine dernière, le mois
dernier – bientôt, plus tard, l’année prochaine
Couple 4 : autrefois, il y a longtemps, il y a deux siècles – dans l’avenir,
bientôt
2. J’écris un mot ou une expression pour répondre à la question
quand ?
Correction : les réponses sont-elles plausibles ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


26
Coccinelle CE1 Unité 1

UNITÉ 1
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


27
Coccinelle CE1 Unité 1

Dans le cahier : l’oral et la poésie


Oral La rentrée, mon chat et moi Cahier p. 4
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : utiliser le lexique du texte de lecture.
Réactiver le lexique de la rentrée, de la chambre, des sentiments.
MATÉRIEL : cahier p. 4 ou projection de la page au TBI
Lire le début de la consigne : Je fais connaissance.
Que veut dire faire connaissance ? Quand on le rencontre pour la première fois, on ne sait
encore rien de lui. On va apprendre qui il est, ce qu’il fait, ce qu’il aime… On fait connaissance.
On connait déjà un peu le garçon du dessin par la lecture. Pour faire connaissance avec lui,
on le rencontre dans sa chambre.
Si on regarde bien le dessin, on va apprendre beaucoup de choses sur ce garçon.
1. Quand l’histoire se passe-t-elle ? À quel moment de sa vie fait-on sa connaissance ?
- un dimanche, le 2 septembre. C’est la veille de la rentrée. Sur le calendrier du mois de
septembre, on voit un post-it qui indique le jour de la rentrée : 3 septembre. Le 3 septembre
est un lundi, le lundi de la rentrée.
- le soir : son réveil indique 20 heures 1 minute. Il fait déjà sombre dans la chambre,
mais on voit encore un peu de lumière par la fenêtre.
2. Où est le garçon ? Il est assis dans son lit, en pyjama, le dos contre son oreiller.
Dans sa chambre, ses affaires sont prêtes pour la rentrée : son cartable est à côté
de sa table de nuit. Ses vêtements sont bien posés sur la chaise. Il va peut-être lire
un peu avant de dormir : on voit un livre sur sa couverture. Ou il a peut-être déjà lu
et il a fermé son livre pour s’endormir.
Il doit aimer la couleur bleue : sa chambre est bleue, son calendrier, son pantalon,
sa couverture et même la couverture de son livre sont bleus.
Il est ordonné : sa chambre est bien rangée. Il n’y a pas de jouets qui trainent.
Il aime son chat : il accepte que le chat monte sur son lit.
Il a l’air triste ou inquiet.
3. D’après toi, à quoi pense-t-il ?
Distinguer ce que l’on peut imaginer et ce que l’on sait par la lecture.
Ce que l’on peut imaginer : il est triste parce que les vacances sont finies.
Ce que l’on sait : il est inquiet parce qu’il va dans une nouvelle école et qu’il n’a pas
de copains. Il a déménagé. Il pense peut-être à ses anciens copains qui vont rentrer aussi
demain. Il aimerait être avec eux. Sa bouche est triste. On dirait qu’il a envie de pleurer.
Il se demande s’il trouvera de nouveaux copains. Il a peur d’être tout seul, de ne pas trouver
d’amis pour jouer à la récréation. Il se demande peut-être aussi comment sera sa maitresse.
Son chat a l’air de le comprendre. Il le regarde gentiment. Il voudrait peut-être le consoler,
mais le garçon regarde ailleurs.
Conclure
Que ne connait-on pas encore de ce garçon et qu’on pourrait lui demander ? son prénom,
sa famille (s’il a des frères, des sœurs), où il habite…
Après la leçon d’oral Je me présente, on pourra revenir à cette situation et jouer à deux
la scène : le garçon arrive à l’école. Un camarade lui pose des questions pour faire connaissance.
Ma boite à mots
L’enseignant choisit les mots à écrire et retenir :
- soit sur le thème : la rentrée, septembre, la veille, le réveil, demain, un copain
- soit sur les émotions : je suis inquiet, je suis triste, j’ai envie de pleurer, j’ai un peu peur,
tout ira bien, ne t’inquiète pas.
- soit sur un son : ici le son /9/ est fréquent dans l’histoire et dans l’illustration : septembre,
la chambre, une lampe, la rentrée, dimanche, les vêtements, un pantalon, s’endormir.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


28
Coccinelle CE1 Unité 1

Oral Je me présente. Je présente quelqu’un Cahier p. 5

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les outils langagiers, les codes et les attitudes
de la communication orale dans la vie quotidienne : se présenter

1. Mini-dialogue
- Bonjour. Je m’appelle Olivia. Et toi, comment t’appelles-tu ?
- Je m’appelle Hélène Musik.
Hélène, c’est mon prénom. Musik, c'est mon nom de famille.
Mes parents m’appellent presque toujours Léna.
- Quel âge as-tu ?
- J’ai bientôt 7 ans. Et toi, tu as quel âge ?
- Moi aussi j’ai 7 ans. Tu es née quand ?
- Je suis née le 12 octobre. Mon anniversaire, c’est dans un mois.
- Moi, je suis née le 4 juillet. Mon anniversaire est déjà passé.
- Où habites-tu ?
- J’habite dans un immeuble, au centre-ville, près de la mairie. Et toi, tu habites où ?
- C’est drôle ! J’habite tout près de chez toi, dans un immeuble, rue du canal.

- Catégoriser les premières questions que l’on pose, les premières informations
que l’on donne pour faire connaissance, pour parler de soi :
ce sont des informations sur l’identité : nom, prénom, âge, date de naissance, adresse.
On retrouve ces informations sur la carte d’identité.
- Faire jouer le dialogue aux élèves deux par deux.
Ils donnent les informations qui leur correspondent.
- Insister sur les deux manières de poser les questions et les faire pratiquer :
 une forme soutenue, la même qu’à l’écrit, mais peu fréquente dans la conversation
quotidienne : Comment t’appelles-tu ? Quel âge as-tu ? Où habites-tu ?
 une forme moins soutenue, la plus fréquente à l’oral : Tu t’appelles comment ?
Tu as quel âge ? Tu habites où ?

2. Les activités du cahier


1. Ils se rencontrent pour la première fois. Que se disent-ils ?
- Identifier les deux situations de communication : qui ? où ? dans quel but ?
 deux écoliers (ils ont leur cartable sur le dos) ; ils sont peut-être dans la rue,
dans une cour, sous un préau décoré ; ils font connaissance.
 une adulte, une dame et un enfant ; la dame est à son bureau devant l’ordinateur.
Il y a des livres sur la table. C’est une bibliothécaire. L’enfant vient s’inscrire à
la bibliothèque. Elle lui pose des questions pour remplir sa fiche sur l’ordinateur.
- Observer les attitudes : les deux enfants, la bibliothécaire et l’enfant se regardent bien
en face. On voit que ces personnages s’écoutent, s’intéressent à ce que l’autre leur dit.
- Lire les données langagières. Elles sont déjà connues des élèves par le mini-dialogue.
- Oral collectif : imaginer les conversations : que peuvent se dire les enfants ? De quels
renseignements la bibliothécaire a-t-elle besoin pour inscrire le garçon et l’aider à choisir
un livre ? Comment peut-elle les demander ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


29
Coccinelle CE1 Unité 1

- Les élèves jouent les scènes deux par deux. L’enseignant


 oriente l’attention de la classe : à la fin, on dira ce qui était bien, et pourquoi, ce qui
était moins bien et pourquoi. Ces remarques doivent servir aux élèves qui passent ensuite
pour améliorer leur scène.
 note les formulations utilisées.
2. Madame Dubois a écrit cette petite affiche. Je présente Madame Dubois.
- Lire l’affiche. Qui l’a écrite ? Pourquoi ?
- Comment madame Dubois se présente-t-elle ? Elle écrit son nom, son âge.
Elle précise qu’elle a trois enfants. Pourquoi donne-t-elle cette précision ? Elle veut faire
savoir qu‘elle a l’habitude des enfants ; elle sait s’occuper d’eux ; peut-être aussi que
les enfants qu’elle gardera auront des copains pour jouer.
Elle donne son adresse. Pourquoi ? Les parents qui veulent faire garder leurs enfants
doivent savoir si elle habite près de chez eux ou loin, si ce sera pratique pour aller chercher
les enfants, etc.
- Revenir à la consigne : Je présente madame Dubois. La présenter, c’est parler d’elle.
- Revenir aux données de l’encadré : posera-t-on les questions ? Non : on ne parle pas
à Mme Dubois, on parle d’elle, on dit qui elle est, ce qu’elle fait, à quelqu’un qui ne la connait
pas. Dira-t-on je m’appelle ? Non. On parle de madame Dubois, on doit dire elle…
- Demander aux élèves de se préparer à présenter Madame Dubois dans leur tête.
Puis quelques-uns présentent oralement.
3. Je remplis la carte d’identité de Mina Lejeu.
- Lire la présentation. Qu’apprend-on de Mina Lejeu ?
- Lire la carte d’identité à remplir.
Quelles informations va-t-on retenir ?
Les élèves soulignent les informations nécessaires pour répondre.
Travail individuel.
Nom : Lejeu
Prénom : Mina
Date de naissance : 26 février 2003
Nom et prénom du père : Lejeu Louis (attention, à l’ordre : nom et prénom, alors que le texte
donne prénom et nom)
Nom et prénom de la mère : Desailes Elena (même chose pour l’ordre)

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


30
Coccinelle CE1 Unité 1

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 7


1. J’écris le nom de chaque enfant qui se présente.
Objectif : construire une image mentale par la synthèse d’informations.
- Observer les quatre dessins. Chercher des ressemblances et les différences :
 ce sont des groupes de trois personnes, on voit des enfants et des plus grands ;
il y a deux groupes de trois garçons, un groupe de trois filles, un groupe avec deux filles
et un garçon. Dans un groupe, il n’y a que des petits ;
trois enfants ont des ballons. Un garçon et une fille ont un chat devant leurs pieds ; une
autre fille a une tête de chat sur sa salopette.
- Lire et commenter la consigne : Vous allez entendre quatre enfants qui se présentent.
Chaque enfant appartient à un groupe. Vous devez retrouver à quel groupe il appartient
et inscrire son prénom sous le groupe.
- Lire les quatre prénoms. Identifier les garçons (Rémi, Pierre) et les filles (Clémentine, Sofia)
- 1re écoute : Orienter l’attention. Écoutez bien jusqu’au bout. Chaque enfant vous donne
plusieurs indices pour vous aider à le trouver. Écrivez avec votre crayon à papier.
- Travail individuel.
- Bonjour, je m’appelle Sofia, j’ai 7 ans, J’ai un frère, une grande sœur et un petit chat.
- Bonjour, je m’appelle Pierre, j’ai 7 ans. J’ai deux frères. J’aime beaucoup jouer au foot.
- Bonjour, je m’appelle Clémentine. J’ai 7 ans. J’ai deux grandes sœurs.
J’aime jouer au ballon avec mes copines.
- Bonjour, je m’appelle Rémi. J’ai 7 ans. J’ai deux frères et un petit chat.
J’aime beaucoup jouer au foot.

Après la première écoute, regarder rapidement en passant dans les rangées ce que les
élèves ont fait. Puis traiter collectivement le premier énoncé. Arrêter l’enregistrement après
chaque information nouvelle.
Bonjour, je m’appelle Sofia. Que cherche-t-on, garçon ou fille ? Fille. Le personnage sera
dans le dessin 2 ou le dessin 4.
J’ai 7 ans. Est-ce que cela nous apporte une information que l’on voit sur les dessins ?
On sait que c’est une petite. Mais cela ne nous aide pas à choisir le bon dessin.
 J’ai un frère, une grande sœur et un petit chat : sur le dessin 4, la fille a une tête de chat
sur sa salopette, mais il n’y a pas de garçon. C’est donc la petite fille du dessin 2. On vérifie :
la grande sœur, le frère et le petit chat à ses pieds.
- 2e écoute. Travail individuel. Si nécessaire, troisième écoute.
- Correction : Reprendre et travailler collectivement les énoncés comme énoncé 1 ci-dessus.
Rémi – Sofia – Pierre - Clémentine

2. J’écoute, puis je remplis la fiche de renseignements.


Objectif : sélectionner des informations orales et les porter à l’écrit.
- Faire le lien avec l’activité 3 p. 5. Lire et commenter les rubriques de la fiche
de renseignements : qu’est-ce que l’adresse ? la profession des parents ?
Je m’appelle Lola Moulin. J’ai 9 ans. J’habite rue de la dune.
Mon papa et ma maman sont marchands de légumes.
- Correction
Nom : Moulin
Rappeler que quand on parle, on dit d’abord son prénom, puis son nom de famille.
Mais sur un document d’identité, on demande souvent le nom de famille d’abord.
Prénom : Lola
Age : 9 ans
Adresse : rue de la dune
Profession des parents : marchands de légumes

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


31
Coccinelle CE1 Unité 1

3. J’écoute les phrases et je coche.


Objectif : développer la sensibilité aux temps verbaux.
- Lire et commenter la consigne : quand vous écoutez quelqu’un, vous savez s’il vous
parle de quelque chose qui est passé, qui est fini, de quelque chose qui va arriver ou de
quelque chose qui se passe en ce moment.
Vous écoutez les phrases et vous vous demandez : est-ce que c’est passé ? Est-ce que
c‘est en ce moment ? Est-ce que ça va arriver plus tard ?
- Observer le tableau : la première colonne, c’est pour cocher la réponse de la phrase 1.
Si on pense que c’est passé, on met une croix dans cette colonne sur la première ligne, etc.

1. Nous avons déménagé pendant les vacances.


2. Demain, j’irai dans une nouvelle école.
3. Je prépare mon cartable.
4. Je me souviens de mes anciens copains.
5. Je suis un peu inquiet.
6. Tout ira bien, tu verras.

- Donner deux écoutes.


- Première écoute : les élèves cochent au crayon à papier.
- Seconde écoute : orienter l’attention vers la vérification.
- Correction : Demander aux élèves s’ils ont reconnu l’histoire lue.
1 2 3 4 5 6
passé x
présent x x x
futur x x

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


32
Coccinelle CE1 Unité 1

Poésie La fourmi Cahier p. 13


- Lecture de la poésie par l’enseignant. On reconnait la poésie que la maitresse de
l’histoire commence à lire et qu’elle n’arrive jamais à terminer.
- Demander aux élèves de quoi parle le poète, ce qu’ils pensent du poème.
- Seconde lecture par l’enseignant : chercher comment la poésie est construite.
- Repérer d’abord le « refrain » : Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
- Troisième lecture : enseignant + élèves. Les élèves lisent tous ensemble Ca n’existe
pas, ça n’existe pas…
- Repérer la répétition une fourmi…, l’organisation en trois groupes de trois vers (Une
fourmi…ça n’existe pas). Faire trois groupes de deux élèves pour lire la poésie :
groupe 1, élève 1 vers 1
élève 2 vers 2
tous ensemble : vers 3
groupe 2, élève 1 vers 4
élève 2 vers 5
tous ensemble : vers 6, etc.
- Discuter le dernier vers : cette fourmi existe-t-elle ou non ? Elle existe dans l’imagination
du poète, du lecteur, de l’illustrateur qui nous montre comment il l’a imaginée.
- Parler sur l’illustration : la tête géante de la fourmi géante ; le chapeau que le dessinateur
a transformé en char avec ses roues, les pingouins et les canards, tiré par une fourmi.
Pourquoi la troisième partie n’est-elle pas illustrée ? On ne peut pas montrer comment la
fourmi parle. On le comprendra dans la dernière activité de la page.
1. J’imagine un animal bizarre et je complète.
- Présenter le travail : on va écrire un petit morceau de poésie, à la manière de Desnos.
Qu’écrira-t-on sur la première ligne ? le nom d’un animal et quelque chose qui montre
qu’il est bizarre. Sur la deuxième ligne : un accessoire, un objet bizarre pour cet animal.
Sur la troisième ligne : on termine comme le poète : ça n’existe pas.
- Soit travail individuel
- Soit activité collective : la moitié des élèves écrivent sur un morceau de papier le nom
d’un animal avec une caractéristique bizarre pour la première ligne ; l’autre moitié écrit
le nom d’un objet pour la deuxième ligne. On recueille les propositions dans deux boites.
Chacun vient ensuite tirer un papier dans chaque boite et écrit à partir de ce qu’il a tiré.
On obtient ainsi des productions beaucoup plus drôles et intéressantes.
Exemple dans une classe : Un renard à lunettes
Avec un casque de pompier
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Une girafe minuscule
Avec un gâteau au chocolat
Ça n’existe pas, ça n’existe pas. Etc.

2. Pour parler javanais, on sépare les voyelles et les consonnes des mots
et on dit av après chaque consonne.
- Rappeler ce que sont les voyelles, les consonnes.
Écrire l’alphabet au tableau. Dire le nom des consonnes, les repasser en rouge.
- Lire l’exemple avec les élèves.
- Faire quelques essais avec des mots de la classe, par exemple :
tableau. Repasser les consonnes en rouge : tableau. Récrire tableau en ajoutant av après
chaque consonne : tavabavlaveau… et lire.
Les élèves peuvent aussi essayer de le faire avec leurs prénoms.
- Présenter l’exercice : On doit faire la même chose avec les deux mots école et voiture.
- Travail individuel. Correction et lecture.
école  écavolave - voiture  vavoitavurave

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


33
Coccinelle CE1 Unité 1

Je raconte Cahier p. 14
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à organiser un récit et à l’enrichir.
MATÉRIEL : cahier p. 14 ou projection de la page au TBI. 12 grandes feuilles de papier
Je donne un prénom à la petite fille. Puis je raconte sa journée.
1. Observer l’ensemble de la page : 9 images.
- On voit la petite fille du début dans toutes les images : c’est une histoire.
Cette petite fille est l’héroïne. Lui donner un prénom.
- C’est bien sa journée. Que montre la première image ? la table du petit-déjeuner.
Que montre la dernière image ? Elle est couchée, son papa lui lit une histoire.
On va raconter ce qu’elle fait pendant toute cette journée.
2. Récit n° 1 : identifier chaque moment de l’histoire : chercher une ou deux phrases
pour chaque image.
Elle prend son petit-déjeuner ; elle arrive à l’école avec sa maman ; elle est en classe, elle écrit ; elle
déjeune à la cantine ; elle est en classe, elle lève le doigt pour parler ; elle sort de l’école, sa maman
est venue la chercher ; elle joue avec des enfants. (L’image suivante fait comprendre qui sont ces
enfants : on les reconnait autour de la table : ce sont son frère et sa sœur) ; ils dinent tous ensemble.
Elle va se coucher.
Récit au présent. L’enseignant prend note de cette trame et, si possible, l’écrit sur de
grandes feuilles de papier, une par image, que l’on complètera au fur et à mesure du travail.
3. Récit n° 2 : intégrer des détails des illustrations dans le récit
Ces ressources lexicales sont des points d’appui pour l’enseignant,
pas des passages obligés pour les élèves.
1. c’est le matin ; en pyjama ; la table ; un bol rempli de céréales, du pain, du beurre,
de la confiture, des tasses, un couteau
2. description des vêtements ; accompagner ; la grille de l’école ; cartable sur le dos ; se dire au
revoir ; retrouver ses camarades d’école ; être à l’école
3. être en classe, être assis à sa table, à son banc ; un voisin ; écrire sur son cahier
4. c’est midi ; la cantine ; une table ronde ; le repas de midi, le déjeuner ; discuter ; manger, boire,
s’essuyer avec une serviette, assiettes, verres, fourchettes, couteaux, pot à eau.
5. c’est l’après-midi ; lever le doigt pour répondre aux questions ou pour demander la parole
6. l’heure de la sortie ; retrouver sa maman ; les parents attendent leurs enfants à la grille
7. retirer ses chaussures à la maison ; jouer ; le frère ; la sœur ; être déguisé ; porter un masque ;
amuser un petit ; jouer à faire peur (avec un dinosaure en peluche), à avoir peur ; sourire, rire
8. c’est le soir ; être à table avec sa famille, le repas du soir ; sa maman, son papa, son frère et sa
sœur ; être gai ; rire ensemble ; discuter
9. c’est l’heure de dormir ; se coucher, être couchée, être au lit ; le doudou ; lire une histoire
Lier les moments, les évènements
Reporter ce récit détaillé sur les grandes feuilles. Au début de chaque feuille, introduire un
connecteur du récit : un indicateur de temps (le matin, à midi, l’après-midi…), ou un
connecteur de temps (ensuite, après), ou un indicateur de lieu (en classe, à la cantine…).
À la fin du travail, relire la totalité du récit.

4. Récit n° 3 : Combler les vides


Lire la consigne du bas de la page : on va imaginer ce que les images ne montrent pas.
- Deux par deux, les élèves imaginent ce qui se passe, puis présentent et partagent leurs idées.
- Remarquer que l’on ne peut pas savoir exactement ce qui s’est passé pour la petite fille.
Mais on peut avoir beaucoup d’idées parce qu’on connait bien la situation : on la vit tous les jours.
Pour bien comprendre une histoire, on se sert toujours de ce qu’on sait, de son expérience.
5. Distribuer les 12 moments (9 vignettes + 3 intervalles) à 12 élèves qui racontent à tour
de rôle. Chacun fait l’articulation (temps, lieu) avec ce qu’a dit le camarade précédent.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


34
Coccinelle CE1 Unité 1

Compréhension La rentrée, mon chat et moi. Cahier p. 15

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : apprendre à vérifier sa compréhension d’un texte


MATÉRIEL : pour chaque élève son livre et son cahier.
DURÉE : 20 minutes

Préparation des élèves. Leur demander de relire la totalité du texte à la maison avant
la séance.
1. Informer les élèves de l’objectif : on va répondre à des questions sur le texte qu’on a lu
et que vous connaissez bien. On discutera de ces questions pour être surs que l’on
comprend tous la même chose.
2. L’enseignant relit le texte entier. Les élèves écoutent livre fermé.
1. J’écris sur la porte le bruit que fait chaque animal.
- Lire la consigne et observer l’illustration : on voit les trois animaux qui sont arrivés en
classe : le chien, le perroquet, l’âne. On se demande : comment ont-ils frappé à la porte ?
Lire les onomatopées : toc toc toc, boum boum boum, grat grat grat. Sont-elles toutes dans le
texte que nous avons lu ? Les élèves peuvent répondre à la question de mémoire : toc toc toc et
boum boum boum sont dans le texte, mais pas grat grat grat. Demander aux élèves d’ouvrir leur
livre et de vérifier.
Quand on a retrouvé ces mots dans le texte, on sait quel animal a fait toc toc toc, quel animal a
fait boum boum boum. Quel animal a fait grat grat grat ? Comment le texte nous permet-il de
répondre : Retrouver « on a gratté à la porte », avant l’arrivée du chien. Remarquer que
« gratter » et grat font entendre les mêmes sons. Dans gratter on entend grat.
- Revenir à la consigne : que doit-on écrire sur les portes ? le bruit que fait l’animal qui est
devant la porte et qui veut entrer.
- Travail individuel. L’évaluation permettra de voir comment les élèves ont tiré profit du travail
collectif.

2. J’entoure le dessin du chien qui correspond à l’histoire.


- Mimer et décrire les trois attitudes du chien.
- à gauche : il est couché sur sa table. Il dort, il n’écoute pas, il ne travaille pas.
- au milieu : il a les deux pattes posées sur la table. Il regarde en l’air. Il rêve, il n’écoute pas.
- à droite : il a les deux pattes posées sur la table, il regarde devant lui, il tire la langue.
- Demander aux élèves de relire seuls le texte p. 8. Leur signaler qu’ils n’ont pas besoin de
tout lire. Ils s’arrêtent quand ils pensent avoir trouvé l’information pour répondre à la question.
- Rappeler la forme que doit prendre la réponse : entourer le dessin
- Travail individuel sur le cahier.

3. J’imagine que le garçon amène son chat à l’école.


- Lire les trois questions de l’exercice.
- Les élèves recherchent deux par deux les parties du texte qui permettent de répondre.
Ils devront justifier leur choix.
Deux parties du texte entrent en concurrence :
- les dialogues entre la maitresse et les nouveaux arrivants p. 8 et 10. Dans ces passages, on
retrouve la structure de l’exercice : que dit la maitresse ? Que répond l’animal ? Que dit
finalement la maitresse ?
- ce qu’imagine le garçon, p. 12 : « Tu as une journée de retard… ». Dans cette page il n’y a pas
de dialogue, seulement ce que dirait la maitresse ; le chat ne répond pas.
- Demander aux élèves de jouer deux par deux le dialogue entre la maitresse et le chat.
- Puis travail individuel. L’enseignant
- signale qu’on peut trouver de l’aide pour écrire dans les dialogues des pages 8 et 10
- apporte de l’aide aux élèves qui écrivent encore difficilement.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


35
Coccinelle CE1 Unité 2

UNITÉ 2
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


36
Coccinelle CE1 Unité 2

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de surprise (1) livre p. 14

Pour commencer :
- Présenter la lecture : c’est le second chapitre de l’histoire. Il comprend cinq épisodes
qu’on lira dans cette unité.
- Le titre Drôle de surprise (1) : C’est le titre du chapitre. Sur cette page, on lit
la première partie de ce chapitre.
- Demander aux élèves de rappeler le début de l’histoire.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Le jeune garçon, héros de l’histoire. On ne connait pas son
1. Qui sont les personnages ? nom. On ne sait pas s’il est habillé ou en pyjama. Son
chat, Mahou.

2. Où sont-ils ? À la table du petit déjeuner, sans doute dans la cuisine.


Le garçon est assis. Le chat est sous la table.
Nommer ce que l’on voit sur la table : céréales, pain,
confiture, bol, tasse, couteau, cuillère.

3. Que font-ils ? Le garçon mange des céréales. Le chat attend sous la


table. Il a aussi son bol de nourriture (en bas à droite),
mais il reste près du garçon.
Observer et interpréter
ASSOCIER DES ATTITUDES, Le garçon a l’air pensif, inquiet d’aller dans sa nouvelle
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES école. Il pense peut-être à son rêve. Le chat le regarde.
4. À votre avis, à quoi pense le Il pense peut-être que son maitre va partir toute la journée.
garçon ? À quoi pense le chat ? Il veut peut-être lui faire comprendre qu’il est inquiet, lui
aussi, ou qu’il comprend que ce n’est pas gai. Il veut peut-
être lui demander quelque chose.

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’illustration qui raconte.
Premiers échanges : Retrouve-t-on ce que l’on avait compris en regardant l’illustration ?
- Qu’apprend-on de plus, que l’illustration ne montre pas ? Il part à l’école. Il voit sa
maitresse.

Texte entier, livre ouvert


Essayez de redire l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte.
N’apporter que l’aide nécessaire pour qu’il puisse aller au bout de son intention de dire.

Paragraphe par paragraphe


Les points importants
Expliquer les mots  Repérer la phrase surlignée. Demander aux élèves ce qu’ils
difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


37
Coccinelle CE1 Unité 2

3. Oral collectif de compréhension


1. À quel moment de la journée est- 1. C’est le matin : je me suis levé, lavé, habillé. J’ai pris
on au début du texte ? Que va-t-il mon petit déjeuner : ce sont les gestes du matin.
se passer d’important ? Le héros va à l’école, c’est le jour de la rentrée.
JUSTIFIER EN PRENANT APPUI SUR Et je suis parti à l’école.
LE TEXTE

2. À ton avis, pourquoi le chat 2. Il n’y a pas de « bonne réponse » à cette question.
reste-t-il tout près du garçon ? Solliciter les élèves pour qu’ils donnent des avis, c’est-à-
COMPRENDRE À PARTIR DE dire des points de vue sur la question.
L’EXPÉRIENCE PERSONNELLE Deux orientations pour l’interprétation :
- le chat veut le soutenir, le réconforter, l’aider à passer ce
moment difficile, lui montrer qu’il le comprend, qu’il peut
compter sur lui…
- le chat espère que le garçon l’emmènera avec lui. Il reste
près de lui pour être sûr qu’il ne partira pas sans lui, qu’il
ne le laissera pas à la maison.

3. Relis ce que le garçon répond 3. Le garçon répond : j’aimerais bien t’emmener, mais je
au chat et dis avec tes mots ce que ne peux pas. Chercher plusieurs formulations de la
le chat demande. question :
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE - Est-ce que je peux (je pourrais) venir avec toi ?
- Est-ce que tu m’emmènes ?
- Est-ce que je peux aller à l’école avec toi ?
- Est-ce que tu veux bien m’emmener à l’école ? Etc.

4. Retourne à la p. 6. Comment était 4. La maitresse du rêve : petite, ronde, avec de grosses


la maitresse du rêve ? Comment est lunettes.
la vraie maitresse ? La vraie maitresse : grande et sans lunettes. On ne sait
COMPARER pas si elle est ronde (grosse) ou mince.
C’est le contraire de la maitresse du rêve : petite/grande ;
avec/sans lunettes.
La page suivante permettra de poursuivre le portrait de la
vraie maitresse. Ici, il faut s’en tenir au texte. On ne peut
rien savoir de plus.
4. Lecture silencieuse des élèves, puis lecture à haute voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


38
Coccinelle CE1 Unité 2

Étude du code Le son /z/ comme dans maison livre p. 15

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /z/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien
- assurer la avec l’illustration.
compréhension 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
de la comptine tu entends le son /z/ comme dans lunettes.
- Pour chaque mot trouvé, 2 syllabes 3 syllabes
Rechercher le chercher immédiatement le
son maison rosée reposent
nombre de syllabes : UU UU UUU
les frapper, ou les compter lézard fusée liseron
– analyser sur les doigts, ou les tracer UU UU UUU
sur l’ardoise à mesure. zigzag oiseau deuxième
- Inscrire le mot dans le tableau. UU UU UUU
- Représenter chaque syllabe posé bizarre
par une vague. UU UUU
- Rechercher oralement cerisier
 un mot du texte p. 14 qui UUU
contient le son /z/.
 d’autres mots qui contiennent le son /z/.
Les découper en syllabes. Les inscrire dans le tableau.
2 syllabes 3 syllabes
2. Continue ton tableau :
maison rosée reposent
- marque avec un point rouge
– discriminer UU UU UUU
la place du son lézard fusée liseron
le son à l’intérieur dans la syllabe.
de la syllabe. UU UU UUU
- Identifier la syllabe qui contient zigzag oiseau deuxième
le son. Marquer la place du son. UU UU UUU
posé bizarre
Observer l’écrit UU UUU
Identifier la cerisier
graphie UUU
- analyser la
relation phonème - Entoure la lettre
– graphème qui écrit le son. 2 syllabes 3 syllabes
maison rosée reposent
- Découper exactement le mot UU UU UUU
lézard fusée liseron
en syllabes par des traits
verticaux. UU UU UUU
zigzag oiseau deuxième
- rechercher la lettre qui écrit le
son /z/. L’entourer. UU UU UUU
posé bizarre
Chaque élève recopie les mots
dans son tableau des graphies. UU UUU
cerisier
Lire les mots de référence. UUU
- Rappeler les lettres voyelles. Dans le tableau de graphies, surligner légèrement au crayon
de couleur les voyelles qui entourent la lettre s.
- Lire les liaisons. Dans le texte p. 12, marquer les liaisons en /z/ : de temps en temps, les
animaux, pas en classe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


39
Coccinelle CE1 Unité 2

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de surprise (2) livre p. 16

Pour commencer :
- Lire le titre : C’est toujours le même livre, le même chapitre.
Sur cette page, on lit la deuxième partie de ce chapitre.
- Demander aux élèves de raconter le début du chapitre Drôle de surprise (1) -
Puis lecture à haute voix de ce début (Drôle de surprise (1)) par l’enseignant.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
1. Qui est le personnage ? C’est la maitresse :
Où est-il ? - On sait déjà qu’elle est grande et qu’elle n’a pas de
ANALYSER ET NOMMER lunettes.
- Elle se tient debout à côté d’un bureau. Sur le bureau, on
voit des étiquettes avec des noms : ce sont sans doute les
étiquettes des élèves de la classe. Lire les étiquettes.
On va peut-être apprendre le nom du héros.
- Elle tient un cahier à la main. Sur la couverture, on peut
lire : carnet de présence.

Observer et interpréter 2. Il n’y a pas de « bonne réponse » à cette question.


ASSOCIER DES ATTITUDES, Solliciter les élèves pour qu’ils donnent des avis, c’est-à-
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES dire des points de vue sur la question.
2. À votre avis, comment cette Éléments d’interprétation :
maitresse sera-t-elle avec ses - elle sourit, mais pas trop, elle parait accueillante, gentille,
élèves ? attentive.
- elle se tient à côté de son bureau. Elle regarde tous les
élèves. Elle n’est pas près d’eux. Elle est peut-être
sévère…

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Comment se passe le début de la journée de classe ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Ouvrez votre livre, je vais relire. Nous discuterons vos réponses après.
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.
Éviter d’intervenir pendant qu’un élève raconte. N’apporter que l’aide nécessaire
pour qu’il puisse aller au bout de son intention de dire.
Paragraphe par paragraphe, livre ouvert ou au TBI.
Les points importants
Expliquer les  Repérer l’expression surlignée. Demander aux élèves ce qu’ils
mots difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


40
Coccinelle CE1 Unité 2

3. Oral collectif de compréhension


1. Comment s’appelle le garçon qui 1. Identifier la phrase du texte qui donne la réponse :
raconte cette histoire ? J’ai tout de suite reconnu la mienne : Damien Legrand.
FAIRE LE LIEN ENTRE TEXTE Vérifier la compréhension de la mienne : mon étiquette
ET ILLUSTRATION Dissocier le prénom, Damien et le nom Legrand.

2. Fais parler la maitresse : que dit- 2. Distinguer :


elle aux enfants pour commencer ? - ce qu’elle dit sans doute, mais qui n’est pas dans le
TRANSFORMER UN DISCOURS texte : elle les salue, elle leur montre la classe…
RAPPORTÉ EN DISCOURS DIRECT
- ce que le texte rapporte : elle a demandé à chaque élève
de venir chercher son étiquette pour la poser sur la table.
Il y a deux possibilités :
 elle s’adresse à toute la classe :
- Venez chercher votre étiquette sur mon bureau et posez-
la sur votre table.
- J’ai préparé des étiquettes. Elles sont sur mon bureau.
Venez chercher votre étiquette et posez-la sur votre table.
Varier les formulations.
 elle fait l’appel (cf. le carnet des présences) et chaque
élève vient à son tour chercher son étiquette.
- Damien Legrand, viens chercher ton étiquette et pose-la
sur ta table.
- Valérie Moreau, viens prendre ton étiquette sur mon
bureau et pose-la sur ta table.
Varier les formulations.

3. Retrouver la partie du texte qui permet de répondre à la


3. Quand on frappe à la porte, question : Au moment où je retournais à ma place…
Damien Avec je retournais, on comprend :
- a-t-il déjà trouvé son étiquette ? - que Damien est allé chercher son étiquette, qu’il l’a
- est-il déjà assis à sa place ? trouvée et qu’il l’a prise ;
DÉGAGER UNE INFORMATION
- qu’il n’est pas encore arrivé à sa place : il y va.
IMPLICITE

4. Retenir les réponses qui tiennent compte de l’ensemble


4. D’après toi, pourquoi le cœur de
du texte depuis son début :
Damien a-t-il battu plus fort ?
INTERPRÉTER
- il a reconnu son rêve : exactement comme dans mon rêve
- il s’est demandé s’il était bien à l’école ou s’il était encore
en train de rêver
- il s’est demandé ce qui allait se passer : il a eu peur de voir
entrer un animal.
- il a peut-être pensé que c’est Mahou qui arrivait et qu’il
allait se faire gronder parce que les animaux n’ont pas le
droit de venir à l’école.

5. Imagine : d’après toi, qui va 5. Inviter les élèves à imaginer vraiment et accepter toutes
ouvrir la porte ? les réponses : dans une histoire, tout peut arriver.

6. Damien est-il encore en train de 6. Revenir aux épisodes précédents. Damien a été réveillé
rêver ? par la sonnerie de son réveil. Il s’est levé, lavé, habillé, il a
pris son petit déjeuner, il est parti pour l’école, il est rentré
en classe. Donc il ne rêve pas. Cela ressemble à son rêve,
mais ce n’est pas un rêve.

4. Lecture à haute voix des élèves.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


41
Coccinelle CE1 Unité 2

Étude du code Le son /o/ comme à la fin de vélo


Le son /O/ comme dans pomme livre p. 17

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies des sons /o/ et /O/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

- Lecture par l’enseignant. Les élèves reformulent ce qu’ils ont compris,


Lire la comptine puis lisent à leur tour.
- assurer la 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels tu entends
compréhension /o/ comme à la fin de vélo
de la comptine 1 syllabe 2 syllabes
ou /O/ comme dans pomme.
coq Léo tortue
- Pour chaque mot trouvé,
Rechercher le U UU UU
chercher immédiatement
son auto phoque
le nombre de syllabes : UU UU
les frapper, ou les compter vélo gâteau
- analyser les
sur les doigts, ou les tracer 3 syllabes UU UU
mots en syllabes
sur l’ardoise à mesure.
encore crapaud alors
- Inscrire le mot dans le tableau.
UUU UU UU
- Représenter chaque syllabe pinceau bientôt
par une vague. autruche
UUU UU UU
- Rechercher oralement pomme gomme
 les mots du texte p. 16 qui
UU UU
contiennent les sons /o/ ou /O/ : stylo
bureau – nos – poser – reconnu – UU
moment – porte – comme – toc –
fort
 d’autres mots qui contiennent les sons /o/ ou /O/
Les découper en syllabes. En inscrire quelques-uns dans le tableau.

2. Continue ton tableau : 1 syllabe 2 syllabes


- discriminer le - Marquer avec un point rouge la coq Léo tortue
son à l’intérieur place du son U UU UU
de la syllabe. dans la syllabe. auto phoque
- Identifier la syllabe UU UU
qui contient le son. vélo gâteau
- Marquer la place 3 syllabes UU UU
du son. encore crapaud alors
- Entoure la lettre ou les lettres UUU UU UU
qui écrivent le son. autruche pinceau bientôt
Observer l’écrit
- Découper exactement UUU UU UU
Identifier la
le mot en syllabes par des traits pomme gomme
graphie
verticaux. Pour pomme, gomme, UU UU
découper phonétiquement et non stylo
- analyser la
orthographiquement : UU
relation phonème
po/mme, go/mme
– graphème
- Rechercher les lettres qui écrivent les sons /o/ et /O/. Les entourer.
- Choisir des mots pour les recopier dans le tableau des graphies.
- Lire et recopier également les mots outils.
Conclure : il y a quatre façons d’écrire les sons /o/ et /O/.
Les épeler.
Lire les mots de référence.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


42
Coccinelle CE1 Unité 2

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de surprise (3) livre p. 18

Pour commencer :
- Le titre Drôle de surprise (3) : C’est toujours le même chapitre.
- Demander aux élèves de raconter le début du chapitre.
- Puis l’enseignant relit les pages 14 et 16.
Sur cette page, on lit la troisième partie de ce chapitre.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Damien. Il est à sa table. Il a encore son étiquette à
1. Qui voit-on ? la main.
Un garçon qui arrive. Il ouvre la porte. Il a les cheveux
noirs et un blouson vert.

Observer et interpréter Observer l’attitude du garçon : il a l’air malheureux, triste,


INTERPRÉTER LES ATTITUDES inquiet ; il a honte d’être en retard ; il a peur d’être
2. Tu es le garçon qui arrive : grondé…
comment te sens-tu ?

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours Damien qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : Qui a frappé à la porte ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

Livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes
les différentes énonciations.
Les points importants
Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
Faire le lien entre l’explication du lexique et le texte :
Il a bafouillé : comment le voit-on dans le texte ? Il ne termine pas sa
phrase : on voit des points de suspension ; il cherche ce qu’il va dire, il
hésite, il est embarrassé.
La maitresse l’a interrompu : comment le voit-on dans le texte ? La
phrase de Julien n’est pas finie : (ma mère a…)
Discuter : pourquoi la maitresse coupe-t-elle la parole ?
Elle comprend que Julien est mal à l’aise : il n’arrive pas à expliquer
pourquoi il est en retard ; elle pense peut-être qu’il est en train d’inventer
une excuse. Elle ne veut pas le punir ni le gronder le premier jour de
classe.
Repérer les Identifier le tiret, qui indique la prise de parole.
différents  le narrateur – la maitresse – le narrateur – le garçon, Julien
locuteurs la maitresse – le narrateur – Julien – le narrateur – la maitresse

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


43
Coccinelle CE1 Unité 2

3. Lecture à haute voix des élèves.


Demander aux élèves de chercher les manières de lire correspondant aux expressions
expliquées : comment parle-t-on quand on est essoufflé ? Quand on bafouille ?

4. Oral collectif de compréhension


1. Comment s’appelle le nouveau ? 1. Rechercher la phrase du texte qui donne la réponse.
RECHERCHER UNE INFORMATION Distinguer prénom (Julien) et nom (Verbois).
LITTÉRALE

2. D’après toi, 2. Distinguer les réponses possibles à partir du contexte


- pourquoi Julien est-il essoufflé ? - Il a couru parce qu’il était en retard.
INFÉRER - Il est très ému, il a très peur, il n’arrive pas à respirer
et celles que l’on peut imaginer, mais dont on ne peut
pas être sûr, ou qui ne correspondent pas à la situation :
- il vient de monter les escaliers
- il jouait au ballon ; il courait dans la cour avec des
copains…
Distinguer
- pourquoi a-t-il ouvert lentement la
- les réponses possibles à partir du contexte :
porte ?
Il est timide. Il sait qu’il a tort d’arriver en retard, qu’il va
déranger la classe ; il veut rentrer doucement, se faire
remarquer le moins possible.
- celle qui correspond à la situation, mais n’est pas
plausible : Il ne veut pas qu’on l’entende entrer. On sait
qu’il a frappé avant d’entrer et que la maitresse a répondu.
– celles qui ne correspondent pas à la situation : il veut
surprendre, faire peur…

3. Pourquoi Julien va-t-il s’asseoir à Rechercher la phrase du texte qui donne la réponse :
côté de Damien Tiens, il y a une place à côté de Damien.
RECHERCHER UNE INFORMATION Discuter : pourquoi y a-t-il une place à côté de Damien ?
LITTÉRALE La maitresse n’avait peut-être pas donné une place aux
INFÉRER
élèves quand ils sont entrés. Ils se sont assis où ils
voulaient. Damien est nouveau dans l’école. Il n’a pas de
copain. Les autres élèves se sont assis à côté de leurs
copains et il est resté tout seul. Personne ne s’est assis à
côté de lui.

4. Relis le dernier paragraphe de la Les locuteurs ont été identifiés au début de la séance.
page 16. Puis joue la scène avec Il faut trois élèves pour jouer la scène :
des camarades. Damien, la maitresse et Julien.
Quand on joue la scène, on n’a pas besoin du narrateur.
Les gestes, les intonations suffisent à faire comprendre ce
qui se passe.
Il y a deux manières de jouer la scène :
- on la restitue, sans chercher à reproduire fidèlement les
dialogues : on parle comme on le ferait dans la vie
quotidienne.
- on mémorise les dialogues avant de jouer.
Dans les deux cas, il faut laisser aux élèves un temps de
préparation avant de jouer devant la classe.
Les remarques faites par les spectateurs servent à
améliorer le jeu des acteurs successifs.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


44
Coccinelle CE1 Unité 2

GRAMMAIRE La ponctuation
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les différents points et la virgule. Prendre conscience de leur
fonction syntaxique et expressive.
PRÉPARATION DU TABLEAU : Les trois phrases du texte p. 18 :
Bonjour ! Comment t’appelles-tu ? Le garçon était rouge et essoufflé.

Pour commencer : les élèves lisent le texte au tableau.


- Identifier les
- Chercher les phrases. Les séparer par un double trait. Justifier.
limites de la
- Demander de lire la dernière phrase ; la phrase qui contient un seul
phrase écrite
mot ; celle qui pose une question.
- Les élèves viennent au tableau entourer les majuscules et les points.
- Rappeler la définition de la phrase.
1. Étudier le support : lire la bande dessinée.
Identifier les personnages : une petite fille et sa maman.
La situation : il s’agit de préparer une valise pour partir à la montagne.
Que faut-il mettre dans cette valise ?
2. Réfléchir avec les questions du livre.
1. Combien de phrases y a-t-il dans cette bande dessinée ?
Pour chaque bulle, déterminer le nombre de phrases, identifier les
majuscules et les points.
Lulu ! Fais vite ta valise : 2 - Oh non ! Je n’ai pas fini mon jeu ! : 2
Le train n’attendra pas la fin de ton jeu. 1
Qu’est-ce que je dois mettre ? 1
À la montagne, il ne fait pas très chaud : 1
Alors, je vais mettre  survêtement... : 1
Mes bottes ! J’allais oublier mes bottes ! Où sont mes bottes ? 3

2. Joue cette scène avec un camarade ou une camarade.


Pour bien jouer ton rôle, à quoi fais-tu attention ?
- Prendre - Observer les attitudes, les changements d’expression des visages.
conscience de la - Laisser les élèves préparer leur lecture et se mettre d’accord sur
fonction des la manière de lire.
points à partir de - Relever les intonations pertinentes, demander aux élèves de
la compétence justifier leur manière de dire.
orale - Identifier les différents points comme des indicateurs
d’expression : Lulu ! La maman appelle ; elle parle un peu fort. Elle
veut distraire Lulu de son jeu, la forcer à l’écouter.
- Fais vite ta valise. Elle dit à Lulu ce qu’elle doit faire. Elle ne crie pas,
elle ne s’énerve pas. Elle dit simplement.
- Oh non ! Je n’ai pas fini mon jeu ! Lulu proteste, elle n’est pas
contente, elle n’a pas envie d’obéir tout de suite.
- Le train n’attendra pas la fin de ton jeu. La maman explique
calmement. Elle vient près de Lulu. Elle lui met la main sur l’épaule.
Elle ne se fâche pas, elle ne crie pas.
Qu’est-ce que je dois mettre ? Lulu pose une question.
À la montagne, il ne fait pas très chaud. La maman ne répond pas
directement à la question. Elle rappelle à Lulu où elle part, ce qu’elle
connait de la montagne. Elle explique calmement. On voit qu’elle a les
bras croisés. Elle ne s’énerve pas, elle ne s’impatiente pas.
Mes bottes ! J’allais oublier mes bottes ! Lulu s’aperçoit qu’il lui
manque ses bottes, elle s’affole.
Où sont mes bottes ? Elle pose une question, sans doute assez fort
pour que sa maman l’entende.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


45
Coccinelle CE1 Unité 2

- Identifier les virgules comme des indicateurs de pauses brèves.


- Prendre
Alors, je vais mettre un pantalon, mon blouson, des chaussettes, mon
conscience de
la fonction de pull, mon survêtement… Lulu fait la liste de ce qu’elle doit mettre. Elle
s’arrête un peu après chaque vêtement, elle réfléchit.
la virgule
Les points de suspension font comprendre que ce n’est pas fini, qu’il
y aura encore d’autres choses, que Lulu hésite, cherche. La voix reste
suspendue, comme si elle allait continuer.

- Récapituler ce qu’on a appris.


- Généraliser
1. À la fin de la phrase, le point :
- fait comprendre que la phrase est finie.
- indique comment on doit dire la phrase.
Quand on écrit une phrase :
- si on pose une question, on doit mettre à la fin un point
d’interrogation ;
- si on veut montrer qu’on parle fort, qu’on est énervé, qu’on est surpris,
qu’on est content, qu’on a peur…, on met un point d’exclamation. On a
déjà compris cela dans la leçon précédente ;
- si on veut faire comprendre qu’on n’a pas encore tout dit, on met des
points de suspension ;
- dans tous les autres cas, on met un point simple.
2. Dans la phrase, la virgule indique une petite pause.
- Reprendre
- Lire la rubrique Je retiens.
une activité
- Reprendre le jeu de la scène p. 18 avec ces nouvelles
connue
connaissances.
avec des
connaissances

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


46
Coccinelle CE1 Unité 2

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de surprise (3) livre p. 20

Pour commencer :
- Le titre Drôle de surprise (4) : C’est la suite du chapitre. On lit la quatrième partie.
- Demander aux élèves de raconter le début du chapitre.
- Puis l’enseignant relit les pages 14, 16 et 18.

1. Observer et décrire l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire Quelques élèves de la classe : deux filles, trois garçons.
ANALYSER ET NOMMER On voit Damien, son étiquette est devant lui, et Julien,
Qui voit-on ? Que voit-on ? assis à côté de lui. Il n’a pas d’étiquette. Il a quitté son
Que font les personnages ? blouson vert. Il a un pull rouge

Les deux filles et le garçon regardent sans doute vers la


maitresse ou le tableau. Damien et Julien bavardent.

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours Damien qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : De quoi Julien et Damien parlent-ils ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.
Livre ouvert ou au TBI.
Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Les points importants


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique
Mimer chuchoter.
Identifier les prises de parole. Bien assurer l’identité du narrateur et de
Repérer les
Damien.
différents
- 1er paragraphe : le narrateur ; Damien (c’est-à-dire le narrateur lui-
locuteurs
même) ; le narrateur ; Julien.
- 2e paragraphe : le narrateur ; la maitresse ; le narrateur ; Damien (c’est-
à-dire le narrateur) ; Julien ; Damien ; Julien.
Lire en réalisant les intonations
Faire le lien
- liées à la ponctuation
entre texte et
- liées au texte : j’ai chuchoté ; il a répondu tout bas ; elle a dit
intonation
gentiment ; à voix basse

3. Lecture à haute voix des élèves.


Répartir les rôles de lecture paragraphe par paragraphe.
Paragraphe 1 : Il faut deux lecteurs : le narrateur et Damien, Julien.
Paragraphe 2 : Il faut trois lecteurs : le narrateur et Damien, Julien, la maitresse
Laisser du temps aux élèves pour préparer leur lecture.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


47
Coccinelle CE1 Unité 2

4. Oral collectif de compréhension


1. En classe, qui est le voisin de 1. Donner les trois justifications de la réponse :
Julien ? - la phrase de la maitresse à la fin de l’épisode précédent :
RECHERCHER DES INFORMATIONS Va vite t’asseoir, Julien. Tiens il y a une place à côté de
EXPLICITES, LES COORDONNER Damien.
- le narrateur, Damien dit : Julien est venu s’asseoir à côté
de moi.
- le dessin : Julien est à côté de Damien.

2. La maitresse est-elle sévère ? 2. Rechercher la phrase du texte qui permet de répondre :


PRENDRE CONSCIENCE DE LA La maitresse a dit plutôt gentiment.
NUANCE DE SENS INTRODUITE Que veut dire plutôt gentiment. Ce n’est pas gentiment, ni
PAR UN ADVERBE très gentiment, c’est un peu gentiment.
La maitresse parle gentiment, mais elle rappelle les règles
de la classe. Elle est sévère parce qu’elle n’accepte pas que
l’on bavarde, mais elle rappelle à l’ordre sans gronder.

3. Est-ce que Damien obéit à la Rechercher la phrase du texte qui permet de répondre :
maitresse ? On n’a rien dit pendant une minute. Damien s’est arrêté de
RECHERCHER DES INFORMATIONS parler. Il a obéi pendant une minute.
EXPLICITES
Puis j’ai repris à voix basse. C’est lui qui a recommencé le
bavardage. Il a désobéi.

4. Tu sais maintenant beaucoup de Leurs points communs :


choses sur Damien et Julien. - Ils sont tous les deux nouveaux dans l’école. Ils étaient tous
Compare les deux enfants. les deux inquiets de rentrer dans la nouvelle école parce
SYNTHÉTISER - COMPARER qu’ils ne connaissent personne, ils n’ont pas de copains.
- Ils ont tous les deux un animal : le chat Mahou pour
Damien, le hamster Cricri pour Julien.
- Ils avaient tous les deux envie d’amener leur animal à
l’école.
- autre point commun : leurs deux prénoms se terminent de la
même façon, par le même son. Ils riment.
Leur différence :
- Damien a laissé Mahou à la maison. Il est parti un peu
triste, mais il sait que les animaux ne sont pas admis à
l’école. Il l’a expliqué à son chat.
- Julien a fait un caprice pour partir à l’école : il ne voulait pas
y aller sans son hamster.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


48
Coccinelle CE1 Unité 2

CONJUGAISON Le verbe (1)

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : nommer et définir le verbe.


PRÉPARATION DU TABLEAU : trois colonnes : passé, présent, futur
1. Activité orale
- rappeler les - Donner oralement la phrase La maitresse rappelle les règles de la
catégories du classe.
temps. Parle-t-elle du présent, du passé, du futur ? Placer la phrase dans la
Les manipuler à colonne présent. Faire de même avec La maitresse rappellera les
partir de la règles de la classe et La maitresse a rappelé les règles de la classe.
compétence - Faire de même avec Julien prenait le bus pour aller à l’école.
orale Demander aux élèves de transformer la phrase pour faire comprendre
que cela se passe en ce moment, que cela se passera plus tard.
Placer les phrases dans les colonnes.
- Écrire dans la colonne présent : Nous parlons à voix basse. Les
élèves transforment la phrase pour faire comprendre que c’était avant,
que ce sera plus tard. Placer les phrases dans les colonnes.
- Écrire dans la colonne futur : Julien viendra s’asseoir à côté de moi.
Les élèves transforment la phrase pour faire comprendre que c’est
passé, que c’est en ce moment. Placer les phrases dans les colonnes.

2. La situation d’apprentissage
- Sur le livre ou au TBI : décrire les trois dessins du support.
1. un enfant, assis sur un fauteuil avec son chat. Il le caresse.
2. Le même enfant : il pense (on voit une bulle de pensée). Il pense à
un moment où il a caressé son chat, ou bien à un moment où il
caressera son chat. C’était ce matin, à son réveil, dans son lit. Ou bien
ce sera ce soir, avant de dormir, dans son lit. On ne sait pas s’il pense
à ce qui s’est passé ou à ce qui arrivera plus tard. C’est la phrase au-
dessous du dessin qui le fait comprendre. Lire la phrase. Elle parle du
passé.
3. C’est toujours le même enfant qui pense à son chat : au retour de
l’école, tout à l’heure, il caressera son chat ; ou bien, hier soir, au retour
de l’école, il a caressé son chat. On ne sait pas s’il pense à ce qui s’est
passé ou à ce qui arrivera plus tard. C’est la phrase au-dessous du
dessin qui le fait comprendre. Lire la phrase.
Elle parle du futur
- lier le temps à 1. Quelle phrase fait comprendre que c’est passé ? que c’est en
la forme de la ce moment ? que ce sera plus tard ?
phrase. Placer les phrases dans les colonnes au tableau.
2. Quand tu regardes les images, comment comprends-tu que
c’est passé ? que c’est en ce moment ? que ce sera plus tard ?
Revenir sur ce que l’on a observé : pour le passé et le futur, on ne peut
pas le savoir avec l’image seule.
Quand on parle du passé ou du futur, on parle d’un moment auquel on
pense. Dans notre tête, on sait si c’est passé ou futur : le garçon sait
s’il a caressé son chat ce matin dans son lit, ou s’il a envie de le
caresser ce soir avant de dormir. Mais nous qui regardons l’image,
nous ne le savons pas. C’est la phrase qui nous le fait comprendre.
Sur l’image qui fait comprendre que c’est le présent, l’enfant caresse
son chat. Il ne pense pas à quelque chose qu’il a fait ou qu’il fera. Il le
fait en ce moment. La phrase le fait comprendre.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


49
Coccinelle CE1 Unité 2

3. Compare les trois phrases. Qu’est-ce qui change ?


- Étudier les colonnes au tableau. Sur chaque ligne, comparer les
phrases trois à trois. Entourer ce qui ne change pas.
passé présent futur
La maitresse a rappelé La maitresse rappelle La maitresse rappellera
- catégoriser le les règles de la classe. les règles de la classe. les règles de la classe.
verbe Julien prenait le bus Julien prend le bus Julien prendra le bus
pour aller à l’école. pour aller à l’école. pour aller à l’école.
Nous avons parlé Nous parlons Nous parlerons
à voix basse. à voix basse. à voix basse.
Julien est venu s’asseoir Julien vient s’asseoir Julien viendra s’asseoir
à côté de moi. à côté de moi. à côté de moi.
J’ai caressé mon chat. Je caresse mon chat. Je caresserai mon chat.

- Constater : quand on parle du passé, du présent ou du futur, il y


a un seul mot qui change dans la phrase. C’est ce mot qui fait
comprendre si l’on parle du passé, du présent ou du futur.
Lire la rubrique je retiens.
- Reformuler : le mot qui fait comprendre si l’on parle du passé,
- nommer et définir du présent ou du futur s’appelle le verbe.
le verbe - Observer que le verbe s’écrit parfois avec deux mots : retrouver
ces formes dans la colonne passé : a rappelé, a pris, avons parlé,
est venu, ai caressé.
- Écrire au tableau : Les élèves ont sorti leur cahier. Identifier la
catégorie du temps : passé. Quel mot faut-il changer pour que la
phrase parle du présent ? Même travail pour Nous attendons le bus.

 J’encadre le verbe dans les phrases.


Identifier le verbe par la variation du temps de la phrase, tout le reste étant conservé.
Julien est arrivé en retard – Julien arrive en retard. Julien arrivera en retard.
Damien bavarde avec Julien. Damien bavardera avec Julien. Damien a bavardé avec Julien.
Julien a un cartable à roulettes. Julien avait un cartable à roulettes. Julien aura un cartable
à roulettes.
Identifier le verbe par la seule variation du temps.
Je brosse mes dents après le repas. Héléna brossera ses cheveux. Hier, Léo a brossé
ses chaussures.
Correction : les trois premiers blocs : comparer les phrases. Souligner tout ce qui ne change
pas. Encadrer le verbe .
Dernier bloc : chaque phrase parle de quelque chose de différent. Pour trouver le verbe,
on doit faire varier la phrase : Je brosserai mes dents. Héléna brosse ses cheveux…
Écrire les variations au tableau.
 Je recopie la phrase. Je la dis au passé et au futur. Puis j’encadre le verbe.
S‘entrainer à manipuler la phrase mentalement.
1. Un élève efface ... 2. Les petits jouent ... 3. Nous rangeons ... 4. Lisa écrit ...
 Je complète la phrase trois fois avec un mot qui indique le temps et un verbe.
Coordonner catégorie du temps et forme du verbe.
Observer l’exercice : les mots qui indiquent le temps sont dans l’encadré bleu, les formes du
verbe dans l’encadré vert. Les mots du temps ont été étudiés dans l’unité 1.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


50
Coccinelle CE1 Unité 2

Lecture La rentrée, mon chat et moi Drôle de surprise (5) livre p. 22

Pour commencer :
- Le titre Drôle de surprise (5) : C’est la suite et la fin du chapitre et de l’histoire.
- Les élèves racontent l’histoire depuis le début.
- Puis l’enseignant relit les quatre premiers épisodes de ce chapitre (p. 14 à 20)
1. Observer, décrire et interpréter les illustrations. Sur le livre ou le TBI.
Observer et décrire Le chat Mahou. Il est à table devant une assiette, prêt à
ANALYSER ET NOMMER manger, couteau et fourchette à la main, serviette nouée
Qui sont les personnages ? autour du cou.
Que font-ils ? Dans l’assiette, un petit animal brun avec le poil long, des
dents longues, des petites oreilles rondes. C’est le repas
du chat. Autour de lui, des frites et de la salade.
Le chat se prépare à se régaler. Il passe sa langue sur ses
lèvres. Il ouvre grand les yeux.

2. Lecture de l’enseignant
Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- C’est toujours le personnage de l’histoire qui raconte.
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : De quoi Damien et Julien bavardent-ils ?
Texte entier, livre ouvert.
Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

Livre ouvert ou au TBI.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Les points importants


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties
mots difficiles de phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
Il aurait bouffé : souligner le caractère très familier de cette expression.
Le narrateur – Damien (c’est-à-dire le narrateur) – le narrateur
Repérer les
Julien – le narrateur – la maitresse – le narrateur.
différents
locuteurs

3. Lecture à haute voix des élèves.


Répartir les rôles de lecture. Laisser du temps pour préparer la lecture.

4. Oral collectif de compréhension


1. Lequel des deux enfants parle à 1. On comprend que c’est Julien qui parle à voix haute :
voix basse ? Lequel parle à voix s’est exclamé. C’est Damien qui parle tout bas. On
haute ? découvre que souffler a deux sens :
DÉTERMINER LE SENS D’UN MOT PAR - faire sortir de l’air par la bouche ou par le nez ;
LE CONTEXTE - parler à voix basse, chuchoter. Quand on souffle quelque
chose à son voisin en classe, on parle à voix basse.
Pourquoi Damien parle-t-il à voix basse ? Deux raisons :
- il est en classe, il sait qu’il ne doit pas bavarder, mais il a
envie de parler. Il parle le plus doucement possible.
- il confie un secret à son ami : il aurait aimé amener son
chat en classe. Il ne veut pas que tout le monde l’entende.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


51
Coccinelle CE1 Unité 2

Pourquoi Julien parle-t-il à voix haute ?


- il oublie qu’il est en classe. Il pense à son hamster, au
danger de mettre ensemble le chat et le hamster. Il
imagine le chat en train de se régaler du hamster, comme
dans l’illustration.

2. Pourquoi la maitresse s’est-elle Rassembler les informations :


fâchée ? - Elle a rappelé Julien et Damien à l’ordre, gentiment,
SYNTHÉTISER quand ils ont commencé à bavarder. (p. 20)
- Elle voit qu’ils continuent. Et Julien parle maintenant à
voix très forte, comme s’il était tout seul, comme s’il n’était
pas en classe. Il ne travaille pas et dérange le travail des
autres.
- Julien et Damien rient. Ils n’écoutent pas ; ils ne
travaillent pas avec les autres ; ils font comme s’ils
n‘étaient pas en classe.
3. Explique
- pourquoi Damien et Julien se sont Discuter les idées des élèves :
mis à rire - Ils ont imaginé les deux animaux dans la classe et le chat
INTERPRÉTER en train de manger le hamster. Ils ont imaginé ce que
penseraient la maitresse, les autres élèves…
- Ils rient parce qu’ils ont eu tous les deux la même idée :
amener son animal en classe.
- Ils rient parce qu’ils imaginent quelque chose qui est
impossible.

Rassembler tout ce que l’on sait des deux garçons :


- pourquoi ils vont devenir de vrais - Ils se ressemblent beaucoup (cf. épisode précédent).
copains - Ils sont contents de se rencontrer parce qu’ils sont tous
SYNTHÉTISER les deux nouveaux, seuls, sans copains.
- Ils se comprennent. Ils pensent ensemble à la même
chose. Ils rient ensemble.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


52
Coccinelle CE1 Unité 2

VOCABULAIRE Les familles de mots


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : définir la famille de mots
MATÉRIEL : dix étiquettes : bavard – bavardage – bavarder – dessin – dessiner –
dessinateur – lent – lenteur – lentement – ralentir.
Reproduire les étiquettes : un lot par groupe de deux enfants.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les trois mots dent, dentifrice, dentiste

- constituer des 1. Pour commencer


familles de mots - Distribuer les étiquettes. Présenter la tâche.
à partir de la Par deux, vous triez les étiquettes. Vous présenterez les groupes
compétence orale. d’étiquettes que vous avez faits et vous expliquerez pourquoi vous les
Justifier avez mises ensemble.
- Mise en commun : étudier tous les groupements. Valider les critères
qui fonctionnent, même s’ils n’aboutissent pas à un tri exhaustif. Par
exemple : On a mis ensemble les mots de 6 lettres (bavard – dessin),
de 8 lettres (bavarder, dessiner, ralentir), de 9 lettres (bavardage –
lentement), et les autres.
Rassembler les propositions de regroupement par familles, qu’elles
soient justifiées
 par l’écriture : on a mis ensemble tous les mots qui commencent par
b, tous ceux qui commencent par d, et les autres
 par le sens : on a mis ensemble tous les mots qui parlent du dessin…
 par la présence d’une partie commune : on a mis ensemble tous les
mots où on a vu lent, dessin, bavard.

- observer les 2. Sur le livre ou au TBI


propriétés d’une Observer le support.
famille de mots Trois dessins : une dent ; un tube de dentifrice et une brosse à dents ;
un dentiste qui soigne un enfant. Lire les mots sous les dessins.
1. Observe les trois mots. Que vois-tu ?
Prononce-les. Qu’entends-tu ?
- Tous les mots commencent de la même façon, par la même suite de
lettres : dent. Ils contiennent tous le mot dent. Quand on prononce,
on entend /d2/ au début de tous les mots. Entourer au tableau cette
partie du mot. dent – dentifrice – dentiste
2. Ces trois mots font partie de la même famille.
Explique pourquoi.
La discussion permet de fixer les idées suivantes :
- Tous ces mots parlent des dents. Le dentifrice sert à se laver les
dents. Le dentiste soigne les dents.
- Ils contiennent tous le mot dent.
Entends-tu le son /t/ de la lettre t à la fin du mot dent ?
L’entends-tu dans les mots de sa famille ? Dans quelle syllabe ?
À quel endroit de la syllabe ?
Découper les mots écrits au tableau en syllabes par un trait vertical :
dent est un mot d’une seule syllabe - den/ti/fri/ce - den/tis/te
Repérer le son /t/ dans ces deux mots : tout de suite au début de la
syllabe qui suit den. On voit que le t de dent commence la deuxième
syllabe. dent – den/ti/fri/ce – den/tis/te
Dans le mot dentiste, on l’entend une autre fois à la fin du mot, mais
ce n’est pas juste à la suite de la syllabe den.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


53
Coccinelle CE1 Unité 2

Conclure : dans la famille du mot dent, on entend le son /t/ de la


lettre t. La lettre t ne s’entend pas à la fin du mot dent, mais elle
s’entend
dans les mots de la famille.

- nommer et Lire la rubrique Je retiens.


définir la famille - La commenter, à mesure de la lecture, avec le support étudié :
de mots  On entend et on voit une partie commune : dent
 La partie commune s’écrit toujours de la même façon d, e, n, t
 On comprend qu’on parle toujours d’une même chose : tous ces
mots se rapportent aux dents.
 Quand un mot se termine par une lettre muette, on entend souvent
cette lettre dans les mots de sa famille. On entend le t de dent au
début de ti d dentifrice et de tis de dentiste.
- généraliser - Reprendre les groupes de mots formés au début de la leçon.
Forment-ils des familles ?
Justifier en reprenant les éléments de la définition.
Dans la famille de dessin, le n à la fin de dessin n’est pas muet. Il
sert à faire le son /%/. Dans les autres mots, la suite des lettres est
toujours la même, mais le i et le n se séparent. On n’entend plus /%/,
mais /i/ et /n/.

 Je cherche les mots de la même famille et je les recopie deux par deux.
Former des familles de mots.
coller – colle - plier – pli - écrire – écriture - recopier – copie - entourer – tour
souligner – ligne - peindre – peinture - dessiner – dessin - encadrer – cadre

 Je cherche les mots de la même famille et je les recopie deux par deux.

laver – lavabo - bavard – bavardage - question – questionner - tard – retarder -


lent – ralentir - souffle – essoufflé - s’exclamer – exclamation -
interroger – interrogation - rouge – rougir

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


54
Coccinelle CE1 Unité 2

UNITÉ 2
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


55
Coccinelle CE1 Unité 2

Oral La rentrée, mon chat et moi Cahier p. 16


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : comparer deux moments du texte ; réactiver le lexique
de la rentrée, de la classe.
MATÉRIEL : cahier p. 16 ou projection de la page au TBI.

Cette page doit être travaillée après la lecture de l’épisode 3, livre p. 18


Lire la consigne et observer le support :
Où est la classe du rêve ? Où est la vraie classe ?
Que veut dire Je compare ? On va chercher les ressemblances et les différences.
Premier temps : les élèves disent ce qu’ils remarquent et le justifient. On peut montrer à mesure
sur les illustrations ou au TBI mais il faut toujours exprimer les ressemblances ou les différences
avec des mots.
Deuxième temps : lorsque les élèves ne trouvent plus rien, soit que tout ait été remarqué, soit
qu’ils n’aient plus d’idées, organiser l’exploration de façon plus systématique.
Pour être surs de ne rien oublier, on va récapituler tout ce que l’on a vu.
- la salle de classe :
 les murs : leur couleur (rose et violet /jaune et beige) ; dans la classe du rêve, il n’y a rien au
mur/ dans la vraie classe, on voit une étagère un autre tableau, peut-être pour l’affichage et un
petit cadre. Sur l’étagère, un pot avec des crayons ou des pinceaux et des livres. Dans la vraie
classe, à droite de la porte, il y a une affiche.
 la porte : sa couleur (grise/verte). Dans la classe du rêve, elle est grande ouverte, dans la vraie
classe, elle est ouverte à moitié.
 le tableau : noir/vert. Avec une inscription, le début de bonjour / sans inscription
 le bureau de la maitresse : sur une estrade dans un coin / pas d’estrade sous le tableau ; vert /
bleu ; une plante sur le bureau / les étiquettes des élèves ; une corbeille à papier derrière le
bureau/pas de corbeille
 les tables des élèves : ce sont les mêmes, une table pour deux élèves, avec des casiers pour
ranger les affaires. Sur les tables, on voit des trousses, des crayons, des feuilles de papier.
Elles ne sont pas disposées de la même façon (en rangées/ face à face).
 la maitresse :
dans la classe du rêve : âgée, cheveux longs et gris, petite, « ronde », grosses lunettes, pull
bleu-vert avec un col blanc, jupe verte, chaussures basses. Elle tient un livre sous le bras.
Dans la vraie classe : jeune, cheveux longs bruns, grande, pas de lunettes, pull violet et rose,
jupe grise, bottes. Elle tient un cartable à la main.
 les élèves : ce ne sont pas les mêmes.
Dans la classe du rêve, on voit Damien, dans la vraie classe, on ne le voit pas.
Dans la classe du rêve, on voit les animaux : le chien Ouaf assis à sa table et qui tire la langue,
le perroquet qui entre ; il tient son cartable au bout de ses pattes, il va si vite qu’il perd ses
plumes, elles volent dans la classe. Il y a aussi un manchot, assis à côté d’une petite fille.
 l’arrivant : dans la classe du rêve, c’est un âne avec des lunettes. Dans la vraie classe, c’est
Julien, cheveux noirs, blouson vert, l’air triste et essoufflé.

Ma boite à mots
L’enseignant choisit les mots à écrire et retenir :
- soit sur le thème : les mots de la classe
- soit sur un son : ici les sons /o/ et /O/ sont fréquents dans l’histoire et dans l’illustration :
le tableau, un bureau, un pinceau, un oiseau, la porte, le perroquet, la corbeille, un pot,
jaune, violet, rose.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


56
Coccinelle CE1 Unité 2

Oral Je me repère dans le temps Cahier p. 17

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les outils langagiers, les codes et les attitudes
de la communication orale dans la vie quotidienne : se repérer dans le temps de la journée
et de la semaine.

1. Mini-dialogue
Ici Radio Anémones, la radio de l’école animée par les CM2.
Comme tous les jeudis matin, voici votre jeu préféré : « notre emploi du temps ». Cette
semaine, Eliette nous parle de l’emploi du temps du CE1. Attention, il faut être astucieux !
- Bonjour Eliette. Que ferez-vous dans ta classe demain après-midi ?
- Demain, nous écrirons nos premières observations sur les grains de blé.
- Vous avez semé du blé ? Quelle bonne idée ? Quand l’avez-vous semé ?
- Au début de cette semaine.
- Il s’est passé quelque chose d’important dans votre classe cette semaine ?
- Oh oui ! Avant-hier, le papa de Jade est venu jouer de la guitare.
- Et vous avez un autre projet ?
- Cet après-midi, nous préparons une surprise pour toute l’école. Mais chut ! C’est un secret.
- Alors, chers auditeurs, quel jour le papa de Jade est-il venu voir les CE1 ?

- Catégoriser. Quels mots utilise-t-on pour se repérer dans le temps ?


aujourd’hui, tous les…, cette semaine, demain, au début de la semaine, avant-hier
- Faire jouer le dialogue aux élèves deux par deux.
Les réponses du dialogue ne doivent pas être mémorisées. Les élèves répondent aux
questions posées par le journaliste en faisant référence à leur classe.
L’élève qui joue le journaliste peut avoir le questionnaire sous les yeux. L’élève interviewé
peut consulter l’emploi du temps de la classe.

2. Les activités du cahier


 Madame Legrand a affiché dans sa cuisine l’emploi du temps de Julien.
- Lire l’emploi du temps. Vérifier que les élèves savent s’y repérer, lignes et colonnes.
Est-ce seulement l’emploi du temps de l’école ? Distinguer les activités à l’école et les
activités le soir et le weekend ; les activités régulières et les activités occasionnelles
(anniversaire)
Poser des questions sur quelques dates : Quel jour Julien va-t-il chez le dentiste ? Quel jour
fait-on du sport à l’école ? Combien de demi-journées Julien va-t-il à l’école ?
Se déplacer sur l’emploi du temps avec des expressions de temps : Nous sommes mardi,
quel jour étions-nous hier ? Je dis : Demain c’est jeudi, quel jour sommes-nous ? Etc.
- Répondre aux questions.
1. Quand… Il faut chercher des dates, quels jours il a besoin de ses affaires de sport :
le lundi et le mercredi.
2. Quelles activités Julien fait-il après l’école ? Rechercher la colonne qui contient
l'information : soir. Le soir, après l’école, Julien fait du théâtre et il joue au foot.
3. Combien de fois par semaine Julien fait-il du théâtre ? Que doit-on chercher sur
l’emploi du temps ? il faut chercher l’activité théâtre et combien de fois elle apparait. On ne
demande pas quel jour, mais combien de fois : 2 fois.
4. Nous sommes vendredi. Qu’a-t-il fait hier soir ? avant-hier après-midi ?
Que fera-t-il après-demain ?
Situer les jours par rapport au repère vendredi. Formuler la réponse avec des verbes.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


57
Coccinelle CE1 Unité 2

Hier soir, c’était jeudi soir : il est allé jouer foot.


Avant-hier après-midi, c’était mercredi : il est allé chez le dentiste.
Après-demain, ce sera dimanche. Il ira jouer au foot le matin et il passera l’après-midi
avec ses parents.
5. Nous sommes dimanche. Qu’est-ce que Julien fait ce matin ?
Que fera-t-il après-demain ?
Dimanche matin : lire la case.
Après-demain : pour trouver le jour, il faut retourner en haut de l’emploi du temps.
Après-demain, c’est mardi. Julien ira à l’école et, le soir, au théâtre.
6. Julien dit : je n’ai pas envie d’aller au foot demain. Quel jour est-on ?
Situer les jours recherchés : quels jours Julien va-t-il jouer au foot ? S’il dit « je n’ai pas envie
d’aller jouer demain », quel jour parle-t-il ?
On est mercredi (veille du foot du jeudi) ou samedi (veille du foot du dimanche).
7. Son papa dit : Prépare tes affaires de peinture pour demain. Quel jour est-on ?
Même procédé : on est mercredi.
8. Il raconte : Hier après-midi, je suis allé chez le dentiste. Quel jour est-on ?
Situer le jour où Julien va chez le dentiste. S’il dit hier, parle-t-il avant le jour du dentiste ou
après ce jour ? Il parle le jeudi. Quand on est jeudi, le jour d’avant, hier, c’est mercredi.
9. Il dit : Ce matin on a chanté avec les grands. Quel jour est-on ?
Il dit un peu plus que ce qui est inscrit sur l’emploi du temps. Quel jour est-il possible de
chanter avec une autre classe ? Le vendredi.
10. Il dit : Ce soir, tu peux venir jouer avec moi. Quel jour est-on ?
Quels sont les soirs où Julien n’a pas d’activités ? Il y a plusieurs réponses. Ce peut être
lundi soir, mercredi soir, vendredi soir.

2. Pose des questions à tes camarades sur l’emploi du temps de Léa.


Distribuer aux élèves une petite bande de papier et leur demander d’écrire une question
et sa réponse au dos. Laisser du temps pour étudier l’emploi du temps. Aider à formuler la
question si nécessaire.
Ramasser toutes les questions dans une boite. Chaque élève à son tour vient tirer une
question et la pose à toute la classe.
L’enseignant peut lui aussi prévoir quelques questions plus difficiles. Par exemple :
Dans la classe de Léa, combien de fois par semaine va-t-on à la piscine ?
Léa a oublié de rapporter son livre de bibliothèque. Quel jour est-on ?
Léa dit : je fais de la musique trois fois par semaine. Est-ce vrai ?
Léa dit : dans quatre jours, c’est l’anniversaire de Julien. Quel jour est-on ? Etc.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


58
Coccinelle CE1 Unité 2

ÉTUDE DU CODE Le son /z/ comme dans maison cahier p. 18

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins
écouter : quand j’entends /z/ comme dans maison.
analyse sonore
du lexique Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
Puis les rassembler dans un 2 syllabes 2 syllabes 3 syllabes
tableau semblable à celui fait fusée chaise ardoise
avec les mots du livre : UU UU UUU
vagues, points, écriture du zèbre blouson arrosoir
son entourée. UU UU UUU
Puis les élèves reportent ces oiseau vase valise
mots dans le tableau des UU UU UUU
graphies. maison ciseaux
UU UU 4 syllabes
fusée – zèbre – oiseau lézard rose déguisement
maison – lézard – chaise UU UU UUUU
blouson – vase – ciseaux
ardoise – déguisement
arrosoir – valise – rose

 Je complète puis j’entoure la lettre qui écrit le son /z/.


- écrire le - Lire l’exercice. Ce sont des nombres écrits en lettres.
son /z/ dans - Observer la première ligne : Quelle lettre écrit le son /z/ dans
les nombres deuxième ? Le x qui est à la fin de deux. Quelle lettre écrit le son /z/
ordinaux dans troisième ? Le s qui est à la fin de trois.
- Dire oralement les mots à écrire sur la ligne suivante : le sixième et
le dixième. Ce sont aussi des nombres, ils indiquent l’ordre.
Travail individuel.
- Lire les trois lignes suivantes. Entend-on le son /z/ dans ces
nombres ? Avec quelle lettre s’écrit-il ? Dire oralement les mots à
écrire : le onzième, le douzième… Avec quelle lettre vont-ils s’écrire ?
Travail individuel.
- Correction et mise en commun. Remarquer que l’écriture des
nombres qui indiquent l’ordre (nombres ordinaux) n’est pas très facile.
. Il faut toujours penser à l’écriture du nombre qui est dans leur famille.
Quand le nombre se termine par x, le son /z/ s’écrit avec un x.

LE MOT-MYSTÈRE
J’écris dans la grille le mot qui correspond à chaque dessin.
PRÉPARATION ORALE
- Analyser le support : quatre dessins, chacune devant une ligne.
Rappeler le fonctionnement du mot-mystère : on écrit sur chaque ligne
le nom qui correspond au dessin, une lettre par case.
À la fin, les lettres écrites dans la colonne verte formeront un mot.
On le lira de haut en bas, verticalement. La première lettre du mot-
mystère sera celle en haut, la dernière lettre celle du bas.
- Nommer les dessins : lézard, chemise, fraise, trésor.
TRAVAIL INDIVIDUEL
Tous les mots à écrire relèvent de la compétence actuelle des élèves,
On peut signaler, si besoin, que le /E/ de fraise est le /E/ de maison.
LE MOT MYSTÈRE : ZÉRO.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


59
Coccinelle CE1 Unité 2

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 19


 Je reconnais les intonations.
a) J’écoute les phrases.
J’écris le numéro de la phrase en bas de l’image qui correspond
Objectif : associer une intonation à une situation.
- Observer les trois dessins. Sur chacun on voit :
- une petite fille, cheveux noirs et courts avec une barrette, gilet vert, jupe marron,
chaussures violettes
- un garçon : teeshirt orange à rayures, short gris. Sur le dessin 1, il est au sol, il pleure. Il est
sans doute tombé. Sur le dessin 2, on le voit dans une bulle de pensée. La petite fille parle
avec une autre : elle raconte qu’elle a vu le garçon par terre. Sur le dessin 3, le garçon est
assis sur une chaise. Une dame le soigne. Elle lui met un pansement au genou. La petite fille
est à côté. Elle parle à la dame.
- Présenter l’activité : on va écouter des phrases. Chaque phrase correspond à un dessin.
Quand on pense qu’une phrase correspond bien à un dessin, on l’écrit au-dessous.
Phrases enregistrées
1. Tom est tombé. – 2. Tom est tombé ! 3. Tom est tombé ?

b) J’écoute les phrases. À la fin de chaque phrase, j’écris le point qui convient.
Objectif : associer une intonation à la ponctuation.
- Observer l’exercice : deux groupes de trois phrases. On les lit en colonne.
On voit qu’il n’y a pas de point à la fin des phrases. On va écouter les phrases et écrire le
point qui va bien. Rappeler les points que l’on connait : le point simple, le point
d’exclamation, le point d’interrogation.
- Travailler par groupes de phrases. Donner au moins deux écoutes, et davantage si les
élèves le demandent.
Phrases enregistrées :
1. Nos voisins ont déménagé. 4. Il y a un nouveau à l’école !
2. Nos voisins ont déménagé ? 5. Il y a un nouveau à l’école ?
3. Nos voisins ont déménagé ! 6. Il y a un nouveau à l’école.
c) Je lis une phrase de l’exercice b) à haute voix. Je fais attention à l’intonation.
Mes camarades écoutent et disent quelle phrase j’ai lue.
Objectif : réaliser l’intonation associée à la ponctuation.
Activité à faire après la correction de l’activité précédente.
 J’écoute, puis je réponds aux questions.
Objectif : travailler les inférences à partir de l’oral
Texte 1 : Damien pose son cartable, caresse Mahou, va à la cuisine et prend
un biscuit et une pomme.
1. Damien revient de l’école. 2. Cela se passe à la fin de l’après-midi.
Texte 2 : Julien et Damien sont en colère. Les autres enfants font trop de bruit
et les dérangent. Pourtant, il y a des règles : on doit chuchoter pour se parler.
1. Julien et Damien sont en classe ou à la bibliothèque. 2. Ils travaillent ou ils lisent.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


60
Coccinelle CE1 Unité 2

ÉTUDE DU CODE Le son /o/ comme à la fin de vélo cahier p. 18


Le son /O/ comme dans pomme

1. J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins
écouter : quand j’entends /o/ ou /O/.
analyse sonore
du lexique Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
Puis les rassembler dans un 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
tableau semblable à celui fait pot porte rouleau
avec les mots du livre : U UU UU
vagues, points, écriture du tableau stylo
son entourée. 3 syllabes
UU UU
Puis les élèves reportent ces perroquet bureau gomme
mots dans le tableau des UUU UU UU
graphies. 4 syllabes ciseaux colle
ordinateur UU UU
porte, ordinateur, gomme, UUUU oiseau
colle, coquillage, perroquet, crocodile UU
bibliothèque, pot, stylo, UUUU pinceau 5 syllabes
crocodile, tableau, bureau, coquillage UU bibliothèque
oiseau, pinceau, rouleau, UUUU UUUUU
ciseaux
 J’écris les noms. Le son /o/ s’écrit toujours de la même façon.
- stabiliser Nommer les dessins. Tous les mots se terminent par le son /o/.
l’écriture du Demander aux élèves d’écrire le mot tableau sur l’ardoise. Épeler
son /o/ dans l’écriture du son.
des mots Tous les mots sont connus. Tous, sauf rideau et cadeau ont été écrits
fréquents dans l’activité 1. Tous relèvent de la compétence actuelle des élèves.
Travail individuel.

DEVINETTES
J’écris la solution. Tous les mots contiennent le son /O/
Le son /O/ s’écrit toujours de la même façon.
- Lire les trois devinettes.
Chercher collectivement la réponse à la deuxième : octobre.
Écouter : on entend deux fois le son /O/. Rechercher son écriture.
- Recherche individuelle pour les deux autres devinettes.
.
Vérifier les solutions trouvées à l’oral.
Les élèves écrivent ensuite les solutions sur leur cahier.
1. corde – 2. octobre – 3. orage

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


61
Coccinelle CE1 Unité 2

GRAMMAIRE La ponctuation cahier p. 22

Écrire des exemples pour la règle.


Rappeler la règle du livre : à la fin de la phrase, on écrit un point ;
dans la phrase, on écrit une virgule pour marquer une petite pause.
Rechercher les phrases exemple dans le livre p. 18.
Laisser aux élèves le choix des phrases qu’ils recopient.
Écrire au crayon à papier, pour pouvoir corriger les éventuelles erreurs de copie.

 Je souligne
1. Reconnaitre la - en bleu les phrases qui posent une question
fonction des - en vert les phrases qui montrent qu’on est surpris, inquiet…
points - Lire le texte. Assurer sa compréhension : c’est un dialogue entre un
garçon et son papa. On sait que c’est un garçon parce que le papa lui
demande Tu es prêt ? Comment dirait-il s’il s’adressait à une fille ?
Identifier les tours de parole. C’est le garçon qui parle en premier. Il
s’adresse à son papa.
- On fait la course, papa ?
- D’accord. Je suis prêt. Et toi, tu es prêt ?
- Le dernier arrivé a un gage !
- Qui est-ce qui va avoir un gros gage ?
- S’il te plait, ne cours pas trop vite, papa !

 J’écris les points qui conviennent.


2. Ponctuer
- Les élèves lisent le texte silencieusement. Assurer la compréhension :
c’est un dialogue entre une fille et sa maman. La première phrase
présente la scène.
Travail individuel.
Correction : justifier le choix des points.
Le facteur vient de déposer un colis sur la table. La phrase présente
simplement quelque chose qui se passe. Elle ne pose pas de question.
Elle n’exprime pas de la joie, de l’inquiétude, de l’excitation…
- Maman, qu’est-ce que c’est ? Question
- Tu es bien curieuse, Line !
On peut mettre aussi un point simple : dans ce cas la maman constate
simplement la curiosité. Si on met on point d’exclamation, on fait
comprendre que la maman s’amuse (ou se fâche) de la curiosité de
Line. On ne dira pas la phrase de la même façon si on pense qu’elle
s’amuse ou qu’elle se fâche.
- Ouvre vite ! Je veux voir !
Line s’impatiente. Elle est excitée. Elle demande avec insistance.
Est-ce que c’est pour moi ? Question
- Attends un peu !
La maman élève la voix pour calmer Line.
Je vais chercher des ciseaux. Elle annonce ce qu’elle va faire. Elle ne
pose pas de question. Elle n’exprime pas un sentiment.

3. Faire  J’écoute mon maitre lire la phrase. Je place les virgules.


correspondre la
virgule à de Lire : Dans le panier du piquenique, il y a du pain, du fromage, de l’eau,
petites pauses des fruits et une boite pleine de gâteaux.
dans Attention : ne pas faire de pause avant et. Dans une énumération, on
l’énonciation. n’écrit pas de virgule avant le dernier terme de l’énumération introduit
par et.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


62
Coccinelle CE1 Unité 2

CONJUGAISON Le verbe (1) cahier p. 23


Lire et compléter la règle.
Rappeler le travail à faire dans cet encadré : on retrouve la règle du livre,
on doit compléter les exemples pour cette règle.
Lire et catégoriser les trois phrases : passé, présent, futur. Quel est le mot qui change
et fait comprendre qu’il s’agit du passé, du présent ou du futur ?
Léo lève le doigt. Léo a levé le doigt. Léo lèvera le doigt.

 Pour chaque phrase


1. 2. Identifier le - j’écris si elle parle du passé, du présent ou du futur
temps à partir - puis j’encadre le verbe.
de sa compétence
1. Karima a distribué les cahiers. passé
orale
Rechercher le 2. Deux mamans accompagneront la classe en promenade. futur
verbe dans la 3. Le directeur félicite les élèves. présent
phrase 4. Devant le portail de l’école, trois bus attendaient la sortie. passé
Correction :
- Pour vérifier l’identification du temps, ajouter à la phrase un adverbe
ou une locution de temps : hier, demain, la semaine prochaine, en ce
moment…
- Pour vérifier la recherche du verbe, partir de l’identification du temps :
Karima a distribué les cahiers, c’est le passé.
Transformer la phrase pour qu’elle parle du futur. Quel mot change ?
Transformer la phrase pour qu’elle parle du présent. Quel mot change ?
 Je recopie la phrase correcte.
Demain, la maitresse apportera un livre sur les insectes.
Correction : supprimer demain.
La maitresse a apporté un livre sur les insectes : on comprend que c’est
passé, que c’est fini, que c’était avant aujourd’hui… La phrase ne peut
pas aller avec le mot demain qui est un mot pour parler du futur.
La maitresse apportera un livre sur les insectes : on comprend que ce
n’est pas maintenant, que ce sera plus tard, que c’est le futur. Demain
est un mot pour parler du futur.
 J’entoure le verbe dans les phrases.
3. Rechercher le
- Présenter l’encadré avec la coccinelle. La coccinelle réfléchit.
verbe. Utiliser une
Dans cet encadré, elle nous donne un conseil, une aide pour bien
procédure.
réfléchir. Reformuler le conseil.
On a déjà travaillé ainsi pour vérifier le verbe dans l’exercice 1. Chaque
fois qu’on cherchera le verbe d’une phrase, on suivra ce conseil.
- Lire les deux premières phrases. Parlent-elles du présent, du passé,
du futur ?
- Changer le temps : l’anniversaire de Zoé, c’est aujourd’hui.
… Zoé apporte un gâteau. Elle le partage avec tous ses camarades.
- Comparer avec les phrases du cahier. Quels sont les mots qui
changent ? Entourer les verbes.
Pour son anniversaire, Zoé apportera un gâteau.
Elle le partagera avec tous ses camarades.
- Lire la première phrase du n° 2.
Travail individuel. Correction. Changer le temps. ….Hugo a choisi…
- Lire la seconde phrase du n° 2.
Travail individuel. Correction. Changer le temps. Moi, je préfère…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


63
Coccinelle CE1 Unité 2

VOCABULAIRE Les familles de mots cahier p. 24


Lire et compléter la règle.
J’entoure la partie commune : dent – dentiste – dentifrice
La partie commune s’écrit toujours de la même façon : dent
On comprend que l’on parle toujours d’une même chose : les dents

1. Reconnaitre  Je complète.
une famille dans - Nommer les dessins.
des mots connus Correction :
Entourer la partie commune : ventilateur, fleuriste, couvercle
2. Distinguer  Sur chaque ligne, je barre le mot qui ne fait pas partie de la famille.
famille de mots - Traiter collectivement la ligne 1 :
et champ lexical - on comprend que l’on parle toujours de la même chose : couper,
- on cherche si les mots ont une partie commune. Dans couper, coupure,
découpage, on voit coup, on entend /kup/. Entourer la partie commune.
On ne retrouve pas cette partie dans ciseaux.
- On barre ciseaux.
Travail individuel
Correction :
Ligne 2 : On trouve une partie commune à tous les mots : dans.
Mais tous les mots ne parlent pas de la même chose. La danse, danser,
danseur font penser à la danse. Dedans veut dire à l’intérieur. C’est le
contraire de dehors.
Ligne 3 : on entend /so/ dans tous les mots. Mais cette syllabe ne s’écrit
pas toujours de la même façon. Elle s’écrit sau dans tous les mots qui font
penser à sauter : un saut, un sauteur, sauter, une sauterelle. Elle s’écrit seau
dans le ruisseau. Le ruisseau ne fait pas penser à sauter.
Ligne 4 : Tous les mots font penser à l’eau.
Mais on ne trouve pas le mot eau dans arroser, arrosoir, arrosage. Ces trois
derniers mots ont une partie commune arros et on comprend que l’on parle
de la même chose : mouiller avec de l’eau, ou avec un autre liquide.
 Dans chaque phrase, il y a un mot en gras.
3. Trouver un mot
Je complète la phrase avec un mot de sa famille.
dans une famille
- Traiter la phrase 1 collectivement : on cherche un mot dans la famille de
chaton. Ce mot doit aller dans la phrase. Avec ce mot, on fait une phrase qui
a du sens, que l’on comprend.
Un petit chat s’appelle un chaton.
Vérifier : chat et chaton appartiennent à la même famille :
- On entend une partie commune : cha ; on voit une partie commune chat.
On parle toujours de la même chose : le chat, un petit animal avec des poils
doux, des longues moustaches et qui miaule.
Travail individuel.
Tous les mots à trouver sont dans la compétence actuelle des élèves.
2. Le jardinier plante une bordure de fleurs au bord de la pelouse.
3. Le dossier est la partie de la chaise où l’on peut appuyer son dos.
4. Si tu fais régulièrement du sport, tu es un sportif ou une sportive.
5. Damien pousse son petit frère dans sa poussette.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


64
Coccinelle CE1 Unité 2

Poésie La fourmi Cahier p. 25


- Lecture de la poésie par l’enseignant.
Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
- Seconde lecture par l’enseignant :
Première strophe : ce cartable ressemble-t-il au leur ?
Quatre strophes suivantes : que pensent-ils de ce cartable ?
- Lecture silencieuse des élèves : ils cherchent à retrouver dans l’illustration les mots du
poème.
- Parler sur l’illustration : Que reconnait-on ? Que pensent les élèves des personnages
en haut de l’image ?
- Chercher comment la poésie est construite.
Les paragraphes : dans un poème, on les appelle des strophes. Donner le mot.
Chaque strophe est composée de 4 vers. Elle forme une seule phrase : on voit la majuscule
au début, le point à la fin. Les parties de la phrase sont séparées par des virgules. On lira
chaque strophe comme une phrase et on fera des petites pauses à chaque virgule.
- Lecture à haute voix des élèves. Distribuer le texte à des groupes de 5 élèves. Laisser du
temps pour préparer la lecture.
1. Je cherche dans la poésie :
- ce que l’on mange : la pomme, l’orange, le nougat, la figue, la mandarine, les noisettes, le
caramel, le chocolat.
- ce que l’on ne mange pas : le livre, l’encre, la gomme, les crayons de couleur, le bison, le
papier d’argent ou d’or, la coquille marine, les bateaux, les cowboys, la craie, les confettis,
les billes, les cheveux, les joues, la rose.
2. J’imagine trois odeurs pour mon cartable. Je n’oublie pas la virgule.
- Présenter le travail : on va écrire un petit morceau de poésie, à la manière de Pierre
Gamarra. Il commencera comme la deuxième strophe.
- Discuter : tout ce que le poète met dans son cartable a-t-il vraiment une odeur ?
On peut écrire des mots qui font penser à une odeur, mais aussi d’autres mots, juste
pour rêver.
- Travail individuel. Les élèves écrivent au crayon à papier. L’enseignant apporte de l’aide
pour la correction orthographique.
Les élèves lisent leur travail à leurs camarades.
Exemples en classe
Mon cartable sent le pain,
La brioche et la confiture.
Mon cartable sent les fleurs,
Les nuages et la pluie.
Mon cartable sent le raisin,
Le soleil et les yeux bleus de la maitresse.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


65
Coccinelle CE1 Unité 2

Je raconte Cahier p. 26
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à organiser un récit et à l’enrichir.
MATÉRIEL : cahier p. 26 ou projection de la page au TBI. 9 grandes feuilles de papier
Je donne un prénom à ce petit garçon. Puis je raconte sa nuit.
1. Observer l’ensemble de la page : 9 images.
- On voit le petit garçon du début dans toutes les images : c’est une histoire.
Ce petit garçon est le héros de l’histoire. Lui donner un prénom.
- Comment voit-on que c’est sa nuit ? Que montre la première image ?
Le garçon est dans son lit. Ses parents lui ont dit bonsoir. Ils vont éteindre la lumière et
fermer la porte.
Que montre la dernière image ? Le garçon dort encore. Il rêve. On voit sa maman qui ouvre
la porte. Elle vient le réveiller.
On va raconter ce qui se passe pour ce garçon pendant la nuit.
2. Récit n° 1 : identifier chaque moment de l’histoire : chercher une ou deux phrases
pour chaque image.
1. Il est couché. Ses vêtements sont sur la chaise : on voit son pull vert, son pantalon bleu et ses
chaussettes et une écharpe jaune. Il va dormir. Ses parents lui disent bonsoir, bonne nuit. Ils vont
éteindre la lumière et fermer la porte.
2. Le garçon est dans le noir. Il ne dort pas. Il voit un crocodile sur sa chaise. Il a peur. Il crie.
3. Son papa arrive. Il allume la lumière. Il lui demande ce qui se passe. Le garçon lui dit qu’il a vu un
crocodile sur la chaise.
4. Son père le rassure. Ce n’est pas un crocodile, ce sont ses vêtements.
5. Le garçon s’endort. Il rêve à un crocodile.
6. Il rêve qu’il part à l’école avec son crocodile. Il le tient en laisse.
7. Il rêve toujours : il est en classe et le crocodile est allongé à côté de son bureau.
8. Le crocodile est très gentil. Pendant la récréation (ou à la sortie de l’école), il se transforme en
toboggan. Le garçon sourit dans son rêve. Il est content.
9. Dans le rêve, le garçon revient de l’école avec son crocodile. Sa maman l’attend devant la porte de
la maison. Dans la réalité, c’est le matin, sa maman ouvre la porte et l’appelle pour le réveiller.
Récit au présent. L’enseignant prend note de cette trame et, si possible, l’écrit sur de
grandes feuilles de papier, une par image, que l’on complètera au fur et à mesure du travail.
3. Récit n° 2 : intégrer des détails des illustrations dans le récit
Ces ressources lexicales sont des points d’appui pour l’enseignant,
pas des passages obligés pour les élèves.
1. c’est le soir, chambre, vêtements, pantalon, pull, chaussettes, écharpe, chaise, lit, couverture,
parents, éteindre, fermer
2. noir, ombre, avoir la forme d’un crocodile, ressembler à un crocodile, avoir peur, être effrayé,
trembler, appeler au secours
3. arriver, allumer la lumière, demander, expliquer, montrer
4. rassurer, n’aie pas peur, ce n’est rien, tu vois bien qu’il n’y a pas de crocodile ; ce sont tes
vêtements qui sont sur la chaise.
5. s’endormir, rêver, crocodile, gueule, dents, oiseau
6. nom et couleur des vêtements, cartable
7. classe, écrire, camarades
8. se transformer, jouer, s’amuser, glisser, courir, rire, sourire, ciel, nuages, arbre, vêtements de la
fille, couleurs
9. maison, volets bleus, escalier, plante dans un pot, rue, auto rouge, ouvrir la porte, appeler, réveiller
Reporter ce récit détaillé sur les grandes feuilles.
À la fin du travail, relire la totalité du récit.

4. Distribuer les 9 moments à 9 élèves qui racontent à tour de rôle.


5. Reprendre cette activité à différents moments.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


66
Coccinelle CE1 Unité 2

Compréhension La rentrée, mon chat et moi. Cahier p. 27

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à mettre en forme ses réactions à la lecture d’un texte.
Préparer les élèves à tenir plus tard un carnet de lecture
MATÉRIEL : pour chaque élève son livre et son cahier.

Préparation des élèves. Leur demander de relire la totalité de l’histoire à la maison avant
la séance.
1. Informer les élèves de l’objectif : chacun va écrire ce qu’il a aimé dans cette histoire, ce
qu’il a pensé en lisant cette histoire. C’est un travail très personnel. Tout le monde n’écrira
pas la même chose. À la fin du travail, on partagera nos idées et nos réactions.
2. L’enseignant relit le texte entier ou fait écouter son enregistrement.
Les élèves écoutent livre fermé.
Pas de conduite particulière pour ce travail.
Il peut être fait en une seule séance ou réparti sur plusieurs moments.
Les élèves peuvent choisir l’ordre dans lequel ils traiteront les consignes.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


67
Coccinelle CE1 Unité 2

Des jeux pour réviser


La phrase
 J’écris deux phrases pour ce dessin.
Vérifier avec les élèves le nombre de mots.
Aider à reformuler, modifier, enrichir, pour respecter la consigne.
 Je compose deux phrases, une pour chaque dessin.
J’utilise tous les mots pour chaque phrase.
Demander aux élèves de bien observer les deux dessins avant de commencer.
1. La grande girafe avance vers le zèbre.
2. Le zèbre avance vers la grande girafe.
Vérifier
- que tous les mots, et seulement eux, sont utilisés, sans être modifiés.
- que la phrase est correctement attribuée à chaque dessin.
- que la phrase est bien ponctuée : majuscule et point.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


68
Coccinelle CE1 Unité 3

UNITÉ 3
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


69
Coccinelle CE1 Unité 3

Lecture Qu’est-ce qu’une ville ? livre p. 24

Pour commencer :
- Présenter la lecture : Dans cette unité 3 nous n’allons pas lire une histoire.
Nous allons apprendre à mieux connaitre la ville.
Regarder le sommaire page 2, colonne LECTURE : les unités 3 et 4 forment un grand texte
documentaire sur la ville. Un texte qui apporte des connaissances est un texte documentaire.
Feuilleter l’unité 3 : Combien de pages de lecture consacrées à la ville trouve-t-on ?
- Lire le titre page 24 : Qu’est-ce qu’une ville ? C’est le titre de cette première partie.
Il n’y a pas de (1), pourquoi ? Feuilleter à nouveau l’unité 3 : chaque page de lecture
présente la ville, mais à chaque fois il s’agit d’un aspect différent. Ce n’est pas comme
une histoire qui se suit, avec des épisodes qui s’enchainent.
1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le TBI, en masquant les textes.

Observer et décrire 1. Première photo : on voit beaucoup de maisons,


- analyser et nommer d’immeubles. Au fond, la mer. Repérer les étiquettes
1. Que voit-on sur la première photo ? de mots : les élèves savent-ils ce qu’est une place ?
Sur la seconde ? une avenue ? Noter les idées qu’ils proposent.
Pendant ce temps de travail, ou lorsque le livre sera ouvert
pour lecture par les élèves, confronter avec l’encadré
de lexique :
avenue : rue, large, souvent bordée d’arbres. S’ils ont
proposé longue, indiquer que c’est le cas sur la photo, que
c’est souvent le cas mais pas toujours. S’ils ont indiqué
trottoir, immeubles, maisons, dire que c’est vrai pour toutes
les rues, grandes ou petites, donc aussi pour les avenues,
qui sont des rues.
place : même travail. Une place peut être carrée,
rectangulaire : elle n’est pas toujours ronde. Trouver sur
la photo une place rectangulaire (en bas à droite).
2. Seconde photo : des immeubles aussi, peut-être
des maisons. Au fond, la montagne. On voit une grande
rue et une place. Peut-être est-ce une ville plus petite,
mais on ne peut pas être sûr de la taille de la ville : la
première photo est prise de loin, de haut, pour montrer
toute la ville ; la seconde photo est prise de plus près,
peut-être pour montrer seulement une partie de la ville.

2. Ces deux photos peuvent-elles 2. Rien ne se ressemble, c’est très peu vraisemblable.
nous montrer la même ville ? Mais c’est peut-être une ville située entre mer et
- faire des hypothèses montagne. Dans ce cas, la photo montre un petit bout de
la première ville, en bas de la montagne.

3. Pourquoi trouve-t-on 3. Développer la notion de documentaire : la photo apporte


dans cette page des photos des informations directes. Elle montre ce qui existe.
et non pas des dessins, Dans un documentaire on n’imagine pas, on montre les
comme dans les unités 1 et 2 ?
choses telles qu’elles sont, sans inventer.
- introduire la notion de
documentaire

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


70
Coccinelle CE1 Unité 3

2. Lecture silencieuse
Texte entier.

3. Oral collectif de compréhension


1. Qui parle dans cette page ? 1. On comprend que ce sont les deux enfants dessinés
- justifier au milieu de la page :
- le premier paragraphe parle de notre oncle. Personne
d’autre qu’eux, ici, ne peut dire notre oncle.
- dans le second paragraphe ils disent : « Nous, nous
habitons… »
Ce sont les deux enfants qui présentent les villes. Ils les
connaissent.
2. Répondons à la question que nous 2. Une seule indication : Nous, nous habitons une ville
nous sommes posée : les deux photos plus petite. Donc, une autre ville que leur oncle. Nous
montrent-elles la même ville ? sommes ainsi surs qu’il y a deux villes différentes.
- réduire l’ambigüité de l’image
par le texte 3. L’oncle : Suivre du doigt tout le bord de mer construit
3. Peut-on situer l’endroit où habite
de la grande ville. Faire apparaitre que l’on ne peut pas
l’oncle des deux enfants ? L’endroit où
habitent les deux enfants ? mieux décider : un quartier au bord de la mer.
- inférer à partir du texte Les enfants : au centre-ville. Établir qu’il est plus aisé de
situer la position des enfants que celle de l’oncle.
- Pourquoi beaucoup d’immeubles, avec plusieurs étages
chacun, dans les villes ? Pour pouvoir loger beaucoup
d’habitants : même la grande ville est obligée de loger
ses nombreux habitants dans des appartements.
Opposer maison et immeuble : plusieurs appartements
dans le même bâtiment.

4. Une ville, c’est grand !


4. Comparer :
Réfléchir : une ville petite, est-ce - Oui, ce sont bien deux villes : dans la petite ville on
encore une ville ? trouve aussi des immeubles, donc beaucoup
- inférer à partir du texte d’habitations, une avenue, une place sur laquelle
débouche cette avenue. S’il y a un centre-ville c’est que
la ville s’étend autour.
- l’une est plus petite : une seule grande rue qui mène à
une place ; un espace limité par la montagne ; beaucoup
moins d’immeubles. On ne distingue pas un plan bien
ordonné avec des groupes d’immeuble. Observer a
contrario la photo de la grande ville : des blocs
d’immeubles autour d’un grand espace vide intérieur
(des cours, des petits jardins publics) disposés
régulièrement le long des avenues qui mènent à la mer.

5. Qu’est-ce qui est plus petit qu’une 5. Un village : des petites rues, beaucoup de maisons,
petite ville ? peu d’immeubles, moins d’habitants. Tout le monde se
- explorer un champ lexical : connait, ce qui n’est pas possible dans les villes. Parfois
les lieux d’habitation le village est traversé par une grande route, une route qui
va d’une ville à l’autre.
6. Rédiger un résumé de ce que
Exemple en classe :
l’on a appris sur la ville.
- résumer Une ville, petite ou grande, rassemble beaucoup d’habitants.
On y trouve beaucoup de maisons et d’immeubles, et des rues très
larges pour la circulation.
Lecture à haute voix. Chercher le nombre de phrases, le début et la fin des phrases.
Laisser un peu de temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


71
Coccinelle CE1 Unité 3

Étude du code Le son /7/ comme à la fin de melon livre p. 25


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les deux graphies du son /7/ ;
mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- assurer la - Faire le lien avec l’illustration : repérer le pont, le chaton, le papillon,
compréhension une colombe, un mouton, un melon, à droite, un potiron, à gauche,
de la comptine deux pots de compote, les bonbons, le crayon marron, une trompette et
un violon.
- Catégoriser chaque strophe :
 la première reprend les paroles classiques : « on y danse tous en
rond ». Il s’agit de gens.
 la deuxième : des animaux
 la troisième : des aliments
 la quatrième : des instruments artistiques : crayon pour le dessin du
pont, instruments de musique pour la musique de la chanson.
À partir de cette unité, un seul tableau rassemble les différentes étapes du
travail sur les sons : classement selon le nombre de syllabes, vagues, point
situant la place du son dans la syllabe, découpage exact du mot en syllabes et
enfin encadrement de la graphie du son.

Rechercher le 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels


son tu entends le son /7/ comme à la fin de melon.
- Pour chaque mot trouvé, 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
– analyser le mot chercher immédiatement pont chaton Avignon
en syllabes le nombre de syllabes : U UU UUU
les frapper, ou les compter rond mouton papillon
sur les doigts, ou les tracer U UU UUU
sur l’ardoise à mesure. melon colombe
- Inscrire le mot dans le tableau. UU UUU
- Représenter chaque syllabe bonbon potiron
par une vague. UU UUU
- Rechercher les mots du crayon compote
texte p. 24 qui contiennent le 4 syllabes
UU UUU
son /7/ : fond – on – oncle – accompagner
marron trompette
habitons – montagnes UUUU
UU UUU
Les découper en syllabes. violon
Les inscrire dans le tableau. UU
- Rechercher oralement chanson
d’autres mots qui contiennent UU
le son /7/.
2. Continue ton tableau :
– discriminer le son
- Marque avec un point rouge la place du son dans la syllabe.
à l’intérieur de
la syllabe. - Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
- Entoure les lettres qui écrivent le son.
Observer l’écrit - Découper exactement le mot en syllabes par des traits verticaux.
Identifier la - Rechercher les lettres qui écrivent le son /7/. Remarquer que l’on voit
graphie toujours la lettre o mais que l’on n’entend jamais /o/ dans les syllabes
- analyser la relation découpées : on entend bien /7/. Conclure et entourer les deux lettres.
phonème – graphème - Remarquer : parfois c’est on, parfois om.
- Lire les mots de référence : on retrouve les deux écritures on et om.
Dire aux élèves qu’on apprendra plus tard comment choisir entre on et om.
- Lire les mots outils. Recopier quelques mots dans le tableau des graphies.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


72
Coccinelle CE1 Unité 3

Lecture Qu’y a-t-il dans la rue ? livre p. 26

Pour commencer :
Lire le titre, regarder l’image sans la détailler.
Justifier : est-ce bien encore le thème de la ville ? Pourquoi ?

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
analyser et nommer 1. Décrire en suivant un parcours (ou un point de vue fixe)
1. Que voit-on dans cette rue ? imaginaire : j’entre dans cette rue (ou bien, je suis à
Situer dans l’espace l’entrée de cette rue) ; je décris au fur et à mesure ce que
et par rapport à un point de vue je vois.
À mesure de l’avancée dans la rue, lire les étiquettes.
Les définir si nécessaire. Ce travail prépare la lecture
du texte entier.
Repérer dans l’espace par rapport au locuteur :
à ma gauche : je croise un enfant et son père ; des
maisons basses, on voit deux portes d’entrée et deux
fenêtres ;
à ma droite : l’entrée du parking commercial ; une voiture
descend dans le parking ; une femme regarde une vitrine ;
au bout du trottoir, un panneau d’interdiction de stationner
fixé à un lampadaire
de part et d’autre de la rue : des trottoirs
en face : une place, une fontaine au centre, un immeuble.
Au bas de l’immeuble, une voiture verte est garée.

2. Sommes-nous en ville ? 2. Indiquer qu’il faut rassembler ce que nous avons appris
- synthétiser sur la ville, et ce que nous savons par notre expérience :
- des immeubles assez hauts, donc beaucoup d’habitants
- un centre commercial.
Pas d’avenue ici, nous sommes dans une rue.
Conclure : on ne peut pas savoir si c’est une grande ville
ou une petite ville, mais c’est une ville, pas un village.

- Demander à un élève de lire la première phrase. Qui parle ? On reconnait les deux enfants.
Comment s’appelle leur rue ?
2. Lecture de l’enseignant.
Donner une consigne d’orientation : À la fin de votre lecture, je vous demanderai de dire
où, exactement, habitent ces enfants. Pendant que je lirai, vous suivrez sur l’image pour bien
vous représenter ce dont parle le texte. Je lirai lentement.
Lire en reprenant dès le début. Les élèves écoutent en regardant l’illustration sur le livre
ou sur le TBI.
- Lecture finie, demander aux élèves de dire où les enfants habitent. Indiquer que
la validation va être recherchée par une lecture ensemble, paragraphe par paragraphe.
3. Oral collectif de compréhension

1. Où habitent les enfants ? 1. Lire paragraphe par paragraphe. À chaque fois, se


- faire le lien entre texte demander s’il contient une information contribuant à la
et illustration réponse. Traiter d’abord ceux qui permettent de répondre
à cette question. Les deux enfants habitent…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


73
Coccinelle CE1 Unité 3

- rechercher et distinguer §1. rue de la Fontaine. Pourquoi ce nom ? Elle débouche


 des informations explicites sur une place au milieu de laquelle on voit une fontaine.
§2. une petite maison.
 et des informations implicites §3. sur le trottoir à gauche de l’image. L’information est
apportée par le déterminant notre : sur notre trottoir il y a
seulement des maisons. Pourrait-il y avoir des maisons sur
le trottoir en face ? L’illustration n’en montre pas. Le texte
ne le dit pas. Mais on sait de façon sure que :
- sur le trottoir de gauche, il y a seulement des maisons.
- sur le trottoir en face il y a au moins un immeuble.
Il y a peut-être aussi des maisons, que l’on ne voit pas,
ou d’autres immeubles, on ne peut pas savoir.
Pouvons-nous décider quelle maison les enfants habitent
avec l’illustration et le texte ? Nous avons deux indices :
§4. : en face de chez nous on a construit … des magasins.
La maison avec une porte verte est bien en face des
vitrines ; la maison avec une porte marron est en face de
l’entrée du parking.
§7. : De notre fenêtre, on voit un panneau d’interdiction de
stationner… On peut voir ce panneau aussi de la maison
à la porte marron, en se penchant, mais c’est moins facile.
Conclure : Sans être tout à fait sûr, on peut penser que
les deux enfants habitent la petite maison à la porte verte.

2. Qu’avons-nous appris de cette rue ? 2. Il ne s’agit plus de savoir où habitent les enfants, mais
- catégoriser les informations d’extraire du texte ce que nous avons appris de cette rue :
synthétiser
- §1 : son nom : rue de la Fontaine
- § 2 à 4 : on y trouve des maisons anciennes et un
immeuble récent avec un centre commercial
- elle est étroite (pas large).
- elle débouche sur une place au milieu de laquelle se
trouve une fontaine
- deux côtés très différents : maisons anciennes et
immeuble récent avec centre commercial
3. Qui sont les voisins quand on vit
3. Différencier voisins de palier, d’étages, des maisons ou
dans une maison ? Dans un
appartement ? des immeubles juste à côté, de rue (maisons ou
immeubles plus éloignés).
4. Lire les noms des plaques de rue.
Comment, pourquoi choisit-on un nom 4. Écrire au tableau ces trois noms de rue. En faire
de rue ? des catégories de début de colonne : un lieu (la fontaine),
un personnage que l’on veut honorer (Schoelcher),
une idée que l’on veut défendre (la liberté).
Demander aux élèves de classer les noms de rue
5. Ma rue ressemble-t-elle à la rue qu’ils connaissent dans ces colonnes.
de la fontaine ?
- comprendre à partir 5. Comparer la catégorie de noms de rue, la présence de
de l’expérience personnelle commerces, de maisons et d’immeubles etc.
4. Lecture à haute voix.
Répartir le texte entre deux élèves qui lisent un paragraphe tour à tour, comme les enfants
qui présentent leur rue. Laisser un peu de temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


74
Coccinelle CE1 Unité 3

Étude du code Le son /A)/ comme dans balançoire livre p. 27

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /A)/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

- Lecture par l’enseignant. Les élèves reformulent l’histoire avec


Lire la comptine leurs mots.
C’est un enfant à la campagne. Il voudrait jouer dehors mais il y a une tempête.
C’est novembre. Alors il reste chez lui et regarde la tempête par la fenêtre.
Apporter les connaissances : l’ouragan, l’amandier, le cerf-volant.
- assurer la
compréhension - Première strophe. Qui dit je ? On ne sait pas son nom. On ne sait pas
de la comptine si c’est un garçon ou une fille. On voit un enfant de dos sur l’illustration.
- associer texte - Deuxième strophe. Pourrait-il jouer à la maison ? Sans doute, mais il
et illustration pour n’en a pas envie. Il voudrait seulement jouer dehors.
décider du sens - Troisième strophe. Pense-t-il que la tempête va bientôt s’arrêter ?
Établir que non : il a mis ses chaussons ; il dit je passerai… / ce
méchant jour de novembre. Il pense que cela va durer toute la journée.
- Récapitulation. Quand et où se passe cette histoire ? En novembre,
- synthétiser à la campagne (Le vent souffle dans les champs).
- interpréter - Quel moment nous montre l’illustration ? L’enfant est en chaussons.
Il est donc rentré et a compris qu’il devra rester chez lui toute la journée.

1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels


tu entends le son /A)/ comme dans balançoire.
Rechercher le - Pour chaque mot trouvé, 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
son chercher immédiatement vent penche ouragan
le nombre de syllabes : U UU UUU
- analyser les mots
en syllabes les frapper, ou les compter champ rentre tempête
sur les doigts, ou les tracer U UU UUU
sur l’ardoise à mesure. dans courant amandier
- Inscrire le mot dans U UU UUU
le tableau. chambre toboggan
- Représenter chaque 4 syllabes UU UUU
syllabe par une vague. balançoire méchant cerf-volant
- Rechercher les mots du UUUU UU UUU
texte p. 25 qui contiennent le trampoline trembler envoler
UUUU UU UUU
son /A)/ : dans – ancienne –
novembre
seulement – grand – client -
UUU
appartement – lampadaire
Les découper en syllabes. Les inscrire dans le tableau.
- Rechercher oralement d’autres mots qui contiennent le son /A)/.
2. Continue ton tableau :
- discriminer le son - Marque avec un point rouge la place du son dans la syllabe.
à l’intérieur - Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
de la syllabe
Observer l’écrit - Entoure la lettre qui écrit le son.
Identifier la - Découper exactement le mot en syllabes par des traits verticaux.
graphie - Rechercher les lettres qui écrivent le son /A)/.
Remarquer : parfois c’est an, parfois am, parfois en, parfois em.
- analyser la relation - Lire les mots de référence : on retrouve ces quatre écritures.
phonème – graphème
Dire aux élèves qu’on apprendra plus tard comment choisir entre elles
- Lire les mots outils. Recopier quelques mots dans le tableau des graphies.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


75
Coccinelle CE1 Unité 3

Lecture Qu’est-ce qu’un quartier ? livre p. 28

Pour commencer :
- Rappeler ce que l’on a déjà appris sur la ville : ce qu’est une ville, petite ou grande ;
ce que l’on trouve dans une rue de ville.
- Lire le titre page 24 : Qu’est-ce qu’un quartier ?
Tous les élèves connaissent-ils le mot ? Demander aux élèves s’ils pensent habiter
dans un quartier de leur ville, et si leur quartier a un nom.
1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le TBI, en masquant les textes.

Observer et décrire
- comparer l’apport de différents 1. Deux illustrations : un dessin qui montre le plan d’une
supports partie de la ville ; la photo d’une rue.
- analyser et nommer Discuter l’apport de chaque illustration : le plan dessiné fait
1. Identifier et comparer les deux bien voir et comprendre comment sont disposés les
illustrations.
bâtiments d’une petite partie de la ville.
Comparer avec les photos de la page 24, où l’on voit toute
la ville, mais on ne peut pas identifier chaque bâtiment.
La photo de la rue, p. 28, montre la réalité, avec beaucoup
de détails, la couleur des vêtements, des fleurs qui
égayent la rue etc.
Le plan n’a pas besoin de tous ces détails. Pour qu’on le
lise bien, il ne doit montrer que l’essentiel. Sur un plan, on
montre juste ce qu’il faut pour situer et comprendre.
2. Faisons le tour de ce quartier.
2. Partir du centre en bas et finir par le cinéma.
Quels bâtiments, quels lieux
trouvons-nous ? Nommer à mesure les bâtiments étiquetés ; dire ce que
l’on y fait, quand dans la journée.
Identifier tous les bâtiments, y compris ceux qui n’ont pas
d’étiquette.
le tour : un bloc de cinq immeubles d’habitation ; deux
autres immeubles d’habitation ; Au bas d’un immeuble, il y
a un magasin ; la bibliothèque ; la gare ; le jardin public
(= ouvert à tous. Remarquer les bancs) ; le stade ; les trois
bâtiments de l’école ; tout en bas à gauche, six places de
stationnement pour les voitures.
le centre : des services utiles ou de loisirs : la poste
et la banque ; le restaurant ; le cinéma.
3. Les conseillers municipaux, 3. Les immeubles d’habitation sont regroupés loin de la
le maire, ont voulu cette disposition gare et du bruit des trains. L’école aussi est éloignée des
des bâtiments. À quoi ont-ils pensé ? voies de chemin de fer.
- catégoriser Les espaces verts de détente et d’amusement sont plus
proches de la gare, ainsi que la bibliothèque : on n’y est
pas tout le temps, pas tous les jours.
Au centre, sur les trois petits ilots, les bâtiments où vont
tous les habitants.
4. Les élèves lisent le texte dans l’encadré de la photo.
4. Pourquoi la mairie décide-t-elle L’observation, même difficile, doit faire apparaitre
de faire une rue piétonne ?
l’importance des commerces dans cette rue : les auvents,
- dégager l’implicite le parasol sur le trottoir de gauche, le tableau noir sur le
trottoir de droite, sur lequel on lit classiquement les menus
du jour des restaurants.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


76
Coccinelle CE1 Unité 3

2. Lecture silencieuse
Texte entier.
Indiquer aux élèves qu’à la fin de leur lecture ils devront répondre à la question :
qui dit Notre quartier, Nos parents ?
Identifier les deux enfants déjà rencontrés dans les lectures précédentes, même si
leur dessin ne figure pas sur cette page.
3. Oral collectif de compréhension
1. Savons-nous maintenant ce qu’est 1. Leur quartier :
un quartier ? Connaissons-nous le - l’endroit de la ville où ils habitent, où ils vivent :
quartier des deux enfants ?  les bâtiments,
- synthèse et définition
 leurs voisins et connaissances (commerçants, copains et
gens qu’ils rencontrent souvent),
 leurs activités
 leurs trajets habituels.
Définir le quartier : une petite partie de la ville où l’on vit,
où l’on trouve les services essentiels de la vie courante,
et où l’on a ses habitudes.
Apporter les emplois suivants du mot quartier :
quartier d’orange, quartier de pomme. Un quartier,
c’est toujours une partie de…
2. Peut-on situer dans la page 2. Si nécessaire, rappeler que la page contient deux
les commerçants que connaissent illustrations. Aucun nom de ces trois commerces n’apparait
les deux enfants ? sur le plan. Tous peuvent être dans la rue piétonne : c’est
- faire des hypothèses
une rue commerçante. Mais on remarque un auvent en
bas à droite du plan, juste devant le passage clouté.
Ce peut être l’emplacement d’un de ces commerces.
3. L’important est de toujours passer par les passages
3. Raphaël habite derrière pour piétons. Le chemin qui passe par le stade est moins
la bibliothèque. Quel chemin
peut-il prendre pour aller à l’école ?
dangereux que celui qui passe par les trois ilots : une
seule rue à traverser, et grande visibilité à gauche et
- se repérer dans un plan
à droite.
4. Camélia habite dans l’immeuble en 4. Demander la description exhaustive de son parcours :
bas à droite. Combien de passages elle passe devant le restaurant, puis devant la poste.
pour piétons emprunte-t-elle pour aller Elle a emprunté trois passages pour piétons.
à l’école ?
- se repérer dans un plan

5. Les deux enfants disent : 5. Les élèves doivent se réapproprier l’ensemble du travail
Notre quartier, on y est bien. fait et le mettre en perspective de façon personnelle.
À votre avis, pourquoi ? Inviter à des réflexions critiques : il y a peu de maisons,
Et vous, seriez-vous bien cela les gêne-t-il ? La proximité de la gare, même
dans ce quartier ? Pourquoi ? question.
- récapituler

4. Lecture à haute voix. Laisser un peu de temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


77
Coccinelle CE1 Unité 3

GRAMMAIRE Le singulier et le pluriel p. 29

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : nommer et définir le singulier et le pluriel.


PRÉPARATION DU TABLEAU : les huit phrases disposées en regard, avec quatre couleurs
différentes. Ou sur le TBI.

1. Étudier le support : les deux dessins


- mobiliser la - Faire le lien avec le thème : la ville, les rues, les passages pour
compétence orale piétons. Raconter à grands traits les deux scènes :
- prendre conscience C’est dans la rue. Une dame… Un enfant… Une voiture est…
de sa compétence à Et la seconde : une dame (ne pas insister sur les deux sacs si ce n’est
produire et distinguer
pas vu à ce moment du travail), des (trois) enfants… des (trois)
des phrases au
singulier et au pluriel.
voitures…
Noter des phrases d’élèves, elles seront comparées aux phrases sous
le dessin pour faire apparaitre la production spontanée du pluriel, et le
fait qu’à l’école on apprend à l’écrire correctement.
- comparer
2. Réfléchir avec les questions du livre.
Lis les phrases. Regarde les dessins.
Pourquoi les phrases de même couleur sont-elles différentes ?
- Conduire systématiquement la comparaison en repérant les éléments
de l’illustration qui répondent aux transformations : une seule voiture,
plusieurs voitures ; un seul enfant, plusieurs enfants etc. Répéter les
expressions un seul, plusieurs, pour catégoriser les phénomènes
linguistiques.
- Observer que ce n’est pas forcément toute la phrase qui change :
 La voiture est arrêtée. Les voitures sont arrêtées.
Tout change. Mais :
 Un enfant traverse la rue. Des enfants traversent la rue. Même travail
pour des miettes, qui ne change pas.
Des enfants traversent change. la rue ne change pas. Vérifier que
traversent est le verbe : Des enfants traverseront (traversaient) la rue.
 Une dame porte un sac. Une dame porte des sacs.
Une dame porte ne change pas. Insister : le verbe ne change pas
toujours.
- Permuter à l’oral pour obtenir tous les déterminants articles
et noter les phrases au tableau :
Une voiture est arrêtée. Des voitures sont arrêtées.
Le pigeon picore des miettes. Les pigeons picorent des miettes.
L’enfant traverse la rue. Les enfants traversent la rue.
Récapituler au tableau : quand on parle, on sait passer de
le (ou l’) à les ; la à les
un à des ; une à des
Conclure : Quand on parle, on ne se trompe pas, on sait faire
la différence entre un seul et plusieurs.
Lire la rubrique Je retiens.

 Un seul ou plusieurs ? Je lis, je fais une image dans ma tête.


Puis je classe les groupes de mots dans le tableau.
- déterminer le
nombre à partir de la - Observer le tableau : dans les têtières, les deux catégories,
compétence orale singulier et pluriel.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


78
Coccinelle CE1 Unité 3

- Faire le premier item collectivement, la rue. Inviter les élèves


à prendre juste le temps de passer de la rue à une image mentale,
puis de commencer à remplir le tableau.
Leur demander de faire seuls Singulier pluriel
le second : lecture silencieuse, la rue les trottoirs
formation d’une image mentale, puis un magasin des maisons
report dans le tableau. un parc des arbres
- Correction immédiate puis travail le vélo des piétons
individuel. une fontaine les taxis

Je recopie les groupes de mots au pluriel.


- contrôler l’attention - Rappeler le temps de représentation dans sa tête avant de décider.
au nombre - Orienter l’attention pour le travail de copie : je regarde les mots à
recopier, je les épèle. Je fais attention à ne pas oublier les lettres
finales que l’on n’entend pas.
- Travail individuel
des vitrines – les poubelles – des barrières

Je recopie les groupes de mots au singulier.


Même conduite
un immeuble – l’entrée – la terrasse

Je recopie la phrase qui parle de plusieurs bancs.


- contrôler l’attention
au nombre et au
- Lire les deux phrases. Demander pour chaque phrase :
sens Un seul ou plusieurs enfants ? Un seul ou plusieurs bancs ?
Relire la consigne : à quoi faut-il faire attention ?
Travail individuel.
Deux enfants sont assis sur les bancs.

Correction : certains élèves peuvent traiter le nombre de façon intuitive :


quand il y a plus d’enfants, il y a plus de bancs. Remarquer qu’on peut
faire des erreurs si, avant de répondre, on ne prend pas le temps de
vérifier ce que l’on doit chercher, ce à quoi on doit faire attention.

Je recopie la phrase qui parle d’un seul piéton.


- Indiquer aux élèves qu’avant de réponde, ils doivent de demander
à quoi faire attention.
Travail individuel
Le piéton attend pour traverser.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


79
Coccinelle CE1 Unité 3

Lecture Des bâtiments pour tous livre p. 30

Pour commencer :
- Rappeler les documentaires déjà travaillés sur la ville : ce qu’est une ville ; ce que l’on
trouve dans une rue de ville ; ce qu’est un quartier de ville.
- Lire le titre page 30 : Des bâtiments pour tous.
- Discuter ce que signifie pour tous : tous les habitants d’une ville. Les bâtiments pour tous
sont des bâtiments publics.
- Quels bâtiments avons-nous déjà rencontrés dans ce documentaire sur la ville ?
Lesquels étaient des bâtiments pour tous ?
Catégoriser au tableau :
bâtiments privés : maisons, immeubles, et aussi les commerces, même s’ils accueillent
tous les acheteurs.
bâtiments publics : l’école (pour tous les enfants), la bibliothèque, la gare, le stade,
la poste : les bâtiments qui rendent un service public, un service pour tous les habitants.

1. Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.


analyser et nommer 1. La photo a un titre : La mairie. On voit un grand
bâtiment. Au-dessus de son entrée, on peut lire HÔTEL DE
1. Que voit-on sur la photo ? VILLE, et en dessous les mots LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ :
Quelle impression ressent-on ? la devise de la République française.
Trois belles portes, en bois avec des vitres et quatre
lanternes, une pour chaque pilier de l’entrée. Les fenêtres
sont grandes. On sent que le bâtiment veut inspirer le
respect, qu’il s’y passe des choses importantes, officielles.
Lecture silencieuse.
Le texte - Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Qu’est-ce qu’une mairie ?
- Discuter : rappeler que l’on a déjà parlé de la mairie, du
maire et des conseillers municipaux lors de l’étude du
quartier. Aujourd’hui on voit l’endroit où ils discutent,
réfléchissent et prennent leurs décisions : l’hôtel de ville, la
mairie.
- Maison commune ne signifie pas que tout le monde peut
y manger et dormir ! Même pas que l’on peut y circuler
comme on veut, dans toutes les pièces !
C’est la maison commune, la maison de tous, parce que :
 tout le monde a le droit d’y aller pour obtenir des aides,
des papiers, poser des questions au maire etc., même
s’il faut demander un rendez-vous.
 le maire est élu par tous les habitants de la ville.
Préciser : la mairie est la mairie d’une ville, pas d’une
région ou d’un pays. Les habitants d’une ville élisent leur
maire, pas le maire de la ville d’à côté.
 les décisions prises concernent tous les habitants.
- Les élèves connaissent-ils leur mairie ? Comparer pour
répondre à la question : la mairie sur la photo est-elle
une mairie de grande ville ou de petite ville ?
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. Ici il y a
deux paragraphes : le premier parle du bâtiment, le second
parle des élus, et quatre phrases. Rappeler la petite pause
à la virgule. Laisser un peu de temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


80
Coccinelle CE1 Unité 3

2. Que voit-on sur la photo ? 2. La photo a un titre : la gare. Le mot gare est écrit sur
le bâtiment en français et en arabe.
Repérer la grande horloge : pourquoi toutes les gares du
monde ont-elles des horloges bien visibles ?
La discussion doit porter sur les horaires, et peut s’étendre
sur l’importance de l’information des voyageurs.
La voie d’accès (et donc de sortie) à la gare est belle,
large, bien entretenue. Pourquoi est-ce important ? La
discussion doit faire comprendre que la gare est comme
une image de la ville, elle la symbolise : c’est comme une
porte d’entrée. Faire l’analogie avec les grands porches
d’entrées de ville autrefois, et même aujourd’hui les fleurs
que certaines mairies mettent sur les panneaux routiers à
l’entrée de la ville. Quand on entre dans la ville ou quand
on la quitte, la gare est comme une image que l’on reçoit
ou que l’on emporte.
Le texte Lecture silencieuse.
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Que se passe-t-il dans une gare ?
Catégoriser les fonctions de la gare : transporter des
voyageurs mais aussi du courrier et des marchandises.
Lecture à haute voix.
3. Que voit-on sur la photo ? 3. La photo a un titre : la poste. Au-dessus de son
entrée, on reconnait le logo de la poste. L’analyser : un
oiseau bleu, ou un avion ? Il symbolise les fonctions de la
poste : apporter le courrier (les lettres, les colis) partout et
rapidement.
Est-ce un bureau de poste de grande ville ?
Le texte Lecture silencieuse.
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Que devient une lettre que l’on
met à la poste ?
Discuter : Le centre de tri met ensemble les lettres et les
colis qui seront expédiés dans les mêmes villes, les
mêmes pays. L’expédition : les élèves savent-ils comment
le courrier est acheminé (camions, train, avion,
bateau…) ?
Lecture à haute voix.
4. Que voit-on sur la photo ? 4. La photo contient le mot hôpital
Définir l’acronyme CHU : centre hospitalo-universitaire.
C’est un hôpital, on y soigne les gens malades ;
c’est aussi une université : les futurs médecins font
leurs études, ils apprennent leur futur métier.
Lecture silencieuse
Le texte
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Qui peuvent être les personnes
que l’on voit sur la photo ?
Discuter : on ne voit pas l’intérieur de l’hôpital, les
chambres des malades, les salles d’opération… Les
personnes qui sont dehors sont peut-être des malades
guéris qui sortent de l’hôpital, des médecins, des infirmiers
qui arrivent pour prendre leur service, ou qui partent, des
parents, des amis qui viennent rendre visite aux malades.
Lecture à haute voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


81
Coccinelle CE1 Unité 3

CONJUGAISON le verbe (2) livre p. 31


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : définir le verbe par la variation du pronom sujet de conjugaison.
1. Introduire la leçon :
a) mobiliser les connaissances
- Écrire au tableau : Le train arrive en gare.
- Rappeler ce que l’on sait du verbe : c’est le mot de la phrase,
qui indique le temps et qui change avec le temps.
Cette phrase parle-t-elle du passé, du présent ou du futur ? Chercher le
verbe. Justifier : demander aux élèves de faire varier le temps de la
phrase : Et si l’on parlait d’hier ? De demain ?
Reporter au tableau les trois phrases avec les variations du verbe.
Le train arrive en gare.
Le train est arrivé en gare.
Le train arrivera en gare.
- identifier la
Annoncer l’objectif : Nous savons déjà que le verbe varie avec
variation du verbe
selon le pronom le temps. Nous allons voir qu’il varie autrement qu’avec le temps.
(la personne) de b) mobiliser la compétence orale
conjugaison - Initier une situation de variation des pronoms personnels de
conjugaison. Se montrer du doigt et dire : J’explique la leçon. Noter la
phrase au tableau. Demander à un élève de vous dire ce que vous
faites : Tu expliques (vous expliquez) la leçon. Puis à un élève de
répondre à la question Que fait le maitre ? (ou Que fait la maitresse ?) :
Il (elle) explique la leçon.
- Constater que chacun sait choisir je, tu, il ou elle, vous quand il parle.
Souligner ces mots.
- Rechercher les verbes dans les phrases écrites au tableau. Justifier.
Encadrer les verbes.
2. La situation d’apprentissage
- mobiliser la
Sur le livre ou au TBI.
compétence orale Observer l’ensemble du support : six images, avec un enfant sur
- prendre les trois premières, puis trois enfants, toutes avec quatre phrases,
conscience de sa une dans l’image, trois autres en dessous.
compétence à 1. Lis les phrases ligne par ligne. Retrouve ce que tu sais déjà :
utiliser les pronoms pourquoi le verbe change-t-il ?
personnels de 1. Observer les trois images du haut, lire les phrases internes à
conjugaison l’image. Qui dit Je dans toutes ces phrases ?
Qui dit Je marche dans la rue ? Le garçon de l’image.
Qui dit J’ai marché dans la rue ? Le même garçon, vêtu légèrement.
C’est une bulle de pensée : il pense à l’été qui est fini, il parle du passé.
Qui dit Je marcherai dans la rue ? Le même garçon, vêtu chaudement.
C’est une bulle de pensée : il pense à l’hiver qui n’est pas encore là,
- identifier à l’écrit il parle du futur.
la variation du verbe Vérifier ce que l’on connait déjà : un seul mot change avec le temps,
avec le pronom le verbe, parfois écrit en un mot, parfois écrit en deux mots.
personnel de En quelle saison parle le garçon dans la première image ? Il porte un
conjugaison pantalon et une veste, mais sans être emmitouflé. C’est l’été, fini, et
l’hiver, pas encore là. Conclure : en automne.
2. Lire la première ligne en dessous de la première image. Qui dit
Tu marches dans la rue ? On ne sait pas : quelqu’un qui lui parle, un
copain peut-être, parce qu’il lui dit tu.
Conclure à la même variation de temps : le présent, le passé, le futur.
Même travail avec Il marche dans la rue.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


82
Coccinelle CE1 Unité 3

Analyser Elle marche dans la rue. Que faudrait-il changer dans


l’image ?
3. Même travail pour nous, vous, ils et elles. Qui dit nous ?
L’un des trois enfants, on ne peut pas savoir lequel.
Conclure : Quand on lit les phrases en ligne, on reconnait la variation
du verbe en temps : il indique le présent, le passé ou le futur.
2. Lis maintenant les phrases en colonne.
Faire observer trois points :
 Dans la phrase, ce qui change c’est
- le premier mot, celui qui indique la personne qui parle, je, ou la
personne à qui on parle, tu ou vous, ou enfin la personne dont on parle,
il, elle, ils, elles.
- le verbe
 Dans le verbe, ce qui change, c’est sa terminaison. Souvent on
entend la transformation, mais pas toujours. Quand le verbe s’écrit
avec deux mots, c’est le premier qui varie.
 Dans la rue ne change jamais.
 Conclure : ce qui fait changer le verbe, le mot qui le commande,
c’est forcément le mot qui le précède : je, tu, il, elle, nous vous, ils,
elles.

- définir 3. Lire le Je retiens.


- Lire la première puce et reformuler. On sait maintenant qu’il y a deux
choses qui font varier le verbe. La conjugaison du verbe, c’est sa
variation avec le temps ET avec je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles.
- Écrire Je regarde un film. Demander aux élèves, à l’oral, de :
- faire changer le verbe avec le temps
- puis remplacer je par nous.
- faire changer avec le temps ET remplacer tout de suite je par elle.
- Lire la deuxième puce. Indiquer que l’on ne sera plus obligé de dire
toute la série je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles, on dira simplement
pronoms de conjugaison.
- Lire la troisième puce. Introduire la notion de sujet du verbe.
Prendre soin d’employer et de faire employer par les élèves
l’expression complète sujet du verbe, car elle rappelle le lien entre le
- approche de
l’infinitif
pronom de conjugaison et le verbe. Commenter commande : le
pronom de conjugaison fait varier le verbe.
- Lire la quatrième puce.
Écrire au tableau : Je marche
Je marcherai
Nous marchons
Vous avez marché
Elle marchera.
Demander aux élèves de venir entourer la partie commune march.
Toutes ces conjugaisons parlent de la même action : marcher.
Ce sont des formes conjuguées du verbe marcher.
Écrire en face de chacune des conjugaisons c’est le verbe marcher
Je marche, c’est le verbe marcher, etc.
Marcher est l’infinitif du verbe. Dans le dictionnaire, on ne trouve
jamais je marche, tu marcheras… On apprendra bientôt à chercher
dans le dictionnaire. Quand on cherchera un verbe, on cherchera
toujours son infinitif.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


83
Coccinelle CE1 Unité 3

Lecture Comment se déplace-t-on en ville ? livre p. 32

Pour commencer :
- Rappeler les documentaires déjà travaillés sur la ville : ce qu’est une ville ; ce que l’on
trouve dans une rue de ville ; ce qu’est un quartier ; ce que sont les bâtiments publics.
- Lire le titre page 32 : Comment se déplace-t-on en ville ?
- Définir se déplacer : aller d’un endroit à un autre. Appeler l’attention sur les deux formes
du verbe, de même sens : déplacer un objet, se déplacer.
- Discuter : pourquoi est-ce important de réfléchir aux déplacements en ville ?
Rappeler ce que l’on a appris : une ville, cela peut être très grand.
- Réfléchir aux termes de la question : Comment, c’est-à-dire : avec quel moyen.
Mais on se demandera aussi : pourquoi ?

1. Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.


1. Que voit-on sur la photo ? 1. La photo a un titre : La marche. On voit une maman et
son enfant. Sont-ils prudents ? Oui : il tient la main de sa
maman, et ils traversent sur le passage pour piétons.
Le texte Lecture silencieuse.
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Pourquoi se déplace-t-on à pied
en ville ?
La réponse à partir du texte développera deux points :
- pour aller tout près de chez soi,
- pour être en forme, faire un peu d’activité physique.
Éventuellement, valider des apports autres : ne pas polluer
l’air de la ville avec la voiture ; aller à un endroit non
desservi par un transport en commun…
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. Faire
observer la virgule et le point d’exclamation.

2. Que voit-on sur la photo ? 2. La photo a un titre : Le vélo. On voit un cycliste,


peut-être un jeune garçon. Est-il prudent ? Oui : il porte
un casque, il a ses deux mains sur le guidon, et il utilise
une piste cyclable, ainsi que le montre l’indication au sol.
Il est bien séparé des voitures.
Le texte
Lecture silencieuse.
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Pourquoi se déplace-t-on à vélo
en ville ?
La réponse à partir du texte développera deux points :
- on va plus loin qu’à pied,
- on souhaite exercer une activité physique régulière.
Éventuellement, valider des apports autres : pour ne pas
polluer l’air de la ville, aller à un endroit non desservi par
un transport en commun.
De plus en plus de villes dans le monde mettent en
location des vélos. Ainsi on n’a pas besoin d’avoir un vélo
à soi, de la garder dans un appartement…
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. ici, une
seule phrase, mais deux points qui indiquent qu’une
explication va être donnée.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


84
Coccinelle CE1 Unité 3

3. Que voit-on sur la photo ? 3. La photo a un titre : La voiture. Elle montre un très
grand axe, une route à deux fois trois voies, plus une
bretelle sur le côté droit. Repérer les files de voitures
sur la photo. Est-on dans la ville ? Plutôt à l’entrée d’une
ville. Il y a un embouteillage : les voitures n’avancent pas,
ou très lentement. C’est peut-être l’heure d’aller au travail,
Le texte ou d’en revenir.
Lecture silencieuse.
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Qu’est-ce qui est difficile quand on
circule en voiture en ville ?
Les embouteillages et le stationnement.
Discuter : pourquoi prend-on tout de même sa voiture en
ville ? Demander aux élèves ce qu’ils en pensent : pour de
longs trajets ; parce qu’il n’y a pas de transport en commun
pour aller là où on doit aller ; parce que l’on doit transporter
des choses lourdes ou encombrantes ; parce que l’on aime
écouter la radio en partant au travail ; parce que l’on doit
emmener les enfants à l’école…
Lecture à haute voix.

4. Que voit-on sur la photo ? 4. La photo a un titre : les transports en commun.


Expliquer en commun : un service public que l’on utilise
avec d’autres personnes. On voit un tram, à l’arrêt sur une
grande place d’une grande ville. Remarquer l’alimentation
électrique : les câbles au-dessus du tram.
Le texte Lecture silencieuse
- Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Pourquoi tout le monde ne prend-il
pas le tram ou le bus ?
Réponse à partir du texte : le tram ne vous mène pas là
où vous voulez, ses arrêts sont déterminés, fixés.
Lecture à haute voix. Les phrases sont longues, bien les
identifier, se les représenter à l’avance pour les dire sans
les couper en petits morceaux.
5. La photo a un titre : les taxis.
5. Que voit-on sur la photo ? Le taxi est une voiture : n’est-il pas pris dans les
embouteillages, comme les autres voitures ?
Lecture silencieuse
Le texte - Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Quel est l’avantage du taxi ?
Il n'y a pas de problème de stationnement. Le taxi dépose
le voyageur exactement où il veut.
Lecture à haute voix.
6. Que voit-on sur les photos ? 6. Et encore… Les photos montrent des moyens de
déplacement peu habituels. Est-on plus près de la marche
à pied, ou du vélo ?
Conclure : à part la marche à pied, tous ces moyens de
transport ont un point commun, lequel ? La roue, inventée
il y a 5 500 ans.
Récapituler et catégoriser : on se transporte soi-même (marche, vélo, voiture, trottinette,
roller) ou on est transporté (tram, bus, taxi, poussette)
Il faut payer le service du transport (bus, tram, taxi, auto pour le stationnement) ; il ne faut
pas payer (marche, vélo, trottinette, roller)

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


85
Coccinelle CE1 Unité 3

VOCABULAIRE L’ordre alphabétique (1) livre p. 33


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : mémoriser l’alphabet ; amorcer une récitation sécable : en
avant, à partir de…, de… à…

- évaluer sa 1. Introduire la leçon : que sait-on de l’alphabet ?


connaissance de - Qui connait l’alphabet par cœur ? Écouter plusieurs élèves, faire
l’alphabet remarquer où ils s’arrêtent s’ils ne peuvent pas aller jusqu’au bout.
- Qui peut démarrer l’ordre alphabétique à partir de… ? (varier la lettre
de départ).
Annoncer l’objectif : connaitre l’ordre alphabétique, pouvoir le
commencer n’importe où. Cela sera nécessaire pour consulter le
dictionnaire.
2. La situation d’apprentissage
1. Tu connais le nom de toutes les lettres.
- repérer la place des Connais-tu bien leur ordre ?
lettres dans l’alphabet - Demander aux élèves de cacher l’alphabet au sommet de la page
et d’essayer de répondre aux questions.
- Quelle lettre vient juste après B ? Peuvent-ils répondre sans
regarder l’alphabet ? Si oui, pourquoi ? On connait bien les premières
lettres de l’alphabet.
- Quelle lettre vient juste avant K. Avant de regarder l’alphabet, où va-
t-on chercher la lettre K, au début ? au milieu ? à la fin ? Recueillir les
réponses et vérifier. Rechercher la lettre qui est juste avant K sur
l’alphabet. Rechercher aussi celle qui vient juste après. Réciter ce
- prendre conscience morceau de l’alphabet : JKL
de l’alphabet comme - Quelle lettre vient après MNO ? On a un morceau de l’alphabet.
liste ordonnée sécable Est-ce qu’on sait le continuer sans regarder ? Où se situe cette suite
de lettres dans l’alphabet ? Rechercher la lettre qui est juste après
MNO sur l’alphabet du haut de page.
Constater que MNOP vient juste après le bloc de lettres que l’on a
récité. Réciter l’ensemble : JKLMNOP.
Poser des questions sur ce bloc : quelle lettre vient juste après L ?
Quelle lettre vient juste avant O ? Je suis entre K et M. Etc.
- Quelle est la deuxième lettre de l’alphabet ? A-t-on besoin de
regarder l’alphabet pour répondre ? On connait bien les premières
lettres de l’alphabet.
- Quelle est la dernière lettre de l’alphabet ? A-t-on besoin de
regarder ? de réciter tout l’alphabet ?
Conclure : faire le point sur les difficultés : trouver les lettres au début
de l’alphabet, c’est facile ; au milieu, à la fin, c’est plus difficile.
2. Pose d’autres questions à tes camarades sur l’alphabet.
Indiquer aux élèves que ce travail poursuit l’objectif travaillé en 1.
- nommer et définir Ils doivent eux-mêmes contrôler l’ordre avant de poser leur question.
l’ordre alphabétique
3. Lire le Je retiens.
- Lire la première puce. Renvoyer à l’alphabet en haut de page.
- Lire la deuxième puce. Repérer les voyelles. Où sont-elles situées ?
Nommer les lettres qui les entourent.
Repérer quelques consonnes : je cherche la lettre qui est au début du
mot ville. Laquelle est-ce ? Où est-elle dans l’alphabet ? Etc.
- Lire la troisième puce. Ouvrir des dictionnaires et vérifier l’ordre
alphabétique : les mots qui commencent par A, les mots qui
commencent par…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


86
Coccinelle CE1 Unité 3

 Quelle lettre vient juste après dans l’ordre alphabétique ?


- trouver
le successeur c-d i-j o-p e-f k-l g-h r-s m-n b-c u-v t-u y-z
d’une lettre

- découper l’alphabet,  Je suis l’ordre alphabétique pour écrire les lettres


repérer des suites de qui manquent.
lettres, réciter à partir a-b-c g-h-i l-m-n-o r-s-t-u d-e-f-g v-w-x-y-z
de…

 Quelle lettre vient juste avant dans l’ordre alphabétique ?


- trouver Pour des raisons de mise en page, cet exercice vient en numéro 3.
le prédécesseur Le donner avant l’exercice 2.
d’une lettre
e-f d-e u-v h-i l-m v-w c-d p-q a-b t-u m-n q-r

- ranger des lettres  J’écris les lettres de ces mots dans l’ordre alphabétique.
non contigües dans
l’ordre alphabétique - Observer l’exemple : Le mot rue est composé des trois lettres r, u, e.
On range les lettres du mot dans l’ordre alphabétique. La première lettre
dans l’ordre alphabétique, c’est e. Après, il reste r et u à ranger.
La lettre r vient avant la lettre u dans l’ordre alphabétique.
- Travail individuel.
parc  a c p r maison  a i m n o s
Si les élèves ont du mal à détruire l’unité du mot ou à traiter les lettres
mentalement, écrire les mots sur une étiquette, puis découper les lettres et les
manipuler pour les ranger dans l’ordre alphabétique.
Mise en commun : on remarque qu’on a bien toutes les lettres du mot,
mais soit on ne peut pas prononcer ce que l’on a écrit (acpr), soit on
peut le prononcer mais le mot n’existe pas (eru, aimnos).

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


87
Coccinelle CE1 Unité 3

ORTHOGRAPHE LA PONCTUATION livre p. 34


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : renforcer l’attention à la ponctuation pour
lire et pour écrire.

- rappeler le nom des 1. Introduire la leçon : mobiliser les connaissances


différents points - Écrire au tableau et lire les phrases :
Oh, le beau lézard ! Je vais l’observer. Mais pourquoi part-il en courant ?
Je comprends, il a vu un insecte, il essaie de l’attraper.
Demander aux élèves de relever et nommer toutes les ponctuations :
virgule, points d’exclamation, point, point d’interrogation, virgule,
virgule, point.
2. Sur le livre ou au TBI
- Lire la règle en haut de la page.
 J’écris les signes de ponctuation que j’utilise pour aider
mon lecteur
- à faire des petites pauses : la virgule. La repérer en illustration.
Marquer la différence avec la pause du point final : à la fin de la phrase,
la voix ne reste pas en suspens.
- à comprendre que je pose une question : le point d’interrogation.
Le repérer en illustration.
- à comprendre que je m’étonne : le point d’exclamation.
Le repérer en illustration.
- associer la  Sur chaque ligne, il y a deux phrases. Je sépare les phrases.
ponctuation Je choisis le point qui convient. Je n’oublie pas la majuscule.
à sa fonction
syntaxique
Impression défectueuse du premier item sur la première édition.
Corriger : 1. Je vais à la bibliothèque est-ce que tu viens avec moi
L’enseignant lit la suite de mots telle quelle, sans marquer aucune
pause ni intonation expressive. Constater qu’on ne comprend pas bien.
- Travail individuel.
1. Je vais à la bibliothèque. Est-ce que tu viens avec moi ?
2. Est-ce que c’est une bonne idée ? Je pense que oui.
3. Le bus n’est pas tout à fait plein. Combien de places reste-t-il ?
4. Dépêche-toi ! Nous allons être en retard. (ou en retard !).
5. Quelle bonne surprise de te voir ! Comment vas-tu ?

 Pour rendre ce texte facile à lire, je place les majuscules


et les points.
- Demander à un élève bon lecteur de lire la première ligne telle quelle.
Remarquer que c’est difficile, que l’on a envie spontanément de
marquer des pauses.
- L’enseignant lit les quatre lignes, sans marquer aucune pause ni
intonation expressive. Constater qu’on ne parle pas comme cela,
qu’on ne lit pas comme cela, qu’on comprend mal.
- Travail individuel.
Quel vacarme dans la rue ! Les moteurs ronflent.
Ou Quel vacarme ! Dans la rue, les moteurs ronflent.
Un policier siffle. Des ouvriers cassent le trottoir avec un marteau-piqueur.
On entend la sirène d’une ambulance. Comment le petit Jules pourra-t-il
s’endormir ?
- Conclure : Quand un texte n’a pas de ponctuation, on ne peut pas le
lire ni le comprendre. Quand on écrit, il ne faut pas oublier la ponctuation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


88
Coccinelle CE1 Unité 3

 L’enfant qui a copié ce texte a mal placé la ponctuation.


Je retrouve les phrases, je place les majuscules,
les points et les virgules.
Demander à un élève de lire le texte tel que. Remarquer que
c’est difficile, presque impossible.
L’enseignant lit ensuite le texte tel quel. Les élèves font le constat
que l’on a du mal à suivre, on ne comprend pas bien.
Dans la ville, on trouve des immeubles et des maisons, des bureaux, des
écoles, des magasins, des hôpitaux. Où les enfants peuvent-ils jouer ? Dans les
jardins publics, il y a souvent un bac à sable pour les petits, un toboggan et des
balançoires pour les plus grands.
- Conclure : si on place mal la ponctuation, le lecteur ne peut pas
comprendre. Quand on écrit, on s’arrête parfois pour réfléchir. Si on n’a
pas fini la phrase, on ne doit pas mettre un point. Le point ne veut pas
dire qu’on s’est arrêté pour réfléchir, mais que la phrase et finie.

- développer la - Présenter le conseil de la coccinelle : On va apprendre à se relire.


métacognition Il faut comprendre ce qui se passe dans sa tête quand on fait une erreur
pour contribuer au que l’on est pourtant capable d’éviter : on pense très vite, à beaucoup de
passage de la choses, et la main ne peut pas tout écrire. On oublie souvent les
régulation externe majuscules et les points parce que l’on veut écrire tout ce que l’on pense.
à la régulation Quand on se relit, on doit prendre le temps. Mais attention : relire, ce
interne n’est pas lire comme d’habitude, c’est se poser des questions.
Aujourd’hui, on apprend à se poser les questions pour contrôler ce que
l’on écrit :
- Est-ce que j’ai bien écrit des phrases ? Est-ce que l’on peut le dire ?
Est-ce que l’on comprend ?
- Est-ce que j’ai bien marqué le début et la fin de mes phrases, la
majuscule au début, le point à la fin ?
- Si mes phrases sont longues, est-ce que je peux mettre des virgules
pour faire des petites pauses ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


89
Coccinelle CE1 Unité 3

RÉDACTION J’apprends à construire une phrase pour l’écrire


livre p. 35
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : passer de l’oral à l’écrit en développant les groupes syntaxiques
dans la phrase ; apprendre à produire des écrits intermédiaires

1. Introduire la leçon : mobiliser sa compétence orale.


Demander aux élèves de raconter ce qu’ils voient sur la première
illustration, en noir et blanc. La présenter isolée du reste de la page
si possible.
Noter au tableau quelques phrases produites, notamment celles
- constituer un constituées de propositions indépendantes courtes :
corpus de
Il y a des enfants. Ils jouent. Ils font du toboggan. C’est un jardin.
productions orales
spontanées
Mais aussi des phrases comme celle-ci :
C’est des enfants, ils s’amusent.
Proposer de donner des prénoms aux trois enfants. Seule contrainte :
un prénom de fille, deux prénoms de garçon.
Constituer un corpus assez conséquent (sauf en prénoms, deux pour
chacun des trois enfants suffisent) : les élèves devraient pouvoir y
retrouver les constituants qui seront assemblés dans les productions
finales des activités 4 et 5.

2. Sur le livre ou au TBI


- constituer les
- Observer le support.
éléments de son L’illustration déjà travaillée.
projet d’écriture, Trois autres. Vérifier : c’est trois fois la même illustration : même
 préparer la nombre d’enfants, dans la même situation, même nombre d’arbres.
construction Ce n’est pas un jeu de recherche des différences.
syntaxique Mais les mises à la couleur sont différentes.
 préparer le
matériau lexical 1. J’observe le dessin. Je me demande où cela se passe-t-il ?
Observer la mise à la couleur : seul le jardin public est mis à la
couleur, pas les immeubles de la rue, pas les jeux, pas les enfants.
Ou ?  dans un parc, dans un jardin,
Chercher d’autres réponses à la question où ? dans la cour de l’école,
devant l’immeuble
Ces réponses figurent-elles dans le corpus d’énoncés conservés au
tableau de classe ? L’enseignant ajoute les réponses nouvelles.
Il commente : je note toutes nos idées. On choisira après, quand
on écrira la phrase.
2. Je me demande qui ?
Observer la mise à la couleur : seuls les enfants sont mis en couleur.
Qui ?  Marc, Lisa et Jules – trois enfants - …
Chercher encore d’autres réponses à la question qui ?
deux garçons et une fille, mes copains, trois copains
Ces réponses figurent-elles déjà dans le corpus d’énoncés conservés
au tableau de classe ? Ajouter les nouvelles idées. Les prénoms sont
nécessairement différents. Expliciter : les possibilités sont énormes,
surtout si l’on veut donner des prénoms ! Ce n’est pas le cas pour la
réponse à la question où ?

3. Je me demande que se passe-t-il ?


Observer la mise à la couleur : seuls les enfants et le toboggan sont
mis en couleur.
Chercher encore d’autres réponses à la question que se passe-t-il.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


90
Coccinelle CE1 Unité 3

Que se passe-t-il ?  ils jouent au toboggan, ils font du toboggan,


ils glissent sur le toboggan, ils descendent le toboggan à toute vitesse,
ils s’amusent sur le toboggan ; ils descendent le toboggan sans se tenir
Ces réponses figurent-elles dans le corpus d’énoncés conservés au
tableau de classe ? Ajouter les idées nouvelles.

4. J’écris la phrase :
- Lire les phrases proposées dans le livre. Vérifier qu’elles sont formées
- construire des uniquement d’énoncés prélevés dans les étapes précédentes.
phrases à visée Je construis une autre phrase avec mes réponses aux questions.
narrative à partir
Construire des phrases en assemblant les idées données par les
 de la même
structure syntaxique
élèves.
 d’une variété Dans la cour de l’école, trois copains, descendent le toboggan à toute
d’expression pour le vitesse.
même référent Devant l’immeuble, deux garçons et une fille font du toboggan.
Dans le parc, mes copains descendent le toboggan sans se tenir.
Etc.
Écrire ces phrases au tableau, ou sur de grandes feuilles de papier
pour pouvoir les conserver et les manipuler à l’activité 5.
Utiliser au maximum toutes les idées en les associant de diverses façons.
Il faut prendre conscience de l’importance de la recherche d’idées organisées
par des questions pour avoir le choix au moment d’écrire. On pourra alors
essayer plusieurs phrases et choisir celle qu’on aimera le mieux, celle qui sera
la plus agréable à entendre… Dire aux élèves que c’est ainsi que travaille
un écrivain.

- manipuler la 5. Je peux changer l’ordre des mots.


phrase - Comparer les phrases des activités 4 et 5. Qu’est-ce qui a changé ?
syntaxiquement  On ne dit pas où cela se passe au début de la phrase, mais à la fin.
 Quand on transporte le groupe de mots qui répond à la question où ?
à la fin de la phrase, on enlève aussi la virgule. Il n’y a plus de virgule
dans la phrase.
Je récris ma phrase : je change l’ordre des mots.
- Transformer systématiquement les phrases produites par la classe.
Vérifier : c’est toujours possible. On comprend toujours très bien.
- Lire les phrases à haute voix, deux par deux. Lesquelles les élèves
préfèrent-ils ? Peuvent-ils dire pourquoi ?
Rester aux choix subjectifs : certains préfèrent une manière, les autres, une
autre manière. Confirmer que toutes ces phrases sont bien correctes et que
l’on choisit ce que l’on aime le mieux.
Au cycle 3, les élèves apprendront à évaluer les effets produits par les
déplacements des groupes syntaxiques. Mais il faut les y sensibiliser très tôt.

Conclure : lorsque l’on écrit, on peut s’aider de questions pour trouver


des idées ou pour organiser les idées que l’on a.
On note beaucoup d’idées : on choisira ensuite les meilleures pour écrire.
Il y a plusieurs manières d’écrire une phrase. Pour choisir, on peut lire la
phrase à haute voix et garder celle qu’on aime le mieux.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


91
Coccinelle CE1 Unité 3

UNITÉ 3
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


92
Coccinelle CE1 Unité 3

Oral La ville Cahier p. 30

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : réactiver le lexique de la ville.


MATÉRIEL : cahier p. 30 ou projection de la page au TBI.
Présenter cet oral après avoir étudié les trois leçons des pages 24, 26 et 28.

- Lire les consignes. Traiter d’abord la première : comparer. Observer le support.


Se représenter la tâche : il faut comparer, il faut donc penser ensemble les deux illustrations.
- Rappeler ce que l’on sait du quartier : un petit morceau de la ville, comme le quartier de la
gare (livre p. 28). Un quartier a son allure propre, ses repères, ses bâtiments, son nom, des
habitants qui se connaissent : voisins d’immeuble, voisins de rue, mais aussi voisins de
quartier.
Organiser à mesure la comparaison en catégorisant les remarques apportées par les élèves.
 Le plan de la ville : où se situent ces deux quartiers dans la ville ? Sont-ils de part et
d’autre de la rivière que l’on voit dans la première photo ? Indice en faveur de cette
hypothèse : de l’autre côté de cette rivière les constructions semblent modernes, comme
celles de la seconde photo. Il semble aussi que l’autre rive soit plate, alors que la photo du
haut montre un quartier à flanc de côte. Mais ce n’est qu’une hypothèse.
Extraction des premiers éléments de comparaison surs :
- un quartier en côte, un quartier plat
- un quartier moderne, un quartier plus ancien
 deux quartiers d’habitation en immeubles : sur les photos on ne voit pas tout le quartier,
alors on suppose que le reste du quartier ressemble à ce que l’on voit. Les immeubles sont
nettement plus anciens sur la première photo.
 une voie piétonnière dans les deux quartiers : chacune a son utilité. Dans le quartier
ancien, il s’agit d’un escalier nécessaire pour monter retrouver sa maison ou son
appartement. Dans le quartier moderne, c’est une passerelle permettant de passer
au-dessus d’un cours d’eau, peut-être la rivière de la photo du dessus. Pas de voitures dans
les deux quartiers.
 atmosphère, ambiance du quartier : dans le quartier plus ancien, une voie fleurie et
calme, une lanterne accrochée à un mur ; dans le quartier moderne, beaucoup de
mouvements ; pas ou peu de nature, c’est dépouillé, mais on a voulu mettre de la gaité : sur
la grille on devine des petits éléments décoratifs colorés. Et au fond de l’allée, trois arbres
apparaissent.

- Où aimerais-tu habiter ? Dis pourquoi.


Amener les élèves à argumenter en utilisant les acquis de la comparaison, et en ajoutant
librement leurs idées.
Arguments possibles en faveur du quartier moderne :
- c’est plus drôle, plus moderne
- pouvoir aisément jouer dehors ; grands espaces ; à droite, on voit un petit terrain de jeux.
- plus de lumière dans les appartements
Arguments possibles en faveur du quartier ancien :
- c’est plus calme, plus joli ;
- c’est drôle d’habiter sur une côte ; on peut jouer dans la pente.

Ma boite à mots
Il s’agissait de comparer. L’enseignant choisit des couples de mots à écrire et retenir.
moderne, récent, neuf ou ancien, vieux quartier ; en côte ou plat ; fleuri, joli, agréable ; calme
ou vivant ; tranquille ou bruyant.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


93
Coccinelle CE1 Unité 3

Oral Je situe les objets, les animaux, les personnes Cahier p. 31

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les termes relationnels de la disposition dans l’espace.

1. Mini-dialogue
Narrateur : Jim et Julie aiment beaucoup dessiner à deux.
Voulez-vous dessiner avec eux ?
Jim : Prends ton ardoise. Dessine un arbre bien au milieu, mais pas trop grand.
Julie. Et maintenant, continue avec nous.
Jim : Je dessine une fleur à droite de l’arbre.
Julie : Et moi, un caillou, juste devant l’arbre.
Jim : Je dessine un nuage au-dessus de l’arbre.
Julie : je fais un oiseau entre l’arbre et le nuage.
Jim : Je dessine un nid au milieu des feuilles.
Julie : Et moi, un chat qui se cache derrière l’arbre. On voit juste sa queue.

Afficher quelques dessins produits par les élèves à l’écoute du CD.


Les comparer entre eux.
Les comparer au texte réécouté ou relu par l’enseignant.
Catégoriser : quels sont les mots qui permettent de bien placer les objets
dans le dessin ?
devant, derrière, au milieu, entre, à côté, en dessus, en dessous.
- Jouer le dialogue deux par deux.
Deux élèves dessinent à tour de rôle sur la même ardoise. Ils se préparent à dire ce qu’ils
font pour faire réaliser leur dessin par leurs camarades.
On peut prendre l’arbre comme point de départ une maison, ou une fontaine,
ou une table…

2. Les activités du cahier


. Je cherche ces sept détails dans l’image.
- Chercher une dénomination qui aidera au mieux à rechercher chaque détail.
Expliquer aux élèves que les yeux regardent aussi avec les mots : on cherche mieux
quand on s’est dit un détail bien caractéristique de ce que l’on cherche.
Comparer : Je cherche un chat. Je cherche un chat blanc. Je cherche un chat vu de dos.
J’explique où sont les personnages, les animaux, les objets.
J’écoute aussi les explications de mes camarades, je les discute.
il faut dire aux autres où est exactement le détail que l’on a trouvé.
- Regarder l’encadré sous le dessin. Y retrouver les mots que l’on a utilisés pour le jeu
du mini-dialogue, et d’autres aussi.
Expliquer, c’est dire : Le chat blanc est situé…
Discuter, c’est en général contester, chercher à améliorer : Le chat est sur un toit rouge,
c’est vrai, mais cela ne dit pas sur quel toit il est.
L’objectif essentiel de la tâche n’est pas de trouver un détail, mais c’est ce travail collaboratif
pour produire la formulation la plus exacte possible.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


94
Coccinelle CE1 Unité 3

 Je choisis un détail de l’image.


Je le situe pour le faire deviner à mes camarades.
La situation est inverse : celui qui doit trouver ne sait pas ce qu’il cherche. Il dispose
seulement des repérages dans l’espace qu’on lui donne. La difficulté pour celui qui pose
la devinette est de situer exactement sans montrer avec le doigt, rien qu’avec des mots qui
situent dans l’espace.
L’enseignant démontre en donnant lui-même les premiers repérages. Par exemple :
C’est sur un trottoir, devant une porte, entre deux vitrines.
On trouve le guitariste et on discute : si je dis seulement C’est sur un trottoir, c’est juste, mais
ce n’est pas assez précis. Si je dis C’est un homme avec un instrument de musique sur un
trottoir, je donne d’autres indications que la situation dans l’espace.

 Je choisis un détail de l’image.


Mes camarades me posent des questions pour le trouver.
Expliciter la règle :
- On peut demander si c’est une personne, un objet ou un animal.
- Ensuite, on ne pose plus que des questions sur la situation dans l’espace.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


95
Coccinelle CE1 Unité 3

ÉTUDE DU CODE Le son /7/ comme à la fin de melon cahier p. 32

 Je classe les mots.


1. Installer la
vigilance - Observer le support : des mots. Il faudra les recopier dans le tableau.
orthographique - Lire les têtières : le même son /7/, écrit on ou om. Rappeler
a) les deux les mots de référence de la page 25 du livre : melon et trompette.
écritures du son - Observer les mots à classer : trois groupes de mots de couleur
différente. Vérifier oralement que chaque mot contient bien le son /7/,
en scandant les syllabes : nom-bre. Épeler sa graphie : om.
- Travail individuel.
on : une éponge – une question – bon – content – foncé – monter – répondre
om : un nombre – le nom – une ombre – un pompier – sombre – compter - tomber
b) les lettres  Je me sers des mots de la famille pour écrire la lettre muette.
muettes en fin
de mot
- Rappeler les mots pont et rond du tableau établi page 25 du livre. Les
analyser en sons : [p7] et [R7] et en graphèmes : p et on, r et on.
Conclure : t et d dans ces mots ne codent pas de son, ce sont des
lettres muettes.
- Rappeler que quand un mot se termine par une lettre muette, on
entend souvent cette lettre dans un mot de sa famille.
Faire collectivement le premier item de l'exercice : ronde. L’analyser en
syllabes et transcrire au tableau : ron-de On entend le son /d/
au début de la seconde syllabe, codé par la lettre d.
- Observer le support : il faut écrire la lettre muette à la fin des mots.
Comment la trouver ? On l’entend et on la voit dans un mot de sa
famille. Le d que je vois et que j’entends dans ronde, je ne l’entends
pas dans rond : je ne dois pas oublier de l’écrire.
- Travail individuel. Si nécessaire, aider pour la lettre g de lon_ :
g suit exactement les lettres lon dans tous les mots de sa famille.
- Conclure : Cet exercice nous met en garde contre une source
fréquente d’erreurs d’orthographe : si on oublie d’écrire la lettre finale
muette, si par exemple on écrit lon*, on peut quand même lire et
entendre [l7] ; si on écrit profon on peut lire et entendre [pRof7], et la
même chose avec [b7] et [l7]. Les mots de la famille nous rappellent
qu’il y a une lettre muette.
LA RONDE DES MOTS
Chaque case à compléter est placée entre deux définitions.
J’écris dans la case le mot qui correspond aux deux définitions.
- Lire tous les mots de la colonne centrale : ce sont eux qu’il faudra
recopier. Colombe est rayé, parce qu’il est déjà placé. C’est l’exemple.
- Colombe est bien placé, entre les deux bonnes définitions. Une
définition donne le sens : C’est un animal. L’autre définition décrit un
son et son écriture dans le mot à trouver : dans colombe j’entends le
son /7/, et il s’écrit om.
Ce sera toujours ainsi : une définition donne le sens, l’autre définition
décrit un son ou une syllabe du mot.
En travail collectif : Prendre l’item à droite de C’est un animal. Trouver
la définition qui décrit le son : La dernière syllabe est ton. Chercher
dans la colonne centrale le nom d’un animal dont la dernière syllabe
est ton : mouton.
Travail individuel.
Mise en commun : vérifier que les mots trouvés correspondent bien
aux deux définitions.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


96
Coccinelle CE1 Unité 3

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 33


 J’écoute puis je coche ce que j’entends.
Objectif : distinguer les intonations interrogatives, exclamatives, déclaratives (neutres)
liées aux ponctuations
Phrases enregistrées
1. Où habites-tu ?
2. Quelle belle place !
3. Il y a beaucoup de voitures dans cette rue !
4. Est-ce que le bus s’arrête ici ?
5. Je vais à la boulangerie.
6. Ma grand-mère habite au deuxième étage.
7. Pouvez-vous m’indiquer la route pour aller au stade ?
8. Pour aller à la poste, il faut traverser la rue.

J’entends 1 2 3 4 5 6 7 8
qu’on pose une question X X X
qu’on exprime la surprise X X
ni l’un ni l’autre X X X

 J’écoute, puis j’entoure l’objet.


Objectif : discriminer entre sons proches
Mots enregistrés
la rue - une lampe – un banc – une place – un drapeau – un parc

 Sara présente son quartier. J’écoute, puis je réponds aux questions.


Objectif : travailler le repérage d’informations et les inférences à partir de l’oral
Faire plusieurs écoutes, une par groupe de questions, puis une ou deux autres si
nécessaire, à la demande. Lire les questions avant l’écoute.
Je m’appelle Sara et je vous parle de mon quartier.
Dans la rue principale de mon quartier, il y a un boulanger, un marchand de légumes et un boucher.
Mais si vous voulez aller au restaurant ou au cinéma, vous devrez prendre un bus pour le centre-ville.
Mon immeuble est à côté de la bibliothèque. L’école est au bout de ma rue.
J’y vais à pied tous les matins avec les jumeaux Amélie et Étienne, mes voisins,
qui sont dans ma classe. En face de l’école il y a une piscine, un jardin avec
une aire de jeux et un terrain de sport. J’aime beaucoup mon quartier.
Mes parents disent que nous avons de la chance d’habiter dans un endroit aussi calme.

Réponses à l’ardoise question par question.


Puis traiter les questions en oral collectif. Justifier les réponses par la relecture
de l’enseignant.
1. Est-ce que Sara peut acheter du pain et des légumes dans son quartier ? OUI
2. Doit-elle beaucoup marcher pour aller à la bibliothèque ? NON
3. Peut-elle aller à l’école à pied ? OUI

4. Y a-t-il des enfants de son âge dans son immeuble ? OUI


5. Que doivent faire les enfants de l’école pour aller à la piscine ? TRAVERSER LA RUE
6. Où peut-elle aller jouer avec ses copains ? PISCINE, JARDIN, TERRAIN DE SPORT
7. Est-ce qu’il y a beaucoup de bruit dans son quartier ? NON
8. Que manque-t-il dans son quartier ? UN RESTAURANT ET UN CINÉMA
9. Que doit-elle faire pour aller au centre-ville ? ELLE DOIT PRENDRE LE BUS
Je pose d’autres questions sur ce quartier à mes camarades.
Oral collectif. Vérification par la relecture de l’enseignant.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


97
Coccinelle CE1 Unité 3

ÉTUDE DU CODE Le son /A)/ comme dans balançoire cahier p. 34

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


- dire et écouter : Je tends l’oreille et j’entoure les dessins quand j’entends /A)/.
analyse sonore du
lexique Écrire au tableau les mots
1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
à mesure que les élèves les
banc agent éléphant
trouvent.
U UU UUU
Puis les rassembler en tableau
semblable à celui fait enfant accident
avec les mots du livre : UU UUU
vagues, points, écriture du son toboggan
entourée. UUU
Puis les élèves reportent 4 syllabes
ces mots dans le tableau des graphies. lampadaire
toboggan – lampadaire – banc UUUU
éléphant – accident – agent ambulance
ambulance – enfant UUUU

 Je classe les mots.


- Observer le support : des mots. Il faudra les recopier dans le
- installer la
vigilance tableau. - Lire les têtières : le même son /A)/, écrit an, am, en ou em.
orthographique Rappeler les mots de référence de la page 27 du livre : balançoire et
chambre, vent et novembre.
- Vérifier oralement que chaque mot contient bien le son /A)/,
en scandant les syllabes : a-ven-tu-re. Épeler la graphie du son.
Travail individuel.
an : chanter – dangereux – demander – un gant
am : la chambre – un champignon – la jambe
en : une aventure – comprendre – une enveloppe
em : un exemple – remplir

LE MOT-MYSTÈRE
Je barre les mots de la liste dans lesquels le son /A)/ s’écrit en.
Je place les mots qui restent dans la grille.
PRÉPARATION ORALE
Analyser le support :
- dix mots. Les lire. Scander les syllabes pour entendre le son /A)/ et
identifier la syllabe qui le contient : ar/gent, j’entends /A)/ dans gent.
- une grille : cinq lignes seulement à remplir. Il faut barrer les mots dans
lesquels le son /A)/ s’écrit en. On ne les placera pas dans la grille.
TRAVAIL INDIVIDUEL

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


98
Coccinelle CE1 Unité 3

GRAMMAIRE Le singulier et le pluriel cahier p. 36

Lire la règle. La compléter.


Justifier le choix, singulier ou pluriel, par la référence au déterminant.
la rue : singulier – les copains : pluriel

 Je lis le texte. Je fais une image dans ma tête.


Puis je réponds aux questions : j’entoure ce que je comprends.

Dans la vitrine, il y a une tartelette ? plusieurs tartelettes ?


- identifier les
groupes nominaux Dans le magasin, il y a une cliente ? plusieurs clientes ?
au singulier et au Le boulanger apporte un seul pain ? plusieurs pains ?
pluriel dans un texte
Le boulanger apporte un panier ? plusieurs paniers ?

Correction Justifier par l’identification du déterminant :


six tartelettes = plusieurs tartelettes
les clientes = plusieurs clientes
des pains = plusieurs pains
un panier = un panier
-
 Je classe les groupes de mots en gras.
singulier pluriel
la fenêtre les arbres
ma chambre deux lampadaires
ma rue des autos
la boulangerie trois chats
le trottoir les lettres
le facteur les boites aux lettres
l’immeuble des colis
la pharmacie

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


99
Coccinelle CE1 Unité 3

CONJUGAISON Le verbe (2) cahier p. 37


Compléter la règle
Travailler par analogie avec le verbe marcher de la leçon.

je saute, je sauterai, j’ ai sauté : c’ est le verbe sauter.


Vérifier que les élèves peuvent conclure : sauter est l’infinitif du verbe.

 Je relie les formes conjuguées du verbe, puis je complète.


Observer le support et reconnaitre le travail fait, en ligne, dans la règle :
des formes conjuguées à relier entre elles puis compléter en écrivant
l’infinitif du verbe.
Suivre le chemin déjà tracé et faire à l’oral :
vous regardez, tu as regardé, il regardera, c’est le verbe regarder.
Écrire regarder au tableau. Identifier la ligne du cahier où il faut le
recopier.
Travail individuel au crayon à papier. L’enseignant corrige l’écriture des
infinitifs si nécessaire. À cette leçon, l’infinitif est associé à la
compétence orale, pas encore à l’écriture.

- passer de la forme
conjuguée à l’infinitif

- associer la  Je recopie les formes conjuguées des verbes dans le tableau.


catégorie du temps Observer le support : lire les neuf verbes conjugués. Chercher leur
d’une forme infinitif. Les retrouver dans la première colonne du tableau
conjuguée Se représenter la tâche : on doit écrire sur la même ligne le verbe
à son infinitif conjugué au passé, au présent, au futur.
Erratum pour
la première édition : passé présent futur
remplacer barrer ils ont barré elle barre je barrerai
vous soulignerez
par
encadrer tu as encadré nous encadrons il encadrera
ils soulignent souligner j’ai souligné ils soulignent tu souligneras

 Quand je parle, je sais utiliser les pronoms de conjugaison.


J’entoure ce que je comprends.
- identifier les
référents des
Je dis tu lis : je parle à une seule personne je parle à plusieurs personnes
pronoms personnels
de conjugaison Je dis vous lisez : je parle à une seule personne je parle à plusieurs personnes
Je dis nous lirons : je parle d’une seule personne je parle de plusieurs personnes

Vous lisez : remarquer que vous peut renvoyer à plusieurs personnes,


ou à une seule personne à qui l’on n’a pas le droit de dire tu,
ou que l’on ne connait pas.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


100
Coccinelle CE1 Unité 3

VOCABULAIRE l’ordre alphabétique (1) cahier p. 38


Lire et compléter la règle.
- Les élèves peuvent recourir à l’alphabet qui figure dans leur livre p. 33 si nécessaire.
Ils y retournent à chaque fois qu’ils en ont besoin, mais ne le laissent pas ouvert en
permanence pendant ce travail.
Je complète l’alphabet. J’entoure les voyelles en rouge.

abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

 Je barre les groupes de lettres qui ne sont pas


dans l’ordre alphabétique.

- automatiser CDE HIG IJK NMO OPQR XYW


l’ordre alphabétique
en reconnaissance Correction : faire apparaitre les difficultés de l’alphabet :
HIG peut être facilement confondu avec HIJ, parce que la consonne
d’attaque des mots des lettres G et J est la même (G).
NMO et MNO sont très souvent inversés.
XYW : le tracé de la lettre W peut, s’il est mal fait, être confondu avec
celui du Z.

 Je déchiffre ce message codé.


- automatiser Je remplace chaque lettre par la lettre qui suit dans l’alphabet.
l’ordre alphabétique
en production
I d s ‘ h m u h s d B g d y l n h .
J e t i n v i t e C h e z m o i .

 Je code ce message. Je remplace chaque lettre par la lettre


qui vient juste avant dans l’alphabet.

N o u s g o u t e r o n s e n s e m b l e .
M n t r f n t s d q n m r d m r d l a k d .

 Je relie les points dans l’ordre alphabétique.

La difficulté dans la mémorisation de l’ordre alphabétique se situe sur


les lettres qui ici constituent la queue de l’oiseau, entre j et s. Il faut
donc un contrôle accru pour démêler un tracé qui n’a plus la simplicité
continue du tracé de a à j, et que l’élève retrouvera de s à z.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


101
Coccinelle CE1 Unité 3

Poésie L’école Cahier p. 39


- Lecture de la poésie par l’enseignant, cahier fermé.
Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
- Seconde lecture par l’enseignant, cahier ouvert :
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront répondre à la question 1 de leur cahier :
1. Comment le poète nous fait-il visiter sa ville ? D’abord…, puis…, puis…, enfin.
 Réfléchir à la consigne : une visite, c’est aller d’un endroit à un autre en prenant son
temps, en regardant, en marquant des étapes, des arrêts. La consigne indique quatre
étapes : un début, une étape, une autre étape, et la fin de la visite : quatre moments en tout.
 Observer le poème, comment est-il construit ? On voit clairement
- Quatre parties, séparées par un espace : quatre strophes ;
- Chaque strophe est composée de cinq vers.
- Toutes les strophes commencent de la même façon : Dans… il y a…
 Dégager les moments de cette visite. Comparer avec la visite conduite par les deux
enfants des pages de lecture du livre :
les deux enfants : la ville notre rue notre quartier
Jacques Charpentreau notre ville mon quartier notre rue cette école
D’abord, représenter au tableau un grand cercle, y écrire notre ville. Dans sa ville il y a
beaucoup de choses, et des quartiers, dit le poème.
Puis les élèves viennent tracer, à l’intérieur de ce grand cercle, un espace pour le quartier,
y écrire mon quartier. Dans ce quartier il y a beaucoup de choses, et des rues, dit le poème.
Puis, dans cet espace du quartier, en tracer encore un autre, y écrire notre rue. Dans sa rue
il y a beaucoup de choses, et une école, dit le poème.
Enfin, dans cet espace de la rue, tracer un tout petit espace, y écrire cette école. Que
trouve-t-on dans cette école ? Des oiseaux, des marronniers, une cour, et le cœur du poète.
- Synthétiser et faire le lien avec l’illustration : le poète part de l’espace le plus grand et
nous mène jusqu’au plus petit : la ville qui entoure, avec ses grands immeubles ; le quartier
autour de sa place ; la rue qui débouche sur la place. À droite de la page, l’école. Ce dessin
est plus grand que celui de la ville et du quartier réunis. Est-ce une erreur du dessinateur ?
- Lecture silencieuse des élèves. Discussion à partir des questions du cahier.
2. Où le poète entend-il chanter les oiseaux ?
Pourquoi ne les entend-il pas ailleurs dans la ville.
Il les entend chanter dans son école, pas ailleurs. Discuter pourquoi : trop de bruits, de
mouvements affolés, pas d’arbres… et l’impression peut-être que les oiseaux de l’école
chantent pour lui ?
3. Dans quelle partie de la ville se sent-il le mieux ?
Ne pas se contenter de la bonne réponse : cette école.
- Suivre le chemin de son cœur tout du long du poème : partout ailleurs dans la ville il bat,
mais tout bas. Dans l’école il bat, le poète ne dit pas qu’il bat tout bas car il est là.
Pourquoi tout bas ailleurs dans la ville ? Parce qu’il est encore loin de l’école. Mais même
loin, on l’entend quand même ! Le bruit des voitures ne le couvre pas complètement, on
l’entend quand même tout bas. Le poète veut montrer que son cœur bat très très fort dans
l’école, c’est là qu’il se sent vivre, c’est là qu’il est le mieux.
- Discuter et : À votre avis, pourquoi le poète sent-il son cœur battre si fort dans cette
école ?
4. J’ajoute mes mots au poème.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


102
Coccinelle CE1 Unité 3

Je raconte Cahier p. 40
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à organiser un récit et à l’enrichir.
Utiliser le lexique de la ville
MATÉRIEL : cahier p. 40 ou projection de la page au TBI. 11 feuilles de papier
Je vais à l’école en bus
1. Observer l’ensemble de la page : 9 images.
On prend le bus avec des enfants qui vont à l’école et on traverse la ville avec eux
jusqu’à leur arrivée.

2. Récit n° 1 : identifier chaque moment de l’histoire : chercher une ou deux phrases


pour chaque image.
1. Sur le trottoir, à l’arrêt de bus, les enfants attendent le bus scolaire avec leurs parents.
2. Le bus arrive. Les enfants montent. Un petit fait un signe de la main pour dire au revoir à ses
parents. Les enfants avancent pour aller prendre une place.
3. Le bus, c’est un bon moment pour retrouver ses amis et discuter. Tim et Zoé s’assoient toujours
l’un à côté de l’autre. Ils n’arrêtent pas de se raconter des histoires et de rire.
4. Il y a beaucoup de circulation dans le centre-ville. Le bus est arrêté en face de la boutique du
fleuriste, juste avant la librairie. C’est drôle ! Les piétons nous dépassent !
5. On arrive devant la gare. Il est déjà 8 heures. Un train est à quai. Plusieurs personnes attendent à
la station de taxis.
6. Le bus s’arrête. D’autres copains montent. Tiens ! Victor et Juliette ont oublié leur cartable !
7. Un agent règle la circulation. Il siffle. Le bus doit encore s’arrêter. C’est le tour des piétons de
passer. Ils traversent devant nous sur le passage protégé.
8. On arrive à l’école. Un autre bus est déjà là. Il y a aussi des voitures qui stationnent. Ce sont les
parents qui accompagnent leurs enfants. Une maitresse et le directeur attendent les enfants à
l’entrée.
9. Nous descendons calmement du bus. Le chauffeur surveille notre sortie. Il nous dit « À ce soir,
travaillez bien ! », on lui dit « au revoir ».
Récit au présent. L’enseignant prend note de la narration des élèves sur des feuilles, une par
image, que l’on réutilisera pour raconter à nouveau et enrichir le récit.
3. Que se passe-t-il entre l’image 2 et l’image 3 ? entre l’image 8 et l’image 9 ?
- Inviter les élèves à parler de leur expérience :
image 2 – image 3 : que font-ils quand ils entrent dans le bus ?
saluer le chauffeur, avancer dans le couloir, chercher une place, déposer le cartable devant
ses pieds ou sur ses genoux, ou au fond, enlever son manteau ou son vêtement s’il fait
chaud, s’asseoir et attacher la ceinture.
Image 8 – image 9 : que fait-on quand on arrive ?
attendre l’arrêt pour détacher sa ceinture, se lever calmement, ne pas se bousculer dans le
couloir, ne pas oublier son cartable, ou son vêtement si on l’a enlevé, vérifier que les copains
n’ont rien oublié…
L’enseignant note sur deux grandes feuilles.

4. Récit n° 2 : reprendre le premier récit.


- Chercher à établir de la continuité entre les scènes. Par exemple :
C’est le matin, À l’arrêt du bus, les enfants attendent le bus scolaire avec leurs parents.
Il n’est pas loin, il arrive. Il est à l’heure. Le chauffeur ouvre la porte. Les enfants montent
calmement et avancent vers le fond du bus. Un petit…
- Introduire les scènes ajoutées entre les images 2 et 3, 8 et 9.

5. Distribuer les 11 étapes du récit à 11 élèves qui racontent une scène à tour de rôle.

6. Reprendre cette activité à différents moments.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


103
Coccinelle CE1 Unité 3

Compréhension Dans mon immeuble Cahier p. 41

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : récapituler les connaissances acquises dans le texte documentaire

- Situer cette lecture et lire le texte : nous avons lu plusieurs textes sur la ville, ses lieux
et ses bâtiments. Et nous avons appris à situer des lieux, à utiliser des mots pour situer, pour
localiser des choses, des personnes, des animaux.
Aujourd’hui une enfant, Sara Lenoir, nous présente l’immeuble dans lequel elle vit.
Je vais vous lire une première fois ce qu’elle nous dit. Ensuite vous lirez le texte
vous-mêmes. Et vous devrez répondre à des questions qui vous demandent de vous repérer
dans l’immeuble de Sara.
- Travail à deux : les élèves doivent discuter et se mettre d’accord.
- L’activité peut être découpée en deux moments :
lecture + question 1 + noms qui correspondent sur les boites aux lettres
Nouvelle lecture, + questions 2 et 3

Question  : informations accessibles en lecture de repérage :


J’habite au deuxième étage… Mon appartement est à droite. Il a deux fenêtres.
Au dernier étage, c’est le très grand appartement de M. et Mme Luc… (un seul
appartement)
Question  : Il faut mettre en relation trois informations de lieu :
Sara habite au deuxième étage à droite.
Monsieur et Madame Minet habitent aussi au deuxième étage, en face de chez Sara.
Donc ils habitent au deuxième étage à gauche.
Madame Mélimélo habite juste au-dessus de chez eux.
Donc elle habite au troisième étage (juste au-dessus) à gauche (de chez eux).
- Informer les élèves que, avec les réponses à ces deux questions, ils peuvent commencer à
mettre les noms sur les boites aux lettres.
Sur les boites on n’écrit que les noms, pas les prénoms, pas monsieur et madame,
pas les prénoms des enfants.
Question  :
- Rez-de-chaussée : information accessible en lecture de repérage.
- 1er étage : Il faut mettre en relation deux informations :
Sara habite au deuxième étage à droite.
À l’étage au-dessous de chez moi = au premier étage.
Les emplacements gauche et droite sont donnés directement dans le texte.
- 3e étage à droite. Il faut mettre en relation deux informations :
Madame Mélimélo habite au troisième étage à gauche (question 2)
En face de madame Mélimélo, il y a deux vieilles dames, des sœurs. Elles s’appellent…
Dubois.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


104
Coccinelle CE1 Unité 3

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


105
Coccinelle CE1 Unité 3

Rédaction J’écris une phrase pour chaque dessin Cahier p. 42


Objectif : apprendre à produire des écrits intermédiaires et à les utiliser pour rédiger.

Sur le livre ou au TBI


- Présenter l’objectif et observer le support. On a appris deux choses :
- à se poser des questions pour savoir ce qu’il est important d’écrire si l’on veut bien
présenter une situation. Regardez l’activité  : vous retrouvez ces questions : où ? Qui ?
Que se passe-t-il ?
- à réunir dans une phrase claire, compréhensible par celui qui lira, et que l’on a plaisir à lire
à haute voix, qui sonne bien, toutes les informations apportées par la réponse à ces
questions.
Pourquoi apprend-on cela ? Pour apprendre à bien écrire.

 Je réponds aux questions : je note mes idées.


- Travail individuel au brouillon.
Dire aux élèves : nous comprenons tous ce que montre ce dessin. Mais chut, chacun va
écrire au brouillon plusieurs réponses, au moins deux, pour chacune des questions : deux
réponses à la question Où ?, deux réponses à la question Qui ?, deux réponses à la
question Que se passe-t-il ? Puis nous en discuterons ensemble. Vous n’écrivez pas
encore sur votre cahier. Et avant d’écrire, regardez bien le dessin : il faut voir les détails.
- Communication des réponses : l’important est, comme dans la leçon, l’expérience de la
pluralité possible des apports pour une même compréhension,
Où ? dans la rue, au bord du trottoir, sur le trottoir, à côté du panneau avec le bonhomme
rouge. À côté du bonhomme qui interdit de traverser, devant le passage protégé pour les
piétons, aux feux de circulation…
Qui ? un enfant et a maman, un petit garçon et sa maman, un enfant et une dame, un enfant
aux cheveux blonds et une maman, un enfant qui va à l’école et sa maman, une maman qui
accompagne son enfant à l’école, un enfant qui revient de l’école…
Que se passe-t-il ? Ils sont arrêtés, ils n’ont pas le droit de passer. Ils attendent le
bonhomme vert. Ils regardent une voiture qui passe. Ils attendent pour traverser…
Écrire au tableau les idées des élèves, pas seulement un répertoire de mots, mais aussi des
expressions, des phrases…
- Retour au brouillon individuel : choisir une réponse pour chaque question et les
rassembler en une phrase L’enseignant passe auprès des élèves pour vérifier, corriger
l'orthographe, les aider éventuellement à bien utiliser leurs idées.
Ils recopieront leur texte ensuite.
Valider : on n’attend pas une même phrase de chacun, au contraire.
- À la fin du travail, les élèves lisent leur phrase à la classe.
 J’écris une autre phrase. Avant d’écrire, je me demande :
- où ?
- qui ? Je choisis un personnage.
- que se passe-t-il ?
Communiquer l’objectif aux élèves : apprendre à faire avec moins d’aide, presque tout
seul, le travail que l’on a fait ensemble sur le livre puis sur le cahier. La tâche est la même,
mais il faut essayer de penser à tout soi-même, presque tout seul.
Récapituler ce qu’il faudra faire seul : écrire des réponses aux trois questions, choisir une
réponse pour chaque question, et rédiger une seule phrase qui rassemblera tout cela.
- À la fin du travail, les élèves lisent leur phrase à la classe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


106
Coccinelle CE1 Unité 3

À haute voix Je lis de mieux en mieux Cahier p. 43


Objectif : travailler le repérage de la ponctuation et les intonations qui correspondent.

 À côté de chaque phrase, j’écris ce que ressent celui qui parle.


Parfois, il y a plusieurs solutions.
Puis je m’entraine à lire à haute voix pour bien exprimer ce qu’il ressent.
- Observer le support :
 des phrases. Elle se terminent toutes par un point d’exclamation.
Rappeler à quoi sert le point d’exclamation : il sert à montrer ce que l’on ressent.
 des mots sur des étiquettes de couleur. Les lire : ce sont tous des mots qui expriment
ce qu’on ressent : on peut être étonné, heureux, effrayé…
- Se représenter le travail : que ressent celui qui parle ? Chacun devra pouvoir justifier
sa proposition par un petit récit l’expliquant.
- Travail individuel pour les trois premiers items.
Correction collective : ce temps d’échange doit permettre à chacun d’identifier le travail
mental qu’il doit faire intérieurement pour produire sa réponse.
Il peut permettre aussi de constater que l’on n’interprète pas tous l’exclamation de la même
façon. Par exemple, pour On a gagné, il est possible de proposer plusieurs réponses.
- Travail à deux pour les items suivants. Quand les élèves ne sont pas d’accord, ou quand
ils pensent que l’on ne peut pas choisir, ils écrivent plusieurs solutions.
Ils se préparent à lire les phrases à haute voix avec l’intonation correspondant
à l’émotion choisie.
- Mise en commun : L’enseignant demande aux groupes d’élèves de lire une phrase.
Les autres doivent reconnaitre l’émotion exprimée. On discute si l’on n’est pas tous d’accord
sur l’émotion associée à cette phrase.

1. Au secours ! EFFRAYÉ
2. N’aie pas peur ! RASSURANT
3. On a gagné ! HEUREUX ÉTONNÉ
4. Tu exagères ! EN COLÈRE ÉTONNÉ ÉMERVEILLÉ
5. Tu vas me faire mal ! EN COLÈRE EFFRAYÉ
6. Tu as réussi à plonger ! HEUREUX ÉTONNÉ ÉMERVEILLÉ
7. Comme cette fleur est belle ! ÉMERVEILLÉ
8. Je n’aime pas ce bruit ! EN COLÈRE EFFRAYÉ
9. Zut ! J’ai oublié mes crayons de couleur à la maison ! EN COLÈRE

 Je m’entraine à poser les questions.


Communiquer l’objectif : bien faire entendre que l’on pose une question.
 Je lis ce dialogue avec un camarade ou une camarade.
Se demander chaque fois quelle émotion on veut transmettre.
Louis est effrayé (sauf s’il fait une blague à son papa !).
Mais le papa ? Est-il tout de suite rassurant ? Ou bien est-il effrayé lui aussi
dans sa première réplique, avant de savoir pourquoi son fils appelle ?

Présenter le conseil de la coccinelle : Il récapitule le lien à faire entre ponctuation


et sens de la phrase.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


107
Coccinelle CE1 Unité 4

UNITÉ 4
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


108
Coccinelle CE1 Unité 4

Lecture Comment être un piéton prudent ? livre p. 36

Pour commencer :
- Présenter la lecture : On continue le travail sur la ville.
Rappeler ce que l’on a appris dans l’unité précédente : on sait ce qu’est une ville, une rue,
un quartier, on connait les bâtiments qui sont utilisés par tous les habitants : l’hôtel de ville, la
gare, la poste, l’hôpital. On connait aussi les moyens de transport.
Dans cette unité, on va apprendre à bien vivre en ville.
- Le titre Comment être un piéton prudent ?
Avant de commencer la lecture, demander aux élèves de répondre à cette question. Que
savent-ils déjà des règles de sécurité quand ils se déplacent à pied dans les rues ?

Sur le livre ou le TBI.


Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.
1. Qui est le personnage ? Une fille. Elle marche sur le trottoir. On comprend que c’est
Où est-il ? le trottoir parce qu’on voit une voiture garée au bord.

Le texte Lecture silencieuse.


Expliquer aire de jeux : un endroit réservé aux jeux, où l’on
peut jouer tranquillement.
Expliciter : Pourquoi ne faut-il pas jouer sur le trottoir ?
On risque de bousculer les autres piétons, de tomber sur
la rue, de faire mal à quelqu’un, de ne pas voir les
dangers : un arbre, un poteau, un banc, un étalage, des
ouvriers qui travaillent, une échelle…
Demander aux élèves de reformuler pour répondre à la
question : comment être prudent ?
Utiliser les locutions il faut, il ne faut pas ; on doit, on ne
doit pas.
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases ; se
rappeler qu’on doit faire une petite pause à la virgule.
Laisser un peu de temps de préparation.

2. Qui sont les personnages ? Trois enfants. Ils sont aussi sur un trottoir. On voit des
Où sont-ils ? voitures en stationnement le long du trottoir.
Ils marchent au milieu du trottoir, les uns derrière
les autres.
Le texte Lecture silencieuse.
Demander aux élèves
- de reformuler pour répondre à la question : comment être
prudent quand on est plusieurs sur un trottoir étroit ?
- d’expliciter : pourquoi ne doit-on pas marcher les uns à
côté des autres ? Si on fait un faux pas, on risque de
marcher sur la rue ; si une voiture s’approche très près,
elle peut nous heurter ; si on marche les uns à côté des
autres, on discute et on fait moins attention.
Lecture à haute voix. Ici, il y a une seule phrase. Il faut
bien aller de virgule en virgule, jusqu’au bout de la phrase.
Laisser un peu de temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


109
Coccinelle CE1 Unité 4

3. Qui est le personnage ? Un garçon. Il est au milieu du trottoir. Il s’est arrêté devant
Où est-il ? une sortie de garage. On voit que c’est une sortie de
garage parce que le trottoir est plus bas, pour laisser
les voitures sortir sur la rue ou entrer dans le garage.
Lecture silencieuse.
Le texte
Demander aux élèves d’expliciter : comment fait-on
attention aux sorties de garage ?
On regarde le trottoir. Si le trottoir fait un creux, s’il
descend jusqu’au niveau de la rue, cela veut dire qu’il y a
un garage à cet endroit. C’est peut-être un garage fermé,
ou un parking, ou la cour d’une maison. Une voiture peut
sortir. Pour être prudent, on s’arrête et on regarde du côté
du garage pour voir si une voiture sort. Le conducteur de la
voiture aussi doit faire attention aux piétons qui passent
sur le trottoir.
Lecture à haute voix.

Un garçon et une fille. Ils sont sur le trottoir, derrière la


4. Qui sont les personnages ?
bordure du trottoir, devant le passage pour les piétons
Où sont-ils ?
signalé par des bandes blanches.
Lecture silencieuse
Le texte
Demander aux élèves de lire les phrases qui répondent
aux questions : Où doit-on traverser la rue ? Que faut-il
faire avant de traverser ?
Demander aux élèves pourquoi on doit d’abord regarder à
gauche ? Quand on est sur le trottoir, les voitures arrivent
à d’abord à notre gauche. Celles qui arrivent à droite sont
de l’autre côté de la rue. Si nécessaire, mimer la situation.
Comment faut-il traverser ?
Reformuler la dernière phrase : Je marche tranquillement.
Je ne cours pas pour ne pas risquer de tomber.
Lecture à haute voix.
Trois enfants. Ils sont devant un passage pour piétons
5. Qui sont les personnages ? et il y a un feu. Le feu est rouge pour la voiture. La voiture
Où sont-ils ? est arrêtée. Le petit bonhomme est vert. Les trois enfants
commencent à traverser.
Lecture silencieuse.
Le texte Discuter : pourquoi faut-il faire attention avant de traverser
au bonhomme vert ? Il faut vérifier que toutes les voitures
sont bien arrêtées. Parfois un automobiliste ne
voit pas le feu et ne s’arrête pas.
Lecture à haute voix.
Deux enfants. Ils jouent au ballon dans un parking.
5. Qui sont les personnages ?
Sont-ils prudents ? Pourquoi ?
Où sont-ils ?
Lecture silencieuse.
Demander aux élèves d’expliciter : pourquoi le parking
est-il aussi dangereux que la rue ?
Le texte
Lecture à haute voix.

Récapituler :
- Quelles sont les règles de sécurité quand on marche sur un trottoir ?
- Quelles sont les règles de sécurité quand on traverse la rue ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


110
Coccinelle CE1 Unité 4

Étude du code Le son /%/ comme dans pinceau livre p. 37

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /%/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- assurer la - Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien
compréhension avec l’illustration. Repérer les personnages.
de la comptine 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
tu entends le son /%/ comme dans pinceau.
Rechercher - Pour chaque mot trouvé,
le son chercher immédiatement le 1 syllabe 2 syllabes 2 syllabes
nombre de syllabes : main matin entrain
– analyser les frapper, ou les compter sur U UU UU
les doigts, ou les tracer chien Pépin malin
sur l’ardoise à mesure. U UU UU
- Inscrire le mot dans le tableau. pinceau gardien
- Représenter chaque syllabe UU UU
par une vague. bassin 3 syllabes
- Rechercher oralement d’autres 4 syllabes UU installer
mots qui contiennent le son /%/. impertinent pingouin UUU
Les découper en syllabes. Les UUUU UU
inscrire dans le tableau. imprudent
dessin UUU
UU peinture
instant UUU
UU serpentin
bientôt UUU
UU
2. Continue ton tableau :
singe
- marque avec un point rouge
– discriminer UU
la place du son dans la
le son syllabe.
à l’intérieur de - Identifier la syllabe qui contient le son.
la syllabe. Marquer la place du son.
- Entoure la lettre qui écrit le son.
- rechercher la lettre qui écrit le son /%/. L’entourer.
Chaque élève recopie les mots dans son tableau des graphies.
Observer l’écrit
Identifier la Lire les mots de référence.
graphie Lire les mots outils. Les épeler. Identifier l’écriture du son /%/.
- analyser la
relation phonème
– graphème

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


111
Coccinelle CE1 Unité 4

Lecture Où peut-on se distraire en ville ? livre p. 38

Pour commencer :
- Présenter la lecture : On continue le travail sur la vie en ville.
- Le titre Où peut-on se distraire en ville ?
Avant de commencer la lecture, demander aux élèves de répondre à cette question.
Que font-ils, où vont-ils pour se distraire ?

Sur le livre ou le TBI.


Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.
1. Que voit-on sur la photo ? Un parc avec des arbres, des pelouses, un arbuste en
fleur, un banc. Il n’y a personne. On a l’impression de
calme.
Le texte Lecture silencieuse.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : qu’est-ce qu’un parc ?
C’est un grand jardin, ouvert à tout le monde. Introduire le
mot public.
Les élèves connaissent-ils un parc dans leur ville ?
Ressemble-t-il à celui de la photo ? Qu’y a-t-il dans ce
parc ? Y sont-ils allés ? Qu’ont-ils vu ? Qu’y ont-ils fait ?
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. Ici il y a
deux phrases. Rappeler qu’on doit faire une petite pause à
la virgule. Laisser un peu de temps de préparation.

2. Que voit-on sur la photo ? Une aire de jeu, c’est-à-dire un endroit protégé, aménagé,
réservé aux jeux des enfants. On voit des toboggans, des
échelles, des passerelles
Le texte Lecture silencieuse.
Les élèves connaissent-ils des aires de jeu. Qu’y a-t-il sur
les aires de jeu qu’ils connaissent ? À quoi jouent-ils ?
Lecture à haute voix.

3. Que voit-on sur la photo ? Six garçons. Ils sont sur une pelouse. Quatre ont de
maillots blancs et des shorts rouges. Ils courent. Deux ont
des maillots et des shorts verts. Ils ne courent pas : ils
regardent. Ils n’appartiennent pas à la même équipe. On
voit un ballon de foot, mais ils ne sont pas en train de jouer
au foot. Ils ne courent pas après le ballon. Ils s’entrainent,
ils s’échauffent peut-être.
Lecture silencieuse.
Le texte
Sur cette photo, les enfants sont-ils au stade ou au
gymnase ?
Demander aux élèves d’expliquer ce qu’est un stade : un
terrain de sport, à l’extérieur ; un gymnase : une salle de
sport, à l’intérieur.
Quels sports peut-on pratique dans un stade ? dans un
gymnase ?
Lecture à haute voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


112
Coccinelle CE1 Unité 4

4. Que voit-on sur la photo ? Une piscine. Trois toboggans arrivent dans la piscine. Des
gens se baignent. Un enfant glisse sur le grand toboggan
blanc et orange.

Le texte Lecture silencieuse


Les toboggans de cette photo ressemblent-ils à ceux de
l’aire de jeux. Quelles ressemblances ? quelles différences ?
Insister sur le mot immense : très grand.
Lecture à haute voix.

5. Qui sont les personnages ? Des parents et deux enfants, au restaurant


Où sont-ils ? Lecture silencieuse
Le texte À votre avis, pourquoi aime-t-on manger au restaurant en
famille ? On peut choisir ce que l’on mange, ne pas
manger tous la même chose. C’est le cas sur la photo. Les
parents n’ont pas le souci de faire la cuisine, de servir à
table, les enfants n’ont pas à mettre le couvert et
débarrasser la table.
Lecture à haute voix.
Une maman et un enfant. Ils sont assis dans des fauteuils.
6. Qui sont les personnages ?
On comprend qu’ils sont au cinéma : il y a des rangées de
Où sont-ils ?
fauteuils, tous pareils ; on devine des gens assis deux
rangs derrière eux. Ils regardent ensemble vers le haut ;
on comprend qu’ils regardent un écran. Ils rient. Le film
doit être drôle.
Le texte
Lecture silencieuse.
Discuter : Comment les élèves comprennent-ils la
dernière phrase ?
Lecture à haute voix.
Catégoriser : Quelles activités peut-on faire pour se distraire ?
Écrire les catégories au tableau et demander aux élèves de classer les activités de la page.
Les jeux : courir, faire du vélo, du toboggan dans les aires de jeu ou à la piscine
Les sports : pratiquer un sport, nager
La nature : se promener, se reposer dans un parc au milieu des arbres et des fleurs
Les rencontres, les moments partagés : parler avec ses amis sur un banc, pratiquer un sport
collectif, manger au restaurant
Les spectacles : assister à un match, aller au cinéma
Le rêve : lire, rêver
Demander aux élèves d’ajouter à cette liste des activités de loisirs qu’ils pratiquent.
Récapituler
- Quels sont tous les endroits de la ville où l’on peut se distraire ?
- Tu veux faire du sport avec tes amis, où vas-tu ?
- Tu veux passer un moment au calme avec un livre. Où vas-tu ?
- Tu veux jouer avec tes amis. Où vas-tu.
- Tu veux te promener tranquillement avec tes parents. Où allez-vous ? Etc.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


113
Coccinelle CE1 Unité 4

Étude du code Quand écrit-on am, em, om, im livre p. 39

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : établir la règle orthographique des graphies am, em, om, im.
PRÉPARATION DU TABLEAU ou TBI : les tableaux des activités 1, 2 et 3.

1. Je classe ces mots dans le tableau.


- classer les
J’entoure la lettre qui suit les écritures du son /A)/.
graphies des sons
Travail individuel. Tous les mots sont connus.
Mise en commun au tableau.
Attention : dans le mot amande, la suite de lettres am au début du
mot n’écrit pas le son /A)/. Rappeler que l’on ne cherche pas une suite
de lettres, mais l’écriture d’un son.
an en am em
danger aventure chambre exemple
orange entrée ampoule décembre
amande calendrier trampoline
encre jambe
champignon

2. Je classe ces mots dans 3. Je classe ces mots dans


le tableau. J’entoure la lettre le tableau. J’entoure la lettre
qui suit les écritures du son /7/. qui suit les écritures du son /*/.
Travail individuel. Travail individuel.
Mise en commun au tableau. Mise en commun au tableau.
on om on om
oncle pompier singe timbre
confiture ombre pinceau grimper
fontaine trompette cinq impoli
ronde nombre linge imprimerie
monstre colombe quinze
compote

- observer l’écrit 4. J’observe les colonnes qui contiennent les écritures am, em, om, im.
Identifier la - Quelles lettres trouve-t-on après ces écritures ?
régularité - Trouve-t-on ces lettres après les écritures an, en, on, in ?
L’observation et la comparaison permettent de conclure : après les
écritures am, em, om, im, on voit les lettres b et p et seulement elles.
On ne voit pas ces lettres après les écritures an, en, on, in.
L’enseignant confirme que c’est toujours vrai.
Lire le Je retiens.
 Je complète avec an ou am.  Je complète avec in ou im.
- établir la règle une orange – un champion – une infirmière - un pingouin –
un tambour – dimanche – un imperméable – une étincelle -
- mettre en place une lampe – un banc simple – le chemin – le dessin –
le contrôle Correction : Justifier chaque une invitation
orthographique écriture.  Je complète avec on ou om.
 Je complète avec en ou em. un conte - raconter - une éponge
ressembler – ralentir – penser – compter - comprendre - onze –
emporter – embrasser – le vent – une réponse – la montagne
le printemps

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


114
Coccinelle CE1 Unité 4

Lecture Où peut-on se cultiver en ville ? Livre p. 40

Pour commencer :
- Présenter le titre Où peut-on se cultiver en ville ?
Préciser le sens du mot se cultiver : apprendre, s’instruire.

Sur le livre ou le TBI.


Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.
1. Que voit-on sur la photo ? Des enfants autour d’une dame dans une bibliothèque. Les
enfants se tiennent autour d’une table basse. La dame est
assise sur une chaise basse. Elle porte des lunettes. Elle
Le texte tient un livre à la main.
On comprend que c’est une bibliothèque parce qu’on voit
beaucoup de livres rangés sur des étagères le long du mur.
Lecture silencieuse du premier paragraphe.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : qu’est-ce qu’une bibliothèque ?
Les élèves vont-ils dans une bibliothèque ? ressemble-t-
elle à celle de la photo ? Quels livres aiment-ils lire ?
Quels livres choisissent-ils ?
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. Ici il y a
une seule phrase. Chercher la ponctuation à l’intérieur de
la phrase : le « deux-points » annonce une liste, une
énumération : on fera une petite pause ; les virgules : on
fera aussi des petites pauses.
Laisser un peu de temps de préparation.
Lecture silencieuse du second paragraphe.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : que peut-on faire à la
bibliothèque ? Demander un conseil à la bibliothécaire
pour choisir un livre, lire, emprunter des livres, écouter
avec d’autres enfants la bibliothécaire qui lit une histoire.
Lecture à haute voix du paragraphe, puis de ce
premier texte en entier.
Discuter : comment se cultive-t-on à la bibliothèque ?
On découvre des livres nouveaux, des auteurs que l’on ne
connait pas ; on peut lire des livres sur les pays, sur les
animaux, sur les plantes…
Un groupe d’enfants assis par terre dans un musée. On
2. Que voit-on sur la photo ?
sait que c’est un musée parce qu’on voit des tableaux
accrochés sur les murs. Devant le groupe, une dame
regarde un tableau. Elle parle sans doute aux enfants, elle
leur apprend peut-être à regarder le tableau, ou elle parle
du peintre qui a peint ce tableau…
Lecture silencieuse.
Le texte
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : qu’est-ce qu’un musée ?
Insister sur le mot collection : un ensemble d’objets qui se
ressemblent. Évoquer des collections que font les élèves.
Quel est le musée représenté sur la photo ?
Que peut-on voir dans un musée du jouet ? Toutes sortes
de jouets, mais ce n’est pas un magasin. On voit des
jouets anciens, des jouets d’autres pays…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


115
Coccinelle CE1 Unité 4

Si vous allez au musée des instruments de musique, que


pourrez-vous voir ?
Les élèves connaissent-ils des musées ? Lesquels ?
Peuvent-ils imaginer des musées ? Amorcer l’imagination
par quelques exemples : musée du bijou, du costume…
Discuter : comment se cultive-t-on au musée ? On
découvre des objets qu’on ne peut pas voir ailleurs.
Comme ce sont des collections, des objets rassemblés,
on peut comparer ; on peut comprendre les progrès entre
deux époques ; on peut aussi parler avec des guides qui
donnent beaucoup de détails…
Lecture à haute voix. Demander aux élèves de repérer
les phrases, la ponctuation. Laisser un petit moment pour
préparer la lecture.

3. Que voit-on sur la photo ? Quelqu’un déguisé en loup, avec une tête et des pattes de
loup, une fille avec une robe rouge et un panier à la main ;
Ils sont sur une scène. On comprend que c’est une scène
parce que l’on voit le plancher et des décors : des nuages
découpés, des fleurs. Ce sont des acteurs. Ils jouent une
pièce de théâtre. Les élèves reconnaissent-ils l’histoire du
petit Chaperon rouge ?

Le texte Lecture silencieuse.


Discuter : Pourquoi les acteurs se déguisent-ils ?
Pourquoi y a-t-il des décors sur la scène ?
Comment se cultive-t-on au théâtre ? On découvre des
œuvres, des pièces. On découvre des façons d’exprimer
les sentiments, de faire rire avec son corps, avec sa voix.
Lecture à haute voix. Demander aux élèves de repérer
les phrases, la ponctuation. Laisser un petit moment pour
préparer la lecture.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


116
Coccinelle CE1 Unité 4

GRAMMAIRE Le nom et son déterminant livre p. 41


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : nommer et définir le déterminant, le nom, le groupe nominal.
PRÉPARATION DU TABLEAU : Le tableau de la situation d’apprentissage

Pour commencer : écrire au tableau :


- Identifier
un album, des contes, une histoire, un acteur, des costumes, le décor, la
le singulier
scène, les musées.
et le pluriel
Les élèves viennent entourer en bleu les groupes de mots au singulier, en
rouge les groupes de mots au pluriel.
Rappeler ce que l’on sait du singulier et du pluriel :
quand on parle d’une seule chose, c’est le singulier.
Quand on parle de plusieurs choses, c’est le pluriel.
1. Étudier le support image par image.
Identifier la situation. Lire et jouer les dialogues.
1. Deux mamans avec des enfants se rencontrent dans la rue. La maman
qui a une queue de cheval demande un renseignement à l’autre. Elle
cherche une pharmacie. L’autre maman lui répond.
2. Deux promeneurs (ou deux touristes) sont dans un parc (ou dans une
forêt). Ils admirent les arbres.
3. Une dame affolée parle à une autre assise sur un banc avec un enfant.
4. Un voyageur arrive à la gare avec deux valises. Il demande un
renseignement à un autre.
5. Une fille et un garçon promènent leur chien sur un trottoir.
Ils voient arriver deux vélos qui roulent sur le trottoir.
2. Lire les seuls mots en gras dans chacune des bulles.
1. Classe les groupes de mots en gras. Commenter le tableau :
- Prendre on doit se demander si le groupe de mots est au singulier ou au pluriel.
conscience de la
fonction du singulier pluriel
déterminant une pharmacie plusieurs pharmacies
à partir de mon sac les rues
la compétence un policier ces arbres
orale
le tram cent ans
l’hôtel mes valises
la plage des taxis
l’entrée deux vélos
la gare les vélos
le droit
le trottoir
2. Encadre les mots qui t’ont permis de classer.
- Justifier chaque réponse. Faire varier le plus possible les déterminants.
 Comment dirait-on pour plusieurs sacs ? (mes sacs, des sacs, les sacs…)
 Comment dirait-on pour un seul arbre ? (cet arbre, l’arbre, un arbre…).
- Remarquer que, quand on parle et quand les mots sont écrits, c’est
toujours le premier mot du groupe qui fait comprendre qu’il y a une seule
chose ou plusieurs, que c’est le singulier ou le pluriel.
Lire le Je retiens.
- Commenter les déterminants commandent : ils obligent à écrire le nom
au singulier ou au pluriel.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


117
Coccinelle CE1 Unité 4

Informer les élèves qu’ils apprendront à écrire le nom au singulier ou


- nommer et au pluriel, à accorder le nom avec son déterminant, dans la leçon
définir le d’orthographe.
déterminant, - Lire dans le tableau les déterminants du singulier, les déterminants du
le nom, le pluriel. Rappeler que l’ remplace le ou la quand le nom commence par
groupe une voyelle.
nominal - Reformuler la définition du nom : le nom est le mot qui est commandé
par le déterminant. Dire aux élèves qu’on apprendra bientôt d’autres
choses sur le nom.
- Reformuler la définition du groupe nominal : c’est le groupe formé par
le déterminant et le nom. On apprendra plus tard que le groupe
nominal peut s’agrandir.
- généraliser - Rechercher dans le texte de la page 40 quelques groupes nominaux
au singulier, quelques groupes nominaux au pluriel.

- extraire les  Je recopie les déterminants


déterminants
une – des – un – ma – mes – les
du groupe
nominal  Je classe les déterminants : singulier ou pluriel ?
- les classer
singulier : la – une – ta – mon – le – l’
pluriel : les – quatre – plusieurs – des – ces
- analyser le  Je recopie les groupes de mots.
groupe nominal J’écris D sous le déterminant, N sous le nom.
la gare - le train - des voyageurs - les quais - l’horloge
D N D N D N D N D N
cinq wagons - nos valises - un conducteur - une locomotive
D N D N D N D N
l’arrivée - le départ
D N D N

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


118
Coccinelle CE1 Unité 4

Lecture Qui prend soin des habitants ? livre p. 42

Pour commencer :
- Présenter le titre Qui pend soin des habitants ?
Préciser le sens de l’expression prendre soin : veiller sur quelqu’un pour qu’il soit bien,
s’occuper de quelqu’un avec attention.
Demander aux élèves ce qu’ils comprennent quand on leur dit : tu prendras soin de ce livre.
Sur le livre ou le TBI.
Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.
1. Que voit-on sur la photo ? Une femme médecin, avec une blouse blanche. Elle
examine le dos d’un enfant assis sur la table. Autour du
cou, elle a un appareil pour écouter le cœur et les
Le texte poumons : un stéthoscope.
Lecture silencieuse du premier paragraphe.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : quel est le travail du médecin ?
Expliquer le mot cabinet : c’est le bureau où le médecin
reçoit les malades.
Tous les élèves sont déjà allés chez le médecin :
cela s’est-il passé comme dans le texte ?
Lecture à haute voix. Indiquer aux élèves comment la
préparer : chercher le début et la fin des phrases. Ici il y a
une deux phrases et dans la deuxième phrase trois
virgules : on fera des petites pauses.
Laisser un peu de temps de préparation.

Une pharmacienne et une cliente. La pharmacienne a


2. Que voit-on sur la photo ? aussi une blouse blanche. Elle tient à la main une boite de
médicaments. La cliente est peut-être allée chez le
médecin. Il lui a prescrit des médicaments pour soigner sa
maladie. Elle va acheter les médicaments à la pharmacie.
La pharmacienne lui explique comment elle doit prendre
les médicaments, combien de fois par jour, à quel
moment…
Lecture silencieuse.
Le texte Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : quel est le travail du pharmacien ?
Commenter le pharmacien. Sur la photo, c’est une
pharmacienne. Quand c’est un homme, on dit un
pharmacien.
Lecture à haute voix après un temps de préparation.
Discuter : faut-il toujours aller chez le médecin avant
d’aller chez le pharmacien ?

Une femme avec une blouse blanche et un stéthoscope


3. Que voit-on sur la photo ? autour du cou. Elle ressemble beaucoup au médecin de la
première photo. Lire sous l’image : l’infirmière. Elle est
avec une dame âgée : on le comprend parce qu’elle a des
cheveux blancs, une canne à la main. Elle lui tient la main.
Elle lui parle.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


119
Coccinelle CE1 Unité 4

Le texte Lecture silencieuse.


L’infirmière est habillée comme le médecin.
Fait-elle le même travail ?
Lecture à haute voix après un temps de préparation.

4. Que voit-on sur la photo ? Un dentiste et son assistante soignent un enfant allongé
sur le fauteuil.
Le texte Lecture à haute voix

Un policier, au milieu de la rue. Il fait la circulation.


5. Que voit-on sur la photo ? Lecture silencieuse.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
Le texte répondre à la question : quel est le travail du policier ?
Lecture à haute voix après un bref temps de préparation

Des pompiers. Ils éteignent un incendie avec des lances.


5. Que voit-on sur la photo ?
Lecture silencieuse.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
Le texte
répondre à la question : comment les pompiers portent-ils
secours ?
Lecture à haute voix après un bref temps de préparation.

Catégoriser : Quelles sont les deux manières de prendre soin des habitants ?
- les soigner, les aider à être en bonne santé : ce sont les métiers de la santé : médecin,
pharmacien, infirmier, dentiste, mais aussi pompiers dans les accidents
- assurer leur sécurité, les protéger : policiers, pompiers
Discuter : quel métier les élèves trouvent-ils intéressant ? Pourquoi ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


120
Coccinelle CE1 Unité 4

CONJUGAISON Le présent des verbes comme marcher livre p. 43


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : lier la compétence orale et l’observation de l’écrit pour fixer la
conjugaison des verbes en –er. Nommer et définir l’infinitif et les pronoms de conjugaison.
1. Activité orale
- rappeler les - Donner oralement la phrase Le médecin examine le malade.
catégories du
Parle-t-elle du présent, du passé, du futur ?
temps et
la procédure Les élèves entourent le verbe. Pour vérifier le verbe, on transforme la
de recherche phrase pour qu’elle parle du passé ou du futur (Le médecin a examiné
du verbe le malade. Le médecin examinera le malade.)
Même travail avec Le dentiste soigne les dents malades. Les policiers
surveillent les rues. Les pompiers donnent les premiers soins aux blessés.

- identifier 2. La situation d’apprentissage


- Sur le livre ou au TBI : décrire le support.
Sur la première ligne, il y a une seule personne sur chaque photo.
Sur la deuxième ligne, il y a plusieurs personnes
a) le temps de la - Lire le texte sous les images. Parle-t-on du passé, du présent ?
conjugaison du futur ? Que comprend-on ?
b) les personnes,
1. « je marche » : c’est l’enfant de la photo qui parle. Il dit ce qu’il fait.
le singulier et le
pluriel C’est une seule personne qui parle.
2. « tu marches » : l’enfant de la première photo parle à ce garçon sur
le sable. On le comprend avec la buIle. Il s’adresse à lui. Il lui dit « tu ».
On dit tu quand on parle à une seule personne.
3. « il marche ». On parle du garçon sur le chemin dans le parc. On dit
ce qu’il fait : « il marche ». On parle d’une seule personne.
4. « elle marche ». On parle de la fille. On dit ce qu’elle fait. On parle
d’une seule personne. On dit il ou elle quand on parle d’une seule
personne.
5. « nous marchons » : ce sont les deux enfants qui parlent. Ils disent
ce qu’ils font. Il y a plusieurs personnes qui parlent.
6. « vous marchez ». Les deux enfants parlent aux parents et aux
enfants de la photo. Ils leur disent « vous marchez ».
On dit vous quand on parle à plusieurs personnes.
7. ils marchent. On parle des gens qui se promènent. On dit ce qu’ils
font. On parle de plusieurs personnes.
8. « elles marchent ». On parle de la maman et des deux petites filles.
On dit ce qu’elles font. On dit ils ou elles quand on parle de plusieurs
personnes
c) le radical Observe la partie en noir. Que remarques-tu ?
C’est la même pour toutes les formes de la conjugaison du verbe.
On la trouve aussi dans marcher.
d) la variation des Observe les parties en rouge. Explique ce que tu comprends.
terminaisons avec L’observation doit fait apparaitre les points suivants :
la personne, le
- La terminaison du verbe change. On comprend que c’est je, tu, il, elle,
singulier et le
nous, vous, ils, elles, les pronoms de conjugaison qui font changer la
pluriel.
terminaison. Rappeler que les pronoms de conjugaison commandent
la terminaison du verbe. Ce sont les sujets du verbe.
- Il y a plusieurs formes pour le singulier et le pluriel.
- avec je, il, elle la terminaison est la même.
- avec ils, elles la terminaison est la même.
Rappeler ce que veut dire le mot conjugaison : le verbe change avec
le temps et avec les pronoms de conjugaison.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


121
Coccinelle CE1 Unité 4

Lire le je retiens.
- Donner des verbes conjugués. Chercher leur infinitif. Écrire les
infinitifs au tableau. Entourer la terminaison er.
j’écoute, c’est le verbe écouter ; il examine, c’est le verbe…
vous expliquez, tu donnes, elle soigne, je surveille, nous aidons.
- Commenter : les verbes qui se terminent par er à l’infinitif se
conjuguent tous de la même façon au présent.
Reprendre les verbes précédents. Donner un pronom de
conjugaison. Les élèves conjuguent à l’oral. Un élève écrit
le verbe au tableau et entoure la terminaison. On vérifie avec
la conjugaison du verbe marcher.
Lire le conseil de la coccinelle. Elle dit comment réfléchir pour
bien écrire les terminaisons du verbe.
Démontrer la réflexion au tableau
- mettre en place une Je dans? : J’écris le verbe. Quand j’arrive à la terminaison,
procédure de je m’arrête et je regarde : quel est le pronom
réflexion
qui commande le verbe ?
orthographique
Je dans? C’est le pronom je.
Je danse J’écris e à la fin du verbe parce que c’est je qui
commande.
Faire le travail pour quelques verbes des activités précédentes.
Remarquer que, quand on parle, quand on écoute, on ne fait pas
de différence entre il donne et ils donnent, entre elle surveille et
elles surveillent. Quand on écrit, on doit montrer la différence. Si
on parle d’une seule personne, le pronom et le verbe sont au
singulier. Si on parle de plusieurs personnes, le pronom et le
verbe sont au pluriel.

 Je recopie les verbes qui se conjuguent comme marcher.


- Lire la liste des verbes. Ils sont tous à l’infinitif. Comment se
termine le verbe marcher à l’infinitif ? On entend /é/, on voit er.
- trier les infinitifs
bricoler – chercher – demander – entrer – regarder – trouver
- Correction : vérifier la présence des deux critères : je vois,
j’entends. Les erreurs sur les verbes qui se terminent par re
portent à la fois sur le son et sur l’ordre des lettres.
 J’écris un pronom de conjugaison devant le verbe.
- Lecture silencieuse de l’exercice. Demander aux élèves de
donner l’infinitif du verbe.
- associer pronom de nous tombons – je tombe (ou il tombe, ou elle tombe)
conjugaison et
ils tombent (ou elles tombent) – tu tombes
terminaison du verbe
- Correction : vérifier avec la conjugaison du verbe marcher.
 Je conjugue les verbes au présent.
je découpe – nous collons – tu entoures – elle souligne –
ils barrent – vous copiez – il cherche – elles dessinent.
- conjuguer
- Correction : utiliser systématiquement la procédure donnée
par la coccinelle et démontrée par l’enseignant.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


122
Coccinelle CE1 Unité 4

Lecture Comment garder la ville propre ? livre p. 44

Pour commencer :
- Présenter le titre Comment garder la ville propre ?
Demander aux élèves d’apporter leurs idées pour répondre à cette question.
Sur le livre ou le TBI.
Observer, décrire l’illustration. Lire le texte qui l’accompagne.
1. Que voit-on sur la photo ? Un camion de ramassage des ordures. Un éboueur se
prépare à vider une grande poubelle dans le camion. Il est
habillé en jaune et ses vêtements ont des bandes
réfléchissantes. C’est pour qu’on le voie bien. Il travaille
dans la rue, au milieu de la circulation. Son vêtement
le signale aux automobilistes.
Lecture silencieuse
Le texte Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : que deviennent nos ordures ?
Vérifier la compréhension du mot recyclées : traiter les
déchets comme le métal, le verre, le plastique, le tissu
pour fabriquer de nouveaux produits.
Lecture à haute voix. Chercher le nombre de phrases,
le début et la fin des phrases. Laisser un peu de temps
de préparation.

2. Que voit-on sur la photo ? Un monsieur qui plante de fleurs. On voit que ce n’est pas
dans le jardin de sa maison : l’espace est très grand et
derrière lui, on aperçoit une petite statue. C’est un jardin
public ou un parc. Il travaille avec de gants pour protéger
ses mains des épines, de tout ce qui pourrait le blesser ou
le piquer.
Le texte Lecture silencieuse.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : quel est le travail du jardinier ?
Vérifier la compréhension du verbe entretenir : garder en
bon état. Que doit faire le jardinier pour entretenir les
pelouses ? Il tond. Il arrose. Il enlève les cailloux. Il
ramasse les papiers qui se sont envolés ou que quelqu’un
a jetés. À l’automne, il enlève les feuilles mortes.
Lecture à haute voix après un temps de préparation.
Une pelouse. Sur sa bordure, un panneau : pelouse
3. Que voit-on sur la photo ? interdite.
Discuter : Qu’est-ce qui est interdit ? On ne doit pas
marcher, jouer ni s’asseoir sur la pelouse.
Le texte Lecture silencieuse.
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : doit-on respecter seulement les
pelouses ?
Discuter : où ne doit-on pas cueillir des fleurs ?
Pourquoi ? Pourquoi ne doit-on pas casser les branches ?
Insister sur la notion d’espace commun, partagé qui doit
rester en bon état pour le plaisir de tous…
Transposer à l’espace de l’école, de la classe.
Lecture à haute voix après un temps de préparation.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


123
Coccinelle CE1 Unité 4

4. Que voit-on sur la photo ? - Identifier une affiche.


 son auteur : la mairie de Paris
 son destinataire : les habitants, ceux qui marchent dans
la ville et jettent des papiers ou des sacs en plastique
derrière eux, comme si la rue était une poubelle.
- Qui voit-on ?
 un balayeur avec un grand balai, une casquette et une
veste vertes, un blouson jaune. Il est derrière le
lampadaire, il n’a pas de pieds. Il ressemble à un bon
génie qui sort d’une lampe, comme dans le conte d’Aladin.
Si possible, montrer une image associée à ce conte et
comparer : on voit toujours la tête, les bras, le corps mais
pas les pieds.
 un homme qui marche sur le trottoir. Il est en train de
téléphoner. Il jette un papier derrière lui.
- Qui dit : Nous pouvons faire le maximum, mais pas
l’impossible ? Le balayeur.
Que comprend-on ? Les balayeurs font très bien leur
travail (ils font le maximum, c’est-à-dire tout ce qu’ils
doivent faire et tout ce qu’ils peuvent faire) mais ils ne
peuvent pas se transformer en génies et suivre partout les
passants pour ramasser ce qu’ils jettent et garder les rues
propres.
- Lire les deux textes au bas de l’affiche.
Que comprend-on ?
 les agents de propreté sont les travailleurs chargés de
garder propres les rues et les trottoirs. Ils balaient, ils
lavent pour que les rues soient agréables. Ils enlèvent tout
ce que l’on jette, ce qui traine sur les trottoirs. Ils passent
derrière nous, c’est-à-dire après nous et ils réparent les
bêtises que nous faisons.
 Après leur passage, la rue est propre. Il faut éviter de
salir à nouveau si on arrive après eux.
 Les deux phrases l’une après l’autre font comprendre
que, si on ne fait pas attention, cela ne s’arrête pas : on
salit, les balayeurs nettoient, on salit juste après, ils
nettoient… Nous sommes aussi responsables de la
propreté des rues. Nous devons faire attention pour
ne pas salir.
Le texte Lecture silencieuse
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront
répondre à la question : Comment ne pas salir les trottoirs
et les rues ?
Lecture à haute voix après un bref temps de préparation.

Lecture du texte entier à haute voix.


Récapituler : Comment peut-on répondre à la question du titre ?
- avec ce que dit le texte,
- avec d’autres idées que nous avons.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


124
Coccinelle CE1 Unité 4

VOCABULAIRE Le nom commun et le nom propre livre p. 45


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : distinguer le nom commun et le nom propre

1. Pour commencer
- Rappeler ce que l’on sait des noms et des déterminants.
Écrire au tableau des groupes déterminant + nom.
Les élèves recopient sur l’ardoise le nom seul :
les ordures – un camion – des objets – le jardinier – une pelouse –
la ville – mes gestes
Écrire au tableau
Les éboueurs ramassent les ordures.
Les élèves entourent les noms et soulignent les déterminants.
Justifier toutes les réponses.
2. Sur le livre ou au TBI
- utiliser ses - Observer, lire, comprendre le support.
connaissances Trois photos : sous chaque photo un texte.
pour lire Lire les textes. Retrouver tout ce que l’on connait déjà :
et comprendre Texte 1 : la petite fille se présente. Elle dit son nom et où elle habite.
le support. Elle parle d’elle. Elle utilise le pronom je.
Elle parle aussi de sa ville. Expliquer jumelée : des villes jumelées
sont des villes qui ont beaucoup d’échanges entre elles : des voyages
des habitants, des expositions, des concerts, des échanges entre les
écoles…
Texte 2 : Qui parle ? Alice, la petite fille qui a parlé dans le texte 1.
Elle présente sa copine : elle dit son nom et où elle habite. Elle utilise
le pronom elle. Elle dit aussi ce qu’elles font ensemble : elle utilise
le pronom nous. Nous allons à l’école ensemble : nous, c’est Alice
et Maly.
Texte 3 : qui parle ? C’est toujours Alice. Elle dit ce qu’elle fait avec
Maly et les parents. Elle dit nous : nous, c’est Alice, Maly et les
parents. Elle présente aussi son chien : elle dit son nom, Flocon.
- Traiter les questions : l’enseignant écrit les réponses au tableau.
- identifier le nom  Comment s’appellent les deux copines ? Alice et Maly.
propre  Comment s’appelle leur ville ? Bordeaux. Alice dit qu’elles habitent
dans le même quartier. On comprend qu’elles habitent donc dans la
même ville.
 Comment s’appelle leur quartier ? Caudéran. La majuscule dans
le quartier Caudéran fait comprendre que Caudéran est le nom du
quartier.
 Comment s’appelle le chien d’Alice ? Flocon.
 Comment s’appelle le fleuve qui traverse la ville ? la Garonne.
On comprend que c’est le nom du fleuve, parce que le texte dit
au bord de et la photo montre un fleuve, une rivière très large.
 Quel est le point commun entre les mots du texte qui répondent aux
questions ?
- caractériser le La discussion doit mettre en évidence les points suivants :
nom propre : sens Ce sont tous des noms : Ils répondent tous à la question Comment
et écriture. s’appelle ? Des noms de personne (Alice, Maly), d’animal (Flocon), de
ville et de lieux (Bordeaux, Caudéran), de fleuve (la Garonne)
Tous ces noms commencent par une majuscule.
Retourner au texte 1 : y a-t-il d’autres mots qui ressemblent à ceux-ci
et qu’on n’a pas relevés ? Casablanca et Oran : ce sont des noms de
ville.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


125
Coccinelle CE1 Unité 4

Lire la rubrique Je retiens.


- Reprendre tous les noms propres de l’activité et reformuler :
Alice est le nom propre d’une petite fille. Flocon est le nom propre de
- nommer et son chien. Bordeaux est le nom propre d’une ville, etc.
définir le nom - Demander aux élèves d’écrire sur l’ardoise deux noms propres
propre, le nom qu’ils connaissent. Veiller à la présence de la majuscule.
commun - Faire le lien entre nom commun et nom propre.
Écrire au tableau : mon copain, ma copine. Nom commun ou nom
propre ? Justifier la réponse nom commun : copain, copine peut faire
penser à beaucoup de personnes. Ce n’est pas le nom d’une seule
personne. On a tous plusieurs copains, plusieurs copines.
Demander aux élèves de compléter sur l’ardoise avec un nom
- généraliser propre : le nom d’un copain ou d’une copine.
Faire la même chose pour les villes, les pays. Donner le nom propre
de villes que l’on connait, de pays que l’on connait.
- Relever les noms communs dans les textes du support :
ma ville – ma copine – le quartier – l’école – le dimanche – le bord –
nos parents – mon chien.
- identifier dans un  Je recopie les noms propres.
texte :
1. les noms Aladin – Gepetto – Pinocchio – le Sahara – le Nil – (l’)Afrique – la France
propres
Correction : Remarquer que l’on peut voir un déterminant devant
un nom propre. Ce n’est pas le déterminant qui permet de savoir si
le nom est un nom commun ou un nom propre. C’est la majuscule.
2. les noms Pour le nom propre Afrique, on dit l’Afrique. Mais on ne dit pas le plus
communs
long fleuve de l’Afrique, on dit le plus long fleuve d’Afrique.

 Je recopie les noms communs.


1. les enfants, des poupées, des balles, des toupies
2. le jeu, l’oie, les dés, la dinette, les devinettes, des jeux
3. les jouets, des musées
4. le musée, le carrosse
Correction : Rappeler ce que l’on sait du nom commun :
- devant le nom, on peut toujours mettre un déterminant.
- le nom commun ne prend pas de majuscule.
Examiner quelques mots pour vérifier que ce ne sont pas des noms
communs : on ne peut pas dire un très, un avec, le longtemps…
Dire aux élèves que l’on apprendra petit à petit à connaitre tous les
mots.
Relever les noms propres : Égypte, France, Colmar, Cendrillon.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


126
Coccinelle CE1 Unité 4

ORTHOGRAPHE L’accord du nom avec son déterminant livre p. 46


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : établir la chaine d’accord du nom avec son déterminant ;
mettre en place une procédure de réflexion orthographique
1. Introduire la leçon : mobiliser les connaissances
- Donner oralement des groupes déterminant + nom.
- rappeler la Les élèves disent si le groupe nominal est au singulier ou au pluriel
fonction du et le justifient.
déterminant : - Écrire les groupes nominaux au tableau en deux colonnes :
commander le
singulier/pluriel. Disposer le tableau pour pouvoir écrire les deux
singulier ou le
pluriel du nom. formes dans chaque colonne.
la pharmacienne – le médecin – des médicaments – l’infirmière
- identifier le des piqures – un gendarme – les flammes – une dent – une enquête
singulier et le pluriel les coupables – les rues – le blessé – la route
à l’oral
singulier pluriel
la pharmacienne les pharmaciennes
le médecin les médecins
un médicament des médicaments
l’infirmière les infirmières
une piqure des piqures
un gendarme des gendarmes
la flamme les flammes
une dent des dents
une enquête des enquêtes
le coupable les coupables
la rue les rues
le blessé les blessés
la route les routes

- Demander aux élèves de donner la forme qui manque : le singulier


si le groupe nominal est au pluriel, le pluriel si le groupe nominal est
au singulier (mots en italique dans le tableau ci-dessus). L’enseignant
écrit au tableau.
- Lire à haute voix les noms sans leur déterminant, dans les deux
colonnes. Entend-on si c’est le singulier ou le pluriel ? Sans le
- identifier la déterminant, on ne sait pas s’il y a un ou plusieurs médecins, une ou
marque du pluriel plusieurs routes, etc.
sur le nom - Observer les écritures des noms : comment voit-on la différence
entre le singulier et le pluriel ? Entourer le s du pluriel des noms dans
le tableau.
- Conclure : au pluriel, on écrit un s à la fin des noms. On n’entend
pas le s quand on parle.
2. Sur le livre ou au TBI
- Lire la règle en haut de la page.
- énoncer la règle - Présenter le conseil de la coccinelle : on va apprendre à réfléchir
de l’accord
pour accorder le nom avec son déterminant sans faire de faute.
- mettre en place
une procédure de - Démontrer la réflexion au tableau :
réflexion  Commencer à écrire des maison. S’arrêter à la fin de maison et
orthographique tracer une « bulle » pour réfléchir. On n’est pas obligé de mettre un
point d’interrogation dans la bulle. Elle suffit à montrer que l’on se
pose une question : des maison ?
Formuler la question. Je m’arrête et je me demande : le nom maison
est-il au singulier ou au pluriel ? Pour le savoir, il faut regarder le mot

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


127
Coccinelle CE1 Unité 4

qui le commande.
- Énoncer ce que l’on fait : Je cherche le déterminant qui commande
le nom maison. Tracer la flèche qui montre que l’on doit regarder
en arrière, avant le nom, pour chercher le déterminant qui commande
le singulier ou le pluriel. des maison?
- Décider et expliquer : des commande le pluriel du nom. J’accorde
le nom au pluriel. J’écris un s à la fin de maison : des maisons.
- Faire le même travail avec quelques mots du tableau.
1. distinguer les J’écris un déterminant devant chaque nom.
noms au singulier - Lire les noms. Réfléchir : comment savoir s’il faut écrire un
et au pluriel en
déterminant qui commande le singulier ou un déterminant qui
l’absence de
déterminant
commande le pluriel ? On regarde la fin du nom. Rappeler la règle.
des (les, ces, plusieurs…) arbres – la (une, cette…) pelouse –
un (l’, mon, ton…) arrosoir – les (des, ces, mes, nos, plusieurs…) fleurs
des (les, nos, plusieurs…) graines – les (des…) racines –
un (le, ce…) jardinier – des (les, quatre, nos…) tulipes –
un (le, ce, mon…) fruit – la terre.
Correction : justifier tous les choix.
Utiliser la procédure orthographique pour en vérifier quelques-uns.
2. 3. 4.
 J’écris un nom de fruit après chaque déterminant.
accorder le nom
avec son
- Lire les noms de fruits : ils sont tous au singulier.
déterminant - Lire les déterminants : certains commandent le singulier, d’autres
commandent le pluriel.
- Se représenter la tâche : il faut accorder le nom avec son déterminant.
Beaucoup de solutions sont possibles. En voici une :
la cerise – le citron – les fraises – un abricot – une poire –
des raisins – ma pomme – trois melons
Correction : justifier les accords. Constater que l’on peut écrire
beaucoup de groupes nominaux différents, mais quand le déterminant
commande le pluriel, il faut toujours mettre un s à la fin du nom.
 J’écris au singulier.
- Lire la liste des noms : ils sont tous au pluriel.
- Se représenter la tâche : comment faire pour écrire au singulier ?
Il faut changer le déterminant, écrire un déterminant qui commande le
singulier et enlever la marque du pluriel à la fin des noms, écrire
le nom sans son s à la fin.
la salade – un œuf – une pâte – un poulet – le poisson – la tarte
Correction : vérifier la présence du déterminant singulier. S’il n’est
pas exact du point de vue du genre, corriger mais dire à l’élève qu’il
a bien écrit un déterminant du singulier.
 J’écris au pluriel. J’entoure la marque du pluriel à la fin des noms.
des assiettes – les fourchettes – des bols – les nappes – les biscuits –
des fromages
5. synthèse en
reconnaissance :  Je recopie les noms au pluriel avec leur déterminant.
identifier les noms - Lire le texte. Se représenter la tâche. Il y a plusieurs choses à
au pluriel dans un contrôler. Chercher les noms. Ici, il y a des noms communs et des
texte. noms propres. Se demander s’ils sont au singulier ou au pluriel.
6. synthèse en Recopier seulement ceux qui sont au pluriel.
production : mettre
des noms au pluriel les rayons – les pirates – les pages – les fleurs – les histoires –
dans un texte des princesses – des fées

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


128
Coccinelle CE1 Unité 4

RÉDACTION J’apprends à écrire une histoire livre p. 47


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à rédiger un texte bref à partir d’une narration
en images ; apprendre à faire des écrits intermédiaires

1. Pour commencer
- Rappeler le travail déjà fait en rédaction : on a appris à construire
une phrase en se posant les questions où ? qui ? que se passe-t-il ?
- Présenter l’objectif : on va faire le même travail pour apprendre à
écrire un texte plus long.
2. Sur le livre ou au TBI
- Observer le support.
Trois dessins : ils racontent un petit évènement. Demander aux élèves
de raconter. S’accorder sur une narration minimale : un garçon court
sans regarder devant lui. Il ne voit pas l’arbre. Il rentre dans l’arbre, se
cogne la tête et tombe assis. Sa tête lui fait mal.
- faire un premier - Comment faire pour écrire une histoire intéressante à partir de
récit bref : une cette brève histoire orale ? On va travailler image par image.
représentation - Donner la procédure : on se pose toujours les questions où ? qui ?
globale de la que se passe-t-il ? Pour chaque question, on note toutes ses idées.
situation IMAGE 1. Les élèves donnent leurs idées pour chaque question.
L’enseignant les note au tableau.
- faire un remue-
Où ? dans la rue, sur le trottoir, dans la cour de l’école, dans un parc,
méninge pour
chaque image
Qui ? un garçon. On lui donnera un prénom plus tard. Il rit, il a l’air
content. Il est habillé avec un short et un teeshirt et des baskets
bleues. Il s’est fait mal au genou : il a un pansement.
Que se passe-t-il ? il court très vite. Il ne regarde pas devant lui. Il ne
regarde pas où il va. Il regarde en arrière. Il fait la course, il est
content parce qu’il est le premier.
Que s’est-il passé avant ? Indiquer aux élèves que l’on se pose
toujours cette question au début d’une histoire. Il faut que le lecteur
comprenne pourquoi le personnage est là. Il a décidé de jouer à la
course avec des copains. Il a fait une farce à un copain et il ne veut
pas être attrapé. Il joue à cachecache. Il court se cacher loin ; il
regarde en arrière pour vérifier que celui qui compte ne regarde pas…
- Lire la proposition de rédaction du livre. Vérifier qu’il répond à toutes
les questions que l’on s’est posées.
- choisir parmi les - Avec les idées du tableau, les élèves écrivent le début de l’histoire
idées communes et sur leur brouillon. Les inviter à bien imaginer leur personnage :
écrire un texte ce qu’il fait, ce qu’il pense.
personnel
Exemples en classe.
La rédaction de cette première partie a fait l’objet d’une séance
avec l’aide de l’enseignant.
Damien ne fait jamais attention. Hier, il est tombé et il s’est fait mal au
genou. Mais aujourd’hui, il recommence à courir dans la cour de
l’école. Il joue à « chat » avec Tim et il ne veut pas être attrapé.
Il court très vite et il se retourne tout le temps pour voir si Tim est loin.
Il est content. Tim ne l’attrapera pas.
Nathan n’est pas prudent. Il sait qu’il ne faut jamais courir sur les
trottoirs. Mais il a décidé de faire la course avec son frère. Le premier
qui arrive au bout de la rue a gagné. Il est content, il va gagner. De
temps en temps, il se retourne pour voir si son frère se rapproche.
Il devrait plutôt regarder devant lui.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


129
Coccinelle CE1 Unité 4

Adam joue à cachecache dans le parc avec ses copains. Il a décidé de


se cacher très loin. Il a trouvé une belle cachette. Il rit : personne ne le
trouvera. Il court à toute vitesse et il regarde derrière lui pour être sûr que
celui qui compte ne triche pas. Mais devant lui, il y a un gros arbre.
- comparer les - Demander aux élèves de lire le début de leur histoire. Discuter.
productions pour Est-ce que toutes les histoires se ressemblent ? Constater : c’est bien le
prendre même évènement, mais chacun a écrit l’histoire à sa façon. À la fin du
conscience du travail, on aura des histoires bien différentes.
travail d’écriture
IMAGES 2 ET 3. Faire le même travail : récolte d’idées, écriture au
tableau ; lecture du texte proposé par le livre (une phrase. On peut écrire
un texte plus long) ; travail personnel des élèves.
Aider les élèves à faire le lien entre les parties de leur texte.
- Lecture des textes : constater qu’à partir de la même situation, on a
écrit des histoires assez différentes. Relier ce constat au travail de
recherche des idées avant de commencer à écrire.
Conclure : avant de commencer à écrire une histoire :
- on se pose les questions : où ? qui ? que se passe-t-il ?
- on cherche des idées pour répondre à ces questions et on les écrit.
On se fait un réservoir d’idées et de mots. On choisira après.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


130
Coccinelle CE1 Unité 4

UNITÉ 4
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


131
Coccinelle CE1 Unité 4

Oral Prudent ou imprudent ? Cahier p. 44

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : réactiver le lexique de la rue et de la


prudence. MATÉRIEL : cahier p. 44 ou projection de la page au TBI.
Observer le support et lire les questions :
Une rue en ville. On voit des maisons, un garage, une pharmacie, des voitures en
stationnement, des feux de circulation, des passages protégés pour les piétons. Il y a beaucoup
de piétons dans cette rue.
Reformuler les questions. On doit rechercher qui est prudent et qui est imprudent ; dire où on les
voit sur le dessin et expliquer pourquoi ils sont prudents ou imprudents.
1. Les enfants prudents :
- la fille blonde avec son sac à dos rouge sur le dos. Elle traverse sur le passage protégé pour
piétons. Le bonhomme est vert. Elle a le droit de traverser.
- la fille avec une casquette rose et un teeshirt rose sur le trottoir de gauche. Elle marche
tranquillement au milieu du trottoir.
2. Les enfants pas prudents :
- les deux filles qui traversent sur le passage protégé pour les piétons. Le feu est au vert pour les
autos. Le bonhomme rouge leur interdit de traverser.
- le garçon qui saute sur un pied sur le bord du trottoir. Il peut tomber sur la rue.
- la fille avec son teeshirt jaune et son pantalon rouge, le garçon avec son teeshirt vert et son sac
à dos bleu. Ils jouent à cachecache entre les voitures. La rue n’est pas un endroit pour jouer.
- les deux enfants qui se disputent devant les feux de circulation : le garçon a un pied sur la rue.
Il crie, il fait de grands gestes. Il risque de ne pas entendre une voiture qui arrive.
- la fille blonde avec son sac rouge à pois blancs, teeshirt blanc et pantalon vert : elle court sur le
trottoir et ne fait pas attention quand elle arrive devant la sortie du garage.
- les quatre enfants qui marchent les uns à côté des autres en parlant. Le garçon au teeshirt gris
et sac à dos bleu marche sur la rue. Les piétons doivent marcher sur le trottoir.
- le garçon au teeshirt rouge qui court derrière son ballon dans la rue. Il traverse sans regarder.
La rue n’est pas une aire de jeu.
3. Les adultes prudents : il n’y en a pas ! Ils donnent tous le mauvais exemple !
4. Les adultes pas prudents :
- la dame brume avec son sac jaune qui marche au milieu de la rue. Elle ferme les yeux. Elle ne
fait pas attention. Elle pense à autre chose.
- le papa qui tient son garçon par la main. Pour être très prudent et protéger son enfant, l’adulte
doit marche sur le bord du trottoir, du côté de la rue et il doit faire marcher le petit du côté du mur.
L’adulte qui est grand voit mieux les dangers que le petit.
- le monsieur avec un chapeau et une écharpe jaune qui traverse en courant au milieu du
carrefour.
- les deux messieurs qui se sont arrêtés dans le carrefour, sur la rue, pour parler.
- le conducteur de la voiture rouge, devant la pharmacie, qui ouvre sa porte sans regarder s’il y a
quelqu’un sur le trottoir.

Ma boite à mots
L’enseignant choisit les mots à écrire et retenir :
- soit sur le thème de la prudence : les mots de la prudence : prudent, imprudent, dangereux,
interdit, permis, attendre, traverser, faire attention…
- soit sur le thème de la rue : rue, trottoir, passage pour piétons, feux de circulation,
carrefour, magasin, garage, maison, voitures, stationner…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


132
Coccinelle CE1 Unité 4

Oral Je demande ma route. Je donne un renseignement.


Cahier p. 45

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les outils langagiers, les codes et les attitudes
de la communication orale dans la vie quotidienne : demander et renseigner

1. Mini-dialogue
Touriste : Pardon, Monsieur, je suis perdu.
Savez-vous où se trouve la rue des Cigognes ?
Commerçant : Ce n’est pas loin.
Touriste : Pouvez-vous m’indiquer le chemin, s’il vous plait ?
Commerçant : Vous allez tout droit jusqu’au carrefour. Vous traversez la rue. Vous passez
devant la boutique du fleuriste. Vous allez jusqu’à a boulangerie et vous prenez la première
rue à droite.
Touriste : C’est facile. Merci beaucoup, Monsieur.
Commerçant : Je vous en prie.

- Catégoriser.
Qui demande sa route ? Quels mots utilise-t-on pour demander sa route ?
Je suis perdu. Savez-vous où se trouve… ? Pouvez-vous m’indiquer le chemin ?
Qui donne le renseignement ? Quels mots utilise-t-on pour donner un renseignement ?
Tout droit. À droite. À gauche. Traversez. Allez jusqu’à. Passez devant. Tournez. Prenez la
première (la deuxième, la troisième) rue. Ce n’est pas loin.
- Les élèves jouent le dialogue deux par deux.
Les réponses du dialogue ne doivent pas être mémorisées. Les élèves répondent aux
questions posées par le touriste en cherchant seulement à utiliser quelques-unes des
expressions catégorisées.
Transposer à un espace connu :
- une maman arrive dans la cour de l’école et demande à un élève où est le bureau
du directeur.
- un petit nouveau s’est perdu. Il n’arrive pas à retrouver sa classe de CP. Etc.

2. Les activités du cahier


 Un personnage demande son chemin, l’autre lui donne un renseignement.
- Prendre connaissance des situations.
1. Un monsieur avec sa valise demande le chemin de la gare à un policier.
2. Un jeune garçon avec son sac de sport demande à une dame qui fait ses courses le
chemin pour aller au stade.
- Lire l’ensemble des données : on retrouve des expressions du mini-dialogue et d’autres,
nouvelles.
- Attribuer les scènes à des groupes de deux élèves. Leur laisser le temps de choisir les
expressions qu’ils utiliseront et de préparer leur dialogue.
- Les groupes jouent les scènes devant la classe.
 Regarde les personnages. Que se disent-ils ?
Si possible, au TBI.
- Situer les personnages sur le dessin.
Pour décrire les itinéraires, les élèves peuvent d’abord les tracer sur leur livre.
Utiliser une pochette plastique pour ne pas tracer directement sur la page.
Si on utilise le TBI, un élève vient tracer l’itinéraire à mesure que son camarade l’explique.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


133
Coccinelle CE1 Unité 4

 Vous allez jusqu’à la petite place avec le toboggan et vous tournez à gauche. L’entrée du
cabinet du médecin est en face de l’hôtel.
Ou : Vous tournez tout de suite à gauche après le restaurant. Vous avancez jusqu’au bout
de la rue. L’entrée du cabinet du médecin est en face de la poste.
 Au bout de la rue, vous traversez. Vous tournez à droite devant le magasin de vêtements.
Vous avancez tout droit jusqu’à l’hôtel. Vous traversez encore et vous tournez à gauche.
C’est tout droit.
Ou : Au bout de la rue, vous traversez et vous tournez à gauche. Vous passez dans un petit
jardin avec un toboggan. Vous arrivez en face du restaurant. Vous tournez à droite et vous
allez tout droit. La boulangerie est en face de la poste, de l’autre côté de la rue.
Ou : Vous allez jusqu’au bout de la rue et vous traversez. Vous tournez à droite et vous
prenez la première rue à gauche. Vous allez au bout de la rue, vous traversez et vous
tournez à gauche. Après, c’est tout droit.
 C’est facile. Vous allez tout droit. La poste est dans la troisième rue sur votre gauche,
juste au carrefour.
 Vous allez tout droit. Au bout de la rue, vous traversez et c’est toujours tout droit. Quand
vous arrivez devant le jardin de l’hôtel ; vous tournez à gauche et c’est tout droit. La poste
est au carrefour de la deuxième rue. Vous la verrez.
Ou : Au bout de la rue, vous tournez à gauche. Quand vous arrivez devant la boucherie,
vous traversez. Il y a un petit jardin avec un toboggan. Vous allez tout droit. La poste est
au bout de la rue, au carrefour, en face du cabinet du médecin.
 Tu es à l’endroit de l’étoile. Trace un chemin sur ton plan.
Explique-le à tes camarades. Ils doivent trouver où tu vas.
- Laisser du temps pour tracer et préparer l’explication.
- Les élèves suivent le chemin sur leur livre. On peut aussi le tracer au TBI.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


134
Coccinelle CE1 Unité 4

ÉTUDE DU CODE Le son /%/ comme dans pinceau cahier p. 46

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins quand j’entends /%/.
écouter : Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
analyse sonore Puis les rassembler dans un 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
du lexique tableau semblable à celui fait nain poulain peinture
avec les mots du livre : U UU UUU
vagues, points, écriture du train raisin ceinture
son entourée. U UU UUU
Puis les élèves reportent
chien sapin princesse
quelques mots dans
U UU UUU
le tableau des graphies.
2 syllabes lapin magicien
nain – train – chien – moulin moulin UU UUU
pinceau – timbre – coussin UU pingouin insecte
poulain – raisin – sapin – pinceau UU UUU
lapin – pingouin – singe – UU singe tambourin
prince – peinture – ceinture timbre UU UUU
princesse – magicien – UU prince
insecte – tambourin coussin UU
UU

 Je barre l’intrus sur chaque ligne.


- mobiliser la
compétence 1. une inondation – 2. un triangle – 3. une reine – 4. un calendrier
orale pour Correction : justifier le choix des intrus.
repérer la 1. On voit bien la suite des lettres in, mais le i est la première syllabe
présence ou du mot, le n commence la deuxième syllabe. On lit /in/ et pas /%/.
l’absence du 2. On voit les mêmes lettres, mais elles ne sont pas dans le même
son /%/ ordre : ain / ian.
3. On voit la même suite de lettres, mais elle se découpe en deux
syllabes : rei/ne.
4. On voit en, mais ici il se prononce /A)/.
 Tous les mots de la colonne de gauche contiennent le son /%/.
Pour les compléter, je m’aide des familles de mots.
- Traiter ensemble la première ligne :
comment écrire le son /%/ à la fin de /mat%/ ?
Dans la famille de mots, il y a matinée. On n’entend pas le son /%/, mais
. si on regarde la suite des lettres, on retrouve m, a, t, i, n.
Ce sont les lettres de matin. Dans la famille de mots, on retrouve
la suite de lettres du mot matin. Le son /%/ s’écrit in.
craintif (même suite de lettres, même son dans craindre)
dessin (même problème que matin)
peinture (même suite de lettres, même son dans peintre, peindre)
certain (même problème que matin)
plein (même problème que matin)
voisin (même problème que matin)
cinq (même suite de lettres, même son dans cinquante)
inventer (même suite de lettres, même son dans invention)

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


135
Coccinelle CE1 Unité 4

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 47


 Je distingue les sons
J’écoute les mots. Je me demande : est-ce que j’entends
/7/ comme dans melon ? /A)/ comme dans balançoire ? /%/ comme dans
pinceau ? Objectif : discriminer des sons proches
Mots enregistrés
un marin – un marron – un banc – le bain – penser – pincer – le pain – un pont
un rang – un rond – un ourson – un oursin

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
melon x x x x
balançoire x x x
pinceau x x x x x

 Je reconnais le singulier et le pluriel.


J’écoute les mots. Je me demande : singulier ou pluriel ? Je coche.
Objectif : identifier à l’oral les déterminants du singulier et du pluriel.
Mots enregistrés
une rue – des maisons – la fontaine – deux trottoirs – les piétons – le gardien –
une avenue – le trottoir – les parcs – les pompiers

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
singulier x x x x x
pluriel x x x x x

 J’écoute, puis je réponds aux questions.


Objectif : travailler les inférences à partir de l’oral
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
Texte 1. Quel est le métier de Monsieur Martin ?
Monsieur Martin gare son vélo le long du trottoir. Il salue Madame Émilie
qui sort de chez elle et il lui tend deux lettres.
Quel est le métier de Monsieur Martin ?
Monsieur Martin est facteur.
Texte 2.
Léo, viens avec moi. C’est génial ! On peut lire des livres sur place. On peut aussi
les emprunter pour les lire à la maison. On a deux semaines pour les rapporter.
Où Lucas veut-il emmener Martin ?
Lucas veut emmener Martin à la bibliothèque.
Que doit-on rapporter ?
On doit rapporter les livres qu’on emprunte pour les lire à la maison.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


136
Coccinelle CE1 Unité 4

ÉTUDE DU CODE Quand écrit-on am, em, om, im ? cahier p. 48

 Je complète les mots avec n ou m.


Stabiliser les
écritures des - Lire collectivement les mots de l’exercice : tous les mots
sons /7/, /A)/, / contiennent /7/, /A)/ ou /%/. La première lettre de l’écriture du son est écrite.
%/ : la valeur de On va compléter les mots à l’oral pour être sûr de ne pas se tromper.
position de la - Rappeler la règle : quand écrit-on les sons /7/, /A)/, /%/ avec un m ?
lettre m. - Travail individuel
monter – tomber – une branche – le menton – un vêtement – le sang
imprudent – une infirmière – une compresse – un pansement
Correction : justifier toutes les écritures.

 Je complète avec les mots de l’exercice 1.


Armand monte dans l’arbre. Une branche casse. Il tombe. Il se fait mal au
menton. Du sang coule sur son vêtement. L’infirmière arrive. Elle nettoie la
blessure avec une compresse. Puis elle met un pansement. « Tu as été bien
imprudent, Armand ! »

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


137
Coccinelle CE1 Unité 4

GRAMMAIRE Le nom et son déterminant cahier p. 50

Lire la règle.
Rechercher oralement des exemples p. 40 du livre.
Justifier le choix, singulier ou pluriel, par la référence au déterminant.
Les élèves écrivent un groupe nominal de leur choix sur l’ardoise.
L’enseignant vérifie l'orthographe et l’accord. Les élèves recopient sur le cahier.

 Je recopie les noms au singulier avec leur déterminant.


- s’appuyer sur le - Lire le texte. Vérifier sa compréhension.
déterminant pour - Les élèves soulignent les groupes nominaux dans le texte.
identifier les - Correction collective au tableau. Justifier les choix.
groupes nominaux
Vérifier que les mots qui ne sont pas choisis
1. au singulier
a) sont des noms au pluriel : ils sont commandés par un déterminant du
pluriel : mes cousins, des légumes.
b) ou ne sont pas des noms :
 les verbes : on sait les trouver dans la phrase : est, viennent, a acheté,
va préparer. Dire que diner ici est un verbe. On peut le remplacer par un
autre verbe : manger, discuter…
 les autres mots : on ne peut pas dire un et, le chez …
la fête – mon oncle – ma tante – ce soir – ma mère – de la viande – un gâteau.

2. au pluriel  Je recopie les noms au pluriel avec leur déterminant.


Même travail.
les animaux – deux grenouilles – des canards

 J’écris un déterminant.
3. compléter un
Des (deux) bancs – un (le, mon, ton…) pinceau – un (le) timbre –
groupe nominal
deux (des, les) lampes
avec un déterminant
Correction : on n’a pas encore travaillé la leçon d’orthographe. Ce sont
donc les dessins qui vont permettre de choisir les déterminants :
- on voit plusieurs bancs, plusieurs lampes, on choisit un déterminant
qui commande le pluriel.
- on voit un seul pinceau, un seul timbre, on choisit un déterminant qui
commande le singulier.
On pourra revenir sur cet exercice après la leçon d’orthographe. On
aura alors un autre critère : le s à la fin du nom montre que le nom est
au pluriel. Pour les noms au pluriel, on choisit un déterminant qui
commande le pluriel.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


138
Coccinelle CE1 Unité 4

CONJUGAISON Le présent des verbes comme marcher cahier p. 51


Compléter la conjugaison
Travail collectif au tableau.
Reprendre la procédure de réflexion du livre :
Je march? : J’écris le verbe. Quand j’arrive à la terminaison, je m’arrête et je regarde :
quel est le pronom qui commande le verbe ?
Je march? C’est le pronom je.
Je marche J’écris e à la fin du verbe parce que c’est je qui commande.
Les élèves recopient la conjugaison sur le cahier.

 Je réponds aux questions. J’écris le pronom qui convient.


1. Je regarde les nuages.
- identifier
le 2. Nous préférons le raisin.
pronom à partir 3. Elle déjeune à la maison.
de la compétence 4. Vous décorez la salle.
orale
Correction : S’appuyer sur l’oral.
Quand quelqu’un demande qu’est-ce que tu fais ? on répond
en disant je.
Quand quelqu’un demande à plusieurs personnes est-ce que vous
aimez les pommes ? elles répondent toutes ensemble (ou bien une
répond pour tout le monde) : nous…
Quand quelqu’un demande est-ce que Léa reste à la cantine ? on sait
qu’on parle de Léa. On répond en disant elle.
Quand un groupe demande à l’enseignant ce qu’il doit faire : Nous
décorons la salle ?, l’enseignant répond au groupe en disant vous.
 Je relie le pronom au verbe.
Pour je et elle, il y a deux solutions.

Correction : Vérifier avec le tableau de conjugaison.


Pour chaque pronom, expliciter tout le raisonnement : avec je,
il y a e à la fin du verbe. La terminaison du verbe est e. Etc.

3. Rechercher le  J’entoure la terminaison du verbe.


Puis j’écris le pronom de conjugaison qui convient.
verbe. Utiliser une
procédure. Je (il, elle) ferme la porte – Vous parlez à voix basse
Nous montons les escaliers – Il (elle, je) tape dans les mains
Elles (ils) marchent vite – tu lances la balle.
Correction : comme dans l’exercice précédent, expliciter tout
le raisonnement pour chaque pronom.
 Je transforme les phrases.
Vous arrivez à l’école.
Elles rentrent en classe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


139
Coccinelle CE1 Unité 4

VOCABULAIRE Le nom commun et le nom propre cahier p. 52


Lire et compléter la règle.
- Rechercher les noms propres en oral collectif. Demander aux élèves plusieurs propositions
pour chaque catégorie. L’enseignant les écrit au tableau. Il fait remarquer à chaque fois la
présence de la majuscule.
- Les élèves recopient les noms de leur choix sur leur cahier.

 Je classe les noms en deux colonnes.


1.2. distinguer nom
commun et nom noms communs noms propres
propre un désert l’Afrique
des ours l’Europe
la montagne la Méditerranée
des plaines Rome
une forêt Marseille
Correction : justifier chaque choix en revenant à la règle.
 Je recopie la phrase qui contient un nom propre.
Dimanche, Tom est allé à la campagne.
Correction : distinguer la majuscule qui commence la phrase
et la majuscule du nom propre.
 Je remplace les noms communs par des noms propres.
- substituer un nom
propre à un nom - Lire les noms propres. Les catégoriser :
commun Anika, Louis Pasteur : noms de personnes
Paris : nom d’une ville
Le Sahara : nom d’un désert
Anika est assise sur un coussin.
Paris est la capitale de la France.
Dans le Sahara, les nuits sont froides.
Partout dans le monde, des rues portent le nom de Louis Pasteur.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


140
Coccinelle CE1 Unité 4

Poésie L’étourdi Cahier p. 53


- Lecture de la poésie par l’enseignant, cahier fermé.
Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
- Seconde lecture par l’enseignant, cahier ouvert :
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront répondre à la question 3 de leur cahier :
Comment cette poésie est-elle construite ?
 Chaque lettre a un nom. Quand on prononce ce nom, on entend une syllabe : Quand je
dis le nom de la lettre B, j’entends bé, quand je dis le nom de la lettre C, j’entends cé, etc.
Le poète utilise cette syllabe pour chercher sa rime : à la fin de passer, j’entends cé, la
même syllabe que celle que je prononce pour dire le nom de la lettre C. Cela ne n’écrit pas
de la même façon, mais on entend la même chose. En poésie, on s’intéresse aux sons.
Vérifier pour les lettres F, I, L, O, R, U, W, Z. Le mot écrit à la fin de la ligne suivante rime
avec la syllabe du nom de cette lettre. On y entend le même son.
 Le poète prend les lettres de l’alphabet trois par trois. Vérifier qu’il y a bien tout l’alphabet
dans cette poésie : lire seulement les lettres en majuscule.
- Lecture silencieuse des élèves. Discussion.
1. Qu’est-ce qu’un étourdi ? c’est quelqu’un qui ne fait pas attention, qui est distrait, qui
oublie tout, qui ne réfléchit pas assez, qui agit sans réfléchir
2. Dans ce poème, il n'y a pas de ponctuation. Mais quand on le lit, on comprend qu’il y a des
phrases. Pour rechercher les phrases, on lit seulement les lignes entre les lettres majuscules.
 Rappeler ce que l’on sait de la phrase : c’est une suite de mots qui a du sens. Elle peut dire
simplement quelque chose ou poser une question, ou exprimer la peur, la joie, l’étonnement…
 Faire des essais de découpage du texte. Où peut-on s’arrêter ?
Qui a vu passer la tête à Joseph ?
Quand elle est partie, elle avait des ailes pour aller là-haut voler dans les airs.
N’est pas revenue. Les élèves peuvent penser à juste titre que cette phrase n’est pas
complète. Dire qu’en poésie, il arrive que l’on supprime un mot, pour avoir toujours des vers
avec le même nombre de syllabes. Le lecteur comprend grâce au rythme.
Pour la retrouver, il faut que tu m’aides.
- Lecture à haute voix en deux groupes : un pour l’alphabet, l’autre pour le texte.
Rythmer la lecture en frappant les syllabes dans les mains.
- Parler sur l’illustration : Où est la tête à Joseph ? Elle est dans les nuages.
On retrouvera cette expression dans la question 2.
1. Comment s’appelle l’étourdi ?
Retrouver le prénom Joseph et justifier la réponse :
- on sait que c’est un prénom de garçon
- c’est le seul mot de la poésie écrit avec une majuscule : c’est un nom propre.
2. Quand quelqu’un est étourdi, on lui dit : Tu n’as pas la tête sur les épaules !
Tu as la tête dans les nuages. J’explique avec mes mots ce que le poète a imaginé.
Quand on dit tu as la tête dans les nuages, on veut dire : tu es distrait, tu penses à autre
chose, c’est comme si ta tête était ailleurs. Le poète s’est amusé à imaginer que la tête de
Joseph s’est vraiment envolée, elle est dans les nuages, il l’a perdue, il ne la retrouve plus.
4. J’invente une phrase pour le début de l’alphabet.
- Réfléchir : par quelle syllabe la phrase devra-t-elle se terminer ?
- Rechercher collectivement des mots qui se terminent par la syllabe cé. Ce sont
essentiellement des verbes à l’infinitif (sser, cer) ou dans leur forme participe (ssé, cé).
avancer – balancer – bercer – commencer – déplacer – exercer – glacer – lancer – percer – pincer –
remplacer – tracer – baisser – blesser – brosser – caresser – casser – classer – débarrasser –
dépasser – embrasser – glisser – pousser – presser – ramasser
- Rappeler toutes les contraintes : une phrase, donc majuscule et point. Elle peut être
longue. Le dernier mot doit se terminer par la syllabe cé.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


141
Coccinelle CE1 Unité 4

Je raconte Cahier p. 54
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : utiliser le lexique de l’unité. Associer un récit bref à des lieux ou
des objets de la ville.
MATÉRIEL : l’illustration de la p. 26 au TBI
1. Observer l’ensemble de la page : c’est un jeu avec des cases. Chaque case correspond
à une ligne et une colonne.
Le jeu se joue avec un dé. Les lignes et les colonnes sont indiquées par les faces du dé.
On regarde la face du dé qui est au-dessus.
Vérifier le repérage : Que voit-on sur la ligne où la face du dé est 3 ?
Un auto (un taxi), un lampadaire, une école, un vélo, des médicaments.
Que voit-on dans la colonne où la face du dé est 5 ?
un pain, des gâteaux, des médicaments, une chambre d’hôpital, un toboggan.
2. Lire et commenter la règle du jeu
Jeter le dé deux fois : sur quelle case arrive-t-on ? Qu’y a-t-il dans cette case ?
On doit raconter une petite histoire qui peut se passer dans cette case.
Faire un exemple : je lance le dé une fois ; je tombe sur 2 ; je lance une seconde fois :
encore 2. Qu’y a-t-il dans la case qui correspond à la ligne 2 et à la colonne 2 ?
Les pompiers. Je raconte une petite histoire :
Exemple en classe
Il y a le feu dans une maison. Les pompiers arrivent avec leurs lances. Ils arrosent l’incendie pour
l’éteindre.
À la télévision, j’ai vu un immense feu de forêt. Il y avait beaucoup de pompiers.
Ils éteignaient l’incendie avec des lances à eau.

3. Jouer collectivement.
Si le jeu ne peut pas être affiché, l’élève qui lance le dé annonce ses résultats. Tout le
monde cherche sur son cahier. On vérifie que tous les élèves ont repéré la case.
Veiller à ce que les élèves fassent bien une narration, même brève, comme dans les
exemples ci-dessus.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


142
Coccinelle CE1 Unité 4

Compréhension La ville Cahier p. 55

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : récapituler les connaissances acquises dans le texte documentaire

- Lire la consigne et les trois premières lignes : il faut indiquer où l’on va pour chaque
situation.
- Faire collectivement la situation 1.
- Travail individuel. Les élèves peuvent utiliser leur livre pour contrôler l’orthographe.

1. Je vais à la poste. 2. Je vais dans un parc. 3. Je vais à la boulangerie (chez le boulanger)


4. Je vais à la gare. 5. Je vais à la pharmacie (chez le pharmacien). 6. Je vais à l’hôpital.
7. Nous allons à la piscine. 8. Nous irons au cinéma. 9. Nous allons au musée de peinture.
10. Sa maman l’amène chez le dentiste.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


143
Coccinelle CE1 Unité 4

Rédaction J’écris une histoire Cahier p. 56


Objectif : rédiger un texte bref à partir d’une narration en images ;
faire des écrits intermédiaires

Sur le livre ou au TBI


- Présenter l’objectif : on a appris ensemble à écrire une histoire. Aujourd’hui, on va
écrire une histoire tout seul.
- Observer le support.
Trois dessins : ils racontent un petit évènement. Demander aux élèves de raconter.
S’accorder sur une narration minimale : une petite fille (lui donner un prénom) qui rentre de
l’école va acheter un pain à la boulangerie. En chemin, elle a très faim. Elle commence à
manger un peu de pain. Quand elle arrive chez elle, il ne reste plus qu’un petit morceau
de pain. Sa maman n’est pas contente. Elle la gronde.
- Traiter collectivement la recherche d’idées pour l’image 1.
L’enseignant note les idées au tableau.
Où ? à la boulangerie, sur le chemin entre l’école et la maison.
Qui ? une petite fille qui revient de l’école. La boulangère.
Que se passe-t-il ? La petite fille achète du pain. Elle paie avec une pièce que sa maman lui
a donnée. La boulangère lui donne une belle baguette bien dorée…
Introduire la question Que s’est-il passé avant ? La maman a demandé à la petite fille de
rapporter du pain en revenant de l’école. Elle lui a donné de l’argent pour acheter le pain.

Images 2 et 3 : inviter les élèves à


- continuer à se poser les questions où ? et qui ? pour chaque image.
Cela leur permettra de faire le lien entre les parties de leur texte ;
- utiliser les détails des dessins pour imaginer ;
- mettre plusieurs idées sur leur brouillon avant de commencer à écrire ;
- rédiger leur texte au brouillon. L’enseignant passera auprès d’eux pour vérifier, corriger
l'orthographe, les aider éventuellement à bien utiliser leurs idées. Ils recopieront leur texte
ensuite.
- À la fin du travail, les élèves lisent leur texte à la classe.
Évaluation
Avec l’aide de l’enseignant, tous les élèves arrivent à produire un texte cohérent.
L’évaluation fera apparaitre la qualité du texte et l’aide dont l’élève a bénéficié :
La quantité :
Il a eu besoin d’un peu, de beaucoup d’aide. Il n’a pas eu besoin d’aide.
Sa nature : l’aide peut porter sur :
- les aspects textuels : organisation des idées, articulation entre les trois parties
- la langue : le passage de la langue orale à la langue écrite, l'orthographe.
Elle renseignera l’élève sur ce qu’il a su faire tout seul, sur ce qu’il doit travailler pour
progresser.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


144
Coccinelle CE1 Unité 4

À haute voix Je lis de mieux en mieux Cahier p. 57


Objectif : travailler deux aspects de la lecture à haute voix :
- le respect des liaisons
- le repérage de la ponctuation et la maitrise des groupes de souffle.

 Je m’entraine à faire les liaisons.


- Lire une première fois les groupes de mots sans liaison. Comparer avec l’oral :
comment dit-on quand on parle ?
- Rappeler ce que l’on sait du son /z/ : on le prononce et on l’entend entre deux mots. C’est
la liaison.
- Observer les deux lignes : la petite flèche entre les mots montre la liaison.
Quand fait-on la liaison entre deux mots ?
ligne 1 : entre le déterminant et le nom : le déterminant se termine par la lettre s ou par la
lettre x ; le nom commence par une voyelle (a, e, o)
ligne 2 : entre le pronom de conjugaison et le verbe. Le pronom de conjugaison est un
pronom du pluriel. Il se termine par la lettre s. Le verbe commence par une voyelle (a, i, o)
- Lire avec les liaisons.
 Je trace les liaisons, puis je lis à haute voix.
- Lire la première ligne : on reconnait la situation déterminant + nom qui commence
par une voyelle. Les mots permettent de généraliser à toutes les voyelles : ici, on a é, o, u.
Tracer les liaisons. Lire à haute voix.

- Lire la deuxième ligne : entre quels mots faut-il faire une liaison ?
Cette ligne permet d’étendre la liaison à d’autres suites de mots que déterminant + nom et
pronom de conjugaison + verbe.
On cherche le verbe et le pronom personnel : il n'y a pas de s à la fin du pronom personnel,
c’est je. On cherche les groupes nominaux. mes déchets : le déterminant se termine par un s
mais le nom ne commence pas par une voyelle. une poubelle : le déterminant ne se termine
pas par un s, le nom commence par une consonne. Il reste dans une. Il y a un s à la fin du
mot outil dans, une voyelle au début de une. On fait la liaison.

- Lire la troisième ligne : c’est un cas connu.

Conclure : quand on lit des phrases, ce n’est pas toujours facile de faire les liaisons.
Pour apprendre à le faire, on commencera toujours par lire la phrase silencieusement et
lentement. On se préparera à la dire comme quand on parle.

 Je découpe les phrases : je marque un trait / après chaque virgule.


Je lis à haute voix. Je m‘arrête un peu à la virgule.
Les élèves ont déjà travaillé la lecture orale sur deux de ces textes, dans le cours du module.
- Découper les phrases. Les lire.
- Les comparer : à quoi sert la virgule dans ces phrases ? Elle sépare des groupes de mots
qui sont comme une liste, une énumération (donner le mot). Dans une énumération,
on met une virgule entre les groupes de mots.
 Je lis à haute voix. Je fais attention aux virgules et aux points.
Repérer tous les signes de ponctuation, points (simple, exclamation, interrogation,
suspension) et virgules. Les interpréter dans la lecture orale.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


145
Coccinelle CE1 Unité 4

Des jeux pour réviser


Le singulier et le pluriel.

Correction : rappeler
- comment on reconnait un nom au pluriel.
- les déterminants du pluriel.

Il y a plusieurs solutions. La réalisation ci-dessus en est une.

Correction : contrôler les accords. Reprendre en détail la réflexion orthographique de la p. 46.

Le nom propre et le nom commun

Voir les productions des élèves.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


146
Coccinelle CE1 Unité 4

Le passé, le présent, le futur

L’ordre alphabétique

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


147
Coccinelle CE1 Unité 5

UNITÉ 5
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


148
Coccinelle CE1 Unité 5

Lecture Jacques et le haricot magique (1) Livre p. 48


Pour commencer :
- Présenter la lecture : c’est un conte. Dans cette unité, on lira la première partie de
l’histoire. La seconde sera lue dans l’unité 6.
Chaque partie comprend cinq chapitres. Il y aura donc dix chapitres en tout.
Nous lisons le premier chapitre du conte.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER 1. Une dame et un enfant, sans doute la maman et son
1. Qui sont les personnages ? garçon, et une vache.

2. Où sont-ils ? 2. À la campagne, dans un pré devant leur maison.


3. Que font-ils ? 3. Ils se serrent l’un contre l’autre. Le garçon semble faire
une caresse à la vache.
Observer et interpréter
ASSOCIER DES ATTITUDES,
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES

4. Pourquoi les personnages se 4. La mère et l’enfant ont l’air triste, yeux fermés. La vache
tiennent-ils ainsi ? À ton avis, que les regarde avec de grands yeux doux. Peut-être doivent-
se passe-t-il ? ils se séparer de leur vache ? Ou peut-être l’enfant doit-il
partir, et il se serre contre sa maman et dit au revoir à sa
vache ?

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé.
Premiers échanges : La lecture répond-elle aux questions que l’on s’était posées ?
Ce sont bien une maman et son garçon. Et il y a bien un problème de séparation : ils doivent
vendre leur vache Blanchette au marché parce qu’elle ne donne plus de lait.
- Qu’apprend-on de plus, que l’illustration ne montre pas ? Jacques et sa maman sont seuls,
le père est mort. Ils sont très pauvres : toute leur richesse tenait dans le lait apporté par
Blanchette.

- Texte entier, livre ouvert ou au TBI

Préparation de la lecture des élèves :


Expliquer les mots  Repérer les mots surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils
difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
Revenir sur ces mots après lecture et compréhension de
l’ensemble de l’épisode pour mesurer leur importance : Ils avaient
tout de même une vache fait comprendre que cette vache était
Repérer les leur seule ressource pour échapper à la pauvreté.
différents  Identifier le tiret, qui indique la prise de parole.
locuteurs le narrateur - la maman - Jacques - la maman – le narrateur

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


149
Coccinelle CE1 Unité 5

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse, puis à haute voix.


4. Oral collectif de compréhension
1. Dis ce que tu sais de Jacques, 1. Son père est mort. Il vit avec sa maman, à la campagne.
de sa maman. Ils sont vraiment très pauvres. Ils ont une vache. Jacques
IDENTIFIER DES INFORMATIONS va vendre le lait de la vache au marché pour gagner un
EXPLICITES peu d’argent.

2. Explique pourquoi Jacques et sa 2. Quand on entend le nom Blanchette, on s’attend à voir


maman se sont amusés quand ils une vache toute blanche. Une vache toute rousse, on
ont appelé leur vache Blanchette ? aurait pu l’appeler Roussette. Quand on est pauvre, on ne
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE
peut pas choisir grand-chose : alors, donner un nom
étonnant à sa vache, c’est se sentir libre, s’amuser un peu,
rire pour oublier les soucis
3. Comment Jacques et sa maman 3. La vie de chaque jour était assurée par le lait que leur
gagnaient-ils un peu d’argent pour donnait Blanchette : Jacques allait vendre ce bon lait au
vivre ? marché.
IDENTIFIER DES INFORMATIONS
EXPLICITES

4. Inviter les élèves à prendre un peu de temps pour se


4. Raconte la matinée de la mère
faire un film dans la tête. Pas de réponses immédiates en
de Jacques jusqu’au moment
vrac : chacun doit essayer de donner une succession de
où elle l’appelle.
gestes. Par la discussion, y insérer les états émotifs. Cela
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE ET DE
L’EXPÉRIENCE PERSONNELLE
peut commencer au réveil, l’habillage, manger et boire
quelque chose. Puis (ou autre début) : aller traire la vache,
s’étonner de l’absence de lait, recommencer, parler à la
vache, la caresser, puis comprendre qu’il n’y a plus de lait,
pleurer et appeler Jacques.
L’enseignant note au tableau cette chronologie à mesure
qu’elle s’établit et se valide.
5. Pourquoi la mère de Jacques
a-t-elle une voix si triste ? 5. Plusieurs raisons sont évocables, en susciter la
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE recherche par le questionnement :
ET INTERPRÉTER - Blanchette ne donne plus de lait, or c’était la seule source
régulière d’argent pour elle et Jacques. Ils seront encore
plus pauvres. Pourra-t-elle nourrir son enfant ?
- Il faudra vendre Blanchette : mais quand l’argent sera
dépensé, il ne restera plus rien. Alors le lait de Blanchette
apportait de l’argent tous les jours.
- Sans doute Jacques et sa mère avaient de l’affection
pour Blanchette. C’est dur de s’en séparer.
Réfléchir : on n’achètera pas Blanchette pour son lait.
Alors, pourquoi ? Pour la boucherie, et cela aussi peut
rendre triste la maman de Jacques et son garçon.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


150
Coccinelle CE1 Unité 5

Étude du code Le son /E/ comme dans rivière Livre p. 49


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /E/ ;
mémoriser des mots qui contiennent ces graphies.
MATÉRIEL : une grande feuille pour classer les graphies ; le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1, 2 et 3.

- Lecture par l’enseignant


Lire la comptine
- Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots.
Faire le lien avec l’illustration.
- assurer la
compréhension 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
de la comptine tu entends le son /E/ comme dans rivière.
- Pour chaque mot trouvé, chercher immédiatement le nombre
Rechercher de syllabes : les frapper, ou les tracer sur l’ardoise à mesure.
le son - Inscrire le mot dans le tableau. Tracer les vagues.
2. Continue ton tableau :
– analyser - marque avec un point rouge la place du son dans la syllabe.
- Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
- Entoure la lettre ou les lettres qui écrivent le son.
- Découper exactement le mot en syllabes par des traits verticaux.
– discriminer - rechercher la lettre qui écrit le son /E/. L’entourer.
le son à l’intérieur 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
de la syllabe.
ciel ∪ éclair ∪∪ volet ∪∪ coquette ∪∪∪
fier ∪ avec ∪∪ lièvre ∪∪ rivière ∪∪∪
Observer l’écrit aile ∪∪ terrier ∪∪ clochette ∪∪∪
Identifier la hiver ∪∪ herbe ∪∪
graphie bête ∪∪ verte ∪∪
4 syllabes
- analyser la forêt ∪∪ bouquet∪∪
relation phonème chouette ∪∪ belle ∪∪ hirondelle ∪∪∪∪
– graphème reine ∪∪ muguet∪∪ pâquerette ∪∪∪∪
neige ∪∪

3. Rassembler les écritures sur une grande feuille


Classer è ê e devant e devant une consonne
les écritures 2 consonnes à la fin d’un mot
lièvre bête hirondelle - chouette ciel
rivière forêt coquette - terrier hiver
herbe - verte fier
pâquerette - clochette
et ai ei
volet éclair neige
bouquet aile
muguet

- Rechercher oralement :  un mot du texte p. 48 qui contient le son /E/.


 d’autres mots qui contiennent le son /E/.
Compléter ce tableau avec les mots apportés par les élèves.
Les élèves recopient quelques mots dans leur tableau des graphies
Lire les mots de référence
Lire les mots outils. Les épeler. Identifier les écritures du son /E/.
Les copier pour les mémoriser.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


151
Coccinelle CE1 Unité 5

Lecture Jacques et le haricot magique (2) Livre p. 50


Pour commencer :
- Lire le titre : C’est toujours le même conte. Sur cette page, on lit le deuxième chapitre.
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire.
- Puis relecture du chapitre 1, p. 48 par l’enseignant.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
1. Qui sont les personnages ? 1. Jacques et Blanchette. Et un très vieux monsieur, tout
habillé de vert, qui s’appuie sur une canne. Il a des
cheveux blancs et une barbe toute blanche. Une feuille est
accrochée à son chapeau vert.
2. Où sont-ils ? 2. Ils sont sur une route de campagne.
3. Que font-ils ? 3. Ils parlent ensemble.
- Est-il possible que Jacques demande son chemin ?
Non, il allait chaque matin au marché vendre le lait,
il connait le chemin. C’est peut-être le vieux monsieur
qui est perdu.
- Parlent-ils de l’achat de la vache ? Normalement non,
car ils ne sont pas sur le marché.
Observer et interpréter
ASSOCIER DES ATTITUDES,
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES 4. Laisser les élèves réagir, leur demander de justifier leurs
4. Regarde Jacques. À ton avis, idées par l’illustration.
que ressent-il ? À quoi pense-t-il ?

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire : L’observation de l’image vous
laisse avec des questions en tête. Écoutez le texte, peut-être y répond-il.
Premiers échanges : De quoi parlent Jacques et le très vieux monsieur ?
Pas de ce que l’on avait imaginé. Ne pas développer les détails.

- Texte entier, livre ouvert.


Préparation de la lecture des élèves
Expliquer les  Repérer les mots surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils
mots difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.

Repérer les  Quatre énonciations distinctes :


différents • Le narrateur qui décrit la situation : Le lendemain …
locuteurs • Jacques, introduit par un tiret de dialogue
• Le vieillard, introduit par un tiret de dialogue
• Jacques qui se parle à lui-même, dans sa tête : les vieux sont des
sages …mon nom. Et : Tiens ! …Blanchette … Il n’est pas introduit pas
un tiret de dialogue.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


152
Coccinelle CE1 Unité 5

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse puis à haute voix.

4. Oral collectif de compréhension


1. Pourquoi Jacques passe-t-il 1. Jacques a une mission : mener Blanchette au marché
une corde au cou de Blanchette ? pour la vendre. Il ne doit surtout pas la perdre, la laisser
INFÉRER À PARTIR DE L’EXPÉRIENCE courir à gauche et à droite. De plus elle n’a jamais fait
ce chemin, il faut la conduire.
Et quand il la vendra, elle devra suivre un nouveau maitre.
Peut-être que Blanchette ne le suivra pas aussi docilement
qu’elle suit Jacques. Son nouveau maitre devra la tirer, la
trainer…

2. Est-ce que Jacques connait 2. Retrouver la phrase qui donne la réponse : Jacques ne
le vieillard ? connait pas le vieillard.
IDENTIFIER UNE INFORMATION
EXPLICITE
3. Jacques ne connait pas le vieillard, mais le vieillard
3. Qu’est-ce qui étonne Jacques
semble tout connaitre de Jacques.
quand le vieillard lui parle ?
INFÉRER À PARTIR DE L’EXPÉRIENCE
Faire l’inventaire de tout ce qu’il connait :
- le nom de Jacques
- il va au marché
- le nom de Blanchette.
Jacques cherche à comprendre comment ce vieux
monsieur peut connaitre tout cela. Il cherche une
explication : c’est sans doute parce qu’il est vieux.
Les vieux connaissent beaucoup de choses.

D’après vous, le vieillard sait-il aussi ce que Jacques va


INTERPRÉTER
faire au marché ?

5. Reprise de la lecture à haute voix des élèves.


Par quatre élèves. On peut surligner les parties des différents locuteurs au TBI.
le narrateur : lignes 1 à 3 : Le lendemain …bâton.
le vieillard : ligne 4 : Bonjour, Jacques, …vache ?
le narrateur : lignes 5 à 6 : Jacques ne connait pas …son nom avec Blanchette ?
Jacques : ligne 7 : Bonjour Monsieur
le narrateur : ligne 7 à 8 : répond Jacques poliment. il se dit :
Jacques dans sa tête : lignes 8 à 9 : les vieux sont …mon nom ?
le vieillard : ligne 10 : Que vas-tu faire …Blanchette ?
Jacques dans sa tête : ligne 11 : Tiens ! Il sait aussi…Blanchette…
Jacques : lignes 12 et 13 : Je vais vendre … pour vivre.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


153
Coccinelle CE1 Unité 5

Étude du code Le son /s/ comme au début de serpent Livre p. 51


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /s/ ;
mémoriser des mots qui contiennent ces graphies : mots du lexique courant et mots outils.
MATÉRIEL : une grande feuille pour classer les graphies ; le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1, 2 et 3.
Lire la comptine - Lecture par l’enseignant. Les élèves reformulent avec leurs mots.
- assurer la Faire le lien avec l’illustration.
compréhension
de la comptine 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
tu entends le son /s/ comme dans serpent.
Rechercher - Pour chaque mot trouvé, chercher immédiatement le nombre
le son de syllabes : les frapper, ou les tracer sur l’ardoise à mesure.
- Inscrire le mot dans le tableau, tracer une vague par syllabe.
– analyser 2. Continue ton tableau :
- marque avec un point rouge la place du son dans la syllabe.
- Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
- Entoure la lettre ou les lettres qui écrivent le son.
- Découper exactement le mot en syllabes par des traits verticaux.
- rechercher la lettre qui écrit le son /s/. L’entourer.
Chaque élève recopie les mots dans son tableau des graphies.
1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes
sept ∪ voici ∪∪ surtout ∪∪ recette ∪∪∪
soupe ∪∪ garçon ∪∪ sorcière ∪∪∪
façon ∪∪ morceau ∪∪ Roussette ∪∪∪
serpent ∪∪ poisson ∪∪ hérisson ∪∪∪
– discriminer sucre ∪∪ soyez ∪∪ citrouille ∪∪∪
le son à l’intérieur glace ∪∪ passer ∪∪
de la syllabe. limace ∪∪∪
pincée ∪∪ brosser ∪∪ attention ∪∪∪
impatient ∪∪∪
Observer l’écrit
Identifier la 3. Rassembler les écritures sur une grande feuille.
graphie s ss c ç t
- analyser la soupe Roussette voici façon attention
relation phonème sorcière hérisson recette garçon impatient
– graphème serpent poisson sorcière
sucre passer citrouille
surtout brosser glace
sept pincée
soyez morceau
Classer limace
Observer la deuxième colonne du tableau : quand faut-il écrire ss
les écritures
pour écrire le son /s/ ? Repasser en couleur les lettres qui entourent
les ss. Que sait-on de ces lettres : ce sont des voyelles. Pour écrire le
son /s/ avec la lettre s entre deux voyelles, il faut deux s.
Écrire au tableau : veste – poste – course – danse - casquette.
Dans quelle colonne doit-on placer ces mots ? La lettre s écrit aussi
le son /s/ à l’intérieur des mots.
Lire les mots de référence et les têtières. Retrouver l’observation
pour l’écriture ss. Vérifier dans le tableau les colonnes c et ç.
Lire les mots outils. Les épeler. Identifier les écritures du son /s/.
Les copier pour les mémoriser.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


154
Coccinelle CE1 Unité 5

Lecture Jacques et le haricot magique (3) Livre p. 52


Pour commencer :
- Lire le titre : C’est le troisième chapitre du conte Jacques et le haricot magique.
- Demander aux élèves de raconter les deux chapitres précédents.
- L’enseignant relit ensuite ces deux chapitres.
1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.
Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
1. Qui voit-on ? 1. Jacques, Blanchette et le vieillard.
2. Où se passe la scène ? 2. Au même endroit, sur la route.
3. Que font-ils ? 3. Le vieillard tend quelque chose à Jacques dans ses
deux mains. Jacques regarde le vieux monsieur.

Observer et interpréter 4. Observer l’attitude de Jacques : Il ne tend pas les mains


INTERPRÉTER LES ATTITUDES vers ce que lui présente le vieillard. Il ne sourit pas,
4. Comment Jacques regarde-t-il il ne donne pas l’impression de remercier. On dirait plutôt
le vieux monsieur ? qu’il se tient un peu à distance, qu’il se pose des
questions, qu’il est méfiant devant ce monsieur
qui déjà l’étonne, et qui peut-être lui semble trop gentil.

5. Et Blanchette, comment 5. Elle ne semble pas d’accord avec ce qui se passe. Elle
regarde-t-elle ? n’a pas le bon regard doux qu’elle a dans les illustrations
précédentes.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
Nous allons peut-être apprendre des choses sur ce vieillard que Jacques ne connait pas
mais qui, lui, semble bien connaitre Jacques.
Premiers échanges : Avons-nous appris quelque chose de plus sur le vieillard ?
Discuter : on ne sait rien de plus sur lui : ni qui il est, ni d’où il vient, ni ce qu’il fait.
Est-il gentil ? Discuter : on ne le sait pas non plus. Il dit peut-être vrai, mais il veut peut-être
aussi voler la vache, la prendre sans la payer. Jacques dit : Je te fais confiance. Il croit le
vieillard, mais quand on fait confiance à quelqu’un, on ne peut pas être sûr qu’il ne mente
pas.
- Texte entier, livre ouvert ou au TBI
Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes
les différentes énonciations.
Préparation de la lecture des élèves
Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
Faire le lien entre l’explication du lexique et le texte :
bariolé : repris par aux couleurs de l’arc-en-ciel. Un objet peut être
bariolé sans être aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il faudra rappeler
cette couleur du haricot lors de l’épisode 5.
Repérer les
différents  Identifier les tirets qui indiquent les prises de parole.
locuteurs Alternance entre Jacques et le vieillard.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


155
Coccinelle CE1 Unité 5

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse, puis à haute voix

4. Oral collectif de compréhension

1. Comment le vieillard paie-t-il 1. Rechercher les deux passages du texte qui donnent
la vache ? la réponse :
RASSEMBLER DES INFORMATIONS - Voilà, je te la paye. Et il sort de sa poche un haricot,
EXPLICITES un très gros haricot bariolé.
- Il est magique, ce haricot !
il paye donc avec un gros haricot magique bariolé.

2. Explique pourquoi Jacques 2. Jacques n’accepte pas tout de suite de lui vendre sa
accepte de vendre sa vache au vache. D’abord, il refuse : Tu te moques de moi ! Puis il
vieillard. s’intéresse : Vraiment ? Puis il fait confiance.
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE Pourquoi fait-il confiance ? Discuter les idées des élèves.
- Parce que le haricot est magique ? Le vieillard le dit, mais
Jacques n’en sait rien, et il sait qu’il n’en sait rien. Il dit au
vieillard qu’il lui fait confiance : on fait confiance à une
parole donnée (Je te le promets. Tu peux me croire.)
quand on n’a rien d’autre pour être sûr.
- Parce que Jacques est triste. Lui et sa maman sont très
pauvres ; maintenant, ils n’ont plus rien et doivent se
séparer de Blanchette, qui leur apportait de quoi vivre et,
sans doute aussi, une forme d’amitié, une compagnie.
INTERPRÉTER Alors Jacques rêve un peu. Comme ce serait beau d’avoir
une plante magique ! À cet instant, il préfère une vie belle
qu’il imagine à la dure vie réelle.
- Parce qu’il pense que ce vieillard est un magicien : il sait
son nom, celui de sa vache, il sait où il va. Alors, pourquoi
le haricot ne serait-il pas vraiment magique ?

3. D’après toi, que va penser 3. Discuter toutes les propositions.


la mère de Jacques ? Le texte ne permet que d’inférer, et même d’interpréter.
Garder en tête différents vraisemblables :
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE ET DE - pleurs et cris car ils n’ont plus rien pour vivre
L’EXPÉRIENCE PERSONNELLE - pleurs mais compréhension : elle comprend que son
garçon ait rêvé d’une plante magique
- enthousiasme, la mère partageant l’espoir de Jacques.

4. Joue la scène avec un camarade. Les locuteurs ont été identifiés au début de la séance.
Pour jouer la scène, on n’a pas besoin du narrateur. Les
gestes, les intonations suffisent à faire comprendre ce qui
se passe.
Il y a deux manières de jouer la scène :
- on la restitue, sans chercher à reproduire fidèlement les
dialogues : on parle comme on le ferait dans la vie
quotidienne.
- on mémorise les dialogues avant de jouer.
Dans les deux cas, il faut laisser aux élèves un temps de
préparation avant de jouer devant la classe.
Les remarques faites par les spectateurs servent à
améliorer le jeu des acteurs successifs.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


156
Coccinelle CE1 Unité 5

GRAMMAIRE L’accord du verbe avec son sujet Livre p. 53


LES ÉLÈVES CONNAISSENT : le groupe nominal et ses composants, le déterminant et le nom ;
le singulier et le pluriel des groupes nominaux ; le verbe ; le sujet du verbe sous la forme du pronom
de conjugaison ; la conjugaison au présent des verbes comme marcher avec un pronom
de conjugaison. IIs savent trouver l’infinitif d’un verbe comme marcher.
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : nommer et définir le groupe nominal sujet du verbe ;
établir la règle de l’accord sujet – verbe.
PRÉPARATION DU TABLEAU :
Le haricot pousse. Les haricots poussent.

Préparation orale
- mobiliser la
compétence orale - Donner oralement le groupe nominal Un camion.
Est-il au singulier ou au pluriel ? Pourquoi ? Un seul, c’est le singulier.
- prendre Le mettre oralement au pluriel. Retenir le groupe nominal Des camions
conscience pour reporter au tableau dans le cas où d’autres déterminants (cinq,
de l’importance, plusieurs, etc.) seraient proposés. Quelle différence entend-on ?
pour l’orthographe, Le déterminant change. Avec des, on sait que c’est le pluriel.
de la différence - Écrire au tableau Un camion. Des camions. Quelle différence voit-
entre l’oral on ? L’entendait-on ? On sait expliquer ce s à la fin du nom : la marque
et l’écrit
du pluriel. On ne l’entend pas, il ne faut pas oublier de l’écrire.
- Écrire la phrase Un camion roule. Venir entourer le verbe. Vérifier
avec la procédure : transformation au passé, au futur.
Les élèves produisent oralement la phrase avec des camions :
Des camions roulent. Quelle différence entend-on ? Seulement Des.
Écrire Des camions roulent. Quelle transformation à l’écrit, que l’on
n’entend pas à l’oral ? nt.
Rappeler que cette forme, nt, a été étudiée en conjugaison unité 4
p. 43 du livre.
2. La situation d’apprentissage
- Écrire les deux phrases au tableau.
- Sur le livre ou au TBI : décrire le support. Deux photos de plants de
haricot : un seul sur la première photo, trois sur la seconde.
Réfléchir avec les questions du livre.
1. Recopie les deux phrases et compare-les.
- Lire les deux phrases à haute voix. Constater que l’on n’entend
qu’une seule différence : le et les.
Les élèves recopient les phrases au brouillon. Rappeler comment bien
copier : avant de copier, je regarde tout le mot, je l’épèle et je fais
- mobiliser ses attention : je n’oublie pas d’écrire les lettres muettes à la fin : le s de
connaissances pour haricots ; le nt de poussent.
établir une - Dis ce que tu sais des groupes nominaux le haricot, les haricots.
connaissance - un groupe nominal se compose d’un déterminant et d’un nom
nouvelle - Le déterminant commande le singulier et le pluriel du nom.
Écrire D sous le et les ; écrire N sous haricot et haricots.
- Le haricot est un groupe nominal au singulier.
Les haricots est un groupe nominal au pluriel.
- Trouve l’infinitif du verbe.
- Vérifier le verbe par la procédure connue : parler du passé, du futur.
Pousse, poussent sont les seuls mots qui changent.
- Pousse, poussent, poussera, pousseront, poussait etc., c’est toujours
le même verbe : pousser.
Les élèves écrivent sur leur feuille de travail, sous les deux phrases :
Pousser est l’infinitif du verbe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


157
Coccinelle CE1 Unité 5

-Tu connais la conjugaison de ce verbe. Entoure les terminaisons.


- Le verbe pousser se termine par er à l’infinitif. Il se conjugue comme
marcher.
- Par quel pronom de conjugaison peut-on remplacer le haricot ?
les haricots ? Si nécessaire, faire l’expérience de la substitution :
Dire aux élèves : Regardez le haricot, … pousse.
Puis écrire il sous le groupe nominal le haricot au tableau.
Même travail avec Regardez les haricots, … poussent. Écrire ils sous le
groupe nominal les haricots.
- Comment se termine le verbe conjugué avec il ? avec ils ?
Si nécessaire revenir à la p. 43. Puis entourer :
Le haricot pousse. Les haricots poussent.
2. Dans quelle phrase le verbe est-il au singulier ? Explique pourquoi.
3. Dans quelle phrase le verbe est-il au pluriel ? Explique pourquoi.
Poser les deux questions en même temps.
- Le haricot, c’est le singulier. On a entouré e à la fin du verbe.
Il pousse, c’est un seul haricot qui pousse, c’est le singulier.
- Les haricots, c’est le pluriel. On a entouré ent à la fin du verbe.
Ils poussent, ce sont plusieurs haricots qui poussent, c’est le pluriel.
- Conclure : le verbe est au singulier quand le groupe nominal est au
- formuler et
conclure
singulier : Le haricot pousse. Il est au pluriel quand le groupe nominal est
au pluriel : Les haricots poussent.
- Lire la rubrique Je retiens.
Rappeler ce qu’est le sujet du verbe : les mots qui commandent le
verbe ; les mots qui font changer la terminaison du verbe ; les mots
qui obligent à écrire le verbe au singulier et au pluriel.
 Je surligne les verbes.
1. La pluie tombe.
2. Heureusement l’autobus arrive.
3. Avec mes amis nous montons vite.
- identifier le verbe 4. Je trouve une place assise.
5. Je donne ma place à une maman.
Correction. Vérifier l’identification du verbe avec la procédure de
transformation du temps de la phrase.
Pour chaque phrase, rechercher collectivement le sujet du verbe.
Cette activité prépare le travail de l’exercice 2.
- identifier l’accord  Je surligne le verbe et j’encadre le sujet.
groupe nominal
sujet – verbe 1. Les vaches aiment l’herbe du pré.
2. Le jardinier plante des haricots.
3. Nos pommiers donnent beaucoup de pommes cette année.
4. Les clients regardent l’étalage.
5. Une dame achète des carottes.
- contrôler l’accord  J’écris le verbe qui convient.
sujet – verbe en
Deux enfants jouent aux dominos.
reconnaissance
Un domino tombe par terre.
 J’écris le sujet qui convient.
Rappeler aux élèves de ne pas oublier la majuscule en début de phrase.
L’âne porte des gros sacs sur le dos.
Trois enfants marchent à côté de l’âne.
Depuis ce matin des nuages cachent le soleil.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


158
Coccinelle CE1 Unité 5

Lecture Jacques et le haricot magique (4) Livre p. 54


Pour commencer :
- Lire le titre : C’est toujours le même conte. On lit le chapitre 4.
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire.
- Puis l’enseignant relit les pages 48, 50 et 52.

1. Observer et décrire l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
Qui voit-on ? Jacques et sa mère.
Où sont les personnages ? Devant leur maison, juste à l’entrée. La mère est assise
sur un petit banc, Jacques est debout devant elle.
Que font-ils ? La mère a les mains sur son visage, elle pleure. Elle était
en train de coudre, ou de réparer un vêtement. On voit à
côté d’elle son fil, ses ciseaux.
Jacques baisse la tête. Il est tout penaud, tout malheureux
et gêné devant sa mère. Il a retiré son bonnet, par respect
pour sa mère, il le tient à la main.

ANTICIPER Il a certainement dit à sa mère qu’il avait vendu leur vache


pour un haricot. Elle pleure, elle pense qu’ils seront encore
plus pauvres que ce qu’elle pensait. Lui se rend peut-être
compte qu’il a fait une énorme bêtise.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
Écoutez pour vérifier si nous avons bien imaginé la suite de l’histoire.
Après la lecture, les élèves répondent à la question.
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Texte entier, livre ouvert ou au TBI

Préparation de la lecture des élèves


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique

Repérer les Identifier les prises de parole.


différents
locuteurs

Faire le lien Lire en réalisant les intonations


entre texte et - liées à la ponctuation : - ? - !
intonation - liées au texte :
- Tu es déjà revenue ? lui crie sa mère. Ici il faut à la fois poser une
question et crier.
- Varier l’intensité et l’expression du point d’interrogation après Quinze
pièces d’or ? Dix pièces d’or ? Cinq pièces d’or ?

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


159
Coccinelle CE1 Unité 5

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse, puis à haute voix.

4. Oral collectif de compréhension


1. Retrouve dans le texte tout ce qui 1. Informations explicites et implicites
montre que Jacques est heureux. - Jacques est tout heureux. Il danse sur le chemin.
- Sa réplique Oui, maman, je l’ai vendue. Il n’a aucun
RECHERCHER DES INFORMATIONS doute : il a vendu Blanchette. Il ne pense pas une seconde
EXPLICITES qu’il a été trompé par le vieillard : il est confiant.
- Sa réplique : Un haricot magique ! Cette nuit, il poussera
jusqu’au ciel ! il est très heureux, enthousiaste. Il a fait
confiance au vieillard, il reprend ses paroles : relire p. 52 le
passage.

2. Pourquoi la mère de Jacques 2. Elle pense que son fils


se met-elle en colère ? - a été un nigaud, un niais : il a cru à une histoire absurde,
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE on l’a trompé, et les voilà misérables. Preuve qu’elle ne croit
pas à cette histoire de haricot magique : de rage elle le jette.
- si on a pu tromper ainsi Jacques, c’est parce qu’il a
désobéi : il n’est pas allé vendre Blanchette au marché
comme elle le lui avait demandé.
3. Comment punit-elle Jacques ? - Elle l’envoie se coucher sans manger.
RECHERCHER DES INFORMATIONS - C’est aussi une punition pour Jacques de voir sa mère
EXPLICITES ET INTERPRÉTER en larmes et en colère. On voit sur l’image qu’il est triste
de la voir pleurer.
- Il a peut-être peur qu’elle ne l’aime plus.

5. Reprise de la lecture
Répartir les rôles : un narrateur, la mère, Jacques.
Laisser du temps aux élèves pour préparer leur lecture.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


160
Coccinelle CE1 Unité 5

CONJUGAISON le présent du verbe être Livre p. 55


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : prendre conscience de sa compétence orale pour découvrir
les formes conjuguées du verbe être au présent de l’indicatif et contrôler leur écriture.
MATÉRIEL : une grande feuille qui récapitule ce que l’on sait sur les pronoms de
conjugaison (conduite de la leçon livre p. 43)

Présenter l’objectif : apprendre à écrire sans faute le verbe


le plus fréquent en français.
Pour commencer :
Afficher le tableau : on va retrouver les pronoms de conjugaison, les
- mobilisation de la pronoms qui commandent le verbe au singulier, je, tu, il, elle
compétence et les pronoms qui commandent le verbe au pluriel : nous, vous, ils, elles.
orale : On sait utiliser tous ces pronoms quand on parle. On va le vérifier.
consolider l’usage
et le sens des
pronoms de
Lire la première ligne : quand je parle de moi, j’utilise le pronom je.
conjugaison Chacun va dire quelque chose avec le pronom je. L’enseignant
commence : Je marche dans la classe. Donner la parole à quelques
élèves.
Lire la deuxième ligne : quand je parle à quelqu’un, je dis tu.
Chacun va parler à un camarade, lui poser une question,
lui dire quelque chose. L’enseignant commence : par exemple Victor,
tu es distrait. Donner la parole à quelques élèves.
Ligne 3 : quand je parle de quelque chose ou de quelqu’un, j’utilise
le pronom il ou le pronom elle.
Tout le monde va parler d’un objet de la classe. Attention : on ne dit
pas le nom : on montre l’objet et on dit seulement il ou elle.
L’enseignant commence, montre la porte et dit : elle est fermée.
Donner la parole à quelques élèves.
Ligne 4 : Quand je parle de moi et de mon groupe, j’utilise le pronom
nous. Tout le monde va dire quelque chose qu’il fait ou qu’il aime faire
avec les autres. L’enseignant commence : nous mangeons à la
cantine.
Ligne 5 : Quand je parle à plusieurs personnes, je dis vous.
L’enseignant commence : vous regardez le tableau.
Donner la parole à quelques élèves.
Ligne 6 : Quand je parle de plusieurs personnes ou de plusieurs
choses, je dis ils, elles.
Conclure : nous savons utiliser les pronoms, et nous savons aussi dire
les verbes qu’ils commandent.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


161
Coccinelle CE1 Unité 5

La situation d’apprentissage
Observer la page, c’est une bande dessinée.
La lire vignette par vignette
- construire la - vignette 1 : Qui parle ? Un garçon à lunettes. Il parle à un autre, il lui
conjugaison du pose une question : Tu es magicien ?
verbe être : sens Pourquoi dit-il tu ? Parce qu’il parle à quelqu’un.
du pronom et On a reconnu le pronom tu. Quel est le verbe de la phrase ?
forme du verbe
Pour être sûr, on change le temps de la phrase. On imagine que le
garçon à lunettes donne un rôle à son camarade. Que dira-t-il ? Tu seras
magicien. Le mot qui change es est le verbe.
Écrire dans le tableau es dans la colonne VERBE, en face de tu.
Même travail pour oui, je suis magicien. Qui parle ? Le garçon déguisé
en magicien. Pourquoi dit-il je ? Il parle de lui.
On imagine que le garçon à lunettes lui dit Tu seras magicien. Que
répond-il ? Oui, je serai magicien. Le mot qui change suis est le verbe de
la phrase.
Écrire dans le tableau suis dans la colonne VERBE, en face de je.
- vignette 2 : Qui parle ? À qui parle-t-il ? Que dit-il ? De qui parle-t-il ?
Il parle du garçon habillé en magicien : il est magicien. Il le montre du doigt.
Comparer les trois premières phrases. Quel est le mot qui change avec
le pronom de conjugaison ? est. Est est le verbe de la phrase.
Écrire dans le tableau est dans la colonne VERBE, en face de il.
Que dirait-on si c’était une fille déguisée en magicienne ?
Elle est magicienne. Écrire dans le tableau est en face de elle.
- vignette 3. Qui parle ? tous les enfants parlent avec leur groupe.
Chaque enfant dit nous, c’est-à-dire moi et mon groupe.
On a remarqué dans les trois premières vignettes que le mot en gras qui
est placé juste après le pronom de conjugaison est le verbe. Quel est le
verbe de la phrase ? sommes.
Écrire dans le tableau sommes dans la colonne VERBE, en face de nous.
- vignette 4. Qui parle ? À qui parle-t-il ? À tous les enfants assis. Que
dit-il ? Pourquoi utilise-t-il le pronom vous ? Il parle à plusieurs personnes.
Quel est le verbe de la phrase ? êtes.
Écrire dans le tableau êtes dans la colonne VERBE, en face de vous.
5 et 6. Qui voit-on ? Le magicien.
- Repérer les groupes de mots en gras : elles sont. Que montre-t-il ?
De quoi parle-t-il ? De ses mains. Pourquoi utilise-t-il le pronom elles ?
Il parle de ses deux mains, c’est le pluriel. S’il montrait ses cheveux, que
dirait-il ? Ils sont verts.
Quel est le verbe de la phrase ? sont.
Écrire dans le tableau sont en face de elles et ils.
Avant de jouer, bien comprendre ce qui se passe dans la vignette où le
magicien ne parle pas. Ses mains sont blanches. Il les met derrière son
dos, puis il les montre : elles sont devenues vertes.
Les élèves jouent la scène par groupes de 6. Pour la vignette 3, on peut
décider qu’un seul élève parle au nom de tout le groupe : il dit aussi nous.
Lire la conjugaison sur la feuille. L’infinitif du verbe est être. On le voit
dans le titre. Il est difficile de trouver à partir du verbe. Ce n’est pas comme
pour marcher. Inscrire l’infinitif au-dessous du mot VERBE.
Retrouver le tableau de conjugaison dans le Je retiens. Dire aux élèves
qu’il faut bien connaitre cette conjugaison : elle est un peu difficile ; le
verbe change beaucoup.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


162
Coccinelle CE1 Unité 5

Lecture Jacques et le haricot magique (5) Livre p. 56


Pour commencer :
- Lire le titre : C’est le chapitre 5 du conte Jacques et le haricot magique
C’est la fin de la première partie.
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire.
- Puis l’enseignant relit les pages 50, 52, 54 et 56.
1. Observer, décrire et interpréter les illustrations. Sur le livre ou le TBI.

Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
Qui voit-on ? Jacques.
Où est-il ? Que fait-il ? Il grimpe à une grande tige. Il est très haut, on ne voit pas
le sol. On voit, au-dessous de lui, le sommet des arbres.
Jacques regarde vers le haut. La tige est dans les nuages,
dans le ciel. Tout en haut, au-dessus des nuages, on voit
un château.

ANTICIPER C’est sans doute la tige du haricot qui monte jusqu’au ciel,
comme l’avait promis le vieillard. Pourtant, sa maman a
jeté le haricot. Il s’est peut-être planté tout seul.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
C’est seulement le narrateur qui continue l’histoire dans cet épisode.
Premiers échanges : A-t-on appris comment il se fait que le haricot ait poussé ?
Non, on sait seulement que ce n’est pas Jacques qui l’a planté la nuit. Est-ce sa maman ?
C’est peu probable, car elle ne croyait pas du tout au caractère magique de ce haricot. Elle
l’a jeté. Reste une seule possibilité : quand elle l’a jeté, il est tombé dans la terre, et il a
pu pousser.
- Texte entier, livre ouvert ou au TBI

Préparation de la lecture des élèves


Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties
mots difficiles de phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.
il enjambe la fenêtre : faire enjamber quelque chose, par exemple
un cartable au sol.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse, puis à haute voix


4. Oral collectif de compréhension
1. Réponds aux deux questions de
Jacques : 1. Retrouver le passage du texte : tout au début.
- Pourquoi fait-il aussi sombre Jacques vient de se réveiller. D’ordinaire sa chambre
ce matin ? Pourquoi le soleil reçoit la lumière du jour, ce matin elle est sombre. Alors il
n’éclaire-t-il pas sa chambre ? court à la fenêtre pour observer le ciel.
FORMULER UNE INFORMATION Le haricot magique monte jusqu’au ciel, donc il est très
IMPLICITE grand et très épais. Il a poussé devant la fenêtre de
Jacques et il empêche la lumière d’arriver.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


163
Coccinelle CE1 Unité 5

Jacques n’a pas réfléchi longtemps quand il a accepté


2. Jacques a-t-il eu raison de faire l’échange proposé par le vieillard. Il a eu envie de croire au
confiance au vieillard ? haricot magique. Il a pensé que le vieillard avait des
JUGER pouvoirs magiques parce qu’il connaissait son nom et celui
de Blanchette.
Le vieillard ne lui a pas menti, sa promesse s’est réalisée :
le haricot pousse jusqu’au ciel. Mais on ne sait pas encore
ce que Jacques va trouver, si ce sera une chance pour lui
et sa mère.

3. D’après toi, pourquoi Jacques Discuter les idées des élèves :


monte-t-il le long de la tige de - la curiosité : qu’y a-t-il tout là-haut ?
haricot ? - la raison : si un haricot est magique et monte jusqu’au
INTERPRÉTER ciel, c’est surement qu’il conduit quelque part
- la confiance : Jacques continue de faire confiance au
vieillard
- la joie : Jacques est heureux ; il est sûr que le haricot va
changer sa vie et celle de sa mère.
Ces raisons ne s’excluent pas l’une l’autre, plusieurs sont
possibles en même temps, et même toutes.

4. Jacques arrive au pied d’un - Rassembler toutes les informations.


château. Où est ce château ? Le bout de la tige est dans le ciel, au-dessus des nuages.
RASSEMBLER DES INFORMATIONS De là part une route, qui est donc dans le ciel elle aussi.
EXPLICITES ET IMPLICITES Et le château est loin de ce bout de la tige, on le sait parce
que Jacques doit marcher longtemps.
À mesure de l’oral collectif, noter au tableau les mots qui
seront réutilisables par les élèves pour écrire leur phrase :
tige, route, ciel, nuages, château
- Les élèves écrivent une phrase pour répondre à cette
question. Ils s’aident de tout ou partie des mots listés au
tableau.
Exemple : Le château est dans le ciel, sur une route, loin
du bout de la tige.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


164
Coccinelle CE1 Unité 5

VOCABULAIRE L’ordre alphabétique (2) Livre p. 57


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : généraliser la règle de rangement dans l’ordre alphabétique.
MATÉRIEL : les quatre étiquettes de la situation d’apprentissage

Pour commencer
Les élèves utilisent leur alphabet. L’enseignant donne une lettre
et demande la lettre qui vient juste avant, juste après.
Sans l’alphabet, on récite à partir de D, à partir de R.
1. Ces quatre élèves doivent se ranger dans l’ordre alphabétique.
Explique comment ils font.
- Observer l’illustration, lire le texte. Chaque enfant dit où il se place.
- Distribuer les étiquettes : les élèves font le rangement sur leur table.
- Mise en commun : on vérifie la place des étiquettes : sont-elles bien
comme les enfants l’indiquent ?
- manipuler Dalil (Je suis le premier.) – Fatou (Je suis juste avant Lounès.) – Lounès (Je
suis entre Fatou et Sofia.) – Sophia (Je suis juste après Lounès.)
- Observer le rangement : on sait qu’il est dans l’ordre alphabétique.
Il faut le justifier.
La première lettre n’est pas la même. On vérifie que les premières
lettres sont bien dans l’ordre alphabétique : D – F – L – S.
- Conclure : quand les premières lettres des mots sont différentes,
il suffit de regarder ces premières lettres pour ranger les mots
dans l’ordre alphabétique.
- Vérifier :
a) écrire au tableau : mandarine – orange – pamplemousse.
Ces mots sont rangés dans l’ordre alphabétique. Les élèves entourent
les lettres qui servent à les ranger : m - o - p. On vérifie qu’elles sont
dans l’ordre alphabétique.
b) écrire au tableau : mince – grande – agile – sportive. Sur l’ardoise,
- inférer la règle les élèves rangent dans l’ordre alphabétique.
agile – grande – mince – sportive. Entourer les lettres qui servent
à ranger : a – g – m – s. Vérifier qu’elles sont dans l’ordre
alphabétique.
2. Ces mots sont rangés dans l’ordre alphabétique.
Comment a-t-on fait pour les ranger ?
- Écrire la liste des mots au tableau. Que faut-il observer pour
comprendre ? Il faut comparer les lettres une par une : dans tous ces
- généraliser mots, la première lettre est la même. Souligner les lettres qui sont les
mêmes : le c.
On regarde les deuxièmes lettres. Les entourer : a – e – h – i – o – r.
Sont-elles rangées dans l’ordre alphabétique ?
- Conclure : quand les premières lettres sont les mêmes, on
regarde la deuxième lettre pour ranger dans l’ordre alphabétique.
- Vérifier : écrire au tableau : casquette – chapeau – colle – crayon.
Les mots sont rangés dans l’ordre alphabétique. Les élèves viennent
entourer les lettres qui ont servi à ranger : a – h – o – r. On vérifie
- vérifier
qu’elles sont dans l’ordre alphabétique.
Lire la rubrique Je retiens.
Pour chaque cas, choisir un exemple dans la situation d’apprentissage.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


165
Coccinelle CE1 Unité 5

 Je range dans l’ordre alphabétique.

1. feuille – haricot - tige 2. ciel – nuage - terre


3. grimper – monter - sauter 4. malheureux – pauvre - triste
5. crier – pleureur - sangloter
1. ranger en
fonction de la 1. lapin – mouton – poule – vache 2. bleu – jaune – rouge – vert
première lettre 3. écureuil – hibou – loup - renard 4. cheville – genou – jambe – pouce
5. abeille – cigale – fourmi - papillon
Correction : expliciter les réponses, même si elles sont justes.
Vérifier que les premières lettres sont bien dans l’ordre alphabétique.
 Je range dans l’ordre alphabétique.
1. patin – peluche - poupée
2. tapis – télévision - tiroir
3. baskets – blouson - bottes
2. ranger en
fonction de la Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique sur
deuxième lettre les deuxièmes lettres.
 Je range dans l’ordre alphabétique.
1. abeille – aigle – antilope – autruche
2. observer – offrir – organiser – oublier
3. ravin – rivière – route - ruisseau
Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique sur
les deuxièmes lettres.
 Je recopie les listes. Je barre le mot qui n’est pas à sa place
dans l’ordre alphabétique.
Présentation de l’exercice : avec cet exercice, on va apprendre à
contrôler l’ordre alphabétique : on vérifie que tous les mots sont bien
à leur place. Quand on trouve un mot qui n’est pas à sa place,
4. reconnaitre et on le barre.
contrôler l’ordre
alphabétique 1. gant – bonnet – chapeau – écharpe
(première lettre) 2. automne – hiver – printemps – été
3. colis – lettre – enveloppe – timbre (ou enveloppe)
Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique
sur les premières lettres. Remettre le mot barré à sa place.
1. bonnet – chapeau – écharpe – gant
2. automne– été – hiver – printemps
3. colis – enveloppe – lettre – timbre

1. assiette – cuillère – couteau – fourchette - nappe


2. abricot – ananas – cerise – pomme – pêche
3. pâtes – poisson – purée – fromage – soupe
reconnaitre et Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique
contrôler l’ordre sur les premières et deuxièmes lettres. Remettre le mot barré à sa
alphabétique place.
(première et 1. assiette – couteau – cuillère – fourchette - nappe
deuxième lettres) 2. abricot – ananas – cerise – pêche – pomme
3. fromage – pâtes – poisson – purée – soupe

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


166
Coccinelle CE1 Unité 5

ORTHOGRAPHE L’accord du verbe avec son sujet livre p. 58


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à contrôler l’accord du verbe avec son sujet.
Lire l’encadré définitionnel.
À mesure de la lecture, faire prendre conscience aux élèves
des connaissances dont ils disposent :
- les pronoms de conjugaison : ils en produisent la liste exhaustive
ordonnée, en distinguant singulier et pluriel.
- le groupe nominal : ils en rappellent les composantes :
déterminant + nom.
- le nom propre : dans la phrase il joue le même rôle qu’un groupe
nominal. Donc il peut être sujet du verbe.
- mobilisation explicite
des connaissances - le sujet commande le verbe :
• le sujet est au singulier, le verbe s’accorde et se met au singulier ;
• le sujet est au pluriel, le verbe s’accorde avec lui et se met au pluriel.
- dévolution de
Présenter le conseil de la coccinelle : même avec toutes
l’objectif
ces connaissances, il arrive que l’on se trompe quand on écrit :
on accorde mal le verbe avec son sujet. Nous allons apprendre
à réfléchir pour ne pas se tromper
- Démontrer la réflexion avec la bulle et le tracé de la chaine d’accord.
Afin de présenter le geste mental tel que chaque élève devra le réaliser
en autonomie, traiter chacun des trois cas en développant
en continu les trois étapes de la réflexion à la suite. La disposition
du livre est un instrument de présentation de l’unité du problème
et de récapitulation.
Erreur de la
première édition : NOUS ÉCOUTONS
étape 1 : seulement 1. Je m’arrête à la fin du verbe et je me demande : quel est son sujet ?
la bulle et le point Commencer à écrire nous écout. S’arrêter à la fin de écout et tracer
d’interrogation, pas une « bulle » pour réfléchir. On n’est pas obligé de mettre un point
la flèche. d’interrogation dans la bulle. Elle suffit à montrer que l’on se pose une
question : nous écout ?. Formuler la question. Je m’arrête et je me
- démonstration de
la procédure avec demande : quel est le sujet du verbe ?
un pronom sujet 2. Je regarde en arrière : je cherche le mot ou les mots qui commandent
le verbe.
- Énoncer ce que l’on fait : Je cherche le mot ou les mots qui
commandent le verbe écout ? Tracer la flèche qui montre que l’on doit
regarder en arrière, avant le verbe.
C’est le pronom personnel de conjugaison : nous.
3. Je prends la décision.
- Décider et expliquer : nous est le sujet du verbe.
Il commande la terminaison pluriel ons. J’accorde le verbe avec le
pronom nous, j’écris ons à la fin du verbe.

LE MAITRE POSE

- démonstration de 1. Je m’arrête à la fin du verbe et je me demande : quel est son sujet ?


la procédure avec Commencer à écrire le maitre pos. S’arrêter à la fin de pos et tracer
un groupe nominal une « bulle » pour réfléchir. On n’est pas obligé de mettre un point
sujet d’interrogation dans la bulle. Elle suffit à montrer que l’on se pose une
question : le maitre pos ?. Formuler la question. Je m’arrête et je me
demande : quel est le sujet du verbe ?
2. Je regarde en arrière : je cherche le mot ou les mots qui commandent
le verbe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


167
Coccinelle CE1 Unité 5

- Énoncer ce que l’on fait : Je cherche le mot ou les mots qui


commandent le verbe pos ?. Commencer à tracer la flèche qui montre
que l’on doit regarder en arrière, avant le verbe.
C’est un groupe nominal : le maitre. Vérifier s’il est au singulier
ou au pluriel : tracer son accord, bulle et flèche du nom au déterminant.
Il est au singulier. Attacher la flèche du verbe à celle du groupe nominal.
3. Je prends la décision.
- Décider et expliquer : le maitre est le sujet du verbe. C’est un groupe
nominal singulier. J’accorde le verbe avec le groupe nominal singulier,
j’écris e à la fin du verbe.
LINA LÈVE
1. Je m’arrête à la fin du verbe et je me demande : quel est son sujet ?
- démonstration de Commencer à écrire Lina lèv. S’arrêter à la fin de lèv et tracer
la procédure avec
une « bulle » pour réfléchir : Lina lèv ?. Formuler la question. Je
un nom propre
m’arrête et je me demande : quel est le sujet du verbe ?
2. Je regarde en arrière : je cherche le mot ou les mots qui commandent
le verbe.
- Énoncer ce que l’on fait : Je cherche le mot ou les mots qui
commandent le verbe lèv ?. Commencer à tracer la flèche qui montre
que l’on doit regarder en arrière, avant le verbe.
C’est un nom propre : Lina.
Conclure : le sujet du verbe est singulier. Attacher la flèche du verbe
au nom propre. Les noms propres ne sont pas introduits par un
déterminant, donc pas de bulle ni de flèche pour eux.
3. Je prends la décision.
- Décider et expliquer : Lina est le sujet du verbe. C’est une seule
personne, c’est le singulier. J’accorde le verbe avec le nom propre,
j’écris e à la fin du verbe.
- décider de
l’accord à partir du  J’écris la terminaison du verbe.
sujet
1. Hugo monte sur le toboggan. 2. Des promeneurs montent sur le sentier.
3. Nous montons au deuxième étage. 4. La classe monte dans le bus.
- décider du sujet
à partir de la J’écris un sujet.
terminaison du
Aider les élèves à se poser les questions nécessaires : quelle est
verbe
la terminaison du verbe ? Quelle forme doit avoir le sujet à imaginer ?
- contrôler l’accord  Je souligne le verbe. J’encadre son sujet.
sujet -verbe. Je récris la phrase avec le sujet au pluriel.
Je fais attention à tout ce qui change.
1. Le jardinier coupe les branches des arbres. Les jardiniers coupent…
2. Un lampadaire éclaire la rue. Des lampadaires éclairent la rue.
3. Le coureur passe la ligne d’arrivée. Les coureurs passent …

 Je récris la phrase avec le sujet au singulier.


1. Pendant la récréation, le maitre organise des jeux.
2. Tous les jours, un policier surveille la sortie de l’école.

Correction. Bien faire apparaitre tout ce qui ne change pas : les


branches, des arbres, la rue, la ligne, la récréation, des jeux, la sortie de
l’école. Ces mots ne changent pas parce qu’ils ne sont pas des verbes ni
des sujets du verbe.
Ce n’est pas toute la phrase qui se transforme au singulier et au pluriel.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


168
Coccinelle CE1 Unité 5

RÉDACTION J’apprends à écrire un dialogue livre p. 59


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à rédiger un dialogue à partir d’une source.

Pour commencer
- Rappeler le travail déjà fait sur les dialogues : on a appris
 l’usage des tirets
 à identifier le personnage qui prend la parole.
- Présenter l’objectif : on va apprendre à écrire un dialogue.
Sur le livre ou au TBI
Observer le support.
Une bande dessinée de quatre images. Lire son titre et ses auteurs.
Retenir Monsieur Blaireau et Madame Renarde, noms qui aideront
à organiser la représentation des personnages.
1. Je lis la bande dessinée.
- Combien y a-t-il de personnages dans cette scène ?
Expliquer le mot scène : la situation présentée par les quatre images.
S’assurer image après image de l’apparition ou non de nouveaux
personnages.
IMAGE 1. Deux bulles. Tous les élèves les lisent, silencieusement.
Valider l’aspect encyclopédique : les blaireaux garnissent
effectivement leur terrier d’herbes et de fougères.
Puis demander à deux élèves de lire à haute voix. Quel ton doit
adopter le père ? L’enfant ? Le père demande de l’aide pour un
travail, le petit trouve qu’il a plus important à faire. Quoi, par
exemple ? Jouer ?
Compter le nombre de personnages dans la scène : six.
Les caractériser : deux adultes, Madame Renarde et Monsieur
Blaireau, trois petits blaireaux, un renardeau.
Combien parlent ? Deux. Lesquels : Monsieur Blaireau et un
de ses enfants. On le sait par le mot papa.
IMAGE 2.Monsieur Blaireau, seul. On voit juste les pattes de Madame
Renarde.
Les deux élèves qui ont lu l’image 1 relisent depuis le début.
Pourquoi le père dit-il Désolé ?
IMAGE 3. Quatre personnages, aucun nouveau : Monsieur Blaireau,
Madame Renarde, l’enfant blaireau qui discute avec son père
et un autre plus petit assis près de lui. Retourner à la première image :
on le voit s’avancer à petits pas vers son frère.
Deux personnages parlent : toujours les mêmes, le père et son fils
qui n’a vraiment pas envie d’aider.
IMAGE 4. Deux personnages, aucun nouveau : Monsieur Blaireau,
Madame Renarde.
Un seul personnage parle, Monsieur Blaireau. À qui parle-t-il ?
À son fils, qui n’est pas sur l’image.
Relire l’histoire. Combien de personnages en tout ? les six du début.
Combien parlent ? Seulement deux. Que demande le père dans
chaque réplique ? Que son fils vienne l’aider. Que répond l’enfant
à chaque fois ? Qu’il n’en a pas envie.
La jouer. Faire plus de binômes. Discuter les prestations.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


169
Coccinelle CE1 Unité 5

2. Je lis maintenant le même texte, présenté autrement.


Je cherche les différences.
Que veut dire : le même texte ? Les mêmes mots, les mêmes
- comparer les ponctuations, exactement.
productions pour Que veut dire : présenté autrement ? On va l’étudier.
prendre Organiser la lecture :
conscience du un élève lit la première ligne du dialogue. Il dit aussi le nom des
travail d’écriture ponctuations. Les autres suivent sur la bande dessinée pour vérifier
si le texte est exactement le même.
Conclure : c’est le même texte, exactement.
Établir les différences de présentation.
- Pour savoir qui parle :
• tirets dans le dialogue ;
• bulles dans la BD, avec une flèche qui va au personnage qui parle.
Qu’est-ce qui est le plus facile à suivre ?
- Ordre de la lecture :
• succession simple à suivre par le passage à la ligne dans le texte sans
images
• parfois difficile dans la bande dessinée. Exemple pour la troisième
image : à quelles paroles du père répond l’enfant ? À celles de la
deuxième image. C’est pourquoi il faut lire d’abord la bulle à droite,
plus haute que l’autre, ce qui aide, mais pas dans le sens habituel
de la lecture, ce qui trouble.
- Apports d’informations supplémentaires : la bande dessinée montre
des personnages et des actes que le dialogue ne peut pas montrer,
par exemple le déplacement du petit blaireau vers son grand frère.

- Présenter l’encadré avec la coccinelle.


La coccinelle récapitule ce qu’il faut savoir pour rédiger un dialogue :
à quoi faut-il penser pour qu’il soit aisé de suivre un dialogue ?

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


170
Coccinelle CE1 Unité 5

UNITÉ 5
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


171
Coccinelle CE1 Unité 5

Oral Jacques et le haricot magique Cahier p. 60


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : développer l’expression des émotions et pensées ; analyser le
rapport entre texte et illustration.
MATÉRIEL : cahier p. 60 ou projection de la page au TBI.

Cette page doit être travaillée après la lecture de l’épisode 1, livre p. 18


● Comment vois-tu que Jacques et sa maman sont très pauvres ?
Observer le support et l’analyser : trois dessins.
 Vérifier qu’il s’agit bien de la même histoire, avec une autre illustration : on retrouve
Jacques et sa maman ; une vache ; une maisonnette isolée dans la campagne.
 Repérer les signes de pauvreté et comparer avec l’illustration du livre.
- La maison a des ouvertures sans vitres ni rideaux ni volets : plus pauvre encore que
dans le livre.
- Le toit est en paille : plus pauvre que le toit en bois du livre.
- Les murs sont en pierres pas toutes bien jointes : plus pauvre que le mur bien lisse
du livre. Dans l’image 2, on voit une souris qui pointe le bout de son museau.
- Le jardin potager est presque vide : il ne reste qu’une seule tomate.
- La robe de la maman de Jacques est rapiécée, on lui voit une pièce orange cousue dans
le bas : plus pauvre que celle du livre. Le haut du vêtement de Jacques et son short sont eux
aussi rapiécés : plus pauvre que l’illustration du livre.
- Une rivière dans laquelle on peut pêcher : ceci est une source de nourriture que Jacques et
sa mère n’ont pas dans l’histoire lue.
Conclure : l’illustration montre la grande pauvreté de Jacques et de sa mère, leur misère,
plus encore que l’illustration du livre, malgré la présence d’une rivière à poissons.
● Regarde le premier dessin. Quelles différences vois-tu avec l’histoire que tu as lue ?
Présenter la tâche : Ce que l’on voit dans ce dessin, est-ce dit dans l’histoire lue ?
Dessin : il montre la mère de Jacques en train d’essayer de traire la vache.
≠ Histoire : c’est déjà passé.
Dessin : Jacques est réveillé, il travaille dur à empiler les buches.
≠ Dans l’histoire il dort, sa mère le réveille.
Dessin : une vache, blanche et rousse.
≠ Histoire : une vache toute rousse
Dessin : un potager, une canne à pêche
≠ Histoire : on n’en parle pas.

● Regarde le troisième dessin. Que fait l’oiseau ? Que pense la maman ?


Que pense Jacques ?
Présenter la tâche : L’oiseau n’intervient pas dans l’histoire lue. Il faut raconter avec
ses mots l’histoire que montre le dessin. Il faut entrer dans la tête des personnages,
se mettre à leur place pour les comprendre.
 Que fait l’oiseau ? Il s’envole avec la dernière tomate du potager. Le repérer dès
la première image : il est tout près du fruit.
 Que pense la maman ? Elle n’a pas vu l’oiseau. Elle regarde sa vache d’un air triste.
Elle porte la main à son ventre. On voit un petit tourbillon noir et une étoile : cela signifie
l’importance de la faim qu’elle ressent, peut-être que son ventre gargouille de faim.
Elle se demande comment ils mangeront désormais, elle est son enfant, maintenant
qu’ils ne peuvent plus aller vendre du lait au marché chaque matin. Elle pense peut-être
déjà qu’il va falloir se séparer de la vache, aller la vendre au marché.
 Que pense Jacques ? Sa maman l’a appelé dans l’image 2, on voit par le dessin dans
la bulle qu’elle a expliqué à Jacques ce qui se passait : plus de lait !
Dans l’image 3, Jacques voit l’oiseau voler leur dernière tomate. Lui aussi a sa main sur le
ventre, pour lui aussi le ventre gargouille de faim : on voit la même étoile et son tourbillon

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


172
Coccinelle CE1 Unité 5

noir qui montre son ventre. Il se dit : « Nous n’avons plus de lait, et même notre dernière
tomate, un oiseau nous la prend ! Qu’allons-nous devenir ? »

● Récapituler : Est-ce bien la même histoire ?


Quels sont les éléments essentiels qui permettent de répondre que oui ?
une mère et son enfant, Jacques ; une vache ; la pauvreté ; la vache qui ne donne plus de lait ; la
détresse, la misère qui menace

Ma boite à mots
L’enseignant choisit les mots à écrire et retenir :
- soit sur le thème : la description de la pauvreté du lieu, des vêtements, des personnages.
- soit sur un son : ici le son /E/ apparait dans l’histoire et dans l’illustration :
la rivière, la mère, la pêche, traire, le lait ; la misère ; les pierres ; les vêtements.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


173
Coccinelle CE1 Unité 5

Oral Je suis triste. Je réconforte Cahier p. 61

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : parler des émotions et des sentiments : la tristesse


et le réconfort.
Présenter l’objectif : Parfois l’on est triste. Et l’on est moins triste si quelqu’un vient nous
réconforter, nous redonner du courage. Nous allons apprendre les mots qui disent
la tristesse, et ceux qui apportent du réconfort.
1. Mini-dialogue
Jacques : Pourquoi pleures-tu, maman ? Tu es triste ?
Maman : Je suis malheureuse. Notre vache Blanchette n’a plus de lait. Tu iras la vendre
au marché.
Jacques : Nous devons vendre Blanchette ? Maman, j’ai de la peine. J’ai le cœur serré.
J’ai une boule dans la gorge.
Maman : Nous n’avons plus rien à manger. Va vite vendre notre vache !
Jacques : Ne t’en fais pas, maman. Cela va s’arranger. Je reviendrai du marché avec un
sac plein de pièces d’or.
À partir du mini-dialogue, préparer la catégorisation en suscitant l’évocation de moments,
d’évènements semblables à ceux du dialogue. Éventuellement, recueillir ou introduire
quelques expressions qui ne figurent pas dans le mini-dialogue.
Quoi d’autre peut nous faire pleurer, nous rendre malheureux ?
CATÉGORISER
Quels mots font comprendre que l’on est triste ?
- Je pleure. J’ai de la peine. Je suis malheureux (malheureuse).
- J’ai le cœur serré. J’ai une boule dans la gorge.
 Quels mots emploie-t-on pour réconforter ?
Ne sois pas triste ! Tout va s’arranger. Ne t’en fais pas. Ne t’inquiète pas.
Ne sois pas si inquiète (inquiète). Rassure-toi !
JOUER
- Jouer cette scène par groupes de deux élèves.

2. Les activités du cahier


Lire la consigne
Ces enfants sont tristes. Que leur est-il arrivé ?
Je réfléchis avec un camarade ou une camarade et nous jouons une scène :
l’un dit qu’il est triste et pourquoi, l’autre le réconforte.
Observer les dessins. Ils ne racontent pas une histoire. On ne voit jamais les mêmes
personnages d’une image à l’autre. Ce sont quatre scènes distinctes.
Identifier à grands traits collectivement les quatre scènes. Puis les élèves optent pour une
scène qu’ils travailleront plus à fond pour se préparer à la jouer.
Ci-dessous, analyse approfondie de chacune des scènes. Noter au tableau les expressions
qui sont utilisées lors des échanges et qui rentrent dans le thème.

- Image 1.
- La scène se passe dans une chambre, peut-être celle de la fillette. Elle est triste. Elle a
beaucoup de chagrin. Elle se blottit (se serre, se presse) contre sa maman. Elle se retient de
pleurer. Pourquoi ? Regarder la bulle de pensée : sa poupée a un bras cassé.
- Sa maman lui caresse la tête, elle la serre contre elle. Elle la réconforte, elle l’apaise
par sa présence, sans paroles. Elle lui montre ainsi qu’elle comprend sa peine.
- Que peut-elle dire ? je suis triste parce que ma poupée est cassée. J’ai de la peine.
- Que peut lui dire sa maman ? Ne pleure pas. Ne t’en fais pas. Je comprends que tu sois

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


174
Coccinelle CE1 Unité 5

triste, mais ce n’est pas grave, on pourra la réparer.


- Image 2.
- La scène se passe dans la cour de l’école. Le garçon a son cartable sur le dos. Il est triste,
il pleure presque. Pourquoi ? Regarder la bulle de pensée : il pense à des enfants souriants
qui rentrent chez eux avec leur maman. C’est la fin de la journée, tous ses copains sont
partis, sa maman est en retard, il est tout seul.
- Qui le console ? C’est l’école, donc c’est sa maitresse, ou la directrice. Elle lui met la main
sur l’épaule, pour qu’il sente la présence de quelqu’un qui le réconforte.
- Que peut-il dire ? Je suis triste parce que ma maman n’est pas là. J’ai une boule dans la
gorge…
- Que peut dire sa maitresse ? Ne t’inquiète pas. Ne sois pas malheureux comme cela ! Ta
maman a simplement un peu de retard. Elle est peut-être dans un embouteillage.
Elle ne t’a pas oublié.
- Image 3.
- La scène se passe dans la cour de l’école. Le garçon est à l’écart, seul sous un arbre alors
qu’on voit d’autres enfants jouer et courir plus loin. Il a l’air triste. Il trace des traits, des ronds
dans la poussière, avec un bout de bâton. Pourquoi ? Est-ce à cause de ses grosses
lunettes ? Il a peur de les casser, ou peut-être ne voit-il pas bien ? Est-ce que les autres
enfants ne veulent pas jouer avec lui ?
- Qui le console ? Une fillette. Elle tend la main vers lui, sans le toucher, mais c’est tout de
même une main tendue vers lui. Elle lui fait comprendre qu’il n’est pas seul, qu’il peut venir
jouer avec elle.
- Que peut-il dire ? Je suis malheureux parce que personne ne veut jouer avec moi. Je suis
triste…
- Que peut dire la petite fille ? Tu as l’air triste. Tu as du chagrin ? Allez viens, on va jouer
ensemble. Ne reste pas seul dans ton coin. Moi j’aimerais bien jouer avec toi. Etc.
- Image 4.
- La scène se passe dans le gymnase de l’école. Le garçon reste à l’écart, seul sur un tapis
de sol, alors qu’on voit d’autres enfants, vifs, ensemble, repartir vers le vestiaire. Lui a l’air
triste, il regarde de côté, comme s’il était seul dans sa tristesse, inconsolable.
Pourquoi ? Il n’est peut-être pas bon en gymnastique, les autres se moquent de lui ? Ou bien
un évènement grave s’est produit dans sa famille, il n’a pas le cœur à faire des activités avec
les autres. Ou bien son équipe a perdu le match…
- Qui le console ? Son professeur. Il lui met la main sur l’épaule. Il le regarde avec
compréhension, gentillesse.
- Que pourrait-on lui dire ? Tu as l’air malheureux. Tu as de la peine ? Je comprends que tu
sois triste, mais… Allez, viens, on va…

Récapituler : qu’y a-t-il de commun dans toutes ces images ?


- des enfants tristes, et des personnes, adultes ou enfants, qui les consolent.
- consoler c’est montrer que l‘on est présent : par des mots, une main tendue. On fait
comprendre à la personne triste qu’elle n’est pas seule.
- consoler c’est aussi dire que ça va changer, que c’est un moment à passer, qu’il ne faut
pas se laisser envahir par la tristesse.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


175
Coccinelle CE1 Unité 5

ÉTUDE DU CODE Le son /E/ comme dans rivière Cahier p. 62


1. J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.
1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins
écouter : quand j’entends /E/ comme dans maison.
analyse sonore
Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
du lexique
Puis les rassembler dans un 2 syllabes 3 syllabes 3 syllabes
tableau semblable à celui fait
verre cuillère lunettes
avec les mots du livre : vagues,
points, écriture du son ∪∪ ∪∪∪ ∪∪∪
entourée. poulet oreille tabouret
Puis les élèves reportent ∪∪ ∪∪∪ ∪∪∪
quelques mots dans le tableau volet courgette bracelet
des graphies : ∪∪ ∪∪∪ ∪∪∪
bouquet fourchette fenêtre
è cuisinière – cuillère ∪∪ ∪∪∪ ∪∪∪
ê fenêtre – tête fraise assiette 4 syllabes
e oreille – verre – courgette ∪∪ ∪∪∪ cuisinière
fourchette – assiette tête bouteille
∪∪ ∪∪∪ ∪∪∪∪
bouteille - lunettes
et poulet – volet – tabouret
bouquet – bracelet
ai fraise

2. identifier les 2. Je classe les mots dans le tableau.


écritures du son
è : une pièce – une règle – la colère – une étagère
e : la terre - l’anniversaire – une lettre – le miel
et : juillet – un secret – un jouet – un billet
ai : une graine – l’anniversaire – une fraise

3. Je complète les familles de mots : j’écris le son /E/.


3. prendre
conscience de la - Lire la consigne. Il faut écrire le son /E/ pour retrouver des mots
régularité de la même famille
orthographique - Rappeler ce que l’on trouve dans tous les mots d’une même famille :
dans les familles • une partie commune : on l’entend, on la voit, elle s’écrit toujours
de mots de la même façon
• on comprend que l’on parle de la même chose.
• Si un mot se termine par une lettre muette, on l’entend souvent
dans un autre mot de la famille.
Ce qui importe pour cet exercice : la partie commune s’écrit toujours
de la même façon.
escalier  escalader - l’escalade
terre  un terrain – un terrier – un souterrain – un parterre – terrestre
clair  un éclair – éclairer – l’éclairage – une éclaircie

DEVINETTES
Je joue aux devinettes. Toutes les solutions sont dans le dessin.
Les élèves contrôlent l’orthographe en retrouvant les mots
dans le tableau.
les volets – un bracelet – la fourchette – la fraise

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


176
Coccinelle CE1 Unité 5

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 63

1. Je distingue les sons.


J’écoute les mots. Je me demande : est-ce que j’entends
/E/ comme au début de serpent ? /E/ comme dans maison ?

Objectif : discriminer des sons proches


Mots enregistrés
un coussin – un dessert – du poison – douce – visser – le désert – une tresse
viser – treize – un poisson – un cousin – douze

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
serpent x x x x x x
maison x x x x x x

2. J’écoute, puis je coche ce que je comprends.


Objectif : développer la capacité d’inférence à partir de l’oral ; éviter les projections
de l’expérience personnelle en contrôlant sa compréhension.
Texte entendu
Mina regarde un film à la télévision. Elle pleure.
Les élèves écoutent la phrase. Ils lisent les réponses proposées.
Puis deuxième écoute.
Correction. Commenter chaque proposition :
 Mina est punie. On peut pleurer si on est puni. Mais dans le texte, on ne parle pas du tout
de punition. Si elle était punie, la laisserait-on regarder un film à la télévision ?
 Le film est triste. Dans cette petite histoire, c’est la seule raison que l’on puisse justifier
par le texte.
 La télévision est en panne. Mina pourrait pleurer si elle était en train de regarder un film
et que la télévision tombe en panne, mais rien ne dit cela. On aurait une phrase comme
celle-ci : Mina regarde un film à la télévision. Tout d’un coup l’écran s’éteint. Mina pleure.
 Mina s’est fait mal. On pleure quand on se fait mal, mais on ne trouve dans l’histoire
rien qui le laisse croire.

3. J’écoute, puis je réponds aux questions.


Objectif : développer la capacité d’inférence à partir de l’oral
Texte entendu
Monsieur Léon dit à Madame Petit : « Je n’ai pas de tomates ce matin. »
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
Monsieur Léon est …
En cas de réponse trop générale : marchand, demander à l'élève de préciser. Accepter
marchand de légumes, de fruits et légumes etc. Épicier peut convenir selon le contexte local.
Cette scène se passe …
Le plus vraisemblable est au marché. Selon le contexte local accepter à la supérette, à
l’épicerie.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


177
Coccinelle CE1 Unité 5

4. VRAI ou FAUX ? Je coche ce que j’ai compris.


Objectif : synthétiser les informations à partir d’un texte oral long
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
Texte entendu :
C’est le premier jour des vacances. Mais Arthur est malade. Depuis hier, il a de la fièvre et des petits
boutons sur tout le corps. Le médecin est venu ce matin. « Tu as la varicelle. Tu dois rester quelques
jours à la maison, pour te soigner, mais aussi pour éviter de donner ta maladie à des copains. »
Arthur s’endort très triste. Adieu les vacances chez grand-mère Doumi au bord de la mer.
Pendant son sommeil, la maman d’Arthur dépose doucement à côté du lit un gros coquillage
avec une petite carte : « Mets-moi à ton oreille, ferme les yeux et je t’emmènerai au bord de la mer. »
Signé : le roi des vagues et du vent.
Arthur est étonné quand il se réveille. Que fait ce gros coquillage à côté de son lit ?
Qui est ce roi de la mer ? Suivons son conseil, se dit-il. Il met le coquillage à son oreille, et ferme
les yeux.
Alors les vagues murmurent sur le sable, le vent chante au-dessus des rochers. Arthur respire fort.
Il sent l’odeur des algues. Il est au bord de la mer.

Vérifier toutes les réponses avec le texte.


Le médecin dit à Arthur qu’il peut partir au bord de la mer. FAUX
Le médecin est venu ce matin. « Tu as la varicelle. Tu dois rester quelques jours à la maison…
Arthur s’endort très triste. Adieu les vacances chez grand-mère Doumi au bord de la mer.
Quand on a la varicelle, on ne doit pas jouer avec d’autres enfants. VRAI
Tu as la varicelle. Tu dois rester quelques jours à la maison, pour te soigner, mais aussi pour éviter de
donner ta maladie à des copains.
La grand-mère d’Arthur lui a envoyé un coquillage. FAUX
Pendant son sommeil, la maman d’Arthur dépose doucement à côté du lit un gros coquillage
Arthur est étonné de trouver un coquillage à côté de son lit. VRAI
Arthur est étonné quand il se réveille. Que fait ce gros coquillage à côté de son lit ?
Arthur aimerait mieux que sa maman lui apporte des bonbons. FAUX
Rien ne va dans ce sens, la question des bonbons n’est même pas posée.
Arthur est-il vraiment au bord de la mer ?
Travail individuel
Écriture au brouillon, vérification et aide de l’enseignant et écriture sur le cahier.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


178
Coccinelle CE1 Unité 5

ÉTUDE DU CODE Le son /s/ comme au début de serpent Cahier p. 64


1. s ou ss ? J’écris les mots.
1. 2. stabiliser Rappeler la règle : Lorsque le son /s/ s’écrit avec la lettre s,
l’écriture du
je dois écrire ss entre deux voyelles.
son /s/ dans des
mots fréquents Examiner le support : il faut écrire six noms.
Tous contiennent le son /s/. Au moment de l’écrire, je me demande
si le son /s/ doit s’écrire s ou bien ss.
Nommer chaque objet ; vérifier que l’on entend bien le son /s/.
Traiter collectivement assiette. L’enseignant écrit au tableau
*asiette – assiette. Quel mot écrit /asiEt/ ? Justifier l’écriture ss : le son
/s/ est entre deux voyelles.
Les élèves peuvent avoir leur livre ouvert sur la règle page 51.
Travail individuel au crayon à papier.
assiette – moustique – escargot – brosse – casserole – pansement
.

Correction : elle porte sur l’objet de la consigne : s ou ss.


Dissocier les autres problèmes orthographiques éventuels.
Si l’enseignant anticipe beaucoup de problèmes orthographiques,
il peut écrire les mots au tableau en supprimant seulement l’écriture du son :
mou_tique – e_cargot, etc.

2. c ou ç ? J’écris les mots.


Rappeler la règle : lorsque le son /s/ s’écrit avec la lettre c,
j’écris c devant e et i, j’écris ç devant a, o, u.
Je me demande seulement : quelle lettre vient juste après /s/ ?
Nommer chaque dessin ; vérifier que l’on entend bien le son /s/.
Les élèves peuvent avoir leur livre ouvert sur la règle page 51.
ciseaux – balançoire – garçon – bracelet – pièce – magicien
Correction : elle porte sur l’objet de la consigne : c ou ç.
Dissocier les autres problèmes orthographiques éventuels.
3. stabiliser la
connaissance 3. Je classe les mots dans le tableau.
des valeurs Lire les deux têtières. Rappeler la règle : la lettre s entre deux
contextuelles de voyelles écrit le son /z/
la lette s
Tous les mots sont connus et lisibles par les élèves.
Travail individuel.
/s/ : un escalier – une piste – une personne
/z/ : une rose du raisin – un visage

4. s’appuyer sur
les familles de 4. Je complète les familles de mots : j’écris le son /s/.
mots pour - Lire la consigne. Il faut écrire le son /s/ pour retrouver des mots
prendre une de la même famille.
décision
- Rappeler ce que l’on trouve dans tous les mots d’une même famille :
orthographique
• une partie commune : on l’entend, on la voit, elle s’écrit toujours
de la même façon.
• on comprend que l’on parle de la même chose.
• Si un mot se termine par une lettre muette, on l’entend souvent
dans un autre mot de la famille.
Ce qui importe pour cet exercice : la partie commune s’écrit toujours
de la même façon.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


179
Coccinelle CE1 Unité 5

- Observer la première ligne : famille de passer.


La graphie du son /s/ doit être la même dans tous ces mots
car on l’entend dans la partie commune de la famille.
Les élèves font au brouillon le premier mot : passage.
Vérification, puis travail individuel sur le cahier.
passer : un passage – un passant – un passager – dépasser
glace : un glaçon - glacé
Correction : dans glace et glaçon, c’est bien la lettre c qui écrit
le son /s/. Il faut lui ajouter la cédille dans glaçon, parce que la lettre qui
suit est o.

DEVINETTES
Je joue aux devinettes. Le son /s/ s’écrit toujours de la même façon
dans la dernière syllabe.
Première édition : ajouter dans la dernière syllabe à la fin de la consigne.
- Lire les quatre devinettes.
Chercher collectivement la réponse à la première : addition.
Indiquer que le son /s/ s’écrit comme dans Attention, mot de référence
p. 51 du livre. Écrire addition au tableau. Entourer l’écriture du son :
addition
Travail individuel.
une addition – la récréation – la récitation – la natation

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


180
Coccinelle CE1 Unité 5

GRAMMAIRE L’accord du verbe avec son sujet Cahier p. 66


Lire la règle et la compléter.
- rappeler la règle Je souligne le verbe. J’encadre le sujet.
Justifier l’identification du verbe et du sujet.
Nous achetons des pommes. Faire varier le temps de la phrase :
seul le verbe change.
À la fin du verbe achetons, la terminaison est celle du présent du verbe
acheter avec le pronom de conjugaison nous. Nous est le pronom sujet
du verbe achetons.
Le marchand pèse les fruits. Même démarche.
- apprendre une Lire le conseil de la coccinelle.
procédure de Il donne une procédure pour trouver le sujet du verbe. La suivre.
recherche et de Prendre conscience que la procédure c’est…qui permet de contrôler
contrôle du sujet du la réponse trouvée pour compléter l’encadré de définition.
verbe
Je souligne le verbe. J’encadre le sujet.
Le fleuriste compose des bouquets multicolores.
Le parfumeur fabrique des parfums avec les pétales des roses.
Dans le parc, des gardiens surveillent les pelouses fleuries.
Correction : Appliquer systématiquement la procédure c’est….qui.
On voit que le sujet du verbe n’est pas toujours au début de la phrase.
Quand on utilise c’est… qui, on ne se trompe pas.
Ne pas donner ce sont… qui lorsque le sujet est au pluriel.
En effet, utiliser ce sont… qui suppose que l’on ait déjà trouvé le sujet pour
décider d’employer la forme du pluriel.
 Une phrase contient un sujet et un verbe au pluriel. Je la recopie.
- Lire la consigne et analyser le support : trois phrases.
Combien faudra-t-il en recopier ? Une seule. Comment la choisir ?
Il faut chercher un verbe au pluriel et son sujet au pluriel.
Les oiseaux tremblent sur le sol gelé.
Correction : analyser aussi les autres phrases.
L’hiver arrive. C’est l’hiver qui arrive. Le sujet est au singulier. La
terminaison du verbe e est la terminaison du singulier.
La neige recouvre les arbres. C’est la neige qui recouvre les arbres.
Le sujet est au singulier. La terminaison du verbe e est la terminaison
du singulier. Les arbres est au pluriel, mais ce n’est pas le sujet du verbe.
J’écris deux phrases :
- l’une avec dépasse
- l’autre avec dépassent.
- je dois aussi utiliser tous ces mots : la – deux – voiture – motos
Analyser le support. Rappeler la règle du s pour marquer
le pluriel des noms.
la : déterminant singulier. Quel mot commande-t-il ici ? voiture
deux : déterminant pluriel. Quel mot commande-t-il ici ? motos
La voiture dépasse deux motos.
Deux motos dépassent la voiture.
Correction : Faire apparaitre les deux procédures :
J’écris le sujet, je cherche la forme du verbe.
Je pars du verbe, je cherche le sujet qui convient.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


181
Coccinelle CE1 Unité 5

CONJUGAISON Le présent du verbe être Cahier p. 67


Lire à haute voix la conjugaison dans l’encadré.
Épeler à mesure chaque forme du verbe être.

Je relie les pronoms de conjugaison avec la forme du verbe être


- stabiliser la
qui convient.
représentation
orthographique des
Demander aux élèves de se dire à chaque fois, juste avant de tracer
formes du verbe le trait, ce qu’ils relient. Leur dire que c’est la tête qui doit contrôler la
être au présent main, pas l’inverse. Exemple : elle est, e s t.
S’ils ne sont pas surs, ils peuvent regarder le tableau de conjugaison.
Indiquer l’importance de connaitre la conjugaison du verbe être :
c’est le verbe le plus fréquent de la langue française, on a tout le temps
besoin de l’écrire.

Je conjugue le verbe être et je complète les phrases.


Observer le support : Des dessins avec chacun une phrase à
compléter. Ils ne font pas une histoire, ce ne sont jamais les mêmes
personnages. Avant d’écrire :
- toujours se dire la phrase dans sa tête pour vérifier si elle est possible.
- Contrôler la - vérifier l'orthographe du verbe conjugué.
conjugaison et On écrit toujours le verbe conjugué avec son pronom de conjugaison.
l’écriture du verbe Traiter collectivement la première phrase :
être dans la phrase. Il est beau, cet oiseau.
Vérifier : aucune autre forme n’est possible dans ce contexte :
* Je suis beau, cet oiseau, etc.
Rechercher ensemble sur le tableau de conjugaison la forme à écrire,
et l’épeler : Il est, e s t.
Travail individuel au crayon à papier.
Correction :
- Avec mon vélo tout neuf, je suis heureux !
Mais je peux dire aussi tu es heureux ou il est heureux, si j’ai prêté
mon vélo à un copain.
- Vous êtes prêts ? L’entraineur s’adresse au groupe. Il pose une question.
- Tu es grand maintenant ! La dame s’adresse à l’enfant.
Mais on peut dire aussi Il est grand : il parce que c’est un garçon.
- Ils sont sur le bureau. Le maitre parle des cahiers, de plusieurs
choses. C’est le pluriel.
- Elle est énorme. La fille parle de la citrouille, d’une seule chose.
C’est le singulier.
- Elles sont très fortes. Les spectateurs parlent des deux filles qui
courent. C’est le pluriel.
- Ils sont dans le car. On parle de tous les élèves.
Mais je peux dire aussi Nous sommes dans le car : si je suis dans le
groupe, si je parle de mon groupe et de moi. Ou encore Je suis dans le
car, si je parle de moi toute seule.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


182
Coccinelle CE1 Unité 5

VOCABULAIRE L’ordre alphabétique (2) Cahier p. 68


OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : mémoriser l’alphabet ; ranger dans l’ordre alphabétique.
MATÉRIEL : un alphabet par élève.
Lire la règle. Lire la consigne.
- rappeler la Les élèves vérifient avec leur alphabet.
procédure de
rangement J’entoure la lettre qui a permis de ranger les mots.

- exercer la
procédure de  Je range les nombres dans l’ordre alphabétique.
rangement
cinq – deux – quatre – six – trois – un

 J’écris le mot en couleur à sa place dans l’ordre alphabétique.


autruche – chameau – loup – ours – perroquet
canard – cheval – cigogne – coccinelle – crocodile

 Je barre le mot qui n’est pas à sa place dans l’ordre alphabétique.

1. farine – levure – lait – sel – sucre – vanille


ou : farine – levure – lait – sel – sucre – vanille
2. parking – pelouse – place – pharmacie – piscine – poste

LE MOT-MYSTÈRE
J’écris les verbes dans la grille, dans l’ordre alphabétique.

Les élèves rangent les verbes d’abord au brouillon, puis les reportent
dans la grille.

Je lis le mot dans la colonne verte. Je le recopie. haricot

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


183
Coccinelle CE1 Unité 5

Poésie La vache Cahier p. 25


 Lecture de la poésie par l’enseignant.
Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
Faire une présentation rapide de sa forme : quatre strophes de quatre vers chacune.
À la lecture, bien respecter la structure syntaxique des strophes : une phrase par deux vers.
Cela reste vrai pour la troisième strophe, les deux points appelant une pause.
1. Je retrouve dans le poème ce que je sais déjà de la vache.
- plusieurs espèces de vaches sont tachetées, comme dans l’illustration.
- elles ont une queue.
- les vaches broutent ; elles donnent du lait.
- en général elles sont dodues : grasses, bien en chair. Ce terme ne peut s’employer que
pour un être vivant, bien sûr pas pour des choses, donc pas pour une planète.
 Seconde lecture par l’enseignant, strophe par strophe.
Première strophe : lire et lier le texte à l’illustration. Comment montre-t-elle
la supposition du poète : si la Terre était une vache ?
- elle s’est mise en boule, et ainsi elle devient ronde comme la Terre ;
- elle est dans l’espace, entourée des étoiles de la voie lactée.
Expliquer le mot lacté : qui contient du lait, qui est fait de lait, qui ressemble à du lait.
Et on sait que la vache donne du lait.
La voie lactée : c’est notre galaxie. Elle est constituée de centaines de milliards d’étoiles.
Quand on peut la voir, parfois, la nuit dans le ciel, on voit comme un long chemin, la voie
blanc comme une coulée de lait : lactée.
Elle brouterait la voie lactée. C’est comme un monde à l’envers : la vache donne du lait
en broutant l’herbe des prés. Ici, elle se nourrirait de voie lactée !
- les taches de sa peau dessinent comme des continents ;
2. Je regarde la carte de la terre et j’explique : Les continents seraient ses taches.
Comparer avec une mappemonde. Assimiler les taches brunes de la vache aux continents,
à la terre, et les blanches aux eaux des océans.
Lecture à haute voix par les élèves.
Deuxième strophe : lire et lier le texte à l’illustration. Combien d’enfants sont sur cette
planète ? Retrouver les trois enfants dessus, sur la tête, et la fille qui semble endormie, bien
nichée sur la patte de la vache.
Expliquer répertoriée : classée, dans la liste de toutes les planètes. Rendre l’humour
du passage : le poète imagine que cette planète imaginaire serait dans les dictionnaires, les
livres de sciences !
Pourquoi les enfants auraient-ils du lait à volonté ? Si la Terre-vache broutait la voie lactée,
comme celle-ci est gigantesque, il y aurait toujours du lait pour tous !
Lecture à haute voix par les élèves des deux strophes.
Troisième strophe : lire et lier le texte à l’illustration. Retrouver la queue de la vache.
Là encore, noter l’humour : parler sérieusement, comme un savant, de quelque chose qui est
seulement poétique, imaginaire et reposant sur un jeu de mots : voie lactée.
- Lecture à haute voix par les élèves des trois strophes.
Bien adopter le ton sérieux d’un savant.
Quatrième strophe : lire.
3. Si la Terre était une vache, à quoi servirait sa queue ?
Établir la réponse du texte, qui répond à la question posée à la fin de la strophe précédente :
cette queue serait un grand ventilateur. Que fait un ventilateur ? Il brasse l’air pour le
rafraichir, ou enlever, disperser les odeurs désagréables.
Si la Terre était une vache, elle pourrait chasser avec sa queue tout ce qui pollue l’air.
L’air autour de la Terre serait toujours pur.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


184
Coccinelle CE1 Unité 5

Je raconte Cahier p. 70
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à organiser un récit et à l’enrichir.
MATÉRIEL : cahier p. 70 ou projection de la page au TBI. 9 grandes feuilles de papier
Je donne un prénom à ces deux enfants. Comme l’on fait à la campagne,
je donne aussi un nom à leur vache. Puis je raconte leur aventure.
1. Observer l’ensemble de la page : 9 images.
- On voit les deux enfants dans toutes les images : c’est une histoire.
Où se passe cette aventure ? À la campagne. On voit
- des prés verts,
- un champ marron, labouré, image deuxième ligne à droite,
- de la moyenne montagne, des collines, dans la dernière ligne.

2. Récit n 1 : identifier chaque moment de l’histoire : chercher une ou deux phrases


pour chaque image.
1. Les enfants ouvrent une barrière. Ils mènent la vache au pré. Ils ont un cerf-volant.
2. Ils jouent avec leur cerf-volant. La vache broute un peu plus loin.
3 Ils s’endorment sous un arbre. La vache s’éloigne un peu, on ne la voit plus qu’à moitié.
4. Les enfants se réveillent. Ils ne voient plus la vache.
5. Ils s’enfoncent dans le bois. Ils appellent leur vache.
6. ils arrivent près d’un champ. Ils appellent toujours leur vache.
7. Ils montent sur la colline, Le garçon la cherche avec des jumelles, la fille l’appelle.
8. Les enfants la retrouvent. Elle fait du toboggan sur une pente d’une colline.
9. Le soir tombe. Tous trois rentrent, les enfants à cheval sur le dos de la vache.
Récit au présent. L’enseignant prend note de cette trame et, si possible, l’écrit sur de
grandes feuilles de papier, une par image, que l’on complètera au fur et à mesure du travail.
3. Les enfants ont-ils bien cherché ?
Retrouver la vache cachée dans les images 5, 6 et 7. Dire où elle est, comment on la voit.

4. Récit n°2 : intégrer des détails des illustrations et des précisions dans le récit
Ces ressources lexicales sont des points d’appui pour l’enseignant,
pas des passages obligés pour les élèves.
1. le pré, la clôture, la barrière, des fleurs, une clochette, le cerf-volant, un chapeau, un bandeau
fleuri ; ciel bleu, plein jour
2. jouer, courir ; le fil,
3. dormir, s’allonger, ne pas faire attention, oublier

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


185
Coccinelle CE1 Unité 5

4. se réveiller, être surpris, étonné, ressentir de l’inquiétude ; disparition,


5. appeler, chercher, rechercher ; chemin, bois, arbres ; intégrer ce que l’on sait de la vache cachée
6. chercher, crier, siffler (le garçon) ; champ ; les heures passent ;
intégrer ce que l’on sait de la vache cachée
7. sentier, montagne, sapins ; jumelles ; le soir, le soleil se couche ; intégrer ce que l’on sait de la
vache cachée
8. retrouver ; toboggan ; pente ; soulagement ; s’amuser ; rire
9. retourner, revenir ; soir tombe ; à cheval sur
Reporter ce récit détaillé sur les grandes feuilles.
À la fin du travail, relire la totalité du récit.

4. Distribuer les 9 moments à 9 élèves qui racontent à tour de rôle.


5. Reprendre cette activité à différents moments.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


186
Coccinelle CE1 Unité 5

Compréhension Jacques et le haricot magique Cahier p. 71

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à vérifier sa compréhension d’un texte


MATÉRIEL : pour chaque élève son livre et son cahier.

Préparation des élèves. Leur demander de relire les premiers chapitre de l’histoire à la
maison avant la séance.
1. Informer les élèves de l’objectif : d’apprendre à bien écrire ce que l’on a déjà
su dire, ce que l’on a déjà pensé.
2. L’enseignant relit le texte entier ou fait écouter son enregistrement.
Les élèves écoutent livre fermé.
Questions 1 et 2.
Les élèves ont déjà rencontré ces questions. Il s’agit d’apprendre à mettre en forme par écrit ce
que l’on a déjà su dire, ce qui constitue un apprentissage à part entière.
Les élèves doivent rédiger des phrases répondant exactement à la question. Leur faire prendre
conscience de ce point : Lisez la question et répondez d’abord dans votre tête. Il ne faut pas
raconter toute l’histoire, juste répondre à une question précise.
Ils peuvent utiliser le livre s’ils en ont besoin.
1. Qui sont les personnages de l’histoire ?
Jacques, sa mère, Blanchette, le vieillard.
2. Pourquoi Jacques doit-il vendre Blanchette ?
Blanchette ne donne plus de lait, il faut vendre Blanchette pour avoir un peu d’argent.

Questions 3 et 4
Discuter :
3. Pourquoi Jacques est-il tout heureux quand il rentre à la maison ?
Il pense que le haricot magique est un trésor,
Il pense que le haricot va changer sa vie, qu’il est plus précieux que des pièces d’or
4. Pourquoi sa mère n’est-elle pas contente lorsque Jacques revient ?
Elle pense que Jacques est un nigaud, que le vieillard s’est moqué de lui
Elle attendait que Jacques rapporte de l’argent et il ne rapporte qu’un haricot.
Elle pense comme Jacques au début : « Même pas de quoi faire une soupe ! ».
Elle pense que le vieillard est un voleur, qu’il a raconté une histoire à Jacques pour prendre
la vache sans la payer
Elle pense que Jacques croit n’importe quoi.
Les élèves écrivent leur réponse au brouillon. Vérification, aide de l’enseignant.
Puis écriture sur le cahier.
5. Que devient le haricot ? J’entoure ce que j’ai compris.
Travail individuel : La mère de Jacques le jette.
6. Pourquoi le haricot a-t-il poussé pendant la nuit ? J’écris ce que je pense.
Discuter : le texte ne le dit pas. Il faut l’imaginer. On a déjà eu des idées en lisant le texte. On
peut en imaginer d’autres. Par exemple :
- Le vieillard est venu planter le haricot.
- Le haricot est magique, il peut pousser n’importe où.
- Le haricot est tombé, par chance, à un bon endroit pour pousser. Il s’est planté tout seul.
- Jacques a rêvé à son haricot. Alors, dans son sommeil, il est sorti de sa chambre,
il l’a ramassé et il l’a planté juste sous sa fenêtre.
- La mère s’est dit que, si l’histoire de Jacques était vraie, elle avait fait une bêtise. Elle a
cherché le haricot qu’elle avait jeté, et elle l’a planté pour voir.
Etc.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


187
Coccinelle CE1 Unité 5

Les élèves rédigent leur réponse au brouillon. Vérification. Aide de l’enseignant.


Puis écriture sur le cahier.

7. Un élève a recopié un morceau du texte. Il a fait sept erreurs. Je les entoure.


Je me sers du livre (page 56) seulement si j’en ai besoin.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


188
Coccinelle CE1 Unité 5

Rédaction J’écris un dialogue Cahier p. 72


Objectif : faire des écrits intermédiaires et produire un dialogue

Sur le livre ou au TBI


- Présenter l’objectif et observer le support. On a appris deux choses sur les dialogues :
- à alterner les prises de parole
- à indiquer la prise de dialogue par un tiret.
Aujourd’hui vous allez écrire un dialogue vous-mêmes.
L’histoire existe déjà, c’est la bande dessinée en quatre images. La première bulle est
rédigée. Lisez-la.
Observez les lignes d’écriture en bas : Ce sont les trois mêmes phrases. Elles tiennent sur
une même ligne. Pourquoi y a-t-il un seul tiret ? Parce que c’est le même personnage, Noé,
qui les a dites.

Qu’arrive-t-il à Lisa et Noé ?


Raconter collectivement l’histoire à partir des images.
L’enseignant note au tableau des mots ou expressions qui serviront de ressources
aux élèves pour rédiger leur dialogue.
Image 1
Lisa et Noé sont dans le jardin public. Lisa est assise sur un banc, elle a commencé
son gouter. Noé lui propose de jouer car il n’a pas faim. Il pose son gouter sur le banc.
Image 2
Ils courent. Est-ce encore leur banc que l’on voit sur l’image ? Non : pas de gouter dessus.
Et derrière ce banc, trois troncs d’arbres, alors que derrière leur banc, il n’y a que deux
troncs d’arbres. Donc ils ont déjà bien couru. Que peuvent-ils se dire ?
Image 3
Ils font de l’équilibre sur une poutre. Qui semble très à l’aise ? Qui semble sur le point de
perdre l’équilibre ? Que peuvent-ils se dire ?
Image 4
Les voilà de retour à leur banc. Qu’est devenu leur gouter ? Qui s’en est occupé ?
Que peuvent-ils se dire ?

Exemple en classe
image 2 : On fait le tour du parc en courant.
D’accord on fait la course.
image 3 : Est-ce que tu sais tenir sur un pied ?
Aïe, je vais tomber !
image 4 : Oh non ! Regarde ! Nos gâteaux !
Les oiseaux se régalent.

Les élèves travaillent par deux Ils jouent les scènes et en même temps sont attentifs à ce
qu’ils se disent : Tiens, voilà une phrase qui irait bien. Ils les notent sur un brouillon pour
choisir ensuite.
La phrase doit être courte pour tenir dans la bulle.
Vérification et aide de l’enseignant. Les élèves recopient les phrases dans les bulles.
Écriture du dialogue en ligne :
Rappeler le travail fait sur la BD du livre et le conseil de la coccinelle :
- aller à la ligne chaque fois que quelqu’un prend la parole
- mettre un tiret au début de la ligne avant de commencer la phrase.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


189
Coccinelle CE1 Unité 5

À haute voix Je lis de mieux en mieux Cahier p. 73


Objectif : travailler trois aspects de la lecture à haute voix :
- le respect des liaisons
- le repérage de la ponctuation et la maitrise des groupes de souffle.
- l’attention exacte au texte

 Je m’entraine à faire les liaisons.


- Lire une première fois les groupes de mots sans liaison. Comparer avec l’oral :
comment dit-on quand on parle ?
- Observer les deux lignes : la petite flèche entre les mots montre la liaison entre
le déterminant ou un autre mot qui se termine par une consonne et le mot suivant qui
commence par une voyelle.
Ici, le premier mot se termine par la lettre n ; le nom commence par une voyelle (a, o).
La liaison fait entendre le son /n/ de la lettre n à la fin du premier mot.
 Je trace les liaisons, puis je lis à haute voix.
- Lire la première ligne. On reconnait la situation : le premier mot se termine par la lettre n,
le deuxième commence par une voyelle. Ce sont des liaisons avec le son /n/.
Les mots permettent de généraliser : ici, on a, o, i, é.
Tracer les liaisons. Lire à haute voix.

Je trace les liaisons, puis je lis à haute voix.


On reconnait la situation pronom de conjugaison + verbe.
Tracer les liaisons. Lire à haute voix.

 Je retrouve les phrases dans mon livre, page 56.


Je place les virgules. Puis je lis à haute voix.
Observer le texte : les liaisons sont indiquées.
Il faut indiquer par une virgule les endroits où l’on fera une petite pause.
Retrouver le texte p. 56 du livre. Copier les virgules à leur place sur le cahier.

 Dans chaque phrase, il manque un mot.


Je trace une croix à l’endroit où il manque et je l’écris.
Lecture silencieuse puis à haute voix. Si les élèves lisent spontanément le mot qui manque,
le faire remarquer :
quand on comprend bien ce qu’on lit,
on corrige le texte, on ne voit pas
l’erreur.
Lire lentement, exactement,
bien écouter ce qu’on lit.
Quel mot manque ? Où va-t-il ?
Lire et commenter le conseil de la coccinelle.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


190
Coccinelle CE1 Unité 6

UNITÉ 6
LIVRE

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


191
Coccinelle CE1 Unité 6

Lecture Jacques et le haricot magique (6) livre p. 60

Pour commencer :
- Présenter la lecture : c’est la deuxième partie de l’histoire.
Elle comprend cinq chapitres, comme la première.
Récapituler la première partie jusqu’à la fin : Jacques arrive au pied d’un château
magnifique.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER 1. Jacques et une dame, l’habitante du château, la
1. Qui sont les personnages ? châtelaine. Elle a de beaux vêtements. Elle porte des
bagues, une coiffe sur la tête.

2. Où sont-ils ? 2. À une porte du château, entrouverte. Sur la porte,


deux énormes têtes de lion.
3. Que font-ils ? 3. Ils parlent. Elle tient la porte entrouverte.

Observer et interpréter
ASSOCIER DES ATTITUDES,
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES

4. À votre avis, que se disent-ils ? 4. Il demande peut-être à qui appartient ce château.


Que pensent-ils ? La belle dame le regarde. Elle est sans doute étonnée de
la présence de Jacques. Elle a l’air un peu triste. On dirait
qu’elle a peur. Elle ne sait pas qui est Jacques, ce qu’il
veut. Elle se demande comment il a découvert son
château, comment il est arrivé là.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé.
Premiers échanges : La lecture répond-elle aux questions que l’on s’était posées ?
On apprend qui est la dame : la femme d’un ogre terrible.
- Qu’apprend-on de plus, que l’illustration ne montre pas ? Tout ce qu’ils se disent ;
on ne pouvait pas le deviner à partir de l’image.

- Texte entier, livre ouvert


Essayez de redire l’histoire avec vos mots.
Préparation de la lecture des élèves
Expliquer les mots  Repérer les mots surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils
difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.

Repérer les  Identifier le tiret, qui indique la prise de parole.


différents Jacques – la femme de l’ogre
locuteurs

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.

3. Lecture silencieuse des élèves, puis lecture à haute voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


192
Coccinelle CE1 Unité 6

4. Oral collectif de compréhension


1. Où est Jacques maintenant ? 1. Il est arrivé au bout de la tige du haricot, au pied d’un
RASSEMBLER DES INFORMATIONS château magnifique. Il est à la porte du château.
EXPLICITES

2. pourquoi Jacques a-t-il faim ? 2. Rappeler les chapitres précédents :


FAIRE LA SYNTHÈSE D’INFORMATIONS Épisode 4 : sa maman en colère l’envoie au lit sans
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE manger pour le punir d’avoir échangé la vache contre un
haricot.
Épisode 5, Jacques se réveille avec la faim au ventre. Or il
voit la tige et monte, monte, monte tout de suite, sans rien
manger. Et il marche, marche, marche longtemps avant
d’arriver au château.
Il est donc normal qu’au chapitre 6, Jacques ait très faim.
Il n’a pas mangé depuis longtemps, et il a fait beaucoup
d’efforts.

3. Jacques est-il vraiment perdu ? 3. Jacques connait parfaitement le chemin qu’il a suivi.
INFÉRER Même s’il est dans un territoire tout à fait inconnu, même
s’il ne sait pas où il est arrivé, son chemin est simple. Le
rappeler : la tige qui mène de sa maison au nuage, et qui
débouche sur une route qui mène directement au château.
Pourquoi dit-il qu’il est perdu ? Il ne sait pas où il est. Peut-
être pense-t-il qu’il est interdit d’arriver jusqu’à ce
château ? Peut-être est-il un peu honteux de sa curiosité :
et si cette femme le trouvait impoli ? Peut-être pour faire
pitié : il espère ainsi obtenir un peu à manger.

4. La femme de l’ogre est-elle 4. La femme de l’ogre est bonne avec Jacques.


méchante ? Trouve dans le texte - ce qu’elle dit : malheureux, mon pauvre enfant : elle a
les mots qui permettent de pitié de Jacques. Elle sait qu’il risque d’être dévoré.
répondre - ce qu’elle ressent : la femme a pitié de Jacques.
DÉGAGER DES INFORMATIONS - ce qu’elle fait : elle va lui donner à manger : Je vais te
EXPLICITES donner un peu de lait et de pain.

5. À ton avis, pourquoi la femme de 5.- Elle est mariée à un ogre ; elle est triste d’avoir un mari
l’ogre a-t-elle l’air triste ? cruel.
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE - Son mari dévore les enfants. Elle n’a peut-être pas
ET INTERPRÉTER d’enfants, ou elle a eu des enfants et son mari les a
dévorés. Elle est triste de voir un enfant et de penser qu’il
va être mangé.

5. Reprise de l’activité : lecture à plusieurs voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


193
Coccinelle CE1 Unité 6

Étude du code Le son /é/ comme au début d’étoile livre p. 61

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /é/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- assurer la - Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien
compréhension avec l’illustration. Repérer l’araignée, le panier, le cahier, l’ogre géant.
de la comptine
1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
Rechercher le son tu entends le son /é/ comme au début d’étoile.
- Pour chaque mot trouvé, chercher immédiatement le nombre de
– analyser syllabes : les frapper, ou les compter sur les doigts, ou les tracer
sur l’ardoise à mesure.
- Inscrire le mot dans le tableau. Représenter chaque syllabe par une vague.
- Rechercher oralement d’autres mots qui contiennent le son /é/.
– discriminer
le son
2. Continue ton tableau :
à l’intérieur de - Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
la syllabe - Entoure les lettres qui écrivent le son.
- rechercher la lettre ou les lettres qui écrivent le son /é/. Les entourer.

Observer l’écrit 1 syllabe 2 syllabes 2 syllabes 3 syllabes 3 syllabes


Identifier la nez cahier méchant poésie cheminée
graphie
∪ UU UU UUU UUU
- analyser la relation
panier voulez dessiné dévorer
phonème –
graphème UU UU UUU UUU
idée venez araignée regarder
UU UU UUU UUU
côté diner
UU UU
géant
UU
Chaque élève recopie les mots dans son tableau des graphies.

Note : la forme verbale j’ai se prononce /Gé/, comme dans je marcherai.


Cette écriture du son /é/ n’est pas étudiée au CE1.

- classer Rassembler les écritures sur une grande feuille.


les écritures é er ez ée e
côté cahier nez idée dessiné
gênant panier voulez araignée
méchant diner venez cheminée
poésie dévorer
dessiné regarder
dévorer
- Recopier quelques mots dans le tableau des graphies.

Lire les mots de référence.


Lire les mots outils. Les épeler. Identifier l’écriture du son /é/.
Les copier pour les mémoriser.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


194
Coccinelle CE1 Unité 6

Lecture Jacques et le haricot magique (7) livre p. 62

Pour commencer :
- Lire le titre : C’est le chapitre 7.
- Demander aux élèves de raconter le chapitre précédent.
L’enseignant relit ensuite la p. 60.
1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.
Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
1. Qui sont les personnages ? 1. Jacques et la femme de l’ogre. Au fond on voit des
bottes et une porte qui s’ouvre. Sans doute le mari, l’ogre.

Où sont-ils ? 2. Dans une pièce du château. Les portes marron ne sont


pas celles qui ouvrent sur le dehors : celles-ci n’avaient
pas de battant. Et les portes qui encadrent les bottes ne
sont pas non plus celles qui ouvrent sur le dehors : elles
sont bleues, et derrière elles, on voit du carrelage. On est
donc très à l’intérieur du château, peut-être dans la
cuisine.

Que font-ils ? Jacques mange du pain et boit du lait, accoudé


à une table. C’est donc peut-être la cuisine.
La femme de l’ogre ouvre la porte d’un four.

Observer et interpréter La femme de l’ogre regarde en arrière, l’air apeuré. Elle


ASSOCIER DES ATTITUDES, voit arriver quelqu’un, sans doute son mari. Jacques
DES ÉMOTIONS ET DES PENSÉES
semble inquiet de ce qui se passe derrière lui.
2. Que ressentent les Ce qui se dégage, c’est la crainte, la peur.
personnages ?
C’est sans doute l’ogre qui arrive. Peut-être Jacques va-t-il
ANTICIPER
se cacher. Peut-être va-t-il être fait prisonnier et mis de
côté pour être mangé plus tard.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : La lecture correspond-elle à ce que nous avions imaginé ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Ouvrez votre livre, je vais relire. Nous discuterons vos réponses après.
- Texte entier, livre ouvert ou TBI.

Préparation de la lecture des élèves


Expliquer les mots  Repérer les mots surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils
difficiles comprennent. Confirmer ou corriger en lisant l’encadré du lexique.

Repérer le - l’ogre (une énorme voix ; l’ogre)


narrateur et les - sa femme
différents locuteurs

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


195
Coccinelle CE1 Unité 6

3. Lecture silencieuse puis à haute voix des élèves.


4. Oral collectif de compréhension
1. Qui fait un énorme bruit ? Qui 1. On comprend que c’est l’ogre, et c’est vérifié au milieu
prononce des mots terribles ? du texte : Juste à ce moment l’ogre entre dans la cuisine.
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE Repérer les mots qui montrent comment parle l’ogre : une
énorme voix… ; Il hurle et trois points d’exclamation dans
sa première réplique :
- Oh, oh ! je sens l’odeur de la chair fraiche ! je sens une
odeur de petit garçon !

2. Pourquoi la femme de l’ogre 2. Écarter les interprétations par la peur qui rend muet.
ne parle-t-elle pas ? La femme de l’ogre a décidé de cacher à l’ogre la
INFÉRER présence de Jacques. Si elle lui parlait, peut-être que
l’ogre l’entendrait. Alors que fait-elle ? Que fait-elle
comprendre à Jacques ? Si elle lui avait parlé en
murmurant, que lui aurait-elle dit, au lieu de simplement
montrer ? Chut, cache-toi vite dans le four.

3. Si elle disait la vérité à son mari, il mangerait Jacques.


3. Pourquoi dit-elle ensuite un Elle doit mentir pour le sauver.
mensonge ? Pourquoi choisit-elle ce mensonge-là ?
DÉGAGER UNE INFORMATION - L’ogre a senti une odeur de chair bonne à manger, il ne
IMPLICITE
faut pas essayer de lui faire croire qu’il a senti l’odeur de
fleurs ou du ménage, cela ne marcherait pas.
- L’ogre ne pense qu’à manger. En parlant des trois gigots,
elle trouve la meilleure façon de le ramener à ses plaisirs
habituels, de lui faire oublier de s’intéresser à cette odeur
nouvelle qu’il a fort bien détectée. C’est aussi pour cela
qu’elle lui dit : Mettez-vous vite à table.

4. Il est tout près de l’ogre : il est dans le four. La femme


4. Où est Jacques à la fin de ce de l’ogre a certainement refermé la porte du four.
chapitre ? D’après vous, que fait Jacques dans le four pendant que
INFÉRER
l’ogre mange ?
Il fait surtout attention à ne pas faire de bruit : ne pas
bouger, ne pas éternuer !

5. identifier la phrase qui permet de répondre :


5. À ton avis, Jacques a-t-il encore
Jacques avale sa première bouchée quand un énorme bruit
faim ?
… Nous avions compris dans le chapitre 6 que Jacques
INFÉRER À PARTIR DU TEXTE
INTERPRÉTER
avait bien des raisons d’avoir faim, les récapituler : sa mère
l’a privé de diner ; le matin il a tout de suite grimpé à la tige ;
il a marché longtemps sur la route dans le ciel.
Est-ce qu’une seule bouchée de pain peut calmer
une pareille faim ? non.
Mais : On peut penser qu’il n’a plus faim à cause de
l’énorme peur qu’il ressent. la peur a pu lui faire oublier
son ventre. Pendant qu’il se cache dans le four, espérons
que son ventre vide ne va pas se mettre à gargouiller !

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


196
Coccinelle CE1 Unité 6

Le son /g/ comme au début de gant livre p. 63

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /g/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien
- assurer la avec l’illustration. Repérer le dragon, sa longue langue, la glace,
compréhension la guitare,
de la comptine 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels
tu entends le son /g/ comme au début de gant.
Rechercher le son
- Pour chaque mot trouvé, chercher immédiatement le nombre de
– analyser syllabes : les frapper, ou les compter sur les doigts, ou les tracer
sur l’ardoise à mesure.
- Inscrire le mot dans le tableau. Représenter chaque syllabe par une vague.
- Rechercher oralement d’autres mots qui contiennent le son /g/.

– discriminer 2. Continue ton tableau :


le son - Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
à l’intérieur de - Entoure les lettres qui écrivent le son.
la syllabe - Rechercher la lettre ou les lettres qui écrivent le son /g/. Les entourer.

1 syllabe 2 syllabes 2 syllabes 3 syllabes 3 syllabes


Observer l’écrit grand dragon glace déguster kangourou
Identifier la
∪ UU UU UUU UUU
graphie
gant longue gare grimace déguisé
- analyser la relation
phonème – ∪ UU UUU UUU
langue UU
graphème
gronde garnement guitare
UU UUU
UU UUU
Chaque élève recopie les mots dans son tableau des graphies.
Rassembler les écritures sur une grande feuille.
g gu
grand gronde longue
gant déguster langue
dragon grimace déguisé
glace garnement guitare
gare kangourou

- classer Comparer les colonnes : quand faut-il écrire g ? Quand faut-il écrire
les écritures gu ? Repasser en couleur les lettres qui suivent les deux écritures.
Remarquer : gu dans déguster n’est pas une écriture du son /g/. Dans
déguster, on entend /gy/. Le son /g/ s’écrit avec la lettre g ; le son /y/
s’écrit avec la lettre u.

Lire les mots de référence.


Retrouver les lettres qui suivent les écritures du son /g/.
Recopier quelques mots dans le tableau des graphies.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


197
Coccinelle CE1 Unité 6

Lecture Jacques et le haricot magique (8) livre p. 64

Pour commencer :
- Demander aux élèves de raconter le début de cette partie.
- Puis l’enseignant relit les pages 60 et 62.
Sur cette page, on lit le chapitre 8.

1. Observer, décrire et interpréter l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER
1. Qui voit-on ? L’ogre et Jacques.
2. Où se passe la scène ? Dans la même pièce, la cuisine.
3. Que font les personnages ? L’ogre a fini de manger : on voit les restes, les os. Il s’est
endormi à table. Il serre un sac de pièces d’or dans son
bras ; il y a quelques pièces sur la table et il en tient une
dans la main. Jacques sort du four.
Observer et interpréter
INTERPRÉTER LES ATTITUDES Jacques sort en faisant très attention. Il est soulagé mais
Regarde Jacques sortir du four. inquiet. Il surveille attentivement l’ogre et il s’efforce de ne
À ton avis, que pense-t-il ? pas faire de bruit.

ANTICIPER Jacques va sans doute chercher à s’enfuir et à rentrer


chez lui. Mais il a vu des pièces d’or sur la table. Peut-être
qu’il va faire du bruit en essayant de les prendre et que
l’ogre se réveillera et l’attrapera ?

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.
Premiers échanges : La lecture correspond-elle à ce que nous avions imaginé ?
Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.
- Texte entier, livre ouvert.
Préparation de la lecture des élèves
Expliquer les  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties de
mots difficiles phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.
3. Lecture silencieuse puis à haute voix par les élèves.
4. Oral collectif de compréhension
1. Quelle est la berceuse qui endort 1. Une berceuse, lire l’encadré, c’est une petite comptine
l’ogre ? que l’on chante aux tout petits pour les endormir. Les
DÉGAGER UNE INFORMATION paroles sont simples et reviennent tout le temps : Dodo,
IMPLICITE l’enfant do, l’enfant dormira bien vite, Dodo, l’enfant do …
Pour les plus grands qui ont du mal à s’endormir, on leur
dit d’imaginer des moutons et de les compter : Un, deux …
L’ogre mange les moutons et compte ses pièces d’or, et
avec tout cela il s’endort. Sa berceuse, c’est de compter
ses pièces d’or avec son ventre bien garni.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


198
Coccinelle CE1 Unité 6

2. Faire le portrait de l’ogre : 2. Il aime manger, surtout les enfants. Il mange beaucoup,
qu’aime-t-il ? rapidement. Il mange tant et si vite que ça le fatigue.
INFÉRER Il aime son or : il sourit à ses pièces.
Aime-t-il sa femme ? On ne sait pas, mais il ne lui dit pas
bonjour, il n’a aucun mot gentil pour elle.

3. Pourquoi Jacques vole-t-il 3. Discuter toutes les propositions. Plusieurs convergent,


les pièces ? sont possibles ensemble.
- Sa mère et lui sont très pauvres, ils n’ont plus rien. Il vole
l’ogre pour apporter de quoi se nourrir à la maison.
- Le vieillard lui a échangé ce haricot magique contre
sa vache Blanchette. C’est peut-être une épreuve pour que
Jacques montre son courage. Peut-être que ce vieillard,
qui semblait tout connaitre de Jacques, avait-il tout prévu,
peut-être savait-il que Jacques trouverait des pièces pour
faire manger sa mère et lui ? Dans ce cas, Jacques peut
penser que cet argent est pour lui, que ce n’est pas un vol.
- L’ogre est une très vilaine personne : il mange
les enfants. Peut-être Jacques pense-t-il que ce n’est
pas mal de voler un ogre aussi méchant ?

4. À ton avis, que pense sa mère ? La mère de Jacques a toujours travaillé, et Jacques
travaillait aussi : il allait chaque jour au marché vendre le
lait de leur vache. Elle pense certainement que c’est mal
de voler. Mais la situation est différente de la vie ordinaire :
- Tu vois, c’est bien un haricot magique, lui dit Jacques.
C’est sans doute pour cela qu’elle accepte de dépenser
cet argent avec son fils.

5. Activités de suite
Par deux : Jacques et sa mère parlent à son retour.
- Jacques raconte ce qui lui est arrivé.
- Ils discutent sur l’emploi de cet or.
Laisser un temps de préparation aux élèves.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


199
Coccinelle CE1 Unité 6

GRAMMAIRE le nom masculin et le nom féminin livre p. 65


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : définir le genre du nom. Le lier au déterminant.
PRÉPARATION DU TABLEAU : - des mots bien connus des élèves, sans leur déterminant :
main – voyage – maison - lézard – vélo – pomme – gâteau – balançoire – chambre – chien
Le texte de la leçon du livre.
MATÉRIEL : Dix étiquettes avec les déterminants : cinq avec le, cinq avec la.
Préparation orale
- mobiliser la Les élèves lisent les noms au tableau. Il manque le déterminant.
compétence Ils proposent un déterminant pour chaque nom et l’écrivent devant le nom.
orale
Au tableau. Lire le texte.
1. Quel déterminant vois-tu devant les noms en bleu ?
- manipuler les Peux-tu remplacer ce déterminant par une ? Explique ta réponse.
classes de
Faire pratiquer l’essai, même si les élèves sont convaincus. Les rassurer
déterminants
substituables
sur l’impossibilité d’expliquer autrement que par : On ne dit pas comme
cela. C’est la seule véritable explication.
2. Quel déterminant vois-tu devant les noms en orange ?
Peux-tu remplacer ce déterminant par un ? Explique ta réponse.
Même démarche et même conclusion.
3. Par quel déterminant peux-tu remplacer l’ devant le nom ogre ?
Par quel déterminant peux-tu remplacer l’ devant le nom odeur ?
Utiliser la procédure de substitution sur d’autres noms bien connus
- apprentissage des élèves : l’école ; l’étoile ; l’éclair ; l’auto ; l’abricot ; l’âne
et validation de un ogre – une odeur.
la procédure
Lire le Je retiens.
Activités de suivi :
- nommer et - écrire au tableau des noms inconnus des élèves, avec leur déterminant.
définir le Ils font l’expérience qu’ils peuvent savoir si ces noms sont masculins ou
masculin et le féminins même sans connaitre leur signification.
féminin Exemples : la prosopopée ; le bugle ; le lamier ; la targette.

- trier  Je recopie les noms masculins.


ton coin (ton peut introduire un nom féminin, donc nécessité d’appliquer
la procédure de substitution) – le lieu – ce pays – un espace – le ciel
 Je recopie les noms féminins.
la rentrée – cette année – une saison – une heure – la minute
- mobiliser la
compétence  J’écris un déterminant devant les noms.
orale Tous les déterminants sont possibles. Tous doivent être au singulier.
 Je complète le groupe nominal : j’écris un nom.
Inviter les élèves à contrôler l’orthographe en retrouvant le nom auquel
ils pensent sur leur livre ou cahier.
- exercer la  Je remplace l’ par un ou une.
procédure
une aventure – une aile – un homme – un oncle – un arrêt – une oreille –
un océan – une ile – un animal – une assiette – un os – un ordre
 Je classe les groupes nominaux.
masculin : l’hôpital – l’arbre – l’agent – l’oiseau – l’hôtel – l’exemple -
féminin : l’idée – l’eau – l’école – l’année – l’ombre – l’histoire

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


200
Coccinelle CE1 Unité 6

Lecture Jacques et le haricot magique (9) livre p. 66

Pour commencer :
Situer le texte : c’est l’avant-dernier chapitre de l’histoire.
- Demander aux élèves de raconter le début de cette partie.
- Puis l’enseignant relit les pages 60, 62 et 64.

1. Observer et décrire l’illustration. Sur le livre ou le TBI.


Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER Jacques qui redescend à grandes enjambées le long
1. Qui voit-on ? Que voit-on ? de la tige du haricot. Il tient sous le bras une poule, qu’il a
2. Que font les personnages ? sans doute prise dans le ciel, dans le château de l’ogre. Il
est presque arrivé chez lui.
Sa mère l’attend devant la porte.
Observer et interpréter
INTERPRÉTER LES ATTITUDES
3. À ton avis pourquoi Jacques Jacques a l’air satisfait. Il rapporte quelque chose de chez
sourit-il ? l’ogre.

ANTICIPER À la fin du chapitre 8, Jacques et sa mère avaient dépensé


tout l’argent volé à l’ogre. Peut-être Jacques est-il allé
rechercher de quoi manger ? Sa maman va peut-être faire
cuire la poule.

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
- Pour bien comprendre, pendant que je lis, vous essayez de faire un film dans votre tête.
Je lirai lentement, pour que vous ayez le temps de faire ce travail dans votre tête.

Premiers échanges : Qu’est-ce que cette poule a de particulier ?


Ne pas chercher à tout reconstituer, prendre acte des réponses sans les évaluer.

- Texte entier, livre ouvert.


Si la classe dispose du TBI, on pourra surligner de couleurs différentes les différentes énonciations.

Préparation de la lecture des élèves


Expliquer les mots  À mesure de l’avancée de la lecture, repérer les mots ou parties
difficiles de phrases surlignés. Demander aux élèves ce qu’ils comprennent.
Confirmer ou corriger en lisant l’encadré de lexique

Identifier les voix : le narrateur, l’ogre, la femme de l’ogre,


Repérer le narrateur
et les différents le narrateur, l’ogre.
locuteurs Avant-dernière ligne : le narrateur reprend après
- Au voleur !

Lire en réalisant les intonations


Faire le lien entre - liées à la ponctuation : les exclamations de l’ogre
texte et intonation - liées au texte : la femme de l’ogre a une voix apaisante. Elle sait
qu’elle calme son mari en lui parlent de son repas.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette partie de l’histoire avec vos mots.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


201
Coccinelle CE1 Unité 6

3. Lecture des élèves, d’abord silencieuse, puis à haute voix.


4. Oral collectif de compréhension
1. À ton avis, comment Jacques 1. Le texte ne donne aucune raison de penser que
remonte-t-il au château ? Jacques ait pris un autre chemin que celui qu’il connait
INFÉRER UNE INFORMATION LIÉE AU déjà. Il va d’ailleurs dans le même endroit, au château.
TEXTE Enfin, on le voit redescendre par la tige, c’est donc qu’il
reprend le chemin déjà fait une fois.

2. Ce jour-là, 2.
- la femme de l’ogre sait-elle que - Rechercher la phrase du texte qui permet de répondre :
Jacques est dans le four ? En cachette, il s’installe dans le four.
DÉGAGER UNE INFORMATION C’est lui qui se cache, on ne dit pas du tout que la femme
IMPLICITE de l’ogre l’a vu ni aidé. Donc : elle ne sait pas qu’il est là.
- Réfléchir sur ce qu’est un mensonge : dire quelque chose
- la femme de l’ogre dit-elle un alors qu’on sait très bien que ce n’est pas vrai. C’est vrai
mensonge ? qu’elle a cuisiné un veau pour son mari. Et elle ignore que
Jacques est tout près. Donc : elle se trompe, son mari a
raison de sentir l’odeur de chair fraiche, mais elle ne dit pas
de mensonge.

Quand s’endort-il heureux ? Après avoir mangé un veau


3. Pourquoi l’ogre s’endort-il entier, et avoir caressé sa poule aux œufs d’or.
heureux ? Son bonheur, c’est sa nourriture et sa fortune. Rappeler le
DÉGAGER UNE INFORMATION
chapitre 8, les gigots et la jolie berceuse des pièces d’or.
IMPLICITE
Inviter les élèves à formuler aussi ce qui n’est pas explicite
4. Tu es Jacques. Raconte à dans le texte : ses émotions, caché dans le four, puis quand
ta mère ce qui t’est arrivé. il entend la femme de l’ogre dire qu’il n’y a pas d’enfant à
SYNTHÉTISER - REFORMULER
manger, enfin au moment où l’ogre se réveille et hurle.

Reprise de l’activité : lecture à plusieurs voix.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


202
Coccinelle CE1 Unité 6

CONJUGAISON Le présent du verbe avoir livre page 67

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : prendre conscience de sa compétence orale pour découvrir


les formes conjuguées du verbe avoir au présent de l’indicatif et contrôler leur écriture.
PRÉPARATION DU TABLEAU : le tableau des pronoms personnels construit à l’unité 5
à compléter par les élèves :
MATÉRIEL : le tableau de conjugaison du verbe être établi en classe à l’unité 5.
Pour commencer.
- mobiliser ses - Afficher le tableau :
connaissances Au début de la séance, les élèves ont sous les yeux la partie gauche
pour continuer du tableau : je parle de moi, je parle à quelqu’un, etc.
d’apprendre
Dans l’activité 1, de rappel des connaissances, on écrira pour chaque
ligne le pronom correspondant (en gras dans le tableau ci-dessous)
Dans la situation d’apprentissage, on écrira les formes conjuguées
du verbe avoir (en italique dans le tableau ci-dessous).

je parle de moi je , j’ai


je parle à quelqu’un tu as
je parle de quelqu’un ou de quelque chose il a
je parle de quelqu’un ou de quelque chose elle a
je parle de mon groupe nous avons
je parle à plusieurs personnes vous avez
je parle de plusieurs ils ont
je parle de plusieurs elles ont
- expliciter l’emploi
des pronoms de - Quel est le pronom que j’utilise quand je parle de moi ? Quand je
conjugaison parle à quelqu’un ? Etc. ?
- Compléter le tableau des pronoms.
Présenter l’objectif : Nous avons appris à conjuguer le verbe être.
Nous allons faire le même travail avec un autre verbe très fréquent
dans la langue française.
2. La situation d’apprentissage
- construire le - Sur le livre ou au TBI : découvrir l’ensemble, une planche de bande
tableau de dessinée. Six images. Dans les bulles, certains mots sont en gras.
conjugaison - Observer la BD vignette par vignette.
Première image. Que voit-on ? Deux enfants. La fille avec la queue-de-
cheval parle au garçon.
Lire la bulle.
- Repérer les groupes de mots en gras. Identifier les pronoms de
conjugaison : j’ pour je, tu.
Vérifier l’équivalence de j’ et de je en variant les verbes,
je marche, je parle, mais : j’observe, j’imagine, j’ai, j’espère, j’utilise
Conclure : je devient j’ devant une voyelle.
Vérifier sur l’image l’exactitude de ce qu’elle dit : deux tortues près
d’elle, un chat dans les bras du garçon.
- Identifier les situations d’énonciation :
• elle parle à quelqu’un : tu
• elle parle d’elle-même : j’
Reporter les formes conjuguées du verbe avoir en face des pronoms
au tableau.
Deuxième image. Que voit-on ? Deux enfants. Aucun ne parle, il n’y a
pas de bulle. Il y a une phrase, qui donne une information sur chaque
enfant.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


203
Coccinelle CE1 Unité 6

- Identifier la situation d’énonciation :


• parler de quelqu’un : il ou elle.
Vérifier sur l’image l’exactitude de la légende.
Reporter dans le tableau les formes conjuguées du verbe avoir.
Troisième image. Que voit-on ? Les quatre enfants. Un seul parle, il y
a une bulle, mais ce qu’il dit est vrai aussi des autres : nous.
- Identifier la situation d’énonciation :
• parler de soi et d’autres formant un groupe : nous.
Quand ils mettent tous leurs animaux ensemble, cela fait un zoo.
Reporter dans le tableau la forme conjuguée du verbe avoir.
Quatrième image. Que voit-on ? Un des quatre enfants parle
à d’autres enfants. Ils sont devant une cabane, ils viennent visiter
le zoo : vous.
- Identifier la situation d’énonciation :
• parler à plusieurs personnes en même temps : vous.
Reporter dans le tableau la forme conjuguée du verbe avoir.

Cinquième image. Qui voit-on ? Les visiteurs du zoo, devant les


tortues de la fille à la queue de cheval.
Identifier la situation d’énonciation :
Qui parle ? La fille qui présente les tortues.
De quoi parle-t-elle ? Elle parle de ses tortues : elles.
Sixième image : Qui voit-on ? Les quatre enfants du début, et leurs
animaux. Ils ne parlent pas. Comme pour la deuxième image, il n’y a
pas de bulle. Il y a deux phrases qui parlent des animaux : ils
- identifier
Reporter dans le tableau les formes conjuguées du verbe avoir.
les formes
orthographiques
à mémoriser 1. Joue la scène avec tes camarades.
Combien faut-il d’élèves pour jouer la scène ?
- les enfants qui parlent : deux
- ceux qui ne parlent pas, mais qui sont dans le groupe : deux
- les visiteurs qui ne parlent pas ; on leur parle : quatre
- un narrateur, celui qui n’a pas de bulle, qui dit il, elle, ils, elles.
2. Puis cherche l’infinitif du verbe conjugué en gras.
- Les élèves auront sans doute repéré l’indication du verbe avoir
dans le titre. Le confirmer. On vient d’écrire toute la conjugaison du
verbe avoir au présent.
Lire le Je retiens
Vérifier que l’on retrouve toutes les formes déjà au tableau.
Récapituler et prendre conscience : on sait dire ces phrases ; quand
on lit, on comprend.
À quoi faut-il faire attention ? À l'orthographe de la conjugaison
du verbe avoir.
Reprendre chaque forme et l’épeler.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


204
Coccinelle CE1 Unité 6

Lecture Jacques et le haricot magique (10) livre p. 68

Pour commencer :
- Lire le titre : Sur cette page, on lit le dernier chapitre de l’histoire.
- Demander aux élèves de raconter le début de l’histoire.
- Puis l’enseignant relit les pages 50, 52, 54 et 56 et 58.
1. Observer, décrire et interpréter les illustrations. Sur le livre ou le TBI.

Observer et décrire
ANALYSER ET NOMMER

Qui voit-on ? Jacques et sa mère. Dans le pré, une vache blanche


broute. Sur le canapé, auprès de Jacques, la poule
aux œufs d’or.
Où sont-ils ? Que font-ils ? Ils sont dans une maison, leur maison sans doute.
Jacques semble dormir, la tête sur les genoux de sa mère
qui lui caresse les cheveux.
Peut-être écoute-t-il de la musique ? On voit une harpe sur
la table, et des notes de musique qui en proviennent.
Pourtant personne n’en joue.
Observer et interpréter
INTERPRÉTER LES ATTITUDES
p. 48 : ils sont dans les bras l’un de l’autre, comme ici,
4. Compare le visage de Jacques
mais ils sont tristes. Ils ferment les yeux parce qu’ils ont de
et de sa maman, p. 48 et ici.
la peine.
Qu’est-ce qui a changé ?
Ici, ils sont tranquilles, ils ferment les yeux parce qu’ils sont
bien, ils n’ont plus de soucis.
ANTICIPER
La poule aux œufs d’or a apporté la sécurité à Jacques
et sa mère. Ils ont pu racheter une vache, on la voit dans
le pré. A-t-il acheté cette harpe qui joue toute seule ?
Ou bien est-elle magique elle aussi ?

2. Lectures de l’enseignant
- Texte entier, livre fermé. Pour introduire cette lecture, dire :
Nous arrivons à la fin de l’histoire.
Premiers échanges : Le texte a-t-il répondu aux questions que nous nous sommes posées
à partir de l’illustration ?
- Texte entier, livre ouvert.

Préparation de la lecture des élèves


Expliquer les  Un seul mot difficile : vibrer. Annoncer qu’à l’unité 8 un texte
mots difficiles documentaire apportera des informations sur les sons et la vibration.

Après la lecture : fermer le livre. Essayez de redire cette fin de l’histoire avec vos mots.

3. Lecture à haute voix des élèves.

4. Oral collectif de compréhension


1. « Tout se passe comme 1. Situer le moment : Que se passe-t-il entre le moment où
d’habitude ». Explique comment il arrive au château par « ce chemin qu’il connait si bien
cela se passe. maintenant » et le moment où l’ogre s’endort ?
EXPLICITER L’IMPLICITE Jacques se cache dans le four et il attend que l’ogre arrive,
mange et s’endorme.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


205
Coccinelle CE1 Unité 6

Et ensuite, est-ce aussi comme d’habitude ?


Établir que oui : l’ogre s’endort après avoir bien mangé.
Chaque fois, pour s’endormir, il prend un objet
extraordinaire qui lui appartient. Et chaque fois, Jacques
s’empare de cet objet merveilleux : les pièces d’or, puis la
poule aux œufs d’or, enfin cette harpe.

2. À ton avis, pourquoi l’ogre est-il Discuter toutes les propositions et les hiérarchiser :
fou de rage ? - Il tient à sa harpe.
FORMULER UNE INFORMATION - Cela fait trois fois qu’il se fait voler.
IMPLICITE - Il se fait voler pendant les moments où il a pu se croire
heureux et profiter de ses biens et de sa fortune bien
tranquillement.
- Son orgueil est atteint : lui qui certainement se croit le
plus puissant, il se retrouve volé chez lui presqu’à sa barbe
et à son nez, pendant qu’il dort. Cela le vexe, et le rend fou
de rage.
Le texte ne dit pas s’il a vu que son voleur est un enfant.
Mais quand il le poursuit, il doit s’en rendre compte. Cela
augmente sa rage : lui, le mangeur d’enfant, se retrouver
plus faible qu’un enfant rusé et courageux, cela le rend fou
furieux.

3. À ton avis, comment l’ogre Établir toutes les possibilités :


trouve-t-il le chemin de Jacques ? - Il se réveille parce que le vent fait vibrer les cordes de
DÉGAGER UNE INFORMATION l’instrument. Or Jacques court vite, donc la harpe doit
IMPLICITE produire beaucoup de sons. Donc l’ogre peut trouver le
chemin de Jacques en suivant le son de la harpe.
- Nous savons que pour aller au château, Jacques suit
une route qui mène du bout de la tige jusqu’au château.
L’ogre a pu avoir l’idée de suivre cette route lui aussi. Il le
voit peut-être même courir loin devant lui.

4. Discute avec tes camarades : que Aider les élèves à élaborer leurs pensées. Plusieurs plans
pensez-vous de la fin du conte ? sont à distinguer :
INTERPRÉTER - la fin de l’ogre et de la magie. Même la harpe n’est pas
tout à fait magique : le vent fait vibrer ses cordes, comme
pour une simple harpe de la vie réelle. La vache dans le
pré, et la simple maison de Jacques et sa mère, montrent
ce retour à une vie réelle, mais sans misère. Jacques et sa
mère ne vivent pas dans un château, malgré la poule aux
œufs d’or. Celle-ci semble avoir des sentiments aussi : elle
se trouve bien aux pieds de Jacques, calée contre un
coussin.
- Différencier la joie qu’apporte la musique des
satisfactions apportées par la nourriture et l’argent : elle ne
nourrit pas le corps mais apporte une joie intérieure que
l’or n’apportait pas à Jacques.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


206
Coccinelle CE1 Unité 6

VOCABULAIRE Le nom masculin et le nom féminin livre p. 69


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : approche de la formation des couples de noms masculins et
féminins par la dérivation
MATÉRIEL : les six étiquettes de la situation d’apprentissage
PRÉPARATION DU TABLEAU : un tableau de deux colonnes

Préparation orale
- Demander aux élèves de donner des noms d’objets dans
la classe, certains féminins, d’autres masculins.
- mobiliser la - Demander aux élèves si, quand ils parlent de leur classe ou de leur
compétence orale
école, ils disent qu’ils ont un maitre ou une maitresse ? un directeur
ou une directrice ?
Noter les mots en deux colonnes au tableau,
le, l’, un la, l’, une
le maitre la maitresse
le directeur la directrice

- observer,
comparer Sur le livre. Lire la consigne.
Pourquoi y a-t-il un nom différent pour chaque personne ?
pour chaque animal ?
- Observer les six photos. À chaque fois, deux personnes ou deux
animaux.
Pour chaque couple de personnes ou d’animaux, dire
- ce qui est commun : le même métier, la même activité, la même
espèce animale. Pour ami – amie : le même lien : l’amitié est ce qui
unit ce garçon et cette fille.
- ce qui est différent : garçon ou fille, homme ou femme, mâle ou femelle.
Noter à mesure les mots dans le tableau.
- Conclure : Il y a un nom quand on parle d’un homme, d’un garçon,
d’un animal mâle, un autre nom quand on parle d’une femme, d’une
fille, d’un animal femelle. Avec un nom différent pour chaque
personne ou pour chaque animal, on peut savoir si on parle d’un
garçon ou d’une fille, d’un homme ou d’une femme, d’un animal mâle
ou d’un animal femelle.
Les élèves connaissent-ils d’autres couples de noms ?
Les ajouter dans le tableau.
Exemples fréquents : un chat - une chatte ; un lapin - une lapine ;
un épicier - une épicière ; une poule – un coq ; un singe – une guenon ;
un chanteur, une chanteuse, etc.
Comparer les noms deux à deux : Comment sont-ils formés ?
- inférer le mode de On remarque que :
construction - Certains noms se ressemblent beaucoup ; ils ont une partie
commune ; c’est le début du nom. Les élèves viennent entourer les
parties communes dans chaque couple de noms.
un danseur – une danseuse
un boulanger – une boulangère etc.
- D’autres ne se ressemblent pas du tout : un cheval – une jument
(éventuellement un coq – une poule ; un singe, une guenon…)
- Pour acrobate, il n'y a pas de différence. On sait que c’est un homme
ou une femme seulement si on dit un acrobate ou une acrobate.
- Pour ami et amie, on voit la différence, mais on ne l’entend pas.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


207
Coccinelle CE1 Unité 6

- énoncer la règle
Lire la rubrique Je retiens
de construction - Vérifier que l’on y retrouve tout ce que l’on a observé.
- Commenter la première phrase : Pour les personnes, pour les
animaux… Ce n’est que pour les personnes et les animaux que l’on a
des couples de noms. Mais ce n’est pas pour tous les animaux : on ne
dit pas un fourmi, une fourmi…
- Revenir aux noms d’objets de la classe : la table est un nom féminin ;
il n'y a pas de nom masculin qui correspond. Il n'y a pas de nom
féminin pour le bureau. Etc.
 Je regarde comment le nom féminin est formé. Puis j’écris.
- approche
de la construction Pour chaque cas, faire formuler le procédé de formation.
des noms - un acrobate – une acrobate : rien ne change, sauf le déterminant.
par la dérivation un élève  une élève
un fleuriste  une fleuriste
un artiste  une artiste
un enfant  une enfant
un secrétaire  une secrétaire

- un marchand – une marchande : e s’ajoute au mot masculin.


On ajoute une syllabe au mot.
un marchand  une marchande
un voisin  une voisine
un avocat  une avocate
un ours  une ourse
- un directeur – une directrice : la syllabe teur devient trice.
On ajoute une syllabe au mot. di/rec/teur – di/rec/tri/ce
un acteur  une actrice
un lecteur  une lectrice
 Je regarde comment le nom féminin est formé. Puis j’écris.
Pour chaque cas, faire formuler le procédé de formation.
- un danseur – une danseuse : la syllabe seur devient seuse.
On ajoute une syllabe au mot. dan/seur – dan/seu/se
Dans l'exercice, c’est le nom féminin qui est donné, il faut donc
retrouver le nom masculin.
une chanteuse  un chanteur
une coiffeuse  un coiffeur
une vendeuse  un vendeur

- un chien – une chienne : ne s’ajoute au mot masculin.


La prononciation change beaucoup.
On ajoute une syllabe au mot : chien – chie/nne
une magicienne  un magicien
une comédienne  un comédien
une pharmacienne  un pharmacien
une gardienne  un gardien

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


208
Coccinelle CE1 Unité 6

ORTHOGRAPHE Les accents livre p. 70


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à contrôler l’accentuation de la lettre e.
Présenter l’objectif :
Rappeler aux élèves qu’ils savent que les sons /é/ et /E/ ne s’écrivent
pas toujours avec seulement la lettre e. Aujourd’hui on veut apprendre à
contrôler les accents sur la lettre e.
Lire l’encadré. Commenter : la lettre e peut se présenter de quatre
- récapituler les façons, une forme sans accent, et trois formes avec accent.
accents connus
Le ë n’est pas étudié au CE1. Il se peut que les élèves connaissent cependant
le mot noël.

- associer le nom de  Je classe les mots dans le tableau.


l’accent à son Dire aux élèves de ne pas se contenter de regarder, mais de toujours
écriture prononcer le mot en faisant attention à la syllabe qui contient la lettre e.
accent aigu : écrire – une épée – le départ – l’arrivée
accent grave : la lumière – une règle – une planète
accent circonflexe : la tête – une fenêtre – un rêve – un vêtement

- discriminer les  Je recopie seulement les mots qui contiennent è.


accents Orienter l’attention des élèves :
- ne pas se contenter de regarder, mais toujours aussi prononcer
le mot en faisant attention à la syllabe qui contient la lettre e ;
- ne pas recopier tous les mots où l’on entend le son / E/,
mais seulement ceux dans lesquels ce son est écrit par la lettre è.
la crème – une pièce – la colère – la rivière

- lier compétence  Je complète les mots avec é ou è.


orale et contrôle de
Orienter l’attention des élèves : prononcer les mots et chercher à bien
l’écriture
entendre la syllabe qui contient le son. Puis choisir l’accent et écrire.
la fumée – la télévision – un frère – un hélicoptère – une étagère
 J’écris les noms des trois dessins. Ils ont quatre lettres.
Ils contiennent tous ê. Seule la première lettre change.
tête – fête – bête
- prendre  Je place les accents dans les familles de mots.
conscience de la
régularité - Rappeler ce que l’on trouve dans tous les mots d’une même famille :
orthographique • une partie commune : on l’entend, on la voit, elle s’écrit toujours
dans les familles de de la même façon
mots • on comprend que l’on parle de la même chose.
• Si un mot se termine par une lettre muette, on l’entend souvent
dans un autre mot de la famille.
Ce qui importe pour cet exercice : la partie commune s’écrit toujours
de la même façon.
obéir – l’obéissance accélérer – un accélérateur
rêver – un rêve arrêter – un arrêt
déguiser – un déguisement décorer – la décoration – un décorateur
l’écriture – écrire - un écrivain un mélange – mélanger
la pêche – pêcher – un pêcheur réparer – une réparation – un réparateur
réveiller – le réveil une réponse – répondre
Lire le conseil de la coccinelle : c’est la règle pour l’exercice 6
- mettre en œuvre
une règle de  J’écris le féminin des noms de métier.
dérivation une bergère – une fermière – une épicière – une infirmière
une bouchère – une ouvrière
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
209
Coccinelle CE1 Unité 6

RÉDACTION Je fais parler les personnages d’une histoire livre p. 71


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à composer un texte comportant des dialogues
en s’appuyant sur les formes typographiques.

 Pour commencer
- Rappeler le travail déjà fait sur les dialogues : on a appris
- l’usage des tirets
- à identifier le personnage qui prend la parole
- à identifier ce que dit le narrateur.
- Présenter l’objectif : on va apprendre à mettre en forme un dialogue
dans un texte pour que le lecteur ne se perde pas pendant sa lecture.
 Sur le livre ou au TBI
- Lecture par le maitre du texte entier.
Poser la première question de l’activité 1 :
Qui sont les personnages ?
identifier Louis et son grand-père.
Annoncer que l’on va maintenant étudier comment le texte fait voir,
par des signes dans le texte, que c’est le narrateur qui raconte,
ou bien que des personnages prennent la parole.
- Observer le support.
Une histoire courte. Avec les fonds tramés on distingue quatre
parties : l’histoire racontée par le narrateur, puis un dialogue,
à nouveau le narrateur, pour une seule ligne, enfin le dialogue.
À droite du texte, on a identifié ces quatre parties du texte :
- l’histoire : ce que dit le narrateur.
- le dialogue : les échanges entre les personnages, les répliques.
À gauche du texte : le nom des marques de ponctuation qui aident
à savoir où on en est dans le texte.

Organiser l’avancée de la lecture des élèves en fonction des


parties d’une part, des prises de parole par les personnages d’autre
part. Leur faire repérer les marques typographiques à droite du texte à
mesure de la lecture.

 Élève 1 : le narrateur. Lire la première partie.


Comment montre-t-on que l’on passe de la narration, de l’histoire,
au dialogue ? Repérer :
- les deux points : à la fin de l’histoire
- les guillemets ouverts «, juste au début du dialogue.
 Élève 2 : le grand-père
 Élève 3 : Louis
Ils disent le dialogue. Leurs prises de paroles sont indiquées
par un tiret, marque que l’on connait déjà.
Notez que la première réplique n’est pas annoncée par un tiret.
Réfléchir : on a déjà les deux points et les guillemets ouverts,
on n’a pas besoin en plus d’un premier tiret.
Les guillemets fermés », juste à la fin du dialogue, avant que le
narrateur reprenne son récit

 Élève 1 : Reprise de la narration, de l’histoire. À la fin de son récit,


les deux points : qui annoncent un dialogue.
De nouveau les guillemets ouverts «

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


210
Coccinelle CE1 Unité 6

 Élève 3 : Louis
 Élève 2 : le grand-père
Enfin les guillemets fermés ».

1. Je lis cette histoire : L’arbre de grand-père


1. Qui sont les personnages ?
La question a été traitée dans la prise de connaissance du texte.
2. Qui prend la parole le premier ?
Retourner au texte, et identifier Grand-Père. On le sait par l’annonce
Grand-père … lui dit : «
3. Quelle est la première parole de Louis ?
Une question : Comment le sais-tu ?
4. Qui dit : Tu lui disais tes soucis ?
Même si les élèves savent la réponse par la compréhension
de l’histoire, repasser le chemin du suivi des répliques pour vérifier
la réponse : Louis.

2. Je joue le dialogue avec un camarade ou une camarade.


Composer plusieurs trios qui pourront présenter leur prestation.

3. Je regarde les signes en couleur : quels sont les nouveaux


signes de ponctuation ?
Récapituler : on connaissait déjà les tirets.
Mais on a découvert et compris le rôle des deux points et
des guillemets d’ouverture et de fermeture et du dialogue.

Lire le conseil de la coccinelle.


Y retrouver ce que l’on a appris aujourd’hui.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


211
Coccinelle CE1 Unité 6

UNITÉ 6
CAHIER D’ACTIVITÉS

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


212
Coccinelle CE1 Unité 6

Oral Jacques et le haricot magique Cahier p. 74

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : développer un chapitre narratif.


Réinvestir le lexique du texte et de la situation dans l’espace.
MATÉRIEL : cahier p. 74 ou projection de la page au TBI.
Situer le moment du conte illustré par ce dessin :
Jacques vient de se réveiller ; il voit devant sa fenêtre la tige du haricot magique ;
bien qu’il ait très faim, il se précipite. Il passe par la fenêtre et commence à grimper.
Que voit Jacques au-dessous de lui ?
Énumérer les éléments du paysage : il est déjà très haut, très loin ; tout est petit.
- sa maison, d’où part le haricot, en bas du dessin à gauche. Autour de sa maison, des
arbres ; derrière sa maison, d’autres maisons, des champs ; des arbres, au loin, des collines.
- un chemin part de sa maison. Il passe près d’un champ fermé par une clôture, une barrière,
où l’on voit un troupeau de vaches. Quelques-unes mangent de l’herbe ; d’autres boivent
dans une petite mare. Derrière la mare, on voit des arbres.
- Le chemin continue jusqu’à un carrefour. À ce carrefour, on voit une école. Le portail est
fermé. Des enfants jouent dans la cour. Il y a une horloge sur un bâtiment.
- En face de l’école, derrière une haie, un homme travaille dans un champ. Il conduit deux
chevaux. Il laboure peut-être. On voit des sillons tracés à côté de lui.
- Si l’on prend le chemin de gauche au carrefour, on passe à côté d’un petit bois,
puis on va vers les champs et les collines.
Insérer cette description dans le texte :
Nous allons enrichir le texte avec ce que nous venons de dire.
L’enseignant lit : Il attrape la tige et ; de feuille en feuille, il monte, monte, monte… Bien au-
dessus du toit de la maison, bien au-dessus de la plus haute cime des arbres. Au-dessous
de lui, il voit… Les élèves continuent.
Exemple en classe
Il voit les fermes derrière sa maison, les champs, les arbres, son ancienne école et les enfants qui
jouent dans la cour, les vaches qui broutent dans le pré, son voisin qui laboure son champ, et très loin
les collines, cachées par des petits nuages.

Que voit Jacques au-dessus de lui ?


- Le haricot qui continue à pousser ; des oiseaux ; des nuages ;
- Dans les nuages, il aperçoit une forme, qui ressemble à la tête d’un ogre. Il la regarde.
Il n’a pas peur, mais il se méfie.
Insérer cette description dans le texte.
Exemple en classe
Au-dessus de lui, il voit des oiseaux qui l’accompagnent, la tige du haricot continue de pousser, qui
grimpe vers les nuages. Dans un coin du ciel, un nuage a une drôle de forme : Jacques y voit la tête
d’un ogre. Il le regarde attentivement, mais il ne s’arrête pas. Il n’a pas peur.
Relire le texte avec les insertions de la classe. Enchainer avec la fin de la lecture p. 56
du livre.
Imagine : tu es Jacques sur la tige du haricot. Dis à quoi tu penses.
Noter les idées des élèves.
Jacques peut être curieux : où le haricot magique va-t-il l’emmener ?
Il se demande ce qu’il va trouver dans le ciel. Le vieillard lui a dit que le haricot allait pousser
jusqu’au ciel, mais il ne lui a pas dit ce qui allait se passer.
Il est peut-être inquiet : et s’il y avait vraiment un ogre dans les nuages ?
Il pense à Blanchette en voyant les vaches dans le champ au-dessous de lui.
Ma boite à mots : rassembler le lexique de la campagne : le pré, le champ, les sillons,
le bois, les arbres, la clôture, la barrière, la haie, la mare, le chemin.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


213
Coccinelle CE1 Unité 6

Oral Je vais au marché. Cahier p. 75


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les outils langagiers, les codes et les attitudes
de la communication orale dans la vie quotidienne : parler avec un commerçant.
1. Mini-dialogue
Cliente : Bonjour Monsieur, avez-vous des haricots, s’il vous plait ?
Commerçant : Bonjour Madame. Lesquels voulez-vous ?
Cliente : Je voudrais des haricots verts.
Commerçant : Combien en voulez-vous ?
Cliente : Deux kilos, car j’attends du monde.
Commerçant : Et voulez-vous autre chose ?
Cliente : Non, merci, cela ira.
Commerçant : Alors voici vos deux haricots. Cela fait dix euros.
Cliente : Pardon, j’ai demandé deux kilos de haricots. Et dix euros pour deux haricots, c’est
beaucoup trop cher !
Commerçant : Non madame, car mes haricots sont magiques ! Avec deux haricots, vous
aurez après la cuisson deux kilos de haricots verts !
Cliente : Merci, mais je préfère deux kilos de haricots normaux pour trois euros.

Vérifier la compréhension :
Où se passe la scène ? Que veut la cliente ? Que propose le marchand ?
Que penser du prix proposé par le marchand ?
CATÉGORISER
Quels mots utilise la cliente pour dire ce qu’elle veut ?
Avez-vous… ? Je voudrais…
Quels mots utilise le marchand pour lui répondre ?
Lesquels voulez-vous ? Combien en voulez-vous ? Vous voulez autre chose ?
Voici. Cela fait ….
JOUER
Jouer cette scène deux par deux. Ne pas attendre des élèves qu’ils restituent le dialogue
exactement. L’enfant qui joue la cliente peut demander autre chose. Le commerçant n’est
pas obligé de vendre des haricots magiques. L’important est d’utiliser quelques mots
catégorisés.

Sur le cahier
 Je joue les scènes avec un camarade ou une camarade.
Observer la page : deux scènes différentes : une cliente chez le boucher. Un client chez la
boulangère.
- Réactiver le lexique : que peut-on acheter chez le boucher ? Chez la boulangère.
- Lire le lexique au-dessous des illustrations. Quels mots le client ou la cliente peuvent-ils
dire ? Quels mots le marchand ou la marchande peuvent-ils dire ?
- Deux par deux, les élèves préparent la scène. Ils doivent utiliser le plus possible le lexique
donné. Puis ils présentent la scène à la classe.

 Je joue la scène avec un camarade ou une camarade.


Je suis chez un marchand de légumes et de fruits avec une liste préparée par ma maman.
- Lire la liste. Chercher collectivement différentes manières de demander les légumes et les
fruits. Utiliser les données lexicales de la page : par exemple : Je voudrais 1 kilo de tomates,
s’il vous plait. Je voudrais aussi trois courgettes. Je vais prendre cinq pommes. Est-ce que
vous avez deux kilos de carottes ? il me faut aussi trois citrons et une salade verte.

Laisser un peu de temps aux groupes pour préparer leur scène qu’ils présenteront ensuite
à la classe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


214
Coccinelle CE1 Unité 6

ÉTUDE DU CODE Le son /é/ comme au début d’étoile cahier p. 76

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins quand j’entends /é/.
écouter :
Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
analyse sonore
du lexique Puis les rassembler dans un 1 syllabe 3 syllabes 4 syllabes
tableau : vagues, points. nez pédale épouvantail
Entourer les écritures du son
/é/. ∪ ∪∪∪ ∪∪∪∪
Puis les élèves reportent 2 syllabes jardinier
quelques mots dans le vélo ∪∪∪
tableau des graphies. ∪∪ écharpe
panier ∪∪∪
∪∪ légumes
vélo – pédale – jardinier
écharpe – nez – légumes
pommier ∪∪∪
panier – échelle - pommier ∪∪ échelle
épouvantail - hérisson lézard ∪∪∪
araignée - lézard ∪∪ hérisson
∪∪∪
araignée
∪∪∪
2. identifier les  Je classe les mots dans le tableau.
différentes - Lire collectivement les mots de l’exercice : tous les mots contiennent
écritures du son le son /é/. Vérifier la prononciation.
- Travail individuel
é : le téléphone – une épée – un canapé – une opération
ée : une fée – la fusée – une épée – la journée
er : un collier – un cahier – le grenier – un calendrier
ez : assez – chez – le nez -

3. contrôler
 Je complète la terminaison des verbes.
l’écriture du son
/é/ dans la Rappeler ce que l’on connait :
terminaison des - à l’infinitif, le son /é/ s’écrit er ;
verbes - avec le pronom de conjugaison vous, la terminaison du verbe est ez.
Pour la première édition du cahier, supprimer les filets après
vous jouez ; vous achetez.
Travail individuel.
tourner  vous tournez – dessiner  vous dessinez –
demander  vous demandez – jouer  vous jouez –
acheter  vous achetez – entrer  vous entrez

DEVINETTES
.
Travail individuel. Tous les mots ont été écrits dans les activités sur
cette page.
1. le hérisson – 2. l’épouvantail – 3. l’araignée

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


215
Coccinelle CE1 Unité 6

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 77

Je distingue les sons


J’écoute les mots. Je me demande : est-ce que j’entends
/é/ comme au début d’étoile ? /E/ comme dans rivière ?
Objectif : discriminer des sons proches
Mots enregistrés
un vêtement - une fraise - une écharpe - une clémentine - un clavier - un rêve
la lèvre - le soleil - un cinéma - compléter - une crème - une couverture

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
étoile x x x x x
rivière x x x x x x x

 J’écoute puis je réponds à la question.


Objectif : travailler les inférences à partir de l’oral.
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
Pourquoi les amis de Karim ne vont-ils pas chez lui ?
Karim n’est pas à l’école. À cause de la grippe, il doit rester une semaine à la maison.
Mais ses amis lui donnent chaque jour par téléphone le travail fait en classe.
Les amis de Karim ne vont pas chez lui parce que la grippe est une maladie contagieuse/
parce qu’ils ne veulent pas attraper la grippe/parce que Karim peut leur donner sa grippe.
 J’écoute puis je réponds aux questions.
Objectif : travailler les inférences à partir de l’oral.
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
- Jean, quand vas-tu à la piscine avec l’école ?
- C’est le jeudi matin, maman, c’est demain.
- Ah oui, j’oubliais, le jeudi c’est ton jour préféré !
1. Quel jour a lieu ce dialogue ? le mercredi.
2. D’après toi, Jean aime-t-il la piscine ? D’après moi, Jean aime la piscine parce que le jeudi
c’est son jour préféré.
 J’écoute puis je coche ce que l’ai compris.
Jules et Lina décident d’aller gouter dans le pré à la sortie du village.
- On va prendre nos vélos, dit Lina.
- Le pré n’est qu’à dix minutes à pied, lui répond Jules.
- Oui, mais avec nos vélos on aura l’impression de partir très loin à l’aventure.
- Alors d’accord !
Pour que l’aventure soit réussie, il faut la préparer et penser à tout ! Pour le gouter, Lina préfère le lait
froid avec des tartines de pain et de beurre. Jules, lui, aime surtout le lait chocolaté avec des sablés.
Lorsqu’ils arrivent dans le pré, Jules et Lina décident de jouer au foot. Chacun préfère taper dans le
ballon. Alors ils tirent au sort. Celui qui perd gardera le but en premier. C’est Lina qui commence à
garder le but.
Quand ils sont bien fatigués, ils font une partie de cartes.
- J’ai faim, maintenant, on sort le gouter, dit Jules.
Catastrophe ! Il a oublié ses gâteaux préférés, et Lina a oublié sa boisson préférée !

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


216
Coccinelle CE1 Unité 6

Correction. Pour justifier les réponses, l’enseignant relit le texte.


- Jules a l’idée de partir avec les vélos On va prendre nos vélos, dit Lina.
- Jules a gagné au tirage au sort.  Celui qui perd gardera le but en premier.
C’est Lina qui commence à garder le but.
- Jules a gagné aux cartes : Quand ils sont bien fatigués, ils font une partie de cartes.
- J’ai faim, maintenant, on sort le gouter, dit Jules. Le texte ne dit pas qui a gagné.
- Lina a perdu son gouter : Lina a oublié sa boisson préférée ! Elle n’a pas perdu, elle a
oublié. Ce n’est pas tout son gouter, mais seulement sa boisson préférée.
- Lina a bu du lait froid. Pour le gouter, Lina préfère le lait froid. et Lina a oublié sa boisson
préférée !
- Jules a bu du lait chocolaté. Jules, lui, aime surtout le lait chocolaté avec des sablés et
il a oublié ses gâteaux préférés.
- Jules et Lina ont partagé leur gouter. Aucune phrase du texte ne parle de cela.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


217
Coccinelle CE1 Unité 6

ÉTUDE DU CODE Le son /g/ comme au début de gant cahier p. 78

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. Dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins quand j’entends /g/.
écouter :
Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
analyse sonore
du lexique Puis les rassembler dans un 2 syllabes 3 syllabes
tableau semblable à celui fait dragon grille grenouille
avec les mots du livre : UU UU UUU
vagues, points, écriture du langue aigle
son entourée. escargot
UU UU
Puis les élèves reportent UUU
griffe bague baguette
quelques mots dans
UU UU UUU
le tableau des graphies.
gueule vague
dragon, langue, griffe, UU UU
gueule, grotte, grille, aigle, grotte
bague, vague, grenouille UU
escargot, baguette

2. contrôler  Je complète avec g ou gu.


l’écriture
Lire collectivement les mots en les complétant avec le son /g/.
Rappeler la règle : g devant a, o, u, r, l – gu devant e, i.
une règle – une virgule – une guirlande – un tigre – la fatigue
un légume – une bagarre – un kangourou – une guêpe – un guidon
3. prendre une grimace – un dragon – un escargot – une vague – un garçon
conscience de la
régularité Correction. Justifier toutes les écritures.
orthographique
dans les familles  Je complète les familles de mots. J’écris le son /g/.
de mots. - Rappeler que, dans une famille de mot, un son s’écrit toujours de la
même façon.
déguiser : un déguisement
garder : un gardien – une gardienne – la garderie

LE MOT-MYSTÈRE
Observer la grille. Tous les i sont déjà placés.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


218
Coccinelle CE1 Unité 6

GRAMMAIRE Le nom masculin et le nom féminin Cahier p. 80


Lire et compléter la règle.
Rechercher oralement des exemples de noms masculins et féminins dans les objets
de la classe. Les écrire au tableau.
Rappeler la procédure pour savoir si un nom est masculin ou féminin
quand le déterminant est l’.
Compléter collectivement l’encadré.
1. Je classe les noms en deux colonnes avec un déterminant
- associer le genre - Lire collectivement les noms. Ajouter oralement un déterminant :
au déterminant
Dit-on un éponge ou une éponge ? Etc.
- Travail individuel.
masculin : un moustique – un animal – un dentiste
féminin : une éponge – une affiche – une gomme – une chenille

2. A côté des noms, j’écris M pour masculin, F pour féminin.


- déterminer le
genre au pluriel. - Lire le conseil de la coccinelle.
- Traiter collectivement les deux premiers noms :
les escaliers : dit-on un escalier ou une escalier ?
les fenêtres : dit-on le fenêtre ou la fenêtre ?
- Travail individuel. Aide de l’enseignant pour les élèves qui hésitent
sur le déterminant du singulier.
les escaliers : M – les fenêtres : F – les portes : F – les murs : M
les volets : M – les grilles : F – les balcons : M – les cheminées : F

- synthèse : 3. A côté des noms, j’écris M pour masculin, F pour féminin,


analyser le groupe S pour singulier, P pour pluriel.
nominal : genre et
nombre - Lecture silencieuse de l’exercice.
- Puis l’enseignant pose quelques questions collectives sur le texte de
l’exercice. Par exemple :
Cherchez un mot masculin, cherchez un mot au pluriel, cherchez
un mot masculin au pluriel, un mot masculin au singulier.
Les élèves justifient la réponse, par exemple :
trois haricots : masculin, parce qu’on dit un haricot ; pluriel parce que
trois indique qu’il y a plusieurs haricots.
- Travail individuel
la table : FS – trois haricots : MP – plusieurs sacs : MP – des pièces : FP
un buffet : MS – le four : MS – les poches : FP – ma mère : FS
Correction : justifier toutes les réponses, comme dans l’exemple ci-
dessus.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


219
Coccinelle CE1 Unité 6

CONJUGAISON Le présent du verbe avoir cahier p. 81

- identifier le verbe  Je souligne les verbes avec leur pronom sujet.


conjugué et son Puis je recopie les verbes dans le tableau.
sujet - Recherche collective des verbes pour les trois premières phrases.
Justifier l’identification du verbe : changer le temps de la phrase.
J’ai sommeil j’aurai sommeil, j’avais sommeil. Le verbe : ai. Le
pronom sujet ; j’.
- Travail individuel au crayon à papier.
- Mise en commun : validation, correction.
- écrire un tableau - Écriture du tableau de conjugaison.
de conjugaison J’ai sommeil.
Il a peur dans le noir.
Tu as la parole.
Elles ont de la chance !
Nous avons deux semaines de vacances.
Elle a du courage.
Vous avez le temps.
Ils ont beaucoup d’amis.

- associer le verbe à  Je conjugue le verbe avoir et je complète ces règles de vie.


son sujet - Lecture silencieuse du texte.
- Lecture collective à haute voix : phrases complétées à l’oral.
- Travail individuel.
- associer le pronom  Je complète les phrases avec le sujet qui convient.
sujet au verbe
- Lecture silencieuse du texte.
- Lecture collective à haute voix : phrases complétées à l’oral.
- Travail individuel.
1. Line et Lisa sont jumelles. Elles ont 4 ans.
2. Il/elle a un frère ainé et deux petites sœurs.
3. J’ai 8 ans. Avec ma petite sœur, nous avons 13 ans à nous deux.
4. Est-ce que tu as la même chambre que ton frère ?

Je souligne en bleu le verbe être, en noir le verbe avoir.


- Rappeler la conjugaison du verbe être.
- Lecture collective du texte.
- Recherche collective des verbes dans les deux premières phrases.
- Travail individuel.
Le tigre est un animal solitaire. Il a une fourrure rousse, elle est rayée de noir.
Ses oreilles sont arrondies. Ses yeux sont verts ou dorés. Il a un nez rose. Les
tigres mâles ont un collier de fourrure épaisse autour du cou.
Correction. Réfléchir : pour quelle forme des deux verbes faut-il faire
très attention ? ils ont, elles ont et ils sont, elles sont.
Quand on conjugue le verbe avoir, on fait la liaison : ils ont.
On entend le son /z/.
Quand on conjugue le verbe être, on entend le son /s/ au début du
verbe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


220
Coccinelle CE1 Unité 6

VOCABULAIRE Le nom masculin et le nom féminin cahier p. 82

- identifier le genre Compléter l’encadré de règle


du nom
 J’écris un ou une devant le nom.
un joueur – une comédienne – une princesse – un marchand – un coiffeur
un chat – une lapine – un ours – une louve – un singe

- reconstituer et Correction : Donner l’autre forme du nom (une joueuse, un comédien…)


analyser des
couples de noms  Je colorie de la même couleur le nom masculin et le nom féminin.
J’entoure ce qui change dans le nom féminin.
- Les élèves préparent six crayons de couleur.
- Travail individuel

Correction. Rapporter chaque couple de mots à la règle en haut de page :


musicien – musicienne ; directeur – directrice ; maitre – maitresse :
c’est la fin du nom qui change
surveillant – surveillante ; cousin – cousine : on ajoute un e au nom
masculin.
libraire – libraire : rien ne change. Pour savoir si on parle d’un homme
ou d’une femme, il faut mettre un déterminant devant le nom : le libraire,
la libraire.
 J’écris deux par deux les noms des membres de la famille.
- Rechercher les noms en oral collectif. Les associer aux places dans la
famille :
La maman de mon père, ou la maman de ma mère,
c’est ma grand-mère.
Comment s’appelle le papa de mon père ?
Le frère de mon père, ou le frère de ma mère, c’est mon oncle.
Comment s’appelle la sœur de ma mère ?
- Écriture sur le cahier.
- passer du féminin
au masculin  Je remplace Zoé par Théo Je change tout ce qui est nécessaire.
- Lecture collective du texte. Si on remplace Zoé par Théo, comment la
phrase commencera-t-elle ?
- Écrire le début de la phrase au tableau : Plus tard, Théo veut être
- Travail individuel.
Plus tard, Théo veut être comédien, ou acteur ou encore berger.

Correction. Pour chaque nom, chercher d’autres couples qui sont


formés de la même façon :
comédien : musicien – musicienne, gardien – gardienne…
acteur : directeur – directrice, conducteur – conductrice…
berger : boulanger – boulangère, écolier – écolière…

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


221
Coccinelle CE1 Unité 6

Poésie Le magicien Cahier p. 27

- Lecture de la poésie par l’enseignant, cahier fermé.


Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
- Seconde lecture par l’enseignant, cahier ouvert :
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront répondre à la question :
1. Où a lieu le spectacle du magicien ?
Le spectacle a lieu dans un grand cirque, sous un grand chapiteau.
- Lecture silencieuse des élèves.
2. Je relève tout ce que le magicien sait faire. Je dis le tour que je préfère.
- il transforme le temps : je change l’hiver en printemps
je fais la pluie et le beau temps.
Présenter l’expression : faire la pluie et le beau temps : décider de tout, faire tout ce que l’on
veut. À un enfant qui fait un caprice, on dit : tu ne fais pas la pluie et le beau temps, c’est-à-
dire tu ne peux pas faire tout ce que tu veux, avoir tout ce que tu veux.
Comment voit-on dans le poème que le magicien fait la pluie et le beau temps : il fait tout ce
qu’il veut. Il invente même une couleur nouvelle. Quand le beau temps revient après la pluie,
quand l’arc-en-ciel apparait dans le ciel, il a une nouvelle couleur, une huitième couleur, que
personne n’a jamais vue.
- il fait sortir des colombes de ses manches : c’est un tour que tous les magiciens savent faire.
- il fait apparaitre la poule aux œufs d’or.
- Il fait pousser un baobab géant en trois secondes.
- il annonce beaucoup d’autres choses, mais il ne dit pas lesquelles.
Discussion : les élèves présentent leur tour préféré et expliquent pourquoi ils le choisissent.
3. Je retrouve les parties de ce poème qui font penser à l’histoire de Jacques et du haricot
magique.
Selon ce qui a été fait dans la question précédente, les élèves ont peut-être déjà évoqué le conte :
- la poule aux œufs d’or
- le baobab géant qui pousse à toute vitesse, comme le haricot magique.
4. J’imagine. Pour moi, le plus extraordinaire, c’est…
Laisser un peu de temps pour réfléchir. Puis discussion collective avant l’écriture.
C’est en parlant, en faisant un remue-méninges, que les élèves pourront trouver des idées
de choses extraordinaires.
Exemple en classe
- des nuages qui font pleuvoir de la limonade
- un ours-caméléon
- un manteau qui se transforme en tente pour dormir dehors
- des fleurs qui chantent
- un vélo qui peut rouler dans l’eau
- une étoile pour moi tout seul, etc.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


222
Coccinelle CE1 Unité 6

Je raconte Cahier p. 84

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : utiliser le lexique des personnages de conte, de l’imaginaire


MATÉRIEL : cahier p. 84 ou projection de la page au TBI – 8 grandes feuilles
1. Lire la consigne et observer l’ensemble de la page : sur le premier dessin, on voit une
petite fille devant un miroir. Sur le dernier, on voit la même petite fille, devant le même miroir.
Que peut-on dire des deux dessins de la petite fille ? Sur le dernier dessin, elle a grandi. On
voit que son pantalon, son pull sont devenus courts. Ses pieds aussi ont grandi.

2. Récit n° 1 : Identifier chaque moment de l’histoire ;


chercher une ou deux phrases pour chaque image.
Dès que l’enseignant pense que les énoncés sont suffisamment aboutis, il reprend ce qui a été dit
et l’écrit sur de grandes feuilles de papier, si possible une par image, que l’on complètera à mesure
de l’avancée du travail.
- Une petite fille se regarde dans le miroir. Lui donner un prénom. Elle avance la main, elle
veut toucher le miroir.
- Elle touche le miroir. Le miroir ne se casse pas. Son bras traverse le miroir avec un drôle
de petit bruit. Elle est très surprise, un peu inquiète
- Elle se retrouve ailleurs. Que s’est-il passé ? Elle a traversé le miroir ; elle est de l’autre
côté, au milieu d’animaux bizarres. Au-dessus d’eux, on voit un gros nuage.
- Le nuage descend. Un géant est assis au milieu.
- Il tend la main vers la petite fille. Il l’invite à monter vers lui. Elle escalade sa main.
- Il la pose sur son épaule. De là-haut, elle voit le soleil se lever. Elle s’étire.
- Elle se retrouve devant son miroir. Le petit bruit qui l’avait emmenée l’a ramenée dans sa
chambre. Autour d’elle, rien n’a changé, mais elle a grandi.
Avant de reprendre la narration, discuter : c’est comme un conte, c’est une histoire un peu magique.
C’est aussi comme un rêve. C’est un peu comme l’histoire de Jacques : elle va dans le ciel et elle
rencontre un géant. Mais c’est un géant gentil, il lui sourit, il la fait grandir.

3. Récit n° 2 : intégrer des détails des illustrations dans le récit.


Faire parler les personnages
Ces ressources lexicales sont des points d’appui pour l’enseignant,
pas des passages obligés pour les élèves.
1. Décrire la chambre : lit, coussins, miroir, souris en peluche ; le jardin : une fontaine, des
arbres, cela ressemble à un parc. C’est peut-être un château, la petite fille est peut-être une
princesse.
elle regarde, elle s’approche, elle tend la main, elle veut toucher, elle est curieuse…
2. le bras traverse, est aspiré, s’enfonce ; la petite fille surprise, étonnée, inquiète
3. les animaux déguisés : le chat habillé comme un prince, le lézard avec une veste rouge et
un col blanc ; l’oiseau avec un chapeau, un nœud papillon.
Imaginer qu’ils se parlent : les animaux lui demandent qui elle est, d’où elle vient, pourquoi
elle est habillée ainsi, ce qu’elle vient faire, etc.
4. elle admire – les animaux contents, excités, heureux, joyeux. Décrire le géant : pieds nus,
yeux bleus, pantalon bleu, teeshirt rayé, souriant, gentil.
5. le géant : il invite, il appelle. Imaginer ce qu’il dit. - les animaux : heureux : l’oiseau vole et
salue le géant avec son chapeau ; le chat applaudit, le lézard saute en levant les bras.
6. Que s’est-il passé entre les deux dessins ? Le géant a pris la petite fille dans sa main et il
l’a posée sur son épaule pour qu’elle regarde le lever du soleil. Elle se met sur la pointe des
pieds. Elle s’étire, elle se grandit.
Imaginer ce que dit le géant, ce que dit la petite fille.
7. Elle s’admire dans le miroir, elle s’étonne, elle a grandi, ses vêtements sont trop petits.

4. À la fin du travail, l’enseignant relit la totalité du récit.


5. Reprendre cette activité à différents moments.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


223
Coccinelle CE1 Unité 6

Compréhension Jacques et le haricot magique Cahier p. 85

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : faire une synthèse de lecture ; apprendre à mettre en forme ses
réactions à la lecture d’un texte. Se préparer à tenir plus tard un carnet de lecture.

MATÉRIEL : le livre, textes des unités 5 et 6.


Préparation : les élèves relisent à la maison l’ensemble des textes des deux unités.
Pour commencer : l’enseignant relit la totalité du conte. Les élèves écoutent, livre fermé.

 Faire la table des matières de Jacques et le haricot magique.


- Présenter le travail. Qu’est-ce qu’une table des matières ?
C’est la liste de tous les chapitres d’un livre. On la trouve à la fin du livre.
Nous avons lu l’histoire découpée en 10 chapitres, mais ces chapitres n’avaient pas de
titre. - Lecture collective des titres.
- Réfléchir à la manière de travailler : on a besoin du livre. On relit rapidement les chapitres
les uns après les autres. On se demande quel titre convient.
Le titre du chapitre 1 est donné : Plus de lait !
- Travail par deux. Les élèves discutent et se mettent d’accord sur le choix.
1. Plus de lait
2. En route vers le marché
3. Le haricot magique
4. Plus rien !
5. À travers les nuages
6. Le château de l’ogre
7. Où se cacher ?
8. Le trésor de l’ogre
9. La poule aux œufs d’or
10. La harpe d’or

Correction : justifier les titres


Je choisis un moment de l’histoire que j’ai aimé.
Informer les élèves de l’objectif : chacun va écrire ce qu’il a aimé dans cette histoire,
ce qu’il a pensé en lisant cette histoire. C’est un travail très personnel. Tout le monde n’écrira
pas la même chose. À la fin du travail, on partagera nos idées et nos réactions.
 J’illustre.
Pas de conduite particulière pour ces deux derniers points.
Ils peuvent être traités en une seule séance ou répartis sur plusieurs moments.
Les élèves peuvent choisir l’ordre dans lequel ils traitent les consignes.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


224
Coccinelle CE1 Unité 6

Rédaction Je fais parler les personnages d’une histoire Cahier p. 86


Objectif : introduire un dialogue dans un récit à partir de ressources ;
écrire un bref récit contenant un dialogue ;
Produire des écrits intermédiaires.
Matériel : livre p. 95
 J’écris les dialogues à l’intérieur de l’histoire.
Sur le cahier et/ou au TBI
Présenter l’objectif et observer le support :
- trois dessins :
 une maman prépare un plat. Le couvert est mis. Elle appelle sa fille. Lire la bulle.
 la petite fille est allongée par terre. Elle joue avec son chat. Elle répond. Lire la bulle.
 la petite fille et la maman se parlent. Lire les bulles.
Les dessins présentent un dialogue entre la fille et sa maman.
- un texte. Il est découpé en deux parties séparées par un espace pour écrire.
Lire le texte.
Pour compléter le texte, on doit écrire le dialogue.
Rappeler le travail fait sur le livre : Comment introduit-on un dialogue dans un texte ?
- on annonce que quelqu’un va prendre la parole. L’annonce se termine par deux-points
Ici, dans notre texte, l’annonce est déjà faite. L’identifier : Sa maman l’appelle :
- pour commencer le dialogue, on ouvre les guillemets ;
- pour montrer que chacun parle à son tour, on met des tirets au début des phrases.
- pour terminer le dialogue, on ferme les guillemets.
- Deux élèves lisent le dialogue. Réfléchir : doit-on ajouter des mots ? changer des mots ?
Si nécessaire, revenir au livre p. 59 : le même dialogue dans la bande dessinée et dans le
texte, simplement présente autrement.
- Écriture individuelle.
- Évaluation : elle porte sur le respect des marques du dialogue (guillemets, tirets) et sur
l’exactitude de la copie, y compris la ponctuation.
 J’écris le début d’une histoire. Je fais parler les deux personnages.
- Préparation collective :
- Observer l‘illustration : un homme vient acheter des légumes. Il parle avec la marchande.
Où ? dans une épicerie, au marché, chez la marchande de légumes.
Quand ? un matin, un jour, un soir…
Qui ? un monsieur, un client, une vendeuse, une marchande.
- Écrit intermédiaire 1
Les élèves rédigent le début du récit. Demander d’écrire si possible une seule phrase
(comme cela a été fait unité 3). Sinon, limiter le texte à deux phrases.
Exemples en classe
- Un matin, monsieur Lebrun vient acheter quelques légumes au marché.
- Ce matin, la marchande de légumes voit un drôle de client devant son étalage. C’est un monsieur
tout enrhumé qui porte une écharpe autour du cou.
- Tous les jours, Monsieur Castor va acheter des légumes dans l’épicerie à côté de chez lui.
- Improvisation et écrit intermédiaire 2
Par groupes de deux, les élèves jouent la scène. Ils peuvent se reporter à la page 75 de leur
cahier pour trouver des mots et des expressions.
Puis ils écrivent leur dialogue au brouillon. Rappeler qu’ils doivent trouver une phrase pour
introduire le dialogue.
Vérification et aide de l’enseignant.
- Écriture sur le cahier.
- Évaluation : respect des marques écrites du dialogue ; présence d’expressions travaillées
dans l’oral de la p. 75.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


225
Coccinelle CE1 Unité 6

À haute voix Je lis de mieux en mieux Cahier p. 87

Objectif : les liaisons ; la compréhension de l’écrit : l’identification des tours de parole


dans un dialogue ; la mise en voix
 Je place les liaisons, puis je lis à haute voix.
Rappeler les liaisons déjà travaillées :
- Écrire au tableau : un ogre – un instrument – un œuf. Les élèves lisent.
C’est la liaison entre n à la fin du déterminant et le mot suivant quand il commence par une
voyelle. On fait la liaison avec le son /n/.
- Écrire au tableau : des odeurs – les histoires – des éclairs – elles attendent. Les élèves
lisent. C’est la liaison entre s à la fin du déterminant ou d’un autre mot et le mot suivant
quand il commence par une voyelle. On fait la liaison avec le son /z/.
- Écrire au tableau : Il est interdit de courir. Les portes sont ouvertes. Les élèves lisent.
C’est la liaison entre t muet à la fin d’un mot et le mot suivant quand il commence par une
voyelle. On fait la liaison avec le son /t/.
Lecture phrase à phrase, d’abord silencieuse. Les élèves proposent les liaisons à placer.
Discuter – Valider.
Puis lecture à haute voix.

 Qui sont les personnages de ce dialogue ?


Devant chaque tiret, j’écris le nom du personnage qui parle.
Je lis le dialogue avec un ou une camarade.
Qui prend la parole en premier ? L’introduction du dialogue fait comprendre que c’est
Malinette : elle commence à se moquer de lui :
Les tours de parole se succèdent : Malinette, le loup, Malinette, le loup…
Préparation de la lecture :
Comment parle Malinette ? Elle se moque. Quelques élèves disent la première phrase en se
moquant.
Comment parle le loup ? Le texte ne le dit pas. Que comprend-on : il est furieux, énervé,
de plus en plus énervé.
- Les élèves préparent la lecture deux par deux. Laisser un temps suffisamment long pour
s’entrainer avant de présenter le dialogue à la classe.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


226
Coccinelle CE1 Unité 6

Des jeux pour réviser Cahier p. 88 - 90

Nom ou verbe ?
Lire la consigne et les mots dans les étoiles.
Remarquer qu’ils se terminent tous de la même façon, par le son /é/ qui s’écrit er.
Discuter : comment peut-on savoir si un mot est un nom ou un verbe ?
Rassembler les deux critères :
- on peut mettre un déterminant devant le nom. On se demande : Est-ce que je peux dire
le copier ? Je ne peux pas le dire ; ce n’est pas un nom.
- le verbe se conjugue : on peut le dire avec un pronom de conjugaison. Est-ce que je peux
dire je copie ? Oui : c’est un verbe.

Masculin ou féminin ?
- Lire les mots donnés.
- Oralement, les faire précéder d’un déterminant pour vérifier que les élèves ne font pas
d’erreur orale sur le genre.

Noms masculins et noms féminins

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


227
Coccinelle CE1 Unité 6

Le verbe s’accorde avec le sujet.


Un avion décolle.
Le commandant décolle.
Les passagers décollent.
Les bagages décollent.

Le présent du verbe être et du verbe avoir.

L’ordre alphabétique

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


228
Coccinelle CE1 Unité 6

Je teste ma compétence Cahier p. 92-93

L’ensemble des connaissances et savoir-faire suivants est mobilisé pour traiter


cette tâche complexe :
- lire et associer titre, texte, illustration
- faire la synthèse d’informations
- organiser des informations langagières et numériques
- présenter un travail à l’oral et le justifier
- situer dans l’espace
- ranger dans l’ordre alphabétique
- organiser la présentation d’un document.

Prévoir un temps assez long pour cette activité.


La partie orale (présenter l’emploi du temps de la visite et expliquer son choix)
peut être différée.
La réalisation peut être individuelle ou par groupes de deux.
La coopération entre en considération dans l’évaluation d’une compétence.
Observer les élèves au travail : comment s’organisent-ils ? Comment collaborent-ils ?

 La première page du dépliant


Voir une présentation page suivante.

 Liste des activités


Découvrir le matériel agricole 30 minutes
Faire du pain 30 minutes
Gouter les fruits du jardin 30 minutes
Reconnaitre et respecter les cultures 60 minutes
Rencontrer les animaux 60 minutes
Visiter la ferme en charrette 30 minutes

 Emploi du temps de la classe pour la visite


Plusieurs emplois du temps sont possibles. Vérifier qu’ils n’excèdent pas la durée
prévue de la visite.

 Le quoi-où
Le détail est la roue droite de la charrette. Vérifier que l’élève le situe bien en fonction
de l’endroit où il a placé la photo dans la page.

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


229
Coccinelle CE1 Unité 6

Coccinelle © Hatier, Paris, 2015


230
Coccinelle CE1 Unité 7

UNITÉ 7
LIVRE

231
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lecture Les cinq sens livre p. 72

Pour commencer :
- Présenter la lecture : Dans ce nouveau module, nous n’allons pas lire une histoire.
Nous allons apprendre à mieux connaitre notre corps.
Regarder le sommaire page 2, colonne LECTURE : les unités 7 et 8 forment un grand texte
documentaire sur les cinq sens. Rappeler ce qu’est un texte documentaire : un texte qui
apporte des informations, des connaissances.
- Lire le titre page 72 : Les cinq sens. C’est le titre de tous les textes des deux unités.
- Lire le texte d’introduction. Comment connaissons-nous le monde, les choses qui nous
entourent ? Associer chaque organe montré sur les photos à ce qu’ils nous permettent de
connaitre : nous voyons avec nos yeux, nous touchons avec nos mains, nous sentons avec
notre nez, nous goutons avec la langue, nous entendons avec nos oreilles.

1. Lire le titre de la page : Voir – la vue


2. Lecture silencieuse du premier bloc. Puis lecture à haute voix.
- Reformuler ce que l’on apprend : nos yeux nous apportent des
informations sur la forme, la couleur, la taille, le mouvement des
choses, des animaux, des personnes.
- lier le texte à - Présenter aux élèves les dessins du matériel ou d’autres, de même
l’expérience
nature. On reconnait tout de suite la pomme, la girafe, la bouteille. La
pomme n’a pas de couleur. On ne peut pas la prendre, la sentir, la
mordre, mais on sait que c’est une pomme. Nous voyons la forme
de la pomme et nous reconnaissons une pomme. Même chose pour la
girafe, la bouteille…
Quand on reconnait une forme, on peut dire le nom de ce qu’on voit.
- Chaque élève dessine le contour d’un objet sur son ardoise et le
présente à la classe.
Les camarades reconnaissent-ils l’objet ?
- La taille : retrouver les mots connus pour parler de la taille : grand,
petit, moyen, minuscule, énorme, géant, gros, mince, large, maigre…
- la couleur : retrouver les noms de couleurs connus.
- le mouvement : retrouver des mots connus pour parler du
mouvement : marcher, courir, sauter, danser, lancer, bouger, pousser,
monter, descendre, tomber, glisser, avancer, reculer. Pour aider les
élèves à mobiliser leur vocabulaire, on peut mimer des mouvements.
- Récapituler : ce sont nos yeux qui nous donnent toutes ces
informations. Les yeux sont l’organe de la vue.
Voir de près, voir au loin
Lecture silencieuse. Puis lecture à haute voix.
Demander aux élèves ce que l’on regarde de près, ce que l’on regarde
de loin.
Tes yeux sont fragiles
- Décrire la photo de droite : l’enfant cligne des yeux : il ferme les yeux
et les rouvre rapidement. Demander aux élèves de cligner des yeux.
- Vérifier la compréhension des mots
paupières : Ce sont les petits morceaux de peau, au-dessus et
au-dessous de l’œil, qui se ferment quand on dort et quand on cligne
des yeux. Au bord des paupières, il y a des cils : des petits poils.
Ils arrêtent les poussières. Ils protègent l’œil.

232
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

- Que se passe-t-il Restituer le lien logique entre la phrase 2 et la phrase 3 :


quand on cligne quand on cligne des yeux, les paupières déposent des larmes sur l’œil.
des yeux ? Cela le nettoie et le maintient humide.
EXPLICITER - Décrire les deux photos du bas de la page.
L’IMPLICITE

- Qu’est-ce qui fait Ici, on apprend que c’est la lumière du soleil et celle des écrans.
mal aux yeux ? Évoquer d’autres situations où l’on peut avoir mal aux yeux : le vent qui
les sèche ou qui transporte des poussières, lire quand il n’y a pas
assez de lumière…

- Comment Ils deviennent rouges, ils picotent, ils brulent, on a envie de les frotter,
sentons- nous que ou de les fermer.
nos yeux sont
fatigués ?

- Comment peut-on
Porter des lunettes qui empêchent que les yeux ne reçoivent trop de
protéger ses yeux ? lumière ; ne pas regarder les écrans trop longtemps sans reposer ses
yeux.

233
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Étude du code Le son /k/ comme au début de canard livre p. 73

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : identifier les graphies du son /k/ ;


mémoriser des mots qui contiennent ces sons : mots du lexique courant et mots outils
MATÉRIEL : une grande feuille pour classer les graphies ; le tableau des graphies.
PRÉPARATION DU TABLEAU : les tableaux des activités 1 et 2.

Lire la comptine - Lecture par l’enseignant


- assurer la - Les élèves reformulent l’histoire avec leurs mots. Faire le lien
compréhension avec l’illustration. Repérer les personnages. Qui sont les deux kiwis sur
de la comptine la tête du phoque ? Un oiseau et un fruit. Les deux s’appellent kiwi.
Comment l’illustrateur a-t-il montré un koala glacé ?
Rechercher 1. Cherche les mots de la comptine dans lesquels tu entends le
le son
son /k/ comme au début de canard.
- analyser - Pour chaque mot trouvé, chercher immédiatement le nombre de
syllabes : les frapper, ou les compter sur les doigts, ou les tracer
sur l’ardoise à mesure.
- Inscrire le mot dans le tableau. Représenter chaque syllabe par une vague.
- Rechercher oralement d’autres mots qui contiennent le son /k/.

- discriminer le son 2. Continue ton tableau :


à l’intérieur de - Identifier la syllabe qui contient le son. Marquer la place du son.
la syllabe - Entoure la lettre qui écrit le son.
- rechercher la lettre qui écrit le son /k/. L’entourer.
Observer l’écrit
Identifier la 1 syllabe 2 syllabes 3 syllabes 3 syllabes
graphie clown ∪ cirque ∪∪ musique ∪∪∪ perroquet ∪∪∪
- analyser la relation
cric ∪ basket ∪∪ spectacle ∪∪∪ koala ∪∪∪
phonème - graphème
crac ∪ canard ∪∪ commencer ∪∪∪ excusez ∪∪∪
quatorze ∪∪∪ chocolat ∪∪∪
croc ∪ phoque ∪∪
kangourous ∪∪∪
qui ∪ kiwi ∪∪ 4 syllabes
cinquante ∪∪∪
grec ∪ caracole ∪∪∪∪
claquettes ∪∪∪

- classer les Rassembler les écritures sur une grande feuille


écritures c qu k
clown spectacle qui quatorze kiwi
cric commencer cirque cinquante kangourou
crac claquettes phoque claquettes koala
croc excusez musique perroquet
grec chocolat
canard caracole
- Recopier quelques mots dans le tableau des graphies.
- identifier la valeur Rechercher les mots dans lesquels la lettre c ne se prononce pas /k/ :
de position commencer, cirque, cinquante
de la lettre c Observer la première colonne du tableau : quand la lettre c se
prononce-t-elle /k/ ? Repasser en couleur les lettres qui suivent le c.
Lire les mots de référence.
Dans la colonne de l’écriture c, on retrouve ce que l’on a observé :
c se prononce /k/, quand il est devant les lettres a, o, u, l, r.
Rechercher un exemple de chaque cas dans les mots de la comptine.
Lire les mots outils. Les épeler. Identifier l’écriture du son /k/.
Les copier pour les mémoriser.

234
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lecture Les animaux voient, chacun à sa manière livre p. 74

Matériel : si possible des photos de grands prédateurs : lion, loup, lynx, ours, tigre,
panthère… et de proies : souris, moutons, grenouilles, biches… à montrer ou à projeter.
Pour commencer :
- Présenter la lecture : on continue le travail sur les cinq sens.
- Le titre : de quel sens cette page parlera-t-elle ? Qu’apprendrons-nous ?
- Les quatre parties de la page : lire les titres.

Sur le livre ou le TBI.


Observer, décrire les illustrations. Lire le texte qui les accompagne.
1. Bloc de gauche Les yeux : devant ou sur les côtés

Que voit-on sur les photos ? Un guépard et un aigle. Observer les yeux. Sont-ils placés
devant la tête ou sur les côtés de la tête ?
Lire le texte :
Quelle est la ressemblance entre - ce sont des animaux qui chassent.
l’aigle et le guépard ? - ils ont les yeux sur le devant de la tête.
COMPARER
Quel est l’avantage, pour les Ils voient bien droit, loin devant eux. Comme ils voient bien
animaux qui chassent, d’avoir les distances, ils peuvent situer leur proie, voir si elle est
les yeux sur le devant de la tête ? juste devant un buisson, ou loin derrière un arbre…
REFORMULER ET DÉVELOPPER
L’IMPLICITE Une gazelle et un lapin. Observer les yeux. Où sont-ils
2. Bloc de droite placés ?
Que voit-on sur les photos ? Lire le texte.
- Ce sont des proies, des animaux qui sont chassés par
d’autres animaux qui les attrapent pour les manger.
Quelle est la ressemblance entre - Ils ont les yeux sur le côté.
le lapin et la gazelle ? Ils voient bien dans toutes les directions. C’est très utile
COMPARER
pour repérer l’arrivée de leurs ennemis, ne pas être surpris
Quel est l’avantage, pour les
et avoir le temps de fuir.
animaux qui sont chassés, d’avoir
les yeux sur le côté de la tête ? Si possible, montrer ou projeter des photos de prédateurs
REFORMULER ET DÉVELOPPER et de proies. Vérifier l’emplacement de leurs yeux.
L’IMPLICITE

Voir dans la nuit


Lecture silencieuse du texte, puis lecture à haute voix.
La nuit est-elle complètement Il y a toujours un peu de lumière dans la nuit : celle des
noire ? étoiles, de la lune. Le ciel n’est jamais complètement noir.
DÉVELOPPER L’IMPLICITE
Comment le hibou voit-il la nuit ? Ses yeux sont grands, larges. Ils peuvent voir même
REFORMULER quand il y a très peu de lumière. Il suffit qu’il y ait un peu
de lumière, même très faible pour que le hibou voie.
Quand nous trouvons qu’il fait très sombre, le hibou, lui,
voit très bien, parce qu’il y a toujours un peu de lumière
dans le ciel.
Connaissez-vous d’autres Évoquer le chat, le chien, le loup, la souris.
animaux qui voient bien la nuit ?
APPORTER DES CONNAISSANCES
EXTÉRIEURES

235
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

La grenouille voit-elle la mouche ? Voir le mouvement


INFÉRER
Lire le texte et observer la photo. On voit une grenouille qui
lance sa langue pour attraper une mouche qui passe près
d’elle.
Quelles informations apportent les
yeux de la grenouille ? Elle ne voit pas la mouche. Elle voit le mouvement :
quelque chose qui bouge, et la taille : ce qui bouge a la
taille d’un insecte. Revenir à ce que l’on a appris page
précédente : nos yeux nous informent sur la taille et le
mouvement.
Ils l’informent surtout sur le mouvement et sur la taille.

Pourquoi la grenouille fuit-elle si La grenouille est une proie pour beaucoup d’animaux :
l’animal est plus gros qu’un certains poissons, les grands oiseaux (les hérons, les
insecte ? cigognes), les animaux qui vivent au bord de la mare (la
INFÉRER loutre, la belette, la taupe) et même le renard.

Conclure Tous les animaux ont des yeux comme nous, mais ils ne
Les animaux voient-ils comme voient pas comme nous. Ils ne voient pas tous non plus de
nous ? la même façon. Les animaux chasseurs voient droit devant
eux, les proies voient sur les côtés pour repérer leurs
ennemis dans toutes les directions. Certains animaux
voient très bien la nuit. D’autres comme la grenouille voient
seulement le mouvement et la taille.

La vue et les métiers

Que représente la photo ? Deux pilotes dans le cockpit d’un avion.


Quel est ce métier ? Pilote d’avion.
Pourquoi faut-il avoir une bonne Comme on va très vite, il faut voir très loin pour bien
vue pour piloter un avion ? repérer les obstacles : des nuages qui annoncent un
orage, parfois d’autres avions… Si les instruments de bord
tombent en panne, il faut voir dans le brouillard, à travers
la pluie…

Dans quels autres métiers faut-il Les élèves évoquent les métiers auxquels ils pensent.
avoir une bonne vue ? L’enseignant complète. On peut évoquer
- les autres conducteurs : train, bus. Comme le pilote, ils
ont la responsabilité des gens qu’ils transportent.
- le chirurgien
- les personnes qui travaillent dans des laboratoires, avec
des instruments de précision, comme le microscope : ils
font les analyses médicales ; ils ne doivent pas faire
d’erreur.
- les plongeurs
- les grutiers. Du sommet de leur grue, ils doivent bien voir
ce qui se passe en bas sur le chantier
- les bijoutiers qui travaillent sur des pierres précieuses de
toute petite taille
- les horlogers, qui fabriquent des horloges, des montres
et qui travaillent eux aussi avec de toutes petites pièces.
- les couturiers et les couturières, les brodeurs, les
brodeuses : ils travaillent souvent les tissus fil par fil.

236
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Étude du code Quels sons écrit-on avec la lettre x ? livre p. 75

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : distinguer les prononciations de la lettre x.


MATÉRIEL : une planche d’étiquettes découpées par groupe de deux élèves (matériel 7)

1. Oral collectif
- Distribuer les étiquettes.
- L’enseignant lit les mots. Les élèves les cherchent dans leurs
étiquettes, les montrent, les prononcent.
- Observer les mots : ils contiennent tous la lettre x.
- Dire aux élèves qu’il y a beaucoup de façons de prononcer la
lettre x. On va classer les mots en écoutant bien comment la lettre x se
prononce.
- comparer et - Écrire au tableau et lire taxi.
classer des mots Frapper les syllabes. Comment se prononce la lettre x ?
que l’on sait Les élèves cherchent dans leurs étiquettes les mots dans lesquels
prononcer la lettre x se prononce /ks/ comme dans taxi.
La liste des mots trouvés est écrite au tableau sous le mot taxi.
- Même travail pour les autres prononciations : /gz/ comme au début
de xylophone, /s/ comme à la fin de six, /z/ comme dans deuxième.
taxi xylophone six deuxième
expérience un exemple dix sixième
excuse un exercice soixante dixième
explication exister soixante-dix
klaxon exact
texte
exprimer
extraordinaire

- Il reste des étiquettes : que se passe-t-il dans ces mots avec la lettre x ?
Elle est toujours à la fin du mot. Elle ne se prononce pas. C’est une
lettre muette.
- Écrire au tableau : deux amis – J’ai six ans.
Les élèves lisent d’abord silencieusement, puis à haute voix comme
quand ils parlent. Que remarque-t-on ? Marquer la liaison.
2. Sur le livre
- Lire à haute voix les mots de l’activité 1. On reconnait des mots que
l’on a classés.
On peut aussi faire la lecture sous forme de devinette. L’enseignant
pose les premières devinettes :
- La lettre x se prononce /ks/. On le trouve dans une voiture. On s’en
sert pour avertir les piétons ou les autres automobilistes.
- La lettre x se prononce /ks/. C’est un verbe. Il commence par la lettre e.
- La lettre x se prononce /gz/. C’est un mot qui veut dire faux. Etc.
Puis les élèves posent des devinettes à leur tour.
- Lire les mots de l’activité 2 :
Classer les deux mots lynx et index dans le tableau.

237
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lecture les cinq sens livre p. 76

Pour commencer :
Rappeler ce que l’on a déjà appris sur les sens. De quel sens a-t-on parlé dans les deux
lectures précédentes ?
Lire le titre : Toucher – le toucher.
Écrire au tableau l’un sous l’autre : Toucher – le toucher
Voir – la vue
Quels sont les verbes ? Quel est le nom de chaque sens ?
Sur le livre ou le TBI.
Lire le texte.
Laisser du temps aux élèves pour évoquer leurs
1. Quand tu touches un objet sans expériences : on a des informations sur :
le voir, qu’est-ce que tes mains - la taille (petit, gros),
t’apprennent ? - la forme,
- la consistance : on sent si l’objet est dur ou mou, lisse
ou pas lisse…
On touche aussi avec les bras, la joue, les pieds,
2. Est-ce que l’on touche
les jambes. Demander aux élèves d’évoquer
seulement avec les mains ?
des expériences : quand on marche sur le sable, on sent
qu’il est chaud, on sent les petits grains sous ses pieds ;
quand on entre dans la mer, nos pieds nous font savoir
si elle est chaude ou froide…
Généraliser : nous touchons avec notre peau. La peau
est l’organe du toucher.
Observer les photos. Identifier les objets :
- pointu : une fourchette, des épines. Demander aux
élèves de trouver d’autres exemples d’objets pointus :
pointes, aiguilles, épingles, ciseaux, couteaux, mais aussi
un crayon bien taillé. Pourquoi faut-il faire très attention
avec les objets pointus ? Pourquoi ne faut-il pas jouer
avec ?
- lourd : une grosse pastèque. Comment voit-on qu’elle est
lourde ? L’enfant la tient dans ses deux bras. Il a les
genoux pliés. Il fait un effort pour la porter…
Demander aux élèves de donner d’autres exemples
d’objets lourds.
- rugueux : le texte explique le sens du mot : quand on
touche quelque chose de rugueux, cela griffe la peau, rape
la peau. Demander aux élèves de donner d’autres
exemples d’objets rugueux : une éponge grattante,
certains cailloux, le velcro, quelquefois la croute du pain...
- lisse : sur la photo, la petite fille passe son doigt sur une
vitre. Son doigt glisse bien, la vitre est lisse. Demander aux
élèves de donner d’autres exemples d’objets lisses : une
feuille de papier, un ballon, une bille, un œuf…
- frais : l’eau. L’eau est fraiche, pas très froide, pas glacée.
Elle rafraichit, elle apporte un peu de fraicheur quand on a
chaud.
- dur : le sol de la rue. L’enfant à vélo est tombé. Le sol est
dur. Il s’est fait mal. Est-ce qu’il aurait aussi mal s’il tombait
dans le sable ? dans l’herbe ? sur des pierres ?

238
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

- doux : la fillette touche le nez de son lapin avec son nez.


Il est doux, très agréable à toucher.
Demander aux élèves de donner d’autres exemples
d’objets doux.
- chaud : l’enfant sur la photo fait un geste dangereux.
Pourquoi ? Demander aux élèves de donner d’autres
exemples d’objets chauds. Les organiser : ceux qui brulent
et présentent un risque (casseroles, four, fer à repasser,
feu…) et ceux qui réchauffent quand on a froid (radiateur,
boisson…)
- froid : la petite fille est dans la neige : c’est de l’eau gelée,
qui tombe en hiver, sous forme de flocons quand la
température est très froide.
Récapituler :
3. Qu’avons-nous appris sur le
- on touche avec tout son corps, avec sa peau. La peau
toucher ?
est l’organe du toucher.
- on peut reconnaitre un objet en le touchant.
- quand on touche un objet, on reçoit beaucoup
d’informations.

Activités de reprises
On peut réinvestir le lexique de cette unité à l’occasion
de quelques jeux. Par exemple :
- trouver des couples d’objets : on met dans un sac fermé
par un élastique des objets qui ont des propriétés tactiles
différentes, en deux exemplaires (deux boules de coton,
deux billes, deux morceaux d’éponge grattante, deux
morceaux de ficelle…). Chacun à son tour, les élèves
passent la main dans le sac et doivent sortir un couple
d’objets. Ils expliquent ce qu’ils ont senti, comment ils ont
cherché.
- associer des objets qui se ressemblent : on met dans un
sac fermé par un élastique des objets différents qui ont
une même propriété tactile (deux objets rugueux, deux
objets lisses, deux objets doux, deux objets pointus). Les
élèves doivent sortir du sac « deux objets qui se
ressemblent par le toucher ». Ils expliquent comment ils
ont cherché.

239
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

GRAMMAIRE Les pronoms il, elle, ils, elles livre p. 77


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : découvrir la fonction grammaticale des pronoms de conjugaison
de troisième personne : reprendre un groupe nominal et assurer la cohésion du texte.
PRÉPARATION DU TABLEAU : Les quatre ensembles de phrases de la situation d’apprentissage.
Entourer les pronoms.

Pour commencer
- mobilisation des
connaissances Écrire au tableau :
 le singulier un radiateur, la peau, les arbres, des casseroles, la glace, une pastèque,
et le pluriel le doigts, des morceaux.
 le masculin Les élèves viennent
et le féminin 1. souligner en bleu les groupes de mots au singulier, en rouge les
groupes de mots au pluriel.
Rappeler ce que l’on sait du singulier et du pluriel : quand on parle d’une
seule chose, c’est le singulier. Quand on parle de plusieurs choses, c’est
le pluriel.
2. entourer en vert les noms masculins, en jaune les noms féminins.
Rappeler la règle : le nom commun est masculin quand on dit un…, le…
Le nom commun est féminin quand on dit une…, la…
Dire ensuite tout ce que l’on sait d’un groupe nominal :
un radiateur : masculin, singulier - la peau : féminin, singulier
les arbres : masculin, pluriel - etc.

1. Étudier les phrases au tableau.


- Prendre
conscience du lien 1. Rappeler ce que l’on sait déjà de il, elle, ils, elles. Ce sont des pronoms
entre le pronom de conjugaison. Ils commandent la terminaison du verbe.
e
de 3 personne et Avec il, elle, le verbe s’écrit au singulier ; avec Ils, elles, il s’écrit au
son antécédent pluriel.
2. Quand on lit Elles tombent, sait-on de quoi on parle ?
Même chose pour Il est dans le jardin, Ils ramassent des noisettes,
Elle rêve de devenir ceinture noire.
le sens
La discussion doit permettre de conclure que :
- quand on lit, on sait immédiatement de qui ou de quoi on parle. Elles
tombent : on ne pense pas que c’est l’automne. Il est dans le jardin, on ne
pense pas que c’est Pierre, etc. On ne pense pas non plus à autre
chose : au ballon, ou au vélo, ou à un copain…
la reprise - Il, elle, ils, elles rappellent un groupe nominal de la phrase précédente.
On pourrait remplacer le pronom par ce groupe nominal : les feuilles
tombent. Elles reprend les feuilles ; il reprend le chien ; ils reprend les
écureuils ; elle reprend Clara.
l’ordre
- Mais même si les deux phrases parlent de la même chose, on ne peut
pas changer leur ordre. Si on commence par dire Elles tombent, on ne
sait pas de quoi on parle.
3. Dire la deuxième phrase toute seule : c’est possible, mais on ne sait
pas de quoi on parle. Le vérifier avec d’autres phrases. L’enseignant
donne oralement : Il s’enfuit. Sait-on de qui ou de quoi on parle ? Même
travail avec Elles préfèrent la salade.
- Analyser le lien : 4. Peut-on dire : Les arbres jaunissent. Elles perdent leurs feuilles ?
genre et nombre Que doit-on dire ?
Essayer de changer le pronom dans les autres phrases. Reprendre les
deux phrases en les enchainant : peut-on dire
- Pierre, où est le chien ?
- Elle est dans le jardin, maman.
On ne comprend pas la réponse de Pierre. On comprend seulement qu’il

240
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

ne peut pas parler du chien. Pour parler du chien, il doit dire il.
Même travail pour les deux autres couples de phrases.
5. Écrire au tableau Ils sont en retard. Elle est belle.
Sait-on de qui ou de quoi on parle ? Peut-on l’imaginer ?
Laisser un temps aux élèves pour imaginer des réponses.
Les noter au tableau sous chaque phrase.
Ils sont en retard. Elle est belle
les parents la fleur
des amis la girafe
les avions Lola
les voyageurs ma robe
… …
Donner des contre-exemples. Dans la première colonne, peut-on écrire
les voitures ? mes sœurs ? le match ? Dans la deuxième colonne, peut-
on écrire mon vélo, le livre ? les pommes ?
Observer ce que l’on a dit :
- ce sont toujours des noms avec leur déterminant ;
- dans la première colonne, ils sont toujours au pluriel ;
- dans la deuxième colonne, ils sont toujours au singulier,
- dans la première colonne, tous les noms sont masculins,
- dans la deuxième colonne, tous les noms sont féminins.
Que peut-on dire du pronom Ils ? Il reprend des groupes nominaux
masculins pluriels. Elle ? Le pronom elle reprend des groupes nominaux
ou un nom propre féminin singulier.
Revenir à Il est dans le jardin. Qu’est est le groupe nominal que le
pronom reprend ? le chien. Que peut-on en dire : c’est un groupe
nominal masculin singulier.
Même chose pour Elles tombent : les feuilles, groupe nominal féminin
pluriel.
Lire le Je retiens.
Donner un exemple pour chaque énoncé avec les phrases travaillées
dans la situation d’apprentissage.

1. 2. Rechercher  Je souligne le groupe nominal repris par il, elle, ils, elles.
l’antécédent du 1. ces biscuits – quelques framboises – une citrouille
pronom
 Je souligne le groupe nominal repris par il, elle, ils, elles.
les haricots – une meringue – le thé – les figues de barbarie
 De qui ou de quoi parle-t-on ?
3. Produire un J’écris une première phrase pour le faire comprendre.
antécédent pour Voir les productions des élèves.
un pronom
Correction : les élèves proposent leurs réponses. Ils justifient leur choix
du groupe nominal : féminin singulier, masculin pluriel, féminin pluriel,
masculin singulier.

241
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lecture Les animaux touchent, chacun à sa manière livre p. 78


Pour commencer :
- Présenter la lecture : On continue le travail sur les cinq sens.
- Le titre : de quel sens cette page parlera-t-elle ? Qu’apprendrons-nous ?
- Les deux parties de la page : la première sur les animaux, la seconde sur les métiers,
comme pour le texte sur la vue.
Sur le livre ou le TBI.
Lire le texte
Le phoque
Lecture silencieuse, puis à haute voix.
1. Expliquez comment le phoque Quand un poisson passe, il fait bouger l’eau. L’eau fait
ressent qu’un poisson s’approche. des petits tourbillons, Avec ses moustaches, le phoque
DÉVELOPPER L’IMPLICITE sent le mouvement de l’eau. Ses moustaches sont très
fines ; dès que l’eau bouge un peu, elles bougent, elles
vibrent. Le phoque est averti qu’un poisson est tout près.

L’éléphant
2. Montrez avec votre bras les Lecture silencieuse, puis à haute voix.
gestes de l’éléphant. Demander aux élèves de mimer les différents gestes.
Ces gestes ressemblent-ils aux Réfléchir : faisons-nous des gestes semblables dans la vie
nôtres ? de tous les jours ?
COMPARER Le texte n’explique pas comment l’éléphant se sert
3. La trompe de l’éléphant lui sert de sa trompe comme d’un nez. Que fait-on avec le nez ?
de nez. Que fait-il aussi avec sa Que fait l’éléphant avec son nez ? Il respire, il sent
trompe ? les odeurs.

4. Comment l’araignée capture-t- L’araignée


elle sa proie ? Lecture silencieuse, puis à haute voix.
DÉVELOPPER L’IMPLICITE Elle tisse une toile. Quand un insecte entre dans la toile,
il ne peut plus voler, ses ailes sont prises dans les fils.
Il reste prisonnier.
5. Quelle ressemblance y a-t-il - Ils sont avertis de la présence d’une proie par des
entre l’araignée et le phoque ? vibrations. Chez l’araignée, ce sont les poils de ses pattes
COMPARER qui vibrent. Chez le phoque, ce sont ses moustaches.
- Quand ils reçoivent les vibrations, ils se dirigent tous les
deux vers leur nourriture.
C’est le sens du toucher qui les avertit de la présence de
la nourriture.
5. Conclure : les animaux utilisent- L’éléphant touche les objets comme les hommes : il
ils le sens du toucher de la même utilise sa trompe comme nous utilisons nos mains et
façon que les hommes ? nos bras. Il saisit, il porte, il attrape, il guide (il ramène
son éléphanteau).
Le phoque, l’araignée sont sensibles aux vibrations dans
leur environnement : nous aussi, nous ressentons les
vibrations, par exemple quand nous écoutons de la
musique très forte, quand nous sommes dans une voiture,
dans un train. Mais ces informations ne sont pas très
importantes pour nous. Pour le phoque et l’araignée, elles
sont très importantes : c’est grâce à elles qu’ils trouvent
leur nourriture.

242
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Que voit-on sur les photos ? Le toucher et les métiers


La masseuse-kinésithérapeute. Elle travaille avec ses
mains. Elle masse les épaules d’un garçon pour le
soulager. Il a peut-être mal au dos ou au cou.
Lire le texte.
Apporter des précisions :
Elle appuie, elle étire les muscles, elle les pétrit un peu
entre ses doigts, elle tape légèrement. Elle doit faire
attention à tous ses gestes pour ne pas faire mal, pour
bien soulager et guérir. Ses doigts, ses mains la
renseignent sur les réactions du malade. Elle sent
le malade à travers ses mains.
Le guitariste : on voit sa main gauche qui appuie sur
les cordes, sa main droite qui les gratte.
Lire le texte.
Apporter des précisions :
Pour chaque note, chaque nuance de son, il faut un geste
précis. Quand un musicien joue bien de son instrument,
on dit qu’il a un beau toucher : avec ses doigts, il sait bien
faire chanter son instrument.
Le bijoutier : la photo montre un bijoutier en train de tailler
une toute petite pierre précieuse. Ses gestes doivent être
très précis, très fins : il ne doit pas appuyer trop fort :
il risquerait de casser ou d’abimer la pierre.
Lire le texte.

Connais-tu d’autres métiers où le Les élèves évoquent les métiers auxquels ils pensent.
toucher est important ? L’enseignant complète. On peut évoquer
- le chirurgien-dentiste
- l’infirmier, les soigneurs
- le sculpteur, le peintre, le potier
- le prestidigitateur

243
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

CONJUGAISON L’accord au présent avec il, elle, ils, elles livre p. 79


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : fixer les terminaisons régulières des verbes au présent,
aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel.
Préparation du tableau : un tableau de 6 lignes et deux colonnes.
Pour commencer : écrire au tableau :
- mobilisation des souligner : il …. – elles ….
connaissances : la chercher : elle…. – ils …..
conjugaison entourer : il …. – ils ….
connue
coller : elle … - elles …
Demander aux élèves d’écrire au présent. Réponses sur l’ardoise.
Justifier toutes les écritures :
- tous ces verbes se conjuguent comme marcher.
- Le pronom il commande le verbe au singulier. Avec il, le verbe se
termine par e.
Tracer la bulle d’accord :
il souligne : j’écris e à la fin de il souligne
parce que c’est le pronom il qui commande le verbe.
- Le pronom elles commande le verbe au pluriel. Avec elles, le verbe se
termine par ent.
elles soulignent : j’écris ent à la fin de elles soulignent
parce que c’est le pronom elles qui commande le verbe.

Observer le support :
- au-dessus des dessins, l’infinitif du verbe ;
- identifier
a) le temps de la - au-dessous : les conjugaisons.
conjugaison Pour chaque verbe, lire les deux formes de la conjugaison.
b) les personnes, - Le verbe indique-t-il le passé ? le présent ? le futur ?
le singulier et le - Quelle forme de la conjugaison correspond au dessin ?
pluriel entrer : elles entrent : on voit deux filles qui entrent. C’est le pluriel.
dessiner : elle dessine : on voit une seule fille. C’est le singulier
lire : il lit : on voit un seul garçon qui lit. C’est le singulier. Etc.
1. Retrouve les verbes que tu sais déjà conjuguer.
Rappeler les verbes que l’on sait conjuguer : ceux qui se terminent par
er à l’infinitif. Ils se conjuguent comme marcher. On vient de les réviser.
- leur terminaison avec il, elle : e
- leur terminaison avec ils, elles : ent.
2. Que remarques-tu pour les autres verbes au singulier et au pluriel ?
- classer et - Écrire au tableau les verbes en colonnes : pour chaque verbe, un
comparer pour élève donne d’abord son infinitif, puis épèle sa forme au singulier
extraire des et au pluriel. L’enseignant écrit.
régularités
il, elle ils, elles
lire lit lisent
courir court courent
faire fait font
savoir sait savent
peindre peint peignent
écrire écrit écrivent

- Observer le tableau. Que remarque-t-on pour la conjugaison avec


les pronoms il ou elle ? Le verbe se termine toujours par un t.
Entourer le t.

244
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

- rappeler les Que remarque-t-on pour la conjugaison avec les pronoms ils ou
catégories du elles ? Presque toujours, le verbe se termine par ent. C’est la même
temps et terminaison que pour marcher. Pour le verbe faire, c’est ont.
la procédure Ces deux terminaisons sont différentes. On n’entend pas la même
de recherche chose à la fin des verbes. Mais ont-elles des lettres en commun ?
du verbe Encadrer nt.
- Demander aux élèves de conjuguer le verbe être avec le pronom ils :
ils sont. Quelle est la terminaison ?
Même chose pour le verbe avoir : ils ont. Quelle est la terminaison ?

- généraliser 3. Quelles sont les lettres communes aux terminaisons de tous


les verbes au pluriel ?
Au présent, au pluriel, avec les pronoms ils ou elles, tous les verbes
se terminent par nt.
Lire le Je retiens.
Pour chaque énoncé, donner un exemple pris dans la situation
d’apprentissage.

- Reconnaitre les  J’entoure les terminaisons des verbes


terminaisons du il attrape – ils boivent – elle dit – elles conduisent – ils vont –
singulier et du elle rit – elle voit – elles sortent – ils rêvent
pluriel.
 Je dis les verbes au singulier et au pluriel puis je les écris.
- Associer la il saute – elles sautent ; elle finit – ils finissent ;
compétence orale
et la connaissance il sent – elles sentent ; elle parle – ils parlent
de la règle Correction : remarquer que,
- pour les verbes qui se terminent par er à l’infinitif, on n’entend pas
de différence entre le singulier et le pluriel. Il faut donc bien contrôler
ce qu’on écrit.
- pour les autres verbes, on entend quelquefois une transformation.
Mais on n’entend jamais le nt à la fin. nt sont deux lettres muettes.
Elles marquent le pluriel quand on écrit.
 J’écris un pronom sujet qui convient.
- Associer la
ils/elles boivent – il/elle grandit – il/elle part – ils/elles dorment
terminaison au
pronom il/elle peut – ils/elles ferment – il/elle gagne – ils/elles ont
il/elle est – il/elle joue.
Correction : pour vérifier, faire produire la forme du singulier quand le
verbe est au pluriel, et inversement.

- Contrôler l’écriture J’écris au singulier.


e
à la 3 personne il construit – elle ferme – elle sert – il suit
du singulier : Correction : Tracer la bulle de l’accord. Justifier toutes les écritures :
distinguer les il construit . C’est le verbe construire.
verbes en er J’écris t à la fin de il construit parce que le pronom il
et les autres verbes.
commande le verbe au singulier. Etc.

245
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lecture Sentir – L’odorat livre p. 80


Pour commencer :
- Présenter la lecture : On continue le travail sur les cinq sens.
- Le titre : de quel sens cette page parlera-t-elle ?
Quel est le verbe ? Quel est le nom du sens ?
Sur le livre ou le TBI.
Les photos du haut de page et leur légende.
1. Que voit-on sur les photos ? Une tasse de chocolat, un bouquet de fleurs, des enfants
qui ouvrent une poubelle et regardent à l’intérieur. Ils se
bouchent le nez.
2. Pourquoi les enfants se C’est le nez qui reçoit les odeurs. Le nez est l’organe de
bouchent-ils le nez ? l’odorat. Quand on se bouche le nez, on ne sent plus.

2. Pensez à une bonne odeur que Laisser un peu de temps de réflexion.


vous avez sentie aujourd’hui.
Laquelle ? Le texte
Les odeurs sont dans l’air que nous respirons.
3. Pourquoi ne sens-tu plus rien Quand nous respirons, l’air entre dans le nez et les odeurs
quand tu as le nez bouché ? se déposent au fond du nez.
DÉVELOPPER L’IMPLICITE Mais quand le nez est bouché, l’air n’entre plus dans notre
nez. Et donc, le nez ne reçoit plus les odeurs. On ne sent
plus rien.
4. Comment respires-tu quand On respire par la bouche. L’air que l’on respire contient
tu as le nez bouché ? toujours des odeurs, mais la bouche ne capte pas les
odeurs. Le nez et la bouche permettent de respirer, mais
seul le nez permet de sentir les odeurs.
5. Pour toi, quelles sont Noter les idées des élèves. Si possible les catégoriser.
les bonnes odeurs ? La plupart seront sans doute liées à la nourriture.
Conserver cette liste pour y revenir dans l’unité suivante.

6. Que fais-tu quand tu sens une Essayer d’aller au-delà de la réponse « Je me bouche le
mauvaise odeur ? nez ». Certaines odeurs alertent : si je sens la fumée, ou le
brulé, je vais prévenir un adulte ; si un aliment ne sent pas
bon, je ne le mange pas, j’en parle à un adulte ; si je rentre
dans une pièce qui ne sent pas bon, j’ouvre les fenêtres
pour aérer ; si je vois une poubelle ouverte qui sent
mauvais, je ferme le couvercle, etc.
7. Le chien et l’éléphant ont-ils un
meilleur odorat que les hommes ? L’odorat chez les animaux.
Lecture des trois textes.
Vérifie la compréhension du mot avalanche : c’est une
grande masse de neige qui se détache de la montagne et
glisse jusqu’en bas. Elle détruit tout sur son passage.
Discuter : les sauveteurs ne sentent pas l’odeur des
personnes ensevelies sous la neige. Les chiens sentent
cette odeur des hommes et aident à dégager les victimes
des avalanches. L’éléphant sent l’homme de très loin.
Rappeler la lecture précédente ; la trompe de l’éléphant lui
8. À quoi sert l’odorat chez les sert à la fois de bras et de nez.
fourmis ? Grâce aux odeurs, elles détectent leurs ennemis, elles
trouvent leur nourriture. Elles produisent des odeurs
différentes pour s’envoyer des informations.

246
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

VOCABULAIRE L’ordre alphabétique (3) livre p. 81


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : généraliser la règle de rangement dans l’ordre alphabétique.
MATÉRIEL : les quatre étiquettes de la situation d’apprentissage

Pour commencer
Écrire au tableau
1. voir – toucher – sentir. 2. fleur – fourmi - fromage
Les élèves rangent les mots dans l’ordre alphabétique. Justifier le
rangement.
1. La première lettre n’est pas la même. Je range les mots dans
l’ordre des lettres de l’alphabet.
2. La première lettre est la même : je regarde la deuxième lettre.
Je mets les deuxièmes lettres dans l’ordre de l’alphabet.
1. Ces quatre élèves doivent se ranger dans l’ordre alphabétique.
- manipuler Explique comment ils font.
- Observer l’illustration, lire le texte. Chaque enfant dit où il se place.
- Distribuer les étiquettes : les élèves font le rangement sur leur table.
- Mise en commun : on vérifie la place des étiquettes : sont-elles bien
comme les enfants l’indiquent
Majda (je suis juste avant Manon) – Manon (je suis entre Majda et Martin) –
Martin (je suis juste après Manon) – Mathieu (je suis le dernier).
- Observer le rangement : on sait qu’il est dans l’ordre alphabétique.
Il faut le justifier.
La première lettre est la même. La deuxième lettre aussi. C’est la
troisième lettre qui change. On vérifie que les troisièmes lettres sont
bien dans l’ordre alphabétique : j – n – r – t.
- inférer la règle - Conclure : quand les deux premières lettres sont les mêmes, il faut
regarder les troisièmes lettres pour mettre dans l’ordre alphabétique.
- la vérifier
- Vérifier :
a) écrire au tableau : secouer – sentir – servir.
Ces mots sont rangés dans l’ordre alphabétique. Les élèves entourent
les lettres qui servent à les ranger : c - n - r. On vérifie qu’elles sont
dans l’ordre alphabétique.
b) écrire au tableau : adieu – admirer – adversaire – addition.
Sur l’ardoise, les élèves rangent dans l’ordre alphabétique.
addition – adieu – admirer – adversaire. Entourer les lettres
qui servent à ranger : d – i – m – v.
Vérifier qu’elles sont dans l’ordre alphabétique.
2. Ces mots sont rangés dans l’ordre alphabétique.
Comment a-t-on fait pour les ranger ?
- Écrire la liste des mots au tableau. Que faut-il observer pour
- généraliser
comprendre ? Il faut comparer les lettres une par une : dans tous
ces mots, la première lettre est la même, le deuxième et la troisième
aussi. Souligner les lettres qui sont les mêmes. On regarde
les quatrièmes lettres. Les entourer : d – l – p – r – s – t.
Sont-elles rangées dans l’ordre alphabétique ?
- Conclure : quand les trois premières lettres sont les mêmes,
on regarde la quatrième lettre pour ranger dans l’ordre alphabétique.
- vérifier - Vérifier : écrire au tableau : empiler – employer – empêcher –
emprunter. Sur l’ardoise, les élèves rangent dans l’ordre alphabétique.
empêcher – empiler – employer – emprunter. Entourer les lettres qui
servent à ranger : ê – i – l – r. Vérifier qu’elles sont dans l’ordre.

247
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Lire la rubrique Je retiens.


- Pour chaque cas, choisir un exemple dans la situation d’apprentissage.
- Pour ainsi de suite : demander aux élèves de formuler la règle
pour la cinquième lettre.
 Je range dans l’ordre alphabétique.
1. ranger en 1. libre – livre 2. panda – papillon – patte
fonction de la 3. âne – animal – antilope 4. encourager – ensemble – entrainer
troisième lettre. 5. décorer – dessiner – détail
Correction : expliciter les réponses, même si elles sont justes.
Vérifier que les troisièmes lettres sont bien dans l’ordre alphabétique.
 Je recopie les listes. Je barre le mot qui n’est pas à sa place.
1. tapis – tarte – table – tasse
2. reconnaitre et 2. vacances – valise – vague – vanille (ou bien valise)
contrôler l’ordre 3. place – plante – platane – plaisir
alphabétique
(troisième lettre) Présentation de l’exercice : avec cet exercice, on va apprendre
à contrôler l’ordre alphabétique : on vérifie que tous les mots sont
bien à leur place. Quand on trouve un mot qui n’est pas à sa place,
on le barre.
Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique sur
les troisièmes lettres. Remettre le mot barré à sa place.
 Je range dans l’ordre alphabétique.
1. joue – jour 2. sérieux – serpent – serviette
3. ranger en 3. salade – saler – salir – salon 4. boucherie – boulangerie – boutique
fonction de la
quatrième lettre.
Correction : Expliciter les réponses. Vérifier l’ordre alphabétique sur
les quatrièmes lettres.
 Je recopie les listes. Je barre le mot qui n’est pas à sa place.
4. reconnaitre et 1. année – anniversaire – annuler – annoncer (ou bien annuler)
contrôler l’ordre 2. gribouiller – grimper – griffer – grignoter
alphabétique
(quatrième lettre) Correction : comme exercice 2.
Je range dans l’ordre alphabétique
Faire collectivement le premier exercice.
5. Généraliser la
règle de
- Observer les mots : ce sont les noms des mois de l’année. Ils sont
rangement dans l’ordre de l’année. On va les mettre dans l’ordre alphabétique.
- Rappeler ce que l’on sait sur le rangement dans l’ordre alphabétique :
on cherche d’abord la première lettre, puis la deuxième si la première
est la même, etc.
- mettre les mots par blocs de première lettre : avril – février –
janvier – juin – juillet – mars – mai
- les deux premiers mois sont rangés : avril – février. On s’occupe
des mois qui commencent par la même lettre : janvier – juillet – juin.
On regarde la deuxième lettre. Lequel vient en premier dans l’ordre
alphabétique ? Janvier. Il reste juin et juillet. Quelle lettre faut-il
regarder ? La quatrième. On les met en ordre : janvier - juillet – juin.
- Même travail pour mai – mars.
- Vérifier et discuter : quand on met les mois de l’année dans l’ordre
alphabétique, ils ne sont plus dans l’ordre de l’année.
2. carte – colis – courrier – enveloppe – facteur – timbre
3. docteur – médicament – pansement – pharmacie – pommade – sirop
3. cerise – clémentine – fraise – framboise – poire – pomme
4. course – escalade – escrime – parachutisme – patinage – plongée – ski

248
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

ORTHOGRAPHE il, elle, ils, elles dans la chaine des accords livre p. 82
OBJECTIF SPÉCIFIQUE : établir la chaine des accords
- du pronom de troisième personne avec le groupe nominal qu’il reprend
- du verbe avec le pronom de troisième personne qui le commande.
Mettre en place une procédure de réflexion orthographique

1. Introduire la leçon : mobiliser les connaissances.


- rappeler la Écrire au tableau :
fonction du Les camions arrivent au marché. … transportent des légumes.
déterminant : Le chauffeur décharge le camion. Puis … se repose.
commander le À l’entrée du marché, il y a une pancarte. … indique les jours d’ouverture.
singulier ou le Des clientes parlent. .... portent des paniers pleins de légumes.
pluriel du nom. Les élèves choisissent les pronoms personnels pour compléter
les phrases. On justifie le choix.
- identifier le - ils transportent : j’ai choisi ils parce qu’on parle des marchands.
singulier et le pluriel Les marchands, c’est au pluriel. Il y a plusieurs marchands. J’ai choisi
à l’oral
ils au pluriel parce que ils reprend un groupe nominal masculin pluriel.
Etc.
- elle indique : j’ai choisi elle parce que j’ai compris qu’on parle de
la pancarte. La pancarte, c’est un groupe nominal féminin, singulier,
alors j’ai choisi elle sans le s du pluriel à la fin. Etc.
Lire l’encadré saumon en haut de page : il récapitule ce que l’on sait.
2. Présenter le conseil de la coccinelle : on va apprendre à écrire
sans faire de fautes quand les phrases contiennent les pronoms
il, elle, ils, elles.
- Démontrer la réflexion avec la bulle et le tracé de la chaine d’accord.
Écrire au tableau :
Les grenouilles guettent les insectes. Vérifier les accords.

J’écris un s à la fin de grenouilles parce qu’il y a plusieurs grenouilles.


C’est les qui l’indique. Les commande le pluriel de grenouilles.
Dire oralement : Elles aiment les moustiques.
Écrire

Je m’arrête à la fin de elle : je trace une bulle et je me pose


une question : quel groupe nominal est repris par elle ? ? Je comprends
- identifier la que c’est les grenouilles. Je trace le lien entre elle ? et le groupe nominal
marque du pluriel les grenouilles.
sur le nom Les grenouilles, c’est le pluriel. Elles reprend un groupe nominal
au pluriel, je l’écris au pluriel. Écrire un s dans la bulle de Elles.
- mettre en place
une procédure de
réflexion Je continue : Elles aiment
orthographique
Je m’arrête à la fin de aime. Je me demande : singulier ou pluriel ?

Je cherche le mot qui commande le verbe : c’est elles. Je trace le lien


entre le verbe et le pronom elles. Le pronom elles est au pluriel.
Le verbe est au pluriel. J’écris nt à la fin du verbe.

Je finis ma phrase.

249
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Discuter : pourquoi dit-on la chaine des accords ?


Quand on écrit un mot, il faut toujours se demander s’il est lié avec
un autre : est-ce qu’il est commandé par un autre mot ? Est-ce qu’il
reprend un autre mot ?
Si on se pose ces questions quand on écrit, on ne fait aucune faute
d’accord. Rappeler les accords que l’on connait :
- l’accord du verbe avec le groupe nominal sujet,
- l’accord du nom avec le déterminant,
- l’accord du verbe avec les pronoms de conjugaison,
- l’accord de il, elle, ils, elles, avec le groupe nominal repris.
Dire aux élèves qu’ils peuvent tracer la chaine des accords pour
s’aider quand ils en ont besoin. Mais, même s’ils ne la tracent
pas, ils doivent toujours se poser les questions dans leur tête,
et ils doivent toujours regarder ce qu’ils ont déjà écrit pour décider.
 Je souligne le pronom.
1. Reconnaitre J’entoure le groupe nominal qu’il reprend.
l’antécédent d’un 1. L’aigle observe le champ. Il guette les lapins.
pronom 2. Le hibou chasse les rats. Ils fuient dans leur terrier.

 Je mets le groupe nominal en gras au pluriel,


Contrôler la puis je récris les phrases.
chaine des
accords : 1. Les taupes creusent des galeries dans le potager. Parfois, elles sortent
- groupe nominal la tête du sol.
- sujet-verbe 2. Les chiens sentent les odeurs de très loin. Ils peuvent retrouver des
- pronom de personnes disparues.
reprise Correction : justifier tous les accords.
2. et 3. entre deux
Aider si nécessaire à écrire le pluriel peuvent. Demander aux élèves
phrases
de le dire et de bien écouter ce qu’ils disent. C’est le pluriel ; il ne faut
pas oublier la terminaison du verbe.
 Je mets le groupe nominal en gras au singulier,
puis je récris les phrases.
Oral collectif : dire les deux phrases avec les transformations
demandées. Réfléchir : que faut-il faire quand on transforme un nom,
un verbe, un pronom du pluriel au singulier ?
Un footballeur saisit le ballon à la main. Il est en faute.
La danseuse réussit un grand saut. Puis elle salue le public.

Correction : justifier les accords.


Insister sur la terminaison des verbes : il saisit, c’est le verbe saisir.
L’infinitif du verbe ne se termine pas par er. On écrit un t à la fin du
verbe au singulier.
Elle salue. C’est le verbe saluer. L’infinitif se termine par er.
On écrit un e à la fin du verbe au singulier.

4. dans le texte :  Quel est le groupe nominal repris par les pronoms en gras ?
synthèse des Je mets ce groupe nominal au singulier, puis je récris le texte.
apprentissages de La copie de la totalité du texte peut paraitre fastidieuse. Mais il est
l’unité.
important pour les élèves de faire l’expérience de l’attention suivie
que demande l’écriture d’un texte long.
Le leur présenter ainsi. Le discuter avec eux.
Un escargot décide… - Il fixe… - Il veut… - Il part… - Il rampe… -
il ne voit pas… -- Il finit… - l’escargot… - il avance…

250
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

RÉDACTION J’apprends à écrire un texte documentaire livre p. 83


OBJECTIF SPÉCIFIQUE : apprendre à organiser et présenter des informations.

Pour commencer
Rappeler ce qu’est un texte documentaire : un texte qui apporte
des informations, des connaissances.
Les élèves ont-ils déjà lu des textes documentaires ? des livres
sur la nature, les animaux, etc. ? Leur demander d’en parler.

Sur le livre ou au TBI


- Les élèves lisent le titre : il pose une question. Le texte
- prendre va répondre à cette question.
connaissance du
texte ; assurer sa
- L’enseignant lit l’introduction : Qu’apprenons-nous ? Quels sont
compréhension les sens du chien ? Ce sont les mêmes que les nôtres. Les citer.
L’introduction annonce que certains sens sont plus développés que
d’autres. Sans lire le texte entier, juste en le regardant, peut-on savoir
quels sont ces sens ?
On regarde les titres en bleu à l’intérieur du texte.
On lit : l’odorat, la vue. Ce sont les sens les plus développés.
On va le vérifier en lisant le texte.
- Lecture du texte par l’enseignant. Les élèves suivent sur le livre.
Poser quelques questions de compréhension :
Comment le chien utilise-t-il son odorat ?
Comment les hommes utilisent-ils l’odorat du chien ?
Le chien a-t-il besoin de beaucoup de lumière pour voir ?

Analyse de la forme du texte


1. D’après toi, ce texte…
Discuter toutes les propositions.
- raconte une histoire de chien. Ce texte ne raconte pas une histoire.
Il ne parle pas d’un chien, d’un personnage. Il ne raconte pas
les aventures d’un chien.
- apporte des informations sur le chien. Dans ce texte, on apprend des
choses vraies pour tous les chiens : tous les chiens ont un très bon
odorat ; tous les chiens voient bien la nuit.
- donne des conseils pour élever son chien. Il n’y a pas de conseils
dans ce texte. Il ne dit pas ce qu’il faut faire avec son chien pour qu’il
obéisse, pour qu’il soit propre, etc.
2. Tu cherches un renseignement sur la vue du chien.
Dois-tu lire tout le texte ? Explique ta réponse.
Le titre La vue annonce la partie du texte où l’on va trouver
des informations sur la vue. Dans ce texte, les informations sont
classées : d’abord toutes les informations sur l’odorat, puis toutes
celles sur la vue. Elles ne sont pas mélangées. On n’a pas besoin de
lire tout le texte, seulement le § La vue.
3. Tu veux répondre à la question du titre en une seule phrase.
- choisir parmi les Quels mots choisis-tu ? Explique ta réponse.
idées communes et
La discussion doit permettre d’aboutir aux points suivants :
écrire un texte
personnel - La phrase commencera par Les sens les plus développés chez le
chien sont…
- On doit écrire le nom des sens : ce sont les titres des deux parties
du texte : l’odorat et la vue.

251
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

4. Que montre la photographie ? Qu’apprends-tu avec le dessin ?


La photographie illustre la phrase On utilise l’odorat du chien pour
rechercher les personnes disparues, sous la neige ou sous les maisons
effondrées. On voit sur la photo des pierres, des morceaux de ciment.
Ce sont des maisons effondrées. Quand arrive-t-il que des maisons
s’effondrent ? Dans un tremblement de terre, dans une explosion, dans
une très forte tempête…
Le dessin montre un œil et une oreille du chien. On apprend le nom de
son nez : la truffe. Ce mot n’est pas écrit dans le texte. C’est le dessin
qui nous l’apprend.
5. Observe les étiquettes : à quoi servent les différentes parties
du texte ?
Identifier les étiquettes et les flèches : elles montrent les parties du texte.
- le titre : il annonce ce que l’on va lire.
- l’introduction : elle présente le texte. Il va parler des sens les plus
développés.
- les sous-titres : ils annoncent les parties du texte : une partie où on peut
lire les informations sur l’odorat ; une autre où on peut lire les informations
sur la vue.
- le texte : les informations, les explications.
6. Retrouve ces parties dans ton livre p. 72
titre

introduction

sous-titre
texte
sous-titre
texte et photo

photos

texte

Lire le conseil de la coccinelle.


Annoncer le travail d’écriture dans le cahier.

252
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

UNITÉ 7
CAHIER D’ACTIVITÉS

253
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Oral Les cinq sens Cahier p. 4

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : réactiver le lexique des couleurs, des formes, de la taille.


MATÉRIEL : cahier p. 4 ou projection de la page au TBI.
une feuille de papier blanc.
1. Quand je vois quelque chose de loin, je le vois tout petit.
Observer le support :
C’est deux fois le même dessin, une fois tout petit, comme si on le voyait de loin ; une fois plus
grand, de près.
Évoquer avec les élèves leurs expériences visuelles : comment voit-on quand on regarde
quelque chose qui est loin ?
Exemple en classe
- On voit tout petit.
- On ne voit pas bien.
- Des fois, on voit que c’est quelqu’un, mais on ne sait pas qui c’est.
- On ne reconnait pas.
- Quand j’ai vu la montagne de loin, je pensais qu’elle était toute petite, mais quand je suis arrivée,
elle était très grande, gigantesque !
- Une fois j’ai vu une forme. J’ai eu peur. Je me suis approchée avec ma maman, c’était juste un arbre
un peu bizarre. Etc.

Demander aux élèves de cacher avec la feuille de papier le dessin de droite.


ils décrivent le dessin de gauche.
- Puis comparer avec le dessin de droite : quels détails ne voyait-on pas (ou pas bien, ou
quels détails n’a-t-on pas remarqués, ou n’a-t-on pas reconnus) dans le petit dessin ?
Exemple en classe
(1) J’avais vu une sorte de serpent dans le panier, mais je n’avais pas vu que c’est la laisse du chien.
(2) Je n’avais pas vu les rayures de couleur du pull.
(3) On ne voyait pas les points roses sur le châle.
(4) Au début, le nez tout petit, j’ai cru que c’était un morceau du parapluie.
(5) On ne voyait pas non plus les points roses sur le chapeau des oiseaux.
(6) Moi, je n’avais pas vu que c’étaient des oiseaux. Je ne comprenais pas ce que c’était.
(7) On ne voyait pas que les oiseaux sont sur le bras de la dame.
(8) Moi, je n’avais pas compris que c’était la dame qui portait le panier. Je croyais qu’il y avait
quelqu’un d’autre à côté.
(9) On ne voyait pas non plus les rayures roses sur le manche du parapluie. Etc.

- Rappeler ce que nos yeux nous font connaitre : la forme, la taille, la couleur, le mouvement.
Catégoriser ce qui n’a pas été bien vu, ou a été vu différemment. Par exemple, ci-dessus :
(1) la forme ; (2), (3)  la forme et la couleur ; (4)  la taille et la forme, etc.
Ici, il n’y a pas d’information de mouvement.

2. Regarde ces objets et imagine ce que tu peux sentir si tu les touches.


- Nommer les objets : pierre – ballon – éponge grattante – bol de chocolat – fourchette
- Lire, en colonne, les différentes sensations.
- Travail collectif pour la pierre : elle est dure, froide ; elle a l’air rugueuse (on voit des petits
points blancs, des petites cassures) ; elle est sèche (elle n’est pas dans l’eau ; il n’y a pas de
traces d’eau, ni de boue…). Conclure : quand on touche un objet, on connait plusieurs
propriétés.
- Travail individuel pour le ballon. Rappeler aux élèves qu’ils ont déjà touché des ballons
comme celui-ci. Ils n’ont peut-être pas fait très attention, mais ils doivent essayer de se
rappeler ce que leurs mains ont senti.

254
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Correction : il y aura sans doute peu d’erreurs, mais davantage d’omissions.


Parler avec les élèves de ce à quoi ils n’ont pas pensé.
Il reste encore quelque chose que tu ne peux apprendre qu’avec tes yeux.
La couleur.

255
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Oral Je sais regarder. Cahier p. 5

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : s’approprier les outils langagiers, les codes et les attitudes
de la communication orale dans la vie quotidienne : demander et renseigner.

1. Mini-dialogue
Narrateur : Charles est à genoux devant une pierre, une loupe à la main. Arthur s’approche
de lui.
Arthur : Que fais-tu avec ta loupe ?
Charles : J’étudie les fourmis. Je veux savoir comment elles vivent.
Arthur : Comment fais-tu ?
Charles : Je les regarde attentivement. Chut ! En ce moment, j’observe une fourmi
qui transporte une miette de pain trois fois plus grosse qu’elle.
Arthur : Je peux regarder, moi aussi ? Je suis curieux. Tu me prêtes ta loupe ?
Charles : Tiens. Fais très attention. Pour examiner les fourmis, il faut être patient,
mais tu verras, c’est merveilleux.

Vérifier la compréhension :
Comment regarde-t-on quand on observe quelque chose ? On fait très attention, on cherche
à voir les détails, à comprendre, on étudie, on cherche à voir quelque chose, on se pose des
questions. On peut utiliser une loupe, un instrument qui grossit, qui permet de voir de plus près.

CATÉGORISER
Quels mots utilise Charles pour expliquer comment il regarde les fourmis ?
étudier – regarder attentivement – observer – examiner
JOUER
Jouer cette scène. Ne pas attendre des élèves qu’ils restituent le dialogue exactement,
mais qu’ils réutilisent les quatre mots catégorisés.

Sur le cahier
1. Observer la page : quatre photos, quatre scènes différentes.
Lire la consigne.
Décrire les situations. À chaque situation est associée une manière de regarder.
- elle observe : Où est la fillette ? Que tient-elle à la main ? À votre avis, qu’observe-t-elle ?
Elle observe peut-être un insecte – une fourmi, un scarabée, une coccinelle, une chenille…,
ou les brins d’herbe.
Lire le lexique donné en encadré. Par deux, les élèves préparent une explication qui utilise le
plus possible des mots donnés.
Exemples en classe
Elle observe une chenille. Elle a pris une loupe pour bien voir les détails. Elle veut savoir comment
la chenille se déplace. Elle examine ses pattes.
Elle est curieuse. Elle cherche des tout petits insectes dans l’herbe. Elle trouve une coccinelle.
Elle prend sa loupe pour la voir de plus près. Elle examine ses ailes. Elle attend. Elle veut savoir
comment la coccinelle s’envole.

- elle admire : où est la fillette ? Que regarde-t-elle ? Y a-t-il quelqu’un près d’elle ? (oui,
quelqu’un fait des bulles de savon) Elle admire : pourquoi sourit-elle ?
Lire le lexique donné en encadré. Par deux, les élèves préparent une explication qui utilise le
plus possible des mots donnés.

256
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Exemples en classe
- Son papa fait des bulles de savon. Elle les regarde s’envoler. Elle les admire. Comme elles sont
belles ! Elles ont toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. C’est magnifique. Elle est heureuse. Bravo papa !
- La petite fille regarde les bulles de savon qui montent dans le ciel. Elle est émerveillée.
Comme c’est beau ! Oh ! Elles ont des belles couleurs. C’est magnifique. Elle dit bravo à sa copine
qui fait ces belles bulles.

- il guette. Où est le chat ? Que guette-t-il ? Comment se tient-il ?


Lire le lexique donné en encadré. Par deux, les élèves préparent une explication qui utilise
le plus possible des mots donnés.

- il surveille. Qui surveille ? Où est-il ? Comment regarde-t-il ?


Lire le lexique donné en encadré. Par deux, les élèves préparent une explication qui utilise
le plus possible des mots donnés.

257
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

ÉTUDE DU CODE Le son /k/ comme au début de canard cahier p. 6

 J’ouvre l’œil et je dis ce que je vois.


1. dire et Je tends l’oreille et j’entoure les dessins quand j’entends /k/.
écouter :
Écrire au tableau les mots à mesure que les élèves les trouvent.
analyse sonore
du lexique Puis les rassembler dans un 1 syllabe 3 syllabes 4 syllabes
tableau semblable à celui fait coq cabane coccinelle
avec les mots du livre : U UUU U UUU
vagues, points, écriture du 2 syllabes casquette
son entouré. camion UUU 5 syllabes
Puis les élèves reportent UU escargot
quelques mots dans le hélicoptère
tracteur UUU
tableau des graphies. UUUUU
UU concombre
caisse UUU
camion, tracteur, cabane, courgette
UU
coq, hélicoptère, casquette, UUU
coccinelle, escargot, caisse, haricot
concombre, courgette, UUU
haricot

 Je classe les mots.


2. identifier les
Lire les mots. Vérifier qu’on entend le son /k/ dans chaque mot.
différentes
écritures du son c : haricot – coq - biscuit – coquillage – activité
qu – q : coq – question – bouquet – piquenique – coquillage
k : karaté – klaxon – kilo – baskets

Correction : les principales erreurs seront sans doute des omissions.


Reprendre avec les élèves les mots qui contiennent deux fois le son /k/.
Réfléchir : quand on a trouvé un son dans un mot, ce n’est pas toujours
fini. Il faut continuer à dire le mot pour vérifier les sons qui suivent.

3. prendre  Je complète les familles de mots. J’écris le son /k/.


conscience de la - Rappeler que, dans une famille de mot, un son s’écrit toujours de la
régularité même façon.
orthographique conte : raconter – un conteur
dans les familles décor : décorer – un décorateur – une décoration – décoratif
de mots.
clair : un éclair – éclairer – l’éclairage – une éclaircie

Je complète avec c ou qu.


Lire collectivement les mots.
4. contrôler un arc – une barque – une craie – un collier – un requin
et expliciter
les emplois des Correction :
écritures du son arc : le son /k/ est à la fin du mot. On prononce une seule syllabe. c.
barque : le son /k/ est à la fin du mot. On prononce deux syllabes.
Le e muet de la fin du mot est écrit. La lettre c ne fait pas le son /k/
devant la lettre e.  qu.
craie : le son /k/ est au début du mot, devant la lettre r.  c.
collier : le son /k/ est au début du mot, devant la lettre o.  c.
requin : le son /k/ est au début de la deuxième syllabe, devant la lettre
i. La lettre c ne fait pas le son /k/ devant la lettre i.  qu.

258
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Oral J’écoute et je comprends Cahier p. 7

 Je distingue les sons.


J’écoute les mots. Je me demande : est-ce que j’entends
/k/ comme au début de canard ? /g/ comme au début de gant ?
Objectif : discriminer des sons proches
Mots enregistrés
un car - une glace – une bague – crier – une cage – la classe – gris – un bac
la gare – un gage – un cri – griller

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
canard x x x x x x
gant x x x x x x

 J’écoute, puis je réponds aux questions.


Objectif : travailler les inférences à partir de l’oral
Faire deux écoutes. Puis d’autres si nécessaire, à la demande.
Texte 1. Que se passe-t-il ce matin ?
Sacha se réveille. Il entend des petits coups nombreux et rapides contre les vitres de sa fenêtre.
Que se passe-t-il ce matin ?
Ce matin, il pleut.
Texte 2. Quelle boutique Sacha va-t-il trouver dans cette rue ?
Sacha marche dans la rue. Une bonne odeur de pain frais lui chatouille le nez.
Quelle boutique Sacha va-t-il trouver dans cette rue ?
Sacha va trouver une boulangerie.

 VRAI ou FAUX ? J’écoute, puis je coche ce que j’ai compris.


Le jour, le chat voit moins bien que l’homme. Il est myope, c’est-à-dire qu’il ne voit pas très loin.
Mais, au contraire de l’homme, il voit très bien la nuit.
Le chat a un odorat très développé. Il repère l’odeur des autres chats, mais aussi des humains.
Quand il frotte ses joues, son cou et la base de sa queue contre des objets, contre un arbre
ou contre son maitre, c’est pour déposer son odeur. Il peut ainsi retrouver facilement son chemin.
Quand un chat dort, si tu approches doucement ta main de sa tête sans le toucher, tu peux voir
ses moustaches vibrer. Il ne se réveille pas, mais il repère ce qui se passe.
Ses moustaches ressemblent à des antennes. Dans le noir, elles lui signalent les obstacles,
elles l’avertissent de la présence d’une souris. Elles lui servent aussi pour mesurer la largeur
d’un espace avant de s’y glisser. Grâce à ses moustaches, le chat ne reste jamais coincé
dans un endroit trop étroit.

259
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

ÉTUDE DU CODE Quels sons écrit-on avec la lettre x ? cahier p. 8

 Dans chaque colonne il y a un intrus. Je le barre.


Stabiliser les
prononciations - Lire collectivement les mots de l’exercice : tous les mots contiennent
de la lettre x la lettre x. Vérifier la prononciation. - Travail individuel
dans quelques intrus colonne bleue : exagérer
mots fréquents intrus colonne violette : l’index

 Je forme les familles de mots.


J’écris les mots à leur place dans le tableau.
- Lire collectivement la liste des mots.
- Lire les mots donnés dans le tableau. Vérifier que la lettre x se
prononce bien comme indiqué en tête de ligne.
- Rappeler ce que l’on sait des familles de mots : on entend et on voit
une partie commune. La partie commune s’écrit toujours de la même
façon.
- Chercher collectivement le mot de la famille de examen : examiner.
Vérifier que la lettre x se prononce bien gz dans les deux mots.
examen  examiner - exact  exactement - exercice  exercer -
exagérer  exagération - explication  expliquer - expression  exprimer
fixer  fixe - excuse  excuser

LE LABYRINTHE
- Lire et reformuler la consigne : l’explorateur entre dans le labyrinthe.
Pour trouver la sortie, il passe par tous les mots où la lettre x se
prononce ks comme dans explorateur. On doit tracer son chemin.
- Lire collectivement tous les mots. Vérifier la prononciation.
- Travail individuel au crayon à papier.

260
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

GRAMMAIRE Les pronoms il, elle, ils, elles cahier p. 10

Lire et compléter la règle.


Rechercher oralement des exemples.
Les écrire au tableau. Justifier le choix du pronom par la référence au groupe nominal repris.
Compléter collectivement les deux exemples de l’encadré.

 Après le groupe nominal, j’écris s’il est masculin (M)


Justifier le choix et ou féminin (F), au singulier (S) ou au pluriel (P).
l’accord du pronom : Puis je complète avec il, elle, ils ou elles.
- identifier le genre
Les pies (FP) sont intelligentes. Elles luttent en groupe contre les chats.
et le nombre de
Ce pantin (MS) est ancien. Il a plus de cent ans. Il est fragile.
l’antécédent.

- identifier  Je complète avec le pronom qui convient.


l’antécédent
La pirogue est une barque longue et étroite. Souvent elle est taillée dans un
et l’analyser
seul tronc d’arbre.
Les cargos sont des gros bateaux. Ils transportent des marchandises. Ils
circulent sur toutes les mers du monde.
Correction : vérifier l’antécédent ; donner son genre et son nombre.
Remplacer le pronom par le groupe nominal antécédent.
 Je complète le texte avec il, elle, ils ou elles.
Synthèse : Augustin s’est mis en colère ce matin quand il a vu son cerisier.
compléter Dans la nuit, les oiseaux se sont régalés. Ils ont mangé toutes les cerises !
un texte Il y a des noyaux partout, ils couvrent le sol.
avec des pronoms. Une seule cerise reste sur l’arbre, elle est verte.
Les oiseaux ont le bec fin : ils choisissent bien leurs fruits.
Exactement comme ma maman quand elle fait ses courses au marché.
Correction : pour chaque pronom :
- lire la phrase à haute voix, vérifier qu’on la comprend
- justifier le choix du pronom par la recherche du groupe nominal qu’il
reprend.

261
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

CONJUGAISON L’accord au présent avec il, elle, ils, elles Cahier p. 11


Lire et compléter la règle.
Pour chaque cas, l’enseignant donne quelques verbes : attraper, traverser, porter, sentir,
servir, pouvoir
Les élèves écrivent la conjugaison sur l’ardoise.
Vérification, correction par le rappel de la règle.
Entourer les terminaisons au bas de l’encadré. Écrire les verbes au tableau. Travail
collectif. Puis chacun entoure sur son cahier, au crayon à papier. L’enseignant vérifie.
Aucune erreur ne doit rester dans les exemples des règles.

 Je conjugue le verbe avec le pronom donné.


regarder : Il regarde – elles regardent
Associer la dire : elle dit - ils disent
terminaison du toucher : il touche - ils touchent
verbe au pronom de connaitre : elle connait - elles connaissent
conjugaison
1. dans la Correction : Justifier toutes les terminaisons :
conjugaison - l’infinitif du verbe
- singulier ou pluriel.
Pour la première édition, inverser l’ordre des exercices 2 et 3.

 Je choisis l’écriture du verbe qui convient. J’écris l’infinitif du verbe.


2. dans la phrase
1. Un autre enfant écrit (écrire) … - Elles effacent (effacer)
2. Elle tient (tenir)… - Elle ordonne (ordonner)…
Le tigre hésite (hésiter), puis il obéit (obéir).
3. Synthèse :
contrôler la Correction : justifier toutes les terminaisons.
terminaison quand
le sujet est
un groupe nominal
 Je complète : j’écris le verbe au présent.
ou un pronom.
il fait – ils ferment – elles tombent – elle diminue – il apparait

262
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

VOCABULAIRE L’ordre alphabétique Cahier p. 12


Lire et compléter la règle.
- Écrire les deux listes au tableau. Les lire. Elles sont rangées dans l’ordre alphabétique.
- Au tableau, les élèves viennent entourer les lettres qui justifient le rangement :
ligne 1 : i, l, r, s, t. On vérifie qu’elles sont bien dans l’ordre alphabétique. Dans cette liste
de mots, c’est la troisième lettre qui sert à ranger.
ligne 2 : e, g, i, m, s. Même vérification. C’est la quatrième lettre qui sert à ranger.

1. placer un mot par  Où va le mot en vert ?


rapport à deux mots
donnés dans l’ordre
alphabétique

Correction : entourer les lettres qui ont permis de ranger :


hé l icoptère – he r b e – hér i sson
Hélicoptère et hérisson sont dans l’ordre alphabétique.
Je compare hélicoptère et herbe. Les deux premières lettres sont les
mêmes. C’est la troisième lettre qui renseigne : r vient après i dans
l’ordre alphabétique. Herbe vient après hélicoptère.
Je compare herbe et hérisson. Les trois premières lettres sont les
mêmes. C’est la quatrième qui renseigne : le b de herbe vient avant le i
de hérisson dans l’ordre alphabétique. Herbe est avant hérisson dans
l’ordre alphabétique. Herbe est après hélicoptère et avant hérisson.
Herbe est entre hélicoptère et hérisson.
Même travail pour les trois autres mots.
2. Placer un mot  Je marque d’une croix la place du mot en orange.
dans une liste de
mots donnés dans
l’ordre alphabétique

Correction : Expliciter toute la démarche.


Je compare famille et facile. Les deux premières lettres sont les mêmes.
C’est la troisième lettre qui renseigne. m vient après c dans l’ordre
alphabétique. Famille vient après facile.
Je compare maintenant famille à faim : les deux premières lettres sont
les mêmes. C’est la troisième lettre qui renseigne. m vient après i dans
l’ordre alphabétique. Famille vient après faim.
Je compare famille à fanfare. Les deux premières lettres sont les
mêmes. C’est la troisième lettre qui renseigne. m vient avant n dans
l’ordre alphabétique. Famille vient avant fanfare.
Famille vient après faim, avant fanfare, entre faim et fanfare.
Même travail pour les autres mots.

LE MOT MYSTÈRE
Par deux, les élèves écrivent la liste des mots dans l’ordre alphabétique :
baisser – be c – besoin – bi llet – biscuit – boire
Puis ils remplissent la grille. Le mot mystère est sentir.

263
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Poésie Des yeux pour voir Cahier p. 13

- Lecture de la poésie par l’enseignant, cahier fermé.


Les élèves disent avec leurs mots ce qu’ils retiennent et ce qu’ils pensent de la poésie.
- Seconde lecture par l’enseignant, cahier ouvert :
Indiquer aux élèves qu’après la lecture, ils devront répondre à la question :
Comment cette poésie est-elle construite ?
Il y a quatre parties, quatre strophes. Chacune commence par Des yeux pour voir.
Ensuite le poète énumère ce qu’il voit.
- Retrouver les mots du poème dans l’illustration.
Quels sont les mots qui ne sont pas illustrés ?
Le petit loir, les éclairs, les cheveux noirs, le cœur qui tremble, la main tendre.
- Poursuivre la découverte de l’illustration : qui se regarde dans le miroir ? Une femme
un peu âgée : on voit ses cheveux blancs, des petites rides sur son visage. Devant elle
on voit la photo d’une petite fille aux cheveux blonds. C’est peut-être elle quand elle était
enfant. C’est peut-être sa fille ou sa petite-fille.
- Lecture silencieuse des élèves. Discussion.
1. Combien y a-t-il de vers dans ce poème ? Combien de rimes en –oir ?
19 vers. 12 rimes en oir.
Pourquoi le poète a-t-il insisté sur cette rime ? On remarque qu’il y a trois fois le mot soir :
le soir, le ciel du soir, l’ombre du soir. On a bien compris l’illustration. Quand on est jeune,
enfant, on dit que c’est le matin de la vie. Quand on est âgé, on dit que c’est le soir de la vie.
On compare la vie avec la journée : l’enfance : le matin, l’âge adulte, le jour, la vieillesse :
le soir. Dans ce poème, le poète pense à quelqu’un qui est âgé. Pour bien faire entendre
le mot soir, il l’entoure de beaucoup de rimes en oir.
2. Relève toutes les différences que le poète voit.
le jour – le soir ; les raisins verts – noirs : les cheveux blonds, noirs, blancs.
On a déjà compris le soir. On comprend de la même façon : les cheveux blonds, noirs
sont ceux de la jeunesse, les cheveux blancs, ceux des personnes âgées.
3. Comment peux-tu voir un cœur qui tremble ? une main tendre ?
Discuter :
- Dans quelles situations a-t-on l’impression que notre cœur tremble ? Quand on a peur,
quand on est triste, quand on est très heureux, quand on a une très grande émotion.
Comment peut-on le voir ? Cela se voit sur le visage : on sourit, on rit, ou on a le visage très
pâle, ou on a les yeux tristes, on pleure… On ne voit pas le cœur qui tremble, mais on voit
sur le visage que le cœur tremble, qu’on est ému.
- Qu’est-ce qu’une main tendre ? Une main qui caresse ; la main que les parents,
les grandes personnes ou les amis, posent sur l’épaule quand on est triste ; la main qui
entoure, qui câline (c’est celle qu’on voit dans l’illustration) ; la main qui soigne, qui essaie
de ne pas faire mal ; la main que l’on donne pour marcher avec ses parents, ses copains. Etc.
Laisser les élèves exprimer ce que cela leur évoque.
4. Je continue le poème à ma manière.
Pour lancer le travail, inviter les élèves à réfléchir à ce qu’ils aiment le plus voir, regarder.
Il y a seulement trois lignes ; Il faut bien choisir les mots que l’on écrira, dire ce qui est le plus
important pour soi. C’est comme cela que les poètes travaillent.
Travail au brouillon. Aide et vérification de l’enseignant.
Puis écriture sur le cahier.

264
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Je raconte Cahier p. 14

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : utiliser le lexique de l’unité : vue, toucher.


Raconter le déroulement d’un jeu.
MATÉRIEL : cahier p. 14 ou projection de la page au TBI – 9 grandes feuilles
1. Observer l’ensemble de la page : les 9 dessins montrent un jeu sous le préau de l’école.
On voit très bien le préau sur la dernière image de la deuxième ligne : la cour est plus loin ;
d’autres enfants y jouent. Il est délimité par des poteaux ; on voit une porte pour entrer dans
l’école ou dans une classe, des portemanteaux, un banc.
Un enfant a les yeux bandés. Il cherche à attraper un de ses camarades.
Les élèves connaissent-ils ce jeu ? Si oui, leur demander comment ils y jouent.
Sinon, lire la règle du jeu en haut de page.
Donne un prénom à l’enfant chasseur et raconte cette partie de colin-maillard.
2. Récit n°1 : Choisir collectivement un prénom. Identifier chaque moment
de l’histoire ; chercher une ou deux phrases pour chaque image.
Pour chaque image, les élèves discutent, proposent des énoncés.
Dès que l’enseignant pense que les énoncés sont suffisamment aboutis, il reprend ce qui a été dit
et l’écrit sur de grandes feuilles de papier, si possible une par image, que l’on complètera à mesure
de l’avancée du travail.
- Les enfants sont en rond. Ils ont décidé de jouer à colin-maillard. L’un d’eux tient
le bandeau pour les yeux. Comment vont-ils décider qui sera le chasseur ?
- Le chasseur a été choisi. On lui a bandé les yeux. Les autres enfants se dispersent.
- L’enfant chasseur avance les bras tendus. Il ne voit plus rien. Il tend les bras pour ne pas
entrer dans un obstacle, mais aussi pour essayer de toucher un camarade.
- Il est tout près d’un camarade. Le camarade s’écarte, se pousse légèrement, bouge un peu
pour ne pas être touché.
- Il s’approche des portemanteaux. Une fille est tout près. Elle a peur d’être attrapée. Le
chasseur tâte les manteaux avec ses mains. Il les reconnait. Grâce à ses mains, il sait où il est…
- Il n’a pas touché la petite fille. Il retourne en arrière, vers le milieu du préau. Il se dirige
vers le banc. Trois camarades sont assis sur le banc avec la maitresse.
- Il s’approche de la maitresse. Elle s’écarte un peu pour ne pas être attrapée. Ses jambes
touchent le banc. Il sent avec ses jambes qu’il est vers le banc. Il va se déplacer le long
du banc pour chercher si quelqu’un est assis.
- Il a touché une camarade. Il pose ses mains sur sa tête pour la reconnaitre. Grâce à
ses mains, il sait qu’elle a des couettes. Une seule camarade a des couettes. Il la reconnait.
- Il enlève son bandeau et il le donne à sa camarade. C’est elle qui va chasser maintenant.
3. Récit n°2 : intégrer des détails des illustrations dans le récit
Ces ressources lexicales sont des points d’appui pour l’enseignant,
pas des passages obligés pour les élèves.
1. décrire l’enfant qui tient le bandeau Il parle. Il propose le jeu. Il propose de tirer au sort, de faire une
comptine. Les autres écoutent, sont d’accord.
2. décrire l’enfant chasseur : pull rayé rouge et blanc, cheveux roux, pantalon bleu. Il ne voit plus rien.
Il met les mains en avant. Il va se servir de ses mains pour remplacer ses yeux.
3. appeler – lever les bras – s’approcher – reculer – chercher
4. s’écarter – ne pas faire de bruit
5. les portemanteaux – les vêtements – toucher – tâter – comprendre – se repérer - ne pas bouger -
6. continuer – traverser – avancer – se diriger
7. s’écarter – rire – éviter – sentir
8. attraper – toucher – deviner - rire – les cheveux – les couettes
9. applaudir – enlever – donner – continuer – recommencer
À la fin du travail, relire la totalité du récit.
4. Distribuer les 9 moments à 9 élèves qui racontent à tour de rôle.
5. Reprendre cette activité à différents moments.

265
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Compréhension Les cinq sens Cahier p. 15

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : récapituler les connaissances acquises dans le texte documentaire.


MATÉRIEL : le livre, textes de l’unité 7
La page de compréhension n’est pas une page d’évaluation, mais une autre manière de travailler la
compréhension de façon plus autonome. C’est pourquoi les élèves peuvent utiliser leur livre pour traiter
les questions. La capacité de retourner à une source pour contrôler la compréhension est une
composante essentielle de l’apprentissage de la compréhension.
Annoncer l’objectif : On a lu plusieurs textes sur la vue et le toucher. Aujourd’hui on va
vérifier si on a bien compris. On ne vérifie pas si on se souvient de tout, mais si on comprend
bien ; pour répondre aux questions, vous pourrez donc vous servir de votre livre, aller
chercher les pages où vous pensez trouver la réponse.

 VRAI ou FAUX ? Je coche ce que j’ai compris.


- Lire collectivement le texte de l’exercice.
- Travail individuel.

Correction : justifier les réponses par le retour aux textes. On peut répartir les questions
entre les élèves et leur demander de chercher le texte qui justifie la réponse.
1. p. 72 Ce sont tes yeux qui t’informent sur la forme…
2. p. 72 pour protéger tes yeux de la forte lumière du soleil. Il faut protéger ses yeux parce
qu’ils sont fragiles et la forte lumière du soleil peut les abimer.
3. p. 74 : Les animaux voient, chacun à sa manière : c’est-à-dire pas tous de la même façon.
4. p. 74 : La gazelle, le lapin sont des proies. Leurs yeux sur les côtés donnent une vue très large.
5. p. 80 : L’éléphant peut sentir l’odeur de l’homme à plus d’un kilomètre.
6. p. 76 : première photo, deuxième ligne : la petite fille sent que la vitre est lisse en passant
son doigt dessus.
7. p. 76 : les exemples du haut de la page et la phrase Quand tu touches un objet, ta peau
te le fait connaitre. La peau couvre tout notre corps. On peut toucher avec tout le corps.
8. Le phoque sent la présence d’un poisson grâce à ses moustaches, mais ses moustaches
ne sont pas des yeux. Il a aussi des yeux (cf. la photo)
9. p. 78 : Les poils qui couvrent les pattes de l’araignée…
10. p. 76 : On touche avec la peau et première photo, troisième ligne.
 Avec mes yeux ou avec mes mains ? Je classe les verbes.
La vue : je regarde – j’examine – je découvre – j’admire
Le toucher : je caresse – je froisse – je découvre – je frotte – je serre.
Correction : La vue : revenir au lexique de la p. 5. Le toucher : mimer les verbes.
 Pour chaque sens, j’écris deux plaisirs et deux déplaisirs.
Travail individuel au brouillon.
Aide, vérification de l’enseignant. Puis écriture sur le cahier.

266
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

Rédaction J’écris un texte documentaire (1) Cahier p. 16

Objectif : rédiger un texte à partir de ressources et d’un schéma de construction.


Produire des écrits intermédiaires.
Matériel : livre p. 83
- Rappeler le travail fait sur le livre : on a compris comment un texte documentaire
est construit. On a lu les conseils de la coccinelle pour écrire un texte documentaire.
- Lire la consigne. Que devra-t-on comprendre avec le titre du texte ?
- Observer le schéma d’écriture. Reconnait-on ce que l’on a vu dans le livre ?
Aller à la page du livre (ou la projeter au TBI). Comparer.
Combien de parties aura le texte que l’on doit écrire ?

Préparation collective.
Lire les quatre textes. Pour chaque texte poser la question : Comment ces animaux
se reconnaissent-ils entre eux ?
Identifier les sens qui permettent aux animaux de se reconnaitre : vue et odorat
Rappeler à quoi sert l’introduction : elle présente en quelques mots ce que l’on lira
dans le texte.

Écrit intermédiaire 1
Au brouillon, les élèves écrivent le titre, l’introduction et les deux sous-titres.
Leur demander de laisser de la place entre les sous-titres, mais ne pas encore écrire
le texte.
Mise en commun. Les élèves lisent leurs productions à la classe.
Discussion.
Exemple en classe
Titre : des élèves proposent la question du cahier :
Comment ces animaux se reconnaissent-ils entre eux ?
Un élève fait remarquer qu’on ne sait pas de quels animaux on parle. Il propose de dessiner les
animaux à côté du titre, dans la partie blanche du cahier. D’autres sont d’accord.
Ils chercheront des images à coller : comme ça on est sûr qu’on parle bien des bons animaux.
Un autre fait remarquer qu’on est surs, parce que les textes sont au-dessus dans le cahier.
Un autre élève propose Comment les animaux se reconnaissent entre eux.
Un autre intervient pour dire que le titre doit poser une question. L’enseignant explique que c’est
ce que l’on a vu dans l’exemple, mais que ce n’est pas obligatoire. Etc.
Sous-titres : la plupart des élèves proposent la vue et l’odorat. D’autres la vue – les odeurs. D’autres
proposent de regrouper les animaux dans les sous-titres : le zèbre et la loutre – l’abeille et la brebis.
On discute pour savoir si cela répond bien à la question posée. Etc.

Écrit intermédiaire 2
Les élèves écrivent leur texte. Aide et vérification de l’enseignant.
Écriture sur le cahier.
À la fin du travail, les élèves lisent leur texte à la classe.
Évaluation
On n’attend pas des élèves de CE1 qu’ils arrivent tous à un haut niveau de généralité.
L’évaluation portera sur :
- le respect de la forme du texte
- la catégorisation : des sous-titres qui conviennent
- la sélection des informations sous chaque sous-titre : chaque animal à sa place
- la sélection des éléments des textes, si l’élève reprend les textes du haut de la page (tout
ne doit pas être copié) ; la reformulation.

267
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 7

À haute voix Je lis de mieux en mieux Cahier p. 17


Objectif : travailler deux aspects de la lecture à haute voix :
- le respect des liaisons
- la prise d’informations dans le texte pour choisir les intonations nécessaires à une lecture
compréhensive et vivante.
 Je place les liaisons puis je lis à haute voix.
Rappeler les liaisons déjà travaillées :
- Écrire au tableau : les éléphants – des objets – un gros animal. Les élèves lisent.
C’est la liaison entre s à la fin du déterminant ou d’un autre mot et le mot suivant quand
il commence par une voyelle. On fait la liaison avec le son /z/.
- Écrire au tableau : un éléphant – mon œil – un oiseau. Les élèves lisent.
C’est la liaison entre n à la fin du déterminant ou d’un autre mot et le mot suivant quand
il commence par une voyelle. On fait la liaison avec le son /n/.
- Écrire au tableau : six abeilles – dix objets. Les élèves lisent. On a appris cette liaison
dans l’unité : c’est la liaison entre x à la fin du déterminant ou d’un autre mot et le mot
suivant quand il commence par une voyelle. On fait la liaison avec le son /z/.
- Écrire au tableau : un petit ours. C’est une girafe. Les élèves lisent.
C’est la liaison entre la lettre muette t à la fin d’un mot et le mot suivant quand il commence
par une voyelle. On fait la liaison avec le son /t/.

Lire les phrases une à une.


Les élèves lisent d’abord comme ils le pensent.
Féliciter quand les liaisons sont faites.
Identifier les liaisons.
Les marquer avec une flèche.

D’autres liaisons sont possibles, mais elles ne sont jamais réalisées en français oral.
ils ressemblent aux – les cavaliers utilisent – monter à et rarement en français oralisé
(lu par un comédien par exemple)
 Je lis le texte silencieusement
a) Je me demande : quels mots vont m’aider à trouver la voix pour bien dire
les dialogues ?
Je souligne ces mots.
Relever les mots qui indiquent
comment les personnages
parlent :
- des verbes hurle, grogne,
bredouille, chuchote ;
- des expressions : d’une voix
tremblante, d’une voix sévère.
Faire des essais de diction pour
les phrases associées à ces mots.
b) Je surligne les dialogues…
Distinguer le dialogue de ce que
dit le narrateur.
Les élèves s’entrainent à jouer le
texte.
Lire le conseil de la coccinelle.

268
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 8

UNITÉ 8
LIVRE

269
Coccinelle © Hatier, Paris, 2015
Coccinelle CE1 Unité 8

Lecture Les cinq sens livre p. 84

Pour commencer :
- Présenter la lecture : On continue la lecture documentaire sur les cinq sens.
- Lire le titre page 84 : Gouter - le gout
Demander aux élèves à quoi ils pensent quand on dit le mot gout.
Rassembler les réponses sur une grande feuille. Elle servira à récapituler, après la lecture
de la page 86, ce qu’on savait déjà, ce qu’on a appris, ce qu’on pensait mais qui n’est pas
juste. Elle permettra de discuter de la manière de lire un texte documentaire.
Sur le livre ou le TBI.
1. Bloc du haut Lecture silencieuse, puis à haute voix.
Quel est l’organe du gout ? Quand on met un aliment dans la bouche, on le pose sur
Comment connaissons-nous la langue. La langue reçoit les aliments. Sur la langue,
le gout des aliments ? les papilles captent les saveurs des aliments.
DÉVELOPPER L’IMPLICITE Proposer aux élèves d’observer leur langue deux par deux,
ou chacun avec un miroir. Comment sont les papilles ?
Elles ressemblent à des petites bosses, des petits grains.
Il y en a beaucoup.
Quel est l’aliment sucré sur la Sur la photo : du sucre, en cubes et en grains, de deux
photo ? couleurs : le sucre roux et le sucre blanc.
Donnez d’autres exemples Autres aliments sucrés : valider les réponses des élèves.
d’aliments sucrés.
Quel est l’aliment salé sur la Sur la photo : du sel en poudre. Les élèves connaissent-ils
photo ? aussi le sel en grains ? Savent-ils d’où provient le sel ?
Donnez d’autres exemples Autres aliments salés : valider les réponses des élèves.
d’aliments salés.
Sur la photo, le citron.
Quel est l’aliment acide sur la
Autres aliments acides : ils sont plus rares dans
photo ?
l’expérience des élèves : yaourts non sucrés, moutarde,
Donnez d’autres exemples
d’aliments acides. pommes vertes ou fruits pas murs, cornichons…
Sur la photo : le concombre
Quel est l’aliment amer sur la
Autres aliments amers : ils sont plus rares dans
photo ?
l’expérience des élèves : café non sucré, endives, huile
Donnez d’autres exemples
d’olive, certains radis, chocolat en poudre pas sucré,
d’aliments amers.
café…
Lire la première partie.
2. Encadré Valider les réponses des élèves et revenir aux
Quelles autres parties du corps connaissances acquises dans l’unité 7 : la peau est
sont sensibles au chaud et au l’organe du toucher, donc toutes les parties du corps sont
froid ? sensibles au chaud et au froid.
Lire la deuxième partie.
Donnez d’autres exemples Véri